LE MOT DU PRESIDENT dimanche19 janvier 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE MOT DU PRESIDENT dimanche19 janvier 2014"

Transcription

1 LE MOT DU PRESIDENT Mes très chers amis adhérents et adhérentes, il me revient en cette fin d année 2013 de prendre contact avec vous par l intermédiaire de notre petit journal semestriel d information de l amicale des retraités et veuves de Montluçon n 16. Ma pensée va en premier vers celles et ceux dans la peine ou qui souffrent. Je n oublie pas ceux jeunes ou anciens atteints physiquement. Qu ils soient assurés de notre sympathie, de notre amitié et de notre soutien sans faille. Dans cette période pénible, une pensée également pour ces femmes et ces hommes exerçant un métier difficile et dangereux, qu ils soient actifs, gendarmes adjoints ou réservistes, servant sur le territoire national ou en opérations extérieures. L année 2013 se termine dans l inquiétude et la morosité en raison d une situation nationale et internationale déplorable pour notre économie et nos finances. Après la suppression de l abattement des 10% et l alignement de la CSG des retraités sur celles des actifs de 6.6% à 7.5%, les retraités ont énormément perdu en pouvoir d achat depuis 2003, les retraites n ayant pas suivi l évolution des salaires qui ne sont revalorisés depuis cette date que de 11,6% alors que le salaire moyen a progressé de 17.6% et les SMIG de 236%. Concernant les retraites, la note sera un peu moins douloureuse pour les retraités qui avaient dû subir le gel du barème et la suppression de la ½ part. Néanmoins, les majorations pour 3 enfants et plus, vont être fiscalisées et les pensions ne seront plus revalorisées au 1 er avril de chaque année mais au 1 er octobre, ce qui occasionnera un gain non négligeable pour l Etat au détriment des retraités. Sans sombrer dans le pessimisme, nous devons rester vigilants, être prêts à nous mobiliser si nécessaire dans l unité avec nos partenaires du pôle des retraités. Au plaisir de nous retrouver nombreux et en pleine forme à la galette des rois le dimanche19 janvier 2014, votre président et le conseil d administration vous souhaitent à toutes et à tous un joyeux Noël ainsi que tous nos vœux les plus sincères de joie, bonheur et santé pour 2014 Bernard DELIGNY

2 Conseil d administration UNPRG 03 Montluçon Président de l UD 03 Montluçon Président Adjoint 1 er Vice Président 2 ème Vice Président Secrétaire Bernard DELIGNY Jean Claude AUBOUEIX Dominique DESHAYES Michel LEPILLER Raymond PATEREK 48 rue des Girauds Montluçon Tél : Av. Léon Jouhaux Montluçon Tél : rue du Beaurivage Montluçon Tél : Boursier Durdat-Larequille Tél : Le Grand Montavent Givarlais Tél : Trésorier Trésorier Adjoint Secrétaire adjoint Porte drapeau Porte drapeau suppléant Georges VIGNES Rudolphe MOGILKA Patrick LEPILLER Eugène PASCAL Daniel COUR 3 Imp Rouget de l Isle Désertines Tél : rue de Treignat Domérat Tél : Allée du lac Neris les Bains Tél : rue du 1 er Mai Domérat Tél : Le Breuil Lignerolles Tél : Relation avec COF Cie Guy PICOUT Déléguée aux Veuves Catherine BECCART Membre Stéphan PANEK Vérificateur aux Comptes Raymond RECHIGNAT Vérificateur aux Comptes Jean Marie GILLES 18 rue Letève Désertines Tél : rue des Marronniers Lamaids Tél : Rés. Ht de ST jean 4 Route de Villebret Montluçon Tél : rue des Lupins Domérat Tél : rue du Toc du St Châtelard Saint Angel Tel : ADRESSES UTILES UNPRG 03 Montluçon 48 rue des Girauds Montluçon T : UNPRG (Siège National) 127 rue du Faubourg St-Denis Paris T : Site internet : htpp://www.unprg.fr L ESSOR 9 rue Bleue Paris T : Site internet : 2

3 PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DE L U N P R G 03 MONTLUÇON DU 13 OCTOBRE 2013 Le 13 octobre 2013 à 9 heures 30, les membres des retraités et veuves de la Gendarmerie de Montluçon se sont réunis en assemblée générale ordinaire à l'école de Gendarmerie de MONTLUCON sur convocation écrite du président en date du 22 août L'assemblée est présidée par Monsieur Bernard DELIGNY assisté de Messieurs AUBOUEIX Jean Claude, président adjoint, VIGNES Georges trésorier et de PATEREK Raymond, secrétaire. Le président ouvre la séance à 9 h 30, souhaite la bienvenue et remercie les membres d avoir répondu présents à notre assemblée générale. Il remercie également les présidents des UD voisines, M. AVELIN, secrétaire départemental FGR-FP, membre du pôle des retraités, de leur présence. Il annonce le programme de la journée A - PREMIERE PARTIE Rapport d activité de l'ud 03 Montluçon par le secrétaire PATEREK. Les Effectifs : A ce jour, l amicale des retraités et veuves de Montluçon compte à son effectif 146 membres : (73 retraités - 40 veuves 26 épouses 4 membres bienfaiteurs 3 sympathisants.) Son effectif est en augmentation par rapport à 2012 qui était de 142. Nous avons enregistré depuis la dernière assemblée générale d octobre 2012 : 5 décès et 3 démissions qui sont : (LAMY Gilles, GUIGNARD André, AUJON Alice). Dans le même temps, l amicale a recruté 12 nouveaux adhérents : - 5 retraités (FRANÇOIS Bernard, FEDERHPIL Gérald, TELLIER Michel, AVENEL Jean Pierre, RUITZ Fernand). - 2 couples (M. et Mme VANDAMME Georges, M. et Mme GUILLOU Pierre) - 2 épouses : (Mesdames PASSAT Jeanine, LAUGERE Micheline) - 1 membre sympathisant : CHAMPION Alain, capitaine adjoint au commandant de compagnie de MONTLUCON Comme il est redit chaque année, à l'occasion de l assemblée générale et comme le rappelle à plusieurs reprises le Président, le recrutement est l avenir de l UNPRG mais également celle de notre UD 03 Montluçon. Cela doit être une prise de conscience de tous. Il faut que chacun d entre nous s'investisse pour connaître, dans nos secteurs respectifs, l'installation de nouveaux retraités. Ces informations sont à transmettre à la commission de recrutement composée du président DESHAYES Dominique et du vice-président LEPILLER Michel, qui prendra contact avec eux. Il faut que nos jeunes retraités viennent nous rejoindre, plus nous serons nombreux, plus nous ferons le poids dans nos revendications. Notre amicale a perdu depuis générale 5 de ces membres : la dernière assemblée - 2 retraités : FRADIN Léon le BARTHAZARD André le veuves : CHAUSSET Solange le , CHEVILLOTE Laure le , BERNARD Léonora le Un hommage a été rendu à tous ceux et celles qui nous ont quittés depuis notre dernière assemblée avec le renouvellement de nos sincères condoléances et de notre profonde sympathie de la part de l UNPRG 03 Montluçon aux familles ainsi qu à leurs amis. Un instant de recueillement a été observé à leur mémoire. Le conseil d'administration Le conseil d administration de notre amicale est composé actuellement de 12 membres- 1 président 1 président adjoint - 2 vice présidents 1 trésorier 1 trésorier adjoint 1 secrétaire 1 membre chargé de la relation avec le comité des fêtes de la compagnie de Montluçon - 1 porte drapeau titulaire et 1 porte drapeau suppléant une déléguée aux veuves, un membre actif. Actuellement le poste de secrétaire adjoint est vacant. Bien que nous soyons douze au bureau, nos statuts prévoient un effectif maximum de 15 membres. Nous recherchons toujours 3 volontaires pour nous rejoindre 3

4 au sein du Conseil d Administration. Les volontaires doivent se faire connaître Le conseil d administration s est réuni au cours de l exercice 2012/2013, 4 fois le 30 octobre 2012 le 11 mars 2013 / le 30 avril et le 30 septembre Ces réunions se font soit à la salle sociale de la Compagnie de Montluçon, lorsqu elle est disponible, soit à la maison des associations rue de la Presle. Elles se déroulent dans une excellente ambiance de camaraderie, de confiance et de réciprocité. A l'issue de ces réunions, à l initiative du Président, toujours dans un esprit d amitié et de convivialité, un repas est pris en commun avec les épouses au mess de l'école de Gendarmerie où chacun paie sa quote-part, le repas se déroulant dans une excellente ambiance avec le plaisir de se retrouver. Les activités de l'amicale - 01/12/2012, Ste Geneviève de la Compagnie de Montluçon messe et repas à Montmarault très bonne participation des retraités à cette occasion - 13/12/2012 Ste Geneviève de l Ecole de Gendarmerie messe à l église Ste Thérèse suivie d un vin d honneur dans l enceinte de l'école - 20/1/2013 Galette des rois de l'amicale au mess, de Gendarmerie réunissant 50 convives, - 16/6/2013, journée détente de l'amicale à GANNAT site PALEOPOLIS et visite de CHARROUX excellente journée bonne ambiance, bon repas -30 participants -13/10/13 AG Ecole de Montluçon. Activité du Président. - Cérémonie du 18 Février Quartier Taguin à Moulins en hommage aux personnels de la gendarmerie décédés, victimes du devoir dépôt de gerbe avec Vichy et Moulins, président accompagné du porte drapeau Eugène Pascal participations aux cérémonies patriotiques organisées par la ville de Montluçon et le Comité des associations combattantes UFAC avec le porte - drapeau sorties de promo Ecole de Gendarmerie - 5 participations aux AG des UD d'auvergne et départements limitrophes - 03 Vichy 15(Cantal), 63 (Puy De Dôme), 23 (Creuse), 43 (Haute Loire) - 5 participations aux AG des associations patriotiques de Montluçon - 1 participation à l AG de l UNRP de Montluçon - 2 réunions du Pôle des retraités - 8 réunions du comité d entente des associations UFAC en mairie - 3 cérémonies de départ : Capitaine HUOT MARCHAND de Moulins Capitaine IPAS Didier du Peloton d autoroute de Montmarault et Major HONORE de l'école de Gendarmerie - 1 Dossier de pension de réversion suite décès de BARTHAZARD André. - Visite aux veuves âgées de l'amicale et visite des malades hospitalisées clinique et hôpital. - 7 déplacements à PARIS au siège national (CAC et Communication presse) Communication Les éditions n 14 et 15 du Petit Journal d information de l'amicale vous ont été adressées courant décembre 2012 pour le 2 ème semestre 2012 et fin juin 2013 pour le 1 er semestre Nous essayons de le rendre attrayant, complet en informations sociales, facile à lire avec des histoires sur des faits vécus de la résistance et autres. De la vie de l amicale. Il permet de conserver un lien avec tous les adhérents et veuves; de les tenir informer des nouvelles directives dont certains sujets peuvent vous intéresser directement. Toutefois, il est à préciser que ces notes adressées ne sont que des condensés. Si l'un d entre vous désire des informations complémentaires sur un sujet, le président reste à votre disposition pour fournir tous les renseignements dont il peut détenir. Rapport a été adopté à l unanimité. Le Rapport Financier par le trésorier Georges VIGNES Ce rapport a été rédigé d une façon excellente de clarté et commenté à l ensemble des adhérents et adhérentes. Ce rapport financier fait apparaître un avoir de 6455,87 (six mille quatre-cent cinquante-cinq Euros et quatre-sept centimes) - Compte chèque postal : 341,46 - Caisse d'épargne : 6114,41 Le président a félicité le trésorier Georges VIGNES et le trésorier adjoint MOGILKA Rudolphe pour l excellent travail effectué et de la bonne tenue des registres Raymond RECHIGNAT l un des deux vérificateurs aux comptes, a donné lecture du rapport de vérification sur l exercice écoulé. Il a certifié la sincérité et la régularité des comptes présentés à l assemblée par le trésorier. L'assemblée générale ordinaire, après avoir entendu la lecture du rapport financier et ceux des vérificateurs aux comptes, a donné quitus au trésorier pour sa gestion de l exercice 2013 Rapport financier adopté à l unanimité Election 4

