Un nouveau point en neurologie, épilepsies et sclérose en plaques. SCOR inform - Avril 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un nouveau point en neurologie, épilepsies et sclérose en plaques. SCOR inform - Avril 2014"

Transcription

1 Un nouveau point en neurologie, épilepsies et sclérose en plaques SCOR inform - Avril 2014

2 Un nouveau point en neurologie, épilepsies et sclérose en plaques Auteur Dominique Lannes Médecin-Conseil SCOR Global Life Éditeur Paolo De Martin Avril ISSN : demande en cours - Il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans autorisation de l Éditeur. SCOR fait ses meilleurs efforts pour assurer l exactitude de l ensemble des informations fournies et décline toutes responsabilités en cas d imprécision, inexactitude ou omission. Crédit photos Fotolia.

3 SCOR inform - Avril 2014 Introduction Dans l Antiquité, les Grecs pensaient que l épileptique était «possédé» et longtemps on a cru que la sclérose en plaques était la conséquence du stress. Au XIX e siècle, plusieurs médecins précurseurs se sont attachés à décrire ces maladies de manière détaillée sans avoir encore les moyens d agir. À la fin du XX e siècle, de nouveaux médicaments et de nouvelles méthodes d imagerie du cerveau, tels que le scanner puis l IRM, ont été découverts. En 2013, c est une neurologie conquérante et innovante qui voit le jour : la génétique, la biotechnologie, l imagerie médicale, la neurochirurgie, l industrie pharmaceutique les recherches fondamentales et cliniques s allient pour enfin comprendre ces maladies, les traiter et espérons-le, bientôt les guérir. Tous ces progrès ainsi que leurs conséquences éventuelles sur l évaluation du risque doivent maintenant être connus des assureurs. Nous vous proposons de partager nos réflexions et préconisations en termes de tarification avec ce panorama actualisé de ces deux affections neurologiques importantes : L épilepsie qui touche près de 50 millions de personnes dans le monde. La sclérose en plaques qui touche 2.5 millions de personnes dans le monde et voit sa fréquence en forte augmentation. 3

4 Un nouveau point en neurologie, épilepsies et sclérose en plaques L épilepsie Egalement appelée comitialité, l épilepsie est une maladie neurologique chronique caractérisée par la survenue de crises résultant d une décharge anormale et simultanée de groupes de neurones intracérébraux. Chacun d entre nous peut un jour faire une crise d épilepsie lorsque son cerveau se trouve dans des conditions particulières de déséquilibre ou d agression, par exemple un accès de fièvre chez l enfant ou un désordre hydro-électrolytique sanguin important. Il faut cependant avoir fait plusieurs crises pour être qualifié de patient épileptique. Epidémiologie L épilepsie est une pathologie neurologique fréquente présente partout dans le monde. Par exemple aux Etats-Unis, 1,5 million de personnes sont épileptiques et 10 millions le sont sur le continent africain. Au Royaume Uni 1 % de la population est épileptique. L épilepsie n a aucune frontière géographique, sociale ou raciale. Dans les pays industrialisés, sa courbe d incidence est assez caractéristique : plutôt rare entre 20 et 60 ans, la maladie est beaucoup plus fréquente à partir de 60 ans. Dans les pays émergents, les choses sont un peu différentes : des causes spécifiques d épilepsie, infectieuses et parasitaires touchent particulièrement les enfants et jeunes adultes, il y a par conséquent beaucoup plus de patients épileptiques en dessous de la trentaine dans ces pays. Incidence de l épilepsie en fonction de l âge Pays industrialisés 250 Incidence/100,000 USA Suède 1995 Islande Âge Pays émergents 250 Incidence/100,000 Chili Ethiopie 1997 Tanzanie Source : Comprehensive Textbook, Chapter 5 Incidence and prevalence, Poonam Nina Banerjee and W. Allen Hauser Âge 4

5 SCOR inform - Avril 2014 Les différentes épilepsies En fonction de la cause, de la localisation dans le cerveau et de l intensité des décharges neuronales, les crises vont se manifester de façon bien différente d une personne à l autre. L épilepsie peut se présenter ainsi par de multiples manifestations cliniques. Pour clarifier les choses il a été nécessaire de classer les crises d épilepsie. Schématiquement il existe 2 formes de crises selon leurs manifestations cliniques : crise généralisée et crise partielle qui sont liées à 3 types de causes : idiopathique, symptomatique et cryptogénique. On parlera par exemple de crise généralisée idiopathique ou de crise partielle symptomatique. Topographie du cerveau La crise d épilepsie va se manifester de façon très variable en fonction de l aire cérébrale concernée par la décharge neuronale. La parole Les mouvements complexes Les mouvements volontaires Les sensations L interprétation des sensations Tous ces éléments se retrouvent dans la classification de l Internationale League Against Epilepsia (ILEA) www. ilae.org/ que nous allons détailler ci-dessous. L audition La vue En fonction de la manifestation clinique Selon la région du cerveau intéressée par la décharge neuronale, les manifestations cliniques peuvent comporter des pertes de connaissance brusques, des troubles du comportement, des difficultés d élocution, de vision ou d audition, des mouvements anormaux, des hallucinations, etc. Tout est possible dans ce domaine car le cerveau est à l origine de toutes nos sensations, pensées et mouvements. les crises partielles appelées également focales représentent 60 à 70 % des épilepsies. Elles débutent localement dans le cerveau et peuvent être de deux types : simples (la conscience est préservée), partielles complexes (la conscience est altérée). Les crises partielles peuvent se poursuivre par une crise généralisée (crise généralisée secondaire). La nature des symptômes varie en fonction de la zone fonctionnelle cérébrale touchée par la crise. - Les crises partielles simples sont caractérisées par une absence d altération de la conscience. Les symptômes associés peuvent être : moteurs (manifestations versives, posturales, phonatoires, somato-motrices), somato-sensoriels ou somesthésiques (troubles visuels, auditifs, olfactifs, gustatifs, vertiges), végétatifs (digestifs, respiratoires, énurétiques, vaso-moteurs et vasculaires), psychiques (manifestations dysmnésiques, cognitives, instinctivo-affectives, rire, illusions, hallucinations). L interprétation du langage L interprétation visuelle - Les crises partielles complexes présentent une altération de la conscience ; la perte de contact peut être précoce ou tardive. Ces crises peuvent débuter comme une crise partielle simple et être suivie d une altération de la conscience, ou faire l objet d une altération de con science dès le début. Elles sont caractérisées par une amnésie postcritique et des automatismes associés : oro- alimentaires (mâchonnements, déglutition ), gestes simples (mouvement des mains, émiettements ) ou com plexes (boutonnage, déboutonnage ), déambulation, automatismes verbaux (onomatopées, mots, phrases). les crises généralisées : la décharge neuronale intéresse simultanément l ensemble des 2 hémisphères cérébraux, il existe donc une perte de connaissance dans la plupart des cas. Elles peuvent être de différents types : absences (périodes brèves de non réceptivité), cloniques (spasmes d un ou plusieurs muscles), toniques (raidissement soudain et contraction des muscles), tonico-cloniques, atoniques (perte soudaine du tonus musculaire). La conscience peut être préservée dans les crises myocloniques (secousses musculaires des membres supérieurs, voire des quatre membres). Une crise généralisée ne peut pas être suivie d une crise partielle. 5

