Les mémoires d un Malgré Nous

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les mémoires d un Malgré Nous"

Transcription

1 Les mémoires d un Malgré Nous René Kunkler Histoire vécue par un incorporé de force dans la Wehrmacht (armée allemande) et ancien prisonnier du camp de Tambov en Russie Rédigé et mis en page par Claude Simon et J.Ch. Badmann

2 Sommaire Page Poème d un Malgré-Nous 3 Introduction 4 Motif de mon affectation au Reichsarbeitsdienst 7 Instruction dans la Wehrmacht 10 Opération en Biélorussie 13 Anéantissement de notre compagnie 15 Anecdotes du front 17 Prisonnier 19 Au camp de Tambov 22 Libération 27 Conclusion 31 Extraits : du livre de Eugène Riedweg Les Malgré-Nous du livre de Jean Thuet Tambov 2

3 les Malgré-Nous : Nous avions 18 ans... ou un peu plus Nous avions 18 ans, ou un peu plus, Nous aimions la vie, le bruit, et même un peu plus, Nous aimions notre maison, notre village, et même un peu plus, Nous aimions nos campagnes, nos rivières de plus en plus. Nous aimions nos pères, nos mères et beaucoup plus, Nos copains, nos voisins, le facteur, de plus en plus, Nos oncles, nos tantes, nos cousines, et même un peu plus, Le Maire, le Curé, le Maître d'école, de plus en plus. Nous aimions la nature, les fleurs, les abeilles, Nos printemps, nos étés, nos hivers, et beaucoup plus, L'odeur des lilas, le givre sur les toits, Les veillées en famille, les Noëls embaumés, et même un peu plus. Nous aimions cette force naissante en nous de plus en plus, Nous aimions les filles, leurs sourires et beaucoup plus, Et avec elles, les bals, les tangos ou un peu plus, Nous leur jurions amour, fidélité, et beaucoup plus. Mais ils nous ont cassé nos rêves, nos espoirs et beaucoup plus, Ils étaient fous de gloire, de puissance, de rage, et plus, Ils voulaient maîtriser, dominer, sinon plus, Etre maître du Monde, de l'univers, peut-être plus. Ils nous ont pris nos joies, nos espérances, et beaucoup plus, Ils nous ont volé tout ce qui nous était cher, Plus de famille, ni de printemps, ni de jolies filles, Il fallait marcher, tirer, mourir, plutôt crever, sans plus. Pourtant certains sont revenus, un à un, ou parfois plus, Ils avaient alors 20 ans, ou quelques années de plus, Ils avaient perdu le sourire, la joie, et beaucoup plus, Il leur manquait des bras, des jambes et souvent plus. Et les autres, les milliers d'autres, qui ne reviendront plus, Leur voyage était sans retour, leur destination le terminus, Malgré que Pères, Mères, Fiancées prièrent de plus en plus, Ils resteront là-bas, à Stalingrad, Tambov, au fin fond de cette vaste steppe russe. Et pourtant il faut qu'on se souvienne d'eux beaucoup plus, Que leur sacrifice nous serve de leçon et de beaucoup plus, Que nos jeunes cultivent la mémoire de ces héros, et que nous tous, prions pour eux un peu plus, Enfin que les régnants de ce monde sachent tirer la leçon de leur sacrifice, Mais que cela ne devienne pas une histoire, comme tant d'autres, sans plus, Et que, je vous en conjure Messieurs les Maîtres, que cela ne se produise JAMAIS, JA- MAIS PLUS, Car nous n'avions que 18 ans, ou un peu plus. André Bechtel 3

4 Introduction René Kunkler, né le 29 décembre 1925, est originaire de Wentzwiller et habite Attenschwiller. Ce malgré-nous retrace avec émotion l histoire de son incorporation forcée dans la Wehrmacht (Armée allemande) et de son internement dans le sinistre camp de Tambov en Russie. Je n ai pas encore 18 ans cet automne 1943, dans le petit village de Wentzwiller près de la frontière suisse. Après l annexion de l Alsace, l emprise du régime nazi est totale. Depuis 3 ans le nazisme exerce une dictature plus féroce sur les Alsaciens qu'en France occupée. La mise au pas de l Alsace a provoqué sa germanisation : suppression de la langue française et tout ce qui a un rapport avec elle. Entre la Suisse et l Alsace, sur toute sa longueur, la frontière est bouclée par deux rangées de grillage barbelé de plus de deux mètres de haut. Jeunesse hitlérienne et incorporation forcée des jeunes alsaciens sont de rigueur. Mes deux frères ainés, Fernand et Ernest, sont depuis longtemps déjà incorporés de force dans la Wehrmacht, quelque part au front russe. Ceux qui se soustraient à cette obligation, en franchissant la frontière suisse, exposent leurs familles respectives à de terribles représailles. Les familles sont prises en otage, déportées parfois jusqu en Silésie et internées. C'est dramatique pour beaucoup d entre elles. Chaque idée contraire au parti nazi est sévèrement sanctionnée et cela peut aller jusqu à la peine de mort. C est la Gestapo (la «geheime Staatspolizei» - la police secrète des nazis) qui met en application toutes ces basses œuvres, au nom du Führer A. Hitler, et les missions sont exécutées par les SS. Même les généraux, officiers et soldats de l armée régulière ont une certaine peur des SS et les évitent quand ils le peuvent. 4

5 Photo prise devant la maison natale de René Kunkler et de la fontaine rurale qui e existe plus de nos jours. De gauche à droite les grands parents de René avec deux de leurs filles et leurs fils. La femme habillée en blanc est la mère de René. 5

6 Affiche de recrutement 6

7 Motif de mon affectation au Reichsarbeitsdienst et l incorporation forcée Cet automne aux environs du 10 novembre 1943, pendant le battage du blé dans les granges, un contrôle de la récolte de pommes de terre a lieu dans notre ferme. Un contrôleur nazi de Mulhouse fait le tour de notre propriété et descend à la cave avec moi. Il annonce que nous possédons une quantité excessive de tubercules et qu il faut donner l'excèdent aux autorités nazies. Dans toutes les fermes les légumes et céréales sont récupérés pour faire tourner la machine de guerre hitlérienne. Je me suis interposé en lui répliquant que mes parents ont déjà versé leur dû. Le contrôleur, un type ingrat, ne l entend pas de cette oreille. Je pique une grosse colère et je le frappe dans la nuque avec une massue en bois que nous utilisions pour tasser la choucroute et qui était à portée de ma main. Le contrôleur n a pas apprécié du tout cette grosse «caresse» et fait son rapport à ses supérieurs. Le résultat de cette altercation ne tarde pas à faire son effet. Au bout de quelques jours, je reçois l ordre de départ et mon affectation au Reichsarbeitsdienst à Deisslingen am Neckar. De la gare de Weil am Rhein, le train m emmène pour trois mois de stages paramilitaires. Ces stages nous forment à l ordre serré militaire sans armes et nous devons effectuer différents travaux pour l armée allemande. Comme mes deux frères ainés sont déjà dans la Wehrmacht, je suis considéré comme soutien de famille pour les travaux à la ferme. Sans la visite de ce contrôleur, je n aurais jamais été affecté au Reichsarbeitsdienst. Vers la fin des trois mois de stage j'obtiens une permission de neuf jours. Nous sommes mi-février Pendant cette permission, un sidecar avec deux soldats SS fait irruption dans notre cour. Ils me font sortir de force de la grange et m embarquent sur le sidecar. Je n ai pas le temps de me changer ni de dire au revoir à mes parents. Je suis déjà fiché dans les dossiers nazis à cause de mon impertinence envers le fameux contrôleur. Mon père va protester et dit aux autorités qu il ne peut pas faire tout seul les travaux de la ferme. Les nazis lui ont envoyé un jeune polonais pour me remplacer. Il s appelait Szot Bruno et avait été capturé par les Nazis lors de l invasion de la Pologne. J ai gardé un contact très fort avec Bruno jusqu en janvier 2006, date de sa mort. 7