5 Election du tiers sortant : PASCAL Eugène, COUR Daniel, PANEK Stéphan (absent excusé), BECCART Catherine et LEPILLER Michel, membres tous volontaires à leur réélection. Réélus à l'unanimité Les statuts prévoient dans son article 5 que le conseil d'administration peut être composé de 9 membres au minimum et de 15 membres au maximum. Actuellement, le conseil compte 12 membres Appel aux volontaires retraités et veuves est adressé. Volontaire : Aucun Modifications des statuts A 10 h 00, le président signifie que nous quittons l'assemblée ordinaire pour passer en assemblée extraordinaire : a) Suite à la modification de l'article 6 des statuts 1 er alinéa : au lieu de se réunir au moins 2 fois par an, lire se réunir au minimum 2 fois par an. b) Suite à l'élaboration du règlement intérieur, adopté à l'unanimité par le conseil d'administration le , deux articles de ses statuts ont été modifiés : L'article 21 devient le 22 mais reste inchangé. Le nouvel article 21 stipule :: un règlement intérieur établi par le conseil d'administration de l'unprg 03 MONTLUCON, détermine les conditions d'application des présents statuts Dans les cas non prévus aux présents statuts seront examinés par le conseil d'administration de l'unprg 03 MONTLUCON qui soumettra ses décisions à l'approbation de l'assemblée générale. Adopté à l'unanimité. A 10 h 15, nous reprenons le cours normal en revenant en assemblée générale. Séance de travail proprement dit : Lecture du courrier envoyé aux parlementaires le sur le projet de Loi garantissant l'avenir et la justice du système de retraite (examiné en Assemblée nationale entre le 7 et le lettre adressée à MM LESTERLIN, CHAMBEFORT, DERIOT et Mme SCHURTCH. En attente de réponses. Lettre au ministre de la Défense concernant le rabiotage sur la retraite mutualiste du Combattant a été adressée par notre président national MARTINEZ Henri. Un communiqué AFP, pour les mêmes raisons a été fait par le premier président national adjoint chargé du monde combattant. Attente de réponses Communiqué AFP de l'unprg suite diminution de l'indemnité de sujétions spéciales de police ISSP aux élèves gendarmes, suite arbitrages budgétaires imposés par BERCY sur le budget du ministère de l'intérieur. Intervention d AUBOUEIX Jean Claude sur site internet UNPRG 03 Présentation du site, envisage à chaque nouvelle information, d'adresser aux internautes, un message de mise à jour. Approuvé. Aucun problème particulier. Rappelle que toutes les informations sociales sont mises sur le site. Pour ceux qui n'ont pas internet, celles-ci sont reprises dans le petit journal. Les suggestions sont les bienvenues. A transmettre par courriel. Une suggestion est émise pour mettre la liste des adhérents. En raison de la CNIL, les noms et prénoms peuvent être mis uniquement. Tous autres renseignements peuvent être demandés auprès du président, trésorier ou secrétaire. Intervention d AVELIN secrétaire départemental de FGR/FP et du pôle des retraités : Manifeste son plaisir d'être invité. A expliqué les composantes dans la fonction publique à savoir :: retraités fonction publique, retraités état territorial (hôpital) et retraités éducation nationale qui forment essentiellement cette composante. Le Pôle des Retraités regroupant 5 associations : ANR/PTT - FGR/FP FNOM UNPRG - UNRP est forte d environ adhérents. A fait un exposé sur les différentes actions du pôle des retraités. Discussions avec les syndicats de l'union confédérale des retraités. Discussion très difficile avec ceux de la CFDT et CGT. Projet de retraite impossible de trouver un accord sur le plan national ou départemental. Désavantage pour les retraités lettre lue par notre président. Rachat des années pour les jeunes et insiste sur la décote qui pour une personne subissant celle-ci aura une baisse de pension significative. Revalorisation des retraites qui passe d avril à octobre. Prise en charge de la dépendance, protection sociale doit être faite solidairement. Les retraités ne doivent pas être les seuls à financer, à étendre à tous les salariés. Intervention de SAINT CIERGE Philippe, administrateur UNEO. 5

6 11 heures : Accueil des Autorités civiles et militaires par le président DELIGNY -Madame NOEL, adjointe au Maire de MONTLUCON. -Le Colonel SORBA, commandant l'école de Gendarmerie de MONTLUCON. -Le C.E JACQUET, commandant la compagnie de gendarmerie départementale de MONTLUCON, représentant également le commandant de groupement. -M. AVELIN secrétaire départemental de la FGR/FP du pôle des retraités.. -Les présidents des UD de la Région d Auvergne : Allier-Vichy, Puy de Dôme, Cantal et Creuse - Les présidents des associations de MONTLUCON. A fait un exposé sur la situation financière de l UNEO d après leur récente assemblée générale faisant ressortir une gestion saine et solide. Toutefois, une érosion des adhérents est sensible et peut s'expliquer par 3 critères -Programmation militaire : baisse des effectifs. -Militaires en reconversion qui travaillent dans le privé -AGPM et GMPA prévoyance lancent offre de santé sur internet aux jeunes. Faisant ressortir qu UNEO voit dans 4 à 5 ans une perte de ayants droit. Un rapprochement avec mutuelle de la police est élaboré et porterait le nombre d'adhérents à est consacré par UNEO aux personnes en difficultés. Aide au décès : 750 au conjoint survivant. Penser au dossier unique en cas de frais dentaires, optiques.. Renfort optionnel : partir à l'étranger : forfait 10 par mois. Augmentation mutuelle de 2,2%. Concernant les changements de catégorie, le signaler avant le pour entrer en vigueur le 1er janvier Intervention de VIGNES Georges, administrateur CNG La CNG a une bonne assise financière. Faire la différence entre aides (demandes individuelles) et prestations qui sont dues avec la cotisation. Pour les aides, actuellement 15 sont possibles au sein de la CNG. Une commission se réunit tous les mois pour statuer de l'opportunité de ces attributions. Invite à conserver les documents info social que nous recevons de la CNG. Nous parle des résidences de la région parisienne DESCARTES et PAOLI, cette dernière étant la propriété de la CNG (site internet). Reprise de parole de notre de nôtre président : Annonce des festivités pour 2014 : la galette des rois prévue le dimanche 19 janvier 2014 et l'assemblée générale le dimanche 12 octobre 2014 B - DEUXIEME PARTIE Dans son discours de bienvenue : Le président a remercié les autorités présentes d avoir répondu favorablement pour honorer de leur présence notre assemblée générale a présenté les excuses des personnes absentes : M. le sous-préfet de MONTLUCON, M. DUGLERY (maire de MONTLUCON) et de Mme VERGNE 1ère adjointe, ROJOUAN (maire et conseiller général de VILLEFRANCHE D'ALLIER), M. DEPIN maire de NERIS LES BAINS, Colonel LOMBARD, commandant le groupement de gendarmerie départemental de l'allier. A fait un bref résumé de notre matinée statutaire : après le mot de bienvenue du président, le rapport d activité du secrétaire, le rapport financier du trésorier, de l élection des membres sortants, réélus et reconduits dans leur fonction, du changement de trois articles de nos statuts. Les débats qui ont portés : - Sur le courrier adressé aux parlementaires sur le projet de Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraite (examiné en ce moment à l Assemblée Nationale) - Sur la lettre adressée au MINDEF et communiqué à AFP concernant le rabiotage sur la retraite mutualiste du combattant - Sur le communiqué adressé à l AFP de l UNPRG concernant la diminution de l indemnité de sujétions spéciales de police (ISSP) aux élèves gendarmes et élèves policiers, suite aux arbitrages budgétaires par BERCY sur le budget du Ministère de l intérieur, que nous dénonçons et que nous trouvons scandaleux. 6

7 - sur l intervention de M. AVELIN secrétaire départemental FGR/FP du pôle des retraités, puis des représentants UNEO et CNM MG SAINT CIERGE et Georges VIGNES. Sur la Gendarmerie proprement dite : dans nos réflexions, nous pouvons nous poser certaines questions à savoir : est-ce que tout se passe toujours aussi bien place Beauvau, au Ministère de l Intérieur lorsque l on constate que son budget initial est revu, corrigé, rabioté, toujours en mettant en exergue la crise qui persiste et qui perdure dans le temps mais, que l on devrait prochainement apercevoir le bout du tunnel. On remarque et c est une constatation, notre pouvoir d achat est en berne et la baisse ne fait que s accroitre avec les impôts et taxes qui nous tombent dessus. Il craint surtout pour les veuves. Nous attendons avec une certaine amertume et pessimisme la fin des débats sur nos retraites et des mesures qui seront prises. C est surtout pour les jeunes et les futurs jeunes retraités qu il y a du souci à se faire. Après cet aparté, revenons à l essentiel, la gendarmerie. Sur le commentaire d un article paru : que d après nos grands chefs, tout va très bien et le moral des gendarmes est au beau fixe. Est-ce bien la réalité du terrain, nos gendarmes ont des doutes sur leur devenir, sur leur carrière et sur l évolution de leur future retraite. Egalement les difficultés sur les effectifs de notre école qui après le départ de 9 compagnies, les incorporations vont se faire au cas par cas après déblocage budgétaire. Sur l attente d une réponse du Ministre de l intérieur sur la question posée par l UNPRG lors de la réunion qui s est déroulée début octobre place Beauvau entre le M. ministre de l intérieur, le DG le général Favier, les membres du CCAG et l UNPRG, Voici la question : - Les cambriolages et la délinquance en zone Gendarmerie sont nettement en hausse. L insécurité dans les zones rurales devient préoccupante. La suppression d unités et le nouveau maillage montrent leurs limites. La surveillance générale (cœur du métier) qui jadis permettait d avoir un contact direct avec la population et d obtenir des renseignements n est plus la priorité des commandants d unité qui préfèrent la politique du chiffre sur la route. La population rurale ne comprend pas la fermeture des bureaux de Gendarmerie dans leur chef-lieu de canton et se pose des questions sur la disponibilité des gendarmes. En milieu rural, la Gendarmerie est le dernier grand service public de proximité et en termes d image, la fermeture des brigades la journée est catastrophique. Que comptezvous faire Monsieur le Ministre pour faire baisser la délinquance en milieu rural? La nature a horreur du vide. Mme NOEL : a remercié le président pour son invitation, remplace Mme VERGNE, et éprouve un réel plaisir d'être présente. Souligne l'investissement des membres pour faire vivre notre association. Les liens qui se tissent entre les gendarmes durent en principe toute la vie. Met en avant la place de la gendarmerie dans la ville et notamment l'école, et ce corps œuvre pour sa grandeur. Le chef d'escadron JACQUET, commandant de compagnie de MONTLUCON et représentant le Commandant de groupement de l'allier. Remercie pour l'invitation. Note que le déroulement de cette journée confirme l'engagement, le devoir de mémoire de notre association et que l'unprg est entièrement reconnue et appréciée par l'active. Souligne l'importance des retraités qui sont la mémoire de la gendarmerie, compte sur l'investissement avec les militaires d'active dans le recherche du renseignement, maillon fondamental. Minore le sentiment concernant l'active aux propos de notre président. Souligne que la délinquance a évolué et que la gendarmerie doit suivre cette évolution, délinquance plus violente, mobile, considération du gendarme en baisse. Le Colonel SORBA s est excusé pour le retard et remercie notre invitation. A adressé un panorama de l'école taux de charge maximum 11 compagnies d'élèves gendarmes, parfois 1 compagnie de gendarmes adjoints. 1er semestre 2013, taux plein. 2ème semestre : décalage dans les incorporations, plan de charge sans inquiétude. L'école n'est pas chargée du recrutement et c'est la DG qui pilote en fonction du budget financier. Mois de novembre, l'école connaîtra des incorporations. Pour 2014 plan de charge n'est pas connu, aucun danger pour l'école. Plafond des effectifs en fonction des départs en retraite qui sont connus en avance. Consiste à faire la balance entre départ en retraite et incorporation. L'incorporation des élèves gendarmes est connue un mois à l'avance. A fait un rappel sur le centenaire de l'école. Ouverture de l'école : rencontre avec les élèves du collège Jules FERRY, démonstration de la police technique, rencontres sportives. Journées européennes du patrimoine. A engendré la visite de 3000 personnes. A commenté la visite du rassemblant l'active, les réservistes et les retraités qui ont fréquenté l'école. Invitation s'est limitée à l'échelon groupement. «Coup de gueule» du colonel. Déplore que sur les 450 invitations adressées, seulement 80 réponses sont parvenues à l'école. Comprend tout à fait que les personnes aient peut-être d'autres occupations ou invitations ce jour là, mais trouve inadmissible le manque de réponse. Souligne qu'il ne s'agit pas d'un sentiment personnel mais ressenti également par les cadres et acteurs de cette journée. L ordre du jour étant épuisé, le président DELIGNY a déclaré la clôture de l assemblée générale à 12 heures 00. Puis sur la place d'armes, cérémonie des couleurs et dépôt de gerbe à la stèle de l'école de Gendarmerie en présence d un piquet d honneur. 7

