Rapport annuel office cantonal des assurances sociales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport annuel 2010. office cantonal des assurances sociales"

Transcription

1 Rapport annuel 21 office cantonal des assurances sociales

2 Rapport annuel 21 office cantonal des assurances sociales de Genève Caisse de compensation Office de l assurance-invalidité Sommaire Département de la solidarité et de l emploi 2 Présidence du Conseil d administration 3 Organisation 4 Organigramme 4 Les instances dirigeantes 5 Ressources humaines 7 Regards sur... 8 Caisse de compensation 12 Chiffres OCAS 13 Assurance-vieillesse et survivants 17 AVS / AI /APG 18 Allocations familiales 21 Assurance maternité 24 Assurance-invalidité 26 Abréviations 34 1

3 le sens de notre action m-13 DéPARTEMENT Le Conseil d Etat vient de réaffirmer son attachement à l enseignement du latin à la scolarité obligatoire. On m excusera donc d évoquer Horace, qui dans ses Odes et ses Satires ne cesse de vanter la vie champêtre, opposée à celle de la ville, faite d agitation vaine, bruyante et fastidieuse. Comme Horace, l agitation du quotidien pourrait rapidement nous aveugler, si nous ne prenions, ici ou là, l occasion de nous arrêter pour prendre du champ. Pour nous interroger sur le sens de notre action. Ce rapport nous en fournit l occasion. L occasion de nous souvenir que, derrière les chiffres, les indicateurs, les tendances, il y a avant tout une volonté. Celle de donner à chaque personne, y compris lorsqu elle est frappée par l invalidité, les moyens de vivre avec dignité. Les moyens financiers, garantis par le travail de la caisse. Mais aussi, et c est désormais une part importante de la tâche assumée par l AI, les moyens de conserver son autonomie, de travailler. Voilà le sens qui doit guider chacun de nos actes, chacune de nos décisions. Les structures, elles, ne sont là que pour servir ce sens. Elles sont donc faites pour s adapter, et elles le font. L OCAS a été créé il y a 8 ans, supposant un travail important de réorganisation. La caisse de compensation et l office AI déménageront l an prochain et d autres réorganisations suivront. Sur le plan légal, la 5 ème révision de l AI est entrée en vigueur au 1 er janvier 28, et les Chambres fédérales s écharpent sur la 6 ème. Tous ces changements exigent beaucoup d énergie de chacun de nous. Mais ils ne sont pas l essentiel. Les structures n ont de sens que si elles tendent vers le but que le législateur leur a assigné : améliorer la dignité des personnes et de notre société. C est pour cela que, tout en engageant avec enthousiasme des réformes ambitieuses, nous ne devons pas perdre de vue qu elles finiront immanquablement par devenir obsolètes elles aussi. Que d autres feront demain, mieux que nous, ce que nous espérons faire mieux que d autres hier. Alors, comme Horace, prenons le temps de cette lecture pour nous poser les bonnes questions. En particulier, sommesnous meilleurs aujourd hui qu hier dans l accomplissement de notre mission? Oui, l OCAS est meilleur aujourd hui qu hier. Le mérite en revient à chaque collaborateur de la caisse et de l office, ainsi qu aux cadres qui en assurent la conduite. Au nom du Conseil d Etat, je vous en remercie et forme mes vœux pour la réussite des prochaines étapes qui attendent l OCAS. François Longchamp Conseiller d Etat Dans 13 mois environ, notre office va se retrouver sur un même site à Montbrillant, à côté des nouveaux locaux de l office cantonal de l emploi, de la caisse de chômage et d une nouvelle agence de l Hospice Général, au cœur de la Cité et au centre d un des plus grands pôles d échanges du réseau des transports publics. Ce sont enfin les signes tangibles tant du rapprochement de nos deux entités, que de la concrétisation d une réelle volonté de collaboration interinstitutionnelle pour le plus grand bénéfice de nos clients et assurés. De nombreuses personnes collaborent sur ce projet d envergure qui a l ambition de fédérer toutes les énergies et nous nous réjouissons de savoir ces efforts bientôt récompensés. Au niveau de notre gouvernance également, les choses évoluent. Après une période de transition nécessaire, pilotée par Monsieur Marius Gasser, nous avons revu notre modèle organisationnel pour l inscrire dans la durée. Ainsi, depuis le 1 er mai 211, c est Madame Natalia Weideli Bacci qui a repris la direction de l OCAS, en parallèle avec celle de l office de l assurance-invalidité. Nous souhaitons plein succès à Madame Weideli Bacci dans ses nouvelles responsabilités et nous sommes certains que ses larges compétences et sa riche personnalité lui permettront de mener à bien ces missions. Cette nouvelle organisation, en tous points conforme aux différentes lois auxquelles nous sommes soumis, nous permettra de concentrer nos forces et d unifier notre vision. Nous remercions Monsieur Marius Gasser pour le travail accompli et lui souhaitons beaucoup de réussite dans ses futurs projets professionnels. A la tête de la caisse de compensation depuis 3 ans, Madame Sophie Varga a décidé de quitter ses fonctions au 1 er février 211 pour relever de nouveaux défis dans le domaine juridique. Dès cette date, la direction de la caisse de compensation est assumée ad interim par Monsieur Philippe Moser. Nous adressons à Madame Sophie Varga nos plus sincères remerciements pour son engagement et la qualité du travail accompli et nous lui souhaitons plein succès dans ses nouvelles activités. Sur le plan opérationnel, 21 fut une excellente cuvée : elle restera principalement marquée par l introduction avec succès du nouveau système informatique de la caisse de compensation et par la consolidation de l office de l assurance-invalidité, qui maintient ses principaux indicateurs de résultats en dessus de la moyenne nationale, ce qui est exceptionnel quand on se souvient de la situation de cet office dans le passé. Avant de conclure, je souhaiterais adresser mes plus chaleureux remerciements à tous ceux qui s engagent pour l OCAS, en particulier nos collaboratrices et nos collaborateurs, nos cadres, nos directions ainsi que les membres du Conseil d administration, sans oublier nos nombreux partenaires externes ainsi que le Département de la Solidarité et de l Emploi. Steeves Emmenegger Président du Conseil d administration PRéSIDENCE 2 3

4 organigramme LES INSTANCES DIRIGEANTES organisation Unité de contrôle interne Direction de l OCAS Direction Assurance-invalidité Direction Caisse de compensation direction de l ocas Marius Gasser, directeur général Philippe Moser, directeur financier Sophie Varga, directrice caisse de compensation Natalia Weideli Bacci, directrice office AI etat major ocas Jean-Luis Cover, responsable des ressources humaines Odile Niederhauser, chargée d information et de communication Stéphane Ziörjen, attaché de direction Fabien Zumbrunn, responsable division logistique organisation Ressources humaines Service juridique Budget Service juridique Finances membres de la direction de la caisse de compensation Information & Communication Logistique & infrastructures Systèmes d information OCAS Analyse & Qualité IT AI Organisation IT Caisse Sophie Varga, directrice Philippe Moser, directeur adjoint Philippe Girard, responsable division perception Laurence Jaccard, responsable division prestations Daniel Legrand, responsable informatique Philippe Le Colleter, responsable organisation Elisabeth Monod, responsable du service juridique membres de la direction de l office de l assurance-invalidité Division A Prestations adultes Division B Prestations adultes Division C Prestations spécifiques Division Perception Division Prestations Natalia Weideli Bacci, directrice Catherine Bertholet, responsable division prestations adultes et du service juridique Julien Garda, responsable division prestations spécifiques Giovanni Grandi, responsable division prestations adultes Anne Piotet, analyste Claude Wenger, chargé qualité Fabien Zumbrunn, responsable division logistique Etat au 31 décembre 21 Etat au 31 décembre