8 Arbeitsdienst Deislingen am Neckar 8

9 En permission devant la maison natale à Wentzwiller avant le départ pour la Wehrmacht 9

10 Instruction dans la Wehrmacht Et me voilà en route le pour Gnesen près de Schwerin en Prusse orientale (aujourd hui en Pologne), pour 16 semaines d instruction militaire dans la Wehrmacht. Pendant le voyage je fais connaissance avec deux autres alsaciens, Hinterer René d Ammertzwiller et Felmann Antoine de Schwoben et par la suite j en rencontrerai encore beaucoup d autres. L'entraînement prussien, "le Soldaten drillen" avec ses exercices jusqu'à épuisement et ses brimades était très éprouvant. Nous devons même sautiller avec un obus de 50 kilos dans les bras. Mes deux copains et moi sommes affectés dans le «Leichter Sturm Battr. Art. Ers. Abt. 12» une compagnie d artillerie. Nous resterons ensemble pendant toutes les opérations et déplacements à venir. Pour déplacer les pièces d artillerie, des attelages de chevaux sont nécessaires. Je m occupe des chevaux et reçois en même temps des leçons d équitation. C est un travail qui me convient très bien. Je m occupais des chevaux à la ferme de mes parents. On m'accorde une permission à la fin de mon instruction militaire pour rendre visite à mon frère Fernand blessé et soigné dans un hôpital militaire de Schwerin. Le nous partons pour le front en direction de la Biélorussie. On passe par la ville de Bialystok en Pologne. En se rapprochant de la Lituanie et de la Biélorussie le bruit des explosions devient de plus en plus fort et leurs lueurs rendent l horizon rougeâtre. Les nombreux alsaciens de l unité se demandent avec angoisse dans quel brasier ils allaient être jetés. 10

11 Instruction militaire à Gnessen en Prusse orientale Sur la photo de droite avec ses bottes d équitation. 11

12 René assis sur un canon de 125 pouvant tirer des obus de 50 kg 12

13 Opérations en Biélorussie de juillet à septembre 1944 Dès le printemps 1944 les Russes avaient commencé l opération biélorusse. Le haut commandement soviétique donne la priorité à la libération de la Russie blanche et sa capitale Minsk. Les Russes possèdent 21 armées dont deux armées de blindés. En tout 1,4 millions d hommes, pièces d artilleries, 5'200 chars et canons d assaut appuyés par 5'000 avions. Les Allemands ont adopté un dispositif échelonné en profondeur jusqu à 28 km de Minsk, en alignant 1,2 millions d hommes, 9'500 pièces d artillerie, 900 chars et canons d assaut et 1'300 avions. Les partisans russes sont les premiers à attaquer les voies de chemin de fer. Ils opèrent sur les arrières des troupes allemandes à l ouest de Minsk sur ordre du haut commandement russe. Dans la nuit de 22 au 23 juin, l aviation soviétique attaque d abord les terrains d aviation, les voies de chemin de fer, les positions d artilleries et les troupes en marche. Les rapports allemands notent une tactique d infanterie nouvelle plus habile, ainsi que l emploi de l aviation «à une échelle encore jamais vue». La première phase du 23 juin au 4 juillet achevait l encerclement du regroupement de Minsk. Au soir du 3 juillet, le 27ième Panzer Corps, la 110ième division et les forces de Müller, en débandade sont encerclés à l est de Minsk, le reste de ce groupe d armée centre étant repoussé à l ouest de cette ville. Dans le seconde phase du 5 juillet au 29 août, les Soviétiques effectuent 5 autres offensives ; Siauliai, Vilna Kauhaus, Bialystok et Lublin Brest. Le groupement encerclé à l est de Minsk fut détruit du 5 au 11 juillet Les opérations russes se dirigent maintenant vers Grodno situé à 250 km à l ouest de Minsk et dans l axe Nord-Sud entre Vilna, aujourd hui Vilnius en Lituanie et Bialystok en Pologne, notre secteur. La volonté d Hitler d interdire tout repli fut en partie à l origine de l encerclement d importantes forces allemandes. Le groupe d armée centre a été détruit dans un Kesselschlacht classique (bataille en chaudron) 17 divisions totalement annihilées et 50 autres perdant la moitié de leurs effectifs. L avance des groupes soviétiques est gigantesque. Cela ressemble à un énorme rouleau compresseur écrasant tout sur son passage. Avec les fameuses orgues de Staline, le bombardement massif de l aviation et de l artillerie cause des pertes énormes dans les rangs de la Wehrmacht complètement submergée. 13

14 Nos lignes téléphoniques sont souvent coupées et comme je monte bien à cheval je suis chargé de transmettre le courrier ainsi que les instructions et les ordres de l arrière aux premières lignes et inversement souvent sous le feu de l ennemi. Un jour, mon cheval a été touché mortellement et s est écroulé sous moi. Canon tracté par des chevaux 14

15 Anéantissement de notre compagnie Notre compagnie prend position sur une colline dans les environs de Grodno. Quelques centaines de mètres plus bas coule un fleuve. Je pars avec mes deux copains pour abreuver nos chevaux. Pendant que nous descendons, l aviation russe attaque et bombarde nos positions sur la colline. Je n ai jamais vu un bombardement d une telle intensité d aussi près. La colline est en feu. Avec les explosions et la mitraille, elle ressemble à un volcan en éruption. Nous tenons nos chevaux affolés, et la peur au ventre nous observons cette scène apocalyptique. Les bombes lâchées, les avions soviétiques se retirent. Nous reprenons le chemin de la colline pour retrouver notre unité. Un spectacle de désolation de fin du monde! La colline est rouge de sang et jonchée de lambeaux de chairs humaines et de chevaux mélangés avec de la terre et de la ferraille provenant des armes détruites. Il ne reste aucun survivant. Nous sommes les seuls rescapés de notre unité comportant 300 hommes. La soif de nos chevaux nous a sauvé la vie. Notre compagnie n existe plus. Nous prenons contact avec d autres groupes de soldats également égarés et nous essayons de nous procurer de la nourriture. 15

16 16

17 Anecdotes pendant et après les encerclements russes Après l offensive russe du 5 au 29 août 1944 en Biélorussie et sur la ville de Grodno, les troupes soviétiques nous ont dépassés puis encerclés, provoquant des accrochages sérieux comme ceux de la fameuse colline où toute notre compagnie fut anéantie. Les Russes ont un puissant allié, le "général Hiver" que Napoléon Bonaparte a connu lors de la fameuse retraite de Russie en Nous traversons un champ, à découvert, en nous approchant d un petit bois situé à 300 mètres environ de notre position sans nous soucier des Russes qui pouvaient être dissimulés en lisière. Au moment ou nous nous trouvons à bonne distance nous sommes pris sous un feu nourri. Je plonge à terre ainsi que tous mes camarades. Beaucoup d entre eux ne se relèveront pas. Presque la moitié de mes compagnons sont décimés. Tant bien que mal ceux qui sont encore valides arrivent à se mettre hors de la portée des tirs russes en se faufilant entre les blessés et les morts. C est un moment crucial où chacun regarde pour soi. Des soldats blessés essayent d agripper mon pantalon en criant «hilf mir» aide-moi! Le sentiment d impuissance de ne pas pouvoir les aider dans leur détresse me fait mal. Ces malheureux ont un triste sort ; certains agonisent et d autres seront achevés par les Russes. Une balle de fusil a même traversé le col de ma vareuse. Un jour je suis en contact avec un jeune soldat allemand de 16 ans, un fanatique. Il ne fallait surtout pas faire de remarque contre le parti nazi en sa présence. Il aurait certainement averti ses supérieurs. Ce jeune garçon a subi un lavage de cerveau lors de son séjour à la jeunesse hitlérienne et son instruction militaire. Il croyait dur comme fer au Führer et à la victoire de l armée allemande. Je n avais pas beaucoup d estime pour lui. Lors d une attaque russe il est planqué dans son trou individuel. Le dessus de son casque dépasse un peu. Le pilote d un char russe le repère. Il roule sur lui avec une de ses chenilles en le bloquant dans sa cachette et commence à faire la fameuse toupie en tournant sur lui-même. Le char s enfonce lentement dans le trou en écrasant ce jeune héros Cette fin fut atroce, ce n était pas beau à voir. Beaucoup de ces jeunes allemands seront tués en obéissant aveuglément aux ordres. Ils agissaient comme des robots. Tuer ou être tués. 17

