TABLE DES MATIERES. Intitulés de la question principale (enseignement spécifique)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TABLE DES MATIERES. Intitulés de la question principale (enseignement spécifique)"

Transcription

1 TABLE DES MATIERES Intitulés de la question principale (enseignement spécifique) Science économique 1. Croissance, fluctuations et crises E1.1 Quelles sont les sources de la croissance économique? Comment le progrès technique permet-il la croissance? Sujet N 1 Vous montrerez que les sources de la croissance économique sont multiples Sujet N 2 Présentez les limites du PIB Sujet N 3 Montrez que les gains de productivité constituent un facteur important de la Sujet N 4 croissance économique E1.2 Comment expliquer l'instabilité de la croissance? Pas de sujet Sujet N 5 Comment les chocs de demande expliquent-ils les fluctuations Sujet N 6 économiques? Vous montrerez que la demande globale peut stimuler la croissance Sujet N 7 économique. Vous montrerez que la demande globale peut stimuler la croissance Sujet N 8 économique 2. Mondialisation, finance internationale et intégration européenne E2.1 Quels sont les fondements du commerce international et de l'internationalisation de la production? Pourquoi certains pays ont-ils recours à des politiques protectionnistes? Sujet N 9 Quels sont les facteurs qui contribuent à la mondialisation de la production? Sujet N 10 Quelles sont les stratégies d internationalisation des entreprises? Sujet N 11 Qu est-ce qui détermine le choix de localisation des firmes multinationales? Sujet N 12 E2.2 Quelle est la place de l'union européenne dans l'économie globale? Quelles sont les contraintes liées à l'adoption de la monnaie unique? Sujet N 13 Quelles sont les difficultés des politiques budgétaires au sein de la zone Sujet N 14 euro? Vous montrerez que les politiques macroéconomiques des États de la zone Sujet N 15 euro sont interdépendantes. Vous montrerez les avantages de l intégration économique pour les pays Sujet N 16 membres de l UEM. 3. Économie du développement durable E3.1 La croissance économique est-elle compatible avec la préservation de l'environnement? Montrez que la croissance économique peut conduire à l épuisement des Sujet N 17 ressources naturelles. Montrez pourquoi l épuisement des ressources naturelles rend nécessaire Sujet N 18 une analyse en termes de développement durable. Sociologie 1Classes, stratification et mobilité sociales S1.1 Comment analyser la structure sociale? En quoi le classement en catégories socioprofessionnelles permet-elle de rendre compte des inégalités économiques et sociales. Vous analyserez les principales transformations de la structure sociale au cours des 50 dernières années. Vous montrerez que les inégalités économiques et sociales sont cumulatives. Sujet N 19 Sujet N 20 Sujet N 21

2 S1.2 Comment rendre compte de la mobilité sociale? Quel rôle joue l école dans la mobilité sociale? Sujet N 22 Vous montrerez que le déclassement est une réalité dans la France Sujet N 23 d aujourd hui. Vous montrerez l existence de la mobilité sociale en France Sujet N Intégration, conflit, changement social S2.1 Quels liens sociaux dans des sociétés où s'affirme le primat de l'individu? Quels sont les effets des évolutions du marché du travail sur l intégration Sujet N 25 sociale? Quelles difficultés l école rencontre-t-elle dans son rôle d intégration Sujet N 26 sociale? Vous montrerez l évolution du rôle de la famille dans l intégration sociale. Sujet N 27 S2.2 La conflictualité sociale : pathologie, facteur de cohésion ou moteur du changement social? Montrez que la conflictualité sociale s est déplacée du monde du travail vers Sujet N 28 d autres domaines. Présentez les caractéristiques des mouvements sociaux qui se sont Sujet N 29 développés en France à partir des années Comment les conflits du travail ont-ils évolué en France depuis les années Sujet N ? Regards croisés 1Justice sociale et inégalités RC1.1 Comment les pouvoirs publics peuvent-ils contribuer à la justice sociale? Comment la redistribution réduit-elle les inégalités? Sujet N 31 Quelles mesures peuvent favoriser une plus grande égalité des chances? Sujet N 32 Quels effets exerce la redistribution sur les inégalités de revenu? Sujet N 33 Quels sont les moyens dont disposent les pouvoirs publics pour lutter contre Sujet N 34 les inégalités? 2. Travail, emploi, chômage RC2.1 Comment s'articulent marché du travail et organisation dans la gestion de l'emploi? Vous montrerez que l'analyse néoclassique du marché du travail ne suffit pas à Sujet N 35 expliquer la détermination du taux de salaire. Vous montrerez que le taux de salaire est déterminé par le fonctionnement du Sujet N 36 marché du travail selon l'analyse néoclassique. Comment l évolution des types de contrat de travail transforme t-elle le Sujet N 37 marché du travail? Montrez en quoi la réduction du coût du travail peut permettre de réduire le Sujet N 38 chômage. RC2.2 Quelles politiques pour l'emploi? Montrez en quoi la réduction du coût du travail peut permettre de réduire le Sujet N 39 chômage Montrer que les politiques de l emploi se fondent sur la prise en compte du Sujet N 40 rôle du travail dans l intégration sociale Montrez que la flexibilité peut-être source de précarité Sujet N 41 Montrez qu un coût du travail élevé peut-être source de chômage Sujet N 42 Comment les politiques de soutien de la demande globale permettent-elles Sujet N 43 de lutter contre le chômage keynésien?

