ALLIANCE INFORMATIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ALLIANCE INFORMATIQUE"

Transcription

1 ALLIANCE INFORMATIQUE DATE : Réunion du 5 mars 2014 Nom de l expéditeur : A FAIVRE Nombre de pages, celle-ci comprise : 15 CONFERENCE DES PRESIDENTS 5 MARS 2014 CIG PANTIN 4.1. Conférence des Présidents exclusivement décisionnaire Composition La conférence des Présidents est composée de l ensemble des présidents de centres de gestion cosignataires. Chaque membre fondateur dispose de 5 voix. Chaque membre associé dispose, dans la limite de 3 voix, d une voix par application (GRH, concours, bourse de l emploi, paie, médecine, commission de réforme, comité médical, cotisations...). Les fondateurs ont voix délibérative ; les associés, membres qui utilisent au moins GRH et une autre application ont voix délibérative ; les usagers ont voix consultatives. Un président peut se faire représenter par un administrateur Réunions Elle se réunit au moins une fois par an. Les membres sont convoqués par le Président du centre de gestion coordonnateur au moins 3 semaines avant la date de la réunion. Le Président du centre de gestion coordonnateur établit l ordre du jour ; chaque membre de l Alliance Informatique peut le compléter en transmettant un dossier au centre coordonnateur. Les conférences des présidents se tiennent au siège d un centre de gestion membre de l Alliance Informatique qui se porte volontaire et qui sera désigné de préférence à l issue de chaque réunion, ou en tout autre lieu choisi d un commun accord Rôle Elle se prononce : Sur le rapport d activité dressé par le comité de pilotage Sur les orientations proposées par le comité de pilotage Sur le bilan financier de la période écoulée Sur l octroi de la qualité de membre fondateur, associé ou usager Et sur toutes autres questions relevant de l organisation de l Alliance Informatique Elle arrête : Les projets d activité Le projet de budget pour la période à venir Le calendrier annuel prévisionnel des réunions du comité de pilotage Elle désigne le centre coordonnateur - 1 -

2 Etaient invités : Tous les Présidents des Centres de Gestion, membres de l Alliance PRESIDENT CDG PRESIDENT CDG 1 Jean-Pierre ROCHE, Président CDG DE L'AIN (01) 35 François FORIN, Président CDG DE MEURTHE ET MOSELLE (54) 2 Marcel LALONDE, Président CDG DE L'AISNE (02) 36 Claude LEONARD, Président CDG DE LA MEUSE (55) 3 José BALARELLO, Président CDG DES ALPES-MARITIMES (06) 37 Joseph BROHAN, Président CDG DU MORBIHAN (56) 4 Alain VALLA, Président CDG DE L ARDECHE (07 38 Marcel KLAMMERS, Président CDG DE LA MOSELLE (57) 5 Régis DEPAIX, Président CDG DES ARDENNES (08) 39 Constantin RODRIGUEZ, Président CDG DE LA NIEVRE (58) 6 Robert ZONCH, Président CDG DE L ARIEGE (09) 40 Marc MONTUELLE, Président CDG DU NORD (59) 7 Colette ROTA, Présidente CDG DE L'AUBE (10) 41 Alain VASSELLE, Président CDG DE L'OISE (60) 8 Xavier LEBRUN, Président CDG DU CALVADOS (14) 42 Jean-Pierre SALLES, Président CDG DE L'ORNE (61) 9 Martial de VILLELUME, Président CDG DE LA CHARENTE-MARITIME (17) 43 Serge JANQUIN, Président CDG DU PAS-DE-CALAIS (62) 10 Claude LELOUP, Président CDG DU CHER (18) 44 Guy DUFAURE, Président CDG DES HAUTES-PYRENEES (65) 11 Jean-Pierre LASSERRE, Président CDG DE LA CORREZE (19) 45 Robert GARRABE, Président CDG DES PYRENEES-ORIENTALES (66) 12 Michel BACHELARD, Président CDG DE LA COTE D'OR (21) 46 Michel LORENTZ, Président CDG DU BAS-RHIN (67) 13 Didier BARDET, Président CDG DE LA CREUSE (23) 47 Charles BRUN, Président CDG DU HAUT-RHIN (68) 14 Jean LACOTTE, Président CDG DE LA DORDOGNE (24) 48 Catherine DI FOLCO, Présidente CDG DU RHONE (69) 15 Pierre MAURY, Président CDG DU DOUBS (25) 49 Michel DESIRE, Président CDG DE HAUTE-SAONE (70) 16 Michel LEROUX, Président CDG DE L'EURE (27) 50 Jérôme DURAIN, Président CDG DE SAONE ET LOIRE (71) 17 Norbert MAITRE, Président CDG DE L'EURE ET LOIR (28) 51 Pierrette LEPRINCE, Président CDG DE LA SARTHE (72) 18 René FILY, Président CDG DU FINISTERE (29) 52 Auguste PICOLLET, Président CDG DE LA SAVOIE (73) 19 Pierre IZARD, Président CDG DE LA HAUTE GARONNE (31) 53 Antoine de MENTHON, Président CDG DE HAUTE-SAVOIE (74) 20 Gérard MALHOMME, Président CDG DU GERS (32) 54 Estelle GRELIER, Présidente CDG DE LA SEINE-MARITIME (76) 21 Jean-Claude HAIGRON, Président CDG D'ILLE-ET-VILAINE (35) 55 Daniel LEROY, Président CDG DE SEINE-ET-MARNE (77) 22 Roger CAUMETTE, Président CDG DE L'INDRE (36) 56 Jean-François PEUMERY, Président CIG DE LA GRANDE COURONNE ( ) 23 Jacques MEREL, Président CDG DE L'INDRE ET LOIRE (37) 57 Thierry ASTOULS, Président CDG DU TARN (81) 24 Clément PERNOT, Président CDG DU JURA (39) 58 Francis LABRUYERE, Président CDG DU TARN-ET-GARONNE (82) 25 Jean-Claude DEYRES, Président CDG DES LANDES (40) 59 Claude PONZO, Président CDG DU VAR (83) 26 Jean-Claude GUEDE, Président CDG DE LOIR-ET-CHER (41) 60 Joseph MERCERON, Président CDG DE LA VENDEE (85) 27 Philip SQUELARD, Président CDG DE LA LOIRE-ATLANTIQUE (44) 61 Edouard RENAUD, Président CDG DE LA VIENNE (86) 28 Georges FOISSAC, Président CDG DU LOT (46) 62 Jean-Louis NOUHAUD, Président CDG DE LA HAUTE-VIENNE (87) 29 Jean DREUIL, Président CDG DU LOT-ET-GARONNE (47) 63 Bernard FREMIOT, Président CDG DES VOSGES (88) 30 Elisabeth MARQUET, Présidente CDG DU MAINE-ET-LOIRE (49) 64 Jean-Claude VERGNOLLES, Président CDG DE L'YONNE (89) 31 Claude HALBECQ, Président CDG DE LA MANCHE (50) 65 Robert DEMUTH, Président CDG DU TERRITOIRE DE BELFORT (90) 32 Patrice VALENTIN, Président CDG DE LA MARNE (51) 66 Jacques BENISTI, Président CIG DE LA PETITE COURONNE ( ) 33 Jean-Marie WATREMETZ, Président CDG DE LA HAUTE-MARNE (52) 67 Michel DENNEMONT, Président CDG DE LA REUNION (974) 34 Olivier RICHEFOU, Président CDG DE LA MAYENNE (53) 68 Teriitepaiatua MAIHI, Président CDG DE POLYNESIE FRANCAISE (987) - 2 -