6 Un nouveau point en neurologie, épilepsies et sclérose en plaques En fonction de la cause sous-jacente les épilepsies idiopathiques que l on nomme également «épilepsies génétiques». Dans ce cas l épilepsie est la conséquence directe d une anomalie génétiquement déterminée de l excitabilité neuronale et son évolution est en général bénigne. les épilepsies symptomatiques ont une cause bien identifiée. Il peut s agir d une tumeur, d une malformation cérébrale ou d un accident vasculaire cérébral mais également de la prise d un médicament ou de la consommation d alcool, d une maladie neurologique précise (maladie de Huntington, sclérose en plaques, maladie d Alzheimer, etc.) ou d une fièvre pouvant entrainer ces convulsions fébriles tant redoutées des parents. les épilepsies cryptogéniques dont la cause n est pas connue. Incidence de l épilepsie en fonction de la cause toujours possibles. Il convient cependant d éviter les circonstances susceptibles de favoriser le déclenchement d une crise : manque de sommeil, prise d alcool, fièvre, certains médicaments stimulateurs du système nerveux central, hypoglycémie ou autres facteurs métaboliques, stimulation lumineuse intermittente. Le cas des jeux-vidéos est particulier car seules certaines personnes y sont sensibles. Pour les sports, le bon sens consiste à éviter les activités où perte de connaissance et mouvements anormaux pourraient avoir des conséquences graves (chute, perte de contrôle d un appareil etc., citons l alpinisme et la plongée sous-marine). Dans certains cas il peut y avoir des facteurs déclenchant spécifiques très particuliers : bruits inattendus, lecture, émotion forte, concentration intellectuelle prolongée etc. Dans le travail, chaque situation individuelle doit être évaluée avec soin. L informatique contrairement aux idées reçues, n est pas une contre-indication chez le patient épileptique, sauf cas prouvé de sensibilité aux écrans ce qui est rarissime avec les écrans plats. L épilepsie n est donc pas une contreindication à l usage de l informatique au travail. Epilepsies idiopathiques/ cryptogéniques 65,5 % Epilepsies symptomatiques Infection 2,5 % Neuro-dégénérative 3,5 % Tumorale 4,1 % Traumatique 5,5 % Congénitale 8,0 % Dans tous les cas, l observance du traitement antiépileptique est primordiale. Le diagnostic, l EEG et l IRM Le diagnostic d épilepsie repose avant tout sur la description clinique des crises. Reconstituer le «film» de la crise avec le patient permet très souvent d avoir une orientation diagnostique forte. Vasculaire 10,9 % Source : Epilepsia May-Jun;34(3): Incidence of epilepsy and unprovoked seizures in Rochester, Minnesota: Hauser WA, Annegers JF, Kurland LT. Facteurs favorisants et contre-indications Une épilepsie ne présente aucune contre-indication : grossesse, allaitement, sport, vie professionnelle sont en principe Le raisonnement médical à suivre face à une crise est toujours : Est-ce bien une authentique crise d épilepsie? Quel type de crise : partielle ou généralisée? Y-a-t-il une cause? et si oui est-elle curable? La crise s intègre-t-elle dans le cadre d une maladie neurologique spécifique? L électro-encéphalogramme (EEG) L EEG est une méthode d exploration cérébrale permettant d enregistrer l activité électrique du cerveau au moyen d électrodes placées sur le crâne. L EEG est un examen 6

7 SCOR inform - Avril 2014 indolore et non-invasif qui a sa place dans le diagnostic mais également dans le suivi d un patient épileptique. Lorsque l EEG est couplé à un enregistrement vidéo de la crise, la corrélation entre l activité électrique intracérébrale et la clinique est particulièrement informative et intéressante. IRM cerveau avec tumeur intra-cérébrale >> Dans le contexte d assurance, un proposant épileptique traité, dont l EEG entre les crises est normal, peut être considéré comme ayant un meilleur pronostic dans l évaluation du risque global Tracé EEG Source : Centre imagerie IMFM Paris méthode peut, par exemple mettre en évidence un hypométabolisme cérébral localisé et, éventuellement, inciter à proposer une chirurgie. >> Soulignons également que l EEG et l IRM sont deux examens non invasifs, faits en routine dans la plupart des pays. Il ne faut donc pas, au niveau assurantiel, se priver L IRM Source : B. Guéguen, CHSA L IRM est une méthode d imagerie médicale non invasive, non irradiante qui permet de visualiser en détail le cerveau «sous tous les angles». Son intérêt est bien sûr de repérer les épilepsies symptomatiques, c est-à-dire ayant une cause intracérébrale bien identifiable : une tumeur, une malformation cérébrale, etc. Dans certains cas difficiles, une imagerie métabolique, c està-dire prenant en compte le fonctionnement du cerveau lui-même est nécessaire et se fait avec le Pet Scan, méthode permettant d explorer l activité cellulaire cérébrale. Cette de l apport de ces examens Traitements de l épilepsie Des médicaments anciens et d autres plus récents Le premier médicament découvert en 1937 est la phénytoine. Viennent ensuite la carbamazépine en 1960 et le valproate en A partir de 1990 sont apparus les antiépileptiques de dernière génération présentant moins d effets secondaires et une efficacité parfois supérieure. Ils ont la particularité d être à large spectre et peuvent être utilisés aussi bien dans les épilepsies partielles que dans les épilepsies généralisées. 7

8 Un nouveau point en neurologie, épilepsies et sclérose en plaques Les antiépileptiques Antiépileptiques classiques Dénomination commune internationale phénobarbital, ethosuximide, valproate de sodium, phénytoïne, carbamazépine épileptique doit être localisé dans une région dont l ablation n entrainera pas de déficit neurologique et neuropsychologique qui pourraient être responsables d un handicap. Cette chirurgie est délicate et relève du domaine de l hyperspécialité. Parmi les techniques habituellement proposées citons l hippocampectomie (face interne du lobe temporal) mais aussi des interventions plus complexes : résection localisée de type lobectomie, cortectomie, hémisphérectomie, callosotomie, transections sous-piales. Antiépileptiques nouveaux vigabatrin, gabapentine, lamotrigine, tiagabine, topiramate, levetiracetam, pregabaline D autres techniques comme la stimulation du nerf vague ou la stimulation intracrânienne peuvent être proposées dans des cas bien spécifiques. La chirurgie peut guérir l épilepsie, mais de façon paradoxale et mal comprise, elle peut entrainer une décompensation psychiatrique pouvant nécessiter une hospitalisation. A titre d exemple, la carbamazépine est souvent indiquée en première intention pour les crises partielles et le valproate dans le cas de crises généralisées. En cas d échec, un antiépileptique de dernière génération est proposé : lamotrigine, topiramate ou levetiracetam. Si ces traitements ne fonctionnent pas, une bithérapie est alors recommandée : deux molécules, aux mécanismes d action différents, sont associées. Globalement, les traitements antiépileptiques permettent au patient de ne plus avoir de crise dans 7 cas sur 10. Enfin, lorsque tout traitement a échoué, l épilepsie est dite pharmacorésistante et la chirurgie doit être envisagée. Celle-ci doit d ailleurs être proposée sans attendre pour certaines causes d épilepsie, par exemple la sclérose hippocampique. >> L assureur doit considérer les nouveaux antiépileptiques comme un progrès certains car ils permettent d équilibrer de nombreux patients et sont mieux tolérés, mais pas comme une révolution : ils ne guérissent pas toutes les épilepsies La chirurgie Lorsque les crises sont assez fréquentes et graves pour perturber sérieusement la vie du patient et que les médicaments sont inefficaces, une chirurgie qui «emporte» la zone du cerveau «foyer épileptique» peut être envisagée. Le foyer >> Dans le contexte de l assurance il est donc nécessaire d être prudent pendant quelques mois même après un traitement chirurgical qui a fait disparaître les crises. La notion de guérison est évoquée, après 1 à 2 ans sans crise Comorbidités, facteurs pronostiques et évolution globale Différents handicaps sont associés à l épilepsie : la baisse de quotient intellectuel global, les troubles de l attention et de la mémoire, un ralentissement idéatoire, des troubles du langage, divers troubles psychologiques. Les troubles de l humeur sont également fréquents chez les épileptiques. Environ 30 % d entre eux souffrent de dépression. Notons cependant que lorsque l épilepsie est équilibrée par le traitement ce chiffre est de l ordre de 5 %. Le suicide, qui touche en grande partie des patients jeunes, est trois fois plus élevé que dans la population générale. Le syndrome de mort subite concerne 8,8 % des décès des patients épileptiques de moins de 40 ans. D une manière générale, la surmortalité est de 2 à 3 fois plus élevée chez les épileptiques, et même 5 fois plus en cas d épilepsie pharmaco-résistante. 8