3 Temps de préparation : 30mn Sujet N 1 1 Présentez la notion de salaire d efficience [ 3 points] 2 Expliquez la notion de déclassement social [ 3 points] 3 Vous calculerez de deux façons l évolution des emplois du secteur des services entre 1950 et 2010 [4 points] Vous montrerez que les sources de la croissance économique sont multiples. Document 1 : Document 2

4 Temps de préparation : 30mn Sujet N 2 1. Qu est-ce qu une classe sociale au sens de M.Weber? [ 3 points] 2 Présentez deux exemples de lutte contre les discriminations. [ 3 points] 3 Que signifient les deux données entourées dans le document 2. [ 4 points] Comment le progrès technique permet-il la croissance? Document 1 : Document 2

5 Temps de préparation : 30mn Sujet N 3 1. Illustrez par un exemple que la solidarité mécanique est toujours présente dans la société française contemporaine. [ 3 points] 2. Montrez qu une politique d allègement du coût du travail peut permettre de lutter contre le chômage classique. [ 3 points] 3. Comparez les données de la Norvège et du Niger à partir du document 1. [4 points] Présentez les limites du PIB.. Document 1 : Document 2 De nombreuses activités qui contribuent au bien-être ne sont pas comptées dans le PIB : le bénévolat, le travail domestique. Elles n'intègrent le PIB que lorsqu'elles sont réalisées par d'autres unités économiques et qu'elles-mêmes ou les facteurs de production mobilisés peuvent faire l'objet d'un échange monétaire. Pourtant, ces activités et ces temps partagés sont extrêmement importants pour le développement, la stabilité et la pérennité de notre société, mais également pour notre épanouissement personnel, notre bonheur individuel. Mais ces temps essentiels, considérés comme improductifs, sont ignorés par le PIB, tout comme le fait que les citoyens aient une espérance de vie de plus en plus longue, un niveau d'instruction plus élevé,etc. Le PIB est par ailleurs indifférent à la répartition des richesses comptabilisées, aux inégalités, à la pauvreté, à la sécurité économique, etc., qui sont pourtant presque unanimement considérées comme des dimensions du bien-être à l'échelle d'une société. Jean Gadrey et Dominique Méda, Alternatives Economiques Poche n mars 2011

6 Temps de préparation : 30mn Sujet N 4 2. Présentez des conflits sociaux qui constituent une résistance au changement social. [ 3 points] 2. En quoi consiste le système de redistribution? [3 points] 3. Comparez les données pour la France de 1950 à 1973 à celles de , à l aide du document 1. [ 4 points] Montrez que les gains de productivité constituent un facteur important de la croissance économique. Document 1 Document2

7 Enseignement spécifique- Baccalauréat 2014 Temps de préparation : 30mn Sujet N 6 1. Présentez les différentes formes de mobilité sociale. [3 points] 2. Présentez deux formes de flexibilité du marché du travail. [3 points] 3. Comparez la croissance des États-Unis et de la zone euro sur la période 2007/2010 (document 1). [ 4 points] Comment les chocs de demande expliquent-ils les fluctuations économiques? Document 1 Taux de croissance du PIB en % États Unis 1,9-0,3-3,5 3,0 Zone euro 3,0 0,4-4,3 1,8 Inflation en % États Unis 2,9 3,8-0,3 1,6 Zone euro 2,1 3,3 0,3 1,6 Taux de chômage en % de la population active États Unis 4,6 5,8 9,3 9,6 Zone euro 7,6 7,7 9,6 10,1 Dette publique en % du PIB États Unis 62,3 71,6 95,2 94,4 Zone euro 66,4 70,1 79,7 85,8 Source FMI et OCDE Document 2 La crise de 1929 fut un choc de demande négatif et la dépression prit fin grâce à un choc de demande positif l'énorme augmentation des dépenses de l État au cours de la seconde guerre mondiale. En 2008, l'économie américaine connut un autre choc de demande négatif important au moment où le marché immobilier passa de la hausse à la baisse, amenant les consommateurs et les firmes à réduire leurs dépenses. D'après Paul Krugman, Robin Wells, Macroéconomie. 2009

