DISCOURS MADAME SIMONE VEIL. Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DISCOURS MADAME SIMONE VEIL. Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH"

Transcription

1 DISCOURS DE MADAME SIMONE VEIL Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH Athènes, le 30 janvier 2006 Journée nationale à la mémoire des héros et des martyrs de l Holocauste en Grèce

2 Monsieur le Président de la République, Monsieur le Préfet d Athènes, Monsieur le Président du Consistoire central des communautés juives de Grèce Mesdames, Messieurs, C est avec une profonde émotion que je me joins à vous, un an presque jour pour jour après la commémoration du soixantième anniversaire de la Libération d Auschwitz, pour cette journée consacrée à la mémoire des Juifs grecs, dont le sort fut terrible pendant la Shoah. Permettez-moi d abord de remercier le Consistoire Central des communautés juives de Grèce pour son invitation aujourd hui, et surtout lui rendre hommage. En effet, la Grèce comptait avant la Shoah de nombreuses communautés, certaines installées sur le sol grec depuis l Antiquité. Elles illustraient toute la richesse et la diversité de la culture juive, avec des minorités ashkénazes, romaniotes, et surtout une très importante communauté séfarade qui était de langue et de culture judéo-espagnoles, et que les survivants et leurs enfants s efforcent aujourd hui de perpétuer. 2

3 De ces vingt huit communautés hier, pleines de vie et de richesse intellectuelle, il ne subsiste aujourd hui que neuf communautés, à travers lesquelles, vous avez su, néanmoins, recréer une vie juive, mettre à jour des archives, construire des musées, accroître la connaissance et la documentation sur le passé, et dans des conditions pas toujours faciles. Cela mérite d être souligné et c est la raison pour laquelle j ai souhaité commencer par le rappeler. Je voudrais, à présent, évoquer ces années terribles au cours desquelles le destin des Juifs de Grèce, partagés alors entre l occupation italienne et l occupation allemande, a été scellé comme dans la plupart des pays européens : l extermination a été presque totale. Ils ont été assassinés à Auschwitz principalement, mais aussi à Bergen Belsen. A Treblinka où ont été notamment déportés les Juifs de Thrace et de Macédoine, ils ont été gazés, dès leur arrivée. Qu il me soit permis de dire ici un mot de la communauté juive de Thessalonique, l un des fleurons des communautés juives d avantguerre, qui fut, à l exception des ressortissants espagnols, presque entièrement exterminée. Comment oublier que dès 1942, contraints comme tous les Juifs d Europe à porter l étoile jaune, les Juifs de Salonique ont subi humiliations, spoliations et travaux forcés. Mais les 3

4 vivants ne suffisaient pas ; il fallait aussi détruire les morts! Comment oublier, en effet, la dévastation des tombes juives du vieux cimetière de Salonique devenu un champ dévasté, une carrière pour la ville entière et un terrain de construction pour la future université? Puis c est l année 1943 : sortis du ghetto en mars, 300 wagons à bestiaux scellés les emportent vers la Pologne et ils partent, confiants, abusés par ce simulacre d invitation : «la Grande communauté de Cracovie va vous recevoir et veillera à votre installation. Chacun de vous trouvera un emploi à son goût» Si j évoque cette communauté très ancienne, si vivante, et dont de nombreux descendants s étaient installés en France, c est aussi parce qu hélas, 1500 juifs grecs, principalement issus de Salonique, avaient déjà, depuis les grandes rafles de 1942, été déportés de France. Sachez que leurs noms figurent sur «le Mur des Noms» que nous avons érigé au Mémorial de la Shoah, à Paris, et qui rappelle les noms, les prénoms, les lieux et dates de naissance des juifs déportés de France, de toutes origines. Si je reviens sur ces noms, c est parce que, même plus de soixante années après, je considère toujours aussi important et comme un devoir moral, de rappeler que derrière chaque nom d homme, de femme, d enfant assassiné, c est une vie pleine d espoirs et de promesses 4

5 qui a disparue à travers eux. C est une part de la culture européenne qu on a aussi anéantie. 5

6 Quand je parle de la Shoah, c est souvent de la déportation et de l extermination des Juifs de Grèce dont je parle car, pour moi, ce qui s est passé en Grèce, illustre, par excellence, la spécificité de la Shoah : l acharnement des nazis à mettre en œuvre «la solution finale», à exterminer tous les Juifs d Europe, hommes, femmes, enfants, vieillards, bébés, où qu ils se trouvent. Nous savons, en effet, que les nazis sont allés chercher des Juifs dans les îles grecques, parfois les plus petites : les Juifs s y croyaient en sécurité ; ils y étaient parfois complètement coupés du monde, sans savoir ce qui s y déroulait. Or comme tous les autres, ils ont déportés en 1944 de Rhodes, de Crète, de Kos, et de Zante. Je repense souvent avec tristesse à ces convois qui sont arrivés à Auschwitz, pendant l été 1944, notamment de Corfou, d Athènes et également de Rhodes. Sur la rampe d arrivée à Auschwitz, à quelques mètres de nous, ils étaient sélectionnés en un instant. La plupart, surtout les vieillards et les enfants, ont été envoyés directement vers les chambres à gaz. D autres, et parmi eux, un certain nombre de femmes ont dû subir les expérimentations médicales du docteur Mengele ; les autres sont entrés au camp ; mais la plupart, après avoir été humiliés, affamés, torturés, sont morts d épuisement. 6

