Harmoniser le droit des affaires dans un espace multilingue et pluri-juridique : l expérience du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Harmoniser le droit des affaires dans un espace multilingue et pluri-juridique : l expérience du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD)"

Transcription

1 Harmoniser le droit des affaires dans un espace multilingue et pluri-juridique : l expérience du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) Aboubacar Fall * INTRODUCTION Permettez moi, au nom du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) et de son Conseiller Juridique Général, Dr. Adesegun Akin-Olugbade, de remercier les organisateurs du Colloque de Ouagadougou d avoir bien voulu associer la Banque à l important événement que constitue l examen de l avant projet d Acte uniforme OHADA sur le droit des contrats. L intérêt que la Banque porte à l OHADA et à ses travaux n est plus à démontrer, puisque la BAD est considérée, aujourd hui, comme le premier partenaire financier africain de l OHADA. Le projet d Acte uniforme qui sera discuté, ici à Ouagadougou, revêt aux yeux de la Banque un intérêt tout particulier, en ce qu il vise principalement à harmoniser les concepts de la théorie générale des contrats empruntés tant à la tradition romano-germanique qu anglo-saxonne. Cet intérêt s explique également par l impact positif qu un droit harmonisé des contrats pourrait avoir sur les opérations de prêt et d investissement de la Banque dans ses pays membres. Nous voudrions, cependant, saisir l opportunité de ce Colloque pour apporter notre contribution à la réflexion portant sur certains aspects institutionnels de l Organisation et, en particulier, sur sa mission d harmonisation du droit des affaires en Afrique. * Conseiller juridique principal, Groupe de la Banque Africaine de Développement. Rapport présenté au Colloque sur L harmonisation du droit OHADA des contrats tenu à Ouagadougou (Burkina Faso) du 15 au 17 novembre 2007, ayant notamment pour objet la discussion de l avant-projet d Acte uniforme OHADA sur le droit des contrats (2005) élaboré par UNIDROIT à la demande de l OHADA. Ce texte, ainsi que la Note explicative y relative rédigée par le Professeur Marcel FONTAINE sont accessibles sur le site Internet d UNIDROIT (<http://www.unidroit.org>) et sont reproduits en annexe au présent volume. Rev. dr. unif

2 Actes du Colloque sur l harmonisation du droit OHADA des contrats Ouagadougou 2007 Mais avant de ce faire, permettez-moi de rappeler, assez brièvement, l importance que la Banque accorde à l intégration régionale et au rôle central du droit pour la réaliser. I. L INTEGRATION REGIONALE : UN OBJECTIF MAJEUR POUR LA BANQUE Il faut rappeler que l Accord portant création de la Banque confie à celle-ci le mandat de promouvoir le progrès social et le développement économique de ses pays membres régionaux individuellement et collectivement. La Banque compte cinquante trois (53) pays membres régionaux (PMR) africains et vingt-cinq pays (25) membres non régionaux. De par cette diversité des pays membres régionaux, de leurs langues et de leurs traditions juridiques, la Banque constitue un environnement idéal pour consolider les efforts d intégration entrepris sur le continent. En février 2004, la Banque a adopté un Document de Stratégie d Assistance à l Intégration Régionale destiné à appuyer les efforts d intégration entrepris dans chacune des cinq (5) sous-régions du continent et à promouvoir le commerce intra régional. Cette nouvelle approche renforce le contexte dans lequel s inscrivent les investissements à caractère multinational financés par la Banque et qui, ces dix dernières années, se sont élevés à plus d un milliard de dollars américains et ont concerné 118 projets. Le souci majeur affiché par la Banque est de développer, avec les pays membres régionaux, le commerce intra-africain, à travers des marchés régionaux ouverts, et de favoriser une exploitation rationnelle et durable des ressources naturelles du continent, notamment par la création d infrastructures telles que les routes, ports, aéroports, industries de transformation etc. Rappelons, à cet égard, que la Banque a été désignée par le NEPAD pour promouvoir et financer les projets régionaux de construction d infrastructures, notamment sous la forme de partenariats public-privé. Il ne fait aucun doute que pour atteindre cet objectif d intégration régionale, il est important d accorder à la règle de droit, en général, et à l harmonisation des systèmes juridiques, en particulier, une place centrale. C est précisément ce qu a fait la Banque, à travers de nombreuses initiatives dont les plus significatives sont A) sa stratégie du droit au service du développement ; (B) son appui à la création de l Institut Africain de Droit ; et (C) son soutien financier à l OHADA. 60 Unif. L. Rev. 2008