8 Temps de préparation : 30mn Sujet N 7 1. Expliquez ce qu est la solidarité organique.(3 points) 2. En quoi les services collectifs peuvent-ils contribuer à la justice sociale? (3 points) 3..Présentez l évolution de la consommation et de la croissance à l aide du document 1 (4 points). Vous montrerez que la demande globale peut stimuler la croissance économique. Document 1 : Document 2 «"Notre réponse à la crise, c'est l'investissement." Le plan de relance que Nicolas Sarkozy a présenté jeudi depuis Gayant Expo à Douai veut faire la part belle à l'investissement, le leitmotiv de son discours, face à une crise mondiale "qui va tout changer". "C'est la seule manière de préparer les emplois de demain, est convaincu le chef de l'état. Car nous avons des retards d'investissements considérables depuis des décennies, car la France sacrifie depuis trop longtemps l'investissement au fonctionnement." Il chiffre le montant de cette relance à "26 milliards d'euros sur deux ans", dont 15,5 milliards de dépenses supplémentaires en Revers de la médaille : le déficit public devrait atteindre 4 % du PIB pour l'année prochaine, contre 3,1 prévus. Selon l'élysée, ce plan conduira à 0,6 % de croissance supplémentaire en 2009, alors que les prévisions de croissance du gouvernement s'établissent actuellement entre 0,2 % et 0,5 %. "Ce plan de relance aura un budget spécifique" avec un collectif budgétaire dès janvier Le plan de relance de l'économie sera piloté par un membre du gouvernement chargé spécifiquement "d'en suivre l'exécution"» Source : Lepoint.fr, POINT PAR POINT Les mesures du plan de relance de Sarkozy, 05/12/2008

9 Temps de préparation : 30mn Sujet N 8 4. Montrez que le conflit social est facteur de cohésion sociale. [3 points] 2 Expliquez la segmentation du marché du travail. [3 points] 3. Présentez l évolution de la consommation et de la croissance à l aide du document 1. [4 points] Vous montrerez que demande globale peut stimuler la croissance économique. Document 1 : Document 2 Soit une entreprise privée qui décide de réaliser sur le territoire national un investissement de 100 millions (par exemple la construction d'un parc d'attractions). [... ] À cette fin, elle commande des biens d'équipement à d'autres entreprises [installées en France], qui pour leur réalisation embauchent un certain nombre de travailleurs, ce qui constitue une création d'emplois directs. Cette activité productive se traduit par une distribution de revenus pour un montant de 100 millions aux propriétaires et aux salariés des entreprises fabriquant ces biens d'équipement. Ces agents économiques vont ensuite utiliser ce revenu supplémentaire, en partie sous forme d'achat de biens de consommation (par exemple 80 millions si l'on suppose que la propension marginale à consommer est de 0,8 en moyenne), et pour le restant, 20 millions, l'épargneront. Ces dépenses constituent alors des revenus pour les commerçants, leurs fournisseurs, leurs employés (première vague de création d'emplois indirects), revenus qu'ils dépenseront à leur tour. [... ]Peu à peu, les dépenses privées de consommation accentuent donc les effets de la dépense initiale d'investissement privé. Cet enchaînement de vagues «revenus-dépensesrevenus» continue indéfiniment mais leur importance est progressivement décroissante. Source :J.L.Bailly,G.Caire,C.Laviallle et J.JQuilés, Macroéconomie, Bréal, 2006