3 Etaient présents : -3-

4 -4-

5 CDG Dpt Hébergement Alliance CONCOURS SITUATION AU 01/01/2014 AGIRHE BOURSE DE L EMPLOI PAIE MEDECINE COMITE MED. COM. REF. AIN 01 OUI AISNE 02 OUI ALPES MARITIMES 06 OUI ARDECHE 07 OUI 1 ARDENNES 08 OUI ARIEGE 09 OUI 1 AUBE 10 OUI 1 1 CALVADOS 14 OUI CHARENTE MARITIME 17 OUI 1 CHER 18 OUI 1 CORREZE 19 OUI 1 1 COTE D'OR 21 OUI CREUSE 23 OUI 1 DORDOGNE 24 OUI 1 1 DOUBS 25 OUI EURE 27 OUI EURE ET LOIR 28 OUI FINISTERE 29 OUI 1 1 HAUTE GARONNE 31 OUI 1 GERS 32 OUI ILLE ET VILAINE 35 OUI 1 INDRE 36 OUI 1 1 INDRE & LOIRE 37 OUI 1 JURA 39 OUI LANDES 40 OUI 1 LOIR ET CHER 41 OUI LOIRE ATLANTIQUE 44 OUI 1 1 LOT 46 OUI 1 1 LOT ET GARONNE 47 OUI Hébergement Site Internet MAINE ET LOIRE 49 OUI 1 1 MANCHE 50 OUI MARNE 51 OUI HAUTE MARNE 52 OUI

6 MAYENNE 53 OUI MEURTHE & MOSELLE 54 OUI MEUSE 55 OUI MORBIHAN 56 OUI 1 1 MOSELLE 57 OUI NIEVRE 58 OUI NORD 59 OUI OISE 60 OUI 1 ORNE 61 OUI PAS DE CALAIS 62 OUI HAUTE PYRENNEES 65 OUI 1 1 PYRENEES-ORIENTALES 66 OUI 1 1 BAS RHIN 67 OUI HAUT RHIN 68 OUI RHONE 69 OUI 1 HAUTE SAONE 70 OUI SAONE ET LOIRE 71 OUI 1 1 SARTHE 72 OUI SAVOIE 73 OUI 1 1 HAUTE SAVOIE 74 OUI SEINE MARITIME 76 OUI SEINE ET MARNE 77 OUI 1 1 GRANDE COURONNE 78 OUI 1 1 TARN 81 OUI TARN ET GARONNE 82 OUI 1 1 VAR 83 OUI VENDEE 85 OUI 1 1 VIENNE 86 OUI 1 HAUTE VIENNE 87 OUI 1 VOSGES 88 OUI YONNE 89 OUI TERRITOIRE BELFORT 90 OUI 1 PETITE COURONNE 93 NON 1 1 REUNION 974 OUI 1 POLYNESIE FRANCAISE 987 OUI 1 TOTAUX

7 ORDRE DU JOUR : Le nouveau format des marchés de maintenance Les nouvelles exigences en termes d hébergement de données et de sécurité La nouvelle «gouvernance technique» Le budget à 3 ans La structuration juridique de l Alliance ACCUEIL - PREAMBULE Monsieur François FORIN, Président du CDG 54 et Président coordonnateur de l Alliance Informatique accueille les participants et remet à chacun le dossier de la réunion. Le Président FORIN introduit la Conférence par un historique de l Alliance Informatique : NOTE DU PRESIDENT FORIN relative à l amélioration et à la rationalisation de la coopération entre les Centres de Gestion de la Fonction Publique Territoriale en matière d outils informatiques L Alliance Informatique existe depuis 1991, date à laquelle 6 Centres de Gestion de la Fonction Publique Territoriale se sont associés pour la créer. Il s agissait de mettre en commun leurs modestes moyens pour se doter d outils informatiques performants nécessaires à l accomplissement de leurs missions. L Alliance a eu pour rôle de développer en commun des outils et des solutions informatiques répondant aux besoins exprimés par les centres favorisant ainsi l exécution de leurs missions, en matière d emploi en matière de gestion des ressources humaines en matière de recrutement Son fonctionnement a été fondé sur un mode informel, structuré et respectueux du bon usage des deniers publics, notamment grâce à une mutualisation des coûts. Le fonctionnement de l Alliance a respecté les principes de transparence et d équité entre les partenaires. A ce jour, 70 Centres de Gestion adhèrent, dont les 2 Centres Interdépartementaux de la Petite et de la Grande Couronne qui regroupent chacun 3 départements, soit au total 74 départements. Les logiciels développés et utilisés par les Centres de Gestion sont : le logiciel CONCOURS le logiciel AGIRHE le logiciel BOURSE DE L EMPLOI - 7 -

8 le logiciel PAIE le logiciel PREVENTION Aujourd hui, c est par le biais de conventions que la Centre de Gestion de Meurthe-et-Moselle coordonne l activité de l Alliance Informatique. Chaque Président de Centre signe une convention avec le Président du Centre de Gestion de Meurthe-et-Moselle en vue de lui confier la coordination de l Alliance. Le Président du Centre de Gestion de Meurthe-et-Moselle (CDG 54) passe des marchés pour l écriture de logiciels et pour leur maintenance. Il paie le prestataire puis recouvre auprès des Centres adhérents, les participations de chacun. Cette participation est calculée, d une part en fonction du nombre de logiciels utilisés et, d autre part, en fonction de la capacité financière de chaque Centre. Ainsi pour 2013, le montant de la contribution des Centres à la maintenance des logiciels va de plus de payés par un Centre pour un seul logiciel, à pour un Centre qui en utilise 4. Voici un bref rappel de la situation actuelle. Je souhaite maintenant aborder la situation future de notre Alliance, à travers 5 points : 1. Le nouveau format des marchés de maintenance Le 14 février 2013, les Présidents, réunis en Conférence, ont acté le recours à un second prestataire de maintenance, afin de sécuriser et renforcer le dispositif face aux demandes croissantes des utilisateurs, le volume de développements à venir et la nécessité d adapter les applications aux technologies actuelles. A donc été mis en place un nouveau système dit de «tierce maintenance applicative», selon lequel la rémunération de chaque prestataire est constituée de 2 éléments : - une partie fixe pour la correction des dysfonctionnements et les dépannages téléphoniques, - une partie variable, en fonction des besoins, pour le développement de nouvelles fonctionnalités. Sur la base de ce nouveau cahier des charges, deux marchés de maintenance ont été lancés en décembre 2013, pour 3 ans, avec un découpage en 2 parties : Concours et Bourse de l emploi AGIRHE carrière, AGIRHE intranet, AGIRHE médecine, AGIRHE paie Pour chaque marché, 2 offres ont été déposées. C est la société COGELIS qui l a emporté pour le 1 er marché et Patrick DIDIER pour le second. La maintenance des applications de l Alliance, sur la base des cahiers des charges signés par les deux prestataires, sera basée sur un véritable contrat d objectifs, dont un suivi régulier sera présenté aux différents comités de pilotages

