Réhabilitation du Château VALL ROC. Centre transfrontalier d étude PAU CASALS PRADES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réhabilitation du Château VALL ROC. Centre transfrontalier d étude PAU CASALS 66500 PRADES"

Transcription

1 Réhabilitation du Château VALL ROC Centre transfrontalier d étu PAU CASALS PRADES P G S C Plan Général Simplifié Coordination en matière Sécurité et Protection la Santé NIVEAU III MAITRE D'OUVRAGE MAITRE D'ŒUVRE COORDONNATEUR SPS FUNDACIO UNIVERSITAT CATALANA D ESTIU Gran Via les Corts Catalanes 600, 3r 2a BARCELONE YVES JAUTARD RN116 Carrefour SIRACH RIA/SIRACH SOCOTEC 20 boulevard KENNEDY PERPIGNAN INDICE DATE OBSERVATIONS/MODIFICATIONS REDACTION 1 02/11/10 PGC PLC/MT N/Réf : 167Z0/10/5990

2 SOMMAIRE 1. RENSEIGNEMENTS D'ORDRE ADMINISTRATIF INTERESSANT LE CHANTIER 5 2. SUJÉTIONS LIÉES À LA CONFIGURATION ET AUX CARACTÉRISTIQUES DU SITE CARACTÉRISTIQUES DU SOL RÉSEAUX EXISTANTS AÉRIENS ET/OU ENTERRÉS OUVRAGES EXISTANTS PRÉSENCE DE MATÉRIAUX DANGEREUX AMIANTE: PRÉSENCE DE CUVES ET RÉSERVOIRS PRÉSENCE DE RÉSEAUX DIVERS DÉMOLITIONS ACTIVITÉS D'EXPLOITATION À L'INTÉRIEUR DU SITE ACTIVITÉS D'EXPLOITATION À PROXIMITÉ DU SITE MESURES D'ORGANISATION ET DE COORDINATION ACCES AU CHANTIER PLAN D INSTALLATION DE CHANTIER CLÔTURE DE CHANTIER MESURES D'IDENTIFICATION MESURES RELATIVE A LA PLANIFICATION CIRCULATIONS HORIZONTALE ET VERTICALES CIRCULATIONS DES VEHICULES CIRCULATIONS DES PIETONS NETTOYAGE ET EVACUATION DES DECHETS MANUTENTION ET APPROVISIONNEMENTS RESEAUX DE DSTRIBUTION ENERGETIQUE AUTRES RESEAUX /56

3 UTILISATION DE PRODUITS DANGEREUX SECURITE INCENDIE PROTECTIONS COLLECTIVES : TRAVAUX DE DEMOLITION REPRISES EN SOUS ŒUVRE TRAVAUX EN RIVE DE PLANCHER PROTECTION DES TREMIES GAINES TECHNIQUES INTERVENTION A GRANDE HAUTEUR MISE EN ŒUVRE DES PROTECTIONS DEFINITIVES MESURES GÉNÉRALES DE SALUBRITÉ VRD PRIMAIRES CANTONNEMENTS ORGANISATION DES SECOURS MOYEN D'ALERTE MOYEN DE SECOURS RAPPEL DES CONSIGNES MATERIEL DE SECOURS MODALITES DE COOPERATION ENTRE INTERVENANTS COORDONNATEUR SPS CONCERTATION ET INFORMATION ENTRE LES ENTREPRISES /56

4 7. ANNEXES AU PGSC ANNEXE 1 : LISTE DES INTERVENANTS ANNEXE 2 : AFFICHETTE "EN CAS D'ACCIDENT" ANNEXE 3 : DIAGNOSTIC AMIANTE AVANT TRAVAUX 7.4. ANNEXE 4 : FICHE D IDENTIFICATION DES PARTICIPANTS A L ACTE DE CONSTRUIRE N ANNEXE 5 FICHE D IDENTIFICATION DES PARTICIPANTS A L ACTE DE CONSTRUIRE N /56

5 1. RENSEIGNEMENTS D'ORDRE ADMINISTRATIF INTERESSANT LE CHANTIER Le chantier rentre dans la catégorie s dispositions ticulières relatives à la coordination pour certaines opérations bâtiment ou génie civil. Chapitre VIII du LIVRE II du co du travail le chantier Réhabilitation du Château VALL ROC du Centre Transfrontalier d étu PAU CASALS à PRADES est soumis au Décret n du 26/12/94 Conformément au 1 l'article R du Co d u Travail, la liste s entreprises titulaires, co-traitantes et sous-traitantes vant intervenir, ainsi que, respectivement, les effectifs prévisionnels leurs travailleurs appelés à intervenir sur le chantier sont portés et tenus à jour au titre du Plan Général simplifié Coordination. Afin d'en rendre l'accès plus aisé, cette liste fait l'objet l'annexe 1 du présent PGSC et sera mise à jour en fonction s visites d inspection commune. Rappel s articles du co du travail sur la mise en place du PGC et PGSC pour les opérations 1 re 2 e et 3 e catégories. Art. R Le maître d'ouvrage, ou l'entrepreneur principal en cas sous-traitance, mentionne dans les documents remis aux entrepreneurs, que le chantier sur lequel ils seront appelés à travailler en cas conclusion d'un contrat est soumis à l'obligation plan général simplifié coordination en matière sécurité et protection la santé. Art. R Le plan général simplifié coordination est un document écrit qui définit l'ensemble s mesures propres à prévenir les risques découlant l'interférence s activités s différents intervenants sur le chantier, ou la succession leurs activités lorsqu'une intervention laisse subsister après son achèvement s risques pour les autres entreprises. Art. R Le plan général simplifié coordination est joint aux autres documents remis le maître d'ouvrage aux entrepreneurs qui envisagent contracter. Il énonce notamment : 1 o Les renseignements d'ordre administratif intéressant le chantier, et notamment ceux complétant la déclaration préalable ; 2 o Les mesures d'organisation générale du chantier arrêtées le maître d'oeuvre en concertation avec le coordonnateur ; 3 o Les mesures coordination prises le coordonnateur en matière sécurité et santé et les sujétions qui en découlent concernant, notamment : a) Les voies ou zones déplacement ou circulation horizontales ou verticales ; b) Les conditions manutention s différents matériaux et matériels, en ticulier pour ce qui concerne l'interférence s apeils levage sur le chantier ou à proximité, ainsi que la limitation du recours aux manutentions manuelles ; c) La délimitation et l'aménagement s zones stockage et d'entreposage s différents matériaux, en ticulier s'il s'agit matières ou substances dangereuses ; d) Les conditions stockage, d'élimination ou d'évacuation s déchets et s décombres ; e) Les conditions d'enlèvement s matériaux dangereux utilisés ; f) L'utilisation s protections collectives, s accès provisoires et l'installation électrique générale ; g) Les mesures prises en matière d'interactions sur le site ; 4 o Les sujétions découlant s interférences avec s activités d'exploitation sur le site à l'intérieur ou à proximité duquel est implanté le chantier ; 5 o Les mesures générales prises pour assurer le maintien du chantier en bon ordre et en état salubrité satisfaisant, notamment : a) Pour les opérations construction bâtiment, les mesures arrêtées le maître l'ouvrage en application l'article R ; b) Pour les opérations génie civil, les dispositions prises le maître d'ouvrage pour établir s conditions telles que les locaux stinés au personnel du chantier soient conformes aux prescriptions qui leur sont applicables en matière santé, sécurité et conditions travail ; 6 o Les renseignements pratiques propres au lieu l'opération concernant les secours et l'évacuation s travailleurs ainsi que les mesures communes d'organisation prises 5/56

6 en la matière ; 7 o Les modalités coopération entre les entrepreneurs, employeurs ou travailleurs indépendants. Art. R Le plan général coordination rappelle, dans le cas la constitution d'un collège interentreprises sécurité, santé et s conditions travail, la mission ce collège en la matière. SANS OBJET Art. R Les dossiers techniques regroupant les informations relatives à la recherche et à l'intification s matériaux contenant l'amiante prévus aux articles R , R et R du co la santé publique sont joints au plan général simplifié coordination. Art. R Le plan général simplifié coordination est complété et adapté en fonction l'évolution du chantier et la durée effective à consacrer aux différents types travaux ou phases travail. Ces modifications sont portées à la connaissance s entreprises. Art. R Le plan général simplifié coordination intègre, notamment, au fur et à mesure leur élaboration et en les harmonisant, les plans ticuliers sécurité et santé ainsi que, lorsqu'ils sont requis, les plans prévention prévus d'autres dispositions du co du travail. Art. R Dès la phase consultation s entreprises, le maître d'ouvrage adresse le plan général simplifié coordination, sur leur man, à l'inspection du travail, à l'organisme professionnel prévention du bâtiment et s travaux publics et au service prévention s organismes sécurité sociale. Art. R Le plan général simplifié coordination tenu sur le chantier peut être consulté : 1 o Les membres s comités d'hygiène, sécurité et s conditions travail ou, à défaut, les délégués du personnel, appelés à intervenir sur le chantier ; 2 o Le mécin du travail ; 3 o Les membres du collège interentreprises sécurité, santé et s conditions travail ; 4 o L'inspection du travail ; 5 o L'Organisme professionnel prévention du bâtiment et s travaux publics ; 6 o Le service prévention s organismes sécurité sociale. Art. R Le plan général simplifié coordination tenu sur le chantier est conservé le maître d'ouvrage pendant une durée cinq rations trannées à compter la date réception l'ouvrage. 6/56

