L essentiel du postmarché

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L essentiel du postmarché"

Transcription

1 COLLECTION L essentiel du postmarché TRAITEMENTS, RISQUES OPÉRATIONNELS ET BONNES PRATIQUES Marc Salvat, 2013 ISBN :

2 Les paiements Si l on excepte les opérations générant un R&L en livraison en franco, la totalité des autres opérations de marché entraînent, à un moment ou à un autre, un règlement cash. À l exception des paiements liés aux opérations de change se dénouant dans CLS et des opérations de R&L en Delivery versus payment (DVP), ces paiements sont réalisés au travers des systèmes classiques de paiement en devises locales ou étrangères. Les paiements en devises LocaLes La notion de devise locale doit s apprécier par rapport à l entité concernée. Il s agit de la devise dans laquelle cet établissement possède un compte nostro en banque centrale. Dans le cas, par exemple, de HSBC Londres, il s agit du GBP mais pour HSBC New York, il s agit de l USD. Dès lors que l établissement, même de droit local, ne possède pas en propre un compte en banque centrale, on peut considérer que la devise sera traitée comme n importe quelle autre devise étrangère puisqu il devra s adresser à un établissement (son correspondant dans la devise) en possédant un. Dans quasiment tous les pays développés, il existe un système brut (ou RTGS) dans lequel passent toutes les opérations de gros montants et au moins un système net pour les opérations dites «de masse». Il peut aussi (mais c est maintenant assez rare) exister un système hybride. 183

3 L organisation et les processus Ces systèmes permettent de régler auprès de la banque centrale de la devise locale toutes les opérations entre les participants ou entre les sous-participants (un sous-participant passe par un participant pour régler ses opérations). En général, les règlements liés aux opérations de marché sont effectués au travers du RTGS de la devise locale. Cela permet ainsi aux banques de marché de n avoir à gérer qu une seule interface dans leur devise. Plus rarement, un système net peut être utilisé (mais, la plupart du temps, il s agit d un système qui n accueille pas des paiements de masse). Le cas de l EUR L EUR est un cas très particulier car les notions de domestique et de transfrontalier sont plus complexes que pour d autres devises. En effet, chaque pays a conservé sa propre banque centrale. Les systèmes de paiements de masse sont restés locaux (c est-à-dire qu il y a un système français, un système allemand qui ne traitent que des opérations entre contreparties locales) et il existe plusieurs systèmes permettant les paiements de masse (ABE STEP1 et STEP2 notamment) transfrontaliers. En revanche, il existe deux systèmes utilisés pour régler des opérations de gros montant en EUR sans se poser la question de l endroit où se trouve la contrepartie ou son correspondant. Ce sont ces deux systèmes qui sont utilisés pour les opérations de marché. Le choix de passer par l un ou l autre de ces canaux dépend des deux contreparties et de leurs trésoriers respectifs. Les deux systèmes sont : Target2 ; ABE/Euro1. Target2 (Transeuropean automated real time gross express transfer) Il s agit du RTGS en EUR. Il est administré par la BCE ; ses principales fonctionnalités sont : la gestion des liquidités en pool : un groupe bancaire européen qui posséderait des comptes auprès des différentes banques centrales locales via ses filiales ou agences locales peut gérer sa liquidité en global ; 184

4 Les paiements la gestion des priorités : une priorité est associée à chaque paiement permettant de lui donner une position en file d attente pas uniquement liée à son arrivée ; l optimisation de la liquidité : la gestion de la file d attente est faite de façon à débloquer le plus possible de paiements en file d attente dans le but d accroître la liquidité du participant ; les réserves de liquidités : le participant peut réserver des montants afin de faire face à certains types de paiements (notamment le déversement de systèmes exogènes comme les systèmes de R&L) ; la gestion de limites bilatérales et multilatérales : de façon optionnelle, un participant peut bloquer des paiements si leur exécution conduisait à dépasser un montant net donné sur un participant ou la totalité des participants pour lesquels il n y aurait pas de limite bilatérale. La participation directe ou non à Target2 est un choix de la part de l établissement. Les messages envoyés à Target2 sont sous format SWIFT. De ce fait, un message de paiement correspondant à un paiement interbancaire sera un MT202 et un message de paiement pour un établissement non bancaire sera un MT103. ABE/Euro1 Ce système est géré par l Association bancaire pour l EUR (ABE). Il s agit d un système net qui se déverse quotidiennement (vers 15 h 30) dans Target2. Afin de limiter les risques de blocage (toujours possibles dans un système net), ont été mis en place : des limites bilatérales : le solde net bilatéral est fixé par défaut à cinq millions d EUR ; des limites multilatérales : le solde net face à l ensemble des autres participants est fixé à un milliard d EUR ; un fonds de garantie de un milliard d EUR : en cas de défaut d un participant, son solde est comblé par le collatéral déposé par celui-ci puis par le fonds de garantie, et ensuite par les participants non défaillants. Très souvent, les banques utilisent une plate-forme unique permettant de générer leurs paiements à la fois vers Target2 et vers ABE/Euro1. En résumé, voici le schéma simplifié des règlements en EUR (il est vu dans le cas français où le système domestique de paiement de masse s appelle le STET (sous-système CORE) et le système de R&L est ESES géré par Euroclear) : 185

5 L organisation et les processus D O M E S T I Q U E Domestique petit montant FRANCE STET CORE Domestique gros montant Ordre R&L Titres BCE ESES Target2 BdF T R A N S F R O N T A L I E R Transfrontalier petit montant STEP1/STEP2 EURO1 Transfrontalier gros montant BCE CLS Rglt FX Le cas du GBP Il existe un RTGS nommé CHAPS (Clearing house automated payment system). Il est complété par plusieurs systèmes de paiement de masse : BACS pour les virements et les prélèvements ; C&CCC pour les chèques ; Faster payment pour les paiements Internet ou par téléphone. Les participants aux différents systèmes (CHAPS, BACS, C&CCC ) sont identifiés par un sort code. Le sort code codifie l établissement au plus fin (groupe, banque, filiale, succursale, agence ). Il se présente sous la forme suivante : SC + trois paires de deux caractères numériques séparés par «-». Exemple : (groupe Natwest). Le cas de l USD Il existe trois grands systèmes complétés éventuellement par des systèmes locaux : 186

6 Les paiements FEDWIRE (administré par la Fed), système interbancaire de règlement brut. Il utilise l ABA number ou Fedwire routing number identifiant les établissements bancaires adhérents : FW + neuf caractères numériques ; CHIPS (Clearing house interbank payment system), système réservé aux gros montants, fonctionnant sur le principe d une compensation nette. Il utilise le CHIPS ID identifiant les établissements bancaires adhérents : participants directs : «CHIPS participant number» : CP + quatre caractères numériques, participants indirects : «CHIPS universal identifier» : CH + six caractères numériques ; ACH (Automated clearing house), système de paiement de masse, complété par des systèmes locaux situés au niveau des États. Les paiements en devises étrangères Lorsqu un établissement doit régler dans une devise étrangère, il passe obligatoirement par le mécanisme du correspondent banking. Il va donc s adresser à un correspondant dans la devise possédant un compte à la banque centrale de la devise (ou bien lui-même passant par une autre entité en possédant un, mais ce cas d empilement des intermédiaires est assez rare). Le point central du correspondent banking est donc la messagerie utilisée pour transmettre ses instructions. Dans la quasi-totalité des cas, c est la messagerie SWIFT qui est utilisée. Il faut alors faire la distinction selon que : les deux parties au paiement sont des banques ; une au moins des parties n est pas une banque. Paiement interbancaire Le message utilisé est le MT202. Soit donc une banque A (code BIC BANKFRPP) dont le correspondant en USD est JP Morgan Chase qui souhaite régler le 28 septembre 2012 des USD à Citibank Londres, dont le correspondant en USD est naturellement Citibank New York. 187