3 Aboubacar Fall Harmoniser le droit l expérience de la BAD A. La stratégie du droit au service du développement Dans le cadre d une nouvelle Vision destinée à réaliser les objectifs de réduction de la pauvreté, par la stimulation de la croissance, la Banque a adopté un Document de Politique en matière de Bonne Gouvernance. Cette Politique s articule autour de (5) cinq piliers principaux, à savoir (i) la responsabilisation ; (ii) la transparence dans la gestion des ressources publiques ; (iii) la participation des populations aux processus de développement ; (iv) la lutte contre la corruption ; et (v) les réformes juridiques et judiciaires. C est pour démontrer toute l importance qu elle accorde au rôle moteur du droit dans l atteinte de ces objectifs que la Banque a développé, en 2001, sa Stratégie du Droit au service du développement. L objectif de cette stratégie est de promouvoir le Droit en tant qu instrument de développement socio-économique, en insistant surtout sur l intégration régionale par le biais de l harmonisation des législations commerciales. Parmi les actions majeures de cette stratégie figurent, notamment : l appui à la préparation de lois-type, la formation et la recherche au plan régional, la publication des décisions judiciaires en matière économique et commerciale et la promotion des modes de règlement alternatif des différends. C est précisément dans le cadre de la mise en œuvre de cette stratégie qu est intervenue la création de l Institution Africain de Droit. B. L Institut Africain de Droit La Banque a joué un rôle catalyseur dans la création de l Institut Africain de Droit grâce à l appui technique et financier qu elle a fourni à ses fondateurs. Il faut souligner qu aujourd hui encore, la Banque continue d apporter son assistance à l Institut, notamment, par la mise à disposition de locaux, à son siège à Abidjan, pour abriter le Secrétariat Exécutif. L Institut a été créé pour servir de centre d excellence en matière juridique, par le développement de la formation et la recherche et, surtout, la promotion de l harmonisation du droit économique et des affaires sur le continent. Les membres de son Conseil de direction sont issus de traditions juridiques diverses. D ailleurs, le Secrétaire Permanent de l OHADA y siège es qualité, en représentation de l OHADA. Le premier projet réalisé par l Institut a consisté dans la préparation d une loi-type relative aux investissements en Afrique (dont vient de s inspirer la Rev. dr. unif

4 Actes du Colloque sur l harmonisation du droit OHADA des contrats Ouagadougou 2007 nouvelle législation libérienne). Il s agit d un texte de dix articles qui combine harmonieusement des principes de droit romano-germanique et anglo-saxon et qui intègre également les meilleures pratiques internationales en la matière. En outre, des négociations sont en cours pour que l Institut entreprenne un projet pilote au Sénégal et au Ghana en matière de sécurisation des transactions commerciales, l objectif final étant d harmoniser, autant que faire se pourra, les législations dans ce domaine, et répliquer le projet au plan régional. De par son caractère multilingue et pluri-juridique, l Institut dispose d une bonne expertise en matière d harmonisation législative dont l OHADA pourrait tirer le plus grand profit. C. L appui de la Banque à l OHADA Compte tenu de la coïncidence de ses missions avec celles de l OHADA, à savoir l intégration régionale et la promotion du droit, la Banque s est très tôt engagée à soutenir les actions de l Organisation. En effet, outre un premier don, en 2002, destiné à renforcer le dispositif régional du Registre du Commerce et du Crédit Mobilier (RCCM), la Banque a octroyé, en juillet 2004, un nouveau don d un million de dollars américains au titre du renforcement des capacités humaines et techniques de la Cour Commune de Justice et d Arbitrage (CCJA). L intérêt de la Banque à l égard de l OHADA s est également traduit par plusieurs actions initiées dans le cadre des opérations entreprises dans les pays membres régionaux, dont on peut citer les suivantes : l appui accordé à la Côte d Ivoire destiné à financer une large diffusion des Actes uniformes auprès des acteurs judiciaires, économiques et de la société civile ; l appui au Cameroun pour financer la formation des personnels judiciaires au nouveau droit harmonisé et la traduction en langue anglaise des Actes uniformes ; l appui accordé à Djibouti et Madagascar afin de leur permettre de financer la réforme de leur droit commercial en s inspirant largement des Actes uniformes de l OHADA ; l inclusion dans les Documents de Stratégie Pays (DSP) et du Document de Profil de Gouvernance Pays (PGP) d une section relative à l évaluation de l application effective, dans les pays membres de l OHADA, des Actes uniformes. Cette évaluation s opère, notamment, par la vérification de la 62 Unif. L. Rev. 2008

5 Aboubacar Fall Harmoniser le droit l expérience de la BAD mise en conformité de la législation commerciale du pays concerné aux Actes uniformes en vigueur. A ce jour, très peu de pays membres de l OHADA ont satisfait à cette obligation de mise en conformité. L incitation des opérateurs économiques et autres partenaires commerciaux à commencer par la Banque elle-même à recourir à la CCJA, le cas échéant, pour le règlement des différends commerciaux, par l inclusion dans leurs conventions d une clause compromissoire à cet effet. II. QUELQUES CONSIDERATIONS GENERALES SUR LES PROPOSITIONS DE REFORME DE L OHADA Si l OHADA a connu un succès indéniable dans ses actions d harmonisation du droit des affaires, il n en demeure pas moins que quelques réformes de fond doivent encore être opérées, si elle veut rester une institution crédible et devenir réellement panafricaine : (i) Tout d abord, l Organisation devra lever plusieurs obstacles qui l empêchent de remplir sa mission continentale et dont le plus important nous semble être son caractère d institution d inspiration essentiellement romanogermanique (civil law). En effet, les Actes uniformes ont été, jusqu ici, incontestablement marqués de la culture juridique des Etats membres de l OHADA. Cette situation se justifie amplement par leur héritage de la culture juridique d expression française. Toutefois, nous pensons que la réflexion devrait, aujourd hui, s orienter vers une intégration intelligente de principes du système de la common law, comme ambitionne de le faire, sous certaines réserves, le projet d Acte uniforme sur le droit des contrats inspiré des Principes d UNIDROIT. (ii) Le deuxième obstacle à lever est de nature linguistique : le français est la seule langue officielle de l OHADA et ce, malgré l adhésion au Traité d un pays lusophone et d un pays hispanophone et le fait que l anglais est une des langues officielles dans certaines provinces du Cameroun. Soulignons que le Traité révisé, non encore adopté, entend remédier à cette situation en accordant le statut de langues officielles à l anglais, au portugais et à l espagnol. Ces deux obstacles constituent, à notre avis, un frein au futur élargissement de l OHADA, comme l a déjà démontré la résistance opposée à l application du droit OHADA dans les provinces anglophones du Cameroun. Nous pensons donc que c est pour ces mêmes raisons que les pays africains de common law hésitent encore à devenir membres de l OHADA. Rev. dr. unif

