La garde de la personne dont l état mental présente Titre un danger pour elle-même ou pour autrui. Guide d application

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La garde de la personne dont l état mental présente Titre un danger pour elle-même ou pour autrui. Guide d application"

Transcription

1 La garde de la personne dont l état mental présente Titre un danger pour elle-même ou pour autrui Guide d application Juin 2006

2 Coordination de l édition : Virginie Jamet Mise en pages : Madeleine québécoise d établissements de santé et de services sociaux, 2006 La Direction des communications, Service de la gestion de l information 505, boul. De Maisonneuve Ouest Bureau 400, Montréal (Québec) H3A 3C2 Téléphone : (514) http ://wwww.aqesss.qc.ca Dépôt légal 2 e trimestre 2006 Bibliothèque nationale du Québec Bibliothèque nationale du Canada ISBN : Ce document est disponible gratuitement sur le site Web dans la section «Accès membres» La reproduction d extraits est autorisée à des fins non commerciales avec mention de la source. Toute reproduction partielle doit être fidèle au texte utilisé.

3 L ASSOCIATION QUÉBÉCOISE D ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX (AQESSS) Au printemps 2005, l Association québécoise d'établissements de santé et de services sociaux (AQESSS) naissait de la fusion de l Association des hôpitaux du Québec et de l Association des CLSC et des CHSLD du Québec. La nouvelle organisation est ainsi devenue le porte-parole de quelque 140 établissements membres. L AQESSS a pour mission de rassembler, de représenter et de soutenir les établissements membres dans l exercice de leurs missions afin d améliorer la qualité, l accessibilité et la continuité des services de santé et des services sociaux pour la population du Québec. L Association offre une gamme de services collectifs et individuels à l ensemble de ses membres et contribue au développement des réseaux intégrés de services dans une perspective populationnelle. III

4 AVANT-PROPOS Les principes et les modalités applicables en matière de garde d une personne dont l état mental présente un danger pour elle-même ou pour autrui trouvent leur source dans le Code civil du Québec (L.Q. 1991, c. 64, le «C.c.Q.») et dans la Loi sur la protection des personnes dont l état mental présente un danger pour elles-mêmes ou pour autrui (chapitre P , la «Loi»), qui remplaçait la Loi sur la protection du malade mental. Depuis l entrée en vigueur de la Loi (1 er juin 1998), les tribunaux ont eu l occasion de se prononcer sur les règles applicables. De plus, certaines dispositions pertinentes du C.c.Q. ont été modifiées en Dès lors, une mise à jour et une intégration des guides de l Association des CLSC et des CHSLD du Québec, de juin 1998, et de l Association des hôpitaux du Québec, de juin 1998, s imposaient. Ce guide a été préparé par M es Magali Cournoyer-Proulx et Nathalie Lecoq de la firme Heenan Blaikie avec la précieuse collaboration de M e Sonia Amziane, avocate-conseil à l AQESSS, et du docteur Jean-Bernard Trudeau, directeur des services professionnels et hospitaliers à l Hôpital Douglas. IV

5 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 Trois types de garde...1 Principes généraux...2 Dans quel établissement peut s effectuer la garde?... 3 Quand diriger une personne vers un autre établissement?... 3 Quand procéder au transfert d une personne vers un autre établissement?... 4 Consentement aux soins... 5 Examen psychiatrique... 5 Autres soins... 5 Mesures de contention... 6 Garde en établissement vs ordonnance de détention LA GARDE PRÉVENTIVE... 7 Qui peut être mis sous garde préventive?... 7 Existence d un danger grave et immédiat relié à un état mental... 8 Qui peut amener une personne contre son gré auprès d un établissement pour la mettre sous garde préventive?... 8 Intervention de l agent de la paix... 8 Qui peut demander l intervention de l agent de la paix?... 9 Intervention à la demande d un intervenant d un service d aide en situation de crise... 9 Responsabilités de l'agent de la paix Qui peut mettre une personne sous garde préventive? V

6 Établissement où peut s effectuer une garde préventive Obligations de l établissement qui reçoit la personne Examen par un médecin Avis au directeur des services professionnels Informations et avis Droits de la personne sous garde préventive Droit de communiquer avec des tiers Droit de contester une garde ou une décision prise en vertu de la Loi Durée de la garde préventive Fin de la garde préventive LA GARDE PROVISOIRE Demande de garde provisoire Qui peut demander une ordonnance de garde provisoire? Existence d un danger relié à l état mental Ordonnance de garde provisoire Rôle de l agent de la paix Établissement où peut s effectuer une garde provisoire Obligations de l établissement Prise en charge de la personne Évaluation psychiatrique Examens psychiatriques Délais applicables VI

7 Transmission du rapport Confidentialité et divulgation du rapport d examen psychiatrique Droits de la personne sous garde provisoire Droit de communiquer avec des tiers Droit de contester une garde ou une décision prise en vertu de la Loi Fin de la garde provisoire LA GARDE RÉGULIÈRE Contenu des rapports d examen psychiatrique Requête pour garde régulière Établissement où s effectue la garde régulière Durée de la garde régulière Obligations de l établissement pendant la garde régulière Informations à donner à la personne sous garde Examens psychiatriques périodiques Droits de la personne sous garde régulière Droit de communiquer avec des tiers Droit de contester une garde ou une décision prise en vertu de la Loi Droit d'être informé sur son plan de soins Transfert auprès d un autre établissement Renouvellement de la garde régulière Fin de la garde régulière CONCLUSION VII

8 ANNEXE 1 Document d information : Droits et recours d une personne sous garde.. 34 ANNEXE 2 Formulaire AH ANNEXE 3 Extraits de la Loi sur la protection des personnes dont l état mental présente un danger pour elles-mêmes ou pour autrui ANNEXE 4 Dispositions pertinentes du Code civil du Québec en matière de garde et d évaluation psychiatrique ANNEXE 5 Dispositions pertinentes du Code de procédure civile en matière de garde et d évaluation psychiatrique ANNEXE 6 Dispositions de la Loi sur les services de santé et les services sociaux en matière de contention VIII