18 Le soir de Noël 1944 je suis de garde devant une meule de paille. Toutes ces nuits blanches pendant les différentes opérations et dans le froid glacial ont eu raison de moi. Je m endors dans ce tas de paille. Heureusement, je suis réveillé en sursaut par l aviation russe qui est entrain de nous chercher en lâchant des fusées éclairantes accrochées à de petits parachutes. Si j avais été surpris, dormant pendant la garde, on m aurait exécuté sur-le-champ. 18

19 Fait prisonnier Hinterer René, Felmann Antoine et moi avons toujours réussi à nous sortir des embûches se dressant devant nous, jusqu'à un certain jour du début janvier 1944.Nous nous retrouvons à nouveau égarés en déambulant d une contrée à une autre. Mes deux compagnons et moi errons seul. Nous nous cachons sous un tas de charbon dans la cave d un petit château isolé et abandonné. Imaginez-vous cela pendant 3 jours et 3 nuits. Au quatrième jour des coups de feu se font entendre au loin, deviennent plus forts et se rapprochent. Des pas résonnent au rez-de-chaussée. Des soldats russes sont entrain d occuper la maison et commencent à danser au-dessus de nous, sans se soucier que quelqu un puisse être caché dans la cave. Nous sommes noirs comme des charbonniers, les poumons pleins de poussière de charbon et la respiration devient de plus en plus pénible. Je propose à mes deux copains de sortir de ce trou à rats et de nous rendre aux Russes. Si nous restons encore longtemps dans ce charbon, nous allons crever. Nous prenons la décision de nous rendre. Avant de sortir nous enfouissons nos fusils dans le charbon, sinon les Russes nous tueraient avec nos propres armes. En sortant je trébuche sur un cadavre avant de monter l escalier. A peine dehors au coin de la maison, un soldat russe surgit arme au poing en criant : «Stoï-pan rouki-veri» Halte les mains en l air. Les autres russes rappliquent aussitôt et les coups de crosses valsent dans nos reins. Heureusement un officier russe écarte brutalement les soldats, remarquant que nous portons des bandelettes bleu blanc rouge au col de nos vestes. Nous les avions cachées durant tout notre Service dans la Wehrmacht et nous avons profité de l'occasion pour les sortir avant de nous rendre. L officier russe parle bien le français et nous lui expliquons qui nous sommes. Nous pensons déjà que notre situation va s améliorer mais nous déchantons vite. L officier doit repartir et nous laisse entre les mains de ses soldats. Ils nous volent tout, bottes, manteaux, montres, papiers, argent, caleçons et finettes. Il nous reste nos pantalons, vestes et casquettes. Nous recevons des sandales en bois. Nos gardiens sont très mal habillés beaucoup d entre eux sont originaires de la Sibérie ou de la Mongolie. Nous avons malgré tout de la chance. Normalement ils ne font pas de prisonniers. La pulsion guerrière ancestrale de ces soldats leur faisait commettre les pires exactions et mutilations. J ai rencontré des pri- 19

20 sonniers avec un doigt coupé parce qu ils n arrivaient pas assez vite à enlever leur alliance. Des viols et des meurtres lorsqu ils entrent en Prusse orientale sont à l ordre du jour et provoquent l exode vers l ouest de la population prise de panique. Les Russes prennent leur revanche contre les crimes commis par les SS en Union Soviétique. Souvent les officiers les laissent faire. Nous sommes enfermés dans un enclos à vaches pendant 3 jours, pieds presque nus dans 30 cm de neige. Après 3 jours d'attente nous sommes dirigés vers un autre groupe d une vingtaine de prisonniers. Dans la neige glaciale nous entamons une longue et pénible marche vers le lieu de notre détention, le camp de Tambov à 450 Km au sud est de Moscou. Au bout de 4 jours de marche une énorme ampoule se forme entre mes doigts de pied. Je souffre en silence. Un soldat russe remarque cette ampoule, tire son couteau et me la perce. Une brûlure intense me ronge le pied. Le groupe de prisonniers s'agrandit au fur et à mesure que nous approchons du camp. Pendant des jours et des semaines nous marchons. Quelquefois nous sommes embarqués dans un train. Les camps intermédiaires se succèdent. Je me demande souvent ce que je fais dans cette galère. Pendant les longues marches vers Tambov nous mangeons de la neige pour atténuer notre soif et faim. Nos gardiens russes nous tapent dessus lorsqu ils nous surprennent. Pendant les courtes haltes nous piétinons sur place pour éviter des gelures aux pieds. Nos belles bottes, que les Russes nous ont volées nous font cruellement défaut par des températures de -30 degrés. Quelques soldats russes 20

21 En captivité 21

22 Au Camp de Tambov Au mois de mars 1945 le train s arrête, au bout d un pénible et long voyage dans la petite gare de Rada, à quelques kilomètres de Tambov. Une bonne centaine de prisonniers descendent du train. Nous marchons vers ce sinistre camp, énorme enclos de 800 mètres de long sur 400 mètres de large cerclé par un quadruple rangé de barbelés et flanqué de miradors. Il est construit en pleine forêt et divisé en secteurs. Nous sommes prisonniers amaigris de 17 nationalités différentes. Personne ne peut ressentir ce que nous avons vécu dans ce camp. L état physique des prisonniers est épouvantable. Nous sommes conduits en zone de quarantaine pour les premières 4 semaines. Nous recevons une piqûre. Elles sont faites à la chaîne comme pour le bétail. Une aiguille se casse en deux et un infirmier retire la moitié avec une paire de tenailles. Le prisonnier grimace de douleur. Après la quarantaine nous sommes regroupés par nationalité. Les Alsaciens sont conduits dans le secteur français. Le camp est composé d une centaine de baraquements rigoureusement alignés. Les grandes structures peuvent accueillir 300 occupants et les petites 120. Début 1945 elles sont surpeuplées en raison de l afflux de prisonniers. Nous vivons dans des conditions effroyables de détention avec une hygiène déplorable. Nos baraques en bois sont enfouies dans la terre pour résister au froid. La température descend à -40. Seul le toit couvert de terre émerge du sol comme une taupinière. Les détenus couchent sur des bat-flancs. Les baraques sont souvent inondées pendant la période de pluie et de fonte de neige, l eau stagne au fond. Une de ces baraques a le toit défoncé par le poids de la neige. Plusieurs morts et blessés sont à déplorer, écrasés sous les décombres. Il est facile de repérer les cuisines, par une odeur nauséabonde qui se dégage. Notre repas quotidien n est autre qu une espèce de soupe puant le poisson, une eau bouillante et dégueulasse avec des arrêtes ou des restes de choux pourris. On ne peut pas appeler cela une soupe. Chacun de nous reçoit cette bouillie dans sa gamelle ou une boîte de conserve vide avec un morceau de pain noir dur presque immangeable d environ 500 grammes. Pour ma part, je n ai jamais 22

