1. faire l objet d une inscription à l ordre du jour de la plus proche réunion de l assemblée ;

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. faire l objet d une inscription à l ordre du jour de la plus proche réunion de l assemblée ;"

Transcription

1 Le Président Rennes, le 12 avril 2012 Monsieur Dominique Lecomte Président de la chambre de commerce et d industrie des Côtes d Armor Rue Guernesey BP Saint-Brieuc Cedex 1 Par lettre du 2 février 2012, j'ai porté à votre connaissance le rapport d'observations définitives de la chambre régionale des comptes sur la gestion des exercices 2005 et suivants de votre établissement. Ce rapport a également été communiqué, pour ce qui le concerne, à votre prédécesseur. Votre réponse, parvenue à la chambre dans le délai d'un mois prévu par les articles L et R du code des juridictions financières, est jointe au rapport d observations définitives pour constituer avec lui un document unique qui vous est notifié ci-après. En application des dispositions de l article R du code des juridictions financières, il vous appartient de transmettre ce rapport et la réponse jointe à l assemblée délibérante. Conformément à la loi, l ensemble doit : 1. faire l objet d une inscription à l ordre du jour de la plus proche réunion de l assemblée ; 2. être joint à la convocation adressée à chacun de ses membres ; 3. donner lieu à débat. Vous voudrez bien retourner au greffe de la chambre l imprimé joint afin d informer la juridiction de la tenue de la prochaine réunion de l assemblée délibérante. Après cette date, en application des dispositions de l article R du code des juridictions financières, le document final sera considéré comme un document administratif communicable à toute personne en faisant la demande, dans les conditions fixées par la loi n du 17 juillet 1978 modifiée. Enfin, je vous précise qu'en application des dispositions de l'article R du même code, le rapport d'observations définitives et la réponse jointe sont transmis au préfet et au directeur départemental des finances publiques. Michel RASERA Conseiller maître à la Cour des comptes 3, rue Robert d Arbrissel CS RENNES CEDEX - Tél : Télécopie :

2 SOMMAIRE 1 PRESENTATION GENERALE DE LA CCIT DES COTES D ARMOR 6 2 LE FONCTIONNEMENT INSTITUTIONNEL DE LA CCIT DES COTES D ARMOR Le règlement intérieur L assemblée générale Le bureau Les commissions Organisation financière 12 3 LE POIDS FINANCIER DES CONCESSIONS PORTUAIRES DANS LES COMPTES DE LA CCIT Les concessions portuaires Les comptes de résultat de la CCIT Une situation financière qui ne permet pas néanmoins de réaliser des investissements importants 19 4 L EXPLOITATION DES PORTS DE PECHE La gestion des ports de pêche depuis Les comptes de résultat des ports de pêche La redevance sur la valeur des produits de la pêche débarqués ou redevance d équipements des ports de pêche (REPP) La redevance d usage des halles à marée ou taxe de criée Les revenus liés à l occupation du domaine public La gestion des bacs à marée L exonération des impôts locaux sur les activités portuaires Les charges de transport des produits débarqués à Roscoff La gestion du personnel portuaire 55 5 LES PERSPECTIVES POUR LA CCIT DES COTES D ARMOR La question du renouvellement de la concession départementale La question du remboursement des emprunts La question du périmètre du futur appel d offres et les conséquences pour la CCIT 59 2/75

3 Chambre de commerce et d industrie territoriale des Côtes d Armor OBSERVATIONS DEFINITIVES DE LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BRETAGNE Exercices 2005 et suivants La chambre régionale des comptes de Bretagne a procédé, dans le cadre de son programme de travail, au contrôle des comptes et à l examen de la gestion de la chambre de commerce et d industrie territoriale (CCIT) des Côtes d Armor à compter de l exercice Ce contrôle a été ouvert par lettre du 17 janvier L entretien préalable prévu par l article L du code des juridictions financières a eu lieu le 9 juin 2011 avec M. LECOMTE, président depuis le 20 décembre 2010 et le 23 juin 2011 avec M. DAHER, ordonnateur entre le 1 er janvier 2005 et le 20 décembre Lors de sa séance du 15 septembre 2011, la chambre a formulé des observations provisoires qui ont été adressées le 26 octobre 2011 à M. Dominique LECOMTE, président de la CCIT des Côtes d Armor, ainsi que, pour celles le concernant, à M. Alain DAHER, ancien président de la CCIT des Côtes d Armor. Des extraits ont été également adressés aux tiers mis en cause. Après avoir examiné les réponses écrites et entendu à sa demande M. Dominique LECOMTE, président de la CCIT des Côtes des Côtes d Armor, la chambre, lors de sa séance du 2 février 2012 a arrêté ses observations définitives. 3/75