6 Actes du Colloque sur l harmonisation du droit OHADA des contrats Ouagadougou 2007 Pour pouvoir, notamment, pénétrer l Afrique anglophone, l Organisation doit, comme l a déjà fait l Union Européenne en matière de droit des contrats, rapprocher les deux traditions juridiques dominantes perçues, à tort, comme inconciliables. (iii) Un autre défi auquel l institution est confrontée consiste dans la faiblesse de ses moyens financiers autonomes. En effet, à part les contriutions annuelles de ses Etats membres, dont le versement est par ailleurs très irrégulier, l Organisation tire l essentiel de ses ressources financières de l assistance d Etats non membres et d organisations internationales. Il en est ainsi des appuis de la Banque au RCCM et à la CCJA et de ceux d autres bailleurs multilatéraux (Banque Mondiale) ou bilatéraux (France, Canada, Belgique). Mais, aussi appréciables soient ils, ces appuis se révéleront toujours insuffisants. Et c est pour cette raison que le Conseil des Ministres de l OHADA a approuvé, en 2003, le principe d un mécanisme de financement autonome dont les modalités restent encore à être mises en œuvre. En effet, un financement stable et durable du fonctionnement et des activités de l Organisation est la condition sine qua non de sa pérennisation et de son succès. (iv) D autres défis concernent, d une part la mise en conformité des législations nationales avec les Actes uniformes en vigueur, et d autre part la maîtrise par les acteurs de la vie judiciaire du nouveau droit uniforme. A cet égard, l Ecole Régionale Supérieure de la Magistrature (ERSUMA) a un rôle prépondérant à jouer. Malheureusement, l assistance financière qui lui était accordée par l Union Européenne a pris fin et elle est aujourd hui à la recherche d appuis volontaires pour exercer ses importantes missions. Le constat est donc clair, l OHADA a encore besoin d opérer quelques réformes de fond pour pouvoir remplir efficacement son rôle d instrument africain d harmonisation du droit des affaires. III. L OHADA ET LES AUTRES ORGANISATIONS AFRICAINES D INTEGRATION REGIONALE Comme l ont relevé plusieurs intervenants à ce Colloque, l OHADA doit collaborer avec d autres organisations africaines d intégration régionale pour rationaliser le travail d harmonisation juridique sur le continent. On peut citer, notamment, (i) l Institut Africain de Droit, (ii) les différentes communautés économiques régionales, (iii) l Union Africaine et (iv) Investment Climate Facility for Africa. 64 Unif. L. Rev. 2008

7 Aboubacar Fall Harmoniser le droit l expérience de la BAD L Institut Africain de Droit : premier think tank à vocation juridique sur le continent, l Institut a pour mission essentielle l harmonisation du droit économique et des affaires en Afrique. Il a déjà été signalé plus haut quelques-uns des projets qu il a entrepris. Il nous paraît donc souhaitable, pour renforcer la qualité des prochains chantiers d harmonisation, que l OHADA coopère étroitement avec l Institut dont la vocation est véritablement panafricaine. Il faut, d ailleurs, rappeler à cet égard que son Conseil scientifique est constitué d éminents juristes issus des diverses traditions juridiques existantes sur le continent et que les réformes juridiques proposées par l Institut s inspirent de ces différentes traditions juridiques. C est précisément ce qui confère aux lois- types proposées par l Institut une grande légitimité. Les communautés économiques régionales : ce sont, notamment, la Communauté économique des Etats de l Afrique de l Ouest (CEDEAO), l Union économique et monétaire Ouest Africaine (UEMOA), la Communauté pour le développement de l Afrique Australe (SADC), la Communauté économique et monétaire de l Afrique Centrale (CEMAC) etc.... Toutes ces organisations régionales ont pour objectif de réaliser une certaine intégration économique au plan de leur région, notamment en éliminant les entraves au libre commerce intra-communautaire par l établissement d un tarif douanier commun. S il est vrai que l objectif de l OHADA est d unifier le droit des affaires, il n est pas irréaliste de penser que, dans un futur proche, au fur et à mesure de l extension des activités de l OHADA, son champ d intervention et celui des organisations économiques régionales se croiseront ou se rejoindront. L Union Africaine (UA) : forte de sa vocation continentale, l Union s est également donné pour mission la coordination et l harmonisation des politiques des diverses communautés régionales économiques. Nous pensons, en conséquence, qu une collaboration étroite entre l OHADA et l UA est indispensable et aiderait à augmenter l attractivité de l OHADA, notamment, pour les pays africains non francophones. Ce serait ainsi une bonne façon d aider à réaliser la vocation panafricaine de l OHADA. D ailleurs, au début de l année 2007, l UA a organisé à Pretoria (Afrique du Sud), un séminaire de réflexion sur l harmonisation du droit économique et des affaires en Afrique. En outre, l Université de Pretoria à son tour a organisé, en janvier 2008, une conférence internationale sur le même thème. Rev. dr. unif

