Développer les échanges dans les services bancaires et d assurance au sein de la Zone monétaire de l Afrique de l Ouest

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Développer les échanges dans les services bancaires et d assurance au sein de la Zone monétaire de l Afrique de l Ouest"

Transcription

1 Développer les échanges dans les services bancaires et d assurance au sein de la Zone monétaire de l Afrique de l Ouest Afrique Notes de politique commerciale Note 24 Thilasoni Benjamin Musuku, Patrick Elat, Andrew Lovegrove et Oliver Reichert* Août 2011 La Zone monétaire de l Afrique de l Ouest (ZMAO) a été fondée en 2000 en vue de créer une union monétaire entre ses cinq États membres (Gambie, Ghana, Guinée, Nigéria et Sierra Leone), mettre en place une banque centrale régionale, établir un organisme unique de contrôle des services financiers et se doter d un marché commun des biens et des services. De toute évidence, la constitution de l union monétaire, ainsi que la volonté des États membres de faciliter les progrès vers un marché commun des marchés financiers en harmonisant les cadres juridiques et réglementaires, est entravée par le caractère hétérogène de la Zone monétaire de l Afrique de l Ouest. Ainsi, le marché bancaire de la ZMAO est dominé par le Ghana et le Nigéria, les systèmes bancaires de la Gambie, de la Guinée et de la Sierra Leone réunies ne représentant au total que 0,37 % de l ensemble des actifs bancaires de la ZMAO, 0,45 % de ses dépôts et financements à court terme et 0,29 % de ses prêts. Des progrès ont été accomplis dans la préparation de l architecture de base en vue d intégrer le secteur financier en Afrique de l Ouest : premièrement, l Institut monétaire de l Afrique de l Ouest (IMAO) a été créé pour servir de précurseur à la Banque centrale de l Afrique de l Ouest (BCAO). Il tient lieu de secrétariat des organes de direction de la ZMAO et plaide la cause de l intégration ; deuxièmement, l IMAO a préparé des textes communs qui couvrent la réglementation du secteur financier bancaire et non bancaire ; troisièmement, les statuts de la BCAO ont été adoptés ; quatrièmement, le cadre d un système régional de paiement a été préparé, et enfin, en septembre 2008, un financement a 1

2 été obtenu (auprès de la Banque africaine de développement) pour mettre en place de nouveaux systèmes de paiement éventuellement interopérables en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone. Il n en reste pas moins que sur un plan pratique, la ZMAO a peu avancé vers l intégration à cause du manque de volonté de ses États membres ou de leur incapacité à la fois à ratifier et à adopter les lois d habilitation nécessaires pour mettre en œuvre les décisions de la ZMAO, ou à satisfaire les critères de convergence définis comme conditions préalables à l union monétaire. Cette note de politique commerciale dégage un nombre limité de solutions rapides permettant d intégrer les secteurs bancaire et de l assurance dans la ZMAO. Leur succès instaurerait la confiance, et créerait une dynamique pour lancer d autres réformes axées sur l intégration, ainsi qu un programme visant à intégrer le secteur à moyen terme. Les recommandations du rapport s inspirent des idées proposées par des établissements financiers du secteur privé de la ZMAO. Possibilités de développer les échanges transfrontaliers dans le secteur bancaire La transformation du secteur bancaire au sein de la Zone monétaire de l Afrique de l Ouest est déterminée par trois grands facteurs : a) la libéralisation des activités bancaires transfrontalières, essentiellement matérialisée par la volonté des États membres d autoriser l établissement de filiales de banques domiciliées dans d autres États africains ; b) une augmentation spectaculaire de la capitalisation des banques nigériennes (renforcée par une hausse du niveau minimal obligatoire des fonds propres des banques du Ghana) qui les a encouragées à chercher de nouveaux marchés en Afrique de l Ouest et c) le développement de groupes bancaires panafricains (Ecobank et United Bank of Africa par exemple) qui ont rapidement fondé des filiales dans tous les pays d Afrique de l Ouest et dans le reste du continent. L expansion des banques à l extérieur des frontières est déterminée par la direction des échanges. C est le cas des banques ghanéennes qui prévoient de se développer au Niger (en suivant le commerce de transbordement du Ghana de la côte vers l intérieur). Elle est également guidée par les idées que l on se fait sur les marchés porteurs et par la nécessité de répondre aux besoins des entreprises clientes qui étendent leurs activités à l étranger, comme dans le cas des banques nigériennes qui se développent au Ghana. Le différentiel de taille entre les marchés bancaires semble indiquer deux possibilités : a) il faudra s engager dans la voie menant à l intégration des systèmes bancaires en respectant, dans une large mesure, les règles du jeu du Nigéria, tempérées cependant par le souhait du Nigéria (fortement exprimé dans sa Stratégie du secteur financier à l horizon 2020) de se conformer aux normes internationales en matière de réglementation et de contrôle bancaires et d information financière et de respecter les principes fondamentaux de Bâle. Les autres pays de la ZMAO partageant tous les mêmes objectifs, ils devraient, à terme, s harmoniser autour des mêmes principes ; b) l autre possibilité est un «compromis» en vertu duquel les petits pays cherchent à éviter que leur système bancaire soit plus ou moins complètement contrôlé par les banques nigériennes et d autres banques multinationales en s harmonisant et maintiennent certains obstacles à l entrée pour protéger les banques nationales de premier plan. Choisir la deuxième 2