4 Résumé La chambre de commerce et d industrie territoriale (CCIT) des Côtes d Armor a, outre des missions classiques de représentation du monde de l entreprise, la moitié de son activité axée sur la gestion d infrastructures portuaires pour le compte du département. Le fonctionnement des différentes instances de la CCIT est globalement satisfaisant. Celui de la commission de prévention des conflits d intérêt qui était perfectible a été récemment amélioré avec le nouveau règlement intérieur adopté le 28 novembre La CCIT assure actuellement la gestion de 17 ports dont huit ports de pêche par le biais d une concession du département qui date de 1985 et d une autre concession spécifique au port de pêche de St Quay qui date de Sur l ensemble de la période contrôlée les résultats des concessions portuaires sont en grande partie corrélés avec la seule activité pêche de la CCI. La pêche dont l activité est relativement stable depuis cinq ans ne représente toutefois plus en 2010 que 56% du chiffre d affaires de l ensemble des ports contre 74% en En revanche, l activité liée à la plaisance est passée de 6 à 23% du chiffre d affaires sur la même période, notamment depuis la mise en service du port de St Cast. Le cahier des charges de la concession départementale prévoyait que la CCIT était responsable de l ensemble des investissements portuaires. Toutefois, l équilibre financier précaire des concessions a dès 1999 conduit le concédant et la CCIT à signer une charte dans laquelle il était précisé que le département serait désormais maître d ouvrage des investissements les plus importants. Cette modification substantielle du contrat initial n a pas été rédigée comme un avenant et n a pas été soumise au contrôle de légalité. Depuis cette date, les opérations les plus importantes ont été réalisées sous la direction et avec l appui financier déterminant du département, comme l extension du port d Erquy en La contribution de la CCIT s est bornée au versement de fonds de concours pour environ 10% du coût de chacune de ces opérations. Le port de pêche de St Quay a été réalisé sous maîtrise d ouvrage de la CCIT dans le cadre d une sous-concession distincte de la concession départementale, mais a été financé avec des avances notamment du département et de la commune qui ont couvert la quasi-totalité des charges de remboursement des emprunts les 15 premières années. Aujourd hui, l exploitation du port de St Quay ne permet pas le remboursement de ces avances qui représentent une dette de 8,2 M. La chambre relève ainsi que les concessions gérées par la CCIT sont d abord des concessions d exploitation dont l activité ne permet pas le financement des investissements d infrastructures portuaires. En plus des investissements portuaires réalisés depuis trente ans sous l impulsion du département pour améliorer l accueil des bateaux, l organisation des trois halles à marée avec un centre administratif unique qui permet une optimisation des moyens de soutien, le développement des ventes à distance, les moyens routiers mis à disposition des pêcheurs pour aller chercher les produits débarqués dans des lieux de débarquements parfois éloignés, l ensemble des services apportés aux pêcheurs ont permis aux halles à marée gérées par la CCIT des Côtes d Armor d atteindre en 2010 le quatrième rang national tant en valeur qu en tonnage débarqué. 4/75

5 Une partie des recettes des criées provient de la redevance d équipements des ports de pêche (REPP) qui est assise sur la valeur des produits de la pêche. La REPP pour les achats sous les halles à marée a été perçue jusqu en 2011 directement par les services de la CCIT alors qu elle devrait être perçue par l administration des douanes. Cette procédure non-conforme avec la réglementation a été modifiée en octobre 2011 avec la nomination d agents de péage assermentés. Pour les ventes de gré à gré de la REPP qui est perçue directement par les douanes relève d un régime déclaratif qui est plus difficile à contrôler, faute notamment d informations suffisantes communiquées à la CCIT. Par ailleurs, le débarquement fréquent de navires costarmoricains à Roscoff implique un partage de la REPP avec la CCIT de Morlaix et donc une perte de recettes pour la CCIT des Côtes d Armor. La chambre souligne à ce sujet que le calcul de la REPP pour les produits débarqués à Roscoff et vendus sous les halles à marée costarmoricaines n est pas conforme à la réglementation. Si l exploitation des ports de pêche apparaît équilibrée, la chambre constate que la CCIT propose des services comme l acheminement par camion du poisson débarqué à Roscoff vers les criées de St Quay et d Erquy qui ne sont pas facturés aux usagers. De même, certaines charges devraient être minimisées comme la gestion des bacs dont le coût de renouvellement d une partie du stock a représenté 443 K entre 2005 et La chambre ne mésestime pas les difficultés pour contrôler les flux des bacs entre les bateaux et les acheteurs afin de diminuer les pertes. Elle encourage la CCIT à chercher des solutions nouvelles avec l ensemble des organismes gestionnaires de ports de pêche bretons soumis aux mêmes difficultés. La concession de 1985 devait être renouvelée en Toutefois deux avenants successifs à l initiative du concédant l ont prolongée jusqu au 31 décembre La question du périmètre du futur appel d offres se pose. Une des hypothèses serait de fondre la sous-concession de St Quay dont le terme est normalement 2038 avec celle de la concession départementale et de n avoir plus qu une concession correspondant à l activité pêche. Dans le cas contraire, le risque existe d avoir après 2013, deux concessionnaires pour une activité actuellement gérée par la seule CCI. La fin de la sous-concession de St Quay n est pas sans poser d autres difficultés pour la pérennité de l équilibre de la gestion du port de St Quay avec la seule activité de plaisance. 5/75