9 SCOR inform - Avril 2014 Certains critères permettent de reconnaître les patients épileptiques les plus à risque. C est le cas lorsque : L épilepsie est pharmaco-résistante ou nécessite une polythérapie. L EEG entre 2 crises est anormal. Il y a un handicap psychomoteur associé. L épilepsie de la petite enfance est encore active à l âge adulte. La fréquence de crises est élevée (à partir de 4 à 5 par an). L épilepsie est symptomatique mais la cause n est pas curable. L épilepsie est de type myoclonique généralisée invalidante. Statistiquement après 20 ans de recul, l évolution globale des personnes épileptiques peut se résumer ainsi : 50 % des patients n ont plus de crise, sans aucun traitement. 20 % des patients sont en rémission, avec un traitement. 30 % en revanche ont toujours des crises. Avec l âge, les épilepsies ont tendance à se stabiliser. Les difficultés d insertion professionnelle La crise d épilepsie peut survenir de manière brutale et imprévue à son travail et avoir un retentissement non négligeable sur l insertion professionnelle. Ce retentissement va dépendre du type de crise, de leur fréquence et bien sûr du poste de travail. Les difficultés d insertion professionnelle touchent environ 20 % des patients, en particulier les jeunes, et elles concernent différents niveaux : le recrutement et le maintien dans l emploi, l évolution de carrière, les changements d emplois plus fréquents, les emplois sous-qualifiés et la retraite anticipée le chômage est de 40 à 50 % supérieur à la population générale. La sévérité de l épilepsie et un traitement insuffisant ou non adapté expliquent en partie ces difficultés d insertion mais certains facteurs pèsent davantage : défaut de qualification professionnelle, stigmatisation de la maladie au sein du milieu professionnel, handicaps intellectuels, psychiatriques ou moteurs associés, perturbations psychologiques telles que des problèmes de confiance en soi ou de mauvaise image de soi. >> Toutes ces données et chiffres doivent être intégrés par l assureur dans son évaluation du risque de l épilepsie 9

10 Un nouveau point en neurologie, épilepsies et sclérose en plaques >> Evaluation du risque et tarification de l épilepsie La tarification d un proposant épileptique est de prime abord complexe. Nous avons vu précédemment que les causes sont multiples, que le pronostic peut être favorable ou redoutable et qu il existe un très grand nombre de formes cliniques et de profils évolutifs. Le décès accidentel et la mort subite seront les risques majeurs à évaluer dans ce contexte. Par ailleurs, nous avons également vu l intrication que cette affection a avec la sphère psychosociale, notamment la dépression et les difficultés d insertion socioprofessionnelle. Il faut tenir compte de ces paramètres pour la couverture des garanties incapacité et invali dité. Afin d évaluer en toute connaissance de cause le dossier d un patient épileptique, il est souhaitable d obtenir un certificat médical donnant les informations suivantes : La cause de l épilepsie : on comprend aisément qu une épilepsie due à une tumeur intracérébrale, un alcoolisme ou s inscrivant dans une pathologie neurologique évolutive n a pas la même signification pronostique qu une épilepsie idiopathique et stable depuis l enfance par exemple. Le nombre annuel de crises : le pronostic d une épilepsie avec une crise par semaine est différent de celui d une épilepsie avec une crise tous les deux ans. La date de la dernière crise : plus le recul est important, meilleur sera le pronostic global. Le type de crise : les crises partielles, indépendamment de leur cause, ont un risque accidentogène et d incapacité moindre par rapport aux crises généralisées avec perte totale de conscience. L insertion psychosociale : la dépression associée, l invalidité, les arrêts de travail multiples, etc. sont des critères à prendre en compte dans l évaluation du risque. A l appui de ces informations, les derniers EEG et IRM cérébral réalisés pourront apporter des éléments objectifs sur la cause de l épilepsie et sur l évolution avec traitement. Soulignons ici la signification pronostique favorable d un EEG récent normal. Pour résumer, une épilepsie bien contrôlée par le traitement, sans crise depuis des années et sans cause neurologique péjorative (tumeur, etc.), aura un pronostic en décès favorable et une tarification inférieure à 100 % de surmortalité selon les cas. Une épilepsie dont la cause a été guérie par la chirurgie pourra présenter un risque standard après un recul de plusieurs mois. A l inverse, une épilepsie symptomatique secondaire à une tumeur, un AVC, une maladie neurologique évolutive sera refusée. Les autres cas, en fonction de la cause, du nombre de crise annuel et du recul par rapport à la dernière crise seront le plus souvent tarifés avec une surmortalité entre 50 et 200 %. Concernant les garanties incapacité et invalidité, la prudence est de mise, les cas d épilepsie parfaitement équilibrée sans crises depuis plusieurs années pourront être tarifés. 10

11 SCOR inform - Avril 2014 La sclérose en plaques La sclérose en plaques (SEP) est une maladie neurodégénérative évoluant par poussée, caractérisée par des lésions inflammatoires de la substance blanche du cerveau et de la moelle épinière. La vitamine D est un puissant immuno-régulateur : son déficit est un des facteurs de risque de survenue d une première poussée de SEP. L obésité et le tabac expliquent aussi pour partie l augmentation du nombre de cas, dans les pays développés comme émergents. Enfin, des causes virales sont avancées, en particulier l infection par le virus Epstein-Barr. Manifestations cliniques Epidémiologie La répartition de la SEP à travers le monde n est pas uniforme et on observe un gradient Nord-Sud, c est-àdire que la fréquence de la maladie diminue quand on se rapproche de l équateur. Les zones de haute prévalence de la maladie (autour de 100 pour habitants) sont l Europe du Nord, le Canada et le Nord des Etats-Unis, les zones de basse prévalence (inférieure à 5 pour habitants) se situent autour de la Méditerranée et au Mexique. La SEP atteint trois fois plus la femme que l homme, l âge moyen de début de la maladie se situe autour de trente ans. Comme pour d autres maladies autoimmunes, l incidence et la prévalence sont en forte progression sur tous les continents, plus de 20 % sur une vingtaine d années. Causes, facteurs favorisants La cause de la SEP n est toujours pas élucidée et cette pathologie résulte probablement de l interaction d une susceptibilité génétique et d un ou plusieurs facteurs environnementaux. Elles vont avant tout dépendre de la localisation des lésions de SEP dans le cerveau ; selon la région atteinte, les signes vont être très différents d une personne à l autre. 25 % des malades débutent leur SEP par des signes visuels dus à une névrite optique. Il s agit souvent de troubles de la vision des contrastes ou d une difficulté à fixer visuellement les objets. Il peut y avoir une cécité unie ou bilatérale ou une baisse de l acuité visuelle. 30 à 40 % des malades débutent leur SEP par des paralysies ou des troubles de l équilibre. Toutes ces atteintes sont bien sûr à l origine de difficultés à la marche plus ou moins importantes. Dans certains cas, des douleurs, des difficultés gestuelles, des troubles génito-sphinctériens et un dysfonctionnement érectile peuvent également affecter les malades. A côté des signes neurologiques, la SEP entraine chez la moitié des patients d autres troubles perturbant et invalidant le quotidien du patient : une fatigue chronique, des troubles de l attention, de la concentration ou de la mémoire, une fatigabilité intellectuelle majeure, une difficulté aux apprentissages. Les malades souffrent en outre d anxiété, d une modification de personnalité et souvent de dépression. Ces manifestations psychologiques sont à corréler avec un risque de suicide multiplié par 3 à 7 par rapport à la population générale. Ces difficultés cognitives et neuropsychologiques sont indépendantes du stade de gravité de la SEP elle-même. 11

