1. faire l objet d une inscription à l ordre du jour de la plus proche réunion de l assemblée ;

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. faire l objet d une inscription à l ordre du jour de la plus proche réunion de l assemblée ;"

Transcription

1 Le Président Rennes, le 12 avril 2012 Monsieur Dominique Lecomte Président de la chambre de commerce et d industrie des Côtes d Armor Rue Guernesey BP Saint-Brieuc Cedex 1 Par lettre du 2 février 2012, j'ai porté à votre connaissance le rapport d'observations définitives de la chambre régionale des comptes sur la gestion des exercices 2005 et suivants de votre établissement. Ce rapport a également été communiqué, pour ce qui le concerne, à votre prédécesseur. Votre réponse, parvenue à la chambre dans le délai d'un mois prévu par les articles L et R du code des juridictions financières, est jointe au rapport d observations définitives pour constituer avec lui un document unique qui vous est notifié ci-après. En application des dispositions de l article R du code des juridictions financières, il vous appartient de transmettre ce rapport et la réponse jointe à l assemblée délibérante. Conformément à la loi, l ensemble doit : 1. faire l objet d une inscription à l ordre du jour de la plus proche réunion de l assemblée ; 2. être joint à la convocation adressée à chacun de ses membres ; 3. donner lieu à débat. Vous voudrez bien retourner au greffe de la chambre l imprimé joint afin d informer la juridiction de la tenue de la prochaine réunion de l assemblée délibérante. Après cette date, en application des dispositions de l article R du code des juridictions financières, le document final sera considéré comme un document administratif communicable à toute personne en faisant la demande, dans les conditions fixées par la loi n du 17 juillet 1978 modifiée. Enfin, je vous précise qu'en application des dispositions de l'article R du même code, le rapport d'observations définitives et la réponse jointe sont transmis au préfet et au directeur départemental des finances publiques. Michel RASERA Conseiller maître à la Cour des comptes 3, rue Robert d Arbrissel CS RENNES CEDEX - Tél : Télécopie :

2 SOMMAIRE 1 PRESENTATION GENERALE DE LA CCIT DES COTES D ARMOR 6 2 LE FONCTIONNEMENT INSTITUTIONNEL DE LA CCIT DES COTES D ARMOR Le règlement intérieur L assemblée générale Le bureau Les commissions Organisation financière 12 3 LE POIDS FINANCIER DES CONCESSIONS PORTUAIRES DANS LES COMPTES DE LA CCIT Les concessions portuaires Les comptes de résultat de la CCIT Une situation financière qui ne permet pas néanmoins de réaliser des investissements importants 19 4 L EXPLOITATION DES PORTS DE PECHE La gestion des ports de pêche depuis Les comptes de résultat des ports de pêche La redevance sur la valeur des produits de la pêche débarqués ou redevance d équipements des ports de pêche (REPP) La redevance d usage des halles à marée ou taxe de criée Les revenus liés à l occupation du domaine public La gestion des bacs à marée L exonération des impôts locaux sur les activités portuaires Les charges de transport des produits débarqués à Roscoff La gestion du personnel portuaire 55 5 LES PERSPECTIVES POUR LA CCIT DES COTES D ARMOR La question du renouvellement de la concession départementale La question du remboursement des emprunts La question du périmètre du futur appel d offres et les conséquences pour la CCIT 59 2/75

3 Chambre de commerce et d industrie territoriale des Côtes d Armor OBSERVATIONS DEFINITIVES DE LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BRETAGNE Exercices 2005 et suivants La chambre régionale des comptes de Bretagne a procédé, dans le cadre de son programme de travail, au contrôle des comptes et à l examen de la gestion de la chambre de commerce et d industrie territoriale (CCIT) des Côtes d Armor à compter de l exercice Ce contrôle a été ouvert par lettre du 17 janvier L entretien préalable prévu par l article L du code des juridictions financières a eu lieu le 9 juin 2011 avec M. LECOMTE, président depuis le 20 décembre 2010 et le 23 juin 2011 avec M. DAHER, ordonnateur entre le 1 er janvier 2005 et le 20 décembre Lors de sa séance du 15 septembre 2011, la chambre a formulé des observations provisoires qui ont été adressées le 26 octobre 2011 à M. Dominique LECOMTE, président de la CCIT des Côtes d Armor, ainsi que, pour celles le concernant, à M. Alain DAHER, ancien président de la CCIT des Côtes d Armor. Des extraits ont été également adressés aux tiers mis en cause. Après avoir examiné les réponses écrites et entendu à sa demande M. Dominique LECOMTE, président de la CCIT des Côtes des Côtes d Armor, la chambre, lors de sa séance du 2 février 2012 a arrêté ses observations définitives. 3/75

4 Résumé La chambre de commerce et d industrie territoriale (CCIT) des Côtes d Armor a, outre des missions classiques de représentation du monde de l entreprise, la moitié de son activité axée sur la gestion d infrastructures portuaires pour le compte du département. Le fonctionnement des différentes instances de la CCIT est globalement satisfaisant. Celui de la commission de prévention des conflits d intérêt qui était perfectible a été récemment amélioré avec le nouveau règlement intérieur adopté le 28 novembre La CCIT assure actuellement la gestion de 17 ports dont huit ports de pêche par le biais d une concession du département qui date de 1985 et d une autre concession spécifique au port de pêche de St Quay qui date de Sur l ensemble de la période contrôlée les résultats des concessions portuaires sont en grande partie corrélés avec la seule activité pêche de la CCI. La pêche dont l activité est relativement stable depuis cinq ans ne représente toutefois plus en 2010 que 56% du chiffre d affaires de l ensemble des ports contre 74% en En revanche, l activité liée à la plaisance est passée de 6 à 23% du chiffre d affaires sur la même période, notamment depuis la mise en service du port de St Cast. Le cahier des charges de la concession départementale prévoyait que la CCIT était responsable de l ensemble des investissements portuaires. Toutefois, l équilibre financier précaire des concessions a dès 1999 conduit le concédant et la CCIT à signer une charte dans laquelle il était précisé que le département serait désormais maître d ouvrage des investissements les plus importants. Cette modification substantielle du contrat initial n a pas été rédigée comme un avenant et n a pas été soumise au contrôle de légalité. Depuis cette date, les opérations les plus importantes ont été réalisées sous la direction et avec l appui financier déterminant du département, comme l extension du port d Erquy en La contribution de la CCIT s est bornée au versement de fonds de concours pour environ 10% du coût de chacune de ces opérations. Le port de pêche de St Quay a été réalisé sous maîtrise d ouvrage de la CCIT dans le cadre d une sous-concession distincte de la concession départementale, mais a été financé avec des avances notamment du département et de la commune qui ont couvert la quasi-totalité des charges de remboursement des emprunts les 15 premières années. Aujourd hui, l exploitation du port de St Quay ne permet pas le remboursement de ces avances qui représentent une dette de 8,2 M. La chambre relève ainsi que les concessions gérées par la CCIT sont d abord des concessions d exploitation dont l activité ne permet pas le financement des investissements d infrastructures portuaires. En plus des investissements portuaires réalisés depuis trente ans sous l impulsion du département pour améliorer l accueil des bateaux, l organisation des trois halles à marée avec un centre administratif unique qui permet une optimisation des moyens de soutien, le développement des ventes à distance, les moyens routiers mis à disposition des pêcheurs pour aller chercher les produits débarqués dans des lieux de débarquements parfois éloignés, l ensemble des services apportés aux pêcheurs ont permis aux halles à marée gérées par la CCIT des Côtes d Armor d atteindre en 2010 le quatrième rang national tant en valeur qu en tonnage débarqué. 4/75

5 Une partie des recettes des criées provient de la redevance d équipements des ports de pêche (REPP) qui est assise sur la valeur des produits de la pêche. La REPP pour les achats sous les halles à marée a été perçue jusqu en 2011 directement par les services de la CCIT alors qu elle devrait être perçue par l administration des douanes. Cette procédure non-conforme avec la réglementation a été modifiée en octobre 2011 avec la nomination d agents de péage assermentés. Pour les ventes de gré à gré de la REPP qui est perçue directement par les douanes relève d un régime déclaratif qui est plus difficile à contrôler, faute notamment d informations suffisantes communiquées à la CCIT. Par ailleurs, le débarquement fréquent de navires costarmoricains à Roscoff implique un partage de la REPP avec la CCIT de Morlaix et donc une perte de recettes pour la CCIT des Côtes d Armor. La chambre souligne à ce sujet que le calcul de la REPP pour les produits débarqués à Roscoff et vendus sous les halles à marée costarmoricaines n est pas conforme à la réglementation. Si l exploitation des ports de pêche apparaît équilibrée, la chambre constate que la CCIT propose des services comme l acheminement par camion du poisson débarqué à Roscoff vers les criées de St Quay et d Erquy qui ne sont pas facturés aux usagers. De même, certaines charges devraient être minimisées comme la gestion des bacs dont le coût de renouvellement d une partie du stock a représenté 443 K entre 2005 et La chambre ne mésestime pas les difficultés pour contrôler les flux des bacs entre les bateaux et les acheteurs afin de diminuer les pertes. Elle encourage la CCIT à chercher des solutions nouvelles avec l ensemble des organismes gestionnaires de ports de pêche bretons soumis aux mêmes difficultés. La concession de 1985 devait être renouvelée en Toutefois deux avenants successifs à l initiative du concédant l ont prolongée jusqu au 31 décembre La question du périmètre du futur appel d offres se pose. Une des hypothèses serait de fondre la sous-concession de St Quay dont le terme est normalement 2038 avec celle de la concession départementale et de n avoir plus qu une concession correspondant à l activité pêche. Dans le cas contraire, le risque existe d avoir après 2013, deux concessionnaires pour une activité actuellement gérée par la seule CCI. La fin de la sous-concession de St Quay n est pas sans poser d autres difficultés pour la pérennité de l équilibre de la gestion du port de St Quay avec la seule activité de plaisance. 5/75

