Solidarité justice et participation. Le cri de la terre et des pauvres

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Solidarité justice et participation. Le cri de la terre et des pauvres"

Transcription

1 1,00 Numéros précédents 2,00 L O S S E RVATOR E ROMANO EDITION HEBDOMADAIRE Unicuique suum EN LANGUE FRANÇAISE Non praevalebunt LXVI e année, numéro 38 (3.397) Cité du Vatican jeudi 17 septembre 2015 Syno de et communion GI O VA N N I MARIA VIAN A la surprise générale, il y a un demi-siècle, Paul VI instituait le synode des évêques, qui au cours de ces années s est progressivement révélé dans les faits un précieux organe de communion pour la croissance de l Eglise universelle. C était le 14 septembre 1965, jour du début de la quatrième et dernière session du Concile, et les eaux n étaient pas tranquilles. Les travaux de Vatican II s étaient terminés au mois de novembre précédent par une série d incidents qui avaient fait parler d une «semaine noire». Les nuages amoncelées avaient pourtant été dispersés sur les médias déjà au début de décembre par le voyage de Giovanni Battista Montini en Inde et ensuite, en mars, par la première Messe célébrée par le Pape en italien Banque de crédit coopératif Humaniser l économie SUITEÀLAPA G E 2 «Promouvoir un usage solidaire de l argent, dans le style de la véritable coopérative, où ce n est pas le capital qui commande aux hommes, mais les hommes sur le capital». En recevant les employés de la Banque de crédit coopératif de Rome pour son 60 e a n n i v e r s a i re de fondation, le Pape a indiqué les bases pour «humaniser l économie» et arriver à une véritable «économie de l honnêteté» qui lutte contre la corruption. PAGE 4 Les ministres européens de l environnement au Vatican Solidarité justice et participation Le 16 septembre, le Pape François a rencontré les ministres de l e n v i ro n n e - ment de l Union européenne. En vue «des importants événements internationaux des prochains mois», c est-à-dire l adoption des objectifs de développement durable à la fin de ce mois et la Conférence sur le climat à Paris en décembre, il a rappelé trois principes fondamentaux. Justice environnementale et changements climatiques Le cri de la terre et des pauvres «Une alliance authentique pour parvenir à des accords sur l environnement réellement significatifs»: telle est la proposition lancée par le Pape François «face à l urgence des changements climatiques» et en vue des «rendez-vous cruciaux» des prochains mois, en particulier l approbation des objectifs de développement durable de la part des Nations unies et la Conférence de Paris. C est ce qu a dit le Pape le 11 septembre, auxparticipants à la rencontre sur «Justice environnementale et changements climatiques» promue par la Fondation pour le développement durable. Nous publions aussi un extrait de l intervention du cardinal Oscar Andrés Rodríguez Maradiaga. PAGE 12 PAGE 4 DANS CE NUMÉRO Page 2: Audience générale du 16 septembre. Page 3: Angelus du 13 septembre. Réunion du Conseil pontifical Cor unum sur la crise humanitaire en Syrie et en Irak. Page 5: Audience aux évêques ordonnés au cours de l année. Page 6: François reçoit les Equipes Notre-Dame. Page 7: Visite «ad limina» des évêques du Portugal. Page 11: Messes à Sainte-Marthe. Message du Pape au président du CCEE. Page 13: Bicentenaire de la mort de saint Gabriel Taurin Dufresse, martyr en Chine, par Jean Charbonnier. Pages 14 et 15: Informations. Page 16: Agostino Casaroli, le grand tisseur de l O stpolitik du Vatican, par Pietro Parolin. L urgence d une écologie intégrale ROBERT P. IMBELLI Dans son récent message pour le centenaire de la faculté de théologie de l université catholique argentine (UCA), le Pape François parle du défi inhérent à la vocation même du théologien. En présentant ce défi, le Pape énumère trois caractéristiques de l identité du théologien: il habite au milieu du saint peuple de Dieu comme un fils reconnaissant, c est un croyant fervent en Jésus Christ et il a une responsabilité prophétique pour le monde. Je voudrais m arrêter sur la seconde de ces caractéristiques. Le théologien, souligne François, «est quelqu un qui a fait l exp érience de Jésus Christ et a découvert que sans lui, il ne peut pas vivre». Sa vocation dérive d une rencontre donneuse de vie avec Jésus Christ, une expérience qui donne un sens et un but à sa vie et à son ministère dans l Eglise. Comme si cette affirmation n était pas déjà assez radicale, le Pape poursuit en expliquant plus avant cette expérience qui transforme la vie. «Le théologien est celui qui sait qu il ne peut vivre sans l objet-sujet de son amour et consacre sa vie à le partager avec ses frères». Ce sont l exp érience de l amour de Jésus et le désir de communiquer cet amour qui animent et soutiennent la vocation du théologien. Saint Anselme de Cantorbéry a donné une définition bien connue de la théologie. La théologie, selon Anselme, est fides quaerens intellectum, à savoir une foi qui cherche à comprendre. Toutefois, à la lumière de l intuition du Pape, nous pourrions compléter l affirmation d Anselme en disant que la théologie est l amour en quête de compréhension. Le théologien cherche à connaître plus pleinement «l amplitude, la longueur, la hauteur et la profondeur» de l amour du Christ (cf. Ep 3, 18). Bien entendu, il est vrai que tous les disciples sont appelés à grandir toujours plus pleinement dans l amour du Christ, «qui dépasse toute connaissance» (Ep 3, 19). Après tout, saint Paul s a d re s - se à la communauté chrétienne tout entière. Mais la vocation par- SUITE À LA PA G E 8 A l université catholique argentine Le fleuve vivant PAGES 8 ET 9

2 page 2 L OSSERVATORE ROMANO jeudi 17 septembre 2015, numéro 38 Chers frères et sœurs, bonjour! Voici notre réflexion conclusive sur le thème du mariage et de la famille. Nous sommes à la veille d événements beaux et importants, qui sont directement liés à ce grand thème: la Rencontre mondiale des familles à Philadelphie et le synode des évêques ici à Rome. Les deux ont une dimension mondiale, qui correspond à la dimension universelle du christianisme, mais aussi à la portée universelle de cette communauté humaine fondamentale et irremplaçable qu est précisément la famille. L actuel tournant de civilisation apparaît marqué par les effets à long terme d une société administrée par la technocratie économique. La subordination de l éthique à la logique du profit dispose de moyens considérables et d un appui médiatique énorme. Dans ce cadre, une nouvelle alliance de l homme et de la femme devient non seulement nécessaire, mais également stratégique pour l émancipation des peuples de la colonisation de l a rg e n t. Cette alliance doit à nouveau orienter la politique, l économie et la coexistence civile! Celle-ci décide de l habitabilité de la terre, de la transmission du sentiment de la vie, des liens de la mémoire et de l esp érance. De cette alliance, la communauté conjugale-familiale de l homme et de la femme est la grammaire génératrice, le «nœud d or», pourrions-nous SUITE DE LA PA G E 1 Synode et communion dans une paroisse de Rome, avec un soutien ouvert à la première réforme conciliaire. De nombreux nœuds restaient cependant à dénouer pour arriver à la rédaction définitive et à l'approbation de la plus grande majorité des documents de Vatican II: entre autres, sur l Eglise dans le monde contemporain, sur l œcuménisme, sur les relations avec les grandes religions et avec le judaïsme, sur la question de la liberté religieuse. La minorité opposée à la volonté de «mise à jour» déjà indiquée par Jean XXIII à l ouverture du Concile et ensuite exprimée par une majorité très large, était déterminée. Mais déterminant, avec le travail en salle et dans les coulisses de nombreux pères et experts, fut le choix du Pape d obtenir, avec de patientes médiations et des gestes clairs, le maximum de consensus possibles sur la ligne réformatrice, comme cela eut ensuite lieu. Dans le long discours de réouverture, Paul VI n entra pas dans les thèmes débattus par l assemblée pour «ne pas prévenir par notre parole la libre orientation de vos opinions à propos des matières proposées» mais il voulut renouveler avec force la confiance à Vatican II: «Une grande chose que ce concile!», grande quiddam hoc est concilium! s exclama le Pape. Et, après les remerciements à ceux qui travaillaient dans l ombre, il annonça deux nouveautés, saluées dans la salle par des applaudissements répétés: un synode des évêques, «composé de prélats, nommés pour la plupart par les Conférences épiscopales» et «convoqué Audience générale du 16 septembre Le nœud d or dire. La foi la puise dans la sagesse de la création de Dieu: qui a confié à la famille non pas le soin d une intimité comme une fin en soi, mais l émouvant projet de rendre le monde «domestique». C est précisément la famille qui se trouve au commencement, à la base de cette culture mondiale qui nous sauve; elle nous sauve de tellement, tellement d attaques, de tant de destructions, de tant de colonisations, comme celle de l argent ou des idéologies qui menacent tant le monde. La famille constitue la base pour se défendre! C est précisément de la Parole biblique de la création que nous avons pris notre inspiration fondamentale, lors de nos brèves méditations du mercredi sur la famille. Nous pouvons et nous devons à nouveau puiser avec amplitude et profondeur à cette Parole. C est un grand travail qui nous attend, mais il est également très enthousiasmant. La création de Dieu n est pas un simple principe philosophique: c est l horizon universel de la vie et de la foi! Il n y a pas de dessein divin différent de la création et de son salut. C est pour le salut de la créature selon les besoins de l Eglise, par le Pontife Romain, pour sa consultation et sa collaboration», et une visite au siège des Nations Unies à New York. A cette annonce suivit une nouvelle surprise quand le lendemain, le 15 septembre, Paul VI descendit à Saint-Pierre pour écouter avec les pères conciliaires la lecture du motuproprio, intitulé Apostolica sollicitudo, qui instituait le nouvel organisme. Dans le débat en salle et dans une rédaction préparatoire du document sur les évêques on avait souhaité la création d un conseil de prélats, mais le Pape anticipa les temps. Pour la nouvelle institution, le Pape Montini choisit de manière significative le nom grec (sýnodos, «chemin ensemble») des plus antiques réunions épiscopales, et surtout il introduisit un élément nouveau de collégialité au cœur de l Eglise. En cinquante ans, le chemin du synode des évêques a été long et souvent difficile. Mais si, sur un plan théologique, les évaluations ont été et peuvent être différentes, d un point de vue historique qui n est par ailleurs pas indemne de préjugés théologiques, qui ne facilitent certainement pas la compréhension des faits il ne fait aucun doute que l institution synodale voulue par Giovanni Battista Montini a de fait contribué, dans le sillage de Vatican II, à la croissance d une collégialité vécue et, plus en général, de la communion catholique. Grâce à la garantie de liberté et de fidélité à la parole du Christ assurée par le Successeur de Pierre, comme l a répété le Pape en concluant le dernier synode extraordinaire sur la famille. de chaque créature que Dieu s est fait homme: «pour nous les hommes, et pour notre salut», comme le dit le C re d o. Et Jésus ressuscité est «l aîné de chaque créature» (Col 1, 15). Le monde créé est confié à l homme et à la femme: ce qui se passe entre eux constitue une empreinte pour chaque chose. Leur refus de la bénédiction de Dieu aboutit fatalement à un délire de toute puissance qui ruine toute chose. C est ce que nous appelons «péché originel». Et nous venons tous au monde dans l héritage de cette maladie. Malgré cela, nous ne sommes ni maudits, ni abandonnés à nousmêmes. Le vieux récit du premier amour de Dieu pour l homme et la femme, avait déjà des pages écrites en lettres de feu, à cet égard! «Je mettrai une hostilité entre toi et la femme, entre ton lignage et le sien» (Gn 3, 15a). Ce sont les paroles que Dieu adresse au serpent trompeur, enchanteur. Par ces paroles, Dieu entoure la femme d une barrière protectrice contre le mal, à laquelle elle peut recourir si elle le veut p our chaque génération. Cela veut dire que la femme porte une bénédiction secrète et spéciale, pour la défense de sa créature contre le Malin! Comme la femme de l Apocalypse, qui court cacher son fils du Dragon. Et Dieu la protège (cf. Ap 12, 6). Pensez à la profondeur qui s o u v re ici! Il existe beaucoup de lieux communs, offensants parfois, sur la femme tentatrice qui inspire au mal. Au contraire, il y a de la place pour une théologie de la femme qui soit à la hauteur de cette bénédiction de Dieu pour elle et pour sa progéniture! La miséricordieuse protection de Dieu à l égard de l homme et de la femme, dans tous les cas, ne manque jamais pour tous les deux. N oublions pas cela! Le langage symbolique de la Bible nous dit qu avant de les éloigner du jardin d Eden, Dieu fait à l homme et à la femme des tuniques en cuir et les vêtit (cf. Gn 3, 21). Ce geste de tendresse signifie que même dans les douloureuses conséquences de notre péché, Dieu ne veut pas que nous restions nus et abandonnés à notre destin de pécheurs. Cette tendresse divine, cette attention envers nous, nous la voyons incarnée en Jésus de Nazareth, fils de Dieu «né d une femme» (Gal 4, 4). Et saint Paul dit encore: «alors que nous étions encore pécheurs, le Christ est mort pour nous» (Rm 5, 8). Le Christ, né d une femme, d une femme. C est la caresse de Dieu sur nos plaies, sur nos erreurs, sur nos péchés. Mais Dieu nous aime tel que nous sommes et veut nous faire avancer avec ce projet et la femme est celle qui est la plus forte et qui mène à bien ce projet. La promesse que Dieu fait à l homme et à la femme, à l origine de l histoire, inclut tous les êtres humains, jusqu à la fin de l histoire. Si nous avons une foi suffisante, les familles des peuples de la terre se reconnaîtront dans cette bénédiction. Quoi qu il en soit, quiconque se laisse émouvoir par cette vision, peu importe le peuple, le pays, la religion à laquelle il appartient, qu il se mette en chemin avec nous. Il sera notre frère et notre sœur, sans faire de prosélytisme. Marchons ensemble sous cette bénédiction et sous cet objectif de Dieu de faire de nous tous des frères dans la vie, dans un monde qui avance et qui naît précisément de la famille, de l union de l homme et de la femme. Que Dieu vous bénisse, vous, familles de chaque lieu de la terre! Que Dieu vous bénisse tous! Parmi les pèlerins qui assistaient à l Audience générale du 2 septembre, se trouvaient les groupes francophones suivants: De France: Groupe de pèlerins du diocèse de Luçon; Maison de la Parole, de Beaugency; Amicale des Retraités Neolía-Logissim, de Montbél i a rd. Frères et sœurs, la famille est une communauté humaine fondamentale et irremplaçable, dont la portée est universelle. Dieu a confié à l homme et à la femme l émouvant projet de rendre la terre habitable. Tout ce qui arrive entre eux laisse une empreinte sur toute chose. Leur refus de la bénédiction de Dieu le péché originel conduit à un délire de toute puissance, destructeur. Une alliance renouvelée entre l homme et la femme est par conséquent nécessaire afin d émanciper les peuples de la colonisation de l argent, pour réorienter la politique, l économie, et retrouver une véritable cohabitation sociale. Dieu ne nous a pas abandonnés; il a mis une inimitié entre le serpent trompeur et la femme. La femme porte désormais une bénédiction, secrète et particulière, pour la lutte contre le démon. En Jésus Christ, né de la femme, Dieu a montré sa tendresse envers l humanité, il a pris soin de nous. Par lui, toutes les familles de la terre sont appelées à reconnaître la bénédiction de Dieu et à se mettre en chemin, à sa suite et avec nous. Que Dieu vous bénisse, familles de toute la terre! Que Dieu vous bénisse! Je salue cordialement les pèlerins de langue française. Chères familles, je vous invite à rayonner autour de vous la joie que le Seigneur vous donne dans votre vie conjugale et familiale, afin que tous se sentent appelés à vivre cette bénédiction. Je vous demande de prier pour moi et pour les travaux du prochain synode. Que Dieu vous b énisse!

3 numéro 38, jeudi 17 septembre 2015 L OSSERVATORE ROMANO page 3 Angelus du 13 septembre Refuser la mentalité de ce monde Chers frères et sœurs, bonjour! L Evangile d a u j o u rd hui nous présente Jésus qui, en chemin vers Césarée de Philippe, interroge les disciples: «Qui suis-je, au dire des gens?» (Mc 8, 27). Ils répondent ce que disaient les gens: certains le prennent pour Jean-Baptiste ressuscité, d autres pour Elie ou l un des grands prophètes. Les gens appréciaient Jésus, ils le considéraient un «envoyé de Dieu», mais ils ne réussissaient pas encore à le reconnaître comme le Messie, ce Messie préannoncé et attendu par tous. Jésus regarde les apôtres et demande encore: «Mais pour vous, qui suis-je? (v. 29)». Voilà la question la plus importante, par laquelle Jésus s adresse directement à ceux qui l ont suivi, pour vérifier leur foi. Pierre, au nom de tous, s exclame avec sincérité: «Tu es le Christ» (v. 29). Jésus est frappé par la foi de Pierre, il reconnaît qu elle est le fruit d une grâce, d une grâce spéciale de Dieu le Père. Et il révèle alors ouvertement aux disciples que ce qui l attend à Jérusalem, c est-à-dire que «le Fils de l homme doit beaucoup souffrir... être tué et, après trois jours, ressusciter» (v. 31). Ayant entendu cela, Pierre lui-même, qui vient de professer sa foi en Jésus comme Messie, est scandalisé. Il prend le Maître à part et lui fait des reproches. Et comment réagit Jésus? A son tour, il fait des reproches à Pierre pour cela, en utilisant des paroles très sévères: «Passe derrièremoi, Satan!» il lui dit Satan! «car tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes!» (v. 33). Jésus s aperçoit que chez Pierre, comme chez les autres disciples également chez chacun de nous! à la grâce du Père s opp ose la tentation du Malin, qui veut nous détourner de la volonté de Dieu. En annonçant qu il devra souffrir et être mis à mort pour ensuite ressusciter, Jésus veut faire comprendre à ceux qui le suivent qu Il est un Messie et un humble serviteur. Il est le Serviteur obéissant à la parole et à la volonté du Père, jusqu au sacrifice complet de sa propre vie. C est pourquoi, s adressant à toute la foule qui était là, il déclare que celui qui veut être son disciple doit accepter d être serviteur, comme Lui s est fait serviteur, et il avertit: «Si quelqu un veut venir à ma suite, qu il se renie lui-même, qu il se charge de sa croix, et qu il me suive» (v. 35). Se mettre à la suite de Jésus signifie prendre sa propre croix et nous en avons tous une... pour l accompagner sur son chemin, un chemin incommode qui n est pas celui du succès, de la gloire passagère, mais celui qui conduit à la véritable liberté, celle qui nous libère de l égoïsme et du péché. Il s agit d opposer un net refus à cette mentalité mondaine qui place le «moi» et ses propres intérêts au centre de l existence: cela n est pas ce que Jésus veut de nous! En revanche, Jésus nous invite à perdre notre vie pour Lui, pour l Evangile, pour la recevoir renouvelée, réalisée et authentique. Nous sommes certains, grâce à Jésus, que cette route conduit à la fin à la résurrection, à la vie pleine et définitive avec Dieu. Décider de Le suivre, notre Maître et Seigneur qui s est fait le serviteur de tous, exige de marcher derrière Lui et de l écouter attentivement dans sa Parole rappelez-vous: lire tous les jours un passage de l Evangile et dans les s a c re m e n t s. Il y a des jeunes ici sur la place: des jeunes garçons et des jeunes filles. Je vous demande: avez-vous senti l envie de suivre Jésus de plus près? Pensez-y. Priez. Et laissez le Seigneur vous parler. Que la Vierge Marie, qui a suivi Jésus jusqu au Calvaire, nous aide à purifier toujours notre foi des fausses images de Dieu, pour adhérer pleinement au Christ et à son Evangile. Réunion du Conseil pontifical Cor unum Au cœur de la crise humanitaire en Syrie et en Irak Une réunion sur la crise humanitaire syrienne et irakienne a été organisée jeudi 17 septembre par le Conseil pontifical Cor unum, invitant les organismes de charité catholiques qui œuvrent au Moyen- Orient et les évêques de la région. La rencontre, à laquelle ont adhéré plus de trente organismes, s articule en deux temps: le matin, après l introduction du secrétaire du dicastère, Mgr Giampietro Dal Toso, ont suivi les interventions du cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales, et du sous-secrétaire des Nations unies pour les affaires humanitaires, M. Stephen O Brien. Le Rapport réalisé par Cor unum sur l aide humanitaire des entités ecclésiales dans le contexte de la crise syrienne et irakienne ( ) a ensuite été présenté. Dans l aprèsmidi, après l intervention de Mgr Akasheh Khaled, chef du bureau pour l islam du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, et la présentation des mises à jour des Eglises locales par Mgr Mario Zenari, nonce apostolique en Syrie et de NN.SS. Antoine Audo, président de Caritas Syrie et Shlemon Warduni, président de Caritas Irak, ont été analysés les aspects concrets de la collaboration. En continuité avec le parcours entrepris au cours des trois dernières années, a été dressé un bilan du travail accompli jusqu à aujourd hui par les organismes caritatifs catholiques, en partageant les informations sur l évolution de la crise et les réponses de l Eglise à la situation humanitaire; en discutant des aspects critiques qui ont émergé et en déterminant les priorités pour l avenir; l on analyse la situation des communautés chrétiennes résidentes dans les pays frappés en promouvant la synergie entre les organismes ecclésiaux, les congrégations religieuses et les diocèses et les activités de l Humanitarian Focal Point, institué l an dernier par les agences de charité catholiques auprès de Cor unum. La crise syrienne et irakienne est au centre de l attention de la communauté internationale et le Saint- Siège, outre son activité diplomatique, participe activement aux programmes d aide et d assistance humanitaire. Depuis 2011, cette crise aurait fait plus de victimes et un million de blessés. Actuellement, plus de douze millions de personnes ont besoin d aide en Syrie et plus de huit millions en Irak; les réfugiés internes s élèvent à 7,6 millions en Syrie et à plus de trois millions en Irak, tandis que les réfugiés syriens dans toute la zone méridionale s élèvent à quatre millions: 1,9 millions en Turquie, 1,1 million au Liban, et plus de en Jordanie. A l issue de l Angelus, le Pape ajoutait les paroles suivantes: Chers frères et sœurs, A u j o u rd hui, en Afrique du Sud, est proclamé bienheureux Samuel Benedict Daswa, père de famille, tué en 1990 il y a à peine 25 ans et tué pour sa fidélité à l Evangile. Dans sa vie, il démontra toujours une grande cohérence, en assumant courageusement des attitudes chrétiennes et en refusant les habitudes mondaines et païennes. Que son témoignage aide en particulier les familles à diffuser la vérité et la charité du Christ. Et son témoignage s unit au témoignage de nos nombreux frères et sœurs, jeunes, personnes âgées, adolescents, enfants, persécutés, chassés, tués pour avoir confessé Jésus Christ. Rendons grâce pour le témoignage de tous ces martyrs, Samuel Benedict Daswa et tous les autres, et demandons-leur d intercéder pour nous. Je souhaite à tous un bon dimanche. Et s il vous plaît, n oubliez pas de prier pour moi! Bon déjeuner et au revoir!

