Dares Analyses. Plus d un tiers des CDI sont rompus avant un an

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dares Analyses. Plus d un tiers des CDI sont rompus avant un an"

Transcription

1 Dares Aalyses javier 2015 N 005 publicatio de la directio de l'aimatio de la recherche, des études et des statistiques Plus d u tiers des CDI sot rompus avat u a Le cotrat de travail à durée idétermiée (CDI) est la forme largemet domiate de la relatio de travail etre u employeur et u salarié. Il est pas forcémet syoyme de stabilité de la relatio d emploi. Aisi, das les douze premiers d u CDI, le risque de rupture est relativemet élevé : 36,1 % des CDI coclus e 2011 ot été rompus avat leur premier aiversaire, proportio e hausse de 2,5 poits par rapport aux recrutemets e CDI de Le premier motif de rupture d u CDI das sa première aée est la démissio : 16,1 % des embauches e CDI effectuées e 2011 ot été résiliées mois d u a plus tard pour ce motif. Le deuxième motif de rupture est la fi de la période d essai, qui explique l iterruptio de 12,7 % des CDI mois d u a après leur sigature. La probabilité qu u CDI soit rompu avat so premier aiversaire est très variable d u secteur à l autre. Elle est maximale das le secteur de l hébergemet et de la restauratio où elle atteit 58,6 %. Elle varie aussi selo l âge et la catégorie socioprofessioelle : chez les salariés de 15 à 24 as, la probabilité qu u CDI soit rompu avat u a est de 45,6 %, cotre mois de 35 % pour les autres classes d âge. Efi, la majorité des CDI des employés peu qualifiés sot résiliés e mois d u a. Le risque de rupture d u ouveau CDI est particulièremet élevé au cours des trois premiers : % des CDI coclus e 2011 ot duré mois d u et 19,6 % mois de trois. Le cotrat de travail à durée idétermiée (CDI) est la forme ormale, et largemet domiate, de la relatio de travail etre u employeur et u salarié. Selo l equête Emploi, 86,6 % des salariés, hors État, collectivités locales et hôpitaux publics, étaiet e CDI e Le fait pour u salarié de bééficier d u CDI est e gééral cosidéré comme u sige de stabilité das l emploi [1]. De fait, u CDI e prévoit pas de date de fi de cotrat. Pourtat, des CDI sot rompus chaque jour, e raiso d ue démissio, d ue fi de période d essai, d u liceciemet ou d ue rupture covetioelle. La fréquece de ces ruptures varie selo le cotexte de la relatio d emploi (cojocture, caractéristiques de l employeur et du salarié) aisi qu e foctio de sa durée passée [2] [3]. Plus d u tiers des CDI rompus ot duré mois d u a D après l equête Emploi, la très grade majorité (91,3 %) des salariés du privé e CDI e 2012 ot ue acieeté das leur etreprise d u a ou plus. Si l o cosidère l esemble des CDI e cours, ils apparaisset doc très stables à u horizo d u a. Das le même temps, les doées sur les mouvemets de mai-d œuvre (ecadré 1) idiquet que plus du tiers des CDI rompus e 2012 (quel que soit le motif de rupture (1) ot duré mois d u a (graphique 1) ; la moitié des CDI rompus ot duré mois de deux as (1) Le CDI peut être rompu sur décisio uilatérale soit de l employeur (liceciemet pour motif persoel ou pour motif écoomique, mise à la retraite, fi de période d essai), soit du salarié (démissio, départ à la retraite, fi de période d essai), ou ecore pour ue cause extérieure aux parties ayat pour effet de redre impossible la poursuite dudit cotrat (cas de force majeure). Sa rupture peut aussi résulter d u accord des deux parties élaboré das le cadre du dispositif de «rupture covetioelle».

2 et 59,3 % mois de trois as. À peie plus d u quart des CDI rompus ot duré ciq as ou plus. Cette apparete cotradictio s explique par le fait que parmi les CDI ouvellemet sigés, ue part relativemet élevée est rompue dès la première aée. Aisi, l istabilité des CDI apparaît cocetrée das l aée qui suit la sigature : les risques de démissio, de liceciemet ou de rupture covetioelle sot plus faibles au-delà d u a. Ue part croissate des ouveaux CDI dure mois d u a Ces risques de rupture des CDI ouvellemet sigés peuvet être quatifiés e rapportat le ombre de CDI ayat duré mois d u a coclus ue aée doée au ombre total de CDI coclus durat cette aée (ecadré 2). 36,1 % des CDI débutés e 2011 (2), ot duré mois d u a (graphique 2). La fréquece de ces CDI de courte durée de vie est particulièremet élevée das le tertiaire (38,4 %) et la costructio (32,7 %), et plus faible das l idustrie (23,3 %). La proportio de CDI ayat duré mois d u a progresse régulièremet depuis 2007 (+2,5 poits). C est das la Graphique 1 Répartitio des CDI rompus selo leur durée de 2007 à Mois d'1 a De 1 a à mois de 2 as De 2 as à mois de 3 as De 3 as à mois de 4 as De 4 as à mois de 5 as 5 as ou plus Lecture : parmi les sortats de CDI e 2012, 35,4 % l ot exercé mois d u a. Champ : sorties de CDI, y compris CDD trasformés e CDI ; établissemets de 1 salarié ou plus du secteur Graphique 2 Part des CDI ayat duré mois d u a par aée d embauche de 2007 à 2011 et par secteur d activité 40,0 38,0 36,0 34,0 32,0 30,0 28,0 26,0 24,0 22,0 20, Tous secteurs Idustrie Costructio Tertaire Lecture : les CDI coclus e 2007 et ayat duré mois d u a représetet 33,6 % des recrutemets e CDI de Champ : etrées e CDI, y compris CDD trasformés e CDI ; établissemets de 1 salarié ou plus du secteur (2) Le choix de 2011 (aée de coclusio des cotrats) est dicté par la dispoibilité des doées sur les mouvemets de mai-d œuvre au momet de la réalisatio de cette étude. Ecadré 1 Sources Les doées utilisées Cette étude est réalisée à partir des doées sur les mouvemets de mai-d œuvre regroupat deux sources statistiques distictes. La déclaratio mesuelle des mouvemets de mai-d œuvre (DMMO): chaque, les établissemets de 50 salariés ou plus adresset à l admiistratio u relevé détaillé des cotrats coclus ou résiliés durat le précédet. L equête sur les mouvemets de mai-d œuvre (EMMO) : chaque trimestre, la Dares iterroge les établissemets d 1 à 49 salariés à l aide d u questioaire comparable au formulaire déclaratif. Eviro établissemets sot iterrogés selo u sodage stratifié, par zoe d emploi, secteur d activité et trache de taille. Jusqu e 2006, seuls les établissemets de à 49 salariés étaiet iterrogés. Depuis 2007, les établissemets de 1 à 9 salariés sot égalemet iterrogés. Le champ porte sur le secteur cocurretiel (idustrie, costructio et tertiaire) de Frace métropolitaie. Sot e particulier exclus les admiistratios publiques, les collectivités territoriales, les pricipaux établissemets publics, les établissemets relevat de la Défese atioale et les établissemets de travail temporaire. Les résultats s appuiet sur la omeclature d activité des établissemets e Naf rév. 2. Pour chaque cotrat coclu ou rompu sot reseigés : la date de début, la ature du cotrat au momet de l évéemet, la professio et catégorie socioprofessioelle (PCS), le sexe et l aée de aissace du salarié et le cas échéat la date et le motif de fi de cotrat. La qualité des doées Pour chaque cotrat échu, il est possible de calculer la durée de vie à partir des dates de début et de fi de cotrat. La qualité de cette iformatio s est améliorée après la cetralisatio de la collecte des DMMO e 2011 (le taux de o-répose partielle est passé de plus de 11 % à mois de 2 %). Les aées 2011 et 2012 sot doc privilégiées das cette étude. Les durées maquates sot redressées par imputatio à l aide d ue méthode de hot-deck par classe. 2 DARES ANALYSES Javier N 005