7 DESCRIPTIF SOMMAIRE : Travaux démolition, diagnostics et sondages permettant finaliser les étus en vue constituer le dossier consultation s entreprises pour la réhabilitation du Château VALL ROC. Un lot unique Démolition. 7/56

8 2. SUJÉTIONS LIÉES À LA CONFIGURATION ET AUX CARACTÉRISTIQUES DU SITE 2.1. CARACTÉRISTIQUES DU SOL Voir étu sol RÉSEAUX EXISTANTS AÉRIENS ET/OU ENTERRÉS Conformément au Décret du 14 septembre 1991, avant tout travaux, les entrepreneurs vront établir une D.I.C.T. (déclaration d intention commencement travaux) au moyen d un document CERFA et obtenir s concessionnaires les attestations stipulant que les réseaux ont été mis hors service ou consignés. Voir DICT et DOE. Réseaux électriques aériens existant OUVRAGES EXISTANTS PRÉSENCE DE MATÉRIAUX DANGEREUX La découverte d engins explosifs guerre ne doit pas être exclue. L entrepreneur vra en informer le personnel et attirer son attention sur les risques inhérents à ces engins non explosés, notamment lors s travaux terrassement et d assainissement. Attitu à tenir en cas découverte d un engin suspect : - ne pas y toucher, ne pas démonter, ne pas frapper, ne pas jeter au feu (grenas piégées ou mines), - suspendre immédiatement le travail et interdire toute approche l engin, - interdire la circulation dans le voisinage, - avertir la Gendarmerie Nationale N Téléphone avertir le service déminage en Préfecture N Téléphone manr l autorisation écrite reprendre les travaux, au service déminage AMIANTE: Art. R (D. n o , 21 mai 2003, art. 1 er ) - Les propriétaires s immeubles mentionnés à l'article R sont tenus, préalablement à la démolition ces immeubles, d'effectuer un repérage s matériaux et produits contenant l'amiante et transmettre les résultats ce repérage à toute personne physique ou morale appelée à concevoir ou à réaliser les travaux.ce repérage est réalisé selon les modalités prévues au septième alinéa l'article R Un arrêté s ministres chargés la construction, du travail et la santé définit les catégories matériaux et produits vant faire l'objet ce repérage ainsi que les modalités d'intervention. Voir DIAGNOSTIC AMIANTE ANNEXE AU PGSC PRÉSENCE DE CUVES ET RÉSERVOIRS PRÉSENCE DE RÉSEAUX DIVERS Voir DICT et DOE. 8/56

9 DÉMOLITIONS Les matériaux contenant s fibres d'amiante dans les bâtiments à démolir seront traités selon les décrets en vigueur après établissement d'un plan retrait envoyé aux organismes prévention (un mois avant travaux) l'entreprise désignée. Voir DIAGNOSTIC AMIANTE ANNEXE AU PGSC ACTIVITÉS D'EXPLOITATION À L'INTÉRIEUR DU SITE Pas d activités ACTIVITÉS D'EXPLOITATION À PROXIMITÉ DU SITE Zone Urbaine PRADES. Résince les senioriales contigu au chantier, voie d accès au chantier commune à celle la Résince. 9/56

10 3. MESURES D'ORGANISATION ET DE COORDINATION Conformément aux articles R /45 /46 du Co du Travail, ce chapitre précise les mesures d'organisation générale du chantier arrêtées le Maître d'oeuvre, en concertation avec le Coordonnateur, ainsi que les mesures coordination SPS prises le Coordonnateur et les sujétions qui en découlent. Articles du Co du travail Art. R Le plan général coordination est joint aux autres documents remis le maître d'ouvrage aux entrepreneurs qui envisagent contracter. Il énonce notamment : 1 o Les renseignements d'ordre administratif intéressant le chantier, et notamment ceux complétant la déclaration préalable ; 2 o Les mesures d'organisation générale du chantier arrêtées le maître d'oeuvre en concertation avec le coordonnateur ; 3 o Les mesures coordination prises le coordonnateur en matière sécurité et santé et les sujétions qui en découlent concernant, notamment : a) Les voies ou zones déplacement ou circulation horizontales ou verticales ; b) Les conditions manutention s différents matériaux et matériels, en ticulier pour ce qui concerne l'interférence s apeils levage sur le chantier ou à proximité, ainsi que la limitation du recours aux manutentions manuelles ; c) La délimitation et l'aménagement s zones stockage et d'entreposage s différents matériaux, en ticulier s'il s'agit matières ou substances dangereuses ; d) Les conditions stockage, d'élimination ou d'évacuation s déchets et s décombres ; e) Les conditions d'enlèvement s matériaux dangereux utilisés ; f) L'utilisation s protections collectives, s accès provisoires et l'installation électrique générale ; g) Les mesures prises en matière d'interactions sur le site ; 4 o Les sujétions découlant s interférences avec s activités d'exploitation sur le site à l'intérieur ou à proximité duquel est implanté le chantier ; 5 o Les mesures générales prises pour assurer le maintien du chantier en bon ordre et en état salubrité satisfaisant, notamment : a) Pour les opérations construction bâtiment, les mesures arrêtées le maître l'ouvrage en application l'article R ; b) Pour les opérations génie civil, les dispositions prises le maître d'ouvrage pour établir s conditions telles que les locaux stinés au personnel du chantier GO: Entreprise Gros Œuvre 3.1. ACCES AU CHANTIER PLAN D INSTALLATION DE CHANTIER. NOTA 3 : Le projet plan d installation chantier doit être annexé au PGC. Il doit notamment comprendre : Une étu s accès au chantier, gabarit, maximale, détermination s voies. L organisation du trafic, cheminements séés pour piétons, engins, circulation en boucle s véhicules, aménagement s entrées et s sorties chantier. La prise en compte l existence et l état s immeubles voisins, disposition ticulières à prendre, notamment prés s écoles, s hôpitaux. L aménagement la plate-forme : Terrain ou plancher sur lequel seront effectuées les différentes opérations liées à la construction avec indication s obstacles tels que lignes électriques, arbres, canalisations enterrées L implantation s zones cantonnement : Locaux d accueil, sanitaires et locaux stinés au personnel. La création éventuelle d un king s véhicules : véhicules individuels ou collectifs pour le transport personnel. L implantation s zones stockage s approvisionnements (matériels et matériaux). L implantation s dispositifs d évacuation s déchets (goulottes, bennes, fosses, citernes, etc.) L implantation s apeils levage et l installation s recettes. L implantation s zones préfabrications (béton, ferraillage). L installation s réseaux divers (eau EP-EV, air comprimé). L installation électrique provisoire chantier avec scription l installation électrique, ses dispositifs sécurité, positionnement s armoires et s coffrets distribution. L installation ventilation pour les travaux en milieu confiné. L implantation d un local premier secours avec affichage s numéros d appel s Définit MOE Réalis é Et à la TI 10/56

11 Articles du Co du travail soient conformes aux prescriptions qui leur sont applicables en matière santé, sécurité et conditions travail ; 6 o Les renseignements pratiques propres au lieu l'opération concernant les secours et l'évacuation s travailleurs ainsi que les mesures communes d'organisation prises en la matière ; 7 o Les modalités coopération entre les entrepreneurs, employeurs ou travailleurs indépendants. GO: Entreprise Gros Œuvre services secours. NOTA 2 : Le coordonnateur SPS s assurera auprès s entreprises que les autorisations nécessaires ont été obtenues (apeil levage, clôtures, circulation, riverain, etc.). NOTA 3 : Les installations chantier seront réalisées avec la même rigueur que les ouvrages avec programme d exécution et rétition s tâches ( voir dépenses communes, compte prorata). Définit Réalis é Et à la Art. R Le coordonnateur tient compte s interférences avec les activités d'exploitation sur le site à l'intérieur ou à proximité duquel est implanté le chantier et à cet effet, notamment : 1 o Procè avec le chef l'établissement en activité, préalablement au commencement s travaux, à une inspection commune visant à : a) Délimiter le chantier ; b) Matérialiser les zones du secteur dans lequel se situe le chantier qui peuvent présenter s dangers spécifiques pour les travailleurs s entreprises appelées à intervenir ; c) Préciser les voies circulation que pourront emprunter les travailleurs ainsi que les véhicules et engins toute nature s entreprises concourant à la réalisation s travaux, ainsi qu'à définir, pour les chantiers non clos et non indépendants, les installations sanitaires, les vestiaires et les locaux restauration auxquels auront accès leurs travailleurs ; 2 o Communique aux entreprises appelées à intervenir sur le chantier les consignes sécurité arrêtées avec le chef d'établissement et, en ticulier, celles qu'elles vront donner à leurs travailleurs, ainsi que, s'agissant s chantiers non clos et non indépendants, l'organisation prévue pour assurer les premiers secours en cas d'urgence et la scription du dispositif mis en place à cet effet dans l'établissement. 11/56

