STRATÉGIE POUR LA MODERNISATION DE L INFRASTRUCTURE DU SYSTÈME DE PAIEMENT EN RÉPUBLIQUE DE GUINÉE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "STRATÉGIE POUR LA MODERNISATION DE L INFRASTRUCTURE DU SYSTÈME DE PAIEMENT EN RÉPUBLIQUE DE GUINÉE"

Transcription

1 STRATÉGIE POUR LA MODERNISATION DE L INFRASTRUCTURE DU SYSTÈME DE PAIEMENT EN RÉPUBLIQUE DE GUINÉE

2 La qualité du système de paiement d un pays (ou d une union monétaire et économique) est un bon indicateur du fonctionnement d une économie. Elle est aussi un élément d appréciation de sa crédibilité et de sa transparence. Les progrès constatés en matière d intermédiation bancaire, le développement des institutions et la concurrence qui régissent le marché financier ont favorisé l évolution et la diversité des instruments et moyens de paiement. Les nouvelles technologies de transmission de données (la télématique) et les progrès réalisés en informatique (les traitements) ont engendré et accéléré une forte amélioration des procédures de paiement et de recouvrement dans les pays développés et/ou émergents. Un système de paiements est composé : - des institutions bancaires et financières, des intermédiaires financiers, - des instruments et des moyens de paiement, - des procédures de paiement et de recouvrement. A ces composantes s ajoutent le système d information et de communication au sein et entre les institutions, les intermédiaires financiers, ainsi que la sécurité du système (lutter contre les intrusions, assurer la confidentialité, bien garder les archives,.). La modernisation de l infrastructure des systèmes et moyens de paiement nécessitera dès lors: - la mise en place d un dispositif permettant une très grande efficacité dans le traitement des opérations interbancaires et du marché financier reposant sur des paiements de gros montants ; - le développement des normes et standards du système de compensation des transactions de petits montants mais de volumes très importants ; - la modernisation du système d information de la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG) en tant qu appui important aux systèmes de paiement et au traitement des opérations de politique monétaire et de couverture de change, Le réseau de télécommunication contribuera largement à faciliter les échanges et le traitement de bout en bout des opérations de paiement et d échange de données inter et intra bancaires. Cette modernisation dont la finalité est la mise en place d un système de paiement interbancaire moderne et efficace aussi bien au niveau des paiements de gros montants en temps réel que des paiements de masse, qui assureront des transferts de fonds sûrs, rapides et sécurisés tout en observant les recommandations universelles du Comité ad hoc de la Banque des Règlements Internationaux (BIS/CPSS). La modernisation du système et des moyens de paiement reposera sur le «RTGS GUINÉE» et sur le système interbancaire de télécompensation des instruments de paiement de masse géré par un centre dénommé «SIT - GUINÉE». Les deux systèmes ci-dessus évoqués nécessiteront également une mise à niveau du système d information des banques primaires en même temps que celui de la BCRG et va se poursuivre de façon graduelle. Ceci sera d autant plus nécessaire que le cadre réglementaire et légal est seulement en cours d adoption. La mise en place d un système de règlement brut en temps réel de gros montants (RTGS) et d une télécompensation des paiements de petits montants en République de Guinée va faciliter le développement de l intermédiation bancaire et la gestion des risques, l émergence de nouveaux 2

3 services bancaires aux particuliers (tels que le développement des cartes de crédit), le renforcement des liens institutionnels et financiers avec les marchés financiers futurs, la création d un environnement favorisant la participation des banques et des structures financières étrangères au marché financier guinéen. 2 - LE SYSTÈME DE PAIEMENT DE GROS MONTANTS EN TEMPS RÉEL (RTGS) Le système de paiement de gros montants en temps réel est un système de paiement interbancaire, celui dans lequel s effectuent les paiements de gros montants ou des paiements urgents. Les paiements seront effectués exclusivement par virement. Le futur système guinéen de règlements bruts en temps réel de gros montants (RTGS) sera un système de paiement totalement automatisé de paiement par ordre de virement. Ces ordres seront effectués dans tout le système un par un et en temps réel (ou presque). Les paiements ne seront donc pas compensés. Les paiements effectués dans le système seront irrévocables, de façon à assurer la transparence et la libre utilisation des fonds reçus par un participant pour l exécution de ses propres opérations. En cas de paiement par erreur, le participant donneur d ordre devra demander au bénéficiaire du virement de le lui renvoyer pour corriger l erreur. Ainsi, la responsabilité incombera aux participants au système qui devront veiller au bon dénouement des opérations de paiement qu ils initieront. Le système met en liste d attente tous les ordres de virement d un participant lorsqu il y a défaut de provision suffisante sur son compte de règlement ouvert dans le système (compte RTGS). Pour les ordres de virement, les participants utiliseront le format des messages SWIFT. De plus, pour assurer la fiabilité et la sécurité des paiements (nationaux ou transfrontaliers), le système de transmission et la norme des messages SWIFT seront généralement utilisés par la BCRG. Le système guinéen du RTGS est un système endogène de la BCRG. Elle le gère et l administre pour son compte et dans le cadre de sa mission régalienne, c'est-à-dire que les opérations de l Institution ainsi que les opérations interbancaires seront traitées exclusivement et de manière automatisée dans le RTGS COMPOSITION DU «RTGS GUINÉE» Le système RTGS de Guinée sera composé : - d une plate-forme de production comprenant des équipements informatiques et de télécommunication, des logiciels de paiement. Ce dispositif devra être relié aux platesformes dites «participantes», installées dans les banques primaires, au Trésor Public, à la Paierie ou dans tout autre établissement de crédit admis comme tel; - d une plate-forme de «secours à chaud» qui devra répliquer les paiements et qui, en cas de problèmes rencontrés dans l exploitation du site de production, prendra en charge de façon automatique la suite des opérations (nécessité du «clustering») ; - si les moyens le permettent, une plate-forme sera déportée dans une agence (dans un premier temps) et ce, en attendant une solution de secours par agence nationale de la future BCAO (Banque Centrale de l Afrique de l Ouest). A titre d exemple, le site déporté de la Guinée pourrait être le GHANA ou la GAMBIE. Ce serait la plate-forme de secours à grande 3