12 Un nouveau point en neurologie, épilepsies et sclérose en plaques Les différentes formes évolutives La maladie peut prendre différentes formes et aujourd hui aucun marqueur fiable ne permet de savoir comment elle va évoluer chez un patient. L imprévisibilité concernant l évolution de la SEP domine toujours en Schématiquement on distingue 4 profils évolutifs de la SEP : Les différentes formes évolutives Forme bénigne Forme < 20 ans > Forme récurrente rémittente Forme secondairement progressive (FSP) Forme progressive primaire Pourcentage des patients 15 à 20 % Environ 40 % Environ 30 % 10 à 15 % Caractéristiques Score d EDSS inférieur à 3 au-delà de 20 ans d évolution Pas de séquelle après les premières poussées, en dépit de lésions persistantes. Délais entre deux poussées très variables : un mois, un an, dix ans, trente ans Dégradation du malade au fil des ans, après une phase rémittente et en dépit de la quasi-absence de poussées Absence de poussées ; progression d emblée des signes moteurs, sensitifs, cognitifs Forme la plus grave Le diagnostic, l IRM Le diagnostic repose sur un faisceau d arguments cliniques, para-cliniques et évolutifs ; trois éléments sont importants pour poser un diagnostic de SEP : La dimension temporelle : la maladie évolue par crises plus ou moins espacées dans le temps. La dimension spatiale : il y a plusieurs lésions, c est-àdire plaques de démyélinisation disséminées dans le cerveau ou la moelle. L élimination des diagnostics différentiels. Avant de poser le diagnostic de SEP il faut avoir éliminé les autres maladies neurologiques qui évoluent par poussées. En cas de doute sur le diagnostic, la ponction lombaire permet d analyser le liquide cérébro-spinal. 85 à 90 % des patients ont en effet des bandes oligoclonales : elles sont une sorte de signature d un disfonctionnement immunitaire. La synthèse diagnostique : les Critères de McDonald William McDonald a donné son nom aux critères de diagnostic de la maladie, élaborés en 2001 et révisés en 2005 puis Ils constituent un équilibre entre sensibilité et spécificité et permettent de faire le diagnostic de la maladie avec une bonne fiabilité. L application de ces critères permet lors d une première poussée de faire un diagnostic précoce et de prendre en compte les différents diagnostics différentiels possibles. Son principe est d objectiver la diffusion des lésions de SEP dans l espace cérébral (lésions en différents endroits du système nerveux central) mais également dans le temps (lésions d âge différent) et ceci en utilisant les données cliniques, les résultats de la ponction lombaire et surtout de l IRM du patient. Ces critères font référence partout dans le monde dès que l on s intéresse au diagnostic de cette affection. 12

13 SCOR inform - Avril 2014 L IRM L IRM a transformé la vision de la maladie en montrant avec grande précision les plaques de démyélinisation dans le système nerveux central. Celles-ci apparaissent sous forme de lésions en «hyper signal» dans le cerveau, dans la moelle épinière et au niveau des nerfs optiques. L IRM permet également de visualiser les zones d atrophie cérébrale correspondant à des zones de destruction du tissu nerveux. Dans certains cas, il est possible de faire le diagnostic de SEP avec une seule IRM lorsque sont visualisées plusieurs lésions caractéristiques d âges différents. L IRM permet de quantifier objectivement l importance des lésions de SEP grâce au calcul d un score dit de «charge lésionnelle». La stabilité dans le temps de ce score est certainement un facteur favorable de l évolution de la maladie. En 2013 l IRM est un outil de diagnostic, de suivi, de pronostic indispensable en pratique médicale quotidienne. L apport de l IRM va encore s accroître lorsqu elle sera réalisée avec des protocoles validés de façon homogène dans tous les centres radiologiques. Evaluation du handicap, l échelle EDSS La SEP constitue la première cause non traumatique de handi cap sévère acquis du sujet jeune. Le retentissement de IRM Cerveau avec plaques de démyélinisation Source : CHU de Lille. l incapacité et du handicap sur la vie quotidienne familiale et professionnelle est souvent majeur. Partout dans le monde ce handicap est mesuré par l échelle EDSS (Expanded Disability Status Scale), qui s étale de 0 à 10. L Echelle EDSS (Expanded Disability Status Scale) 0 : examen neurologique normal 2 : une fonction altérée : par exemple trouble de la sensibilité ou déficit moteur isolé 4 : le travail peut encore être réalisé mais réduction du périmètre de marche 5 : périmètre de marche sans aide réduit à 200 mètres 6 : aide unilatérale pour un périmètre de marche de 100 mètres 7 : recours à un fauteuil roulant 9 : patient grabataire Source : Kurtzke JF. Rating neurological impairment in multiple sclerosis: an expanded disability status scale. Neurology 1983; 33:

14 Un nouveau point en neurologie, épilepsies et sclérose en plaques La variabilité d évolution de la SEP est très forte jusqu à un stade EDSS 3, c est-à-dire que dans ces cas, l imprévisibilité de la maladie est totale. Pour atteindre le score EDSS de 3 il peut s écouler quelques mois ou 20 ans. Ce score ne sera jamais atteint dans certaines formes bénignes. En revanche, lorsque le score EDSS est > 3, l évolution s homogénéise. Tous les malades mettent en moyenne 6 à 7 ans pour atteindre un score de 6. L objectif des traitements est donc que les patients ne dépassent pas un score de 3-4, au-delà duquel les interventions thérapeutiques sont plus limitées. Evolution du handicap dans la SEP 7 6 Score EDSS Phase 2 Phase Années depuis les 1 ers signes cliniques de la SEP } } Progression de l invalidité en Phase 2 (durée moyenne entre scores EDSS 3 et EDSS 6) en cinq sous-groupes définis selon la durée de la Phase 1 (temps écoulé entre l apparition de la sclérose en plaque à EDSS 3) pour 718 patients atteints de SEP ayant atteint EDSS 3 et EDSS 6. Source : Brain a Journal of Neurology, Brain 2010: 133; , Evidence for a two-stage disability progression in multiple sclerosis - Emmanuelle Leray, Jacqueline Yaouanq, Emmanuelle Le Page, Marc Coustans, David Laplaud, Joël Oger and Gilles Edan. >> Dans le contexte de l assurance le score DSS constitue le pivot de la tarification du risque. Traitements et approche multidisciplinaire S il n y a pas eu de révolution, des progrès thérapeutiques indiscutables ont cependant été enregistrés depuis une quinzaine d années. Sur le plan symptomatique, des progrès ont également été réalisés, améliorant la qualité de vie des patients, mais de façon encore trop modeste. Traitements de fond Leur but est de réduire la fréquence des poussées et de limiter la progression de la maladie. Il est important d agir le plus tôt possible sur l inflammation, qui détruit la myéline puis les neurones et conduit à la forme progressive de la maladie. En 2013, la tendance est donc de proposer un traitement de fond dès la première poussée. Dans les formes rémittentes, les immunomodulateurs, apparus entre 1993 et 2000 (interférons beta et acétate de glatiramère), permettent de traiter 50 % des malades. Ils ne présentent pas de toxicité. Après 5 à 10 ans, deux tiers des patients ne répondent plus à ces trait ements, il est alors nécessaire de prescrire des immu nosuppresseurs, apparus entre 2001 et Ces traitements réduisent le taux de poussées de 54 % avec le fingolimod et 68 % avec le natalizumab, ils sont donc plus efficaces mais présentent des effets indésirables qui rendent le rapport bénéfice/risque discutable chez certains patients. Une troisième ligne de traitement est parfois envisagée, avec des molécules comme le cyclo phosphamide et de mitoxantrone. Exceptionnellement, des autogreffes de moelle osseuse sont pratiquées. 14

15 SCOR inform - Avril 2014 Dans les formes secondairement progressives l impact des traitements est très modeste. Dans les formes progressives primaires aucun traitement n a montré une efficacité significative claire. Vers une révolution thérapeutique? Les traitements des formes rémittentes pourraient connaître une avancée majeure si les études cliniques en cours délivrent leurs promesses. Trois nouveaux traitements sont ainsi attendus en 2014, il s agit d un immunosupresseur (BG12), d un immunomodulateur (tériflunomide) et d anticorps monoclonal s attaquant aux lymphocytes (alemtuzumab). D autres molécules sont également en cours d expérimentation, citons le laquinimod, l ocrelizumab, le daclizumab. Dans les formes progressives primaires, des essais thérapeutiques sont en cours ; leurs résultats ne sont cependant pas attendus avant 2020! Approche multidisciplinaire La SEP est une maladie chronique de l adulte jeune qui ne nécessite pas de prendre de précautions particulières au quotidien mis à part quelques adaptations de la vie par rapport à «avant la maladie». Dans les formes évoluées, la lourdeur de la maladie en termes de handicap requiert un accompagnement et une approche multidisciplinaire, en particulier dans les formes progressives, pour lesquelles les traitements sont peu efficaces. C est dans ce domaine que les plus gros progrès ont d ailleurs été réalisés. Approche Multidisciplinaire (G-SEP) Urologue Neurologue Infirmières Kinésithérapeute Ophtalmologiste Patient Médecin du travail Psychologue/ psychiatre Médécin généraliste Assistante sociale 15