9 INTRODUCTION La garde peut être consentie librement aux conditions énoncées à l article 26 du C.c.Q. Dans les autres cas, on parle d une garde forcée (ou sans consentement) qui est préventive, provisoire ou régulière 1. Des règles différentes s appliquent selon le type de garde forcée d une personne. Soulignons sommairement, puisque nous y reviendrons plus loin, les caractéristiques particulières de ces trois types de garde. TROIS TYPES DE GARDE La garde préventive n est possible qu en cas de danger grave et immédiat pour la personne visée ou pour autrui. Elle est décidée par un médecin exerçant dans un établissement qui exploite un CLSC ou un centre hospitalier disposant des aménagements nécessaires pour y mettre la personne sous garde préventive, sans qu il soit nécessaire d obtenir l autorisation préalable d un tribunal et sans qu un examen psychiatrique ait été fait. Elle ne peut, sauf exception, excéder 72 heures. En l absence de danger grave et immédiat selon l avis du médecin, la garde préventive d une personne ne peut être envisagée. Cependant, comme nous le verrons, il importe alors qu une évaluation des besoins de cette personne soit faite par l établissement, lorsque requis. La garde provisoire n est possible que sur ordonnance d un tribunal afin de soumettre une personne à une évaluation psychiatrique. Elle peut être ordonnée par un tribunal pour prolonger la garde préventive d une personne afin de lui faire subir une évaluation psychiatrique, lorsqu au terme de la garde préventive, la personne refuse toujours d être gardée en établissement et d y subir une évaluation psychiatrique. Contrairement à la garde préventive, il n est pas nécessaire que le danger soit grave et immédiat. II suffit, en effet, que le tribunal ait des motifs sérieux de croire qu une personne représente un danger pour elle-même ou pour autrui en raison de son état mental. La durée de la garde provisoire varie en fonction de certains facteurs que nous analyserons plus loin. La garde régulière est celle qui est prononcée par un tribunal à la suite d une évaluation psychiatrique basée sur deux (2) rapports d examen psychiatrique concluant à la nécessité de cette garde. La durée de cette garde est déterminée par le tribunal. Notons, en terminant, que le tribunal n est pas lié par ces deux rapports. En effet, comme nous le 1 L appellation «garde régulière» n est pas une expression qui figure au Code civil du Québec mais elle est couramment utilisée par les praticiens pour désigner la garde en établissement ordonnée par le tribunal à la suite d une évaluation psychiatrique. 1

10 verrons plus loin, depuis une modification législative apportée en 2002 à l article 30 C.c.Q., quelle que soit la preuve qui pourrait lui être présentée, le tribunal n ordonnera la garde régulière que s il est lui-même convaincu de la nécessité d une telle garde et du fait que la personne est dangereuse. PRINCIPES GÉNÉRAUX II est intéressant de noter que la Loi n exige pas qu une personne soit atteinte d une maladie mentale ou qu elle ait une condition psychiatrique pour qu elle puisse faire l objet d une garde en établissement. La loi réfère, en effet, à un état mental (et non à une maladie mentale) présentant un danger pour la personne ou pour autrui. L expression «état mental» couvre aussi les troubles du comportement 2. Par conséquent, une autre maladie, une démence, une atteinte cognitive, une déficience ou un affaiblissement qui affecte l état mental d une personne peut la placer dans un état de dangerosité pour ellemême ou pour autrui justifiant la mise en place d un régime de garde. De plus, une personne ne peut être mise sous garde que si son état mental présente un danger pour elle-même ou pour autrui. Bien que le degré de dangerosité requis varie en fonction du type de garde, le danger doit exister en raison de l état mental de cette personne. On doit donc être en mesure d établir un lien entre l état mental de la personne et le danger qu elle présente pour elle-même ou pour autrui. À titre d illustration, le seul fait qu une personne soit violente ne suffit pas en soi pour justifier la garde; le comportement dangereux doit être dû à un état mental particulier. À l inverse, une personne peut présenter un état mental perturbé ou pathologique sans pour autant constituer un danger pour elle-même ou pour autrui. Ainsi, une personne souffrant d une maladie mentale peut très bien ne présenter aucun danger pour elle-même ou pour autrui lorsque sa maladie est bien contrôlée. Par ailleurs, les circonstances dans lesquelles se retrouve la personne permettent d apprécier la dangerosité que présente son état mental. À titre d exemple, une personne souffrant de troubles cognitifs peut ne représenter aucun danger pour elle-même ou pour autrui lorsqu elle est bien encadrée et suivie à domicile. Cependant, son état mental peut présenter un danger pour elle-même ou pour autrui dans l hypothèse où elle se retrouve seule à domicile et refuse toute aide. Plus loin, nous ferons un survol de la jurisprudence au regard de la notion de «dangerosité». 2 Protection du malade mental 4, [1997] C.A.S

11 En outre, la garde forcée constituant une atteinte, bien que légitime, à la liberté et l inviolabilité de la personne, en l occurrence des droits fondamentaux, il importe d appliquer les diverses dispositions législatives pertinentes avec beaucoup de rigueur. Comme l a précisé la Cour du Québec, «la sauvegarde de ces droits fondamentaux exige une interprétation restrictive de toute disposition portant atteinte à ces droits fondamentaux» 3. DANS QUEL ÉTABLISSEMENT PEUT S EFFECTUER LA GARDE? La garde préventive et la garde provisoire peuvent s effectuer dans un établissement exploitant l un des centres suivants, sous réserve que l organisation et les ressources de cet établissement, telles que prévues notamment par le plan stratégique pluriannuel de l agence de la santé et des services sociaux, lui permettent de procéder à ces mises sous garde : un CLSC disposant des aménagements nécessaires; un centre hospitalier. La garde régulière peut s effectuer dans un établissement exploitant l un des centres suivants, sous réserve que l organisation et les ressources de cet établissement lui permettent de procéder à cette mise sous garde et pourvu qu il dispose des aménagements nécessaires pour recevoir et traiter les personnes atteintes de maladie mentale : un centre hospitalier; un centre de réadaptation; un centre d hébergement et de soins de longue durée; un centre d accueil au sens de la Loi sur les services de santé et les services sociaux pour les autochtones cris, L.R.Q., c. S-5. QUAND DIRIGER UNE PERSONNE VERS UN AUTRE ÉTABLISSEMENT? Un établissement est tenu de diriger immédiatement une personne qui doit être mise sous garde vers un autre établissement disposant des aménagements nécessaires lorsque se présente l une des situations suivantes : 3 Lirette c. C.M., [1997] R.J.Q. 1794, p (juge Normand Bonin). 3