8 Avant le vin d'honneur servi au mess suivi d'un repas, une remise de médailles UNPRG, a récompensé les adhérents suivants : Médaille UNPRG - étoile or : PICOUT Daniel - étoile argent : PATEREK Raymond - étoile bronze: DESHAYES Dominique 8

9 BULLETIN D INFORMATION Les informations qui figurent ci-après n ont aucun caractère réglementaire ou contractuel et ne sauraient fonder des droits ou engager la responsabilité de notre association. Pour toute situation qui le nécessitera chacun se réfèrera aux textes traitant du sujet qui l intéresse. SANTE Allocation aux adultes handicapés : Le montant maximum de l allocation aux adultes handicapés (AAH) doit être porté à 790,18 euros par mois à compter des allocations dues au titre du mois de septembre 2013 (contre 776,59 euros auparavant- +1,75%). L AAH a pour objet de garantir un revenu minimum aux personnes handicapées pour qu elles puissent faire face aux dépenses de la vie courante. L allocation est attribuée à partir d un certain taux d incapacité, sous réserve de remplir des conditions de résidence, de nationalité, d âge et de ressources. Son montant varie en fonction des ressources de la personne handicapée. Ainsi, une personne ne disposant d aucune ressource peut percevoir le montant maximum de l AAH. La demande d allocation doit être faite auprès de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH), qui aidera la personne et la renseignera sur ses autres droits éventuels. Aide à la complémentaire santé (ACS) : Avec le désengagement de l Etat, se soigner coûte de plus en plus cher. Une aide financière peut être attribuée pour l accès à une complémentaire santé dont les conditions d accès ont été élargies à partir du 1 er septembre Certains de nos adhérents sont peut être bénéficiaires sans le savoir. En effet, seules 30% des personnes qui ont droit à l ACS en bénéficient vraiment. Très concrètement, les revenus maximaux pour y avoir droit sont de pour une personne seule et pour un couple. La demande doit être faite auprès de l Assurance maladie à raison d un seul formulaire par famille. Sont pris en compte dans les revenus : les salaires, allocations chômage, pensions, retraites et rentes, pensions alimentaires reçues, revenus immobiliers, revenus d épargne et de valeurs mobilières. Vous pouvez vérifier si vous êtes éligibles à l aide de l Etat pour une complémentaire santé grâce à un simulateur d aides financières sur le site internet Cancer : Aujourd hui, un cancer sur deux est guéri. Depuis 20 ans, la mortalité due au cancer a diminué de 40% chez les hommes et de 20% chez les femmes. Cette évolution tient à plusieurs facteurs : la prévention, le dépistage et l amélioration des traitements.. Détectés à temps, un grand nombre de cancers évoluent de manière favorable et nécessitent des traitements moins lourds et plus facile à supporter pour les patients ( Honoraires médicaux : depuis le 1 er janvier Consultation d un médecin traitant secteur 1 = Généraliste : 23 - spécialiste : 25 ; - Consultation d un médecin secteur 1 sur recommandation médecin traitant = Pour suivi régulier= Généraliste : 26 - spécialiste : 28 - Pour avis ponctuel= Spécialiste : 46 Forfait hospitalier : depuis le 1 er janvier 2010= 18 /jour Santé : Il sera possible de consulter gratuitement des informations sur les médicaments et dispositifs médicaux référencés ( notice, composition complète des principes actifs, prix, taux de remboursement, génériques substituables, conditions de prescriptions etc ) fin 2013 sur le site Assurés sociaux : seront progressivement dispensés de fournir un exemplaire papier de leur RIB dans les démarches avec la sécurité sociale. Les allocataires des caisses d allocations familiales peuvent déjà transmettre leurs nouvelles coordonnées bancaires sur Ce service sera étendu aux assurances retraites et maladie en Consommation de poisson : pas plus de deux portions par semaine : Dans un avis du 3 juin 2013, l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail (Anses) recommande de ne pas consommer plus de deux portions de poisson par semaine. Cette recommandation doit permettre à la fois de couvrir les besoins en nutriments et de limiter les risques de surexposition aux contaminants chimiques. Idéalement, sur ces deux portions hebdomadaires, il faut consommer une portion de poisson gras (saumon, sardine, maquereau, hareng, truite fumée). Par ailleurs, s il est nécessaire de varier les espèces de poisson, il est également important de diversifier les lieux d approvisionnement (sauvage, élevage, lieux de pêche...). La consommation de poissons d eau douce fortement «bio-accumulateurs» (anguille, barbeau, brème, carpe, silure) doit être limitée à une fois tous les deux mois pour les femmes en âge de procréer, enceintes ou allaitantes ainsi que pour les enfants de moins de 3 ans, les fillettes et les adolescentes et à deux fois par mois pour le reste de la population. 9

10 L Anses conseille également aux femmes enceintes et allaitantes et aux enfants de moins de 3 ans : de limiter la consommation de certains poissons prédateurs sauvages (baudroie, bar, dorade, thon...), d éviter la consommation d espadon, marlin, siki, requin et lamproie. L Anses avait été saisie de la question le 13 juillet 2012 par la Direction générale de l alimentation (DGAL) et la Direction générale de la santé (DGS). La vieillesse pèse très lourd? : Dans son avis d avril 2010, le Haut comité pour l avenir de l assurance maladie (HCAAM) note que les plus de 60 ans sont à l origine de 45% des dépenses de santé. A contrario, les moins de 60 ans représentent 55%. On est donc loin de l'idée que l'âge plombe les comptes de la Sécurité sociale. Autre donnée surprenante: les dépenses des moins de 10 ans se révèlent égales à celles des plus de 85 ans. Les tarifs des mutuelles plus solidaires que ceux des assureurs : Après 60 ans, les tarifs des assureurs augmentent alors qu ils ne progressent pas, voire diminuent, chez les mutuelles : tel est l un des constats d une étude de la Drees sur les méthodes de fixation des tarifs de leurs garanties par les complémentaires santé. (Source AFIM) Dépassements d honoraires : vers la mise en place des contrats d accès aux soins : L Assurance maladie a annoncé, le 3 octobre 2013, la mise en place prochaine des contrats d accès aux soins qui étaient initialement programmée au 1er juillet Ces contrats d accès aux soins, à destination des médecins du secteur 2 (honoraires libres), ont pour objectif de favoriser l accès des patients à des tarifs opposables (tarifs sécurité sociale) et réduire leur reste à charge. Par exemple, pour une consultation de spécialiste de secteur 2 facturée 40 euros, le reste à charge du patient doit s élever à 12 euros dans le cadre du contrat d accès aux soins (contre 17 euros hors contrat), cette consultation étant remboursée sur la base de 28 euros (contre 23 euros actuellement). Un arrêté portant approbation de l avenant n 8 à la convention nationale organisant les rapports entre les médecins libéraux et l assurance maladie avait été publié au Journal officiel du vendredi 7 décembre Médicaments, tout savoir sur Indications thérapeutiques, précautions d emploi, contre-indications, prix, taux de remboursement... Vous vous posez des questions sur certains médicaments? Pour tout savoir, vous pouvez consulter la base de données publique des médicaments sur en effectuant une recherche par médicament ou par substance active. Vente de médicaments sur internet : attention aux contrefaçons : Médicaments faussement étiquetés, médicaments falsifiés... Dans le cadre d une campagne d information concernant la vente de médicaments sur internet, le ministère des affaires sociales et de la santé propose de retrouver en ligne la liste des sites français autorisés par les Agences régionales de santé (ARS). Grippe saisonnière : La campagne de vaccination contre la grippe saisonnière se déroule du 11 octobre 2013 au 31 janvier L Assurance maladie invite notamment les assurés de plus de 65 ans et ceux atteints de certaines maladies chroniques (asthme, diabète, insuffisance cardiaque...) à se faire vacciner. Le vaccin est pris en charge à 100 % pour les populations à risque, le calendrier vaccinal 2013 ayant intégré dans les populations éligibles les personnes atteintes d une hépatopathie chronique avec ou sans cirrhose. Des courriers sont donc envoyés aux personnes concernées avec un bon de vaccination permettant la délivrance gratuite du vaccin (jusqu au 31 janvier 2014). Pour ceux qui ont déjà été vaccinés les années précédentes, le vaccin peut être retiré directement en pharmacie. L injection peut alors être réalisée par un service infirmier. En revanche, les bénéficiaires d une primo-vaccination, les femmes enceintes et les personnes atteintes d une obésité sévère doivent se rendre chez leur médecin traitant pour obtenir une prescription. Les vaccins pris en charge sont disponibles en pharmacie à partir du 11 octobre Il est conseillé d effectuer cette vaccination avant la circulation active des virus grippaux. Après vaccination, l organisme a en effet besoin de 2 semaines pour former les anticorps nécessaires. Contrats Obsèques : (articles L et L du code général des collectivités territoriales) Les contrats assurant le financement des obsèques doivent désormais prévoir expressément que le capital versé au décès du souscripteur doit être réglé pour régler ses obsèques. Il faut aussi que les prestations funéraires y soient détaillées et personnalisées. Enfin, le capital doit être revalorisé chaque année par l assureur qui est tenu de restituer aux assurés une partie de ses bénéfices. Ceci afin, qu en dépit de l inflation, le capital couvre toujours le prix des obsèques. HERITAGE Le testament d une personne âgée au profit de son aide-ménagère est valable : (jurisprudence) Une aide ménagère peut recevoir des dons ou legs de la personne âgée dont elle s est occupée, même si son contrat de travail le lui interdit. C est ce que vient de juger la Cour de cassation dans une récente affaire. Un homme décède en 10