9 2. Les nouvelles exigences en termes d hébergement de données et de sécurité Le fait de recourir à deux prestataires distincts est pour nous une opportunité pour remettre à plat les aspects de sécurité et de gestion des sources qui, conformément aux conventions signées depuis plus de 20 ans, restent la propriété exclusive de chacun des membres de l Alliance. Afin de clarifier et de sécuriser ses programmes, l Alliance doit se doter d un serveur dédié qui hébergera les sources et permettra la réalisation de tests avant production. C est sur cet environnement que les prestataires externes devront déposer et mettre à jour leurs programmes. Un devis a été demandé à notre hébergeur actuel, RMI ADISTA, sachant que le marché d hébergement doit être relancé d ici fin Outre les sources, l Alliance doit se préoccuper des nouvelles exigences en matière de sécurité. Le 8 novembre 2013, s est déroulée une réunion au CIG Pantin, au cours de laquelle un représentant de l Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d Information (ANSSI) a présenté aux Centres de gestion leurs obligations en termes de sécurité, notamment lorsqu ils mettent à disposition des usagers des télé-services. Les applications ainsi utilisées doivent respecter les préconisations du Référentiel Général de Sécurité (RGS). Ce RGS fixe les règles que nos systèmes d information doivent respecter, en terme : d authentification de signature électronique de confidentialité d horodatage Pour mettre en œuvre les préconisations du RGS, une méthodologie d analyse des risques doit être mise en place afin d apprécier et de traiter les risques relatifs à la sécurité des systèmes d information (SSI). L Alliance informatique, de par les outils mutualisés qu elle met à disposition des agents et des candidats aux concours, entre dans le cadre de cette législation. Suite à l exposé de l intervenant de l ANSSI, il semble opportun de lancer une réflexion globale qui pourrait mener à la définition de la Politique de sécurité du système (PSSI), chaque centre pouvant ensuite la décliner sous forme de Procédures d exploitation de sécurité (PES). In fine, nous devrons solliciter auprès de l ANSSI une homologation de sécurité. L Alliance devra s emparer dès maintenant de la question pour mettre aux normes ses outils. 3. La nouvelle «gouvernance technique» Pour que le nouveau fonctionnement de l Alliance soit optimal, les directeurs ont validé en octobre 2013 le développement d un nouvel outil, CONSULT ALLIANCE, qui permet de tracer toutes les demandes d évolution formulées par les utilisateurs des Centres de gestion. Avec cette nouvelle méthode, chaque demande de d évolution est soumise au vote des membres de l Alliance qui, dans la limite des crédits ouverts au budget par les présidents, valident ou refusent les développements proposés, au regard du devis déposé par le prestataire. En fin de chaîne, le demandeur est sollicité pour valider le service fait, avant règlement de la facture. Ce nouvel outil apporte des avancées considérables dans le suivi de la maintenance évolutive. Mais pour être pleinement efficace, il doit être piloté par une équipe compétente, qui parle le même langage que les développeurs. Ce rôle de pilotage technique pourrait être joué par un acteur supplémentaire, un assistant à maîtrise d ouvrage informatique indépendant. C est le sens de la proposition cosignée des CDG 25, 67 et 68 qui a été discutée en comité de pilotage des Directeurs le 28 janvier L idée est de recruter un expert, chargé de conseiller la maîtrise d ouvrage (les membres de l Alliance) dans les orientations et les choix à adopter. Il animerait les réunions des comités techniques et assurerait le lien entre les utilisateurs et les prestataires. Ce nouvel acteur serait également chargé de la direction technique des développements, maillon absolument nécessaire à toute construction de progiciel. Il pourrait se voir confier une partie au moins de la formation

10 Jouissant d une indépendance garantie par rapport aux prestataires informatiques, cet expert devrait réunir ou acquérir rapidement les qualités et compétences suivantes : Connaissance fine du métier des CDG et des collectivités dans l aspect gestion des ressources humaines Bonnes connaissances du statut de la fonction publique territoriale, nécessaires à la maîtrise de l ensemble des applications Connaissances techniques approfondies en matière de développement informatique ainsi qu une capacité à s approprier rapidement l existant Enfin, disposer d un recul nécessaire sur les développements faits ou à faire afin de formuler des propositions d évolutions ou de corrections. 4. Le budget à 3 ans Vous l avez compris, les différents points évoqués convergent tous vers un renforcement des moyens techniques de l Alliance. Ceci va mécaniquement engendrer une augmentation du budget de notre structure que je vous propose de discuter aujourd hui. 5. La structuration juridique de l Alliance Nous évoquons le sujet régulièrement depuis plusieurs années, le mode de fonctionnement actuel compromet la pérennité de l Alliance Informatique et met en difficulté le Centre de Gestion coordonnateur, le CDG 54, qui supporte seul les risques financiers et juridiques. Nous avons étudié l année dernière la piste de la société publique locale. La Fédération des EPL (Entreprises Publiques Locales) interrogée à ce sujet, a répondu défavorablement à notre demande. La loi, applicable aux SPL, prévoit en effet que seules les collectivités territoriales ou leurs groupements (EPCI et Syndicats mixtes sous conditions) sont à l initiative de la création d une Société Publique Locale et composent l actionnariat de ladite société. Les Centres de Gestion, en leur qualité d établissements publics locaux à caractère administratif, ne relèvent pas de ces catégories et ne sont donc pas éligibles. Nous avons également exploré la piste du syndicat mixte ouvert. Là encore, nous avons essuyé le refus des services de l Etat, selon lesquels le champ territorial de compétence d un syndicat mixte ouvert ne peut pas avoir une compétence nationale. Nous revenons donc aux origines de nos réflexions avec la piste du GIP qui semble se débloquer puisque un rendez-vous avec le Cabinet de la Ministre est prévu le 11 mars prochain. DEBAT ENTRE LES MEMBRES PRESENTS CDG 51 L évolution de l Alliance depuis un an me satisfait. L idée est de chercher une piste complémentaire qui consisterait à s attacher les services d un tiers de confiance chargé de réguler les relations entre les différents partenaires et interlocuteurs. CDG 54 La co-proposition soumise par les CDG 25, 67 et 68 concernant le recrutement d un «Directeur Technique» indépendant semble répondre aux attentes et combler la fragilité technique dont souffre l Alliance aujourd hui. Le fonctionnement que nous avions connu à 6 Centres de gestion il y a 20 ans n est plus adapté aujourd hui avec 70 CDG. Juridiquement, la situation est également très fragile, puisque c est le CDG54 qui endosse les responsabilités

11 Le recrutement d un expert aura un coût certes ; un ingénieur à plein temps à mutualiser entre les Centres adhérents. Mais cette charge est à mettre en balance avec le coût exorbitant qui serait engendré par une rupture de maintenance ou une grosse faille dans nos systèmes. CDG 50 Nous pouvons cependant nous poser la question du moment pour opérer ces changements radicaux. Nous sommes en plein renouvellement des conseils municipaux et communautaires, ne faut-il pas attendre? CDG 51 Il convient de déconnecter le volet politique du volet technique et décisionnel. La chronologie municipale est à part. La priorité réside dans la mise en sécurité des applications. Nous devons apporter des garanties techniques et le recrutement d un directeur technique apportera un échelon supplémentaire dans la clarification. Les intérêts des Centres membres de l Alliance dépassent les enjeux des municipales. CDG 67 L expert recruté devra dans un premier temps s immerger dans les applications et le fonctionnement des différents comités techniques et décisionnels de l Alliance. CDG 54 Le nouveau prestataire qui gère la maintenance des applications concours et bourse de l emploi a mis 6 mois pour être autonome. L expert aura également besoin de plusieurs mois pour acquérir les connaissances métiers. CDG 61 Le principal problème sera de récupérer les sources et le travail du développeur qui doit apporter des garanties en termes de réversibilité. Le prestataire historique de l Alliance doit céder ses savoirs ; il est nécessaire de contractualiser. CDG 54 La réversibilité a été signée par les deux prestataires titulaires des contrats de maintenance qui sont partis pour une durée de 3 ans. CIG PETITE COURONNE Pour sécuriser le code, il va falloir mettre en place des plateformes dédiées. Dans le cadre d un transfert de connaissances, beaucoup d éléments ne sont pas écrits. CDG 54 Concernant la structuration juridique, nous pouvons rappeler que l Alliance fonctionne depuis plus de 20 ans sur un modèle de mutualisation des coûts entre les Centre de Gestion. C est le CDG54 en tant que coordonnateur qui effectue l avance de Trésorerie. Seules les factures des prestataires et les coûts logiciels sont répartis entre Centres. Aucun frais administratif n est facturé. Pour clarifier la situation, plusieurs pistes ont déjà été étudiées : la création d une société publique locale en 2013 nous a été refusée à cause de notre statut (nous ne sommes pas considérés comme «collectivités territoriales») le syndicat mixte : la préfecture de Meurthe-et-Moselle a été saisie et il nous a été répondu qu un syndicat mixte ouvert ne pouvait pas avoir un ressort national le GIP, dont les statuts et le règlement intérieur sont prêts depuis maintenant deux ans : après maintes relances, un rendez-vous a finalement été fixé au 11 mars 2014 pour rencontrer les représentant de la Ministre de la Fonction Publique ainsi que les représentants de la Cellule de la Modernisation de l Etat