4 page 4 L OSSERVATORE ROMANO jeudi 17 septembre 2015, numéro 38 Discours à la Banque de crédit coopératif Humaniser l économie «Promouvoir un usage solidaire de l argent, dans le style de la véritable coopérative, où ce n est pas le capital qui commande aux hommes, mais les hommes sur le capital». C est ce qu a dit le Pape, en recevant en audience dans la matinée du samedi 12 septembre, dans la salle Paul VI, la Banque de crédit coopératif de Rome à l occasion du soixantième anniversaire de sa fondation. François a indiqué les bases pour «humaniser l économie» et pour arriver à une véritable «économie de l honnêteté» qui devienne une lutte contre la corruption. Chers frères et sœurs, bonjour et bienvenus! Je salue et je remercie le président, les membres du conseil d administration, les membres coopérateurs, les employés et les nombreuses familles présentes. En février dernier, j ai rencontré les représentants de «Confcooperative» et de «Federcasse»; auj o u rd hui, je vous rencontre, à l o c- casion du soixantième anniversaire de la fondation de votre Banque de crédit coopératif. La raison de cette rencontre est que l Eglise connaît bien la valeur des coopératives. A l origine d un grand nombre de celles-ci se trouvent des prêtres, des fidèles laïcs engagés, des communautés animées par l esprit de solidarité chrétienne. Et ce «mouvement» ne s est jamais épuisé. Dans les documents sociaux de l Eglise, les références aux coopératives sont fréquentes. Même dans l encyclique Laudato si, j ai souligné leur valeur dans le domaine des énergies renouvelables et dans l agriculture (cf. nn ). Je voudrais reprendre avec vous certains encouragements que j ai adressés en février à toute la Confédération. Je les rappelle de manière synthétique. Premièrement. Continuer à être un moteur qui développe la partie la plus faible des communautés locales et de la société civile, en pensant surtout aux jeunes sans travail et en visant à la naissance de nouvelles entreprises coopératives. Deuxièmement. Etre les protagonistes dans la proposition et la réalisation de nouvelles solutions d assistance, à partir du domaine de la santé. Tro i s i è m e m e n t. Vous préoccuper du rapport entre l économie et la justice sociale, en gardant au centre la dignité et la valeur des personnes. Au centre, il doit toujours y avoir la personne, non le dieu argent. Quatrièmement. faciliter et encourager la vie des familles, et proposer des solutions coopératives et mutualistes pour la gestion des biens communs, qui ne peuvent pas devenir la propriété d un petit nombre ni l objet de spéculation. Cinquièmement. Promouvoir un usage solidaire et social de l a rg e n t, dans le style de la véritable coopérative, où le capital ne commande pas aux hommes, mais les hommes sur le capital. Audience aux ministres européens de l e n v i ro n n e m e n t Solidarité, justice et participation Avant l Audience générale du mercredi 16 septembre, le Pape François a rencontré dans le salon Paul VI les ministres de l environnement de l Union européenne. En vue «des importants événements internationaux des prochains mois», c est-à-dire l adoption des objectifs de développement durable à la fin du mois de septembre et ensuite la Conférence sur le climat à Paris en décembre, le Pape a rappelé trois principes fondamentaux: «Solidarité, justice et participation». Mesdames et Messieurs, bonjour! Je vous salue tous cordialement, Mesdames et Messieurs les ministres de l environnement de l Union européenne, dont votre fonction au cours des dernières années a revêtu une importance toujours plus grande pour la sauvegarde de la maison commune. En effet, l e n v i ro n n e - ment est un bien collectif, patrimoine de l humanité tout entière, et responsabilité de chacun de nous. Une responsabilité qui ne peut qu être transversale et qui exige une collaboration efficace au sein de la communauté internationale tout ent i è re. Je vous remercie vivement d avoir souhaité cette rencontre qui m o f f re l occasion de partager avec vous, même brièvement, certaines réflexions, notamment en vue des importants événements internationaux des prochains mois: l adoption des objectifs de développement durable à la fin de ce mois et la COP 21 de Pa r i s. Je voudrais m arrêter sur trois principes. En premier lieu, le principe de solidarité, un mot que l on oublie parfois et dont on abuse d autres fois de façon stérile. Nous savons que les personnes les plus vulnérables à la dégradation de l environnement sont les pauvres, qui en supportent les conséquences les plus graves. La solidarité signifie alors mettre en place des instruments efficaces, capables d unir la lutte contre la dégradation de l environnement à celle contre la pauvreté. Il existe de nombreuses expériences positives dans ce sens. Il s agit, par exemple, de développement et de transfert de technologies appropriées, capables d utiliser au mieux les ressources humaines, naturelles, socio-économiques, plus accessibles au niveau local, de façon à garantir leur durabilité également à long terme. En second lieu, le principe de justice. Dans l encyclique «Laudato si», j ai parlé de «dette écologique», particulièrement entre le Nord et le Sud, liée à des déséquilibres commerciaux, avec des conséquences dans le domaine écologique, ainsi qu à l utilisation disproportionnée des ressources naturelles, historiquement pratiquée par certains pays. Nous devons honorer cette dette. Ces derniers sont appelés à contribuer à résoudre cette dette en donnant le bon exemple, en limitant de façon importante la consommation d énergie non renouvelable, en apportant des ressources aux pays le plus dans le besoin pour promouvoir des politiques et des programmes de développement durable, en adoptant des systèmes de gestion adéquate des forêts, du transport, des déchets, en affrontant sérieusement le grave problème du gaspillage de nourriture, en favorisant un modèle circulaire de l économie, en encourageant de nouveaux comportements et styles de vie. En troisième lieu, le principe de participation, qui exige l implication de toutes les parties en cause, même de celles qui souvent, restent en marge des processus de décision. Nous vivons en effet un moment historique très intéressant: d une part, la science et la technologie placent entre nos mains un pouvoir sans précédent; de l autre, l usage correct d un tel pouvoir présuppose l adoption d une vision plus intégrale et intégrée. Cela demande d ouvrir les portes à un dialogue, un dialogue inspiré par une vision enracinée dans l écologie intégrale, qui est l objet de l encyclique «Laudato si». Il s agit bien sûr d un grand défi culturel, spirituel et éducatif. Solidarité, justice et participation par respect de notre dignité et par respect de la création. Mesdames et messieurs les ministres, la COP 21 s approche à grands pas et il y a encore beaucoup de chemin à faire pour parvenir à un résultat capable de rassembler de façon positive les nombreux encouragements qui ont été offerts comme contribution à cet important processus. Je vous encourage vivement à intensifier votre travail, avec celui de vos collègues, afin qu à Paris, l on parvienne au résultat désiré. Pour ma part, et en ce qui concerne le Saint-Siège, ne manquera pas le soutien pour répondre de façon adéquate aussi bien au cri de la Terre qu au cri des pauvres. Merci. Sixièmement. Comme fruit de tout cela, faire grandir l économie de l honnêteté. Une économie de l honnêteté, à une époque où l air de la corruption se répand partout. Il vous est demandé non seulement d être honnêtes ce qui est normal mais de diffuser et d enraciner l honnêteté dans tout l e n v i ro n n e - ment. Une lutte contre la corruption. Septièmement. Enfin, participer activement à la mondialisation, afin que ce soit une mondialisation de la solidarité. Chaque coopérative est appelée à appliquer ces lignes à sa propre mission spécifique. Vous êtes une coopérative de crédit, et vous êtes la plus grande Banque de crédit coopératif en Italie. Il peut arriver qu une coopérative deviennent une grande entreprise; mais cela n est pas le défi le plus important. Le défi le plus important est de grandir en continuant à être une véritable coopérative, et même en le devenant encore davantage. C est un véritable défi! Cela signifie favoriser la participation active de ses membres. Agir ensemble et agir pour les autres. Naturellement, une saine et prudente gestion vaut toujours et pour tous. L activité bancaire est toujours un métier délicat, qui demande une grande rigueur. Mais une banque coopérative doit avoir quelque chose de plus: chercher à humaniser l économie, unir l efficacité à la solidarité. Et il y a un autre mot important dans la doctrine sociale: le mot «subsidiarité». En tant que banques de crédit coopératif, vous avez mis en pratique la subsidiarité quand vous avez affronté la difficulté de la crise avec vos propres moyens, en rassemblant vos forces et non au dépens des autres. Cela est la subsidiarité: ne pas peser sur les institutions et donc sur le pays quand on peut affronter les problèmes avec ses propres forces, de manière responsable. C est pourquoi il est important que vous alliez de l avant sur le chemin de l intégration des banques de crédit coopératif en Italie. Non seulement parce que, comme on le dit, l union fait la force, mais parce qu il faut penser plus grand, élargir l horizon. On m a parlé des ressources importantes que vous destinez à la SUITEÀLAPA G E 14

5 numéro 38, jeudi 17 septembre 2015 L OSSERVATORE ROMANO page 5 Rencontre avec les évêques ordonnés au cours de l année Ouvrir des brèches dans les murs Dans la matinée du jeudi 10 septembre, le Pape François a reçu en audience dans la salle Clémentine les évêques ordonnés au cours de l année, qui participent à une rencontre promue par les Congrégations pour les évêques et pour les Eglises orientales. Au cours de l audience, le Pape a prononcé le discours suivant: Très chers frères dans l épiscopat, la paix soit avec vous! Dans le contexte de ces journées d approfondissement et de partage promues par la Congrégation pour les évêques et par la Congrégation pour les Eglises orientales, je suis heureux de pouvoir vous saluer avec le même salut que le Christ a adressé aux disciples, réunis au Cénacle le soir du «jour après le sabbat» (cf. Jn 20, 19-23). La nuit de la croix et également le temps du silence de Dieu étant définitivement passés, vint le Ressuscité, traversant les portes des peurs des disciples, s arrêtant parmi eux, montrant les signes de son sacrifice d amour, leur confiant la mission qu Il a reçue du Père, soufflant sur eux l Esprit Saint afin qu ils dispensent dans le monde le pardon et la miséricorde du Père, premier fruit de sa passion. Alors, ses disciples se retrouvèrent eux-mêmes. Pendant un bref mais obscur intervalle, ils s étaient laissé disperser par le scandale de la croix: égarés, honteux de leur faiblesse, oubliant leur identité de fidèles du Seigneur. A présent, voir le visage du Ressuscité recompose les fragments de leur vie. Reconnaître sa voix fait retrouver cette paix qui manque dans leur cœur depuis qu ils l avaient abandonné. Secoués par le souffle de ses lèvres, ils comprennent à présent que la mission qu ils reçoivent ne pourra pas les écraser. Vous êtes évêques de l Eglise, récemment appelés et consacrés. Vous êtes venus d une rencontre unique avec le Ressuscité. En traversant les murs de votre impuissance, Il vous a rejoint par sa présence. Bien qu il connaisse vos reniements et vos abandons, les fuites et les trahisons. Malgré cela, Il est arrivé dans le Sacrement de l Eglise, et a soufflé sur vous. C est un souffle à préserver, un souffle qui bouleverse la vie (qui ne sera plus jamais comme avant), même si il réconforte et console comme une brise légère, dont on ne peut s emparer. Je vous prie de ne pas domestiquer cette puissance, mais de la laisser constamment bouleverser votre vie. Des évêques témoins du Ressuscité Vous êtes donc témoins du Ressuscité. Cela est votre premier devoir, qui est irremplaçable. Ce n est pas le discours mièvre des faibles et des perdants, mais la seule richesse que l Eglise transmet, même au moyen de mains fragiles. C est à vous qu est confiée la prédication de la réalité qui soutient tout l édifice de l Eglise: Jésus est ressuscité! Celui qui a subordonné sa vie à l a m o u r, ne pouvait rester dans la mort. Dieu le Père a ressuscité Jésus! Nous aussi nous ressusciterons avec le Christ! Il ne s agit pas d une proclamation évidente, ni facile. Le monde est si content de son présent, tout au moins en apparence, de ce qui est en mesure d assurer ce qui lui semble utile pour étouffer la question de ce qui est définitif. Les hommes oublient tant l éternité que, distraits et absorbés, ils administrent l existante, en reportant ce qui viendra. Beaucoup se sont tacitement résignés à l habitude de naviguer à vue, au point d éliminer la réalité même du port qui les attend. Beaucoup sont tellement pris par le calcul cynique de leur survie que désormais, ils sont devenus indifférents et, souvent, imperméables à la possibilité même de la vie qui ne meurt pas. Et toutefois, nous sommes assaillis par des questions dont les réponses ne peuvent venir que d un avenir définitif. Elles sont, en effet, si complexes que nous ne saurons pas comment répondre en excluant ce «jour après le sabbat», en faisant abstraction de l horizon de l éternité qu il nous ouvre, en nous limitant à la logique amputée du présent fermé, dans lequel nous restons prisonniers sans la lumière de ce jour. Comment pourrions-nous affronter l ennui du présent si disparaissait en nous le sens d appartenance à la communauté du Ressuscité? Comment pourrions-nous donner au monde ce que nous avons de plus précieux? Serions-nous en mesure de rappeler la grandeur du destin humain, si s affaiblissait en nous le courage de subordonner notre vie à l amour qui ne meurt pas? Je pense aux défis dramatiques comme la mondialisation, qui rapproche ce qui est éloigné et, d a u t re part, sépare ce qui est proche; je p ense au phénomène historique des migrations qui bouleverse notre époque; je pense à l e n v i ro n n e m e n t naturel, jardin que Dieu a donné comme habitation à l être humain et aux autres créatures et qui est menacé par l exploitation myope et souvent prédatrice du travail humain; je pense à la dignité et à l avenir du travail humain, dont sont privées des générations entières, réduites à des statistiques; je pense à la désertification des relations, à la déresponsabilisation diffuse, au manque d intérêt pour l avenir, à la fermeture croissante et effrayante; à l égarement de tant de jeunes et à la solitude de nombreuses personnes âgées. Je suis certain que chacun de vous pourrait compléter ce catalogue de problèmes. Je ne voudrais pas me concentrer sur un tel agenda de devoirs, parce que je ne voudrais pas vous effrayer, ni m effrayer. Vous êtes encore en lune de miel! En tant qu Evêque de Rome qui, après un discernement difficile, a prêté sa voix faible afin Ministres de miséricorde La présence de 17 évêques de rite oriental «nous fait sentir plus proche le drame des chrétiens persécutés et de populations entières victimes de la guerre et de la violence, contraintes de migrer pour trouver un avenir ailleurs». C est ce qu a dit le cardinal Marc Ouellet, préfet de la Congrégation pour les évêques, dans le salut au Pape au nom des 108 prélats reçus en audience. Le cardinal a également assuré de la prière et de la réponse active des évêques aux appels du Pape afin «qu à chaque personne soit garantis les droits humains et, qu à tous les niveaux, on s engage pour la paix». Dans ce sens, le jubilé imminent de la miséricorde est également pour les évêques «un rappel à être inlassablement ministres de miséricorde et donc artisans de paix». que le Ressuscité vous unisse au collège épiscopal, j ai uniquement à cœur de vous confier, une fois de plus, à la joie de l Evangile. Les disciples se réjouirent de rencontrer ressuscité le «Pasteur qui accepta de mourir pour son troupeau». Réjouissez-vous vous aussi, tandis que vous vous dépensez pour vos Eglises particulières. Ne vous laissez pas dérober un tel trésor. Rappelezvous toujours que c est l Evangile qui vous préserve et donc n ayez pas peur de vous rendre partout et de vous entretenir avec ceux que le Seigneur vous a confiés. Comme j ai eu l occasion de l approfondir sans Evangelii gaudium, aucun milieu de la vie des hommes ne doit être exclu de l intérêt du cœur de pasteur (cf. nn ; Redemptoris missio, n. 33). Gardez-vous du risque de négliger les multiples réalités particulières de votre troupeau; ne renoncez pas aux rencontres; n épargnez pas la prédication de la Parole vivante du Seigneur; invitez tous à la mission. Des évêques pédagogues, des guides spirituels et des catéchistes Pour ceux qui vous sont familiers, qui fréquentent vos communautés et s approchent de l Eucharistie, je vous invite à devenir des évêques pédagogues, des guides spirituels et des catéchistes capables de les prendre par la main et de les faire gravir le mont Thabor (cf. Lc 9, 28-36), les guidant vers la connaissance du mystère qu ils professent, vers la splendeur du visage divin caché dans la Parole qu ils se sont sans doute habitués à écouter de façon passive, sans en percevoir la puissance. Pour ceux qui marchent déjà avec vous, procurez des lieux et installez des tentes dans lesquelles le Ressuscité puisse révéler sa splendeur. N épargnez pas votre énergie pour les accompagner dans la montée. Ne les laissez pas se résigner à la plaine. Enlevez avec délicatesse la cire qui se dépose lentement dans les oreilles, les empêchant d écouter Dieu qui atteste: Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie (cf. Mt 17, 5). C est la joie qui entraîne, qui enchante, qui ravit. Sans joie, le chrétien dépérit dans la fatigue, dans la pure fatigue. Prenez soin de vos prêtres, afin qu ils réveillent cet enchantement de Dieu chez les personnes, pour qu elles aient toujours envie de demeurer en Sa présence, qu elles aient la nostalgie de Sa compagnie, qu elles ne désirent rien d autre que de retourner près de Lui. Trop nombreuses sont les paroles vides qui éloignent les hommes d eux-mêmes, relégués dans l éphémère et limités au provisoire. Assurez-vous que Jésus, le bien-aimé de Dieu, soit la nourriture solide qui est continuellement ruminée et assimilée. Des évêques mystagogues En second lieu, j ai rappelé les «personnes baptisées mais qui ne vivent pas les exigences du baptême». Peutêtre a-t-on longtemps présumé que la terre, dans laquelle est tombée la graine de l Evangile, n avait pas besoin de soin. Certains se sont éloignés parce qu ils étaient déçus par les promesses de la foi ou parce que le chemin pour les atteindre leur a semblé trop exigeant. Un bon nombre sont sortis en claquant la porte, nous reprochant nos faiblesses et cherchant, sans y réussir entièrement, à se convaincre qu ils s étaient laissés tromper par des espérances finalement démenties. SUITEÀLAPA G E 6