7 Je me souviens de quelques déportées grecques d Athènes que j ai rencontrées au camp des femmes. A l exception de quelques unes qui parlaient français et parfois allemand, elles étaient assez isolées car personne ne parlait leur langue, ce qui rendait leur vie au camp particulièrement difficile ; car dans ces conditions de souffrance extrême, la moindre parole, le plus petit geste de solidarité permettait souvent de tenir bon, quand le désespoir nous privait de la force nécessaire pour survivre. Je ne répèterai jamais assez, pour faire comprendre, en particulier aux jeunes générations, ce que nous avons dû subir : les SS ne nous considéraient pas comme des humains, et même pas comme des bêtes. Ils n avaient pas seulement l intention de nous supprimer ; il leur fallait auparavant nous déposséder de notre humanité. Nous étions non seulement promis à une mort certaine, mais destinés à être effacés de l histoire des hommes. Ils ont voulu effacer jusqu aux traces de leurs crimes, faisant sauter les chambres à gaz de Birkenau dont il ne reste que des ruines ; de même, ils ont essayé de brûler les cadavres des Juifs dans les fosses communes d Ukraine, de Pologne, de Crimée, de Lituanie, que nous sommes en train de retrouver, une à une, grâce à l action exemplaire du Père Desbois. Il fallait aussi brûler nos livres, toute trace de notre présence au monde, faire comme si nous n avions 7

8 jamais existé : nous étions condamnés à un oubli absolu. Cette commémoration est, à elle seule, une victoire contre le nazisme et contre l oubli. Qu il me soit donc permis de saluer l initiative du Parlement Grec qui, en instaurant en 2004 cette journée de commémoration nationale, a décidé d intégrer pleinement cette page terrible de l histoire de l extermination des Juifs de Grèce à l Histoire de la Grèce. En intégrant cette page de la mémoire de l Europe, la Grèce a rejoint l Europe de la mémoire. Je tiens aussi à m adresser à vous, Monsieur le Président de la République pour exprimer mon émotion de vous savoir parmi nous, avec nous. Je sais, en effet, Monsieur le Président, combien la mémoire de la seconde guerre mondiale vous tient à cœur, vous qui, tout jeune encore, avez choisi de vous engager au sein de la Résistance. Vous êtes aujourd hui le héraut de cette mémoire, et vous ne manquez jamais de rappeler aux jeunes générations les valeurs de courage civique, de tolérance, de respect de l autre, ces valeurs de l Europe qui sont celles que l histoire a montrées comme les plus nécessaires aux heures les plus sombres. Ce sont ces valeurs qui, dans les cœurs et les esprits, dans les gestes et 8

9 les actes de quelques uns, ont sauvé l honneur quand des nations entières sombraient. Ici même, en Grèce, au cœur des déportations, des hommes et des femmes ont sauvé des juifs au péril de leur vie. Je tiens à rappeler l action des ces deux cents Grecs qui ont été reconnus par l Institut Yad Vashem de Jérusalem comme «Justes parmi les nations» : malgré les dangers qu ils encourraient, ils ont eu le courage de protéger des juifs, de les cacher, de leur fournir des faux papiers. Je pense aussi à l action de l Eglise orthodoxe, à sa mobilisation, à Salonique, grâce aux efforts du Métropolite Grenadios, et à la protestation officielle en mars 1943 de l'archevêque d'athènes, Monseigneur Damaskinos, faite auprès des nazis pour dénoncer la déportation des Juifs, avec un courage remarquable. Cette histoire aussi doit être enseignée. La Shoah a mis du temps à être réellement intégrée dans la conscience européenne et ce n est que depuis une dizaine d années que se multiplient les travaux, les recherches, les témoignages, en particulier dans les pays européens de l Est. Enfin, l Europe prend la mesure des faits qui se sont déroulés sur son sol et des engrenages qui les ont produits. Pour nous, les survivants, qui avons parlé dès notre retour sans être écoutés ni entendus, cette reconnaissance tardive est un soulagement, nous espérons ainsi que la mémoire subsistera quand nous 9

10 ne serons plus là. La Shoah est une page de notre histoire à tous, qu il convient de connaître et de méditer. A cet égard, je suis très inquiète, quand je pense que des néo-nazis subsistent encore dans de nombreux pays d Europe, et quand je constate que nous n avons pas réussi à montrer à notre jeunesse que les violences, les haines, les fanatismes n apportent jamais que des catastrophes. C est par une vigilance de tous les instants, par une réflexion commune sur les conditions d intégration de nos minorités, que nous, les Européens, nous pouvons éradiquer de notre continent l antisémitisme, la xénophobie et le racisme. C est pourquoi je souhaite saluer tous ceux qui en Grèce se sont battus contre la banalisation de la Shoah, en particulier Madame Berry Nahmias, Présidente de l association grecque des survivants de la Shoah, qui a œuvré pour faire reconnaître la singularité de la Shoah, pour que les survivants soient invités à témoigner, afin de transmettre cette mémoire auprès des jeunes générations. Transmettre l histoire aux jeunes générations, c est bien sûr, d abord la mission de l Ecole. Aussi, je me réjouis que, l année dernière, Madame Marietta Yannakov, Ministre de l Education, ait invité officiellement l ensemble des écoles de Grèce à enseigner la Shoah, et que désormais la Grèce fasse partie de la Task Force internationale qui travaille sur ces 10

11 sujets. Quand nous nous réunissons, comme aujourd hui, pour rappeler solennellement les crimes commis, quand nous veillons à perpétuer la mémoire des Juifs grecs, c est parce que cette mémoire est bien plus qu un culte des morts : c est un appel à la responsabilité des vivants : construire un monde, dans lequel un nouvel Auschwitz ne soit plus possible, dépend de chacun d entre nous. Cela passe par l éducation, un travail de chacun sur soi, et par une attention permanente portée à l autre. La jeunesse d aujourd hui, dans sa majorité, est plus ouverte à l ensemble du monde, plus solidaire de ceux dont les droits sont bafoués, et, instruite des atrocités du passé, elle saura, je l espère, tirer la leçon d Auschwitz. Avant de disparaître, nous, les survivants, les derniers témoins, nous sentons le devoir inlassable de transmettre aux générations qui prennent la relève, aux opinions publiques de nos pays et aux responsables politiques, comment sont morts 6 millions de femmes et d hommes, dont un million et demi d enfants, simplement parce qu ils étaient nés juifs. 11