8 Actes du Colloque sur l harmonisation du droit OHADA des contrats Ouagadougou 2007 Investment Climate Facility for Africa (ICF) : créée au lendemain du Sommet du G8 de Gleneagle (Ecosse) et dotée d importants ressources financières, cette structure s est fixé pour objectif l amélioration du climat des affaires sur le continent africain. Il nous paraît donc nécessaire qu elle tisse avec l OHADA des liens de coopération et de collaboration dans le cadre de ses prochains chantiers d harmonisation du droit des affaires et de promotion des investissements. En d autres termes, l OHADA doit renforcer sa position d organisation d intégration juridique de premier plan en coopérant avec tous les autres acteurs institutionnels qui soutiennent l intégration régionale et la promotion des investissements en Afrique. Sans oublier le tissu économique constitué en Afrique par les petites et moyennes entreprises, il faut souligner que d importants projets d infrastructure et de services sont prévus pour être financés ou en cours de financement par la Banque et d autres bailleurs. Il en est ainsi, notamment, des projets de gazoducs dans la région ouest africaine, du gazoduc transsaharien reliant le Nigeria à l Algérie, du projet d électricité d Inga dans la République démocratique du Congo et de l expansion des secteurs des services financiers et de télécommunication. L Afrique a particulièrement besoin de ces investissements et l OHADA peut y jouer un rôle clé en mettant en place un droit des affaires uniforme dans tous les pays concernés par les projets susvisés. Si l OHADA réussit à mettre durablement en œuvre ces importantes reformes, et notamment, à s ouvrir à l ensemble de l Afrique, elle pourrait être assurée du soutien continu de la Banque et des autres bailleurs qui trouveront en elle un partenaire crédible et indispensable au développement de l Afrique. HARMONISING BUSINESS LAW IN A MULTILINGUAL AND PLURI-JURIDICAL ENVIRON- MENT : THE EXPERIENCE OF THE AFRICAN DEVELOPMENT BANK (ADB) GROUP (Abstract) Aboubacar FALL (Principal Legal Counsel, African Development Bank Group) The ADB Group, with its diverse membership (seventeen regional member countries and twenty-four non-regional member countries) provides a particularly appropriate setting in which to situate the issue of legal harmonisation in Africa. The ADB was set up to promote social progress and economic developments in its regional member States both collectively and individually. The Bank provides 66 Unif. L. Rev. 2008

9 Aboubacar Fall Harmoniser le droit l expérience de la BAD multinational investment finance and aims at developing inter-african trade by means of open regional markets and the rational and sustainable use of the continent s natural resources, in particular through the promotion of regional infrastructure projects. To achieve these aims, and indeed in all the activities undertaken or supported by the Bank, prominence is given to the rule of law and the harmonisation of legal systems. The Bank is engaged upon several initiatives in this connection, some of the more important of which include: 1. its Law for Development Strategy, which stresses regional integration through the harmonisation of commercial legislation; 2. support for the creation of the African Law Institute, set up to provide a centre of professional excellence, a think-tank, and a research centre aiming, in particular, at the harmonisation of economic and business law in Africa, with a model law on investment in Africa now in the pipeline; and 3. financial support for OHADA, in particular for the reinforcement of the Common Court of Justice and Arbitration (CCJA). As to OHADA s future development, the ADB is well pleased with the work already done, but emphasises that a number of fundamental reforms are still needed before OHADA can become a truly pan-african institution. Such reforms should include the judicious incorporation of principles of common law, and the inclusion of English, Portuguese and Spanish as OHADA working languages. Moreover, OHADA should collaborate with other African regional integration Organisations with a view to rationalising the workload involved in legal harmonisation at the continental level. The preliminary draft Uniform Act on contract law is of especial interest to the Bank in that its chief aim is to harmonise concepts of the general theory of contracts evolved by the Roman-Germanic tradition on the one hand and by the Anglo-Saxon system on the other hand. The Bank particularly welcomes the positive impact of a potentially harmonised contract law on its own loan and investment operations in ADB member countries. Rev. dr. unif

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique Gabriel Mougani Economiste financier

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie de mobilisation de ressources

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES Avril 2014 TDR pour le renforcement du Service Juridique de la BIDC Page - 1 - I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION La BIDC,

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

RAPPORT DE LA 5 EME REUNION DU COMITE DE PILOTAGE POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN D ACTION DE L OCI SUR LE COTON 22 SEPTEMBRE 2011

RAPPORT DE LA 5 EME REUNION DU COMITE DE PILOTAGE POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN D ACTION DE L OCI SUR LE COTON 22 SEPTEMBRE 2011 OIC/COMCEC/27-11/D(24) Original : Anglais RAPPORT DE LA 5 EME REUNION DU COMITE DE PILOTAGE POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN D ACTION DE L OCI SUR LE COTON 22 SEPTEMBRE 2011 OUAGADOUGOU BURKINA FASO Présenté

Plus en détail

Allocution de SEM Jean Ping

Allocution de SEM Jean Ping AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Allocution de SEM Jean Ping Président de la Commission de l Union africaine à l occasion de La 26 ème Réunion du Comité des Chefs d Etat et de Gouvernement

Plus en détail

Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société de l Information (SMSI)

Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société de l Information (SMSI) SMSI Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le SMSI Accra 2005 Union Africaine Commission économique pour l Afrique Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société

Plus en détail

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY SYMPOSIUM AFRICAIN SUR LA FACILITATION DU COMMERCE ET DU TRANSPORT ROUTIER CASABLANCA, LE 5 MAI 2012 Excellence Monsieur

Plus en détail

Fonds Panafricain de développement des. Alassane BA, Chef de Division Banque africaine de Développement

Fonds Panafricain de développement des. Alassane BA, Chef de Division Banque africaine de Développement Fonds Panafricain de développement des Infrastructures Alassane BA, Chef de Division Banque africaine de Développement Plan de la présentation La justification du Fonds La vue d'ensemble du Fonds La structure

Plus en détail

Appel à candidature Bourses AWARD

Appel à candidature Bourses AWARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à candidature Bourses AWARD Ouverture de

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Monsieur le Président Directeur Général de la Banque Nationale d Investissement,

Monsieur le Président Directeur Général de la Banque Nationale d Investissement, Projet Allocution de Monsieur le Ministre de l Economie et des Finances, Monsieur Charles KOFFI DIBY Cérémonie de Présentation Officielle de BNI GESTION Juillet 2009 Monsieur le Président de la Banque

Plus en détail

Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs?

Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs? Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs? Me Pierre MARLY Avocat CMS Bureau Francis Lefebvre E-mail : pierre.marly@cms-bfl.com 1 - Le cadre

Plus en détail

NATIONS UNIES COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Bureau Sous-Régional pour l Afrique Centrale

NATIONS UNIES COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Bureau Sous-Régional pour l Afrique Centrale Réunion Ad hoc NATIONS UNIES COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Bureau Sous-Régional pour l Afrique Centrale F Distr. : GENERAL ECA/SRO-CA/AHEGM.HLTIC/13/Inf.1 Février : 2013 Original : Français Ad Hoc

Plus en détail

------------------- ------------------- RAPPORT D ACTIVITES 2012. M. KONE Adama Président du Conseil National de la Comptabilité

------------------- ------------------- RAPPORT D ACTIVITES 2012. M. KONE Adama Président du Conseil National de la Comptabilité MINISTERE DE L ECONOMIE REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE ET DES FINANCES Union Discipline - Travail ------------------- ------------------- RAPPORT D ACTIVITES 2012 M. KONE Adama Président du Conseil National

Plus en détail

Termes de références

Termes de références Forum African sur la Gouvernance de l Internet (AfIGF) http://afigf.uneca.org/ Termes de références Septembre 2012 Historique S inspirant des Objectifs du Millénaire pour le Développement des Nations Unies

Plus en détail

Le rôle d Afreximbank dans la promotion de l affacturage en Afrique

Le rôle d Afreximbank dans la promotion de l affacturage en Afrique Le rôle d Afreximbank dans la promotion de l affacturage en Afrique Par Mme Kanayo Awani Directrice, Financement du commerce et Agences (AFREXIMBANK) Présentation lors du séminaire d Afreximbank sur l

Plus en détail

LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE D É C R È T E

LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE D É C R È T E MINISTÈRE DE L INTÉGRATION AFRICAINE République de Côte d Ivoire Union- Discipline - Travail ----------------- DÉCRET N 2007-570 DU 10 AOUT 2007 PORTANT ORGANISATION DU MINISTÈRE DE L INTÉGRATION AFRICAINE

Plus en détail

-------------------------

------------------------- ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) -------------------------------------- SEMINAIRE CONTINENTAL DE L ABCA POUR L'ANNEE 2014 SUR LE THEME : «PREALABLES NECESSAIRES POUR L AMELIORATION ET

Plus en détail

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 La deuxième Assemblée générale de la «Coalition pour le développement du riz en Afrique» (CARD) s est tenue à Tokyo du

Plus en détail

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine CAS D'EXPÉRIENCE Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine Présentation du cas d expérience de la Commission de l UEMOA relatif au Projet de renforcement des capacités en matière de

Plus en détail

M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso

M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso UNE EXPERIENCE D APPUI AUX PME/PMI AU BURKINA FASO M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso 1 Le Burkina Faso PME/PMI - Burkina Faso 3 Le Burkina

Plus en détail

Première Session du Conseil Présidentiel pour l Investissement

Première Session du Conseil Présidentiel pour l Investissement PRESIDENCE DU FASO BURKINA FASO = = = = = = = Unité Progrès Justice Première Session du Conseil Présidentiel pour l Investissement Recommandations de la Première Session du CPI 5 6 Novembre 2009 0 SYNTHESE

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Expert Meeting on CYBERLAWS AND REGULATIONS FOR ENHANCING E-COMMERCE: INCLUDING CASE STUDIES AND LESSONS LEARNED. 25-27 March 2015

Expert Meeting on CYBERLAWS AND REGULATIONS FOR ENHANCING E-COMMERCE: INCLUDING CASE STUDIES AND LESSONS LEARNED. 25-27 March 2015 Expert Meeting on CYBERLAWS AND REGULATIONS FOR ENHANCING E-COMMERCE: INCLUDING CASE STUDIES AND LESSONS LEARNED 25-27 March 2015 Expérience de la CEDEAO By Raphael Koffi Economic Community of West African

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE POLITIQUE ET D UN MODELE DE TARIFICATION POUR LA BIDC

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE POLITIQUE ET D UN MODELE DE TARIFICATION POUR LA BIDC TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE POLITIQUE ET D UN MODELE DE TARIFICATION POUR LA BIDC Mai 2014 TDR pour l élaboration d une politique et d un modèle de tarification pour la BIDC Page - 1 -

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Termes de Référence. 7, Avenue Bourguiba, BP 48- cp18523- Dakar SENEGAL Tel 221 869 96 18 Fax 221 869 96 31 secoraf@coraf.org www.coraf.