6 1 Présentation générale de la CCIT des Côtes d Armor La chambre de commerce et d industrie territoriale (CCIT) des Côtes d Armor est l une des sept chambres de commerce et d industrie territoriales de la région Bretagne. Elle est compétente sur l ensemble du département des Côtes d Armor. Institution à vocation économique, la CCIT des Côtes d Armor est un établissement public de l Etat qui, conformément à l article L du code de commerce, a en sa «qualité de corps intermédiaire de l'etat, une fonction de représentation des intérêts de l'industrie, du commerce et des services auprès des pouvoirs publics ou des autorités étrangères». Depuis la réforme issue de la loi n du 23 juillet 2010 qui a notamment pour objet de renforcer la gouvernance du réseau consulaire au niveau régional, la CCIT des Côtes d Armor est rattachée depuis le 1 er janvier 2011 à la CCI de la Région Bretagne. Elle est également depuis cette date placée sous la tutelle du Préfet de région, représentant le Ministère chargé de l industrie et le Ministère chargé des PME, du Commerce et de l Artisanat. Le vote du budget est désormais soumis à l accord de la CCI de région. La gestion du personnel consulaire sera rattachée à compter du 1 er janvier 2013 à la CCI de région. En revanche, les concessions et leurs personnels demeurent gérés par la seule CCIT des Côtes d Armor. La CCIT a son siège situé à St Brieuc, et possède des antennes à Lannion, Dinan et Loudéac. Elle compte ressortissants dont entreprises du secteur du commerce, entreprises du secteur de l industrie et entreprises du secteur du service. Le montant des bases d imposition de taxe professionnelle 2009 s élevait à Les effectifs totaux de la CCIT s élevaient au 31 décembre 2010 à 187, dont 146 en année pleine et 41 en année partielle, dont 36 CDD. Les effectifs relevant de la seule convention «verte» spécifique aux ports s élevaient à 65 et ceux relevant du statut à 82. La CCIT employait également quatre CDI de droit privé. Outre ses missions classiques relatives aux aides au développement des entreprises et des territoires, la CCIT des Côtes d Armor gère plusieurs équipements ou services publics dans le cadre de concessions ou de délégations de service public et notamment : - l aéroport de St Brieuc via un syndicat mixte dont elle est partie prenante ; - les ports de commerce départementaux (Tréguier, Lézardrieux, Pontrieux et Le Légué) ; - huit ports de pêche (Locquémeau, Paimpol, Loguivy de la mer, Pors Even, St Quay- Portrieux, Dahouët, Erquy, St Cast) avec notamment trois halles à marée ; - deux ports à passagers (Bréhat et l Arcouest) ; - trois ports de plaisance (St Cast, St Brieuc-Le Légué, Pontrieux) ; - deux plates-formes de réparation navale (le Légué et Kerpalud) ; - la barge de ravitaillement de l Ile de Bréhat. 2 Le fonctionnement institutionnel de la CCIT des Côtes d Armor 2.1 Le règlement intérieur Le règlement intérieur de la CCIT a été revu en 2011 afin de prendre en compte les modifications apportées par la loi du 20 juillet Par ailleurs, la nouvelle version qui a été adoptée par l assemblée générale de la CCIT le 28 novembre 2011, a pris en compte plusieurs des observations formulées par la chambre sur le fonctionnement des différentes instances de la CCIT. 6/75

7 2.2 L assemblée générale Les attributions de l assemblée générale lors de la mandature L article 2.1 du règlement intérieur applicable pendant la mandature stipulait que l assemblée générale était l instance délibérante de la CCIT et que ses décisions prenaient la forme de délibérations. Elle avait à connaître toutes les questions qui relèvent des attributions de la CCIT. La chambre constate que l assemblée générale a respecté l ensemble de ses attributions, a délibéré sur l ensemble des domaines relevant de la compétence de la CCIT et notamment sur l approbation des budgets primitifs, rectificatifs et réalisés ainsi que sur la fixation des tarifs appliqués à la CCIT. L article 2.20 du règlement intérieur stipulait que l assemblée générale devait présenter, dans les six premiers mois de chaque année, un rapport d activités de l exercice précédent qui devait être adressé au représentant de l Etat dans le département. Sur l ensemble des procès-verbaux des assemblées générales sur la période 2005 à 2010, la chambre n a relevé aucune trace d une présentation d un rapport d activité de l année précédente. Il existait certes un rapport d activités édité sous forme de brochure, mais aucune mention de débat autour de ce rapport ne figure dans les procès-verbaux d assemblé générale. Par ailleurs aucun rapport annuel sur les marchés n a été présenté en 2010 aux élus, contrairement à ce que prévoit le règlement intérieur. La CCIT informe les élus par le biais d une mise en ligne sur internet des marchés passés, mais il n y a pas d information particulière au cours des assemblées générales Le fonctionnement de l assemblée générale lors de la mandature Par arrêté préfectoral du 6 juillet 2004, le nombre de membres élus de la CCIT des Côtes d Armor avait été fixé à 50. L assemblée a été élue en novembre 2004 pour une période de cinq ans conformément à l article L du code du commerce. Dans le cadre de la mise en place de la réforme des CCI, la loi du 22 juillet 2009 avait autorisé le report des élections jusqu à une date qui n excède pas le terme de l année La composition des élus était la suivante : 16 représentants pour le collège «commerce», 18 pour le collège «industrie» et 16 représentants pour le collège «services». Aux membres titulaires, qui seuls ont voix délibérative, s ajoutent 25 membres associés, qui ont voix consultative et 18 conseillers techniques, ne disposant que d un rôle consultatif. Par arrêté préfectoral du 20 août 2010, la répartition entre les trois collèges a légèrement évolué. Le collège «commerce» a ainsi perdu globalement un siège au profit du collège «services». La répartition des sièges au sein de chaque collège entre les entreprises de moins de dix salariés et celles ayant plus de dix salariés a également légèrement évolué. Toutes les délibérations prises par l assemblée générale au cours de la mandature ont été prises alors que le quorum était atteint. Toutefois, la chambre observe que le taux de participation qui a atteint 74% lors de la première assemblée générale, a rapidement diminué pour s approcher des 50%. A partir de juin 2006, le taux de participation n a en effet jamais dépassé 58% des membres en exercice ce qui est relativement faible. La chambre constate par ailleurs que l article 2-9 du règlement intérieur qui prévoyait que l assemblée générale avait lieu en séance ordinaire quatre fois par an suivant un calendrier établi chaque année, n a pas été respecté en 2009 où seules trois séances ont été organisées. 7/75

8 2.3 Le bureau L article 3.12 du règlement intérieur précisait que le bureau devait assister le président, préparer l assemblée générale et notamment son ordre du jour. Il devait arrêter le projet de budget de la CCIT et recueillir l avis de la commission des finances, avant qu il ne soit soumis à l assemblée générale. Il veillait à l exécution des délibérations de l assemblée générale dans les conditions prévues. L article 3.1 du règlement intérieur prévoyait que le bureau était composé d un président, de quatre vice-présidents, d un trésorier, d un trésorier-adjoint, d un secrétaire, d un secrétaire-adjoint et de cinq vice-présidents délégués. Le quorum requis était fixé au tiers des membres du bureau. Les décisions du bureau étaient acquises à la majorité de ses membres présents conformément à l article 3-11 du règlement intérieur. La chambre constate que sous la mandature , la composition du bureau à la suite de l assemblée générale du 29 novembre 2006 ne comprenait que quatre vice-présidents délégués et non cinq comme le prévoyait le règlement intérieur. Depuis 2011 et la nouvelle mandature, le bureau est composé à nouveau de cinq vice-présidents adjoints. L article 3.6 du règlement intérieur stipulait par ailleurs que le bureau devait se réunir en séance ordinaire entre deux assemblées générales, autant de fois que nécessaire. La chambre souligne le dynamisme du bureau qui s est réuni pendant la période plus d une vingtaine de fois chaque année. 2.4 Les commissions La CCIT était composée sous la mandature des quatre commissions réglementaires (finances, prévention des conflits d intérêts, commission paritaire locale Convention blanche, commission paritaire locale Convention verte) ainsi que de 21 commissions d études ou de gestion, dont une commission «pêche». L article du règlement intérieur prévoyait que tout membre élu ou associé devait faire partie d au moins une commission. M. X membre titulaire, a démissionné de ses fonctions de vice-président de la CCIT et de président d une commission le 3 avril 2006, mais il est resté membre titulaire. Il n a siégé à aucune commission, par la suite ce qui était contraire au règlement intérieur La commission consultative des marchés (commission d appel d offres avant le 31 mars 2009) L article 10.2 du règlement intérieur stipulait que la commission consultative des marchés a pour mission d examiner, préalablement à toute signature, les marchés d études, de travaux et de fournitures de l ensemble des services. Le seuil d intervention de la commission est fixé à /75

9 En plus du règlement intérieur, la CCIT avait mis en place une procédure pour les achats, qui allait au-delà des dispositions du code des marchés publics dans sa version Ainsi, la CCIT prévoyait un avis public à concurrence inséré dans la plate forme de dématérialisation des marchés publics pour les prestations évaluées entre HT et HT. Dès d achats, la procédure prévoyait, outre la publication de l annonce sur la plate forme de dématérialisation, une communication dans un journal d annonces légales ou dans un organe de presse spécialisé adapté au secteur concerné, ainsi que le recours obligatoire à la commission consultative des marchés. Audelà de HT, la procédure d appel d offre du code des marchés publics devait être strictement appliquée. Le nombre des membres de la commission consultative des marchés était fixé à au moins cinq membres élus selon le règlement intérieur. La commission était composée d un président, de quatre membres titulaires et quatre membres suppléants dont trois élus apparaissant dans la liste des membres titulaires de la CCIT et un membre dont le nom ne figurait pas parmi les membres titulaires. Le quorum étant fixé à un tiers conformément à l article du règlement intérieur, la chambre constate que le quorum était de fait fixé à deux. Or, le même article prévoyait qu en cas de partage des voix, celle du président était prépondérante, ce qui signifie que le président pouvait dans certains cas décider seul. Dans les faits, la commission a toujours délibéré avec trois membres au minimum. La chambre constate que dans le nouveau règlement intérieur adopté le 28 novembre 2011, il est stipulé que la commission délibère désormais avec un minimum de trois membres. L article du règlement intérieur prévoyait que les réunions étaient organisées en fonction des dossiers à examiner. Celles-ci n avaient donc pas une périodicité arrêtée. Le nombre de réunions sur les années 2005 à 2010 a varié entre 9 en 2010 et 16 en La commission des finances Le nombre des membres de la commission des finances était fixé à au moins trois membres élus à l exclusion de tout autre. Ces membres ne comprenaient ni le président, ni le trésorier, ni leurs délégataires. La composition de la commission des finances sur la période était conforme aux dispositions du règlement intérieur. L article du règlement intérieur précisait par ailleurs que la commission des finances devait se réunir au moins deux fois par an pour examiner d une part le budget prévisionnel, d autre part le budget exécuté. Cette disposition a été respectée les années 2005, 2006, 2007, 2008 et Par contre, elle ne s est réunie qu une fois en 2009 en raison de la réforme de la taxe professionnelle qui a de fait décalé la date d adoption du budget primitif 2010 à mars 2010 (et non novembre 2009). Le quorum étant fixé à un tiers dans le règlement intérieur, le président pouvait donc siéger en théorie seul. La chambre constate que néanmoins dans le nouveau règlement intérieur adopté le 28 novembre 2011, il est stipulé que la commission est composée de cinq membres et doit délibérer désormais avec un minimum de trois membres. 9/75