6 1 Présentation générale de la CCIT des Côtes d Armor La chambre de commerce et d industrie territoriale (CCIT) des Côtes d Armor est l une des sept chambres de commerce et d industrie territoriales de la région Bretagne. Elle est compétente sur l ensemble du département des Côtes d Armor. Institution à vocation économique, la CCIT des Côtes d Armor est un établissement public de l Etat qui, conformément à l article L du code de commerce, a en sa «qualité de corps intermédiaire de l'etat, une fonction de représentation des intérêts de l'industrie, du commerce et des services auprès des pouvoirs publics ou des autorités étrangères». Depuis la réforme issue de la loi n du 23 juillet 2010 qui a notamment pour objet de renforcer la gouvernance du réseau consulaire au niveau régional, la CCIT des Côtes d Armor est rattachée depuis le 1 er janvier 2011 à la CCI de la Région Bretagne. Elle est également depuis cette date placée sous la tutelle du Préfet de région, représentant le Ministère chargé de l industrie et le Ministère chargé des PME, du Commerce et de l Artisanat. Le vote du budget est désormais soumis à l accord de la CCI de région. La gestion du personnel consulaire sera rattachée à compter du 1 er janvier 2013 à la CCI de région. En revanche, les concessions et leurs personnels demeurent gérés par la seule CCIT des Côtes d Armor. La CCIT a son siège situé à St Brieuc, et possède des antennes à Lannion, Dinan et Loudéac. Elle compte ressortissants dont entreprises du secteur du commerce, entreprises du secteur de l industrie et entreprises du secteur du service. Le montant des bases d imposition de taxe professionnelle 2009 s élevait à Les effectifs totaux de la CCIT s élevaient au 31 décembre 2010 à 187, dont 146 en année pleine et 41 en année partielle, dont 36 CDD. Les effectifs relevant de la seule convention «verte» spécifique aux ports s élevaient à 65 et ceux relevant du statut à 82. La CCIT employait également quatre CDI de droit privé. Outre ses missions classiques relatives aux aides au développement des entreprises et des territoires, la CCIT des Côtes d Armor gère plusieurs équipements ou services publics dans le cadre de concessions ou de délégations de service public et notamment : - l aéroport de St Brieuc via un syndicat mixte dont elle est partie prenante ; - les ports de commerce départementaux (Tréguier, Lézardrieux, Pontrieux et Le Légué) ; - huit ports de pêche (Locquémeau, Paimpol, Loguivy de la mer, Pors Even, St Quay- Portrieux, Dahouët, Erquy, St Cast) avec notamment trois halles à marée ; - deux ports à passagers (Bréhat et l Arcouest) ; - trois ports de plaisance (St Cast, St Brieuc-Le Légué, Pontrieux) ; - deux plates-formes de réparation navale (le Légué et Kerpalud) ; - la barge de ravitaillement de l Ile de Bréhat. 2 Le fonctionnement institutionnel de la CCIT des Côtes d Armor 2.1 Le règlement intérieur Le règlement intérieur de la CCIT a été revu en 2011 afin de prendre en compte les modifications apportées par la loi du 20 juillet Par ailleurs, la nouvelle version qui a été adoptée par l assemblée générale de la CCIT le 28 novembre 2011, a pris en compte plusieurs des observations formulées par la chambre sur le fonctionnement des différentes instances de la CCIT. 6/75

7 2.2 L assemblée générale Les attributions de l assemblée générale lors de la mandature L article 2.1 du règlement intérieur applicable pendant la mandature stipulait que l assemblée générale était l instance délibérante de la CCIT et que ses décisions prenaient la forme de délibérations. Elle avait à connaître toutes les questions qui relèvent des attributions de la CCIT. La chambre constate que l assemblée générale a respecté l ensemble de ses attributions, a délibéré sur l ensemble des domaines relevant de la compétence de la CCIT et notamment sur l approbation des budgets primitifs, rectificatifs et réalisés ainsi que sur la fixation des tarifs appliqués à la CCIT. L article 2.20 du règlement intérieur stipulait que l assemblée générale devait présenter, dans les six premiers mois de chaque année, un rapport d activités de l exercice précédent qui devait être adressé au représentant de l Etat dans le département. Sur l ensemble des procès-verbaux des assemblées générales sur la période 2005 à 2010, la chambre n a relevé aucune trace d une présentation d un rapport d activité de l année précédente. Il existait certes un rapport d activités édité sous forme de brochure, mais aucune mention de débat autour de ce rapport ne figure dans les procès-verbaux d assemblé générale. Par ailleurs aucun rapport annuel sur les marchés n a été présenté en 2010 aux élus, contrairement à ce que prévoit le règlement intérieur. La CCIT informe les élus par le biais d une mise en ligne sur internet des marchés passés, mais il n y a pas d information particulière au cours des assemblées générales Le fonctionnement de l assemblée générale lors de la mandature Par arrêté préfectoral du 6 juillet 2004, le nombre de membres élus de la CCIT des Côtes d Armor avait été fixé à 50. L assemblée a été élue en novembre 2004 pour une période de cinq ans conformément à l article L du code du commerce. Dans le cadre de la mise en place de la réforme des CCI, la loi du 22 juillet 2009 avait autorisé le report des élections jusqu à une date qui n excède pas le terme de l année La composition des élus était la suivante : 16 représentants pour le collège «commerce», 18 pour le collège «industrie» et 16 représentants pour le collège «services». Aux membres titulaires, qui seuls ont voix délibérative, s ajoutent 25 membres associés, qui ont voix consultative et 18 conseillers techniques, ne disposant que d un rôle consultatif. Par arrêté préfectoral du 20 août 2010, la répartition entre les trois collèges a légèrement évolué. Le collège «commerce» a ainsi perdu globalement un siège au profit du collège «services». La répartition des sièges au sein de chaque collège entre les entreprises de moins de dix salariés et celles ayant plus de dix salariés a également légèrement évolué. Toutes les délibérations prises par l assemblée générale au cours de la mandature ont été prises alors que le quorum était atteint. Toutefois, la chambre observe que le taux de participation qui a atteint 74% lors de la première assemblée générale, a rapidement diminué pour s approcher des 50%. A partir de juin 2006, le taux de participation n a en effet jamais dépassé 58% des membres en exercice ce qui est relativement faible. La chambre constate par ailleurs que l article 2-9 du règlement intérieur qui prévoyait que l assemblée générale avait lieu en séance ordinaire quatre fois par an suivant un calendrier établi chaque année, n a pas été respecté en 2009 où seules trois séances ont été organisées. 7/75