3 option (si tant est que cela soit possible car les banques nigériennes et multinationales sont déjà établies dans tous les marchés) reviendrait à priver les petits pays à l exception peut-être du Ghana d un accès aux vastes moyens financiers du Nigéria, à des technologies bancaires de pointe et aux avantages que les effets d échelle pourraient apporter en termes de développement des systèmes et d accès accru aux financements. Obstacles qui empêchent de tirer profit de la régionalisation du secteur bancaire Les avantages d une régionalisation du secteur bancaire proviennent : a) d une concurrence plus forte dans les marchés bancaires qui se traduit par une plus grande disponibilité de services bancaires et une baisse des prix ; b) d un passage à l échelle supérieure permettant de réduire les risques dans le secteur bancaire puisqu il est plus facile de se diversifier, non seulement géographiquement mais aussi entre différents secteurs, et c) d une innovation accrue, résultant à la fois de transferts de technologie transfrontaliers et d une concurrence plus vive, et de la possibilité d économies d échelles nécessaires pour proposer des produits bancaires de masse. Plusieurs problèmes précis se posent cependant, qui limitent les avantages de la régionalisation : i) l absence d un système officiel de paiement transfrontalier opérationnel dans la ZMAO et l inexistence d un lien direct avec le système de paiement de l Union économique et monétaire ouestafricaine (UEMOA) ; ii) la persistance de vastes disparités entre les cadres réglementaires des banques des différents pays de la ZMAO, et iii) l absence d un flux d informations transfrontalier sur le crédit et l absence correspondante d un cadre juridique régissant la protection des données. Problèmes relatifs aux systèmes de paiement : La solution à long terme au problème du coût élevé des paiements transfrontaliers au sein de la ZMAO, ainsi qu entre les pays membres de la ZMAO et ceux de l UEMOA, réside dans la création d un système de paiement unique dans la ZMAO, lié au système de paiement déjà en place de l UEMOA. La principale cause des retards dans la mise en place du système de paiement de la ZMAO a été l incapacité à parvenir à un accord sur la façon dont les règlements seraient garantis avant la création de la BCAO. Bien que des pourparlers soient en cours, il semble peu probable que l on puisse surmonter cet obstacle à court terme. En l absence d un système de paiement officiel de la ZMAO, les deux systèmes, l un traditionnel et l autre parallèle, continuent de fonctionner : Le règlement des paiements continue de se faire par l intermédiaire de banques correspondantes dans les capitales financières occidentales. Les espèces sont encore largement utilisées pour les petites sommes dans les échanges transfrontaliers et entre particuliers. De plus en plus, les banques qui réalisent des opérations transfrontalières possèdent un système de règlement interne. En attendant que les États membres de la ZMAO se mettent d accord pour établir un système de paiement unique, il peut y avoir des possibilités de mettre en place une solution transitoire reposant sur le système de règlement intrabancaire net pour les transactions transfrontalières adopté par les banques lorsque les contreparties des 3

4 paiements sont toutes deux clientes de la même banque. Des entretiens avec des banques ont révélé que la plus grande confusion règne sur la question de savoir si un système de règlement net serait ou non possible du fait du contrôle des changes. Certaines banques ont déclaré que les règlements nets intrabancaires existants sont également interdits, tandis que les banques qui procèdent à des règlements nets intrabancaires ont affirmé qu ils étaient autorisés. Le fonctionnement entièrement ouvert des transactions transfrontalières de débit et des GAB (à l aide du réseau de GAB d Ecobank et de VISA) tend à démontrer mais pas de façon certaine que les règlements nets intrabancaires transfrontaliers sont autorisés. Compte tenu de cette incertitude réglementaire, les banques ont fortement recommandé que cette idée soit mise à exécution avec la participation des responsables du contrôle bancaire dans un couple de pays pilotes (le Ghana et le Nigéria). Pour mettre en place un système de paiement transfrontalier, il faut aussi s employer à élaborer une réglementation uniforme et des mécanismes de surveillance pour lutter contre le blanchiment de capitaux par l intermédiaire des compagnies de téléphonie mobile. Un aspect important de ce système consisterait à encourager la concurrence entre les compagnies de téléphonie mobile en facilitant les paiements mobiles entre les différents opérateurs de réseaux. Absence d un cadre réglementaire harmonisé régissant les banques : L absence de normes comptables uniformes, d obligations déclaratives et d un niveau minimal de fonds propres constitue un autre obstacle à la régionalisation du secteur bancaire. Les progrès accomplis vers la réalisation de l objectif d harmoniser les normes comptables ont été inégaux, les pays de la ZMAO ayant tous l intention à long terme d harmoniser leurs normes comptables avec les Normes internationales d information financière (IFRS). La réglementation bancaire et les pratiques de contrôle ne sont pas uniformes dans la région, ce qui augmente les coûts et entrave la capacité des autorités de contrôle à évaluer les risques que posent les filiales ou les sociétés-mères des banques qu elles supervisent. On pourrait prendre un certain nombre d initiatives pour réduire les coûts de la réglementation et préparer des textes harmonisés, notamment normaliser les obligations déclaratives. On pourrait entreprendre une cartographie détaillée des obligations déclaratives pour préparer un ensemble unique de rapports demandés par les responsables du contrôle bancaire de la ZMAO, qui seraient conformes aux exigences du modèle de réglementation bancaire et respecteraient les Principes fondamentaux de Bâle, et les compléter par des rapports nationaux uniquement dans la mesure où ils sont exigés par la législation en vigueur. Pour améliorer la qualité du contrôle bancaire transfrontalier, on propose de prendre les deux mesures suivantes : a) normaliser le protocole d accord servant à mettre en place les dispositifs d échange d informations entre les autorités de contrôle et b) organiser un programme de «formation croisée» pour les autorités de contrôle afin d encourager (et dans le cas des autorités de la ZMAO les plus déficientes, les subventionner) à passer du temps à travailler avec les autorités de contrôle dans d autres États membres de la ZMAO. Communication d informations sur le crédit : Dans plusieurs États membres de la ZMAO, des 4

