RAPPORT FINAL ETUDE SUR LA DENSITE REGIONALE DES TPE. Direction du Commerce, de l Artisanat, des Services et des Professions Libérales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT FINAL ETUDE SUR LA DENSITE REGIONALE DES TPE. Direction du Commerce, de l Artisanat, des Services et des Professions Libérales"

Transcription

1 CNRS Université Lyon2 RAPPORT FINAL ETUDE SUR LA DENSITE REGIONALE DES TPE Direction du Commerce, de l Artisanat, des Services et des Professions Libérales Septembre 2006

2 SOMMAIRE AVANT PROPOS MÉTHODOLOGIQUE PREMIÈRE PARTIE : VUE D ENSEMBLE La mesure de l ampleur des différentiels de densité La pondération des différentiels de densité par la taille des TPE La pondération par la valeur ajoutée La pondération par le statut fiscal des TPE Différentiels de densité et taille des TPE : 1 ère synthèse La pondération par la population de référence Densité départementale et variations saisonnières de population Croissance de la population résidente et densité départementale Localisation des créations d entreprise Etudes existantes sur les différentiels de densité des créations d entreprise Lien entre localisation des stocks de TPE et des créations d entreprise Y a-t-il accroissement ou resserrement des différentiels de densité? Une tendance au resserrement des écarts de densité L impact des flux sur l évolution des différentiels de densité Synthèse de la vue d ensemble DEUXIÈME PARTIE : ANALYSE SECTORIELLE ET LOCALISÉE Chapitre 1 : Artisanat Artisanat alimentaire Artisanat du bâtiment Artisanat de fabrication Artisanat de services et de réparation Vue d ensemble de l évolution des densités artisanales Chapitre 2 : Services aux particuliers et commerce de détail Les services de santé Activités liées à l automobile Les tabacs et débits de boisson Autres services aux particuliers Le commerce de détail, son évolution sur une longue période Chapitre 3 : Commerce de gros et services aux entreprises Commerce de gros Commerce et services à l agriculture Services aux entreprises Chapitre 4 : Monographies locales L étonnante densité des TPE dans les Alpes-Maritimes proximité et différences avec le modèle corse Rapport Final Etude sur la densité régionale des TPE - DCASPL GATE ESiloe

3 2.4.2 Le cas de Paris, ville de TPE nombreuses et structurées dans un environnement régional contrasté La sous-densité des TPE de la frontière Nord/Nord-est culminant dans les Ardennes TROISIÈME PARTIE : LES ENRACINEMENTS DE LA DENSITÉ DES ENTREPRISES ARTISANALES, COMMERCIALES ET DE SERVICES Le lien organique de l artisanat et de l agriculture de subsistance Le lien du petit commerce avec les formes de l industrialisation La structure urbaine des territoires comme facteur explicatif des positions de l artisanat et du petit commerce Une explication anthropologique de la diversité française L influence des modèles nationaux frontaliers CONCLUSION ET NOUVELLES ORIENTATIONS ANNEXES... ERREUR! SIGNET NON DÉFINI. Rapport Final Etude sur la densité régionale des TPE - DCASPL GATE ESiloe

4 AVANT PROPOS METHODOLOGIQUE Rappel des principaux objectifs de l étude 1 Le Ministère des petites et moyennes entreprises, du commerce, de l artisanat, des professions libérales a souhaité réaliser une étude sur la densité régionale des TPE (Très Petites Entreprises) (entreprises indépendantes de moins de 20 salariés) et les facteurs de localisation de ces très petites entreprises. Il existe une forte diversité des densités de population des TPE (Très Petites Entreprises) suivant les territoires et notamment suivant les régions. Au-delà de certains facteurs évidents de concentrations régionales d entreprises de petite taille rattachées à un secteur d activité particulier (ex l hôtellerie et les prestataires de services touristiques dans les zones d attraction touristique ), il n existe pas, a priori, véritablement d explication satisfaisante présentant des critères déterminants de localisation des TPE sur les territoires. «L objet de l étude est de donner une vue de la distribution régionale et locale des TPE» : - «rapprochement intersectoriel : les différentes activités représentent-elles ou non des structures différentes selon les régions?» - «raisons des répartitions différentielles observées : facteurs historiques, sociologiques, économiques, résultats de politiques publiques.» Cette étude est, cependant, une première approche du sujet pouvant servir de base à d autres analyses ultérieures plus approfondies. Il s agit «d aller vers une explication «totale» qui permettrait une meilleure compréhension de la structuration régionale des TPE et permettrait de mener un certain nombre d études complémentaires mieux cernées.» Collaboration GATE ESiloe Les cabinets GATE-CNRS et ESiloe ont tous deux été retenus par le maître d ouvrage suite à l appel d offres de cette étude. Compte tenu des complémentarités des 2 cabinets, la DCASPL leur a proposé d intervenir conjointement sur cette étude 2 et de se partager les rôles en vue de produire un rapport final unique. 1 Source : Cahier des charges DCASPL Mars CF Compte-Rendus de la réunion du comité de pilotage de l étude sur les facteurs de localisation des TPE DCASPL 13 Mai 2005 et de la réunion du 8 juin Rapport Final Etude sur la densité régionale des TPE - DCASPL GATE ESiloe

5 Rappel des principales phases de l étude : Phase 1 : Etude de la littérature existante Phase 2 : Etude statistique des localisations régionales des TPE o Etude d ensemble o Approche affinée de 8 activités (monographies) Phase 3 : Approfondissement et synthèse Phase Période Contenu Comités de pilotage Comité de lancement 8 juin 2005 Comité technique : demandes 30 juin 2006 de données statistiques Phase I Juin à Sept. Etude de la littérature 9 septembre 2005 existante 2005 Phase II Sept 2005 à Etude statistique des 28 octobre Mars 2006 localisations régionales 2005 étude d ensemble approche par monographies Documents remis Rapport intermédiaire Rapport intermédiaire Phase III Mars 2006 à Septembre 2006 Comité intermédiaire Préparation de la phase III Approfondissement et synthèse analyse sur 140 activités Synthèse Réunion de travail Plan de rédaction du rapport final Comité de pilotage final 2 Mars 2006 Note de synthèse 14 juin 2006 Note de synthèse 14 septembre 2006 Rapport final Eléments de méthode et prise de recul sur la démarche suivie La méthodologie retenue en accord avec le maître d ouvrage et le Comité de pilotage a été la suivante. 1. Une revue de littérature a permis de dresser un premier cadre explicatif des différentiels de densité de TPE. Les travaux universitaires traitant directement du sujet sont rares. A part l ouvrage de P. Bachelard traitant de la géographie de l artisanat (1982), les autres recherches englobent des sujets plus larges où l objet TPE n est généralement appréhendé que par incidence. C est le cas des nombreux travaux (thèses, colloques) réalisés dans le cadre de la commission de géographie du commerce du CNRS, mais qui, précisément de par l élargissement de l angle de vue, permettent de situer le petit commerce dans l évolution d ensemble du secteur. Les appareils administratifs d observation statistique et économique dédiés à certains secteurs apportent aussi de précieux renseignements. C est le cas notamment du secteur de la santé où la démographie et la géographie des professions sont analysées régulièrement. L Observatoire national du commerce apporte aussi des informations localisées utiles sur les configurations de l urbanisme commercial. Rapport Final Etude sur la densité régionale des TPE - DCASPL GATE ESiloe