12 Articles du Co du travail Art. L Lorsque la durée ou le volume prévus s travaux d'une opération bâtiment ou génie civil excè certains seuils, le maître d'ouvrage adresse avant le début s travaux une déclaration préalable : 1 o A l'autorité administrative ; 2 o A l'organisme professionnel santé, sécurité et s conditions travail prévu l'article L dans la branche d'activité du bâtiment et s travaux publics ; 3 o Aux organismes sécurité sociale compétents en matière prévention s risques professionnels. Le texte cette déclaration, dont le contenu est précisé arrêté ministériel, est affiché sur le chantier. GO: Entreprise Gros Œuvre CLÔTURE DE CHANTIER Travaux préatoires Installation chantier : il est prévu que celle ci sera réalisée suivant les règles d hygiène et sécurité en vigueur. Suivant le Décret n du 26/12/94 Le chantier doit être clos et indépendant. La clôture sera réalisée à la l entreprise principale sur toute l enceinte du chantier. Cette clôture sera d une résistance suffisante pour assurer la sécurité et l impossibilité franchissement s passants ou riverains. Des panneaux "chantier interdit au public" seront apposés telle manière que quiconque ne puisse prétendre ignorer cette interdiction. Elle sera maintenue en place pour la durée totale du chantier. Définit MOE Réalis é Et à la TI MESURES D'IDENTIFICATION MOE TI Il sera prévu : 1 panneau chantier selon le modèle habituel du Maître d'ouvrage indiquant les renseignements concernant l opération et les intervenants au titre la Maîtrise Chantier et s intervenants à l acte construire. - l affichage la déclaration préalable L entreprise principale aura à sa la mise en place et l entretien la signalisation relative à la sécurité du chantier. Cette signalisation établie avec le Maître d œuvre, évoluera au fur et à mesure s besoins et concernera en ticulier les domaines suivants: - accès s véhicules et zone stationnement pour ment et dément - signalisation danger sur le chantier - balisage s aires sécurité - panneaux consignes obligatoires 12/56

13 Articles du Co du travail GO: Entreprise Gros Œuvre numéros d appel s services sécurité (police, pompiers, samu ) et s organismes concernés la sécurité (Inspection du travail, CRAM, OPPBTP) Définit Réalis é Et à la - Panneaux signalisation : - chantier interdit au public danger sortie camions zone king du personnel et s visiteurs. Le contrôle s accès du personnel sera réalisé chaque entreprise pour ce qui la concerne. Il sera nommé un responsable ce contrôle mi le personnel présent. Ce responsable s assurera que chacun porte les protections individuelles indispensables dès l entrée du chantier. Il s assurera que le personnel a pris connaissance s directives mentionnées dans le PPSPS. Il aura en la réalisation la formation à la sécurité à travers la mise en place quart d heures sécurité en fonction s postes travail. Art. L Afin d'assurer la sécurité et protéger la santé s personnes qui interviennent sur un chantier bâtiment ou génie civil, le maître d'ouvrage, le maître d'oeuvre et le coordonnateur en matière sécurité et protection la santé mentionné à l'article L mettent en oeuvre, pendant la phase conception, d'étu et d'élaboration du projet et pendant la réalisation l'ouvrage, les principes généraux prévention énoncés aux 1 o à 3 o et 5 o à 8 o l'article L Ces principes sont pris en compte notamment lors s choix architecturaux et techniques ainsi que dans l'organisation s opérations chantier, en vue : 1 o De permettre la planification l'exécution s différents travaux ou phases travail se déroulant simultanément ou successivement ; 2 o De prévoir la durée ces phases ; 3 o De faciliter les interventions ultérieures sur l'ouvrage MESURES RELATIVE A LA PLANIFICATION Principe général phasage: La Maîtrise d œuvre vra adapter son phasage manière à ce qu il répon aux principes généraux prévention: Rappel s principes généraux préventions prévus à l'article L du Co du travail : a) Eviter les risques; b) Evaluer les risques qui ne peuvent pas être évités ; c) Combattre les risques à la source ; d) Adapter le travail à l'homme, en ticulier en ce qui concerne la MOE 13/56

14 Articles du Co du travail Art. L L'employeur met en oeuvre les mesures prévues à l'article L sur le fonment s principes généraux prévention suivants : 1 o Eviter les risques ; 2 o Evaluer les risques qui ne peuvent pas être évités ; 3 o Combattre les risques à la source ; 4 o Adapter le travail à l'homme, en ticulier en ce qui concerne la conception s postes travail ainsi que le choix s équipements travail et s méthos travail et production, en vue notamment limiter le travail monotone et le travail cancé et réduire les effets ceux-ci sur la santé ; 5 o Tenir compte l'état d'évolution la technique ; 6 o Remplacer ce qui est dangereux ce qui n'est pas dangereux ou ce qui est moins dangereux ; 7 o Planifier la prévention en y intégrant, dans un ensemble cohérent, la technique, l'organisation du travail, les conditions travail, les relations sociales et l'influence s facteurs ambiants, notamment les risques liés au harcèlement moral, tel qu'il est défini à l'article L ; 8 o Prendre s mesures protection collective en leur donnant la priorité sur les mesures protection individuelle ; 9 o Donner les instructions appropriées aux travailleurs. GO: Entreprise Gros Œuvre conception s postes travail ainsi que le choix s équipements travail et s méthos travail et production, en vue notamment limiter le travail monotone et le travail cancé et réduire les effets ceux-ci sur la santé ; e) Tenir compte l'état d'évolution la technique ; f) Remplacer ce qui est dangereux ce qui n'est pas dangereux ou ce qui est moins dangereux ; g) Planifier la prévention en y intégrant, dans un ensemble cohérent, la technique, l'organisation du travail, les conditions travail, les relations sociales et l'influence s facteurs ambiants ; h) Prendre s mesures protection collective en leur donnant la priorité sur les mesures protection individuelle ; I) Donner les instructions appropriées aux travailleurs. Définit Réalis é Et à la Art. R Le coordonnateur, au cours la réalisation l'ouvrage : 1 o Organise entre les entreprises, y compris sous-traitantes, qu'elles se trouvent ou non présentes ensemble sur le chantier, la coordination leurs activités simultanées ou successives, les modalités leur utilisation en commun s installations, matériels et circulations verticales et horizontales, leur information mutuelle ainsi que l'échange entre elles s consignes en matière sécurité et protection la santé. A cet effet, il procè avec chaque entreprise, préalablement à l'intervention celle-ci, à une inspection commune au cours laquelle sont en ticulier précisées, en fonction s caractéristiques s travaux que cette entreprise s'apprête à exécuter, les consignes à observer ou à transmettre et les observations ticulières sécurité et santé prises pour l'ensemble l'opération. Cette inspection commune est réalisée avant remise du plan ticulier sécurité et protection la santé lorsque l'entreprise est soumise à l'obligation le rédiger ; 2 o Veille à l'application correcte s mesures coordination qu'il a définies ainsi que s procédures travail qui interfèrent ; 3 o Tient à jour et adapte le plan général coordination et veille à son application ; 4 o Complète en tant que besoin le dossier d'intervention ultérieure sur l'ouvrage CIRCULATIONS HORIZONTALE ET VERTICALES CIRCULATIONS DES VEHICULES Les zones circulation menant au chantier vront être maintenues dégagées tous matériaux et matériels. La circulation s engins vra être assurée (stabilité du terrain) pour toute la durée du chantier Les cheminements s véhicules doivent être séés s cheminements piétons, un balisage adapté. Les cheminements vront figurer sur le plan d'installation chantier. Un sens circulation doit être mis en place avec une signalisation spécifique. MOE TI 14/56

15 Articles du Co du travail GO: Entreprise Gros Œuvre CIRCULATIONS DES PIETONS Définit Réalis é Et à la Circulations horizontales Les circulations piétonnes seront différenciées s zones d'évolution s engins et véhicules lors s opérations ment et dément. Un balisage et une signalisation adaptés, vra être mis en place. Art. R Il est interdit d'utiliser les échelles, escabeaux et marchepieds comme poste travail. Toutefois, ces équipements peuvent être utilisés en cas d'impossibilité technique recourir à un équipement assurant la protection collective s travailleurs ou lorsque l'évaluation du risque a établi que ce risque est faible et qu'il s'agit travaux courte durée ne présentant pas un caractère répétitif. Les cheminements vers les cantonnements seront protégés vis-à-vis s travaux à effectuer, maintenus propres et mèneront directement à l'extérieur du chantier. Les zones circulation menant au chantier et aux bâtiments vront être maintenues dégagées tous matériaux et matériels. Les entrées bâtiment vront être aménagées manière à : - Protéger les salariés contre tout risque chute d objet au droit s faças. - Permettre l évolution s chariots, brouettes et transpalettes, mise en place rampe compensant les dénivelés éventuels. Circulations verticales Une tour escalier sera mise en place afin d accér dans les étages. Une échelle est un moyen d accès à un niveau supérieur avec les ux mains libres ; elle est à proscrire comme poste travail et dans ce cas, il convient d utiliser s plates formes travail ou s échafaudages. Elle doit être fixée en tête et en pied façon à ne pouvoir ni glisser ni basculer. Ces obligations peuvent être respectées s accessoires permettant l accrochage en tête, s patins anti glissements adaptés au type la surface d appui. Dans le cas d accès à gran hauteur, il convient privilégier s systèmes d accès tour escaliers plutôt que s échelles à coulisse souple. 15/56

