Portrait statistique de l emploi dans le commerce de détail. sur le périmètre de l inter-scot de l aire métropolitaine lyonnaise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Portrait statistique de l emploi dans le commerce de détail. sur le périmètre de l inter-scot de l aire métropolitaine lyonnaise"

Transcription

1 Les Scot de l aire métropolitaine lyonnaise Agglomération lyonnaise Beaujolais Boucle du Rhône en Dauphiné Bugey-Côtière-Plaine de l Ain La Dombes Loire Centre Monts du Lyonnais Nord-Isère Ouest lyonnais Rives du Rhône Roannais Sud Loire Val de Saône-Dombes Portrait statistique de l emploi dans le commerce de détail sur le périmètre de l inter-scot de l aire métropolitaine lyonnaise Mars 2014

2 Le commerce, secteur aux évolutions rapides et à l impact considérable sur l aménagement du territoire, nécessite un suivi régulier. Les présidents et les techniciens des syndicats mixtes de Scot, les Etablissements publics de coopération intercommunale (EPCI) de l aire métropolitaine lyonnaise et le Pôle Métropolitain ont souhaité confier cette mission aux deux Agences d urbanisme de Lyon et de Saint-Etienne. Si la régulation des implantations commerciales se fait actuellement à l aune des critères de l aménagement du territoire, les arguments régulièrement mis en avant par les opérateurs privés de l immobilier commercial dans leurs projets d implantations portent sur l emploi, son ancrage et son intensité relative par rapport à d autres secteurs économiques. Ce travail propose d évaluer l ampleur et la nature des évolutions de l emploi dans le commerce de détail sur le périmètre de l inter-scot de l aire métropolitaine lyonnaise en s appuyant principalement sur une revue descriptive des statistiques publiques. SOMMAIRE Précautions méthodologiques 3 Les caractéristiques de l emploi salarié privé dans le commerce en France en Les caractéristiques de l emploi salarié privé dans le commerce dans l inter-scot en Zoom sur l emploi salarié dans les commerces de détail alimentaire dans l inter-scot en Annexes 11 Ce qu il faut retenir 12 2 I Portrait statistique de l emploi dans le commerce de détail

3 1. Précautions méthodologiques Un portrait réalisé uniquement sur l emploi salarié privé Ce document a été principalement réalisé à partir des sources statistiques de l Urssaf-Acoss et de Pôle Emploi (pour la période ) qui recensent l emploi salarié privé. Les commerces sans salarié du commerce de détail font l objet d une estimation à partir du fichier Sirene. Comme le souligne l Insee, la majeure partie des entreprises du commerce de détail sont des structures de petite taille : 54 % n ont aucun salarié en France. Ainsi nous paraîssait-il important de traiter cette question. 98 % comptent moins de vingt salariés. Cependant, le commerce de détail comprend aussi quelques très grandes entreprises de sorte que les 2 % d entreprises de vingt salariés ou plus concentrent 60 % des emplois salariés du secteur. et sur le commerce de détail L analyse portera uniquement sur le commerce de détail et ne traitera pas de la question du commerce de gros. Le commerce de détail consiste à vendre des marchandises dans l état où elles sont achetées généralement à une clientèle de particuliers. A contrario, le commerce de gros correspond au commerce inter-entreprise. Portrait des tendances qui ont un effet sur les statistiques L analyse de l évolution de l emploi dans le commerce de détail doit intégrer des tendances de fond qui ont un effet sur les statistiques : - la baisse du nombre d indépendants, au profit de structures commerciales plus concentrées ou appartenant à des réseaux de commerces organisés, contribue à dynamiser l emploi salarié ; - le développement du temps partiel gonfle les statistiques d emploi dans le commerce qui ne seraient pas évaluées en équivalent temps plein ; - la non-comptabilisation dans l emploi du commerce des intérimaires exerçant leur activité dans des entreprises commerciales, car ces emplois sont enregistrés dans le secteur du travail temporaire. Néanmoins, différentes sources confirment que la proportion d intérimaires demeure faible dans le secteur du commerce de détail, - le commerce non salarié représente une part non négligeable en France comme nous le soulignions précédemment. 1. Le lecteur se référera en annexe pour connaître la liste des codes NAF retenus Portrait statistique de l emploi dans le commerce de détail I 3

4 2. Les caractéristiques de l emploi salarié privé dans le commerce en France en 2010 Nombre de points de vente (en milliers) Surface (en milliers de m²) Personnes occupées 2 (en milliers) Chiffres d affaires en millions d Personnes occupées par point de vente Personnes occupées pour 100 m² de surface de vente Chiffres d affaires par personne occupée (en K ) Alimentation non spécialisée ,6 2,4 304,5 Hypermarchés 1, ,5 3,0 288,9 Supermarchés 9, ,1 1,8 361,8 Supérettes 4, ,0 1,8 240,0 Commerces d alimentation 13, ,4 2,5 147,0 générale Magasins multi-commerces 0, ,0 3,1 213,3 Commerces de détail 1, ,6 1,4 320,0 de produits surgelés Alimentation spécialisée ,3 5,2 107,5 et artisanat commercial Équipement du foyer ,2 1,0 210,2 Habillement et chaussures ,9 1,7 160,2 Culture, loisirs, sport ,4 1,7 166,2 Produits pharmaceutiques ,4 4,8 271,6 et articles médicaux et orthopédiques Non-alimentaire non spécialisé ,0 1,2 207,3 Autres équipements ,1 3,9 168,2 de la personne Équipements de l information ,3 3,3 196,9 et de la communication Autres commerces de détail ,3 1,3 140,3 Ensemble ,8 2,1 217 Source : enquête points de vente 2009 Insee et calculs Opale 2. Les personnes occupées regroupent les effectifs salariés et non salariés, ainsi que le personnel mis à disposition du point de vente et le personnel intérimaire, mais en excluant le personnel du point de vente mis à disposition ailleurs. 3. Les magasins multi-commerces (la plupart sous enseigne Monoprix) sont des magasins de même surface que les supermarchés, mais qui réalisent moins de 65 % de leur chiffre d affaires en produits alimentaires. 4. L équipement du foyer regroupe les commerces de détail de meubles, d appareils d éclairage et d autres articles de ménage, les quincailleries, les magasins de peintures et verres, d appareils électroménagers, de textiles, tapis, moquettes et revêtements de murs et de sols. 5. Le secteur non alimentaire non spécialisé comprend les grands magasins et les autres commerces de détail non spécialisés. 6. Les autres équipements de la personne comprennent les magasins d optique, de parfumerie et produits de beauté, d horlogerie-bijouterie, et de maroquinerie et articles de voyage. 4 I Portrait statistique de l emploi dans le commerce de détail