3 costructio que la hausse a été la plus forte, bie que o cotiue (+3,7 poits), devat le tertiaire (+2,4 poits). Das l idustrie, la part des CDI de mois d u a est restée relativemet stable etre 2007 et 20, avat de gager 1,2 poit e Graphique 3 Part des CDI ayat duré mois d u a par aée d embauche, selo le motif de sortie 20,0 18,0 16,0 14,0 12,0,0 Les ruptures de CDI pour fi de période d essai augmetet depuis 2007, celles pour démissio sot e baisse 8,0 6,0 4,0 2,0 0, Les CDI rompus avat u a le sot d abord e raiso d ue démissio. 16,1 % des CDI coclus e 2011 ot été résiliés mois d u a après pour ce motif (graphique 3). La démissio est plus fréquete das le tertiaire : 17,2 % des CDI coclus e 2011 y ot été rompus par démissio avat leur premier aiversaire (tableau 1). Elle l est sesiblemet mois das la costructio et surtout das l idustrie (13,3 % et,4 %). Liceciemets autre qu'écoomique Fis de période d'essai Ruptures covetioelles* Démissios * La rupture covetioelle a été mise e place e août Cette procédure permet à l employeur et au salarié de coveir e commu des coditios de la rupture du cotrat de travail qui les lie. Elle est possible que pour les cotrats de travail à de travail à durée idétermiée (CDI). Lecture : les démissios de CDI coclus e 2007 et ayat duré mois d u a, représetet 17,8 % des recrutemets e CDI de Champ : etrées e CDI, hors CDD trasformés e CDI ; établissemets de 1 salarié ou plus du secteur de l istabilité e début de CDI. Das u cotexte cojocturel difficile à partir de mi-2008, il est probable que les salariés aiet été mois eclis à quitter délibérémet u CDI. La fréquece des démissios mois d u a après l embauche e CDI est e ette baisse par rapport à 2007 (-1,7 poit). Tous les secteurs sot cocerés : -2,6 poits das la costructio, -1,9 poit das le tertiaire et -1,0 poit das l idustrie. Ce est doc pas ce motif qui porte la progressio Le deuxième motif de rupture des CDI mois d u a après l embauche est la fi de période d essai. Sur 0 CDI débutés e 2011, 12,7 sot résiliés avat u a pour ce motif. Cette part s établit à 13,9 % das le tertiaire, 8,8 % das la costructio et 7,8 % das l idustrie. La rupture pour Tableau 1 Part des CDI ayat duré mois d u a par aée d embauche et secteur d activité, selo le motif de sortie Part des CDI rompus avat u a Tous secteurs... 33,6 34,0 34,3 35,4 36,1 Idustrie... 22,6 22,6 22,6 22,1 23,3 Costructio... 29,0 31,6 28,3 29,0 32,7 Tertiaire... 36,0 36,0 36,4 37,7 38,4 Part des CDI rompus avat u a... Par ue démissio Par u liceciemet écoomique Par u liceciemet autre qu écoomique Par ue rupture covetioelle Par ue fi de période d essai Tous secteurs... 17,8 16,4 15,6 16,2 16,1 Idustrie... 11,4 9,6 8,8 9,5,4 Costructio... 15,9 16,4 13,9 13,4 13,3 Tertiaire... 19,1 17,5 16,6 17,3 17,2 Tous secteurs... 0,5 0,7 0,7 0,5 0,4 Idustrie... 0,6 1,2 1,0 0,6 0,4 Costructio... 0,4 1,7 0,9 0,7 1,4 Tertiaire... 0,5 0,5 0,7 0,5 0,3 Tous secteurs... 4,0 3,9 3,9 3,5 3,3 Idustrie... 3,0 2,6 2,7 2,2 1,9 Costructio... 5,7 5,7 4,6 3,0 4,3 Tertiaire... 3,9 3,9 3,9 3,5 3,4 Tous secteurs... 0,1 0,7 1,2 1,9 1,7 Idustrie... 0,0 0,5 1,3 2,3 1,7 Costructio... 0,3 0,8 1,7 2,6 2,4 Tertiaire... 0,1 0,6 1,2 1,8 1,6 Tous secteurs... 9,8,9 11,4 11,6 12,7 Idustrie... 6,3 7,5 7,3 6,2 7,8 Costructio... 4,7 5,4 6,0 7,1 8,8 Tertiaire... 11,1 12,1 12,5 12,8 13,9 Lecture : les démissios de CDI coclus e 2007 et ayat duré mois d u a, représetet 11,4 % des recrutemets e CDI das l idustrie e Champ : etrées e CDI, hors CDD trasformés e CDI ; établissemets de 1 salarié ou plus du secteur DARES ANALYSES javier N 005 3