5 LES INSTANCES DIRIGEANTES ressources humaines organisation les membres du CONSEIL D ADMINISTRATION ocas Comme d accoutumée, je profite de ce rapport de gestion pour vous présenter en quelques chiffres le point de situation des ressources humaines au sein de notre institution. Il est à relever que plusieurs projets impliquant les RH ont vu le jour, tels que l implantation d un nouveau logiciel métier «NIL» au sein de la caisse de compensation, ce qui a conduit à une réorganisation de la division perception, ainsi que la mise en place d un concept de sécurité au sein de l office AI. Il est également à noter que le service des RH a été très sollicité dans la finalisation du projet de l évaluation des fonctions de l OCAS. Nufer au poste de gestionnaire des salaires. Madame Olga Picciolo a également rejoint l équipe RH début 211 en qualité d assistante RH. La venue de ces nouvelles collaboratrices nous permettra de relever les nouveaux défis qui nous attendent durant ces prochaines années. Le service des ressources humaines tient particulièrement à remercier tout le personnel de l OCAS pour son engagement, sa souplesse et le travail réalisé. Jean-Luis Cover Responsable RH organisation En 21, le service des RH a pu être étoffé grâce à la venue de deux nouvelles collaboratrices : Madame Rosina Borcard au poste d adjointe RH et Madame Montserrat Au premier plan, de gauche à droite : Madame Stéphanie Ruegsegger, Monsieur Steeves Emmenegger (président), Madame Monique Vali. A l arrière plan : Monsieur Pierre Weiss (vice-président), Madame Nicole Renaud Zurbriggen, Madame Martine Bagnoud, Monsieur Patrick Schaer, Monsieur Patrick Schmid Absent : Monsieur Jean-Rémy Roulet INFORMATIONS GENERIQUES Effectif moyen Dotation moyenne (postes plein temps) Répartition hommes Répartition femmes Age moyen Ancienneté moyenne Nombre de jours de formation % 61% 42 ans 8.6 ans

6 le projet CII-MAMAC regards sur... Le projet «CII-MAMAC*» est un processus de collaboration interinstitutionnelle structurée. Dans ce cadre, l assuranceinvalidité, l assurance chômage et l aide sociale unissent leurs forces et leurs compétences afin de prendre en charge rapidement et de manière cohérente des personnes devant faire face à des problématiques complexes et multiples assorties d une atteinte à la santé, et qui ont des chances réalistes de retrouver un emploi sur le marché du travail. La force principale et innovante de la CII-MAMAC réside par conséquent dans une évaluation commune de la situation, puis une action concertée en vue de la réinsertion du bénéficiaire sur le marché du travail en lui proposant les mesures les plus adaptées de chaque institution et en les coordonnant au mieux, le but ultime étant une sortie durable des trois dispositifs. Pour rappel, ce projet a été initié en 26 par la Confédération. Il a été mis en œuvre dans 16 cantons pilotes dont celui de Genève. Le processus «CII-MAMAC» est encore largement soutenu par notre canton en vue d une intégration durable dans les trois institutions concernées. *CII : Collaboration interinstitutionnelle MAMAC, de l allemand : Medizinisch-ArbeitsMarktliche Assessments mit Case Management entretien Entretien avec Madame Stéphanie Codourey, adjointe de direction à la Direction générale de l action sociale (DGAS) en charge de la coordination du projet MAMAC au niveau cantonal. Comment est organisé le projet MAMAC à Genève? Le MAMAC est avant tout un projet pilote et durant ces quatre dernières années il a été géré comme tel. Un comité de pilotage composé d un cadre de chaque institution partenaire définit les lignes stratégiques du projet et une équipe de spécialistes est chargée de la mise en place du dispositif et de son fonctionnement. L organisation du projet est également tributaire de particularités cantonales. Il y a tout d abord le fait que les trois entités au cœur du dispositif MAMAC - l Hospice général, l office cantonal de l emploi et l office cantonal de l assurance-invalidité - sont placées sous l égide du Département de la solidarité et de l emploi. Il a ainsi été jugé opportun de confier la conduite du projet à la Direction générale de l action sociale (DGAS). Elle assure son rôle de coordination entre les trois institutions en présidant le comité de pilotage stratégique et en appuyant les travaux de l équipe de projet opérationnelle. Autre particularité importante, à Genève l aide sociale individuelle relève du canton. Contrairement au reste de la Suisse elle n est pas du ressort des communes. Du point de vue opérationnel, nous avons donc mis en place une seule équipe de projet et non pas plusieurs équipes délocalisées comme dans d autres cantons. Cette équipe est composée de 6 spécialistes de la réinsertion, chaque institution ayant détaché 2 collaborateurs, qui se réunissent à temps partiel dans des locaux mis à disposition par la DGAS. Quel est le mandat de cette équipe? Deux objectifs distincts ont été donnés dans le cadre du projet pilote. Tout d abord, les six personnes composant l équipe doivent réaliser les tâches liées à la mise en œuvre du processus opérationnel : les entretiens avec les bénéficiaires choisis selon des critères prédéfinis, la conception et la rédaction des plans de réinsertion socio-professionnelle et leur mise en place et suivi. Mais il a fallu également mettre en place tout ce qu implique le développement d un projet tel que la création d outils et de documents, la réflexion autour des étapes du processus, l évaluation des coûts et des délais, etc. C était tout le défi de monter ce projet : traduire le concept théorique en un dispositif opérationnel. Est-ce que le fait d avoir trois institutions autour d un même projet a demandé certains réajustements? Oui, car chaque institution a un référentiel qui lui est propre, tant au niveau de sa mission que de son cadre légal, de son histoire et de sa méthode de travail. Avec le dispositif MAMAC, la collaboration interinstitutionnelle se concentre sur la réinsertion professionnelle. C est une approche orientée résultats et centrée sur le bénéficiaire. Les efforts et les intérêts des trois institutions doivent converger vers un seul objectif commun : le retour en emploi. Car le but visé par MAMAC est la sortie du bénéficiaire de tous les dispositifs à la fois et non pas au détriment d un des systèmes ou de la personne. L ouverture à d autres cultures institutionnelles et la souplesse dont ont fait preuve les membres de l équipe de projet ont permis de gérer les cas en commun et de mettre sur pied des plans de réinsertion individuels adaptés à des trajectoires de vie complexes. Finalement, malgré les particularités de chaque institution, l objectif du retour en emploi a constitué un point d ancrage commun entre l OCE, l aide sociale et l AI. Quel rôle a joué à ce propos le comité de pilotage? Le rôle du comité de pilotage était notamment de veiller à ce que les conditions cadre de mise en œuvre du projet soient respectées tout en laissant à l équipe de spécialistes de terrain la marge de manœuvre la plus large possible. En effet, tout le défi du MAMAC a été de réussir la synthèse entre les trois notions que sont la capacité de gain pour l assuranceinvalidité, l aptitude au placement pour l office de l emploi et l employabilité pour l aide sociale. Cela consiste notamment à exploiter pleinement les possibilités offertes par les trois dispositifs en poussant l interprétation des directives jusqu aux limites, mais sans pour autant sortir des cadres légaux. Ne jamais perdre de vue l objectif commun, en faisant preuve de souplesse et de créativité! Et le comité de pilotage a été le garant de cette approche. Quels sont les critères pour sélectionner un dossier à traiter en commun? N y a-t-il pas le risque de favoriser une personne plutôt qu une autre? L encadrement offert par MAMAC ne se justifie pas pour tous les cas. Le dispositif est conçu pour l évaluation et la prise en charge de situations complexes. Généralement il s agit de personnes qui cumulent plusieurs problématiques - atteinte à la santé, problèmes financiers, familiaux ou relationnels - mais dont le retour en emploi est malgré tout jugé possible. Finalement, le critère déterminant est que les ressources investies dans le cadre de MAMAC doivent apporter une réelle valeur ajoutée au processus de réinsertion du bénéficiaire. Pour la grande majorité des autres cas, la prise en charge unilatérale ou une collaboration bilatérale entre deux des dispositifs s avère suffisante. La phase pilote étant maintenant terminée, quel est le bilan et quelle suite? Aujourd hui, nous devons reprendre à notre compte ce que nous avons mis en place dans le cadre du projet national et l adapter à la regards sur

7 regards sur... réalité et aux objectifs cantonaux. Ce qui est encourageant, ce sont les résultats de la phase projet : 5% des personnes qui ont collaboré jusqu au bout du processus sont retournées sur le marché de l emploi. Cette expérience a été concluante et a montré toute la pertinence d un processus de collaboration structurée et clairement orientée réinsertion professionnelle. temoignage Je m appelle Daniel Agbavon. Je suis né au Togo il y a 4 ans et suis arrivé en Suisse en 23. Quelques mois plus tard, j ai trouvé un travail comme plongeur dans un grand hôtel de Genève. C était un travail pénible car je devais rester debout toute la journée, ce qui me faisait mal au genou. Dans mon pays, j avais eu un accident au genou gauche et depuis, il m est difficile de rester debout, dans la même position toute la journée. J ai été licencié 5 ans plus tard. J étais alors au chômage. J avais aussi une aide de l Hospice général. L assistante sociale m a conseillé de me rendre à l assurance-invalidité. Malheureusement, comme mon accident était arrivé dans mon pays d origine, je n avais pratiquement pas de droit. J étais déçu car je pensais que l AI allait me trouver un travail. J ai donc rencontré trois personnes : une conseillère du chômage, une conseillère de l assurance-invalidité et une autre dame de l action sociale. Je n étais pas gêné car j aime bien parler en réunion mais ce qui était difficile, c était de retenir toutes les informations que l on me disait. Il aurait fallu que je puisse écrire ce que les personnes disaient. Mais je pouvais poser directement des questions, c était pratique. J ai eu droit à des cours de français. Après j ai fait un stage aux Etablissements publics pour l intégration, financé par l AI pendant plusieurs semaines. Il y avait beaucoup de choses à faire où je pouvais être assis, comme assembler des objets. Ca s est bien passé, j ai bien aimé. J ai aussi eu un stage à Meyrin dans une entreprise mais malheureusement, il n y avait pas de possibilité d engagement après. Là, je viens de terminer un stage dans une école privée, financé par le chômage et je suis content car je vais être engagé au service technique de cette école dès le 1er septembre. Ma conseillère du chômage a négocié pour moi une mesure : au début je serai payé par le chômage à mi-temps, puis après j aurai un salaire payé complètement par mon employeur. Je suis très content car les collègues voulaient que je reste. En plus, j apprends beaucoup. Moi, j aime bien le travail, je n aime pas rester sans rien faire. 1 Photographe : Marco Teti Propos recueillis par Odile Niederhauser Chargée d information et de communication