16 Articles du Co du travail Art. R Les matériaux se trouvant sur le chantier sont empilés et disposés manière à ne pas mettre s travailleurs en danger. Art. R Il est interdit laisser à l'abandon sur le chantier s planches munies pointes saillantes. Art. R Les lieux où sont exécutés s travaux, ainsi que leur accès, sont convenablement éclairés. GO: Entreprise Gros Œuvre NETTOYAGE ET EVACUATION DES DECHETS ORGANISATION DU NETTOYAGE Si durant l'exécution s travaux l'état s voies périphériques faisaient l'objet remarques ou observations s autorités compétentes, l entreprise principale vra prendre toutes dispositions complémentaires éventuelles pour y porter remè dans les 24 heures. Définit MOE Réalis é Et à la TI ACHEMINEMENT ET CENTRALISATION Chaque entreprise est chargée quotidiennement d'assurer le nettoyage ses zones travail et d'acheminer les gravois dans les bennes mises à disposition l'entreprise principale. EVACUATION. L entreprise principale mettra à disposition l'ensemble s entreprises s goulottes, bennes, aires stockage et moyens d évacuation en quantité suffisante, et chaque entreprise assurera l'évacuation s gravois pendant toute la durée l'opération s postes travail vers les différentes bennes. MATIERES DANGEREUSES STOCKAGE ET ENTREPOSAGE. Les entreprises vront stocker les produits dangereux suivant les différentes réglementations en vigueur et en fonction s remarques portées sur les fiches sécurité. 16/56

17 Articles du Co du travail Art. R Les équipements travail démontables ou mobiles servant au levage s sont utilisés manière à garantir la stabilité l'équipement travail durant son emploi dans toutes les conditions prévisibles, compte tenu la nature s appuis. GO: Entreprise Gros Œuvre MANUTENTION ET APPROVISIONNEMENTS MOYENS COMMUNS Définit MOE Réalis é Et à la TI Art. R Toutes mesures sont prises et toutes consignes sont données pour que, à aucun moment, les organes s équipements travail servant au levage s, quels qu'ils soient, ainsi que les s suspendues ne puissent entrer en contact direct ou provoquer un amorçage avec les ties actives d'installations électriques non isolées, ou détériorer les installations électriques environnantes. Les entreprises vront rechercher une utilisation commune s apeils levage afin limiter les risques d interférences Art. R Le levage s personnes n'est permis qu'avec un équipement travail et les accessoires prévus à cette fin. Art. R Par dérogation à l'article R , un équipement travail non prévu pour le levage personnes peut être utilisé : 1 o Soit pour accér à un poste travail ou pour exécuter un travail lorsque l'utilisation d'un équipement spécialement conçu pour le levage s personnes est techniquement impossible ou expose celles-ci à un risque plus important lié à l'environnement travail. Un arrêté conjoint s ministres chargés du travail et l'agriculture précise les spécifications relatives aux équipements, leurs conditions d'utilisation, ainsi que celles s, visibilité, déplacement, d'aménagement, fixation l'habitacle et d'accès à celui-ci ; 2 o Soit, en cas d'urgence, lorsque l'évacuation s personnes le nécessite. Art. R Il est interdit soulever, hors essais ou épreuves, une supérieure à celle marquée sur l'apeil et, le cas échéant, sur la plaque. Art. R Des mesures sont prises pour empêcher la chute ou l'accrochage s matériaux, agrès ou toutes autres pièces soulevées. Art. R /56

18 Articles du Co du travail Lorsqu'un équipement travail servant au levage s est à l'arrêt, aucune ne peut être suspendue au crochet. GO: Entreprise Gros Œuvre Définit Réalis é Et à la Art. R Il est interdit transporter s s au-ssus s personnes, sauf si cela est requis pour le bon déroulement s travaux. Dans ce cas, un mo opératoire est défini et appliqué. Art. R Lorsque la d'un apeil levage croise une voie circulation, s mesures spéciales sont prises pour prévenir tout danger résultant la chute éventuelle la transportée. Art. R Lorsque ux ou plusieurs équipements servant au levage s non guidées sont installés ou montés sur un lieu travail telle sorte que leurs champs d'action se recouvrent, s mesures sont prises pour éviter les collisions entre les s ou avec s éléments s équipements travail eux-mêmes. Art. R Pendant l'emploi d'un équipement travail mobile servant au levage s non guidées, s mesures sont prises pour éviter son basculement, son renversement, son déplacement et son glissement inopinés. Art. R Lorsque les apeils levage circulent sur s voies ou chemins roulement, les extrémités ces voies ou chemins roulement sont munies dispositifs atténuant les chocs en fin course. Art. R Le poste manoeuvre d'un apeil levage est disposé telle façon que le conducteur puisse suivre s yeux les manoeuvres réalisées les éléments mobiles l'apeil. Lorsque le conducteur d'un équipement travail servant au levage s non guidées ne peut observer le trajet entier la ni directement ni s dispositifs auxiliaires fournissant les informations utiles, un chef manoeuvre, en communication avec le conducteur, aidé, le cas échéant, un ou plusieurs travailleurs placés manière à pouvoir suivre s yeux les éléments mobiles pendant leur déplacement, dirige le conducteur. Des mesures d'organisation sont prises pour éviter s collisions susceptibles mettre en danger s personnes. 18/56

19 Articles du Co du travail Art. R Lorsque le travailleur accroche ou décroche une à la main, les travaux sont organisés telle sorte que ces opérations puissent être réalisées en toute sécurité. Pendant ces opérations aucune manoeuvre l'apeil levage ne peut être réalisée tant que ce travailleur n'a pas donné son accord. Art. R Lorsqu'une doit être levée simultanément ux ou plusieurs équipements travail servant au levage s non guidées, un mo opératoire est défini et appliqué pour assurer la bonne coordination s opérateurs et s opérations. Art. R En prévision d'une panne tielle ou complète l'alimentation en énergie, et si les équipements travail servant au levage s non guidées ne peuvent pas retenir ces s, s mesures sont prises pour éviter d'exposer s travailleurs aux risques qui peuvent en résulter. Il est interdit laisser les s suspendues sans surveillance, sauf si l'accès à la zone danger est empêché et si la a été accrochée et est maintenue en toute sécurité. Art. R Il est interdit balancer les s pour les déposer en un point qui ne peut être atteint normalement l'apeil levage. Il est également interdit soulever ou tirer les s en oblique, sauf à l'ai d'apeils conçus à cette fin. Art. R Lorsqu'il dépasse une hauteur fixée arrêté conjoint s ministres chargés du travail et l'agriculture, l'emploi à l'air libre d'un équipement travail servant au levage s non guidées cesse dès que la dégradation s conditions météorologiques est susceptible compromettre la sécurité leur fonctionnement et d'exposer toute personne à un risque. Dans ce cas, l'employeur se dote s moyens et s informations lui permettant d'avoir connaissance l'évolution s conditions météorologiques. Des mesures protection sont prises, notamment pour empêcher le renversement l'équipement travail. Art. R Les accessoires levage sont choisis et utilisés en fonction s s à manutentionner, s points préhension, du dispositif d'accrochage et s conditions atmosphériques et compte tenu du mo et la configuration d'élingage. Tout assemblage d'accessoires levage permanent est clairement marqué pour permettre à l'utilisateur d'en connaître les caractéristiques. GO: Entreprise Gros Œuvre Définit Réalis é Et à la 19/56