23 reçu 500 grammes de pain par jour. Mes 2 morceaux de pain par jour ressemblaient par leur taille à 2 biscottes. Les rations sont souvent mal distribuées. Les commissaires, les Kapo qui jouent aux petits chefs et qui occupent des postes privilégiés se partagent les meilleurs morceaux avant la grande masse des prisonniers qui ne reçoit que les restes. J ai même réussi à conserver un petit morceau de ce pain noir de Tambov et à le rapporter à la maison. Je le conserve précieusement encore aujourd hui 61 années après ces événements tragiques. Les dernières semaines de captivité, j ai souvent été tenté d avaler ce petit morceau de pain, quand la faim tiraillait mes entrailles. Deux fois il m est arrivé de louper un repas. Une longue colonne de prisonniers attendait devant les cuisines. Lorsque mon tour arrivait la distribution des repas était terminée. C est très dur pour moi. Manquer plusieurs fois son repas dans ce camp peut être fatal. Dans tout le camp de Tambov, aucune herbe, ortie ou autre verdure n a de chance de pousser ou de repousser. Toutes ces plantes sont systématiquement cueillies ou arrachées par les prisonniers en quête de nourriture. Même le tas de fumier où l on jette les déchets de cuisine, est fouillé pour retirer ce qui est encore mangeable. La famine fait des ravages énormes. A l aube, les prisonniers dans un état squelettique, vêtus de loques, sont rassemblés en commandos de travaux forcés : bûcheronnage, extraction de tourbe, creusement d écluse et diverses corvées. Le travail est très dur dans des conditions de sous-alimentation et d insalubrité provoquant des maladies. La dysenterie est généralisée. Les prisonniers perdent entre 30 et 40% de leur poids. Beaucoup sont atteints de gelures, de gale, de pneumonie, d œdème de Pyorrhée ou de typhus. La mort est souvent au rendez-vous pour eux. La moindre maladie peut être fatale dans ce camp. Les malades gravement atteints sont dirigés au «Lazarett» (infirmerie) qui n est qu un simple mouroir où on les laisse crever comme des chiens. Les corps des prisonniers décédés sont entassés, nus, dans une baraque faisant office de morgue. Quand la baraque est pleine, les corps sont ressortis, acheminés à l extérieur du camp et jetés pèle mêle dans des fosses communes creusées à la main. 50 cadavres par fosse alsaciens et mosellans ont été internés au camp de Tambov, 4000 ont péri dans le camp sans compter ceux qui sont morts lors de leur rapatriement en France. Les latrines sont faciles à trouver. Il suffit de suivre les traînées et les traces de sang que laissent les prisonniers malades en s'y rendant. 23

24 La punition la plus extrême infligé aux prisonniers est la corvée des latrines. Cela consiste à vider les latrines à la pelle en remplissant un fût qui sera porté par 2 prisonniers et déversé dans la forêt à l extérieur du camp. Lors d une corvée de bois, j ai réussi à capturer une grenouille que j ai avalée instantanément toute crue. J ai accompagné ce festin en grignotant des morceaux d écorce. La marche des vaincus de la Bérésina à Moscou 24

25 25

26 Le morceau de pain que René a voulu manger 100 fois, mais qu il a ramené de Tambov à Wentzwiller. Le papier entourant le pain est également de Tambov. 26

27 La libération et le voyage retour de Tambov Début septembre 1945, les Russes rassemblent environ 1000 hommes et nous font sortir du camp avec le peu de matériel dont nous disposons encore, nos gamelles. Chacun de nous se pose ces questions : Dans quel camp vont-ils encore nous emmener? Quand est-ce que cette muette détention prendra-t-elle fin? Quand pourrons-nous rentrer chez nous en Alsace? Nous ne savons absolument rien de ce qu il adviendra de nous. Le petit trajet à pied entre le camp et la gare de Rada est vite parcouru. Nous embarquons dans des wagons à bestiaux, 40 prisonniers par wagon. Le train s ébranle lentement pour prendre la direction de Moscou. Le train traverse cette ville, puis bifurque vers l ouest direction Smolensk puis sur Minsk. En approchant de cette ville, nous nous rendons compte que le train se dirige toujours plus vers l ouest. Ayant passé Minsk le convoi se rapproche de la frontière polonaise, et c est là, que nous comprenons que ce voyage là est certainement le plus beau voyage de notre existence. Les Russes nous renvoient chez nous. En approchant de Varvoire en Pologne et de la frontière allemande à Frankfurt an der Oder, des sourires se dessinent à nouveau sur beaucoup de nos visages. La Croix Rouge nous distribue des colis. Entre temps, il faut changer de convoi. Les voies de chemin de fer soviétiques n ont pas le même écartement que celles en Allemagne et les pays de l Ouest. Les arrêts sont fréquents depuis Moscou. De l eau chaude de la locomotive est récupérée pour faire du café pendant ces haltes. La nourriture qu on nous distribue n est pas très variée : 10 poissons, 10 miches de pain dur de 500g et un seau d eau pour 40 personnes. Une petite gouttière de 30cm de long inclinée vers l extérieur et coincée entre la porte coulissante, nous sert de pissoire et à évacuer nos excréments. Pour résister au froid dans les wagons à bestiaux, nous nous serrons les uns contre les autres. Pendant ce voyage du retour, le paysage nous offre un décor parfois apocalyptique. Des villes et villages rasés, des amas de pierres et de gravats à la place des habitations. L Europe centrale n est plus qu un immense champ de ruines et de cendres avec ses millions de morts, engendrés par la folie destructive des hommes. Les Américains nous prennent en charge et le voyage continue jusqu à Frankfurt am Main près de Wiesbaden. Avant cette ville le train s arrête en rase campagne devant un champ de betteraves qui est 27

28 très vite récolté ; le millier de prisonniers affamés descend du train arrachent les betteraves et les mangent crues. C est à Frankfurt que nous sommes désinfectés de nos puces et poux. Nous recevons également des uniformes plus propres et enfin recevons un meilleur repas. L organisation de la mission sanitaire française de rapatriement à l Est intercepte les convois en provenance de Russie pour retirer les malades les plus graves après avoir constaté l état de santé alarmant de certains «Malgré nous». Grâce à cela beaucoup échappent à la mort. Après l arrêt de Frankfurt nous embarquons à nouveau dans le train en direction de Paris en passant par Bruxelles. Pendant ce voyage vers Paris, nous pouvions ouvrir les portes coulissantes de nos wagons à bestiaux. Les Russes nous avaient littéralement enfermés et avaient bloqué les portes pendant toute la traversé de l Union Soviétique et de la Pologne. A la sortie de la gare du Nord à Paris, la population n est pas contente de voir débarquer des soldats en uniforme de la Wehrmacht. Les militaires français, qui nous accueillent, doivent faire des pieds des mains pour avertir cette population hostile entrain de nous insulter et de nous cracher dessus. Ils leur expliquent que nous sommes des Alsaciens incorporés de force dans la Wehrmacht, prisonniers des Russes et rentrant de Russie. Même quelques soldats français faits prisonniers par les Allemands en 1940, étaient parmi nous et enfermés à Tambov. Ils avaient subi les mêmes brimades que nous. Les Russes lorsqu ils ont pénétré en Pologne, en Silésie et en Prusse Orientale, ne faisaient pas de détail. En capturant des prisonniers allemands, ils raflaient également les prisonniers français internés trop à l est du Reich. Ces prisonniers français auraient du être libérés sur le champ et renvoyés dans leurs foyers selon leur statut de soldats alliés. Les autorités françaises nous acheminent à pied vers une caserne où nous échangeons nos uniformes allemands contre des habits civils. Nous sommes soumis à un dernier interrogatoire puis un contrôle sanitaire est effectué par des médecins militaires. Un docteur remarque les boursouflures contractées pendant ma captivité en Russie, qui éclatent en laissant couler du pus. Mon sang est littéralement empoisonné, un mois de détention de plus, m aurait été fatal. Ce docteur, un homme très sérieux, me prend en charge et fait le nécessaire pour que je puisse partir en convalescence pour 1 mois à 28

Souvenirs et devoir de mémoire

Souvenirs et devoir de mémoire Souvenirs et devoir de mémoire Je suis doublement incité à raconter mes souvenirs, d abord à la demande des parents de certains évadés, et ensuite à la demande d un officier supérieur, à qui j avais montré

Plus en détail

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD TEXTE 1 1. La maison du géant Il était une fois au fond de la forêt un géant qui s appelait Kolos. Tout le monde

Plus en détail

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique A l'est - En janvier 1944, débute l'offensive soviétique qui entraîne la retraite de la Wehrmarcht de ses alliés. En juillet 1944, l'armée rouge, désormais supérieure en effectifs et en armements, pénètre

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ?