4 fi de période d essai deviet de plus e plus fréquete : la part des CDI ayat duré mois d u a et rompus pour ce motif progresse de 2,9 poits pour les CDI coclus e 2011 par rapport à ceux coclus e Tous les secteurs sot cocerés, otammet la costructio, où cette part a pratiquemet doublé e ciq as. Le liceciemet autre qu écoomique représete le troisième motif de sortie, mais so poids est ettemet plus faible : 3,3 % des CDI coclus e 2011 et ayat duré mois d u a ot été rompus pour ce motif. Cette part s élève à 4,3 % das la costructio, cotre 3,4 % das le tertiaire et 1,9 % das l idustrie. Elle est e baisse costate depuis Les ruptures covetioelles, mises e place e août 2008, ot u poids plus margial : 1,7 % des CDI débutés e 2011 a fait l objet d ue rupture covetioelle avat so premier aiversaire. La part des CDI de mois d u a rompus par rupture covetioelle est u peu plus élevée das la costructio (2,4 %). De même, peu de ouveaux CDI sot rompus avat u a du fait d u liceciemet écoomique (0,4 % e 2011). Cette proportio s était toutefois accrue au cœur de la crise, e 2008 et 2009 (0,7 %). Das le secteur de l hébergemet et de la restauratio, ue majorité des ouveaux CDI e dure pas u a Le deveir des CDI au cours de la première aée diffère fortemet d u secteur d activité à u autre. Aisi, l «hébergemet et la restauratio», les «autres activités spécialisées, scietifiques et techiques» et les «activités de services admiistratifs et de soutie» sot des secteurs caractérisés par ue proportio très importate de CDI de mois d u a (respectivemet 58,6 %, 50,0 % et 41,0 % e 2011). Chacu de ces secteurs présete ue sigularité : la démissio est le premier motif de rupture pour l «hébergemet et la restauratio» (32,0 % des cas) ; la fi de période d essai est plus fréquete pour les «autres activités spécialisées, scietifiques et techiques» (26,9 %); das les «activités de services admiistratifs et de soutie», les ruptures de CDI avat u a sot autat le résultat de démissios que de fis de période d essai (respectivemet 14,6 % et 14,8 %). Das ces secteurs, le taux d etrée e CDI, qui rapporte le ombre d embauches auel e CDI à l emploi salarié auel moye, est aussi particulièremet élevé : respectivemet 27,9 %, 20,4 % et 17,1 %, cotre 11,1 % pour l esemble de l écoomie (tableau 2). Ces secteurs se caractériset aisi par u tur-over importat des recrues e CDI. 4 DARES ANALYSES Javier N 005 Das d autres secteurs, symétriquemet, le taux d etrée e CDI comme la fréquece des ruptures de CDI mois d u a après l embauche sot faibles : «cokéfactio et raffiage» (3,8 % et 7,8 %) ; «recherche-développemet scietifique» (4,8 % et 8,6 %) ; «fabricatio de matériels de trasport» (5,3 % et 7,3 %). D autres secteurs e revache associet u taux d etrée e CDI supérieur à la moyee et ue part des ruptures de CDI de mois d u a relativemet faible. Il s agit des «activités iformatiques et services d iformatio» (19,3 % et 26,4 %) et des «activités juridiques, comptables, de gestio, d architecture, d igéierie, de cotrôle et d aalyses techiques» (13,3 % et 24,2 %). Das ces secteurs les embauches e CDI sot doc fréquetes et stables. Das le premier, la part des démissios de CDI avat u a est plus faible qu au iveau global (9,3 %, cotre 16,1 %). Das le secod, c est le cas des sorties pour démissio et pour fi de période d essai avat u a. Chez les as, plus de 40 % des ouveaux CDI duret mois d u a La part des CDI rompus avat u a est particulièremet élevée parmi les jeues de 15 à 24 as : 45,6 %, soit près de poits de plus que toutes classes d âge cofodues. Cette istabilité des CDI pour les jeues est corroborée par des mouvemets de mai-d œuvre plus fréquets que pour leurs aîés : leur taux d etrée e CDI est aisi de 31,7 % e 2011 cotre 16,0 % pour les 25 à 34 as, 8,8 % pour les as, 5,5 % pour les as et 4,0 % pour les 55 as ou plus (tableau 3). Les jeues sot otammet plus eclis à démissioer avat le premier aiversaire de leur CDI (22,8 %, cotre 15,7 % pour les as et mois de 13,0 % pour les classes d âge supérieur) et davatage cocerés par les ruptures pour fi de période d essai. E revache, la part des liceciemets écoomiques avat u a de CDI augmete avec l âge (de 0,2 % pour les as à 1,0 % pour les 55 as ou plus). Globalemet, les différeces etre les femmes et les hommes sot e moyee plus mices : les ruptures de CDI avat u a sot u peu plus fréquetes pour les femmes (37,0 % e 2011) que pour les hommes (35,5 %), e lie avec ue proportio plus élevée de démissios avat u a. Les taux d etrée e CDI sot très proches. Ces écarts etre hommes et femmes sot toutefois plus marqués à âge doé. La proportio de CDI rompus avat u a est ettemet plus élevée chez les jeues femmes (49,3 %) que chez les jeues hommes (42,2 %). Les démissios et, das ue moidre mesure, les fis de période d essai sot e particulier plus fréquetes chez les jeues femmes.

5 Tableau 2 Part des CDI coclus e 2011 ayat duré mois d u a par secteur d activité, selo le motif de sortie Part des CDI de mois d u a rompus... Secteur d activité Taux d etrée e CDI Part des CDI de mois d u a Par ue démissio Par u liceciemet écoomique Par u liceciemet autre qu écoomique Par ue rupture covetioelle Par ue fi de période d essai Idustries extratives, éergie, eau, gestio des déchets et dépollutio... 6,6 18,3 6,7 0,0 2,1 2,0 5,7 Idustries extractives... 5,5 20,8 8,9 0,0 2,1 5,5 4,2 Productio et distributio d électricité, de gaz, de vapeur et d air coditioé... 5,5 13,5 3,5 0,0 1,4 0,4 5,2 Productio et distributio d eau ; assaiissemet, gestio des déchets et dépollutio... 8,2 21,9 9,0 0,1 2,5 3,1 6,2 Fabricatio de derées alimetaires, de boissos et de produits à base de tabac... 8,5 36,4 16,5 0,3 2,9 3,4 12,1 Cokéfactio et raffiage... 3,8 7,8 4,7 0,3 0,5 0,0 1,1 Fabricatio d équipemets électriques, électroiques, iformatique ; fabricatio de machies... 5,7 15,2 5,9 0,4 0,9 1,1 5,6 Fabricatio de produits iformatiques, électroiques et optiques... 5,3 13,7 4,8 0,5 0,5 0,6 5,0 Fabricatio d équipemets électriques... 5,0 14,2 4,9 0,3 1,0 1,1 6,2 Fabricatio de machies et équipemets.c.a... 6,5 16,5 7,1 0,4 1,0 1,6 5,5 Fabricatio de matériels de trasports... 5,3 7,3 2,7 0,3 0,7 0,5 2,1 Fabricatio d autres produits idustriels 6,3 23,6 11,1 0,4 1,9 1,2 7,9 Fabricatio de textiles, idustries de l habillemet, idustrie du cuir et de la chaussure... 5,6 26,0 9,2 1,3 1,5 1,6 11,4 Travail du bois, idustries du papier et imprimerie... 5,7 32,7 14,7 0,5 3,9 1,7,1 Idustrie chimique... 5,7 17,1 5,2 1,1 1,3 1,1 7,1 Idustrie pharmaceutique... 4,8,8 2,4 0,2 0,8 0,6 5,7 Fabricatio de produits e caoutchouc et e plastique aisi que d autres produits miéraux o métalliques... 5,2 19,4 8,8 0,4 2,2 1,2 5,6 Métallurgie et fabricatio de produits métalliques à l exceptio des machies et des équipemets... 6,1 20,2,4 0,3 1,6 1,3 6,1 Autres idustries maufacturières ; réparatio et istallatio de machies et d équipemets... 9,0 28,7 15,2 0,2 1,3 1,8 9,4 Costructio...,0 32,7 13,3 1,4 4,3 2,4 8,8 Commerce ; réparatio d automobiles et de motocycles... 11,0 39,1 16,3 0,5 3,6 2,5 14,9 Trasports et etreposage... 9,1 35,7 14,7 0,6 4,9 1,6 11,3 Hébergemet et restauratio... 27,9 58,6 32,0 0,2 3,5 1,2 19,7 Iformatio et commuicatio... 14,2 26,1 8,9 0,4 1,7 1,3 12,4 Editio, audiovisuel et diffusio... 9,7 27,5 9,4 0,9 1,5 2,0 11,7 Télécommuicatios... 6,8 20,3 5,0 0,2 2,5 0,3,9 Activités iformatiques et services d iformatio... 19,3 26,4 9,3 0,3 1,7 1,4 12,8 Activités fiacières et assuraces... 7,3 18,9 6,6 0,0 1,9 0,9 8,2 Activités immobilières... 11,9 37,7 13,3 1,1 2,1 4,0 14,8 Activités scietifiques et techiques ; services admiistratifs et de soutie... 15,5 36,1 13,3 0,2 4,4 1,4 14,1 Activités juridiques, comptables, de gestio, d architecture, d igéierie, de cotrôle et d aalyses techiques... 13,3 24,2,6 0,3 1,7 1,4 9,0 Recherche-développemet scietifique... 4,8 8,6 3,5 0,0 0,5 0,8 3,3 Autres activités spécialisées, scietifiques et techiques... 20,4 50,0 15,5 0,1 2,3 2,2 26,9 Activités de services admiistratifs et de soutie... 17,1 41,0 14,6 0,2 6,5 1,2 14,8 Admiistratio publique, eseigemet, saté humaie et actio sociale... 8,4 29,6 16,3 0,2 2,1 1,0 8,3 Admiistratio publique... 2,2 9,5 5,3 0,0 0,4 0,7 2,2 Eseigemet... 7,6 28,8 14,6 0,1 1,4 2,7 7,2 Activités pour la saté humaie... 9,2 27,4 15,7 0,2 1,6 0,4 8,3 Hébergemet médico-social et social et actio sociale sas hébergemet... 9,8 31,6 17,2 0,1 2,6 1,2 8,7 Autres activités de services...,8 34,8 17,5 0,8 2,3 1,4,6 Arts, spectacles et activités récréatives... 9,7 27,0 15,2 0,4 1,6 1,7 6,2 Autres activités de services... 11,2 37,5 18,2 1,0 2,6 1,3 12,2 Lecture : les démissios de CDI coclus e 2011 et ayat duré mois d u a, représetet 6,7 % des recrutemets e CDI das le secteur des «idustries extractives, éergie, eau, gestio des déchets et dépollutio». Champ : etrées e CDI, hors CDD trasformés e CDI ; établissemets de 1 salarié ou plus du secteur DARES ANALYSES javier N 005 5