20 Articles du Co du travail Art. R Les contenants s s en vrac stinés à être accrochés à un équipement travail servant au levage sont aptes à résister aux efforts subis pendant le ment, le transport, la manutention et le stockage la et à s'opposer à l'écoulement intempestif tout ou tie celle-ci au cours s mêmes opérations. Art. R Les accessoires levage sont entreposés telle sorte qu'ils ne puissent être endommagés ou détériorés. Dès lors qu'ils présentent s défectuosités susceptibles d'entraîner une rupture, ils sont retirés du service. GO: Entreprise Gros Œuvre Définit Réalis é Et à la Art. R Les installations et dispositifs techniques et sécurité s lieux travail sont entretenus et vérifiés suivant une périodicité appropriée. Toute défectuosité susceptible d'affecter la santé et la sécurité s travailleurs est éliminée le plus rapiment possible. La périodicité s contrôles et les interventions sont consignées dans un dossier qui est, le cas échéant, annexé au dossier maintenance s lieux travail prévu à l'article R Ce dossier regroupe notamment la consigne et les documents prévus en matière d'aération, d'assainissement et d'éclairage aux articles R et R RESEAUX DE DISTRIBUTION ENERGETIQUE. INSTALLATIONS ELECTRIQUES La réalisation s installations chantier (coffrets prise mobiles et installations fixes) doit être conforme à la législation en vigueur (décret du 14 novembre 1988). Les câbles utilisés doivent répondre aux spécifications la norme C MOE TI Pour la mise à la terre, l'entreprise doit réaliser un puits terre, conformément aux normes en vigueur. L entreprise principale remet au SPS un plan son installation, plan qui doit être tenu à jour et sur lequel doivent apaître les X, Y et Z s divers matériels, installations, tranchées, câbles, etc. L entreprise principale doit remettre au SPS la liste du personnel habilité à intervenir sur s installations comportant du matériel électrique. Tous travaux sur s installations ou à proximité d'installations électriques sont soumis à autorisation préalable délivrée le SPS. 20/56

Le PPSPS. Identification. Définitions utiles

Le PPSPS. Identification. Définitions utiles Définitions utiles Le PPSPS Un PPSPS est un Plan Particulier de Sécurité et de Protection de. Le PPSPS est établi par les entreprises qui travaillent sur un chantier et remis au coordonnateur de sécurité

Plus en détail

TRAVAUX EN HAUTEUR Nouvelle législation. Décret du 01/09/2004 Arrêté du 21/12/2004 Recommandation R 408

TRAVAUX EN HAUTEUR Nouvelle législation. Décret du 01/09/2004 Arrêté du 21/12/2004 Recommandation R 408 TRAVAUX EN HAUTEUR Nouvelle législation Décret du 01/09/2004 Arrêté du 21/12/2004 Recommandation R 408 Décret du 01 septembre 2004 Réalisation des travaux temporaires en hauteur PRÉVENIR LES CHUTES Art.

Plus en détail

5. INSPECTION COMMUNE PREALABLE ET PLAN DE PREVENTION

5. INSPECTION COMMUNE PREALABLE ET PLAN DE PREVENTION 1. OBJET Le décret n 92-158 du 20 février 1992 s'applique dès lors qu'une entreprise extérieure intervient dans un établissement d'une collectivité ou dans ses dépendances ou chantiers. 2. REGLEMENTATION

Plus en détail

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ 16 A GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ Plan de prévention - Protocole de sécurité pour le chargement ou le déchargement de véhicule Permis de feu - Dossier des plans de prévention, protocoles de sécurité pour

Plus en détail

Approche de la coordination de sécurité sur les chantiers de bâtiment et travaux publics. Rencontre AGREPI Loudun le 11 décembre 2014

Approche de la coordination de sécurité sur les chantiers de bâtiment et travaux publics. Rencontre AGREPI Loudun le 11 décembre 2014 Approche de la coordination de sécurité sur les chantiers de bâtiment et travaux publics Rencontre AGREPI Loudun le 11 décembre 2014 Le contexte Diminuer l accidentologie sur les chantiers de bâtiment

Plus en détail

TRAME DU Pgcsps (Plan général de coordination sécurité et protection de la santé)

TRAME DU Pgcsps (Plan général de coordination sécurité et protection de la santé) TRAME DU Pgcsps (Plan général de coordination sécurité et protection de la santé) 1. RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS PROPRES A L'OPERATION Description sommaire et adresse de l'opération Adresses des intervenants

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL > Santé et sécurité au travail : obligations et responsabilités de l'employeur LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL L'ÉVALUATION DES RISQUES DANS L'ENTREPRISE...

Plus en détail

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE CODE DE LA SANTE PUBLIQUE Section 2 : Exposition à l'amiante dans les immeubles bâtis Sous-section 1 : Immeubles construits avant le 1er janvier 1980 Article R1334-14 : Les articles de la présente sous-section

Plus en détail

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION Service Santé Sécurité au Travail Maison des Communes Cité Administrative Rue Renoir BP 609 64006 PAU Cedex

Plus en détail

Février Mars 2012. Repérage avant travaux

Février Mars 2012. Repérage avant travaux Repérage avant travaux Repérage avant travaux (de rénovation, de réhabilitation et d entretien/maintenance) Il n y a pas encore de règlementation spécifique (code du travail ou code de la santé publique)

Plus en détail

TRAVAUX TEMPORAIRES EN HAUTEUR

TRAVAUX TEMPORAIRES EN HAUTEUR TRAVAUX TEMPORAIRES EN HAUTEUR TRANSPOSITION DE LA DIRETIVE EUROPEENNE (2001-45) ET FIXATION DE NOUVELLES MESURES (Décret 2004-924 du 1 er septembre 2004) 1 Les nouvelles dispositions Le décret n 2004-924

Plus en détail

TRAVAUX EN HAUTEUR. Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale du Gard. Réunion Travaux en Hauteur 28 et 29 juin 2005

TRAVAUX EN HAUTEUR. Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale du Gard. Réunion Travaux en Hauteur 28 et 29 juin 2005 TRAVAUX EN HAUTEUR Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale du Gard SOMMAIRE Les accidents de service La nouvelle réglementation Les principes généraux de prévention Quelques situations de

Plus en détail

Arrêté royal du 31 août 2005 relatif à l utilisation des équipements de travail. pour des travaux temporaires en hauteur.

Arrêté royal du 31 août 2005 relatif à l utilisation des équipements de travail. pour des travaux temporaires en hauteur. Arrêté royal du 31 août 2005 relatif à l utilisation des équipements de travail pour des travaux temporaires en hauteur (M.B. 15.9.2005; errata: M.B. 22.8.2006) Sous-section I.- Champ d application et

Plus en détail

1- PREAMBULE Les travaux seront exécutés en présence des enfants.

1- PREAMBULE Les travaux seront exécutés en présence des enfants. 1 LOCOAL-MENDON, le 08 juillet 2014 PLAN GÉNÉRAL DE COORDINATION DE SÉCURITÉ ET DE PROTECTION DE LA SANTÉ SIMPLIFIE MAÎTRE D OUVRAGE : COMMUNE 56890 PLESCOP OPÉRATION : Travaux à le Maison de l'enfant

Plus en détail

- Hygiène et sécurité - Le travail en hauteur

- Hygiène et sécurité - Le travail en hauteur - Hygiène et sécurité - Le travail en hauteur La présente fiche rappelle les différentes mesures concernant la prévention des risques liés au travail en hauteur. 1. De nouvelles dispositions réglementaires

Plus en détail

Dans quels cas réaliser un plan de prévention?

Dans quels cas réaliser un plan de prévention? Dans quels cas réaliser un plan de prévention? «L opération» peut être de différentes natures : chantiers, travaux de bâtiment, entretien de locaux, prestations intellectuelles Planification d une opération

Plus en détail

Travaux interdits et travail en élévation. Aspects réglementaires applicables en EPLE. Les interdits et les dérogations

Travaux interdits et travail en élévation. Aspects réglementaires applicables en EPLE. Les interdits et les dérogations Travaux interdits et travail en élévation Aspects réglementaires applicables en EPLE Les interdits et les dérogations Adresse du site hygiène et sécurité académique: http://www.ac-creteil.fr/hygiene-securite

Plus en détail

L accueil d une entreprise extérieure au sein d une entreprise utilisatrice

L accueil d une entreprise extérieure au sein d une entreprise utilisatrice D - De la signature du contrat à l intervention Extrait n 3 Référence Internet ST.82.D Saisissez la «Référence Internet» ST.82.D dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder

Plus en détail

Page 1. Le Plan de Prévention

Page 1. Le Plan de Prévention Page 1 Le Plan de Prévention 01 LA REGLEMENTATION Rappel : Le document Unique d Evaluation des Risques Dans toute entreprise, le chef d entreprise a pour obligation d assurer la sécurité et la santé de

Plus en détail

Interventions d'entreprises extérieures en chantier routier

Interventions d'entreprises extérieures en chantier routier Interventions d'entreprises extérieures en chantier routier Plan de prévention Pratique des gestionnaires Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies

Plus en détail

Règlement général d hygiène et de sécurité en vigueur au sein de la Société des Carrières de Hautes Provence.