8 2.3 Le bureau L article 3.12 du règlement intérieur précisait que le bureau devait assister le président, préparer l assemblée générale et notamment son ordre du jour. Il devait arrêter le projet de budget de la CCIT et recueillir l avis de la commission des finances, avant qu il ne soit soumis à l assemblée générale. Il veillait à l exécution des délibérations de l assemblée générale dans les conditions prévues. L article 3.1 du règlement intérieur prévoyait que le bureau était composé d un président, de quatre vice-présidents, d un trésorier, d un trésorier-adjoint, d un secrétaire, d un secrétaire-adjoint et de cinq vice-présidents délégués. Le quorum requis était fixé au tiers des membres du bureau. Les décisions du bureau étaient acquises à la majorité de ses membres présents conformément à l article 3-11 du règlement intérieur. La chambre constate que sous la mandature , la composition du bureau à la suite de l assemblée générale du 29 novembre 2006 ne comprenait que quatre vice-présidents délégués et non cinq comme le prévoyait le règlement intérieur. Depuis 2011 et la nouvelle mandature, le bureau est composé à nouveau de cinq vice-présidents adjoints. L article 3.6 du règlement intérieur stipulait par ailleurs que le bureau devait se réunir en séance ordinaire entre deux assemblées générales, autant de fois que nécessaire. La chambre souligne le dynamisme du bureau qui s est réuni pendant la période plus d une vingtaine de fois chaque année. 2.4 Les commissions La CCIT était composée sous la mandature des quatre commissions réglementaires (finances, prévention des conflits d intérêts, commission paritaire locale Convention blanche, commission paritaire locale Convention verte) ainsi que de 21 commissions d études ou de gestion, dont une commission «pêche». L article du règlement intérieur prévoyait que tout membre élu ou associé devait faire partie d au moins une commission. M. X membre titulaire, a démissionné de ses fonctions de vice-président de la CCIT et de président d une commission le 3 avril 2006, mais il est resté membre titulaire. Il n a siégé à aucune commission, par la suite ce qui était contraire au règlement intérieur La commission consultative des marchés (commission d appel d offres avant le 31 mars 2009) L article 10.2 du règlement intérieur stipulait que la commission consultative des marchés a pour mission d examiner, préalablement à toute signature, les marchés d études, de travaux et de fournitures de l ensemble des services. Le seuil d intervention de la commission est fixé à /75

9 En plus du règlement intérieur, la CCIT avait mis en place une procédure pour les achats, qui allait au-delà des dispositions du code des marchés publics dans sa version Ainsi, la CCIT prévoyait un avis public à concurrence inséré dans la plate forme de dématérialisation des marchés publics pour les prestations évaluées entre HT et HT. Dès d achats, la procédure prévoyait, outre la publication de l annonce sur la plate forme de dématérialisation, une communication dans un journal d annonces légales ou dans un organe de presse spécialisé adapté au secteur concerné, ainsi que le recours obligatoire à la commission consultative des marchés. Audelà de HT, la procédure d appel d offre du code des marchés publics devait être strictement appliquée. Le nombre des membres de la commission consultative des marchés était fixé à au moins cinq membres élus selon le règlement intérieur. La commission était composée d un président, de quatre membres titulaires et quatre membres suppléants dont trois élus apparaissant dans la liste des membres titulaires de la CCIT et un membre dont le nom ne figurait pas parmi les membres titulaires. Le quorum étant fixé à un tiers conformément à l article du règlement intérieur, la chambre constate que le quorum était de fait fixé à deux. Or, le même article prévoyait qu en cas de partage des voix, celle du président était prépondérante, ce qui signifie que le président pouvait dans certains cas décider seul. Dans les faits, la commission a toujours délibéré avec trois membres au minimum. La chambre constate que dans le nouveau règlement intérieur adopté le 28 novembre 2011, il est stipulé que la commission délibère désormais avec un minimum de trois membres. L article du règlement intérieur prévoyait que les réunions étaient organisées en fonction des dossiers à examiner. Celles-ci n avaient donc pas une périodicité arrêtée. Le nombre de réunions sur les années 2005 à 2010 a varié entre 9 en 2010 et 16 en La commission des finances Le nombre des membres de la commission des finances était fixé à au moins trois membres élus à l exclusion de tout autre. Ces membres ne comprenaient ni le président, ni le trésorier, ni leurs délégataires. La composition de la commission des finances sur la période était conforme aux dispositions du règlement intérieur. L article du règlement intérieur précisait par ailleurs que la commission des finances devait se réunir au moins deux fois par an pour examiner d une part le budget prévisionnel, d autre part le budget exécuté. Cette disposition a été respectée les années 2005, 2006, 2007, 2008 et Par contre, elle ne s est réunie qu une fois en 2009 en raison de la réforme de la taxe professionnelle qui a de fait décalé la date d adoption du budget primitif 2010 à mars 2010 (et non novembre 2009). Le quorum étant fixé à un tiers dans le règlement intérieur, le président pouvait donc siéger en théorie seul. La chambre constate que néanmoins dans le nouveau règlement intérieur adopté le 28 novembre 2011, il est stipulé que la commission est composée de cinq membres et doit délibérer désormais avec un minimum de trois membres. 9/75