5 Corrélativement à l étendue de leurs surfaces de vente (6 400 m² en moyenne), les hypermarchés arrivent en tête des formats les plus générateurs d emplois avec en moyenne plus de 186 emplois occupés par point de vente. Le commerce de détail est nettement plus intense en emplois que la logistique Le commerce et la logistique sont les activités économiques qui ont le plus d impacts en matière d aménagement du territoire. Leur intensité en emplois est souvent questionnée. Il nous a donc semblé opportun de donner quelques éléments de repères dans ce paragraphe. Avec en moyenne 300 emplois pour m² de surface de vente pour le format hypermarché et 100 emplois pour m² de surface de vente pour les magasins d équipements du foyer, le secteur du commerce de détail reste nettement plus intense en emplois que la logistique. En effet, dans son étude 7, l Institut d aménagement et d urbanisme de la région Île-de-France constate qu un entrepôt logistique génère en moyenne 61 emplois à l hectare ( m²). Le cabinet d étude «Interface transport» constatait, quant à lui, en , que l activité logistique ne générait que 38 emplois en moyenne à l hectare en région Rhône-Alpes. Les supermarchés et les hypermarchés réalisent le chiffre d affaires moyen par personne occupée le plus élevé Les supermarchés et les hypermarchés réalisent le chiffre d affaires moyen par personne occupée le plus élevé. En effet, ils se distinguent, au sein de l alimentation non spécialisée, par la plus forte part dans leurs ventes de produits non alimentaires. A titre d exemple, l électroménager, dont le prix unitaire est élevé, exige un personnel de vente spécifique. L artisanat commercial reste le format le plus intense en emplois en France Rapporté à la surface de vente, l artisanat commercial reste le format le plus intense en emplois en France avec 5,2 emplois en moyenne pour 100 m² de surface de vente contre 3,4 dans l alimentation non spécialisée. Dans l alimentation non spécialisée, les ratios de personnes occupées pour 100 m² de surface de vente et de chiffres d affaires par personne occupée tendent à augmenter avec la surface de vente. Ainsi, les supermarchés génèrent un chiffre d affaires de plus de 361 K par emploi occupé contre 107,5 K pour l artisanat commercial. 7. L impact des sites logistique sen Île-de-France, Résultats des enquêtes et ratios, IAU IDF, avril Les flux logistiques en Rhône-Alpes, Enquête auprès d établissements de surface supérieure à m², interface transport, Rapport_finalV3.pdf Portrait statistique de l emploi dans le commerce de détail I 5

6 3. Les caractéristiques de l emploi salarié privé dans le commerce dans l inter-scot en 2012 Le commerce de détail pèse plus de emplois privés A l échelle de l inter-scot, le commerce de détail représente emplois salariés privés fin 2012 répartis dans établissements. (Acoss Urssaf 31 décembre 2012). Il représente 8 % de l ensemble des emplois (hors intérimaires) et une moyenne de sept emplois par établissement. Dans l inter-scot, près de établissements n ont pas de salariés soit approximativement emplois (compte tenu des conjoints collaborateurs). L inter-scot compte relativement moins d emplois dans le commerce de détail que l ensemble de la région Rhône-Alpes où le commerce de détail représente 9% des emplois. Les établissements du commerce de détail de l inter-scot sont toutefois plus denses en emplois que la moyenne régionale (6,5 emplois salariés par établissement). Le commerce alimentaire emploie 41% des salariés. 59% des emplois relèvent du non alimentaire. Cette répartition est comparable à celle de la région Rhône-Alpes. Le commerce alimentaire est plus intense en emplois que le commerce du non-alimentaire. On compte en moyenne treize emplois par établissement dans l inter-scot contre cinq dans le non-alimentaire. Une situation proche de la moyenne régionale. Caractéristiques et évolutions de l emploi salarié privé et des établissements du commerce de détail entre 2009 et 2012 Les emplois salariés du commerce de détail Les établissements du commerce de détail Effectifs salariés du nombre de salariés en % Nombre d établissements en valeur en % en 2012 entre 2009 et 2012 en 2012 Agglomération lyonnaise % % Beaujolais % % Boucle du Rhône en Dauphiné % % Bugey Côtière Plaine de l Ain % % La Dombes % % Loire Centre % % Monts du Lyonnais % % Nord-Isère % % Ouest lyonnais % % Rives du Rhône % % Roannais % % Sud Loire % % Val de Saône - Dombes % % Total Inter-Scot ,1% ,9% Source : Acoss, Urssaf 6 I Portrait statistique de l emploi dans le commerce de détail

7 Poids de l emploi des Scot dans le total inter-scot Le Scot de l agglomération lyonnaise contribue à 50% des emplois du commerce de détail de l inter-scot avec 46% des points de vente. Avec 16% des emplois du commerce de détail et 16% des points de vente, le Scot Sud Loire arrive en deuxième position des Scot les plus contributeurs en matière d emplois salariés privés. Les Scot Rives du Rhône, Beaujolais et Nord-Isère contribuent chacun à 6% de l emploi salarié du commerce de détail de l inter-scot. Ces chiffres confirment la hiérarchie de l armature commerciale dans l aire métropolitaine lyonnaise. Part de l emploi du commerce de détail dans chaque Scot L emploi du commerce de détail au sein de l inter-scot se situe à un peu plus de 8 %. Neuf des treize Scot de l inter-scot ont une proportion d emploi dans ce secteur supérieure à cette valeur. Aux deux extrêmes, nous retrouvons le Scot Boucle du Rhône en Dauphiné avec une part de l emploi dans le commerce de détail qui s établit à plus de 12 % contre seulement 4,5 % pour le Scot des Monts du Lyonnais. La part de l emploi dans le commerce de détail du Scot de l agglomération lyonnaise se situe 0,7 point en deçà de celle de l inter-scot. Ce chiffre est à mettre en relation avec la diversité du tissu économique lyonnais et son caractère relativement généraliste. Portrait statistique de l emploi dans le commerce de détail I 7

8 Spécificité des Scot par catégorie de commerce de détail Dans l inter-scot, six salariés du commerce sur dix sont employés dans le secteur du commerce non alimentaire contre quatre dans l alimentaire. Au sein des Scot, l agglomération lyonnaise se distingue par une présence encore plus forte des emplois dans le commerce non-alimentaire (près de deux tiers des emplois du commerce de détail). À l inverse, dans La Dombes, les Boucles du Rhône en Dauphiné, le Val de Saône-Dombes et Loire Centre, l emploi dans le commerce du détail se situe majoritairement dans l alimentaire. Cela s explique par la structure de l équipement commercial de ces territoires. En effet, elle est organisée autour d une offre de proximité destinée à satisfaire prioritairement les besoins alimentaires. Le top 20 des communes de l aire métropolitaine lyonnaise les plus spécifiques en matière d emplois salariés privés dans le commerce de détail en 2012 Scot Commune Total emploi Total emploi commerce de détail Indice de spécificité commerce de détail Nord-Isère Oytier-Saint-Oblas Val de Saône-Dombes Montceaux Boucle du Rhône en Dauphiné Tignieu-Jameyzieu Beaujolais Civrieux-d Azergues Sud Loire Villars Beaujolais Taponas Beaujolais Saint-Loup Monts du Lyonnais Souzy Boucle du Rhône en Dauphiné Passins Nord-Isère L Isle d Abeau Rives du Rhône Chavanay Rives du Rhône Davézieux Roannais Parigny Roannais Mably Beaujolais Blacé Agglomération lyonnaise Agglomération lyonnaise Rochetaillée- Givors sur-saône Nord-Isère Domarin Roannais Lentigny Dans les Scots Bugey-Côtière-Plaine de l Ain, Rives du Rhône, Monts du Lyonnais, l emploi dans le commerce de l alimentaire demeure surreprésenté par rapport à la moyenne de l inter-scot ou celle de la région Rhône-Alpes. En excluant les communes dont les valeurs sont peu significatives, Tignieu- Jameyzieu, Civrieux-d Azergues et Villars apparaissent comme les communes les plus spécifiques en matière d emplois salariés privés dans le commerce de détail au sein de l inter-scot. Elles accueillent de grands pôles commerciaux qui couvrent des zones de chalandise intercommunales voire au-delà. Source : calcul auteurs 8 I Portrait statistique de l emploi dans le commerce de détail