4 distance que l on pourrait redémarrer à «froid» après de graves désastres rencontrés (sinistre, séisme, inondations, ) dans la zone où sont installées les plates formes de production et de secours à «chaud». Dans ce cadre, la sécurité n a pas de prix LES PARTICIPANTS AU SYSTÈME Les principaux participants au système seront : - la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG) - les banques primaires et les établissements de crédit, - le Trésor Public, - la Chambre de compensation (pour les paiements de masse), - la BGVM (Bourse Guinéenne des Valeurs Mobilières) quand elle entrera en activité. Le mode de participation pour les banques et autres institutions similaires est direct ou indirect. Les participants directs possèderont leur propre plate-forme pour accéder au système RTGS. Les participants indirects accèderont au système en utilisant le service technique de la plate-forme d un participant direct. LE PROJET RTGS DE GUINEE ARCHITECTURE FONCTIONNELLE PLATE FORME (PARTICIPANT A) PLATE FORME (PARTICIPANT B) RÉSEAU SWIFT RÉSEAU PRIVÉ RÉSEAU PRIVÉ FICHIERS BANQUE CENTRALE DE LA REPUBLIQUE DE GUINEE (PLATE FORME CENTRALE) FICHIERS LA RESPONSABILITÉ ET LES ÉCHANGES Il conviendra de souligner que les paiements effectués dans le système seront de la responsabilité des participants. Chaque participant gèrera son compte de règlement ouvert dans le système (généralement dans les livres de la BCRG). A la fin de la journée d échange, toutes les opérations de paiement devront être dénouées et déversées dans le système d information comptable de la Banque Centrale. Les soldes compensés des autres systèmes de paiement au cours de la journée d échange (paiements de masse ou ceux du marché financier) seront aussi déversés dans le système RTGS. 4

5 Afin d assurer la fluidité des échanges et d éviter le blocage du système RTGS, la BCRG pourra accorder aux participants des avances (intra journalières) qu ils devront dans tous les cas rembourser avant la clôture de la journée d échange. Le système RTGS devra transmettre aux participants tout au long de la journée d échange des informations portant notamment sur le fonctionnement du système, les périodes d échange, etc. À la fin de la journée d échanges, le système devra transmettre aux participants les relevés d échange de la journée et procéder à l enregistrement des pensions «overnight» en cas de non remboursement des avances intra journalières consenties par la Banque Centrale. Le système RTGS qui sera mis en place par la Banque Centrale de la République de Guinée et dont elle assurera la gestion et l administration, pour le compte de toute la communauté bancaire et financière, sera réalisé selon les standards internationaux, notamment en matière de sécurité et de fiabilité des échanges. En plus de l ensemble des caractéristiques propres à tout système de paiement de gros montants, le RTGS de Guinée sera doté d un système de secours à chaud qui sera installé à Conakry et d un système de secours à froid hébergé dans la circonscription de l une des agences de province. Le système RTGS de Guinée, qui sera régi par une loi et des instructions, acceptera dans un premier temps les paiements par virement d un montant égal ou supérieur à GNF (Vingt millions) et des paiements d un montant inférieur à GNF (Vingt Millions) mais dont la clientèle des participants estimera qu ils sont urgents et qu ils doivent être effectués dans le RTGS. L entrée en fonctionnement du système RTGS de Guinée sera liée à l acquisition et à l installation des équipements et des logiciels appropriés, aux résultats des tests d intégration. Cependant, ces opérations devront nécessairement intervenir avant Juillet 2008 pour une effectivité en fin Décembre 2008, afin de prendre compte du calendrier «contraignant» de l Institut Monétaire de l Afrique de l Ouest (IMAO). 2.4 LA BCRG : L OPÉRATEUR DU SYSTÈME «RTGS GUINÉE» La BCRG, opérateur du système RTGS, assurera la gestion, la surveillance et le contrôle de ce système et devra permettre une traçabilité de toutes les opérations de paiement. Pour la phase de lancement du système, la BCRG devra requérir des principaux responsables des banques primaires et des autres grandes institutions financières leur mobilisation personnelle pour superviser leurs opérations de paiement respectives afin d éviter tout risque opérationnel tant pour leur institution en particulier que pour le système bancaire en général. 5

6 BCRG : OPERATEUR POUR TOUS SCHEMA DE COMPTABILISATION BANQUE ÉMETTRICE (donneur d ordre) BANQUE DESTINATAIRE (Bénéficiaire de l ordre) B.C.R.G IMPUTATION COMPTABLE DANS LES LIVRES DE LA BANQUE CENTRALE L entrée en fonctionnement du système RTGS de Guinée constituera le socle de la réforme des systèmes de paiement en monnaie nationale (avant la réalisation de l Eco) en attendant la télé compensation «RTGS GUINÉE», FACTEUR D AMÉLIORATION DE LA QUALITÉ DE SERVICE ET OUTIL D INTÉGRATION Les améliorations de la qualité des services bancaires attendues de la mise en œuvre du système RTGS seront : - la réduction des délais de recouvrement des créances des entreprises qui optent pour les paiements urgents. Ce qui améliore de facto la gestion de la trésorerie des entreprises ; - l optimisation de la gestion de la trésorerie de chaque banque participante ; - la meilleure efficacité dans la conduite de la politique monétaire par la BCRG menant sûrement à une utilisation efficiente des ressources dans l économie nationale. La mise en place du système moderne de paiement de gros montants et des paiements urgents permettra une intégration en temps réel du marché monétaire et du marché des changes, dans le respect de la réglementation des changes et du contrôle des mouvements des capitaux transfrontaliers. Le RTGS sera un facteur déterminant pour une intégration économique et financière sous-régionale (dans le cadre de la CEDEAO) et africaine (au sein de l Union Africaine). 6