12 Déportée à Auschwitz à l âge de 16 ans, puis libérée au camp de Bergen- Belsen en avril 1945 par les armées alliées, je pense encore à la stupéfaction horrifiée des soldats britanniques découvrant, dès leur entrée dans le camp, les cadavres accumulés sur le bord de la route et les squelettes titubant que nous étions devenus. Nul cri de joie de notre part. Seulement le silence et les larmes d émotion et de tristesse. Nous pensions à tous ceux et celles qui n étaient plus là et ne rentreraient jamais chez eux. Soixante ans ont passé, depuis notre libération. Il n y a pas de jours où les déportés survivants ne pensent à ce qu ils ont vu et vécu. Ce passé nous hante. Non pas tant les souffrances, l épuisement, la faim, le froid et le sommeil. Tout cela peut s oublier, même les pires humiliations tendant à nous priver de toute dignité humaine, nous traitant non pas comme des esclaves, mais comme des déchets, des «Stücke», qui n avaient plus pour les identifier qu un numéro tatoué sur leur bras. Ce qui nous hante, c est le souvenir de ceux dont nous avons été brutalement séparés dès notre arrivée, et dont nous avons su très vite qu ils avaient été directement conduits à la chambre à gaz. Aujourd hui, je suis venue rappeler qu un continent qui a été brisé, humilié par une barbarie jamais égalée, peut se retrouver autour de 12

13 quelques principes vulnérables et qu il nous faut toujours défendre : la démocratie, le respect de la dignité humaine, les droits fondamentaux de la personne humaine. Parce que sans cet espoir nous n aurions pas pu survivre, parce que sans cet espoir nous ne pouvons pas vivre, la survivante d Auschwitz que je suis, les témoins que nous sommes, espèrent que les gouvernements, les citoyens d aujourd hui et les jeunes générations, instruits du passé, auront la volonté de combattre les idéologies de mort et de haine et parviendront à bâtir un monde de tolérance, de liberté, de justice et de fraternité. 13

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La Discours de Frédérik BERNARD, Maire de Poissy Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation - dimanche 24 avril 2011 - Monsieur le Député (présence non confirmée), Monsieur le Vice-Président

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

Sommaire. Introduction. Développement de la sortie au mémorial de la shoah à Paris. Développement de la sortie au mémorial de la shoah à Drancy.

Sommaire. Introduction. Développement de la sortie au mémorial de la shoah à Paris. Développement de la sortie au mémorial de la shoah à Drancy. Visite du 23 Janvier 2014 Sommaire Introduction. Développement de la sortie au mémorial de la shoah à Paris. Développement de la sortie au mémorial de la shoah à Drancy. Conclusion. Introduction Jeudi

Plus en détail

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité Monsieur le Maire, Eric LEJOINDRE Mesdames et Messieurs Les enseignants et représentants de l Education Nationale Mesdames et Messieurs les Présidents et représentants d associations patriotiques Mesdames

Plus en détail

27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste

27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste 27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste "Le bourreau tue toujours deux fois, la seconde fois par l'oubli" (Elie Wiesel) Quand ils ont arrêté les communistes,

Plus en détail

Corrigé du Brevet blanc janvier 2008. Partie histoire : La Shoah Etude de documents

Corrigé du Brevet blanc janvier 2008. Partie histoire : La Shoah Etude de documents Corrigé du Brevet blanc janvier 2008 Partie histoire : La Shoah Etude de documents Doc.1 : P.V de la conférence de Wannsee, tenue à Berlin en 1942, et réunissant secrètement la haute hiérarchie nazie.

Plus en détail

Introduction à la Shoah

Introduction à la Shoah Introduction à la Shoah Des Juifs de la Ruthénie subcarpatique sont soumis à une sélection sur l aire de transit à Auschwitz-Birkenau. (Photo : Musée du Mémorial de l Holocauste aux États-Unis, offerte

Plus en détail

Auschwitz!... Que faire après?

Auschwitz!... Que faire après? Auschwitz!... Que faire après? L exposition «Auschwitz!... Que faire après?» n a pas pour objectif d expliquer le fonctionnement du système d extermination nazi mais de permettre une réflexion sur la mémoire

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS. Prob: Comment l artiste, David Olère, a-t-il représenté l horreur des camps de la mort et la situation des femmes juives déportées?

HISTOIRE DES ARTS. Prob: Comment l artiste, David Olère, a-t-il représenté l horreur des camps de la mort et la situation des femmes juives déportées? HISTOIRE DES ARTS Prob: Comment l artiste, David Olère, a-t-il représenté l horreur des camps de la mort et la situation des femmes juives déportées? Etude du tableau de David Olère réalisé en 1950 : Les

Plus en détail

I) La politique nazie d extermination

I) La politique nazie d extermination I) La politique nazie d extermination La Seconde guerre mondiale a été marquée par l extermination de 10 millions de personnes par les nazis. Les Juifs en particulier ont été les victimes d un génocide

Plus en détail

Le bilan humain et politique de la seconde guerre mondiale.

Le bilan humain et politique de la seconde guerre mondiale. Le bilan humain et politique de la seconde guerre mondiale. Le bilan pour les Alliés et pour l'axe. Les archives de la Solution Finale: Des Ghettos à Auschwitz ou Treblinka. Des juifs envoyés sous escorte

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

33 ème Congrès des Maires francophones. - Assemblée générale de l Association internationale. des maires et responsables des capitales

33 ème Congrès des Maires francophones. - Assemblée générale de l Association internationale. des maires et responsables des capitales DISCOURS 2013 33 ème Congrès des Maires francophones Assemblée générale de l Association internationale des maires et responsables des capitales et métropoles partiellement ou entièrement francophones

Plus en détail

LE GHETTO DE VARSOVIE

LE GHETTO DE VARSOVIE LA SECONDE GUERRE MONDIALE LE GHETTO DE VARSOVIE Gaumont Pathé archives, collection Pathé Les documents d archives Pathé nous transportent dans une actualité devenue, aujourd hui, de l histoire. Ces fragments

Plus en détail

Auschwitz : visite d'un lieu de mémoire

Auschwitz : visite d'un lieu de mémoire Auschwitz : visite d'un lieu de mémoire En ce Mercredi 12 février2014, nous, élèves de 2ndes de l'enseignement défense du lycée de Barral de Castres, avons vécu une expérience mémorable. Avec nos professeurs,

Plus en détail

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides?