9 de l emploi salarié privé dans le commerce entre 1993 et 2010 une dynamique favorable Entre 1993 et 2010, le secteur du commerce de détail est celui qui a bénéficié de la plus forte progression de ses effectifs salariés (+28%) après les secteurs des services (+64%) et le transport/ logistique (53%). La dynamique est particulièrement favorable sur les périodes et Cette dynamique touche de manière semblable les emplois du commerce de détail dans l alimentaire et dans le nonalimentaire. En valeur absolue, les Scot de l agglomération lyonnaise ( emplois), du Beaujolais ( emplois) et du Nord-Isère ( emplois) enregistrent les plus fortes hausses d emplois salariés privés dans le commerce de détail entre 1993 et Seul le Scot Sud Loire enregistre une baisse de l emploi dans le secteur du commerce de détail (- 381 emplois) sur cette même période. L évolution de l emploi salarié privé dans le commerce de détail sur la période récente ( ) Malgré la crise qui a frappé la majorité des secteurs, l emploi dans le secteur du commerce de détail a bien résisté et a connu une croissance de 1,6% soit emplois supplémentaires entre 2007 et 2012 sur l inter-scot. Seuls les services ont enregistré un rythme de croissance supérieur. Les emplois intérimaires qui font classiquement l objet de variable d ajustement en période de morosité économique ont subi une baisse d un tiers sur la période de référence. Sur l ensemble de l inter-scot, la croissance du nombre d emplois salariés dans le commerce de détail (+ 4,1%) entre 2009 et 2012 a été supérieure à celle du nombre d établissements (+2,9%). Portrait statistique de l emploi dans le commerce de détail I 9

10 4. Zoom sur l emploi salarié dans les commerces de détail alimentaire dans l inter-scot en 2012 Les hypermarchés S ils ne représentent que 0,5 % des établissements du commerce de détail dans l inter-scot, les hypermarchés génèrent 16,2% de l emploi de ce secteur. Ils emploient en moyenne 227 salariés par établissement. Malgré une baisse d attractivité de ce format et une érosion de ses parts de marché au niveau national, les hypermarchés de l inter-scot ont connu une hausse de leurs effectifs de 1,9 % sur l inter-scot entre 2007 et La hausse la plus importante se situe dans le Scot Nord-Isère. Elle s explique davantage par un effet statistique (agrandissement de supermarchés devenus hypermarchés) que par la création de nouvelles surfaces commerciales. L augmentation est également sensible sur cette période dans le Scot Boucle du Rhône en Dauphiné corrélativement au développement commercial important (création notamment du parc commercial «Place du Dauphiné») intervenu durant cette période dans ce territoire. Les supermarchés S ils ne représentent que 3,4 % des établissements du commerce de détail dans l inter-scot, les supermarchés génèrent 14,8% de l emploi de ce secteur. Ils emploient en moyenne trente salariés par établissement. Ce format a connu un regain d attractivité au niveau national. Dans l inter-scot, si le nombre d établissements s est accru de 10,3%, le nombre d emplois a diminué de 3,4% sur la période Les supérettes Ces dernières années, les centres-villes des plus grands pôles urbains ont été réinvestis par les formats de proximité (Carrefour city, U express, Casino shopping, Intermarché express, Simply Market, etc.) des enseignes de la grande distribution alimentaire. Cette tendance se traduit également dans les évolutions de l emploi dans ce format dans l inter-scot. En effet, les supérettes ont enregistré une progression de l emploi de 16,2% entre 2007 et Le chiffre est à relativiser au regard du faible nombre d emplois généré (+ 118 emplois) et de sa localisation. Effet, le Scot de l agglomération lyonnaise explique à lui seul cette évolution positive de l emploi. Les commerces d alimentation générale Cette tendance au développement des supérettes ne peut être appréhendée de manière pertinente sans étudier les commerces d alimentation générale. En effet, nous retrouvons dans cette nomenclature d activités les formats de proximité de la grande distribution. Le commerce d alimentation générale a subi une érosion (-14%) du nombre d établissements alors que l emploi a augmenté de 3,8% entre 2007 et 2012 sur le territoire de l inter-scot. Une fois encore, il s agit de relativiser cette hausse puisqu elle ne s établit qu à 41 emplois de l emploi salarié privé dans le secteur du commerce de détail alimentaire au sein de l inter-scot Commerce d alimentation générale de l emploi 10 I Portrait statistique de l emploi dans le commerce de détail Hypermarchés Supermarchés Supérettes Total de l emploi de l emploi de l emploi de l emploi Agglomération lyonnaise 40 7,3% -35-0,5% -17-0,4% ,3% 846 2,1% Beaujolais ,1% ,0% ,8% -9-12,2% 161 3,4% Boucle du Rhône en Dauphiné ,1% 55 29,6% 48 12,8% 5 250,0% ,8% Bugey Côtière Plaine de l Ain ,7% ,6% -81-9,2% -6-37,5% 136 4,8% La Dombes -4-57,1% ,0% ,7% Les Rives du Rhône ,8% -50-6,1% 79 10,7% ,7% 154 4,3% Loire Centre -3-6,5% ,3% ,7% 17 63,0% -19-1,8% Monts du Lyonnais ,0% ,7% 0 0,0% -1-0,4% Nord-Isère -1-1,5% ,9% ,6% 27 87,1% ,7% Ouest lyonnais 1 3,7% 37 15,6% 42 48,3% 3 27,3% ,6% Rives du Rhône élargi -7-46,7% ,1% 1 0,3% -4-28,6% -13-0,9% Roannais 7 19,4% 3 0,6% 17 3,6% -6-37,5% 62 2,0% Sud Loire ,0% ,7% 44 2,4% ,8% ,5% Val de Saône - Dombes -1-12,5% ,1% -4-50,0% 21 3,4% Total général 41 3,8% 235 1,9% ,4% ,2% ,6% Source : Acoss, Urssaf

11 A n n e x e s Codes NAF retenus dans l étude Naf A 4711B 4711C 4711D 4711E 4711F 4719A 4719B 4721Z 4722Z 4723Z 4724Z 4725Z 4726Z 4729Z 4730Z 4741Z 4742Z 4743Z 4751Z 4752A 4752B 4753Z 4754Z 4759A 4759B 4761Z 4762Z 4763Z 4764Z 4765Z 4771Z 4772A 4772B 4773Z 4774Z 4775Z 4776Z 4777Z 4778A 4778B 4778C 4779Z 4781Z 4782Z 4789Z 4791A 4791B 4799A 4799B Commerce de détail Commerce de détail de produits surgelés Commerce d alimentation générale Supérettes Supermarchés Magasins multi-commerces Hypermarchés Grands magasins Autres commerces de détail en magasin non spécialisé Commerce de détail de fruits et légumes en magasin spécialisé Commerce de détail de viandes et de produits à base de viande en magasin spécialisé Commerce de détail de poissons, crustacés et mollusques en magasin spécialisé Commerce de détail de pain, pâtisserie et confiserie en magasin spécialisé Commerce de détail de boissons en magasin spécialisé Commerce de détail de produits à base de tabac en magasin spécialisé Autres commerces de détail alimentaires en magasin spécialisé Commerce de détail de carburants en magasin spécialisé Commerce de détail d ordinateurs, d unités périphériques et de logiciels en magasin spécialisé Commerce de détail de matériels de télécommunication en magasin spécialisé Commerce de détail de matériels audio et vidéo en magasin spécialisé Commerce de détail de textiles en magasin spécialisé Commerce de détail de quincaillerie, peintures et verres en petites surfaces (moins de 400 m²) Commerce de détail de quincaillerie, peintures et verres en grandes surfaces (400 m² et plus) Commerce de détail de tapis, moquettes et revêtements de murs et de sols en magasin spécialisé Commerce de détail d appareils électroménagers en magasin spécialisé Commerce de détail de meubles Commerce de détail d autres équipements du foyer Commerce de détail de livres en magasin spécialisé Commerce de détail de journaux et papeterie en magasin spécialisé Commerce de détail d enregistrements musicaux et vidéo en magasin spécialisé Commerce de détail d articles de sport en magasin spécialisé Commerce de détail de jeux et jouets en magasin spécialisé Commerce de détail d habillement en magasin spécialisé Commerce de détail de la chaussure Commerce de détail de maroquinerie et d articles de voyage Commerce de détail de produits pharmaceutiques en magasin spécialisé Commerce de détail d articles médicaux et orthopédiques en magasin spécialisé Commerce de détail de parfumerie et de produits de beauté en magasin spécialisé Commerce de détail de fleurs, plantes, graines, engrais, animaux de compagnie et aliments pour ces animaux en magasin spécialisé Commerce de détail d articles d horlogerie et de bijouterie en magasin spécialisé Commerces de détail d optique Commerces de détail de charbons et combustibles Autres commerces de détail spécialisés divers Commerce de détail de biens d occasion en magasin Commerce de détail alimentaire sur éventaires et marchés Commerce de détail de textiles, d habillement et de chaussures sur éventaires et marchés Autres commerces de détail sur éventaires et marchés Vente à distance sur catalogue général Vente à distance sur catalogue spécialisé Vente à domicile Vente par automates et autres commerces de détail hors magasin, éventaires ou marchés n.c.a. Portrait statistique de l emploi dans le commerce de détail I 11