5 mesures ont été prises visant à améliorer le flux d information sur le crédit provenant des centrales des risques ou des bases de données sur le crédit gérées par les banques centrales (tableau 1). Mais jusqu à présent, dans aucun État membre de la ZMAO, il n existe de loi autorisant l échange transfrontalier d informations sur le crédit. Tableau 1 : Activités d échange d informations sur le crédit dans les États membres de la ZMAO Activité Gambie Ghana Guinée Nigéria Sierra Leone Loi sur les X X X X 1 agences de risques Agences X X X de risques privées autorisées Base de X X données sur le crédit de la Banque centrale Existence d agences de risques privés X 1 Cette situation délicate est aggravée par l absence de lois uniformes de protection des données au sein de la ZMAO, qui empêcheraient l usage abusif des données des usagées stockées dans les centres de données régionaux. Ces problèmes conduisent à penser que deux recommandations doivent être mises en œuvre à moyen terme : a) la ZMAO, de préférence en collaboration avec l UEMOA sous l égide de la CEDEAO, doit élaborer un cadre juridique régissant le flux transfrontalier d informations sur le crédit des clients et b) la ZMAO et l UEMOA doivent collaborer pour rédiger un texte uniforme sur la protection des données qui accorde la même protection aux informations sur les clients des banques, quel que soit le lieu de stockage ou de traitement des données dans la ZMAO ou l UEMOA. Possibilités de développer les échanges dans le secteur de l assurance Les marchés de l assurance des pays de la ZMAO ne sont pas efficients. Les petites compagnies d assurance sont beaucoup trop nombreuses à se faire concurrence. Dans toute la région ZMAO, une seule compagnie affiche un volume de primes brutes supérieur à 100 millions de dollars NICON, au Nigéria et elle est actuellement sous administration judiciaire. À l exception possible du Nigeria, il semble qu il existe une base limitée de main d œuvre instruite, formée et expérimentée pour le secteur de l assurance et les responsables du contrôle des assurances. L Insurance Institute, basé en Gambie, répond aux besoins des cadres moyens et supérieurs, auxquels sont également destinés les cours d enseignement et de formation organisés par la West African Insurance Companies Association (WAICA). Les organismes de contrôle des assurances en sont à des stades différents de développement, ceux du Ghana et du Nigéria étant les mieux dotés en termes de personnel et d équipement. Par conséquent, le contrôle exercé sur le secteur varie considérablement selon les pays. Les organismes de contrôle de la région échangent peu d informations entre eux. Il n existe pas de protocoles d accord officiels prévoyant de partager des informations. On pourrait harmoniser et améliorer le commerce transfrontalier en appliquant certaines mesures, notamment en adoptant une approche commune vis-à-vis du contrôle, de l octroi des licences et du paiement des demandes d indemnisation. 5