10 Temps de préparation : 30mn Sujet N 9 1. Quels sont les différents critères utilisés par Max WEBER pour rendre compte de la stratification sociale? [3 points] 2. Expliquez ce qu est la flexibilité du marché du travail. [3 points] 3. A l aide du Document 1, comparez à l aide de 2 indicateurs les données de l Union Européenne et des Etats-Unis. [4 points] Pourquoi certains pays ont-ils recours à des politiques protectionnistes? Document 1 : Tarifs douaniers moyens en % de la valeur des importations Agriculture Produits manufacturés Canada 3,8 3,6 Union Européenne 19,0 4,2 Japon 10,3 3,7 Etats-Unis 9,5 4,6 Pays à revenu intermédiaire supérieur (1) 26,6 13,1 Autres pays à revenu intermédiaire (2) 35,4 12,7 Pays à revenu intermédiaire inférieur (3) 16,6 13,2 (1) Brésil, Chine, Inde, Corée, Mexique, Russie, Afrique du Sud et Turquie (2) Bulgarie, Costa Rica, Hongrie, Jordanie, Malaisie, Maroc, Philippines et Roumanie (3) Bangladesh, Guatemala, Indonésie, Kenya, Malawi, Togo, Ouganda et Zimbabwe Document 2 Banque mondiale, Global Economic Prospects 2004 Les partisans du libre-échange soulignent qu il permet d étendre à l ensemble du monde les bienfaits de la division du travail, chaque pays produisant ce qu il sait relativement mieux faire que les autres. De fait, la production de produits industriels bon marché par des centaines de millions de chinois mal payés a largement contribué à la maîtrise de l inflation. Mais ces bénéfices s accompagnent également de coûts importants. Au Sud, elle accroît la vulnérabilité des pays pauvres aux soubresauts de l économie mondiale. ( ) Au Nord, on s inquiète aussi des conséquences de l ouverture du commerce international sur l emploi et sur les revenus. ( ) En France, une première étude de l Insee parue en 2005 conclut à une perte de emplois par an entre 1995 et 2001 du fait de la mondialisation. En 2010, une nouvelle étude monte le bilan à emplois perdu par an entre 2000 et ( ) En 2004, Paul Samuelson (*) démontre que lorsqu un pays riche échange avec un pays pauvre et que ce dernier devient très efficace dans sa production des biens qu il avait l habitude d acheter au pays riche, ce dernier s appauvrit. Note (*) Paul Samuelson, économiste américain, prix Nobel d économie en 1970 Alternatives Economiques, N 303, Juin 2011

11 Temps de préparation : 30mn Sujet N Présentez le paradoxe d Anderson. [3 points] 2. Expliquez la logique d assurance dans le système de protection sociale. [3 points] 3. A l aide du Document 1, calculez le taux de variation du coût de la main d œuvre entre 2008 et 2013 en France puis en Hongrie. [4 points] Document 1 Document 2 Quels sont les facteurs qui contribuent à la mondialisation de la production?. Coûts horaires de la main d œuvre en euros pour certains pays européens UE 28 21,5 23,7 Allemagne 27,9 31,3 France 31,2 34,3 Espagne 19,4 21,1 Hongrie 7,8 7,4 Pologne 7,6 7,6 Roumanie 4,2 4,6 Eurostat, mars 2014 Reconnaissons, dès l abord, la valeur de la contribution intellectuelle de Paul Krugman(*) à la théorie du commerce international (ce que l on appelle la «nouvelle théorie du commerce») par laquelle il a montré que, même en l absence de différences de productivité entre les pays, le commerce était profitable à tous. Il a axé son analyse sur l existence de rendements d échelle croissants, à savoir que les coûts moyens d une entreprise baissent à mesure qu elle augmente le volume de sa production, et sur le fait que les consommateurs privilégient la diversité dans la consommation. Si la nouvelle théorie du commerce réduit le rôle de l avantage comparatif, elle fait ressortir de nouvelles sources d avantages résultant du commerce qui n étaient pas mis en avant ni reconnus par les économistes classiques. L accroissement du commerce profite à tous les pays parce que la spécialisation de la production réduit les coûts moyens et que les consommateurs ont accès à de nouvelles variétés de produits. En revanche, les théories traditionnelles du commerce partaient du principe que la variété des produits restait inchangée, même après l ouverture du commerce. Pascal Lamy, Directeur général de l OMC, Allocution prononcée à l Ecole d économie de Paris le 12 avril Note (*) Paul Krugman, économise américain, prix Nobel d économie en 2008

12 Temps de préparation : 30mn Sujet N 11 Temps de passage : 20mn 5. Quelles évolutions de la famille peuvent remettre en cause son rôle dans l'intégration sociale? [ 3 points] 2 Montrez que le marché du travail est segmenté [3 points] 3. A partir du document 1, calculez la part de chaque région du monde dans les IDE entrants pour l année [ 4 points] Quelles sont les stratégies d'internationalisation des entreprises? Document 1 : Flux d IDE par région, (en milliards de dollars) Région Entrées d IDE Sorties d IDE Ensemble du Monde Pays développés Pays en développement Pays en transition Source : «Les IDE retrouvent leur niveau d avant la crise», Problèmes économiques, n 3056, Document 2 : «Les stratégies des firmes multinationales» «Les firmes multinationales s internationalisent selon deux logiques : soit accéder à un marché, soit produire plus efficacement. Dans le premier cas (stratégie de marché), les entreprises investissent dans les pays où les consommateurs ont de quoi payer (les pays développés) ou dans ceux dont le développement est prometteur (pays émergents).( ) Dans le second cas ( stratégie de rationalisation), les entreprises cherchent à profiter des avantages comparatifs des différentes régions du monde en installant les segments de leur chaîne de valeur ajoutée dans des territoires où ils peuvent être le mieux produits de manière compétitive ( les chaussures et les produits textiles de l'entreprise américaine Nike sont ainsi produits dans environ 700 usines réparties dans plus de 50 pays, situées à plus de 80% en Asie.) Source : Christian Chavagneux, «Les acteurs de la mondialisation», Les enjeux de la mondialisation, éditions La Découverte, 2007.