6 page 6 L OSSERVATORE ROMANO jeudi 17 septembre 2015, numéro 38 Une invitation à être «proche des familles blessées», en témoignant de la miséricorde de Dieu «envers les personnes dont le mariage a échoué» a été adressée par le Pape aux participants au rassemblement mondial des Equipes Notre-Dame, reçus en audience dans la matinée du jeudi 10 septembre 2015 dans la salle Clémentine. Je suis heureux de vous accueillir, chers responsables et conseillers spirituels des Equipes Notre-Dame, à l occasion de votre rassemblement mondial. Cette rencontre que j ai la joie de vivre avec vous précède de quelques semaines le synode des évêques que j ai voulu réunir à Rome, afin que l Eglise se penche avec toujours plus d attention sur ce que vivent les familles, cellules vitales de nos sociétés et de l Eglise, et qui se trouvent, comme vous le savez, menacées dans le contexte culturel actuel difficile. Je vous demande à cette occasion, ainsi qu à tous les couples de vos équipes, de bien vouloir prier avec foi et ferveur, pour les pères synodaux et pour moi. Il est évident qu un mouvement de spiritualité conjugale comme le vôtre trouve toute sa place dans le soin que l Eglise veut apporter aux familles, tant par la croissance en maturité des couples qui participent à vos équipes, que par le soutien fraternel apporté aux autres couples auxquels ils sont envoyés. Je souhaiterais, en effet, insister sur ce rôle missionnaire des Equipes N o t re - D a m e. Chaque couple engagé reçoit beaucoup, certainement, de ce qu il vit dans son équipe, et sa vie conjugale s approfondit en se perfectionnant grâce à la spiritualité du SUITE DE LA PA G E 5 Soyez des évêques capables d intercepter leur chemin; faites-vous, vous aussi, pèlerins apparemment perdus (Lc 24, 13-35), en demandant ce qui s est passé dans la Jérusalem de leur vie et en les laissant discrètement épancher leur cœur transi. Ne vous scandalisez pas de leurs douleurs ou de leurs désillusions. Illuminez-les de la flamme humble, préservée en tremblant, mais toujours capable d éclairer celui qui est atteint par sa limpidité qui, toutefois, n est jamais aveuglante. Passez du temps à les rencontrer sur la route de leur Emmaüs. D ispensez des paroles qui leur révèlent ce qu ils sont encore incapables de voir: les potentialités cachées dans leurs désillusions mêmes. Guidezles dans le mystère qu ils portent sur les lèvres sans désormais reconnaître sa force. Plus que par les paroles, réchauffez leur cœur par une écoute humble et qui s intéresse à leur véritable bien, jusqu à ce que leurs yeux s ouvrent et qu ils puissent faire marche arrière et revenir à Celui dont ils s étaient éloignés. François reçoit les Equipes Notre-Dame Aller au-devant des familles blessées couples dans 81 pays Un mouvement laïc international qui compte douze mille cinq cents équipes dans 81 pays dans le monde entier, qui touche environ soixante trois mille couples et deux mille cinq cents veufs et veuves, avec l assistance spirituelle de plus de huit mille prêtres: en saluant le Pape François, José et Maria Berta Moura couple responsable international des Equipes Notre-Dame ont photographié la réalité du mouvement né à la fin des années 30 du siècle dernier à l initiative du père Henri Caffarel, qui répondit ainsi à l exigence de quatre jeunes couples de vivre leur amour à la lumière de la foi. Les époux ont également donné au Pape un ouvrage dans lequel est rassemblée toute l expérience du mouvement et où sont illustrés les points fondamentaux qui les guident dans leur engagement en vue de «renforcer la la famille à la lumière de l Evangile». mouvement. Mais, après avoir reçu du Christ et de l Eglise, le chrétien est irrésistiblement envoyé au dehors pour témoigner et transmettre ce qu il a reçu. «La nouvelle évangélisation doit impliquer que chaque baptisé soit protagoniste d une façon Rencontre avec les nouveaux évêques Rappelez-vous, je vous en prie, qu ils connaissaient déjà le Seigneur. Ils doivent toutefois le redécouvrir parce qu entre temps, leurs yeux se sont obscurcis. Aidez-les à reconnaître leur Seigneur, afin qu ils aient la force de retourner à Jérusalem. Et la foi de la communauté sera enrichie et confirmée par le témoignage de leur retour. Veillez à ce que ne s insinue pas dangereusement dans vos communautés cet orgueil des «fils aînés» qui les rend incapables de se réjouir avec celui qui «était perdu et qui est ret ro u v é» (Lc 15, 24). nouvelle» (Evangelii gaudium, n. 120). Les couples et les familles chrétiens sont souvent les mieux placés pour annoncer Jésus Christ aux autres familles, pour les soutenir, les fortifier et les encourager. Ce que vous vivez en couple et en famille Des évêques missionnaires En tant que pasteurs missionnaires du salut gratuit de Dieu, cherchez aussi ceux qui ne connaissent pas Jésus ou qui l ont toujours refusé. Allez dans leur direction, arrêtezvous devant eux et regardez, sans peur ni sujétions, dans quels arbres ils ont grimpé (cf. Lc 19, 1-10). N ayez pas peur de les inviter à descendre aussitôt, parce que le Seigneur veut entrer, précisément auj o u rd hui, dans leur maison. Faitesleur comprendre que le salut passe encore sous l arbre de leur vie, et dépêchez-vous de prendre le chemin de leur habitation, parfois pleine de choses vides de sens. Il n est pas vrai que nous pouvons faire abstraction de ces frères qui sont loin. Il ne nous est pas permis d effacer toute inquiétude pour leur sort. En outre, nous occuper de leur bien authentique et définitif pourrait ouvrir une brèche dans le périmètre muré dans lequel ils protègent jalousement leur autarcie. En voyant en nous le Seigneur qui les interpelle, peut-être auront-ils le courage de répondre à l invitation divine. Si cela se produisait, nos communautés seront enrichies de ce qu ils ont à partager et notre cœur de pasteur se réjouira de pouvoir répéter une fois de plus: «Au j o u rd hui, le salut est entré dans cette maison». Que cet horizon prévale dans votre regard de pasteur, à la veille de l année jubilaire de la miséricorde que nous nous apprêtons à célébrer. En vous donnant, ainsi qu à vos Eglises, la Bénédiction apostolique, je bénis avec une grande affection et gratitude Messieurs les cardinaux Marc Ouellet et Leonardo Sandri, les Congrégations qu ils président et l ensemble de leurs collaborateurs. accompagné par le charisme propre de votre mouvement, cette joie profonde et irremplaçable que le Christ Jésus vous fait expérimenter par sa présence dans vos foyers au milieu des joies et des peines, par le bonheur de la présence de votre conjoint, par la croissance de vos enfants, par la fécondité humaine et spirituelle qu il vous accorde, tout cela vous avez à en témoigner, à l annoncer, à le communiquer au dehors pour que d autres soient, à leur tour, mis sur le chemin. En premier lieu, j encourage donc tous les couples à mettre en pratique et à vivre en profondeur, avec constance et persévérance, la spiritualité que suivent les Equipes Notre-Dame. Je pense que les «points concrets d efforts» proposés sont vraiment des aides efficaces qui permettent aux couples de progresser avec assurance dans la vie conjugale sur la voie de l Evangile. Je pense en particulier à la prière en couple et en famille, belle et nécessaire tradition qui a toujours porté la foi et soutenu l espérance des chrétiens, malheureusement abandonnée en de nombreuses régions du monde; je pense aussi au temps de dialogue mensuel proposé entre époux le fameux et exigeant «devoir de s asseoir» qui va tellement à contre-courant des habitudes d un monde pressé et agité portant à l individualisme, moment d échange vécu dans la vérité sous le regard du Seigneur, qui est un temps précieux d action de grâce, de pardon, de respect mutuel et d attention à l autre; je pense enfin à la participation fidèle à une vie d équipe, qui apporte à chacun la richesse de l enseignement et du partage, ainsi que les secours et le réconfort de l amitié. Je souligne, au passage, la fécondité réciproque de cette rencontre vécue avec le prêtre accompagnateur. Je vous remercie, chers couples des Equipes Notre-Dame, d être un soutien et un encouragement dans le ministère de vos prêtres qui trouvent toujours, dans le contact avec vos équipes et vos familles, joie sacerdotale, présence fraternelle, équilibre affectif, et paternité spirituelle. En second lieu, j invite les couples, fortifiés par la rencontre en équipe, à la mission. Cette mission qui leur est confiée est d autant plus importante que l image de la famille telle que Dieu la veut, composée d un homme et d une femme en vue du bien des conjoints ainsi que de la génération et de l éducation des enfants est déformée par de puissants projets contraires sous-tendus par des colonisations idéologiques. Bien sûr, vous êtes déjà missionnaires par le rayonnement de votre vie de famille auprès de vos réseaux d amitié et de relations, et même audelà. Car une famille heureuse, équilibrée, habitée par la présence de Dieu parle d elle-même de l amour de Dieu pour tous les hommes. Mais je vous invite aussi à vous engager, si cela est possible, de manière toujours plus concrète et avec créativité sans cesse renouvelée, dans les activités qui peuvent être organi- SUITEÀLAPA G E 7

7 numéro 38, jeudi 17 septembre 2015 L OSSERVATORE ROMANO page 7 «Ad limina» des évêques du Portugal Des propositions convaincantes pour les jeunes Une invitation «à poursuivre l engagement d évangélisation» car une «formation authentiquement chrétienne de la conscience» est indispensable «également pour la maturation sociale du Portugal» a été adressée par le Pape aux évêques du Portugal, reçus en audience dans la matinée du lundi 7 septembre à l occasion de leur visite «ad limina Apostolorum». Au cours de la rencontre, François leur a adressé le discours suivant: Vénéré cardinal patriarche, bien-aimés frères dans l épiscopat! C est avec une joie fraternelle que je vous accueille et vous salue à l o ccasion de votre rencontre collégiale avec le Successeur de Pierre, en vous demandant de porter à tous les membres de vos circonscriptions ecclésiastiques mes salutations les plus cordiales, avec mes vœux de grande sérénité et de confiance dans le Seigneur. Quand les difficultés semblent cacher les perspectives d un avenir meilleur, quand on fait l exp é- rience de l échec ou du vide autour de soi, est venu le moment de l esp é- rance chrétienne, fondée sur le Seigneur ressuscité et accompagnée par un grand effort caritatif en faveur des plus indigents. Je me réjouis b eaucoup de voir l Eglise au Portugal attentive et solidaire au destin de son peuple, comme du reste vient de me le rapporter votre président, le cardinal Manuel Clemente, dans les paroles de salut cordiales qu ils m a adressées et dont je le remercie, en vous invitant à mon tour à poursuivre ensemble le chemin de l annonce du salut de Jésus Christ. Je vois, avec espérance, grandir la synodalité comme option de vie pastorale dans vos Eglises particulières, en cherchant à faire participer le plus grand nombre possible de ses membres à l œuvre incessante Audience aux Equipes Notre-Dame SUITE DE LA PA G E 6 d évangélisation et de sanctification des hommes. Je désire vous exprimer ma satisfaction pour le zèle pastoral et pour les multiples initiatives entreprises, individuellement et en tant que Conférence, pendant les années qui se sont écoulées depuis la visite ad Limina de 2007, des années dont le sommet a été l accueil que vous avez réservé au Pape Benoît XVI en mai L enquête générale successive sur la foi et les croyances de votre peuple s est révélée d une grande utilité en raison de son réalisme qui interpelle. Elle a eu une première réponse générale dans la Note pastorale Promover a renovação dapastoral da Igreja em Portugal (avril 2013), avec «les chemins écrivez-vous que nous nous proposons à présent de parcourir pour savoir mieux apporter le Christ à nos frères et nos frères au Christ». De vos compte-rendus quinquennaux j ai pu déduire, avec une authentique satisfaction, que les lumières dépassent les ombres: l Eglise qui vit au Portugal est une Eglise sereine, guidée par le bon sens, écoutée par la majeure partie de la population et par les institutions nationales, bien que sa voix ne soit pas toujours suivie. Le peuple portugais est bon, accueillant, généreux et religieux, il aime la paix et veut la justice; on y trouve un épiscopat uni fraternelle- sées pour accueillir former et accompagner dans la foi notamment les jeunes couples, avant comme après le mariage. Je vous exhorte aussi à continuer de vous faire proches des familles blessées, qui sont si nombreuses a u j o u rd hui, que ce soit en raison de l absence de travail, de la pauvreté, d un problème de santé, d un deuil, du souci causé par un enfant, du déséquilibre provoqué par un éloignement ou une absence, d un climat de violence. Il faut oser aller au-devant de ces familles, avec discrétion mais générosité, que ce soit matériellement, humainement ou spirituellement, en ces circonstances où elles se trouvent fragilisées. Enfin, je ne peux qu encourager les couples des Equipes Notre-Dame à être instruments de la miséricorde du Christ et de l Eglise envers les personnes dont le mariage a échoué. N oubliez jamais que votre fidélité conjugale est un don de Dieu, et qu à chacun de nous, il a aussi été fait miséricorde. Un couple uni et heureux peut comprendre mieux que tout autre, comme de l intérieur, la blessure et la souffrance que provoquent un abandon, une trahison, une faillite de l amour. Il importe donc que vous puissiez apporter votre témoignage et votre expérience pour aider les communautés chrétiennes à discerner les situations concrètes de ces personnes, à les accueillir avec leurs blessures, et à les aider à cheminer dans la foi et la vérité, sous le regard du Christ Bon Pasteur, pour prendre leur juste part dans la vie de l Eglise. N oubliez pas non plus la souffrance indicible des enfants qui vivent ces douloureuses situations familiales, vous pouvez beaucoup leur donner. Chères Equipes Notre-Dame, je vous renouvelle ma confiance et mes encouragements. La cause de béatification de votre fondateur, le Père Henri Caffarel est introduite à Rome, je prie pour que l Esprit Saint éclaire l Eglise dans le jugement qu elle aura un jour à prononcer à ce sujet. Je confie vos couples à la protection de la Vierge Marie et de saint Joseph, et je vous accorde, de grand cœur, la Bénédiction apostolique. ment; des prêtres, préparés spirituellement et culturellement, qui désirent apporter un témoignage toujours plus cohérent de vie intérieure vécue de manière évangélique, enracinée dans la prière et dans la charité; des hommes et des femmes consacrés qui, fidèles au charisme de leurs fon- dateurs respectifs, montrent à la société contemporaine la valeur éternelle de leur don total à Dieu à travers les conseils évangéliques de la pauvreté, de la chasteté et de l ob éissance, et qui collaborent à la pastorale d ensemble de chacune des Eglises particulières, selon les directives du document Mutuae relationes; des laïcs qui expriment à travers leur vie dans le monde, la présence efficace de l Eglise pour une authentique promotion humaine et sociale de la nation, se souvenant des indications suivantes du Concile Vatican II: «L apostolat dans le milieu social s efforce de pénétrer d esprit chrétien la mentalité et les mœurs, les lois et les structures de la communauté où chacun vit. Il est tellement le travail propre et la charge des laïcs que personne ne peut l assumer comme il faut à leur place. Sur ce terrain, les laïcs peuvent mener l apostolat du semblable envers le semblable. Là, ils complètent le témoignage de la vie par celui de la parole. C est là qu ils sont le plus aptes à aider leurs frères, dans leur milieu de travail, de profession, d étude, d habitation, de loisir, de collectivité locale» (Ap o s t o - licam actuositatem, n. 13). Dans cette harmonie d intentions de vivre la communion dans l Eglise et de contribuer à sa présence dans le monde, s ouvrent de multiples espaces pour des initiatives adaptées, en particulier pour ceux qui désirent vivre l expérience du volontariat dans les milieux de la catéchèse, de la culture, de l assistance aimante à l égard de leurs frères pauvres, exclus, invalides et âgés. En me réjouissant vivement de tout cela, je vous exhorte à poursuivre votre engagement en vue d une évangélisation constante et méthodique, complètement convaincus qu une formation authentiquement chrétienne de la conscience est une grande aide et indispensable également pour la maturation sociale et pour le véritable bien-être du Portugal. Avec une vive confiance en Dieu, ne perdez pas courage face à des situations qui suscitent des perplexités et vous causent de l amertume, comme certaines paroisses qui stagnent et qui ont besoin de raviver leur foi baptismale, qui pourra réveiller chez la personne et dans la communauté un authentique esprit de mission; des paroisses parfois centrées et fermées sur «leur» curé, auxquelles la carence de prêtres impose, entre autres, de s ouvrir à une logique plus dynamique et ecclésiale dans la communion; certains prêtres qui, tentés par l activisme pastoral, ne cultivent pas la prière et la profondeur spirituelle, essentielles pour l évangélisation; un grand nombre d adolescents et de jeunes qui abandonnent la pratique chrétienne, après le sacrement de la confirmation; un vide dans l offre paroissiale de formation chrétienne des jeunes après la confirmation, qui pourrait vraiment faire obstacle à de futures situations familiales irrégulières; enfin, le besoin d une conversion personnelle et pastorale de pasteurs et des fidèles afin que tous puissent dire avec vérité et joie: l Eglise est notre maison. Mes bien-aimés frères, nous ne pouvons tous être que préoccupés par cette fuite de la jeunesse, qui se produit précisément à l âge où il lui est donné de prendre en mains la direction de sa vie. Demandons-nous: pourquoi décide-t-elle ainsi? Décidet-elle ainsi parce qu elle n est pas intéressée par l offre reçue? L offre ne l intéresse-t-elle pas parce qu elle n apporte pas de réponse aux problèmes et aux interrogations qui la préoccupent aujourd hui? Ou n estce pas simplement parce que depuis longtemps, le vêtement de la première communion a cessé de lui servir et qu elle en a changé? Est-il possible que la communauté chrétienne insiste pour qu elle le porte encore? Son ami d alors, Jésus, a lui aussi grandi, il a pris la direction de sa vie, avec quelques incompréhensions avec ses parents (cf. Lc 2, 48-52), et il a embrassé les desseins du ciel pour Lui, en les menant à bien par abandon total entre les mains du Père (cf. Lc 23, 46). Je me souviens que, dans un moment de crise et d hésitation qui concerna ses amis et ses disciples et qui conduisit beaucoup d entre eux à déserter, Jésus demanda aux douze apôtres: «Voulez-vous partir, vous aussi?». Simon- Pierre lui répondit: «Seigneur, à qui irions-nous? Tu as les paroles de la vie éternelle. Quant à nous, nous croyons, et nous savons que tu es le Saint de Dieu (Jn 6, 67-69). La proposition de Jésus les avait convaincus; aujourd hui, notre proposition de Jésus ne convainc pas. Je pense que dans les textes préparés pour les années successives de catéchèse, la figure et la vie de Jésus sont bien présentées; peut-être est-il devenu SUITEÀLAPA G E 10