12 CDG 60 En attendant, comment devons-nous contractualiser? Quelles sont les conditions de réversibilité et quel est le document qui les contient? CDG 54 Nous allons continuer en prorogeant notre convention constitutive d un an, comme nous le faisons depuis maintenant quelques années. Quant à la réversibilité, elle a été prévue dans le cadre du renouvellement des deux marchés de maintenance. Il faut donc s appuyer sur les pièces du marché et des actes d engagement. CDG 60 Il faudra faire preuve de vigilance sur la question de l hébergement des données médicales pour lesquelles un agrément du Ministère de la Santé est nécessaire. La mise en conformité va engendrer des surcoûts qui peuvent atteindre 15 à 20%. CDG 54 Le contrat d hébergement avec ADISTA arrive à son terme fin 2014 ; il est hébergeur agréé mais il est temps effectivement de se poser toutes ces questions de conformité, d accessibilité et de sécurité. L expert devra s emparer de ces problématiques. CDG 74 Le GIP, même s il se monte, ne sera pas prêt tout de suite. Qui va recruter l expert? Qui l évaluera? Qui le managera? CDG 67 A quel moment procède-t-on au recrutement? CDG 54 L offre d emploi sera diffusée à tous les CDG pour avis et publiée mi-avril Pourront participer au jury de recrutement les CDG intéressés. Le recrutement devra intervenir pour le 1er septembre Je vous propose que ce soit le CDG54, en tant que coordonnateur de l Alliance, qui procède au recrutement. Sa résidence administrative sera basée au CDG54 mais l exercice de ses missions sera à définir ; il devra être accueilli dans les CDG durant sa formation au métier. CDG49 Compte tenu de la complexité du poste, il est important d établir une feuille de route pour les 3 premiers mois (période d essai) avec une évaluation en fin de période. CDG54 En effet, une feuille de route devra être élaborée conjointement et notifiée à l expert une fois recruté. Un tableau de bord d activité partagé entre Centres permettra une évaluation en continu. Toute demande d un CDG à l expert sera faite par écrit pour une transparence de l activité. CDG67 Il conviendra, soit de réunir régulièrement le Comité Directeur pour évaluer l expert, soit de créer un comité restreint délégué pour suivre les avancées de l expert, d où la nécessité de définir sa feuille de route pendant la période d essai. CDG

13 Chaque Directeur sera sollicité avec CONSULT ALLIANCE. Concernant le coût global pour ce recrutement, il faut compter environ euros. PRESENTATION DU BUDGET PREVISIONNEL CHAPITRES / ARTICLES BUDGETAIRES LIBELLE Charges à caractère général Achat de prestation de service Maintenance des logiciels Hébergements informatiques Fournitures de bureau Assurance Honoraires Frais de déplacement du personnel Comités techniques Comités de pilotage Personnel permanent Affranchissement et téléphone Charges de personnel et frais assimilés Personnel permanent Personnel mis à disposition (comités techniques) Personnel mis à disposition (comités de pilotage) Autres charges de gestion courante Déplacements élus Assemblée générale Conseil d administration TOTAUX GRILLE TARIFAIRE DES PRESTATAIRES

14 Détail des prestations AGIRHE Concours P DIDIER Cogelis Simulation annuelle P DIDIER Simulation annuelle COGELIS Phase de mise en place Observations Maintenance corrective et assistance Assistance, téléassistance et télémaintenance aux utilisateurs Coût forfaitaire Maintenance évolutive Formation. jour développeur Coût journalier. jour chef de projet Coût journalier jours pour P DIDIER et 40 jours pour COGELIS jours. Coût forfaitaire à la journée Frais de déplacements 180 0,43 km Frais d hébergement inclus 90 / nuit Coût de la prestation de réversibilité jours de FRM pour P DIDIER et 20 jours pour COGELIS Coût forfaitaire ou unitaire de la participation aux réunions trimestrielles réunions Assistance physique sur site. Coût forfaitaire à la journée jours. Frais de déplacements 180 0,43 / km Frais d hébergement inclus 90/ nuit 900 TOTAUX

15 FORMATIONS Le calendrier prévisionnel 2014 des formations est présenté ; il a été établi avec les prestataires informatiques qui doivent assurer un nombre de jours de formation dans le cadre de l assistance et de la maintenance des logiciels. Il sera prochainement diffusé. Les prestataires, dans leur réponse aux marchés, ont communiqués des tarifs à la journée de formation (+ frais de déplacements et d hébergements). Compte tenu de cette évolution, nous devons évoluer dans nos pratiques et programmer plus en amont les actions de formation. Le programme de formation lancé au deuxième semestre 2013 a connu peu de succès : beaucoup d agents s étaient montrés intéressés lors du recueil des besoins pour très peu d inscrits au final. Pour que chacun se responsabilise et s engage, un système de dédit sera mis en place : si le délai de prévenance de 8 jours pour s excuser n est pas respecté, la formation sera facturée au CDG défaillant. RELEVE DE DECISIONS Envoi pour signature de l avenant n 4 (prorogation jusqu au 31/12/2014) à tous les membres de l Alliance. L hébergement des données reste inchangé jusque fin 2014, date de fin du marché. Le nouvel appel d offre devra considérer toute la problématique de conformité, d accessibilité et de sécurité. Le recrutement d un «Directeur Technique» est validé ainsi que le principe d une nouvelle «gouvernance technique» de l Alliance. Le budget prévisionnel est voté. Le calendrier prévisionnel 2014 des formations est validé ainsi que le principe des inscriptions en amont avec dédit en cas d absence non excusée

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ LA RÉPARTITION DES DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de rachat de crédits

Plus en détail

L Agence MD vous présente

L Agence MD vous présente L Agence MD vous présente 4 Millions d emails BtoB disponibles Focus sur les professions libérales Mise à jour de septembre 2014 1 La Meg@baseB2B 4 Millions d emails de décideurs disponibles L Agence MD

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ LA RÉPARTITION S EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de serrurerie en France métropolitaine et en

Plus en détail

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE ANNEE 2009 BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE Présent pour l avenir Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des Négociations

Plus en détail

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers.

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. Taux, abattements et exonérations

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales

ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales NOR: MCCE1240070A Version consolidée au 16 janvier 2015 Le ministre de l'économie

Plus en détail

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI N 13 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 30 octobre 2014 PROJET DE LOI relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral. (procédure

Plus en détail

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE Préambule Le droit au compte figure dans la législation française comme un principe fondamental. Le code monétaire et financier (article

Plus en détail

Liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie alimentaire

Liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie alimentaire A - Dénombrement des micro-organismes aérobies à 30 C (= colonies aérobies = flore aérobie mésophile), Il regroupe les essais - Dénombrement des entérobactéries, suivants: - Dénombrement des Escherichia

Plus en détail

Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante.

Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante. En quelques chiffres, une entreprise Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante. FDV 60% Yves Ménardais 40% Initiatives et Finances The Call Machine «TCM» Télémarketing Capital 674 000 Chiffre d affaires

Plus en détail

Une Production sous VTOM. Qui sommes nous? L organisation du G.I.E. L environnement Technique L environnement de production

Une Production sous VTOM. Qui sommes nous? L organisation du G.I.E. L environnement Technique L environnement de production Une production Distribuée En environnement Windows NT Une Production sous VTOM Qui sommes nous? L organisation du G.I.E. L environnement Technique L environnement de production Une Production sous VTOM

Plus en détail

- Éléments de référence 2013 pour 2014 -

- Éléments de référence 2013 pour 2014 - - Éléments de référence 2013 pour 2014 - I - TAXE FONCIÈRE DÉPARTEMENTALE SUR LES PROPRIÉTÉS BÂTIES moyen de 2013 L article 1636B septies VI du CGI indique que le taux de la taxe foncière sur les propriétés

Plus en détail

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur "Logement" métropole... 4

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur Logement métropole... 4 SOMMAIRE I - Synthèse de l'activité 2014... 2 II - Secteur "Logement" métropole... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS + EXISTANTS... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS... 9 ACTIVITE LOGEMENTS EXISTANTS... 13 ACTIVITE

Plus en détail

La lettre d Information des Français de l Étranger

La lettre d Information des Français de l Étranger La lettre d Information des Français de l Étranger La lettre du département des Relations Internationales et de la Coordination de la Cnav I MARS/AVRIL 200 I Le relevé de carrière Vous avez été salarié

Plus en détail

ANNEXE. LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration

ANNEXE. LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration TITRE Ier. Division du territoire Art. 1er. Le territoire européen de la République sera divisé

Plus en détail

Mutualité Fonction Publique 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13

Mutualité Fonction Publique 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13 DIRECTION DE LA SANTE Département Relations avec les Professionnels de Santé Dossier suivi par : Monique LEFRANCOIS Réf. : 19/2005/ML/MPD Paris, le 22 décembre

Plus en détail

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011 Fonds de Dotation L observatoire Deloitte N 20 31 décembre 2011 Éditorial L année vient de s achever avec 863 fonds de dotation enregistrés au 31 décembre 2011. C est une année record car pas moins de

Plus en détail

CONJUGUEZ LES MÉTIERS DU BÂTIMENT AU FÉMININ! CONCOURS 2015 / 16 10 e ÉDITION. Guide d accompagnement pour remplir son dossier. En partenariat avec

CONJUGUEZ LES MÉTIERS DU BÂTIMENT AU FÉMININ! CONCOURS 2015 / 16 10 e ÉDITION. Guide d accompagnement pour remplir son dossier. En partenariat avec CONJUGUEZ LES MÉTIERS DU BÂTIMENT AU FÉMININ! CONCOURS 2015 / 16 10 e ÉDITION Guide d accompagnement pour remplir son dossier En partenariat avec Qu est-ce que la CAPEB? La Confédération de l Artisanat

Plus en détail

Bilan de l année 2011

Bilan de l année 2011 LE PERMIS A POINTS Bilan de l année DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION DE LA CIRCULATION ET DE LA SECURITE ROUTIERES BUREAU DE LA SECURITE ET DE LA REGLEMENTATION

Plus en détail

Protocole concernant l organisation des élections des délégués territoriaux au sein d Harmonie Mutuelle prévues au cours du 1er trimestre 2013

Protocole concernant l organisation des élections des délégués territoriaux au sein d Harmonie Mutuelle prévues au cours du 1er trimestre 2013 Protocole concernant l organisation des élections des délégués territoriaux au sein d Harmonie Mutuelle prévues au cours du 1er trimestre 2013 Harmonie Mutuelle, mutuelle soumise aux dispositions du livre

Plus en détail

La France face à la pénurie de maisons de retraite

La France face à la pénurie de maisons de retraite OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à la pénurie de maisons de retraite Situation actuelle et à venir, à l échelle régionale et départementale OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à

Plus en détail

Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2014 Page 6

Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2014 Page 6 Statistiques 2014 2014 C Table des Matières Nombre d adoptions Pages 3-4 Nombre d adoptions par zone géographique Page 5 Nombre de Visas accordés en 2014 Page 6 Répartition Fille/Garçon Page 7 Tranche

Plus en détail

La filière de l expertise comptable

La filière de l expertise comptable La filière de l expertise comptable Comptabilité Audit Conseil Gestion Finance Une promesse d avenirs CURSUS Débouchés Une filière qui offre des parcours de formation à la carte... La filière de l expertise

Plus en détail

Les télécommunications au service de la ville

Les télécommunications au service de la ville Les télécommunications au service de la ville HYPCOM Page 1 Préambule A ce jour, l évolution des structures nécessite souvent une implantation sur plusieurs sites. Parallèlement, les besoins de communiquer

Plus en détail

REGLEMENT JEU-CONCOURS «L EQUIPE DE TOUS LES FOOTBALLS»

REGLEMENT JEU-CONCOURS «L EQUIPE DE TOUS LES FOOTBALLS» REGLEMENT JEU-CONCOURS «L EQUIPE DE TOUS LES FOOTBALLS» Article 1 : Sociétés Organisatrices Crédit Agricole S.A. au capital de 7.493.916.453, dont le siège social est situé au 91-93, boulevard Pasteur,

Plus en détail

Statistiques sur la base T@NDEM - Date d'édition 20/04/2015

Statistiques sur la base T@NDEM - Date d'édition 20/04/2015 Statistiques sur la base T@NDEM - Date d'édition 20/04/2015 total Total Mailing Emailing Phoning Mobile SMS TOTAL TANDEM 42038300 31662994 10824852 19596763 8685075 1987737 cod_civ Civilite Total Mailing

Plus en détail

Évaluation des degrés-jours unifiés au niveau régional

Évaluation des degrés-jours unifiés au niveau régional COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE SERVICE DE L OBSERVATION ET DES STATISTIQUES Évaluation des degrés-jours unifiés au niveau régional Note d accompagnement Février 2014 La consommation d'énergie

Plus en détail

Adaptation Nationale des Transmissions Aux Risques Et aux Secours

Adaptation Nationale des Transmissions Aux Risques Et aux Secours Adaptation Nationale des Transmissions Aux Risques Et aux Secours Réseau national de radiocommunications numériques pour les sapeurs-pompiers Page 2 de 13 1 ANTARES POURQUOI? 1.1 UNE MODERNISATION RENDUE

Plus en détail

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Évaluation des risques professionnels L INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE ET DE SÉCURITÉ L Institut national de recherche et

Plus en détail

MARCHE ET COMPETENCES DANS LE LOGICIEL EMBARQUE. Etude pour le compte de l OPIIEC

MARCHE ET COMPETENCES DANS LE LOGICIEL EMBARQUE. Etude pour le compte de l OPIIEC MARCHE ET COMPETENCES DANS LE LOGICIEL EMBARQUE Etude pour le compte de l OPIIEC Juin 2008 1 LE LOGICIEL EMBARQUE : DEFINITION Un logiciel embarqué est un logiciel permettant de faire fonctionner une machine,

Plus en détail

Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation

Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation > Action sociale Vivre chez soi Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre demande L aide au retour à domicile après hospitalisation

Plus en détail

Européenne De Métré. Présentation

Européenne De Métré. Présentation Européenne De Métré Présentation SOMMAIRE 1 - HISTORIQUE...2 2 - NOS ACTIVITES...2 3 - VOTRE PROFIL...3 4 - NOTRE PROPOSITION...4 5 - PRESENTATION DU RESEAU...4 6 - PRINCIPALES CONDITIONS JURIDIQUES DU

Plus en détail

Table des Matières. Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2012 Page 6

Table des Matières. Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2012 Page 6 Statistiques 2013 Table des Matières Nombre d adoptions Pages 3-4 Nombre d adoptions par zone géographique Page 5 Nombre de Visas accordés en 2012 Page 6 Répartition Fille/Garçon Page 7 Tranche d Age des

Plus en détail

Le Directeur Académique, des Services de l Éducation Nationale. Mesdames et Messieurs les Instituteurs et Professeurs des écoles