6 Le droit et la réglementation de l assurance varient selon les pays de la région. Il semble que la plupart des organismes de contrôle des assurances soient en train de modifier leur législation. Le montant du capital minimal nécessaire pour obtenir une licence d assurance varie considérablement dans chacun des pays, les extrêmes se trouvant en Sierra Leone, où une licence permanente exige un capital de dollars, et au Nigéria, où la même licence exige un capital minimal de dollars. Chaque pays de la ZMAO possède son propre arsenal de lois et de réglementations en matière d assurance. Encadré 1 : Organisation des assurances africaines *Niveau national : Des associations d assureurs et de courtiers ont été créées dans chacun des États membres de la ZMAO. Il semble qu elles bénéficient du soutien actif de l ensemble du secteur de l assurance dans chaque pays. *Niveau du continent : L African Insurance Association (AIO) a son siège au Cameroun. Tous les États membres de la ZMAO en font partie. Elle mobilise ses membres à différents niveaux : ses conférences sont organisées tous les ans dans un pays africain différent et servent de lieu de débat pour les cadres supérieurs des compagnies d assurance. Des séminaires et des ateliers ont lieu tout au long de l année pour susciter des débats sur des sujets liés à l assurance. *Afrique de l Ouest : Un traité d assurance a été signé par tous les membres de la CEDEAO, qui concerne le dispositif de Carte brune. Il offre une assurance responsabilité civile automobile commune dans toute la région. Par ailleurs, une instance de lutte contre le blanchiment de capitaux a été créée pour les établissements financiers d Afrique de l Ouest. *ZMAO : La ZMAO a elle-même été active dans certains domaines, et a mis en place certaines instances, particulièrement adaptées à cette zone géographique et géopolitique. À l heure actuelle, les lois ne prennent pas en considération les fonds propres pondérés en fonction des risques elles se concentrent sur le montant absolu du capital. Le montant relativement élevé de capital minimal exigé au Nigéria constitue un obstacle important à l entrée sur le marché par des assureurs d autres pays de la ZMAO. Il est impossible de faire des arbitrages entre les réglementations en matière de ratio de fonds propres car il est interdit d ouvrir des succursales dans des pays de la ZMAO. Les assureurs sont obligés de constituer des sociétés distinctes. Chaque pays membre de la ZMAO possède sa propre autorité de contrôle/de surveillance des assurances. Au Ghana, au Nigéria et en Sierra Leone, des organismes de contrôle séparés quasi-indépendants ont été créés. Dans le cas de la Gambie et de la Guinée, c est un service au sein de la Banque centrale qui est chargé de superviser les assurances. Au Libéria, l autorité de contrôle se situe au sein du ministère des Transports. Les effectifs et la qualité du personnel des autorités de contrôle des assurances sont fonction de leurs moyens financiers. Les autorités de contrôle au sein des pays de la ZMAO ont récemment mis en place une structure de discussion mais il n est pas encore totalement opérationnel. Plusieurs organismes se réunissent à titre non officiel, et le font depuis un certain temps. Aucun dispositif officiel n a été mis en place entre les organismes de contrôle des différents pays de la ZMAO, pour échanger des informations par exemple. Le seul accord transfrontalier officiel actuellement en vigueur est celui concernant le dispositif de Carte brune (encadré 1). Pour l heure, les compagnies ayant des activités dans 6

7 plus d un pays de la ZMAO n ont pas encore mis en place de fonctions centralisées dans l ensemble des pays (traitement des sinistres ou souscription par exemple). Conditions nécessaires pour favoriser les échanges transfrontaliers : Pratiquement tous les produits d assurance vendus dans la région ZMAO sont des produits obligatoires, peu de clients achetant des produits d assurance de leur plein gré. Les taux de pénétration des assurances sont donc les plus bas du monde. De plus, les assureurs prêtent très peu d attention à la satisfaction des clients. On pourrait créer des conditions propices à un commerce transfrontalier prospère, servir les intérêts des titulaires de polices et donner une impulsion à l ensemble du secteur de l assurance en renforçant le contrôle et en améliorant le droit et la réglementation des assurances, ou en appliquant mieux les lois et la réglementation en vigueur. Puisqu il semble que les autorités de contrôle des assurances de la ZMAO soient en train de remplacer leurs lois et/ou leurs réglementations, ou envisagent de le faire, l occasion se présente d harmoniser le droit et la réglementation et les systèmes de contrôle. Les pays qui n ont pas encore adopté de dispositif de loi-cadre (la Guinée, le Libéria, le Nigéria et la Sierra Leone) pourraient songer à le faire à court ou moyen terme. Les autorités de contrôle des assurances de l ensemble des pays de la ZMAO pourraient rendre le climat plus propice au développement d un secteur de l assurance viable et sain à long terme en lançant un effort continu et concerté au niveau de la région pour forcer les compagnies d assurance à payer les demandes d indemnisation de façon rapide et équitable. Cet effort serait mesuré par une augmentation constante du pourcentage des primes affecté au paiement des demandes d indemnisation et des prestations. Les pays qui exigent un capital minimal très faible (la Gambie, la Guinée et la Sierra Leone) pourraient également envisager d adopter l approche du Ghana, consistant à exiger un capital minimal équivalant à au moins un million de dollars pour chaque compagnie d assurance/licence d assurance. Enfin, il faut prendre en considération la question de la sensibilisation et de l information des clients : dans toute la région de la ZMAO, les assurés potentiels ne se rendent pas compte des avantages qu ils peuvent tirer des produits d assurance. Un effort concerté visant à mieux sensibiliser les consommateurs, en attirant l attention sur les avantages de la détention de polices d assurance, pourrait être mené dans toute la région de la ZMAO en publiant et en distribuant des documents et des publicités. Conclusions Malgré les progrès accomplis dans les secteurs de la banque et de l assurance, la ZMAO reste exposée à de nombreux problèmes liés à l intégration de ces secteurs. Parmi ces obstacles, il faut citer plus précisément les difficultés à mettre en place une infrastructure financière adéquate (un système de paiement par exemple), un cadre juridique et réglementaire non harmonisé qui régit ces deux secteurs, l absence de centrales des risques permettant d avoir accès aux informations financières des clients des banques et des compagnies d assurance, et le coût élevé des transactions lié au transfert des fonds par l intermédiaire des banques et au régime d insolvabilité. Il est urgent de trouver une solution immédiate pour accélérer le processus d intégration de ces 7