Termes de Référence. 7, Avenue Bourguiba, BP 48- cp18523- Dakar SENEGAL Tel 221 869 96 18 Fax 221 869 96 31 secoraf@coraf.org www.coraf. CED E AO Co mmunaut é Éco no miq u e d es Ét ats d Af r iqu e d e l O u es t Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles ECOWAS Econom ic Co mmunit y of W est Af r

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

Forum National sur le Climat des Affaires au Togo

Forum National sur le Climat des Affaires au Togo REPUBLIQUE TOGOLAISE ------------------------ Travail-Liberté-Patrie ------------- Discours d ouverture de : Son Excellence Kwesi Séléagodji AHOOOMEY-ZUNU Premier Ministre, Chef du Gouvernement au Forum

Plus en détail

La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale. Document officieux

La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale. Document officieux La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale Document officieux David Luke et Simon Mevel Centre africain pour les politiques commerciales

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

COMPTE RENDU RENCONTRE ANNUELLE DE COTONOU DU 24 AU 28 SEPTEMBRE 2012 PORTANT SUR: «LA SEMAINE JURIDIQUE DU BANQUIER- ESPACE OHADA.

COMPTE RENDU RENCONTRE ANNUELLE DE COTONOU DU 24 AU 28 SEPTEMBRE 2012 PORTANT SUR: «LA SEMAINE JURIDIQUE DU BANQUIER- ESPACE OHADA. COMPTE RENDU RENCONTRE ANNUELLE DE COTONOU DU 24 AU 28 SEPTEMBRE 2012 PORTANT SUR: «LA SEMAINE JURIDIQUE DU BANQUIER- ESPACE OHADA. 5EME ED» Les professionnels de la banque et du droit se sont réunis,

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP)

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) Le projet d Intervention Panafricaine dans le domaine Coopératif (INPACOOP) est un projet qui émanait de la volonté du gouvernement du Canada

Plus en détail

PREMIERE SESSION ORDINAIRE. Rapport du Consultant (Document de Travail) CONFERENCE AFRICAINE DE LA DECENTRALISATION ET DU DEVELOPPEMENT LOCAL

PREMIERE SESSION ORDINAIRE. Rapport du Consultant (Document de Travail) CONFERENCE AFRICAINE DE LA DECENTRALISATION ET DU DEVELOPPEMENT LOCAL Rapport du Consultant (Document de Travail) 20 CONFERENCE AFRICAINE DE LA DECENTRALISATION ET DU DEVELOPPEMENT LOCAL CONFERENCE AFRICAINE DE LA DECENTRALISATION ET DU DEVELOPPEMENT LOCAL IV RAPPORT DU

Plus en détail

Le financement pour le développement industriel inclusif et durable

Le financement pour le développement industriel inclusif et durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** 3 ème Conférence internationale sur le financement du développement --------- Communication de Monsieur Amadou BA, Ministre de l Economie, des

Plus en détail

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi LOT N 11 REQUEST N Termes de Référence Spécifiques Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC 1 ANTECEDENTS : La Communauté

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

L'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) et le Gouvernement des États-Unis d'amérique, ci-après dénommés les "Parties",

L'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) et le Gouvernement des États-Unis d'amérique, ci-après dénommés les Parties, ACCORD CONCLU ENTRE LE GOUVERNEMENT DES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE ET L'UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE OUEST AFRICAINE RELATIF AU DÉVELOPPEMENT DES RELATIONS DE COMMERCE ET D'INVESTISSEMENT L'Union économique

Plus en détail

ALLOCUTION DE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE

ALLOCUTION DE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE Cabinet du Premier Ministre, Ministre de l'economie, des Finances Et du Budget ------------ -------- République de Côte d Ivoire Union-Discipline-Travail LANCEMENT DE L OPERATION D EMISSION SUKUK ETAT

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE VISIBILITE ET DE POSITIONNEMENT DE LA BIDC A COURT, MOYEN ET LONG TERME

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE VISIBILITE ET DE POSITIONNEMENT DE LA BIDC A COURT, MOYEN ET LONG TERME TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE VISIBILITE ET DE POSITIONNEMENT DE LA BIDC A COURT, MOYEN ET LONG TERME Avril 2014 TDR pour l étude de visibilité et de positionnement de la BIDC

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie d intervention dans le secteur

Plus en détail

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- LA COMMISSION ------------ PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA Page 1 sur 15 SOMMAIRE

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

La Première Conférence Panafricaine sur la Transformation et l Emergence du Continent

La Première Conférence Panafricaine sur la Transformation et l Emergence du Continent La Première Conférence Panafricaine sur la Transformation et l Emergence du Continent QUEL ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES, QUEL ENCADREMENT REGLEMENTAIRE ET QUEL ENTREPRENARIAT NATIONAL A DEVELOPPER POUR ATTIRER

Plus en détail

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis L affacturage en Afrique : Opportunités et défis Par Mme Kanayo Awani Directrice, Financement du commerce et Agences African Export-Import Bank Présenté au séminaire 2014 sur l affacturage Lusaka, Zambie

Plus en détail

Contrôle parlementaire du secteur de la sécurité : Disséminer les meilleures pratiques dans les Etats membres de la CEDEAO

Contrôle parlementaire du secteur de la sécurité : Disséminer les meilleures pratiques dans les Etats membres de la CEDEAO Contrôle parlementaire du secteur de la sécurité : Disséminer les meilleures pratiques dans les Etats membres de la CEDEAO Atelier parlementaire régional Accueilli par l'assemblée nationale du Mali et

Plus en détail

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT KINSHASA, DU 06 08 NOVEMBRE 2012 DISCOURS DE MR. ADAMA COULIBALY DIRECTEUR

Plus en détail

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique.

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique. Mesdames, Messieurs, C est pour moi un grand plaisir de pouvoir présenter aujourd hui la coopération japonaise en Afrique aux différents partenaires qui ont répondu à mon invitation à cette soirée de rencontre.