10 2.4.3 La commission de prévention des conflits d intérêts Le contexte réglementaire La circulaire du 9 août 1999 diffusée dans le bulletin officiel du secrétaire d Etat à l industrie du 10 août 2000 a recommandé l institution, au sein des CCIT, d une «commission de prévention des conflits d intérêts destinée à examiner et à donner un avis sur toute situation susceptible de créer un conflit d intérêt entre la chambre et l un de ses membres. La commission statue à la demande de tout membre de la chambre ou d office. Elle rend un avis motivé sur l existence ou non d un conflit d intérêts et préconise, en cas d existence d un tel conflit, au membre concerné de s abstenir de traiter avec la chambre. L avis doit viser la déclaration d intérêts sur la base de laquelle il a été rendu.». La chambre constate que le règlement intérieur de la CCIT des Côtes d Armor, dans son chapitre 13, prévoyait effectivement l existence d une commission de prévention des conflits d intérêts. Celle-ci devait examiner et donner un avis sur toute situation susceptible de créer un conflit d intérêts entre la chambre et l un de ses membres. Cet avis devait être transmis par écrit au Président de la CCIT et à l intéressé par lettre recommandée avec accusé de réception. Ces avis devaient ensuite être consignés dans un registre (article 13-6 du règlement intérieur) Le fonctionnement de la commission de prévention des conflits d intérêt La commission de prévention des conflits d intérêt s est effectivement réunie au moins une fois par an sur la période , et s est attardée à la fois sur les déclarations d intérêts des élus et sur les marchés passés par la CCIT avec des élus. La commission s assurait que toutes les déclarations d intérêts étaient à jour et en rendait compte à l assemblée générale conformément à l article du règlement intérieur qui reprenait les dispositions de la circulaire du 9 août Il était ainsi fait obligation aux membres élus de déclarer, dans le mois qui suivait leur élection, l ensemble des intérêts qu ils détenaient à titre personnel directement ou indirectement dans toute forme d activité économique et sociale ainsi que les intérêts détenus directement ou indirectement par leur conjoint non séparé de corps et leurs enfants mineurs non émancipés. Toutes les déclarations étaient mises à jour chaque année et devaient être conservées dans un registre spécial. L examen de ce dernier par la chambre n appelle pas d observations particulières. Tous les membres élus avaient notamment, contrairement à ce qui avait été constaté lors du dernier contrôle, déclaré leurs intérêts dans la période Certains membres ou personnes proches conjoint ou enfant - ont contracté avec la CCIT au cours de la période. La commission de prévention des conflits d intérêts (sauf dans le cas d une autorisation d occupation temporaire -AOT-) a effectivement bien examiné tous ces contrats, mais toujours a posteriori. La conclusion de ces commissions était toujours identique : «il n existe pas d anomalie de nature à révéler des conflits d intérêts». En effet, la CCIT considérait que dès lors que les procédures de marchés publics avaient été respectées, il ne pouvait y avoir de conflits d intérêts, que les titulaires des marchés soient membres ou non de la CCIT. 10/75

11 Le rôle de la commission est normalement d examiner chaque situation et de déterminer les cas dans lesquels il lui paraît qu un membre de la CCIT est susceptible de se trouver en conflit d intérêt et de l inviter alors de s abstenir de traiter avec elle. Or, sur toute la période contrôlée, la commission de prévention des conflits d intérêts est toujours intervenue a posteriori, en n examinant que des marchés déjà signés, voire exécutés, y compris les marchés passés avec des membres élus. Le règlement intérieur ne prévoyant pas de sanction particulière en cas de situation avérée de conflit d intérêt après signature d un contrat, le rôle de la commission paraissait donc mal défini. La chambre constate que le fonctionnement de la commission de prévention des conflits d intérêts de la CCIT pendant la période , en s interdisant de donner a priori un avis contraire à un contrat entre la CCIT et l un de ses membres, n a pas respecté l esprit de la circulaire du 9 août Par ailleurs, le respect de la procédure des marchés est nécessaire mais n est pas suffisant. Il s agit en effet également de s assurer que le membre élu qui contracte avec la chambre ou quelqu un qui lui serait proche n a pas eu à traiter de l opération en amont du marché, dans la définition notamment du cahier des charges. L article du Code Pénal qui définit la prise illégale d intérêts interdit en effet à un membre élu de prendre part à une opération dont il a, à un moment ou à un autre, eu la charge d assurer la surveillance ou l administration. Enfin, la commission de prévention des conflits d intérêts n étudiait pas les AOT du domaine public maritime. Or la signature d une AOT par la CCIT avec l un de ses membres ou quelqu un qui lui serait proche conjoint ou enfant - correspond à une situation susceptible de créer un conflit d intérêt. Dans sa réponse, la CCIT précise que le nouveau règlement intérieur adopté par l assemblée générale le 28 novembre 2011 et en attente d homologation par l autorité de tutelle début 2012, prend en compte partiellement l observation de la chambre. L article 109 précise en effet que «le président de la commission consultative des marchés doit saisir la commission [de prévention des conflits d intérêt] lorsqu un membre est candidat à un marché qu elle examine». Les projets de marché seront donc examinés par la commission de prévention des conflits d intérêt avant signature, ce qui constitue un progrès important. Toutefois, le règlement intérieur n impose pas le passage devant la commission des projets de contrats d AOT lorsque le bénéficiaire est membre de la CCIT. Il ne définit pas non plus le rôle de la commission dans l examen de l environnement dans lequel un membre élu a pu contracter avec la CCIT, qui dépasse le cadre de la seule procédure de passation des marchés L absence de rapport particulier La circulaire du 9 août 1999 préconise la rédaction d un rapport sur toute opération réalisée par la CCIT intéressant de quelque manière que ce soit un de ses membres. Ce rapport doit contenir les indications suivantes : - Nature et étendue des besoins satisfaits ou motifs de l opération ; - Economie générale de l opération, montant ; - Déroulement de la procédure suivie pour définir et matérialiser cette opération ; - Mention de l avis éventuellement rendu par la commission de prévention des conflits d intérêts ; - Mention de la suite donnée à cet avis par le membre concerné. 11/75