Le Directeur Académique, des Services de l Éducation Nationale. Mesdames et Messieurs les Instituteurs et Professeurs des écoles Le Directeur Académique, des Services de l Éducation Nationale à Division des Personnels Bureau des actes collectifs DP2 Référence Mouvement inter-départemental 2013 Dossier suivi par : Monique VEAUGIER

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Règlement intérieur adopté à l assemblée générale du 28 juin 2014. Préambule

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Règlement intérieur adopté à l assemblée générale du 28 juin 2014. Préambule RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement intérieur adopté à l assemblée générale du 28 juin 2014 Préambule Le règlement intérieur est établi par le conseil d administration, approuvé par l assemblée générale. Il

Plus en détail

Bilan du permis à points

Bilan du permis à points Bilan du permis à points Année 2008 DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION DE LA CIRCULATION ET DE LA SECURITE ROUTIERES BUREAU DE LA SECURITE ET DE LA REGLEMENTATION

Plus en détail

Règlement d Intervention du CONSUEL

Règlement d Intervention du CONSUEL Règlement d Intervention du CONSUEL EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DU DÉCRET 72-1120 DU 14 DÉCEMBRE 1972 MODIFIÉ PAR LE DÉCRET 2001-222 DU 6 MARS 2001 ET DES ARRÊTÉS DU 17 OCTOBRE 1973 Titre 1 DISPOSITIONS

Plus en détail

Être le mieux placé sur le marché

Être le mieux placé sur le marché Répondre à la demande et développer son activité L ÉNERGIE DE PLUS EN PLUS CHÈRE... Pétrole, gaz, électricité, les prix ne cessent d augmenter : la période de l énergie bon marché est terminée. La part

Plus en détail

Assurances de biens et de responsabilité. Etude Mars 2014

Assurances de biens et de responsabilité. Etude Mars 2014 Assurances de biens et de responsabilité Etude Mars 2014 Tempêtes, grêle et neige : Résultats de l année 2012 Ce document est la propriété exclusive de la FFSA et du GEMA et est protégé par le droit d'auteur.

Plus en détail

En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide

En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide FICHES THÉMATIQUES 1.1 ÉVOLUTION DE LA POPULATION ÂGÉE En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide des âges concernant les personnes âgées de 65 ans a fortement évolué : sa base s est élargie et

Plus en détail

Z 6. COUR DE JUSTICE DU DÉPARTEMENT DE LA SEINE

Z 6. COUR DE JUSTICE DU DÉPARTEMENT DE LA SEINE ARCHIVES NATIONALES. Etat général des fonds. Fonds postérieurs à la Révolution française. Sous-série Z/6. Z 6. COUR DE JUSTICE DU DÉPARTEMENT DE LA SEINE (3 401 articles environ) Les deux ordonnances du

Plus en détail

Performances Hôtelières en France

Performances Hôtelières en France Performances Hôtelières en France Notre actualité TCH Conseil, Evaluation et Transaction In Extenso Tourisme Hôtellerie Restauration, membre du Groupe Deloitte, intègre début 2015 l agence de conseil en

Plus en détail

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS

Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Principes et pratiques recommandés par la CNAMTS, les CRAM, les CGSS et l INRS Évaluation des risques professionnels L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention

Plus en détail

Le ministre de l intérieur. Mesdames et messieurs les préfets

Le ministre de l intérieur. Mesdames et messieurs les préfets SIRP/GL/JM/N Paris, le 21 avril 2000 Affaire suivie par : Mle Géraldine LACROIX Tél. : 01 49 27 39 82 Réf. : Le ministre de l intérieur à Mesdames et messieurs les préfets NOR INT/K/00/00096/C OBJET :

Plus en détail

Une nouvelle nomenclature d activités française (NAF) se substituera le 1 er 2008 à celle qui était en vigueur depuis le 1 er janvier 2003.

Une nouvelle nomenclature d activités française (NAF) se substituera le 1 er 2008 à celle qui était en vigueur depuis le 1 er janvier 2003. CIRCULAIRE COMMUNE 2007-26 -DRE Paris, le 13/12/2007 Objet : Mise à jour du répertoire professionnel Madame, Monsieur le Directeur, Une nouvelle nomenclature d activités française (NAF) se substituera

Plus en détail

Les élèves du premier degré à la rentrée 2012 dans les écoles publiques et privées

Les élèves du premier degré à la rentrée 2012 dans les écoles publiques et privées note d informationdécembre 12.24 À la rentrée 2012, 6 718 900 élèves sont accueillis publiques et privées du premier degré de métropolitaine et des DOM (y compris Mayotte), dont 2 557 000 élèves l enseignement

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA DECLARATION UNIQUE DE COTISATIONS SOCIALES SUR SUPPORT ECRIT ("DUCS-PAPIER") ANNEXE E

CAHIER DES CHARGES DE LA DECLARATION UNIQUE DE COTISATIONS SOCIALES SUR SUPPORT ECRIT (DUCS-PAPIER) ANNEXE E CAHIER DES CHARGES DE LA DECLARATION UNIQUE DE COTISATIONS SOCIALES SUR SUPPORT ECRIT ("DUCS-PAPIER") ANNEXE E Table des codes et libellés pour les Caisses de congés payés du BTP Liste des Caisses de congés

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2013 GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE ÊTRE UTILE AUX HOMMES

DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2013 GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE ÊTRE UTILE AUX HOMMES DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2013 GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE ÊTRE UTILE AUX HOMMES SOMMAIRE Précarité Énergétique I. Des actions concrètes pour aider les clients en difficulté

Plus en détail

Performances Hôtelières en France

Performances Hôtelières en France Performances Hôtelières en France Notre actualité THR Conseil, Evaluation et Transaction Exploitant Promoteur Constructeur Investisseur Mandat de vente d un fonds de commerce hôtelier sous enseigne Mandat

Plus en détail

Équipements à jets d eau sous haute et très haute pression

Équipements à jets d eau sous haute et très haute pression Équipements à jets d eau sous haute et très haute pression L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique

Plus en détail

Demande d aide au maintien à domicile

Demande d aide au maintien à domicile Demande d aide au maintien à domicile > Action sociale Vivre chez soi Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre demande Vous êtes pensionné(e) civil(e) de l État ou ouvrier retraité(e)

Plus en détail

S I S C E N T A U R E 1 5

S I S C E N T A U R E 1 5 Club Utilisateurs Centaure 15 Jeudi 18 et Vendredi 19 juin 2009 - NANTES Centaure 15 est la solution informatique choisie en 1999 par le CHU de NANTES pour équiper son Samu- Centre 15. C est un progiciel

Plus en détail

REGLEMENT DU JEU «Bien-être et prévention»

REGLEMENT DU JEU «Bien-être et prévention» REGLEMENT DU JEU «Bien-être et prévention» Art. 1 : ORGANISATION La Mutuelle Nationale Territoriale, mutuelle régie par le livre II du Code de la Mutualité, enregistrée au Registre National des Mutuelles

Plus en détail

Projet de loi de finances rectificative pour 2010 Évaluations préalables des articles du projet de loi

Projet de loi de finances rectificative pour 2010 Évaluations préalables des articles du projet de loi pour 2010 Évaluations préalables des articles du projet de loi Art. 53 (4 ) de la loi organique du 1 er août 2001 relative aux lois de finances Note explicative Cette annexe présente les évaluations préalables

Plus en détail

Soins dentaires : des dérives inacceptables

Soins dentaires : des dérives inacceptables Paris, le 25 novembre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Soins dentaires : des dérives inacceptables Les soins dentaires représentent un reste à charge conséquent pour les usagers. Ils constituent la principale

Plus en détail

Liste des variables Fichier ME109603 MENAGE

Liste des variables Fichier ME109603 MENAGE Liste des s Fichier ME109603 MENAGE Index des s : AADATE : Date de l'enquête... 3 AAPERIODE : Période... 3 AAPOID9603 : Coefficient de pondération... 3 AAPOID9903 : Coefficient de pondération... 3 AAPOIDSF