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? Dans les régions occupées par l URSS, des divisions SS les Einsatzgruppen) massacrent systématiquement les Juifs à partir de 1941. Ils sont gazés

Plus en détail

Identifier l antisémitisme et le racisme

Identifier l antisémitisme et le racisme 47 29 ANNExE A2 Identifier l antisémitisme et le racisme Glossaire sur l Holocauste Exemple de représentation graphique Coupons de mots reliés à l Holocauste Glossaire de l élève Centre commémoratif de

Plus en détail

Voyage de mémoire à Auschwitz

Voyage de mémoire à Auschwitz Voyage de mémoire à Auschwitz Pour sensibiliser les jeunes générations aux horreurs commises par les nazis j ai, dans le cadre du cours de morale et à la demande des élèves de S7Nea organisé, un voyage

Plus en détail

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Les Voies de la Liberté Du 15 septembre 2015 au 28 mai 2016 Communiqué de presse Mémorial de la Shoah, CDLV82017 Le Mémorial En 2009,

Plus en détail

MESNIL-AMAR Jacqueline née PERQUEL (1909-1987)

MESNIL-AMAR Jacqueline née PERQUEL (1909-1987) 1 MESNIL-AMAR Jacqueline née PERQUEL (1909-1987) 1) Le témoin : Le témoin se nomme Jacqueline Perquel (nom de jeune fille). Elle est née le 23 avril 1909 à Paris. Elle est issue d une famille juive d origine

Plus en détail

Cérémonie d Hommage national aux Dissidents Antillais et Guyanais. Hôtel national des Invalides

Cérémonie d Hommage national aux Dissidents Antillais et Guyanais. Hôtel national des Invalides 1 Cérémonie d Hommage national aux Dissidents Antillais et Guyanais Hôtel national des Invalides Lundi 2 juin 2014 Monsieur le Secrétaire d État, Messieurs les Parlementaires, Monsieur le Gouverneur, Mesdames,

Plus en détail

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009.

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. SOMMAIRE Un plaignant estime que le Téléjournal du 30 novembre a commis

Plus en détail

Les phases de la Seconde Guerre mondiale

Les phases de la Seconde Guerre mondiale Les phases de la Seconde Guerre mondiale Les phases de la Seconde Guerre mondiale Les phases de la Seconde Guerre mondiale Les phases de la Seconde Guerre mondiale Le monde en 1942 La politique antisémite

Plus en détail

Dossier de presse. Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah»

Dossier de presse. Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Dossier de presse Reprenant et complétant l exposition «Les Juifs de France dans la Shoah», réalisée en 2012 par l ONAC et le Mémorial de la Shoah, cette

Plus en détail

«Anne Frank, une histoire d aujourd hui»

«Anne Frank, une histoire d aujourd hui» «Anne Frank, une histoire d aujourd hui» Une exposition internationale itinérante de la Maison Anne Frank (Amsterdam, NL) Dossier de présentation Contact et renseignements : Christine Loreau Responsable

Plus en détail

AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE DU RWANDA EN FRANCE

AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE DU RWANDA EN FRANCE 1 AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE DU RWANDA EN FRANCE Allocution prononcée par S.E.M. Jacques KABALE, Ambassadeur de la République du Rwanda en France à l occasion de la 21 ème Célébration de la Journée de

Plus en détail

... 1945 : EN PARCOURANT LE MUSÉE... GUIDE DE VISITE INTRODUCTION AU MUSÉE

... 1945 : EN PARCOURANT LE MUSÉE... GUIDE DE VISITE INTRODUCTION AU MUSÉE EN PARCOURANT LE MUSÉE... 1945 : LIBÉRATION DES CAMPS ET DÉCOUVERTE DE L UNIVERS CONCENTRATIONNAIRE ; CRIME CONTRE L HUMANITÉ ET GÉNOCIDE OCCUPATION RÉSISTANCE DÉPORTATION LIBÉRATION GUERRE 1939-1945 GUIDE

Plus en détail

Discours de Manuel VALLS, Premier ministre, à la Synagogue Nazareth. Mardi 8 septembre 2015

Discours de Manuel VALLS, Premier ministre, à la Synagogue Nazareth. Mardi 8 septembre 2015 Service Communication Hôtel de Matignon, le 8 septembre 2015 Discours de Manuel VALLS, Premier ministre, à la Synagogue Nazareth Mardi 8 septembre 2015 Monsieur le président de l Assemblée nationale, Monsieur

Plus en détail

Le cahier de Susi Fiche pédagogique École CP CE1 CE2 CM1 CM2

Le cahier de Susi Fiche pédagogique École CP CE1 CE2 CM1 CM2 Supports Documentaire Le cahier de Susi, de Guillaume Ribot, en intégralité à l exception du prologue, et les documents d archives intégrés au DVD. Fac-similé du Cahier de Susi et présentation de Guillaume

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

Informations et réservations. Pour les groupes, contacter : educatif@abbayedestavelot.be

Informations et réservations. Pour les groupes, contacter : educatif@abbayedestavelot.be Avril 2015 - Février 2016 L Abbaye de Stavelot accueille la Maison Anne Frank (Amsterdam) «en résidence» autour d une exposition Anne Frank inédite et de nombreuses animations. Après trois années d itinérance

Plus en détail

1. Aurais-je une dette, une promesse à honorer?... 19 Implication et prise de distance, comment faire?... 24 Que faire de la vie sauve?...

1. Aurais-je une dette, une promesse à honorer?... 19 Implication et prise de distance, comment faire?... 24 Que faire de la vie sauve?... Table des matières Préface, Clémentine Autain... 9 Préambule... 13 1. Aurais-je une dette, une promesse à honorer?... 19 Implication et prise de distance, comment faire?... 24 Que faire de la vie sauve?...