Règlement général d hygiène et de sécurité en vigueur au sein de la Société des Carrières de Hautes Provence. Règlement général d hygiène et de sécurité en vigueur au sein de la Société des Carrières de Hautes Provence. 1 REGLES GENERALES 1.1 Disposition générale Le personnel est tenu de se conformer strictement

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS SOMMAIRE Le rappel des obligations légales. les principaux risques. Le document Unique. Rappel des obligations légales Article

Plus en détail

Repérage avant travaux / avant démolition

Repérage avant travaux / avant démolition Repérage avant travaux / avant démolition Mars 2013 MAITRE D OUVRAGE ET L AMIANTE EVALUATION INITIALE DES RISQUES LIES AU MATERIAUX CONTENANT DE L AMIANTE REPERAGE AVANT TRAVAUX (de rénovation, de réhabilitation

Plus en détail

Action nationale 2012 dans les mines et carrières : l intervention des entreprises extérieures

Action nationale 2012 dans les mines et carrières : l intervention des entreprises extérieures Action nationale 2012 dans les mines et carrières : l intervention des entreprises extérieures 1 Pourquoi le thème «entreprises extérieures»? Dans le comparatif RGIE/code du travail, il apparaît que les

Plus en détail

Le Maître d Ouvrage et la mission de Coordination SPS

Le Maître d Ouvrage et la mission de Coordination SPS Le Maître d Ouvrage et la mission de Coordination SPS 1 - Rappel du cadre réglementaire - Les applications respectives du plan de prévention et de la coordination SPS - La désignation du CSPS - Les points

Plus en détail

Arrêté royal du 4 mai 1999 concernant l utilisation d équipements de travail servant au levage de charges (M.B. 4.6.1999)

Arrêté royal du 4 mai 1999 concernant l utilisation d équipements de travail servant au levage de charges (M.B. 4.6.1999) Arrêté royal du 4 mai 1999 concernant l utilisation d équipements de travail servant au levage de charges (M.B. 4.6.1999) Modifié par: (1) arrêté royal du 28 août 2002 désignant les fonctionnaires chargés

Plus en détail

LE PROTOCOLE DE SECURITE

LE PROTOCOLE DE SECURITE Fiche outil n 7 LE PROTOCOLE DE SECURITE Dans le cadre des opérations de chargement et de déchargement La présente fiche outil est constituée des éléments suivants : - Une fiche explicative concernant

Plus en détail

CREATION DE VESTIAIRES DE FOOTBALL A DREUIL LES AMIENS

CREATION DE VESTIAIRES DE FOOTBALL A DREUIL LES AMIENS NOTICE DE COORDINATION SECURITE PROTECTION DE LA SANTE CREATION DE VESTIAIRES DE FOOTBALL Maître d'ouvrage AMIENS METROPOLE Services Conduite d'opérations Place de l'hôtel de Ville BP 2720 80027 AMIENS

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Circulaire d'informations n 2009/17 du 15 septembre 2009 LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Références : - Loi n 84-594 du 12 juillet 1984 modifiée relative à la formation des agents de

Plus en détail

La prévention dans le bâtiment et le génie civil

La prévention dans le bâtiment et le génie civil GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Luxembourg, le 7 octobre 1996 ITM-CL 97.2 La prévention dans le bâtiment et le génie civil Conception, Construction, Exploitation Le présent document comporte 7 pages Sommaire

Plus en détail

ANNEXE 1. TITRE 12 : TRAVAUX AU VOISINAGE DE LIGNES, CANALISATIONS ET INSTALLATIONS ELECTRIQUES. CHAPITRE 1. Article 171

ANNEXE 1. TITRE 12 : TRAVAUX AU VOISINAGE DE LIGNES, CANALISATIONS ET INSTALLATIONS ELECTRIQUES. CHAPITRE 1. Article 171 ANNEXE 1 TITRE 12 : TRAVAUX AU VOISINAGE DE LIGNES, CANALISATIONS ET INSTALLATIONS ELECTRIQUES. CHAPITRE 1. Article 171 Modifié par Décret n 95-608 du 6 mai 1995 art. 20 I (JORF 7 mai 1995 en vigueur le

Plus en détail

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au code de la Santé Publique

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au code de la Santé Publique La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au code de la Santé Publique Colloque Amiante mars 2015 Cadre réglementaire Décret du 3 juin 2011 relatif à la protection de la population

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15 Art. R. 233-16 Art. R. 233-17 Art. R. 233-18

CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15 Art. R. 233-16 Art. R. 233-17 Art. R. 233-18 CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15.- Les éléments mobiles de transmission d'énergie ou de mouvements des équipements de travail présentant des risques de contact mécanique pouvant entraîner des accidents doivent

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE COORDINATION EN MATIERE DE SECURITE ET DE PROTECTION DE LA SANTE DES TRAVAILLEURS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP)

MARCHE PUBLIC DE COORDINATION EN MATIERE DE SECURITE ET DE PROTECTION DE LA SANTE DES TRAVAILLEURS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) COMMUNES DE GUINES REQUALIFICATION DU SITE DE LA MINOTERIE BOUTOILLE MARCHE PUBLIC DE COORDINATION EN MATIERE DE SECURITE ET DE PROTECTION DE LA SANTE DES TRAVAILLEURS (C.S.P.S.) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015 PLAN DE PRÉVENTION PLAN DE PREVENTION Qu est-ce qu un plan de prévention? C est un document dans lequel sont notifiées les mesures de coordination générales prises pour prévenir les risques liés à l interférence

Plus en détail

Les obligations de l'exploitant

Les obligations de l'exploitant Guide technique : Sécurité > Les obligations de l'exploitant > Les obligations de l'exploitant Les obligations de l'exploitant L exploitant assiste aux visites de la commission de sécurité, ou s y fait

Plus en détail

Obligations du maître d ouvrage

Obligations du maître d ouvrage Obligations du maître d ouvrage Formation Amiante sous section 4 Amian nte sou us sectio on 4 mation Form OBLIGATIONS DU MAITRE D OUVRAGE Pour réaliser son projet le maître d ouvrage nomme : Un maître

Plus en détail

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments. Présentation aux CHSCT Septembre 2014

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments. Présentation aux CHSCT Septembre 2014 Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments Présentation aux CHSCT Septembre 2014 PLAN I - HISTORIQUE II - GESTION COURANTE DES BÂTIMENTS III - GESTION DES OPERATIONS DE TRAVAUX

Plus en détail

Prévention et lutte contre l incendie

Prévention et lutte contre l incendie Prévention et lutte contre l incendie Voici les principales obligations des établissements de commerce de détail de l habillement en matière de prévention et de lutte contre l incendie. Cette fiche ne

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

VILLE DE FEYZIN ( Rhône ) Réfection d'un réseau d'évacuation d'eau usée. Place René LESCOT

VILLE DE FEYZIN ( Rhône ) Réfection d'un réseau d'évacuation d'eau usée. Place René LESCOT VILLE DE FEYZIN ( Rhône ) MAITRE D'OUVRAGE VILLE DE FEYZIN Réfection d'un réseau d'évacuation d'eau usée Place René LESCOT CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUE PARTICULIERES (C.C.T.P) SOMMAIRE 1 OBJET DU MARCHE...3

Plus en détail

L évolution de la règlementation technique. Les «BREVES»

L évolution de la règlementation technique. Les «BREVES» L évolution de la règlementation technique Les «BREVES» Bruno de Baudouin Jean-Charles MASSON Rencontre BAT IM Club du 18 janvier 2011 URBANISME ET AMENAGEMENT Décret n 2010-304 du 22 mars 2010 Application

Plus en détail

AVENUE SAINTE-MARGUERITE CREATION D UN CHEMINEMENT PIETON ENTRE L ECOLE JULES VERNE ET LA TRAVERSE DES ARBORAS NICE

AVENUE SAINTE-MARGUERITE CREATION D UN CHEMINEMENT PIETON ENTRE L ECOLE JULES VERNE ET LA TRAVERSE DES ARBORAS NICE VILLE DE NICE Direction Centrale de la Maintenance et de l Exploitation des Espaces Publics Direction de la Voirie et de l Hydraulique 37, avenue Maréchal Foch 06364 NICE Cedex 4 AVENUE SAINTE-MARGUERITE

Plus en détail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Destiné aux entreprises réalisant des travaux susceptibles d'être en présence d'amiante

Plus en détail

Les échafaudages préfabriqués. fixes en milieu bâtiment. fixes en milieu industriel

Les échafaudages préfabriqués. fixes en milieu bâtiment. fixes en milieu industriel Les échafaudages préfabriqués fies Les échafaudages préfabriqués fies en milieu bâtiment Les échafaudages préfabriqués fies en milieu industriel 33 Les principales dispositions techniques d'étude et de

Plus en détail

CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN

CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN CIRCULAIRE N 49/2002 Cl. C 44 Colmar, le 30 octobre 2002 Màj juillet 2008 CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN Fonction Publique Territoriale 22, rue Wilson - 68000 COLMAR TÉL. 03.89.20.36.00 / FAX. 03.89.20.36.29

Plus en détail

MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES

MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES 1 I. Les textes applicables Décret du 8 janvier 1965 modifié qui concerne les mesures de protection applicables aux établissements dont le personnel

Plus en détail

SOMMAIRE 1 - PREAMBULE... 2 1.1 - OBJET DE LA NOTICE... 2 1.2 - INTEGRATION DE LA SECURITE DANS LA DEMARCHE DE L EXPLOITANT... 2