12 Lorsqu en raison de son organisation ou de ses ressources, un établissement n est pas en mesure de mettre une personne sous garde préventive, sous garde provisoire ou sous garde régulière, ou de procéder à un examen psychiatrique alors qu il est requis de le faire; Lorsqu une personne devant être admise sous garde préventive ou provisoire est conduite auprès d un établissement qui ne peut être requis de mettre une personne sous garde préventive ou sous garde provisoire; Lorsqu une personne devant être admise sous garde régulière est conduite auprès d un établissement qui ne peut être requis de mettre une personne sous garde régulière. QUAND PROCÉDER AU TRANSFERT D UNE PERSONNE VERS UN AUTRE ÉTABLISSEMENT? Une personne sous garde régulière peut être transférée auprès d un autre établissement dans l un des cas suivants : À sa demande, en autant que l organisation et les ressources de l établissement auprès duquel elle sera transférée le permettent; À la demande de son médecin traitant s il juge que cet autre établissement est en mesure de mieux répondre à ses besoins, sous réserve que l organisation et les ressources de cet établissement le permettent. Le médecin doit alors obtenir le consentement de la personne, à moins que ce transfert ne soit nécessaire pour assurer sa sécurité ou celle d autrui. Le médecin doit également motiver sa décision et l inscrire au dossier de la personne. Dans ces deux cas, un transfert ne peut avoir lieu que si le médecin traitant atteste, par un certificat motivé que, selon lui, ce transfert ne présente pas de risques sérieux et immédiats pour cette personne ou pour autrui. Une copie du dossier de la personne sous garde doit être transmise au nouvel établissement. 4

13 CONSENTEMENT AUX SOINS Examen psychiatrique Le fait qu une personne soit placée sous garde préventive forcée n autorise pas l établissement ou le médecin à lui faire subir un examen psychiatrique contre son gré. Pour ce faire, l autorisation du tribunal est nécessaire en vertu de l article 27 du C.c.Q. S il est jugé nécessaire de soumettre la personne à une évaluation psychiatrique et que celle-ci la refuse, une demande en ce sens devra être présentée au tribunal avant l expiration du délai de 72 heures permis pour maintenir une personne en garde préventive, contre son gré. Notons, cependant, que la personne sous garde préventive peut toujours consentir à se soumettre à une évaluation psychiatrique si elle est apte à le faire. Si elle est inapte et qu elle ne s y oppose pas, le consentement substitué suffira. Dans de tels cas, l on peut alors procéder à l évaluation psychiatrique. Si les deux rapports d examen psychiatrique concluent ensuite à la nécessité de mettre la personne sous garde régulière et que la personne refuse toujours de demeurer hospitalisée, l établissement devra quand même s adresser au tribunal pour obtenir une telle ordonnance de garde bien que la personne ait consenti à l évaluation. Autres soins Pendant une garde, un majeur apte ou un mineur âgé de 14 ans et plus peut consentir seul aux soins requis par son état de santé. Il ne peut pas être soumis à des soins qu il refuse et ce, même si ces soins sont requis par son état de santé. Le seul fait d être sous garde en établissement ne le prive pas de ce droit. Rappelons que le cas d un mineur de moins de 14 ans, le consentement du titulaire de l autorité parentale est requis. De plus, s il s agit d un majeur inapte, le consentement sera donné par une personne mentionnée à l article 15 C.c.Q. selon l ordre qui y est prévu (mandataire, tuteur, curateur, conjoint 4, proche parent ou personne démontrant un intérêt particulier pour le majeur). Cependant, si le majeur inapte s oppose catégoriquement aux soins requis, le 4 Conjoint, qu il soit marié, en union civile ou en union de fait. 5

14 consentement substitué de la personne autorisée ne suffit plus; l autorisation du tribunal est alors requise, sauf en cas d urgence ou lorsqu il s agit de soins d hygiène. S il s agit d un mineur âgé de 14 ans et plus qui refuse les soins requis par son état de santé, l autorisation du tribunal est également nécessaire. Cependant, s il y a urgence et que la vie du mineur est en danger ou son intégrité menacée, le consentement du titulaire de l autorité parentale ou du tuteur suffit même si le mineur s y objecte (art. 16 al. 2 C.c.Q.). MESURES DE CONTENTION Compte tenu qu ils font face à une clientèle dangereuse, les établissements qui procèdent à des mises sous garde sont susceptibles de recourir à l utilisation de mesures de contention telles que la force, l isolement, un moyen mécanique ou une substance chimique. Cependant, l utilisation de ces mesures devra se faire conformément aux conditions prévues à l article de la Loi sur les services de santé et les services sociaux (L.R.Q., c. S-4.2, ci-après également désignée la «LSSSS», voir l annexe 6 du présent guide où est reproduite cette disposition), à savoir que : l utilisation doit être minimale et exceptionnelle; elle doit tenir compte de l état physique ou mental de la personne; elle doit servir à empêcher cette personne de s infliger ou d infliger à autrui des lésions; elle doit être en conformité avec le protocole d application de ces mesures qui doit être adopté par tout établissement. Cette disposition prévoit également que lorsqu une telle mesure est prise à l égard d une personne, elle doit faire l objet d une mention détaillée, par le personnel infirmier ou autre, dans le dossier de cette personne, laquelle doit notamment comprendre : une description des moyens utilisés; la période pendant laquelle ils ont été utilisés; une description du comportement qui a motivé la prise ou le maintien de cette mesure. Par ailleurs, il importe de souligner qu en vertu de cette disposition, tout établissement est tenu d adopter un protocole d application des mesures de contention et de les diffuser 6

15 auprès des usagers. Il doit, de plus, procéder à l évaluation annuelle de l application de ces mesures. GARDE EN ÉTABLISSEMENT VS ORDONNANCE DE DÉTENTION Lorsqu une personne fait l objet d une ordonnance de détention dans un hôpital à la suite d un verdict de non responsabilité criminelle en raison de troubles mentaux en vertu de la partie XX.1 du Code criminel (L.R., 1985, ch. C-46), l établissement désigné dans l ordonnance assure la garde de cette personne. Il est donc superflu de demander en plus une garde en établissement au sens du C.c.Q. et de la Loi. Le même raisonnement s applique à l égard d une personne faisant l objet d une ordonnance de libération assortie de modalités selon laquelle le tribunal a accordé un pouvoir de délégation au responsable de l établissement lui permettant de resserrer les privations de liberté de la personne concernée, allant jusqu à son retour en détention. En l absence d une telle délégation de pouvoirs en vertu de l article du Code criminel, l établissement ne pourra garder la personne contre son gré qu en vertu des dispositions pertinentes relatives à la garde contenues au C.c.Q. et dans la Loi, dans la mesure où elles s appliquent. Il convient maintenant d examiner plus en détail les règles spécifiques applicables aux trois types de garde : la garde préventive, la garde provisoire et la garde régulière. 1. LA GARDE PRÉVENTIVE QUI PEUT ÊTRE MIS SOUS GARDE PRÉVENTIVE? Une personne peut être mise sous garde préventive, contre son gré, lorsque l état mental de cette personne présente un danger grave et immédiat pour elle-même ou pour autrui. Il peut s agir d une personne qui : o est amenée, contre son gré, par un agent de la paix conformément à l article 8 de la Loi; o s amène de plein gré ou accepte d être conduite auprès de l établissement, mais une fois rendue sur place, refuse d y rester; o est déjà admise en établissement pour y recevoir des soins ou pour y subir une évaluation psychiatrique mais refuse d y demeurer. 7