6 Tableau 3 Taux d etrée e CDI et part des CDI coclus e 2011 ayat duré mois d u a, par sexe et âge selo le motif de sortie Taux d etrée e CDI Part des CDI de mois d u a Part des CDI rompus avat u a Par ue démissio Par u liceciemet écoomique Par u liceciemet autre qu écoomique Par ue rupture covetioelle Par ue fi de période d essai 15 à 24 as 25 à 34 as 35 à 44 as 45 à 54 as 55 as ou plus Femmes... 36,8 15,6 8,4 5,4 4,0 11,1 Hommes... 28,3 16,4 9,2 5,6 4,2 11,3 Esemble... 31,7 16,0 8,8 5,5 4,0 11,1 Femmes... 49,3 34,9 30,0 29,6 31,3 37,0 Hommes... 42,2 34,4 32,9 29,9 37,4 35,5 Esemble... 45,6 34,6 31,7 29,7 34,6 36,1 Femmes... 26,0 16,6 12,3 11,0 12,3 17,3 Hommes... 19,9 15,1 12,7 11,3 13,2 15,1 Esemble... 22,8 15,7 12,5 11,2 12,8 16,1 Femmes... 0,1 0,4 0,5 0,8 1,4 0,4 Hommes... 0,4 0,3 0,5 0,6 0,7 0,4 Esemble... 0,2 0,3 0,5 0,7 1,0 0,4 Femmes... 3,3 2,6 2,9 2,8 3,0 2,9 Hommes... 3,5 3,6 3,9 3,5 3,9 3,6 Esemble... 3,4 3,1 3,5 3,2 3,5 3,3 Femmes... 1,4 1,3 2,2 1,7 1,8 1,6 Hommes... 1,1 1,9 2,2 1,5 2,0 1,7 Esemble... 1,2 1,7 2,2 1,6 1,9 1,7 Femmes... 17,1 12,4,4,8 7,0 12,8 Hommes... 15,9 11,9 12,0 11,2,0 12,7 Esemble... 16,5 12,1 11,4 11,0 8,7 12,7 Lecture : pour les femmes de 15 à 24 as, les CDI ayat duré mois d u a représetet 49,3 % des recrutemets e CDI de Champ : etrées e CDI, hors CDD trasformés e CDI ; établissemets de 1 salarié ou plus du secteur Tous âges cofodus Chez les 55 as ou plus, à l iverse, les ruptures de CDI avat leur premier aiversaire sot u peu mois fréquetes pour les femmes que pour les hommes (34,6 %, cotre 37,4 %). Les démissios et les fis de période d essai de CDI avat u a sot plus fréquetes chez les hommes à ces âges. La majorité des CDI des employés peu qualifiés est résiliée e mois d u a U peu plus de la moitié des CDI sigés par des employés peu qualifiés (3) a été rompue e mois d u a, (tableau 4). Les démissios représetet près la moitié de ces ruptures : 23,9 % des employés peu qualifiés embauchés e CDI démissioet mois d u a après le début de leur cotrat. Les fis de période d essai sot elles aussi ettemet plus fréquetes que la moyee (19,8 %, cotre 12,7 %). Si les employés peu qualifiés se distiguet des autres catégories socioprofessioelles e matière de ruptures précoces des CDI, ce est pas le cas pour les recrutemets e CDI : le taux d etrée e CDI des employés peu qualifiés est proche du iveau global (11,7 %, cotre 11,1 %). Les ruptures de CDI au cours de la première aée sot égalemet plus fréquetes que la moyee pour les employés qualifiés et les ouvriers peu qualifiés. Au terme d u a, 42,1 % des CDI d employés qualifiés et 38,6 % des CDI d ouvriers peu qualifiés ot plus cours (cotre 36,1 % e moyee). Avat le premier aiversaire du cotrat, les démissios et les fis de période d essai sot plus fréquetes chez les employés qualifiés et les liceciemets autres qu écoomiques chez les ouvriers peu qualifiés. Pour ces deux catégories socioprofessioelles, les recrutemets e CDI sot égalemet plus fréquets qu au iveau global : leur taux d etrée e CDI s établit respectivemet à 17,3 % et 12,6 % (cotre 11,1 % e moyee). Elles se caractériset doc par ue rotatio élevée des persoes e CDI. Pour les cadres et les professios itermédiaires plus des deux tiers des CDI sot toujours e cours au bout d u a : la part des ruptures de CDI de mois d u a est de 19,3 % pour les cadres et de 29,6 % pour les professios itermédiaires. Les cadres et les professios itermédiaires (3) L emploi peu qualifié (qui e écessite pas u iveau ou ue spécialité de diplôme spécifique et dot les compéteces requises e sot pas recoues i valorisées) est ici idetifié à partir de la omeclature des professios et catégories socioprofessioelles. La distictio selo la qualificatio de l emploi est déjà itégrée das cette omeclature pour les ouvriers. La distictio des employés qualifiés et peu qualifiés est faite à partir d ue omeclature proposée par M.A. Estrade qui s ispire des travaux d O. Chardo [4]. Tableau 4 Taux d etrée e CDI et part des CDI coclus e 2011 ayat duré mois d u a par catégorie socioprofessioelle selo le motif de sortie Cadres Professios itermédiaires Employés qualifiés Employés peu qualifiés Ouvriers qualifiés Taux d etrée e CDI...,0 7,4 17,3 11,7,3 12,6 Part des CDI de mois d u a... 19,3 29,6 42,1 51,9 34,3 38,6 Part des CDI de mois d u a rompus Par ue démissio... 6,8 12,5 20,0 23,9 15,8 15,8 Par u liceciemet écoomique... 0,4 0,4 0,5 0,2 0,6 0,3 Par u liceciemet autre qu écoomique... 1,2 2,1 2,7 5,0 3,8 7,0 Par ue rupture covetioelle... 1,3 1,7 2,2 0,9 2,0 1,3 Par ue fi de période d essai... 8,1 11,1 14,9 19,8,2 11,2 Lecture : les démissios de CDI coclus e 2011 et ayat duré mois d u a, représetet 6,8 % des recrutemets e CDI pour les cadres. Champ : etrées e CDI, hors CDD trasformés e CDI ; établissemets de 1 salarié ou plus du secteur Ouvriers peu qualifiés 6 DARES ANALYSES Javier N 005