13 Temps de préparation : 30mn Sujet N 12 Temps de passage : 20mn 6. Présentez un exemple de mouvement social ayant produit du changement social. [ 3 points] 2 Présentez un exemple de politique permettant de lutter contre le chômage classique. [3 points] 3.Comparez, à l'aide de deux indicateurs de votre choix, le coût horaire d'un salarié allemand et d'un salarié marocain. (document 1) [ 4 points] Qu'est ce qui détermine les choix de localisation des firmes multinationales? Document 1: Coût horaire d'un salarié dans le textile en 2007 ( en dollar ) Allemagne 28,17 Malaisie 1,34 France 21,61 Égypte 1,02 Pologne 4,62 Inde 0,69 Turquie 2,96 Vietnam 0,46 Maroc 2,82 Pakistan 0,42 Thaïlande 1,75 Source : Cahiers Français n 347 Oct-Nov 2008 Document 2 : Les déterminants de la multinationalisation ( ) Rappelons que la multinationalisation des entreprises est basée sur quelques grands principes de comportements : -premier principe, la recherche de nouveaux marchés dans le cadre de la croissance de l'entreprise («market seeking») ; -deuxième principe : la recherche de moindres coûts de facteurs de production, travail, capital, terre, technologie, dans le cadre de la concurrence internationale ( «cost seeking») ; -troisième principe : la recherche de nouvelles positions de marché dans le cadre de la concurrence oligopolistique, la recherche d'économies d'échelle, et la dynamique des avantages concurrentiels ( «efficiency seeking»). Source : Jean-Louis Mucchielli, La mondialisation chocs et mesure, Hachette Supérieur, 2008.

14 Temps de préparation : 30mn Sujet N Présentez 2 limites des tables de mobilité. [3 points] 2. Vous présenterez l analyse néo-classique du fonctionnement du marché du travail. [3 points] 3. A l'aide du document 1, comparez à l'aide de 2 indicateurs de votre choix, le taux de chômage de l'allemagne et de l'espagne. [4 points] Quelles sont les difficultés des politiques budgétaires au sein de la zone euro? Document 1 : Indicateurs économiques de la zone Euro en 2013 en % Taux de croissance Taux d inflation Taux de chômage Allemagne 0,4 1,8 5,2 Espagne -1,2 2,3 25,8 France 0,2 1,2 10,2 Grèce -3,9-0,2 27,7 Italie -1,9 1,8 12,7 Moyenne zone Euro (17 pays) -0,4 1,7 11,9 Source : Eurostat Document 2 : Pendant les dix premières années de fonctionnement de la zone Euro, les Etats membres ont tenté de cumuler les avantages d une monnaie commune avec une complète autonomie budgétaire, fiscale et salariale. Chacun a conduit sa politique sans se soucier de ses effets sur les partenaires et a demandé au budget européen des retours similaires à ses contributions. Avec la crise, il est apparu aux marchés financiers qu une union monétaire dépourvue de gouvernement économique et de mécanismes de fédéralisme fiscal et budgétaire n était pas soutenable. Marie-Annick Barthe, Economie de l Union Européenne, Economica, 4 édition, 2011

15 Temps de préparation : 30mn Sujet N Présentez la solidarité organique selon E. Durkheim. [ 3 points] 2. Qu est-ce que la demande anticipée? [ 3 points] 3. D après le document 1, donnez la signification des données encadrées. [ 4 points] Vous montrerez que les politiques macroéconomiques des États de la zone euro sont interdépendantes. Document 1 : Indicateurs économiques pour quelques pays de la zone euro, en Dette publique (en % du PIB) Déficit budgétaire (en % du PIB) Taux d'intérêt à 10 ans sur les emprunts d'etat (en %) Taux de croissance du PIB en volume (en %) Allemagne 83,2 3,3 2,9 3,7 Espagne 60,1 9,2 5,4-0,1 France 81,7 7,0 3,3 1,5 Grèce 142,8 10,5 12,0-3,5 Italie 119,0 4,6 4,6 1,3 Portugal 93,0 9,1 6,5 1,4 Source : Eurostat et BCE. Document 2 Les politiques macroéconomiques au sein de la zone euro Source : Schéma issu du manuel Bordas, p 128, édition 2012.