10 2.4.3 La commission de prévention des conflits d intérêts Le contexte réglementaire La circulaire du 9 août 1999 diffusée dans le bulletin officiel du secrétaire d Etat à l industrie du 10 août 2000 a recommandé l institution, au sein des CCIT, d une «commission de prévention des conflits d intérêts destinée à examiner et à donner un avis sur toute situation susceptible de créer un conflit d intérêt entre la chambre et l un de ses membres. La commission statue à la demande de tout membre de la chambre ou d office. Elle rend un avis motivé sur l existence ou non d un conflit d intérêts et préconise, en cas d existence d un tel conflit, au membre concerné de s abstenir de traiter avec la chambre. L avis doit viser la déclaration d intérêts sur la base de laquelle il a été rendu.». La chambre constate que le règlement intérieur de la CCIT des Côtes d Armor, dans son chapitre 13, prévoyait effectivement l existence d une commission de prévention des conflits d intérêts. Celle-ci devait examiner et donner un avis sur toute situation susceptible de créer un conflit d intérêts entre la chambre et l un de ses membres. Cet avis devait être transmis par écrit au Président de la CCIT et à l intéressé par lettre recommandée avec accusé de réception. Ces avis devaient ensuite être consignés dans un registre (article 13-6 du règlement intérieur) Le fonctionnement de la commission de prévention des conflits d intérêt La commission de prévention des conflits d intérêt s est effectivement réunie au moins une fois par an sur la période , et s est attardée à la fois sur les déclarations d intérêts des élus et sur les marchés passés par la CCIT avec des élus. La commission s assurait que toutes les déclarations d intérêts étaient à jour et en rendait compte à l assemblée générale conformément à l article du règlement intérieur qui reprenait les dispositions de la circulaire du 9 août Il était ainsi fait obligation aux membres élus de déclarer, dans le mois qui suivait leur élection, l ensemble des intérêts qu ils détenaient à titre personnel directement ou indirectement dans toute forme d activité économique et sociale ainsi que les intérêts détenus directement ou indirectement par leur conjoint non séparé de corps et leurs enfants mineurs non émancipés. Toutes les déclarations étaient mises à jour chaque année et devaient être conservées dans un registre spécial. L examen de ce dernier par la chambre n appelle pas d observations particulières. Tous les membres élus avaient notamment, contrairement à ce qui avait été constaté lors du dernier contrôle, déclaré leurs intérêts dans la période Certains membres ou personnes proches conjoint ou enfant - ont contracté avec la CCIT au cours de la période. La commission de prévention des conflits d intérêts (sauf dans le cas d une autorisation d occupation temporaire -AOT-) a effectivement bien examiné tous ces contrats, mais toujours a posteriori. La conclusion de ces commissions était toujours identique : «il n existe pas d anomalie de nature à révéler des conflits d intérêts». En effet, la CCIT considérait que dès lors que les procédures de marchés publics avaient été respectées, il ne pouvait y avoir de conflits d intérêts, que les titulaires des marchés soient membres ou non de la CCIT. 10/75

11 Le rôle de la commission est normalement d examiner chaque situation et de déterminer les cas dans lesquels il lui paraît qu un membre de la CCIT est susceptible de se trouver en conflit d intérêt et de l inviter alors de s abstenir de traiter avec elle. Or, sur toute la période contrôlée, la commission de prévention des conflits d intérêts est toujours intervenue a posteriori, en n examinant que des marchés déjà signés, voire exécutés, y compris les marchés passés avec des membres élus. Le règlement intérieur ne prévoyant pas de sanction particulière en cas de situation avérée de conflit d intérêt après signature d un contrat, le rôle de la commission paraissait donc mal défini. La chambre constate que le fonctionnement de la commission de prévention des conflits d intérêts de la CCIT pendant la période , en s interdisant de donner a priori un avis contraire à un contrat entre la CCIT et l un de ses membres, n a pas respecté l esprit de la circulaire du 9 août Par ailleurs, le respect de la procédure des marchés est nécessaire mais n est pas suffisant. Il s agit en effet également de s assurer que le membre élu qui contracte avec la chambre ou quelqu un qui lui serait proche n a pas eu à traiter de l opération en amont du marché, dans la définition notamment du cahier des charges. L article du Code Pénal qui définit la prise illégale d intérêts interdit en effet à un membre élu de prendre part à une opération dont il a, à un moment ou à un autre, eu la charge d assurer la surveillance ou l administration. Enfin, la commission de prévention des conflits d intérêts n étudiait pas les AOT du domaine public maritime. Or la signature d une AOT par la CCIT avec l un de ses membres ou quelqu un qui lui serait proche conjoint ou enfant - correspond à une situation susceptible de créer un conflit d intérêt. Dans sa réponse, la CCIT précise que le nouveau règlement intérieur adopté par l assemblée générale le 28 novembre 2011 et en attente d homologation par l autorité de tutelle début 2012, prend en compte partiellement l observation de la chambre. L article 109 précise en effet que «le président de la commission consultative des marchés doit saisir la commission [de prévention des conflits d intérêt] lorsqu un membre est candidat à un marché qu elle examine». Les projets de marché seront donc examinés par la commission de prévention des conflits d intérêt avant signature, ce qui constitue un progrès important. Toutefois, le règlement intérieur n impose pas le passage devant la commission des projets de contrats d AOT lorsque le bénéficiaire est membre de la CCIT. Il ne définit pas non plus le rôle de la commission dans l examen de l environnement dans lequel un membre élu a pu contracter avec la CCIT, qui dépasse le cadre de la seule procédure de passation des marchés L absence de rapport particulier La circulaire du 9 août 1999 préconise la rédaction d un rapport sur toute opération réalisée par la CCIT intéressant de quelque manière que ce soit un de ses membres. Ce rapport doit contenir les indications suivantes : - Nature et étendue des besoins satisfaits ou motifs de l opération ; - Economie générale de l opération, montant ; - Déroulement de la procédure suivie pour définir et matérialiser cette opération ; - Mention de l avis éventuellement rendu par la commission de prévention des conflits d intérêts ; - Mention de la suite donnée à cet avis par le membre concerné. 11/75

12 Ce rapport doit être déposé dans un registre spécial tenu au sein de la CCIT afin de pouvoir être communiqué à toute personne ayant un intérêt légitime à en connaître et qui en fait la demande écrite. La chambre constate que ce registre spécial n existait pas à la CCIT des Côtes d Armor, alors que chaque année sur la période 2005 à 2010 plusieurs marchés ou contrats ont été passés avec des élus. C est le cas par exemple d un membre élu qui avait contracté avec la CCIT pour un total de sur la période dont un marché d entretien des installations de pompage de l eau de mer à Erquy et St Quay pour un montant total de , ou d un autre membre élu qui avait facturé à la CCIT 336 factures de traitement des déchets pour un total de ,66 et une facture en 2007 de ,9 TTC relative à la démolition d un bâtiment au Légué. Enfin, un élu, alors qu il était membre du bureau et membre suppléant de la commission consultative des marchés, avait obtenu, par décision de la dite commission du 11 janvier 2010, un lot «gros œuvre» pour le marché relatif à la capitainerie de St Cast pour un montant de Cet élu n avait certes pas participé à la décision de la commission sur le marché le concernant. Néanmoins, la chambre considère que la CCIT devrait faire preuve de prudence à mieux respecter à l avenir ses obligations en rédigeant notamment des rapports particuliers comme le préconise la circulaire du 9 août Dans sa réponse, la CCIT indique que le nouveau règlement intérieur adopté par l assemblée générale de la CCIT le 28 novembre 2011 actuellement en cours d homologation par la tutelle prend en compte l obligation de rédaction de ces rapports particuliers ainsi que la mise en place d un registre spécial. 2.5 Organisation financière L organisation comptable Conformément aux règles budgétaires, comptables et financières définies par l arrêté du 26 décembre 1991, la comptabilité de la CCIT des Côtes d Armor est divisée en cinq services budgétaires qui recouvrent chacun une activité définie : - le service général (administration générale, CFE, assistance aux entreprises) ; - le service «formation» ; - le service «divers» ; - le service «aménagement» ; - le service «ports». 12/75

13 La présentation des comptes consolidés par la CCIC donne la situation suivante : (en euros) Var % Produits ,6% dont Service général ,8% dont Service formation ,9% dont Service aménagement NS dont service divers ,8% dont service ports ,2% Correction mouvements interservices (*) ,6% Charges ,5% Résultat ,0% Marge (1-2)/1 0,6% 2,7% -1,9% -3,9% 0,0% 2,7% (*) Le montant des produits consolidés est inférieur à la somme des services budgétaires qui le composent. La partie de l activité d un service qui est liée à un autre service («mouvements inter services») est en effet «neutralisée» dans les chiffres consolidés. Le service budgétaire «ports» est lui-même divisé en cinq sections comptables, «concession portuaire départementale», «Barge de Bréhat», «Nouveau port de St Quay», «Sous traité de St Cast Plaisance» et «la DSP de St Cast Plaisance» Les délégations de signature à la CCIT des Côtes d Armor Conformément à l article 49 du décret n du 18 juillet 1991, modifié par décret n du 21 juin 2004 qui prévoit expressément que le règlement intérieur fixe : «Les conditions dans lesquelles le président et le trésorier peuvent déléguer leur signature à d autres membres élus et le cas échéant, au directeur général, ou sur sa proposition, à d autres agents permanents de la chambre», le règlement intérieur de la CCIT des Côtes d Armor prévoit dans une annexe un ensemble de délégations de signature du président et du trésorier en matière de gestion de ressources humaines, de relations avec l extérieur ou encore en matière budgétaire et comptable. L examen de ces délégations n appelle pas d observations de la part de la chambre. Parmi les délégations du président relatives à la mandature , la chambre souligne l absence de délégation du président pour la signature des contrats AOT, pour les actes de la vie civile liés aux procédures judiciaires, aux règlements des litiges et aux baux, pour l engagement des dépenses d investissement supérieures à HT, pour les baux immobiliers et les états des mandatements de recettes et de dépenses. De même, le trésorier n a donné aucune délégation s agissant de la gestion de la trésorerie et des états des mandatements de recettes et de dépenses. 13/75