7 Ecadré 2 Méthodologie d estimatio de la durée de vie des cotrats L étude de la durée de vie des cotrats écessiterait de disposer d ue base de doées où l uité d observatio serait le cotrat de travail. O pourrait le suivre au cours du temps, etre sa date d etrée et sa date de rupture, e coaissat à chaque date le type du cotrat (CDD ou CDI). O aurait alors toute l iformatio permettat de décrire la durée de vie des cotrats, pour u type de cotrat doé. Faute d ue telle base, la proportio de CDI durat mois d u a peut être calculée à partir de deux agrégats : le ombre total d etrées e CDI sur ue période doée et le ombre total de sorties de CDI de mois d u a dot l etrée a eu lieu sur cette même période. Les doées des mouvemets de mai-d oeuvre (MMO) retraçat les flux d etrée et de sortie permettet de les recostituer. Mais des CDI rompus ot pu être des CDD, avat trasformatio e CDI. Cette iformatio est pas dispoible directemet das les MMO. Si o e corrige pas de ces trasformatios, o e mesure pas la durée e CDI mais la durée depuis le début du cotrat, lequel a pu chager de ature das le temps. La probabilité de rupture des CDI avat u a est calculée comme le ratio : ombre de cotrats coclus l aée rompus avat u a de ature CDI * (1-part des CDD trasformés e CDI coclus l aée rompus avat 1 a)/ombre de CDI coclus l aée. Le ombre de CDI coclus ue aée se calcule directemet à partir des doées sur les mouvemets de mai-d oeuvre. C est le cas égalemet du ombre de cotrats coclus l aée rompus avat u a et de ature CDI au momet de la rupture. Mais, parmi ces deriers, certais cotrats étaiet des CDD au momet de l embauche. Pour les distiguer, u appariemet etre la déclaratio au momet de la sortie avec celle au momet de l etrée doit être fait. Comme il y a pas d idetifiat idividuel das les MMO, l appariemet porte sur le uméro d idetificatio de l établissemet (Siret), le sexe du salarié, so aée de aissace, sa professio et catégorie socioprofessioelle (PCS) et sa date d etrée. La ature du cotrat permet de distiguer parmi les sorties de CDI, les etrées e CDI de ceux e CDD. Les taux de réussite de l appariemet pour 2011 sot différets selo la taille des établissemets : - 81 % des sorties sot appariées pour les établissemets de 50 salariés ou plus ; - 68 % des sorties sot appariées pour les établissemets de à 49 salariés ; - 51 % des sorties sot appariées pour les établissemets de 1 à 9 salariés. La part des CDD trasformés e CDI parmi les sorties appariées est d abord calculée par taille d établissemet. Leur moyee podérée par la répartitio des sorties de CDI de mois d u a selo la taille des établissemets doe la part globale des CDD trasformés e CDI parmi les sorties de CDI de mois d u a. Cette part est égalemet calculée par secteur, motif de sortie, âge, sexe et catégorie socioprofessioelle. démissioet peu, comparativemet aux autres catégories socioprofessioelles. La fi de période d essai et le liceciemet autre qu écoomique avat u a sot aussi ettemet mois fréquets que la moyee chez les cadres. La faible part des ruptures e CDI avat u a s accompage de recrutemets e CDI peu fréquets : les cadres et les professios itermédiaires présetet les taux d etrée e CDI les plus faibles (respectivemet,0 % et 7,4 %). Avec ue structure de l emploi costate, la probabilité qu u CDI soit rompu avat u a aurait égalemet augmeté etre 2007 et 2011 État doés les écarts existat etre secteurs d activité, classes d âge et professios, la croissace observée pour la part des CDI de mois d u a pourrait être due à ue évolutio de la structure de l emploi plutôt qu à ue évolutio cojocturelle ou à ue tedace de log terme affectat toutes les catégories d emploi. Pour eutraliser les effets liés à la compositio de l emploi, l évolutio etre 2007 et 2011 de la probabilité qu u CDI soit rompu avat so premier aiversaire est estimée à structure costate des etrées e CDI (selo le sexe, l âge quiqueal, la catégorie socioprofessioelle et le secteur d activité). Si la structure des etrées e CDI était restée ichagée, l évolutio de la part des CDI rompus avat u a aurait été u peu plus faible que celle observée e 2008 et 2009 et u peu plus forte e 20 et 2011 (tableau 5). La modificatio de la compositio des emplois explique doc pas à elle seule la hausse de la part des CDI rompus avat u a. Eviro 20 % des CDI sot rompus avat trois Si la fréquece de rupture au bout d u a costitue ue boe idicatio de l istabilité des CDI au début de leur vie, les cotrats de mois d u a ot eux-mêmes des durées très variables :,0 % des CDI coclus e 2011 duret mois d u, 19,6 % mois de trois, 26,2 % mois de six. Suivre la probabilité qu u CDI se termie u doé sachat qu il est ecore e cours le précédet (4) permet d étudier (4) Ou «taux de hasard mesuel» (ecadré 3). Tableau 5 Évolutio de la part des sorties de CDI de mois d u a par rapport à l aée précédete E poits de % Évolutio auelle de la part des sorties de mois d u a... +0,4 +0,3 +1,1 +0,7 Effet de structure... +0,2 +0,9-0,1-0,5 Variatio à structure costate de l aée ,2-0,6 +1,2 +1,2 Champ : etrées e CDI, hors CDD trasformés e CDI ; établissemet de 1 salarié ou plus du secteur DARES ANALYSES javier N 005 7