16 EXISTENCE D UN DANGER GRAVE ET IMMÉDIAT RELIÉ À UN ÉTAT MENTAL La Loi ne définit pas l expression «danger grave et immédiat». La notion de «danger grave», renvoie à une situation où l intégrité ou la vie d une personne est en péril. Quant au terme «immédiat», il n implique pas nécessairement que la personne présentant des troubles d ordre mental soit en train de passer à l acte. Selon nous, le danger est immédiat lorsque le risque est sur le point d advenir et qu aucune autre solution que la garde préventive forcée ne peut permettre d empêcher qu il se produise. En résumé, il doit s agir d un danger appréhendé et susceptible de survenir à court terme. De plus, il doit être question d une situation d urgence et non pas d une situation qui se dégrade progressivement et que l on peut voir venir et régler autrement. Ainsi, une personne âgée vivant seule à domicile, ayant une condition mentale déficiente appelée à se détériorer, ne peut, à notre avis, être mise sous garde préventive forcée sur la simple présomption qu il n est plus approprié pour elle de demeurer à domicile et qu elle pourrait éventuellement mettre le feu par inadvertance et constituer ainsi un danger potentiel pour les personnes vivant dans le même immeuble. Si une telle personne est inapte à consentir et qu elle refuse catégoriquement d être hébergée en établissement, une requête devant le tribunal à l effet d autoriser l hébergement serait plus appropriée dans les circonstances. En somme, la garde préventive vise d abord à stabiliser une situation de crise momentanée qui peut se résorber dans un court délai ou, dans le cas contraire, elle constitue une première étape pouvant mener à la garde régulière dont il est question à l article 30 du C.c.Q. QUI PEUT AMENER UNE PERSONNE CONTRE SON GRÉ AUPRÈS D UN ÉTABLISSEMENT POUR LA METTRE SOUS GARDE PRÉVENTIVE? Intervention de l agent de la paix L article 8 de la Loi permet à un agent de la paix d amener, sans l autorisation du tribunal, une personne contre son gré, en cas de danger grave et immédiat relié à son état mental, auprès d un établissement approprié afin qu elle soit examinée par un médecin qui décidera s il y a lieu de la placer sous garde préventive. II s agit là d une nouveauté ayant dissipé le doute qui existait jusqu à l entrée en vigueur de la Loi quant au pouvoir des policiers de contraindre une personne constituant un danger pour elle-même à se 8

17 rendre auprès d un établissement. En effet, ce n est que lorsqu une personne constituait un danger pour autrui qu il était clair que les agents de la paix pouvaient intervenir et ce, en vertu de leur mandat général de protection du public. Qui peut demander l intervention de l agent de la paix? 1. Tout intervenant d un service d aide en situation de crise reconnu par l agence de la santé et des services sociaux dans le cadre de son plan stratégique pluriannuel en santé mentale lorsque cet intervenant estime que l état mental de cette personne présente un danger grave et immédiat. II peut s agir ici d un intervenant d un établissement exploitant un CLSC ou d un organisme communautaire œuvrant dans le domaine de la santé mentale. 2. Lorsqu aucun intervenant d un service d aide en situation de crise n est disponible en temps utile, pour évaluer la situation, l une ou l autre des personnes suivantes : a) dans le cas d un mineur : le titulaire de l autorité parentale ou le tuteur. L âge du mineur importe peu, de sorte que la demande peut viser tant un mineur de 14 ans et plus qu un mineur âgé de moins de 14 ans; b) dans le cas d une personne majeure : son représentant légal (mandataire, tuteur ou curateur), son conjoint, un proche parent ou une personne qui démontre pour le majeur un intérêt particulier. Soulignons ici qu il n est pas nécessaire que le majeur ait été préalablement jugé inapte. De plus, contrairement à la règle applicable en matière de consentement substitué aux soins, il n existe pas d ordre préférentiel au niveau des personnes ci-dessus mentionnées. Cela nous semble logique puisque l article 8 de la Loi s applique dans un contexte de danger grave et immédiat. Ainsi, même si la personne visée est représentée par un mandataire ou par un curateur, la demande peut être faite par le conjoint, par un proche ou par une personne qui démontre pour le majeur un intérêt particulier. Intervention à la demande d un intervenant d un service d aide en situation de crise Lorsque la demande d intervention provient d un intervenant d un service d aide en situation de crise, il suffit que ce dernier estime que l état mental de la personne présente un danger grave et immédiat pour elle-même ou pour autrui, pour justifier l intervention de l agent de la paix. L agent de la paix ne peut pas substituer son opinion à celle de l intervenant car la loi n exige pas, dans un tel cas, que l agent de la paix ait également 9

18 des motifs sérieux de croire que l état mental de la personne visée constitue un danger grave et immédiat. Puisque c est l intervenant qui prend la décision à l effet que la personne doit être amenée contre son gré auprès d un établissement en vue de l évaluation d une garde préventive par le médecin de l établissement, il serait opportun qu il communique à l agent de la paix et, éventuellement, au médecin les informations pertinentes relatives à cette personne. De cette façon, le médecin disposera d une information plus complète pour prendre une décision éclairée en regard de la garde préventive. Responsabilités de l agent de la paix Enfin, lorsque l agent de la paix amène, contre son gré, une personne auprès d un établissement, il en demeure responsable jusqu à ce que l établissement puisse la prendre en charge (art. 14 de la Loi). De plus, il doit informer cette personne : du fait qu elle est amenée auprès d un établissement pour être examinée par un médecin; du lieu où elle est amenée; de son droit de communiquer immédiatement avec ses proches et un avocat. En nous inspirant du libellé de l article 15 de la Loi qui détermine les obligations de l établissement au moment de la prise en charge, nous en venons à la conclusion que la prise en charge ne survient que lorsqu une décision de mettre la personne sous garde préventive est prise par le médecin. En effet, l article 15 nous indique que lors de la prise en charge, l établissement doit informer la personne du lieu où elle est gardée et du motif de cette garde, ce qui suppose donc une décision préalable de garder la personne et qui ne peut être prise qu une fois l examen médical complété. Par conséquent et selon nous, l agent de la paix doit demeurer avec la personne tant qu un médecin n a pas statué sur la garde préventive de cette personne, d autant plus qu il peut constituer une source précieuse d informations pour éclairer le médecin dans sa prise de décision. Cependant, l examen par le médecin de la personne amenée dans un établissement doit se faire avec diligence. 10