11 laissant pour lui succéder son fils. Par testament, il avait consenti divers legs particuliers, dont un terrain à son aideménagère, salariée d une association d aide à domicile. Son fils, puis ses petits enfants demandent l annulation du testament. La cour d appel prononce la nullité du testament au motif qu une clause du contrat de travail de l aide ménagère lui faisait interdiction de recevoir un don ou un legs de la personne chez qui elle travaillait. La Cour de cassation casse l arrêt. Pour la Cour, aucune disposition légale n interdit à l aide ménagère de recevoir des dons ou des legs. En effet, l aide ménagère n entre pas dans la catégorie des personnes auxquelles la loi interdit de recevoir des dons ou legs comme les membres des professions médicales et de la pharmacie et les auxiliaires médicaux qui ont prodigué des soins à une personne pendant la maladie dont elle est décédée. Par ailleurs, selon la Cour, le non respect des obligations prévues à son contrat de travail ne peut affecter la validité du legs qui lui a été consenti. Cette solution donnée par la Cour de cassation n exclut pas qu un tel testament serait susceptible d être annulé si l état mental du testateur l empêchait de tester valablement. HABITAT Mise en place d une prime de rénovation énergétique : Afin d accélérer la lutte contre les logements privés énergivores, la loi de finances rectificative pour 2010 a créé le programme «Rénovation thermique des logements». Dans le cadre de ce programme, une convention du 19 août 2013 passée entre l État et l Agence de Services et de paiement (ASP) prévoit d attribuer une prime de euros aux propriétaires occupants réalisant des travaux de rénovation énergétique dans leur résidence principale. Cette prime, distribuée par l ASP, est accordée sous réserve : de respecter certaines conditions de ressources, et de faire réaliser des travaux d isolation (murs, toitures, ou parois vitrées) ou d installation d équipements performants (production d énergie, chauffage ou eau chaude sanitaire) par un professionnel. Elle est versée jusqu en 2015 et peut être cumulée uniquement avec le crédit d impôt pour dépenses en faveur du développement durable et l éco-prêt à taux zéro. La nature exacte des dépenses éligibles ainsi que les conditions d attribution doivent encore être précisées par décret. Travaux d économie d énergie : Un décret publié au Journal officiel du vendredi 12 juillet 2013 modifie les modalités d attribution des aides à la rénovation thermique des logements gérés par l Agence nationale de l habitat (Anah). La prime à la réalisation de travaux, appelée aide de solidarité écologique (ASE), est portée de à euros pour les propriétaires occupants. Par ailleurs, les propriétaires bailleurs et les syndicats de copropriétés qui justifient d un gain énergétique après travaux d au moins 35 % peuvent désormais bénéficier de cette aide. Le montant de la prime est fixé à euros pour les propriétaires bailleurs et à euros pour les syndicats de copropriétés. L ASE concerne les logements dont la date de construction remonte au 1er juin Le logement concerné doit être situé dans un département doté d un contrat local d engagement contre la précarité énergétique (CLE), la plupart des départements ayant signé un CLE. Energie : Selon le baromètre du ministère de l écologie et de l énergie, la facture énergétique moyenne d un ménage français en 2012 se monte à Elle a augmenté de 200 en un an. GDF Suez : Les tarifs réglementés du gaz de GDF Suez baissent en moyenne de 0,18 % au 1er septembre Pour les particuliers, la baisse est de 0,1 % pour le tarif de base (usage réservé à la cuisson), 0,1 % pour un double usage (cuisson et eau chaude) et 0,2 % pour le chauffage. Hauteur des plantations : le règlement du lotissement doit être précis : En matière de plantations, le règlement du lotissement prime sur les règles du code civil, mais encore faut-il qu il soit suffisamment précis pour pouvoir être appliqué. La Cour de cassation vient d approuver l arrêt de la cour d appel qui avait écarté l application du règlement jugé trop imprécis, au profit des dispositions légales. Cette affaire opposait deux propriétaires d un lotissement à propos de la hauteur d une haie séparative. L un des propriétaires avait implanté une haie de thuyas atteignant une hauteur d environ 1,70 mètre, à moins de 2 mètres de la ligne séparative, soit une taille respectant la limite légale de 2 mètres de hauteur prévue par le code civil. Sa voisine s appuyait sur le règlement du lotissement selon elle plus restrictif et qui devait prévaloir. Pour la Cour de cassation lorsque le règlement régissant la hauteur maximale des haies s avère imprécis, ce sont les dispositions légales qui doivent alors s appliquer. Rappelons que le code civil organise les règles de plantations entre les voisins, mais ses règles ne s appliquent qu à défaut de règlements ou d usages particuliers. Plus values immobilières exonérées : Depuis le 1er septembre, les plus-values immobilières sont exonérées d'impôts après 22ans de détention: 6% d'abattement par an dès la 6 ème année, puis 4% la 22 ème année. Un abattement supplémentaire de 25% s'applique aux biens vendus avant le 31 août Logements privés - une prime exceptionnelle d aide à la rénovation thermique de euros : Un décret publié au Journal officiel du jeudi 19 septembre 2013 précise les conditions d attribution de la prime exceptionnelle d aide à la rénovation thermique des logements privés. Cette prime de euros est destinée aux propriétaires occupants qui 11

12 réalisent des travaux de rénovation énergétique dans leur résidence principale située sur le territoire national et achevée depuis plus de 2 ans sous réserve de : - respecter certaines conditions de ressources, - faire réaliser des travaux d isolation (murs, toitures, ou parois vitrées) ou d installation d équipements performants (production d énergie, chauffage ou eau chaude sanitaire) par un professionnel. Cette prime est accordée une seule fois par foyer. Les demandes peuvent être présentées jusqu au 31 décembre Pour en savoir plus, notamment sur les «points rénovation info service» les plus proches, vous pouvez : - appeler le numéro azur accessible au (prix d un appel local), - consulter le site internet dédié Pour rappel : afin d accélérer la lutte contre les logements privés énergivores, la loi de finances rectificative pour 2010 avait créé le programme «Rénovation thermique des logements». C est dans le cadre de ce programme qu une convention entre l État et l Agence de services et de paiement (ASP) avait été passée le 19 août IMPOTS Taxes locales allégement et exonération pour les foyers modestes : (décret n du ) Des exonérations et des allégements sont accordés aux foyers modestes pour leur résidence principale. Ils prennent notamment la forme d un plafonnement des impôts en fonction des revenus. Le montant de la taxe d habitation tient compte automatiquement de ce plafonnement. En revanche pour la taxe foncière, il faut en faire la demande, et le plafonnement ne joue que pour la part de l impôt qui dépasse 50% des revenus. Les conditions pour bénéficier de ces mesures figurent dans le tableau cidessous. Conditions Age minimal au Revenu maximal (revenu fiscal référence 2012) Patrimoine maximal (net imposable ISF 2012) Conditions d exonération ou de plafonnement des taxes en 2013 Exonération (sans condition si titulaire ASPA ou ASI) 75 ans (concerne aussi la résidence secondaire (plus 2730 par ½ part supplémentaire) Pas de condition Taxe foncière Plafonnement Pas de condition (plus 5617 pour 1 ère ½ part supplémentaire et 4421 pour les suivantes) 1,3 millions d euros Exonération (sans condition si titulaire ASPA ou ASI) 60 ans (Sans condition pour : veufs et titulaires de l AAH) (plus 2730 par ½ part supplémentaire) Taxe d habitation Plafonnement Pas de condition (plus 5617 pour 1 ère ½ part supplémentaire et 4421 pour les suivantes NB : ASPA (allocation solidarité aux personnes âgées) ASI (Allocation supplémentaire invalidité) AAH (allocation adultes handicapés) Impôts sur le revenu, changement de tranche : Peut-on s appauvrir en gagnant plus? Si cela arrivait, ce ne serait pas en tout cas la conséquence de la progressivité de l impôt. Voyons ce qui se produit quand on «passe à la tranche supérieure»? Dans le barème de 2012, euros par part représente la borne supérieure d une des tranches. Qu arrive-t-il, par exemple, si le revenu net imposable passe de à euros? A combien s élève l impôt revenu net de revenu net de Jusqu à euros, le taux est de 0 %, 0 0. De à euros, le taux est de 5,5 %, De à euros, le taux est de 14 %, / De à euros, le taux est de 14% / De à euros, le taux est de 30 % / 474 IMPOT PAYE (8,8% taux moyen imposition) (10,1% taux moyen imposition) RELIQUAT

13 En passant de à euros, on a bien «changé de tranche» au sens où le montant qui dépasse euros, c est-à-dire euros, est désormais taxé au taux de 30 %. On peut évidemment dire que les derniers euros gagnés rapportent moins que s ils se situaient dans une tranche inférieure. Mais, en gagnant euros de plus, si on a payé plus d impôt (533 euros), il reste néanmoins plus après impôt : euros au lieu de euros. Changer de tranche, à la hausse, diminue le gain final représenté par l augmentation de son revenu mais il y a bien toujours un gain. Ne sont pas évoquées ci-dessus, les conséquences d une imposition nouvelle sur : la taxe d habitation, la redevance TV, l octroi d avantages divers (ex : abattement sur les mutuelles de santé..), etc.. Projet de loi de finances pour 2014 : Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté par le ministre de l économie et des finances et le ministre délégué auprès du ministre de l économie et de finances, chargé du budget, au Conseil des ministres du mercredi 25 septembre Le projet de loi prévoit notamment l indexation du barème de l impôt sur le revenu sur les prix, la revalorisation de la décote, l abaissement du plafond du quotient familial de à euros pour chaque demi-part fiscale, la suppression de la réduction d impôt pour frais de scolarité, la fiscalisation des majorations de retraite ou de pension pour charge de famille, l aménagement des droits de mutation, la réforme du régime d imposition des plus-values immobilières et encore le durcissement du malus automobile. Ce projet de budget comprend également un certain nombre de mesures en rapport avec la conférence pour la lutte contre la pauvreté et l inclusion sociale de décembre 2012 : revalorisation du RSA, création de places d hébergement d urgence, extension des tarifs sociaux de l électricité et du gaz, revalorisation des plafonds de la CMU-C et de l accès à la complémentaire santé, revalorisation de 25 % de l allocation de rentrée scolaire. DIVERS Élections municipales et européennes 2014 : Les municipales doivent se dérouler les dimanches 23 et 30 mars Le gouvernement a retenu ces dates afin de faciliter la participation des électeurs (aucune zone ne se trouve en période de congés scolaires). Un décret a été publié en ce sens au Journal officiel du vendredi 27 septembre Les européennes sont fixées au dimanche 25 mai 2014 en France, à l exception de certains départements et collectivités d outre-mer. Par une décision du 14 juin 2013, le Conseil de l Union européenne avait en effet avancé les dates des élections dans l ensemble des États membres de l Union européenne à la période du 22 au 25 mai Le ministre de l intérieur a annoncé cette date lors du Conseil des ministres du mercredi 25 septembre À noter : des élections sénatoriales sont également prévues en septembre 2014 pour la moitié des sièges de sénateurs. QUELQUES CHIFFRES Plafond mensuel de la sécurité sociale : par mois en 2013 (annuel 37032), soit une hausse de 1,8 % par rapport à ( ) : (en 2011 : 2946 ). Ce plafond est utilisé pour calculer certaines prestations sociales, notamment une partie des cotisations vieillesse et celles des régimes de retraite complémentaire, ou encore des prestations de la Sécurité sociale comme les allocations de chômage. - Smic horaire brut ( ) : 9,43 - net : 7,38 - Smic mensuel brut (35 heures) : 1430,22 - net : 1121,71 - Taux annuel : 17162,60 - Minimum du traitement de base mensuel de la fonction publique : Indice brut 244 indice majoré 309 : 1 430,76 Retenues : - CSG (4,2% déductibles, 2,4% non déductibles) = 6,6% - CSG à taux réduit sous conditions de ressources= 3,8% - CRDS= 0,5% -CASA (contribution additionnelle de solidarité pour l autonomie)= 0,3% (à compter ) Retraites complémentaires (valeur du point au ) : - Arcco : 1,2513 (+0,80%) - Agirc : 0,4352 (+0,50%) - Ircantec : 0,4746 (+1,30%) Retraite des anciens combattants : au ,64 - PMI - Valeur du point : 13,86 Pension de réversion - les plafonds 2013 : Pour une personne seule ,40 par an, Pour une personne remariée, pacsée ou qui vit en concubinage : ,04 par an. Minimum de pension de réversion toutes ressources confondues : 787,26 par mois La pension de réversion du régime général est versée au conjoint ou ex-conjoint survivant d un salarié du secteur privé. Elle représente une partie de la retraite que percevait ou aurait perçu le défunt. La réversion est allouée aux veuves comme aux veufs. 13