16 Temps de préparation : 30mn Sujet N Donnez un exemple de conflit social ayant résisté au changement social. [3 points] 2 Présentez les conséquences de l asymétrie d information sur le marché du travail. [3 points] 3. D après le document 1, comparez de deux façons le PIB par habitant de la zone euro et des Etats- Unis en 1999 puis en [4 points] Vous montrerez les avantages de l intégration économique pour les pays membres de l UEM. Document 1 : Note : Parité de pouvoir d achat : méthode de conversion d une monnaie en une autre telle que la monnaie permette d obtenir une même quantité de biens et services dans les deux pays Document 2 : Pour les citoyens européens, le marché intérieur représente la possibilité de voyager, résider, travailler dans le pays de l Union européenne de leur choix, en conservant leur protection sociale et en voyant leurs diplômes reconnus d un pays à l autre. En tant que consommateurs, ils bénéficient d un éventail plus étendu de produits et de services, de nouveaux circuits de distribution et de prix plus avantageux. Par exemple : dans le domaine des nouvelles technologies, l ouverture des marchés nationaux de l Union a permis de réduire de 70 % le prix des factures de téléphonie mobile ; sous la pression de la concurrence, les tarifs des billets d avion en Europe ont baissé de 40 % ; en moyenne, le marché améliore la prospérité dans l Union des 240 milliards d euros chaque année, ce qui correspond à 518 par an par Européen, selon la Commission européenne. Toujours selon la Commission, la création d une nouvelle entreprise dans l Europe des Quinze coûtait en moyenne 813 en 2002, contre 554 en Le temps nécessaire pour immatriculer une société aujourd hui est d environ 12 jours, contre 24 jours en Les entreprises tirent profit de la taille du marché (500 millions de consommateurs) et de l intensification des échanges intérieurs : 60 % des échanges commerciaux de font entre pays de l Union européenne. Ce commerce au sein de l UE correspond à 17% du commerce mondial de biens et 28 % de celui des services. «Le marché intérieur», Touteleurope.eu, 2010

17 Temps de préparation : 30mn Sujet N Comment les inégalités économiques et les inégalités sociales peuvent-elles se cumuler? [3 points] 2. En quoi consiste la segmentation du marché du travail? [3 points] 3. En utilisant les données chiffrées du document 1, présentez l'évolution des ressources halieutiques (poissons) entre 1974 et 2004? [4 points] Montrez que la croissance économique peut conduire à l épuisement des ressources naturelles. Document 1 : Tendance globale de l'état d'exploitation des stocks de ressources halieutiques (poissons) : Source : FAO (Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture) Document 2 : Les auteurs (d un rapport pour les Nations Unies) ont imaginé trois scénarios à l'horizon 2050, avec une population mondiale atteignant 9 milliards d'individus. Dans le premier, les pays riches continuent de consommer autant de ressources naturelles qu'en 2000, soit 16 tonnes par habitant et par an, et les autres les rejoignent. Cela entraîne une consommation annuelle mondiale de ressources de 140 milliards de tonnes (contre 49 milliards en 2000), une perspective "insoutenable du point de vue de l'utilisation des ressources et des niveaux d'émissions" de gaz à effet de serre, selon le rapport. Le deuxième scénario prévoit une convergence mondiale à un niveau de 8 tonnes de ressources consommées par habitant, soit une diminution de moitié pour les pays industrialisés. Cela aboutirait néanmoins à une hausse de 40 % des volumes de ressources naturelles utilisés et à un doublement des émissions de CO2. Le troisième scénario est construit sur l'hypothèse d'un maintien de la quantité de ressources consommées au niveau de 2000, ce qui impliquerait une diminution des deux tiers de la consommation dans les pays industrialisés et un statu quo pour les autres. Le Monde, 13 mai 2011

18 Temps de préparation : 30mn Sujet N Présentez la notion de classes sociales dans l analyse de Karl MARX. [3 points] 2. Distinguez taux de chômage et taux d emploi. [3 points] 3. Donnez deux méthodes permettant de mesurer les évolutions observées dans le document 1 [4 points] Montrez pourquoi l épuisement des ressources naturelles rend nécessaire une analyse en termes de développement durable. Document 1 : Production et demande de pétrole (en millions de barils par jour) Source : Alternatives économiques, hors série n 78, octobre 2008 Document 2 : Le développement «soutenable» selon le rapport Brundtland Le développement soutenable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Le développement implique une transformation progressive de l'économie et de la société. Même au sens le plus étroit du terme, le développement soutenable présuppose un souci d'équité sociale entre les générations, souci qui doit s'étendre, en toute logique, à l'intérieur d'une même génération. Le développement soutenable nécessite de toute évidence la croissance économique là où les besoins ne sont pas satisfaits. Ailleurs, développement et croissance économiques sont compatibles à condition que le contenu de celle-ci respecte les principes que sont la soutenabilité et la non-exploitation d'autrui. Pour atteindre tous ces objectifs, il va falloir réorienter nos techniques. Il faut d'abord renforcer la capacité d'innovation technologique des pays en développement afin que ceux-ci soient mieux armés pour relever le défi du développement soutenable. Il faudrait, dans tous les pays, intégrer les facteurs écologiques dans la recherche de nouvelles techniques. Source : Gro Harlem Brundtland, Notre avenir à tous, 1987