8 numéro 38, jeudi 17 septembre 2015 L OSSERVATORE ROMANO pages 8/9 A l occasion du congrès international de théologie, qui s est déroulé du 1 er au 3 septembre à Buenos Aires pour fêter le centenaire de la faculté de théologie de l université catholique argentine (UCA) fondée le 23 décembre 1915 par volonté de Benoît X V, le Pape François a envoyé le message suivant en espagnol aux participants. Je me réjouis de pouvoir être en contact avec vous à l occasion de cet événement aussi important pour notre Eglise en Argentine. Je vous remercie SUITE DE LA PA G E 1 Message pour le centenaire de la faculté de théologie de l université catholique argentine Le fleuve vivant de m avoir donné l opportunité de m unir à cette action de grâce pour célébrer les cent ans de la faculté de théologie de la UCA, en le reliant aux cinquante ans du Concile Vatican II. Vous vous êtes réunis pendant trois jours, en faisant de cette fête une occasion pour rappeler, pour retrouver la mémoire du passage de Dieu dans notre vie ecclésiale et pour faire de ce passage un motif de remerciement. La mémoire nous permet de nous rappeler d où nous venons et, en faisant ainsi, nous nous unissons aux nombreuses personnes qui ont tissé cette vie ecclésiale dans ses multiples événements, et assurément elles ont été nombreuses. Une mémoire qui nous pousse à découvrir, au milieu du chemin, que le peuple fidèle de Dieu n a pas été seul. Ce peuple en chemin a toujours pu compter sur l Esprit qui le guidait, le soutenait, l incitait de l intérieur et de l extérieur. Cette mémoire reconnaissante qui aujourd hui devient réflexion anime notre cœur. Elle ravive notre es- L urgence d une économie intégrale ticulière du théologien est d a r t i c u l e r, dans la mesure de ses capacités, les implications et la portée de cet amour, pas seulement au niveau individuel, mais également au niveau communautaire et social, s étendant même jusqu à l univers. Et ici, l on peut mettre en relation avec profit le message du Pape à l université catholique argentine et Laudato si. En effet, l un des thèmes majeurs de l encyclique est que tout est interconnecté, en relation. C est pour cela que, dans le quatrième chapitre, François parle du besoin urgent d une «écologie intégrale»: une écologie dans laquelle les hommes, la société et la nature même sont individuellement respectés et reçoivent ce qui est de leur ressort. Cette écologie intégrale comportera «une vision plus ample de la réalité» (n. 138). Pour soutenir et élaborer cette vision, François postule la nécessité de développer «une nouvelle synthèse» (n. 121). Le théologien amoureux de Jésus essayera d expliquer cet amour, essayera d articuler de façon plus explicite et précise qu une écologie (éco-logie) authentiquement catholique est fondée sur le Logos incarné, qui est à l origine de la création et qui, à travers le mystère pascal, porte la création à la plénitude dans la communion aimante. Le Logos en effet n est pas un quelconque principe cosmique impersonnel. Le Pape François, avec la tradition entière, rend témoignage de la profession typiquement chrétienne de l Incarnation de Dieu: le Verbe s est fait chair. Ainsi, aux théologiens réunis à Buenos Aires, il répète: «la doctrine chrétienne a un visage, elle a une chair, elle s appelle Jésus Christ». C est pourquoi il leur rappelle avec une ferveur simple, «qu il n y a qu un seul moyen pour faire de la théologie: à genoux». Et où le théologien se met-il le plus opportunément à genoux? Surtout dans l Eucharistie, comme un acte non seulement d adoration personnelle, mais de célébration communautaire, qui incarne une signification universelle. François écrit dans Laudato si : «Dans l Eucharistie, la création trouve sa plus grande élévation». Et il poursuit: «Dans l Eucharistie la plénitude est déjà réalisée; c est le centre vital de l univers, le foyer débordant d amour et de vie inépuisables. Uni au Fils incarné, présent dans l Eucharistie, tout le cosmos rend grâce à Dieu» (n. 236). Le fait que dans le chapitre conclusif de son encyclique, le Pape cite saint Bonaventure, mérite d être souligné (n. 233). De fait, aucun autre théologien que le saint franciscain dans la tradition occidentale n a fait de Jésus Christ le centre de sa synthèse théologique de manière si décisive et créative. Sans doute le défi auquel le Pape jésuite confronte audacieusement les théologiens est-il celui d élab orer, pour notre temps, une nouvelle synthèse théologique franciscaine. Si tel était le cas, Bonaventure constituerait un guide valable et sage pour une aventure théologique aussi fondamentale. pérance pour susciter aujourd hui la question que nos pères se sont posée hier: Eglise, que dis-tu de toi-même? Nous ne célébrons pas et nous ne rappelons pas deux événements mineurs, mais nous nous trouvons bien face à deux moments de forte conscience ecclésiale. Fêter les cent ans de la faculté de théologie signifie célébrer le processus de maturation d une Eglise particulière. C est célébrer la vie, l histoire, la foi du Peuple de Dieu qui marche sur cette terre et qui a cherché à «se comprendre» et à «se raconter» à partir de ses propres coordonnées. C est célébrer les cent ans d une foi qui cherche à réfléchir face aux particularités du Peuple de Dieu qui vit, qui croit, qui espère et qui aime en terre argentine. Une foi qui cherche à s enraciner, à s incarner, à se représenter, à s interpréterfaceàla viedesonpeupleet non en marge de celui-ci. Il me semble d une grande importance, et nous le soulignons sciemment, que d unir cet événement aux cinquante ans de la clôture du Concile Vatican II. Il n existe pas d Eglise particulière isolée, qui puisse dire qu elle est seule, comme si elle prétendait être la maîtresse et l unique interprète de la réalité et de l action de l Esprit. Il n existe pas de communauté qui ait le monopole de l interprétation ou de l inculturation. De même que, à l opp osé, il n existe pas une Eglise universelle qui tourne le dos, qui ignore, qui se désintéresse de la réalité locale. La catholicité exige, demande cette polarité dans une tension entre le particulier et l universel, entre l un et le multiple, entre le simple et le complexe. Annihiler cette tension va contre la vie de l Esprit. Toute tentative, toute recherche pour réduire la communication, pour rompre le rapport entre la Tradition reçue et la réalité concrète, met en danger la foi du peuple de Dieu. Considérer comme insignifiant l un des deux aspects signifie nous engager dans un labyrinthe qui ne sera pas porteur de vie pour notre peuple. Rompre cette communication nous conduira aisément à faire de notre vision, de notre théologie une idéologie. Je suis donc heureux que la célébration des cent ans de la faculté de théologie aille de pair avec la célébration des cinquante ans du Concile. Le local et l universel se rencontrent pour se nourrir, pour se stimuler dans le caractère prophétique dont chaque faculté de théologie est la porteuse. Rappelons les paroles du Pape Jean XXIII à un mois du début du Concile: «Pour la grands théologiens parce qu ils furent de grands pasteurs. L une des contributions principales du Concile Vatican II a été précisément de chercher à dépasser ce divorce entre théologie et pastorale, entre foi et vie. J ose dire qu il a révolutionné, dans une certaine mesure, le statut de la théologie, la manière de faire et de penser c ro y a n t e. Je ne peux pas oublier les paroles de Jean XXIII lors du discours d o u v e r t u re du Concile, quand il dit: «Une chose est la substance de l antique doctrine du Dépôt de la Foi, et une autre est la forme avec laquelle celle-ci est présentée». Nous devons affronter le travail, le difficile travail de distinguer le message de Vie de sa forme de transmission, de ses éléments culturels dans lesquels il a été codifié à une époque. Une théologie «répond aux interrogations d une époque et ne le fait jamais d une autre manière que dans ces mêmes termes, car ce sont ceux que vivent et avec lesquels parlent les hommes d une société» (Michel de Certeau, La faiblesse de c ro i re, n. 51). Ne pas effectuer cet exercice de discernement conduit d une manière ou d une autre à trahir le contenu du message. Cela a pour effet que la Bonne Nouvelle cesse d être nouvelle et surtout bonne, devenant une parole stérile, vidée de toute sa force créatrice, qui guérit et ressuscite, mettant ainsi en danger la foi des personnes de notre temps. L absence de cet exercice théologique ecclésial est une mutilation de la mission que nous sommes invités à réaliser. La doctrine n est pas un système clos, privé de dynamiques capables d engendrer des questions, des doutes, des interrogations. A l opposé, la doctrine chrétienne a un visage, a un corps, a une chair, elle s appelle Jésus Christ et c est sa Vie qui est offerte de génération en génération à tous les hommes et dans tous les lieux. Conserver la doctrine exige fidélité à ce qui est reçu et dans le même temps que l on tienne compte de l interlo cuteur, du destinataire, qu on le connaisse et qu on l aime. Cette rencontre entre doctrine et pastorale n est pas une option, elle est constitutive d une théologie qui entend être ecclésiale. Les questions de notre peuple, ses peines, ses combats, ses rêves, ses lutpremière fois dans l histoire, les pères du Concile appartiendront, en réalité, à tous les peuples et les nations, et chacun apportera sa contribution d intelligence et d expérience, pour guérir et soigner les cicatrices des deux conflits, qui ont profondément transformé la face de tous les pays» (D i s c o u rs - Me s s a g e s - Colloques, AAS 54, 1962, ). Il souligne ensuite que l une des principales contributions des pays en voie de développement dans ce contexte universel serait leur vision de l Eglise, et il poursuit ainsi: «L Eglise se présente telle qu elle est et veut être: l Eglise de tous et particulièrement l Eglise des pauvres». Il y a une image proposée par Benoît XVI qui me plaît beaucoup. Se référant à la tradition de l Eglise, il affirme qu elle «n est pas une transmission de choses ou de paroles, une collection de choses mortes. La Tradition est le fleuve vivant qui nous relie aux origines, le fleuve vivant dans lequel les origines sont toujours présentes» (Au d i e n c e g é n é ra l e, 26 avril 2006). Ce fleuve irrigue différentes terres, alimente différentes géographies, en faisant germer le meilleur de cette terre, le meilleur de cette culture. De cette manière, l Evangile continue à s incarner dans tous les lieux du monde, de manière toujours nouvelle (cf. Evangelii gaudium, n. 115). Tout cela nous conduit à réfléchir sur le fait que l on n est pas chrétiens de la même manière dans l Argentine d auj o u rd hui et dans l Argentine d il y a cent ans. En Inde et au Canada on n est pas chrétiens de la même manière qu à Rome. L une des tâches principales du théologien est donc de discerner, de réfléchir: que signifie être chrétiens a u j o u rd hui? «ici et à présent»; comment ce fleuve des origines réussit-il à Giacomo Manzù, «Le Pape Jean avec le camauro» (1960) irriguer cette terre et à se rendre visible et vivable? Comment rendre vivante la juste expression de saint Vincent de Lérins: «ut annis consolidetur, dilatetur tempore, sublimetur aetate» (Commonitorio primo, chap. XXIII). Dans cette Argentine, face aux multiples défis et situations que nous présente la multidiversité existante, l i n t e rc u l - turalité et les effets d une mondialisation uniformisante qui relativise la dignité des personnes en faisant d elles un bien d échange; dans cette Argentine, il nous est demandé de repenser à la manière dont le christianisme se fait chair, à la manière dont le fleuve vivant de l Evangile continue à se rendre présent pour étancher la soif de notre peuple. Et pour affronter ce défi, nous devons surmonter deux tentations possibles: tout condamner, en reprenant la phrase déjà célèbre: «le passé est toujours meilleur» et en nous réfugiant dans le conservatisme ou le fondamentalisme; ou bien, au contraire, tout consacrer, en niant toute autorité à tout ce qui n a pas une «saveur de nouveauté», en relativisant toute la sagesse reconnue par le riche patrimoine ecclésial. Pour surmonter ces tentations, il faut prendre le chemin de la réflexion, du discernement, prendre très au sérieux la tradition ecclésiale et très au sérieux la réalité, en les faisant dialoguer. Dans ce contexte, je pense que l étude de la théologie prend une très grande importance. Un service irremplaçable dans la vie ecclésiale. De nombreuses fois apparaît une opposition entre théologie et pastorale, comme s il s agissait de deux réalités opposées, séparées, qui n ont rien à voir l une avec l autre. De nombreuses fois nous identifions doctrinal avec conservateur ou rétrograde; et, à l opposé, nous pensons la pastorale à partir de l adaptation, de la réduction, du compromis. Comme s ils n avaient rien à voir entre eux. De cette manière, on fait naître une fausse opposition entre ceux qu on appelle les «pastoralistes» et les «académistes», ceux qui sont du côté du peuple et ceux qui sont du côté de la doctrine. On engendre une fausse opposition entre la théologie et la pastorale; entre la réflexion croyante et la vie croyante; la vie n a alors pas de place pour la réflexion et la réflexion ne trouve pas de place dans la vie. Les grands Pères de l Eglise, Irénée, Augustin, Basile, Ambroise, pour n en citer que quelques-uns, furent de SUITEÀLAPA G E 10 Ivo Dulčić, «Place avec personnes. Concile» ( ) A la lumière du Concile GI O VA N N I MARIA VIAN Le message vidéo du Pape pour le centenaire de la Faculté de théologie de l université catholique argentine, qui coïncide avec le cinquantième anniversaire de la conclusion du Concile Vatican II, constitue une réflexion importante sur la réalité de la foi et sur l Eglise. Et c est justement à la lumière du Concile que Jorge Mario Bergoglio intervient avec clarté sur la signification et sur la portée de la tradition chrétienne. La mémoire dit le Souverain Pontife nous permet de nous souvenir d où nous venons: ainsi, «nous nous unissons aux nombreuses personnes qui ont tissé cette histoire» et l on découvre que «le peuple fidèle de Dieu n a pas été seul», mais a toujours été accompagné par l Esprit. Et le Pape s inspire de l anniversaire de l institution argentine pour formuler des questions radicales, qui ne concernent pas uniquement les catholiques: Eglise, que distu de toi-même? Comment incarnes-tu ta foi a u j o u rd hui? Il n existe pas d Eglise particulière isolée dit le Souverain Pontife mais il n existe pas non plus une Eglise universelle qui tourne le dos et se désintéresse de la réalité locale: «La catholicité exige, requiert cette polarité en tension entre le particulier et l universel, entre l individuel et le multiple, entre le simple et le complexe». Une tension dynamique qui naît de l Esprit et qui ne doit pas être annulée, se reflétant dans la relation entre «tradition reçue et réalité concrète». Cette dynamique, caractéristique des événements du christianisme dans l histoire, fut bien présente lors des années du Concile, comme le soulignait Jean XXIII, cité par son successeur: «Pour la première fois dans l histoire, les pères du Concile appartiendront, en réalité, à tous les peuples et nations, et chacun apportera sa contribution d intelligence et d exp é- rience, pour guérir et soigner les cicatrices des deux conflits, qui ont profondément transformé la face de tous les pays». Une foi qui est enracinée dans la chair des histoires humaines, donc, où la tradition est un concept dynamique, selon une définition de Benoît XVI reprise par François: ce n est pas en effet comme beaucoup le croient et le prétendent «une transmission de choses ou de paroles, une collection de choses mortes. La tradition est le fleuve vivant qui nous relie aux origines, le fleuve vivant dans lequel les origines sont toujours présentes». Et Jorge Mario Bergoglio ajoute a u j o u rd hui: «Ce fleuve irrigue des différentes terres, alimente différentes géographies, en faisant germer le meilleur de cette terre, le meilleur de cette culture. De cette manière, l Evangile continue à s incarner dans tous les lieux du monde, de manière toujours nouvelle». En parfaite cohérence avec ses prédécesseurs, le Pape François désigne ensuite les tentations opposées du conservatisme fondamentaliste et de l ouverture indiscriminée à toute nouveauté: «Pour dépasser ces tentations, il faut prendre très au sérieux la tradition de l Eglise, et très au sérieux la Isabella Ducrot, «Vatican II» (2012) réalité» et les mettre en dialogue entre elles. Théologie et pastorale ne sont donc pas des réalités opposées ou séparées, tout comme la réflexion et la vie ne doivent pas être opposées chez celui qui croit. Et en cela souligne le Pape le Concile «a dans une certaine mesure révolutionné le statut de la théologie». Voilà pourquoi le théologien chrétien doit être le fils de son peuple, homme de foi celui qui «ne tente pas de développer en lui-même» les mêmes sentiments que le Christ, n est pas théologien et prophète, pour chercher une correspondance créatrice avec notre temps.

9 page 10 L OSSERVATORE ROMANO jeudi 17 septembre 2015, numéro 38 Centenaire de la faculté de théologie de l université catholique argentine SUITE DE LA PA G E 8 tes, ses préoccupations, possèdent une valeur herméneutique que nous ne pouvons ignorer si nous voulons prendre au sérieux le principe de l incarnation. Ses questions nous aident à nous interroger, ses interrogations nous interrogent. Tout cela nous aide à approfondir le mystère de la Parole de Dieu, Parole qui exige et demande à ce que l on dialogue, que l on entre en communion. Nous ne pouvons par conséquent ignorer notre peuple au moment de faire de la théologie. Notre Dieu a choisi ce chemin. Il s est incarné dans ce monde, traversé de conflits, d injustices, de violences; traversé d espérances et de rêves. Par conséquent, il ne nous reste pas d a u t re lieu où le chercher que ce monde concret, cette Argentine concrète, dans ses rues, dans ses quartiers, parmi sa population. Il est déjà en train de sauver, là-bas. Nos formulations de foi sont nées du dialogue, dans la rencontre, dans la confrontation, dans le contact avec les différentes cultures, communautés, nations, situations qui requéraient une plus grande réflexion face à ce qui n a pas été expliqué avant. C est pour cela que les événements pastoraux ont une valeur considérable. Et nos formulations de foi sont l expression d une vie vécue et exprimée ecclésialement. Chez un chrétien, il y a quelque chose de suspect lorsque celui-ci cesse d admettre le besoin d être critiqué par d autres interlocuteurs. Les personnes et leurs différentes conflictualités, les périphéries, ne sont pas une option, mais une nécessité pour une plus grande compréhension de la foi. Il est pour cela important de se demander: A qui pensons-nous lorsque nous faisons de la théologie? Quelles personnes avons-nous en face? Sans cette rencontre avec la famille, avec le Peuple de Dieu, la théologie court le grand risque de devenir une idéologie. Ne l oublions pas, l Esprit Saint chez le peuple qui prie est le sujet de la théologie. Une théologie qui ne naît pas en son sein a le parfum d une proposition qui peut être belle, mais qui n est pas réelle. Cela nous révèle le défi inhérent à la vocation du théologien, combien est stimulante l étude de la théologie et la grande responsabilité que l on assume en le faisant. A cet égard, je me permets de clarifier trois traits de l identité du théologien: 1. Le théologien est en premier lieu un enfant de son peuple. Il ne peut et ne veut pas se désintéresser des siens. Il connaît les gens, leur langue, leurs racines, leurs histoires, leur tradition. Il est l homme qui apprend à valoriser ce qu il a reçu, comme signe de la présence de Dieu, car il sait que la foi ne lui appartient pas. Il l a reçue gratuitement de la Tradition de l Eglise, grâce au témoignage, à la catéchèse et à la générosité de beaucoup de personnes. Cela le conduit à reconnaître que le Peuple croyant dans lequel il est né a une signification théologique qu il ne peut ignorer. Il sait qu il est «greffé» dans une conscience ecclésiale et s immerge dans ces eaux. 2. Le théologien est un croyant. Le théologien est quelqu un qui a fait l expérience de Jésus Christ et a découvert que sans lui, il ne peut pas vivre. Il sait que Dieu se rend présent, en tant que parole, silence, blessure, guérison, mort et résurrection. Le théologien est celui qui sait que sa vie est marquée de cette empreinte, par cette trace, qui a laissé ouvertes sa soif, son anxiété, sa curiosité, son existence. Le théologien est celui qui sait qu il ne peut pas vivre sans l objet/sujet de son amour et consacre sa vie à pouvoir le partager avec ses frères. N est pas théologien celui que ne peut dire: «je ne peux vivre sans le Christ», et par conséquent, celui qui ne veut pas le faire essaye de développer en lui les mêmes sentiments que le Fils. 3. Le théologien est un prophète. L un des grands défis du monde contemporain n est pas seulement la facilité avec laquelle l on peut faire abstraction de Dieu, mais socialement, l on a aussi fait un dernier pas. La crise actuelle est axée sur la capacité qu ont les personnes de croire en quoi que ce soit d a u t re qu elles-mêmes. La conscience individuelle est devenue la mesure de SUITE DE LA PA G E 7 toutes choses. Cela provoque une faille dans les identités personnelles et sociales. Cette nouvelle réalité provoque tout un processus d aliénation dû au manque de passé et par conséquent d avenir. C est pour cela que le théologien est le prophète, car il maintient vivante la conscience du passé et l invitation qui vient du futur. C est l homme capable de dénoncer toute forme aliénante parce qu il pressent, il réfléchit dans le fleuve de la Tradition qu il a reçue de l Eglise, l espérance à laquelle nous sommes appelés. Et à partir de ce regard, il invite à réveiller la conscience assoupie. Ce n est pas l homme qui s adapte, qui s habitue. Au contraire, c est l homme attentif à tout ce qui peut abîmer et détruire les siens. C est pourquoi il n y a qu une façon de faire de la théologie: à genoux. Ce n est pas seulement un acte miséricordieux de prière pour ensuite penser la théologie. Il s agit d une réalité dynamique entre pensée et prière. Une théologie à genoux est celle d oser penser en priant et de prier en pensant. Elle comporte un jeu, entre le passé et le présent, entre le présent et le futur. «Ad limina» des évêques du Portugal plus difficile de le rencontrer dans le témoignage de vie du catéchiste et de toute la communauté qui l envoie et le soutient, fondée sur les paroles de Jésus: «Je suis avec vous tous les jours, jusqu à la fin du monde» (Mt 28, 20). Qu Il soit là ne fait aucun doute; mais où le cachons-nous? Car si la proposition est Jésus Christ crucifié et ressuscité chez le catéchiste et dans la communauté, si Jésus se met en marche avec les jeunes et parle à leur cœu r, ces derniers s enflammeront certainement (cf. Lc 22, 15 et 32). Jésus marche avec les jeunes... Malheureusement la pensée dominante actuelle, qui considère l ê t re humain comme un apprenti-créateur de lui-même et totalement ivre de liberté, a des difficultés à accepter les concepts de vocation, au sens élevé d un appel qui parvient à la personne du Créateur de son être et de sa vie. Mais la vérité est que Dieu, en nous créant, sans aucun doute libres dans notre existence, prédispose dans un certain sens notre essence, en la pensant et en la dotant des capacités demandées, pour une mission concrète au service de l humanité qu Il aime. Et il nous aime trop pour nous abandonner au hasard et au manque de bien. C est pourquoi notre bonheur dépend pleinement du fait que nous sachions identifier et suivre l appel à cette mission. Cette liberté prédisposée au plus profond de notre être pour un bien déterminé est définie par le monde comme une contradiction et, dans son calcul de probabilité, celui-ci ne voit aucune possibilité d aller finir à la place exacte qu un Etre infini nous aurait attribuée. Mais le monde se trompe, car Il «s est penché sur l humilité de sa servante et il a fait de grandes choses en Elle». Ces paroles traduisent la certitude d une jeune bénie, mais qui voyait la même miséricorde que Dieu lui adressait s étendre «d âge en âge sur ceux qui le craignent» (cf. Lc 1, 48-50). Il n y a aucune raison pour qu une personne, quelle qu elle soit, s exclue toute seule de ce regard tendre de Dieu sur son humble créature. «Une femme peut-elle oublier son nourrisson, ne plus avoir de tendresse pour le fils de ses entrailles? Même si elle l oubliait, moi, je ne t oublierai pas» (Is 49, 15). Jésus marche avec le jeune... Au catéchiste et à toute la communauté il est demandé de passer du modèle scolaire au modèle catéchuménal: pas seulement des connaissances cérébrales, mais aussi une rencontre personnelle avec Jésus Christ, vécue dans une dynamique vocationnelle selon laquelle Dieu appelle et l être humain répond. «J étais encore dans le sein maternel quand le Seigneur m a appelé... pour que je sois son serviteur..., que je lui ramène Jacob, que je lui rassemble Israël. Oui, j ai de la valeur aux yeux du Seigneur, c est mon Dieu qui est ma force» (Is 49, 1 et 5). L Eglise au Portugal a besoin de jeunes capables de donner une réponse à Dieu qui les appelle, pour avoir à nouveau des familles chrétiennes stables et fécondes, pour avoir à nouveau des hommes et des femmes consacrés qui quittent tout pour le trésor du Royaume de Dieu, pour avoir à nouveau des prêtres immolés avec le Christ pour leurs frères et leurs sœurs. Nous avons tellement de jeunes au chômage, alors que le Royaume de Dieu manque d ouvriers et de serviteurs... Dieu ne peut pas vouloir cela. Que se passe-t-il donc? «Parce Entre le déjà et le pas encore. C est une réciprocité entre la Pâque et tant de vies non réalisées qui se demandent: Où est Dieu? C est la sainteté de pensée et la lucidité priante. C est, avant tout, l humilité qui nous permet de placer notre cœur, notre esprit en harmonie avec le «Deus semper maior». Nous ne devons pas avoir peur de nous mettre à genoux devant l autel de la réflexion et de le faire avec «les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes d auj o u rd hui, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent» (Gaudium et spes, n. 1), face au regard de Celui qui rend toute chose nouvelle (cf. Ap 21, 5). Alors nous nous insérerons toujours plus dans ce peuple croyant qui prophétise, un peuple croyant qui annonce la beauté de l Evangile, peuple croyant qui «ne maudit pas, qui est accueillant et sait réaliser la vie en la bénissant. Il cherche ainsi une correspondance créatrice avec les problèmes de notre époque» (Olivier Clément, Un ensayo de lectura ortodoxa de la Constitución, n. 651). que personne ne nous a embauchés» (Mt 20, 7). Nous devons donner une dimension vocationnelle à un parcours catéchétique global qui puisse s étendre aux divers âges de l être humain, de manière à ce qu ils soient tous une réponse au Dieu bon qui appelle: encore dans le sein de notre mère, il a appelé à la vie et notre être s est présenté à la vie; et une fois terminée son étape terrestre, il devra répondre de tout son être à cet appel: «Serviteur bon et fidèle... entre dans la joie de ton Seigneur» (Mt 25, 21). Bien-aimés frères, que le zèle apostolique et l esprit d initiative ne vous manquent pas pour rejoindre cet objectif, grâce à l effort humain lié à l efficacité de l aide divine. Jésus a dit: «Celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais» (Jn 14, 12), malgré notre totale indignité, malgré notre faiblesse humaine. Même les apôtres étaient des hommes faibles. Même Pierre était un homme faible. Qu il y ait donc un effort de collaboration, c e s t - à - d i re de toute l Eglise, car c est à l Eglise que le Seigneur a assuré sa présence constante et son assistance infaillible. Après cette visite ad limina, reprenez votre chemin avec un engagement renouvelé, en apportant à tous l assurance de ma solidarité fraternelle et de mon empathie. Je partage vos inquiétudes et vos espérances, vos préoccupations et vos joies; avec vous et pour vous j invoque la Très Sainte Vierge, vers laquelle ne cesse de tendre votre cœur avec un amour filial. Et n oubliez pas de prier pour moi. Je vous confirme mon affection fraternelle et je vous donne ma Bénédiction apostolique, avec laquelle j entends embrasser également les fidèles confiés à vos soins pastoraux.