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? Ce n est pas juste un petit bébé qui a été perdu. C est une vie au complet qui ne sera pas vécue. Contrairement aux idées véhiculées dans la société, le

Plus en détail

«Nous avions huit vaches et cent poules»

«Nous avions huit vaches et cent poules» «Nous avions huit vaches et cent poules» Portrait Mme HINSCHBERGER Marie Et si on vous demandait de vous présenter «J ai perdu ma maman à l âge de 3 ans et 8 mois. Elle a eu une grippe et une pneumonie.

Plus en détail

1994 : MSF FACE AU GÉNOCIDE

1994 : MSF FACE AU GÉNOCIDE 1994 : MSF FACE AU GÉNOCIDE 7 avril Début des massacres au Rwanda 13 avril La première équipe d urgence de MSF-France arrive à Kigali. Les activités conjointes avec le CICR commencent. 15 avril L équipe

Plus en détail

les 6 sens souvenirs Portraits de doyens Hélicoop 13, rue de la Parrière - Quieux 88210 Le Saulcy helicoop@helicoop.fr

les 6 sens souvenirs Portraits de doyens Hélicoop 13, rue de la Parrière - Quieux 88210 Le Saulcy helicoop@helicoop.fr les 6 sens www.lesportraits.org www.helicoop.fr en partenariat avec Scène2: www.scene2.org helicoop@helicoop.fr Les de ces doyens de l ancienne principauté de Salm, les meilleurs, nous racontent des histoires

Plus en détail

Le conte du Petit Chaperon rouge

Le conte du Petit Chaperon rouge Le conte du Petit Chaperon rouge d après les frères Grimm Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait et sa grand-mère encore plus. Elle ne savait que faire pour lui faire plaisir. Un jour,

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Le bon berger. Comment Dieu prend soin de nous

Le bon berger. Comment Dieu prend soin de nous Le bon berger Comment Dieu prend soin de nous Jésus dit : «Celui qui boit l eau que je lui donnerai n aura plus jamais soif. Au contraire, l eau que je lui donnerai deviendra en lui une source, et cette

Plus en détail

Voici les textes écrits par les cm2 de madame Bégard. pour le devoir de mémoire

Voici les textes écrits par les cm2 de madame Bégard. pour le devoir de mémoire Voici les textes écrits par les cm2 de madame Bégard pour le devoir de mémoire Pour moi un monument aux morts c est se souvenir des personnes qui se sont sacrifiées pour notre vie, et cela dans des conditions

Plus en détail

Zéralda aimait beaucoup faire la cuisine. A l âge de six ans, elle savait déjà faire friture et rôti, bouilli et farce, ragoût et grillade.

Zéralda aimait beaucoup faire la cuisine. A l âge de six ans, elle savait déjà faire friture et rôti, bouilli et farce, ragoût et grillade. Il était une fois un ogre, un vrai géant, qui vivait tout seul. Comme la plupart des ogres, il avait des dents pointues, une barbe piquante, un nez énorme et un grand couteau. Il était toujours de mauvaise

Plus en détail

Par. Sophianne Pierre-Louis. Cassandra Sauvé. Sabrina Turmel

Par. Sophianne Pierre-Louis. Cassandra Sauvé. Sabrina Turmel Par Sophianne Pierre-Louis Cassandra Sauvé Sabrina Turmel - 1 - Au Pôle Nord, en ce jour du 24 décembre, le Père Noël était bien occupé à fabriquer de beaux jouets. Les rennes gambadaient ou se reposaient.

Plus en détail

Episode 1 : Lecture découverte. Episode 1 : Lecture

Episode 1 : Lecture découverte. Episode 1 : Lecture Episode : Lecture découverte Episode : Lecture Il était une fois trois ours qui vivaient dans une petite maison au milieu de la forêt. Il y avait Tout Petit Ours, Ours Moyen et Très Grand Ours. Chaque

Plus en détail

1943 L AFFAIRE JEAN MOULIN

1943 L AFFAIRE JEAN MOULIN Le 21 juin 1943, Jean Moulin, allias Max, se rend à Caluire, près de Lyon, dans la maison du docteur Dugoujon où il retrouve Raymond Aubrac, le colonel Lacaze et André Lassagne, trois dirigeants de l Armée

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Alexie Morin. royauté. le quartanier

Alexie Morin. royauté. le quartanier Alexie Morin royauté le quartanier I je suis à peu près certain d avoir vu tout ce qu il a tourné. À un moment je ne pouvais plus regarder autre chose, et quand le filon s est épuisé, j ai recommencé,

Plus en détail

Ensemble d archives tentant de retranscrire, de l origine de la rafle au témoignage d un survivant, le parcours d une famille juive, les Adoner.

Ensemble d archives tentant de retranscrire, de l origine de la rafle au témoignage d un survivant, le parcours d une famille juive, les Adoner. http://clio-texte.clionautes.org/ensemble-d-archives-tentant-de-retranscrire-de-l-origine-de-larafle-au.html Ensemble d archives tentant de retranscrire, de l origine de la rafle au témoignage d un survivant,

Plus en détail

LE GHETTO DE VARSOVIE

LE GHETTO DE VARSOVIE LA SECONDE GUERRE MONDIALE LE GHETTO DE VARSOVIE Gaumont Pathé archives, collection Pathé Les documents d archives Pathé nous transportent dans une actualité devenue, aujourd hui, de l histoire. Ces fragments

Plus en détail

Préparation de l épreuve orale du CAPES interne d histoire- géographie AEFE Madagascar - Arnaud Léonard 1/14

Préparation de l épreuve orale du CAPES interne d histoire- géographie AEFE Madagascar - Arnaud Léonard 1/14 Enseigner «La Première Guerre mondiale : vers une guerre totale (1914-1918)» en classe de troisième, dans le cadre de la partie «Guerres mondiales et régimes totalitaires (1914-1945)» Préparation de l

Plus en détail

Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie

Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie 1 Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie et de colonnes de ravitaillement, puis de quelques

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

Le sort des Juifs de Saint-Amand-Montrond, été 44

Le sort des Juifs de Saint-Amand-Montrond, été 44 Le sort des Juifs de Saint-Amand-Montrond, été 44 Saint-Amand-Montrond - Bourges - Savigny-en-Septaine (Les puits de Guerry) Dans la nuit du vendredi au samedi 22 juillet j ai été réveillée violemment

Plus en détail

Seconde Guerre Mondiale

Seconde Guerre Mondiale Prénom : Date : Nom : Histoire Fiche 2 : L Europe sous la domination nazie Seconde Guerre Mondiale Objectifs : Acquis Non acquis En cours -E.C de décrire la France entre 1940 et 1945 -E.C de définir le

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

On est arrivées l après-midi. J ai tout de suite compris qu on s était trompées d hôtel. Mais ma tante a fait semblant de rien. L hôtel le plus beau,

On est arrivées l après-midi. J ai tout de suite compris qu on s était trompées d hôtel. Mais ma tante a fait semblant de rien. L hôtel le plus beau, 1 On est arrivées l après-midi. J ai tout de suite compris qu on s était trompées d hôtel. Mais ma tante a fait semblant de rien. L hôtel le plus beau, c est celui d à côté. Ancien, d une belle couleur

Plus en détail

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette Rapport de stage Mer et Monde Frédérique Morissette Comment décrire en quelques mots cette merveilleuse expérience qu à été mon stage au Sénégal? Impossible selon moi, je devrais écrire des pages et des

Plus en détail

Sommaire. Introduction. Développement de la sortie au mémorial de la shoah à Paris. Développement de la sortie au mémorial de la shoah à Drancy.