12 Ce qu il faut retenir 1) Rapporté à la surface de vente, l artisanat commercial reste le format le plus intense en emplois en France. 2) Dans l absolu, le format «hypermarché» est le format le plus générateur d emplois en France. 3) Quel que soit le format, le commerce de détail est nettement plus intense en emplois que la logistique. 4) Le commerce de détail pèse plus de emplois salariés privés dans l inter- Scot soit 8% de l emploi salarié privé dans établissements. 5) Le commerce dans son ensemble (commerce de gros inclus) représente 16,6% de l emploi salarié privé et 22% des établissements de l inter-scot. 6) Sur le périmètre de l inter-scot, 59% des emplois salariés privés du commerce de détail proviennent du secteur non alimentaire et 41% de l alimentaire. 7) Sur le périmètre de l inter-scot, 51% des effectifs salariés privés et 48% des établissements sont situés dans le Scot de l agglomération lyonnaise. 8) Depuis 1993, sur le périmètre de l inter-scot, le commerce de détail a connu une augmentation de 28% des effectifs salariés privés. Une évolution supérieure de 4 points à celle de la croissance de l emploi total salarié privé. 9) Depuis 2007, l emploi dans le commerce de détail dans l inter-scot a bien résisté et a connu une croissance de 1,6% sur la période ) S ils ne représentent que 0,5 % des établissements du commerce de détail dans l inter-scot, les hypermarchés génèrent 16,2% de l emploi de ce secteur. 11) Malgré une baisse d attractivité de ce format et une érosion de ses parts de marché au niveau national, les hypermarchés de l inter-scot ont connu une hausse de leur effectif de 1,9 % sur l inter-scot entre 2007 et ) S ils ne représentent que 3,4 % des établissements du commerce de détail dans l inter-scot, les supermarchés génèrent 14,8% de l emploi de ce secteur. Ils emploient en moyenne trente salariés par établissement. Dans l inter-scot, si le nombre d établissements s est accru de 10,3%, le nombre d emplois a diminué de 3,4% sur la période ) Les supérettes ont enregistré une progression de l emploi de 16,2% entre 2007 et Ce chiffre est à relativiser au regard du faible nombre d emplois généré (+ 118 emplois). Une réalisation pour le compte et en collaboration avec les syndicats mixtes de Scot de l aire métropolitaine lyonnaise Equipe projet : Xavier Laurent, et Laëtitia Bouetté, Coordination de la démarche inter-scot : Sébastien Rolland Infographie : Agences d urbanisme de Lyon et Saint-Etienne une ingénierie métropolitaine au service des territoires Les Agences d urbanisme de Lyon et de Saint-Etienne ont constitué en 2010 un réseau d ingénierie au service des territoires. La présente publication est issue de cette collaboration originale au service des acteurs de l aire métropolitaine lyonnaise. Agence d urbanisme pour le développement de l agglomération lyonnaise 18 rue du lac - BP Lyon Cedex 03 Tél Télécopie Agence d urbanisme de la région stéphanoise 46 rue de la télématique CS Saint-Etienne cedex 1 Tél : Télécopie :

GUIDE SIMPLIFIÉ D UTILISATION D ODIL

GUIDE SIMPLIFIÉ D UTILISATION D ODIL GUIDE SIMPLIFIÉ D UTILISATION D ODIL Copyright Insee, Octobre 2009 1 Préambule Le but de ce document est de vous aider à prendre en main l'application ODIL (Outil d'aide au Diagnostic d'implantation Locale).

Plus en détail

Le drive. Les concepts. V eille c ommerce Inter-Scot - décembre 2012. Agence d urbanisme pour le développement de l agglomération lyonnaise

Le drive. Les concepts. V eille c ommerce Inter-Scot - décembre 2012. Agence d urbanisme pour le développement de l agglomération lyonnaise Agglomération lyonnaise Beaujolais Boucle du Rhône en Dauphiné Bugey-Côtière-Plaine de l Ain La Dombes Loire Centre Monts du Lyonnais Nord-Isère Ouest lyonnais Rives du Rhône Roannais Sud Loire Val de

Plus en détail

Les pôles commerciaux et leurs magasins

Les pôles commerciaux et leurs magasins Les pôles commerciaux et leurs magasins Julien Fraichard* Pour les commerçants, l'implantation de leur établissement dans le tissu urbain est primordiale. Certains types de commerces, comme les magasins

Plus en détail

02 COMMERCE. ÉDITO : Toujours dans une volonté d approfondir notre connaissance du COMMERCE. Fevrier 2013

02 COMMERCE. ÉDITO : Toujours dans une volonté d approfondir notre connaissance du COMMERCE. Fevrier 2013 Fevrier 2013 02 COMMERCE COMMERCE Juillet 2013 ÉDITO : Toujours dans une volonté d approfondir notre connaissance du commerce et de mieux appréhender son évolution, ce deuxième numéro de l observatoire

Plus en détail

Lyon 2. 3,4 km². 30 103habitants. 30 511 emplois totaux. 227 emplois pour 100 actifs ayant un emploi. 28 200 emplois salariés privés

Lyon 2. 3,4 km². 30 103habitants. 30 511 emplois totaux. 227 emplois pour 100 actifs ayant un emploi. 28 200 emplois salariés privés Portrait économique de territoire - juillet 2014 Lyon 2 Tissu économique et emploi... p. 2 Emplois par fonction et CSP... 6 Déplacements domicile-travail... 7 Création d entreprise - Etablissements par

Plus en détail

Gestionnaire du commerce de détail

Gestionnaire du commerce de détail Gestionnaire du commerce La nouvelle voie vers un avenir professionnel dans le commerce Assistant/e du commerce avec attestation fédérale 2 ème année d apprentissage 1 ère année d apprentissage Gestionnaire

Plus en détail

Atlas du commerce. Analyse du pôle commercial NOGENT. Image 2014 DigitalGlobe - Google earth

Atlas du commerce. Analyse du pôle commercial NOGENT. Image 2014 DigitalGlobe - Google earth Atlas du commerce Image 2014 DigitalGlobe - Google earth Analyse du pôle commercial NOGENT Edition 2014 Présentation du pôle de Nogent A proximité de Chaumont et Langres, la ville de Nogent est la 4 ème

Plus en détail

COMMERCIAL DE CAEN-MÉTROPOLE

COMMERCIAL DE CAEN-MÉTROPOLE LES RENDEZ VOUS DE L AGENCE D URBA AU PAVILLON CYCLE VILLE ET COMMERCE LES ENJEUX DE L ÉQUIPEMENT COMMERCIAL DE CAEN-MÉTROPOLE PATRICE DUNY, DIRECTEUR AUCAME CAEN NORMANDIE RAPPEL : LE COMMERCE EST CONSUBSTANTIEL

Plus en détail

Le commerce de proximité Repérage statistique et implantation sur le territoire

Le commerce de proximité Repérage statistique et implantation sur le territoire Le commerce de proximité Repérage statistique et implantation sur le territoire Gwennaël Solard Insee - Division Commerce Chargé d études 18 boulevard Adolphe Pinard 75675 Paris Cedex 14 tél : 01 41 17