12 Ce rapport doit être déposé dans un registre spécial tenu au sein de la CCIT afin de pouvoir être communiqué à toute personne ayant un intérêt légitime à en connaître et qui en fait la demande écrite. La chambre constate que ce registre spécial n existait pas à la CCIT des Côtes d Armor, alors que chaque année sur la période 2005 à 2010 plusieurs marchés ou contrats ont été passés avec des élus. C est le cas par exemple d un membre élu qui avait contracté avec la CCIT pour un total de sur la période dont un marché d entretien des installations de pompage de l eau de mer à Erquy et St Quay pour un montant total de , ou d un autre membre élu qui avait facturé à la CCIT 336 factures de traitement des déchets pour un total de ,66 et une facture en 2007 de ,9 TTC relative à la démolition d un bâtiment au Légué. Enfin, un élu, alors qu il était membre du bureau et membre suppléant de la commission consultative des marchés, avait obtenu, par décision de la dite commission du 11 janvier 2010, un lot «gros œuvre» pour le marché relatif à la capitainerie de St Cast pour un montant de Cet élu n avait certes pas participé à la décision de la commission sur le marché le concernant. Néanmoins, la chambre considère que la CCIT devrait faire preuve de prudence à mieux respecter à l avenir ses obligations en rédigeant notamment des rapports particuliers comme le préconise la circulaire du 9 août Dans sa réponse, la CCIT indique que le nouveau règlement intérieur adopté par l assemblée générale de la CCIT le 28 novembre 2011 actuellement en cours d homologation par la tutelle prend en compte l obligation de rédaction de ces rapports particuliers ainsi que la mise en place d un registre spécial. 2.5 Organisation financière L organisation comptable Conformément aux règles budgétaires, comptables et financières définies par l arrêté du 26 décembre 1991, la comptabilité de la CCIT des Côtes d Armor est divisée en cinq services budgétaires qui recouvrent chacun une activité définie : - le service général (administration générale, CFE, assistance aux entreprises) ; - le service «formation» ; - le service «divers» ; - le service «aménagement» ; - le service «ports». 12/75

13 La présentation des comptes consolidés par la CCIC donne la situation suivante : (en euros) Var % Produits ,6% dont Service général ,8% dont Service formation ,9% dont Service aménagement NS dont service divers ,8% dont service ports ,2% Correction mouvements interservices (*) ,6% Charges ,5% Résultat ,0% Marge (1-2)/1 0,6% 2,7% -1,9% -3,9% 0,0% 2,7% (*) Le montant des produits consolidés est inférieur à la somme des services budgétaires qui le composent. La partie de l activité d un service qui est liée à un autre service («mouvements inter services») est en effet «neutralisée» dans les chiffres consolidés. Le service budgétaire «ports» est lui-même divisé en cinq sections comptables, «concession portuaire départementale», «Barge de Bréhat», «Nouveau port de St Quay», «Sous traité de St Cast Plaisance» et «la DSP de St Cast Plaisance» Les délégations de signature à la CCIT des Côtes d Armor Conformément à l article 49 du décret n du 18 juillet 1991, modifié par décret n du 21 juin 2004 qui prévoit expressément que le règlement intérieur fixe : «Les conditions dans lesquelles le président et le trésorier peuvent déléguer leur signature à d autres membres élus et le cas échéant, au directeur général, ou sur sa proposition, à d autres agents permanents de la chambre», le règlement intérieur de la CCIT des Côtes d Armor prévoit dans une annexe un ensemble de délégations de signature du président et du trésorier en matière de gestion de ressources humaines, de relations avec l extérieur ou encore en matière budgétaire et comptable. L examen de ces délégations n appelle pas d observations de la part de la chambre. Parmi les délégations du président relatives à la mandature , la chambre souligne l absence de délégation du président pour la signature des contrats AOT, pour les actes de la vie civile liés aux procédures judiciaires, aux règlements des litiges et aux baux, pour l engagement des dépenses d investissement supérieures à HT, pour les baux immobiliers et les états des mandatements de recettes et de dépenses. De même, le trésorier n a donné aucune délégation s agissant de la gestion de la trésorerie et des états des mandatements de recettes et de dépenses. 13/75