8 secteurs et faciliter l échange des biens et des services au sein de la ZMAO. Dans le secteur bancaire, les efforts doivent viser à : a) réduire le coût des paiements transfrontaliers réalisés par l intermédiaire du système bancaire ; b) mettre en place un mécanisme pour les paiements transfrontaliers de faible montant pour les commerçants et les particuliers ; c) réduire le coût de la réglementation et du contrôle bancaires ; d) améliorer la qualité du contrôle bancaire transfrontalier ; e) améliorer le flux des informations sur le crédit. Dans le secteur de l assurance, il faut s attacher à : a) prendre des mesures pour faire réussir le dispositif de Carte brune ; b) relever le niveau minimal de capital obligatoire dans certains pays de la ZMAO ; c) élaborer un programme obligeant les compagnies d assurance à rembourser équitablement les demandes d indemnisation ; d) harmoniser le droit et la réglementation de l assurance. *À propos des auteurs Thilasoni Benjamin Musuku, Patrick Elat, Andrew Lovegrove et Oliver Reichert sont consultants au sein de l Unité du financement et du développement du secteur privé en Afrique. Ceu Pereira est spécialiste des systèmes de paiement et Maria Chiara Malaguti est consultante au sein de l Unité chargée de l infrastructure financière. Cette note est une version abrégée du rapport intitulé «Lowering the Cost of Payment and Money Transfers in UEMOA», préparé sous la direction de Michael Fuchs. Cette étude a été financée par le Fonds fiduciaire pluridonateurs pour le commerce et le développement, auxquels contribuent le Royaume-Uni, la Finlande, la Suède et la Norvège. Les points de vue présentés dans ce document n engagent que leurs auteurs et ne représentent pas nécessairement les vues des donateurs, ni du Groupe de la Banque mondiale ou de ses Administrateurs. 8

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

Plan stratégique 2014-2017 Page 1

Plan stratégique 2014-2017 Page 1 Plan stratégique 2014-2017 Plan stratégique 2014-2017 Page 1 Avant-propos Au nom de tous les membres du Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance (CCRRA), j ai le plaisir de présenter

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL PARLEMENT EUROPÉEN 2004 2009 Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs 15.2.2008 DOCUMENT DE TRAVAIL sur le rapport d initiative sur certains points concernant l assurance automobile

Plus en détail

-------------------------

------------------------- ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) -------------------------------------- SEMINAIRE CONTINENTAL DE L ABCA POUR L'ANNEE 2014 SUR LE THEME : «PREALABLES NECESSAIRES POUR L AMELIORATION ET

Plus en détail

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique Gabriel Mougani Economiste financier

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

Introduction... 13 Chapitre 1 : Opérations de trésorerie et groupes de sociétés définitions générales... 17

Introduction... 13 Chapitre 1 : Opérations de trésorerie et groupes de sociétés définitions générales... 17 Sommaire Introduction... 13 Chapitre 1 : Opérations de trésorerie et groupes de sociétés définitions générales... 17 Section 1 : les opérations de trésorerie... 17 A Définitions des opérations de trésorerie...

Plus en détail

rapport annuel D activites 2011

rapport annuel D activites 2011 73 OBJECTIF OPÉRATIONNEL 3 ASSURER EFFICACEMENT LE SUIVI DES RELATIONS AVEC LES INSTITUTIONS INTERNATIONALES ET ORGANISMES DE COOPÉRATION A CARACTÈRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER & & & Le dispositif de suivi

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Synthèse des conclusions et recommandations Bamako les 14-15 et 16 février 2005 Page 1 sur 5 Les 14, 15 et 16 février 2005, a eu lieu à Bamako

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget (2015)

Proposition en vue de la préparation du budget (2015) Proposition en vue de la préparation du budget (2015) Préparé pour : le Comité permanent des finances de la Chambre des communes Préparé par : La Canadian Independent Petroleum Marketers Association Sommaire

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 Table des matières Grandes lignes... 1 Revue des activités... 2 Énergie... 4 Transport... 4 Mobilité de la main-d œuvre... 4 Collaboration intergouvernementale... 4 La voie à

Plus en détail

Présentation de la Carte Brune

Présentation de la Carte Brune SYSTÈME CARTE BRUNE D ASSURANCE CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l Afrique de l Ouest) ----------------- XV CONGRES AVUS-GROUP Vienne -Autriche : 23-24 septembre 2010 ---------- Présentation

Plus en détail

la confiance dans l économie de l information

la confiance dans l économie de l information C o n f é r e n c e d e s N at i o n s U n i e s s u r l e c o m m e r c e e t l e d é v e l o p p e m e n t SERVICES fournis La Division de la technologie et de la logistique de la CNUCED propose les

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Benchmark sur le tarif de connexion Internet

Benchmark sur le tarif de connexion Internet Autorité de Réglementation des secteurs de Postes et de Télécommunications REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail - Liberté - Patrie Benchmark sur le tarif de connexion Internet DAJR/Service réglementation et études

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Global Network. La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales

Global Network. La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales Employee Benefits Global Network La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales À l heure actuelle, les multinationales doivent relever des défis notables en matière de