8 plus fiemet la durée des CDI (ecadré 3). Si,0 % des CDI coclus e 2011 se termiet le premier, la probabilité de rupture u doé décroît esuite rapidemet : 6,8 % des CDI ecore e cours à la fi du premier se termiet pedat le deuxième, 4,2 % de ceux e cours à la fi du deuxième se termiet pedat le troisième (graphique 4). Le quatrième, la probabilité de rupture est de 3,1 %. Les suivats, elle est de l ordre de 2 %. La fi de période d essai est le premier facteur de rupture das les deux premiers. Elle cocere eviro 60 % des sorties. La probabilité de rupture u doé associée à ce motif décroît très rapidemet : 6,0 % le premier, 3,9 % le deuxième et 1,8 % le suivat. Elle deviet margiale esuite. À partir du troisième, la démissio deviet le premier motif de sortie. À u pas temporel ecore plus fi, peut être calculée la probabilité qu u CDI se termie u jour doé sachat qu il est ecore e cours le jour précédet (5). La probabilité qu u cotrat coclu e 2011 se termie le premier jour est déjà de 0,9 % (graphique 5). La probabilité de rupture u jour doé augmete à chaque fi de, car % des sorties de CDI de mois d u a s effectuet au terme de complets. E dehors des fis de, la probabilité de rupture u jour doé est globalemet décroissate au cours des 4 premiers puis se stabilise aux aletours de 0,1 %. Chez les as, la probabilité de rupture du CDI est ettemet plus élevée au cours des trois premiers Les CDI des jeues de 15 à 24 as sot plus souvet rompus que les CDI des 25 as ou plus : à u a, la part des CDI e cours des est iférieure de 12,5 poits à celle des 25 as ou plus (graphique 6). L écart etre les deux classes d âge se produit essetiellemet 8 DARES ANALYSES Javier N 005 Graphique 4 Probabilité qu u CDI coclu e 2011 soit rompu chaque sachat qu il était e cours le précédet (taux de hasard mesuel) er 2 e 3 e 4 e 5 e Démissios Fis de période d'essai Liceciemets autre qu'écoomiques Ruptures covetioelles Liceciemets écoomiques Autres 6 e 7 e 8 e 9 e e 11 e 12 e Lecture : pour u CDI coclu e 2011, toujours e cours le troisième, la probabilité qu il soit rompu le suivat est de 3,1 % (tous motifs cofodus). Champ : etrées e CDI, hors CDD trasformés e CDI ; établissemets de 1 salarié ou plus du secteur Graphique 5 Probabilité qu u CDI coclu e 2011 soit rompu chaque jour sachat qu il était e cours le jour précédet (taux de hasard jouralier) 1,0 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0, E jours Lecture : pour u CDI coclu e 2011, toujours e cours le 60 e jour, la probabilité qu il soit rompu le jour suivat est de 0,7 %. Champ : etrées e CDI ; établissemets de 1 salarié ou plus du secteur cocurretiel (hors agriculture) ; Frace métropolitaie. au début du CDI : à trois, il s élève déjà à 8,8 poits. Le rythme des ruptures est doc ettemet plus élevé pour les jeues au cours des trois premiers (graphi-que 7) : le premier, la probabilité de rupture de CDI des as est de 12,9 %, cotre 9,0 % pour les 25 as ou plus ; le deuxième, elle est de,1 % pour les as, cotre 5,7 % pour les 25 as ou plus ; les suivats, elle est toujours plus élevée pour les as mais les écarts avec leurs aiés devieet miimes (eviro 1 poit à partir du quatrième ). (5) Ou «taux de hasard jouralier». Les effectifs sot toutefois trop faibles pour estimer alors la part des CDD trasformés e CDI parmi les CDI échus, comme das le reste de l étude.

9 Pour les as, les CDI coclus e jui sot les plus sujets à rupture le troisième Pour les as, la probabilité de rompre u CDI le troisième est plus élevée s il est coclu e jui :,7 %, cotre au plus 7,2 % le reste de l aée (tableau 6). La probabilité de rupture le deuxième est quat à elle plus élevée si le CDI est coclu e juillet : 16,5 %, cotre au plus 13,2 % pour les autres de l aée. Pour ces CDI, la probabilité de rupture e août ou septembre est doc relativemet élevée. Cette particularité s explique essetiellemet par les démissios qui sot plus fréquetes au cours du 3 e pour les CDI coclus par des jeues e jui (7,1 % des CDI toujours e cours au bout de 2 cotre 2,4 % pour les CDI ayat débuté le reste de l aée) ; et plus fréquetes au cours du 2 e pour les CDI coclus par des jeues e juillet (7,6 % cotre 2,6 % pour les CDI ayat débuté le reste de l aée). Le secteur de l «hébergemet et de la restauratio» cocetre plus de la moitié des CDI des as coclus e jui ou juillet et rompus courat août ou septembre. Pour le reste de l aée, ce secteur représete mois de 40 % des sorties les deuxième et troisième. Graphique 6 Probabilité qu u CDI coclu e 2011 soit ecore e cours à chaque, pour les as et les 25 as ou plus as ou plus as 0 Etrée 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e e 11e 12e das l'établissemet Lecture : chez les as, 87,1 % des CDI de 2011 sot toujours e cours au terme du premier, cotre 91,0 % des CDI des 25 as ou plus. Champ : etrées e CDI, hors CDD trasformés e CDI ; établissemets de 1 salarié ou plus du secteur Graphique 7 Probabilité qu u CDI coclu e 2011 soit rompu chaque sachat qu il était toujours e cours au début du (taux de hasard mesuel), par trache d âge à 24 as 25 as ou plus 1 er 2 e 3 e 4 e 5 e 6 e 7 e 8 e 9 e e 11 e 12 e Lecture : chez les as, pour u CDI coclu e 2011, toujours e validité le premier, la probabilité qu il soit rompu le suivat est de,1 %. Champ : etrées e CDI, hors CDD trasformés e CDI ; établissemets de 1 salarié ou plus du secteur Tableau 6 Répartitio mesuelle des etrées par e CDI des as e 2011 et taux de hasard des trois premiers as Mois d etrée Répartitio par 1 er Taux de hasard Lecture : chez les as, 6,4 % des etrées e CDI de 2011 ot lieu e février ; 6,7 % des CDI de février 2011, e cours durat le 2 e, sot rompus das le 3 e. Champ : etrées e CDI, hors CDD trasformés e CDI ; établissemets de 1 salarié ou plus du secteur 2 e Javier... 8,1 12,2 8,3 5,3 Février... 6,4 11,8 8,4 6,7 Mars... 6,9 9,4,8 5,7 Avril... 6,5 14,0,8 6,1 Mai... 6,9 13,7,9 5,6 Jui... 6,9 13,6 13,2,7 Juillet... 7,6 13,2 16,5 6,8 Août... 7,3 14,9 11,7 4,5 Septembre... 16,0,8 7,9 3,3 Octobre... 12,0 11,8 8,5 4,7 Novembre... 9,2 12,4 8,5 4,4 Décembre... 6,2 15,2 7,3 7,2 3 e Xavier Paraire (Dares). DARES ANALYSES javier N 005 9