14 2.5.3 Les régies Conformément à la circulaire n 1111 de 1992 et au règlement intérieur, des régies limitées dans leur objet et leur montant ont été instituées par le Président, avec l accord du trésorier, pour permettre d encaisser des recettes et d engager des dépenses de faible importance urgentes ou répétitives. Le montant maximum de ces régies d avance est de 75 sauf pour les criées où le montant maximum de l avance s élève à 150 et pour la barge de Bréhat où le montant maximum de l avance est de 100. Le montant maximum des régies de recettes est de 600 pour la caisse des services IATP. La chambre constate qu aucun arrêté n a été pris par le Président de la CCIT pour nommer les différents régisseurs. La nomination des régisseurs doit pourtant respecter un certain formalisme, en application du décret du 29 décembre 1962 portant règlement général de la comptabilité publique. Les régisseurs doivent notamment être nommés par le Président, avec l agrément du Trésorier. Dans sa réponse, la CCIT indique que cette nomination sera prochainement formalisée. 3 Le poids financier des concessions portuaires dans les comptes de la CCIT 3.1 Les concessions portuaires La CCIT des Côtes d Armor exploite un certain nombre de ports maritimes ou de services maritimes du département par le biais de 4 puis 5 concessions, sous-concessions ou délégations de service public dont deux concernent les ports de pêche La concession de 1985 et ses avenants concernant la concession portuaire départementale L article 6 de la loi n du 22 juillet 1983 relative à la répartition de compétences entre les communes, les départements, les régions et l Etat a transféré la compétence «pêche» et «commerce» des ports aux départements. Dans ce cadre, le conseil général des Côtes d Armor a concédé le 1 er août 1985 à la CCIT des Côtes d Armor, pour une durée de 25 ans, les 17 ports de pêche et de commerce (fret et passagers) autrefois propriété de l Etat. Le rôle de la CCIT était d entretenir et d exploiter les infrastructures et l outillage des ports suivants : - Le Guildo (plaisance) - St Cast (pêche) - Erquy (pêche) - Dahouët (pêche) - Le Légué (pêche et commerce) - Binic (pêche) - Portrieux (pêche) - Paimpol (pêche et commerce) - Pors Even (pêche) - Loguivy-de-la-mer (pêche) - L Arcouest (passagers) - Port Clos (passagers) - Lézardrieux (commerce) 14/75

15 - Pontrieux (commerce) - Tréguier (commerce) - Lannion (commerce) - Locquémeau (pêche). Depuis 25 ans, vingt avenants successifs ont modifié le cahier des charges de la concession. La plupart ont concerné des modifications de périmètre de la concession sur certains ports dont l activité pêche ou commerce a diminué voire disparu au profit notamment d une activité plaisance gérée le plus souvent directement par les communes et non par la CCI. C est le cas par exemple avec les avenants n 4 et 10 qui transfèrent notamment des parties du bassin n 1 à la commune de Paimpol La sous concession du nouveau port de St Quay-Portrieux Le nouveau port de St Quay-Portrieux a été concédé par le département à la commune de St Quay-Portrieux. A l époque, la partie dédiée à la plaisance avait été sous-concédée à une entreprise privée, la «Société du nouveau port de St Quai-Portrieux». La partie «pêche» du port a en revanche été sous-concédée à la CCIT des Côtes d Armor le 24 juin 1988, pour une durée de 50 ans à compter du 1 er janvier Dans ce cadre de la sous concession, il était ainsi stipulé que la CCIT des Côtes d Armor devait percevoir à la place de la commune, les différentes redevances telles que les droits de port, les redevances d équipement des ports de pêche, taxe de criée, taxes d outillage ou redevances d occupation. Depuis 1997, un syndicat mixte s est substitué à la commune comme concessionnaire. En complément de la sous-concession, une convention a été signée le 3 avril 1990 entre la CCIT des Côtes d Armor, la commune de St Quay-Portrieux et le département des Côtes d Armor. Ce document avait pour objet de définir la prise en charge par les signataires du déficit annuel prévisionnel d exploitation qui était déjà envisagé, durant les années de démarrage du nouveau port. Ce financement devait être formalisé sous forme d avances remboursables à hauteur du déficit d exploitation. Ce remboursement devait débuter dès que le port de pêche devait dégager un excédent d exploitation Les autres concessions ou délégations de service public La CCIT des Côtes d Armor gère en 2011 trois autres concessions maritimes qui ne concernent pas directement la pêche : la ligne de fret entre le continent et l Ile de Bréhat, le nouveau port de plaisance de St Cast et la concession du port de la garde dont le concédant est la commune de St Cast-le-Guildo. 15/75

16 3.2 Les comptes de résultat de la CCIT Les comptes consolidés de la CCIT sur la période (cf. annexe 1) Sur la période , les produits consolidés de la CCIT ont globalement augmenté de 46,6% et les charges de seulement 42,04%. De même, les produits d exploitation ont augmenté de 45,1% alors que les charges d exploitation n augmentaient que de 42,2%. Les produits d exploitation n ont jamais diminué même s ils ont stagné entre 2007 et De même, les charges d exploitation sont restées contenues et notamment les charges de personnel qui n ont augmenté que de 13% (salaires et charges) et dont le poids relatif dans le total des dépenses est passé de 44% en 2005 à 35% en En revanche, l année 2008 a été marquée par des charges exceptionnelles liées notamment aux difficultés de la caisse de retraite des personnels des chambres de commerce maritimes et des ports maritimes (CRP-CCMPA) qui a du transférer ses engagements auprès d un assureur privé. Un versement de la CCIT de 601 K a alors été nécessaire pour combler le sous-provisionnement constaté à cette occasion. L année 2010 s est soldée en revanche par un résultat positif de 626 K en grande partie lié à l amélioration du résultat d exploitation lui-même lié à l amélioration de la situation de la pêche après deux années particulièrement difficiles. Sur la période, la chambre constate l importance croissante des prestations facturées par la CCIT et le recul progressif de l IATP, seule ressource fiscale. Celle-ci a augmenté de 17% sur la période mais elle ne représente en 2010 que 31,3% des produits contre 36% en En revanche, le chiffre d affaires représentant l ensemble des prestations vendues par la CCIT a augmenté de 46% depuis Les ressources de la CCIT sont donc de moins en moins dépendantes de la fiscalité. Enfin l importance des investissements réalisés soit directement par la CCIT, soit dans le cadre des concessions gérées par elle se traduit par l importance des reprises sur subventions d investissements, qui ont progressé de 72% sur la période contrôlée, ainsi que par l augmentation forte des charges financières (+100%) et des dotations aux amortissements et provisions (+95%). Comptes consolidés CCIT simplifiés PRODUITS Evolution 10/05 Produits d'exploitation : ,1% dont IATP ,9% dont chiffre d'affaires net ,4% dont autres produits ,4% Produits financiers ,2% Produits exceptionnels ,1% Total produits ,6% 16/75