14 2.5.3 Les régies Conformément à la circulaire n 1111 de 1992 et au règlement intérieur, des régies limitées dans leur objet et leur montant ont été instituées par le Président, avec l accord du trésorier, pour permettre d encaisser des recettes et d engager des dépenses de faible importance urgentes ou répétitives. Le montant maximum de ces régies d avance est de 75 sauf pour les criées où le montant maximum de l avance s élève à 150 et pour la barge de Bréhat où le montant maximum de l avance est de 100. Le montant maximum des régies de recettes est de 600 pour la caisse des services IATP. La chambre constate qu aucun arrêté n a été pris par le Président de la CCIT pour nommer les différents régisseurs. La nomination des régisseurs doit pourtant respecter un certain formalisme, en application du décret du 29 décembre 1962 portant règlement général de la comptabilité publique. Les régisseurs doivent notamment être nommés par le Président, avec l agrément du Trésorier. Dans sa réponse, la CCIT indique que cette nomination sera prochainement formalisée. 3 Le poids financier des concessions portuaires dans les comptes de la CCIT 3.1 Les concessions portuaires La CCIT des Côtes d Armor exploite un certain nombre de ports maritimes ou de services maritimes du département par le biais de 4 puis 5 concessions, sous-concessions ou délégations de service public dont deux concernent les ports de pêche La concession de 1985 et ses avenants concernant la concession portuaire départementale L article 6 de la loi n du 22 juillet 1983 relative à la répartition de compétences entre les communes, les départements, les régions et l Etat a transféré la compétence «pêche» et «commerce» des ports aux départements. Dans ce cadre, le conseil général des Côtes d Armor a concédé le 1 er août 1985 à la CCIT des Côtes d Armor, pour une durée de 25 ans, les 17 ports de pêche et de commerce (fret et passagers) autrefois propriété de l Etat. Le rôle de la CCIT était d entretenir et d exploiter les infrastructures et l outillage des ports suivants : - Le Guildo (plaisance) - St Cast (pêche) - Erquy (pêche) - Dahouët (pêche) - Le Légué (pêche et commerce) - Binic (pêche) - Portrieux (pêche) - Paimpol (pêche et commerce) - Pors Even (pêche) - Loguivy-de-la-mer (pêche) - L Arcouest (passagers) - Port Clos (passagers) - Lézardrieux (commerce) 14/75

15 - Pontrieux (commerce) - Tréguier (commerce) - Lannion (commerce) - Locquémeau (pêche). Depuis 25 ans, vingt avenants successifs ont modifié le cahier des charges de la concession. La plupart ont concerné des modifications de périmètre de la concession sur certains ports dont l activité pêche ou commerce a diminué voire disparu au profit notamment d une activité plaisance gérée le plus souvent directement par les communes et non par la CCI. C est le cas par exemple avec les avenants n 4 et 10 qui transfèrent notamment des parties du bassin n 1 à la commune de Paimpol La sous concession du nouveau port de St Quay-Portrieux Le nouveau port de St Quay-Portrieux a été concédé par le département à la commune de St Quay-Portrieux. A l époque, la partie dédiée à la plaisance avait été sous-concédée à une entreprise privée, la «Société du nouveau port de St Quai-Portrieux». La partie «pêche» du port a en revanche été sous-concédée à la CCIT des Côtes d Armor le 24 juin 1988, pour une durée de 50 ans à compter du 1 er janvier Dans ce cadre de la sous concession, il était ainsi stipulé que la CCIT des Côtes d Armor devait percevoir à la place de la commune, les différentes redevances telles que les droits de port, les redevances d équipement des ports de pêche, taxe de criée, taxes d outillage ou redevances d occupation. Depuis 1997, un syndicat mixte s est substitué à la commune comme concessionnaire. En complément de la sous-concession, une convention a été signée le 3 avril 1990 entre la CCIT des Côtes d Armor, la commune de St Quay-Portrieux et le département des Côtes d Armor. Ce document avait pour objet de définir la prise en charge par les signataires du déficit annuel prévisionnel d exploitation qui était déjà envisagé, durant les années de démarrage du nouveau port. Ce financement devait être formalisé sous forme d avances remboursables à hauteur du déficit d exploitation. Ce remboursement devait débuter dès que le port de pêche devait dégager un excédent d exploitation Les autres concessions ou délégations de service public La CCIT des Côtes d Armor gère en 2011 trois autres concessions maritimes qui ne concernent pas directement la pêche : la ligne de fret entre le continent et l Ile de Bréhat, le nouveau port de plaisance de St Cast et la concession du port de la garde dont le concédant est la commune de St Cast-le-Guildo. 15/75

16 3.2 Les comptes de résultat de la CCIT Les comptes consolidés de la CCIT sur la période (cf. annexe 1) Sur la période , les produits consolidés de la CCIT ont globalement augmenté de 46,6% et les charges de seulement 42,04%. De même, les produits d exploitation ont augmenté de 45,1% alors que les charges d exploitation n augmentaient que de 42,2%. Les produits d exploitation n ont jamais diminué même s ils ont stagné entre 2007 et De même, les charges d exploitation sont restées contenues et notamment les charges de personnel qui n ont augmenté que de 13% (salaires et charges) et dont le poids relatif dans le total des dépenses est passé de 44% en 2005 à 35% en En revanche, l année 2008 a été marquée par des charges exceptionnelles liées notamment aux difficultés de la caisse de retraite des personnels des chambres de commerce maritimes et des ports maritimes (CRP-CCMPA) qui a du transférer ses engagements auprès d un assureur privé. Un versement de la CCIT de 601 K a alors été nécessaire pour combler le sous-provisionnement constaté à cette occasion. L année 2010 s est soldée en revanche par un résultat positif de 626 K en grande partie lié à l amélioration du résultat d exploitation lui-même lié à l amélioration de la situation de la pêche après deux années particulièrement difficiles. Sur la période, la chambre constate l importance croissante des prestations facturées par la CCIT et le recul progressif de l IATP, seule ressource fiscale. Celle-ci a augmenté de 17% sur la période mais elle ne représente en 2010 que 31,3% des produits contre 36% en En revanche, le chiffre d affaires représentant l ensemble des prestations vendues par la CCIT a augmenté de 46% depuis Les ressources de la CCIT sont donc de moins en moins dépendantes de la fiscalité. Enfin l importance des investissements réalisés soit directement par la CCIT, soit dans le cadre des concessions gérées par elle se traduit par l importance des reprises sur subventions d investissements, qui ont progressé de 72% sur la période contrôlée, ainsi que par l augmentation forte des charges financières (+100%) et des dotations aux amortissements et provisions (+95%). Comptes consolidés CCIT simplifiés PRODUITS Evolution 10/05 Produits d'exploitation : ,1% dont IATP ,9% dont chiffre d'affaires net ,4% dont autres produits ,4% Produits financiers ,2% Produits exceptionnels ,1% Total produits ,6% 16/75

17 CHARGES Evolution 10/05 Charges d'exploitation ,2% dont charges de personnel ,2% Charges financières ,7% Charges exceptionnelles ,2% Participation des salariés aux résultats ,4% Impôts sur les bénéfices ,0% Total charges ,5% Résultat L importance du service portuaire dans les comptes consolidés Le service portuaire (cf. annexe 2) retrace l activité des quatre puis cinq sections comptables représentant chacune une concession ou une délégation de service public : la concession départementale (cf. annexe 3), la sous-concession de St Quay (cf. annexe 4), la DSP de la barge de Bréhat, le sous-traité de St Cast plaisance ainsi que la DSP de St Cast depuis Globalement, le service ports représente entre 49,4% du total des produits de la CCIT en 2005 et 47% en Les produits de fonctionnement Le total des produits du service «ports» a augmenté globalement de 39,2% entre 2005 et 2010 mais toutes les sections n ont pas évolué de manière uniforme. Ainsi les produits de la sousconcession de St Quay ont diminué de 3,8% et ne représentent plus que 22,7% du total des produits en 2010 contre 32,8% en Les produits de la concession départementale ont augmenté de 29,4% mais ils ne représentent plus que 58% du total des produits du service ports contre 62% en La DSP de St Cast qui n a été attribuée à la CCI qu en 2009 représente déjà 15,9% du total des produits du service ports et 23% du chiffre d affaires. Produits service ports (en ) evol 10/05 Concession départementale ,4% Sous concession St Quay ,8% DSP Barge Bréhat ,1% DSP St Cast NS Sous traité St Cast plaisance ,2% Total produits sous-comptes ,9% total moins flux interservices ,3% Total service portuaire ,2% Source : documents comptables CCIT 17/75

18 La répartition par activités ne recouvre pas exactement la répartition par concession. La concession départementale recouvre plusieurs activités tandis que par exemple l activité pêche est présente dans la concession départementale mais aussi dans la sous-concession du port de St Quay. L activité pêche décroit ainsi relativement au sein du service «ports» et passe de 74% à 56% du chiffre d affaires du service ports entre 2005 et 2010, même si dans l absolu, l activité a légèrement augmenté. C est l activité plaisance qui augmente sensiblement, tant relativement (activité quadruplée) que dans l absolu (activité quintuplée). L activité «réparation navale» qui n existait pas en 2005, n augmente plus depuis L activité «ports de commerce» a augmenté de 16% en cinq ans, mais son poids relatif a diminué légèrement. Part relative des différentes activités portuaires dans le chiffre d affaires portuaire Réparation navale 0% 1% 3% 5% 4% 4% Ports de plaisance 6% 6% 5% 5% 11% 23% Ports de commerce 20% 19% 18% 21% 21% 17% Ports de pêche 74% 74% 74% 69% 64% 56% Chiffre d'affaires 6,67 7,15 8,07 7,46 7,5 9,2 Source : rapports d activité CCIT Les charges de fonctionnement du service ports Charges sections comptables (en ) evol 10/05 Concession départementale ,0% Sous concession St Quay ,9% DSP Barge Bréhat ,1% DSP St Cast NS Sous traité St Cast plaisance ,3% Total charges sous-comptes ,1% total moins flux interservices ,3% Total service portuaire ,5% Source : budgets exécutés de 2005 à 2009 Les charges globales ont augmenté de 39,1% soit autant que les produits. Les dépenses de la concession départementale ont augmenté de 28% tandis que celles de la sous-concession de St Quay ont diminué de 4,9%. L augmentation des charges depuis 2008 est d abord liée à l augmentation des charges du nouveau port de St Cast qui représente en ,7% du total des charges contre 0% en Hors DSP de St Cast, et donc à périmètre équivalent, les charges auraient en effet diminué entre 2008 et 2010 de 16,3%, alors qu elles ont effectivement augmenté de 1,6%. Entre 2005 et 2010, l augmentation des charges n aurait été que de 14,5% contre 40,5% avec la DSP de St Cast. Les charges de personnel ont augmenté seulement de 18% sur la période. A St Quay- Portrieux, les charges salariales ont même diminué de 10,5% alors qu elles ont augmenté de 25% pour la concession départementale. Les effectifs des halles à marée sont en effet adaptés au nombre de navires hauturiers stationnés sur un port et si celui-ci diminue, comme à St Quay-Portrieux entre 2007 et 2009, le nombre de personnels évolue à la baisse. 18/75