7 L organisation et les processus Le schéma est alors le suivant : Émetteur message A Code BIC BANKFRPP Négociation Citibank Londres Code BIC CITIGB2L Bénéficiaire du virement MT 202 Destinataire message Correspondant US JP Morgan Chase Bank Code BIC CHASUS33 Citibank NY Code BIC CITIUS33 Correspondant US de Citibank Ldn Système de paiement américain Le 28 septembre 2012 (ou avant), la banque A adresse un MT202 à son correspondant qui va ensuite régler Citibank NY faveur Citibank Londres au travers du système de règlement local en USD retenu (probablement Fedwire). Le MT202 aura alors la forme suivante : Type de message Msg. Type/Purpose : 202 Sender : BANKFRPPXXX Date/Time : /12:45 Sess.N 5460 Receiver : CHASUS33XXX Date/Time : /06:45 En-tête :20: OPE Transaction Reference Number :21: OPE Related reference (réf. d origine) Corps :32A: USD , Value Date, Currency Code, Amount (date de valeur, devise, montant) :52A : BANKFRPPXXX Ordering Institution (donneur d ordre) :53B: / Sender s correspondant (compte à débiter chez JP) :57A: CITIUS33XXX Account With Institution (correspondant cash du bénéf.) 58A: 1/ Beneficiary Institution (N de compte chez le correspondant CITIGB2L cash et BIC code de la banque bénéficiaire) :72: /BNF/TRADE Sender to Receiver Information Trailer MAC:25BACC07 CHK: P5P SAC: COP:S Clés de sécurisation On peut noter que le MT202 permet de passer des références qui pourront être utilisées pour des rapprochements d opérations via le champ

8 Les paiements Une fois l opération réalisée, des messages de catégorie MT9xx sont adressés afin de confirmer les débits/crédits (MT900/MT910) et donner le relevé de compte en fin de journée (MT950). A France Doit régler des devises à B Royaume-Uni MT 202 MT 900 MT 950 MT 910 MT 950 Correspondant local de la banque A Correspondant local de la banque B Message d instruction MT 202 : transfert interbancaire Messages de reporting MT 900 : confirmation dedébit MT 910 : confirmation decrédit MT 950 : relevédecompte Système de paiement Paiement clientèle Le message utilisé est le MT103. Soit donc la société SOFTDATA qui est cliente de la banque First dont le correspondant en USD est JP Morgan Chase qui doit régler la société Carpenter aux Etats-Unis, dont le compte en USD est chez Citibank NY. 189

9 L organisation et les processus Le schéma est le suivant : Donneur d ordre Société Softdata Paiement de facture Carpenter Corp Bénéficiaire du virement Émetteur message FIRST Code BIC BANKFRPP MT 103 Destinataire message Correspondant US JP Morgan Chase Bank Code BIC CHASUS33 Citibank NY Code BIC CITIUS33 du bénéficiaire Système de paiement américain Le message MT103 adressé par la banque First à son correspondant a la forme suivante : Msg. Type/Purpose: 103 Type de message Sender : BANKFRPPXXX Date/Time : /12:48 Receiver : CHASUS33XXX Date/Time : /06:48 Sess.N 5461 :20: OPE Numéro de référence de la transaction En-tête :23B: CRED Code d opération bancaire Corps :32A: USD500000, Date valeur/devise/montant réglé en interbancaire :33B : USD500000, Devise, montant instruit :50K: /FR SOCIETE SOFTDATA 17 RUE TAITBOUT Donneur d ordre nom et adresse PARIS 9 FRANCE :57A: CITIUS33XXX Institution gestionnaire de compte du bénéficiaire :59: / Carpenter Corp Adresse complète :70: Invoice Client bénéficiaire nom et adresse Information pour le bénéficiaire : 71A : SHA Détail des frais Plusieurs points doivent être notés : le champ 71 donne l affectation des frais liés à ce transfert (ici «SHAred», donc partagés) ; 190

10 Les paiements le champ 50 donne le compte du donneur d ordre, ici représenté sous forme d IBAN ; le champ 59 donne le compte à créditer chez Citibank, donc celui du receveur ; des informations peuvent être passées dans le champ 70. Le cas présenté est une des deux possibilités d envoi d un message MT103. En effet, il existe deux méthodes : méthode en série : MT103 envoyé seul (MT103 sec) : le MT103 est envoyé par la banque émettrice à son correspondant cash. Une série de champs successifs reprend l ensemble des données nécessaires au paiement (code BIC de la banque du client, numéro de compte du client ), cette méthode est utilisée lorsque le bénéficiaire final est directement client d une banque participante au système de paiement local. Ce qui est le cas dans l exemple ci-dessus ; méthode de couverture : MT103 + MT202 de couverture : le MT103 est adressé à l établissement bancaire du bénéficiaire final afin que ce dernier crédite le client concerné, il indique à cet établissement le circuit utilisé pour lui rembourser les fonds crédités au client, le MT202 de couverture est adressé par la banque émettrice à son correspondant cash et lui demande de créditer l établissement bancaire du bénéficiaire final. L IBAN Il s agit de l International bank account number, norme internationale utilisée pour standardiser la présentation des numéros de comptes. Ils sont composés de la façon suivante : Structure de l IBAN 2 lettres 2 chiffres* 30 positions max Code pays Clé de contrôle *De 00 à 96 Basic Bank Account number 191

11 L organisation et les processus Soit par exemple : BIC : BNPAFRPPBOR IBAN : FR Code pays Clé de contrôle Code Code Guichet Numéro de compte Clé RIB RIB normalisé français cls Le fonctionnement de CLS a été décrit de façon générale dans la partie dictionnaire. Lorsque deux banques ont réalisé une opération de change, elles ont le choix entre le correspondent banking, qui conduit au schéma suivant : correspondante de A à Londres GBP Via système de paiement interbancaire correspondante de B à Londres A La A vend à la B 1 Million de GBP contre USD B correspondante de A à New York USD Via système de paiement interbancaire correspondante de B à New York 192

12 Les paiements ou CLS via le schéma : correspondante de A à Londres correspondante de B à Londres A Bank B correspondante de A à New York Netting et contrôle des entrées/sorties correspondante de B à New York Ce choix est lié au fait de savoir si chacune des parties est, directement ou non, membre de CLS et si les cut offs de CLS sont respectés. Le détail du processus heure par heure dans CLS est le suivant : Déroulement d une journée de règlement CLS 6:30 7:00-9:00 9:00-10:00 9:00-12:00 heure limite d envoi des opérations pour matching calcul et envoi par CLS d un échéancier définitif des positions débitrices à couvrir («pay-in schedule») à chaque settlement member Cycle d imputation Règlement des Pay-ins Imputation de chaque paire de transactions sur une base brute Pay-outs Rapatriement des soldes créditeurs chez les correspondants des settlement members Fin des mouvements Devises de la zone Asie-Pacifique Fin des mouvements Devises des zones européenne et nord-américaine 193