10 numéro 38, jeudi 17 septembre 2015 L OSSERVATORE ROMANO page 11 Lundi 7 septembre Pe r s é c u t é s parce que chrétiens L horreur pour la persécution qui a lieu aujourd hui dans le monde, avec des terroristes qui égorgent les chrétiens dans le «silence complice de nombreuses puissances», est commencée précisément contre Jésus et a rythmé l histoire de l Eglise. Voilà pourquoi «il n y a pas de christianisme sans martyre». Et le témoignage de la communauté arménienne, «persécutée pour le simple fait d être chrétienne», doit faire trouver à chacun le même courage que ces martyrs, dans le cas où «un jour la persécution aurait lieu ici». Durant la célébration de la Messe a eu lieu la signification de la «ecclesiastica communio» accordée au nouveau patriarche de Cilicie des Arméniens, Grégoire Pierre XX Ghabroyan. Le patriarche et le cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales, ont concélébré la Messe avec le Pape. Pour sa réflexion sur le martyre, en plus de la présence des chrétiens arméniens, François s est inspiré avant tout de l extrait évangélique de Luc (6, 6-11). En un mot, les docteurs de la loi se mirent à réfléchir à une façon de tuer le Seigneur. Et bien souvent, a précisé le Pape, cette scène se répète dans l Evangile. Ainsi, ces docteurs de la loi n adoptent pas un comportement du type: «nous ne sommes pas d accord, parlons-en». Ce qui prévaut chez eux, au contraire, «est la colère: ils ne peuvent la dominer et commencent leur persécution à l encontre de Jésus, jusqu à la mort». Saint Paul aussi, «disciple fidèle du Seigneur, endure la même chose». La route de Paul est «la même que Jésus: la tête de l Eglise est suivie par son corps, l Eglise». Et «L Eglise est du reste p ersécutée depuis les premiers jours». Mais jusqu à quand le sera-t-elle? Certainement «jusqu à aujourd hui». En effet, «aujourd hui aussi, de nombreux chrétiens, sans doute plus que lors des premiers temps, sont persécutés, tués, chassés, spoliés pour le simple fait d être chrétiens». François a répété qu il «n y a pas de christianisme sans persécution». Et il a suggéré de faire mémoire de la «dernière des béatitudes: quand ils vous emmèneront dans les synagogues, vous persécuteront, vous insulteront: tel est le destin du chrétien». Je veux en particulier «rappeler auj o u rd hui l une des nombreuses grandes persécutions, celle du peuple arménien, à l occasion de notre communion. Un peuple, la première nation à s être convertie au christianisme, la première à être persécutée pour le seul fait d être chrétienne». «A u j o u rd hui dans les journaux, a-til affirmé en relançant les tragiques questions d actualité, nous ressentons de l horreur pour ce que font certains groupes terroristes, qui égorgent les gens juste parce qu ils sont chrétiens». François a invité à penser «à ces martyrs égyptiens, dernièrement, sur les côtes libyennes: ils ont été égorgés alors qu ils prononçaient le nom de Jésus». Et en revenant au sujet des Arméniens, il a expliqué que ce peuple «a été persécuté, chassé de sa patrie, sans aide, dans le désert». «Aujourd hui, l Evangile nous raconte précisément ou a commencé cette histoire: avec Jésus». Dans cette perspective, le Pape s est adressé directement aux Arméniens: «a u j o u rd hui, je voudrais, en ce jour de notre première Eucharistie, en tant que frères évêques et à toi, mon frère patriarche, et à vous tous, évêques, fidèles et prêtres arméniens, vous embrasser et rappeler cette persécution que vous avez subie, et rappeler vos saints, tant de saints sont morts de faim et de froid, dans la torture et dans le désert, pour le fait d ê t re Messes à Sainte-Marthe chrétiens». François a prié le Seigneur afin qu il «nous donne la conscience de regarder là-bas ce que Paul dit» et «qu il nous donne une pleine intelligence pour connaître le mystère de Dieu qui est en Christ». «Le Seigneur nous fait sentir aujourd hui, dans le corps de l Eglise, l amour envers nos martyrs et aussi notre vocation martyriale. Nous ne savons pas ce qu il se passera ici: Nous ne le savons pas!». Mais «que le Seigneur nous donne la grâce, si un jour cette persécution devait avoir lieu ici, du courage du témoignage qu ont eu tous ces chrétiens martyrs, spécialement les chrétiens du peuple arménien». M a rd i 8 septembre Dans le petit il y a tout «Dans le petit il y a tout». Le style de Dieu qui agit dans les petites choses mais qui nous ouvre de grands horizons a été au centre de la Messe célébrée en la mémoire liturgique de la nativité de Marie. En rappelant le texte de la collecte prononcée peu auparavant dans lequel on demande au Seigneur «la grâce de l unité et de la paix le Message du Pape au président du CCEE A la source de l identité chrétienne Le Pape a adressé un message au président du Conseil des Conférences épiscopales européennes (CCEE), le cardinal Peter Erdö, archevêque d Esztergom-Budapest (Hongrie), à l occasion de l assemblée plénière du CCEE qui s est déroulée du 11 au 16 septembre à la Domus Galilae, sur le mont des Béatitudes, en Israël. C était la première fois dans l histoire du CCEE qu une plénière se déroulait en Terre Sainte, mais c était aussi la première fois dans l histoire récente du christianisme qu un aussi grand nombre d évêques européens se retrouvaient là ensemble à l invitation du patriarche de Jérusalem, S.B. Fouad Twal. Je vous adresse mes salutations fraternelles et tous mes vœux, ainsi qu à tous les membres du Conseil des Conférences épiscopales d Europe réunis en Terre sainte du 11 au 16 septembre Puisque vous vous retrouvez pour réfléchir sur la vie de l Eglise dans vos pays, je prie afin que le temps passé ensemble soit avant tout un temps fort de prière et de solidarité. Puisse votre repos dans le Seigneur vous renouveler dans la sainteté de vie et dans le zèle apostolique à l égard de ceux qui sont confiés à vos soins. Puisse-til aussi raviver la fraîcheur de l Evangile d où «surgissent de nouvelles voies, des méthodes créatives, d autres formes d expression, des signes plus éloquents, des paroles chargées de sens renouvelé pour le monde d a u j o u rd hui» (Evangelii gaudium, 11). Je confie spécialement à vos prières le prochain synode général, pour que l Eglise puisse répondre de manière toujours plus urgente et généreuse aux besoins de la famille. J invoque l intercession de Marie, notre Mère, et j envoie de tout cœur à chacun ma bénédiction apostolique, en gage de sagesse et de force en Jésus Christ notre Seigneur. Pape a porté son attention sur deux verbes déjà mis en évidence dans les homélies des «jours derniers»: réconcilier et pacifier. La réflexion de François est partie du concept de «petit», ce «petit» dont il est question dans la première lecture (Mi 5, 1-4): «Et toi Bethléem, Ephrata, le plus petit...». «Le plus petit: mais tu seras grande, parce que de toi naîtra ton guide, et il sera la paix. Lui-même sera la paix», parce que de ce «petit» «vient la paix». Voilà le style de Dieu, qui «choisit les petites choses, les choses humbles pour faire de grandes œuvres». Le Seigneur «est le Grand» et nous «nous sommes les petits», mais le Seigneur «nous conseille de devenir petits comme les enfants pour pouvoir entrer dans le royaume des cieux», où «les grands, les puissants, les hautains, les orgueilleux ne pourront pas entrer». Dieu, donc, «réconcilie et pacifie dans le petit». Le Pape a ensuite affronté le deuxième concept, selon lequel le Seigneur réconcilie «également sur le chemin: en marchant». Il a expliqué: «Le Seigneur n a pas voulu pacifier et réconcilier avec la baguette magique: aujourd hui pouf tout est fait! Non. Il s est mis en chemin avec son peuple». Un exemple de cette action de Dieu se retrouve dans l évangile du jour (Mt 1, ). Un passage, celui de la généalogie de Jésus, qui peut sembler un peu répétitif. Pourtant, «c est le chemin de Dieu: le chemin de Dieu parmi les hommes, bons et méchants, parce que dans cette liste il y a des saints et il y a des criminels pécheurs». Une liste donc, où l on rencontre aussi «beaucoup de péchés». Toutefois, «Dieu n a pas peur: il marche. Il marche avec son peuple. Et sur ce chemin, il fait croître l espérance de son peuple, l esp é- rance dans le Messie». Voilà la «proximité» de Dieu. Pour «marcher en chrétiens», pour «pacifier» et «réconcilier» comme l a fait Jésus, nous avons la voie: «Avec les béatitudes et avec ce protocole sur lequel nous serons tous jugés. Matthieu 25: Faites ainsi: des petites choses». Cela signifie: «dans le petit et sur le chemin». Le Pape a alors ajouté un autre élément. Le peuple d Israël «rêvait de la libération», il avait «ce rêve parce que cela lui avait été promis». Même «Joseph rêvait» et son rêve «est un peu comme le résumé du rêve de toute cette histoire de chemin de Dieu avec son peuple». Mais «Joseph n est pas le seul à avoir des rêves: Dieu rêve. Notre Père Dieu a des rêves, et rêve de choses belles pour son peuple, pour chacun de nous, parce qu il est Père et étant Père, il pense et rêve le meilleur pour ses fils». En conclusion: «Ce Dieu tout-puissant et grand, nous enseigne à réaliser la grande œuvre de pacification et de réconciliation dans le petit, dans le chemin, en ne perdant pas l esp érance avec cette capacité» de faire «de grands rêves», d avoir «de grands horizons».

11 page 12 L OSSERVATORE ROMANO jeudi 17 septembre 2015, numéro 38 Audience aux participants à la rencontre sur «Justice environnementale et changements climatiques» Le cri de la terre et des pauvres «Une alliance authentique pour parvenir à des accords sur l e n v i ro n n e m e n t réellement significatifs»: telle est la proposition lancée par le Pape François «face à l urgence des changements climatiques» et en vue des «rendez-vous cruciaux» des prochains mois, en particulier l approbation des objectifs de développement durable de la part des Nations unies et la Conférence de Paris. C est ce qu a dit le Pape en recevant en audience, dans la matinée du vendredi 11 septembre, dans la salle Clémentine, les participants à la rencontre sur «Justice environnementale et changements climatiques» promue par la Fondation pour le développement d u ra b l e. Mesdames et Messieurs, bonjour et bienvenue! Je remercie M. Ronchi et M. Caio d avoir introduit notre rencontre; et je vous remercie tous d avoir collaboré à cette rencontre internationale, consacrée à un thème dont l imp ortance et l urgence ne peuvent être exagérées. Le climat est un bien commun, aujourd hui gravement menacé: c est ce qu indiquent des phénomènes comme les changements climatiques, le réchauffement planétaire et l augmentation des événements météorologiques extrêmes. Ce Nous publions ci-dessous un extrait de l intervention du cardinal-archevêque de Tegucigalpa (Honduras) qui a été lue vendredi 11 septembre à Rome, au cours du Congrès sur «Justice environnementale et changements climatiques», qui s est déroulé à l Institut Au g u s t i n i a n u m. OSCAR ANDRÉS RODRÍGUEZ MARADIAGA Il y a des raisons de croire que la Conférence des Parties ou COP21, à Paris, marquera un avant et un après dans la lutte contre les changements climatiques, grâce à la réalisation d un engagement définitif et contraignant pour réduire les émissions polluantes dans l atmosphère à partir de Même si nous savons que le temps à notre disposition pour réagir est en train de se réduire, on peut encore trouver un accord qui conduise à un «traité global», car les conséquences d un réchauffement de la terre influenceront aussi bien les pays qui ont les ressources pour les affronter, que ceux qui ne les ont pas. Ce qui sera décidé à Paris, avec un peu de chance, constituera un plan ambitieux pour réduire de manière significative les émissions polluantes, qui diminueront au cours des sont des thèmes qui font l objet d une grande attention de la part des médias et de l opinion publique, et autour desquels sont en cours des débats scientifiques et politiques animés, qui ont fait apparaître un large consensus, bien que non unanime. Pourquoi et comment s en occuper? Nous ne pouvons pas oublier les graves implications sociales des changements climatiques: ce sont les plus pauvres qui en pâtissent le plus les conséquences! Pour cela comme le souligne à raison le thème de cette rencontre la question du climat est une question de justice; et aussi de solidarité, qui ne doit jamais être séparée de la justice. C est la dignité de chacun qui est en jeu, en tant que peuples, en tant que communauté, en tant qu hommes et femmes. La science et la technologie placent entre nos mains un pouvoir sans précédent: il est de notre devoir, envers l humanité tout entière et en particulier envers les plus pauvres et les générations futures, de l utiliser pour le bien commun. Notre génération réussira-t-elle à «rester dans les mémoires pour avoir assumé avec générosité ses graves responsabilités»? (Laudato si, n. 165). Même parmi les nombreuses contradictions de notre temps, nous avons des raisons suffisantes d alimenter l espérance d y parvenir. Et nous devons nous laisser guider par cette espérance. En remplissant cet engagement, je souhaite à chacun de vous de faire l expérience du goût de participer à des actions qui transmettent la vie. La joie de l Evangile réside également là. De quelle façon pouvons-nous exercer notre responsabilité, notre Vers la Conférence internationale de décembre Avant et après Paris vingt, trente et quarante prochaines années. Ces derniers mois, dans les divers discours du Pape François, est apparue de manière évidente sa préoccupation pour l environnement. Le dernier exemple est l encyclique Laudato si, la première encyclique qui contient des données scientifiques. Le document place la science et le progrès à côté de la foi et de l éthique. Les recommandations et les réflexions du Pape sont valables pour les croyants et les non croyants, étant donné que la préoccupation pour la planète concerne nous tous qui l habitons. Face à la dégradation de l e n v i ro n n e m e n t mondial, François s adresse à chaque personne qui vit sur cette planète, en entrant en dialogue avec tous. François affirme, dans son encyclique, que la destruction de l environnement humain est quelque chose de très grave, non seulement parce que Dieu a donné le monde à l homme, mais aussi parce que sa vie est un don qui doit être protégé des diverses formes de dégradation. Toute prétention de prendre soin et d améliorer le monde comporte de profonds changements dans les «styles de vie, dans les modèles de production et de consommation, dans les structures consolidées de pouvoir qui aujourd hui dirigent les sociétés». Mais, surtout, le Pape François évoque la figure de saint François d Assise. En lui on voit jusqu à quel point la préoccupation pour la nature, la justice pour les pauvres, l engagemement pour la société et la paix intérieure sont inséparables. Son témoignage montre aussi qu une écologie globale demande une ouverture à des catégories qui transcendent le langage des mathématiques ou de la biologie et nous relient à l essence de l être humain. Si nous nous appro- SUITE À LA PA G E 14 solidarité, notre dignité de personnes et de citoyens du monde? Chacun est appelé à répondre personnellement, dans la mesure de ses compétences, sur la base du rôle qu il occupe dans la famille, dans le monde du travail, de l économie et de la recherche, dans la société civile et dans les institutions. En ne déployant pas de recettes peu réalistes: personne n en a! Mais en offrant plutôt ce qu il a compris au dialogue et en acceptant que sa contribution soit remise en question: une contribution est demandée à tous en vue d un résultat qui ne peut être que le fruit d un travail commun. Le grand ennemi ici, est l hyp o crisie. Votre rencontre représente à juste titre un exemple de la pratique de ce dialogue, que, dans l encyclique Laudato si, j ai proposé comme unique voie pour affronter les problèmes de notre monde et chercher des solutions véritablement efficaces. Cela me semble un signe véritablement éloquent, et même providentiel, qu à cette rencontre participent des représentants importants provenant de «mondes» différents: la religion et la politique, l activité économique et la recherche scientifique dans de multiples secteurs, les organisations internationales et celles engagées dans la lutte contre la pauv re t é. Pour porter du fruit, ce dialogue a besoin d être inspiré par une vision aussi transparente qu ample, et de se poursuivre selon une approche intégrale, mais surtout participative, en incluant toutes les parties concernées, même celles qui restent plus facilement en marge des processus institutionnels. J adresse à tous une invitation pressante à accomplir tous les efforts, afin que lors des débats au cours desquels on cherche la façon de résoudre l unique et complexe crise socio-environnementale, les plus pauvres, parmi les pays et parmi les êtres humains, puissent faire entendre leur voix: cela aussi est un devoir de justice environnementale. Face à l urgence des changements climatiques, et le regard tourné vers les rendez-vous cruciaux qui les affronteront au cours des prochains mois l approbation des objectifs de développement durable de la part des Nations unies à la fin de ce mois et surtout la COP 21 de Paris au début du mois de décembre je voudrais proposer que ce dialogue devienne une authentique alliance pour parvenir à des accords sur l environnement réellement significatifs. Sur ce parcours, vous pouvez compter sur mon soutien personnel, ainsi que sur celui de toute l Eglise, à partir de celui, indispensable, de la prière. J offre dès à présent au Seigneur notre effort commun, en lui demandant de le bénir afin que l humanité entende enfin le cri de la terre a u j o u rd hui, notre mère terre est parmi les nombreux exclus qui crient vers le Ciel pour recevoir une aide! Notre mère terre est une exclue!, également le cri de la terre, notre mère et sœur, et des plus pauvres parmi ceux qui l habitent, et en prenne soin. De cette façon, la création se rapprochera toujours plus de la maison commune que l unique Père a imaginée comme don pour la famille universelle de ses créatures. Je demande pour vous tous la bénédiction de Dieu. Merci.

12 numéro 38, jeudi 17 septembre 2015 L OSSERVATORE ROMANO page 13 Bicentenaire de la mort de saint Gabriel Taurin Dufresse martyr en Chine Fidèle au Christ les fers aux pieds Le 14 septembre, l Eglise universelle a fêté le bicentenaire d un saint martyr des Missions étrangères de Paris, saint Gabriel Taurin Dufresse ( ). Nous publions ci-dessous de larges extraits d une réflexion publiée dans le numéro 507 d août 2015 de la Revue des Missions étrangères de Paris. C est grâce au zèle des prêtres français et chinois ainsi qu au service très dynamique de catéchistes chinois, que les chrétiens de la province du Sichuan au sud-ouest de la Chine atteignire n t le nombre de à la fin du XVIII e siècle. Une quinzaine de prêtres chinois furent ordonnés. En 1776, Mgr Pottier accueillait le père Gabriel Taurin Dufresse, prêtre des Missions étrangères, qui jouera un grand rôle au service de la mission. JEAN CHARBONNIER Gabriel-Taurin Dufresse est né le 8 décembre 1750 à Lezoux, Puy-de- Dôme. D abord, élève au collège de Riom près de Clermont-Ferrand, il poursuit ses études à Paris à Louisle-grand puis au séminaire de Saint- Sulpice. En 1774, il entre comme diacre au séminaire des Missions étrangères et est ordonné prêtre la même année le 17 décembre. Un an plus tard, le 4 décembre 1775, il s embarque pour la province chinoise du Sichuan. Arrivé sur le terrain fin 1775, le père Dufresse (Li Duolin de son nom chinois) passe d abord neuf ans à s initier à la langue et à visiter les chrétiens dispersés dans le nord de la province. Surveillé de près en 1784, il réussit à s évader, parcourant la forêt et les montagnes seul de nuit et trouvant refuge chez des chrétiens de confiance. Mais l évêque coadjuteur, Mgr de Saint Martin, lui fait parvenir une lettre l invitant à se livrer pour éviter que les perquisitions ne mènent à découvrir les autres missionnaires et que la persécution ne s étende aux chrétiens chinois (A. Launay, Histoire des Missions de Chine. Paris Téqui Mission du Se- Tchoan vol. 1, p. 579). En 1784, l Empereur Qianlong ordonne des perquisitions en vue de découvrir les étrangers qui se sont infiltrés clandestinement dans l Empire. Cette année-là, quatre franciscains envoyés par la Sacré Congrégation de la Propagande dans la mission du Shaanxi au nord ouest de la Chine ont pu traverser incognito les provinces du Guangdong et du Jiangxi. Mais, arrivés aux frontières du Hou kouang, ils sont trahis par un apostat qui compte empocher une récompense. Cet incident se produit à un moment où des révoltes musulmanes menacent l o rd re impérial. Les quatre religieux arrêtés deviennent ainsi facilement suspects de connivence avec les rebelles. Tous les étrangers qui travaillent dans l ombre à diffuser leur religion perverse sont également mis en cause. Emprisonné à Chengdu en février 1785, le père Dufresse est ensuite transféré à Pékin avec deux confrères français dont Mgr de Saint Martin. Ils sont libérés en novembre de la même année. Mais ils doivent rester sous surveillance à Pékin ou bien quitter le pays par Macao. Ils choisissent de se rendre à Macao et de là, aux Philippines. Trois ans plus tard, Dufresse et Saint- Martin réussissent à quitter Manille à bord d une frégate française qui les mène à Macao. Ils s habillent en civil pour ne pas éveiller la curiosité de l équipage et provoquer des indiscrétions chez les Chinois. De là, les deux pères réussissent à gagner Chengdu le 14 février Mgr Pottier garde auprès de lui son coadjuteur et confie au père Dufresse (qui se fait désormais appelé Xu Dexin) la responsabilité pastorale du Sichuan oriental et de la province du Guizhou située plus au sud. Nommé pro-vicaire en 1793 puis coadjuteur en 1800, il est sacré évêque le 25 juillet 1800 à Chengdu. Malgré l insécurité et de multiples déboires, l Eglise au Sichuan est alors relativement prospère. L exp é- rience pastorale accumulée au cours du XVIII e siècle pouvait permettre d établir un directoire général des conditions de la vie chrétienne et du ministère des sacrements. En septembre 1803, Mgr Dufresse réunit à Chongqing-zhou, à environ 40 km à l ouest de Chengdu, le premier synode de Chine. Les participants sont treize prêtres chinois et les deux Français Mgr Dufresse et le père J.L. Florens. Les décisions concernent surtout la pastorale des sacrements. Le chapitre 10 porte sur le ministère des prêtres, recommandant ferveur de vie spirituelle et discrétion dans les affaires temporelles. Les dispositions du synode du Sichuan guideront l apostolat dans cette province et en bien d autres régions de Chine jusqu au Concile de Shanghai en La période d accalmie qui permet la tenue du synode n est pas de longue durée. En 1805, l Empereur Jiaqing adopte une ligne plus dure et déclenche une persécution. Le père Adéodat, procureur des Augustins italiens, avait confié à un chrétien chinois des lettres et une carte de la province du Shandong destinée à aider la S.C. de la Propagande à délimiter les territoires des missions italiennes et portugaises. Les mandarins croyant à une préparation pour la conquête de leur pays par les Européens, saisissent les missionnaires. Interrogés, ceux-ci font des réponses évasives et insatisfaisantes, car ils évitent de révéler ce problème de juridiction. Ils renforcent ainsi la thèse du complot. Les mandarins ont beau jeu d éveiller la colère de l Emp e- reur. Le père Adéodat est envoyé en exil sous la garde des soldats mandchous. Ces persécutions des chrétiens s inscrivent dans un contexte d absolutisme impérial cimenté par une idéologie confucéenne, et un sentiment de peur des incursions étrangères qui se font de fait plus menaçantes sur les côtes du sud et du sudest. Le déclin de l administration, les exactions de mandarins corrompus entraînent des soulèvements locaux qui sont sévèrement réprimés. Des mouvements de révolte hostiles à la dynastie régnante des Mandchous puisent leur inspiration dans les traditions taoïste et bouddhiste et se cristallisent autour de la Secte du Nénuphar blanc (Bai lian jiao) appelée aussi Lotus blanc bien que le mot chinois lian désigne le nénuphar et non le lotus. Certains convertis au christianisme sont issus de mouvements analogues, puristes et patriotiques. En 1810, un nouveau gouverneur nommé Chang Ming est nommé au Sichuan. Celui-ci ne cache pas son hostilité aux chrétiens. Le 16 septembre 1810, il renouvelle les interdits anciens en des termes révélateurs du sentiment profond des lettrés chinois. Les missionnaires étrangers sont interdits de séjour, sauf à Pékin où ils peuvent demeurer au service de l Empereur. Le christianisme est généralement classé parmi les sectes subversives (xie jiao), ce qui expose les chrétiens à des répressions fréquentes. Il est vrai que les mandarins dans les provinces éloignées de la capitale font preuve de plus ou moins de sévérité. Fidèles aux instructions reçues de la S.C. de la Propagande, les vicaires apostoliques des Missions étrangères ont depuis longtemps travaillé à mettre en place une structure d Eglise qui puisse assurer la poursuite de l évangélisation en l absence du personnel étranger banni du pays. Les missionnaires sont invités à nommer un responsable ou un catéchiste à la tête de chaque chrétienté en vue d établir l Eglise locale. Parmi eux, ils choisissent les plus capables comme candidats au sacerdoce. C est le cas pour Benoît Sun, Jean Baptiste Jiang et Augustin Zhao qui accompagnent le père Jean Martin Moye dans ses visites pastorales. Jean Baptiste et Augustin sont ordonnés en 1781 après un séjour d une année à peine au nouveau séminaire de Longki. Augustin Zhao aura l honneur d être mentionné en tête de la liste des 120 martyrs de Chine canonisés à Rome le 1 er octobre En dépit des persécutions récurrentes depuis 1805, le vicariat de Mgr Dufresse compte environ baptêmes d adultes par an. Le 29 juin 1810, il consacre son coadjuteur, M. Florens, nommé par la S.C. de la Propagande depuis Lui-même, à partir de 1810, administre directement la communauté de Chongqingzhou près de Chengdu. Mais face aux mesures de répression intensifiées, le nombre des adultes baptisés baisse sensiblement. De en 1810, il tombe en 1811 à 1.190, en 1812 à 970, en 1813 à 893. Il y a aussi en ces années-là des fièvres putrides qui font périr beaucoup de monde (ibid., vol. 2, p. 190). La répression de 1815 fait des ravages dans les rangs catholiques. Le gouverneur Chang-Ming peut se féliciter des résultats. Sur quelque 800 prisonniers jugés à Chengdu, 740 ont abjuré immédiatement. Les autres sont sévèrement punis suivant le degré de leur résistance. L évêque doit fuir continuellement. Les chrétiens ne veulent pas qu il se livre. Mais sentant que sa fin approche, il donne des consignes pour que la mission continue. Le 7 avril 1815, il écrit au père Escodéca, le nommant vicaire général et supérieur du vicariat. «Il faut que vous sachiez que si je viens à mourir ou à être détenu de manière qu on ne puisse pas recourir à moi, dès lors vous êtes tenu de vous charger du gouvernement de cette mission en qualité et avec toutes les facultés de notre vicaire général; ce que nous déclarons par les présentes. Si vous venez à mourir ou à être pris, nous constituons à votre place M. Fontana dans la même qualité, et avec les mêmes pouvoirs de notre vicaire général. Si celui-ci subit le même sort, nous voulons que cette qualité et ces pouvoirs soient dévolus à M. Matthias Luo, jusqu à ce que mon coadjuteur soit de retour ou qu il en soit autrement disposé» (ibid., p. 230). Mgr Florens, son coadjuteur, ne reviendra pas. Il a dû s enfuir avec deux élèves du séminaire de Luoranggou (Lo-lang-keou) pillé et incendié par la troupe sous les ordres du mandarin de Sui-fou (Yibin). Passé au Yunnan dans la région de Zhaotong, il est arrêté dans une petite auberge puis relâché moyennant un taél. Sa course se termine à p ro x i mité de Hanoi où il meurt épuisé le 14 décembre Errant de cachette en cachette, Mgr Dufresse se réfugie finalement chez des chrétiens au voisinage de Xinjin, quelque 30 kilomètres au sud de Chengdu. Mais il n est pas passé inaperçu. On rapporte au mandarin qu un Européen a été vu traversant la rivière porté sur les épaules d un jeune homme appelé Tong Lao-kieou (Dong Laojiu). Ce jeune homme est bientôt arrêté avec son père et emmené à Xinjin. En route, le jeune SUITEÀLAPA G E 14