7 ARCHITECTURE SIMPLIFIÉE DU FUTUR RTGS DE GUINÉE DONNEUR D ORDRE (BANQUE A) PLATE FORME RTGS PARTICIPANT INDIRECT BENEFICIAIIRE (BANQUE B) PLATE FORME RTGS ordre financier TRANSFERT FINANCIER SERVICE DE COMMUNICATION (SWIFT OU RESEAU BCRG) CŒUR DU RTGS AU SIEGE DE LA BCRG SYSTEME D INFORMATION INTERNE DE LA BCRG 3 - LE SYSTÈME DE TÉLÉCOMPENSATION DE GUINÉE (SIT - GUINÉE) Dans le cadre de la modernisation des paiements de petits montants, la Banque Centrale de la République de Guinée envisage de mettre en place un système de compensation rapide des chèques et autres instruments de paiement. Ceci sera une réponse à un besoin d amélioration de la qualité des services bancaires et à une complémentarité indispensable au système de règlement brut en temps réel de gros montants ou des paiements urgents. Dans les années à venir, la modernisation du système de paiement de masse représentera en Guinée un volet important de la réforme des systèmes et instruments de paiement dans leur ensemble. Il s agira de la mise en œuvre d un dispositif de télécompensation des chèques, des effets, des prélèvements, des retraits et des paiements par carte bancaire Caractéristiques du futur système Le SIT Guinée sera un système informatique installé dans les locaux de la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG). Il sera constitué : - d un site de production (au siège de la BCRG à Conakry) ; - d un site de back up à chaud ; - d un site de back up à froid distant. Cette architecture est adoptée pour assurer une haute disponibilité du système. Les banques primaires, le Trésor Public et la Paierie adhèreront au système en tant que participants directs ou indirect. Le participant direct sera raccordé au SIT Guinée via une plate-forme «participant» installé dans son environnement technique. Le participant indirect utilisera celle d un participant direct. 7

8 Les caractéristiques principales du système seront : - le calcul des soldes multilatéraux nets des participants à la fin de journée de compensation et leur versement dans le système de règlement brut en temps réel des paiements urgents géré par la BCRG ; - la garantie d une autoprotection à travers la détermination des limites maximales autorisées des soldes multilatéraux débiteurs. Ces limites devront être contrôlées et surveillées en permanence. Elles doivent faire l objet d envoi de messages d alerte à l administration du système et aux participants concernés ; - l assurance d une sécurité contre les risques de fraude du fait que les échanges se font par le transfert de fichiers scellés, cryptés et signés suivant un protocole sécurisé et piloté par un moniteur à intégrer au système central et aux plates-formes de raccordement ; - la sécurisation contre le risque opérationnel à travers une mise en place des sites de secours comme évoqué pour le RTGS ; - le système devra être automatisé de bout en bout et dématérialisé, reposant seulement sur un échange de transactions électroniques (chèques et effets dématérialisés). 3.2 Fonctionnalités attendues Le système interbancaire de télécompensation de Guinée devra au moins assurer les fonctions suivantes : - la gestion des «Remises Aller» des participants en faisant un contrôle d accès, une validation desdites remises et une gestion des erreurs. Pour chaque «Remise Aller» faite par un participant au système, un fichier de «Compte Rendu d Acquittement» devra être généré par le système et renvoyé à l émetteur en lui notifiant le résultat du traitement de la remise ; - la gestion des rejets ; - la gestion des «Remises Retour» à la fin de chaque séance de télécompensation, le système devra générer et diffuser des «Remises Retour» par participant destinataire ; - la gestion des demandes d annulation des opérations de paiement (ou d ensemble d opérations). les demandes d annulation ne seront autorisées que pour celles présentées durant la même séance ; - la possibilité d accès à la position courante d un participant sur simple demande ; - la mise en œuvre d un service de messagerie interbancaire sécurisée permettant le routage des images des chèques et des effets entre participants, la distribution des messages d information vers l ensemble des participants, l échange de messages entre un participant et l administration du système et inversement ; - la gestion du risque financier par une vérification par le système que, pour toutes les opérations de paiement dont la date de règlement interbancaire est égale à la date de télécompensation, le montant de la transaction n est pas supérieur à une valeur limite fixée ; - la prévention du risque de défaillance d un participant par la fixation d une limite financière débitrice par participant accompagnée d un dispositif d alerte ; - la détermination par calcul des soldes de règlement qui prendrait en compte toutes les opérations dont la date est égale au jour de compensation. Cette action doit être suivie par l envoi du solde net à régler à chacun des participants à chaque fin de journée de compensation et de la remise de règlement au système RTGS de la BCRG ; - la mise à disposition d informations techniques et financières relatives à l échéancier de règlement, une synthèse des flux «Aller», des flux «Retour», de règlement, des statistiques de fonctionnement. 8

9 3.3 - SIT GUINÉE Dans le cadre de la modernisation des paiements de petits montants, la BCRG créera une structure avec les banques primaires pour administrer et gérer le système de télécompensation : SIT- GUINÉE. La forme juridique est à définir. Mais la «mutualisation» semble la mieux indiquée. Pour sa mise en place, la BCRG fera le nécessaire. Une fois en activité, SIT Guinée aura la mission d assurer le fonctionnement en tant qu opérateur du système. Son rôle consistera en : - l ouverture du système, - la supervision du système central et des plates formes «participant», - la publication régulière des tableaux de bord et des statistiques, - l exécution de divers tests pour l adhésion de nouveaux participants directs, - l archivage des données, - la supervision des actions de maintenance préventive et curative. Avec la réalisation d un tel système de télécompensation, la Banque Centrale de la République de Guinée est en droit d attendre les améliorations suivantes : - la réduction des délais de recouvrement interbancaires ; - la réhabilitation des moyens de paiement scripturaux classiques (chèques, effets, ) ; - le développement des moyens de paiement modernes (prélèvements, opérations par carte) ; - la réduction des coûts des échanges interbancaires ; - la fiabilité des informations restituées ; - les échanges interbancaires et leur traitement seront largement sécurisés ; - l amélioration indirecte de la trésorerie des entreprises et des administrations. 4 - POURQUOI MODERNISER LE SYSTÈME DE PAIEMENT EN RÉPUBLIQUE DE GUINÉE? Avec la mise en place des systèmes RTGS et SIT (de paiement et de télécompensation), la République de Guinée se placera sur la bonne «rampe» de l intégration économique et financière de la 2 ème Zone Monétaire de l Afrique de l Ouest (ZMAO) et, la BCRG pourra mieux se préparer dans la mise en place progressive de la future Banque Centrale de l Afrique de l Ouest (BCAO) et à l introduction de l Eco dans les pays membres. Toutefois en attendant la monnaie commune (l Eco), le RTGS et le SIT-Guinée devront permettre la restauration de la confiance de tous les utilisateurs en la monnaie nationale (le GNF) et dans les instruments de paiement. Ce sera alors «le grand bond» dans l amélioration de la qualité des services bancaires, dans la rapidité d exécution des ordres de la clientèle des banques primaires et une meilleure gestion de la trésorerie des participants directs et de leurs mandants (les banques et de leur clientèle, le Trésor Public, etc.). En outre, la traçabilité des opérations de paiement inhérente aux systèmes RTGS et de la télécompensation permettra d assurer les conditions pour une meilleure bancarisation et une pénétration plus large des «cercles de l informel» qui minent nos économies, en rendant le recours au système bancaire et financier plus attractif, car devenu sûr et rapide. Enfin, la traçabilité devrait rendre plus efficace la lutte contre le blanchiment d argent. 9