6 L Agence pour la création d entreprises (APCE) traite les données localisées de la création d entreprises et ébauche quelques pistes d explication. La revue de littérature a permis d identifier près de 50 documents utiles. Ils ont été synthétisés dans deux approches complémentaires, l une privilégiant une approche sectorielle des stocks de TPE et de leur évolution, l autre centrée sur les flux de création/disparition et leur impact sur la localisation. Les principales conclusions sont reprises dans la troisième partie du rapport pour ce qui concerne l ancrage historique long des différentiels de densité, dans la première partie pour ce qui concerne l impact des flux sur les densités. Des éléments sont aussi repris pour expliquer des situations sectorisées dans la deuxième partie. 2. Une première approche d ensemble des densités régionales de TPE Compris dans le même premier rapport intermédiaire que la revue de littérature, cet exercice a eu deux objectifs : Donner une première vue localisée par département des différentiels de densité. Réalisée à partir des sources SIRENE et FICUS, elle a concerné l ensemble du champ, divisé par grands secteurs (artisanat, commerce, professions libérales, services), avec un test sur trois activités (boulangers, médecins, menuisiers) et appréhendés selon des critères de stock, de flux, de taille de TPE. Lister l ensemble des indicateurs et des niveaux géographiques par lesquels pourrait être traité le sujet. La finalité de cet exercice était de tester les sources et de présenter des choix méthodologiques. Il est apparu alors que la voie la plus féconde serait de réaliser 8 monographies sur des activités représentatives du champ, privilégiant donc l approfondissement sur l élargissement. 3. Les monographies ont concerné : - la menuiserie - la boulangerie - la mécanique - les fleuristes - la pratique médicale - les cafés et bars-tabacs - le nettoyage - l informatique Ces activités représentent entreprises, soit 16 % du champ. Elles constituent en fait souvent des ensembles d activités (par exemple, boulangerie pâtisserie terminaux de cuisson) lorsqu il est apparu opportun d appréhender des activités en interrelation dont les localisations pouvaient avoir des raisons propres à chacune. Plusieurs indicateurs ont été retenus pour les traitements statistiques (données globales et localisées), concernant notamment la démographie des entreprises en stock, par taille détaillée, et en flux, l emploi salarié, le chiffre d affaires et la valeur ajoutée. La localisation partielle ou totale des données a été réalisée aux niveaux départemental, de la taille des communes et des bassins de vie. Rapport Final Etude sur la densité régionale des TPE - DCASPL GATE ESiloe

7 Ces descripteurs internes aux TPE ont permis de réaliser les monographies présentées dans le deuxième rapport intermédiaire. Mais deux limites sont apparues : il aurait fallu disposer de descripteurs externes complémentaires pour progresser dans l explication, par exemple concernant la demande localisée ; faute de données, il était prévu un recueil de discours d experts notamment dans les milieux professionnels spécialisés (organisations professionnelles, experts de l activité ). Or, il est apparu que les phénomènes de localisation n'étaient pas au cœur des préoccupations des observatoires économiques professionnels qui sont le plus souvent orientés vers une appréhension nationale des phénomènes. La relative pauvreté de l approche monographique a donc conduit à privilégier un élargissement de l observation avec l ambition de disposer sur le maximum d activités d au moins un état des différentiels de densité et des facteurs d explication immédiatement mobilisables. 4. L élargissement de l analyse à 140 activités 3 résulte du choix des activités qui représentent plus de 3000 TPE. En fait, elles constituent la presque totalité du champ (95 %). Les descripteurs ont été limités à trois indicateurs de stock et de flux pour saisir les effectifs dans leur évolution 1994/2002 (période choisie dès le départ de l étude pour des raisons de stabilité des nomenclatures), et de valeur ajoutée, indicateur le plus pertinent pour pondérer les effectifs par la taille. Certains critères ont été écartés, tels que le nombre de personnes occupées et les disparitions d entreprises (cet indicateur étant mal mesuré à partir du fichier Sirene et ainsi manquant de fiabilité) Le seul territoire de traitement retenu a été le département, espace qui permet des perspectives historiques longues et qui a une certaine pertinence économique (par exemple, cadres des schémas d urbanisme commercial). Les espaces infra départementaux approchés dans le cadre des monographies représentent une orientation qui est apparue aujourd hui insuffisamment éclairée (par exemple le choix entre zones d emplois et bassins de vie). L importance des variations saisonnières de population comme facteur explicatif potentiel des différences de densité de TPE a conduit à traiter la population départementale selon les effectifs résidents et maximum, données livrées par l INSEE pendant le déroulement de l étude. Le parti pris de l élargissement explique la structure du rapport final où la deuxième partie expose l analyse des 140 activités, entre une première partie qui les ordonne dans une vue d ensemble et une troisième partie qui les met en perspective dans l histoire longue de la géographie des TPE ; Une focalisation complémentaire a été réalisée sur trois territoires (fin de deuxième partie) pour ébaucher ce que pourrait être une recherche sur l hypothèse de cohérence des fortes ou faibles densités localisées. 3 La liste des 140 activités retenues est présentée en annexe à ce rapport Rapport Final Etude sur la densité régionale des TPE - DCASPL GATE ESiloe

8 Précisions méthodologiques et fichiers utilisés Thème Critère retenu Commentaire Population étudiée Très Petites Entreprises Entreprises de moins de 20 (TPE) salariés Activités prises en compte Ensemble des activités ICS (Industrie Commerce et Services) NAF 700 Soit entreprises de moins de 20 salariés au 1 er janvier 2002 (source: INSEE REE (Sirene)) L approche affinée réalisée au cours de la phase 3 porte sur 140 activités les plus représentatives (pour la plupart comptant plus de 3000 entreprises au niveau National). Les 140 activités retenues représentent entreprises soit près de 89 % du total. Territoire France Métropolitaine L analyse a été réalisée pour l essentiel à l échelon départemental L ampleur des données étudiées n a pas permis, dans le cadre de cette première étude, de descendre à un niveau plus fin Fichiers utilisés INSEE REE (SIRENE) DGI INSEE FICUS UNEDIC Transmis par la DCASPL A1 Rapport Final Etude sur la densité régionale des TPE - DCASPL GATE ESiloe

9 1 PREMIERE PARTIE : VUE D ENSEMBLE L objectif de cette première partie est de donner une vue d ensemble du sujet permettant d une part de définir la notion de densité en précisant les termes du numérateur et du dénominateur et d autre part d apprécier géographiquement et statistiquement l ampleur des différentiels de densité de TPE sur le territoire. Il a été convenu en première approche que l indicateur de base était constitué par le nombre de TPE rapporté à la population du département, mais ces deux notions varient en qualité et en quantité. Le nombre de TPE peut recouvrir des tailles moyennes variables régionalement, ici constituées plutôt d indépendants sans salariés, là glissant vers la PME. La variation de la densité démographique peut donc être compensée par la taille des entreprises. De son côté, la population départementale varie selon les saisons du fait de l importance qu a prise le tourisme et il convient donc d en tenir compte pour apprécier la densité d entreprises dont la fonction dominante est le service aux particuliers. Enfin, la densité des TPE est à apprécier dans la dynamique permanente des créations et disparitions d entreprises. Cette dynamique constitue-t-elle un facteur autonome de polarisation des TPE, participe-t-elle à un phénomène de renforcement ou de résorption des différentiels de densité? Ces vues d ensemble peuvent donc apporter un premier niveau de réponse au différentiel du nombre de TPE qui s explique par des tailles d entreprises compensatrices, par l importance de la population non résidente, par l effet cumulateur des créations. Elles offrent aussi un cadre pour les analyses sectorielles de la deuxième partie. Rapport Final Etude sur la densité régionale des TPE - DCASPL GATE ESiloe

10 1.1 La mesure de l ampleur des différentiels de densité Nous nous intéresserons d abord à la répartition géographique des TPE vue sous l angle de sa densité générale et de la manière dont les différentes activités contribuent à l accentuation des différentiels observés. La carte établissant la densité départementale de l ensemble des TPE (nombre d entreprises pour habitants) dessine une opposition bien connue dans sa généralité, entre le Nord et le Sud de la France, avec comme enclavées dans la partie Nord les fortes densités de Paris et de l ouest parisien. Densité des TPE par rapport à la population en Source: INSEE REE(Sirene) et Recensement général de la population DCASPL [A1] 4 Densité des TPE au 1 er janvier 2002 par rapport à la population du recensement INSEE 1999 Rapport Final Etude sur la densité régionale des TPE - DCASPL GATE ESiloe

11 20 Départements ayant les plus faibles densités de TPE Département Population 99 Nb TPE 2002 Nb TPE pour hab Pas de Calais Moselle Nord Meuse Aisne Sommes Haute Marne Ardennes Seine Maritime Meurthe et Moselle Oise Territoire de Belfort Sarthe Eure et Loir Marne Vienne Haute Saône Haut Rhin Mayenne Aube Départements ayant les plus fortes densités de TPE Département Population 99 Nb TPE 2002 Nb TPE pour hab Corse du Sud Hautes Alpes Alpes Maritimes Haute Corse Savoie Paris Alpes de Haute Provence Var Haute Savoie Vaucluse Hérault Pyrénées Orientales Lot Haut de Seine Bouches du Rhône Gard Hautes Pyrénées Lozère Pyrénées Atlantiques Aveyron Source: Source: INSEE REE(Sirene) et Recensement général de la population DCASPL [A1] Le premier rapport intermédiaire a montré que l opposition entre les fortes densités du Sud et les faibles densités du Nord s impose dans l ensemble des secteurs. Mais, il est intéressant de considérer de manière plus détaillée quelles sont les activités caractérisées par les plus forts et les plus faibles différentiels de densité, de façon à comprendre quelles sont celles qui impactent le plus sensiblement l inégalité générale de répartition sur le territoire. Rapport Final Etude sur la densité régionale des TPE - DCASPL GATE ESiloe