13 L organisation et les processus L intérêt d un système comme CLS apparaît clairement sur le schéma ci-dessous : Comparision Deals vs Flows between different mod of settlement 2,000 1,800 1,600 1,400 1,200 1, CLS Bilateral Netting Gross settlement Deals Flows L impact du netting multilatéral sur le nombre de règlements apparaît clairement. Le netting bilatéral Entre la plupart des grandes contreparties bancaires, le règlement s effectue rarement sur une base brute. En général, il existe un netting agreement (à ne pas confondre avec le master agreement qui permet le netting des engagements), qui définit les opérations dont les règlements peuvent être effectués en net sur une base quotidienne. Pour ce faire, les back offices doivent : récupérer toutes les opérations respectant les critères du netting agreement ; calculer le net à régler ; rapprocher (par téléphone) le montant obtenu avec celui calculé par la contrepartie ; effectuer le règlement via le système retenu avec la contrepartie selon la devise. 194

14 Les paiements Le netting agreement contient aussi une notion de cut off : toutes les opérations effectuées avant le cut off sont éligibles au net quotidien, celles effectuées ultérieurement mais en date valeur le même jour seront réglées en brut. La gestion des netting a des impacts comptables non négligeables. En effet, ils génèrent une problématique spécifique de rapprochement interne puisque les comptes de bilan (ou dits «de portefeuille») seront débités/crédités en brut quand les miroirs nostri le seront en net. Il est donc très important de bien garder la trace du netting effectué faute de quoi il sera difficile d effectuer correctement l analyse des rapprochements des miroirs nostri. résumé : Les différentes phases d un règlement Phases Paiement : gestion de référentiel Sous-phases Gestion des données statiques des tiers (clients, contreparties, bénéficiaires, intermédiaires de règlement) Procédure KYC Enregistrement et mise à jour des instructions de règlement standard (contreparties, intermédiaires de règlement) Enregistrement et gestion des comptes nostri (comptes miroirs inclus, procédure de broadcast) Divers (cut off time trésorerie et paiement) Justification des paiements à effectuer (confirmation, facture ) Paiement : préparation et validation Identification du bénéficiaire et des instructions de paiement à utiliser (contrôle renforcé sur les paiements à tiers, c est-à-dire différents de la contrepartie du contrat) Sélection du mode (brut, net) et du système de règlement (RTGS) Création de l annonce de trésorerie dans les cut off times de la devise Création de l ordre de paiement et validation (principe des quatre yeux, contrôle renforcé à la validation pour les montants importants) 195

15 L organisation et les processus Phases Paiement : envoi des instructions/ exécution Paiement : comptabilité et reconciliation Gestion des réclamations Sous-phases Contrôle par filtrage aux fins de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme Pilotage des flux de règlement et contrôle d écoulement (vérification des statuts d émission et des files d attente) Imputation comptable sur les comptes miroirs Réconciliation entre les comptes miroirs et les comptes réels après intégration des relevés de comptes Investigation et reporting pour les réclamations entrantes (indemnisation des paiements en retard) Investigation et reporting pour les fonds non reçus (réclamation externe et gestion du risque de contrepartie) Le cas particulier du paiement à tiers Il peut arriver que le règlement d une opération ne soit pas effectué à la contrepartie de celle-ci mais à un tiers désigné par celle-ci. Cela peut arriver notamment avec des corporates souhaitant que des règlements de change ou des retours de P/E cash soient effectués au profit de leurs créanciers. Cela présente de nombreux risques pour la banque (notamment de blanchiment) lorsque le tiers lui est inconnu. Il est alors nécessaire de suivre des règles précises fixées par les services de déontologie et de compliance. En aucune manière ce type de règlement ne doit être fait sans contrôle. Par ailleurs, ils doivent rester limités à des règlements d opérations de change ou de trésorerie. Un paiement à tiers sur des opérations de dérivés OTC, par exemple, est plutôt le signe que les opérations ont fait l objet d une novation qui n aurait pas été enregistrée par l établissement. La gestion de La trésorerie Ce paragraphe ne vise pas l optimisation de la liquidité de la banque mais les processus de gestion au quotidien. 196

16 Les paiements En effet, un trésorier est confronté aux contraintes des systèmes de règlement de sa devise locale et aux contraintes imposées par les correspondants sur les devises étrangères. La devise locale La banque est en direct sur le système de sa banque centrale. Or, à aucun moment son compte en banque centrale ne peut être débiteur. Le trésorier (ou son MO/ BO) doit donc jouer sur : la file d attente ; sa capacité à mobiliser du collatéral lui permettant d obtenir en intraday une ligne de crédit de la part de la banque centrale ; la possibilité d emprunter ou de prêter son solde (à un horizon d un jour ou plus). Il lui est donc impératif : de connaître les principaux montants à venir, via les annonces qui lui sont faites par les autres services de la banque ; de gérer en temps réel son solde en banque centrale. De ce fait, on dit que le trésorier gère en réel sa devise locale. Les devises étrangères Les correspondants (sauf exception ou montants particulièrement importants), n exigent généralement pas que le solde en temps réel soit créditeur. En revanche, ils pénalisent fortement les soldes débiteurs de fin de journée (par des intérêts débiteurs très supérieurs au taux d emprunt de la devise). Le trésorier n a donc plus besoin de suivre les paiements en intraday, il se contente simplement d ajuster son solde fin de journée, sur la base des montants qui lui ont été annoncés. De ce fait, on dit que le trésorier gère en prévisionnel les devises étrangères. Lorsque les annonces sont mal faites ou absentes, cela génère un mécompte de trésorerie puisque le trésorier s ajustera de manière erronée et se retrouvera excessivement débiteur ou créditeur. 197

L essentiel du postmarché

L essentiel du postmarché COLLECTION L essentiel du postmarché TRAITEMENTS, RISQUES OPÉRATIONNELS ET BONNES PRATIQUES Marc Salvat, 2013 ISBN : 978-2-212-55682-7 Sommaire Introduction...13 Partie 1. Dictionnaire du postmarché...17

Plus en détail

Termes et conditions Banques correspondantes. Avril 2010 INSTITUTIONS FINANCIÈRES INTERNATIONALES

Termes et conditions Banques correspondantes. Avril 2010 INSTITUTIONS FINANCIÈRES INTERNATIONALES Visuel Shutterstock 2009 Termes et conditions Banques correspondantes Avril 2010 INSTITUTIONS FINANCIÈRES INTERNATIONALES BANQUE DE FINANCEMENT & D INVESTISSEMENT / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPECIALISÉS

Plus en détail

Entreprises Compte courant Aperçu des tarifs et des conditions pour les entreprises 1er janvier 2013

Entreprises Compte courant Aperçu des tarifs et des conditions pour les entreprises 1er janvier 2013 Entreprises Compte courant Aperçu des tarifs et des conditions pour les entreprises er janvier 0 Paquet Business Easy Simple et adapté aux besoins de votre petite entreprise, notre paquet bancaire complet

Plus en détail

tarif standard des principales opérations et principaux services bancaires des personnes morales

tarif standard des principales opérations et principaux services bancaires des personnes morales tarif standard des principales opérations et principaux services bancaires des personnes morales TARIF EN VIGUEUR AU 1ER JANVIER 2012 Corporate & Public Bank Des experts au service de vos ambitions 1.