14 PAGE D HISTOIRE LA GENDARMERIE DANS LA GRANDE GUERRE La gendarmerie a joué aux armées un rôle pénible, obscur et ingrat, mais nécessaire - Bulletin du Grand Quartier Général - 27 avril 1919 Dés le début de la grande guerre les gendarmes départementaux prennent part aux opérations en placardant sur les murs des mairies les affiches de mobilisation et en organisant le départ des mobilisés vers leurs point de rassemblement. À l'intérieur les gendarmes doivent assurer le maintien de l'ordre et la chasse aux déserteurs, aux armées des missions de prévôtés. De nombreux gendarmes se sont de plus enrôlés comme volontaires dans les unités combattantes. Si de nombreux poilus considéraient les gendarmes comme des planqués, la réalité est nettement plus nuancée: de nombreux prévôtaux ont partagés l'inconfort et les risques des cagnas et des tranchées, et de plus la grande majorité des gendarmes se sont battus dans les rangs des régiments d'infanterie. Gendarmes du service prévôtal : Service intérieur: À l'intérieur les gendarmes doivent assurer le maintien de l'ordre et la chasse aux déserteurs, même si le service pâtit d'effectifs insuffisants. Initialement les déserteurs sont peu nombreux (1,5% en 1914), mais les défections et désertions augmentent avec l'envoi au front des nouvelles classes d'appelés. Passibles des travaux forcés ou de la peine de mort, ces soldats en fuite n'ont souvent rien à perdre et acquièrent vite la réputation d'hommes prêts à tout plutôt que d'être pris. Mission inavouable, parce qu'elle fait tâche sur l'union sacrée, la chasse aux déserteurs était dangereuse pour les gendarmes dont plusieurs dizaines sont tombés sous le coup des réfractaires (le plus souvent formés aux techniques militaires) En 1920 la gendarmerie publia le chiffre de arrestations de déserteurs pendant la guerre. À la fin des hostilités aucune amnistie ne leur sera accordée et beaucoup, ne pouvant revenir à la vie normale, deviendront des bandits. La prévôté: Service ingrat, mais nécessaire, ses missions sont multiples: -police des cantonnements militaires -lutte contre les abus de boissons -lutte contre les actes de pillages, d'espionnage, de défaitisme -contrôle de la circulation dans la zone des armées -contrôle des civils présents dans la zone des armées -transfert des prisonniers de guerre Le rôle de la prévôté, peu connu, a été crucial, et le haut commandement lui a toujours attaché beaucoup d'importance. Elle a joué un rôle de premier plan dans le redressement de l'armée française après les premiers revers. En 1916, lors de la bataille de Verdun, les renforts et ravitaillements qui transitent par la voie sacrée, régulée par la prévôté, permettent d'obtenir la victoire. Sur les gendarmes du service prévôtal, 700 trouveront la mort en service, 3500 seront cités avec attribution de la croix de guerre. Bernard DELIGNY Extrait d archives. 14

15 DU CÔTE DE L ECOLE DE GENDARMERIE DE MONTLUÇON FEUILLE DE ROUTE - MESURE 2-4 : AFFECTER EN SORTIE D ECOLE DES SOUS-OFFICIERS IMMEDIATEMENT OPERATIONNELS C'est une première à l'école de gendarmerie de Montluçon : le 6 novembre 2013, après que la Sous-direction des Compétences ait autorisé le 18 octobre dernier la formation au «Secourisme en Intervention en Gendarmerie de niveau 1» (SIG 1) aux gendarmes d'active et aux élèves-gendarmes en formation initiale, la cellule Secourisme de l'école de Montluçon a mis en œuvre la première formation SIG 1 au profit de ses cadres, qui seront ainsi en mesure de transmettre ces savoirs aux élèves-gendarmes en vue de leurs affectations. Face au durcissement des missions de la Gendarmerie sur le territoire national, il a été convenu d'apporter un complément à la formation au secourisme, adapté au service quotidien et permettant à un militaire de la Gendarmerie de porter secours immédiatement à un gendarme victime de blessures en intervention. C'est pourquoi le module SIG 1 cible tous les militaires de la gendarmerie élèves en formation initiale. Ce module de 4 heures en«sauvetage en gendarmerie de niveau 1» fait maintenant partie intégrante de la préparation de chaque militaire à sa mission opérationnelle, et complète la formation de base du secourisme, «Prévention et Secours Civique» de niveau 1 (PSC 1), habituellement dispensée en 8h à tous les élèves-gendarmes et élèves gendarmes adjoints incorporant l'école. Dispensé par un formateur habilité SIG 1 et un formateur en Intervention professionnelle pour 10 apprenants, ce stage permet la prise en compte des risques spécifiques que les militaires de la Gendarmerie rencontrent en intervention. Le gendarme SIG 1 sera donc en mesure de pallier l'absence de moyens pour intervenir dans l'urgence sur son camarade blessé, et pourra améliorer la prise en compte de la victime en attendant les secours médicalisés. Pour cela, il mettra en œuvre les techniques de secours professionnels pratiquées par exemple sur le retraits de casque ou les plaies par balle, et utilisera certains matériels de secours réputés pour leur efficacité et leur rapidité d'installation, y compris sur soi-même : garrot tourniquet, pansement compressif de type israélien... D'ici à fin décembre 2013, les 50 formateurs secourisme de l'école de Montluçon seront habilités à dispenser la formation SIG1 aux élèves-gendarmes en formation initiale. UNE NOUVELLE CHAMPIONNE EN GENDARMERIE Entre deux séances d'entraînement, Nelly MOENNE-LOCCOZ s'est arrêtée quelques jours à l'école de gendarmerie de Montluçon pour signer son contrat d'engagement afin d'intégrer l'institution comme Gendarme Adjoint Volontaire. Née le 9 avril 1990 à Annecy, Nelly MOENNE-LOCCOZ est une snowboardeuse de haut niveau aujourd'hui spécialisée dans les épreuves de snowboard cross. Cette discipline, appelée aussi boarder cross, consiste en un parcours d'obstacles chronométré sur une piste jonchée de bosses, de portes, de virages relevés, sur laquelle 4 coureurs s'affrontent simultanément. Après avoir été sacrée 6 fois championne de France entre 2001 et 2006, Nelly a continué la compétition à haut niveau tout en poursuivant des études de commerce à l'iut d'annecy. Aujourd'hui, avec une médaille d'argent en coupe d'europe, 2 médailles de bronze en coupe du Monde, un titre de vice-championne du Monde et, très récemment, une victoire en coupe du monde, Nelly est une véritable étoile montante dans sa discipline. Elle rêve désormais d'une qualification et pourquoi pas d'une médaille aux Jeux Olympiques de Sotchi cet hiver. Parallèlement à sa carrière sportive, Nelly a choisi d'intégrer la Gendarmerie Nationale car elle incarne des valeurs telles la cohésion et le dépassement de soi que la championne retrouve quotidiennement dans le sport de haut niveau. Même si, pour l'heure, elle se consacre entièrement à sa carrière sportive, la jeune femme souhaite intégrer un Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne (PGHM) où elle pourra mettre son expérience de la montagne au service de la population. KABOUL: Formation sur la lutte contre les produits stupéfiants Du 28 Septembre au 04 Octobre 2013, l'adjudant Saint-Louis-Augustin Philippe ainsi que l'adjudant VOLPI Jean-Pierre instructeurs au groupe «Police Judiciaire» de la cellule «Domaine d'action de la Gendarmerie Départementale» de l'école de Gendarmerie de MONTLUCON (03) se sont rendus à KABOUL (Afghanistan) afin de conduire une formation relative aux techniques d'enquête en matière de lutte contre le trafic de produits stupéfiants. 15

16 Au total, 25 stagiaires de la «Counter-Narcotic Police of Afghanistan» ont pu bénéficier de cette formation, la grande majorité d'entre eux étant responsables de la lutte anti-drogue dans 20 des 34 provinces de l'afghanistan. Les instructeurs ont pu profiter des infrastructures de la «Counter-Narcotic Training Academy» de KABOUL. Après avoir effectué une brève présentation de la Gendarmerie Nationale, les notions de flux internationaux et de réseaux structurés de trafic de produits stupéfiants ont été abordées. Enfin le thème des diverses techniques spéciales d'enquête (surveillance, sonorisation/captation d'images, infiltration, livraison surveillée, interception de communications, gestion des sources), techniques susceptibles d'être mises en œuvre sur le sol afghan, conformément à la législation nationale en vigueur, ont suscité un vif intérêt parmi tous les participants. Le stage a permis aux responsables locaux d'envisager de nouveaux axes d'investigations en matière de lutte contre le trafic de produits stupéfiants. Il a également permis aux instructeurs de mesurer l'ampleur des difficultés auxquelles sont confrontées les enquêteurs dans ce domaine, tant en terme de matériel, d'effectifs que d'organisation, dans ce pays qui rappelons le, est le premier producteur mondial d'opiacées et de cannabis. STAGE MONITEUR TIOR À L'ÉCOLE DE GENDARMERIE DE MONTLUÇON Du 7 au 18 octobre 2013, un stage qualifiant de «moniteur des techniques d'intervention opérationnelles rapprochées» (TIOR) a été organisé à l'école de gendarmerie de Montluçon. Complémentaire des techniques de maîtrise sans arme de l'adversaire (MSAA) enseignées en école de gendarmerie, ce stage a pour but d'optimiser, d'accroître et de compléter les connaissances des formateurs en intervention professionnelle et de certains cadres de l'école de gendarmerie de Montluçon dans le domaine de la maîtrise de l'adversaire. En effet, la qualification de moniteur TIOR, qui correspond à l'ancien brevet de «Corps à corps», permet d'acquérir le niveau nécessaire dans les domaines technique, tactique et juridique pour ensuite enseigner les techniques d'intervention opérationnelles rapprochées relevant de la formation technique élémentaire (F.T.E.). Un moniteur TIOR est donc en mesure d'enseigner aux élèves gendarmes des solutions appropriées et graduées face à la violence et l'agressivité rencontrées sur le terrain, en complément de l'intervention professionnelle qui demeure la référence en Gendarmerie.. Ce stage, qui a lieu habituellement au Centre de Formation de Fontainebleau, a été exceptionnellement décentralisé à Montluçon par l'école interarmées des sports, en raison de la présence à l'école de gendarmerie d'un instructeur de combat habilité par le CNSD qui a dirigé le stage avec des personnels déjà qualifiés «moniteurs TIOR». Pendant 15 jours, les stagiaires ont complété leurs connaissances techniques en maîtrise de l'adversaire afin d'être en mesure de fournir un plus large éventail de réponses adaptées aux menaces diverses rencontrées au quotidien par les forces de l'ordre, et ce, avec les armes de dotation de la gendarmerie. Toutes les formes d'attaque et de saisie étaient envisagées lors d'entraînements techniques qui étaient ensuite suivis de mises en situation réelles. A l'issue du stage, les stagiaires ont présenté leur savoir-faire au colonel SORBA, commandant de l'école de gendarmerie de Montluçon, et au lieutenant-colonel JEDRASIAK, commandant la Division d'instruction, qui leur ont ensuite remis les brevets de «moniteur TIOR». Auteur : C.D./COMM/EG Montluçon Crédits photo : Cellule Diffusion /Ecole de Gendarmerie de Montluçon 16