8 message de la direction chiffres ocas caisse de compensation Durant l année 21, la caisse de compensation a revu de fond en comble son organisation dans le domaine de la perception afin d améliorer la qualité de ses prestations auprès de ses affiliés. En effet, la nouvelle démarche consiste non plus à répondre par palier mais par secteurs d activités tels que les domaines des employeurs, des indépendants et des personnes sans activité lucrative. Désormais, un assuré est pris en charge dès son affiliation jusqu aux poursuites. Cette nouvelle organisation par processus permet d assurer un service de haute qualité et un meilleur suivi. Il va sans dire que cette réorganisation a dû être assistée par l implémentation d un nouveau logiciel informatique et par une équipe motivée à sa mise en production. Par mesure de prudence, la caisse de compensation a constitué une provision liée à l impôt immobilier réclamé par l administration fiscale cantonale depuis 24. Cette année 211, l effort principal portera particulièrement sur la formation des cadres et sur la formation «métier» des collaboratrices et collaborateurs. Philippe Moser Directeur par intérim COmptes d administration 21 OCAS (regroupement CC, OAI, CAF, LAMat) Le bénéfice opérationnel des comptes regroupés «OCAS» 21 se monte à CHF 5.3 Mio (hors résultat sur immeuble), soit +1 Mio par rapport à 29. Ce bon résultat provient essentiellement d une croissance supérieure aux prévisions des frais de gestion de +6.5%. Cette embellie est atténuée principalement par une augmentation des charges de personnel de +2.7%. Sur son ensemble, les comptes de regroupement OCAS dégagent un bénéfice net 21 de CHF 6.6 Mio. caisse de compensation Quels ont été les facteurs de succès à cette étape importante dans la vie de l entreprise? Vision claire de l organisation de la division métier ; Compétence et implication sans relâche des équipes internes et externes ; Moyens en ressources humaines et financières suffisantes ; Soutien inconditionnel du projet par la Direction ; Communication ; Formation et accompagnement des utilisateurs. Je tiens à remercier chaleureusement toutes les personnes qui ont œuvré et contribué de près ou de loin à la réussite de ce projet. Lors du projet lié à l implémentation de notre logiciel informatique «NIL» (Neue Informatik Lösung), la communication a été un des facteurs clés. Ci-après, un exemple d une de nos gazettes : Dans un tout autre registre, une première étape dédiée à un système de contrôle interne (SCI) formalisé a vu le jour en cette fin d année 21. Un important travail a été consacré dans ce domaine afin de répondre aux exigences cantonales et légales en la matière. En ce qui concerne nos résultats, ils sont dans leur ensemble conformes aux prévisions, à l exception des frais de gestion de l AVS. En effet, les décomptes finaux 28 et 29 de l Etat de Genève ont été reçus et traités début 21. Les cotisations chômage 21 sont perçues jusqu à hauteur de CHF par personne. Les factures d acomptes mensuelles ne tiennent pas compte de ce plafond et les cotisations chômage sont intégrées sans limite au détriment des cotisations AVS. La rectification intervient seulement dès réception du décompte final (ASA). Afin d éviter des écarts aussi importants à l avenir, la clé de répartition sera affinée dans le nouvel applicatif métier. RESULTATS OPERATIONNELS PAR INSTITUTION CHF CAISSE AVS SCAF CAFAC CAFNA LAMAT TOTAL Ecart %

9 caisse de compensation COMPTES D ADMINISTRATION - REGROUPEMENT OCAS CHF Autres recettes d administration CC Frais de gestion CC Autres recettes d administration OAI Subvention en faveur de l OAI Recettes OCAS regroupement Charges du personnel Informatique Loyers et charges locatives Frais de poursuite et irrécouvrables Fournitures et frais divers Charges OCAS regroupement Bénéfice opér. av. amort. & int COMPTES D ADMINISTRATION - OCAS CHF Participation CC Participation OAI Participation SCAF Participation CAFAC Participation CAFNA Participation LAMAT Autres produits Total des produits Jetons de présence Salaires Charges sociales Autres dépenses de personnel Charges de personnel caisse de compensation Amortissements Bénéfice opérationnel Charges et produits d intérêts Informatique Loyers et charges locatives Fournitures et frais divers Dépenses de fonctionnement Bénéfice de l exercice (adm. gén.) Résultat sur immeubles Total des charges d administration Bénéfice de l exercice Résultat de l exercice 14 15

10 assurance-vieillesse et survivants Bénéfice opér. av. amort. & int. Amortissements Bénéfice opérationnel Charges et produits d intérêts Bénéfice de l exercice (adm. gén.) Résultat sur immeubles Bénéfice de l exercice CHF Recettes d administration Photographe : Marco Teti Charges de personnel Informatique Loyers et charges locatives Frais de poursuite et irrécouvrables Mandats, fournitures et frais divers Total des charges d administration 17 caisse de compensation COMPTES D ADMINISTRATION - CAISSE AVS

11 avs / AI / APG caisse de compensation montants des prestations avs/ ai/apg versées en chf La croissance des prestations AVS reste constante sur deux ans. En effet, l adaptation des rentes au coût de la vie n intervient que tous les deux ans. En ce qui concerne 82'' 8'' 78'' 76'' 74'' les prestations AI, elles diminuent en 21 de -3.4 % par rapport à l année dernière. Cette baisse est due encore à l impact lié à l application de la 5 ème révision LAI. La forte progression en 21 des APG provient essentiellement des allocations versées dans le cadre de l assurance maternité fédérale. Cotisations annuelles facturées en chf Les décomptes finaux 28 et 29 liés aux attestations de salaires de l Etat de Genève ont été reçus et traités début 21 ayant pour conséquence des ajustements significatifs 72'' 71'' 7'' 69'' 68'' 67'' entre les cotisations AVS et les cotisations de chômage. Afin d éviter à l avenir de tels écarts, la clé de répartition sera affinée. caisse de compensation 72'' 7'' 68'' 66'' 66'' 65'' 64'' 63'' 62'' Rentes AVS Cotisations personnelles 185'' 8'' 18'' 175'' 17'' 78'' 76'' 74'' 72'' 165'' 7'' 16'' 155'' 15'' 68'' 66'' 64'' 62'' 145'' 6'' Rentes AI Cotisations paritaires AVS/AI/APG '' 16'' 35'' 14'' 3'' 12'' 25'' 1'' 2'' 8'' 15'' 6'' 1'' 4'' 5'' 2'' Rentes APG Cotisations chômage 18 19

12 allocations familiales Charges de personnel Informatique Loyers et charges locatives Frais de poursuite Madats, fournitures et frais divers Total des charges d administration Bén./(perte) opér. av. amort. & int. Amortissements Bénéfice / (perte) opérationnel(le) Charges et produits d intérêts Bénéfice de l exercice CHF Recettes d administration COMPTES D ADMINISTRATION - CAFAC Bénéfice opér. av. amort. & int. Amortissements Bénéfice opérationnel Charges et produits d intérêts Bénéfice de l exercice CHF Recettes d administration Photogrphe : Marco Teti Charges de personnel Informatique Loyers et charges locatives Frais de poursuite Mandats, fournitures et frais divers Total des charges d administration 21 caisse de compensation COMPTES D ADMINISTRATION - SCAF