10 4.1 - Le dispositif réglementaire : une impérieuse nécessité La sécurité technique des systèmes de paiement sera assurée par la mise en place d une architecture fonctionnelle de nature à limiter les risques. La sécurité technique devra toutefois être complétée par la sécurité juridique et réglementaire des opérations de paiement. Le cadre juridique général précise la responsabilité de l opérateur des systèmes de paiement et les droits et les obligations des participants à ces systèmes. C est dire que par delà l infrastructure technique, le système de paiement est un ensemble de règles de bonne conduite que les participants s engagent à respecter lorsqu ils procèdent aux paiements des opérations ou aux règlements et aux livraisons des titres. C est pourquoi, le projet de loi à soumettre à l Assemblée Nationale édictera des dispositions générales qui permettront au RTGS et au SIT Guinée de fonctionner dans un cadre légal bien défini, conforme aux normes internationales et fidèle aux principes fondamentaux du Comité sur les Systèmes de Paiement et de Règlement (CPSS : Committee on Payment and Settlement Systems). En attendant son élaboration et son adoption, la Direction chargée de la Réforme des Systèmes et des Moyens de Paiement à la BCRG se doit déjà d être à l œuvre pour élaborer et faire adopter toute la règlementation, toutes les instructions et toutes les procédures qui permettront d organiser, de gérer et de surveiller les opérations de la genèse au dénouement, de remédier aux différents risques systémiques possibles (risques de crédit, risques de liquidité, risques juridiques et risques opérationnels). 10

CHAPITRE VI MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DU SYSTEME BANCAIRE

CHAPITRE VI MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DU SYSTEME BANCAIRE CHAPITRE VI MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DU SYSTEME BANCAIRE CHAPITRE VI MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DU SYSTEME BANCAIRE La qualité du système de paiements est un bon indicateur du fonctionnement

Plus en détail

CHAPITRE VI : MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DES SYSTEMES DE PAIEMENT

CHAPITRE VI : MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DES SYSTEMES DE PAIEMENT CHAPITRE VI : MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DES SYSTEMES DE PAIEMENT Après une phase de diagnostic et d'études, la Banque d'algérie et les banques de la place ont entrepris, à partir de 2003 et d'une

Plus en détail

ORGANISATION ET SURVEILLANCE DES SYSTÈMES DE PAIEMENT

ORGANISATION ET SURVEILLANCE DES SYSTÈMES DE PAIEMENT n 4 Note d information systèmes et moyens de paiement au maroc rôle et responsabilités de bank al-maghrib L une des principales missions confiées à Bank Al-Maghrib est de veiller au bon fonctionnement

Plus en détail

Rôle des Banques Centrales Rencontre Technique - UBM Tunis, 8-9 février 2007

Rôle des Banques Centrales Rencontre Technique - UBM Tunis, 8-9 février 2007 Développement de la Carte Bancaire Rôle des Banques Centrales Rencontre Technique - UBM Tunis, 8-9 février 2007 RAZKI MOUNIR Direction des Opérations Monétaires et des Changes Banque Centrale du Maroc

Plus en détail

Algérie. Compensation des chèques et autres instruments de paiement de masse

Algérie. Compensation des chèques et autres instruments de paiement de masse Compensation des chèques et autres instruments de paiement de masse Règlement de la Banque d n 05-06 du au 15 décembre 2005 Le gouverneur de la Banque d, Vu l ordonnance n 75-58 du 26 septembre 1975, modifiée

Plus en détail

CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT

CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT Au cours des dernières décennies, les progrès en matière d intermédiation bancaire, de développement des institutions et d intensification

Plus en détail

ROLE DE LA STICODEVAM ET GESTION DES BONS DU TRESOR

ROLE DE LA STICODEVAM ET GESTION DES BONS DU TRESOR ROLE DE LA STICODEVAM ET GESTION DES BONS DU TRESOR L internationalisation croissante des investissements et la mobilité des capitaux incitent toutes les places financières à s adapter en permanence voire

Plus en détail

Dossier de presse L'archivage électronique

Dossier de presse L'archivage électronique Dossier de presse L'archivage électronique Préambule Le développement massif des nouvelles technologies de l information et de la communication (TIC) a introduit une dimension nouvelle dans la gestion

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

3 SYSTEMES DE PAIEMENT ET CIRCULATION FIDUCIAIRE

3 SYSTEMES DE PAIEMENT ET CIRCULATION FIDUCIAIRE 3 SYSTEMES DE PAIEMENT ET CIRCULATION FIDUCIAIRE 3-1. SYSTEMES ET MOYENS DE PAIEMENT 1/6/213 Les systèmes de paiement en Tunisie s articulent autour de 2 types : - systèmes de paiement net ou de compensation

Plus en détail

CHAPITRE 5 : CADRE COMPTABLE, LISTE DES COMPTES ET FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES

CHAPITRE 5 : CADRE COMPTABLE, LISTE DES COMPTES ET FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES 230 CLASSE 1 : COMPTES DE TRESORERIE ET D OPERATIONS AVEC LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT ET ASSIMILES 1 - CONTENU DE LA CLASSE 1 La classe 1 enregistre, outre les espèces,

Plus en détail

AVIS DE RECRUTEMENT UN(E) ASSISTANT(E) TRESORIER(E) GROUPEMENT INTERBANCAIRE MONETIQUE DE TERMES DE REFERENCE

AVIS DE RECRUTEMENT UN(E) ASSISTANT(E) TRESORIER(E) GROUPEMENT INTERBANCAIRE MONETIQUE DE TERMES DE REFERENCE Lot P 10, Ouest Foire, Route de l Aéroport - BP : 8853 Dakar Yoff Tél : (221) 33 869 95 95 Fax : (221) 33 820 54 65 Email: gim-uemoa@gim-uemoa.org - Site Web: www.gim-uemoa.org AVIS DE RECRUTEMENT UN(E)

Plus en détail

Les instruments de règlement à l international

Les instruments de règlement à l international Les instruments de règlement à l international Les instruments de règlement à l international En fonction du degré de confiance que vous accordez à votre client ou à votre fournisseur, BMCE Bank vous propose