12 Activités des TPE et différentiels de densité Approche méthodologique des différentiels de densité La méthode a consisté à observer la différence de densité en 2002 en s appuyant sur l écart inter décile à la médiane des 140 activités retenues 5 dans le cadre de l étude. Densité 1er décile Densité Médiane Densité dern. Décile Ecart à la Médiane APEN 22d1 22d5 22d9 (d9-d1)/q2 Exploitation de terrains de camping 552C 0,10 0,45 3,74 8,0 Commerce de détail de produits pharmaceutiques 523A 3,30 3,96 4,74 0,4 L écart inter décile à la médiane permet de mesurer l importance des différentiels de densité départementale d1 correspond au 1 er décile c est à dire au département ayant une densité telle que 10 % des départements ont une densité qui lui est inférieure ou égale. d9 correspond au dernier décile c est à dire au département ayant une densité telle que 10 % des départements ont une densité qui lui est supérieure ou égale. d5 ou Q2 correspond à la médiane c est à dire au département ayant une densité telle que 50 % des départements ont une densité qui lui est supérieure et 50 % une densité qui lui est inférieure la densité moyenne Plus l écart inter décile est important (ex pour les terrains de camping) plus on constate de forts différentiels de densités et donc de fortes polarisations départementales Plus l écart inter décile est faible ( ex Pharmacies) plus les différentiels sont faibles et on constate une répartition homogène de cette population d entreprise sur le territoire. L écart inter décile moyen pour l ensemble des 140 activités étudiées est de 1,5 La vue d ensemble des différentiels de densité révèle une inégalité de répartition des TPE sur le territoire généralement forte, variant presque toujours au moins du simple au double selon les activités. Les activités à très fort différentiel de densité Ce sont dans l ensemble des activités peu représentées (en nombre d entreprises) mais connaissant pour certaines d entre elles une forte croissance ( activités liées au tourisme, construction de maisons individuelles, services informatiques ) : Les activités du commerce de gros entrent dans cette catégorie, les unes jouant au bénéfice d espaces urbains dans les fournitures industrielles (matériel électrique et électronique, équipements industriels ), les autres au bénéfice d espaces plus ruraux (animaux vivants, matériel agricole ). Les activités liées au tourisme soit directement (exploitation de campings, activités sportives ), soit indirectement (terminaux de cuisson, cafés ). Les services aux entreprises typiques des fonctions métropolitaines sont aussi en nombre ; il s agit par exemple du conseil informatique, de la promotion immobilière, de l édition. 5 CF Elements de méthode p7 Rapport Final Etude sur la densité régionale des TPE - DCASPL GATE ESiloe

13 Certaines activités artisanales de fabrication ou de services sont aussi typiques de certains espaces soit ruraux (réparation de machines agricoles, fabrication de charpentes ), soit urbains (fabrication de vêtements, bijouterie.). Les fortes surdensités peuvent être aussi révélatrices d une typicité des marchés locaux, ainsi des couvreurs du bâtiment très présents sur un axe Normandie Bretagne / Nord-Ouest du Massif Central. On retrouve enfin les fortes variations de la demande (et de l offre) locale dans des activités du commerce de détail, dans le commerce de poissons, de fruits et légumes, les débits de tabac (très présents sur la façade méditerranéenne et en Alsace Moselle). Activités à très fort différentiel de densité Ecart inter décile supérieur à 2 Nb TPE 2002 % croissance TPE 1994 à 2002 Cumul créations Ecart inter décile à la médiane TPE 2002 Exploitation de terrains de camping ,7% ,0 Intermédiaires non spécialisés du commerce ,6% ,0 Commerce de gros de matériel électrique et électronique ,7% ,6 Travaux de charpente ,0% ,6 Location de matériel agricole ,2% ,5 Commerce de gros de fruits et légumes ,0% ,4 Autre hébergement touristique ,5% ,4 Commerce de détail de poissons, crustacés et mollusques ,3% ,3 Autres activités sportives ,6% ,3 Fabrication de vêtements de dessus pour femmes et fillettes ,4% ,0 Commerce de détail de tabac ,1% 281 3,0 Promotion immobilière de logements ,0% ,0 Commerce de gros d'animaux vivants ,1% 969 2,9 Administration d'immeubles résidentiels ,6% ,8 Commerce de détail de fruits et légumes ,6% ,8 Commerce de gros de boissons ,0% ,7 Commerce de gros d'habillement ,2% ,7 Réalisation de couvertures par éléments ,5% ,6 Cuisson de produits de boulangerie ,6% ,6 Conseil en systèmes informatiques ,0% ,6 Fabrication de charpentes et de menuiseries ,3% ,5 Hôtels de tourisme sans restaurant ,1% ,3 Autres commerces de gros de biens de consommation ,2% ,3 Construction de maisons individuelles ,4% ,2 Location d'autres biens personnels et domestiques ,1% ,2 Gestion de supports de publicité ,7% ,1 Commerce gros fournitures et équipements industriels divers ,2% ,1 Les activités fortement différenciées Elles sont en partie dans le prolongement des catégories précédentes : Encore quelques activités du commerce de gros, mais spécialisées dans les fournitures pour les professionnels et les particuliers (matériel de bureau, matériaux de construction). Les activités touristiques ne sont plus identifiables que par le commerce des articles de sport, plus banalisé. Rapport Final Etude sur la densité régionale des TPE - DCASPL GATE ESiloe

14 Les services aux entreprises sont noués notamment autour d un ensemble «libéral» : ingénierie / comptabilité / architecture / conseil en gestion. L artisanat est très présent soit par son insertion dans des filières industrielles locales (mécanique, chaudronnerie), soit par des traditions alimentaires (charcuterie, pâtisserie). Il y a aussi une distinction du gros œuvre du bâtiment et de l artisanat de services comme le taxi. Le commerce de détail est moins représenté que les services aux particuliers : agences immobilières, restauration rapide, agences de voyage, débits de boissons. Activités à fort différentiel de densité Ecart inter décile situé entre 1,5 et 2 Nb TPE 2002 % croissance TPE 1994 à 2002 Cumul créations Ecart inter décile à la médiane TPE 2002 Réparation de matériel agricole ,3% 762 2,0 Hôtels avec restaurant ,5% ,0 Bijouterie, joaillerie, orfèvrerie ,8% ,0 Commerce de gros non spécialisé ,0% ,0 Enquêtes et sécurité ,6% ,0 Marchands de biens immobiliers ,5% ,0 Réalisation de logiciels ,3% ,9 Transport de voyageurs par taxis ,6% ,9 Conseil pour les affaires et la gestion ,7% ,9 Traitement de données ,0% ,9 Plâtrerie ,8% ,9 Restauration de type rapide ,9% ,9 Recherche-développement en sciences physiques et naturelles ,4% ,8 Travaux de maçonnerie générale ,4% ,8 Cafés tabacs ,8% 285 1,8 Activités de nettoyage ,2% ,8 Commerces de détail alimentaires spécialisés divers ,2% ,8 Commerce de détail de boissons ,7% ,8 Commerce de gros de machines de bureau et de matériel informatique ,9% ,7 Agences de voyage ,4% ,7 Etudes de marché et sondages ,7% ,7 Commerce de détail de pain, pâtisserie et confiserie ,5% ,7 Edition de revues et périodiques ,9% ,7 Débits de boissons ,7% ,7 Commerce de gros de matériel agricole ,1% 838 1,7 Commerce de détail d'articles de sport et de loisir ,6% ,7 Travaux de finition n.c.a ,6% ,6 Manèges forains et parcs d'attractions ,7% ,6 Construction de bâtiments divers ,3% ,6 Edition de livres ,4% ,6 Agences immobilières ,0% ,6 Mécanique générale ,9% ,6 Activités artistiques ,7% ,6 Ingénierie, études techniques ,4% ,5 Formation des adultes et formation continue ,8% ,5 Activités comptables ,5% ,5 Agences, conseil en publicité ,2% ,5 Laboratoires d'analyses médicales ,3% 710 1,5 Fabrication de meubles meublants ,7% ,5 Rapport Final Etude sur la densité régionale des TPE - DCASPL GATE ESiloe