Plus en détail

Investisseurs institutionnels. Trafic des paiements Aperçu des tarifs et des conditions pour les investisseurs institutionnels 1 er juillet 2015

Investisseurs institutionnels. Trafic des paiements Aperçu des tarifs et des conditions pour les investisseurs institutionnels 1 er juillet 2015 Investisseurs institutionnels Trafic des paiements Aperçu des tarifs et des conditions pour les investisseurs institutionnels 1 er juillet 2015 Trafic des paiements Le choix du type de compte et du mode

Plus en détail

GUIDE DES TRANSFERTS DE TRESORERIE A L ETRANGER DOCUMENT AFTE. Commission Organisation de la gestion de trésorerie dans les groupes

GUIDE DES TRANSFERTS DE TRESORERIE A L ETRANGER DOCUMENT AFTE. Commission Organisation de la gestion de trésorerie dans les groupes GUIDE DES TRANSFERTS DE TRESORERIE A L ETRANGER DOCUMENT AFTE Commission Organisation de la gestion de trésorerie dans les groupes GUIDE DES TRANSFERTS DE TRESORERIE A L ETRANGER SEPTEMBRE 1994 Cette brochure

Plus en détail

La REUNION La MARTINIQUE La GUADELOUPE La GUYANE La MIGRATION SEPA

La REUNION La MARTINIQUE La GUADELOUPE La GUYANE La MIGRATION SEPA La REUNION La MARTINIQUE La GUADELOUPE La GUYANE La MIGRATION SEPA Ordre du Jour Introduction IEDOM et FBF Présentation SEPA et les Entreprises Partage d expériences Questions- Réponses TITRE TITRE TITRE

Plus en détail

Réussir votre migration à SEPA. Mode d emploi à destination des entreprises

Réussir votre migration à SEPA. Mode d emploi à destination des entreprises Réussir votre migration à SEPA Mode d emploi à destination des entreprises Migrer à SEPA : c est indispensable! Après le passage des marchés financiers (1999) et de la monnaie (2002) à l euro, l Europe

Plus en détail

Conditions Tarifaires Entreprises. Commerzbank Paris

Conditions Tarifaires Entreprises. Commerzbank Paris Conditions Tarifaires Entreprises Commerzbank Paris Tarifs en vigueur au 01/02/2015 Sommaire 03 04 05 06 07 08 09 10 10 11 Gestion du compte courant Paiements domestiques Paiements internationaux La Banque

Plus en détail

Migrer à SEPA : c'est indispensable

Migrer à SEPA : c'est indispensable Depuis le 1 er février 2014, le virement SEPA et le prélèvement SEPA remplacent définitivement le virement et le prélèvement national tant pour les paiements nationaux que transfrontaliers. Mode d'emploi

Plus en détail

Conditions Générales. Entreprises. (en vigueur au 1 er mai 2015)

Conditions Générales. Entreprises. (en vigueur au 1 er mai 2015) Conditions Générales Entreprises (en vigueur au 1 er mai 2015) Sommaire Paragraphe Page 1. Définitions...2 2. Conditions...2 3. Gestion du compte courant...4 4. Paiements domestiques & SEPA...6 5. Paiements

Plus en détail

T A L E N T E D T O G E T H E R. Métiers de la Banque. Métiers de la Banque Part 4 / 2007 1

T A L E N T E D T O G E T H E R. Métiers de la Banque. Métiers de la Banque Part 4 / 2007 1 T A L E N T E D T O G E T H E R Métiers de la Banque Métiers de la Banque Part 4 / 2007 1 Sommaire 1 er Partie : Panorama du monde bancaire Organisation de la profession Les grandes activités bancaires

Plus en détail

C F O N B. Comité Français d Organisation et de Normalisation Bancaires. LE VIREMENT SEPA «SEPA Credit Transfer»

C F O N B. Comité Français d Organisation et de Normalisation Bancaires. LE VIREMENT SEPA «SEPA Credit Transfer» C F O N B Comité Français d Organisation et de Normalisation Bancaires LE VIREMENT SEPA «SEPA Credit Transfer» Le texte intégral des Communications Adhérents émises depuis 1963 est disponible pour les

Plus en détail

L essentiel du postmarché

L essentiel du postmarché COLLECTION L essentiel du postmarché TRAITEMENTS, RISQUES OPÉRATIONNELS ET BONNES PRATIQUES Marc Salvat, 2013 ISBN : 978-2-212-55682-7 Affirmation Définitions préalables indispensables : confirmation,

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Comment bien réussir votre migration SEPA? (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso Opérationnel) Au 1 er février 2014, tous les virements et prélèvements seront

Plus en détail

SEPA info. Single Euro Payments Area * Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA

SEPA info. Single Euro Payments Area * Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA SEPA info Nous avons anticipé les impacts de ces évolutions de Place sur nos relations «banque à client». Nous vous tiendrons donc périodiquement

Plus en détail

Chapitre 5 : Les paiements et le change.

Chapitre 5 : Les paiements et le change. I) Les instruments de paiement. A. Les instruments de paiement classique. 1. La notion de paiement scriptural. Chapitre 5 : Les paiements et le change. Les billets de banque (monnaie fiduciaire) ne sont

Plus en détail

499.30 fr (pf.ch/dok.pf) 05.2015 PF

499.30 fr (pf.ch/dok.pf) 05.2015 PF 499.30 fr (pf.ch/dok.pf) 05.2015 PF Gestion des liquidités avec le compte commercial (en CHF) pour les banques Transferts de capitaux en faveur et en provenance de SIC Transferts en CHF entre propres comptes

Plus en détail

Entreprises. Compte courant Aperçu des tarifs et des conditions pour les entreprises

Entreprises. Compte courant Aperçu des tarifs et des conditions pour les entreprises Entreprises Compte courant Aperçu des tarifs et des conditions pour les entreprises er août 205 Paquet Business Easy Simple et adapté aux besoins de votre petite entreprise, notre paquet bancaire complet

Plus en détail

La gestion de la liquidité dans TARGET2

La gestion de la liquidité dans TARGET2 La gestion de la liquidité dans TARGET2 INTRODUCTION Dans un RTGS (Real-Time Gross Settlement system), les transactions sont réglées en monnaie centrale, de façon continue, sur une base brute. Ce type

Plus en détail

2015 LA GESTION ESPÈCES DANS TARGET2-SECURITIES AVEC LA BANQUE DE FRANCE BLUEPRINT VERSION 3 SEPTEMBRE 2015

2015 LA GESTION ESPÈCES DANS TARGET2-SECURITIES AVEC LA BANQUE DE FRANCE BLUEPRINT VERSION 3 SEPTEMBRE 2015 2015 LA GESTION ESPÈCES DANS TARGET2-SECURITIES AVEC LA BANQUE DE FRANCE BLUEPRINT VERSION 3 SEPTEMBRE 2015 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 5 2. COMPTES ESPÈCES... 6 2.1. CONDITIONS D OUVERTURE... 6 2.2. NUMÉROTATION

Plus en détail

L Europe devient un espace unique de paiement en euro «SEPA»

L Europe devient un espace unique de paiement en euro «SEPA» L Europe devient un espace unique de paiement en euro «SEPA» dès le 1 er février 2014 SEPA 2014 L Europe devient un espace unique de paiement en euro «SEPA» dès le 1 er février 2014 Après le passage à

Plus en détail

Le SEPA (Single Euro Payments Area) est un espace unique de paiement en euro. Newsletter n 01 / Septembre 2007. Définition. Problématique SEPA

Le SEPA (Single Euro Payments Area) est un espace unique de paiement en euro. Newsletter n 01 / Septembre 2007. Définition. Problématique SEPA É D I T O R I A L N ous avons le plaisir de vous présenter le premier numéro de la lettre d information du département Finance de la société Marianne Experts. Animé par une équipe de trésoriers et d'auditeurs