Plus en détail

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 OBJECTIF 01. La Norme Comptable NC 01 - Norme Comptable Générale définit les règles relatives

Plus en détail

La gestion de la liquidité dans TARGET2

La gestion de la liquidité dans TARGET2 La gestion de la liquidité dans TARGET2 INTRODUCTION Dans un RTGS (Real-Time Gross Settlement system), les transactions sont réglées en monnaie centrale, de façon continue, sur une base brute. Ce type

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Règlement de la Banque d n 92-08 du 17 novembre 1992 Le Gouverneur de la Banque d, Vu la Loi n 88-01

Plus en détail

I) LES BANQUES CENTRALES NATIONALES DES PAYS CANDIDATS A L ADHESION A L UNION EUROPEENNE. 28) Banque Nationale de Croatie

I) LES BANQUES CENTRALES NATIONALES DES PAYS CANDIDATS A L ADHESION A L UNION EUROPEENNE. 28) Banque Nationale de Croatie I) LES BANQUES CENTRALES NATIONALES DES PAYS CANDIDATS A L ADHESION A L UNION EUROPEENNE 28) Banque Nationale de Croatie 28) LA BANQUE NATIONALE DE CROATIE (Hrvatska Narodna Banka) Effectifs: 550 L article

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

Arrêt du protocole ETEBAC

Arrêt du protocole ETEBAC Arrêt du protocole ETEBAC Quels impacts pour votre entreprise? Les solutions d échanges de flux dématérialisés avec le Crédit Agricole ETEBAC est le protocole utilisé pour échanger tous les jours et de

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Harmonisation du trafic des paiements en Suisse L offre du Credit Suisse reste diversifiée et axée sur la clientèle

Harmonisation du trafic des paiements en Suisse L offre du Credit Suisse reste diversifiée et axée sur la clientèle Harmonisation du trafic des paiements en Suisse L offre du Credit Suisse reste diversifiée et axée sur la clientèle Pourquoi la Suisse harmonise-t-elle le trafic des paiements conformément à la norme ISO

Plus en détail

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont 1 Deux volets : L intégration monétaire L intégration financière 2 L intégration monétaire Une intégration

Plus en détail

Arrêt du protocole ETEBAC

Arrêt du protocole ETEBAC Arrêt du protocole ETEBAC Quels impacts pour votre entreprise? Les solutions d échanges de flux dématérialisés avec le Crédit Agricole ETEBAC est le protocole utilisé pour échanger tous les jours et de

Plus en détail

L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens. Direction des affaires économiques de la CGPME

L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens. Direction des affaires économiques de la CGPME L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens Direction des affaires économiques de la CGPME SEPA (Single Euro Payment Area) Harmonisation des moyens

Plus en détail

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Forum panafricain sur le leadership et le management de

Plus en détail

rapport annuel D activites 2011

rapport annuel D activites 2011 73 OBJECTIF OPÉRATIONNEL 3 ASSURER EFFICACEMENT LE SUIVI DES RELATIONS AVEC LES INSTITUTIONS INTERNATIONALES ET ORGANISMES DE COOPÉRATION A CARACTÈRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER & & & Le dispositif de suivi

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques Règlement de la Banque d n 09-04 du 23 juillet 2009 Source : www.droit-algerie.com [NB - Règlement de la Banque d n 09-04 du 23 juillet

Plus en détail

L espace SEPA comprend les Etats membres de l Union européenne ainsi que l Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse.

L espace SEPA comprend les Etats membres de l Union européenne ainsi que l Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse. SEPA, mode d'emploi tout savoir sur l'espace unique de paiement en euros Qu'est-ce que SEPA? Qu est-ce que SEPA change pour les entreprises? [Qu est-ce que SEPA?] SEPA (SingleEuroPaymentsArea - Espace

Plus en détail

METIER DE CHARGÉ D OPERATIONS

METIER DE CHARGÉ D OPERATIONS METIER DE CHARGÉ D OPERATIONS AVEC L ETRANGER OBJECTIFS Ce Métier devrait permettre aux apprenants d être capable de: 1. Satisfaire convenablement les attentes de la clientèle pour toutes les opérations

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO Janvier 2004 CONVENTION DU CAISSIER DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ENTRE La REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, représentée par le Ministre

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES. Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. TABLE DES MATIERES

LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES. Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. TABLE DES MATIERES LE TRAITEMENT DES DONNEES COMPTABLES Objectif(s) : Présenter une synthèse sur les différentes solutions comptables. Pré-requis : Principes comptables. Modalités : Schéma d'organisation comptable. TABLE

Plus en détail

Recueil des règles de vérification des rapports V de la «Collecte des données paiements» (CDDP)

Recueil des règles de vérification des rapports V de la «Collecte des données paiements» (CDDP) Recueil des règles de vérification des rapports V de la «Collecte des données paiements» (CDDP) Applicable à partir de mars 2012 (rapports mensuels relatifs à février 2012) Banque centrale du Luxembourg

Plus en détail

Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre

Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre 6 7 Gestion quotidienne performante Pilotage et analyse Automatisation des processus Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre Centre névralgique de l entreprise, le système comptable

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

Décide : Article 1 er

Décide : Article 1 er Décision du 1er septembre 2014 relative aux modifications des règles de fonctionnement d ESES France en sa qualité de système de règlement-livraison d instruments financiers d Euroclear France, dans le

Plus en détail

LES MOYENS MODERNES D ENCAISSEMENT DES RECETTES DES COLLECTIVITES LOCALES. 20 février 2012

LES MOYENS MODERNES D ENCAISSEMENT DES RECETTES DES COLLECTIVITES LOCALES. 20 février 2012 LES MOYENS MODERNES D ENCAISSEMENT DES RECETTES DES COLLECTIVITES LOCALES 20 février 2012 1- LE TIP (titre interbancaire de paiement) Définition et avantages du TIP Le TIP est un moyen de paiement automatisé...