Plus en détail

GTBAC DE LA COP 9 DE BONN

GTBAC DE LA COP 9 DE BONN DE LA COP 9 DE BONN 2008 À LA COP 10 DE NAGOYA 2010 DE LA COP 9 DE BONN 2008 A LA COP10 DE NAGOYA 2010 INTRODUCTION Du 2 au 8 Avril 2009 tenue au Siège de l Organisation de Nations Unies pour la Science

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

www.rbcassurances.com

www.rbcassurances.com Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter le site www.rbcassurances.com CROISSANCE SOLIDITÉ INTÉGRATION APERÇU DE LA SOCIÉTÉ 2004 Marques déposées de la Banque Royale du Canada. Utilisées sous

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Tendances de l insolvabilité au Canada

Tendances de l insolvabilité au Canada Tendances de l insolvabilité au Canada Ginette Trahan Directeur général, Services des relations externes Bureau du surintendant des faillites Le 16 novembre 2011 Association canadienne de la gestion de

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Expert Meeting on CYBERLAWS AND REGULATIONS FOR ENHANCING E-COMMERCE: INCLUDING CASE STUDIES AND LESSONS LEARNED. 25-27 March 2015

Expert Meeting on CYBERLAWS AND REGULATIONS FOR ENHANCING E-COMMERCE: INCLUDING CASE STUDIES AND LESSONS LEARNED. 25-27 March 2015 Expert Meeting on CYBERLAWS AND REGULATIONS FOR ENHANCING E-COMMERCE: INCLUDING CASE STUDIES AND LESSONS LEARNED 25-27 March 2015 Expérience de la CEDEAO By Raphael Koffi Economic Community of West African

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Le statut des coopératives au Canada

Le statut des coopératives au Canada Le statut des coopératives au Canada Allocution de Marion Wrobel Vice-président, Politique et opérations Association des banquiers canadiens Devant le Comité spécial sur les coopératives de la Chambre

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

MANITOBA Ordonnance 156/06 LOI SUR LA RÉGIE DES SERVICES PUBLICS LOI SUR LA SOCIÉTÉ D ASSURANCE PUBLIQUE DU MANITOBA

MANITOBA Ordonnance 156/06 LOI SUR LA RÉGIE DES SERVICES PUBLICS LOI SUR LA SOCIÉTÉ D ASSURANCE PUBLIQUE DU MANITOBA MANITOBA Ordonnance 156/06 LOI SUR LA RÉGIE DES SERVICES PUBLICS LOI SUR LA SOCIÉTÉ D ASSURANCE PUBLIQUE DU MANITOBA LOI SUR L EXAMEN PUBLIC DES ACTIVITÉS DES CORPORATIONS DE LA COURONNE ET L OBLIGATION

Plus en détail

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales EIFR Risques opérationnels Enjeux structurels et défis à venir Paris, 5 novembre 2014 Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales Philippe BILLARD Chef du service des affaires internationales

Plus en détail

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM Résumé de l impact sur le capital des modifications que l on propose d apporter au cadre de capital réglementaire 2015 des sociétés d assurances multirisques Le présent rapport, qui expose l impact total

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Supervision des banques marocaines panafricaines

Supervision des banques marocaines panafricaines Supervision des banques marocaines panafricaines Mme Hiba ZAHOUI, Directeur Adjoint de la Supervision Bancaire Conférence Banque de France FERDI : Réussir l intégration financière en Afrique - 27 Mai 2014

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites?

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Point de vue européen Intro Prise en compte des intérêts des consommateurs, par les autorités publiques, n est pas récente, même si différences importantes

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE FR AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 8 décembre 2008 sollicité par le ministère français de l Économie, de l Industrie et de l Emploi sur un projet d ordonnance relative aux instruments financiers

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

BRED BANQUE PRIVÉE. AVECVivifiO DONNEZ DE L ÉLAN A VOTRE ASSURANCE VIE!

BRED BANQUE PRIVÉE. AVECVivifiO DONNEZ DE L ÉLAN A VOTRE ASSURANCE VIE! BRED BANQUE PRIVÉE AVECVivifiO DONNEZ DE L ÉLAN A VOTRE ASSURANCE VIE! VivifiO Un contrat individuel, sur-mesure, pour répondre À une seule exigence, la vôtre Au cours de votre vie, selon vos objectifs,

Plus en détail

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne COUNCIL OF EUROPEAN MUNICIPALITIES AND REGIONS CONSEIL DES COMMUNES ET REGIONS D EUROPE Inscrit au registre des représentants d intérêts de la Commission européenne. Numéro d inscription : 81142561702-61

Plus en détail

Allison Lowe David Gauthier

Allison Lowe David Gauthier Provision pour demandes d indemnisation Rapport de vérification final Rapport n o 10/12 Le 21 février 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de

Plus en détail

BIL Belgique À vos côtés, pour vous.