Plus en détail

Pandémie Grippe A : information aux Trésoriers

Pandémie Grippe A : information aux Trésoriers Pandémie Grippe A : information aux Trésoriers Le souci de la continuité de l activité dans l hypothèse de la survenance d une pandémie sévère de la grippe H1N1 suscite des préparatifs divers dans les

Plus en détail

STRATÉGIE POUR LA MODERNISATION DE L INFRASTRUCTURE DU SYSTÈME DE PAIEMENT EN RÉPUBLIQUE DE GUINÉE

STRATÉGIE POUR LA MODERNISATION DE L INFRASTRUCTURE DU SYSTÈME DE PAIEMENT EN RÉPUBLIQUE DE GUINÉE STRATÉGIE POUR LA MODERNISATION DE L INFRASTRUCTURE DU SYSTÈME DE PAIEMENT EN RÉPUBLIQUE DE GUINÉE La qualité du système de paiement d un pays (ou d une union monétaire et économique) est un bon indicateur

Plus en détail

480.79 fr 07.2015 PF. Manuel des utilisateurs PostFinance SA pour l harmonisation du trafic des paiements (ISO 20022)

480.79 fr 07.2015 PF. Manuel des utilisateurs PostFinance SA pour l harmonisation du trafic des paiements (ISO 20022) 480.79 fr 07.2015 PF Manuel des utilisateurs PostFinance SA pour l harmonisation du trafic des paiements (ISO 20022) Suivi des clients Service à la clientèle Documents de compte Conseil et vente Téléphone

Plus en détail

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX?

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? Par Céline Bauné, Consultante Depuis la faillite de Lehman Brothers en septembre 28, les acteurs financiers font de plus en plus appel au collatéral : d une part, ses utilisations

Plus en détail

L Univers SWIFTNet. Transformons l essai. Multiplexons les relations

L Univers SWIFTNet. Transformons l essai. Multiplexons les relations L Univers SWIFTNet Transformons l essai Multiplexons les relations High performance. Delivered. High performance. Delivered.* Globalisation de la communication bancaire Vincent.Lebeault Partner Accenture

Plus en détail

Etude de cas «GASESTYL»

Etude de cas «GASESTYL» Etude de cas «GASESTYL» objectif SWIFTnet FIN Toute ressemblance avec la réalité n est pas pure coïncidence le Présentation de Gaz de France SA Activité! 13,8 millions de clients, numéro un européen de

Plus en détail

2.2 - Instruments de paiement et de crédit. 2.2.1 Différentes dates en trésorerie 2.2.2 Principaux instruments de paiement en France

2.2 - Instruments de paiement et de crédit. 2.2.1 Différentes dates en trésorerie 2.2.2 Principaux instruments de paiement en France 2.2 - Instruments de paiement et de crédit 2.2.1 Différentes dates en trésorerie 2.2.2 Principaux instruments de paiement en France 1 2.2.1 - Différentes dates en trésorerie a. Date d opération b. Date

Plus en détail

CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS

CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS Document de Procédure PRD-002 PROCÉDURES POUR LES VIREMENTS EN DEVISES ET EN DOLLARS US AU CANADA Stratégie d affaires et opérations Novembre

Plus en détail

SEPA et les entreprises. Comité national SEPA Plan de communication SEPA

SEPA et les entreprises. Comité national SEPA Plan de communication SEPA SEPA et les entreprises Comité national SEPA Plan de communication SEPA SEPA : une étape de la construction européenne 01/01/1999 Introduction de l euro financier 01/01/2002 Introduction de l euro fiduciaire

Plus en détail

Les Messages Titres (MT5XX)

Les Messages Titres (MT5XX) Les Messages Titres (MT5XX) pour les Entreprises le 20 mars 2007 Gaz de France et les opérations de marché Le Front-Office et le Back-Office ont été les premiers utilisateurs de la messagerie SWIFTNet

Plus en détail

Réussir la migration SEPA dans votre entreprise

Réussir la migration SEPA dans votre entreprise Réussir la migration SEPA dans votre entreprise Le SEPA de quoi s agit-il Qu est-ce que SEPA? SEPA Single Euro Payments Area / Espace unique de paiement en euros Une suite logique de l intégration financière

Plus en détail

Le sens du code-pays dans la sous-division 06 (positions 113-114) a été explicité. 1. Informations générales...2

Le sens du code-pays dans la sous-division 06 (positions 113-114) a été explicité. 1. Informations générales...2 p. 1 Paiements étrangers Le standard bancaire Paiements étrangers décrit l'échange électronique des ordres de paiement en euros ou en devises transmis par le client à sa banque. Pour les paiements en euros

Plus en détail

ORGANISATION ET SURVEILLANCE DES SYSTÈMES DE PAIEMENT

ORGANISATION ET SURVEILLANCE DES SYSTÈMES DE PAIEMENT n 4 Note d information systèmes et moyens de paiement au maroc rôle et responsabilités de bank al-maghrib L une des principales missions confiées à Bank Al-Maghrib est de veiller au bon fonctionnement

Plus en détail

SEPA Single Euro Payments Area JUIN 2013

SEPA Single Euro Payments Area JUIN 2013 SEPA Single Euro Payments Area JUIN 2013 Préambule S.E.P.A. : Single Euro Payments Area Il s agit d un ensemble d outils opérationnels permettant à tous les utilisateurs de disposer de moyens de paiement

Plus en détail

Présentation du SEPA. Qu est-ce que le SEPA (Single Euro Payments Area Espace Unique de Paiement en Euros)

Présentation du SEPA. Qu est-ce que le SEPA (Single Euro Payments Area Espace Unique de Paiement en Euros) L essentiel du SEPA Présentation du SEPA Qu est-ce que le SEPA (Single Euro Payments Area Espace Unique de Paiement en Euros) Après la mise en place de l euro, l harmonisation européenne se poursuit avec

Plus en détail

S PA : les enjeux des nouveaux moyens de paiement européens. Délégation Alsace - Lorraine Conférence du mardi 23 novembre à Nancy

S PA : les enjeux des nouveaux moyens de paiement européens. Délégation Alsace - Lorraine Conférence du mardi 23 novembre à Nancy S PA : les enjeux des nouveaux moyens de paiement européens Délégation Alsace - Lorraine Conférence du mardi 23 novembre à Nancy Agenda Présentation générale du S PA Rappel des caractéristiques du SCT,

Plus en détail

L e s m é t i e r s d e s o p é r a t i o n s

L e s m é t i e r s d e s o p é r a t i o n s M é t i e r s d e s o p é r a t i o n s R é f é r e n t i e l d e c o m p é t e n c e s J u i n 2 0 1 0 F o n d a t i o n G e n è v e P l a c e F i n a n c i è r e L e s m é t i e r s d e s o p é r a t

Plus en détail

Solutions de Trésorerie Next Generation

Solutions de Trésorerie Next Generation Solutions de Trésorerie Next Generation Maximilien de Dieuleveult Sales Manager Management Corporates France Cyril Blas Director Head of Trade Finance France Le cycle de vie de la Trésorerie Compensation

Plus en détail

Single Euro Payments Area*

Single Euro Payments Area* SEPA info Single Euro Payments Area* * Espace Unique de Paiements en Euro Qu est-ce que SEPA? Les objectifs du SEPA Les 3 nouveaux instruments du SEPA Le SEPA en 3 phases > planning prévisionnel de migration

Plus en détail

RENCONTRES. Autour de S PA. Le 3 juin 2013 à destination des Experts-comptables Le 26 juin 2013 à destination des Entreprises

RENCONTRES. Autour de S PA. Le 3 juin 2013 à destination des Experts-comptables Le 26 juin 2013 à destination des Entreprises RENCONTRES Autour de S PA Le 3 juin 2013 à destination des Experts-comptables Le 26 juin 2013 à destination des Entreprises Une action partenariale en VENDEE menée par : La Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS

CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS Document de Procédure PRD-003 DEMANDES ET INDEMNISATION POUR LES VIREMENTS EN DEVISES ET EN DOLLARS US AU CANADA Novembre 2009 CANADIAN

Plus en détail

Le prélèvement SEPA Quels impacts pour votre entreprise?