19 Sciences sociales et politiques - Baccalauréat 2014 Temps de préparation : 30mn Sujet N Donnez un déterminant de l abstention électorale. [3 points] 2. Illustrez par un exemple un effet du scrutin majoritaire sur la sélection des gouvernants. [3 points] 3. Comparez, à l aide d un indice, le salaire de l ensemble des cadres à celui de l ensemble des ouvriers, puis comparez à l aide d un autre indice le salaire des femmes cadres à celui des hommes cadres. [4 points] En quoi le classement en catégories socioprofessionnelles permet-elle de rendre compte des inégalités économiques et sociales? Document 1:salaires mensuels moyens nets selon le sexe et la catégorie socioprofessionnelle en 2011, en euros courants. Hommes Femmes ensemble Cadres (1) Professions intermédiaires Employés Ouvriers ensemble (1) y compris chefs d entreprise salariés Champ : France, salariés à temps plein secteur privé et entreprises publiques Sources : Insee Document 2 La polarisation entre cadres et ouvriers permet plus généralement de prendre la mesure de l étendue du spectre social entre d une part une population relativement privilégiée de petite taille sans être rare (13% de la population active) et d autre part les catégories sociales les plus modestes.moins spectaculaire que la description du gouffre qui sépare l élite économique des victimes de l exclusion, le repérage des différences entre ces deux groupes permet de lire la banalité des inégalités structurées par les différences de ressources économiques ou de toute autre nature. Sources ; Louis Chauvel, stratification sociale, grandes tendances, Etat de la France , La Découverte,2005

20 Temps de préparation : 30mn Sujet N En quoi consiste un choc de demande négatif? [3 points] 2. Définissez contrat de travail? [3 points] 3. Calculez la part, en %, des classes moyennes dans l ensemble des groupes sociaux en 1962 et en 2009 [4 points] Vous présenterez les principales transformations de la structure sociale en France au cours des 50 dernières années. Document 1 : évolution de la structure sociale entre 1962 et 2009 (effectifs en milliers) Evolution 2009/1962 Classes supérieures Dont cadres Dont chefs d entreprise Classes moyennes Dont artisans, commerçants Dont professions intermédiaires Classes populaires Dont agriculteurs Dont employés Dont ouvriers Ensemble Source : d après l INSEE, dans les nouvelles classes moyennes, C Goux et E. Maurin, Document 2 : Aujourd hui, la centralité du salariat intermédiaire est d autant plus nette que le déclin de la classe ouvrière à un bout de l échelle sociale s accompagne d une multiplication des emplois de cadres à l autre extrémité. Rendue possible par la démocratisation de l enseignement, cette expansion des catégories supérieures du salariat ne se dément guère depuis trente ans. Elle accompagne le continuel renouvellement des emplois au sein des entreprises, le renouvellement constant des fonctions d études, de recherche et de commercialisation au détriment des métiers les plus directement liés au processus de production. Source : C. Goux et E. Maurin, les nouvelles classes moyennes, La République des idées, Seuil, 2012.

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

L emploi permet-il toujours de s intégrer à la société française?

L emploi permet-il toujours de s intégrer à la société française? 1) Analyse du sujet : T.E.S. Fustel de Coulanges 2013/2014 GALY marjorie.galy@wanadoo.fr http://www.toileses.org Eléments de correction du BAC BLANC de SES N 4 TESL L emploi permet-il toujours de s intégrer

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi?

B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi? B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi? a) Le diplôme facilite l'accès à l'emploi typique 1. Les sortants du système éducatif sont de plus en plus diplômés. En 1979, sur 742 000 sortants du

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

PCS du père AG ACCE PICS PI E O Total

PCS du père AG ACCE PICS PI E O Total Groupe socioprofessionnel du fils en fonction de celui du père en France en 2003 PCS du AG ACCE PICS PI E O Total fils Agriculteur 252 6 2 2 3 20 285 Artisan, Commerçant 72 182 37 60 43 225 619 Cadre supérieur

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements En un quart de siècle, la mobilité sociale a peu évolué Stéphanie Dupays En 2003, un homme âgé de 40 à 59 ans sur trois a une position sociale identique à celle de son père au même âge. Ce chiffre cache