Plus en détail

REGLEMENT CHALLENGE LEGRAND VDI Février 2014

REGLEMENT CHALLENGE LEGRAND VDI Février 2014 REGLEMENT CHALLENGE LEGRAND VDI Février 2014 Article 1. ORGANISATEUR La société LEGRAND SNC, au capital social de 6 200 000, immatriculée au RCS de LIMOGES, sous le numéro 389 290 586, dont le siège social

Plus en détail

Contenu du fichier Base Permanente des Equipements 2008. Fichier Ensemble

Contenu du fichier Base Permanente des Equipements 2008. Fichier Ensemble Contenu du fichier Base Permanente des Equipements 2008 Fichier Ensemble Liste des variables : AN Année DCIRIS Département, commune et IRIS d implantation de l équipement DEP Département d implantation

Plus en détail

PROCES VERBAL DU COMITE SYNDICAL

PROCES VERBAL DU COMITE SYNDICAL PROCES VERBAL DU COMITE SYNDICAL Le Comité Syndical du Syndicat Mixte Départemental ALPI s est réuni le vendredi 17 décembre 2004 à 17 heures en salle 1 ère commission au Conseil Général des Landes. Présents

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE

RAPPORT D ACTIVITÉ FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE Sommaire AVANT-PROPOS 02 ÉDITO 04 1. Des effectifs en constante évolution mais

Plus en détail

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 2. Adhésion des entreprises aux institutions de retraite complémentaire

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 2. Adhésion des entreprises aux institutions de retraite complémentaire Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points n o 2 Guide entreprises Janvier 2015 Adhésion des entreprises aux institutions de retraite complémentaire Sommaire La retraite,

Plus en détail

Syndicat Intercommunal d Aide à la Gestion des Equipements Publics du Territoire-de-Belfort

Syndicat Intercommunal d Aide à la Gestion des Equipements Publics du Territoire-de-Belfort Syndicat Intercommunal d Aide à la Gestion des Equipements Publics du Territoire-de-Belfort - SIAGEP - Examen du traitement des usagers en situation de précarité énergétique Exercice 2012 Septembre 2014

Plus en détail

ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES

ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES ENTRE LES SOUSSIGNES : La Caisse d Epargne Aquitaine Poitou-Charentes,

Plus en détail

AUDIT FRANCE LES FRANCAS FEDERATION NATIONALE LAIQUE DE STRUCTURES ET D ACTIVITES EDUCATIVES, SOCIALES ET CULTURELLES

AUDIT FRANCE LES FRANCAS FEDERATION NATIONALE LAIQUE DE STRUCTURES ET D ACTIVITES EDUCATIVES, SOCIALES ET CULTURELLES AUDIT FRANCE LES FRANCAS FEDERATION NATIONALE LAIQUE DE STRUCTURES ET D ACTIVITES EDUCATIVES, SOCIALES ET CULTURELLES Association reconnue d utilité publique Siège social : 10/14 rue Tolain 75020 PARIS

Plus en détail

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2010. Fichier Ensemble

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2010. Fichier Ensemble Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2010 Fichier Ensemble Liste des variables : AN Année DCIRIS Département, commune et IRIS d implantation de l équipement DEP Département d implantation

Plus en détail

Prêts bonifiés à l agriculture

Prêts bonifiés à l agriculture MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES Direction des affaires financières Sous-direction du financement de l agriculture Bureau du crédit Adresse : 78 bis, rue

Plus en détail

GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE

GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE DOSSIER DE PRESSE AVRIL 2014 GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE ÊTRE UTILE AUX HOMMES SOMMAIRE Précarité Énergétique I. Des actions concrètes pour aider les clients en difficulté

Plus en détail

Présentation de l Agence Départementale INGÉNIERIE70 19 octobre 2012

Présentation de l Agence Départementale INGÉNIERIE70 19 octobre 2012 Présentation de l Agence Départementale INGÉNIERIE70 19 octobre 2012 1 La Haute-Saône 545 communes pour une population de 240 000 habitants. 45 habitants / km 2 Vesoul 80% de communes de moins de 500 hab

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE

RAPPORT D ACTIVITÉ FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE Sommaire AVANT-PROPOS 02 ÉDITO 04 1. Des effectifs en constante évolution mais

Plus en détail

Changer de département à la rentrée

Changer de département à la rentrée A 2011 MUTATIONS Instituteurs Professeurs des écoles Changer de département à la rentrée www.sgen.cfdt.fr novembre 2010 Mensuel 2,50 suppl. au n 197 RCS Strasbourg B 588 505 354 11/10 MA BANQUE EST DIFFÉRENTE,

Plus en détail

Compte-rendu de séance comité syndical du lundi 08 février 2010

Compte-rendu de séance comité syndical du lundi 08 février 2010 Compte-rendu de séance comité syndical du lundi 08 février 2010 L an deux mille dix, le 08 février, le comité syndical de l Agence landaise pour l informatique, dûment convoqué, s est réuni au siège du

Plus en détail

Établissement Français du Sang

Établissement Français du Sang Établissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES EFS Normandie Rapport d activité 2010 www.etablissement-francais-du-sang.fr EFS Normandie Dr Patrice

Plus en détail

Dépassements d honoraires, déremboursements, franchises CREATION DE L OBSERVATOIRE CITOYEN DES RESTES A CHARGE EN SANTE DOSSIER DE PRESSE

Dépassements d honoraires, déremboursements, franchises CREATION DE L OBSERVATOIRE CITOYEN DES RESTES A CHARGE EN SANTE DOSSIER DE PRESSE Dépassemts d honoraires, déremboursemts, franchises CREATION DE L OBSERVATOIRE CITOYEN DES RESTES A CHARGE EN SANTE DOSSIER DE PRESSE Contacts presse : CISS Collectif Interassociatif Sur la Santé Marc

Plus en détail

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2014. Fichier Ensemble

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2014. Fichier Ensemble Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2014 Fichier Ensemble Liste des variables : AN Année DCIRIS Département, commune et IRIS d implantation de l équipement DEP Département d implantation

Plus en détail

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2013. Fichier Ensemble

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2013. Fichier Ensemble Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2013 Fichier Ensemble Liste des variables : AN Année DCIRIS Département, commune et IRIS d implantation de l équipement DEP Département d implantation

Plus en détail

Cahier des charges pour la transmission dématérialisée des bulletins d état civil

Cahier des charges pour la transmission dématérialisée des bulletins d état civil Cahier des charges pour la transmission dématérialisée des bulletins d état civil 1 I. Le cadre réglementaire...3 A. B. L objectif... 3 Le calendrier... 4 II. Préparation de la démarche...4 A. Les acteurs...

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES AIRES D ACCUEIL DES GENS DU VOYAGE

LE FINANCEMENT DES AIRES D ACCUEIL DES GENS DU VOYAGE CGPC / S5 / FW 2005-0032-01 LE FINANCEMENT DES AIRES D ACCUEIL DES GENS DU VOYAGE Rapport de mission relative aux modalités de mise en œuvre de l aide accordée par l Etat pour la réalisation des aires

Plus en détail

Assurances de biens et de responsabilité. Etude Avril 2013

Assurances de biens et de responsabilité. Etude Avril 2013 Assurances de biens et de responsabilité Etude Avril 2013 L assurance des catastrophes naturelles en 2011 Ce document est la propriété exclusive de la FFSA et du GEMA et est protégé par le droit d'auteur.