13 page 14 L OSSERVATORE ROMANO jeudi 17 septembre 2015, numéro 38 Gabriel Taurin D ufresse SUITE DE LA PA G E 13 homme est frappé si durement qu il finit par indiquer où l évêque s est retiré. Le vieillard est arrêté, chargé de chaînes et emmené au prétoire de Xinjin. C est le 18 mai Les mandarins de Xinjin puis de Chengdu, traitent l évêque avec les égards dus à son rang et à son âge. Son interrogatoire est fait suivant les formes réservées aux hauts dignitaires. A cette époque, il est connu sous le nom de Su Kienmo. Des chrétiens sont autorisés à venir le voir. Des mandarins de passage viennent discuter religion avec lui. En présence du mandarin de Chengdu, il encourage des chrétiens de Kiong-tcheou (Qionglai) à ne pas apostasier. Au dire de ces chrétiens le mandarin s emporte alors contre l évêque: Su Kien-mo, lui crie-t-il, mettez-vous à genoux; vous avez donné de l argent pour acheter un terrain et tromper mon peuple, vous avez dessein de vous révolter et d envahir cet empire». L évêque lui répond: «Vous déraisonnez. Mon Royaume, le Royaume que je désire est le paradis». Le 13 septembre, vers minuit, on mène Mgr Dufresse au prétoire du préfet qui lui demande s il reconnaît pour vrais tous les reproches qu on lui a faits. «Oui», répondil. On lui met alors les fers aux pieds et aux mains. Le matin, nouvelle comparution, cette fois devant le grand juge. Même rép onse de l évêque. Le prisonnier est alors conduit au palais du viceroi Chang-Ming. Celui-ci avait pris connaissance de toutes les pièces du procès et était résolu à porter une sentence capitale avant même d en avoir référé à l Emp e- reur. Il fait lire l acte d accusation et demande: «Les choses sont-elles bien ainsi?» «Elles sont ainsi, répond l évêque». Aussitôt, Chang-ming le condamne à avoir la tête tranchée. On le conduit alors à deux kilomètres de là, jusqu au lieu des exécutions au-delà de la porte nord, au lieu dit Beiqiaochang, Place du pont du nord. Une planchette est attachée audessus de ses épaules, portant l inscription: «Su Kien-mo, séducteur, prédicateur de la religion perverse des Européens, condamné à mort». Trente-trois chrétiens ont été amenés à ses côtés comme pour être suppliciés en même temps que lui. Un mandarin leur donne ordre de renoncer à Jésus Christ s ils ne veulent pas être pendus. Tous, sauf un, refusent d apostasier et se jettent à genoux, priant l évêque de les absoudre de leurs péchés et de leur donner une dernière bénédiction. Leur ayant fait une courte exhortation, l évêque s incline vers le bourreau. Le soldat abat son sabre et la tête roule sur le sol. C est le 14 septembre Mgr Dufresse a 64 ans, 39 ans de sacerdoce dont 15 d épiscopat. Les 33 chrétiens qui devaient être exécutés avec lui sont condamnés à l exil. *Missions étrangères de Paris Nomination Collège épiscopal Le Saint-Père a nommé: 8 septembre S.Exc. Mgr RAY M O N D POISSON, jusqu à présent évêque titulaire de Gegi et auxiliaire de Saint-Jérôme (Canada): évêque de Joliette (Canada). Né le 30 avril 1958 à Saint- Hyacinthe, Québec (Canada), il a suivi des études au séminaire de la Très-Sainte-Trinité à Saint-Bruno et au Collège André Grasset. Il a été ordonné prêtre le 9 décembre 1983 pour le diocèse de Saint- Jean-Longueuil. Il a obtenu un baccalauréat à la faculté de théologie de Montréal. De 1987 à 1989, il a étudié à l université pontificale grégorienne, obtenant un doctorat en théologie. De retour au Canada, il a successivement exercé les fonctions suivantes: il a été nommé secrétaire particulier de l évêque de Saint-Jean-Longueuil, occupant la charge de vicaire, puis curé de Saint-Georges dans la ville épiscopale. De 1995 à 2007, il a été curé de la concathédrale Saint-Antoine de Padoue. Il a ensuite été curé de l unité pastorale Sainte- M a rg u e r i t e - d Youville et recteur de la basilique Sainte-Anne de Varennes. Nommé évêque titulaire de Gegi et auxiliaire de Saint-Jérôme le 1 er mai 2012, il a reçu l o rd i n a - tion épiscopale le 15 juin suivant. Démissions Le Saint-Père a accepté la démission de: 5 septembre S.Exc. Mgr GUY CH E VA L I E R, S S.CC., qui avait demandé à être relevé de la charge pastorale du diocèse de Taiohae (Iles Marquises), conformément au canon du C. de D.C. S.Exc. Mgr PASCAL CHANG-SOI, S S.CC. coadjuteur du même diocèse, lui succède dans sa charge. 8 septembre S.Exc. Mgr GILLES LUSSIER, qui avait demandé à être relevé de la charge pastorale du diocèse de Joliette (Canada), conformément au canon du C. de D.C. François en Afrique du 25 au 30 novembre Le Pape se rendra en Afrique du 25 au 30 novembre: c est ce qu annonce un communiqué de la salle de presse du Saint-Siège, dans lequel il est spécifié que «répondant à l invitation des chefs d Etat et évêques respectifs», François «accomplira un voyage apostolique au Kenya du 25 au 27 novembre 2015, en Ouganda du 27 au 29 novembre et en République centrafricaine les 29 et 30 novembre». Les détails de ce qui sera la première visite du Souverain Pontife sur le continent africain seront publiés prochainement. Discours à la Banque de crédit coopératif SUITE DE LA PA G E 4 bienfaisance et à la mutualité. Cela est le propre typique des bonnes coopératives. Je vous encourage aussi à vous soucier de la manière dont le revenu est produit, avec quelle attention on garde toujours au centre les personnes, les jeunes, les familles. A l origine des caisses rurales, on souhaitait que la coopérative de crédit puisse stimuler d autres initiatives de coopération. Cet esprit reste valable. La BCC peut être le noyau autour duquel se construit un grand réseau pour faire naître des entreprises qui donnent des emplois: il y tant de personnes sans travail... Des entreprises qui créent des emplois pour soutenir les familles, pour expérimenter le micro-crédit et d autres manières d humaniser l économie et surtout pour donner l opp ortunité à chaque homme et à chaque femme de trouver leur dignité, cette dignité que donne le travail! Onzième réunion du Conseil des cardinaux Lundi 14 septembre dans la matinée, a débuté la onzième réunion du Pape François avec les cardinaux conseillers. Les travaux du «Conseil des neuf» se sont poursuivis jusqu au mercredi 16. Les rencontres précédentes s étaient déroulées les jours suivants: les 1-3 octobre et 3-5 décembre 2013; les février, avril, 1-4 juillet, septembre et 9-11 décembre 2014; les 9-11 février, mars et 8-10 juin Liste des participants au synode des évêques La salle de presse du Saint-Siège a publié les noms des participants à la XIV e assemblée générale ordinaire du synode des évêques sur le thème: «La vocation et la mission de la famille dans le monde contemporain», qui se tiendra du 4 au 25 octobre. La liste peut être consultée sur le site Je vous encourage à participer activement et généreusement à la vie de tout le mouvement coopératif. Vous êtes la BCC de Rome, mais je sais que votre rayon d action s étend dans le Latium et aussi dans les Abruzzes. Dans tout ce territoire, vous pouvez exercer avec fidélité et créativité la mission du crédit coopératif. Je vous souhaite de le faire avec cohérence et avec la joie qui accompagne le travail pour le bien commun. Que le Seigneur vous bénisse et que la Vierge vous accompagne. Et, s il vous plaît, n oubliez pas de prier pour moi. Avant et après Paris SUITE DE LA PA G E 12 chons de la nature et de l environnement sans cette ouverture à l étonnement et à l émerveillement, si l on ne parle plus la langue de la fraternité et de la beauté dans notre relation avec le monde, nos attitudes seront celles du dominateur, du consommateur ou de l exploiteur des ressources, incapable de mettre une limite aux propres intérêts immédiats. Si, en revanche, nous nous sentons intimement liés à tout ce qui existe, la sobriété et le soin pour ce que nous possédons naîtront spontanément et domineront. Le défi urgent de protéger notre maison commune comprend la préoccupation d unir toute la famille humaine dans la recherche d un développement durable et global, car nous savons que les choses peuvent changer. Il est urgent d établir un nouveau dialogue sur la manière dont nous const ru i s o n s l avenir de la planète. L humanité est appelée à prendre conscience de la nécessité de changements dans les styles de vie, qui doivent devenir plus sobres, plus austères en termes de production et de consommation, pour combattre le réchauffement global ou, tout au moins, les causes humaines qui le produisent ou l accentuent. Le changement climatique est un problème global, avec de graves dimensions sociales, environnementales, économiques, distributives et politiques, et il lance l un des plus grands défis actuels à l humanité. Les pires impacts retomberont probablement dans les prochaines décennies sur les pays en voie de développement. Beaucoup de pauvres vivent dans des zones particulièrement frappées par des phénomènes liés au réchauffement, et leurs moyens de subsistance dépendent fortement des réserves naturelles. Sur de nombreuses questions spécifiques l Eglise ne doit pas proposer une parole définitive. Mais il suffit de regarder la réalité avec sincérité pour voir qu il existe une détérioration significative de notre maison commune. L esp érance nous invite à reconnaître qu il y a toujours une issue.

14 numéro 38, jeudi 17 septembre 2015 L OSSERVATORE ROMANO page 15 Audiences pontificales Le Saint-Père a reçu en audience: 29 août S.Em. le cardinal MARC OU E L L E T, préfet de la Congrégation pour les évêques. 31 août Leurs Eminences MM. les cardinaux: GUA LT I E R O BASSETTI, archevêque de Pérouse-Città della Pieve (Italie); GIUSEPPE BETORI, archevêque de Florence (Italie); Leurs Excellences NN.SS.: PIERO PI O P P O, archevêque titulaire de Torcello, nonce apostolique au Cameroun et en Guinée équatoriale; RINO PA S S I G AT O, archevêque titulaire de Nova di Cesare, nonce apostolique au Portugal; Eglises en Orient 25 septembre Le synode des évêques de l Eglise patriarcale arménienne, qui s est réuni à Rome, ayant obtenu au préalable l assentiment pontifical, a canoniquement élu l a rc h i p r ê t re KÉVORK (GEORGES) ASSAD OU- RIAN évêque auxiliaire de l éparchie patriarcale de Beyrouth des Arméniens (Liban), lui assignant le siège titulaire d Amida des arméniens. Né le 29 avril 1961 à Kamichlie, en Syrie, il a fréquenté l école paroissiale et a poursuivi ensuite ses études au couvent Notre-Dame de Bzommar au Liban, en vue du sacerdoce. Envoyé à Rome, au collège pontifical arménien, il a étudié la philosophie et la théologie à l université pontificale Angelicum et la théologie pastorale à l université du Latran. ordonné prêtre le 3 octobre 1986 dans sa ville natale, il a ensuite exercé les fonctions suivantes au Liban: vice-recteur du séminaire de Bzommar, vicaire et curé de Saint-Elie à Beyrouth, économe du couvent de Bzommar, curé de l Annonciation dans la capitale libanaise. Il a été également directeur de la Caritas de la paroisse de l Annonciation et a travaillé à la radio catholique «Sawt El Mahabba». Depuis août 2007, il exerçait le ministère pastoral de curé à Paris, dans l éparchie arménienne-catholique de France. ETTORE BA L E S T R E R O, a rc h e v ê q u e titulaire de Vittoriana, nonce apostolique en Colombie; GIACINTO BERLO CO, archevêque titulaire de Fidene, nonce apostolique en Belgique et au Luxemb ourg; le père PASCAL BURRI, aumônier du Corps de la Garde suisse, en visite de congé. 3 septembre S.E. M. REUVEN RIVLIN, président de l Etat d Israël, avec sa suite. S.Em. le cardinal GEORGE PELL, préfet du secrétariat pour l économie; S.Exc. Mgr ANSELMO GUID O PECO- RARI, archevêque titulaire de Populonia, nonce apostolique en Bulgarie et en Macédoine. S.E. M. EPHRAIM MIRVIS, grand rabbin de Grande-Bretagne et du Commonwealth, avec sa suite. 5 septembre Leurs Eminences MM. les cardinaux: MARC OU E L L E T, préfet de la Congrégation pour les évêques; GERHARD LUDWIG MÜLLER, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi; S.Exc. Mgr SÉRGIO DA RO CHA, archevêque de Brasília, président de la Conférence nationale des évêques du Brésil, avec S.Exc. Mgr MURILO SE- BASTIÃO RAMOS KRIEGER, archevêque de São Salvador da Bahia, vice-président; et avec S.Exc. Mgr LEONARD O ULRICH STEINER, évêque titulaire de Tisiduo, auxiliaire de Brasília, secrétaire général. 7 septembre S.Em. le cardinal JOSÉ MACÁRIO DO NASCIMENTO CLEMENTE, patriarche de Lisbonne (Portugal), avec les auxiliaires, LL.EE. NN.SS. JOAQUIM AUGUSTO DA SI LVA MENDES, évêque titulaire de Caliabria, NUNO BRÁS DA SI LVA MARTINS, évêque titulaire d Elvas, JOSÉ AUGUSTO TRAQUINA MARIA, évêque titulaire de Lugura, en visite «ad limina Apostolorum»; Leurs Excellences NN.SS.: ANTÓNIO DE SOUSA BRAGA, évêque d Angra (Portugal), en visite «ad limina Apostolorum»; ANTÓNIO JOSÉ CAVA C O CARRIL- H O, évêque de Funchal (Portugal), avec l évêque émérite, S.Exc. Mgr TEOD ORO DE FARIA, en visite «ad limina Apostolorum»; MANUEL DA RO CHA FE L Í C I O, évêque de Guarda (Portugal), en visite «ad limina Apostolorum»; ANTÓNIO AUGUSTO D OS SANTOS MA R T O, évêque de Leiria-Fátima (Portugal), avec l évêque émérite, S.Exc. Mgr SERAFIM DE SOUSA FER- REIRA E SI LVA, en visite «ad limina Ap ostolorum»; ANTONINO EUGÉNIO FERNANDES DIAS, évêque de Portalegre - Castelo Branco (Portugal), en visite «ad limina Apostolorum»; MANUEL PELINO DOMINGUES, évêque de Santarém (Portugal), en visite «ad limina Apostolorum»; JOSÉ ORNELAS CA R VA L H O, évêque élu de Setúbal (Portugal), avec les évêques émérites, Leurs Excellences NN.SS. GILBERTO DÉLIO GONÇAL- VES CA N AVA R R O D OS REIS et MA- NUEL DA SI LVA MARTINS, en visite «ad limina Apostolorum»; JOSÉ FRANCISCO SANCHES ALV E S, archevêque d Evora (Portugal), avec l archevêque émérite, S.Exc. Mgr MAU R Í L I O JORGE QU I N TA L DE GOU- VEIA, en visite «ad limina Apostoloru m» ; ANTÓNIO VI TA L I N O FERNANDES DA N TA S, évêque de Beja (Portugal), avec l évêque coadjuteur, S.Exc. Mgr JOSÉ JOÃO D OS SANTOS MARCOS, en visite «ad limina Apostolorum»; MANUEL NETO QU I N TA S, évêque de Faro (Portugal), avec l évêque émérite, S.Exc. Mgr MANUEL MA- DUREIRA DIAS, en visite «ad limina Ap ostolorum»; JORGE FERREIRA DA CO S TA ORTI- GA, archevêque de Braga (Portugal), avec l auxiliaire, S.Exc. Mgr FRAN- CISCO JOSÉ VILLAS-BOAS SENRA DE FARIA CO E L H O, évêque titulaire de Plestia, en visite «ad limina Apostol o ru m»; ANTÓNIO MANUEL MOITEIRO RA- MOS, évêque d Aveiro (Portugal), en visite «ad limina Apostolorum»; JOSÉ MANUEL GARCIA CO R D E I R O, évêque de Bragança-Miranda (Portugal), avec les évêques émérites, Leurs Excellences NN.SS. ANTÓNIO JOSÉ RA FA E L et ANTÓNIO MONTES MOREIRA, en visite «ad limina Ap ostolorum»; VIRGILIO D O NASCIMENTO ANTU- NES, évêque de Coimbra (Portugal), en visite «ad limina Apostolorum»; ANTÓNIO JOSÉ DA RO CHA COU- T O, évêque de Lamego (Portugal), avec l évêque émérite, S.Exc. Mgr JACINTO TOMÁS DE CA R VA L H O, en visite «ad limina Apostolorum»; ANTÓNIO FRANCISCO D OS SAN- TOS, évêque de Porto (Portugal), avec les auxiliaires, LL.EE. NN.SS. ANTÓNIO MARIA BESSA TA I PA, évêque titulaire de Tabbora, JOÃO EVA N G E L I S TA PIMENTEL LAVRAD OR, évêque titulaire de Luperciana, PIO GONÇALO ALV E S DE SOUSA, évêque titulaire d Acque flavie, et avec S.Exc. Mgr JOÃO MIRANDA TEIXEI- RA, évêque titulaire de Castello Jabar, ancien auxiliaire, en visite «ad limina Apostolorum»; ANACLETO CORDEIRO GO N Ç A LV E S DE OLIVEIRA, évêque de Viana do Castelo (Portugal), avec l évêque émérite, S.Exc. Mgr JOSÉ AUGUSTO MARTINS FERNANDES PEDREIRA, en visite «ad limina Apostolorum»; AMÂNDIO JOSÉ TOMÁS, évêque de Vila Real (Portugal), en visite «ad limina Apostolorum»; ILÍDIO PINTO LE A N D R O, évêque de Viseu (Portugal), en visite «ad limina Apostolorum»; MANUEL DA SI LVA RODRIGUES LINDA, évêque aux armées pour le Portugal, avec l évêque aux armées émérite, S.Exc. Mgr JANUÁRIO TOR- GAL MENDES FERREIRA, en visite «ad limina Apostolorum». 8 septembre S.Exc. Mgr EMIL PAU L TSCHERRIG, archevêque titulaire de Voli, nonce apostolique en Argentine. 10 septembre S.Exc. Mgr LUIGI BONAZZI, a rc h e - vêque titulaire d Atella, nonce apostolique au Canada. Son Altesse le cheikh JABER AL-MU- BARAK AL-HAMAD AL-SABAH, premier ministre du Koweit, avec sa suite. 11 septembre S.Em. le cardinal MARC OU E L L E T, préfet de la Congrégation pour les évêques. S.E. M. TO M I S L AV NI KO L I Ć, président de la République de Serbie, avec sa suite. 13 septembre S.Em. le cardinal GIUSEPPE VERSAL- DI, préfet de la Congrégation pour l éducation catholique (des Instituts d étude), avec le secrétaire du même dicastère, S.Exc. Mgr ANGELO VIN- CENZO ZANI, archevêque titulaire de Vo l t u r n o ; S.Exc. Mgr GUID O PO Z Z O, archevêque titulaire de Bagnoregio, secrétaire de la Commission pontificale «Ecclesia Dei»; S.Em. le cardinal ANGELO BAGNAS- C O, archevêque de Gênes (Italie), président de la Conférence épiscopale italienne; le père RAU L REINALD O TR O N C O S O. L OSSERVATORE ROMANO EDITION HEBDOMADAIRE Unicuique suum EN LANGUE FRANÇAISE Non praevalebunt Cité du Vatican e d. f r a n c a i s o s s ro m.v a w w w. o s s e r v a t o re ro m a n o.v a GI O VA N N I MARIA VIAN d i re c t e u r Giuseppe Fiorentino v i c e - d i re c t e u r Jean-Michel Coulet rédacteur en chef de l édition Rédaction via del Pellegrino, Cité du Vatican téléphone fax TIPO GRAFIA VAT I C A N A EDITRICE L OS S E R VAT O R E ROMANO don Sergio Pellini S.D.B. directeur général Service photo: Agence de publicité Il Sole 24 Ore S.p.A, System Comunicazione Pubblicitaria Via Monte Rosa, 91, Milano s e g re t e r i a d i re z i o n e s y s t e i l s o l e 24 o re. c o m Abonnements: Italie, Vatican: 58,00 ; Europe: 100,00 148,00 $ U.S. 160,oo FS; Amérique latine, Afrique, Asie: 110,00 160,00 $ U.S. 180,00 FS; Amérique du Nord, Océanie: 162,00 240,00 $ U.S. 260,00 F S. Renseignements: téléphone ; fax ; courriel: m.v a Belgique: Editions Jésuites 7, rue Blondeau 5000 Namur (IBAN: BE BIC: G KC C B E B B ) ; téléphone o ; fax ; Fra n c e : Bayard-Ser 14, rue d Assas, Paris; téléphone ; - Editions de L Homme Nouveau 10, rue de Rosenwald Paris (C.C.P. Paris T); téléphone f r. Suisse: Editions Saint - Augustin, casepostale 51, CH Saint-Maurice, téléphone , fax , - Editions Parole et Silence, Le Muveran, 1880 Les Plans sur Bex (C.C.P ); téléphone ; Canada et Amérique du Nord: Editions de la CECC (Conférence des Evêques catholiques du Canada) 2500, promenade Don Reid, Ottawa (Ontario) K1H 2J2; téléphone ;