Plus en détail

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Septembre 1939 : début de la deuxième guerre mondiale Anschluss : annexion

Plus en détail

Juifs de Salonique en 1917

Juifs de Salonique en 1917 Témoignage de Mada adame ATTAS-DECALO Nous avons rencontré Madame Estelle DECALO, Estelle ATTAS de son nom de jeune fille, à son domicile de la rue de Grézan à Nîmes, le 9 juin 2009. Âgée de 88 ans, Madame

Plus en détail

Correction brevet blanc n 2 Avril 2013

Correction brevet blanc n 2 Avril 2013 Correction brevet blanc n 2 Avril 2013 Première partie histoire 13 points 1.Questions 1. Quand et où sont apparues les premières civilisations? 1 point Les premières civilisation sont apparues : - En Mésopotamie

Plus en détail

Notre voyage-mémoire à Auschwitz-Birkenau (Pologne)

Notre voyage-mémoire à Auschwitz-Birkenau (Pologne) jeudi 16 janvier 2014 Dans le cadre de la journée «Études et mémoire», organisée chaque année par le Conseil général du Rhône, dix élèves du collège sont partis à Auschwitz-Birkenau le 16 janvier 2014.

Plus en détail

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de)

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de) Dans nos classes La Résistance et la Déportation dans les manuels Classe de troisième Les leçons : Belin, avril 2003. Eric Chaudron, Remy Knafou. Leçons La 2 guerre mondiale. * Les grandes phases de la

Plus en détail

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis Introduction L ensemble ensemble documentaire qui suit est complémentaire compl mentaire des dossiers réalisés r dans le cadre du Concours national de la Résistance R sistance et de la Déportation, D notamment

Plus en détail

INSTITUT FRANÇAIS DE CLUJ-NAPOCA ET LE MUSEE NATIONAL D ART CLUJ

INSTITUT FRANÇAIS DE CLUJ-NAPOCA ET LE MUSEE NATIONAL D ART CLUJ INSTITUT FRANÇAIS DE CLUJ-NAPOCA ET LE MUSEE NATIONAL D ART CLUJ DU 13 JANVIER AU 20 JANVIER 2012 13 janvier, 18h Musée National d Art Vernissage de l exposition et projection du film documentaire Les

Plus en détail

Dr Marcel Tenenbaum rescapé de la Shoah

Dr Marcel Tenenbaum rescapé de la Shoah D ix questions à Dr Marcel Tenenbaum rescapé de la Shoah La Caserne Dossin en bref... La Caserne Dossin est située à Malines en Belgique. C est à cet endroit que l on regroupa les Juifs de ce pays avant

Plus en détail

Allocution de M. François ROCHEBLOINE, Député de Loire, Président du Groupe d amitié France-Arménie à l Assemblée nationale

Allocution de M. François ROCHEBLOINE, Député de Loire, Président du Groupe d amitié France-Arménie à l Assemblée nationale Commémoration du 24 avril 1915 Saint-Chamond Allocution de M. François ROCHEBLOINE, Député de Loire, Président du Groupe d amitié France-Arménie à l Assemblée nationale Mme la représentante du Comité du

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

De la discrimination à l extermination

De la discrimination à l extermination De la discrimination à l extermination La crise des années trente a réveillé en France l antisémitisme qui sommeillait depuis l affaire Dreyfus. Les groupes d extrême-droite mènent des campagnes dont la

Plus en détail

9, rue Littré, 24000 PÉRIGUEUX 05.53.03.33.33 cg24.educatif.archives@dordogne.fr Service éducatif des Archives départementales de la Dordogne 2009

9, rue Littré, 24000 PÉRIGUEUX 05.53.03.33.33 cg24.educatif.archives@dordogne.fr Service éducatif des Archives départementales de la Dordogne 2009 Service éducatif des Archives Départementales de la Dordogne. Livret pédagogique d accompagnement de l exposition «une famille juive dans la tourmente de Strasbourg à Périgueux 1939-1944» Cycle 3 9, rue

Plus en détail

Discours de M. Gérard COLLOMB Sénateur-Maire de Lyon

Discours de M. Gérard COLLOMB Sénateur-Maire de Lyon Discours de M. Gérard COLLOMB Sénateur-Maire de Lyon A l occasion du 20 e anniversaire de la disparition de Jean Couty et de la présentation du livre «Jean Couty», de Lydia Harambourg, aux éditions Cercle

Plus en détail

Communauté française de Montréal Collège Marie de France 7 février 2014

Communauté française de Montréal Collège Marie de France 7 février 2014 Communauté française de Montréal Collège Marie de France 7 février 2014 Discours prononcé à 17h30 Monsieur le Consul général, Monsieur l Ambassadeur auprès de l OACI, Mesdames et Messieurs les élus, Chers

Plus en détail

Chambon-sur-Lignon. Transmettre le message des Justes Pour une éducation citoyenne. Appel à Projets

Chambon-sur-Lignon. Transmettre le message des Justes Pour une éducation citoyenne. Appel à Projets Chambon-sur-Lignon Transmettre le message des Justes Pour une éducation citoyenne Appel à Projets 2013-2014 Un pays d humanité «Le Chambon-sur-Lignon, paradis des enfants» Depuis la fin du XIXe siècle,

Plus en détail

IZIEU, LA MEMOIRE D UN GENOCIDE. EXPOSITION PRESENTEE PAR LES ELEVES DE 1 SMS B LYCEE GENEVIEVE DE GAULLE ANTHONIOZ.