15 Les activités à différentiel moyen La catégorie dominante est celle du commerce de détail, qui se concentre dans ce groupe d activités. Les services aux particuliers, restauration, auxiliaires médicaux, les services aux entreprises ou mixtes, avocats, géomètres, transporteurs, l artisanat du second œuvre du bâtiment (plombiers chauffagistes, électriciens, serruriers) et de réparation sont aussi présents dans ce groupe. Activités à différentiel moyen Ecart inter décile situé entre 1 et 1,5 Nb TPE 2002 % croissance TPE 1994 à 2002 Cumul créations Ecart inter décile à la médiane TPE 2002 Autres intermédiaires spécialisés du commerce ,7% ,4 Pâtisserie ,3% 747 1,4 Bals et discothèques ,6% ,3 Commerce de détail de carburants ,4% 530 1,3 Soins hors d'un cadre réglementé ,7% ,3 Activités d'architecture ,0% ,2 Commerces de détail divers en magasin spécialisé ,9% ,2 Terrassements divers, démolition ,7% ,2 Commerce de gros de fournitures et équipements divers pour le commerce et l ,8% ,2 Menuiserie bois et matières plastiques ,3% ,2 Charcuterie ,6% ,2 Secrétariat et traduction ,4% ,2 Chaudronnerie-tuyauterie ,0% ,2 Réparation d'appareils électroménagers ,0% ,2 Soins de beauté ,7% ,2 Services annexes aux spectacles ,4% ,1 Activités des auxiliaires médicaux ,4% ,1 Commerce d'alimentation générale ,6% ,1 Fabrication d'appareils médicochirurgicaux ,7% ,1 Commerce de détail d'équipements automobiles ,4% ,1 Commerce de détail alimentaire sur éventaires et marchés ,6% ,1 Ambulances ,3% 838 1,1 Autres activités graphiques ,7% ,1 Activités juridiques ,1% ,1 Réparation de matériel électronique grand public ,2% ,1 Commerce de gros de matériaux de construction et d'appareils sanitaires ,3% ,1 Commerce de détail de biens d'occasion ,3% ,1 Revêtement des sols et des murs ,2% ,0 Récupération de matières métalliques recyclables ,4% 934 1,0 Autres activités récréatives ,5% ,0 Studios et autres activités photographiques ,1% ,0 Commerce de détail de quincaillerie ,5% ,0 Services annexes à la production ,8% ,0 Métreurs, géomètres ,4% ,0 Entretien et réparation de véhicules automobiles ,9% ,0 Commerce de détail non alimentaire sur éventaires et marchés ,3% ,0 Commerce de détail de la chaussure ,3% ,0 Installation d'équipements thermiques et de climatisation ,0% ,0 Activités vétérinaires ,7% ,0 Rapport Final Etude sur la densité régionale des TPE - DCASPL GATE ESiloe

16 Les activités les plus faiblement différenciées Parmi les activités dont l écart inter décile est inférieur à 1, on ne trouve qu un nombre limité d activités, mais dont certaines constituent les effectifs les plus importants de TPE. Ainsi, les médecins et dentistes, et, on l a dit, les pharmaciens sont, les plus également répartis sur le territoire, mais aussi les opticiens, les coiffeurs et les fleuristes, sont-elles les activités les plus également réparties sur le territoire. Activités à faible différentiel de densité : écart inter décile inférieur à 1 Nb TPE 2002 % croissance TPE 1994 à 2002 Cumul créations Ecart inter décile à la médiane TPE 2002 Installation d'eau et de gaz ,2% ,9 Commerce de détail de livres, journaux et papeterie ,2% ,9 Commerce de détail d'équipement du foyer ,9% ,9 Commerce de détail de parfumerie et de produits de beauté ,1% ,9 Réparation d'articles personnels et domestiques n.c.a ,0% ,9 Transports routiers de marchandises interurbains ,0% ,9 Blanchisserie - teinturerie de détail ,8% ,9 Administration d'entreprises ,3% ,9 Commerce de détail de textiles ,4% ,9 Commerce de détail de viandes et produits à base de viande ,6% ,9 Commerce de détail d'habillement ,0% ,9 Commerce de détail de meubles ,0% ,8 Industries connexes de l'ameublement ,5% ,8 Transports routiers de marchandises de proximité ,8% ,8 Autres enseignements ,5% ,8 Restauration de type traditionnel ,8% ,8 Commerce de véhicules automobiles ,8% ,8 Autre imprimerie (labeur) ,3% ,8 Travaux d'installation électrique ,0% ,8 Peinture ,8% ,8 Commerce et réparation de motocycles ,8% ,8 Menuiserie métallique ; serrurerie ,8% ,7 Contrôle technique automobile ,4% ,7 Pratique dentaire ,3% ,7 Commerce de détail d'appareils électroménagers et de radio télévision ,7% ,7 Commerce de détail d'optique et de photographie ,0% ,7 Autres services personnels ,3% ,7 Boulangerie et boulangerie-pâtisserie ,0% ,7 Commerce de détail d'horlogerie et de bijouterie ,2% 976 0,7 Réparation de chaussures et d'articles en cuir ,7% 822 0,7 Pratique médicale ,3% ,5 Coiffure ,2% ,5 Commerce de détail de fleurs ,3% ,5 Ecoles de conduite ,3% ,4 Commerce de détail de produits pharmaceutiques ,2% 799 0,4 Rapport Final Etude sur la densité régionale des TPE - DCASPL GATE ESiloe

17 L intérêt de cette première vue d ensemble est de donner un cadre à l ampleur du phénomène observé : le différentiel de densité des TPE est généralement important, sinon très important. Il traverse les différents groupes d activités, à part le commerce de détail massivement inscrit dans des densités intermédiaires. Les plus fortes concentrations géographiques s observent dans le commerce de gros, les activités touristiques, les services aux entreprises, l artisanat de fabrication. Le socle des activités les mieux réparties sur le territoire est constitué par les services de santé, et quelques services aux particuliers et commerces peu touchés par l évolution de la distribution. Rapport Final Etude sur la densité régionale des TPE - DCASPL GATE ESiloe

18 1.2 La pondération des différentiels de densité par la taille des TPE Les forts différentiels de la densité du nombre de TPE pourraient trouver une première explication par le fait que les TPE des zones les moins denses seraient d une taille plus importante, ceci sans préjuger du rapport localisé entre TPE et PME/grandes entreprises. Pour une première approche, nous avons considéré deux indicateurs : la valeur ajoutée des TPE par rapport à la population départementale ; le statut fiscal des entreprises à travers le pourcentage d entreprises au régime micro-fiscal par département La pondération par la valeur ajoutée Il est intéressant de mesurer l impact de la taille des TPE sous deux aspects : est-ce qu elles sont de taille plus importante lorsqu elles sont moins nombreuses et inversement? Est-ce que cette éventuelle corrélation corrige sensiblement la carte des densités régionales? A la première question, on peut répondre par la représentation de la valeur ajoutée moyenne des TPE par département. Son allure générale apparaît effectivement en inversion de celle des densités : les valeurs ajoutées les plus importantes sont généralement situées dans le Nord/Nord est et les plus faibles au Centre/Sud/Sud est. Départements présentant Les plus fortes V.A moyennes. (en millions d euros) Les plus faibles V.A. moyennes. (en millions d euros) Paris Haut-Rhin Hauts-de-Seine Bas-Rhin Moselle Yvelines Essonne Nord Marne Loiret Seine-et-Marne Pas-de-Calais 108,8 105,4 105,0 101,4 99,1 96,9 96,8 96,8 96,6 96,2 95,4 95,1 Hautes-Alpes Alpes de Haute-Provence Lot Gard Gers Ardeche Haute-Loire Ariège Dordogne Var Hérault Lozère 66,4 69,3 72,6 73,2 73,4 73,8 74,3 74,3 75,1 75,6 75,8 76,0 ² Rapport Final Etude sur la densité régionale des TPE - DCASPL GATE ESiloe