10 Pour e savoir plus [1] Beauvoir R., Chateloup G., Mii C., N Guye L., Rémy V., Rey M. (2013), «Emploi, chômage, populatio active : bila de l aée 2012», Dares Aalyses 037, jui. [2] Paraire X. (2014), «Les mouvemets de mai-d œuvre e 2013 : Forte augmetatio des etrées e CDD das le tertiaire», Dares Aalyses 094, décembre. [3] Juod B., Lagaree C., Mii C. Beré L. (2007), «Le cotrat ouvelles embauches u a après», Premières Sythèses 09.1, Dares, mars. [4] Estrade M.A. (2008), «Ue prospective socio-écoomique du travail et de l emploi peu qualifié», Isee Référeces «L emploi, ouveaux ejeux», éditio Ecadré 3 Iterprétatio et costructio du taux de hasard et de la foctio de survie Le taux de hasard pour u doé m, h(m), est la proportio de CDI rompus au cours du m parmi les recrutemets e CDI de 2011 toujours e cours au début du m. Par exemple, si le taux de hasard du troisième est égal à 4, cela sigifie que sur 0 recrutemets e CDI de 2011 toujours e cours au début de leur troisième, 4 sot rompus au cours du troisième. Le taux de hasard se calcule comme le rapport etre le ombre de recrutemets e CDI de 2011 rompus das le m (d m ) et le ombre de recrutemets e CDI de 2011 toujours valides au début du m ( m ). h ( m) = d m m 1 est le ombre total de recrutemets e CDI de 2011, 2 le ombre de recrutemets de CDI de 2011 toujours e cours au début de leur deuxième et m le ombre de recrutemets de CDI de 2011 toujours e cours au début de leur m e. Nous pouvos écrire : 2 = 1 - d1 3 = 1 - d1 d 2 m-1 m = 1 - i d i La foctio de survie, S(m), est la proportio de CDI toujours e cours au début du m e parmi les recrutemets e CDI de Sa valeur pour le m e se calcule comme le rapport etre le ombre de recrutemets e CDI de 2011 toujours e cours au début du m e et le ombre total de recrutemets e CDI de m 1 di i= 1 m S( m) = 1 1 = 1 DARES ANALYSES et DARES INDICATEURS sot édités par le miistère du travail, de l emploi, de la formatio professioelle et du dialogue social. Directio de l aimatio de la recherche, des études et des statistiques (Dares), 39-43, quai Adré Citroë, Paris cedex 15. (Rubrique Études, Recherches, Statistiques de la Dares) Directrice de la publicatio : Fraçoise Bouygard. Rédactrice e chef : Marie Ruault. Secrétariat de rédactio : Marie Aveel, Thomas Cayet, Evely Ferreira - Maquettistes : Guy Barbut, Thierry Duret, Bruo Pezzali. Coceptio graphique et impressio : miistère du travail, de l emploi, de la formatio professioelle et du dialogue social. Répose à la demade : Aboemet aux avis de parutio de la Dares (http://travail-emploi.gouv.fr/etudes-recherches-statistiques-de,76/avis-de-parutio,2063/bulleti,2064/aboemet,13777.html) Dépôt légal : à parutio. Numéro de commissio paritaire : 3124 AD. ISSN et ISSN DARES ANALYSES Javier N 005

mômes en santé la santé en collectivité pour les enfants de 3 à 18 ans édition 2012 avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

mômes en santé la santé en collectivité pour les enfants de 3 à 18 ans édition 2012 avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles mômes e saté la saté e collectivité pour les efats de 3 à 18 as éditio 2012 avec le soutie de la Fédératio Walloie-Bruxelles préface O ffrir u cadre sai et sécurisat, favorable à la saté et à l épaouissemet

Plus en détail

Guide du suivi et de l évaluation axés sur les résultats P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE L É VA L UATION

Guide du suivi et de l évaluation axés sur les résultats P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE L É VA L UATION Guide du suivi et de l évaluatio axés sur les résultats P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE L É VA L UATION P ROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT B U R E AU DE

Plus en détail

Pour l inclusion : Appuyer les comportements positifs dans les classes du Manitoba

Pour l inclusion : Appuyer les comportements positifs dans les classes du Manitoba Pour l iclusio : Appuyer les comportemets positifs das les classes du Maitoba P o u r l i c l u s i o : A P P u y e r l e s c o m P o r t e m e t s P o s i t i f s d A s l e s c l A s s e s d u m A i t

Plus en détail

Terminale S. Terminale S 1 F. Laroche

Terminale S. Terminale S 1 F. Laroche Termiale S Exercices. Rappels et exercices de base 3.. QCM (P. Egel) 3.. QCM, Atilles 005 4. 3. QCM, Liba 009, 3 poits 4. 4. QCM, C. étragers 007. 5. QCM, Frace 007 5 6. 6. QCM, N. Calédoie 007 7. 7. QCM

Plus en détail

Chapitre 2 SONDAGE ALEATOIRE SIMPLE OU A PROBABILITES EGALES. 2.1 DEFINITIONS 2.2 SONDAGE ALEATOIRE SIMPLE SANS REMISE (PESR) 2.2.

Chapitre 2 SONDAGE ALEATOIRE SIMPLE OU A PROBABILITES EGALES. 2.1 DEFINITIONS 2.2 SONDAGE ALEATOIRE SIMPLE SANS REMISE (PESR) 2.2. Chapitre 2 SONDAGE ALEATOIRE SIMPLE OU A PROBABILITES EGALES PLAN DU CHAPITRE 2 2.1 DEFINITIONS 2.2 SONDAGE ALEATOIRE SIMPLE SANS REMISE (PESR) 2.2.1 Pla de sodage 2.2.2 Probabilités d iclusio 2.3 SONDAGE

Plus en détail

LE CONTRAT NOUVELLES EMBAUCHES UN AN APRÈS

LE CONTRAT NOUVELLES EMBAUCHES UN AN APRÈS Mars 2007 - N 09.1 LE CONTRAT NOUVELLES EMBAUCHES UN AN APRÈS Parmi les salariés embauchés en contrat embauches (CNE) au mois d octobre 2005, sept sur dix travaillaient encore dans la même entreprise au

Plus en détail

Tests non paramétriques de spécification pour densité conditionnelle : application à des modèles de choix discret

Tests non paramétriques de spécification pour densité conditionnelle : application à des modèles de choix discret Tests o paramétriques de spécificatio pour desité coditioelle : applicatio à des modèles de choix discret Mémoire Koami Dzigbodi AMEGBLE Maîtrise e écoomique Maître ès arts (M.A.) Québec, Caada Koami Dzigbodi