Plus en détail

choix de la banque tirée choix de la date de rédaction du chèque absence de frais bancaires à ce jour

choix de la banque tirée choix de la date de rédaction du chèque absence de frais bancaires à ce jour III. Les conditions bancaires 1. La problématique du choix de la banque 2. Les principaux instruments de paiement domestiques 3. Les jours de valeur et les jours de banque 4. Les taux d intérêt 5. Les

Plus en détail

La dématérialisation fiscale

La dématérialisation fiscale La dématérialisation fiscale Mondial Assistance met en place la facture électronique, ou dématérialisation fiscale. Ce document a pour objectif de vous présenter les normes qui encadrent un nouveau mode

Plus en détail

Note sur le trafic des paiements sans numéraire 1. But et champ d'application

Note sur le trafic des paiements sans numéraire 1. But et champ d'application abcdefg 3 e département Zurich, le 1 er juin 2010 Note sur le trafic des paiements sans numéraire 1. But et champ d'application La Banque nationale suisse () doit notamment faciliter et assurer le bon

Plus en détail

Gestion des flux en Afrique : le champ des possibles

Gestion des flux en Afrique : le champ des possibles Les ateliers Petit auditorium Les Journées de l AFTE 2014 Gestion des flux en Afrique : le champ des possibles Valérie SAINSAULIEU Franz ZURENGER Lionel GARNIER DENIS Trésorier groupe Alten Zilé Yao KOUASSI

Plus en détail

Réussir l externalisation de sa consolidation

Réussir l externalisation de sa consolidation Réussir l externalisation de sa consolidation PAR ERWAN LIRIN Associé Bellot Mullenbach et Associés (BMA), activité Consolidation et Reporting ET ALAIN NAULEAU Directeur associé Bellot Mullenbach et Associés

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable.

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable. Chapitre 1 La mise en œuvre du système d information comptable. L analyse des opérations économiques Missions et rôle de la comptabilité Le système comptable Droit et comptabilité Une entreprise est une

Plus en détail

Première Session du Conseil Présidentiel pour l Investissement

Première Session du Conseil Présidentiel pour l Investissement PRESIDENCE DU FASO BURKINA FASO = = = = = = = Unité Progrès Justice Première Session du Conseil Présidentiel pour l Investissement Recommandations de la Première Session du CPI 5 6 Novembre 2009 0 SYNTHESE

Plus en détail

OBJECTIFS : SAVOIR. - Appréhender les principes de base concernant les autres moyens de paiement. TEMPS PREVU : 2 h 00

OBJECTIFS : SAVOIR. - Appréhender les principes de base concernant les autres moyens de paiement. TEMPS PREVU : 2 h 00 ACTIVITE: ASSURER LES TRAVAUX COMPTABLES COURANTS Module 1 : Maîtriser les techniques de base de la comptabilité Séquence 2: Comptabiliser les documents bancaires et effectuer le suivi de la trésorerie

Plus en détail

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation 1. Instruction n 1 du 8 mai 2004 relative à la promotion des moyens de paiements scripturaux et à la détermination des intérêts

Plus en détail

Professionnels, Associations, Entreprises...

Professionnels, Associations, Entreprises... Professionnels, Associations, Entreprises... Une banque à votre écoute pour répondre à vos besoins de communication... avec la BRED, avec l ensemble de vos partenaires bancaires. www.bred.fr Résolument

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE 1. OBJET La présente politique vise à garantir la conformité D EXANE SA, EXANE DERIVATIVES, EXANE OPTIONS, EXANE LIMITED et leurs succursales concernées

Plus en détail

Quels systèmes d information pour la gestion financière du secteur public local? Cas du Maroc. M. MERZOUKI Mohammed Trésorerie Générale du Royaume

Quels systèmes d information pour la gestion financière du secteur public local? Cas du Maroc. M. MERZOUKI Mohammed Trésorerie Générale du Royaume Quels systèmes d information pour la gestion financière du secteur public local? Cas du Maroc M. MERZOUKI Mohammed Trésorerie Générale du Royaume Abidjan, 29 Novembre 2013 MISSIONS DE LA TRESORERIE GENERALE

Plus en détail

Qui sommes-nous? Nos atouts

Qui sommes-nous? Nos atouts Présentation de la société Qui sommes-nous? BFI est spécialisée depuis 1994 dans l édition et l intégration de solutions destinées aux banques et institutions financières. Bien implantée sur le marché

Plus en détail

Contact. entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG)

Contact. entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG) Contact entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG) Tel: +41 415 520 504 Email: sales@onlogis.com Visibilité et controle sur vos opérations, n importe où et à tout moment... Onlogis

Plus en détail

La Garantie Financière CGCIPME RENCONTRE REGIONALE SUR LA MISE A NIVEAU DES ENTREPRISES

La Garantie Financière CGCIPME RENCONTRE REGIONALE SUR LA MISE A NIVEAU DES ENTREPRISES La Garantie Financière CGCIPME RENCONTRE REGIONALE SUR LA MISE A NIVEAU DES ENTREPRISES MOSTAGANEM JEUDI 30 JUIN 2011 Mesdames Messieurs ; C est avec un réel plaisir et beaucoup d intérêt que nous participons

Plus en détail

Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre

Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre 6 7 Gestion quotidienne performante Pilotage et analyse Automatisation des processus Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre Centre névralgique de l entreprise, le système comptable

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE Article 1 : La société (émetteur ou intermédiaire en bourse

Plus en détail

ANNEXE AU BON DE COMMANDE

ANNEXE AU BON DE COMMANDE ANNEXE AU BON DE COMMANDE N de contrat CB : Vente à distance pour SSL : CAHIER DES CHARGES A RESPECTER POUR L ENCAISSEMENT PAR CARTE BANCAIRE À DISTANCE VIA INTERNET Dans le cadre de l encaissement par

Plus en détail

Service de Banque à Distance- Mascareignes Direct. Conditions générales. Banque des Mascareignes

Service de Banque à Distance- Mascareignes Direct. Conditions générales. Banque des Mascareignes Service de Banque à Distance- Mascareignes Direct Conditions générales Banque des Mascareignes 1.1 Objet Les dispositions suivantes ont pour objet de définir les Conditions Générales d accès et d utilisation

Plus en détail

Bulletin Newsflash des CSD N 25-2014

Bulletin Newsflash des CSD N 25-2014 Bulletin Newsflash des CSD N 25-2014 Semaine du 01 au 05 Septembre 2014 Récapitulatif : Trois Moments définitifs identifiés par le groupe consultatif de Target 2 Securities Rapport mensuel de suivi de

Plus en détail

Accès aux courriers électroniques d un employé absent

Accès aux courriers électroniques d un employé absent Accès aux courriers électroniques d un employé absent Les maîtres-mots en la matière : mesures préventives, responsabilisation, proportionnalité et transparence 1. Il convient, à ce sujet, de se référer