Sommaire. Introduction. Développement de la sortie au mémorial de la shoah à Paris. Développement de la sortie au mémorial de la shoah à Drancy. Visite du 23 Janvier 2014 Sommaire Introduction. Développement de la sortie au mémorial de la shoah à Paris. Développement de la sortie au mémorial de la shoah à Drancy. Conclusion. Introduction Jeudi

Plus en détail

Aguri et le vieil homme qui faisait fleurir les cerisiers de Grégoire Vallancien

Aguri et le vieil homme qui faisait fleurir les cerisiers de Grégoire Vallancien 1 Au Japon, dans un petit village, vivait un vieil homme. Il habitait une minka une petite maison de bambou et cultivait le riz avec sa femme. Un jour, dans la forêt, le vieil homme vit son chien gratter

Plus en détail

L e peu de clarté qui filtrait entre la cime

L e peu de clarté qui filtrait entre la cime Louis Lymburner 1 L envoûtement L e peu de clarté qui filtrait entre la cime des arbres n était pas pour encourager Will. Il continua cependant d avancer, un peu rassuré par le chant des oiseaux. Depuis

Plus en détail

RAPPORT DE MISSION au TOGO. Village de Dzogbégan sur le plateau de Danyil MISSION AGRO-ALIMENTAIRE

RAPPORT DE MISSION au TOGO. Village de Dzogbégan sur le plateau de Danyil MISSION AGRO-ALIMENTAIRE RAPPORT DE MISSION au TOGO Village de Dzogbégan sur le plateau de Danyil MISSION AGRO-ALIMENTAIRE Du 1 er au 31 Juillet 2o12 I) INTRODUCTION Etudiante en Ecole d Ingénieur en Biologie industrielle, il

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

Les trois petits cochons

Les trois petits cochons Les trois petits cochons Les trois petits cochons Une histoire illustrée par Leonard Leslie Brooke Deux illustrations sont d Arthur Rackam Adaptation réalisée par Marie-Laure Besson pour Le Cartable Fantastique

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com 1 AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE AU NOM DE TOUS LES MIENS. Par l auteur de. Entretiens avec. l aube. Mélanie Loisel.

MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE AU NOM DE TOUS LES MIENS. Par l auteur de. Entretiens avec. l aube. Mélanie Loisel. MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE Ma vie en partage Entretiens avec Mélanie Loisel AU NOM DE TOUS LES MIENS Par l auteur de l aube Avant-propos Vivre, c est savoir pourquoi l on vit. Pourquoi a-t-il voulu

Plus en détail

Notre visite à la Plateforme Industrielle du Courrier, à Lempdes

Notre visite à la Plateforme Industrielle du Courrier, à Lempdes Notre visite à la Plateforme Industrielle du Courrier, à Lempdes *********** Extraits de nos récits. *********** Mercredi 19 mars, nous sommes allés visiter le Centre de Tri de la Poste. Nous étions à

Plus en détail

Introduction à la Shoah

Introduction à la Shoah Introduction à la Shoah Des Juifs de la Ruthénie subcarpatique sont soumis à une sélection sur l aire de transit à Auschwitz-Birkenau. (Photo : Musée du Mémorial de l Holocauste aux États-Unis, offerte

Plus en détail

Il y a bien longtemps, dans un château recouvert de lierre et de plantes envahissantes,

Il y a bien longtemps, dans un château recouvert de lierre et de plantes envahissantes, Texte B CM2 de M. Pivano Chapitre 1 Il y a bien longtemps, dans un château recouvert de lierre et de plantes envahissantes, demeurait un roi qui avait été, des années auparavant, empoisonné par des huîtres.

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS. BLITZ WOLF par Tex Avery (1942)

HISTOIRE DES ARTS. BLITZ WOLF par Tex Avery (1942) HISTOIRE DES ARTS BLITZ WOLF par Tex Avery (1942) I. IDENTIFIER PRESENTER Blitz Wolf ou Der Gross méchant loup en français est un dessin animé américain réalisé par Tex Avery et produit par la MGM (Metro

Plus en détail

CNRD 2012-2013 : Communiquer pour résister C

CNRD 2012-2013 : Communiquer pour résister C CNRD 2012-2013 : Communiquer pour résister C CARLIER Jean AD18 140 J 25 Sa fonction de secrétaire de mairie lui permet de transmettre de précieux renseignements en faveur de la Résistance à l ennemi. Début

Plus en détail

Deuxième partie : mon enfance

Deuxième partie : mon enfance Deuxième partie : mon enfance 1. Ma petite enfance Mes parents se sont connus à l École supérieure de Commerce de Varsovie, ville où naquit, en 1932, mon frère Jerzy, surnommé Jurek. Deux ans plus tard,

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

Un soir, le magicien Amstardam apparaît au seuil de la maison de Léo et frappe à l entrée de leur demeure.

Un soir, le magicien Amstardam apparaît au seuil de la maison de Léo et frappe à l entrée de leur demeure. Tout débuta ainsi Frank le Guerrier, le meilleur combattant du seigneur d Artatia nommé Sengalos, partit en aventure pour sauver Artatia des mains de leur ennemi Lorslavas le Terrible. Il emmena avec lui

Plus en détail

Lili et le nouveau cirque

Lili et le nouveau cirque PROGRAMNR 51458/ra5 Lili et le nouveau cirque Programlängd : 14 30 Producent : Anna Trenning-Himmelsbach Sändningsdatum : 2006-02-14 - T'as déjà été au cirque? - Oui - Et c'était quoi le cirque? - Ben

Plus en détail

Celui qui pouvait être Guerrino, avec son pardessus beige et ses yeux bleus, avait à nouveau disparu. Je commençais à avoir faim.

Celui qui pouvait être Guerrino, avec son pardessus beige et ses yeux bleus, avait à nouveau disparu. Je commençais à avoir faim. Celui qui pouvait être Guerrino, avec son pardessus beige et ses yeux bleus, avait à nouveau disparu. Je commençais à avoir faim. Entre-temps, je m étais enfilé le deuxième paquet de crackers que j avais

Plus en détail

6 ième dimanche de Pâques C. Frères et Sœurs,

6 ième dimanche de Pâques C. Frères et Sœurs, 6 ième dimanche de Pâques C Frères et Sœurs, Jésus venait de dire : «SI QUELQU UN M AIME, IL RESTERA FIDÈLE À MA PAROLE ; MON PÈRE L AIMERA, NOUS VIENDRONS CHEZ LUI; NOUS IRONS DEMEURER AUPRÈS DE LUI»

Plus en détail

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni Carnet de voyage Dina Prokic Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni 3 juillet 2011 C est ma première fois en France. Je suis venue

Plus en détail

Victime D Anorexie, Elle A Failli Mourir

Victime D Anorexie, Elle A Failli Mourir VICTIME D ANOREXIE, Alors que le nombre de personnes souffrant d obésité ne cesse de croître dans la société nord-américaine, certaines personnes sont atteintes d un trouble alimentaire qui se situe à

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

Compte-rendu CO Stage CMO 2014 Un Week-end de stage, de plaisir, d anecdotes, de convivialité, d azimuts,

Compte-rendu CO Stage CMO 2014 Un Week-end de stage, de plaisir, d anecdotes, de convivialité, d azimuts, Compte-rendu CO Stage CMO 2014 Un Week-end de stage, de plaisir, d anecdotes, de convivialité, d azimuts, de kms Premier week-end de Mars, on y est enfin à ce stage que j avais déjà fait l an passé. Cette

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Près de la voie ferrée

Près de la voie ferrée Près de la voie ferrée Z O F I A N A L KOW S K A Près de la voie ferrée Traduit du polonais par I R E N A E L S T E R É D I T I O N S A L L I A 16, R U E C H A R L E M AG N E, PA R I S I V e 2009 T I T

Plus en détail

Hansel et Gretel. Le plus loin qu ils courraient, le plus loin qu'ils étaient de leur maison. Bientôt, Gretel avait peur.