19 Les plus fortes valeurs ajoutées se concentrent notamment dans la région parisienne et en Alsace-Moselle. Dans les monographies exposées en deuxième partie et dans la troisième partie, nous reviendrons sur la spécificité de ces régions marquées l une par les TPE à forte valeur ajoutée des services aux entreprises et du négoce de gros, l autre par la tradition germanique plus favorable aux entreprises moyennes. Plus largement, les TPE sont de taille plus importante dans le Nord-Pas de Calais, la Champagne-Ardenne, ceci paraissant compenser leur nombre particulièrement faible, mais aussi dans le Nord de la région Rhône- Alpes, en Pays de Loire et en Bretagne, où elles sont plus nombreuses. Ces dernières régions apparaissent ainsi comme des territoires où les TPE sont à la fois denses et bien structurées. On note aussi que les départements les plus urbanisés présentent généralement des valeurs ajoutées moyennes plus importantes. Les plus faibles valeurs ajoutées sont situées de manière homogène dans les massifs montagneux : Massif central, Alpes du Sud, Pyrénées et sont toujours corrélées avec de fortes densités de TPE. La carte mettant en rapport les 20 départements de plus forte et de plus faible densité, cités en page 10 et les 20 ayant les valeurs ajoutées les plus fortes (plus de euros) et les plus faibles (moins de euros) met en lumière en les durcissant les phénomènes évoqués ci-dessus : plus grande taille compensatrice des petits nombres en Alsace-Moselle, Nord Pas-de-Calais, et pourtour du Bassin parisien ; plus faible taille dans le sud du Massif central, le sud des Alpes, les Pyrénées et la façade méditerranéenne ; Paris et l Ouest parisien où les TPE sont à la fois nombreuses et à forte valeur ajoutée. Le rapport entre densité et taille des entreprises départements saillants + faible densité + forte VA + forte densité + faible VA + forte densité + forte VA Sources : INSEE DGI DCASPL A1 Rapport Final Etude sur la densité régionale des TPE - DCASPL GATE ESiloe

20 On remarque que les différentiels de valeur ajoutée moyenne qui sont de l ordre de 1 (Hautes-Alpes) à 1,3 (Paris) sont nettement moins importants que les différentiels de densité qui varient de 1 (Pas de Calais) à 3 (Corse du Sud). Il en résulte que la taille des TPE ne compense pas globalement leur densité et qu il apparaît donc toujours une sur représentation des départements du Sud si l on rapporte la valeur ajoutée de TPE au nombre d habitants. V.A. moyenne des TPE par habitant en 2002 Données DGI DCASPL A1 On constate effectivement que, globalement, la carte de la valeur ajoutée ne bouleverse pas la carte de la démographie des entreprises. Elle accentue les fortes densités au bénéfice des zones touristiques alpines surtout, et côtières ; elle atténue la densité du sud du Massif Central. Mais, l opposition Nord-Sud (hors Paris et ouest parisien) n est pas remise en question. Seule l Alsace se distingue par une valeur ajoutée qui rejoint les niveaux intermédiaires de la partie Sud, confirmant sa spécificité de région à TPE fortement structurées et à fort impact socio-économique. Dans la même catégorie conciliant forte valeur ajoutée moyenne et fort impact socio-économique (V.A. par habitant), on trouve les plus grandes agglomérations (Paris/Hauts de Seine et Rhône) ainsi que la Vendée, les unes marquées par les services aux entreprises, l autre par un socle artisanal qui a permis un exceptionnel développement de PME 6. 6 «le phénomène économique vendéen», J.L. Barbarit, Mosée, 2003 Rapport Final Etude sur la densité régionale des TPE - DCASPL GATE ESiloe

2 DEUXIEME PARTIE : ANALYSE SECTORIELLE ET LOCALISEE

2 DEUXIEME PARTIE : ANALYSE SECTORIELLE ET LOCALISEE 2 DEUXIEME PARTIE : ANALYSE SECTORIELLE ET LOCALISEE Dans cette partie, l analyse détaillera les 140 activités qui ont été retenues pour l approfondissement de l étude. Le parti pris a été de les regrouper

Plus en détail

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE ANNEE 2009 BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE Présent pour l avenir Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des Négociations

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ LA RÉPARTITION S EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de serrurerie en France métropolitaine et en

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ LA RÉPARTITION DES DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de rachat de crédits

Plus en détail

GUIDE SIMPLIFIÉ D UTILISATION D ODIL

GUIDE SIMPLIFIÉ D UTILISATION D ODIL GUIDE SIMPLIFIÉ D UTILISATION D ODIL Copyright Insee, Octobre 2009 1 Préambule Le but de ce document est de vous aider à prendre en main l'application ODIL (Outil d'aide au Diagnostic d'implantation Locale).

Plus en détail

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur "Logement" métropole... 4

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur Logement métropole... 4 SOMMAIRE I - Synthèse de l'activité 2014... 2 II - Secteur "Logement" métropole... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS + EXISTANTS... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS... 9 ACTIVITE LOGEMENTS EXISTANTS... 13 ACTIVITE

Plus en détail

L Agence MD vous présente

L Agence MD vous présente L Agence MD vous présente 4 Millions d emails BtoB disponibles Focus sur les professions libérales Mise à jour de septembre 2014 1 La Meg@baseB2B 4 Millions d emails de décideurs disponibles L Agence MD

Plus en détail

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Un tissu d entreprises en mutation Edition 2012 Septembre 2012 1 SOMMAIRE I. Caractéristiques des Très Petites Entreprises du BTP en

Plus en détail

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011 Fonds de Dotation L observatoire Deloitte N 20 31 décembre 2011 Éditorial L année vient de s achever avec 863 fonds de dotation enregistrés au 31 décembre 2011. C est une année record car pas moins de

Plus en détail

Assurances de biens et de responsabilité. Etude Mars 2014

Assurances de biens et de responsabilité. Etude Mars 2014 Assurances de biens et de responsabilité Etude Mars 2014 Tempêtes, grêle et neige : Résultats de l année 2012 Ce document est la propriété exclusive de la FFSA et du GEMA et est protégé par le droit d'auteur.

Plus en détail

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI N 13 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 30 octobre 2014 PROJET DE LOI relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral. (procédure

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens ILE -DE- FRANCE études études Mai 2006 Dépendance et rayonnement des établissements franciliens Document réalisé dans le cadre du Schéma Directeur Régional de l'ile-de-france Julie Roy Insee Ile-de-France

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide

En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide FICHES THÉMATIQUES 1.1 ÉVOLUTION DE LA POPULATION ÂGÉE En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide des âges concernant les personnes âgées de 65 ans a fortement évolué : sa base s est élargie et

Plus en détail

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers.

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. Taux, abattements et exonérations

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

Un impact fort, mais contrasté

Un impact fort, mais contrasté 6 TOURISME Le tourisme en chiffres Un impact fort, mais contrasté 13,6 milliards de chiffre d affaires, 2,7 milliards de valeur ajoutée. Il est toujours difficile de mesurer le poids économique de l activité

Plus en détail

de l artisanat Tableau économique ÉTUDES et Recherches Cahier III : Les entreprises artisanales dans l économie des territoires

de l artisanat Tableau économique ÉTUDES et Recherches Cahier III : Les entreprises artisanales dans l économie des territoires ÉTUDES et Recherches de l Institut Supérieur des Métiers Tableau économique de l artisanat MAI 2014 Cahier III : Les entreprises artisanales dans l économie des territoires Tableau économique de l artisanat

Plus en détail

La fréquentation touristique en Gironde

La fréquentation touristique en Gironde La fréquentation touristique en Gironde Données de cadrage actualisées DONNÉES SOURCES : BASE DE DONNÉES RÉGIONALE CRT AQUITAINE - 2010 Avril 2012 SOMMAIRE Méthodologie Les caractéristiques des séjours

Plus en détail

STATISTIQUES PROFESSIONNELLES

STATISTIQUES PROFESSIONNELLES STATISTIQUES PROFESSIONNELLES EXERCICES CLOS EN 2013 Une population étudiée de 5365 adhérents Environ 220 codes A.P.E. représentés 13 ratios étudiés en termes de moyenne, minimum, maximum, écart-type 1:

Plus en détail

Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante.

Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante. En quelques chiffres, une entreprise Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante. FDV 60% Yves Ménardais 40% Initiatives et Finances The Call Machine «TCM» Télémarketing Capital 674 000 Chiffre d affaires

Plus en détail

Statistiques Exercice 2012

Statistiques Exercice 2012 Statistiques Exercice 2012 Bénéfices Industriels et Commerciaux MISE EN GARDE AUX UTILISATEURS Les informations communiquées dans ce fascicule sont communiquées titre indicatif et ne peuvent être considérées,

Plus en détail

La France face à la pénurie de maisons de retraite

La France face à la pénurie de maisons de retraite OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à la pénurie de maisons de retraite Situation actuelle et à venir, à l échelle régionale et départementale OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à

Plus en détail

Liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie alimentaire

Liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie alimentaire A - Dénombrement des micro-organismes aérobies à 30 C (= colonies aérobies = flore aérobie mésophile), Il regroupe les essais - Dénombrement des entérobactéries, suivants: - Dénombrement des Escherichia

Plus en détail

Mutualité Fonction Publique 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13

Mutualité Fonction Publique 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13 DIRECTION DE LA SANTE Département Relations avec les Professionnels de Santé Dossier suivi par : Monique LEFRANCOIS Réf. : 19/2005/ML/MPD Paris, le 22 décembre

Plus en détail

La filière de l expertise comptable

La filière de l expertise comptable La filière de l expertise comptable Comptabilité Audit Conseil Gestion Finance Une promesse d avenirs CURSUS Débouchés Une filière qui offre des parcours de formation à la carte... La filière de l expertise

Plus en détail

Chiffres clés du BTP en Aquitaine

Chiffres clés du BTP en Aquitaine Collection «études» Mars 2015 Chiffres clés du BTP en Aquitaine La filière BTP présentée dans ce document est composée de l ensemble des entreprises des secteurs d activité indiqués dans le tableau ci

Plus en détail

La création d entreprise en milieu rural

La création d entreprise en milieu rural La création d entreprise en milieu rural Une définition du milieu rural Définir le monde rural à partir de la taille des communes nous paraît insuffisant. En effet, il est important de prendre en compte

Plus en détail

Observatoire de l Eolien

Observatoire de l Eolien Observatoire de l Eolien Analyse du marché et des emplois éoliens en France Colloque France Energie Eolienne 2 octobre 2014 Editorial France Energie Eolienne, porte-parole de l éolien, regroupe les professionnels

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires

Plus en détail

Statistiques sur la base T@NDEM - Date d'édition 20/04/2015

Statistiques sur la base T@NDEM - Date d'édition 20/04/2015 Statistiques sur la base T@NDEM - Date d'édition 20/04/2015 total Total Mailing Emailing Phoning Mobile SMS TOTAL TANDEM 42038300 31662994 10824852 19596763 8685075 1987737 cod_civ Civilite Total Mailing

Plus en détail

Note de présentation. En application de cet article, ce projet de décret vise à définir les deux listes :

Note de présentation. En application de cet article, ce projet de décret vise à définir les deux listes : Royaume du Maroc Ministère de t'industrie, du Commerce, de l'investissement et de l'economie Numérique :L=F,i_,_;_a_11 < II ;_,13_, jt -11 y1,3 1,3 Note de présentation Projet de décret fixant la liste

Plus en détail

Les pôles commerciaux et leurs magasins

Les pôles commerciaux et leurs magasins Les pôles commerciaux et leurs magasins Julien Fraichard* Pour les commerçants, l'implantation de leur établissement dans le tissu urbain est primordiale. Certains types de commerces, comme les magasins

Plus en détail

Une Production sous VTOM. Qui sommes nous? L organisation du G.I.E. L environnement Technique L environnement de production

Une Production sous VTOM. Qui sommes nous? L organisation du G.I.E. L environnement Technique L environnement de production Une production Distribuée En environnement Windows NT Une Production sous VTOM Qui sommes nous? L organisation du G.I.E. L environnement Technique L environnement de production Une Production sous VTOM

Plus en détail

- Éléments de référence 2013 pour 2014 -

- Éléments de référence 2013 pour 2014 - - Éléments de référence 2013 pour 2014 - I - TAXE FONCIÈRE DÉPARTEMENTALE SUR LES PROPRIÉTÉS BÂTIES moyen de 2013 L article 1636B septies VI du CGI indique que le taux de la taxe foncière sur les propriétés

Plus en détail

REGLEMENT CHALLENGE LEGRAND VDI Février 2014

REGLEMENT CHALLENGE LEGRAND VDI Février 2014 REGLEMENT CHALLENGE LEGRAND VDI Février 2014 Article 1. ORGANISATEUR La société LEGRAND SNC, au capital social de 6 200 000, immatriculée au RCS de LIMOGES, sous le numéro 389 290 586, dont le siège social

Plus en détail

journées techniques Pour le développement de bonnes pratiques environnementales dans l artisanat

journées techniques Pour le développement de bonnes pratiques environnementales dans l artisanat journées 201 techniques Pour le développement de bonnes pratiques environnementales dans l artisanat 160 stagiaires formés par le CNIDEP depuis 2010 Amélioration des pratiques environnementales dans les

Plus en détail

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort Chiffres clés 1 207 emplois en moyenne sur l année 2011 dans le Territoire de Belfort*. Soit 850 emplois en équivalent temps plein (dont plus de 700 en zone urbaine). 2,4 % de l emploi total du département.

Plus en détail

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Bienvenue à Loire-Centre Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Présentation Le Groupe BPCE 2 Un groupe puissant et solide Les groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne se sont unis pour créer

Plus en détail

BILAN ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU VAL D OISE 1998-1999 LES ÉQUIPEMENTS COMMUNAUX

BILAN ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU VAL D OISE 1998-1999 LES ÉQUIPEMENTS COMMUNAUX BILAN ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU VAL D OISE 1998-1999 LES ÉQUIPEMENTS COMMUNAUX 1 - Des communes inégalement desservies en terme d équipements 2 - Des pôles majeurs d attraction en terme d équipements 3 -

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00 ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE Atelier de 14h30 16h00 Objectifs Identifier les zones en difficultés afin d éviter des fermetures De maintenir des effectifs suffisants dans les CFA

Plus en détail

Le coût de construction des maisons en Pays de la Loire

Le coût de construction des maisons en Pays de la Loire Le coût de construction des s en Pays de la Loire pour les permis autorisés en 2006 Sommaire I Source, définitions et limites d utilisation p 2 II Les principaux enseignements p 3 III Qui sont les pétitionnaires

Plus en détail

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Tableau de bord 1997-2009 Sommaire 5,5 Md de fonds levés dont 3,3 Md destinés à l innovation page 3 3 Md investis

Plus en détail

Une nouvelle nomenclature d activités française (NAF) se substituera le 1 er 2008 à celle qui était en vigueur depuis le 1 er janvier 2003.

Une nouvelle nomenclature d activités française (NAF) se substituera le 1 er 2008 à celle qui était en vigueur depuis le 1 er janvier 2003. CIRCULAIRE COMMUNE 2007-26 -DRE Paris, le 13/12/2007 Objet : Mise à jour du répertoire professionnel Madame, Monsieur le Directeur, Une nouvelle nomenclature d activités française (NAF) se substituera

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales

ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales NOR: MCCE1240070A Version consolidée au 16 janvier 2015 Le ministre de l'économie

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE

RAPPORT D ACTIVITÉ FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE Sommaire AVANT-PROPOS 02 ÉDITO 04 1. Des effectifs en constante évolution mais

Plus en détail

Le commerce de proximité Repérage statistique et implantation sur le territoire

Le commerce de proximité Repérage statistique et implantation sur le territoire Le commerce de proximité Repérage statistique et implantation sur le territoire Gwennaël Solard Insee - Division Commerce Chargé d études 18 boulevard Adolphe Pinard 75675 Paris Cedex 14 tél : 01 41 17

Plus en détail

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012 27 JUIN 2013 ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012 EN COOPERATION AVEC L ACOSS-URSSAF ET LA CCMSA Cécile BAZIN Liza MARGUERITTE Noël TADJINE Guillaume PREVOSTAT - Jacques MALET L économie sociale,