IZIEU, LA MEMOIRE D UN GENOCIDE. EXPOSITION PRESENTEE PAR LES ELEVES DE 1 SMS B LYCEE GENEVIEVE DE GAULLE ANTHONIOZ. IZIEU, LA MEMOIRE D UN GENOCIDE. EXPOSITION PRESENTEE PAR LES ELEVES DE 1 SMS B LYCEE GENEVIEVE DE GAULLE ANTHONIOZ. Projet et exposition réalisés avec la collaboration étroite de la Maison d Izieu, Mémorial

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème DU REGIME DE VICHY AU RETOUR DE LA REPUBLIQUE DE LA DECLARATION DE GUERRE A LA DEFAITE DE LA FRANCE PAGES 4-5 Les documents ci-dessous évoquent les premiers mois

Plus en détail

Les jeunes contre l oubli

Les jeunes contre l oubli Ici, il y a des gens qui : Fabriquent de faux-papiers, Tout en restant discrets ; Aident des enfants, Même pas pour un franc. Ils sont cachés dans les maisons, Au lieu d être dans les camps de concentration.

Plus en détail

Heureux Evénements. Assa. Shimshon

Heureux Evénements. Assa. Shimshon Heureux Evénements Un heureux évéénement est survenu chez nos amis Cathy et Yossi BenYaïr BenYaïr ïrr,, ce dernier étant membre du comité de notre communauté. En effet, un garçon gar est venu agrandir

Plus en détail

Discours de Madame Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l étranger, devant la communauté française de Tunisie

Discours de Madame Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l étranger, devant la communauté française de Tunisie Discours de Madame Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l étranger, devant la communauté française de Tunisie Monsieur l Ambassadeur, Mesdames les élues, Chers compatriotes,

Plus en détail

La seconde guerre mondiale

La seconde guerre mondiale CM2 Découverte du monde Histoire Compétences : La violence du XXe siècle : les deux conflits mondiaux La seconde guerre mondiale - À partir de l étude de cartes et de documents statistiques, comprendre

Plus en détail

Les assassins de la mémoire : l Holocauste et le révisionnisme historique

Les assassins de la mémoire : l Holocauste et le révisionnisme historique www.gersi.umontreal.ca LES CHRONIQUES DU GERSI volume 1 numéro 2 (mars 2005) Les assassins de la mémoire : l Holocauste et le révisionnisme historique Le soixantième anniversaire de la libération d Auschwitz

Plus en détail

MAUS par Art SPIEGELMAN

MAUS par Art SPIEGELMAN HISTOIRE DES ARTS MAUS par Art SPIEGELMAN I. IDENTIFIER ET PRESENTER L ŒUVRE L œuvre présentée ici est une bande-dessinée intitulée Maus, l intégrale, un survivant raconte réalisée par Art Spiegelman en

Plus en détail

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015 Guide des expositions temporaires Service Educatif Édition 2015 Résistance et Monde rural en Zone interdite 1940-1944 Le Musée de la Résistance de Bondues Le musée a pour vocation de transmettre ce que

Plus en détail

Hommage du Barreau de Paris Au Président GASTON MONNERVILLE (1897-1991) Ancien Président du Sénat, ancien avocat au Barreau de Paris

Hommage du Barreau de Paris Au Président GASTON MONNERVILLE (1897-1991) Ancien Président du Sénat, ancien avocat au Barreau de Paris Hommage du Barreau de Paris Au Président GASTON MONNERVILLE (1897-1991) Ancien Président du Sénat, ancien avocat au Barreau de Paris Paris le 14 avril 2008 Egalité sociale, égalité politique Intervention

Plus en détail

La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement

La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement Première Sa Evaluation Histoire La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement Sujet classique mais attention à ne pas tomber dans un récit chronologique du conflit, ce qui serait horssujet. Réfléchir

Plus en détail

La politique d'extermination nazie. Les ghettos

La politique d'extermination nazie. Les ghettos La politique d'extermination nazie Les ghettos Le regroupement des Juifs dans les ghettos (ici : le ghetto de Varsovie) Vivre dans le ghetto de Varsovie Les plus pauvres ne pouvaient se protéger du froid

Plus en détail

Les Juifs de France dans la Shoah

Les Juifs de France dans la Shoah Exposition 23 novembre 2012 3 février 2013 au Musée des Armes de Tulle Les Juifs de France dans la Shoah Dossier de presse Jeunes femmes sur les grands Boulevards. Paris, juin 1942. BNF, fonds SAFARA.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 4 décembre 2015 relative au développement d une thématique consacrée au racisme et aux discriminations dans les stages de citoyenneté NOR : JUSD1530025C La garde des sceaux, ministre de la

Plus en détail

Un livre du souvenir À la recherche d une famille juive décimée en Pologne

Un livre du souvenir À la recherche d une famille juive décimée en Pologne Françoise Milewski Un livre du souvenir À la recherche d une famille juive décimée en Pologne Préface de Théo Klein UN SITE WEB POUR PROLONGER CE LIVRE Si la narration de l histoire familiale constitue

Plus en détail

Voir l homélie de ce dimanche. 34È DIMANCHE - (ANNÉE B) CHRIST ROI - 22 Novembre 2015

Voir l homélie de ce dimanche. 34È DIMANCHE - (ANNÉE B) CHRIST ROI - 22 Novembre 2015 Voir l homélie de ce dimanche 34È DIMANCHE - (ANNÉE B) CHRIST ROI - 22 Novembre 2015 Thème : faire advenir le royaume Président :Bruno Demers; Chantre : Claude-Marie; Organiste : Sylvain (Les textes :

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION Ministère d État Centre de documentation et de recherche sur l Enrôlement forcé

DOSSIER DE PRESENTATION Ministère d État Centre de documentation et de recherche sur l Enrôlement forcé DOSSIER DE PRESENTATION Ministère d État Centre de documentation et de recherche sur l Enrôlement forcé 1 www.secondeguerremondiale.public.lu 1. Comment l exposition est-elle née? Au début il y eut 18

Plus en détail

MIECZYSLAW Pemper / Mietek (1920 2011) : 1) Le Témoin :

MIECZYSLAW Pemper / Mietek (1920 2011) : 1) Le Témoin : 1 MIECZYSLAW Pemper / Mietek (1920 2011) : 1) Le Témoin : Mietek Pemper Pemper Mieczyslaw, ou Mietek, prénom polonais utilisé par ses amis et sa famille, est un survivant juif polonais de la seconde guerre