Le prélèvement SEPA Quels impacts pour votre entreprise? Vous êtes chef d entreprise, profession libérale, professionnel, expert comptable, Directeur Administratif et Financier. L harmonisation de Moyens de Paiement vous concerne Le prélèvement SEPA Quels impacts

Plus en détail

choix de la banque tirée choix de la date de rédaction du chèque absence de frais bancaires à ce jour

choix de la banque tirée choix de la date de rédaction du chèque absence de frais bancaires à ce jour III. Les conditions bancaires 1. La problématique du choix de la banque 2. Les principaux instruments de paiement domestiques 3. Les jours de valeur et les jours de banque 4. Les taux d intérêt 5. Les

Plus en détail

Les tarifs. bnpparibas-personalinvestors.lu. A new way to invest. Expatriés Applicable à partir du 01.07.2011 (Les tarifs affichés sont TTC)

Les tarifs. bnpparibas-personalinvestors.lu. A new way to invest. Expatriés Applicable à partir du 01.07.2011 (Les tarifs affichés sont TTC) Les tarifs Expatriés Applicable à partir du 01.07.2011 (Les tarifs affichés sont TTC) A new way to invest bnpparibas-personalinvestors.lu Ce document est destiné à informer sur les tarifs des opérations

Plus en détail

Les paiements et le trafic des paiements Dossier destiné aux écoles de l enseignement secondaire

Les paiements et le trafic des paiements Dossier destiné aux écoles de l enseignement secondaire Les paiements et le trafic des paiements Dossier destiné aux écoles de l enseignement secondaire Auteur: Vera Friedli, Berne Le réseau des médias pédagogiques interactifs Sommaire Eléments de base: Les

Plus en détail

CERTIFICATION DES ACTEURS DE MARCHE. Programme détaillé des modules de formation

CERTIFICATION DES ACTEURS DE MARCHE. Programme détaillé des modules de formation CERTIFICATION DES ACTEURS DE MARCHE Programme détaillé des modules de formation Module 1. Cadre institutionnel et réglementaire français et européen I L architecture internationale de la régulation & la

Plus en détail

Décide : Article 1 er

Décide : Article 1 er Décision du 1er septembre 2014 relative aux modifications des règles de fonctionnement d ESES France en sa qualité de système de règlement-livraison d instruments financiers d Euroclear France, dans le

Plus en détail

CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE

CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE 9.1 LE SYSTÈME BANCAIRE AMÉRICAIN Contrairement aux banques de plusieurs pays, les banques américaines ne sont ni détenues ni gérées par le gouvernement. Elles offrent des

Plus en détail

Gestion de collatéral tripartite : Intégration règlement livraison et gestion des pools de collatéral

Gestion de collatéral tripartite : Intégration règlement livraison et gestion des pools de collatéral Gestion de tripartite : Intégration règlement livraison et gestion des pools de Jacques LWRENCE Head of Sales & Relationship Management aris, le 22 janvier 2014 genda Contexte et approche Services de gestion

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Règlement de la Banque d n 92-08 du 17 novembre 1992 Le Gouverneur de la Banque d, Vu la Loi n 88-01

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail

UNIVERSWIFTNET. SWIFTNet, du Cash au Trade. 12 Février 2013

UNIVERSWIFTNET. SWIFTNet, du Cash au Trade. 12 Février 2013 UNIVERSWIFTNET SWIFTNet, du Cash au Trade 12 Février 2013 2 Programme Qu est-ce que SWIFTNet «Trade for Corporates»? Pourquoi avoir choisi SWIFTNet Trade? Comment fonctionne cette solution? Quels en sont

Plus en détail

TARIFS ET CONDITIONS - ENTREPRISES

TARIFS ET CONDITIONS - ENTREPRISES TARIFS ET CONDITIONS - ENTREPRISES Novembre 2014 SERVICES DISPONIBLES SUR LA PLATEFORME FX4BIZ Exécution de virements vers comptes de tiers.... Réception de virements en provenance de comptes de tiers........

Plus en détail

Codifications dans le fichier des fournisseurs pour le traitement SWIFT + IBAN

Codifications dans le fichier des fournisseurs pour le traitement SWIFT + IBAN Codifications dans le fichier des fournisseurs pour le traitement SWIFT + IBAN Morges, le 28.12.2006/PLI 1 Généralités L activation des possibilités de paiement au moyen de no IBAN nécessite quelques adaptations

Plus en détail

TARIFS. au 1 er janvier 2015. CONDITIONS APPLIQUéES

TARIFS. au 1 er janvier 2015. CONDITIONS APPLIQUéES Entreprises TARIFS au 1 er janvier 2015 CONDITIONS APPLIQUéES aux opérations bancaires Conditions appliquées à la clientèle Entreprises Tarifs en vigueur au 01/01/2015 Voici les principales conditions

Plus en détail

Guide SEPA. Fin des Virements et Prélèvements Domestiques au 01.02.2014

Guide SEPA. Fin des Virements et Prélèvements Domestiques au 01.02.2014 Fin des Virements et Prélèvements Domestiques au 01.02.2014 «Votre guide pour préparer la migration de vos flux vers l Europe des Moyens de Paiement» Le Crédit Agricole accompagne les Entreprises et les

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

Manuel utilisation B-Web PAIEMENTS

Manuel utilisation B-Web PAIEMENTS PAIEMENTS Sommaire Encodage d un paiement... 2 Paiement domestique... 2 Paiement international... 4 Nivellement... 10 Signature d un paiement... 12 Statuts des paiements... 12 Procédure de signature d

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux DOSSIER DE PRESSE Services de change et de gestion des paiements internationaux Janvier 2014 Fiche d identité de FX4Biz Date de création 2012 : FX4Biz Belgique Type de société SA de droit Belge au capital

Plus en détail

LA DOMICILIATION EUROPÉENNE. la «domiciliation SEPA» d ING Luxembourg. La domiciliation européenne 1

LA DOMICILIATION EUROPÉENNE. la «domiciliation SEPA» d ING Luxembourg. La domiciliation européenne 1 LA DOMICILIATION EUROPÉENNE la «domiciliation SEPA» d ING Luxembourg La domiciliation européenne 1 DOMICILIATION EUROPÉENNE OU DOMICILIATION SEPA 3 Introduction à la domiciliation européenne 3 Quels pays

Plus en détail

VIREMENTS ET PRÉLÈVEMENTS COMPRENDRE LES ENJEUX DU SEPA ET LES ÉTAPES CLÉS D UNE MIGRATION RÉUSSIE

VIREMENTS ET PRÉLÈVEMENTS COMPRENDRE LES ENJEUX DU SEPA ET LES ÉTAPES CLÉS D UNE MIGRATION RÉUSSIE VIREMENTS ET PRÉLÈVEMENTS COMPRENDRE LES ENJEUX DU SEPA ET LES ÉTAPES CLÉS D UNE MIGRATION RÉUSSIE GUIDE POUR RÉUSSIR SA MIGRATION QUELLES SONT LES ÉTAPES PRÉALABLES? 1 Convertir ses RIB en BIC-IBAN 4