15 page 16 L OSSERVATORE ROMANO jeudi 17 septembre 2015, numéro 38 Biographie en images du diplomate de l O stpolitik Agostino Casaroli, le grand tisseur PIETRO PAROLIN L Eglise conserve un souvenir reconnaissant de la personne et de l œuvre du cardinal Agostino Casaroli, à cent ans de sa naissance (1914) et à environ vingt ans de sa mort (1998). Pour «le témoignage de ses vertus humaines, chrétiennes, sacerdotales», nota Jean-Paul II dans son homélie pour les obsèques de celui qui avait été son secrétaire d Etat, «il demeure pour nous inoubliable». Entré dans les livres d h i s t o i re pour son intense activité diplomatique, marquée par l engagement constant en faveur de la liberté de l Eglise, des droits fondamentaux de l homme et de la justice sociale, il a su alimenter la charité par sa «grande diplomatie qui a donné tant de fruits à l Eglise», tel que le rappela à ses fidèles dans la cathédrale de L ouvrage Nous publions la présentation par le cardinal-secrétaire d Etat du livre Agostino Casaroli, appassionato tessitore di rapporti di pace («Agostino Casaroli, tisseur passionné de relations de paix»). Une biographie en images ( ) contenant des documents inédits en index (Cité du Vatican, Librairie éditrice vaticane, 2015, 290 pages, 36 euros), avec la préface de Roberto Morozzo della Rocca et la postface d Andrea Riccardi. Buenos Aires, l archevêque Jorge Mario Bergoglio (septembre 2008). Depuis 1943, il a su associer l attention envers les questions importantes et délicates relatives aux relations internationales et aux situations de l Eglise, spécialement dans les pays au régime communiste, à un service pastoral constant en faveur des jeunes de la prison pour mineurs de Casal del Marmo, a qui il rendit visite encore quelques jours avant sa mort: ils étaient «ses jeunes»; il est resté pour eux «don Agostino», même en tant que cardinal-secrétaire d Etat. Son action s est toujours inspirée de la salus animarum, celui-ci étant soucieux de déterminer toutes les voies offertes par le droit et par les relations avec les personnes qu il a su tisser, de façon à mettre les fidèles et les communautés ecclésiales à l abri de la déchristianisation. Alors qu il est sous-secrétaire aux affaires ecclésiastiques extraordinaires depuis 1961, Jean XXIII lui confie les premières missions de ce que l on appellera l Ostpolitik du Vatican. C est l œuvre de sa vie. Il s agit de soulager les conditions de l Eglise catholique dans les pays de l Est communiste. C est une préoccupation pastorale, qui passe à travers des contacts diplomatiques et politiques au sens large, puisque les régimes de l Est ne connaissent pas d autre langage. On l appellera Ostpolitik dans la presse, par analogie à la politique de Willy Brandt, chancelier de la République fédérale d Allemagne ( ). C était toutefois un concept différent. On aurait pu l appeler Ostpastoral, comme le voulait Jean-Paul I e r, car si la politique était le moyen, la santé des âmes était la fin. Lorsque les résultats de l O stpolitik étaient mauvais, que les négociations étaient ardues et que les gouvernements appliquaient les accords de manière partiale et non-fidèle, il était néanmoins possible de nommer des évêques, de renouer des contacts avec des prêtres et des prélats dont on avait perdu la trace, reprendre des formes de communion à travers le rideau de fer, obtenir l amnistie et la libération d ecclésiastiques persécutés. L on était très loin de la liberté religieuse mais le dépérissement des Eglises s en trouvait ralenti. Le Saint-Siège n avait pas d autres ressources que la diplomatie et le droit, outre la foi et l espérance. Mgr Casaroli était conscient de pouvoir compter sur la «force faible» dont parlait saint Paul (II Corinthiens, 12, 10). Les négociations étaient vouées à construire une protection juridique pour les communautés catholiques et les fidèles. Mgr Casaroli savait que dans la logique totalitaire des régimes, la fin justifiait les moyens. Il remarquait néanmoins que d éventuels accords, dès lors qu ils appartenaient au domaine public, ne pouvaient être violés sans susciter la réprobation de l opinion internationale à l égard des gouvernants et une perte de prestige et de légitimité à l intérieur également. C est pourquoi le droit représentait une valeur en lui-même. Il vaut la peine de rappeler un épisode à cet égard: la participation du Saint-Siège au procès d Helsinki (1973 et 1975). L on parvint à une décision après beaucoup d hésitations. Ce fut le résultat d un choix précis, et non d un processus naturel. Il existait des opinions différentes. Le cardinal Jean-Marie Villot, secrétaire d Etat, aurait voulu décliner l invitation, car il considérait que celle-ci était trop marquée politiquement et qu elle risquait d exposer le Saint-Siège dans une arène de débats stratégiques. Le Pape Paul VI, à l unisson avec Mgr Casaroli, y était au contraire favorable et donna son accord. «La Conférence expliqua le Pape peut être politique, mais elle se place essentiellement sur un plan juridique et sur le plan des principes, sur lequel le Saint-Siège est compétent à titre spécial. Et lorsque le droit est reconnu, même s il n est pas observé ensuite, le droit a force en soi». Ce pas était aussi novateur qu imp ortant. Cela faisait depuis le Congrès de Vienne de 1815, que le Saint-Siège n avait pas participé en tant que membre à part entière à un Congrès d Etats, également à cause de ce que prévoit l article 24 des Accords du Latran de 1929: le Saint-Siège s engageait à demeurer «étranger aux compétitions temporelles envers les autres Etats et aux congrès internationaux convoqués à cette fin, à moins que les parties en conflit n émettent un appel unanime à sa mission de paix». La diplomatie vaticane intervint dans le processus d Helsinki surtout au nom des droits de l homme et des libertés fonda- mentales, s abstenant d intervenir sur les thèmes de sécurité stratégique et de politique de puissance. Au-delà du bon sens politique, d imp ortantes motivations idéales poussaient à la participation. Le Saint-Siège voyait l Europe comme une unité, sans rideau de fer pour séparer les gens de l Ouest et de l Est. La Conférence se présentait comme une assise pour la recomposition possible de l unité européenne déchirée à Yalta, une unité qui, de plus, était principalement fondée sur ses racines chrétiennes, qui avaient produit une culture commune. La présence du Saint-Siège aurait donné au concept de la paix un fondement moral et pas uniquement politique. Et la liberté religieuse était à ériger en chevet idéal de la paix, en ce sens, une conscience humaine ouverte à la dimension de la Transcendance, découlaient les autres libertés et droits de l homme sur lesquels la paix authentique devait se fonder. Il faut également reconnaître à Mgr Casaroli la relance de l i n s t ru - ment concordataire comme garantie de liberté de l Eglise pour l e x e rc i c e de sa mission universelle. Au cours de la période allant de sa nomination en tant que secrétaire de la Congrégation pour les affaires ecclésiastiques extraordinaires, en juillet 1967, jusqu à sa démission de la charge de secrétaire d Etat, fin 1990, ont été conclus plus de cinquante accords bilatéraux, conventions, con- cordats et protocoles souscrits sur diverses thématiques de la part du Saint-Siège avec les pays de presque tous les continents. Le long service d Agostino Casaroli ( ) «dans l Eglise pour le monde», selon le titre donné au volume qui recueille ses homélies et ses discours, est marqué par l effort d aboutir à une solution aux controverses politiques qui compromettaient la paix entre les nations et la liberté de l Eglise, là où elle était menacée, ou simplement pas reconnue. En lui, a affirmé saint Jean- Paul II dans l homélie prononcée lors de ses obsèques, il est possible de reconnaître et de présenter «un authentique artisan de paix, un exemple lumineux de ces artisans de l opus iustitiae que Jésus appelle bienheureux... car ils seront appelés fils de Dieu (Matthieu 5, 9)». La documentation photographique présente dans ce volume en constitue un témoignage supplémentaire.

Visita ad limina Apostolorum dei Presuli della Conferenza Episcopale del Benin

Visita ad limina Apostolorum dei Presuli della Conferenza Episcopale del Benin N. 0311 Lunedì 27.04.2015 Visita ad limina Apostolorum dei Presuli della Conferenza Episcopale del Benin Il Santo Padre Francesco ha ricevuto questa mattina in Udienza i Vescovi della Conferenza Episcopale

Plus en détail

Charte des laïcs de l Assomption de Québec

Charte des laïcs de l Assomption de Québec Charte des laïcs de l Assomption de Québec, version au 12 juin 2009, page 1/5 Charte des laïcs de l Assomption de Québec Chapitre 1 er : Notre Esprit 1. Avènement du Règne de Dieu en nous et autour de

Plus en détail

PÈLERINAGE INVITATION DES ÉVÊQUES DE FRANCE AUX SÉMINARISTES DES SÉMINAIRES DE FRANCE. «Avec Marie, Reine des Apôtres. Appelés à annoncer l Évangile»

PÈLERINAGE INVITATION DES ÉVÊQUES DE FRANCE AUX SÉMINARISTES DES SÉMINAIRES DE FRANCE. «Avec Marie, Reine des Apôtres. Appelés à annoncer l Évangile» LOURDES 8-10 NOVEMBRE 2014 PÈLERINAGE DES SÉMINAIRES DE FRANCE «Avec Marie, Reine des Apôtres. Appelés à annoncer l Évangile» INVITATION DES ÉVÊQUES DE FRANCE AUX SÉMINARISTES Chers amis séminaristes,

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Le Saint-Siège VISITE À LA PAROISSE ROMAINE «SAN PATRIZIO AL COLLE PRENESTINO» HOMÉLIE DU PAPE BENOÎT XVI

Le Saint-Siège VISITE À LA PAROISSE ROMAINE «SAN PATRIZIO AL COLLE PRENESTINO» HOMÉLIE DU PAPE BENOÎT XVI Le Saint-Siège VISITE À LA PAROISSE ROMAINE «SAN PATRIZIO AL COLLE PRENESTINO» HOMÉLIE DU PAPE BENOÎT XVI IIIe dimanche de l'avent «Gaudete», 16 décembre 2012 [Vidéo] Galerie photographique Chers frères

Plus en détail

MISSIONNAIRE MONDIALE

MISSIONNAIRE MONDIALE JOURNÉE MISSIONNAIRE MONDIALE DIMANCHE 18 OCTOBRE 2015 S informer Prier Partager Alessia GIULIANI/CPP/CIRIC Va, Je t envoie! QUÊTE MONDIALE POUR LA MISSION DOSSIER 12, rue Sala 69287 Lyon cedex 02 Tél.

Plus en détail

Table des matières. Annexe La bénédiction 11. Le baptême: un sacrement 4. Le baptême des enfants: à l origine, plus qu un rituel 6

Table des matières. Annexe La bénédiction 11. Le baptême: un sacrement 4. Le baptême des enfants: à l origine, plus qu un rituel 6 Le baptême Table des matières Le baptême: un sacrement 4 Le baptême des enfants: à l origine, plus qu un rituel 6 L acte du baptême: plus que des mots 7 Le baptême de votre enfant: plus qu une vieille

Plus en détail

LIVRET DE BAPTEME. Baptême de Le 26 Décembre 2004 à 11 H 15. Pierre REMERCIEMENTS

LIVRET DE BAPTEME. Baptême de Le 26 Décembre 2004 à 11 H 15. Pierre REMERCIEMENTS LIVRET DE BAPTEME REMERCIEMENTS Nous vous remercions tous chaleureusement, d avoir été présents pour partager notre joie en ce jour inoubliable et de fête : parrain, marraine, parents, grands-parents,

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

Le meilleur placement!

Le meilleur placement! 25 e DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE C Frère Antoine-Emmanuel Am 8, 4-7 ; Ps 112 ; 1 Tm 2, 1-8 ; Lc 16, 1-13 8 septembre 2013 Sanctuaire du Saint-Sacrement, Montréal Le meilleur placement! La première page

Plus en détail

Notre devoir envers ceux de la Maison de la Foi

Notre devoir envers ceux de la Maison de la Foi Chapitre 71 Notre devoir envers ceux de la Maison de la Foi Il y a deux catégories de pauvres que nous aurons toujours parmi nous: ceux qui se ruinent eux-mêmes en faisant leur propre volonté et qui persévèrent

Plus en détail

Fiche «Je crois en l Eglise une, sainte, catholique et apostolique»

Fiche «Je crois en l Eglise une, sainte, catholique et apostolique» Thème diocésain 2013-2014 Fiche «Je crois en l Eglise une, sainte, catholique et apostolique» En préambule, un peu d histoire L Église a à sa disposition deux credo qu elle professe lors de la liturgie

Plus en détail

Ouvrons nos portes! Nos amours de famille nous ouvrent à quelque chose d IMMENSE, quelque chose qu on ne peut même pas imaginer

Ouvrons nos portes! Nos amours de famille nous ouvrent à quelque chose d IMMENSE, quelque chose qu on ne peut même pas imaginer Pour un Québec Famille Ouvrons nos portes! Nos amours de famille nous ouvrent à quelque chose d IMMENSE, quelque chose qu on ne peut même pas imaginer Semaine Québécoise des Familles Célébration du 9 mai

Plus en détail

Célébrer le deuil. À l attention des familles et des proches. Une initiative de l'église catholique de Bruxelles

Célébrer le deuil. À l attention des familles et des proches. Une initiative de l'église catholique de Bruxelles Célébrer le deuil À l attention des familles et des proches Une initiative de l'église catholique de Bruxelles Quel est le sens des funérailles chrétiennes? à Lors de ses funérailles, le défunt est entouré

Plus en détail

22 Nous Reconnaissons la force du pardon

22 Nous Reconnaissons la force du pardon 22 Nous Reconnaissons la force du pardon 23 Par le rite pénitentiel, les chrétiens se tournent vers Dieu pour lui demander son pardon. Dieu nous reçoit tels que nous sommes et nous pardonne pour que nous

Plus en détail

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint 1 Esprit Saint, que fais-tu dans le cœur des personnes? 2 Le 3 ème CLIC nous a donné des indices en provenance de la Bible

Plus en détail

Ministères Personnels École du Sabbat FÉDÉRATION DU QUÉBEC

Ministères Personnels École du Sabbat FÉDÉRATION DU QUÉBEC Ministères Personnels École du Sabbat FÉDÉRATION DU QUÉBEC Vaillant Youte Directeur UNE ÉGLISE CRÉÉE POUR LA MISSION DIVINE LA MISSION DIVINE A DONNÉ L EXISTENCE À L ÉGLISE DE JÉSUS- CHRIST. Matthieu 28:

Plus en détail

Titre Usage Livret. Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3. Dieu nous accueille Entrée Page 3

Titre Usage Livret. Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3. Dieu nous accueille Entrée Page 3 SOMMAIRE : Titre Usage Livret Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3 Dieu nous accueille Entrée Page 3 Nous sommes le corps du Christ Entrée Page 4 Si le Père vous appelle Entrée Page 4 Je

Plus en détail

Un souffle de vie. au cœur de la communauté chrétienne

Un souffle de vie. au cœur de la communauté chrétienne Un souffle de vie au cœur de la communauté chrétienne LA CELLULE-JEUNESSE Présentement notre Église a une grande difficulté à rejoindre les adolescentes et adolescents. Cela est un constat et non une démission.

Plus en détail

Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le

Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le 22/10/2012. I Souvenirs. - d un grand renouveau dans l Eglise- l église. Les chrétiens aspiraient à ce renouveau. On

Plus en détail

L année Samuel PARTAGE DE PRATIQUES

L année Samuel PARTAGE DE PRATIQUES PARTAGE DE PRATIQUES L année Samuel Guillaume Villatte service diocésain des vocations de Pontoise Aperçu général L année Samuel accueille des jeunes de 18 à 25 ans sur une période de six mois, de novembre

Plus en détail

Poursuivre et élargir la route viatorienne Province du Canada : 2010-2014

Poursuivre et élargir la route viatorienne Province du Canada : 2010-2014 Poursuivre et élargir la route viatorienne Province du Canada : 2010-2014 Sommaire o Des défis o Une animation o Des responsabilités partagées o Un calendrier des principaux événements communautaires Chers

Plus en détail

Une école de vie pour discerner :

Une école de vie pour discerner : Une école de vie pour discerner : Seigneur, enseigne-moi tes chemins Sœur Raphaëlle Fraternités monastiques de Jérusalem Nées au cœur de Paris, le jour de la Toussaint 1975, nos jeunes Fraternités monastiques

Plus en détail

Discours de S.E. Monsieur Bruno Joubert Réception Vœux Villa Bonaparte Mercredi 15 janvier 2014 à 18 h 00 * * *

Discours de S.E. Monsieur Bruno Joubert Réception Vœux Villa Bonaparte Mercredi 15 janvier 2014 à 18 h 00 * * * Discours de S.E. Monsieur Bruno Joubert Réception Vœux Villa Bonaparte Mercredi 15 janvier 2014 à 18 h 00 * * * Messieurs les cardinaux, Excellences, Messeigneurs, Mes Pères, Mes Sœurs, Mesdames et Messieurs,

Plus en détail

Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc)

Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc) Pâques 5 (B) : 6 mai 2012 Cinquième Dimanche de Pâques : 6 mai 2012 Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc) Référence Biblique : 1 ère

Plus en détail

Des dons spirituels pour évangéliser et témoigner

Des dons spirituels pour évangéliser et témoigner LEÇON 3 14 20 avril Des dons spirituels pour évangéliser et témoigner SABBAT APRÈS-MIDI Étude de la semaine: 1 P 4.10; Jn 16.8, 13; 1 Co 12.28-31 ; Ac 2.40-47; 13.4, 5. Verset à mémoriser: «C est lui qui

Plus en détail

La Neuvaine de l'assomption

La Neuvaine de l'assomption La Neuvaine de l'assomption 6 au 14 août 2012-15 août fête de l'assomption Après chaque journée, terminer par une dizaine de chapelet aux intentions de Marie. Confession et communions recommandés durant

Plus en détail

«J ai déposé les clés, à l endroit où tu sais»

«J ai déposé les clés, à l endroit où tu sais» 1 Solennité du Christ Roi 1 ère Messe du Chanoine Bergerot Libreville, le 30 octobre 2011 «J ai déposé les clés, à l endroit où tu sais» Cher Monsieur le Chanoine, Chers Séminaristes, Très Chers Fidèles,

Plus en détail

CULTE DOMINICAL 3 AVEC BAPTEME D ENFANT SANS CELEBRATION DE LA CENE

CULTE DOMINICAL 3 AVEC BAPTEME D ENFANT SANS CELEBRATION DE LA CENE CULTE DOMINICAL 3 AVEC BAPTEME D ENFANT SANS CELEBRATION DE LA CENE CE CULTE EST CONSTRUIT AUTOUR D UN BAPTEME D ENFANT. L ORDRE LITURGIQUE A ETE LEGEREMENT MODIFIE. ATTENTION A LA PLACE DES SPONTANES.

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

Carte de Visite de Tibhirine pour l année 1996

Carte de Visite de Tibhirine pour l année 1996 Témoins Carte de Visite de Tibhirine pour l année 1996 Communauté de Notre-Dame de l Atlas (Fès, 20-28 novembre 1995 Tibhirine, 12-19 janvier 1996) Chers Frères, L élément essentiel d une Visite Régulière

Plus en détail

Intentions de prière du Saint Père confiées à l Apostolat de la Prière. pour l année 2015 JANVIER FEVRIER MARS AVRIL

Intentions de prière du Saint Père confiées à l Apostolat de la Prière. pour l année 2015 JANVIER FEVRIER MARS AVRIL Intentions de prière du Saint Père confiées à l Apostolat de la Prière pour l année 2015 Universelle La promotion de la paix JANVIER Pour que ceux qui appartiennent aux différentes traditions religieuses

Plus en détail

Le Baptême de notre enfant

Le Baptême de notre enfant Le Baptême de notre enfant Baptême de notre enfant : Le à l église de Ce même jour, ils ont également reçu le baptême 1 Chers parents, Déroulement de la célébration (p 3-8) 1. Accueil et entrée dans l

Plus en détail

Service diocésain de la Catéchèse. 149 rue Jodelle 77610 La Houssaye en Brie 01 64 07 46 48 catechese@catho77.fr http:\\enfance.catho77.

Service diocésain de la Catéchèse. 149 rue Jodelle 77610 La Houssaye en Brie 01 64 07 46 48 catechese@catho77.fr http:\\enfance.catho77. Service diocésain de la Catéchèse 149 rue Jodelle 77610 La Houssaye en Brie 01 64 07 46 48 catechese@catho77.fr http:\\enfance.catho77.fr A tes crayons! 7 Allez dans la Mission du Christ Porte la Paix

Plus en détail

PRINCIPES ET FONCTIONNEMENT DES EQUIPES RELIANCE

PRINCIPES ET FONCTIONNEMENT DES EQUIPES RELIANCE PRINCIPES ET FONCTIONNEMENT DES EQUIPES RELIANCE 1 PRINCIPES ET FONCTIONNEMENT DES EQUIPES RELIANCE Sommaire : Prologue 1 La vision 1.1 Pourquoi les Equipes Reliance? 1.2 La proposition des Equipes Reliance

Plus en détail

Du 6 au 14 août Neuvaine de préparation à la fête de l Assomption

Du 6 au 14 août Neuvaine de préparation à la fête de l Assomption Religieuses de l Assomption 17 rue de l Assomption 75016 Paris France Du 6 au 14 août Neuvaine de préparation à la fête de l Assomption U n c h e m i n d E s p é r a n c e a v e c M a r i e www.assumpta.fr

Plus en détail

Ce qui a du prix aux yeux de Dieu

Ce qui a du prix aux yeux de Dieu Chapitre 35 Ce qui a du prix aux yeux de Dieu Parmi ceux qui professent être enfants de Dieu, il y a des hommes et des femmes qui aiment le monde, et les choses du monde, et ces âmes sont corrompues par

Plus en détail

Guide du parent accompagnateur. Préparation à la Confirmation. Guide d animation Partie III : Annoncer

Guide du parent accompagnateur. Préparation à la Confirmation. Guide d animation Partie III : Annoncer Guide du parent accompagnateur Préparation à la Confirmation Guide d animation Partie III : Annoncer 2 Partie III : Annoncer (Parents/jeunes à la maison) Semaine #9 : (à la maison) Nous faisons un retour

Plus en détail

Prendre soin des enfants nécessiteux

Prendre soin des enfants nécessiteux Chapitre 25 Prendre soin des enfants nécessiteux Les orphelins Plus d un père qui est mort dans la foi, confiant en l éternelle promesse de Dieu, a quitté ses bien-aimés pleinement assuré que le Seigneur

Plus en détail

Liturgie pour enfants

Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Semaine québécoise des familles du 11 au 18 mai 2014 Nous vous proposons deux liturgies de la Parole selon les textes des Évangiles du dimanche choisi. On évoquera

Plus en détail

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 1. INTRODUCTION L OFS, en vertu de sa propre vocation, doit veiller à partager sa propre expérience de vie évangélique avec les jeunes qui se sentent attirés

Plus en détail

Parcours n 1. Les douze étapes du pardon authentique (d après Jean Monbourquette, " Comment pardonner? " Bayard 2001)

Parcours n 1. Les douze étapes du pardon authentique (d après Jean Monbourquette,  Comment pardonner?  Bayard 2001) Parcours n 1 Les douze étapes du pardon authentique (d après Jean Monbourquette, " Comment pardonner? " Bayard 2001) Jean Monbourquette, prêtre et psychologue canadien, a développé les douze étapes qui

Plus en détail

Je dis «célébrer», car il s agit bel et bien d une célébration, d une fête, et d une fête à caractère religieux.