17 LES INFOS DE L AMICALE Les nouveaux adhérents du 2 ème semestre - M. AVENEL Jean Pierre (août 2013) M. RUIZ Fernand (août 2013) - M. et Mme GUILLOU Pierre (octobre 2013) - Mme DAVID isabelle Veuve (octobre 2013) Nous leur souhaitons la bienvenue au sein de notre amicale UNPRG 03 Montluçon Recrutement Je le rappelle continuellement, car le recrutement est le baromètre de santé et d avenir pour notre association UNPRG. Il faut rester mobiliser et être vigilant à tous mouvements de retraités et veuves dans votre entourage. La dernière fois, je vous ai parlé d un projet de créer un secteur UNPRG à MOULINS. Cela va probablement se concrétiser dans le premier semestre 2014, les premiers courriers aux retraités de MOULINS vont être expédiés, au cours de ce mois de décembre. Notre retraité Dominique DESHAYES 1 er Vice président et responsable de la commission recrutement se charge des divers courriers. Nous lui souhaitons bonne chance dans son entreprise. Ne les oublions pas Au cours du 2 ème semestre, nous déplorons deux disparitions - Retraité : M. André BARTHAZART le 26 septembre Veuve : Mme Leonora BERNARD le 1 er juillet 2013 Sans les énumérer, une pensée pour nos malades, à ceux ou à celles hospitalisés, ou qui ont été hospitalisés, en maison de rééducation, ou placés en maison de retraite, nous leur souhaitons réconfort et un prompt rétablissement. La Commission des loisirs (Rudolphe MOGILKA - Catherine BECCART) Au cours du dernier conseil d administration du 2 décembre 2013, la commission des loisirs a fait le point sur des différents courriers adressés aux voyagistes de la région et des départements limitrophes Cher et Creuse et des réponses de certains voyagistes. Les premiers résultats ne nous paraissent pas favorables en raison de la cherté de la journée, où nous constatons une hausse conséquente. Après discussion et du point de vue de l ensemble du CA, nous attendons les retours des autres voyagistes pour faire un bilan définitif et prendre les mesures les plus adaptées à nos attentes et au budget. La galette des rois Elle aura lieu le dimanche 19 janvier 2014 à 12 heures au mess de l Ecole de Gendarmerie de Montluçon. Vous trouverez annexé au journal, le descriptif de la journée du 19 janvier avec son menu ainsi que le bulletin d inscription. Journée détente du 26 juin 2013 Bien que nous n étions que 27 pour la journée détente, le voyagiste nous a transportés le matin sur le nouveau site culturel et touristique de Paléopolis à Gannat, la colline des dinosaures, où nous avons voyagé dans le temps remontant à 23 millions d'années. Après la visite guidée et le repas pris au restaurant du site, l'après midi, nous nous sommes rendus à Charroux pour la visite guidée d'un des plus beaux villages de France. Cette journée détente placée sous le signe de la convivialité, a été très ensoleillée, donnant ainsi le sourire à chacun d'entre nous après avoir subi un printemps très morose. Les griefs du président, je pense que l on se décarcasse pour vous donner satisfaction et vous apporter une journée sympa loin des tracas journaliers, pour si peu de monde. Il faut se bouger et penser à ceux qui œuvrent pour que cette journée soit une réussite, ne les décevez pas. Ils auront la joie du travail bien fait, si vous venez plus nombreux. 17

18 Conseil d administration (flash) Au cours de la dernière réunion du conseil d administration du 2 décembre 2013, j ai le plaisir de vous annoncer qu un nouveau membre s est joint à l équipe et a pris le poste vacant de secrétaire adjoint. Il s agit de notre ami Patrick LEPILLER. Le président a eu le plaisir de remettre à notre camarade et ami Stephan PANEK, la médaille UNPRG étoile d argent. A l issue de la réunion du conseil d administration, un pot a été offert par le nouveau venu et le décoré. Mot du trésorier : A l heure où je rédige ce petit mot, une cinquantaine de retraités et veuves ne s est pas acquittée de leur cotisation Il se peut que ce ne soit qu un simple oubli de leur part ou s ils ne sont pas sûr d avoir payé, qu ils n hésitent pas à me téléphoner au , si je suis absent laissez un message et votre nom et je vous rappellerai le cas échéant. Dans le cadre de la gestion de la comptabilité de l amicale il serait souhaitable que l ensemble des cotisations soit versé avant la fin du semestre qui suit l assemblée générale à savoir fin juin A l approche des Fêtes de fin d année je vous souhaite de joyeuses festivités et au seuil de la nouvelle année je vous adresse mes meilleurs vœux de bonne santé à tous. Très Amicalement. Georges VIGNES Les membres bienfaiteurs Commission de Lecture Bernard DELIGNY - Georges VIGNES Michel LEPILLER Dominique DESHAYES Raymond PATEREK Journal composé et rédigé par Bernard DELIGNY ISSN W

19 19

20 20

Commission ad hoc. Séance du 10 février 2014. 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites

Commission ad hoc. Séance du 10 février 2014. 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites Commission ad hoc Séance du 10 février 2014 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites La loi n 2014-40 du 20 janvier 2014 garantissant l avenir et la justice du système de retraites,

Plus en détail

Demande d aide financière

Demande d aide financière Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre Service départemental. Demande d aide financière Dossier parrainé par NOM :. Prénom : Date et lieu de naissance :. Adresse : Email : Téléphone

Plus en détail

Réunion préparatoire à l Assemblée générale des délégués. Transparents 2015. Collège invalidité-décès. Mme Perrin 18 septembre 2015

Réunion préparatoire à l Assemblée générale des délégués. Transparents 2015. Collège invalidité-décès. Mme Perrin 18 septembre 2015 Transparents 2015 Réunion préparatoire à l Assemblée générale des délégués Collège invalidité-décès Mme Perrin 18 septembre 2015 Votre caisse de retraite Les élus de la CARMF 2 Élus de la CARMF au 15/01/2015

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre

Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre Service départemental du Morbihan Cité administrative - 13 avenue Saint-Symphorien - 56020 VANNES CEDEX Tél. 02.97.47.88.88 Fax 02.97.47.84.02

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

DELEGATION AUTONOMIE ET HANDICAP

DELEGATION AUTONOMIE ET HANDICAP DELEGATION AUTONOMIE ET HANDICAP Service des Politiques de l Autonomie des Personnes Agées REVALORISATION des tarifs Au 1 er septembre 2014 - DES PRESTATIONS ET AVANTAGES SOCIAUX DESTINES AUX PERSONNES

Plus en détail

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 B-9-01 N 44 du 2 MARS 2001 5 F.P. / 30 INSTRUCTION DU 12 FEVRIER 2001 IMPOT SUR LE REVENU. DISPOSITIONS GENERALES, LIQUIDATION DE L IMPOT. COMMENTAIRE

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

Fonds Départemental de Compensation du Handicap du Bas-Rhin Demande de Financement

Fonds Départemental de Compensation du Handicap du Bas-Rhin Demande de Financement 6a, rue du Verdon 67100 STRASBOURG Téléphone : 0800 747 900 Fonds Départemental de Compensation du Handicap du Bas-Rhin Demande de Financement Le Fonds Départemental de Compensation du Handicap s adresse

Plus en détail

Fonds Départemental de Compensation du Handicap du Bas-Rhin Demande de Financement

Fonds Départemental de Compensation du Handicap du Bas-Rhin Demande de Financement 6a, rue du Verdon 67100 STRASBOURG Téléphone : 0800 747 900 Fonds Départemental de Compensation du Handicap du Bas-Rhin Demande de Financement Le Fonds Départemental de Compensation du Handicap s adresse

Plus en détail

changez vos menuiseries et faites des économies!

changez vos menuiseries et faites des économies! changez vos menuiseries et faites des économies! AIDES FINANCIÈRES POUR LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2014 The world looks better Remplacez vos menuiseries par des fenêtres aluminium et

Plus en détail

Panorama de la fiscalité des retraites

Panorama de la fiscalité des retraites DIRECTION DE LA PRÉVISION SOUS-DIRECTION D Paris, le 28 novembre 2002 BUREAU DES ÉTUDES FISCALES 139, RUE DE BERCY - TÉLÉDOC 75572 PARIS CEDEX 12 Référence : D2-02-044 Damien ECHEVIN Dominique BRIAIRE

Plus en détail

CONNAISSANCES STATUTAIRES LA REFORME DE LA RETRAITE

CONNAISSANCES STATUTAIRES LA REFORME DE LA RETRAITE CONNAISSANCES STATUTAIRES LA REFORME DE LA RETRAITE La dernière loi portant réforme des retraites est la loi n 2014-40 du 20 janvier 2014 garantissant l'avenir et la justice du système de retraites. Deux

Plus en détail

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale Le salaire des internes en DES de Médecine Générale *************** «Le salaire est la contrepartie du travail fourni» Guide pratique du droit au travail, La Documentation Française. **************** (I)

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 26 DU 28 MARS 2011 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 B-7-11 INSTRUCTION DU 14 MARS 2011 IMPOT SUR LE REVENU. DISPOSITIONS GENERALES. LIQUIDATION DE L IMPOT. COMMENTAIRE

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L'ASSOCIATION Ô Racines

REGLEMENT INTERIEUR DE L'ASSOCIATION Ô Racines REGLEMENT INTERIEUR DE L'ASSOCIATION Ô Racines TITRE I MEMBRES ARTICLE 1ER : COMPOSITION L'association Ô Racines est composée des membres suivants comme défini à l article 7 des Statuts. : Membres fondateurs

Plus en détail

Vous conseiller pour les démarches clés

Vous conseiller pour les démarches clés Vous conseiller pour les démarches clés Les principales formalités DANS LES 48 H DANS LA SEMAINE DANS LE MOIS DANS LES 6 MOIS Faire la déclaration de décès au service de l Etat Civil de la mairie pour

Plus en détail

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages Sommaire Pages.. Qu est-ce que la PAJE 02.. La prime à la naissance ou à l adoption 03.. L allocation de base 04.. Le complément de libre choix du mode de garde Vous en bénéficiez quels que soient vos

Plus en détail

Demande. d intervention sociale. 1 - le demandeur (écrire en lettres majuscules et en noir) 2 - le conjoint actuel

Demande. d intervention sociale. 1 - le demandeur (écrire en lettres majuscules et en noir) 2 - le conjoint actuel Demande d intervention sociale Confidentiel Cadre réservé au service 1 - le demandeur (écrire en lettres majuscules et en noir) actif chômeur (1) retraité autre, précisez : nom de naissance : prénom :

Plus en détail

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013 Oddo & Cie La Loi Madelin Sommaire Sections 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite «Madelin» 3 2 Fipavenir TNS 13 2 3 Section 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite

Plus en détail

Il vous aidera à mieux connaître vos droits et vous rappellera vos obligations pour éviter toute interruption dans le versement de votre pension.

Il vous aidera à mieux connaître vos droits et vous rappellera vos obligations pour éviter toute interruption dans le versement de votre pension. Ce guide édité par la Caisse de Prévoyance Sociale de Saint-Pierre et Miquelon a été conçu pour répondre aux questions que vous vous posez le plus souvent en tant que bénéficiaires de la pension d invalidité.

Plus en détail

STATUTS* APPROUVÉS LORS DE

STATUTS* APPROUVÉS LORS DE STATUTS* APPROUVÉS LORS DE Association Lucé Espace S p o r t i f S c i e n t i f i q u e Culturel d Animations d e L o i s i r s E d u c a t i f s L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE EXTRAORDINAIRE DU 9 MARS 2013 (*Modifiant

Plus en détail

LES AIDES AUX PERSONNES AGÉES

LES AIDES AUX PERSONNES AGÉES MEMENTO 2007 lien sur les sites officiels : www.service-public.fr et www.info-retraite.fr Sur la Page d accueil du site service-public : clic sur la rubrique centrale onglets utilisés : Personnes handicapées

Plus en détail

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 La loi de finances pour 2014 a été publiée le 30 décembre 2013 au Journal Officiel de la République Française. Nous verrons dans les développements

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU Revalorisation des limites de l ensemble des tranches du barème de l impôt applicable aux revenus perçus en 2013 Barème (pour une part fiscale) Revenus de 2013 Impôt à

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013. Mme Micheline L.