Plus en détail

comment faire face? définition du responsable

comment faire face? définition du responsable des bosses et bobos aux premiers secours commet faire face? Bie heureusemet, les activités proposées aux efats e collectivité se déroulet la plupart du temps sas accroc i accidet. Efats comme resposables

Plus en détail

Dares Analyses. Les bas salaires en France entre 1995 et 2011

Dares Analyses. Les bas salaires en France entre 1995 et 2011 Dares Analyses OCTObre 2012 N 068 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Les bas salaires en France entre 1995 et 2011 En 2011, sur 22,3 millions de

Plus en détail

Les polymères. I) Historique

Les polymères. I) Historique Les polymères I) Historique a) La sciece des polymères Le mot polymère viet du grec «polus» plusieurs, et «meros» partie. U polymère est ue macromolécule, orgaique ou iorgaique, costituée de l'echaîemet

Plus en détail

La population jeune en Afrique sera le moteur

La population jeune en Afrique sera le moteur P O P U L A T I O N R E F E R E N C E B U R E A U La populatio jeue e Afrique : risque ou opportuité? Par Lori S. Ashford Figure 1 La populatio jeue e Afrique sera le moteur de la prospérité écoomique

Plus en détail

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil.

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil. Qu appelle-t-o éclipse? Éclipser sigifie «cacher». Vus depuis la Terre, deu corps célestes peuvet être éclipsés : la Lue et le Soleil. LES ÉCLIPSES Pour qu il ait éclipse, les cetres de la Terre, de la

Plus en détail

Dares Analyses. Pilotage du travail et risques psychosociaux

Dares Analyses. Pilotage du travail et risques psychosociaux Dares Analyses janvier 215 N 3 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Pilotage du travail et risques psychosociaux Selon l enquête Sumer 2, un tiers

Plus en détail

Résolution numérique des équations aux dérivées partielles (PDE)

Résolution numérique des équations aux dérivées partielles (PDE) Résolutio umérique des équatios au dérivées partielles (PDE Sébastie Charoz & Adria Daerr iversité Paris 7 Deis Diderot CEA Saclay Référeces : Numerical Recipes i Fortra, Press. Et al. Cambridge iversity

Plus en détail

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1 Premières propriétés des ombres réels 2 Suites umériques 3 Suites mootoes : à faire 4 Séries umériques 4. Notio de série. Défiitio 4.. Soit (u ) ue suite de ombres réels ou complexes. Pour N N, o ote S

Plus en détail

4 Approximation des fonctions

4 Approximation des fonctions 4 Approximatio des foctios Ue foctio f arbitraire défiie sur u itervalle I et à valeur das IR peut être représetée par so graphe, ou de maière équivalete par la doée de l esemble de ses valeurs f(t) pour

Plus en détail

Direction Études, Statistiques et Prévisions. Le champ social et médico-social :

Direction Études, Statistiques et Prévisions. Le champ social et médico-social : Mai 2012 n o 44 Direction Études, Statistiques et Prévisions Repères & Analyses Études Le champ social et médico-social a connu, depuis le début des années quatre-vingt, d importantes transformations,

Plus en détail

Bas salaires et working poor en Suisse

Bas salaires et working poor en Suisse Bas salaires et working poor en Suisse Ampleur des phénomènes et groupes à risque d après l Enquête sur la structure des salaires 2006 et l Enquête suisse sur la population active 2006 Neuchâtel, 2008

Plus en détail

direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 183 Juillet 2014

direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 183 Juillet 2014 Document d études direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 183 Juillet 2014 L activité réduite : quel impact sur le retour à l emploi et sa qualité? Une étude à partir

Plus en détail

Enquête 2013 auprès de la Génération 2010 Face à la crise, le fossé se creuse entre niveaux de diplôme

Enquête 2013 auprès de la Génération 2010 Face à la crise, le fossé se creuse entre niveaux de diplôme Bref ducéreq n 319 mars 201 Enquête 2013 auprès de la Génération 2010 Face à la crise, le fossé se creuse entre niveaux de diplôme En 2013, trois ans après leur sortie du système éducatif, 22 % des jeunes

Plus en détail

Synthèse. Emploi et chômage des personnes handicapées. Nadia Amrous. Numéro 01 Novembre 2012

Synthèse. Emploi et chômage des personnes handicapées. Nadia Amrous. Numéro 01 Novembre 2012 Synthèse Direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 01 Novembre 2012 Emploi et chômage des personnes handicapées Nadia Amrous Meriam Barhoumi Numéro 01 - novembre 2012

Plus en détail

Formations et emploi. Édition 2013

Formations et emploi. Édition 2013 Formations et emploi Édition 2013 Coordination Daniel Martinelli Contribution Insee : Sébastien Gossiaux, Daniel Martinelli Centre d études et de recherches sur les qualifications (Céreq) : Renaud Descamps,

Plus en détail

Séries réelles ou complexes

Séries réelles ou complexes 6 Séries réelles ou complexes Comme pour le chapitre 3, les suites cosidérées sot a priori complexes et les résultats classiques sur les foctios cotiues ou dérivables d ue variable réelle sot supposés

Plus en détail

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES 1 ) POSITION DU PROBLÈME - VOCABULAIRE A ) DÉFINITION SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES O cosidère deux variables statistiques umériques x et y observées sur ue même populatio de idividus. O ote x 1

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

ORS Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Picardie, Provence-Alpes-Côte d'azur. La santé au travail. les régions de France

ORS Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Picardie, Provence-Alpes-Côte d'azur. La santé au travail. les régions de France Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé ORS Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Picardie, Provence-Alpes-Côte d'azur La santé au travail dans les régions de France Collection

Plus en détail

Sous-traiter ou embaucher?

Sous-traiter ou embaucher? Sous-traiter ou embaucher? Une analyse empirique des comportements de substitution des entreprises de l industrie en France entre et 2003 Corinne Perraudin, Nadine Thèvenot, Julie Valentin Novembre 2006

Plus en détail

Le travail en cours d études a-t-il une valeur professionnelle?

Le travail en cours d études a-t-il une valeur professionnelle? EMPLOI Le travail en cours d études a-t-il une valeur professionnelle? Catherine Béduwé et Jean-François Giret* Près des 80 % des étudiants sortis de l eeignement supérieur en 1998 ont exercé pendant leurs

Plus en détail

La Fonction publique : vers plus de diversité?

La Fonction publique : vers plus de diversité? La Fonction publique : vers plus de diversité? Julien Pouget (*) Les structures des qualifications dans le public et le privé sont différentes : la Fonction publique emploie davantage de cadres, de professions

Plus en détail

PLAN NATIONAL DE MISE EN ŒUVRE DE LA GARANTIE EUROPEENNE POUR LA JEUNESSE

PLAN NATIONAL DE MISE EN ŒUVRE DE LA GARANTIE EUROPEENNE POUR LA JEUNESSE P R E M I E R M I N I S T R E PLAN NATIONAL DE MISE EN ŒUVRE DE LA GARANTIE EUROPEENNE POUR LA JEUNESSE REPONSE DES AUTORITES FRANCAISES 20 DECEMBRE 2013 SOMMAIRE Introduction 1. Quel est l état des lieux

Plus en détail