19 QUI PEUT METTRE UNE PERSONNE SOUS GARDE PRÉVENTIVE? Tel que le prescrit l article 7 de la Loi, seul un médecin exerçant sa profession dans un établissement exploitant un CLSC ou un centre hospitalier disposant des aménagements nécessaires pour mettre une personne sous garde peut décider de placer une personne, contre son gré, sous garde préventive s il est d avis que l état mental de la personne constitue un danger grave et immédiat et ce, même si aucun examen psychiatrique a été effectué. Par ailleurs, la Loi n exige pas que le médecin soit psychiatre pour pouvoir mettre une personne sous garde préventive. ÉTABLISSEMENT OÙ PEUT S EFFECTUER UNE GARDE PRÉVENTIVE Tel que mentionné précédemment, l article 6 de la Loi précise que seuls les établissements suivants peuvent être requis de mettre une personne sous garde préventive : un établissement exploitant un CLSC disposant des aménagements nécessaires, c est-à-dire, selon nous, qui possède des installations pouvant assurer la garde de cette personne de manière sécuritaire pour elle-même et pour autrui et où des médecins exercent leur profession; un établissement exploitant un centre hospitalier. De même, lorsque l établissement où la personne est conduite ne peut, en raison de son organisation ou des ressources disponibles, mettre la personne sous garde, l article 23 de la Loi l oblige à diriger immédiatement la personne vers un établissement adéquat. Puisqu il n y a pas de prise en charge par l établissement au sens de l article 8 de la Loi, il ne s agit pas d un transfert et, par conséquent, même si la Loi est silencieuse à cet égard, nous sommes d avis qu il incombe à l agent de la paix de la conduire auprès de cet autre établissement et d en informer la personne. OBLIGATIONS DE L ÉTABLISSEMENT QUI REÇOIT LA PERSONNE Examen par un médecin L avant-dernier alinéa de l article 8 de la Loi précise que l établissement où la personne est amenée doit la prendre en charge dès son arrivée et la faire examiner par un médecin qui décidera alors si elle doit être mise sous garde préventive. Cette obligation de l établissement de prise en charge immédiate peut être atténuée si le personnel médical 11

20 est appelé à traiter des urgences médicales prioritaires au moment de l arrivée de la personne. Dans ce cas, la personne demeure sous la garde de l agent de la paix jusqu à ce qu elle puisse être prise en charge par l établissement. À cette étape, le médecin qui examine la personne n a pas à établir un diagnostic définitif, ni à évaluer la gravité de l atteinte à l état mental de la personne. L examen dont il est question à l article 8 de la Loi vise seulement à vérifier, à la lumière des informations transmises au médecin et des observations que ce dernier fait lui-même, si l état mental de la personne est tel que la personne présente un danger grave et immédiat pour elle-même ou pour autrui. En effet, la Loi n exige pas que l examen fait à cette étape remplisse les mêmes exigences que celles prévues pour un examen psychiatrique fait dans le cadre d une procédure menant à une garde régulière. Soulignons, de plus, que cet examen ne constitue pas l un des deux examens psychiatriques requis en vertu de l article 28 du C.c.Q. et pouvant mener à la garde régulière prévue à l article 30 du C.c.Q. Le médecin n a donc pas à évaluer la situation en fonction des critères applicables pour décider d une garde régulière puisqu il intervient dans le contexte particulier de la garde préventive qui est limitée à 72 heures. En somme, le médecin doit se poser les questions suivantes : L état mental de la personne est-il atteint ou non? La personne constitue-t-elle un danger grave pour elle-même ou pour autrui en raison de son état mental? Les circonstances de l affaire indiquent-elles que ce danger peut se matérialiser à brève échéance si la personne n est pas mise sous garde préventive forcée? Si le médecin est d avis que la réponse à ces trois questions est affirmative, il peut mettre la personne sous garde préventive. Dans le cas contraire, il ne peut pas le faire. La personne ne peut alors être gardée en établissement que si elle y consent. Sinon, elle doit être libérée. Toutefois, selon un rapport de coroner émis en lien avec une telle situation, il est alors recommandé qu une évaluation des besoins de cette personne soit quand même faite par l établissement. De même, si un suivi est nécessaire, le médecin devrait s assurer d orienter la personne vers les professionnels qui pourront assurer un tel suivi. 5 5 Jean-Bernard TRUDEAU, «La garde en établissement : Intervenir avant de judiciariser la dangerosité», 12

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTRE : LE BARREAU DU QUÉBEC, ayant son siège social au 445, boul. Saint-Laurent, Montréal, Québec, H2Y 3T8 (Ici représenté

Plus en détail

RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006. d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants

RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006. d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006 d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants LE CONSEIL D ÉTAT DU CANTON DE VAUD vu l ordonnance fédérale du 19 octobre 1977 réglant

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Avant-projet de loi Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale Déposé par Madame Kathleen

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables

Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables 1/ Objet et domaine d application date de mise à jour : 31 juillet 2012 - harmoniser les pratiques et améliorer la coordination entre

Plus en détail

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence.

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. 1 CHAMP D APPLICATION La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. La présente directive s applique à l ensemble du personnel du Fonds d assurance dans l exercice

Plus en détail

G... B... Demanderesse. Organisme DÉCISION

G... B... Demanderesse. Organisme DÉCISION G.B. c. Centre hospitalier universitaire de Québec (Hôpital de L'Enfant-Jésus) 2015 QCCAI 120 Commission d accès à l information du Québec Dossier : 1007202 Date : Le 1 er juin 2015 Membre: M e Christiane

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 janvier 2011. LETTRE RECTIFICATIVE au projet de loi (n 2494) relatif

Plus en détail

Rapport du Directeur général des élections sur la mise en application de l article 490 de la Loi électorale. Élections générales.

Rapport du Directeur général des élections sur la mise en application de l article 490 de la Loi électorale. Élections générales. Rapport du Directeur général des élections sur la mise en application de l article 490 de la Loi électorale Élections générales du 8 décembre 2008 Directeur général des élections du Québec, 2008 Dépot

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives Présenté le 26 avril 2005

Plus en détail

ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE OBLIGATOIRE

ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE OBLIGATOIRE ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE OBLIGATOIRE Adoptée le 1 er avril 2008 Révisée le 27 janvier 2012 ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC POLITIQUE DE FORMATION

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY

RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DU CŒUR-DE-L ÎLE Le 6 juin 2012 Avis Le présent rapport rend compte d une intervention du Protecteur du citoyen

Plus en détail

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Adopté par : Code : CD-176-2008 Page 1 de 6 Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Comité de direction Adopté le : 2008-10-07 Entré en vigueur le : 2008-10-07 Révisé le : Document(s) remplacé(s)

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES. 1.