13 caisse de compensation COMPTES D ADMINISTRATION - CAFNA CHF Recettes d administration Charges de personnel Informatique Loyers et charges locatives Frais de poursuite Mandats, fournitures et frais divers Total des charges d administration Perte opér. av. amort. & int. Amortissements Nombre d allocations familiales versées par année Le nombre d allocations familiales versées croît de manière sensible pour l ensemble des bénéficiaires et représente une augmentation annuelle de % par rapport à 29. Le décrochement des prestations versées en 29 aux personnes sans activité lucrative s explique par le fait que la nouvelle loi fédérale sur les allocations familiales ouvre un droit prioritairement au parent salarié depuis le 1 er janvier 29. caisse de compensation Perte opérationnelle Charges et produits d intérêts ' 35' Perte de l exercice ' 25' 2' 15' 1' 5' SCAF/CAFI CAFAC CAFNA

14 assurance maternité caisse de compensation COMPTES D ADMINISTRATION - LAMAT CHF Recettes d administration Charges de personnel Informatique Loyers et charges locatives Frais de poursuite Mandats, fournitures et frais divers Total des charges d administration Bénéfice opér. av. amort. & int. Amortissements Bénéfice opérationnel Charges et produits d intérêts Bénéfice de l exercice Photographe : Marco Teti 27

15 en 21, l assurance-invalidté a eu 5 ans! assurance-invalidité La vision stratégique et opérationnelle de l office de l assurance-invalidité du canton de Genève s inscrit dans le cadre de la mission qui a été voulue par le peuple : garantir les moyens d existence des personnes devenues invalides par des mesures de réadaptation à la fois adéquates, simples et rapides. Ainsi notre office AI est attentif à déployer une approche pragmatique, orientée vers des résultats mesurables tout en garantissant la maîtrise des coûts et en assurant la transparence des processus. Le taux de chômage important à Genève (6.9% en début 211, alors qu il s élevait à 3.8% en Suisse à la même période), la mouvance du marché du travail, mais aussi la typologie même de la population, urbaine, à forte composante migratoire et avec un flux important de frontaliers font que le processus de réinsertion et la prise en charge de nos assurés soient particulièrement complexes dans notre canton. Il est donc tout particulièrement important de déployer des méthodes innovantes pour pouvoir assurer notre mission avec efficacité et célérité, tout en intégrant ces besoins constamment changeants. La réinsertion professionnelle de personnes atteintes dans leur santé est un défi important. Le premier volet de la 6 ème révision qui devrait entrer en vigueur au 1 er janvier 212 nous demandera des efforts encore plus grands dans ce domaine. Il est donc nécessaire pour notre office AI de faire preuve de créativité dans le développement de ses stratégies et de mettre en œuvre tous les instruments de l intégration qui sont à notre disposition. Ceux de la 5 ème révision - en particulier ceux de l intégration précoce - ont montré leur bon potentiel dans ce contexte. Nous avons appris ainsi à travailler avec des processus d instruction et de prise en charge parallèles et moins séquentiels, à prendre des risques mesurés en accordant certaines mesures professionnelles avant même que le travail d investigation médicale ou de l ouverture du droit aux prestations soit achevé. Cette célérité a déjà porté ses fruits, mesurables par les indicateurs de résultats mis en place par l OFAS, notre organe de surveillance. Les mots d ordre pour 21 ont donc été : renforcement de la réinsertion et du maintien sur le marché de l emploi pour les ayantsdroit, traitement rapide des demandes, accent sur un service de qualité, meilleure prévention en amont grâce au développement et à l intensification de la coordination entre partenaires (assureurs, employeurs, office AI), optimisation de nos processus, contrôle de l équité de traitement et management de la qualité. Les nouveaux instruments que la 5 ème révision a mis à disposition de l assurance ont donc pleinement été utilisés : la détection précoce (DP) - qui permet d évaluer avant la demande AI s il y a risque de chronicité et ainsi d inciter à déposer la demande avant que le cas ne s enlise - ainsi que l intervention précoce (IP) - qui vise au maintien au poste de travail ou à réinsérer l assuré dans un autre poste adapté. En 21, nous avons également veillé à poursuivre le développement de la collaboration interinstitutionnelle élargie (CII-plus) entre les offices AI et les assureurs d indemnités journalières en cas de maladie, les assureurs-accidents et les institutions de prévoyance professionnelle pour favoriser, en amont, une collaboration précoce axée sur le maintien en emploi ou la réinsertion en accélérant la réadaptation professionnelle. L office AI a donc dès fin 29 et en 21, dans le cadre de la collaboration interinstitutionelle élargie (CII-plus), conclu différents accords et avenants avec des partenaires tels que la SUVA, la CSS assurance, Sympany Assurances, le Groupe mutuel, la SWICA et Helsana, notamment pour mieux coordonner les efforts en ciblant plus précisément les cas potentiellement communs. La détection précoce a aussi pu être déléguée à ces partenaires assureurs, conformément aux prérogatives légales. En corollaire, 686 communications de détection précoce ont été annoncées à l office AI en 21 alors qu il y en avait eu 1 66 en 29 (soit une baisse de 36%). La mise en œuvre et le déploiement de l accord paritaire avec la Fédération des Métiers du Bâtiment (vingt associations professionnelles, un secteur employant environ 12 personnes et 1 4 entreprises), trois syndicats, quatre assurances maladie, la SUVA et l office AI, permettent de réunir tous les services qui s occupent tant de la détection précoce que de la réinsertion dans le secteur des métiers du bâtiment. L intégration de tous les acteurs dans le processus d évaluation et de réinsertion permet ainsi d intervenir en amont. Ainsi la personne assurée et son employeur deviennent pleinement acteurs de cette démarche et il devient totalement possible d appliquer le paradigme de la 5 ème révision en allégeant les démarches bureaucratiques au profit de la mise en place de mesures professionnelles - avant même que l assurance ne puisse statuer et rendre une décision définitive. Dans le cadre du «Projet Groupe Migros Suisse Romande» auquel Genève a adhéré en avril 21, c est l assureur perte de gain qui se préoccupe de déposer la demande, de réunir et transmettre toutes les données d assurance médicales et professionnelles et les données relatives à l employeur. L implication active de l employeur au processus de maintien en emploi ainsi que la simplification des procédures administratives lors du dépôt de la demande tout comme pour l échange d informations, permettent ainsi une meilleure pertinence de la prise en charge de ces assurés. D autres projets de collaboration avec nos différents partenaires économiques sont en cours, notamment dans le domaine de l horlogerie ainsi qu avec l Etat de Genève. Dans le cadre de la nouvelle CII qui prend progressivement toute sa mesure en 211, nous développons notre collaboration avec nos partenaires sociaux comme l office cantonal de l emploi et l Hospice général. Nous activons également nos principaux prestataires de mesures professionnelles comme les EPI, l ORIF, Trajets, Foyer Handicap, l assocation Actifs dans le but de développer une bonne collaboration permettant d avoir une approche ciblée sur nos besoins. Toutes ces démarches visent à promouvoir et à faciliter la réadaptation et la réinsertion de nos assurés sur le marché libre du travail. Je conclurai ce tour d horizon des principaux projets qui nous ont occupés tout au long de l année 21 en remerciant très chaleureusement les cadres, ainsi que les collaboratrices et les collaborateurs de l office AI pour leur engagement sans faille pour l institution. Derrière tous ces projets, l ensemble du personnel de l office AI apporte compétences, savoir-faire et savoir-être. Rien ne serait possible sans des collaborateurs d une telle qualité. C est en ces mêmes termes que j ai clôturé la soirée du assurance-invalidité 26 27

16 assurance-invalidité jubilé de l AI qui s est tenue le 1 er novembre 21 dans les locaux de la FER Genève. Cet événement nous a permis d inviter et de réunir tous nos partenaires économiques et sociaux autour d une exposition itinérante élaborée dans le but de marquer les 5 ans de l assurance-invalidité. Cela a été pour nous l occasion de remercier tous ces acteurs qui nous permettent, par leur collaboration avec l assurance-invalidité, de mener à bien notre mission dans notre canton. Natalia Weideli Bacci Directrice demandes assurés ont été reçus dans le cadre de l intervention précoce en 21 (1 547 en 29, en 28). Cela représente une part de 61% des assurés ayant déposé une demande pour une rente ou une réinsertion professionnelle (66% en 29). L expérience accumulée entre 28 et 29 a permis ainsi de mieux cibler les assurés avec un potentiel de réadaptation. la gestion orientée vers les résultats et la transparence Depuis 28, les résultats des offices cantonaux sont mesurés à l aune d indicateurs de performance établis par l OFAS. Entrées, Liquidations et Demandes en suspens à la fin 21 La 5 ème révision, parallèlement à l accent mis sur la réadaptation professionnelle, requiert des offices AI un traitement plus rapide des dossiers. Les efforts consentis les dernières années pour l accélération de la procédure ont donc été poursuivis. Au niveau de la liquidation des dossiers, on note l importance du volume des affaires traitées : décisions, dont (87%) concernaient l AI et 4 38 (13%) l AVS. Parmi les décisions AI, (2%) étaient des premières décisions pour l assuré concerné. Quant aux factures payées leur montant s élève à 93.3 millions de francs (87.4 millions pour l AI et 5.9 mio pour l AVS, soit factures individuelles traitées à l OAI). assurance-invalidité COMPTES D ADMINISTRATION - OAI CHF Charges d administration Charges de personnel Informatique Loyers et charges locatives Fournitures et frais divers Produits d administration Remboursements loyers reçus de tiers Remboursement prestations d assurance Total frais de fonctionnement DEMANDES REÇUES Premières demandes AI, assurés mineurs et majeurs Premières demandes AI pour une rente ou une mesure professionnelle Demandes subséquentes AI Allocations pour impotence AVS Moyens auxiliaires AVS Total des demandes reçues Premières demandes AI liquidées Premières demandes AI en suspens Parallèlement, il y a eu demandes déposées à l office pendant cette période, qui se répartissent pour l AI en 3 91 premières demandes et demandes subséquentes auxquelles s ajoutent demandes AVS