19 Les charges financières liées aux investissements importants consentis sur l ensemble des ports du département ces dernières années ont augmenté de 91% sur la période et représentent 5,6% du total des charges en 2010 contre 4,1% en Le montant important des charges en 2008 s explique notamment par une charge exceptionnelle de 601 K liée au transfert de ses engagements en matière de retraite complémentaire vers un organisme assureur classique. Cette démarche a été entreprise après la défaillance de la caisse de retraite des personnels des chambres de commerce maritimes et des ports maritimes (CRP-CCMPA). Par ailleurs, l extension du port d Erquy a occasionné la destruction d un môle et d un quai dont la valeur comptable nette des subventions d investissement de 390 K a été comptabilisée en charge exceptionnelle en Les charges du service ports représentent en ,4% du total des charges de la CCIT contre 49,1% en Le résultat de fonctionnement du service ports Résultat sections comptables evol 10/05 Concession départementale ,1% Sous concession St Quay ,3% DSP Barge Bréhat ,5% DSP St Cast NS Sous traité St Cast plaisance ,9% Total résultat Le résultat du service ports s est brusquement dégradé à partir de 2007, en raison notamment du résultat des deux principales concessions, la concession départementale et la sousconcession de St Quay. Le résultat de 2008 de 1,129 M s explique notamment par les charges exceptionnelles, notamment la destruction d ouvrages qui n étaient pas totalement amortis lors de la construction du nouveau port d Erquy et la contribution de la CCIT qui a été demandée lors de la transformation de la caisse de retraite des personnels des CCI maritimes en institution de gestion de retraite supplémentaire. Ce résultat s explique, aussi dans une moindre mesure par la chute des apports sous criée en 2008 par rapport à Sur la période, les recettes du service ports ont représenté la moitié du total des recettes de la CCIT. Il en est de même des dépenses. 3.3 Une situation financière qui ne permet pas néanmoins de réaliser des investissements importants Le bilan consolidé de la CCIT retrace la part importante des aides extérieures pour le financement des investissements. Ces apports extérieurs sous forme de subventions d investissements ou d apports gratuits du concédant sont particulièrement importants dans le bilan du seul service «ports» qui représente près de 85% du bilan consolidé. 19/75

Titre Ier : Etablissement, adoption, transmission et approbation des budgets des compagnies consulaires. Article 1 Les exercices comptables et budgéta

Titre Ier : Etablissement, adoption, transmission et approbation des budgets des compagnies consulaires. Article 1 Les exercices comptables et budgéta Chambre de Commerce et d Industrie du Territoire de Belfort CLASSEUR DES MEMBRES TITULAIRES Partie 3 La Chambre de Commerce et d Industrie du Territoire de Belfort ARRÊTE du 26 décembre 1991 Fixant les

Plus en détail

ANNEXE II GUIDE DE PROCEDURE REGLEMENT INTERIEUR CCIT OUEST NORMANDIE

ANNEXE II GUIDE DE PROCEDURE REGLEMENT INTERIEUR CCIT OUEST NORMANDIE ANNEXE II GUIDE DE PROCEDURE REGLEMENT INTERIEUR CCIT OUEST NORMANDIE LES CONTRATS DE LA COMMANDE PUBLIQUE, LES TRANSACTIONS ET LES COMPROMIS Section 1 Les Marchés Publics et Accords-Cadres Commission

Plus en détail

Centre Intercommunal d Action Sociale Communauté de Communes du Bassin de BOLOGNE VIGNORY FRONCLES STATUTS

Centre Intercommunal d Action Sociale Communauté de Communes du Bassin de BOLOGNE VIGNORY FRONCLES STATUTS Centre Intercommunal d Action Sociale Communauté de Communes du Bassin de BOLOGNE VIGNORY FRONCLES STATUTS Article 1 er : Constitution En application des articles L-123-4 et suivants du Code de l Action

Plus en détail

L Office de Tourisme géré par une régie personnalisée ou un établissement public

L Office de Tourisme géré par une régie personnalisée ou un établissement public L Office de Tourisme géré par une régie personnalisée ou un établissement public Nous avons choisi de traiter dans une même fiche les Offices de Tourisme créés sous forme de régie personnalisée ou d établissement

Plus en détail

STATUTS. Régie dotée de la seule autonomie financière chargée de la gestion des transports des Deux-Sèvres (RTDS)

STATUTS. Régie dotée de la seule autonomie financière chargée de la gestion des transports des Deux-Sèvres (RTDS) annexe 1 STATUTS Régie dotée de la seule autonomie financière chargée de la gestion des transports des Deux-Sèvres (RTDS) Vu le code général des collectivités territoriales, pris en ses articles L.1111-1,

Plus en détail

DECRET Décret n du 23 avril 2002 relatif au Centre national de la chanson, des variétés et du jazz NOR: MCCH D

DECRET Décret n du 23 avril 2002 relatif au Centre national de la chanson, des variétés et du jazz NOR: MCCH D DECRET Décret n 2002-569 du 23 avril 2002 relatif au Centre national de la chanson, des variétés et du jazz Le Premier ministre, NOR: MCCH0200309D Version consolidée au 3 février 2016 Sur le rapport du

Plus en détail

Syndicat mixte du Parc Interrégional du Marais Poitevin

Syndicat mixte du Parc Interrégional du Marais Poitevin Syndicat mixte du Parc Interrégional du Marais Poitevin Statuts Adoptés par le Comité Syndical le 10 janvier 1997 Syndicat mixte du Parc Interrégional du Marais Poitevin Statuts approuvés en assemblée

Plus en détail

Le Président Rennes, le 25 octobre 201

Le Président Rennes, le 25 octobre 201 Le Président Rennes, le 25 octobre 201 Monsieur le Maire Mairie de Plonévez-Porzay Place de la Mairie 29550 PLONEVEZ-PORZAY Par lettre du 15 septembre 2010, j'ai porté à votre connaissance le rapport d'observations

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE D ENSEIGNEMENT. TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE D ENSEIGNEMENT. TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE D ENSEIGNEMENT TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er - Création Il est créé entre : - la (les) collectivité(s)

Plus en détail

CAISSE TERRITORIALE DES ŒUVRES SCOLAIRES STATUTS

CAISSE TERRITORIALE DES ŒUVRES SCOLAIRES STATUTS CAISSE TERRITORIALE DES ŒUVRES SCOLAIRES STATUTS Vu la délibération CT 2-6-2007 du 1 er aout 2007 portant création de la caisse territoriale des œuvres scolaires (CTOS) Vu la délibération CT 3-5-2012 du

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET/OU D EDUCATION POPULAIRE

MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET/OU D EDUCATION POPULAIRE PREFECTURE DE LA LOIRE DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA COHESION SOCIALE MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET/OU D EDUCATION POPULAIRE OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION ARTICLE 1 Constitution

Plus en détail

Syndicat mixte du Parc naturel régional du Marais poitevin. Statuts

Syndicat mixte du Parc naturel régional du Marais poitevin. Statuts Syndicat mixte du Parc naturel régional du Marais poitevin Statuts adoptés par le Comité syndical le 25 novembre 2015 PREAMBULE Au regard du classement du Marais poitevin en Parc naturel régional, les

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE COMMUNE des EAUX-BONNES (064 010 204) Trésorerie de Laruns Département des Pyrénées-Atlantiques Article L. 1612-2 du code général des collectivités territoriales

Plus en détail

AVIS BUDGETAIRE N

AVIS BUDGETAIRE N COMMUNE DE SAUMOS Centre de finances publiques de Castelnau-de-Médoc (033 024 503) Département de la Gironde Article L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales PREMIERE SECTION Séance du

Plus en détail

STATUTS. Vu les avis de la Commission permanente et du Comité national de l INAO du 07/12/2010,

STATUTS. Vu les avis de la Commission permanente et du Comité national de l INAO du 07/12/2010, STATUTS Vu l article L.411-1 et suivants du Code du Travail, Vu les avis de la Commission permanente et du Comité national de l INAO du 07/12/2010, ARTICLE 1 : Constitution et dénomination Entre les adhérents

Plus en détail

STATUTS APPROUVES PAR L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 26 JUIN 2012

STATUTS APPROUVES PAR L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 26 JUIN 2012 STATUTS DE L ASSOCIATION «SANTE AU TRAVAIL EN CORNOUAILLE» 1 STATUTS APPROUVES PAR L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 26 JUIN 2012 %%%%%%% CONSTITUTION ET OBJET Article 1 : Entre les entreprises et

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION GOUVERNES RANDO Approuvé par l Assemblée Générale du 04 Janvier 2010 Et Modifiés par l Assemblée Générale du 6 janvier 2014

STATUTS DE L ASSOCIATION GOUVERNES RANDO Approuvé par l Assemblée Générale du 04 Janvier 2010 Et Modifiés par l Assemblée Générale du 6 janvier 2014 STATUTS DE L ASSOCIATION GOUVERNES RANDO Approuvé par l Assemblée Générale du 04 Janvier 2010 Et Modifiés par l Assemblée Générale du 6 janvier 2014 I L ASSOCIATION Article 1 : Dénomination, objet et durée

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION A.M.I.O

STATUTS DE L ASSOCIATION A.M.I.O STATUTS DE L ASSOCIATION A.M.I.O Modifiés le 23 juin 2010 (AGE) Article 1 : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le

Plus en détail

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion.

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion. Le Président REF. : N 577 Poitiers, le 8 août 2006 /Rod2-1 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Le rapport d observations définitives sur la gestion de la ville de Saint-Pierre-d Oléron, arrêté par

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE DU CREDIT AGRICOLE DE LA REUNION

FONDATION D ENTREPRISE DU CREDIT AGRICOLE DE LA REUNION FONDATION D ENTREPRISE DU CREDIT AGRICOLE DE LA REUNION Siège social Parc Jean. De cambiaire-cité des Lauriers BP 84-97462 ST DENIS CEDEX Tel 0262 40 82 31 Autorisation préfecture de la Réunion le 26 Août

Plus en détail

Vu le décret n du 10 novembre 1990, fixant le régime de rémunération des chefs d entreprises à majorité publique;

Vu le décret n du 10 novembre 1990, fixant le régime de rémunération des chefs d entreprises à majorité publique; Décret n 92-2110 du 30 novembre 1992, fixant l organisation administrative et financière ainsi que les modalités de fonctionnement de l agence des ports et des installations de pêches. Le Président de

Plus en détail

TITRE 1 MISSIONS ET STRUCTURES

TITRE 1 MISSIONS ET STRUCTURES STATUTS DE L ECOLE DE JOURNALISME ET DE COMMUNICATION D AIX-MARSEILLE (E.J.C.A.M) CREEE EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE L713-9 DU CODE DE L EDUCATION Approuvés par le Conseil de l'ejcam en

Plus en détail

Votés concernant la tarification lors du Conseil d Administration du 10 janvier 2013

Votés concernant la tarification lors du Conseil d Administration du 10 janvier 2013 STATUTS DE L AGENCE DEPARTEMENTALE D INGENIERIE POUR LES COLLECTIVITES DE L AISNE - ADICA Votés lors de la session de l Assemblée départementale du 4 juin 2012 Votés lors de l Assemblée générale constitutive