SOMMAIRE 1 - PREAMBULE... 2 1.1 - OBJET DE LA NOTICE... 2 1.2 - INTEGRATION DE LA SECURITE DANS LA DEMARCHE DE L EXPLOITANT... 2 Page 1/15 SOMMAIRE 1 - PREAMBULE... 2 1.1 - OBJET DE LA NOTICE... 2 1.2 - INTEGRATION DE LA SECURITE DANS LA DEMARCHE DE L EXPLOITANT... 2 2 - MOYENS DE SECURITE... 4 2.1 - CHARGE DE SECURITE... 4 2.2

Plus en détail

PROCEDURE PLAN DE PREVENTION

PROCEDURE PLAN DE PREVENTION Page 1 1 Objet Cette procédure définit l organisation, la rédaction et le suivi d un plan de prévention (PdP) dans le cadre d une opération commanditée par un tiers (unité ou service) au sein de l UFR

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public. Consignes Générales d Exploitation

Etablissement Recevant du Public. Consignes Générales d Exploitation Ville de Perpignan Direction Générale des Services Techniques Etablissement Recevant du Public Consignes Générales d Exploitation 1- Surveillance de l établissement En présence du public, l établissement

Plus en détail

Conduites électriques aériennes

Conduites électriques aériennes GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Luxembourg, le 12 novembre 1997 ITM-CL 10.2 Conduites électriques aériennes Prescriptions de sécurité types Les présentes prescriptions comportent 5 pages. SOMMAIRE Article Page

Plus en détail

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments INTRODUCTION Nécessité d'une vigilance particulière dans la gestions des bâtiment depuis 1997, date de l'interdiction de l'amiante en

Plus en détail

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP L exploitation d un Établissement Recevant du Public nécessite de respecter un certain nombre de règles spécifiques. Deux domaines sont particulièrement surveillés : l accessibilité, ces établissements

Plus en détail

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail

F I C H E T E C H N I Q U E N 2 0 1 0 / 2. Préconisations pour la mise en place de panneaux photovoltaïques

F I C H E T E C H N I Q U E N 2 0 1 0 / 2. Préconisations pour la mise en place de panneaux photovoltaïques F I C H E T E C H N I Q U E N 2 0 1 0 / 2 Préconisations pour la mise en place de panneaux Service PréveNTiON edition mars 2010 En l absence de réglementation applicable à l installation de panneaux,

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES Maître d'ouvrage : COMMUNE DE SOIRANS Mairie 11 Grande rue 21110 SOIRANS TRAVAUX DE VOIRIE : REFECTION DE LA RUE DU POINT DU JOUR

Plus en détail

Interventions dans les immeubles: -Quels enjeux face à l amiante? - Donneur d Ordre, diagnostiqueur, entreprise, quel est votre rôle?

Interventions dans les immeubles: -Quels enjeux face à l amiante? - Donneur d Ordre, diagnostiqueur, entreprise, quel est votre rôle? Conférence 2014 Interventions dans les immeubles: -Quels enjeux face à l amiante? - Donneur d Ordre, diagnostiqueur, entreprise, quel est votre rôle? Page 1 Introduction Jardinière en fibrociment Page

Plus en détail

LA REGLEMENTATION INCENDIE

LA REGLEMENTATION INCENDIE LA REGLEMENTATION INCENDIE SOMMAIRE 1/ Les objectifs de la règlementation incendie 2/ Les grandes familles de construction soumises à la règlementation incendie 3/ La règlementation incendie en bref 4/

Plus en détail

LES DIFFERENTS RISQUES ET LES MESURES DE BONNE GESTION

LES DIFFERENTS RISQUES ET LES MESURES DE BONNE GESTION LES DIFFERENTS RISQUES ET LES MESURES DE BONNE GESTION Une entreprise présente différents type de risque. Les conséquences peuvent être plus ou moins graves. De simples précautions peuvent éviter ou limiter

Plus en détail

COORDINATION DE CHANTIER BATIMENT. Koné 28 aout 2013

COORDINATION DE CHANTIER BATIMENT. Koné 28 aout 2013 COORDINATION DE CHANTIER BATIMENT Koné 28 aout 2013 Philippe DI MAGGIO COORDINATION DE CHANTIER Section prévention des risques professionnels Introduction Pourquoi et de quoi parle-t-on Pourquoi : BTP

Plus en détail

CAP Préparation et Réalisation d Ouvrages Electriques

CAP Préparation et Réalisation d Ouvrages Electriques mi ni s t èr e Éducati on nat i on al e REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES CAP Préparation et Réalisation d Ouvrages Electriques SERVICE DES FORMATIONS SOUS DIRECTION DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

Plus en détail

De la composition du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre Ier et du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre IV

De la composition du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre Ier et du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre IV CHAPITRE VII. De la composition du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre Ier et du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre IV Section 1re. Des dossiers des demandes de permis

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Selon la procédure adaptée CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Selon la procédure adaptée CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP Mairie de BRAILLANS 9 rue de la mairie 25640 BRAILLANS 03 81 57 93 30 Email : mairie.braillans@orange.fr MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Selon la procédure adaptée CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

Plus en détail

Travaux de toiture. Guide pratique

Travaux de toiture. Guide pratique Travaux de toiture Guide pratique 1 Travaux de toiture dangereux 2 Travaux de toiture dangereux 3 Travaux de toiture dangereux 4 Echelles de couvreurs Pour les travaux sur une surface dont la pente est

Plus en détail

Fiche Hygiène et Sécurité

Fiche Hygiène et Sécurité Fiche Hygiène et Sécurité N 15 01/13 I nterventions d entreprises extérieures Définition - Généralités On appelle entreprise extérieure toute entreprise amenée à faire travailler son personnel pour la

Plus en détail

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE»

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» COMMUNICATION RELATIVE AU CADRE REGLEMENTAIRE CONCERNANT LA PREVENTION

Plus en détail

LE CONSEIL COMMUNAL,

LE CONSEIL COMMUNAL, LE CONSEIL COMMUNAL, Considérant l article D.220 du Code de l Eau en vertu duquel le Conseil Communal est tenu d édicter un règlement communal qui complète les obligations d évacuation des eaux usées dérivant

Plus en détail

Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 03/2012

Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 03/2012 Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP Pilote : P Date : 03/2012 Généralités sur les ERP Définition de l ERP et généralités en sécurité contre l incendie Qu est-ce qu un E.R.P.? Art.

Plus en détail

RÉGLEMENTATION SÉCURITÉ

RÉGLEMENTATION SÉCURITÉ RÉGLEMENTATION SÉCURITÉ Amiante page 22 Utiliser des échafaudages de pied 10068 - page 23 Monter et démonter des échafaudages de pied de type multidirectionnels 10085 - page 23 Monter et démonter des échafaudages

Plus en détail

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE Cette charte a vocation à s appliquer lors de travaux effectués par une ou plusieurs entreprises, dites sous-traitantes, à l intérieur de l enceinte et des

Plus en détail

Archiver dans une entreprise privée commerciale Fiche 4 : au moins 5 ans

Archiver dans une entreprise privée commerciale Fiche 4 : au moins 5 ans Sécurité Livre de paie (applicable jusqu au 31/07/1998) art. L. 143-5). Déclarations préalables à l embauche L. 320). Relevé mensuel des contrats de travail art. R. 320-1-1). Tous documents, en général,

Plus en détail

Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT)

Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT) Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT) Consultez notre site Internet : http://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/jcms/c_43964/accueil

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION. Personne chargée du suivi du Plan de Prévention (nom, qualification, coordonnées) :

PLAN DE PREVENTION. Personne chargée du suivi du Plan de Prévention (nom, qualification, coordonnées) : PLAN DE PREVENTION ETABLISSEMENT SCOLAIRE Nom de l'établissement scolaire : Adresse : Téléphone : Nom du chef d'établissement : Personne chargée du suivi du Plan de Prévention (nom, qualification, coordonnées)

Plus en détail

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail;

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail; Arrêté royal du 30 août 2013 fixant des dispositions générales relatives au choix, à l'achat et à l'utilisation d'équipements de protection collective (M.B. 7.10.2013) Chapitre I er. - Dispositions relatives

Plus en détail

1. DEFINITION temps d'isolement dangerosité de l'activité Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Côte d Or

1. DEFINITION temps d'isolement dangerosité de l'activité Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Côte d Or 1. DEFINITION Un agent doit être considéré comme travailleur isolé lorsqu'il est hors de vue ou de portée des autres, dans la plupart des cas pour des durées de plus d'une heure. Cependant pour des travaux

Plus en détail

Plan de prévention. Quoi?