17 assurance-invalidité 6' 5' 4' 3' 2' 1' Parmi les premières annonces AI déposées en 21, 72% (2 81) concernaient des assurés adultes, dont 2 39 (82%) étaient des demandes pour une rente ou une mesure professionnelle. Par rapport à 27, on constate une augmentation de 41% des demandes pour une rente ou une mesure professionnelle (2 39 en 29 contre en 27). Les demandes pour les autres prestations ont sensiblement baissé, particulièrement celles concernant les assurés mineurs (1 91 en 27 et 1 91 en 21) : en effet, la réforme de la péréquation financière et de la répartition des tâches entre la Confédération et les cantons (RPT) est entrée en vigueur le 1 er janvier 28 et depuis cette date les prestations concernant la formation scolaire spéciale (pédagogie spécialisée) sont du ressort cantonal. L autre fait notable est la stabilisation du volume des entrées des demandes AI entre 29 et 21, en particulier en ce qui concerne les rentes ou la réadaptation professionnelle Nouvelles demandes AI, assurés mineur et majeurs Premières demandes liquidées Suspens des premières demandes 21, en fin 29, fin 28 et en fin 27, soit une baisse effective de 61% depuis 27). La rapidité de traitement, voulue par le législateur dans le cadre de la 5 ème révision, est donc actuellement bien assurée. L accent mis sur la liquidation des anciens cas a permis la stabilisation des efforts consentis en 28 et l obtention de délais de traitement plus rapides : la durée des suspens des premières demandes étant stabilisée à 88 jours (fin 27 durée médiane 239 jours, fin 28 durée médiane de 123 jours, fin 29 durée médiane de 12 jours) soit une diminution de 63% depuis 27. mesures professionnelles En 21, l office a examiné la possibilité d octroyer des mesures professionnelles pour assurés (1 381 en IP et 784 autres assurés pour des mesures uniquement conventionnelles). Parmi ces assurés, (6%) ont effectivement pu bénéficier de mesures. Pour comparaison, il s agit là d une augmentation de 59% depuis 27 où demandes avaient été examinées sous cet angle. Cependant, il faut noter un fléchissement depuis 29 (où assurés avaient bénéficié de mesures). En effet, la mise en place de mesures d IP s est faite de manière plus ciblée, visant avant tout leur efficacité. Le nombre de personnes ayant pu effectivement bénéficier de mesures professionnelles ou de placement 2'5 2' 1'5 1' 5 a considérablement augmenté : en 27, l office AI a octroyé des mesures professionnelles ou de placement à 695 assurés alors qu en 21, ce sont assurés qui se sont vu octroyer des prestations - soit une augmentation de 87%. Cette augmentation du nombre de bénéficiaires est un effet réjouissant de l allègement des procédures administratives permettant le premier accès aux mesures professionnelles. Ainsi l office, conformément aux objectifs de la 5 ème révision de l AI, cherche à favoriser une réintégration dans le milieu du travail et à éviter une chronicisation ou une péjoration de l état de l assuré dues à des attentes trop longues de prise en charge Nombre total d'examens ou évaluations achevés Nombre total de nouveaux bénéficiaires assurance-invalidité La tendance à la baisse des suspens des premières demandes continue (1 124 fin 3 31

18 assurance-invalidité premières décisions de rentes En 21, l OAI a pris 2 2 premières décisions de rentes dont 918 (45%) se sont soldées par un refus. Quant aux 1 12 décisions d octroi de rentes, 75% (826) portaient sur des rentes entières et 16% (172) sur des demi-rentes. Après la très forte diminution des octrois de rentes constatée en 29 par rapport à 28 (-48%) où seulement 891 rentes avaient été octroyées, le nombre de bénéficiaires augmente à nouveau (+24%). Plusieurs facteurs peuvent expliquer ces faits : - En 29 et en 21, la mise en œuvre des mesures de prévention de la 5 ème révision (précocité de la détection, nouvelles mesures mises à disposition, accélération du processus de traitement administratif des dossiers à l OAI) ainsi que l accent mis sur la réadaptation et la réinsertion professionnelles ont certainement contribué à éviter un nombre important de rentes. - En 29 et jusqu au premier trimestre 21, notre service médical (SMR) a malheureusement pris un important retard dans l évaluation médicale des dossiers. Ainsi le nombre de rentes allouées pour 29 et la première moitié 21 est-il artificiellement bas. Des mesures de rattrapage ont été mises en œuvre, ce qui a contribué à un afflux de décisions de rentes dans la deuxième moitié de l année 21. Ce rattrapage aura certainement encore un effet notoire en 211. Demandes concernant les assurés en âge avs L office AI traite aussi un nombre important de demandes AVS qui concernent les moyens auxiliaires et les allocations pour impotents. En 21, l office AI a ainsi reçu demandes AVS dont 69 pour des allocations pour impotents et demandes de moyens auxiliaires. Le volume de demandes traitées a lui été de 556 allocations pour impotents octroyées, 14 refusées ainsi que octrois de moyens auxiliaires pour 377 refus. assurance-invalidité 2' 1'8 1'6 1'4 1'2 1' Rentes entières Trois-quart de rentes Demi rentes Quart de rentes 32 33

19 abréviations AI Assurance-invalidité AVS Assurance-vieillesse et survivants CAF Caisses d allocations familiales CAFAC Caisse d allocations familiales des administrations et institutions cantonales CAFNA Caisse d allocations familiales pour personnes sans activité CC Caisse de compensation LAMAT Loi fédérale sur l assurance-maternité OAI Office de l assurance-invalidité OCAS Office cantonal des assurances sociales OFAS Office fédéral des assurances sociales SCAF Service cantonal d allocations familiales 34 35

20 Dans le présent document, les termes employés pour désigner des personnes sont pris au sens générique; ils ont à la fois valeur d un féminin et d un masculin. Imprimé sur papier RecyStar, fabriqué avec 1 % de vieux papiers, sans azurant optique. Copyright (hormis page 2) : Office cantonal des assurances sociales de Genève Crédits photographiques (couverture, pages 11,16, 2, 25) : Monsieur Marco Teti Conception graphique : Madame Odile Niederhauser Impression : NB Media Tirage : 7 exemplaires Juin 211

Mise en place d une organisation CII nationale pour la poursuite du développement de la collaboration interinstitutionnelle

Mise en place d une organisation CII nationale pour la poursuite du développement de la collaboration interinstitutionnelle Département fédéral de l économie DFE Département fédéral de l intérieur DFI Berne, le 11 novembre 2010 Mise en place d une organisation CII nationale pour la poursuite du développement de la collaboration

Plus en détail

2014 Rapport. Office de l assurance invalidité. Partie V. annuel

2014 Rapport. Office de l assurance invalidité. Partie V. annuel 2014 Rapport annuel Office de l assurance invalidité Partie V Caisse de compensation du Jura 1. Activité de l office L'Office de l'assurance invalidité du Jura assume les tâches suivantes : met en œuvre

Plus en détail

UNISSONS NOS COMPETENCES

UNISSONS NOS COMPETENCES Office AI du canton de Neuchâtel Espacité 4-5 2300 La Chaux-de-Fonds Tél. 032 910 71 00 Fax 032 910 71 99 Office AI du canton du Valais Av. de la Gare 15 1951 Sion Tél. 027 324 96 11 Fax 027 324 96 21

Plus en détail

CHARTE OFFICE CANTONAL DES ASSURANCES SOCIALES

CHARTE OFFICE CANTONAL DES ASSURANCES SOCIALES 2 2 CHARTE OFFICE CANTONAL DES ASSURANCES SOCIALES 4 SOMMAIRE Préambule 5 Présentation 6 Mission 6 Vision 7 Management 7 Nos clients 8 Nos partenaires 8 Collaborateurs 11 Environnement 11 5 6 PRÉAMBULE