Je dis «célébrer», car il s agit bel et bien d une célébration, d une fête, et d une fête à caractère religieux. 1 Prédication de mariage de Ginette DARBOUX et de Roland OUFFOUE Mission libanaise, à Dakar Samedi 26 avril 2008 Pasteur Vincent BRU De l Eglise Réformée Evangélique (France) Chers frères et sœurs en Christ,

Plus en détail

Introduction. Un cheminement difficile et douloureux

Introduction. Un cheminement difficile et douloureux Déclaration du Conseil permanent de la Conférence des évêques catholiques du Canada en réponse initiale au rapport sommaire et aux appels à l action de la Commission de Vérité et Réconciliation Introduction

Plus en détail

SCELLÉS DU SAINT-ESPRIT. Lecture : Éphésiens 1:3-14 Texte : Éphésiens 1:13-14

SCELLÉS DU SAINT-ESPRIT. Lecture : Éphésiens 1:3-14 Texte : Éphésiens 1:13-14 SCELLÉS DU SAINT-ESPRIT Lecture : Éphésiens 1:3-14 Texte : Éphésiens 1:13-14 Peuple du Seigneur, L Esprit de Dieu est présent partout, il est en action partout dans la création, mais il agit de manière

Plus en détail

ANNEE DE LA MISERICORDE

ANNEE DE LA MISERICORDE Le logo du Jubilé Le logo et la devise, les deux, ensemble, offrent une heureuse synthèse de l Année jubilaire. Dans la devise Misericordiosi come il Padre (tirée de l Évangile de Luc, 6,36) on propose

Plus en détail

Vive le jour de Pâques

Vive le jour de Pâques Voici le joyeux temps du Carême, 40 jours où les chrétiens élargissent leurs cœurs, se tournent vers leurs frères et sont invités à vivre à la manière de Jésus-Christ. Chaque semaine ce livret t aidera

Plus en détail

Le Saint-Siège VOYAGE APOSTOLIQUE DU PAPE FRANÇOIS AU SRI LANKA ET AUX PHILIPPINES (12-19 JANVIER 2015) MESSE HOMÉLIE DU SAINT-PÈRE

Le Saint-Siège VOYAGE APOSTOLIQUE DU PAPE FRANÇOIS AU SRI LANKA ET AUX PHILIPPINES (12-19 JANVIER 2015) MESSE HOMÉLIE DU SAINT-PÈRE Le Saint-Siège VOYAGE APOSTOLIQUE DU PAPE FRANÇOIS AU SRI LANKA ET AUX PHILIPPINES (12-19 JANVIER 2015) MESSE HOMÉLIE DU SAINT-PÈRE Tacloban International Airport Samedi 17 janvier 2015 [Multimédia] Homélie

Plus en détail

Cultiver des vies réconciliées

Cultiver des vies réconciliées LA CROIX CARREFOUR VERS LA LIBERTE 5: RECONCILIATION Pour préserver les droits d auteur, les images ont été retirées Cultiver des vies réconciliées Bienvenue sur le chemin du pardon et de la réconciliation!

Plus en détail

HOMELIE FETE IMMACULEE CONCEPTION ILE BOUCHARD

HOMELIE FETE IMMACULEE CONCEPTION ILE BOUCHARD 1 HOMELIE FETE IMMACULEE CONCEPTION ILE BOUCHARD 8décembre 2012 C est une joie de pouvoir célébrer la fête de l Immaculée Conception, particulièrement ici à l Ile Bouchard, en ce 8 décembre. Cette fête

Plus en détail

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu.

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu. «AIMER SES ENNEMIS» «Qui veut prendre ta tunique, laisse lui aussi ton manteau». Si quelqu un te force à faire mille pas, fais-en deux mille avec lui». «Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent»

Plus en détail

Dimanche xx 2015 Eglise de XX. Baptême de Prénom (photo) Intentions de messe :

Dimanche xx 2015 Eglise de XX. Baptême de Prénom (photo) Intentions de messe : Dimanche xx 2015 Eglise de XX Baptême de Prénom (photo) Intentions de messe : Accueil Le célébrant (prêtre ou diacre) interroge les parents : Vous présentez votre enfant au baptême, pourquoi? Que demandez-vous

Plus en détail

L'accueil des divorcés, mariés à l'eglise qui, à l'occasion de leur mariage civil, demandent un temps de prière.

L'accueil des divorcés, mariés à l'eglise qui, à l'occasion de leur mariage civil, demandent un temps de prière. 1 L'accueil des divorcés, mariés à l'eglise qui, à l'occasion de leur mariage civil, demandent un temps de prière. A l'adresse des prêtres et des diacres Préambule : C'est bien souvent qu'il nous est donné

Plus en détail

COMMENT VENIR A BOUT DES DIFFICULTES

COMMENT VENIR A BOUT DES DIFFICULTES APPENDICE COMMENT VENIR A BOUT DES DIFFICULTES Les difficultés créées par celui ou celle que l on souhaiterait conduire à Christ se révèlent sous forme de questions, d excuses, d objections et d arguments

Plus en détail

Manuel d Animation Missionnaire et Vocationnelle

Manuel d Animation Missionnaire et Vocationnelle Sœurs Missionnaires de Notre Dame des Apôtres Manuel d Animation Missionnaire et Vocationnelle «Ce que nous avons vu et entendu, nous vous l annonçons, afin que vous aussi vous soyez en communion avec

Plus en détail

6 ième dimanche de Pâques C. Frères et Sœurs,

6 ième dimanche de Pâques C. Frères et Sœurs, 6 ième dimanche de Pâques C Frères et Sœurs, Jésus venait de dire : «SI QUELQU UN M AIME, IL RESTERA FIDÈLE À MA PAROLE ; MON PÈRE L AIMERA, NOUS VIENDRONS CHEZ LUI; NOUS IRONS DEMEURER AUPRÈS DE LUI»

Plus en détail

Déclaration d Alliance

Déclaration d Alliance Alliance Fédérative Déclaration d Alliance Nous, Eglises Evangéliques Baptistes de France, rendons grâce à Dieu de la communion d Eglises en laquelle son Esprit Saint nous forme en notre Fédération. Par

Plus en détail

Je peux participer à l Ïuvre de Dieu

Je peux participer à l Ïuvre de Dieu Leçon 4 Je peux participer à l Ïuvre de Dieu A présent, Chang en sait davantage sur l Eglise et les différents ministères que Dieu a accordés à chacun de ses membres. Ceux-ci, il s en aperçoit bientôt,

Plus en détail

SÉMINAIRE DE PARIS. Devenir prêtre Pourquoi pas moi?

SÉMINAIRE DE PARIS. Devenir prêtre Pourquoi pas moi? SÉMINAIRE DE PARIS Devenir prêtre Pourquoi pas moi? Être prêtre du diocèse de Paris 571 C est le nombre de prêtres du diocèse de Paris en activité. 2 Quel est le rôle d un prêtre à Paris? Après son ordination,

Plus en détail

En famille, comment choisir?

En famille, comment choisir? FICHE ANIMATEUR n P3 1 Avec des PARENTS En famille, comment choisir? Une proposition à vivre avec des parents (possibilité de pause-café, dessert ) Comment faire pour choisir? Les choix sont inévitables

Plus en détail

NOTES À L INTENTION DES INTERVENANTS

NOTES À L INTENTION DES INTERVENANTS Le baptême le début d un cheminement! PARCOURS POUR ACCOMPAGNER LES PARENTS QUI DEMANDENT LE BAPTÊME POUR LEUR ENFANT Service de la catéchèse Archidiocèse de Saint-Boniface PARCOURS POUR ACCOMPAGNER LES

Plus en détail

programme connect Mars 2015 ICF-Léman

programme connect Mars 2015 ICF-Léman programme connect Mars 2015 ICF-Léman Déroulement des soirées 19:00-19:30 Accueil 19:30-20:00 Repas 20:00-20:05 Fin de repas / nettoyages 20:05-20:15 Annonces / infos 20:15-20:45 Programme vidéo ou étude

Plus en détail

Le sanctuaire céleste

Le sanctuaire céleste Chapitre 53 Le sanctuaire céleste Deux mille trois cents soirs et matins; puis le sanctuaire sera purifié. Daniel 8:14 (Segond). Ce passage biblique, fondement et clef de voûte de la foi adventiste, était

Plus en détail

«La chance de croire, recherche des hommes et don de Dieu»

«La chance de croire, recherche des hommes et don de Dieu» Journée diocésaine de Formation du 22 novembre 2012 «La chance de croire, recherche des hommes et don de Dieu» Intervention de Robert SCHLOTUS : «Croire est un acte anthropologique» Introduction C est

Plus en détail

Mission sans conversion. Lettre ouverte aux chrétiens. Chers frères et sœurs en Jésus-Christ,

Mission sans conversion. Lettre ouverte aux chrétiens. Chers frères et sœurs en Jésus-Christ, Mission sans conversion Lettre ouverte aux chrétiens. Chers frères et sœurs en Jésus-Christ, Que la paix de Christ soit avec vous tous et que tous, nous devenions des instruments de paix. Avec beaucoup

Plus en détail

«Je suis, je me souviens, je veille»

«Je suis, je me souviens, je veille» Veillée avec les jeunes à Czestochowa Pologne : Jean-Paul II à la VI e Journée mondiale de la Jeunesse à Czestochowa Le 52 e voyage pastoral du Pape Jean-Paul II hors d Italie, a comporté deux parties

Plus en détail

CROITRE EN CHRIST : LA FORMATION DURANT NOTRE VIE APPROFONDIT NOTRE PROJET DE VIVRE POUR TOUTE NOTRE EXISTENCE COMME OBLATS DE MARIE IMMACULEE

CROITRE EN CHRIST : LA FORMATION DURANT NOTRE VIE APPROFONDIT NOTRE PROJET DE VIVRE POUR TOUTE NOTRE EXISTENCE COMME OBLATS DE MARIE IMMACULEE Partage de foi 2 CROITRE EN CHRIST : LA FORMATION DURANT NOTRE VIE APPROFONDIT NOTRE PROJET DE VIVRE POUR TOUTE NOTRE EXISTENCE COMME OBLATS DE MARIE IMMACULEE CADRE L animateur de la rencontre dispose

Plus en détail

La famille, image de l Église (Ép 5,31-32)

La famille, image de l Église (Ép 5,31-32) CEP Gaspar Mora La famille, image de l Église (Ép 5,31-32) 1. Le mystère salvifique de Jésus-Christ, centre de la pensée de saint Paul 1.1. Le centre de l expérience mystique de Paul et de toute sa pensée

Plus en détail

PRIORITES REGIONALES DE L AFRIQUE

PRIORITES REGIONALES DE L AFRIQUE PRIORITES REGIONALES DE L AFRIQUE 1 ère partie : INTRODUCTION Préface: Il y a quatre ans, en 2006, le Dr. Eugenio Duarte a initié un processus qui a amené l Afrique à parler de son futur. Ces échanges

Plus en détail

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok)

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok) La mort est comme une chandelle qui s éteint lorsque le soleil se lève CHSLD (villa Pabok) Nous attirons plus particulièrement votre attention sur les besoins du résidant à ses derniers moments de vie

Plus en détail

Tétanisés par la spirale de la violence? Non!

Tétanisés par la spirale de la violence? Non! MERCREDI DES CENDRES B Frère Antoine-Emmanuel Jl 2, 12-18 ; Ps 50 2 Co 5, 20 6,2 ; Mt 6, 1-6.16-18 18 février 2015 Sanctuaire du Saint Sacrement, Montréal Tétanisés par la spirale de la violence? Non!

Plus en détail

Le baptême à l église Le début d un chemin

Le baptême à l église Le début d un chemin Le baptême à l église Le début d un chemin Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais quelques-uns eurent des doutes. Jésus s approcha d eux et leur adressa ces paroles: «Tout pouvoir m a été donné

Plus en détail

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR LE NIVEAU ÉLÉMENTAIRE Avent Année B Une grande AVENTure Semaine 1 Seigneur Jésus, le temps de l Avent est un chemin, une aventure, que nous faisons en ta compagnie pour bien nous

Plus en détail

María Lía Zervino, Servidora

María Lía Zervino, Servidora cœur se retourne contre moi, et le regret me consume. Je n agirai pas selon l ardeur de ma colère, je ne détruirai plus Israël, car je suis Dieu, et non pas homme: au milieu de vous je suis le Dieu saint"

Plus en détail

Quelques exemples de croyants célibataires

Quelques exemples de croyants célibataires Périodique de matière biblique pour les jeunes - Août 2013 - Numéro 16 Quelques exemples de croyants célibataires La situation du chrétien En 1 Corinthiens 7, Paul aborde le sujet du chrétien célibataire.

Plus en détail

Feuille de route 2013-2016

Feuille de route 2013-2016 Archidiocèse de sherbrooke Vers un nouveau réseau de collaborations Feuille de route 2013-2016 Malgré les changements apportés, la diminution des ressources humaines et matérielles en milieu ecclésial

Plus en détail

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Gabriella Battaini-Dragoni Coordinatrice du dialogue interculturel Directrice générale «Éducation, Culture et Patrimoine, Jeunesse

Plus en détail

Le mariage en 27 questions

Le mariage en 27 questions Le mariage en 27 questions 1. Combien de temps faut-il pour préparer un mariage? L Église catholique demande aux fiancés de se présenter dans leur paroisse au moins un an avant la date souhaitée. Ceci

Plus en détail

Questions d actualite sur la religion Coy Roper

Questions d actualite sur la religion Coy Roper Ceci fait partie de la série Questions d actualite sur la religion De Coy Roper Questions d actualite sur la religion Q : S il S il est possible de perdre son salut, comment un chrétien peut-il avoir une

Plus en détail

PROJET JUBILE DE LA MISERICORDE 2015-2016. La Porte Sainte

PROJET JUBILE DE LA MISERICORDE 2015-2016. La Porte Sainte PROJET JUBILE DE LA MISERICORDE 2015-2016 La Porte Sainte Le commencement de l Année jubilaire est toujours solennellement marqué par l ouverture d une Porte Sainte par le pape en la Basilique Saint-Pierre

Plus en détail

Président : Yvon Gélinas; Chantre : Claude-Marie Landré; Organiste : Pierre Caron. (Les textes :Am 7, 12-15; Mc 6, 7-13; Ep 1, 3-10 adapté)

Président : Yvon Gélinas; Chantre : Claude-Marie Landré; Organiste : Pierre Caron. (Les textes :Am 7, 12-15; Mc 6, 7-13; Ep 1, 3-10 adapté) Voir l homélie de ce dimanche 15 E DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE - (ANNÉE B) - 12 JUILLET 2015 Thème : Annoncer la Bonne Nouvelle : c est notre mission, à tous et à chacun. Président : Yvon Gélinas; Chantre

Plus en détail

éditions des Béatitudes

éditions des Béatitudes Cardinal Walter KASPER Juifs et Chrétiens À la découverte de notre héritage commun éditions des Béatitudes LE PEUPLE JUIF ET L ÉGLISE : CINQUANTE ANS DE DIALOGUE (1959-2009) NOUVEAUX POINTS SÛRS POUR L

Plus en détail

p. 50 Expliquer aux enfants qu ils devront faire cette page à la maison avec papa ou maman.

p. 50 Expliquer aux enfants qu ils devront faire cette page à la maison avec papa ou maman. Catéchèse 6 Pages 48 à 56 À prévoir avant la catéchèse Coin de prière avec Bible et cierge (briquet pour allumer le cierge) Un manuel pour chaque enfant Signets avec les devoirs à faire à la maison Hosties

Plus en détail

Quelle est votre mission? 2010.global Être inspiré. Participez.

Quelle est votre mission? 2010.global Être inspiré. Participez. Quelle est votre mission? 2010.global Être inspiré. Participez. Le 6 juin 2010 offre une occasion unique à tous les chrétiens du monde entier de célébrer l appel de Dieu à la mission. Ce jour est dédié

Plus en détail

Nous. Proclamons. nos intentions. de prières

Nous. Proclamons. nos intentions. de prières 142 Nous Proclamons nos intentions de prières 143 NOUS PROCLAMONS NOS NTENTONS DE PRÈRES Par la prière universelle, les croyants présentent à Dieu leur prière pour ceux qui viennent de se marier, pour

Plus en détail

En la fête de l Assomption de la Vierge Marie, Homélie pour une profession perpétuelle 1

En la fête de l Assomption de la Vierge Marie, Homélie pour une profession perpétuelle 1 Vies consacrées, 83 (2011-3), 163-168 En la fête de l Assomption de la Vierge Marie, Homélie pour une profession perpétuelle 1 «Un signe grandiose apparut dans le ciel» : ce signe, c est le voyant de Patmos

Plus en détail

Conseil Pontifical pour le Dialogue Interreligieux. Le Conseil oecuménique des Églises. Alliance Evangélique mondiale

Conseil Pontifical pour le Dialogue Interreligieux. Le Conseil oecuménique des Églises. Alliance Evangélique mondiale Conseil Pontifical pour le Dialogue Interreligieux Le Conseil oecuménique des Églises Alliance Evangélique mondiale La mission appartient à la nature même de l Église. Annoncer la Parole de Dieu et en

Plus en détail

Homélie Fête Patronale du séminaire Sainte Thérèse de l'enfant Jésus

Homélie Fête Patronale du séminaire Sainte Thérèse de l'enfant Jésus Homélie Fête Patronale du séminaire Sainte Thérèse de l'enfant Jésus Chers fidèles du Christ, Chers séminaristes, La fête de Sainte Thérèse de l Enfant Jésus, patronne de votre séminaire, permet chaque

Plus en détail

Sacerdoce commun et vie consacrée 1

Sacerdoce commun et vie consacrée 1 Vies consacrées, 82 (2010-4), 270-279 Sacerdoce commun et vie consacrée 1 L année sacerdotale qui s est récemment achevée a été l occasion de nombreuses réflexions, tant sur le sacerdoce commun que sur

Plus en détail

«Requiem» chanté par l organiste pendant que j entre. Je salue le corps et la croix et je me tiens debout devant le pupitre en bois.

«Requiem» chanté par l organiste pendant que j entre. Je salue le corps et la croix et je me tiens debout devant le pupitre en bois. 1 Célébration des obsèques : N. célébrant : Lize De Bie orgue : Raphaël sacristie : Sr. Marie-Hélène Entrée «Requiem» chanté par l organiste pendant que j entre. Je salue le corps et la croix et je me

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

11. Dans les évangiles de l enfance on mentionne l âne et le boeuf

11. Dans les évangiles de l enfance on mentionne l âne et le boeuf Qu est-ce qui est vrai? Jeu-test VRAI FAUX 1. L eau bout à 100 2. J ai soif est une dernière parole de Jésus sur la croix 3. En Méditerranée, il n y a pas de marées 4. Faire ses malles, c est partir 5.

Plus en détail

JE SUIS. Voici la dernière partie de cette entrevue houleuse :

JE SUIS. Voici la dernière partie de cette entrevue houleuse : JE SUIS Le chapitre huit de l Évangile selon Jean rapporte une très vive conversation qui oppose Jésus aux pharisiens jaloux de lui et impatients de le perdre. Leur propos est de le prendre en flagrant

Plus en détail

Ô ma joie, Christ est ressuscité!

Ô ma joie, Christ est ressuscité! 1/5 Ô ma joie, Christ est ressuscité! I ère Partie : Introduction «Si le Christ n est pas ressuscité, notre foi est vaine!» (I Co. XV, 17) La foi en la résurrection est essentielle, centrale dans notre

Plus en détail

Octobre 2012 Sondage paroisse : compilation des réponses de 22 formulaires

Octobre 2012 Sondage paroisse : compilation des réponses de 22 formulaires Octobre 2012 Sondage paroisse : compilation des réponses de 22 formulaires 1.2 Soutien financier 1.1 En plus du système d enveloppes, seriez-vous intéressés à ce que la paroisse offre aussi le retrait

Plus en détail

Brochure distribuée par http://espritbible.com. La Pentecôte. Shutterstock.com/Hluboki Dzianis. Ne pas jeter sur la voie publique

Brochure distribuée par http://espritbible.com. La Pentecôte. Shutterstock.com/Hluboki Dzianis. Ne pas jeter sur la voie publique La Pentecôte La Pentecôte Shutterstock.com/Hluboki Dzianis Ne pas jeter sur la voie publique 2 Une fête ancestrale Vous aimez faire la fête, vous n êtes pas le(la) seul(e) et cela ne date pas d hier. Dès

Plus en détail

Question préalable se référant à toutes les sections de la Relatio Synodi

Question préalable se référant à toutes les sections de la Relatio Synodi Questions pour la réception et l approfondissement de la Relatio Synodi Question préalable se référant à toutes les sections de la Relatio Synodi La description de la réalité de la famille présente dans

Plus en détail

On aurait pu penser que le

On aurait pu penser que le Chrétiens d Orient Un pape inquiet, un Occident muet Le sort des chrétiens d Orient ne mobilise guère la communauté internationale, tout au moins jusque récemment. C est pourquoi François n a pas attendu

Plus en détail

Le travail de l Atelier Jade

Le travail de l Atelier Jade Le travail de l Atelier Jade Jacques Devillers Graphiste de l invisible Jacques Devillers naît le 4 septembre 1921 à Amiens dans une famille d architectes. Après une formation en philosophie et un passage

Plus en détail