Plus en détail

Les entrepreneurs de demain sont les élèves d aujourd hui

Les entrepreneurs de demain sont les élèves d aujourd hui la semaine Ecole-Entreprise Les entrepreneurs de demain sont les élèves d aujourd hui Sommaire p. 4 - Pourquoi participer à la semaine Ecole-Entreprise? p. 7 - Des acteurs engagés, des enjeux partagés

Plus en détail

Accord sur l organisation et le financement de l apprentissage dans les Branches du Bâtiment et des Travaux Publics

Accord sur l organisation et le financement de l apprentissage dans les Branches du Bâtiment et des Travaux Publics Accord sur l organisation et le financement de l apprentissage dans les Branches du Bâtiment et des Travaux Publics Entre : d une part, les organisations professionnelles d employeurs représentatives au

Plus en détail

Offre de référence d Orange pour la création de Points de Raccordements Mutualisés

Offre de référence d Orange pour la création de Points de Raccordements Mutualisés Offre de référence d Orange pour la création de Points de Raccordements Mutualisés offre destinée aux opérateurs exploitant des réseaux ouverts au public Orange, SA au capital de 10 595 434 424 EUR 380

Plus en détail

COMPTE-RENDU de la SEANCE du CONSEIL MUNICIPAL du 19 DECEMBRE 2013

COMPTE-RENDU de la SEANCE du CONSEIL MUNICIPAL du 19 DECEMBRE 2013 Mairie de Trèves (Rhône) 450 route des Deux Vallées 69420 TREVES COMPTE-RENDU de la SEANCE du CONSEIL MUNICIPAL du 19 DECEMBRE 2013 Le Conseil Municipal, dûment convoqué le 13 décembre 2013 s est réuni

Plus en détail

Salariés juin 2013. Les rachats. Le versement pour la retraite. Le rachat de cotisations. La régularisation de cotisations arriérées

Salariés juin 2013. Les rachats. Le versement pour la retraite. Le rachat de cotisations. La régularisation de cotisations arriérées Salariés juin 2013 Les rachats Le versement pour la retraite Le rachat de cotisations La régularisation de cotisations arriérées Les rachats Votre carrière comporte des périodes pour lesquelles vous n

Plus en détail

Les consommations de chauffage

Les consommations de chauffage Roger Cadiergues Les consommations de chauffage L8. SOMMAIRE. Les principes des bilans p..0. Les trois méthodes de base.0. La méthode des bilans.0. Les besoins bruts.0. Les apports.0. Les besoins nets.06.

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 2007

RAPPORT D ACTIVITÉ 2007 RAPPORT D ACTIVITÉ 2007 La Lettre du Président L année 2007 a été marquée par la promulgation de la loi de réforme de protection de l enfance, le 5 mars 2007. Les bouleversements qu elle induit ont modifié

Plus en détail

Salariés JUIN 2013. Les rachats. Le versement pour la retraite. Le rachat de cotisations. La régularisation de cotisations arriérées

Salariés JUIN 2013. Les rachats. Le versement pour la retraite. Le rachat de cotisations. La régularisation de cotisations arriérées Salariés JUIN 2013 Les rachats Le versement pour la retraite Le rachat de cotisations La régularisation de cotisations arriérées Les rachats Votre carrière comporte des périodes pour lesquelles vous n

Plus en détail

M. BEAUDET est nommé le doyen d âge de l assemblée.

M. BEAUDET est nommé le doyen d âge de l assemblée. COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL COMMUNAUTAIRE Du 11 AVRIL 2014 L an deux mil quatorze, le onze avril à dix neuf heures, le Conseil Communautaire, régulièrement convoqué, à la date du 31 mars 2014,

Plus en détail

Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes

Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes Ce dossier de référencement est permanent. Il est possible à un prestataire

Plus en détail

Guide pratique. Fonction. Publique. Territoriale

Guide pratique. Fonction. Publique. Territoriale Guide pratique Fonction Publique Territoriale Guide pratique Avant-Propos UNE ADMINISTRATION RÉCENTE ET MULTIPLE Créée il y a plus de 20 ans, la fonction publique territoriale se caractérise par la grande

Plus en détail

BOFIP-RHO-14-0547 du 07/03/2014

BOFIP-RHO-14-0547 du 07/03/2014 DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES BOFIP-RHO-14-0547 du 07/03/2014 Arrêté du 16 novembre 2009 ARRETE PORTANT INATION DE CONSERVATEURS DES HYPOTHEQUES Bureau RH-1B RÉSUMÉ Cet arrêté porte nomination

Plus en détail

MARCHE PUBLIC N 05-2014 MEMOIRE TECHNIQUE ET FINANCIER

MARCHE PUBLIC N 05-2014 MEMOIRE TECHNIQUE ET FINANCIER Article 28 du Code des Marchés Publics MARCHE PUBLIC N 05-2014 Acquisition et maintenance de logiciels de gestion financière et de gestion de la paie en mode solution full web mode hébergé et de prestations

Plus en détail

DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES SOUS-DIRECTION DU RECRUTEMENT ET DE LA FORMATION BUREAU DU RECRUTEMENT ET DE LA PROMOTION PROFESSIONNELLE

DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES SOUS-DIRECTION DU RECRUTEMENT ET DE LA FORMATION BUREAU DU RECRUTEMENT ET DE LA PROMOTION PROFESSIONNELLE SECRETARIAT GENERAL DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES SOUS-DIRECTION DU RECRUTEMENT ET DE LA FORMATION BUREAU DU RECRUTEMENT ET DE LA PROMOTION PROFESSIONNELLE FICHES DE RENSEIGNEMENTS SE RAPPORTANT AUX

Plus en détail

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE TRAITER LE SUJET

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE TRAITER LE SUJET SUJET NATIONAL POUR L ENSEMBLE DES CENTRES DE GESTION ORGANISATEURS CONCOURS EXTERNE DE TECHNICIEN TERRITORIAL SESSION 2012 EPREUVE Réponses à des questions techniques à partir d un dossier portant sur

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

CONVENTION DE PRESTATIONS INTEGREES POUR L UTILISATION DES OUTILS DE DEMATERIALISATION

CONVENTION DE PRESTATIONS INTEGREES POUR L UTILISATION DES OUTILS DE DEMATERIALISATION CONVENTION DE PRESTATIONS INTEGREES POUR L UTILISATION DES OUTILS DE DEMATERIALISATION Société Publique Locale SPL-Xdemat (SPL) 1/9 ENTRE La Collectivité dont le numéro SIRET est, Indiquez ci-dessus le

Plus en détail

Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique

Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS

Plus en détail

LISTE DE POSTES DE CATEGORIE C (FILIERES TECHNIQUE ET SIC)

LISTE DE POSTES DE CATEGORIE C (FILIERES TECHNIQUE ET SIC) LISTE DE S DE CATEGORIE C (FILIERES TECHNIQUE ET SIC) FILIERES LOCALISATION GEOGRAPHIQUE LOCALISATION ADMINISTRATIVE INTITULE DU 1 Ain Gendarmerie Belley Cuisinier au cercle mixte de l'escadron de gendarmerie

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L EXPERTISE AUTOMOBILE

BAROMÈTRE DE L EXPERTISE AUTOMOBILE BAROMÈTRE DE L EXPERTISE AUTOMOBILE Les véhicules les plus vandalisés Les véhicules les plus volés La typologie des sinistres & Les résultats de notre enquête sur l expertise auprès des automobilistes

Plus en détail

DROIT ECONOMIE - GESTION. DROIT PUBLIC DROIT DES RESSOURCES HUMAINES DES FONCTIONS PUBLIQUES (DRH Fonctions Publiques)

DROIT ECONOMIE - GESTION. DROIT PUBLIC DROIT DES RESSOURCES HUMAINES DES FONCTIONS PUBLIQUES (DRH Fonctions Publiques) 202-206 0Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Spécialité : Volume horaire étudiant : DROIT ECONOMIE - GESTION DROIT PUBLIC DROIT DES RESSOURCES HUMAINES DES FONIONS PUBLIQUES (DRH Fonctions Publiques)

Plus en détail