Plus en détail

34. Les activités commerciales

34. Les activités commerciales 66 34. Les activités commerciales Eléments de méthodologie La notion d offre commerciale (nombre, surfaces commerciales, emplois) Depuis 1995, la Chambre de Commerce et d Industrie de Morlaix dispose d

Plus en détail

BILAN ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU VAL D OISE 1998-1999 LES ÉQUIPEMENTS COMMUNAUX

BILAN ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU VAL D OISE 1998-1999 LES ÉQUIPEMENTS COMMUNAUX BILAN ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU VAL D OISE 1998-1999 LES ÉQUIPEMENTS COMMUNAUX 1 - Des communes inégalement desservies en terme d équipements 2 - Des pôles majeurs d attraction en terme d équipements 3 -

Plus en détail

Dynamiser son attractivité commerciale : Quelle stratégie et quels outils? Saint-Etienne 24 juin 2014

Dynamiser son attractivité commerciale : Quelle stratégie et quels outils? Saint-Etienne 24 juin 2014 Dynamiser son attractivité commerciale : Quelle stratégie et quels outils? Saint-Etienne 24 juin 2014 André MOUNIER Président CCI St Etienne/Montbrison Claude RISAC Président de la Fédération du Commerce

Plus en détail

Fonctions économiques et secteurs d activité dans la région urbaine de Lyon MUTATIONS ECONOMIQUES ANALYSES ET ÉTUDES JANVIER 2014

Fonctions économiques et secteurs d activité dans la région urbaine de Lyon MUTATIONS ECONOMIQUES ANALYSES ET ÉTUDES JANVIER 2014 MUTATIONS ECONOMIQUES ANALYSES ET ÉTUDES JANVIER 2014 Fonctions économiques et secteurs d activité dans la région urbaine de Lyon Coordination générale: Région Urbaine de Lyon Réalisation et pilotage:

Plus en détail

1. Informations générales

1. Informations générales STATISTIQUE CONJONCTURELLE MENSUELLE SUR LE CHIFFRE D'AFFAIRES DANS LE COMMERCE DE DÉTAIL 1. Informations générales 1.1. Définition de «commerce de détail» Le commerce de détail comprend la revente (vente

Plus en détail

Note de présentation. En application de cet article, ce projet de décret vise à définir les deux listes :

Note de présentation. En application de cet article, ce projet de décret vise à définir les deux listes : Royaume du Maroc Ministère de t'industrie, du Commerce, de l'investissement et de l'economie Numérique :L=F,i_,_;_a_11 < II ;_,13_, jt -11 y1,3 1,3 Note de présentation Projet de décret fixant la liste

Plus en détail

EQUIPEMENT COMMERCIAL

EQUIPEMENT COMMERCIAL Territem, au service des entreprises Information territoriale 2008-2011 > Offre globale Chiffres-clés Composition commerciale > Equipements structurants > Cartographies EQUIPEMENT COMMERCIAL Panorama OFFRE

Plus en détail

les évolutions récentes

les évolutions récentes DE L ADEUS les évolutions récentes dans le BAS-RHIN : des territoires plus spécialisés et plus interdépendants 92 DéCEMBRE 2012 TRANSVERSAL Illustration : ADEUS, 2012 Depuis le milieu des années 1970,

Plus en détail

EQUIPEMENT COMMERCIAL

EQUIPEMENT COMMERCIAL Territem, au service des entreprises Information territoriale 2011-2014 > Offre globale Chiffres-clés Composition commerciale > Equipements structurants > Cartographies EQUIPEMENT COMMERCIAL Panorama OFFRE

Plus en détail

Taux de majoration et contingent des heures supplémentaires Tableau récapitulatif (sélection de conventions collectives)

Taux de majoration et contingent des heures supplémentaires Tableau récapitulatif (sélection de conventions collectives) Taux de majoration et contingent des s supplémentaires Tableau récapitulatif (sélection de conventions collectives) La mention «taux légal» renvoie aux conditions de majoration des s supplémentaires fixées

Plus en détail

Indice des prix à la consommation Bilan de l année 2009

Indice des prix à la consommation Bilan de l année 2009 Indice des prix à la consommation Bilan de l année 2009 indice des prix à la consommation diminue de 0,8 en 2009, après une année de forte inflation en 2008 (+3,4 ). Les évolutions sont contrastées en

Plus en détail

Commerce et Services de proximité dans le Beaujolais

Commerce et Services de proximité dans le Beaujolais Commerce et Services de proximité dans le Beaujolais Mai 2012 Chambre de Commerce et d Industrie du Beaujolais Juin 2012 1 Méthodologie La Chambre de Commerce et d Industrie du Beaujolais a mis en place

Plus en détail

ENQUETE DE COMPARAISON SPATIALE DES NIVEAUX DE PRIX A LA CONSOMMATION ENTRE LA CORSE ET LE CONTINENT. Note Méthodologique

ENQUETE DE COMPARAISON SPATIALE DES NIVEAUX DE PRIX A LA CONSOMMATION ENTRE LA CORSE ET LE CONTINENT. Note Méthodologique ENQUETE DE COMPARAISON SPATIALE DES NIVEAUX DE PRIX A LA CONSOMMATION ENTRE LA CORSE ET LE CONTINENT Note Méthodologique 1 Introduction En mars 2010, l Insee a réalisé une enquête de comparaison des niveaux

Plus en détail

Informations Rapides CPPAP 0108 B 06336 ISSN 0151-1475

Informations Rapides CPPAP 0108 B 06336 ISSN 0151-1475 INSEE CONJONCTURE Informations Rapides CPPAP 0108 B 06336 ISSN 0151-1475 Série «Principaux Indicateurs» 23 septembre 2004 n 276 INSEE 2004 Indice des prix à la consommation - Août 2004 (résultats définitifs)

Plus en détail

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino Septembre 2012 / TBI&LMO / BPE 2ENT18 Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino 40 000 34 361 NAF rév.2, 2008 : Chiffres clés 2011 47.11CDEF 47.91B 30 000 20 000 20 390 22

Plus en détail

Informations Rapides ISSN 0151-1475

Informations Rapides ISSN 0151-1475 INSEE CONJONCTURE Informations Rapides ISSN 0151-1475 Série «Principaux Indicateurs» 12 mars 2008 - n 74 Insee 2008 Indice des prix à la consommation - Février 2008 Thème "Prix" Base 100 : année 1998 Indices

Plus en détail

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 Février 2015 - N 15.004 L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 En résumé : En 2013, l emploi intermittent du spectacle concerne 254 000 salariés, 111 000 employeurs relevant du

Plus en détail

01 Décembre 2013. INDICE DES PRIX À LA CONSOMMATION Variation mensuelle : +1,0 %

01 Décembre 2013. INDICE DES PRIX À LA CONSOMMATION Variation mensuelle : +1,0 % 01 Décembre 2013 INDICE DES PRIX À LA CONSOMMATION Variation mensuelle : +1,0 % L'indice des prix à la consommation s'établit à,73 en décembre 2013, soit une hausse mensuelle de 1,0 % essentiellement liée

Plus en détail

Cas de l Algérie. Note sur l Indice des Prix à la Consommation. Séminaire sur l Indice des Prix à la Consommation Genève du 7 au 9 mai 2008

Cas de l Algérie. Note sur l Indice des Prix à la Consommation. Séminaire sur l Indice des Prix à la Consommation Genève du 7 au 9 mai 2008 1 Office National des Statistiques -ONS- Algérie Note sur l Indice des Prix à la Consommation Cas de l Algérie Aicha KADI Séminaire sur l Indice des Prix à la Consommation Genève du 7 au 9 mai 2008 1 2

Plus en détail

Typologie Commerciale

Typologie Commerciale Schéma de développement commercial de l agglomération Rouen-Elbeuf Diagnostic Schéma de développement commercial de l agglomération de Rouen-Elbeuf Typologie Commerciale Février 2005 Chambre de Commerce