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème LE NAZISME (1933-1945) DU TRAITE DE VERSAILLES A L ARRIVEE D HITLER AU POUVOIR PAGES 4-5 Comment Mussolini, nouveau dirigeant de l Italie est-il mis en valeur

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise :

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise : Fichier enseignant Dans le programme d histoire du cycle 3 au chapitre le 20 ème siècle et notre époque les deux conflits mondiaux sont abordés. L accent est mis sur ce qui fit basculer l humanité dans

Plus en détail

DISCOURS CÉCILE DUFLOT

DISCOURS CÉCILE DUFLOT Cabinet de la ministre de l Égalité des territoires et du Logement Paris, le 31 janvier 2013 SEUL LE PRONONCÉ FAIT FOI DISCOURS CÉCILE DUFLOT Ouverture de la séance plénière clôturant la concertation «Quartiers

Plus en détail

VOYAGE CICAD 2010 Auschwitz-Birkenau Mercredi 24 novembre 2010. 1 - Les participants

VOYAGE CICAD 2010 Auschwitz-Birkenau Mercredi 24 novembre 2010. 1 - Les participants Décembre 2010 VOYAGE CICAD 2010 Auschwitz-Birkenau Mercredi 24 novembre 2010 «Que ce lieu où les nazis ont assassiné un million et demi d hommes, de femmes et d enfants, en majorité des Juifs de divers

Plus en détail

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE 1/ en 1804 2/ le second empire 3/JULES FERRY 4/régime de Vichy : 1940/1944 La collaboration caractérise ce régime. Par exemple, la milice française

Plus en détail

Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE

Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE Pourquoi la Seconde guerre mondiale est-elle une guerre d anéantissement? I. Un affrontement planétaire A. Les grandes phases de la guerre ...................... 1

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

Le président de l Association des Plus Grands Invalides de Guerre, Monsieur Cazals et nos élèves aux Invalides.

Le président de l Association des Plus Grands Invalides de Guerre, Monsieur Cazals et nos élèves aux Invalides. Les 3 èmes à Paris pour les cérémonies du 14 juillet Cette année riche en émotions et en rencontres s est achevée avec une invitation à participer aux cérémonies du 14 juillet à Paris. C est à l invitation

Plus en détail

Le musée d Auschwitz revisité. Dossier. JEAN-CHARLES SZUREK Institut des Sciences sociales du politique, Université de Paris Ouest Nanterre-La Défense

Le musée d Auschwitz revisité. Dossier. JEAN-CHARLES SZUREK Institut des Sciences sociales du politique, Université de Paris Ouest Nanterre-La Défense Le musée d Auschwitz revisité JEAN-CHARLES SZUREK Institut des Sciences sociales du politique, Université de Paris Ouest Nanterre-La Défense Depuis 1989, le musée d Auschwitz a bien changé. En octobre

Plus en détail

Bonjour et merci de nous avoir invités à cette table ronde bien impressionnante pour nous qui représentons le Mouvement ATDQM France.

Bonjour et merci de nous avoir invités à cette table ronde bien impressionnante pour nous qui représentons le Mouvement ATDQM France. INTERVENTIONS devant l Intergroupe «Lutte contre la pauvreté et droits de l Homme» au PARLEMENT EUROPEEN le 21/10/15 Invités par la Présidente Sylvie Goulard Bonjour et merci de nous avoir invités à cette

Plus en détail

Pour en savoir plus sur l histoire des Juifs de Vire, sur Lublin, Majdanek, Belzec, l Aktion Reinhard rdv sur www.memoire-viretuelle.fr.

Pour en savoir plus sur l histoire des Juifs de Vire, sur Lublin, Majdanek, Belzec, l Aktion Reinhard rdv sur www.memoire-viretuelle.fr. La «Shoah» qu est-ce que c est? Un génocide. Presque six millions de morts. Difficile de réaliser. Personne peut-être ne parvient à le faire Contre toute attente, la Shoah s est aussi passée à Vire. Vingt

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot.

Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot. 1 Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot. Depuis les années 70, les intellectuels font l éloge du droit à la différence. Derrida : «la différance» ; Deleuze : «Différence et répétition»,

Plus en détail

De l Etat français à la IVème République (1940-1946)

De l Etat français à la IVème République (1940-1946) De l Etat français à la IVème République (1940-1946) Introduction : Présentation de la défaite : -En juin 1940, la chute de la IIIème République (1875-1940) accompagne la déroute militaire. -Le 10 juillet

Plus en détail

ALLOCUTION DE S.E.M. RENE RADEMBINO-CONIQUET, CO-PRESIDENT ACP

ALLOCUTION DE S.E.M. RENE RADEMBINO-CONIQUET, CO-PRESIDENT ACP ALLOCUTION DE S.E.M. RENE RADEMBINO-CONIQUET, CO-PRESIDENT ACP A L OCCASION DE L OUVERTURE SOLENNELLE DE LA 12 ème SESSION DE L ASSEMBLEE PARLEMENTAIRE PARITAIRE ACP-UE LUNDI 20 NOVEMBRE 2006 BRIDGETOWN

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Signature des conventions «Egalité des chances» Université de Paris-Dauphine. Mercredi 01 avril 2009

Signature des conventions «Egalité des chances» Université de Paris-Dauphine. Mercredi 01 avril 2009 Allocution de M. Eric BESSON Ministre de l Immigration, de l Intégration, de l Identité nationale et du développement solidaire Signature des conventions «Egalité des chances» Université de Paris-Dauphine

Plus en détail

Excellence Monsieur l Ambassadeur, Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique, Distingués invités, Mes Très Chers amis,

Excellence Monsieur l Ambassadeur, Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique, Distingués invités, Mes Très Chers amis, Discours de Madame Bineta Diop Cérémonie de remise de la Légion d honneur Mercredi 17 septembre 2012. Résidence de France à Genève Monsieur Nicolas NIEMTCHINOW, Ambassadeur et représentant permanent de

Plus en détail

EXPOSE ECRIT DU GOUVERNEMENT IRLANDAIS PRESENTE EN SA QUALITE DE PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION EUROPEENNE.