Plan de prévention. Quoi? 2 Plan de prévention Quoi? Ce document a pour objectif d évaluer les risques inhérents à la coactivité entre les agents d'une collectivité et les salariés d'une Entreprise Extérieure (). Cette coactivité

Plus en détail

Travaux réalisés dans un établissement par une entreprise extérieure (2/3) : Le plan de prévention

Travaux réalisés dans un établissement par une entreprise extérieure (2/3) : Le plan de prévention Fonction Publique Territoriale Centre de Gestion de Maine et Loire Service Hygiène & Sécurité Fiche n 82 Création : Mai 2013 Travaux réalisés dans un établissement par une entreprise extérieure (2/3) :

Plus en détail

Cahier des clauses Techniques Particulières. Lot : n 1 DESAMIANTAGE

Cahier des clauses Techniques Particulières. Lot : n 1 DESAMIANTAGE République Française Institut National de la Recherche Agronomique Centre de Recherche de Clermont-Ferrand Theix Lyon MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX Cahier des clauses Techniques Particulières Lot : n 1 DESAMIANTAGE

Plus en détail

FICHE THEMATIQUE. n 1 LE COORDONNATEUR SPS 1. LA DESIGNATION PAR LE MAITRE D OUVRAGE DU COORDONNATEUR SPS

FICHE THEMATIQUE. n 1 LE COORDONNATEUR SPS 1. LA DESIGNATION PAR LE MAITRE D OUVRAGE DU COORDONNATEUR SPS FICHE THEMATIQUE n 1 LE COORDONNATEUR 1. LA DESIGNATION PAR LE MAITRE D OUVRAGE DU COORDONNATEUR 1.1. Dans quels cas le recours à un coordonnateur est il obligatoire? 1.1.1. Les dispenses de coordonnateur

Plus en détail

ESSENTIEL PREVENTION AFFICHAGE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL DANS LES ENTREPRISES

ESSENTIEL PREVENTION AFFICHAGE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL DANS LES ENTREPRISES ESSENTIEL PREVENTION AFFICHAGE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL DANS LES ENTREPRISES Définition Une signalisation ou un affichage sécurité doit être mise en place dans l entreprise lorsqu un risque ne peut

Plus en détail

DECRET Décret no 96-98 du 7 février 1996 relatif à la protection des travailleurs contre les risques liés à l'inhalation de poussières d'amiante

DECRET Décret no 96-98 du 7 février 1996 relatif à la protection des travailleurs contre les risques liés à l'inhalation de poussières d'amiante Accueil > Les textes législatifs et réglementaires > Détail d'un texte En savoir plus sur ce texte... JORF n 33 du 8 février 1996 page 2050 DECRET Décret no 96-98 du 7 février 1996 relatif à la protection

Plus en détail

N 14 L INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES

N 14 L INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES Fiche Info Prévention & Sécurité N 14 L INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES Les collectivités territoriales et les établissements publics sont nombreux à faire appel à des entreprises spécialisées ou

Plus en détail

CAMPAGNE NATIONALE RISQUES FORESTIERS ET SYLVICOLES

CAMPAGNE NATIONALE RISQUES FORESTIERS ET SYLVICOLES Campagne nationale sur les risques forestiers et sylvicoles 1. Contexte CAMPAGNE NATIONALE RISQUES FORESTIERS ET SYLVICOLES Accidentologie dans les secteurs forestiers et sylvicoles plus élevée que les

Plus en détail

Commune de Chambly RENOVATION PARTIELLE DE LA COUVERTURE AUX TENNIS COUVERTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P)

Commune de Chambly RENOVATION PARTIELLE DE LA COUVERTURE AUX TENNIS COUVERTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P) Commune de Chambly RENOVATION PARTIELLE DE LA COUVERTURE AUX TENNIS COUVERTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P) 1 SOMMAIRE GENERALITES...3 1.1 OBJET DU MARCHE...3 1.2 INTERVENANTS...3

Plus en détail

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au Code de la Santé Publique

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au Code de la Santé Publique ½ journée amiante Dreal Bourgogne Dijon, le 20 novembre 2014 La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au Code de la Santé Publique Énora PARENT, Cerema Ministère de l'écologie,

Plus en détail

REFERENTIEL D ACTIVITES ET DE COMPETENCES «CONDUCTEUR DE TRAVAUX»

REFERENTIEL D ACTIVITES ET DE COMPETENCES «CONDUCTEUR DE TRAVAUX» Document mis à jour le 04/02/2015 APGP - Association Paritaire de Gestion du Paritarisme 8 rue du chalet - 75010 PARIS Tél. : 01 42 84 28 71 - Fax : 01 42 02 68 53 cpnef.architecture@apgp.fr www.branche-architecture.fr

Plus en détail

ENJEUX ET METHODOLOGIE

ENJEUX ET METHODOLOGIE REPERAGE AMIANTE AVANT TRAVAUX ENJEUX ET METHODOLOGIE Intervenant : Hugues HARTMANN Gérant de la société Diagnostics, repérage et conseils en gestion de polluants 19, rue de la Victoire 68490 CHALAMPE

Plus en détail

CONSULTATION DE SERVICES DE CONTROLEUR TECHNIQUE

CONSULTATION DE SERVICES DE CONTROLEUR TECHNIQUE Service Assainissement VILLE D'HAZEBROUCK Mairie - BP 70189 - rue André Biébuyck 59524 HAZEBROUCK CEDEX CONSULTATION DE SERVICES DE CONTROLEUR TECHNIQUE Service Gestionnaire : DIRECTION DES SERVICES TECHNIQUES

Plus en détail

L AMÉNAGEMENT DES LOCAUX DE TRAVAIL POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES

L AMÉNAGEMENT DES LOCAUX DE TRAVAIL POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES L AMÉNAGEMENT DES LOCAUX DE TRAVAIL POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES Gérard Dessein Ingénieur en chef Chef du Service Accessibilité et Constructions adaptées

Plus en détail

OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS

OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS 2 CHAPITRE OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS 2.1. CAS GÉNÉRAL L installation d un garde-corps est obligatoire lorsque la hauteur de chute comptée à partir de la zone de stationnement normal (ZSN)

Plus en détail

Les permissions de voirie directes. V. Aménagements provisoires en relation avec un chantier de construction.

Les permissions de voirie directes. V. Aménagements provisoires en relation avec un chantier de construction. 28 V. Aménagements provisoires en relation avec un chantier de construction. A. Résumé. 1. Domaine de la permission de voirie directe. (a) mise en place sur la chaussée d un conteneur pour matériaux de

Plus en détail

CAHIERS DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.)

CAHIERS DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) Maître d ouvrage : Union de Gestion des Etablissements de la Caisse d Assurance Maladie Organisme de droit privé participant au service public 10b avenue Achille Baumann BP 70104 67403 ILLKIRCH CEDEX Tél

Plus en détail

4. Les nouvelles dispositions applicables en cas de travaux de démolition d' immeubles où se trouvent des matériaux contenant de l'amiante

4. Les nouvelles dispositions applicables en cas de travaux de démolition d' immeubles où se trouvent des matériaux contenant de l'amiante AMIANTE SOMMAIRE: NOTE IMPORTANTE : l'ensemble de ce chapitre traite de la réglementation amiante à partir des décrets initiaux de février 1996, dont le décret 96-97 ; ce décret qui a été modifié au fil

Plus en détail

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION 1. REGLEMENTATION Code du travail articles R. 4222-1 à 26, R. 4412-149 et 150, R. 4722-1, 2, 13, 14, 26, R. 4724-2 et 3 et R. 4212-1 à 7; Arrêté du 8 octobre 1987: contrôle périodique des installations

Plus en détail

LE PLAN DE PREVENTION

LE PLAN DE PREVENTION 1 Association des Directeurs et Responsables de Services Généraux Facilities Manag ers Association LE PLAN DE PREVENTION Avertissement : ce document est un exemple établi pour un besoin particulier. Il

Plus en détail

CHAPITRE 3 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE N

CHAPITRE 3 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE N CHAPITRE 3 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE N CARACTERISTIQUES GENERALES La zone N est une zone de protection stricte, motivée par la qualité des sites, espaces ou milieux naturels et les paysages. Toute

Plus en détail

Travaux en hauteur (Directive)

Travaux en hauteur (Directive) Travaux en hauteur (Directive) Encadrements administratifs Date d'entrée en vigueur: 10/06/09 Date de fin: Commentaire: Service émetteur: Capital humain Service du signataire: Capital humain, Direction

Plus en détail

TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX

TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX CARACTERE ET VOCATION DE LA ZONE UX Il s agit d une zone d activité créée à l Est de l agglomération, sous la forme d un lotissement dont les règles

Plus en détail

Politique : travail en hauteur

Politique : travail en hauteur Page 1 sur 9 1. BUT... 3 2. PORTÉE... 3 3. DÉFINITIONS... 3 4. RÔLES ET RESPONSABILITÉS... 3 a) Chef d exploitation / Agent de projets de l ASC... 3 b) Exécutant de l ASC et sous-traitant... 4 c) Agent

Plus en détail

Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH)

Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH) 1 Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH) Conformément à Article R*111-19-17 du CCH, la présente notice fait partie du dossier permettant de vérifier la conformité

Plus en détail