Plus en détail

ASSOCIATION LE CEDRE BLEU

ASSOCIATION LE CEDRE BLEU ASSOCIATION LE CEDRE BLEU Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et. déclarée à la Sous-Préfecture de Dunkerque le 30 novembre 1977, sous le n 3356 (parution au Journal Officiel du 16.12.77),

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Comité Technique placé auprès du centre de gestion de la fonction publique territoriale de la Haute-Garonne

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Comité Technique placé auprès du centre de gestion de la fonction publique territoriale de la Haute-Garonne RÈGLEMENT INTÉRIEUR Comité Technique placé auprès du centre de gestion de la fonction publique territoriale de la Haute-Garonne Préambule : le présent règlement intérieur a pour objet de fixer, dans le

Plus en détail

Statuts de l'office Municipal de Tourisme Alpe du Grand Serre - Loisirs

Statuts de l'office Municipal de Tourisme Alpe du Grand Serre - Loisirs Statuts de l'office Municipal de Tourisme Alpe du Grand Serre - Loisirs Vu les articles L2221-1 à L2221-10 et R 2221-1 à R 2221-52 du Code Général des Collectivités Territoriales, Vu les articles L132

Plus en détail

LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LA GUADELOUPE,

LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LA GUADELOUPE, CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LA GUADELOUPE CAISSE DES ECOLES DE SAINTE - ANNE (23 457 habitants) BUDGET PRIMITIF 2012 Article L. 1612.14 alinéa 2 du code général des collectivités territoriales AVIS

Plus en détail

LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DU CENTRE, LIMOUSIN

LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DU CENTRE, LIMOUSIN CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DU CENTRE, LIMOUSIN Avis du 9 juillet 2013 N 17 3ème section Commune de Saint-Pardoux SAISINE DU PREFET DE LA HAUTE-VIENNE Articles L. 1612-5 et L. 1612-15 du code général

Plus en détail

STATUTS JANVIER Eure-et-Loir numérique Syndicat mixte ouvert LE DÉPARTEMENT À VOS CÔTÉS, TOUS LES JOURS

STATUTS JANVIER Eure-et-Loir numérique Syndicat mixte ouvert LE DÉPARTEMENT À VOS CÔTÉS, TOUS LES JOURS STATUTS JANVIER 2012 Eure-et-Loir numérique Syndicat mixte ouvert LE DÉPARTEMENT À VOS CÔTÉS, TOUS LES JOURS SOMMAIRE ARTICLE 1. Composition et dénomination du Syndicat mixte ouvert... 3 ARTICLE 2. Objet...

Plus en détail

STATUTS. ASSOCIATION IREPS Bretagne

STATUTS. ASSOCIATION IREPS Bretagne STATUTS ASSOCIATION IREPS Bretagne A d o p t é s l o r s d e l A s s e m b l é e G é n é r a l e e x t r a o r d i n a i r e d u 1 0 d é c e m b r e 2 0 1 3 ARTICLE I Dénomination Il est fondé entre les

Plus en détail

STATUTS. de l Etablissement Public Industriel et Commercial. Office de Tourisme du Pays de Saint-Galmier

STATUTS. de l Etablissement Public Industriel et Commercial. Office de Tourisme du Pays de Saint-Galmier Télétransmis le 07/12/2012 identifiant unique : 042-244200812-20121128-28112012-04-DE STATUTS de l Etablissement Public Industriel et Commercial Office de Tourisme du Pays de Saint-Galmier Vu les articles

Plus en détail

ARTICLE 1 : FORME ARTICLE 2 : OBJET REALISATION DE L OBJET

ARTICLE 1 : FORME ARTICLE 2 : OBJET REALISATION DE L OBJET ARTICLE 1 : FORME L association est régie par : les principes généraux du droit applicable aux contrats et obligations par la loi du 1 er juillet et le décret du 16 août 1901, ainsi que par les présents

Plus en détail

13) Les budgets des collectivités locales

13) Les budgets des collectivités locales 1 FIPECO le 01.10.2016 Les fiches de l encyclopédie III) Programmation et pilotage des finances publiques 13) Les budgets des collectivités locales Cette fiche présente d abord les procédures d élaboration,

Plus en détail

STATUTS OFFICE DE TOURISME FOREZ EST

STATUTS OFFICE DE TOURISME FOREZ EST STATUTS OFFICE DE TOURISME FOREZ EST Vu la Loi n 2004-809 du 13 août 2004, notamment en son chapitre II articles 3 à 7, Vu le Code du Tourisme, notamment ses articles L.133-1 à L.133-10-1 et L.134-1 à

Plus en détail

PROJET DU REGLEMENT INTERIEUR DE FONCTIONNEMENT ADOPTE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DU TITRE I BUT ET COMPOSITION

PROJET DU REGLEMENT INTERIEUR DE FONCTIONNEMENT ADOPTE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DU TITRE I BUT ET COMPOSITION PROJET DU REGLEMENT INTERIEUR DE FONCTIONNEMENT ADOPTE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DU TITRE I BUT ET COMPOSITION Objet du règlement intérieur Conformément à l article 25 de ses statuts, le conseil

Plus en détail

Statuts de l EPCC. Il jouit de la personnalité morale à compter de la date de publication de l arrêté approuvant les présents statuts.

Statuts de l EPCC. Il jouit de la personnalité morale à compter de la date de publication de l arrêté approuvant les présents statuts. Statuts de l EPCC Titre 1 Dispositions générales Article 1 Création Il est créé entre : - La Ville de Rouen, - Le Conseil Régional Haute-Normandie, - L Etat (ministère de la culture), un établissement

Plus en détail

AVIS BUDGETAIRE N LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE, POITOU-CHARENTES

AVIS BUDGETAIRE N LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE, POITOU-CHARENTES COMMUNE DE SAINT AUBIN DE MEDOC Trésorerie de SAINT MEDARD EN JALLES (033 062 376) Département de la Gironde Article L. 1612-14 du code général des collectivités territoriales PREMIERE SECTION Séance du

Plus en détail

STATUTS-TYPE D APEL D ETABLISSEMENT. L Association de parents d élèves de l Enseignement libre de (nom de l établissement)

STATUTS-TYPE D APEL D ETABLISSEMENT. L Association de parents d élèves de l Enseignement libre de (nom de l établissement) STATUTS-TYPE D APEL D ETABLISSEMENT L Association de parents d élèves de l Enseignement libre de (nom de l établissement) Article 1 Formation Possibilité d ajouter : dite Apel Saint Il est fondé entre

Plus en détail

Statuts ASSOCIATION MUSICALE DE CALUIRE ET CUIRE AMC2

Statuts ASSOCIATION MUSICALE DE CALUIRE ET CUIRE AMC2 Statuts ASSOCIATION MUSICALE DE CALUIRE ET CUIRE AMC2 Article 1 er Nom, Durée Il existe entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la Loi du 1 er Juillet 1901 et le décret du 16

Plus en détail

STATUTS. Du Comité des Œuvres Sociales Du Personnel du Conseil Général du Cher Dénommé C.O.S o-o-o-o-o-

STATUTS. Du Comité des Œuvres Sociales Du Personnel du Conseil Général du Cher Dénommé C.O.S o-o-o-o-o- STATUTS Du Comité des Œuvres Sociales Du Personnel du Conseil Général du Cher Dénommé C.O.S. 18 -o-o-o-o-o- TITRE I : Dispositions Générales Art 1 er : Il est créé, dans les conditions fixées ci-après,

Plus en détail

STATUTS. Statuts approuvés par l assemblée générale constitutive du 4 juin 2010 Page 1/7

STATUTS. Statuts approuvés par l assemblée générale constitutive du 4 juin 2010 Page 1/7 AGENCE LOCALE DE L'ÉNERGIE DU TERRITOIRE DU PAYS DE SAINT-BRIEUC STATUTS Page 1/7 TITRE 1 - BUT ET COMPOSITION ARTICLE 1.- FORME ET DENOMINATION Il est fondé entre les membres adhérents aux présents statuts

Plus en détail

STATUTS DU SYNDICAT MIXTE DE LA GRANDE DUNE DU PILAT

STATUTS DU SYNDICAT MIXTE DE LA GRANDE DUNE DU PILAT STATUTS DU SYNDICAT MIXTE DE LA GRANDE DUNE DU PILAT Préambule Plus haute d Europe, la dune du Pilat a la particularité d être un site en évolution permanente. Reconnue très tôt comme phénomène géologique

Plus en détail

STATUTS. L Association de parents d élèves de l enseignement libre de l école Saint Pierre de Nantes. Article 1 Formation

STATUTS. L Association de parents d élèves de l enseignement libre de l école Saint Pierre de Nantes. Article 1 Formation STATUTS L Association de parents d élèves de l enseignement libre de l école Saint Pierre de Nantes Article 1 Formation Il a été fondé le XXX une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et les

Plus en détail

REGIE d ASSAINISSEMENT STATUTS

REGIE d ASSAINISSEMENT STATUTS REGIE d ASSAINISSEMENT STATUTS SOMMAIRE TITRE 1 DISPOSITIONS GENERALES... 3 ARTICLE 1 OBJET DE LA REGIE... 3 ARTICLE 2 SIEGE DE LA REGIE... 3 TITRE 2 ORGANISATION ADMINISTRATIVE DE LA REGIE... 3 ARTICLE

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION «BRETAGNE COMMERCE INTERNATIONAL»

STATUTS DE L ASSOCIATION «BRETAGNE COMMERCE INTERNATIONAL» STATUTS DE L ASSOCIATION «BRETAGNE COMMERCE INTERNATIONAL» STATUTS A JOUR AU 12 JANVIER 2017 2 BRETAGNE COMMERCE INTERNATIONAL PREAMBULE Afin de répondre avec la plus grande efficacité à l enjeu majeur

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 LE COMITÉ TECHNIQUE (CT)

CIRCULAIRE CDG90 LE COMITÉ TECHNIQUE (CT) CIRCULAIRE CDG90 06/15 LE COMITÉ TECHNIQUE (CT) Décret 85-565 du 30 mai 1985 modifié, relatif aux Comités Techniques des collectivités territoriales et de leurs établissements publics La création d un

Plus en détail

Le Président Rennes, le 6 janvier 2010

Le Président Rennes, le 6 janvier 2010 Le Président Rennes, le 6 janvier 2010 Monsieur Bierjon Président du comité Belle-Ile-en-Mer Marie-Galante 42, avenue Carnot 56360 LE PALAIS Par lettre du 27 novembre 2009, je vous ai fait parvenir le

Plus en détail

STATUTS. de l association régie par la loi 1901 déclarée en sous-préfecture de Grasse n 3338