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES. 1. TITRE : POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES 1. Préambule La politique et procédure de déclaration d un incident ou d un accident

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL15-020 TITRE : POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 2 février 2015 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation des sexologues

Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation des sexologues Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation des sexologues NOTE IMPORTANTE Conformément à l alinéa 2 de l article 12 des Lettres patentes constituant l Ordre professionnel des sexologues

Plus en détail

CHAPITRE V: LA QUALITÉ DE VIE

CHAPITRE V: LA QUALITÉ DE VIE CHAPITRE V: LA QUALITÉ DE VIE SECTION 5.3: LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL POLITIQUE INSTITUTIONNELLE RELATIVE À LA SANTÉ ET LA PAGE: 1 CHAPITRE: V Adoptée : CAD-7600 (26 08 03) ÉNONCÉ Assurer à la

Plus en détail

SST2011-10 Émis le 16 décembre 2011 À LA DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES AU RESPONSABLE DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL

SST2011-10 Émis le 16 décembre 2011 À LA DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES AU RESPONSABLE DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL SST2011-10 Émis le 16 décembre 2011 À LA DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES AU RESPONSABLE DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL Objet : Un certificat d arrêt de travail émis par une infirmière praticienne

Plus en détail

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE Loi sur le droit à l information et la protection de la vie privée Affaire : 2013-1598-AP-852 Le 3 février 2014 «Un Ministère a failli à son obligation

Plus en détail

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? Jean Labbé, MD, FRCPC Professeur titulaire Département de pédiatrie Université Laval; Consultant pédiatrique en protection de

Plus en détail

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie?

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? En cas d autorité parentale exclusive, c est la liberté ; le parent la détenant pouvant

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE CONSIDÉRANT QUE suite au regroupement des municipalités de Cacouna, il s avère

Plus en détail

Commentaires sur le règlement sur les conditions d obtention d un certificat de conformité de résidence pour personnes âgées

Commentaires sur le règlement sur les conditions d obtention d un certificat de conformité de résidence pour personnes âgées Commentaires sur le règlement sur les conditions d obtention d un certificat de conformité de résidence pour personnes âgées Le Réseau québécois des OSBL d habitation compte plus d une centaine de membres

Plus en détail

IDENTIFICATION. NOM DU STAGIAIRE : N o d étudiant : Adresse complète de la résidence :

IDENTIFICATION. NOM DU STAGIAIRE : N o d étudiant : Adresse complète de la résidence : STAGIAIRE - DEMANDE D INSCRIPTION AU STAGE AVOCAT - DEMANDE D AUTORISATION D AGIR COMME MAÎTRE DE STAGE Articles 26, 27, 28 et 29 du Règlement sur la formation professionnelle des avocats Ce formulaire

Plus en détail

Ombudsman des banques suisses

Ombudsman des banques suisses Ombudsman des banques suisses La procédure en bref Résumé de la procédure de médiation INSTANCE D INFORMATION ET DE MÉDIATION NEUTRE L Ombudsman des banques suisses est un médiateur neutre qui examine

Plus en détail

L utilisation de la force, de l isolement et de substances chimiques comme mesures de contrôle des personnes

L utilisation de la force, de l isolement et de substances chimiques comme mesures de contrôle des personnes L utilisation de la force, de l isolement et de substances chimiques comme mesures de contrôle des personnes L ESPRIT DE LA LOI L utilisation de l isolement et de la contention est encadrée par l article

Plus en détail

Politique relative à l attribution des contrats et à la gestion contractuelle du Groupe d approvisionnement en commun de l Est du Québec

Politique relative à l attribution des contrats et à la gestion contractuelle du Groupe d approvisionnement en commun de l Est du Québec Politique relative à l attribution des contrats et à la gestion contractuelle du Groupe d approvisionnement en commun de l Est du Québec Document diffusé au réseau de la santé et des services sociaux du

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

MANUEL DE GESTION GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES

MANUEL DE GESTION GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES SCECR-DIR-04-09 MANUEL DE GESTION TITRE : GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE ET PROCÉDURE Expéditeur : Service conseil à l évaluation, aux communications et à la recherche Destinataires

Plus en détail

MINISTERE DU TRAVAIL DE L EMPLOI ET DE LA SANTE

MINISTERE DU TRAVAIL DE L EMPLOI ET DE LA SANTE MINISTERE DU TRAVAIL DE L EMPLOI ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins Bureau R4 Prises en charge post aigües, pathologies chroniques

Plus en détail

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE DSC-DIR-04-01 MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE Expéditeur : Directrice des services à la clientèle Destinataires : Tout le personnel

Plus en détail

Résidence pour personnes âgées Registre des résidences pour personnes âgées (art. 7 du PL 16 : 346.0.1, al. 1 LSSSS 3 )

Résidence pour personnes âgées Registre des résidences pour personnes âgées (art. 7 du PL 16 : 346.0.1, al. 1 LSSSS 3 ) AJ2011-04 Émis le 2011-06-02 AU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION AU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU DIRECTEUR DES SERVICES FINANCIERS AU RESPONSABLE DU PROGRAMME PALV AU RESPONSABLE DU PROGRAMME SOINS À DOMICILE

Plus en détail

c. Université du Québec à Montréal (UQAM) Plainte du 22 février 2011 N/Réf. : 11 03 44

c. Université du Québec à Montréal (UQAM) Plainte du 22 février 2011 N/Réf. : 11 03 44 Québec, le 15 avril 2013 Université du Québec à Montréal C. P. 8888, succ. Centre-Ville Montréal (Québec) H3C 3P8 Objet : c. Université du Québec à Montréal (UQAM) Plainte du 22 février 2011 N/Réf. : 11

Plus en détail

Enquête de la Régie de l assurance maladie du Québec sur la Clinique chirurgicale de Laval. Faits saillants et analyse

Enquête de la Régie de l assurance maladie du Québec sur la Clinique chirurgicale de Laval. Faits saillants et analyse Enquête de la Régie de l assurance maladie du Québec sur la Clinique chirurgicale de Laval Faits saillants et analyse 22 mars 2012 1. Objet et déroulement de l enquête À la suite d un article publié le

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. J. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 53 Appel n o : GE-14-966 ENTRE : M. J. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE à être produit par le comité des secrétaires généraux de la Montérégie et de l Estrie Mario Champagne Francine Julien Daniel