Plus en détail

Qu est-ce que la Banque européenne d investissement?

Qu est-ce que la Banque européenne d investissement? Qu est-ce que la Banque européenne d investissement? Légende: Dépliant expliquant le rôle de la BEI, ses missions, son activité, son fonctionnement. Source: Banque européenne d investissement, Qu est-ce

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Partenariat de l ENSEA avec les autres institutions

Partenariat de l ENSEA avec les autres institutions REPUBLIQUE DE COTE-D IVOIRE Union - Discipline - Travail ------------- MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ------------- Ecole Nationale Supérieure de Statistique et d Economie Appliquée 08 BP 3 ABIDJAN

Plus en détail

SECRETARIAT EXECUTIF/PRA/SA-LCD-POP SYNTHESE DES TRAVAUX DE LA REUNION DU COMITE REGIONAL DE PILOTAGE ELARGI DE CLOTURE DU PREDAS

SECRETARIAT EXECUTIF/PRA/SA-LCD-POP SYNTHESE DES TRAVAUX DE LA REUNION DU COMITE REGIONAL DE PILOTAGE ELARGI DE CLOTURE DU PREDAS COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL SECRETARIAT EXECUTIF/PRA/SA-LCD-POP PROGRAMME REGIONAL DE PROMOTION

Plus en détail

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 Avec l appui de l ensemble de ses partenaires au développement, notamment www.gcpnd.gouv.ci

Plus en détail

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie 1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie (Monaco, 14 et 15 avril 1999) Déclaration de Monaco 1. Lors du 7 ème Sommet des Chefs d Etat et de Gouvernement des pays

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

Projet du Code de l Investissement

Projet du Code de l Investissement République Tunisienne Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Projet du Code de l Investissement Version préliminaire 22 mai 2015 Article1premier. TITRE PREMIER.

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR UNE ASSISTANCE TECHNIQUE A MI TEMPS SUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES TECHNIQUES ET SCIENTIFIQUES DU CILSS SUR LE CLIMAT

TERMES DE REFERENCES POUR UNE ASSISTANCE TECHNIQUE A MI TEMPS SUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES TECHNIQUES ET SCIENTIFIQUES DU CILSS SUR LE CLIMAT TERMES DE REFERENCES POUR UNE ASSISTANCE TECHNIQUE A MI TEMPS SUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES TECHNIQUES ET SCIENTIFIQUES DU CILSS SUR LE CLIMAT (LE RECRUTEMENT D UNE FIRME) Appui à la mise en œuvre

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

Intergovernmental Working Group of Experts on International Standards of Accounting and Reporting (ISAR) Statement

Intergovernmental Working Group of Experts on International Standards of Accounting and Reporting (ISAR) Statement Intergovernmental Working Group of Experts on International Standards of Accounting and Reporting (ISAR) 30th SESSION 6-8 November 2013 Room XVIII, Palais des Nations, Geneva Wednesday, 6 November 2013

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE Mieux comprendre le système commercial de l OMC Le saviez vous? Plus de 14 7 participants issus de pays en développement ont bénéficié des cours de formation et des programmes

Plus en détail

Centre Régional de Formation en Suivi et Evaluation des Résultats, 2010

Centre Régional de Formation en Suivi et Evaluation des Résultats, 2010 Centre Régional de Formation en Suivi et Evaluation des Résultats, 2010 Dr. El Hadji Guèye / Arianne Wessal Journées béninoises de l évaluation 2-4 Juillet 2012 Cotonou, Bénin Plan 1. Introduction de CLEAR

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

OHADA : PROFILS DES POSTES A POURVOIR / RECRUTEMENT 2014

OHADA : PROFILS DES POSTES A POURVOIR / RECRUTEMENT 2014 OHADA : PROFILS DES POSTES A POURVOIR / RECRUTEMENT 2014 I- CONTEXTE Dans le cadre du renouvellement de certains contrats à des postes déclarés vacants par le Conseil des Ministres, l Organisation pour

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE

NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/STATCOM/3/5 21 octobre 2011 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE FRANÇAIS Original: ANGLAIS Troisième réunion de la Commission africaine

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

Intergovernmental Working Group of Experts on International Standards of Accounting and Reporting (ISAR)

Intergovernmental Working Group of Experts on International Standards of Accounting and Reporting (ISAR) Intergovernmental Working Group of Experts on International Standards of Accounting and Reporting (ISAR) 30th SESSION 6-8 November 2013 Room XVIII, Palais des Nations, Geneva Wednesday, 6 November 2013

Plus en détail

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire (source abidjan.net) La Ministre auprès du Premier Ministre chargée

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Conseil économique et social. Rapport du rapporteur du CEFACT-ONU pour l Afrique (2014-2015)

Conseil économique et social. Rapport du rapporteur du CEFACT-ONU pour l Afrique (2014-2015) Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRADE/C/CEFACT/2015/4 Distr. générale 9 décembre 2014 Original: français Commission économique pour l Europe Comité exécutif Centre pour la facilitation du

Plus en détail

TITRE: CENTRE PANAFRICAIN D INTERPRETARIAT ET DE TRADUCTION

TITRE: CENTRE PANAFRICAIN D INTERPRETARIAT ET DE TRADUCTION TITRE: CENTRE PANAFRICAIN D INTERPRETARIAT ET DE TRADUCTION LIEU: BAMAKO- MALI CONTEXTE ET JUSTIFICATION Les OMD pour un pour un Développement Humain Durable L EPT L avènement de l Union Africaine, Le

Plus en détail

Protocole d Accord de Coopération. Entre. Le Comité Permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS)