EXPOSE ECRIT DU GOUVERNEMENT IRLANDAIS PRESENTE EN SA QUALITE DE PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION EUROPEENNE. EXPOSE ECRIT DU GOUVERNEMENT IRLANDAIS PRESENTE EN SA QUALITE DE PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION EUROPEENNE [Traduction] Monsieur le président, j ai l honneur de prendre la parole au nom

Plus en détail

Célébrer le deuil. À l attention des familles et des proches. Une initiative de l'église catholique de Bruxelles

Célébrer le deuil. À l attention des familles et des proches. Une initiative de l'église catholique de Bruxelles Célébrer le deuil À l attention des familles et des proches Une initiative de l'église catholique de Bruxelles Quel est le sens des funérailles chrétiennes? à Lors de ses funérailles, le défunt est entouré

Plus en détail

Discours de Monsieur Gérard COLLOMB Sénateur-Maire de Lyon

Discours de Monsieur Gérard COLLOMB Sénateur-Maire de Lyon Discours de Monsieur Gérard COLLOMB Sénateur-Maire de Lyon A l occasion de la cérémonie au cours de laquelle le Pasteur Jacques Maury a remis les insignes de Chevalier de la Légion d Honneur au Pasteur

Plus en détail

AUSCHWITZ!... QUE FAIRE APRÈS?

AUSCHWITZ!... QUE FAIRE APRÈS? AUSCHWITZ!... QUE FAIRE APRÈS? Une réflexion photographique sur la transmission de l Histoire et de la Mémoire de la Shoah par Paul Klensch 1. COMMENT L EXPOSITION EST-ELLE NÉE? Au début il y eut 18 clichés

Plus en détail

L'Holocauste. Table des matières. L Holocauste : aperçu

L'Holocauste. Table des matières. L Holocauste : aperçu L'Holocauste Table des matières The Holocaust: Theme Overview 1 Objets personnels Helena Zaleska 2 Auschwitz-Birkenau, 1944 3 Étoile de David 4 Gobelet de métal 5 Chaussure d enfant 6 L Holocauste : aperçu

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Discours. Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé lors des 20 ans de la BnF, lundi 30 mars 2015 à Paris

Discours. Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé lors des 20 ans de la BnF, lundi 30 mars 2015 à Paris Discours Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé lors des 20 ans de la BnF, lundi 30 mars 2015 à Paris Monsieur le Président, Cher Bruno Racine, Mesdames, Messieurs,

Plus en détail

Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement (1939-1945)

Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement (1939-1945) Proposition de mise en œuvre des nouveaux programmes d histoire-géographie en 3 ème 2 ème partie : guerres mondiales et régimes totalitaires (1914-1945) Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre

Plus en détail

Témoins sourds, témoins silencieux

Témoins sourds, témoins silencieux une sélection les films du paradoxe vidéo Témoins sourds, témoins silencieux HISTOIRE DU FILM Le film TÉMOINS SOURDS, TÉMOINS SILENCIEUX a mis huit ans à se concrétiser. Ces lenteurs confirment à elles

Plus en détail

Présentation de la stratégie nationale pour la sécurité du numérique

Présentation de la stratégie nationale pour la sécurité du numérique Présentation de la stratégie nationale pour la sécurité du numérique Maison de la chimie Paris 16 octobre 2015 Allocution de Manuel VALLS, Premier ministre Seul le prononcé fait foi Madame la ministre,

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

Objet : «Compétences clés et citoyenneté» Cours de formation sur la didactique de la Shoah en collaboration avec Yad Vashem a.s.

Objet : «Compétences clés et citoyenneté» Cours de formation sur la didactique de la Shoah en collaboration avec Yad Vashem a.s. Assessorat de l Education et de la Culture Assessorato Istruzione e Cultura transmission par PEC Aoste / Aosta, 27 octobre 2015 Prot./Réf. 22525/ss Mesdames et Messieurs les dirigeants scolaires des institutions

Plus en détail

PASSEPORT pour tes droits Conseil de l Europe. pour tes droits

PASSEPORT pour tes droits Conseil de l Europe. pour tes droits Conseil de l Europe PA S S E P O R T pour tes droits 1 Conseil de l Europe PA S S E P O R T pour tes droits 2 3 Bienvenue à bord On t a certainement déjà dit qu il y a des choses que tu n as pas le droit

Plus en détail

HISTOIRE-GÉOGRAPHIE ET ÉDUCATION CIVIQUE

HISTOIRE-GÉOGRAPHIE ET ÉDUCATION CIVIQUE CORRECTION DST 17 OCT. 2013 ANNÉE SCOLAIRE 2013-2014 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE ET ÉDUCATION CIVIQUE L épreuve sera notée sur 40 points. La maîtrise de la langue est notée sur 2 points. Hist-géo : E.C. : ML :

Plus en détail

Conseil de sécurité de l'onu Réunion sur les armes légères sous la présidence de la Lituanie Siège de l'onu à New York, le13 mai 2015

Conseil de sécurité de l'onu Réunion sur les armes légères sous la présidence de la Lituanie Siège de l'onu à New York, le13 mai 2015 Conseil de sécurité de l'onu Réunion sur les armes légères sous la présidence de la Lituanie Siège de l'onu à New York, le13 mai 2015 Débat public sur " Le coût humain du transfert illicite, de l accumulation

Plus en détail

Discours d inauguration du Président de l association Le Fil d Argent / janvier 2012

Discours d inauguration du Président de l association Le Fil d Argent / janvier 2012 Discours d inauguration du Président de l association Le Fil d Argent / janvier 2012 Madame le Ministre, Monsieur le Préfet, Mesdames et messieurs les députés et sénateurs, Mesdames et Messieurs les élus

Plus en détail