Hansel et Gretel. Le plus loin qu ils courraient, le plus loin qu'ils étaient de leur maison. Bientôt, Gretel avait peur. Hansel et Gretel Première scène Il était une fois, dans un petit village, un bûcheron et ses deux enfants, Hansel et Gretel. Un jour, il n'y avait plus de manger dans la maison alors le bûcheron demandait

Plus en détail

- bonjour, je m appelle amélie et toi? - moi, c est mario. - tu es en 3è année? - non je suis en 2è année.

- bonjour, je m appelle amélie et toi? - moi, c est mario. - tu es en 3è année? - non je suis en 2è année. bonjour, je suis amélie. bonjour, je suis mario. voici mon école. c est mon école. - bonjour, je m appelle amélie et toi? - moi, c est mario. - tu es en 3è année? - non je suis en 2è année. j ai 9 ans

Plus en détail

Petit Hector et la triche

Petit Hector et la triche Petit Hector et la triche En plus de la vie avec ses parents, Petit Hector en avait au moins trois autres : deux vies à l école, avec les maîtres et avec les copains, et puis la vie des vacances, où il

Plus en détail

Otto DIX, Les joueurs de Skat 1920 - Huile et collage sur toile 117 cm x 97 cm 1/5

Otto DIX, Les joueurs de Skat 1920 - Huile et collage sur toile 117 cm x 97 cm 1/5 Otto DIX, Les joueurs de Skat 1920 - Huile et collage sur toile 117 cm x 97 cm 1/5 HISTOIRE DES ARTS - 3e LES JOUEURS DE SKAT 1 : IDENTIFICATION : Artiste : Otto DIX (Allemagne, 1891-1969) Titre : Les

Plus en détail

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains L histoire de Maria Tous les jours après l école, Maria vendait du pain au bord de la route pour contribuer au faible revenu familial. Lorsqu

Plus en détail

La première guerre mondiale (1914-1918)

La première guerre mondiale (1914-1918) La première guerre mondiale (1914-1918) PBQ : En quoi peut-on dire que la première guerre mondiale est une guerre totale? Introduction : Les grandes phases de la guerre Carte p. 30 : 28 juin 1914 Assassinat

Plus en détail

Macmine et ses bons compagnons. CCéélleessttiinn

Macmine et ses bons compagnons. CCéélleessttiinn Macmine et ses bons compagnons CCéélleessttiinn Il était une fois une petite ambulance très intelligente. Elle vivait dans une petite maison en paille. Elle s amusait drôlement avec les autres voitures,

Plus en détail

Le grand concours. Ecole élémentaire mixte 2 Grand-Camp CE 2 B Mme Ayrault

Le grand concours. Ecole élémentaire mixte 2 Grand-Camp CE 2 B Mme Ayrault Le grand concours Ecole élémentaire mixte 2 Grand-Camp CE 2 B Mme Ayrault 1 Kim, une jolie fille aux longs cheveux roux et aux yeux clairs, et Melinda, une petite brune aux cheveux courts, se sont rencontrées

Plus en détail

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976)

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La véritable histoire de la Belle au bois dormant (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La classe de 6 ème 1 du collège Paul Froment vous présente : La

Plus en détail

Mission de Développement économique Juillet 2013

Mission de Développement économique Juillet 2013 Mission de Développement économique Juillet 2013 Notre objectif ce mois ci était le développement de la coopérative agricole qui se compose de la coopérative de café/cacao, du groupement d avocat et du

Plus en détail

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT POUR LES VISITES SCOLAIRES

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT POUR LES VISITES SCOLAIRES LIVRET D ACCOMPAGNEMENT POUR LES VISITES SCOLAIRES NIVEAU COLLèGE-LYCéE LES GRANDES ACCélératiOns pendant la seconde guerre mondiale Ce livret d accompagnement a été réalisé en 0 dans le cadre d un projet

Plus en détail

La concordance des temps à l indicatif

La concordance des temps à l indicatif LA DES TEMPS À L INDICATIF LA CONCORDANCE POSTÉRIORITÉ DES TEMPS 1 La concordance des temps à l indicatif La concordance des temps à l indicatif La postériorité Comme nous l avons déjà vu, lorsque l événement

Plus en détail

Bonjour et Bienvenue au journal d

Bonjour et Bienvenue au journal d LE REFUGE EPONA Septembre 2013 Refuge enregistré sous le n. 0501006626 Ben attrapant les flocons de neige Bonjour et Bienvenue au journal d Nous vous souhaitons une bonne lecture A nouveau, de bien tristes

Plus en détail

Le loup et les 7 chevreaux

Le loup et les 7 chevreaux Episode 1 Il était une fois une chèvre qui avait sept jolis petits chevreaux. Un matin, elle voulut aller chercher de la nourriture pour elle et ses petits dans la pairie. Elle les rassembla tous les sept

Plus en détail

tait de retourner chez lui. Et maintenant, il avait faim et pas de pilule nutritive. Que faire? Où aller et où dormir? Pour Zic, le pays ne pouvait

tait de retourner chez lui. Et maintenant, il avait faim et pas de pilule nutritive. Que faire? Où aller et où dormir? Pour Zic, le pays ne pouvait 13 Zic et tim Où est encore passé Zic? La mère de Zic appuya sur un bouton et la maison se mit à pivoter doucement; ainsi, elle pouvait, d un coup d œil, visualiser le parc qui entourait la villa. Quelle

Plus en détail

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans été 1914 Nancy et la Lorraine dans la guerre exposition 15/02-21/09/2014 au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans 1 3 2 4 5 6 7 9 8 1870-1914 : une guerre attendue? Août 1914 : partis pour un été

Plus en détail

Pascal Garnier. L Année sabbatique. Nouvelles. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e

Pascal Garnier. L Année sabbatique. Nouvelles. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e Pascal Garnier L Année sabbatique Nouvelles P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e L ANNÉE SABBATIQUE Ils n avaient nulle part où aller, alors, ils y allèrent. Ils partirent le 28 février vers 9

Plus en détail

CP CE1. Du 23 au 25 mars 2015. Les textes et la mise en page ont été réalisés par les élèves

CP CE1. Du 23 au 25 mars 2015. Les textes et la mise en page ont été réalisés par les élèves CP CE1 Du 23 au 25 mars 2015 Les textes et la mise en page ont été réalisés par les élèves Le voyage scolaire Le trajet en bus était long et la balade en raquettes très très très fatigante. Mais dans tout

Plus en détail

Force et mouvement. Intro. Newton. Théorie un peu de réflexion BULLETIN SPÉCIAL N 4

Force et mouvement. Intro. Newton. Théorie un peu de réflexion BULLETIN SPÉCIAL N 4 BULLETIN SPÉCIAL N 4 Force et mouvement Théorie un peu de réflexion Intro Les forces sont partout. Un coup de pied dans un ballon, un coup de vent, un lancer de pierre Dès qu un objet accélère ou ralentit,

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur.