Plus en détail

Réclamations de la Clientèle

Réclamations de la Clientèle Réclamations de la Clientèle Fiche processus: Traitement des réclamations de la clientèle Vue d'ensemble Domaine Gestion de fortune et gestion de la société Nom du processus Traitement des réclamations

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités Politique de gestion des plaintes La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités PRÉAMBULE L administration gouvernementale québécoise place au cœur de ses priorités la qualité

Plus en détail

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE Loi sur l Assemblée nationale (chapitre A-23.1, a. 124.3) CHAPITRE I APPLICATION 1. Les présentes

Plus en détail

Plaignant BELL MOBILITÉ. Intimée. l intimée, lui a refusé le service SCP numérique parce qu il ne lui a pas fourni son

Plaignant BELL MOBILITÉ. Intimée. l intimée, lui a refusé le service SCP numérique parce qu il ne lui a pas fourni son PV 99 03 48 RENÉ COMEAU Plaignant c. BELL MOBILITÉ Intimée LA PLAINTE Le plaignant allègue que la Boutique du téléphone, agente autorisée de l intimée, lui a refusé le service SCP numérique parce qu il

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES EED01-DA ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Protocole de collaboration pour la prestation de services auprès des élèves

RECUEIL DES POLITIQUES EED01-DA ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Protocole de collaboration pour la prestation de services auprès des élèves RÉSOLUTION : 245-10 Date d adoption : 23 novembre 2010 En vigueur : 23 novembre 2010 À réviser avant : Directives administratives et date d entrée en vigueur : EED-DA1 23 novembre 2010 RECUEIL DES POLITIQUES

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1)

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) Loi modifiant diverses dispositions législatives concernant principalement le processus d attribution des contrats des

Plus en détail

Ménard, Martin Avocats. LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE (L.Q. 2014, c. 2)

Ménard, Martin Avocats. LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE (L.Q. 2014, c. 2) Ménard, Martin Avocats LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE (L.Q. 2014, c. 2) Colloque CAAP 28 octobre 2014 par Me Jean-Pierre Ménard, Ad. E. (Tous droits réservés) 1 PLAN DE LA PRÉSENTATION - DÉFINITIONS

Plus en détail

OCTOBRE 2010. Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles

OCTOBRE 2010. Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles PROTOCOLE DE COLLABORATION CONSEILLERS & DIRECTEURS AJ - EQUIPES SOS ENFANTS PROTOCOLE

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE OMPI H/EXTR/09/1 ORIGINAL : français DATE : 11 août 2009 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F RÉUNION EXTRAORDINAIRE DES ÉTATS CONTRACTANTS DE L ACTE DE LONDRES (1934) DE L ARRANGEMENT

Plus en détail

Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie

Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie Texte original Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie 0.274.187.631 Conclue le 1 er juin 1933 Approuvée par l Assemblée fédérale le 12

Plus en détail

Directive sur le consentement

Directive sur le consentement Révisé juin 2015 (1/14 ) MISSION L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau Brunswick est un organisme de réglementation professionnel voué à la protection du public et au soutien de la profession

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire 1. Définitions Chercheur principal le candidat principal d une demande de subvention ou de bourse qui a été approuvée

Plus en détail

Définition de la directive 3. Le recours aux ordres médicaux 3. Le contenu de la directive 3. La préparation d une directive 3

Définition de la directive 3. Le recours aux ordres médicaux 3. Le contenu de la directive 3. La préparation d une directive 3 DIRECTIVE PROFESSIONNELLE Les directives Table des matières Définition de la directive 3 Le recours aux ordres médicaux 3 Le contenu de la directive 3 La préparation d une directive 3 Les politiques qui

Plus en détail

Dossiers personnels de l élève

Dossiers personnels de l élève Dossiers personnels de l élève Pauline Ladouceur Octobre 2008 - 2 - Principes de base à respecter: La protection des renseignements personnels repose sur trois principes de base : le nombre de renseignements

Plus en détail

CONVENTION D INVESTISSEMENT PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS

CONVENTION D INVESTISSEMENT PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS CONVENTION D INVESTISSEMENT PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS Convention d investissement entre Nom : Nom à la naissance : Prénom : Date de naissance : Adresse permanente : Adresse de correspondance

Plus en détail

Règlement sur les conditions et modalités de délivrance des permis de l Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec

Règlement sur les conditions et modalités de délivrance des permis de l Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec Règlement sur les conditions et modalités de délivrance des permis de l Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec Code des professions (chapitre C-26, a. 93, par. c.1 et a. 94,

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Numéro du document : 1209-04 Adoptée par la résolution : 109 1209 En date du : 8 décembre 2009 Remplacée

Plus en détail

Sommaire. Loi modifiée du 16 avril 1979 fixant le statut général des fonctionnaires de l'état (Extrait: 19bis)... 3

Sommaire. Loi modifiée du 16 avril 1979 fixant le statut général des fonctionnaires de l'état (Extrait: 19bis)... 3 FONCTIONNAIRES DE L ÉTAT - STATUT GÉNÉRAL - Télétravail 1 TÉLÉTRAVAIL Sommaire Loi modifiée du 16 avril 1979 fixant le statut général des fonctionnaires de l'état (Extrait: 19bis).... 3 Règlement grand-ducal

Plus en détail

Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation et sur la cessation d exercice des ingénieurs forestiers

Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation et sur la cessation d exercice des ingénieurs forestiers Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation et sur la cessation d exercice des ingénieurs forestiers Loi sur les ingénieurs forestiers (chapitre I-10, r. 13) SECTION I DISPOSITION

Plus en détail

Demander un numéro d assurance sociale... C

Demander un numéro d assurance sociale... C Demander un numéro d assurance sociale... C Si vous êtes un citoyen canadien, un nouvel arrivant au pays ou un résident temporaire, vous avez besoin d un numéro d assurance sociale (NAS) pour travailler

Plus en détail

Projet de loi n o 156

Projet de loi n o 156 PREMIÈRE SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 156 Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement et d autres dispositions législatives relativement à la protection et à la réhabilitation

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

ANNEXE G MANDAT DU COMITÉ RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

ANNEXE G MANDAT DU COMITÉ RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION Mis en place par conseil d administration, le comité responsable des ressources humaines et de la rémunération (le «comité») a pour mission d élaborer la philosophie et les lignes directrices de la société

Plus en détail

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE Quelles sont les étapes obligées qu un justiciable doit franchir pour pouvoir contraindre un débiteur au paiement de sa dette? Si chaque État européen doit veiller à ce que tout justiciable bénéficie du

Plus en détail

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO Adoptée à la séance du 21 janvier 2013 par la résolution G2013-00-18 TABLE DES MATIÈRES Page 1. INTRODUCTION... 3 2. CADRE JURIDIQUE... 3 3.