Plus en détail

Seule adresse Le Service Information et Etudes Economiques de la CCD

Seule adresse Le Service Information et Etudes Economiques de la CCD une Seule adresse Le Service Information et Etudes Economiques de la CCD BP 84 - Tél : 21 35 10 70 Fax : 21 35 00 96 - E-mail : ccd@intnet.dj - d'une opportunité à saisir, - d un partenariat à nouer, -

Plus en détail

PANORAMA. Economie sociale et solidaire dans l'entente. Décembre 2013. Chiffres-clés des entreprises et des emplois de l ESS

PANORAMA. Economie sociale et solidaire dans l'entente. Décembre 2013. Chiffres-clés des entreprises et des emplois de l ESS Economie sociale et solidaire dans l'entente PANORAMA Décembre 2013 Chiffres-clés des entreprises et des emplois de l ESS L économie sociale et solidaire (ESS) rassemble les entreprises qui cherchent à

Plus en détail

Panorama de la grande distribution alimentaire en France

Panorama de la grande distribution alimentaire en France N 25 Février 2014 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Panorama de la grande distribution alimentaire

Plus en détail

Lyon 2 e LES TERRITOIRES DE L ECONOMIE LYONNAISE - 2009 OBSERVATOIRE PARTENARIAL LYONNAIS EN ECONOMIE. 0,7 % de la superficie du Grand Lyon

Lyon 2 e LES TERRITOIRES DE L ECONOMIE LYONNAISE - 2009 OBSERVATOIRE PARTENARIAL LYONNAIS EN ECONOMIE. 0,7 % de la superficie du Grand Lyon OBSERVATOIRE PARTENARIAL LYONNAIS EN ECONOMIE LES TERRITOIRES DE L ECONOMIE LYONNAISE - 2009 Lyon 2 e MP Ruch Agence d urbanisme - Lyon Caractéristiques économiques locales... page 2 Caractéristique de

Plus en détail

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT PIB + M = CF+ FBCF + S + X Demande intérieure Valeur 2006 en milliard s d'euros ) Évolutions en volume au prix de l'année précédente Évolutions en volume au prix de l'année précédente

Plus en détail

Informations Rapides ISSN 0151-1475

Informations Rapides ISSN 0151-1475 INSEE CONJONCTURE Informations Rapides ISSN 0151-1475 Série «Principaux Indicateurs» 13 septembre 2007 - n 259 Insee 2007 Indice des prix à la consommation - Août 2007 Thème "Prix" Base 100 : année 1998

Plus en détail

Lyon 7 e LES TERRITOIRES DE L ECONOMIE LYONNAISE - 2009 OBSERVATOIRE PARTENARIAL LYONNAIS EN ECONOMIE. 1,9 % de la superficie du Grand Lyon

Lyon 7 e LES TERRITOIRES DE L ECONOMIE LYONNAISE - 2009 OBSERVATOIRE PARTENARIAL LYONNAIS EN ECONOMIE. 1,9 % de la superficie du Grand Lyon OBSERVATOIRE PARTENARIAL LYONNAIS EN ECONOMIE LES TERRITOIRES DE L ECONOMIE LYONNAISE - 2009 Lyon 7 e Caractéristiques économiques locales... page 2 Caractéristique de l emploi au recensement 2006... 6

Plus en détail

FILIÈRE TRANSPORT-LOGISTIQUE. Enjeux et questionnements Paroles d'acteurs. Synthèse

FILIÈRE TRANSPORT-LOGISTIQUE. Enjeux et questionnements Paroles d'acteurs. Synthèse FILIÈRE TRANSPORT-LOGISTIQUE Enjeux et questionnements Paroles d'acteurs Synthèse avril 2004 Source : Agence de développement et d'urbanisme de Lille Métropole - 2004 2 L Agence de développement et d urbanisme

Plus en détail

Portrait statistique des entreprises et des salariés

Portrait statistique des entreprises et des salariés Portrait statistique des entreprises et des salariés Commerce de détail de l Habillement et des articles textiles Comité Paritaire de Pilotage de l Observatoire Portrait statistique des entreprises et

Plus en détail

Marne et Chantereine. 4 communes 77 316 habitants 5 830 établissements 11 948 emplois salariés. Mise à jour 2015

Marne et Chantereine. 4 communes 77 316 habitants 5 830 établissements 11 948 emplois salariés. Mise à jour 2015 Mise à jour 2015 4 communes 77 316 habitants 5 830 établissements 11 948 emplois salariés La communauté d agglomération de Marne et Chantereine regroupe 4 communes : Brou-sur-Chantereine, Chelles, Courtry

Plus en détail

02 Janvier 2013. INDICE DES PRIX À LA CONSOMMATION Variation mensuelle : -0,1 %

02 Janvier 2013. INDICE DES PRIX À LA CONSOMMATION Variation mensuelle : -0,1 % 02 Janvier 2013 INDICE DES PRIX À LA CONSOMMATION Variation mensuelle : -0,1 % L'indice des prix à la consommation s'établit à,44 en janvier 2013, soit une baisse mensuelle de 0,1 % essentiellement liée

Plus en détail

LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015

LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015 LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015 LES ÉTABLISSEMENTS 31 748 COMMERCES EN REGION LE COMMERCE DE DÉTAIL, REPRÉSENTE 1/3 DES ÉTABLISSEMENTS DE LA RÉGION

Plus en détail

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 15 - juillet 2012 Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié En 2009, en Guyane, 3

Plus en détail

Étude de faisabilité pour la construction d indicateurs sociaux dans les activités du commerce de gros. Rapport de synthèse méthodologique

Étude de faisabilité pour la construction d indicateurs sociaux dans les activités du commerce de gros. Rapport de synthèse méthodologique études sectorielles Net.Doc. 30 Étude de faisabilité pour la construction d indicateurs sociaux dans les activités du commerce de gros Rapport de synthèse méthodologique Dominique Fournié Céreq, 10, place

Plus en détail

Le centre de gestion a le plaisir de vous adresser les statistiques professionnelles élaborées à partir des dossiers de gestion 2013.

Le centre de gestion a le plaisir de vous adresser les statistiques professionnelles élaborées à partir des dossiers de gestion 2013. Statistiques 2013 3, rue de Lyon B.P. 531 71010 MACON CEDEX Tél. 03.85.21.90.60 Télécopie 03.85.21.90.69 E-mail : contact@cgai-macon.fr Agrément de la Direction Régionale des Impôts n 1.02.710 du 6 mars

Plus en détail

Les données urbaines

Les données urbaines Les données urbaines Pour les études de faisabilité, le STIF a chargé l Institut d Aménagement et d Urbanisme d Ile-de- France (IAU IdF), d analyser et d'estimer les évolutions urbaines possibles du territoire

Plus en détail

La création d entreprise en milieu rural

La création d entreprise en milieu rural La création d entreprise en milieu rural Une définition du milieu rural Définir le monde rural à partir de la taille des communes nous paraît insuffisant. En effet, il est important de prendre en compte

Plus en détail

CHAPITRE IV. 4.1 Stratégies d internationalisation des enseignes françaises

CHAPITRE IV. 4.1 Stratégies d internationalisation des enseignes françaises 72 CHAPITRE IV 1. La grande distribution française 4.1 Stratégies d internationalisation des enseignes françaises La distribution française est une des plus importantes au niveau mondial, en raison de

Plus en détail

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Observatoire Prospectif des Métiers et des

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Atlas du commerce. Analyse du pôle commercial SAINT-DIZIER. Image 2014 DigitalGlobe - Google earth

Atlas du commerce. Analyse du pôle commercial SAINT-DIZIER. Image 2014 DigitalGlobe - Google earth Atlas du commerce Image 2014 DigitalGlobe - Google earth Analyse du pôle commercial SAINT-DIZIER Edition 2014 Présentation du pôle de Saint-Dizier Sous préfecture de Haute-Marne, Saint-Dizier est la première

Plus en détail

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort Chiffres clés 1 207 emplois en moyenne sur l année 2011 dans le Territoire de Belfort*. Soit 850 emplois en équivalent temps plein (dont plus de 700 en zone urbaine). 2,4 % de l emploi total du département.