STATUTS. de l association régie par la loi 1901 déclarée en sous-préfecture de Grasse n 3338 STATUTS de l association régie par la loi 1901 déclarée en sous-préfecture de Grasse n 3338 Votés à l Assemblée Générale Extraordinaire du 21 juin 2008 1/9 TITRE 1 -DÉNOMINATION OBJET SIÈGE DURÉE ARTICLE

Plus en détail

Projet de décret instituant un conseil de l éducation nationale à Mayotte NOTE DE PRESENTATION

Projet de décret instituant un conseil de l éducation nationale à Mayotte NOTE DE PRESENTATION Projet de décret instituant un conseil de l éducation nationale à Mayotte NOTE DE PRESENTATION L'article 7 de l'ordonnance n 2007-1801 du 21 décembre 2007, relative à l'adaptation à Mayotte de diverses

Plus en détail

STATUTS. Il existe entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 Juillet 1901, ayant pour titre :

STATUTS. Il existe entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 Juillet 1901, ayant pour titre : LES MOLIÈRES Association régie par la loi du 1er Juillet 1901 SIEGE SOCIAL à PARIS (75001) 2, rue du Colonel Driant Déclarée à la Préfecture de Police de Paris sous le numéro 079682 ------------------------

Plus en détail

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales et notamment son article L alinéa 1;

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales et notamment son article L alinéa 1; Accusé de réception - Ministère de l'intérieur 045-234500023-20151218-15_05_05-DE Accusé certifié exécutoire Conseil régional du Centre Val de Loire 9, rue Saint Pierre-Lentin CS 94117 45041 Orléans Cedex

Plus en détail

SYNDICAT MIXTE D ETUDES ET D AMENAGEMENT DE LA GARONNE STATUTS

SYNDICAT MIXTE D ETUDES ET D AMENAGEMENT DE LA GARONNE STATUTS SYNDICAT MIXTE D ETUDES ET D AMENAGEMENT DE LA GARONNE STATUTS - Vu la Loi n 82.213 du 2 mars 1982 modifiée relative aux droits et libertés des communes, des départements et des régions ; - Vu le Code

Plus en détail

STATUTS DE L UNION RÉGIONALE DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ MEDECINS LIBERAUX DE PICARDIE. Statuts URPS Médecins Libéraux de Picardie

STATUTS DE L UNION RÉGIONALE DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ MEDECINS LIBERAUX DE PICARDIE. Statuts URPS Médecins Libéraux de Picardie STATUTS DE L UNION RÉGIONALE DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ MEDECINS LIBERAUX DE PICARDIE I. But et composition de Association Article 1er L Association dite Union Régionale des Professionnels de Santé de

Plus en détail

La préparation et le vote des budgets locaux (cours)

La préparation et le vote des budgets locaux (cours) La préparation et le vote des budgets locaux (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I - La préparation du budget... 4 Le débat d orientation budgétaire... 4 L élaboration

Plus en détail

STATUTS ASSOCIATION DES AMIS DU FONDS FRANÇAIS POUR L ALIMENTATION ET LA SANTÉ

STATUTS ASSOCIATION DES AMIS DU FONDS FRANÇAIS POUR L ALIMENTATION ET LA SANTÉ STATUTS ASSOCIATION DES AMIS DU FONDS FRANÇAIS POUR L ALIMENTATION ET LA SANTÉ ARTICLE 1 - CONSTITUTION Il est créé entre les personnes ayant adhéré aux présents statuts une association régie par la loi

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS n CS0403A

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS n CS0403A Date de convocation : 29 octobre 2014 Date d affichage : 16 décembre 2014 EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS n 2014311CS0403A OBJET : Budgets 2015 : orientations budgétaires. Comité Syndical du 7 novembre

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N DU 7 MAI 2008

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N DU 7 MAI 2008 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2008-09 DU 7 MAI 2008 Relatif au projet d actualisation de l instruction budgétaire et comptable M22, applicable aux établissements et services publics sociaux

Plus en détail

STATUTS DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DE LA PLAINE CENTRALE DU VAL DE MARNE TITRE I : CONSTITUTION

STATUTS DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DE LA PLAINE CENTRALE DU VAL DE MARNE TITRE I : CONSTITUTION Statuts.comm.agglo.doc.version au 21/02/2003 STATUTS DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DE LA PLAINE CENTRALE DU VAL DE MARNE FIXES PAR ARRETE PREFECTORAL DU 22 DECEMBRE 2000 MODIFIES PAR ARRETE PREFECTORAL

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L'ASSOCIATION EVEIL MONTESSORI : LA SOURIS VERTE

REGLEMENT INTERIEUR DE L'ASSOCIATION EVEIL MONTESSORI : LA SOURIS VERTE REGLEMENT INTERIEUR DE L'ASSOCIATION EVEIL MONTESSORI : LA SOURIS VERTE PREAMBULE Conformément à l article 12 des statuts de l Association «ASSOCIATION EVEIL MONTESSORI : LA SOURIS VERTE», son Conseil

Plus en détail

Demande de subvention 2017

Demande de subvention 2017 Demande de subvention 2017 Dépôt des dossiers du 15 Septembre au 30 Septembre 2016 Tout dossier de demande de subvention non parvenu à cette date ne pourra être étudié. Nom de la structure :... A- FONCTIONNEMENT

Plus en détail

STATUTS. Titre I - BUTS ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION. Article 1 Forme, dénomination, objet, siège, durée

STATUTS. Titre I - BUTS ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION. Article 1 Forme, dénomination, objet, siège, durée STATUTS Titre I - BUTS ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 Forme, dénomination, objet, siège, durée Il est fondé une Association dite «Association des Diplômés de l Ecole de Bibliothécaires Documentalistes»,

Plus en détail

«Expérimentation territoriale contre le chômage de longue durée»

«Expérimentation territoriale contre le chômage de longue durée» STATUTS «Expérimentation territoriale contre le chômage de longue durée» (Statuts conforme à la loi du 1 er juillet 1901 sur les contrats d association et du décret du 16 août 1901). ARTICLE PREMIER NOM

Plus en détail

STATUTS DE L APEL Ecole Notre Dame des Fleurs La Loupe

STATUTS DE L APEL Ecole Notre Dame des Fleurs La Loupe STATUTS DE L APEL Ecole Notre Dame des Fleurs La Loupe L association de parents d élèves de l enseignement libre de l Ecole Notre Dame de Fleurs. Article 1 Formation Les statuts en date du 18/11/1994 étant

Plus en détail

STATUTS DE SAINT-NAZAIRE-ASSOCIATIONS

STATUTS DE SAINT-NAZAIRE-ASSOCIATIONS STATUTS DE SAINT-NAZAIRE-ASSOCIATIONS Préambule La ville, comme membre fondateur, a créé le 17 février 1972 à Saint-Nazaire une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 dénommée à l'origine Office

Plus en détail

Statuts du Sdee 47- au 26 février Le syndicat a pour objet l exercice des compétences et prestations de service définies au présent article.

Statuts du Sdee 47- au 26 février Le syndicat a pour objet l exercice des compétences et prestations de service définies au présent article. ARRETE PREFECTORAL N 2010-57-9 du 26 février 2010 STATUTS DU SYNDICAT DÉPARTEMENTAL D ÉLECTRICITÉ ET D ÉNERGIES DE LOT-ET-GARONNE Article 1 - CONSTITUTION DU SYNDICAT En application des articles L 5212-1

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE du CONSEIL DEPARTEMENTAL de l'acces au DROIT des YVELINES

CONVENTION CONSTITUTIVE du CONSEIL DEPARTEMENTAL de l'acces au DROIT des YVELINES CONVENTION CONSTITUTIVE du CONSEIL DEPARTEMENTAL de l'acces au DROIT des YVELINES Préambule : La présente convention fait suite à celle signée le 1er août 2001 approuvée le 8 octobre 2001 et publiée le

Plus en détail

AVIS BUDGETAIRE LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE, POITOU-CHARENTES

AVIS BUDGETAIRE LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE, POITOU-CHARENTES Deuxième section Séance du 6 novembre 2013 Syndicat mixte de l aéroport de Poitiers Biard (86016-948) Centre des finances publiques de Poitiers Municipale Département de la Vienne Article L. 1612-15 (1

Plus en détail

SYNDICAT MIXTE D ÉTUDES, D AMÉNAGEMENT ET DE GESTION DE L ÎLE DE LOISIRS DE CRÉTEIL

SYNDICAT MIXTE D ÉTUDES, D AMÉNAGEMENT ET DE GESTION DE L ÎLE DE LOISIRS DE CRÉTEIL AVIS SYNDICAT MIXTE D ÉTUDES, D AMÉNAGEMENT ET DE GESTION DE L ÎLE DE LOISIRS DE CRÉTEIL (94) Article L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales délibéré le 4 mai 2017 3 ème section N /G/150/A-04

Plus en détail

BUTS DE L ASSOCIATION. dénommée Association pour le Développement de l Ecole de Musique de Strasbourg-Centre

BUTS DE L ASSOCIATION. dénommée Association pour le Développement de l Ecole de Musique de Strasbourg-Centre STATUTS DE L ASSOCIATION dénommée Association pour le Développement de l Ecole de Musique de Strasbourg-Centre (ADEMSC) TITRE 1 : Art. 1 er DENOMINATION ET SIEGE DE l ASSOCIATION Il est formé à Strasbourg,

Plus en détail

Marchés passés par les concessionnaires d autoroutes

Marchés passés par les concessionnaires d autoroutes L essentiel N 96 - MARCHES n 25 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 15 septembre 2015 ISSN 1769-4000 LOI MACRON Marchés passés par les concessionnaires d autoroutes Dans le cadre du plan de

Plus en détail

GUIDE du Comité d Entreprise LE FONCTIONNEMENT ET LES ATTRIBUTIONS

GUIDE du Comité d Entreprise LE FONCTIONNEMENT ET LES ATTRIBUTIONS GUIDE du Comité d Entreprise LE FONCTIONNEMENT ET LES ATTRIBUTIONS Sommaire 1 LA MISE EN PLACE D UN COMITÉ D ENTREPRISE... 3 2 COMPOSITION DU COMITE D'ENTREPRISE....3 3 STATUT DES MEMBRES DU COMITE D'ENTREPRISE....3

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE SERVICE DE SANTÉ AU TRAVAIL DE LA RÉGION NANTAISE tél : 02 40 44 26 00 - http://www.sstrn.fr - SIRET : 788 354 843 00021 - Code APE : 8621 Z www.sstrn.fr

Plus en détail

STATUTS. Article 1 Constitution et Dénomination

STATUTS. Article 1 Constitution et Dénomination STATUTS Article 1 Constitution et Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, et le décret du 16 août 1901, ayant pour titre