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS RÈGLES DU STPGV APERÇU GÉNÉRAL

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS RÈGLES DU STPGV APERÇU GÉNÉRAL ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS RÈGLES DU STPGV STPGV, décembre 1998: révisée le 30 juillet 2001, le 19 novembre 2001, le 31 mars 2003, le 25 septembre 2003, le 6 octobre 2003, le 27 janvier 2004,

Plus en détail

INSTRUCTION N 2 /2011 DU 03/01/2011 RELATIVE AUX OPERATIONS SUR TITRES (OST)

INSTRUCTION N 2 /2011 DU 03/01/2011 RELATIVE AUX OPERATIONS SUR TITRES (OST) INSTRUCTION N 2 /2011 DU 03/01/2011 RELATIVE AUX OPERATIONS SUR TITRES (OST) SOMMAIRE TERMINOLOGIE Article Premier Les Opérations Sur Titres avec mouvement de fonds 4 Article 2 Les Opérations Sur Titres

Plus en détail

Le Programme de Dématérialisation de la Commande Publique gage de transparence et de bonne gouvernance

Le Programme de Dématérialisation de la Commande Publique gage de transparence et de bonne gouvernance Rabat, le 27 juin 2013 Le Programme de Dématérialisation de la Commande Publique gage de transparence et de bonne gouvernance M. Mohamed El Amine SEGHROUCHNI mohamed.seghrouchni@tgr.gov.ma Chef de la division

Plus en détail

LIMANIA. La solution pour les IMF Africaines. Gestion Intégrée d Institution de Micro finance

LIMANIA. La solution pour les IMF Africaines. Gestion Intégrée d Institution de Micro finance LIMANIA Gestion Intégrée d Institution de Micro finance La solution pour les IMF Africaines LIMANIA est un logiciel de gestion transactionnelle à destination des institutions de micro finance basé sur

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

TITRE : Directives quant aux règles d utilisation des équipements informatiques et des télécommunications

TITRE : Directives quant aux règles d utilisation des équipements informatiques et des télécommunications TITRE : Directives quant aux règles d utilisation des équipements informatiques et des télécommunications NO 1 Adoption par la direction générale : Date : Le 1 er octobre 2003 Dernière révision : 01/10/03

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 141 15 juillet 2011. S o m m a i r e BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 141 15 juillet 2011. S o m m a i r e BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1985 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 141 15 juillet 2011 S o m m a i r e Règlement de la Banque centrale

Plus en détail

Les recommandations de la Banque de France

Les recommandations de la Banque de France Les recommandations de la Banque de France pour la sécurité des paiements en ligne Marc ANDRIES Chef du Service de Surveillance des Moyens de Paiement Scripturaux marc.andries@banque-france.fr FEVAD Le

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

DOMAINES CLÉS COUVERTS PAR LE PROGRAMME

DOMAINES CLÉS COUVERTS PAR LE PROGRAMME DOMAINES CLÉS COUVERTS PAR LE PROGRAMME DOMAINES FINANCES 1- Gestion de la Trésorerie Optimiser la gestion de la Trésorerie à travers le renforcement du cadre règlementaire des placements et des investissements

Plus en détail

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi LOT N 11 REQUEST N Termes de Référence Spécifiques Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC 1 ANTECEDENTS : La Communauté

Plus en détail

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 La Banque de France Sommaire 1- Les activités de la Banque de France p. 3 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 3- Les activités de la Banque et son organisation territoriale p. 5 4-

Plus en détail

Directive sur les services de paiement

Directive sur les services de paiement Directive sur les services de paiement Les principales dispositions - Novembre 2009 La Directive sur les Services de Paiement (DSP) est entrée en vigueur le 1er novembre dernier conformément à l Ordonnance

Plus en détail

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux.

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Du 1 er au 12 Juin 2015 Récapitulatif: Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Mise en place d un référentiel de données en Turquie. Test de continuité

Plus en détail

LES SERVICES DU DEPOSITAIRE CENTRAL

LES SERVICES DU DEPOSITAIRE CENTRAL Département DEPOSITAIRE CENTRAL INSTRUCTION N 1 PROJET LES SERVICES DU DEPOSITAIRE CENTRAL Les prestations du Dépositaire Central sont définies par son Règlement Général. Elles s inscrivent dans le sens

Plus en détail

MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION. Principes du système

MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION. Principes du système MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Principes du système ebudget : Sommaire ebudget Définition & objectifs clés Apports et atouts Pour un cadre amélioré de la gestion budgétaire En chiffre Technologie

Plus en détail

Termes de références. Étude de faisabilité sur le Mobile Banking

Termes de références. Étude de faisabilité sur le Mobile Banking Termes de références Étude de faisabilité sur le Mobile Banking Date limite 22/04/2013 Pays : Tunisie Institution : Secteur : Microfinance Partenaire : Union Européenne Date d émission : 10/04/2013 Date

Plus en détail

Comparaison des différentes versions de FINANCIER

Comparaison des différentes versions de FINANCIER Comparaison des différentes versions de FINANCIER 8 juillet 2011 1/11 Comparaison des différentes versions de Financier... 1 3.00... 4 Editions dynamiques (écran)... 4 Envoi de documents par mail... 4

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

Gestion Réglements et Trésorerie Prévisionnelle La Performance des règlements...

Gestion Réglements et Trésorerie Prévisionnelle La Performance des règlements... La solution infosoft de gestion des réglements et trésorerie prévisionnelle dédiée aux petites et moyennes entreprises Une offre 100 % intégrée à sage 100 Gestion Réglements et Trésorerie Prévisionnelle

Plus en détail

LA MOBILISATION DES RESSOURCES INTERNES PAR LE TRESOR PUBLIC

LA MOBILISATION DES RESSOURCES INTERNES PAR LE TRESOR PUBLIC LA MOBILISATION DES RESSOURCES INTERNES PAR LE TRESOR PUBLIC De par ses attributions, le Trésor joue le rôle de caissier et de banquier dans la gestion des ressources publiques. Il est l agent financier

Plus en détail

CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS

CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS Document de Procédure PRD-003 DEMANDES ET INDEMNISATION POUR LES VIREMENTS EN DEVISES ET EN DOLLARS US AU CANADA Novembre 2009 CANADIAN

Plus en détail

La Bourse Régionale des produits de base. Document didactique de formation destiné aux vendeurs/dépositaires