16 Un nouveau point en neurologie, épilepsies et sclérose en plaques Facteurs pronostiques Il existe un niveau d incertitude important quant à l évolution de la maladie. Pour établir un pronostic fonctionnel, il est important de bien connaître l histoire du début de la maladie : les cinq premières années sont capitales pour le risque ultérieur. Le deuxième élément important est l analyse de la toute première IRM réalisée. L étude de larges populations de patients montre que, à durée de maladie équivalente, il existe des facteurs favorables et péjoratifs de la maladie : Favorables Début jeune Début par : névrite, optique, paresthésies Péjoratifs Début tardif (> 40 ans) Début par : signes moteurs, cérébelleux ou multifocaux Lorsque le patient évolue vers la forme secondairement progressive de la maladie, celle-ci se produit en moyenne 10 à 15 ans après le début de la SEP soit statistiquement entre 40 et 45 ans mais, comme toujours pour cette affection avec une extrême variabilité d un individu à un autre. 15 ans après le début de la maladie, environ un malade sur deux a besoin d une canne pour marcher sur plus de 100 ou 200 mètres. De même, 25 ans sont nécessaires en moyenne pour avoir besoin d un fauteuil roulant. Les prises en charges thérapeutiques modernes de la SEP ont cependant tendance à allonger ce délai. Trois autres facteurs pronostiques sont actuellement bien identifiés il s agit : Du tabagisme et de l obésité qui aggravent la maladie. Du genre : les hommes ont des formes souvent plus sévères que les femmes. Peu de poussées (2 premières années) Délai long pour EDSS 3 IRM sub-normale Forme progressive Nombreuses poussées Délai court pour EDSS 3 IRM très anormale Source : Confavreux C, et al. Early clinical predictors and progression of irreversible disability in multiple sclerosis: an amnesic process. Brain 2003; 126: Brex PA et al. A longitudinal study of abnormalities on MRI and disability from multiple sclerosis. N Engl J Med 2002; 346(3):

17 SCOR inform - Avril 2014 >> Evaluation du risque et tarification de la sclérose en plaques La SEP est une maladie neuro-dégénérative qui diminue en moyenne l espérance de vie de 5 à 10 ans, du fait d un petit pourcentage de formes très graves. La difficulté résulte de l extrême variabilité et imprévisibilité de la maladie : le nombre des poussées, le profil évolutif rémittent ou progressif, la localisation et le nombre des plaques de démyélinisation dans le système nerveux central aux conséquences multiples et variées etc. Il faut pourtant que l assureur ait une idée assez claire et objective de l évolution possible d un proposant pour l avenir. Afin d évaluer au mieux le dossier d un patient atteint de SEP, il est souhaitable d obtenir un certificat médical donnant les informations suivantes : L historique de la maladie avec la date de la dernière crise et bien sûr le type évolutif, rémittent ou progressif de la maladie. L état de handicap du proposant qui sera donné par le score EDSS, élément objectif indispensable à la tarification. Le résultat de la dernière IRM réalisé avec le score de charge lésionnel s il a été réalisé. Les formes progressives ne sont pas assurables tant qu il n y aura pas de traitements, quel que soit le type d assurance. Les formes rémittentes doivent s analyser en tenant compte : Du score EDSS qui doit être < à 6. Du nombre de poussées et surtout du recul par rapport à la dernière poussée. Ne pas avoir eu de poussée au cours des 5 dernières années est bien sûr plus favorable qu avoir eu une poussée il y a 6 mois. En fonction de ces différents paramètres une tarification de 25 à 200 % sera proposée en décès. La tarification sera modulée favorablement lorsqu il y a stabilité des lésions sur 2 IRM espacées d au moins deux ans. Concernant l incapacité, la SEP est une pathologie imprévisible, souvent invalidante et associée à une fatigue intense et une dépression : la prudence est donc toujours préconisée en 2013 dans ce domaine. Courbe de survie (méthode actuarielle) des patients danois atteints de SEP comparée à la population générale Probabilité de survie Hommes Probabilité de survie Femmes 1,0 1,0 0,8 0,8 0,6 0,6 0,4 0,4 0,2 0,2 0, Années depuis les 1 ers symptômes SEP Population 0, Années depuis les 1 ers symptômes SEP Population Source : Oxford Journals, Medicine Brain, Volume 127, Issue 4, Pp Henrik Brønnum-Hansen, Nils Koch-Henriksen and Egon Stenager. 17

18 Un nouveau point en neurologie, épilepsies et sclérose en plaques 18

19 SCOR inform - Avril 2014 Conclusion Cette mise au point sur l épilepsie et la sclérose en plaques permettra aux personnes concernées par l évaluation du risque de comprendre les grandes lignes directrices, les évolutions et les principaux enjeux de ces deux affections neurologiques chroniques. S il y a eu des progrès indiscutables dans la prise en charge diagnostique et thérapeutique, on ne peut encore aujourd hui parler de révolution. Notre évaluation du risque s est cependant affinée et tarifie «au plus près» le risque réellement encouru. Dans le contexte de l assurance, gardons à l esprit les éléments forts, communs à ces deux affections évoluant par «crises» ou «poussées» : Le recueil du nombre de crises ou poussées par année. Le recul par rapport à la dernière crise ou poussée. La connaissance de l état neurologique mais également neuropsychologique, en particulier la dépression et l asthénie souvent associée. Le recueil des informations données par l IRM, dont le compte-rendu doit faire partie du dossier médical de souscription dans la plupart des cas. Les dix prochaines années promettent d être fertiles en découvertes dans le monde de la neurologie. 19

20 SCOR Global Life 5, avenue Kléber Paris Cedex 16 France

Union pour la lutte contre la sclérose en plaques

Union pour la lutte contre la sclérose en plaques Union pour la lutte contre la sclérose en plaques UNISEP - 14 rue Jules Vanzuppe - 94 200 Ivry Sur Seine - Tel : 01 43 90 39 35 - Fax : 01 43 90 14 51 - www.unisep.org Pour fédérer recherche et aide aux

Plus en détail

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie M. Benabdeljlil, S. Aïdi, M. El Alaoui Faris Service de Neurologie A et

Plus en détail

7- Les Antiépileptiques

7- Les Antiépileptiques 7- Les Antiépileptiques 1 Définition L épilepsie est un trouble neurologique chronique caractérisé par la survenue périodique et imprévisible de crises convulsives dues à l émission de décharges électriques

Plus en détail

La sclérose en plaques (SEP) La sclérose en plaques. La sclérose en plaques. physiopathologie(1) La sclérose en plaques : épidémiologie

La sclérose en plaques (SEP) La sclérose en plaques. La sclérose en plaques. physiopathologie(1) La sclérose en plaques : épidémiologie (SEP) Février 2011 La SEP est une affection inflammatoire du système nerveux central (cerveau,tronc cérébral, moelle épinière). Les lésions correspondent à des plaques de démyélinisation au sein de la

Plus en détail

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne Actualités dans la SEP Docteur Sophie Géhin Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne PLAN I. Epidémiologie et étiologie II. Présentation clinique et évolution III. Critères diagnostiques

Plus en détail

M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT

M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT Maladie inflammatoire, chronique, «démyélinisante» du système nerveux central. Décrite pour la première fois par Charcot en 1866. Apparition «successive

Plus en détail

DSS 4 DSS 6 DSS 7. 8.4 ans 20.1 ans 29.9 ans

DSS 4 DSS 6 DSS 7. 8.4 ans 20.1 ans 29.9 ans pour un malade, impossible de prédire lʼ évolution 25% de formes bénignes utilisation dʼ une canne: 15 ans dʼ évolution utilisation dʼ un fauteuil roulant: 30 ans dʼ évolution DSS 4 DSS 6 DSS 7 8.4 ans

Plus en détail

La sclérose en plaque (SEP)

La sclérose en plaque (SEP) La sclérose en plaque (SEP) La sclérose en plaques a une prévalence de 90 pour 100 000 habitants en France. Cette prévalence est plus élevée au Royaume-Uni et en Scandinavie, plus faible en Europe du Sud.