Plus en détail

Caisse cantonale genevoise de compensation. Assurance-maternité cantonale genevoise

Caisse cantonale genevoise de compensation. Assurance-maternité cantonale genevoise Caisse cantonale genevoise de compensation Assurance-maternité cantonale genevoise Etat au 1 er juillet 2001 Introduction L'assurance-maternité est une assurance perte de gain obligatoire dans le Canton

Plus en détail

Après 5 ans de succès, l agence trt s agrandit Bilan et développement de l agence de placement pour les bénéficiaires de l aide sociale

Après 5 ans de succès, l agence trt s agrandit Bilan et développement de l agence de placement pour les bénéficiaires de l aide sociale Dossier de presse Après 5 ans de succès, l agence trt s agrandit Bilan et développement de l agence de placement pour les bénéficiaires de l aide sociale Avec plus de 700 entreprises partenaires et un

Plus en détail

Les lois sociales en Suisse Conférence donnée par Me M. CELI VEGAS Avocat à Genève (Suisse) et Madrid (Espagne) Consulat Général du Pérou à Genève

Les lois sociales en Suisse Conférence donnée par Me M. CELI VEGAS Avocat à Genève (Suisse) et Madrid (Espagne) Consulat Général du Pérou à Genève Les lois sociales en Suisse Conférence donnée par Me M. CELI VEGAS Avocat à Genève (Suisse) et Madrid (Espagne) Consulat Général du Pérou à Genève AVS -Assurance vieillesse et survivants Couvre besoin

Plus en détail

INFORMATIONS 2016. 1.1 Pour les indépendants - Facturation et perception des cotisations personnelles au 1 er janvier 2016

INFORMATIONS 2016. 1.1 Pour les indépendants - Facturation et perception des cotisations personnelles au 1 er janvier 2016 Genève, décembre 2015 INFORMATIONS 2016 Madame, Monsieur, Comme chaque année, nous avons le plaisir de vous faire parvenir notre lettre d informations dans laquelle vous trouverez les principaux renseignements

Plus en détail

2.02 Cotisations Cotisations des indépendants à l AVS, à l AI et aux APG

2.02 Cotisations Cotisations des indépendants à l AVS, à l AI et aux APG 2.02 Cotisations Cotisations des indépendants à l AVS, à l AI et aux APG Etat au 1 er janvier 2016 En bref L assurance-vieillesse et survivants (AVS), l assurance-invalidité (AI) et le régime des allocations

Plus en détail

Rapport d inspection intégré SPP IS

Rapport d inspection intégré SPP IS A Madame Caps Présidente du CPAS de Oupeye Rapport d inspection intégré SPP IS Inspection SPP IS 2-5-6 RI/L65C-FMAZ-FPSC/FMTH Objet: Rapport d inspection intégré Madame la Présidente J ai l honneur de

Plus en détail

Congrès du 21, 22, 23 septembre 2011 Déficit visuel et réadaptation HUG Genève

Congrès du 21, 22, 23 septembre 2011 Déficit visuel et réadaptation HUG Genève 1 Congrès du 21, 22, 23 septembre 2011 Déficit visuel et réadaptation HUG Genève Révisions de l assurance-invalidité, intervention précoce et réadaptation en cas de malvoyance Natalia Weideli Bacci Directrice

Plus en détail

Mesures du PDC suisse pour la 5 ème révision de l AI

Mesures du PDC suisse pour la 5 ème révision de l AI Mesures du PDC suisse pour la 5 ème révision de l AI Résumé Pour le PDC, la solidarité dans un Etat moderne signifie que ce dernier assume une responsabilité envers tous les êtres humains, qu ils soient

Plus en détail

DROITS ET MES OBLIGATIONS?

DROITS ET MES OBLIGATIONS? JE PARS À LA RETRAITE QUELS SONT MES DROITS ET MES OBLIGATIONS? PRÉSENTATION DE L AVS 1er pilier du système de sécurité sociale suisse sse Obligatoire Couvre les besoins vitaux Principe de la solidarité

Plus en détail

En date du 17 mai 2013, le Grand Conseil a renvoyé au Conseil d Etat une question écrite urgente qui a la teneur suivante :

En date du 17 mai 2013, le Grand Conseil a renvoyé au Conseil d Etat une question écrite urgente qui a la teneur suivante : Secrétariat du Grand Conseil QUE 85-A Date de dépôt : 30 mai 2013 Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de M me Anne Emery-Torracinta : Une personne ayant obtenu un permis F peut-elle

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger (Ordonnance sur les écoles suisses à l étranger, OESE) 418.01 du 28 novembre 2014 (Etat le 1 er janvier 2015) Le Conseil fédéral suisse,

Plus en détail

sortir l assurance invalidité du piège de la dette

sortir l assurance invalidité du piège de la dette 23 OCTOBRE 2011 FICHE THEMATIQUE : ASSURANCE INVALIDITE sortir l assurance invalidité du piège de la dette Au cours des 20 dernières années, l assurance invalidité suisse (AI) s est inexorablement enfoncée

Plus en détail

sociale DSS La Direction de la sécurité Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité

sociale DSS La Direction de la sécurité Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité La Direction de la sécurité sociale DSS Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité 1, Place de Fontenoy 75350 Paris cedex Tél : 01 40 56 60 00 Fax : 01 40 56 72 88

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

PLAN DE PRÉVOYANCE C

PLAN DE PRÉVOYANCE C PLAN DE PRÉVOYANCE C RÈGLEMENT, 1 re partie Valable à partir du 1 er janvier 2010 Mis en vigueur par le Conseil de fondation le 9 novembre 2009 Le présent plan de prévoyance s applique à toutes les personnes

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation GRETA M2S Métiers de la Santé et du Social Le salarié et ses droits à la formation Le DIF Droit individuel à la formation ))) Qu est-ce que c est? Le DIF permet au salarié de négocier avec son employeur,

Plus en détail

Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE)

Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE) Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE) Valables dès le 1 er janvier 2008 318.107.09 f IRE 12.07 2 Table des matières Abréviations... 3 1. Principes... 4 2.

Plus en détail

Présentation HR Neuchâtel L assurance-invalidité et la 6 ème révision LAI

Présentation HR Neuchâtel L assurance-invalidité et la 6 ème révision LAI Présentation HR Neuchâtel L assurance-invalidité et la 6 ème révision LAI 26 janvier 2012 Fabio Fierloni directeur de l office AI du canton de Neuchâtel Plan de la présentation 1. Plan d assainissement

Plus en détail

BUREAUX D ARCHITECTES

BUREAUX D ARCHITECTES REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de la solidarité et de l'emploi Office cantonal de l'inspection et des relations du travail Document REFLÉTANT LES CONDITIONS DE TRAVAIL ET PRESTATIONS SOCIALES

Plus en détail

Diagnostics, accompagnements et appui RH

Diagnostics, accompagnements et appui RH Diagnostics, accompagnements et appui RH Diagnostics et accompagnements Prestations de conseil financées à 100% par le Fafih Pour des entreprises de 1 à 250 salariés Assurées par des cabinets spécialisés

Plus en détail

Assurance-invalidité : Introduction d'une participation aux frais d'assistance

Assurance-invalidité : Introduction d'une participation aux frais d'assistance Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral des assurances sociales OFAS Développement Peter Eberhard, 21 avril 2009 Assurance-invalidité : Introduction d'une participation aux frais d'assistance

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2012 OFFICE CANTONAL DES ASSURANCES SOCIALES

RAPPORT ANNUEL 2012 OFFICE CANTONAL DES ASSURANCES SOCIALES RAPPORT ANNUEL 212 OFFICE CANTONAL DES ASSURANCES SOCIALES OCAS 1 SOMMAIRE Conseil d administration 2 Direction générale 4 Ressources humaines 6 Caisse de compensation 8 Caisses d allocations familiales

Plus en détail

Loi fédérale sur l assurance-maternité

Loi fédérale sur l assurance-maternité Délai référendaire: 9 avril 1999 Loi fédérale sur l assurance-maternité (LAMat) du 18 décembre 1998 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l article 34 quinquies, 4 e alinéa, de la constitution;

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations 2.09 Etat au 1 er janvier 2009 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

Intégration des personnes en situation de handicap

Intégration des personnes en situation de handicap Intégration des personnes en situation de handicap Défis pour les employeurs Assemblée annuelle 2013 de la CDAS Prof. Dr. Roland A. Müller Directeur de l Union Patronale Suisse (dès le 6 juillet) Schweizerischer