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés

Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Réf: Accom AVIS 2005/1 Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés Principaux éléments du dossier

Plus en détail

Objet : Plainte de M. c. Location d outils Simplex N/Réf. : 11 16 54

Objet : Plainte de M. c. Location d outils Simplex N/Réf. : 11 16 54 Montréal, le 26 septembre 2013... Vice-président aux finances Location d outils Simplex 9740, boul. de l Acadie Montréal (Québec) H4N 1L8 Objet : Plainte de M. c. Location d outils Simplex N/Réf. : 11

Plus en détail

Procédure # 1 (1999)

Procédure # 1 (1999) Procédure # 1 (1999) Gestion du dossier «Demandes de dérogation» 1.0 OBJET DE LA PROCÉDURE Demande de dérogation en vertu des articles 96 et 241 de la Loi sur l instruction publique. 1.1 Admissibilité

Plus en détail

Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011

Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011 Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011 1. Contrôle systématique exercé par le Juge des libertés et de la détention (JLD) Exercice d un contrôle systématique

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels

Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels F H/LD/WG/5/3 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 7 OCTOBRE 2015 Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 24 avril 2015 relatif au règlement intérieur de la commission administrative paritaire compétente à l égard du corps d encadrement et d application du personnel de surveillance de l administration

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE du Fonds de placement immobilier BTB à l intention des fiduciaires et dirigeants SECTION I - DÉFINITIONS

CODE D ÉTHIQUE du Fonds de placement immobilier BTB à l intention des fiduciaires et dirigeants SECTION I - DÉFINITIONS CODE D ÉTHIQUE du Fonds de placement immobilier BTB à l intention des fiduciaires et dirigeants SECTION I - DÉFINITIONS 1. Dans le présent code, à moins que le contexte n indique un sens différent, les

Plus en détail

Loi concernant les soins de fin de vie

Loi concernant les soins de fin de vie 2 épreuve PREMIÈRE SESSION QUARANTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 52 Loi concernant les soins de fin de vie Présentation Présenté par Madame Véronique Hivon Ministre déléguée aux Services sociaux et

Plus en détail

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit des lignes directrices à l intention des courtiers membres

Plus en détail

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie

Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie Activités d information, de promotion de la santé et de prévention de la maladie et des accidents dans le contexte de la physiothérapie TABLE S MATIÈRES L ARTICLE 39.4 DU CO S PROFESSIONS PRINCIPALES DÉFINITIONS

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER RÈGLEMENT # 368 concernant la vidange des fosses septiques des résidences isolées du territoire de la municipalité 74.03.09 Règlement portant

Plus en détail

CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS COMPOSITION, MANDAT ET RAPPORT ANNUEL 1

CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS COMPOSITION, MANDAT ET RAPPORT ANNUEL 1 CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS COMPOSITION, MANDAT ET RAPPORT ANNUEL 1 Composition Art. 213 LSSSS Un conseil des médecins, dentistes et pharmaciens est institué pour chaque établissement

Plus en détail

Guide de la notation 2014

Guide de la notation 2014 Guide de la notation 2014 Saint Martin d Hères, le 31 décembre 2014 Note d information n 14.43 Nos réf. : SF/SA Contact : carrieres@cdg38.fr Nous vous transmettons la procédure concernant la notation au

Plus en détail

SOLLICITATION DE COMMENTAIRES

SOLLICITATION DE COMMENTAIRES SOLLICITATION DE COMMENTAIRES En vertu de l article 194 de la Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2), l Autorité publie le projet de Règlement sur la formation continue

Plus en détail

Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04

Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04 Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04 Introduction Conformément à sa mission qui est de se consacrer au développement de ses étudiants dans la perspective

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne.

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Av. de la porte de Hal, 5-8, B-1060 Bruxelles Tél.: +32(0)2/542.72.00 Email : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/542.72.12 http://www.privacy.fgov.be/

Plus en détail

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers.

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers. GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE D AUTORISATION AU MINISTRE DES FINANCES CONCERNANT L ATTRIBUTION OU LE TRANSFERT D ACTIONS AVEC DROIT DE VOTE PAR UNE COMPAGNIE D ASSURANCE À CHARTE QUÉBÉCOISE Mars

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

ATTENDU QUE l article 960.1 du Code municipal du Québec, un règlement de cette nature doit indiquer :

ATTENDU QUE l article 960.1 du Code municipal du Québec, un règlement de cette nature doit indiquer : CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC DU HAUT SAINT FRANÇOIS MUNICIPALITÉ DU CANTON DE HAMPDEN RÈGLEMENT NUMÉRO 110-34 DÉCRÉTANT LA DÉLÉGATION DE COMPÉTENCE DE LA PART DU CONSEIL À LA DIRECTRICE GÉNÉRALE / SECRÉTAIRE

Plus en détail

Guide administratif du traitement des absences pour maladie ou accident Chargé de cours 1, 2

Guide administratif du traitement des absences pour maladie ou accident Chargé de cours 1, 2 1 Guide administratif du traitement des absences pour maladie ou accident Chargé de cours 1, 2 Le chargé de cours à forfait bénéficie d une protection salariale en cas de maladie ou d accident, entièrement

Plus en détail

Critères de détermination de l Etat responsable

Critères de détermination de l Etat responsable Les grandes lignes du Règlement «Dublin III» Le règlement (UE) n 604/2013 du Parlement européen et du Conseil du 26 juin établit les critères et mécanismes de détermination de l Etat membre responsable

Plus en détail

Présentation d une requête au comité d examen des demandes dérogatoires au regard de l aide financière aux études. Guide 2015-2016

Présentation d une requête au comité d examen des demandes dérogatoires au regard de l aide financière aux études. Guide 2015-2016 Présentation d une requête au comité d examen des demandes dérogatoires au regard de l aide financière aux études Guide 2015-2016 Le présent document a été produit par le ministère de l Éducation, de l

Plus en détail

LES DROITS DE L ENFANT ET DES PARENTS SUR LES DOSSIERS QUI CONCERNENT L ENFANT : EXPOSÉ DESCRIPTIF

LES DROITS DE L ENFANT ET DES PARENTS SUR LES DOSSIERS QUI CONCERNENT L ENFANT : EXPOSÉ DESCRIPTIF Cat. 2. 176.5 LES DROITS DE L ENFANT ET DES PARENTS SUR LES DOSSIERS QUI CONCERNENT L ENFANT : EXPOSÉ DESCRIPTIF M e Claire Bernard, conseillère juridique Direction de la recherche et de la planification

Plus en détail