La Bourse Régionale des produits de base. Document didactique de formation destiné aux vendeurs/dépositaires La Bourse Régionale des produits de base Document didactique de formation destiné aux vendeurs/dépositaires 11 1 Sommaire Introduction générale...3 1- Choix de l'entrepôt...5 2- Dépôt de la marchandise...5

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

Recueil des règles de vérification des rapports V de la «Collecte des données paiements» (CDDP)

Recueil des règles de vérification des rapports V de la «Collecte des données paiements» (CDDP) Recueil des règles de vérification des rapports V de la «Collecte des données paiements» (CDDP) Applicable à partir de février 2014 (rapports mensuels relatifs à janvier 2014) Banque centrale du Luxembourg

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

L E P A I E M E N T E N T R O I S F O I S : A I D E A L I M P L A N T A T I O N

L E P A I E M E N T E N T R O I S F O I S : A I D E A L I M P L A N T A T I O N L E P A I E M E N T E N T R O I S F O I S : A I D E A L I M P L A N T A T I O N Tableau des Versions de Document Version Auteur Date Nature de la modification 1.00 AMUE 03/03/2010 Création du document

Plus en détail

SEPA et les entreprises. Comité national SEPA Plan de communication SEPA

SEPA et les entreprises. Comité national SEPA Plan de communication SEPA SEPA et les entreprises Comité national SEPA Plan de communication SEPA SEPA : une étape de la construction européenne 01/01/1999 Introduction de l euro financier 01/01/2002 Introduction de l euro fiduciaire

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2002-173

LETTRE CIRCULAIRE N 2002-173 PARIS, le 29/07/2002 DIRECTION DES SYSTEMES D'INFORMATION DU RECOUVREMENT DISIR LETTRE CIRCULAIRE N 2002-173 OBJET : Procédure «e-mail sécurisé» pour la transmission des déclarations et paiements EDI.

Plus en détail

Récapitulatif: Du 30 Septembre 2015. Rapport 2014 de l ECSDA.

Récapitulatif: Du 30 Septembre 2015. Rapport 2014 de l ECSDA. Du 30 Septembre 2015 Récapitulatif: Rapport 2014 de l ECSDA. Evaluation, par rapport aux principes du CPMI-OICV, des CSD et systèmes de règlement de titres en France, Belgique et Pays Bas. Partenariat

Plus en détail

Code de conduite des prestataires de services d argent mobile

Code de conduite des prestataires de services d argent mobile Code de conduite des prestataires de services d argent mobile SOLIDITÉ DES SERVICES TRAITEMENT ÉQUITABLE DES CLIENTS SÉCURITÉ DES RÉSEAUX ET CANAUX MOBILES VERSION 1 - NOVEMBRE 2014 Introduction Le présent

Plus en détail

Fonds pour l adaptation

Fonds pour l adaptation Fonds pour l adaptation Conseil du Fonds pour l adaptation Deuxième réunion Bonn, 16-19 juin 2008 AFB/B.2/10 22 mai 2008 Point 6h) de l ordre du jour FONCTIONS ET ATTRIBUTIONS DE L ADMINISTRATEUR DU FONDS

Plus en détail

Contrat d abonnement Internet

Contrat d abonnement Internet Contrat d Abonnement Internet Entre la Banque de Saint-Pierre et Miquelon, S.A. au Capital de 16 288 935 EUR dont le siège social est à Saint Pierre & Miquelon, 24, rue du 11 novembre, 97500 Saint Pierre

Plus en détail

PROPOSITION DE PROGRESSION - BACCALAUREAT PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE EN 3 ANS

PROPOSITION DE PROGRESSION - BACCALAUREAT PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE EN 3 ANS PROPOSITION DE PROGRESSION - BACCALAUREAT PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE EN 3 ANS 1 ère ANNEE (33 dont 3 à 5 de PFE) T H E M E S POLE 1 COMPTABILITE ET GESTION DES ACTIVITES POLE 2 COMMUNICATION ET ORGANISATION

Plus en détail

entreprises Commerce international À l import comme à l export, sécurisez vos transactions commerciales On est là pour vous aider

entreprises Commerce international À l import comme à l export, sécurisez vos transactions commerciales On est là pour vous aider entreprises Commerce international Le CrÉdit Documentaire À l import comme à l export, sécurisez vos transactions commerciales On est là pour vous aider Moyens de paiement internationaux sécurisés La sécurisation

Plus en détail

S PA : les enjeux des nouveaux moyens de paiement européens. Délégation Alsace - Lorraine Conférence du mardi 23 novembre à Nancy

S PA : les enjeux des nouveaux moyens de paiement européens. Délégation Alsace - Lorraine Conférence du mardi 23 novembre à Nancy S PA : les enjeux des nouveaux moyens de paiement européens Délégation Alsace - Lorraine Conférence du mardi 23 novembre à Nancy Agenda Présentation générale du S PA Rappel des caractéristiques du SCT,

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

Directive de la Présidence

Directive de la Présidence Directive de la Présidence Date : 5 mars 2004 DIRECTIVE RELATIVE À LA CONSTITUTION DE FONDS D AFFECTATION SPÉCIALE DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Section première Dispositions générales 1.1. La présente

Plus en détail

suivre et gérer par Internet votre Ligne de Trésorerie Interactive Guide d utilisation LTI

suivre et gérer par Internet votre Ligne de Trésorerie Interactive Guide d utilisation LTI suivre et gérer par Internet votre Ligne de Trésorerie Interactive Guide d utilisation LTI Votre trésorerie est aussi notre quotidien La Ligne de Trésorerie Interactive (LTI ) de la Caisse d Epargne est

Plus en détail

Ce progiciel est un ensemble d applications qui permettent de gérer les opérations d agence. Il est composé de 6 applications.

Ce progiciel est un ensemble d applications qui permettent de gérer les opérations d agence. Il est composé de 6 applications. M.3 Ce progiciel est un ensemble d applications qui permettent de gérer les opérations d agence. Il est composé de 6 applications. APPLICATIONS M.3.1. CAISSE Opérations de caisse Gestion des opérations

Plus en détail

Éditeur de logiciels Intégrateur de solutions Opérateur de services. www.orone.com

Éditeur de logiciels Intégrateur de solutions Opérateur de services. www.orone.com Éditeur de logiciels Intégrateur de solutions Opérateur de services www.orone.com VOUS ÊTES Une banque, un organisme de crédit, un acteur de l assurance ou de la protection sociale, une enseigne de la

Plus en détail