Plus en détail

Séminaire du 26 Mars 2013

Séminaire du 26 Mars 2013 Séminaire du 26 Mars 2013 Les opportunités fiscales de la prévoyance professionnelle pour l entreprise et son entrepreneur Tél. +41 26 425 84 84 Fax +41 26 425 84 86 E-mail office@fidutrust.ch Présentation

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION 1. COMPOSITION ET QUORUM Le Comité des ressources humaines et de la rémunération (le «Comité») est composé d au moins trois administrateurs,

Plus en détail

Affiliation comme personne sans activité lucrative

Affiliation comme personne sans activité lucrative Pour nous, la qualité est importante Obligation de cotiser à l'avs Affiliation comme personne sans activité lucrative Etes-vous inscrit(e) comme personne sans activité lucrative auprès d une autre caisse

Plus en détail

Plan de prévoyance 94

Plan de prévoyance 94 valable dès le 1er janvier 2015 Plan de prévoyance 94 Assurance d interruption Objectif L assurance d interruption a pour objectif d assurer la couverture de risques pour les personnes de moins de 50 ans,

Plus en détail

Le portage salarial caractéristiques et avantages

Le portage salarial caractéristiques et avantages LE PORTAGE SALARIAL Le portage salarial caractéristiques et avantages Le portage salarial consiste à transformer des honoraires en salaires. Il permet: De bénéficier d un statut de salarié : continuité

Plus en détail

Loi fédérale sur l assurance-invalidité

Loi fédérale sur l assurance-invalidité Délai référendaire: 15 octobre 1998 Loi fédérale sur l assurance-invalidité (LAI) Modification du 26 juin 1998 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 25 juin

Plus en détail

Consulting Service sàrl. Future. Conseil et formation en assurances sociales. Assurances Sociales. 22 mai 2015

Consulting Service sàrl. Future. Conseil et formation en assurances sociales. Assurances Sociales. 22 mai 2015 Le contenu q Modifications depuis 2012 q Les projets de révision q Un cas pratique pour le congé maternité q Sites Internet utiles Version 2015 / François Wagner 2 Assurances sociales Assurances sociales

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel OFFICES PUBLICS DE L HABITAT ACCORD DU 12 JUILLET 2012 RELATIF À LA

Plus en détail

Cahier des charges Mesure d Accompagnement Social personnalisé (MASP) de niveau 2

Cahier des charges Mesure d Accompagnement Social personnalisé (MASP) de niveau 2 Département de Seine-Maritime Direction de l Action Sociale et de l Insertion Service Accompagnement Cahier des charges Mesure d Accompagnement Social personnalisé (MASP) de niveau 2 1 Mars 2015 Sommaire

Plus en détail

2.09 Etat au 1 er janvier 2013

2.09 Etat au 1 er janvier 2013 2.09 Etat au 1 er janvier 2013 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

filière administration Gestionnaire administration du personnel et de la paie production boissons rafraîchissantes bières d eaux embouteillées

filière administration Gestionnaire administration du personnel et de la paie production boissons rafraîchissantes bières d eaux embouteillées production d eaux embouteillées boissons rafraîchissantes sans alcool bières filière Gestionnaire administration du personnel et de la paie administration www.cpnef.info 2 CQP validé par la CPNE de la

Plus en détail

Séance d information. La loi sur l assurance. assurance-chômage. chômage. mes droits et mes obligations - notions de base

Séance d information. La loi sur l assurance. assurance-chômage. chômage. mes droits et mes obligations - notions de base Séance d information La loi sur l assurance assurance-chômage chômage mes droits et mes obligations - notions de base Séance de 9h à 12h environ (pause de 15 minutes) Intervenants : Caisse de chômage Unia

Plus en détail

Chômage et accident? Informations de A à Z

Chômage et accident? Informations de A à Z Chômage et accident? Informations de A à Z Si vous avez droit à l indemnité de chômage (IC), vous êtes automatiquement assuré contre les accidents auprès de la Suva. Tout accident doit être annoncé au

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

FFPC. Fonds cantonal genevois en faveur de la formation professionnelle et continue

FFPC. Fonds cantonal genevois en faveur de la formation professionnelle et continue Fonds cantonal genevois en faveur de la formation professionnelle et continue Sommaire Survol historique 1 But du Fonds (budget ordinaire) 2 Actions concernées 3 Ressources du Fonds 4 Qui perçoit la cotisation?

Plus en détail

Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels. Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011

Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels. Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011 Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011 1 Sommaire - Management des RH : orientations et principes - Management des RH : réalisations

Plus en détail

4.11 Etat au 1 er janvier 2013

4.11 Etat au 1 er janvier 2013 4.11 Etat au 1 er janvier 2013 Couverture d assurance en cas de mesures de réadaptation de l AI Couverture d assurance en cas de maladie 1 Toute personne domiciliée en Suisse est couverte par l assurance-maladie

Plus en détail

Annonce d un cas d incapacité de travail Formulaire employeur

Annonce d un cas d incapacité de travail Formulaire employeur Annonce d un cas d incapacité de travail Formulaire employeur Pages 1 et 2: à remplir par l employeur de la personne incapable de travailler Affilié Employeur N d affilié Téléphone Rue NPA/Lieu Personne

Plus en détail

Etat du Valais. Maternité / Adoption. Service du personnel et de l'organisation

Etat du Valais. Maternité / Adoption. Service du personnel et de l'organisation Etat du Valais Maternité / Adoption Service du personnel et de l'organisation 1 INTRODUCTION Le 1 er juillet 2005 est entrée en vigueur la modification du 3 octobre 2003 de la loi fédérale sur les allocations

Plus en détail

Circulaire AI n o 182 du 18 juillet 2003

Circulaire AI n o 182 du 18 juillet 2003 _ Circulaire AI n o 182 du 18 juillet 2003 Accords bilatéraux avec l UE et l'aele Avec le bulletin n 118 du 30 septembre 2002 et la circulaire AI n 176 du 13 mars 2003, des réponses ont été apportées à

Plus en détail

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui Avec la Mutualité Française, la santé avance Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mutualité en matière

Plus en détail

L expérience des Hommes

L expérience des Hommes L expérience des Hommes audia est un cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes, fort d une équipe qualifiée et experte installée au Maroc à Casablanca. Notre cabinet vous apportera l

Plus en détail

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance P RO - enfance Plateforme Romande pour l accueil de l enfance Rapport de la phase d analyse 1. Résumé Le présent document contient la description du déroulement et des résultats de la phase d analyse des

Plus en détail

ASSURANCE-INVALIDITE Notions de bases

ASSURANCE-INVALIDITE Notions de bases L Assurance-Invalidité (LAI) ASSURANCE-INVALIDITE Notions de bases 1. Quelques principes importants de l AI 2. La 5 ème révision de l AI (01.01.2008) service social 1 service social 2 L Assurance-Invalidité

Plus en détail

14.088 e Prévoyance vieillesse 2020. Réforme. La réforme après les décisions de la CSSS-E. 1 Résumé des décisions de la CSSS-E

14.088 e Prévoyance vieillesse 2020. Réforme. La réforme après les décisions de la CSSS-E. 1 Résumé des décisions de la CSSS-E 14.088 e Prévoyance vieillesse 2020. Réforme La réforme après les décisions de la CSSS-E 1 Résumé des décisions de la CSSS-E La CSSS-E soutient le concept du Conseil fédéral relatif à une réforme globale

Plus en détail

La paie : pourquoi choisir entre rentabilité et sécurité?

La paie : pourquoi choisir entre rentabilité et sécurité? La paie : pourquoi choisir entre rentabilité et sécurité? Introduction Laurent Tarazona, Directeur Commercial Profession Comptable ADP Micromégas ADP Micromégas ADP 60 ans d expertise paie et RH Un métier

Plus en détail

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger (Ordonnance sur les écoles suisses à l étranger, OESE)

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger (Ordonnance sur les écoles suisses à l étranger, OESE) Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger (Ordonnance sur les écoles suisses à l étranger, OESE) du Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 7, al. 3, deuxième phrase, 8, al. 4, 10,

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

Caisse intercommunale de pensions (CIP) Edition 2014-2015

Caisse intercommunale de pensions (CIP) Edition 2014-2015 Caisse intercommunale de pensions () Edition 2014-2015 La, votre caisse de pensions Nous vous proposons ici un tour d horizon de votre institution de prévoyance, la Caisse intercommunale de pensions ().

Plus en détail

831.192.1. Ordonnance concernant l administration du Fonds de compensation de l assurance-vieillesse et survivants. du Conseil d administration.

831.192.1. Ordonnance concernant l administration du Fonds de compensation de l assurance-vieillesse et survivants. du Conseil d administration. Ordonnance concernant l administration du Fonds de compensation de l assurance-vieillesse et survivants 831.192.1 du 2 décembre 1996 (Etat le 26 juin 2001) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 109, al.