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET Cette fiche élaborée par la commission économie du Parti de Gauche révèle les 4 "erreurs" fondamentales issues de l'argumentaire que Monsieur Lenglet a opposé à Jean-Luc Mélenchon lors de l'émission des

Plus en détail

Part des salaires dans la valeur ajoutée

Part des salaires dans la valeur ajoutée NOTE CGT SUR LES SALAIRES ET LE POUVOIR D ACHAT Augmenter les salaires pour renouer avec la croissance Montreuil, le 18 juin 2013 On ne peut pas parler salaires sans parler coût du capital. Dans une économie

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS Notions à connaître: Taux de rentabilité, taux d'intérêt, demande anticipée, investissement matériel, investissement immatériel, investissement public,

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

L état de la pauvreté en France

L état de la pauvreté en France Notes de l Observatoire N 1, octobre 2013 L état de la pauvreté en France Combien compte-t-on de pauvres en France? Comment évolue leur nombre? Qui est le plus concerné par la crise? A l heure où une partie

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Inégalités de niveau de vie et pauvreté

Inégalités de niveau de vie et pauvreté Inégalités de niveau de vie et pauvreté Cédric Houdré, Nathalie Missègue, Juliette Ponceau* En 2010, le niveau de vie de la majorité de la population stagne ou baisse, après avoir faiblement augmenté l

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE

SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE 29 janvier 212 EFFETS REDISTRIBUTIFS DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Résultats actualisés et simulations de l INSEE 1 SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE 1 INTRODUCTION 1) Motivations

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité

Pacte de responsabilité et de solidarité Pacte de responsabilité et de solidarité Et mesures pour l accélération de l investissement Le premier ministre vient d annoncer des mesures pour soutenir l investissement public et privé qui complètent

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 6 juin 2014 AGEN 5 années de croissance perdues 1 850 Volume de la production nationale en milliard d'euros constants (valeur 2005) 1 800 1 750 1 700

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les bénéficiaires de retraites Nombre de retraités, selon les différents régimes (COR janvier 2010) : 16 millions dont : 11,3 millions :

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT DE LA GESTION. DROIT et ÉCONOMIE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT DE LA GESTION. DROIT et ÉCONOMIE SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT DE LA GESTION Durée de l'épreuve : 3 heures Coefficient : 5 DROIT et ÉCONOMIE Le sujet comprend 8 pages numérotées de 1/8

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Coup d œil sur les inégalités de revenus au

Coup d œil sur les inégalités de revenus au Coup d œil sur les inégalités de revenus au Québec L expression «nous les 99 %», qui avait servi de cri de ralliement des mouvements Occupy, résume les préoccupations que soulève la tendance mondiale à

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Ménages et consommation 1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? question 1: comment le revenu des ménages est-il réparti? question 2: quelle est l influence

Plus en détail

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Soutien au Processus de Rabat sur la Migration et le Développement Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Rabat, (Maroc) 31 mars 1 er avril

Plus en détail

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires La fiscalité en France Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires Les types d impôts On distingue deux types d impôts. Les impôts progressifs : leur taux s'élève avec la base d'imposition (le revenu

Plus en détail

Financement du sport, crise économique et politique sportive

Financement du sport, crise économique et politique sportive Conférence SNEP: «Sport demain, enjeu citoyen», Créteil, 30-31 mars 2012 Financement du sport, crise économique et politique sportive Wladimir ANDREFF * * Professeur émérite à l Université de Paris 1 Panthéon

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014 LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE N 3 juillet 2014 L Edito de Philippe Crevel L épargnant des temps nouveaux frappe à la porte En 2017, les «digital natives» auront pris le

Plus en détail

Partie 5 : La consommation et l investissement

Partie 5 : La consommation et l investissement Partie 5 : La consommation et l investissement Enseignant A. Direr Licence 2, 1er semestre 2008-9 Université Pierre Mendès France Cours de macroéconomie suite La troisième partie a exposé les théories

Plus en détail

REGARDS CROISES ELITES / GRAND PUBLIC SUR LA FRANCE DANS LA MONDIALISATION

REGARDS CROISES ELITES / GRAND PUBLIC SUR LA FRANCE DANS LA MONDIALISATION REGARDS CROISES ELITES / GRAND PUBLIC SUR LA FRANCE DANS LA MONDIALISATION Juillet 2008 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 59 10 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception Service des Études économiques et de la Prospective Délégation pour la planification Décembre 2006 L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception La mesure du pouvoir d achat des ménages

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurances sociales des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Raphaël Pradeau (Académie de Nice) et Julien Scolaro (Académie de Poitiers) Programme : NOTIONS : Demande globale, inflation,

Plus en détail