Plus en détail

Livret de correspondance. Codes d'activité Principale Exercée (APE) et des Groupes d'activités Similaires (GAS)

Livret de correspondance. Codes d'activité Principale Exercée (APE) et des Groupes d'activités Similaires (GAS) Livret de correspondance Codes d'activité Principale Exercée (APE) et des Groupes d'activités Similaires (GAS) 1 2 SOMMAIRE page 3 page 4 page 5 page 6 page 7 page 8 page 9 page 10 page 11 page 12 page

Plus en détail

Les surfaces d activité économique au sein de l Aire Urbaine de Lyon

Les surfaces d activité économique au sein de l Aire Urbaine de Lyon Rapport du Laboratoire d Économie des Transports Pour le compte de la DRAST (Ministère de l Équipement) et de l ADEME dans le cadre du groupe 11 du PREDIT Les surfaces d activité économique au sein de

Plus en détail

MARKETPLACE LANCEMENT D UN SERVICE NOVATEUR, LA DISPONIBILITE IMMEDIATE DOSSIER DE PRESSE

MARKETPLACE LANCEMENT D UN SERVICE NOVATEUR, LA DISPONIBILITE IMMEDIATE DOSSIER DE PRESSE MARKETPLACE LANCEMENT D UN SERVICE NOVATEUR, LA DISPONIBILITE IMMEDIATE DOSSIER DE PRESSE Contact Presse : Cdiscount Direction de la Communication : 06 80 39 50 71 directiondelacommunication@cdiscount.com

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

La logistique OMPREL. en région urbaine de Lyon. Observation Métropolitaine Partenariale de la Région Economique Lyonnaise

La logistique OMPREL. en région urbaine de Lyon. Observation Métropolitaine Partenariale de la Région Economique Lyonnaise Observation Métropolitaine Partenariale de la Région Economique Lyonnaise OMPREL La logistique en région urbaine de Lyon Tableau de bord n 1 Février 2009 Coordination générale : Région Urbaine de Lyon

Plus en détail

Professions dans le commerce de détail

Professions dans le commerce de détail Professions dans le commerce de détail La formation initiale professionnelle dans le commerce de détail 1 Gestionnaire de commerce de détail sans/avec maturité professionnelle 2 Formation initiale de 3

Plus en détail

titre : Conseil éligibles

titre : Conseil éligibles Les aides financières du Parc naturel régional de la Haute Vallée de d Chevreuse sont attribuées au titre : du programme d actions du PNR financé par le Conseil régional d Île de France, le Conseil général

Plus en détail

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services 1 Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services Pays Cœur de Flandre I Phase II La formulation de la stratégie Région Nord Pas de Calais Avril 2013 Région Communauté Nord Pas de

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens ILE -DE- FRANCE études études Mai 2006 Dépendance et rayonnement des établissements franciliens Document réalisé dans le cadre du Schéma Directeur Régional de l'ile-de-france Julie Roy Insee Ile-de-France

Plus en détail

DEUX-SÈVRES. F é v r i e r 2015. Viséo 79,

DEUX-SÈVRES. F é v r i e r 2015. Viséo 79, Viséo 79, L O B S E R VAT O I R E D É PA R T E M E N TA L F é v r i e r 2015 L ÉQUIPEMENT EN DE LA PERSONNE DEUX-SÈVRES Chambre de Commerce et d Industrie des Deux-Sèvres Observatoire Economique, Viséo

Plus en détail

JUILLET 2008 PIVADIS PIVADIS SM CONSEIL. 24, Rue de la Bredauche. Tél: 02.38.43.41.38 Fax: 02.38.70.50.95 Email: pivadis@wanadoo.

JUILLET 2008 PIVADIS PIVADIS SM CONSEIL. 24, Rue de la Bredauche. Tél: 02.38.43.41.38 Fax: 02.38.70.50.95 Email: pivadis@wanadoo. JUILLET 2008 AMIENS -0 PIVADIS SM CONSEIL ETUDE DE POTENTIEL ET DE RESTRUCTURATION DU CENTRE COMMERCIAL «LE COLVERT» AMIENS Proposition de programme commercial PIVADIS 24, Rue de la Bredauche 45380 LA

Plus en détail

FICHE SYNTHÉTIQUE BALmétrie (vague 2012)

FICHE SYNTHÉTIQUE BALmétrie (vague 2012) FICHE SYNTHÉTIQUE BALmétrie (vague 2012) 1 CATÉGORIE : ETUDE D AUDIENCE BALmétrie : LA MESURE D AUDIENCE DU MEDIA COURRIER 1. Introduction Création, en 2011, d un GIE qui réunit les principales parties

Plus en détail

L impact de l évolution de la population sur les réseaux de distribution

L impact de l évolution de la population sur les réseaux de distribution L impact de l évolution de la population sur les réseaux de distribution par Didier Robert et Laurent Pianese Étude géomarketing des évolutions de la population au sein des grands réseaux de la distribution

Plus en détail

Définitions et méthode

Définitions et méthode Définitions et méthode C ontour des activités métropolitaines supérieures (AMS) Le périmètre des activités métropolitaines supérieures s appuie sur une nomenclature des secteurs d activités en treize regroupements

Plus en détail

Commerce Services Recherche et développement Bureaux

Commerce Services Recherche et développement Bureaux Commerce Services Recherche et développement Bureaux L e secteur tertiaire recouvre un vaste champ d activités qui va du commerce, aux services, en passant par la recherche et développement. Au 31 décembre

Plus en détail

Enquête industrie Agroalimentaire

Enquête industrie Agroalimentaire [Texte] Enquête industrie Agroalimentaire La CCI de la Vendée a mené, courant 2013, une enquête auprès des entreprises industrielles vendéennes afin d analyser la structuration et l organisation de ces

Plus en détail

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009.

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009. O bservatoire R H F égional abitat oncier Ré g i o n Ce n t r e Cher - Eure-et-Loir - Indre Indre-et-Loire - Loir-et-Cher - Loiret Le tableau de bord de l observatoire régional de l habitat et du foncier

Plus en détail

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Île-de- Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Yann Caenen, Insee Île-de- Christine Couderc, Dreif Jérémy Courel, IAU île-de- Christelle Paulo et Thierry Siméon, Stif Avec 3,4

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

Le tableau de bord trimestriel. de l emploi salarié

Le tableau de bord trimestriel. de l emploi salarié Le tableau de bord trimestriel de l emploi salarié septembre 2012 oc Direction éditoriale : François Magnien Auteur : Patrick Salvatori Conception : Gwenaëlle Solignac Maquette : Hélène Allias-Denis, Clément

Plus en détail

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Un tissu d entreprises en mutation Edition 2012 Septembre 2012 1 SOMMAIRE I. Caractéristiques des Très Petites Entreprises du BTP en

Plus en détail

Les unités commerciales : définition et unités commerciales physiques

Les unités commerciales : définition et unités commerciales physiques 01 Une unité commerciale est un lieu physique ou virtuel permettant à un client potentiel d accéder à une offre de produits ou de services. C est un concept qui peut prendre des formes diverses : magasin,

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Annexes. Sources et concepts. Le zonage en zones d emploi 2010

Annexes. Sources et concepts. Le zonage en zones d emploi 2010 Sources et concepts L étude est basée sur le croisement de deux zonage d étude : celui en zones d emploi, mis à jour en 2010, et celui en bassins de vie (2012). La région Midi-Pyrénées est couverte par