Plus en détail

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME Par A. AIT-AIDER. Directeur Régional de la BNA. L Entreprise, la Banque : voilà deux acteurs centraux de l environnement économique dont le destin est

Plus en détail

Assurance-accidents et chômage de A à Z

Assurance-accidents et chômage de A à Z Assurance-accidents et chômage de A à Z Les personnes sans emploi ayant droit à l indemnité de chômage bénéficient de la couverture accidents de la Suva. La Suva porte une attention toute particulière

Plus en détail

TerzaFondsPlan. Pour une prévoyance plus rentable

TerzaFondsPlan. Pour une prévoyance plus rentable TerzaFondsPlan Pour une prévoyance plus rentable La prévoyance individuelle gagne en importance En Suisse, la prévoyance repose sur le principe des trois piliers: prévoyance étatique, professionnelle et

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

Généraliste en assurances sociales

Généraliste en assurances sociales Généraliste en assurances sociales P R O G R A M M E DE FORMATION FORMER INFORMER COORDONNER En collaboration avec Table des matières Chapitre Page I. Renseignements généraux... 3 II. Programme... 4 1.

Plus en détail

Changements professionnels. La prévoyance après la dissolution des rapports de travail.

Changements professionnels. La prévoyance après la dissolution des rapports de travail. Changements professionnels. La prévoyance après la dissolution des rapports de travail. Changements professionnels. La prévoyance après la dissolution des rapports de travail. Début d un nouvel emploi

Plus en détail

PASS INDÉPENDANCE. tous pour un!

PASS INDÉPENDANCE. tous pour un! PASS INDÉPENDANCE ne laissez pas vos salariés devenir dépendants de leur situation familiale tous pour un! LA DÉPENDANCE : DE PLUS EN PLUS DE PERSONNES TOUCHÉES Le nombre de personnes dépendantes devrait

Plus en détail

Efficacité énergétique de la part des pros

Efficacité énergétique de la part des pros Efficacité énergétique de la part des pros Calcul systématique du potentiel d économies Conventions d objectifs avec la Confédération et les cantons Exemption des taxes sur l énergie et sur le CO 2 Avec

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013. Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013

Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013. Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013 Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013 Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013 10 décembre 2013 Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013 Nous sommes

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

Charte de développement durable. Version. groupe

Charte de développement durable. Version. groupe Charte de développement durable 2014 Version groupe Dès sa création en 2008, le Groupe CAPECOM a mis en place une charte qui permettait de définir les valeurs fondatrices du Groupe. Cette charte était

Plus en détail

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Hôtel El Aurassi 25 octobre 2010 Alger Algérie 1 Sommaire 1 2 3 4 Maroc : Chiffres clés Aperçu des régimes de sécurité sociale au Maroc Principales

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés Fonds européen pour les Réfugiés 2008-2013 APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés 1 Introduction : La décision n 573/2007/CE du Parlement européen

Plus en détail

Groupe Helvetia. Politique en matière de ressources humaines

Groupe Helvetia. Politique en matière de ressources humaines Groupe Helvetia Politique en matière de ressources humaines Chères collaboratrices, chers collaborateurs Notre politique en matière de ressources humaines est basée sur la charte d entreprise «Les meilleurs

Plus en détail

Maternité, maladie et points de retraite complémentaire. n o 6

Maternité, maladie et points de retraite complémentaire. n o 6 GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO MATERNITÉ, MALADIE ET POINTS DE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 6 JUIN 2015 Maternité, maladie et points de retraite complémentaire Sommaire La retraite,

Plus en détail

forum Quel intérêt à créer des emplois de solidarité? En mots et en images 21 septembre 2009 Centre de l Espérance

forum Quel intérêt à créer des emplois de solidarité? En mots et en images 21 septembre 2009 Centre de l Espérance Quel intérêt à créer des emplois de solidarité? Retour sur le forum organisé par l Office cantonal de l emploi (OCE) En mots et en images forum 21 septembre 2009 Centre de l Espérance Le 21 septembre,

Plus en détail

Récapitulatif des cotisations aux assurances sociales

Récapitulatif des cotisations aux assurances sociales à disposition à AgriGenève ou sur le site internet. (www.agrigeneve.ch) AVS (Assurance vieillesse et survivants), APG (Allocation perte de gain), AI (Assurance invalidité) AVS = 8.4 % dont 4.2% imputable

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION Le conseil d administration a mis sur pied le comité de la gestion des ressources en personnel de direction

Plus en détail

Assurance-maternité et adoption dans le canton de Genève

Assurance-maternité et adoption dans le canton de Genève «Task Force LAMat» AMat Etat au 1 er janvier 2010 Assurance-maternité et adoption dans le canton de Genève Rapport avec le droit fédéral En date du 1 er juillet 2005, la législation fédérale sur les allocations

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE GARDE D ENFANTS Tout savoir sur la PAJE Sommaire Qu est-ce que la PAJE? Page 2 La prime à la naissance ou à l adoption Page 3 L allocation de base Page 4 Le complément de libre choix du mode de garde Page

Plus en détail

AIDE A L IMMOBILIER D ENTREPRISE Convention n 20..-C-DGAD-DEE-

AIDE A L IMMOBILIER D ENTREPRISE Convention n 20..-C-DGAD-DEE- AIDE A L IMMOBILIER D ENTREPRISE Convention n 20..-C-DGAD-DEE- ENTRE Le Département de la Vienne, Place Aristide Briand, BP 319, 86008 POITIERS Cedex, représenté par le Président du Conseil Général, Monsieur..,

Plus en détail

Imposition à la source des artistes

Imposition à la source des artistes 1 Imposition à la source des artistes Notice explicative Table des matières 2 Introduction... 3 Personnes assujetties... 3 Prestations imposables... 4 Calcul de l impôt... 5 Détermination du revenu brut...

Plus en détail

Services d ambulances terrestres

Services d ambulances terrestres Chapitre 4 Section 4.02 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Services d ambulances terrestres Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.02 du Rapport annuel 2005

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

LA FEDERATION ROMANDE DE METIERS DU BATIMENT ET SES INSTITUTIONS SOCIALES EN 2015

LA FEDERATION ROMANDE DE METIERS DU BATIMENT ET SES INSTITUTIONS SOCIALES EN 2015 LA FEDERATION ROMANDE DE METIERS DU BATIMENT ET SES INSTITUTIONS SOCIALES EN 2015 (circulaire à l intention des entreprises vaudoises de chauffage, ventilation et climatisation). 1. PREAMBULE Les associations

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

AVENANT N 32 DU 14 MAI 2014

AVENANT N 32 DU 14 MAI 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3107 Accords collectifs nationaux BÂTIMENT ET TRAVAUX PUBLICS AVENANT N 32 DU

Plus en détail

L importance du volet comptable de la loi organique

L importance du volet comptable de la loi organique Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire Journée d études des trésoriers-payeurs-généraux, relative à la nouvelle fonction comptable - 3 octobre 2003 - Mesdames et

Plus en détail

ACCORD D ENTREPRISE INSTITUANT UN REGIME DE PREVOYANCE COLLECTIVE

ACCORD D ENTREPRISE INSTITUANT UN REGIME DE PREVOYANCE COLLECTIVE Caisse Régionale de CREDIT AGRICOLE MUTUEL de la TOURAINE et du POITOU ACCORD D ENTREPRISE INSTITUANT UN REGIME DE PREVOYANCE COLLECTIVE Entre les Soussignés : La CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL

Plus en détail

- FÉDÉRATION NATIONALE DES INDUSTRIES CHIMIQUES CGT, 263, rue de Paris, 93514 Montreuil,

- FÉDÉRATION NATIONALE DES INDUSTRIES CHIMIQUES CGT, 263, rue de Paris, 93514 Montreuil, Entre ACCORD COLLECTIF PORTANT SUR LA COUVERTURE PRÉVOYANCE DANS LES INDUSTRIES PÉTROLIÈRES l'union FRANÇAISE DES INDUSTRIES PÉTROLIÈRES (UFIP), 4, avenue Hoche, 75008 Paris, représentée par : d'une part,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL VOTRE CONSEIL AUTOMOBILE SPECIALISE

DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL VOTRE CONSEIL AUTOMOBILE SPECIALISE DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL VOTRE CONSEIL AUTOMOBILE SPECIALISE Contact Presse : Aurélie CARAYON / Amandine VERDASCA 2 DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL SOMMAIRE 1 Aficar simplifie l automobile d entreprise

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3342 Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL ACCORD DU 23 JUIN 2005 RELATIF À LA COUVERTURE

Plus en détail