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur. AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

( ) et maintenant priorité au direct en Grande-Bretagne le couple est arrivé

( ) et maintenant priorité au direct en Grande-Bretagne le couple est arrivé Us ( ) et maintenant priorité au direct en Grande-Bretagne le couple est arrivé il y a un peu plus d une heure maintenant à l aéroport d Heathrow en Grande- Bretagne vous le voyez ils ont été accueillis

Plus en détail

Harry Mathews. 20 lignes par jour. traduit par Marie Chaix. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e

Harry Mathews. 20 lignes par jour. traduit par Marie Chaix. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e Harry Mathews 20 lignes par jour traduit par Marie Chaix P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e PRÉFACE Comme beaucoup d écrivains je trouve souvent que me mettre au travail le matin est une entreprise

Plus en détail

Sans communication, la guerre n'est pas possible

Sans communication, la guerre n'est pas possible 1 Sans communication, la guerre n'est pas possible Les Grands méchants loups sont allés au musée de la Communication de Berlin et ont parlé à Thomas Jander et Jutta Scherm. Ils ont eu la chance de pouvoir

Plus en détail

I) La politique nazie d extermination

I) La politique nazie d extermination I) La politique nazie d extermination La Seconde guerre mondiale a été marquée par l extermination de 10 millions de personnes par les nazis. Les Juifs en particulier ont été les victimes d un génocide

Plus en détail

mort Nous les femmes, nous ne craignons pas la mort, c est là qu arrive enfin le baiser du Prince Charmant.

mort Nous les femmes, nous ne craignons pas la mort, c est là qu arrive enfin le baiser du Prince Charmant. Luxe L amour se fiche du luxe. Quand on aime, on vit d amour et d eau fraîche. C est mon cas. Je n ai pas besoin qu il vienne me chercher avec une voiture décapotable au bureau, ni qu il m offre une bague

Plus en détail

Cauchemar. Première vision

Cauchemar. Première vision Première vision Cauchemar Je prenais mon déjeuner lorsque j entendis ma mère s exclamer : «Dépêche-toi, on va être en retard, chéri! -J arrive, je finis de préparer la valise! cria mon père.» Moi, je me

Plus en détail

L histoire dont vous êtes le héros

L histoire dont vous êtes le héros L histoire dont vous êtes le héros Ce jeu peut être fait en intérieur ou en extérieur par des enfants sachant impérativement lire. Principe du jeu : A la manière des livres «L histoire dont vous êtes le

Plus en détail

Alphonse, République démocratique du Congo. famille Slava, Estonie

Alphonse, République démocratique du Congo. famille Slava, Estonie Dorjaa, Mongolie J ai 19 ans. Mes parents ont décidé de me marier avec le fils d une famille du village voisin. Ma famille a donné son accord mais je ne connais pas mon futur mari. J ai dit à ma famille

Plus en détail

Écoutez, j ai 65 dossiers comme elle à gérer, j ai peu de temps pour chacun,

Écoutez, j ai 65 dossiers comme elle à gérer, j ai peu de temps pour chacun, Auxiliaires de Vie? Lorsque j ai commencé à soigner Joséphine, elle était déjà sous tutelle. La mise sous tutelle est là pour protéger et représenter juridiquement une personne, quand celle-ci n est plus

Plus en détail

La révolution syrienne, une lutte, une souffrance au nom de la liberté. Yamane Jaber LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME

La révolution syrienne, une lutte, une souffrance au nom de la liberté. Yamane Jaber LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME La révolution syrienne, une lutte, une souffrance au nom de la liberté Yamane Jaber Lycée Saint-Jean La Croix, Saint-Quentin 49 Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, bonjour,

Plus en détail

a / à a / à A, c est le présent du verbe avoir, à la 3 ème personne du singulier. On peut le remplacer par le verbe au passé : avait.

a / à a / à A, c est le présent du verbe avoir, à la 3 ème personne du singulier. On peut le remplacer par le verbe au passé : avait. a un arbre [a] un ami mardi du chocolat une amie samedi papa avec quatre il va il y a un chat un canard â il a la classe alors un garçon avec un jardin un âne assez je m appelle un arbre maman à des arbres

Plus en détail

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez.

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez. TEXTE 1 Jules et Julie étaient voisins. Chaque matin, ils traversaient la forêt pour aller à l école. ça rassurait leurs parents de les savoir ensemble. Mais jamais Julie n adressait la parole à Jules

Plus en détail

ATELIER DE DE LANCEMENT DE LA CARTOGRAPHIE ET L ANALYSE DES SYSTEMES DE PROTECTION DE L ENFANT AU TOGO. Discours de Docteur Viviane VAN STEIRTEGHEM,

ATELIER DE DE LANCEMENT DE LA CARTOGRAPHIE ET L ANALYSE DES SYSTEMES DE PROTECTION DE L ENFANT AU TOGO. Discours de Docteur Viviane VAN STEIRTEGHEM, Hotel SARAKAWA, Vendredi 22 novembre 2013 ATELIER DE DE LANCEMENT DE LA CARTOGRAPHIE ET L ANALYSE DES SYSTEMES DE PROTECTION DE L ENFANT AU TOGO Discours de Docteur Viviane VAN STEIRTEGHEM, Représentante

Plus en détail

Auschwitz : visite d'un lieu de mémoire

Auschwitz : visite d'un lieu de mémoire Auschwitz : visite d'un lieu de mémoire En ce Mercredi 12 février2014, nous, élèves de 2ndes de l'enseignement défense du lycée de Barral de Castres, avons vécu une expérience mémorable. Avec nos professeurs,

Plus en détail

Le prince Olivier ne veut pas se laver

Le prince Olivier ne veut pas se laver Le prince Olivier ne veut pas se laver Il était une fois un roi, une reine et leurs deux enfants. Les habitants du pays étaient très fiers du roi Hubert, de la reine Isabelle et de la princesse Marinette,

Plus en détail

La Vermode, sur les flancs ouest du Mont-d Or

La Vermode, sur les flancs ouest du Mont-d Or La Vermode, sur les flancs ouest du Mont-d Or Situation de la Vermode sur la carte fédérale de 1960 1 La Vermode, joli chalet à plan carré, toit pyramidal à quatre pans 2 L eau est excessivement rare sur

Plus en détail

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI Durant 3 semaines j étais { Hiratsuka, près de Yokohama où j allais tous les jours au lycée. Ma famille d accueil se composait du père, de la mère, de ma

Plus en détail

LEÇON. En route pour Jérusalem. Sabbat. Dimanche. 5 mai 2012

LEÇON. En route pour Jérusalem. Sabbat. Dimanche. 5 mai 2012 mai 2012 LEÇON En route pour Jérusalem Sabbat Fais l activité de la semaine, p. 38. Est-ce que ta famille a déjà déménagé dans un endroit inconnu? Quels étaient tes sentiments? Avais-tu peur, étais-tu

Plus en détail

Le palais des papes. Avignon

Le palais des papes. Avignon Le palais des papes Avignon Le mardi 21 janvier, nous sommes allés visiter le Palais des papes. Nous avons pris le bus. Nous avions nos manteaux car il faisait très froid. Chez nous c est l hiver. Il y

Plus en détail

On l'appelle le Grand Panda ou Panda Géant. Panda veut dire "grand-ours-chat" en chinois.

On l'appelle le Grand Panda ou Panda Géant. Panda veut dire grand-ours-chat en chinois. Le thème du panda Au retour des vacances de la Toussaint, nous avons travaillé autour du thème du panda. Pour commencer, nous nous sommes posé beaucoup de questions sur le panda et son mode de vie. Nous

Plus en détail

Cela lui donna des envies de meurtre. «Ploucomobile!» pensa-t-il. Il sourit en se disant qu il pourrait déposer une marque avec çà.

Cela lui donna des envies de meurtre. «Ploucomobile!» pensa-t-il. Il sourit en se disant qu il pourrait déposer une marque avec çà. I C était son habitude de compter trop large ses trajets. Il finissait toujours par être en avance à ses rendez-vous. Telle était la marque d Henri Trappénil. Celui-ci n avait pas failli à la coutume.

Plus en détail

L artisanat de tranchée.

L artisanat de tranchée. L artisanat de tranchée. L artisanat de tranchée est une forme d art théoriquement spécifique aux tranchées, mais qui rapidement s industrialisera : ce seront des «souvenirs de guerre»,qu il était de bon

Plus en détail

Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve

Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve * Peux-tu nous expliquer en quoi a consisté l'association Une Rive, Un Rêve? Quel était votre projet? Avant tout amis depuis longtemps, nous

Plus en détail