Commentaire. Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013. Mme Micheline L. Commentaire Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013 Mme Micheline L. (Droits du conjoint survivant pour l attribution de la pension militaire d invalidité) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 8 avril

Plus en détail

Le statut de VDI détaillé sous forme de questions-réponses

Le statut de VDI détaillé sous forme de questions-réponses Le statut de VDI détaillé sous forme de questions-réponses Table des matières 1. FORMALITÉS ADMINISTRATIVES... 2 1.1 QUELLE SONT LES SEULES FORMALITÉS QUE LE VDI DOIT ACCOMPLIR AVANT DE DÉBUTER SON ACTIVITÉ?...

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Définition Qu est ce qu une pathologie chronique? «C est une maladie de longue durée, évolutive,

Plus en détail

En tout état de cause, il faudra demander vos prestations le plus souvent au travers d un formulaire car elles ne sont pas automatiques.

En tout état de cause, il faudra demander vos prestations le plus souvent au travers d un formulaire car elles ne sont pas automatiques. Si vous remplissez certaines conditions vous pourrez avoir droit à l allocation veuvage, à la retraite de réversion, à certaines aides pour la famille et le logement. Faites attention aux possibles récupérations

Plus en détail

Éco-prêt à taux zéro (éco-ptz)

Éco-prêt à taux zéro (éco-ptz) Éco-prêt à taux zéro (éco-ptz) L éco-prêt à taux zéro en 14 points 1. Comment fonctionne un éco-prêt à taux zéro? L éco-prêt permet de financer les travaux d économie d énergie et les éventuels frais induits

Plus en détail

www.maa-mutuellearmeedelair.fr - 0 970 809 721 (appel non surtaxé)

www.maa-mutuellearmeedelair.fr - 0 970 809 721 (appel non surtaxé) Date d ouverture : N de dossier : Date de Commission : CADRE RÉSERVÉ À LA MAA Édition 2016 www.maa-mutuellearmeedelair.fr - 0 970 809 721 (appel non surtaxé) Mutuelle soumise aux dispositions du Livre

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : FISCALITE DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

FICHE TECHNIQUE : FISCALITE DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP FICHE TECHNIQUE : FISCALITE DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP Ce document a été établi à titre d information sur les principes généraux de la fiscalité des personnes en situation de handicap. Il est

Plus en détail

FICHE DE CANDIDATURE A UN STAGE DE RECONVERSION PROFESSIONNELLE DANS UNE ECOLE DE RECONVERSION DE L ONAC

FICHE DE CANDIDATURE A UN STAGE DE RECONVERSION PROFESSIONNELLE DANS UNE ECOLE DE RECONVERSION DE L ONAC Direction des missions Département de la solidarité ANNEXE 6 FICHE DE CANDIDATURE A UN STAGE DE RECONVERSION PROFESSIONNELLE DANS UNE ECOLE DE RECONVERSION DE L ONAC A transmettre au plus tard 1 mois avant

Plus en détail

AIDES SOCIALES 2015 Cocher la case correspondante à l aide concernée

AIDES SOCIALES 2015 Cocher la case correspondante à l aide concernée Pour tout renseignement, contacter le Centre de la Relation Clients : Tél. 01 44 90 13 33 Fax 01 44 90 20 15 Formulaire de contact accessible sur notre site Internet www.crpcen.fr AIDES SOCIALES 2015 Cocher

Plus en détail

PLAFONNEMENT DES EFFETS DU QUOTIENT FAMILIAL

PLAFONNEMENT DES EFFETS DU QUOTIENT FAMILIAL 2041 GT N 50883#13 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. PLAFONNEMENT

Plus en détail

L ÉPARGNE SALARIALE DU CABINET MÉDICAL. «Comprendre & appliquer le mécanisme de l épargne salariale»

L ÉPARGNE SALARIALE DU CABINET MÉDICAL. «Comprendre & appliquer le mécanisme de l épargne salariale» L ÉPARGNE SALARIALE DU CABINET MÉDICAL «Comprendre & appliquer le mécanisme de l épargne salariale» SOMMAIRE Préambule Le PEE Le PERCO L intéressement La participation Les dernières informations Autres

Plus en détail

En 2013, le régime de prévoyance de l industrie pharmaceutique compte plus de 80.000 salariés et 14.000 anciens salariés.

En 2013, le régime de prévoyance de l industrie pharmaceutique compte plus de 80.000 salariés et 14.000 anciens salariés. Contact Octobre 2013- N 17 Lettre d information du Régime de Prévoyance de l Industrie Pharmaceutique En 2013, le régime de prévoyance de l industrie pharmaceutique compte plus de 80.000 salariés et 14.000

Plus en détail

Comment m informer au mieux?

Comment m informer au mieux? Comment m informer au mieux? Pour suivre le versement de ma pension d invalidité, j ouvre mon compte sur JE SUIS ACCOMPAGNÉ EN CAS D INVALIDITÉ L'ASSURANCE MALADIE EN LIGNE Pour en savoir plus sur l information

Plus en détail

salariés Convention Collective Nationale de 1952 Livret des garanties CPCEA

salariés Convention Collective Nationale de 1952 Livret des garanties CPCEA salariés Convention Collective Nationale de 1952 Livret des garanties CPCEA 02 CPCEA CCN52 Livret des garanties pour les salariés Préambule PRéSENTATION DE LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE 1952 La

Plus en détail

Document non contractuel GUIDE DE MISE EN PLACE DE LA RENTE. Offre de Rente Personnalisée du contrat de retraite supplémentaire

Document non contractuel GUIDE DE MISE EN PLACE DE LA RENTE. Offre de Rente Personnalisée du contrat de retraite supplémentaire Document non contractuel GUIDE DE MISE EN PLACE DE LA RENTE Offre de Rente Personnalisée du contrat de retraite supplémentaire 2 - Tout ce que vous devez savoir sur les dispositifs d épargne-retraite Sommaire

Plus en détail

STATUTS DE l ASSOCIATION SPORTIVE ANTONY VOLLEY

STATUTS DE l ASSOCIATION SPORTIVE ANTONY VOLLEY STATUTS DE l ASSOCIATION SPORTIVE ANTONY VOLLEY Article 1 : Constitution et siège social Il est fondé, le 12 mai 1998, entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet

Plus en détail

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension.

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension. GLOSSAIRE DES PRINCIPAUX TERMES UTILISÉS 1 EN MATIÈRE DE PRODUITS FINANCIERS Action : Titre représentant une part du capital d une société (cotée ou non cotée en Bourse). Il s agit d un titre de propriété

Plus en détail

La protection sociale dans l entreprise

La protection sociale dans l entreprise (r) assurez-vous sur La protection sociale dans l entreprise livre blanc «assuré d entreprendre» - n 2 2 INTRODUCTION SOMMAIRE SOMMAIRE Intro La protection sociale connaît en France une vraie mutation.

Plus en détail

Retraite Etudes & Optimisation

Retraite Etudes & Optimisation Retraite Etudes & Optimisation Pension de réversion Lorsque l un des conjoints disparaît, son veuf ou sa veuve bénéficie d une partie de sa retraite : la pension de réversion. Ses conditions d attribution

Plus en détail

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE Dernière mise à jour : avril 2010 CPCEA 1 2 Préambule Le régime conventionnel des cadres de la production agricole est institué

Plus en détail

PENSIONS, RETRAITES ET RENTES VIAGÈRES

PENSIONS, RETRAITES ET RENTES VIAGÈRES , RTRAT T RT VAGÈR Déclaration n 2042, page 3, RTRAT, RT, y compris pensions alimentaires e portez pas les centimes. e déduisez aucun abattement Vous A A RT VAGÈR À TTR ÉRUX ndiquez dans les cases ci-dessous,

Plus en détail

MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Paris, le 9 juin 2008

MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Paris, le 9 juin 2008 MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Paris, le 9 juin 2008 Direction générale de l administration et de la fonction publique B9 n 2163 -------- Direction du budget 2BPSS

Plus en détail

Statuts de l'association CenAsso Association des élèves et anciens élèves du Cenatho

Statuts de l'association CenAsso Association des élèves et anciens élèves du Cenatho Statuts de l'association CenAsso Association des élèves et anciens élèves du Cenatho ARTICLE 1 Titre de l association Il est fondé, le 13 novembre 2013, entre les adhérents aux présents statuts une association

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AIDE A DOMICILE OU EN ETABLISSEMENT D UNE PERSONNE DE 60 ANS OU PLUS 1

DOSSIER DE DEMANDE D AIDE A DOMICILE OU EN ETABLISSEMENT D UNE PERSONNE DE 60 ANS OU PLUS 1 DOSSIER DE DEMANDE D AIDE A DOMICILE OU EN ETABLISSEMENT D UNE PERSONNE DE 60 ANS OU PLUS 1 QUEL EST VOTRE NOM 2 :.. Votre nom de jeune fille. VOTRE PRENOM :. VOTRE DATE DE NAISSANCE : VOTRE ADRESSE :

Plus en détail

150 conseils pour payer moins d impôts

150 conseils pour payer moins d impôts m a r i e l a m b e r t Illustrations d Anna Daffos 150 conseils pour payer moins d impôts, 2010, 2011 ISBN : 978-2-212-54880-8 Chapitre 3 Enfants : les pépites fiscales «Pourquoi est-ce qu en matière

Plus en détail

Comité d Ille-et-Vilaine de la Ligue contre le cancer. Mise à jour : mars 2015 (remplace la version antérieure) Page 1

Comité d Ille-et-Vilaine de la Ligue contre le cancer. Mise à jour : mars 2015 (remplace la version antérieure) Page 1 Mise à jour : mars 2015 (remplace la version antérieure) Page 1 Comité d Ille-et-Vilaine de la Ligue contre le cancer 28 rue de la Donelière CS 11152 35011 Rennes cedex Tél. 02 99 63 67 67 Fax : 02 23

Plus en détail

INSTRUCTION N 7 DU 13 MAI 2015 RELATIVE A LA REVALORISATION DE PRESTATIONS DU REGIME DE SECURITE SOCIALE DES MARINS

INSTRUCTION N 7 DU 13 MAI 2015 RELATIVE A LA REVALORISATION DE PRESTATIONS DU REGIME DE SECURITE SOCIALE DES MARINS SOUS-DIRECTION DES AFFAIRES JURIDIQUES INSTRUCTION N 7 DU 13 MAI 2015 RELATIVE A LA REVALORISATION DE PRESTATIONS DU REGIME DE SECURITE SOCIALE DES MARINS Textes de référence Articles L. 171-1 et suivants,

Plus en détail

Chiffres clés. Aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS) Au 1 er janvier 2014

Chiffres clés. Aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS) Au 1 er janvier 2014 Chiffres clés MAJ du 20 juin 2014 Page 1/6 Chiffres clés Assurance maladie Aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS) Au 1 er janvier 2014 Montant de l'aide pour les + de 60 ans : 550 / an Nombre

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3298 Convention collective nationale IDCC : 2104. THERMALISME AVENANT N 24 DU

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 14 MARS 2012 4 A-5-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 14 MARS 2012 4 A-5-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 14 MARS 2012 4 A-5-12 CREDIT D IMPOT ECO-PRET A TAUX ZERO. CREDIT D IMPOT SUR LE REVENU EN FAVEUR DU DEVELOPPEMENT DURABLE. AMENAGEMENTS APPORTES