Plus en détail

CHAPITRE 5 : CADRE COMPTABLE, LISTE DES COMPTES ET FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES

CHAPITRE 5 : CADRE COMPTABLE, LISTE DES COMPTES ET FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES 230 CLASSE 1 : COMPTES DE TRESORERIE ET D OPERATIONS AVEC LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT ET ASSIMILES 1 - CONTENU DE LA CLASSE 1 La classe 1 enregistre, outre les espèces,

Plus en détail

chiffre contrôle IBAN IPI International Payment Instruction Montant à payer Signature(s) / Signature(s) No company stamps / Pas de tampon s.v.p.

chiffre contrôle IBAN IPI International Payment Instruction Montant à payer Signature(s) / Signature(s) No company stamps / Pas de tampon s.v.p. International Payment Instruction Calcul Amount to du be paid Montant à payer Currency / Amount Monnaie / Montant EUR **3421,00 Charges chiffre 0 = ordering customer / Donneur d ordre to be paid by 1 =

Plus en détail

Le ccsf vous informe : bien utiliser le virement sepa dans toute l europe

Le ccsf vous informe : bien utiliser le virement sepa dans toute l europe Le ccsf vous informe : bien utiliser le virement sepa dans toute l europe Qu est ce que le VIREMENT SEPA? Le virement SEPA est un virement harmonisé au niveau européen qui vous permet de transférer des

Plus en détail

La domiciliation européenne SEPA

La domiciliation européenne SEPA _ FR La domiciliation européenne SEPA Une solution de prélèvement optimisée La zone SEPA compte 32 pays : les 27 États membres de l Union européenne + l Islande, le Liechtenstein, la Norvège, la Suisse

Plus en détail

Virement SEPA Réussir Votre Migration

Virement SEPA Réussir Votre Migration Virement SEPA Réussir Votre Migration Date de Publication : 28/05/13 1 Pourquoi ce guide? 3 Lexique des icones 4 Qu est-ce que le Virement SEPA? 5 Valider la compatibilité de vos outils - Fiche 1 6 Convertir

Plus en détail

février 2015 VIREMENTS EN DOLLARS US AU CANADA PRD-002

février 2015 VIREMENTS EN DOLLARS US AU CANADA PRD-002 ANNEXE II Page 1 SERVICE/BUREAU DÉSIGNÉ ADRESSE DE VOIRIE S.W.I.F.T. INSTRUCTIONS DE RÈGLEMENT BANQUE ABN AMRO DU TORONTO 15 e étage, tour Aetna C.P. 114, Centre TD M5K 1G8 ABNACATTXXX ABN AMRO BANK N.V.,

Plus en détail

Guide SEPA «Votre guide pour préparer la migration de vos flux vers l Europe des Moyens de Paiement»

Guide SEPA «Votre guide pour préparer la migration de vos flux vers l Europe des Moyens de Paiement» Guide SEPA «Votre guide pour préparer la migration de vos flux vers l Europe des Moyens de Paiement» Le Crédit Agricole accompagne les Entreprises dans le nouvel environnement des Moyens de Paiement Le

Plus en détail

Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3

Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3 Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3 1 SEPA pour les consommateurs - en bref Qu'est-ce que SEPA? SEPA = Single Euro Payments Area Le Single Euro Payments Area (SEPA) ou espace

Plus en détail

Société A Compte. Société B Compte. Société F. Société E. Compte pivot. Compte. Compte. Société D. Société C. Compte. Compte

Société A Compte. Société B Compte. Société F. Société E. Compte pivot. Compte. Compte. Société D. Société C. Compte. Compte La gestion de trésorerie de groupe 1. L organisation de la trésorerie dans un groupe 2. Les contraintes réglementaires, juridiques et fiscales 3. La centralisation du risque de change 1. L organisation

Plus en détail

RÉPONSE DE SGSS POUR FACILITER LA GESTION DES RISQUES PAR LES SGP

RÉPONSE DE SGSS POUR FACILITER LA GESTION DES RISQUES PAR LES SGP Lundi 30 Mars 2015 Séminaire EIFR sur le thème «CCP : Evaluation du risque pour les utilisateurs» RÉPONSE DE SGSS POUR FACILITER LA GESTION DES RISQUES PAR LES SGP Présenté par Clément Phelipeau, Société

Plus en détail

Gérer sa trésorerie. Fiche. au quotidien. Sage 100 Trésorerie Version 16. Déroulement des étapes à suivre pour gérer sa trésorerie quotidienne.

Gérer sa trésorerie. Fiche. au quotidien. Sage 100 Trésorerie Version 16. Déroulement des étapes à suivre pour gérer sa trésorerie quotidienne. Gérer sa trésorerie Fiche au quotidien Déroulement des étapes à suivre pour gérer sa trésorerie quotidienne. Sage 100 Trésorerie Version 16 Sommaire Introduction... 3 Etapes préalables... 4 L incorporation

Plus en détail

VIREMENTS ET PRÉLÈVEMENTS

VIREMENTS ET PRÉLÈVEMENTS Professionnels Serez-vous prêts au 1 er février 2014? VIREMENTS ET PRÉLÈVEMENTS LE GUIDE POUR PRÉPARER VOTRE MIGRATION. Le Crédit Agricole accompagne les Entreprises dans le nouvel environnement des moyens

Plus en détail

SEPA Single Euro Payments Area

SEPA Single Euro Payments Area SEPA Single Euro Payments Area BUSINESS BANKING 2 Sommaire SEPA : vers un espace unique de paiements en Europe 1 SEPA en quelques mots 2 Historique 2 Les dates clés du projet SEPA 3 Les nouveaux instruments

Plus en détail

Single Euro Payments Area S PA

Single Euro Payments Area S PA Single Euro Payments Area S PA SEPA 3 Table des matières p.4 p. 6 p. 6 p. 8 p. 9 p.14 Qu est-ce que le SEPA? Pourquoi introduire le SEPA? Où le SEPA s applique-t-il? A partir de quand le SEPA s appliquera-t-il?

Plus en détail

Petites entreprises, votre compte au quotidien

Petites entreprises, votre compte au quotidien Petites entreprises, votre compte au quotidien Créée en 1957 par les Caisses d Epargne, Finances & Pédagogie est une association qui réalise des actions de sensibilisation et de formation, sur le thème

Plus en détail

Harmonisation du trafic des paiements en Suisse L offre du Credit Suisse reste diversifiée et axée sur la clientèle

Harmonisation du trafic des paiements en Suisse L offre du Credit Suisse reste diversifiée et axée sur la clientèle Harmonisation du trafic des paiements en Suisse L offre du Credit Suisse reste diversifiée et axée sur la clientèle Pourquoi la Suisse harmonise-t-elle le trafic des paiements conformément à la norme ISO

Plus en détail

INSTRUCTION N 3/2011 DU 03/01/2011 RELATIVE AU SYSTEME DE DENOUEMENT

INSTRUCTION N 3/2011 DU 03/01/2011 RELATIVE AU SYSTEME DE DENOUEMENT INSTRUCTION N 3/2011 DU 03/01/2011 RELATIVE AU SYSTEME DE DENOUEMENT MISE A JOUR LE 14/11/2014 SOMMAIRE TERMINOLOGIE Article Premier Préambule 4 Article 2 Les instructions de dénouement 6 2.1. Les instructions