BIL Belgique À vos côtés, pour vous. FR banque privée BIL Belgique À vos côtés, pour vous. BELGIUM BIL Belgique À vos côtés, pour vous. Enseigne réputée et reconnue dans la plus pure tradition des banques privées internationales, BIL Belgique

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Système Qualité de l Afrique de l Ouest

Système Qualité de l Afrique de l Ouest Système de l Afrique de l Ouest VISER L EXCELLENCE PAR LA QUALITÉ Appui à la mise en œuvre politique qualité CEDEAO Contexte Après une première phase réussie de 2001 à 2005, la deuxième phase du Programme

Plus en détail

CONFERENCE SOUS LE THEME

CONFERENCE SOUS LE THEME CONFERENCE SOUS LE THEME «Enjeux et modes opératoires de la délégation de la Centrale des Risques de Bank AL-Maghrib» ALLOCUTION INAUGURALE DE MONSIEUR LE GOUVERNEUR DE BANK AL-MAGHRIB Rabat lundi 26 Novembre

Plus en détail

UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE. CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a. Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE

UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE. CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a. Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE Commission mixte 2 (Développement et coopération) Equipe de projet «Développement

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel

Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel Synthèse Septembre 2014 Réalisée pour le compte de l association GSMA Synthèse Le rapport qui suit examine les fonds de service universel

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Introduction... 3. Objectif et portée de la vérification... 3. Opinion de la Vérification interne... 3

Introduction... 3. Objectif et portée de la vérification... 3. Opinion de la Vérification interne... 3 Assurance et cautionnement de contrats (CIB) Octroi de crédit, souscription de prêts, facturation, recouvrement et surveillance Rapport de vérification final Rapport n o 12/13 17 février 2014 Diffusion

Plus en détail

Littératie financière : un investissement dans l avenir

Littératie financière : un investissement dans l avenir Littératie financière : un investissement dans l avenir Allocution de Terry Campbell Président Association des banquiers canadiens Prononcée devant La Conférence de Montréal Le 12 juin 2012 Montréal SEUL

Plus en détail

DE FAISABILITE DE LA BOURSE PANAFRICAINE Par Dr Abdallah MSA

DE FAISABILITE DE LA BOURSE PANAFRICAINE Par Dr Abdallah MSA PRESENTATION DE L ETUDE L DE FAISABILITE DE LA BOURSE PANAFRICAINE Par Dr Abdallah MSA Chef de Division des Politiques économiques et Recherche Département des Affaires économiques Commission de l Union

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

Informations données par les invités de la Table ronde transmis par la télévision cubaine le 21 août 2013

Informations données par les invités de la Table ronde transmis par la télévision cubaine le 21 août 2013 CUBADEBATE (22 août 2013) Informations données par les invités de la Table ronde transmis par la télévision cubaine le 21 août 2013 Le 1 er juillet 2013, les 124 premières coopératives non-agricoles de

Plus en détail

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Toronto-Dominion Centre Toronto (Ontario) Canada M5K 1A2 Le 28 février 2000 Avis de distribution Le présent document doit être accompagné d un exemplaire de tous

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Accord sur le commerce intérieur, chapitre huit Mesures et normes en matière de consommation

Accord sur le commerce intérieur, chapitre huit Mesures et normes en matière de consommation Accord sur le commerce intérieur, chapitre huit Mesures et normes en matière de consommation Rapport annuel au Secrétariat de l ACI Bureau de la consommation, Industrie Canada, exercice se terminant le

Plus en détail

UNITED NATIONS. United Nations. Environment Programme. UNEP(DEPI)/WACAF/COP.11/ Inf.4. Distr.: Restricted. 17 March 2014.

UNITED NATIONS. United Nations. Environment Programme. UNEP(DEPI)/WACAF/COP.11/ Inf.4. Distr.: Restricted. 17 March 2014. UNITED NATIONS EP UNEP(DEPI)/WACAF/COP.11/ Inf.4 United Nations Environment Programme Distr.: Restricted 17 March 2014 Original: French 11è Réunion de la Conférence des Parties de la Convention pour la

Plus en détail

Rôle des Banques Centrales Rencontre Technique - UBM Tunis, 8-9 février 2007

Rôle des Banques Centrales Rencontre Technique - UBM Tunis, 8-9 février 2007 Développement de la Carte Bancaire Rôle des Banques Centrales Rencontre Technique - UBM Tunis, 8-9 février 2007 RAZKI MOUNIR Direction des Opérations Monétaires et des Changes Banque Centrale du Maroc

Plus en détail

Gestion des flux en Afrique : le champ des possibles

Gestion des flux en Afrique : le champ des possibles Les ateliers Petit auditorium Les Journées de l AFTE 2014 Gestion des flux en Afrique : le champ des possibles Valérie SAINSAULIEU Franz ZURENGER Lionel GARNIER DENIS Trésorier groupe Alten Zilé Yao KOUASSI

Plus en détail

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 La deuxième Assemblée générale de la «Coalition pour le développement du riz en Afrique» (CARD) s est tenue à Tokyo du

Plus en détail

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL MPP 2015 35 millions de personnes dans le monde sont touchées par le VIH 28.6 millions devraient bénéficier d un traitement* Pourtant seuls 12.9 millions y ont aujourd hui accès * conformément aux directives

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002 États financiers consolidés aux 2003 et 2002 TABLE DES MATIÈRES RÉSULTATS CONSOLIDÉS 2 BILANS CONSOLIDÉS 3 COMPTE DES CONTRATS AVEC PARTICIPATION CONSOLIDÉ 4 BÉNÉFICES NON RÉPARTIS CONSOLIDÉS DES ACTIONNAIRES