Protocole d Accord de Coopération. Entre. Le Comité Permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS) COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL AGENCE PANAFRICAINE DE LA GRANDE MURAILLE VERTE Protocole d Accord de Coopération Entre Le Comité Permanent Inter-Etats de Lutte

Plus en détail

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle 1 Contexte La Fédération pour la diversité culturelle regroupe 43 coalitions nationales, dont près du deux tiers se trouvent dans des pays

Plus en détail

LA BEI EN AFRIQUE DE L OUEST

LA BEI EN AFRIQUE DE L OUEST LA BEI EN AFRIQUE DE L OUEST APPUI AU DEVELOPPEMENT DU SECTEUR PRIVE BEI Bureau Régional Afrique de l Ouest Cotonou, 16 décembre 2014 1 1 La BEI Instruments et Conditions 2 Activité et portefeuille 3 Stratégie

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations.

Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations. Aide publique au développement consacrée au secteur agricole en Afrique: acteurs, formes, efficacité et orientations. Cas du Sénégal Bassirou DIONE, ingénieur agroéconomiste dionsen2000@yahoo.fr Communication

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA GESTION DURABLE DES ECOSYSTEMES FORESTIERS DU BASSIN DU CONGO

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA GESTION DURABLE DES ECOSYSTEMES FORESTIERS DU BASSIN DU CONGO BURUNDI - CAMEROUN - CONGO - REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE - GABON GUINEE EQUATORIALE - REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO - RWANDA SAO-TOME & PRINCIPE - TCHAD CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE

Plus en détail

PROFIL DE L ENTREPRISE

PROFIL DE L ENTREPRISE PROFIL DE L ENTREPRISE ACT EST UN CABINET DE CONSEIL ET DE FACILITATION À VOCATION PANAFRICAINE Créé en avril 2012, le cabinet ACT est implanté à Dakar, au Sénégal. ACT a composé une équipe d experts confirmés

Plus en détail

Atelier de formation en «Genre»

Atelier de formation en «Genre» RESEAU OUEST ET CENTRE AFRICAIN DE RECHERCHE EN EDUCATION (ROCARE), SECRETARIAT EXECUTIF Atelier de formation en «Genre» Termes de Référence Programme des subventions pour la recherche en éducation Octobre

Plus en détail

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Première réunion 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Description: Ce document constitue les termes de référence du réseau régional pour la conformité et lʹapplication

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Compte rendu de la réunion de la Commission de normalisation comptable de l OHADA. 15 et 16 octobre 2012 à Cotonou (BENIN)

Compte rendu de la réunion de la Commission de normalisation comptable de l OHADA. 15 et 16 octobre 2012 à Cotonou (BENIN) Compte rendu de la réunion de la Commission de normalisation comptable de l OHADA 15 et 16 octobre 2012 à Cotonou (BENIN) À 9 heures 40 minutes, après le mot de bienvenue de Monsieur Christian Désiré MIGAN,

Plus en détail

Stratégie Nationale sur le Changement Climatique

Stratégie Nationale sur le Changement Climatique Publié par la En collaboration avec le Ministère de l Equipement, de l Aménagement du Territoire et du Développement Durable Stratégie Nationale sur le Changement Climatique Synthèse Publié par Bureau

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

XI ème ASSEMBLEE GENERALE DE L AFROSAI

XI ème ASSEMBLEE GENERALE DE L AFROSAI XI ème ASSEMBLEE GENERALE DE L AFROSAI THEME N 2 : «la Gestion des personnels des ISC : Formation, spécialisation et Mobilité «. PREPARE PAR LE CAMEROUN Juin 2008 1 Le Contrôle supérieur de l Etat, ISC

Plus en détail

AEDES -Journées thématiques médicament 21, 22 et 23 septembre 2010. Emilienne Pola Yissibi, Pharmacien de Santé Publique, Consultante HPPN/OCEAC

AEDES -Journées thématiques médicament 21, 22 et 23 septembre 2010. Emilienne Pola Yissibi, Pharmacien de Santé Publique, Consultante HPPN/OCEAC AEDES -Journées thématiques médicament 21, 22 et 23 septembre 2010 Initiatives d harmonisation des politiques/réglementations pharmaceutiques au niveau sous-régional Emilienne Pola Yissibi, Pharmacien

Plus en détail

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SESSION I : ÉLÉMENTS D UN SYSTÈME DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EFFICACE ET ÉQUILIBRÉ POUR FAVORISER L INNOVATION

Plus en détail

Système Qualité de l Afrique de l Ouest

Système Qualité de l Afrique de l Ouest Système de l Afrique de l Ouest VISER L EXCELLENCE PAR LA QUALITÉ Appui à la mise en œuvre politique qualité CEDEAO Contexte Après une première phase réussie de 2001 à 2005, la deuxième phase du Programme

Plus en détail

Ateliers de formation sur les actes uniformes révisés : droit commercial général, suretés, droit des coopératives

Ateliers de formation sur les actes uniformes révisés : droit commercial général, suretés, droit des coopératives Ateliers de formation sur les actes uniformes révisés : droit commercial général, suretés, droit des coopératives ACTE UNIFORME RELATIF AU DROIT COMMERCIAL GENERAL A) Le projet : Introduction Il est décisif

Plus en détail

La gestion des finances publiques est une composante essentielle

La gestion des finances publiques est une composante essentielle L IDA en action Gestion des finances publiques : effectuer un suivi des ressources pour obtenir de meilleurs résultats La gestion des finances publiques est une composante essentielle du processus de développement.

Plus en détail