Plus en détail

Livret imagé de la SEP

Livret imagé de la SEP Les Cahiers Pratisep Collection Livret imagé de la SEP P r Thibault Moreau service de neurologie, chu de dijon Livret imagé de la SEP P r Thibault Moreau service de neurologie, chu de dijon SOMMAIRE Qui

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, la sclérose en plaques

La prise en charge de votre maladie, la sclérose en plaques GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, la sclérose en plaques Vivre avec une sclérose en plaques Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce

Plus en détail

La sclérose en plaques

La sclérose en plaques Hôpital de la Salpêtrière, La sclérose en plaques Catherine Lubetzki Sclérose en plaques 80 000 cas en France Seconde cause de handicap de l adulte jeune 50% des patients ont un handicap permanent à 15

Plus en détail

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DE LA SCLÉROSE EN PLAQUES ANNEXE IX

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DE LA SCLÉROSE EN PLAQUES ANNEXE IX OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DE LA SCLÉROSE EN PLAQUES ANNEXE IX ANNEXE 9 Objectifs spécifiques du stage en Clinique spécialisée : Sclérose en plaques Programme de neurologie Université de Montréal Au terme de

Plus en détail

Physiopathologie et étiologie

Physiopathologie et étiologie SCLEROSE EN PLAQUES Maladie inflammatoire du système nerveux central: processus inflammatoire discontinu de démyélinisation aiguë dans la substance blanche de l encéphale et de la moelle, respectant les

Plus en détail

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause... Sommaire Introduction... 9 N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...14 N 89. Déficit neurologique récent (voir item 335)... 15 Caractériser

Plus en détail

La prise en charge de votre épilepsie

La prise en charge de votre épilepsie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre épilepsie Vivre avec une épilepsie sévère Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Actualités sur la Sclérose en Plaques

Actualités sur la Sclérose en Plaques Journée Rhône-Alpine de la Sclérose en Plaques Lyon, le 26 septembre 2015 Actualités sur la Sclérose en Plaques Pr. Sandra VUKUSIC Service de Neurologie A et Fondation Eugène Devic EDMUS sur la Sclérose

Plus en détail

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5 1 DEMENCES DES PERSONNES AGEES PLAN A. INTRODUCTION... 2 I. Historique... 2 II. Les démences :... 2 a) Définition... 2 b) Epidémiologie... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 I. Les démences dégénératives...

Plus en détail

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système nerveux et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectifs : A la fin de la séquence, vous serez capable de : décrire le système nerveux d expliquer son fonctionnement

Plus en détail

Sclérose en plaque (125) Docteur Anne MONAVON Décembre 2003 (Mise à jour juillet 2005)

Sclérose en plaque (125) Docteur Anne MONAVON Décembre 2003 (Mise à jour juillet 2005) Sclérose en plaque (125) Docteur Anne MONAVON Décembre 2003 (Mise à jour juillet 2005) Pré-Requis : Sémiologie de la pathologie du système nerveux central Résumé : La sclérose en plaques est une pathologie

Plus en détail

Lexique : Petit glossaire de terminologie épileptique et neurologique

Lexique : Petit glossaire de terminologie épileptique et neurologique Lexique : Petit glossaire de terminologie épileptique et neurologique Asthénie : fatigue Céphalée : mal de tête Comitialité : épilepsie Co-morbidité : association de deux maladies Cortex : partie du cerveau

Plus en détail

Narcolepsie. Informations et conseils. Narcolepsy

Narcolepsie. Informations et conseils. Narcolepsy Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Narcolepsie Narcolepsy Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins.

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

Neuro-sémiologie du SNC

Neuro-sémiologie du SNC INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie Neuro-sémiologie du SNC G. Beauvalot La sclérose en plaques Neuro-sémiologie du SNC Définition et épidémiologie Anatomo-pathologie Etiologies Sémiologie Eléments diagnostics

Plus en détail

LES TRAITEMENTS DE LA SEP

LES TRAITEMENTS DE LA SEP LES TRAITEMENTS DE LA SEP Dr Florence ROBERT Service Neurologie CHU Saint-Etienne 1er Colloque de la sclérose en plaques, Saint-Etienne, le 25/05/2012 LES TRAITEMENTS DE FOND DEPENDENT: du type de SEP

Plus en détail

Stimulation médullaire et douleur neuropathique. Brochure d information destinée aux patients

Stimulation médullaire et douleur neuropathique. Brochure d information destinée aux patients Stimulation médullaire et douleur neuropathique Brochure d information destinée aux patients La douleur neuropathique et ses conséquences Cette brochure vous a été remise par votre médecin : Les différents

Plus en détail

Traitements futurs. Traitements de la SP 2014-10-01. I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation

Traitements futurs. Traitements de la SP 2014-10-01. I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation Traitements futurs Dr François Grand Maison, neurologue et directeur, clinique Neuro Rive Sud Traitements de la SP I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation

Plus en détail

La SEP chez l enfant, une maladie qui reste rare Par Nathalie Charbonnier

La SEP chez l enfant, une maladie qui reste rare Par Nathalie Charbonnier SEP chez l enfant Dr Nathalie Charbonnier, journaliste, Paris La SEP chez l enfant, une maladie qui reste rare Par Nathalie Charbonnier Parce que la SEP touche un nombre limité d enfants, la recherche

Plus en détail

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Quelle(s) affirmation(s) sont vraies? 1- Il n y a pas de traitement efficace de la SEP 2- On peut traiter les

Plus en détail

26.8.2009 Journal officiel de l Union européenne L 223/31

26.8.2009 Journal officiel de l Union européenne L 223/31 26.8.2009 Journal officiel de l Union européenne L 223/31 DIRECTIVE 2009/113/CE DE LA COMMISSION du 25 août 2009 modifiant la directive 2006/126/CE du Parlement européen et du Conseil relative au permis

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

La migraine. Dr A. Bahmani Service de neurologie CHU Oran

La migraine. Dr A. Bahmani Service de neurologie CHU Oran La migraine Dr A. Bahmani Service de neurologie CHU Oran plan Introduction Epidémiologie Physiopathologie Clinique Migraine sans aura (MSA) Migraine avec aura (MA) Autres types de migraine Complications

Plus en détail

Mieux reconnaître les poussées de sclérose en plaques

Mieux reconnaître les poussées de sclérose en plaques Mieux reconnaître les poussées de sclérose en plaques La Société canadienne de la sclérose en plaques est fière d être une source d information sur la SP. Les renseignements fournis dans la présente publication

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

Epilepsie. Catherine Lamy Service de neurologie Hôpital Sainte-Anne, Paris

Epilepsie. Catherine Lamy Service de neurologie Hôpital Sainte-Anne, Paris Epilepsie Catherine Lamy Service de neurologie Hôpital Sainte-Anne, Paris DU prise en charge des situations d urgence médico-chirurgicales Paris, novembre 2013 Les crises: un symptôme L épilepsie: une

Plus en détail

APPROCHES DES SYNDROMES DEMENTIELS Docteur DA SILVA Sofia Gériatrie CHAMPMAILLOT CHU DIJON Introduction Epidémiologie Problème majeur de santé publique Une des pathologies les plus fréquentes en gériatrie

Plus en détail

3/ Sclérose en plaques

3/ Sclérose en plaques SEMESTRE 2 UE 2.3.S2 Santé, maladie, handicap, accidents de la vie I. Introduction 3/ Sclérose en plaques Historique Triade de Charcot: dysarthrie, nystagmus, tremblement Diagnostic de syphilis Anatomopathologie:

Plus en détail

Enfants et adultes handicapés épileptiques accueillis en établissements médico-sociaux

Enfants et adultes handicapés épileptiques accueillis en établissements médico-sociaux Enfants et adultes handicapés épileptiques accueillis en établissements médico-sociaux Journée formation et information 20 novembre 2014 Cette journée consacrée à l épilepsie, organisée par le Conseil

Plus en détail

Déficience motrice. Mon élève :...