Plus en détail

Le rôle d Afreximbank dans la promotion de l affacturage en Afrique

Le rôle d Afreximbank dans la promotion de l affacturage en Afrique Le rôle d Afreximbank dans la promotion de l affacturage en Afrique Par Mme Kanayo Awani Directrice, Financement du commerce et Agences (AFREXIMBANK) Présentation lors du séminaire d Afreximbank sur l

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 4 juillet 2003 MONEYVAL (2003)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale. Document officieux

La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale. Document officieux La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale Document officieux David Luke et Simon Mevel Centre africain pour les politiques commerciales

Plus en détail

RÉFORMER LES PROFESSIONS AUJOURD HUI RÉGLEMENTÉES

RÉFORMER LES PROFESSIONS AUJOURD HUI RÉGLEMENTÉES Des acteurs mobiles et sécurisés. La mobilité économique doit s étendre à tous les abus de position dominante, quelle que soit leur origine. RÉFORMER LES PROFESSIONS AUJOURD HUI RÉGLEMENTÉES Le champ des

Plus en détail

Monsieur le Wali de Bank Al- Maghrib, Monsieur le Président de la CNDP, Monsieur le Président du GPBM, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Wali de Bank Al- Maghrib, Monsieur le Président de la CNDP, Monsieur le Président du GPBM, Mesdames, Messieurs, 2 ème SYMPOSIUM BAM - CNDP - GPBM APSF «PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES DANS LE SECTEUR BANCAIRE MAROCAIN» RABAT, MARDI 23 DECEMBRE 2014 MOT DU PRÉSIDENT DE L'APSF, M. ABDALLAH BENHAMIDA Monsieur le

Plus en détail

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 222 MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 RÉSUMÉ Ce mémoire présente les observations de Genworth Financial Canada («Genworth») au

Plus en détail

Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1)

Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1) Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1) Table des matières : Comment puis-je obtenir la documentation sur le programme?... 2 Quels types de fonds sont

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------------------------

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 14/2009/CM/UEMOA PORTANT INSTITUTION ET ORGANISATION D UN SYSTEME D INFORMATION SUR LES ACCIDENTS

Plus en détail

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP // Introduction Introduction

Plus en détail

La Lettre express. L assurance responsabilité des membres de comités de retraite

La Lettre express. L assurance responsabilité des membres de comités de retraite Le 1 er décembre 2010 L assurance responsabilité des membres de comités de retraite Les membres votants des comités de retraite sont solidairement responsables de l administration du régime de retraite.

Plus en détail

Les formes d organisation de l entreprise au Canada

Les formes d organisation de l entreprise au Canada Les formes d organisation de l entreprise au Canada Plusieurs formes d organisation de l entreprise peuvent être mises à contribution pour gérer une entreprise au Canada, chacune comportant ses propres

Plus en détail

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire «Le traitement des restrictions verticales en droit comparé de la concurrence» Université Paris II Panthéon Assas & University College London Paris, le 23 mai 2008 Importations parallèles: intérêt du consommateur

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN VUE D ASSISTER

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN VUE D ASSISTER 128, Boulevard du 13 janvier BP : 2704 Lomé Togo Tél. : (228) 22 21 68 64 Fax. : (228) 22 21 86 84 bidc@bidc-ebid.org www.bidc-ebid.org TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN

Plus en détail

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr Pays de l Afrique de l Ouest limité par : l Océan Atlantique au sud le Nigeria à l Est le Togo à l Ouest le Niger au Nord Est

Plus en détail

FRAIS DE GESTION des mutuelles

FRAIS DE GESTION des mutuelles FRAIS DE GESTION des mutuelles Juillet 2014 PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/65/63/Add.1. La délocalisation au sein des organismes des Nations Unies. Note du Secrétaire général

Assemblée générale. Nations Unies A/65/63/Add.1. La délocalisation au sein des organismes des Nations Unies. Note du Secrétaire général Nations Unies A/65/63/Add.1 Assemblée générale Distr. générale 30 juillet 2010 Français Original : anglais Soixante-cinquième session Points 130 et 137 de l ordre du jour provisoire* Examen de l efficacité

Plus en détail

La Garantie Financière CGCIPME RENCONTRE REGIONALE SUR LA MISE A NIVEAU DES ENTREPRISES

La Garantie Financière CGCIPME RENCONTRE REGIONALE SUR LA MISE A NIVEAU DES ENTREPRISES La Garantie Financière CGCIPME RENCONTRE REGIONALE SUR LA MISE A NIVEAU DES ENTREPRISES MOSTAGANEM JEUDI 30 JUIN 2011 Mesdames Messieurs ; C est avec un réel plaisir et beaucoup d intérêt que nous participons

Plus en détail

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT Message aux détenteurs de parts Au nom des fiduciaires et de tous les employés de Cominar, il me fait plaisir de vous présenter les résultats du premier

Plus en détail

Avis du Comité consultatif du secteur financier. sur l équivalence du niveau de garantie en assurance emprunteur

Avis du Comité consultatif du secteur financier. sur l équivalence du niveau de garantie en assurance emprunteur Avis du 13 janvier 2015 VERSION FINALE Avis du Comité consultatif du secteur financier sur l équivalence du niveau de garantie en assurance emprunteur Lors de la réunion d installation du Comité consultatif

Plus en détail