Plus en détail

SEPA DIRECT DEBIT LA DOMICILIATION EUROPÉENNE

SEPA DIRECT DEBIT LA DOMICILIATION EUROPÉENNE SEPA DIRECT DEBIT LA DOMICILIATION EUROPÉENNE CONTENU INTRODUCTION 3 LE DOMICILIATION EUROPÉENNE ( SEPA DIRECT DEBIT ) 4 LE MANDAT DE LA DOMICILIATION EUROPÉENNE 6 «CORE» ET «B2B» : DEUX SCHÉMAS DISTINCTS

Plus en détail

Avant-propos 5. Introduction 6

Avant-propos 5. Introduction 6 L ESPACE UNIQUE DE PAIEMENT EN EUROS (SEPA) UN MARCHé INTéGRé DES PAIEMENTS DE DéTAIL Sommaire Avant-propos 5 Introduction 6 1. La création de l espace unique de paiement en euros 7 > Vue d ensemble du

Plus en détail

SERVICES DE CHANGE ET DE GESTION DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX POUR LES ENTREPRISES

SERVICES DE CHANGE ET DE GESTION DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX POUR LES ENTREPRISES SERVICES DE CHANGE ET DE GESTION DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX POUR LES ENTREPRISES PRÉAMBULE Nous nous sommes vite aperçus que dans le domaine des paiements internationaux et du change physique de devises,

Plus en détail

L essentiel d Elys PC

L essentiel d Elys PC L essentiel d Elys PC HSBC France Société Anonyme au capital de 337 189 135 euros SIREN 775 670 284 RCS Paris Siège social : 103, avenue des Champs-Elysées - 75419 Paris Cedex 08 - Tél. : 01 40 70 70 40

Plus en détail

TOUTE LA LUMIÈRE SUR VOTRE BANQUE GUIDE DES CONDITIONS TARIFAIRES

TOUTE LA LUMIÈRE SUR VOTRE BANQUE GUIDE DES CONDITIONS TARIFAIRES TOUTE LA LUMIÈRE SUR VOTRE BANQUE GUIDE DES CONDITIONS TARIFAIRES Pour la clientèle des Entreprises Conditions applicables au 1er Janvier 2015 Il fait de vous notre priorité. Il nous relie. Il contient,

Plus en détail

Cash Management. BGL BNP Paribas : votre partenaire de référence en Cash Management. Un réseau unique. bgl.lu

Cash Management. BGL BNP Paribas : votre partenaire de référence en Cash Management. Un réseau unique. bgl.lu Cash Management BGL BNP Paribas : votre partenaire de référence en Cash Management Un réseau unique BGL BNP Paribas, acteur majeur et historique de la place luxembourgeoise, dispose de l un des plus vastes

Plus en détail

chiffre de contrôle IBAN IPI International Payment Instruction Amount to be paid EUR **3421,00

chiffre de contrôle IBAN IPI International Payment Instruction Amount to be paid EUR **3421,00 06/03 International Payment Instruction Amount to be paid Calcul Montant du à payer EUR **3421,00 Currency / Amount Monnaie / Montant Charges to be paid by Frais à la charge du chiffre 0 = ordering customer

Plus en détail

Algérie. Compensation des chèques et autres instruments de paiement de masse

Algérie. Compensation des chèques et autres instruments de paiement de masse Compensation des chèques et autres instruments de paiement de masse Règlement de la Banque d n 05-06 du au 15 décembre 2005 Le gouverneur de la Banque d, Vu l ordonnance n 75-58 du 26 septembre 1975, modifiée

Plus en détail

Qu est-ce que SWIFT? Comment fonctionne SWIFT?

Qu est-ce que SWIFT? Comment fonctionne SWIFT? Juin 2009 Communication de l ASB relative à la divulgation de données clients en matière de trafic des paiements, de transactions sur titres et autres opérations en relation avec SWIFT Association suisse

Plus en détail

Les Ateliers Métiers 2015 Les trésoriers face aux problématiques de réconciliation Et la banque dans cela? 07/05/2015

Les Ateliers Métiers 2015 Les trésoriers face aux problématiques de réconciliation Et la banque dans cela? 07/05/2015 Les Ateliers Métiers 2015 Les trésoriers face aux problématiques de réconciliation Et la banque dans cela? 07/05/2015 ATELIER METIER UNIVERSWIFTNET 07/05/2015 - Page 2 Les trésoriers face aux problématiques

Plus en détail

Guide SEPA «Votre guide pour préparer la migration de vos flux vers l Europe des Moyens de Paiement»

Guide SEPA «Votre guide pour préparer la migration de vos flux vers l Europe des Moyens de Paiement» «Votre guide pour préparer la migration de vos flux vers l Europe des Moyens de Paiement» Le Crédit Agricole accompagne les Professionnels et les Entreprises dans le nouvel environnement des Moyens de

Plus en détail

SWIFTNet mise à niveau

SWIFTNet mise à niveau L Univers SWIFTNet, Paris, Le 27 Mars 2006 SWIFTNet mise à niveau Elie Lasker SWIFT Utsit_31032006_v2.ppt Slide 1 Slide 2 Agenda Qui est SWIFT? SWIFTNet la plate-forme de messagerie SWIFT organisme de

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

Guide SEPA «Votre guide pour préparer la migration de vos flux vers l Europe des Moyens de Paiement»

Guide SEPA «Votre guide pour préparer la migration de vos flux vers l Europe des Moyens de Paiement» Guide SEPA «Votre guide pour préparer la migration de vos flux vers l Europe des Moyens de Paiement» Le Crédit Agricole accompagne les Entreprises dans le nouvel environnement des Moyens de Paiement Le

Plus en détail

FICHE 24 LES PROCÉDURES DE DÉCLARATION DIRECTE

FICHE 24 LES PROCÉDURES DE DÉCLARATION DIRECTE Deuxième PARTIE FICHE 24 LES PROCÉDURES DE DÉCLARATION DIRECTE 1. OBJET L obligation de fournir les éléments d identification correcte des opérations relevant de la balance des paiements repose sur les

Plus en détail

CARTES DE CREDIT CARTES DE CREDITS BCVS CARTES PREPAID CARTES EN MONNAIES BUSINESS CARD

CARTES DE CREDIT CARTES DE CREDITS BCVS CARTES PREPAID CARTES EN MONNAIES BUSINESS CARD Tarif des frais GESTION DES COMPTES Compte courant 1 de gestion CHF 0.40 par opération de bouclement CHF 10. de port Selon tarif appliqué par la Poste Compte privé / gestion / cash management / senior

Plus en détail

Principales conditions tarifaires. en vigueur au 1 er janvier 2014. Entreprises

Principales conditions tarifaires. en vigueur au 1 er janvier 2014. Entreprises Principales conditions tarifaires en vigueur au 1 er janvier 2014 Entreprises Sommaire Banque au quotidien... p. 3 Tenue de compte... p. 3 Relevés de comptes... p. 3 Autres services... p. 3 Banque à distance...

Plus en détail

Associé Consultant Sénior. Ramsgate School England «Intermediate Level English».

Associé Consultant Sénior. Ramsgate School England «Intermediate Level English». Denis Adam Associé Consultant Sénior DIPLÔMES 46 Ans Port : 06-12-52-54-59 denis.adam@acebf.com 1991 Institut des Techniques de Banque 2ème année (CNAM Paris) 1989 Brevet de Banque (CNAM Paris) 1984 Baccalauréat

Plus en détail