Plus en détail

Évolution du tissu artisanal en Bretagne

Évolution du tissu artisanal en Bretagne du tissu artisanal en Bretagne Alors que le nombre d entreprises artisanales bretonnes a baissé depuis 1990, 28 000 emplois salariés supplémentaires ont été créés dans le secteur en 14 ans. La taille des

Plus en détail

Tarif des mutuelles santé : un écart de prix de 60% selon le département

Tarif des mutuelles santé : un écart de prix de 60% selon le département Tarif des mutuelles santé : Communiqué de presse Lille, le 1er septembre 2011 Tarif des mutuelles santé : un écart de prix de 60% selon le département Le cabinet de conseil Fact&Figures prévoyait en juillet

Plus en détail

Contenu du fichier Base Permanente des Equipements 2008. Fichier Ensemble

Contenu du fichier Base Permanente des Equipements 2008. Fichier Ensemble Contenu du fichier Base Permanente des Equipements 2008 Fichier Ensemble Liste des variables : AN Année DCIRIS Département, commune et IRIS d implantation de l équipement DEP Département d implantation

Plus en détail

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 2. Adhésion des entreprises aux institutions de retraite complémentaire

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 2. Adhésion des entreprises aux institutions de retraite complémentaire Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points n o 2 Guide entreprises Janvier 2015 Adhésion des entreprises aux institutions de retraite complémentaire Sommaire La retraite,

Plus en détail

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Opportunités de croissance ou créations d entreprise, plus de 44 000 commerces ou industries

Plus en détail

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat (FSPOEIE) constitue

Plus en détail

La démographie médicale Situation au 1 er janvier 2013

La démographie médicale Situation au 1 er janvier 2013 Professionnels de santé : exercer dans le Val-de-Marne Jeudi 04 avril 2013 La démographie médicale Situation au 1 er janvier 2013 1 Dr Bernard LE DOUARIN Président CDOM Val-de-Marne Selon les prévisions

Plus en détail

Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013

Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013 Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013 Sommaire Le Top 15.... 3 Les évolutions récentes... 7 Evolution du PNB... 12 Les résultats

Plus en détail

Indicateur : population présente tout au long de l année dans les départements littoraux métropolitains

Indicateur : population présente tout au long de l année dans les départements littoraux métropolitains Indicateur : population présente tout au long de l année dans les départements littoraux métropolitains Contexte Les communes littorales métropolitaines hébergent plus de 6 millions d habitants et ont

Plus en détail

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le

Plus en détail

Rapport d activité. Rhône-Alpes Active Une finance solidaire au service de l emploi et des territoires

Rapport d activité. Rhône-Alpes Active Une finance solidaire au service de l emploi et des territoires Rapport d activité 2014 Une finance solidaire au service de l emploi et des territoires EN En 2014 3 668 emplois créés ou consolidés 907 projets accompagnés et 20,9 M mobilisés en Jean Jacques Martin Président

Plus en détail

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES LA LETTRE D INFORMATION HEBDOMADAIRE DU RÉSEAU Conjoncture du 1 er trimestre 215 Avril 215 ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES Au 1 er trimestre

Plus en détail

CONJUGUEZ LES MÉTIERS DU BÂTIMENT AU FÉMININ! CONCOURS 2015 / 16 10 e ÉDITION. Guide d accompagnement pour remplir son dossier. En partenariat avec

CONJUGUEZ LES MÉTIERS DU BÂTIMENT AU FÉMININ! CONCOURS 2015 / 16 10 e ÉDITION. Guide d accompagnement pour remplir son dossier. En partenariat avec CONJUGUEZ LES MÉTIERS DU BÂTIMENT AU FÉMININ! CONCOURS 2015 / 16 10 e ÉDITION Guide d accompagnement pour remplir son dossier En partenariat avec Qu est-ce que la CAPEB? La Confédération de l Artisanat

Plus en détail

Portrait statistique de l emploi dans le commerce de détail. sur le périmètre de l inter-scot de l aire métropolitaine lyonnaise

Portrait statistique de l emploi dans le commerce de détail. sur le périmètre de l inter-scot de l aire métropolitaine lyonnaise Les Scot de l aire métropolitaine lyonnaise Agglomération lyonnaise Beaujolais Boucle du Rhône en Dauphiné Bugey-Côtière-Plaine de l Ain La Dombes Loire Centre Monts du Lyonnais Nord-Isère Ouest lyonnais

Plus en détail

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 2 1985 / 2009 : 25 ans de concours du crédit-bail au financement de l d entreprise* 1.Introduction : le crédit-bail,

Plus en détail

titre : Conseil éligibles

titre : Conseil éligibles Les aides financières du Parc naturel régional de la Haute Vallée de d Chevreuse sont attribuées au titre : du programme d actions du PNR financé par le Conseil régional d Île de France, le Conseil général

Plus en détail

Chaire Attractivité et Nouveau Marketing Territorial

Chaire Attractivité et Nouveau Marketing Territorial Chaire Attractivité et Nouveau Marketing Territorial Dossier de presse Contact Chaire : Joël Gayet Mobile : 00 33 6 09 51 15 70 Jgayet.chaire anmt@sciencespo aix.fr Contact Sciences Po Aix : Noëlline Souris

Plus en détail

Liste des variables Fichier ME109603 MENAGE

Liste des variables Fichier ME109603 MENAGE Liste des s Fichier ME109603 MENAGE Index des s : AADATE : Date de l'enquête... 3 AAPERIODE : Période... 3 AAPOID9603 : Coefficient de pondération... 3 AAPOID9903 : Coefficient de pondération... 3 AAPOIDSF

Plus en détail

Le centre de gestion a le plaisir de vous adresser les statistiques professionnelles élaborées à partir des dossiers de gestion 2013.

Le centre de gestion a le plaisir de vous adresser les statistiques professionnelles élaborées à partir des dossiers de gestion 2013. Statistiques 2013 3, rue de Lyon B.P. 531 71010 MACON CEDEX Tél. 03.85.21.90.60 Télécopie 03.85.21.90.69 E-mail : contact@cgai-macon.fr Agrément de la Direction Régionale des Impôts n 1.02.710 du 6 mars

Plus en détail

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013)

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013) Observatoire des Métiers et de l Artisanat Région Centre Juin 214 Artiscope Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 213 (2ème Semestre 213 - Année 213) La révision

Plus en détail

Annexes. Sources et concepts. Le zonage en zones d emploi 2010

Annexes. Sources et concepts. Le zonage en zones d emploi 2010 Sources et concepts L étude est basée sur le croisement de deux zonage d étude : celui en zones d emploi, mis à jour en 2010, et celui en bassins de vie (2012). La région Midi-Pyrénées est couverte par

Plus en détail

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs DONNÉES AU 31/12/2006 SOURCE INSEE-CLAP 1 - DÉCEMBRE 2008 Panorama de l'économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Ce document est la première publication réalisée par l Observatoire national de l

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais. L artisanat de la région. Nord - Pas de Calais

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais. L artisanat de la région. Nord - Pas de Calais Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais L artisanat de la région Nord - Pas de Calais Éditorial...5 I. État et évolution de l artisanat du Nord-Pas de Calais... 7 1. 46 341

Plus en détail

Les Services en Midi-Pyrénées

Les Services en Midi-Pyrénées Emploi et établissements des Services Départements : Nombre d'établissements RCS et effectif salarié au 2ème trimestre 2014 : Nombre d'établissements Effectif salarié (par rapport à 2013) (par rapport

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS Présentation du Programme PHARE Les achats hospitaliers, levier majeur de performance pour les établissements Achats hospitaliers : 18 Milliards d euros en 2009 Non médicaux 42% Achats Hospitaliers Médicaux

Plus en détail

Projet VISIOStockage

Projet VISIOStockage 1 Projet VISIOStockage Observatoire des sites de stockage Outil d observation des capacités de stockage dans la filière des céréales et des oléo-protéagineux Auvergne/ RENCONTRES RÉGIONALES CÉRÉALIÈRES

Plus en détail

Statistiques Exercice 2011

Statistiques Exercice 2011 Statistiques Exercice 2011 Bénéfices Industriels et Commerciaux MISE EN GARDE AUX UTILISATEURS Les informations consignées dans ce fascicule sont communiquées à titre indicatif et ne peuvent être considérées,

Plus en détail

ACTIVITES REGLEMENTEES

ACTIVITES REGLEMENTEES ACTIVITES REGLEMENTEES Par le décret N 98-246 du 02 Avril 1998, quels que soient le statut juridique et les caractéristiques de l entreprise, un certain nombre d activités, dites réglementées ne peuvent

Plus en détail

Édition avril 2014. Artisanat du Bâtiment LES CHIFFRES CLÉS. Dans le bâtiment, l'artisanat est toujours la première entreprise de France!