Plus en détail

STATUTS ASSOCIATION DES AMIS DU FONDS FRANÇAIS POUR L ALIMENTATION ET LA SANTÉ

STATUTS ASSOCIATION DES AMIS DU FONDS FRANÇAIS POUR L ALIMENTATION ET LA SANTÉ STATUTS ASSOCIATION DES AMIS DU FONDS FRANÇAIS POUR L ALIMENTATION ET LA SANTÉ ARTICLE 1 - CONSTITUTION Il est créé entre les personnes ayant adhéré aux présents statuts une association régie par la loi

Plus en détail

Les règles de fonctionnement de la Commission Locale de l Eau (CLE) du Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux du bassin versant de la Tille

Les règles de fonctionnement de la Commission Locale de l Eau (CLE) du Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux du bassin versant de la Tille Les règles de fonctionnement de la Commission Locale de l Eau (CLE) du Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux du bassin versant de la Tille Vu les articles L.212-3 à L.212-11 du code de l environnement,

Plus en détail

LA CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES DE CHAMPAGNE-ARDENNE, LORRAINE

LA CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES DE CHAMPAGNE-ARDENNE, LORRAINE Première section Dossier n 5/2014 Avis du 19 juin 2014 Commune de Chatenay-Vaudin (Haute-Marne) Non adoption du budget 2014 Article L. 1612-2 du code général des collectivités territoriales LA CHAMBRE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE TRANSPORTS, MER ET PÊCHE Décret n o 2012-1102 du 1 er octobre 2012 relatif à l organisation

Plus en détail

Bordeaux, le 22 novembre Le Président Références à rappeler : FP/CB/ ROD II/ Monsieur le Président,

Bordeaux, le 22 novembre Le Président Références à rappeler : FP/CB/ ROD II/ Monsieur le Président, Le Président Références à rappeler : FP/CB/ ROD II/040001989 Bordeaux, le 22 novembre 2007 Monsieur le Président, Par lettre du 25 avril 2006, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes

Plus en détail

la procédure de validation des accords par la commission paritaire de validation.

la procédure de validation des accords par la commission paritaire de validation. MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3152 Convention collective nationale IDCC : 1044. HORLOGERIE (Commerces de gros

Plus en détail

STATUTS DU SYNDICAT MIXTE DU PAYS GARRIGUES ET COSTIERES DE NÎMES (Syndicat Mixte ouvert)

STATUTS DU SYNDICAT MIXTE DU PAYS GARRIGUES ET COSTIERES DE NÎMES (Syndicat Mixte ouvert) STATUTS DU SYNDICAT MIXTE DU PAYS GARRIGUES ET COSTIERES DE NÎMES (Syndicat Mixte ouvert) 1 2 SOMMAIRE TITRE 1 : PRESENTATION 4 ARTICLE 1 : Constitution Dénomination 4 ARTICLE 2 : Objet du Syndicat 4 ARTICLE

Plus en détail

REGLES DE FONCTIONNEMENT DE LA COMMISSION LOCALE DE L EAU

REGLES DE FONCTIONNEMENT DE LA COMMISSION LOCALE DE L EAU REGLES DE FONCTIONNEMENT DE LA COMMISSION LOCALE DE L EAU Adoptées par la CLE le 19 juin 2012 Version modifiée par la CLE du 10 décembre 2012 2 Les règles de fonctionnement précisent les dispositions de

Plus en détail

ASSOCIATION DES VILLES POUR LA PROPRETE URBAINE. Association régie par la loi du 1er juillet 1901 S T A T U T S

ASSOCIATION DES VILLES POUR LA PROPRETE URBAINE. Association régie par la loi du 1er juillet 1901 S T A T U T S ASSOCIATION DES VILLES POUR LA PROPRETE URBAINE Association régie par la loi du 1er juillet 1901 S T A T U T S Statuts approuvés par délibération de l assemblée générale extraordinaire en date du 08 octobre

Plus en détail

STATUTS Club d Echecs de La Bruffière

STATUTS Club d Echecs de La Bruffière STATUTS Club d Echecs de La Bruffière TITRE I : Buts et Composition ARTICLE 1 : Titre Il est fondé entre les membres fondateurs aux présents statuts, une association régie par la loi du 1 er juillet 1901

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX PREMIER MINISTRE Arrêté du 13 février 2014 fixant le programme des épreuves du concours organisé pour le recrutement de conseillers de chambre régionale des

Plus en détail

STATUTS DU SYNDICAT D ELECTRICITE ET DE GAZ DU RHIN

STATUTS DU SYNDICAT D ELECTRICITE ET DE GAZ DU RHIN STATUTS DU SYNDICAT D ELECTRICITE ET DE GAZ DU RHIN adoptés par le Comité Syndical du 29 février 2016 Préambule : Par arrêté préfectoral n 973051 du 19 décembre 1997, le Syndicat départemental d Electricité

Plus en détail

Rapport d activité 2013

Rapport d activité 2013 Rapport d activité 2013 édito Dominique Lecomte Président de la CCI des Côtes d Armor Plus que jamais au service de notre territoire Favoriser l émergence de nouveaux projets, mettre en œuvre les accompagnements

Plus en détail

LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LA GUYANE

LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LA GUYANE OFFICE DU TOURISME de KOUROU (population : 25 971 habitants) Compte administratif de 2015 et budget primitif de 2016 (Etablissement en plan de redressement) Article L. 1612-14, 2 e alinéa, du code général

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES OUTRE-MER Décret n o 2014-483 du 13 mai 2014 relatif aux conseils maritimes ultramarins et aux documents stratégiques de bassin maritime NOR

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION NATIONALE «OPHTABUS»

STATUTS DE L ASSOCIATION NATIONALE «OPHTABUS» STATUTS DE L ASSOCIATION NATIONALE «OPHTABUS» ARTICLE 1 - DENOMINATION La dénomination est : Association Française pour le Dépistage et la Prévention des Maladies de la Vision dite : «OPHTABUS National»

Plus en détail

STATUTS DE L ECOLE DE JOURNALISME ET DE COMMUNICATION D AIX-MARSEILLE (E.J.C.A.M)

STATUTS DE L ECOLE DE JOURNALISME ET DE COMMUNICATION D AIX-MARSEILLE (E.J.C.A.M) STATUTS DE L ECOLE DE JOURNALISME ET DE COMMUNICATION D AIX-MARSEILLE (E.J.C.A.M) CREEE EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE L713-9 DU CODE DE L EDUCATION Approuvés par le Conseil de l'ejcam en

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION. Paris le

NOTE DE PRESENTATION. Paris le Direction générale de l enseignement scolaire Paris le Service de l instuction publique et de l action pédagogique Sous-direction des lycées et de la formation professionnelle tout au long de la vie Bureau

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION «L AUTRE VOIX (E) DE PERIGNAT» TITRE 1 CONSTITUTION OBJET SIEGE SOCIAL DUREE

STATUTS DE L ASSOCIATION «L AUTRE VOIX (E) DE PERIGNAT» TITRE 1 CONSTITUTION OBJET SIEGE SOCIAL DUREE STATUTS DE L ASSOCIATION «L AUTRE VOIX (E) DE PERIGNAT» TITRE 1 CONSTITUTION OBJET SIEGE SOCIAL DUREE Article 1 :constitution et dénomination. Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une

Plus en détail

MODELE DE CONVENTION PORTANT DECISION DE SUBVENTION

MODELE DE CONVENTION PORTANT DECISION DE SUBVENTION Direction de la Population Agée et des Personnes Handicapées Avril 2010 MODELE DE CONVENTION PORTANT DECISION DE SUBVENTION ENTRE Le Département de la Seine-Saint-Denis, représenté par le Président du

Plus en détail

SYNDICAT MIXTE DU PARC NATUREL REGIONAL DU LUBERON STATUTS DU SYNDICAT MIXTE

SYNDICAT MIXTE DU PARC NATUREL REGIONAL DU LUBERON STATUTS DU SYNDICAT MIXTE SYNDICAT MIXTE DU PARC NATUREL REGIONAL DU LUBERON STATUTS DU SYNDICAT MIXTE Adoptés par le Comité syndical du 9 juillet 2007 à Gargas 1 ARTICLE 1 CREATION DU SYNDICAT Conformément aux articles L.333-1

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA COMMISSION PARITAIRE LOCALE. Le règlement intérieur est adopté et modifiable à la double majorité de chacun des collèges.

REGLEMENT INTERIEUR DE LA COMMISSION PARITAIRE LOCALE. Le règlement intérieur est adopté et modifiable à la double majorité de chacun des collèges. REGLEMENT INTERIEUR DE LA COMMISSION PARITAIRE LOCALE Préambule Conformément au statut (cf. Art. 55) du personnel validé selon l arrêté du 06 janvier 2009 dans sa version actualisée de mai 2011 paru au

Plus en détail

Espace rue de Pied de Fond Niort N RNA : W STATUTS modifiés après AG du 12 mai 2016

Espace rue de Pied de Fond Niort N RNA : W STATUTS modifiés après AG du 12 mai 2016 Espace 224 2-4 rue de Pied de Fond - 79000 Niort N RNA : W792004582 STATUTS modifiés après AG du 12 mai 2016 Les membres fondateurs : La Mutuelle Assurance des Commerçants et Industriels de France et des

Plus en détail

MINISTERE AUPRES DE LA PRESIDENCE CHARGE DES MINES ET DU PETROLE

MINISTERE AUPRES DE LA PRESIDENCE CHARGE DES MINES ET DU PETROLE MINISTERE AUPRES DE LA PRESIDENCE CHARGE DES MINES ET DU PETROLE ---------------- DECRET N 2015-439 Définissant les statuts de l Institut de Gemmologie de Madagascar LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR de L ASSOCIATION

REGLEMENT INTERIEUR de L ASSOCIATION REGLEMENT INTERIEUR de L ASSOCIATION adopté par le Conseil d administration le 15 mars 2014 1 SOMMAIRE TITRE I : SUR LES MEMBRES... 2 TITRE II : SUR LES ASSEMBLEES GENERALES... 3 TITRE III : FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Règlement intérieur du Comité Technique placé auprès du CDG21

Règlement intérieur du Comité Technique placé auprès du CDG21 Règlement intérieur du Comité Technique placé auprès du CDG21 Préambule : le présent règlement intérieur a pour objet de fixer, dans le cadre des lois et règlements en vigueur, les conditions de fonctionnement

Plus en détail

Pluralys. Statuts. L accompagnement social au quotidien. ex-fnass

Pluralys. Statuts. L accompagnement social au quotidien. ex-fnass Pluralys ex-fnass L accompagnement social au quotidien Statuts Pluralys - Siège social : 12 Rue de Cambrai - CS 80011-59046 Lille CÉDEX Tél : 03.20.12.81.12 - Fax : 03.20.12.81.10 - contact@pluralys.fr

Plus en détail