Plus en détail

COMPRENDRE SA RETRAITE

COMPRENDRE SA RETRAITE Salar ié du secteur pr ivé COMPRENDRE SA RETRAITE avec l Assurance retraite, l Arrco et l Agirc??? Janvier 2012 = Le système de retraite Le système de retraite obligatoire est à deux étages. Vous cotisez,

Plus en détail

L UNAF LA DEMI-PART FISCALE

L UNAF LA DEMI-PART FISCALE L UNAF et LA DEMI-PART FISCALE Union nationale des associations familiales 28 place Saint-Georges 75009 PARIS Tél : 01 49 95 36 00 Fax : 01 40 16 12 76 www.unaf.fr 1/11 L'UNAF et la suppression de la demi-part

Plus en détail

Projet de loi de finances rectificative pour 2014

Projet de loi de finances rectificative pour 2014 Note d information du mois de Décembre 2014 Le cabinet sera fermé du 24/12/2014 au soir au 05/01/2015 au matin Projet de loi de finances rectificative pour 2014 Le projet de deuxième loi de finances rectificative

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de

Plus en détail

Relevant du livre II SIREN 776 950 677

Relevant du livre II SIREN 776 950 677 Relevant du livre II SIREN 776 950 677 Mutuelles de France 70 Boulevard Matabiau BP 7051 31069 TOULOUSE CEDEX 7 Tél 0 810 131 111 Fax 05 61 63 03 77 Règlement intérieur MUTAMI page 1/5 suite à l Assemblée

Plus en détail

LE PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER la Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise

LE PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER la Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise LE PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER la Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise 1-PRESENTATION L Accord National Interprofessionnel (ANI) 2013 a prévu de généraliser la complémentaire

Plus en détail

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

Les autorisations d'absence

Les autorisations d'absence Les autorisations d'absence 1/18/MA Service «Gestion des carrières - Protection sociale» Pôle "Valorisation de l'information juridique" 05 59 84 59 44 05 59 90 03 94 statut@cdg-64.fr LES AUTORISATIONS

Plus en détail

Veufs MARS 2015. Veuvage, vos droits. B Retraite de réversion. B Allocation de veuvage. B Autres prestations

Veufs MARS 2015. Veuvage, vos droits. B Retraite de réversion. B Allocation de veuvage. B Autres prestations Veufs MARS 2015 Veuvage, vos droits B Retraite de réversion B Allocation de veuvage B Autres prestations Veuvage, vos droits À la perte de votre conjoint, de nombreuses démarches sont à accomplir. L Assurance

Plus en détail

Comment financer sa maison de retraite?

Comment financer sa maison de retraite? Les Essentiels Les Essentiels de Cap Retraite n 2 Comment financer sa maison de retraite? 6 FICHES PRATIQUES L accueil des personnes âgées Les tarifs en maison de retraite L APA en établissement L Aide

Plus en détail

Livret d epargne SaLariaLe

Livret d epargne SaLariaLe Livret d Epargne Salariale Chère collaboratrice, Cher collaborateur, En tant que salarié(e) de PAGE PERSONNEL, vous bénéficiez de l accord de participation en vigueur dans l entreprise. En complément de

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

I. PRINCIPES GENERAUX BENEFICIAIRES CONDITIONS D ATTRIBUTION MONTANT DU PRÊT MOBILITÉ

I. PRINCIPES GENERAUX BENEFICIAIRES CONDITIONS D ATTRIBUTION MONTANT DU PRÊT MOBILITÉ I. PRINCIPES GENERAUX Le Prêt mobilité est destiné à accompagner l'accès au logement locatif, par l avance de tout ou partie du dépôt de garantie (caution) exigé lors de la conclusion du bail, dans le

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3005-I Accords nationaux TRAVAUX PUBLICS (Tome I : Accords nationaux) Brochure

Plus en détail

La solution santé et prévoyance modulable de Generali.

La solution santé et prévoyance modulable de Generali. La solution santé et prévoyance modulable de Generali. 2 Pour faire face aux aléas de la vie La Prévoyance Entreprise 6-20 de Generali est un contrat de prévoyance/santé qui vous permet d apporter à vos

Plus en détail

BIENVENUE SUR LA PLATEFORME RSA. Cette action est cofinancée par l Union Européenne

BIENVENUE SUR LA PLATEFORME RSA. Cette action est cofinancée par l Union Européenne BIENVENUE SUR LA PLATEFORME RSA Cette action est cofinancée par l Union Européenne Présentation de la plateforme Vous êtes nouvellement bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active (RSA). Les partenaires

Plus en détail

Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015

Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015 Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015 PREAMBULE LES PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L AIDE SOCIALE Le Règlement départemental

Plus en détail

La pension minière de réversion

La pension minière de réversion La pension minière de réversion DdRS Dossier de demande Une notice explicative pour vous aider dans vos démarches ainsi que la liste des pièces justificatives à joindre à votre demande La demande de pension

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE AU 1 ER JANVIER 2013

AVANTAGES EN NATURE AU 1 ER JANVIER 2013 AVANTAGES EN NATURE AU 1 ER JANVIER 2013 SG/SB Réf. :11-8-5 Pôle carrière / retraite Janvier 2013 05 63 60 16 59 INT/Base doc/z Indemnités-primes/Avantages en nature Sources : *Circulaire DSS/SDFSS/5B/N

Plus en détail

Pensions de réversion de la retraite complémentaire. n o 8

Pensions de réversion de la retraite complémentaire. n o 8 GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO PENSIONS DE RÉVERSION DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 8 JUIN 2015 Pensions de réversion de la retraite complémentaire Sommaire La retraite,

Plus en détail

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A Dossier retraite Mise à jour : 10/03/2014 Vos ressources De quelles ressources disposerez-vous lors de votre départ en retraite? Elles sont de 5 natures : - La retraite sécurité sociale dite retraite de

Plus en détail

Action sociale de la Mutuelle Audiens. de la presse, du spectacle et de la communication. Notice d information. À vos côtés tout au long de la vie

Action sociale de la Mutuelle Audiens. de la presse, du spectacle et de la communication. Notice d information. À vos côtés tout au long de la vie Action sociale de la Mutuelle Audiens de la presse, du spectacle et de la communication Notice d information À vos côtés tout au long de la vie Les aides complémentaires aux dépenses de santé Nature de

Plus en détail

Impôts 2015. Enfants à charge. dans quel cas un enfant est-il à charge? que déclarer et comment?

Impôts 2015. Enfants à charge. dans quel cas un enfant est-il à charge? que déclarer et comment? Impôts 2015 Enfants à charge dans quel cas un enfant estil à charge? que déclarer et comment? Enfants à charge > Vous pouvez compter à charge vos enfants célibataires (ou ceux de votre conjoint ou de votre

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

Mémento. de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents. GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon. Table des matières

Mémento. de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents. GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon. Table des matières Mémento de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents (LAA) GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon Table des matières Base légale de l assurance Page Personnes assurées 1.

Plus en détail

Guide de sortie en rente viagère. Contrats de retraite multisupport

Guide de sortie en rente viagère. Contrats de retraite multisupport Guide de sortie en rente viagère Contrats de retraite multisupport Autonomie Garantie Capital Revenu à vie Épargne Revalorisation Retraite Bénéficiaires Rente Modularité Options Réversion Souplesse Choix

Plus en détail

SIMPLE, ADAPTÉE AUX TPE-PME

SIMPLE, ADAPTÉE AUX TPE-PME entreprise LA SANTÉ DANS MON ENTREPRISE UNE MUTUELLE SIMPLE ET AVANTAGEUSE POUR TOUS LA BRANCHE COURTAGE DU GROUPE LA BRANCHE COURTAGE DU GROUPE Dans le cadre de la loi de Sécurisation de l Emploi du 14

Plus en détail

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE GARDE D ENFANTS Tout savoir sur la PAJE Sommaire Qu est-ce que la PAJE? Page 2 La prime à la naissance ou à l adoption Page 3 L allocation de base Page 4 Le complément de libre choix du mode de garde Page

Plus en détail

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Les obligations fiscales Droits de succession à régler dans les 6 mois La déclaration de succession est une étape importante du règlement d une succession.

Plus en détail

Règlement Intérieur Amicale des Sapeurs-Pompiers d Ancenis

Règlement Intérieur Amicale des Sapeurs-Pompiers d Ancenis Règlement Intérieur Amicale des Sapeurs-Pompiers d Ancenis Titre 1 Objet Le règlement intérieur complète et précise les statuts de l Amicale sans contenir de disposition contraire à ceux-ci Il est amendé

Plus en détail

ESPAGNE. 1. Principes généraux.

ESPAGNE. 1. Principes généraux. ESPAGNE Les dépenses de protection sociale en Espagne représentent 21,6%PIB. Le système espagnol est devenu récemment plus beveridgien. Ce système est relativement récent, le service national de santé

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS 15 JANVIER 2015 N 1/2015 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE OBLIGATIONS Réforme du régime simplifié d imposition : les modalités de versement des acomptes semestriels sont précisées À compter

Plus en détail

La MSA peut prendre en charge différentes formes d aide pour faciliter la vie quotidienne des retraités à leur domicile.

La MSA peut prendre en charge différentes formes d aide pour faciliter la vie quotidienne des retraités à leur domicile. DEMANDE D ACCOMPAGNEMENT A DOMICILE Informations pratiques Vous êtes retraité du régime agricole et vous souhaitez bénéficier d une prise en charge de la MSA pour pouvoir recourir à des services vous permettant

Plus en détail

Règlement intérieur de l association Entre preneurs d actions solidaires Adopté par l assemblée générale du 15 mars 2013

Règlement intérieur de l association Entre preneurs d actions solidaires Adopté par l assemblée générale du 15 mars 2013 Page 1 sur 5 Règlement intérieur de l association Entre preneurs d actions solidaires Adopté par l assemblée générale du 15 mars 2013 Article 1. Agrément des nouveaux membres. ( Article 6 des statuts)

Plus en détail

RÉGIMES DE LA CARMF (loi du 17 /01/1948 décret du 19/07/1948)

RÉGIMES DE LA CARMF (loi du 17 /01/1948 décret du 19/07/1948) RÉGIMES DE LA CARMF (loi du 17 /01/1948 décret du 19/07/1948) Médecin Régimes obligatoires Médecin Conjoint collaborateur La retraite : Base (1949) Complémentaire (1949) ASV (1972) La prévoyance : Invalidité-Décès

Plus en détail

INFORMATION RETRAITE SYNDICAT CGT DES TRAVAILLEURS PORTUAIRES DU GPMH LE HAVRE FRANCE. Septembre 2009 SOMMAIRE - 1 - 1. LA RETRAITE (QUELQUES DATES )

INFORMATION RETRAITE SYNDICAT CGT DES TRAVAILLEURS PORTUAIRES DU GPMH LE HAVRE FRANCE. Septembre 2009 SOMMAIRE - 1 - 1. LA RETRAITE (QUELQUES DATES ) SYNDICAT CGT DES TRAVAILLEURS PORTUAIRES DU GPMH LE HAVRE FRANCE INFORMATION RETRAITE Septembre 2009 SOMMAIRE 1. LA RETRAITE (QUELQUES DATES ) 2 LA RETRAITE SECURITE SOCIALE 3 LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES FR 52-09 LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES GROUPE DE SOCIÉTÉS : RÉGIME DES SOCIÉTÉS MÈRES ET FILIALES Suppression de la possibilité de

Plus en détail

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire L analyse de la MNT sur le projet de décret Patrick DOS Vice-Président de la MNT Participation des employeurs

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR Association Taramana

REGLEMENT INTERIEUR Association Taramana REGLEMENT INTERIEUR Association Taramana PREAMBULE Le présent Règlement intérieur est établi par le Conseil d administration et approuvé par l Assemblée Générale en application de l article 15 des statuts

Plus en détail