Déficience motrice. Mon élève :... Déficience motrice Mon élève :.. Les caractéristiques des déficiences motrices Informations extraites du guide Handiscol «Guide pour les enseignants qui accueillent un élève présentant une déficience motrice»

Plus en détail

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Généralités... 3 2. Signes oculaires... 3 2

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Les questions médicales de la SEP

Les questions médicales de la SEP Les Cahiers Pratisep Collection Les questions médicales de la SEP D r Marc Coustans clinique de la sep de rennes D r Jérôme de Seze service de neurologie, chu de lille P r Thibault Moreau service de neurologie,

Plus en détail

Item!49.!Evaluation!clinique!et!fonctionnelle!d un!handicap! sensoriel!:!la!surdité!! Objectifs pédagogiques

Item!49.!Evaluation!clinique!et!fonctionnelle!d un!handicap! sensoriel!:!la!surdité!! Objectifs pédagogiques Item!49.!Evaluation!clinique!et!fonctionnelle!d un!handicap! sensoriel!:!la!surdité!!! I.! Les surdités :! II.! Le handicap sensoriel chez l enfant.! III.! Le handicap sensoriel chez l adulte :! IV.! Le

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

La sclérose en plaques

La sclérose en plaques LT Mφ La sclérose en plaques une maladie auto-immune? LT Système immunitaire Mφ Facteurs génétiques étiques SEP Facteurs environnementaux nementaux Données épidémiologiques 60.000 patients en France Sujets

Plus en détail

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE INAUGURATION DE L'HÔPITAL DE JOUR EN NEURO-ONCOLOGIE, SCLÉROSE EN PLAQUES ET DOULEUR CHRONIQUE ET DU CENTRE D ÉVALUATION ET DU TRAITEMENT DE LA DOULEUR VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE

Plus en détail

Dr Christophe Pasche Médecin agréé PMU Médecin du trafic SSML Président du CREACA

Dr Christophe Pasche Médecin agréé PMU Médecin du trafic SSML Président du CREACA Dr Christophe Pasche Médecin agréé PMU Médecin du trafic SSML Président du CREACA Drapeaux rouges Troubles visuels Troubles cognitifs Épilepsie Diabète Médicaments Troubles moteurs/sensitifs Dépendances

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 Pour en savoir plus Qu'est-ce que la sclérose en plaques? La Sclérose en Plaques (SEP) est une maladie dont les premiers signes se manifestent souvent chez

Plus en détail

Surveillance d une convulsion fébrile : au domicile ou à l hôpital?

Surveillance d une convulsion fébrile : au domicile ou à l hôpital? Surveillance d une convulsion fébrile : au domicile ou à l hôpital? Docteur Laurence Joly-Pedespan, pédiatre CHU Pellegrin Enfants Place Amélie Raba-Léon 33076 Bordeaux cedex laurence.joly-pedespan@chu-bordeaux.fr

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

«L insomnie est signe d anxiété.»

«L insomnie est signe d anxiété.» «L insomnie est signe d anxiété.» Ni pavot, ni mandragore Ni aucun sirop de sommeil au monde Ne te rendront jamais ce sommeil délicieux Que tu possédais hier. Shakespeare, Othello, 1604 N est-ce pas l

Plus en détail

L agénésie isolée du corps calleux

L agénésie isolée du corps calleux L agénésie isolée du corps calleux Agénésie calleuse Dysgénésie du corps calleux La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus

Plus en détail

Radiothérapie pour les métastases cérébrales

Radiothérapie pour les métastases cérébrales Radiothérapie pour les métastases cérébrales Dre Annie Ebacher Radio-oncologue CHUS, Sherbrooke Congrès du Réseau des soins palliatifs 28 mai 2007 Objectifs Épidémiologie Symptômes, facteurs pronostiques

Plus en détail

Sclérose en plaques. Dr Elisabeth MAILLART CCA Département des Maladies du Système Nerveux. GH Pitié-Salpêtrière

Sclérose en plaques. Dr Elisabeth MAILLART CCA Département des Maladies du Système Nerveux. GH Pitié-Salpêtrière Sclérose en plaques Dr Elisabeth MAILLART CCA Département des Maladies du Système Nerveux GH Pitié-Salpêtrière IFSI - 05 avril 2013 Plan Introduction Physiopathologie Épidémiologie Clinique Imagerie Biologie

Plus en détail

s installent les lésions cérébrales?

s installent les lésions cérébrales? 1 Comment s installent les lésions cérébrales? E Beaufi ls, K Mondon, C Hommet La maladie d Alzheimer (MA) est une maladie neurodégénérative caractérisée sur le plan microscopique par la coexistence de

Plus en détail

Certificat médical Destiné à être joint à une demande auprès de la MDPH

Certificat médical Destiné à être joint à une demande auprès de la MDPH Certificat médical Destiné à être joint à une demande auprès de la MDPH A COMPLETER UNIQUEMENT EN NOIR Nom de naissance..... Nom d'épouse.. Prénom. Date de naissance.../ /.. Adresse.. N d'immatriculation

Plus en détail

DIPLOME INTER-UNIVERSITAIRE SUR LA PATHOLOGIE INFLAMMATOIRE ET DEMYELINISANTE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL

DIPLOME INTER-UNIVERSITAIRE SUR LA PATHOLOGIE INFLAMMATOIRE ET DEMYELINISANTE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL PATHOLOGIE INFLAMMATOIRE ET DEMYELINISANTE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL Université de Bordeaux, UFR Médicale Université Paul Sabatier, Toulouse 3, Faculté de Médecine de Purpan Université de Limoges, Faculté

Plus en détail

traumatisme crânien chez l enfant : conduite à tenir

traumatisme crânien chez l enfant : conduite à tenir Une surveillance à domicile peut suffire quand aucun signe de gravité n est décelé à l examen. Un vomissement survenu peu après le TC et non renouvelé n est pas a priori inquiétant, si l examen neurologique

Plus en détail

Les faits sur l épilepsie

Les faits sur l épilepsie Les faits sur l épilepsie Causes...3 Types et symptômes...3 Diagnostic... 6 Traitement...8 Premiers secours... 9 2 Les faits sur l épilepsie - Causes L épilepsie apparaît dans tous les groupes de population,

Plus en détail

Dossier de presse Sclérose en plaques : où en est la recherche?

Dossier de presse Sclérose en plaques : où en est la recherche? Paris, le 19 juin 2008 Dossier de presse Sclérose en plaques : où en est la recherche? Un focus sur les causes de la SEP et les perspectives thérapeutiques I - Qu est-ce que la sclérose en plaques? Aujourd'hui,

Plus en détail

Trouble sensitif PLAN. Cas clinique AA: Cas clinique. 2. Rappel théorique. Dr P. Villar Médecine communautaire et de premier recours Janvier 2008

Trouble sensitif PLAN. Cas clinique AA: Cas clinique. 2. Rappel théorique. Dr P. Villar Médecine communautaire et de premier recours Janvier 2008 PLAN Trouble sensitif Dr P. Villar Médecine communautaire et de premier recours Janvier 2008 1. Cas clinique 2. Rappel théorique 1. Définition 2. Etiologie 3. Physiopathologie 4. lésions anatomiques 5.

Plus en détail

Service des explorations fonctionnelles neurologiques. poste : 52501. Centre hospitalier universitaire de Limoges

Service des explorations fonctionnelles neurologiques. poste : 52501. Centre hospitalier universitaire de Limoges Service des explorations fonctionnelles neurologiques ii LA5_649-200ex - 04/11 poste : 52501 ii ii ii Centre hospitalier universitaire de Limoges 2, avenue Martin Luther King - 87042 Limoges cedex Tél.

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

Maladie d'alzheimer : comment prévenir?

Maladie d'alzheimer : comment prévenir? Maladie d'alzheimer : comment prévenir? Yuri Arcurs Tous concernés! De quoi s agit-il? Dans la maladie d Alzheimer, les nouveaux souvenirs n ont pas le temps d être enregistrés : ils sont effacés au fur

Plus en détail

GARANTIE D ASSURANCE MALADIES REDOUTÉES. 1. Protection pour la personne adhérente et la personne conjointe assurée

GARANTIE D ASSURANCE MALADIES REDOUTÉES. 1. Protection pour la personne adhérente et la personne conjointe assurée GARANTIE D ASSURANCE MALADIES REDOUTÉES 1. Protection pour la personne adhérente et la personne conjointe assurée L Assureur paie le pourcentage indiqué ci-après du montant d assurance et selon les conditions

Plus en détail

Maladies neuromusculaires

Maladies neuromusculaires Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladies neuromusculaires Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de

Plus en détail

Organiser sa vie professionnelle dès les premiers symptômes

Organiser sa vie professionnelle dès les premiers symptômes Organiser sa vie professionnelle dès les premiers symptômes Dr Estelle Charpy, médecin coordonnateur MDPH Dr Valérie Chipier, médecin du travail, Réseau Rhône-Alpes SEP Mlle Annabelle Bouammari, psychologue

Plus en détail

Par Clotilde LATARCHE 1, Marc SOUDANT 1, Juliette LONGIN 2, Anne-Sophie JEAN-DELEGLISE 2, Marc DEBOUVERIE 1,3 1