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

CIRCULAIRE 2005-4 -DRE Paris, le 08/07/2005. Objet : Détermination des participants. Madame, Monsieur le Directeur,

CIRCULAIRE 2005-4 -DRE Paris, le 08/07/2005. Objet : Détermination des participants. Madame, Monsieur le Directeur, CIRCULAIRE 2005-4 -DRE Paris, le 08/07/2005 Objet : Détermination des participants Madame, Monsieur le Directeur, Je vous informe que, lors de leur réunion du 9 juin dernier, les membres de la commission

Plus en détail

Au-delà du commerce lui-même, l'urbanisme

Au-delà du commerce lui-même, l'urbanisme Grand Angle Au-delà du commerce lui-même, l'urbanisme commercial touche aussi fortement les consommateurs, qu ils soient résidents ou de passage, et plus largement toute l économie de notre territoire,

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

Données au 1 er janvier 2015

Données au 1 er janvier 2015 2015 Données au 1 er janvier 2015 Sommaire Chapitres ELEMENTS DE CADRAGE ALSACE - TOUS SECTEURS Etablissements et effectifs en 2015 pp. 3 à 7 pp. 5 à 6 Etablissements par tranche d effectifs salariés en

Plus en détail

Le profil des acheteurs à distance et en ligne

Le profil des acheteurs à distance et en ligne Le profil des acheteurs à distance et en ligne Étude réalisée pour le compte de La FEVAD, La Poste, Reed Exhibitions, CCI Grand Lille 24 octobre 2012 Synthèse de l étude - 1 LES HABITUDES DE CONSOMMATION

Plus en détail

Évolution du tissu artisanal en Bretagne

Évolution du tissu artisanal en Bretagne du tissu artisanal en Bretagne Alors que le nombre d entreprises artisanales bretonnes a baissé depuis 1990, 28 000 emplois salariés supplémentaires ont été créés dans le secteur en 14 ans. La taille des

Plus en détail

«Commerces non alimentaires» : sinistralité des accidents du travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles entre 2009 et 2013

«Commerces non alimentaires» : sinistralité des accidents du travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles entre 2009 et 2013 DIRECTION DES RISQUES PROFESSIONNELS «Commerces non alimentaires» : sinistralité des accidents du travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles entre 2009 et 2013 Branche AT/MP du Régime

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE D ENQUÊTE

MÉTHODOLOGIE D ENQUÊTE MÉTHODOLOGIE D ENQUÊTE Échantillon de départ tiré de la base de données de Dun and Bradstreet 4 secteurs d activités ciblés (entreprises de 5 employés et plus) : Des entreprises québécoises du secteur

Plus en détail

Une offre complète de. Un nouveau Coeur de Ville à Toulouse. 60 boutiques. au cœur d un projet urbain ambitieux

Une offre complète de. Un nouveau Coeur de Ville à Toulouse. 60 boutiques. au cœur d un projet urbain ambitieux Un nouveau Coeur de Ville à Toulouse Une offre complète de 60 boutiques au cœur d un projet urbain ambitieux Toulouse Métropole une agglomération dynamique Croissance démographique la plus élevée d Europe

Plus en détail

plu classement en zone UE d une surface classée en 2AUe Notice explicative modification n 7

plu classement en zone UE d une surface classée en 2AUe Notice explicative modification n 7 plu modification n 7 classement en zone UE d une surface classée en 2AUe Notice explicative NOTICE EXPLICATIVE Ouverture à l urbanisation d une partie de la zone 2AUe des Commandières (Classement en zone

Plus en détail

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes Quadrat-Études 45 rue de Lyon, Paris 12 ème Contact : Laurent POUQUET Tél : 17551427-6 82 69 25 94 laurent.pouquet@quadrat-etudes.fr Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des

Plus en détail

DIRRECTE. Cordialement,

DIRRECTE. Cordialement, DIRRECTE Veuillez trouver en pièce jointe la liste des activités commerciales et artisanales, par commune, présentes sur le territoire de l'agglomération du Beauvaisis. L'agglomération envisage de lancer

Plus en détail

Édition avril 2014. Artisanat du Bâtiment LES CHIFFRES CLÉS. Dans le bâtiment, l'artisanat est toujours la première entreprise de France!

Édition avril 2014. Artisanat du Bâtiment LES CHIFFRES CLÉS. Dans le bâtiment, l'artisanat est toujours la première entreprise de France! Édition avril 2014 Artisanat du Bâtiment LES CHIFFRES CLÉS 2014 Dans le bâtiment, l'artisanat est toujours la première entreprise de France! éditorial L artisanat du bâtiment demeure cette année encore

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

Statistiques Exercice 2012

Statistiques Exercice 2012 Statistiques Exercice 2012 Bénéfices Industriels et Commerciaux MISE EN GARDE AUX UTILISATEURS Les informations communiquées dans ce fascicule sont communiquées titre indicatif et ne peuvent être considérées,

Plus en détail

5 Avril 2013. Evolution de la construction neuve dans l espace Rhône Avignon Vaucluse AURAV LES PUBLICATIONS DE L AGENCE

5 Avril 2013. Evolution de la construction neuve dans l espace Rhône Avignon Vaucluse AURAV LES PUBLICATIONS DE L AGENCE LES PUBLICATIONS DE L AGENCE Evolution de la construction neuve dans l espace Rhône-Avignon-Vaucluse La n de l «âge d or» de la maison individuelle? aurav agence d'urbanisme Rhône Avignon Vaucluse 5 Avril

Plus en détail

Portabilité - Veille CCN à la date du 31/03/2014

Portabilité - Veille CCN à la date du 31/03/2014 Portabilité - Veille CCN à la date du 31/03/2014 Liste à jour des derniers accords collectifs déposés auprès du Ministère du Travail, de l Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social

Plus en détail

La Bassée-Montois. 42 communes 23 988 habitants 2 169 établissements 2 308 emplois. Mise à jour 2015

La Bassée-Montois. 42 communes 23 988 habitants 2 169 établissements 2 308 emplois. Mise à jour 2015 Mise à jour 2015 42 communes 23 988 habitants 2 169 établissements 2 308 emplois La communauté de communes de la Bassée-Montois regroupe 42 communes : Baby, Balloy, Bazoches-lès-Bray, Bray-sur-Seine, Cessoy-en-

Plus en détail

Rentrée scolaire 2013 : Prix des fournitures dans la grande distribution

Rentrée scolaire 2013 : Prix des fournitures dans la grande distribution Rentrée scolaire 2013 : Prix des fournitures dans la grande distribution GC - Observatoire de la consommation OA - Service Etudes UFC-Que Choisir - Juillet 2013 2 Résumé Alors qu à l approche de la rentrée,

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 1 Juillet 2012 La mobilité en Île-de-France 2001-2010 : 3,87 déplacements par personne et par jour Une portée moyenne de 4,4 km 41 millions de déplacements quotidiens 70 % des

Plus en détail

ETUDE THEMATIQUE. Parution janvier 2015 CHIFFRES CLEFS SOMMAIRE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION EN HAUTE-NORMANDIE.

ETUDE THEMATIQUE. Parution janvier 2015 CHIFFRES CLEFS SOMMAIRE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION EN HAUTE-NORMANDIE. ETUDE THEMATIQUE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION EN HAUTE-NORMANDIE Parution janvier 2015 CHIFFRES CLEFS 3 311 entreprises 3 471 établissements 2 198 établissements employeurs 5 971 salariés 1 551 apprentis

Plus en détail

Panorama. de l économie sociale et solidaire

Panorama. de l économie sociale et solidaire Panorama de l économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Réalisée par l Observatoire National de l Economie Sociale et Solidaire, cette nouvelle édition du «Panorama de l économie sociale en France

Plus en détail

Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface

Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface A. L organisation de la circulation dans le magasin B. L implantation des rayons 1. Les contraintes

Plus en détail