Édition avril 2014. Artisanat du Bâtiment LES CHIFFRES CLÉS. Dans le bâtiment, l'artisanat est toujours la première entreprise de France! Édition avril 2014 Artisanat du Bâtiment LES CHIFFRES CLÉS 2014 Dans le bâtiment, l'artisanat est toujours la première entreprise de France! éditorial L artisanat du bâtiment demeure cette année encore

Plus en détail

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013 La preuve par Principaux enseignements du bilan des PRT et du recensement des projets télémédecine 2013 Le recensement Télémédecine 2013 01 Synthèse du recensement Télémédecine 2013 02 Répartition et maturité

Plus en détail

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE Préambule Le droit au compte figure dans la législation française comme un principe fondamental. Le code monétaire et financier (article

Plus en détail

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL Etat du tissu associatif et bilan de l emploi du secteur non lucratif en 2013 En bref Le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médico-social et santé poursuit son

Plus en détail

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009.

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009. O bservatoire R H F égional abitat oncier Ré g i o n Ce n t r e Cher - Eure-et-Loir - Indre Indre-et-Loire - Loir-et-Cher - Loiret Le tableau de bord de l observatoire régional de l habitat et du foncier

Plus en détail

Taux de majoration et contingent des heures supplémentaires Tableau récapitulatif (sélection de conventions collectives)

Taux de majoration et contingent des heures supplémentaires Tableau récapitulatif (sélection de conventions collectives) Taux de majoration et contingent des s supplémentaires Tableau récapitulatif (sélection de conventions collectives) La mention «taux légal» renvoie aux conditions de majoration des s supplémentaires fixées

Plus en détail

LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS. Université Lille 2

LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS. Université Lille 2 LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS Université Lille 2 Master STAPS «Grand Nord» - Entraînement et Optimisation de la Performance Sportive _ option Préparations

Plus en détail

MARCHE ET COMPETENCES DANS LE LOGICIEL EMBARQUE. Etude pour le compte de l OPIIEC

MARCHE ET COMPETENCES DANS LE LOGICIEL EMBARQUE. Etude pour le compte de l OPIIEC MARCHE ET COMPETENCES DANS LE LOGICIEL EMBARQUE Etude pour le compte de l OPIIEC Juin 2008 1 LE LOGICIEL EMBARQUE : DEFINITION Un logiciel embarqué est un logiciel permettant de faire fonctionner une machine,

Plus en détail

REGLEMENT JEU-CONCOURS «L EQUIPE DE TOUS LES FOOTBALLS»

REGLEMENT JEU-CONCOURS «L EQUIPE DE TOUS LES FOOTBALLS» REGLEMENT JEU-CONCOURS «L EQUIPE DE TOUS LES FOOTBALLS» Article 1 : Sociétés Organisatrices Crédit Agricole S.A. au capital de 7.493.916.453, dont le siège social est situé au 91-93, boulevard Pasteur,

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Règlement intérieur adopté à l assemblée générale du 28 juin 2014. Préambule

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Règlement intérieur adopté à l assemblée générale du 28 juin 2014. Préambule RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement intérieur adopté à l assemblée générale du 28 juin 2014 Préambule Le règlement intérieur est établi par le conseil d administration, approuvé par l assemblée générale. Il

Plus en détail

ENQUETE DE COMPARAISON SPATIALE DES NIVEAUX DE PRIX A LA CONSOMMATION ENTRE LA CORSE ET LE CONTINENT. Note Méthodologique

ENQUETE DE COMPARAISON SPATIALE DES NIVEAUX DE PRIX A LA CONSOMMATION ENTRE LA CORSE ET LE CONTINENT. Note Méthodologique ENQUETE DE COMPARAISON SPATIALE DES NIVEAUX DE PRIX A LA CONSOMMATION ENTRE LA CORSE ET LE CONTINENT Note Méthodologique 1 Introduction En mars 2010, l Insee a réalisé une enquête de comparaison des niveaux

Plus en détail

EQUIPEMENT COMMERCIAL

EQUIPEMENT COMMERCIAL Territem, au service des entreprises Information territoriale 2011-2014 > Offre globale Chiffres-clés Composition commerciale > Equipements structurants > Cartographies EQUIPEMENT COMMERCIAL Panorama OFFRE

Plus en détail

la création d entreprise en nord-pas de calais

la création d entreprise en nord-pas de calais Nord-Pas de Calais N 184 SEPTEMBRE 2014 la création d entreprise en nord-pas de calais Près de 24 000 créations d entreprise en 2013 en Nord-Pas de Calais En 2013, les créations ont légèrement baissé en

Plus en détail

ARTISANAT. 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais

ARTISANAT. 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais CPRDFP Document d orientation État 1/5 ARTISANAT 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais 1.1 Panorama des métiers de l artisanat Les coiffeurs, les

Plus en détail

Bilan de l année 2011

Bilan de l année 2011 LE PERMIS A POINTS Bilan de l année DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION DE LA CIRCULATION ET DE LA SECURITE ROUTIERES BUREAU DE LA SECURITE ET DE LA REGLEMENTATION

Plus en détail

Observatoire de la MEF

Observatoire de la MEF 2013 Observatoire de la MEF Cité des métiers du Grand Beauvaisis 36, Avenue Salvador Allende Village Mykonos Bâtiment G 60000 Beauvais 03 60 56 60 60 www.mef-beauvaisis.fr SOMMAIRE 1/Définition du secteur

Plus en détail

AUDIT FRANCE LES FRANCAS FEDERATION NATIONALE LAIQUE DE STRUCTURES ET D ACTIVITES EDUCATIVES, SOCIALES ET CULTURELLES

AUDIT FRANCE LES FRANCAS FEDERATION NATIONALE LAIQUE DE STRUCTURES ET D ACTIVITES EDUCATIVES, SOCIALES ET CULTURELLES AUDIT FRANCE LES FRANCAS FEDERATION NATIONALE LAIQUE DE STRUCTURES ET D ACTIVITES EDUCATIVES, SOCIALES ET CULTURELLES Association reconnue d utilité publique Siège social : 10/14 rue Tolain 75020 PARIS

Plus en détail

Adaptation Nationale des Transmissions Aux Risques Et aux Secours

Adaptation Nationale des Transmissions Aux Risques Et aux Secours Adaptation Nationale des Transmissions Aux Risques Et aux Secours Réseau national de radiocommunications numériques pour les sapeurs-pompiers Page 2 de 13 1 ANTARES POURQUOI? 1.1 UNE MODERNISATION RENDUE

Plus en détail

Formations FEEBAT. Analyse des formations en Midi-Pyrénées C R C MIDI PYRÉNÉES

Formations FEEBAT. Analyse des formations en Midi-Pyrénées C R C MIDI PYRÉNÉES Formations FEEBAT Analyse des formations en Midi-Pyrénées C R C MIDI PYRÉNÉES Présentation du dispositif Qu est ce que le dispositif FEEBAT? La Formation aux Economies d Energie dans le Bâtiment a été

Plus en détail

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~ SUIVI DE LA DEMANDE TOURISTIQUE AQUITAINE ANNEE 2010 Note dee conjoncture TNS SOFRES-CRTA Suivi de la Demande touristique 2010 CRTAA DIRECCTE Aquitaine TNS T SOFRES 1 ~ SOMMAIRE AVERTISSEMENT METHODOLOGIQUE...

Plus en détail

5 Avril 2013. Evolution de la construction neuve dans l espace Rhône Avignon Vaucluse AURAV LES PUBLICATIONS DE L AGENCE

5 Avril 2013. Evolution de la construction neuve dans l espace Rhône Avignon Vaucluse AURAV LES PUBLICATIONS DE L AGENCE LES PUBLICATIONS DE L AGENCE Evolution de la construction neuve dans l espace Rhône-Avignon-Vaucluse La n de l «âge d or» de la maison individuelle? aurav agence d'urbanisme Rhône Avignon Vaucluse 5 Avril

Plus en détail

Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises

Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

Plus en détail