Par Clotilde LATARCHE 1, Marc SOUDANT 1, Juliette LONGIN 2, Anne-Sophie JEAN-DELEGLISE 2, Marc DEBOUVERIE 1,3 1 RelSEP Description des prises en charge en vie réelle dans une cohorte de patients atteints de sclérose en plaques et suivis dans un registre épidémiologique en région Lorraine. Par Clotilde LATARCHE 1,

Plus en détail

Perfusions de corticoïdes à domicile

Perfusions de corticoïdes à domicile Perfusions de corticoïdes à domicile Livret Infirmier Copyright France 2009 Physiopathologie de la SEP La sclérose en plaques (SEP) est une maladie neurologique inflammatoire, caractérisée par la destruction

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE

LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE LE CANCER Causes de décès - Nombre de décès - Taux comparatifs - Survie à 5 ans Nombre de décès (Sénat) La France se caractérise par une mortalité encore excessive avant 65 ans

Plus en détail

LE MALADE EXPRIMANT DES PLAINTES SOMATIQUES. Pr Jean Louis Senon, Dr Nemat Jaafari Dr Christelle Paillard, Dr Mélanie Voyer Faculté de Médecine

LE MALADE EXPRIMANT DES PLAINTES SOMATIQUES. Pr Jean Louis Senon, Dr Nemat Jaafari Dr Christelle Paillard, Dr Mélanie Voyer Faculté de Médecine LE MALADE EXPRIMANT DES PLAINTES SOMATIQUES Pr Jean Louis Senon, Dr Nemat Jaafari Dr Christelle Paillard, Dr Mélanie Voyer Faculté de Médecine Malade exprimant des plaintes somatiques Beaucoup des troubles

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

ETAT DE MAL EPILEPTIQUE. Dr Sylviane Peudenier, CHU BREST

ETAT DE MAL EPILEPTIQUE. Dr Sylviane Peudenier, CHU BREST ETAT DE MAL EPILEPTIQUE Dr Sylviane Peudenier, CHU BREST Définitions Crise d'épilepsie: - Décharge brutale, hypersynchrone et rythmée d'un groupe de neurones hyperexcitables. - Expression clinique variable:

Plus en détail

Communiqué de presse. Merck Serono. 18 septembre 2008

Communiqué de presse. Merck Serono. 18 septembre 2008 Communiqué de presse 18 septembre 2008 Merck Serono annonce le lancement de l'essai clinique ORACLE MS destiné à évaluer la cladribine en comprimés chez des patients à risque de développer une sclérose

Plus en détail

Mild Cognitive Impairment (MCI) ou Déficit Cognitif Léger

Mild Cognitive Impairment (MCI) ou Déficit Cognitif Léger Mild Cognitive Impairment (MCI) ou Déficit Cognitif Léger Réunion du 19/11/2010 Équipe de Neuropsychologie Service de Neurologie CHU Rouen CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Historique du MCI 1837 : Pritchard

Plus en détail

Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés. (Pr Ph. Meire)

Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés. (Pr Ph. Meire) Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés (Pr Ph. Meire) 1 Face aux malentendus et confusions, priorité à la clinique! Changement de personnalité ou de comportement = signal d alarme en gériatrie

Plus en détail

DEMANDE D ADMISSION. 3. Médecin traitant :...

DEMANDE D ADMISSION. 3. Médecin traitant :... Date: DEMANDE D ADMISSION Mme M-J Servais Tél. : 085/519289 1 Fax : 085/410315 Email : mj.servais@cnrf.be Mise à jour doc : 01/12/2013 Données administratives 1. Identification du patient : Nom :... Prénom

Plus en détail

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte Psoriasis et travail dans le BTP Pr E. Delaporte 30 Mai 2013 Janvier 2013 : File active de 335 malades traités (293) ou ayant été traités (42) par immunosupp./ modulateurs (MTX CyA biomédicaments) 214

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie?

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie? LA MALADIE D ALZHEIMER Que savons-nous en 2010? Dans le cadre de la XVIIème journée de mobilisation internationale organisée le 21 septembre, l Equipe Mobile d Intervention Gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

Quelle place pour le pramipexole (Sifrol ) dans le syndrome des jambes sans repos?

Quelle place pour le pramipexole (Sifrol ) dans le syndrome des jambes sans repos? BON USAGE DU MÉDICAMENT Quelle place pour le pramipexole (Sifrol ) dans le syndrome des jambes sans repos? Le pramipexole est un agoniste dopaminergique. Déjà autorisé pour le traitement de la maladie

Plus en détail

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie TROUBLES ANXIEUX Filipe Galvão interne DES psychiatrie PLAN Historique du concept de trouble anxieux Attaque de panique - Trouble panique Trouble anxieux généralisé Les troubles phobiques : Agoraphobie

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

Le panorama de la santé en France

Le panorama de la santé en France 1 Le panorama de la santé en France PACES - UE 7 Santé publique cours n 5 Dr Virginie Migeot 16 février 2010 Panorama épidémiologique? 2 Caractériser l état de santé grâce à des indicateurs de santé standardisés

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE DE LOURDES CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES : 6 millions de CS par an 1,4 milliards d euros de coûts directs et 5-10 fois plus de coûts indirects Coût de la prise en charge de

Plus en détail

Les clés de la maladie de Verneuil

Les clés de la maladie de Verneuil Adresses utiles pour plus d informations : Association Française pour la Recherche sur l Hidrosadénite (AFRH) 772 avenue du Professeur Louis Ravas 34080 Montpellier http://www.afrh.fr - http://ados.afrh.fr

Plus en détail

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS Céphalées 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée EPU DENAIN -14 novembre 2006 Dr Kubat-Majid14 novembre 2006 Dr KUBAT-MAJID Céphalées 1 Mise au point sur la migraine

Plus en détail

Assurance maladie grave

Assurance maladie grave ASSURANCE COLLECTIVE Le complément idéal à votre assurance collective Assurance maladie grave Votre partenaire de confiance. Assurance maladie grave La tranquillité d esprit à votre portée Les progrès

Plus en détail

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient.

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. N 92. Rachialgie Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Statistiques ECN Question déjà tombée 3 fois. En quelques mots-clés Commune/symptomatique

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

MYELOPATHIE CERVICARTHROSIQUE OU STENOSE DU CANAL RACHIDIEN CERVICAL ET CERVICARTHROSE

MYELOPATHIE CERVICARTHROSIQUE OU STENOSE DU CANAL RACHIDIEN CERVICAL ET CERVICARTHROSE Laurent Riffaud, Service de Neurochirurgie, CHU de Rennes Myélopathie cervicarthrosique MYELOPATHIE CERVICARTHROSIQUE OU STENOSE DU CANAL RACHIDIEN CERVICAL ET CERVICARTHROSE La myélopathie par cervicarthrose

Plus en détail

Programme d enseignement Service de neurologie Hôtel-Dieu de Lévis

Programme d enseignement Service de neurologie Hôtel-Dieu de Lévis Programme d enseignement Service de neurologie Hôtel-Dieu de Lévis Service de neurologie Le service de neurologie de l Hôtel-Dieu de Lévis opère dans un Centre Hospitalier Affilié à l Université Laval,

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

L Ontario rembourse l indication SCI pour REBIF MD, un traitement de première ligne pour la sclérose en plaques

L Ontario rembourse l indication SCI pour REBIF MD, un traitement de première ligne pour la sclérose en plaques Le 25 mai 2015 Personne-ressource : Shikha Virdi 905-919-0200, poste 5504 L Ontario rembourse l indication SCI pour REBIF MD, un traitement de première ligne pour la sclérose en plaques Rebif est maintenant

Plus en détail

Convulsions fébriles du nourrisson (190) Docteur Geneviève SIVELLE, Docteur Marie-Ange NGUYEN-MOREL Novembre 2004

Convulsions fébriles du nourrisson (190) Docteur Geneviève SIVELLE, Docteur Marie-Ange NGUYEN-MOREL Novembre 2004 Objectifs : Convulsions fébriles du nourrisson (190) Docteur Geneviève SIVELLE, Docteur Marie-Ange NGUYEN-MOREL Novembre 2004 OBJECTIFS PEDAGOGIQUES TERMINAUX savoir diagnostiquer une convulsion chez le

Plus en détail

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités.

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités A/ Enjeux L activité physique évolue en même temps que la société. Si le labeur excessif des périodes antérieures a contribué à un vieillissement prématuré

Plus en détail