17 CHARGES Evolution 10/05 Charges d'exploitation ,2% dont charges de personnel ,2% Charges financières ,7% Charges exceptionnelles ,2% Participation des salariés aux résultats ,4% Impôts sur les bénéfices ,0% Total charges ,5% Résultat L importance du service portuaire dans les comptes consolidés Le service portuaire (cf. annexe 2) retrace l activité des quatre puis cinq sections comptables représentant chacune une concession ou une délégation de service public : la concession départementale (cf. annexe 3), la sous-concession de St Quay (cf. annexe 4), la DSP de la barge de Bréhat, le sous-traité de St Cast plaisance ainsi que la DSP de St Cast depuis Globalement, le service ports représente entre 49,4% du total des produits de la CCIT en 2005 et 47% en Les produits de fonctionnement Le total des produits du service «ports» a augmenté globalement de 39,2% entre 2005 et 2010 mais toutes les sections n ont pas évolué de manière uniforme. Ainsi les produits de la sousconcession de St Quay ont diminué de 3,8% et ne représentent plus que 22,7% du total des produits en 2010 contre 32,8% en Les produits de la concession départementale ont augmenté de 29,4% mais ils ne représentent plus que 58% du total des produits du service ports contre 62% en La DSP de St Cast qui n a été attribuée à la CCI qu en 2009 représente déjà 15,9% du total des produits du service ports et 23% du chiffre d affaires. Produits service ports (en ) evol 10/05 Concession départementale ,4% Sous concession St Quay ,8% DSP Barge Bréhat ,1% DSP St Cast NS Sous traité St Cast plaisance ,2% Total produits sous-comptes ,9% total moins flux interservices ,3% Total service portuaire ,2% Source : documents comptables CCIT 17/75

18 La répartition par activités ne recouvre pas exactement la répartition par concession. La concession départementale recouvre plusieurs activités tandis que par exemple l activité pêche est présente dans la concession départementale mais aussi dans la sous-concession du port de St Quay. L activité pêche décroit ainsi relativement au sein du service «ports» et passe de 74% à 56% du chiffre d affaires du service ports entre 2005 et 2010, même si dans l absolu, l activité a légèrement augmenté. C est l activité plaisance qui augmente sensiblement, tant relativement (activité quadruplée) que dans l absolu (activité quintuplée). L activité «réparation navale» qui n existait pas en 2005, n augmente plus depuis L activité «ports de commerce» a augmenté de 16% en cinq ans, mais son poids relatif a diminué légèrement. Part relative des différentes activités portuaires dans le chiffre d affaires portuaire Réparation navale 0% 1% 3% 5% 4% 4% Ports de plaisance 6% 6% 5% 5% 11% 23% Ports de commerce 20% 19% 18% 21% 21% 17% Ports de pêche 74% 74% 74% 69% 64% 56% Chiffre d'affaires 6,67 7,15 8,07 7,46 7,5 9,2 Source : rapports d activité CCIT Les charges de fonctionnement du service ports Charges sections comptables (en ) evol 10/05 Concession départementale ,0% Sous concession St Quay ,9% DSP Barge Bréhat ,1% DSP St Cast NS Sous traité St Cast plaisance ,3% Total charges sous-comptes ,1% total moins flux interservices ,3% Total service portuaire ,5% Source : budgets exécutés de 2005 à 2009 Les charges globales ont augmenté de 39,1% soit autant que les produits. Les dépenses de la concession départementale ont augmenté de 28% tandis que celles de la sous-concession de St Quay ont diminué de 4,9%. L augmentation des charges depuis 2008 est d abord liée à l augmentation des charges du nouveau port de St Cast qui représente en ,7% du total des charges contre 0% en Hors DSP de St Cast, et donc à périmètre équivalent, les charges auraient en effet diminué entre 2008 et 2010 de 16,3%, alors qu elles ont effectivement augmenté de 1,6%. Entre 2005 et 2010, l augmentation des charges n aurait été que de 14,5% contre 40,5% avec la DSP de St Cast. Les charges de personnel ont augmenté seulement de 18% sur la période. A St Quay- Portrieux, les charges salariales ont même diminué de 10,5% alors qu elles ont augmenté de 25% pour la concession départementale. Les effectifs des halles à marée sont en effet adaptés au nombre de navires hauturiers stationnés sur un port et si celui-ci diminue, comme à St Quay-Portrieux entre 2007 et 2009, le nombre de personnels évolue à la baisse. 18/75

19 Les charges financières liées aux investissements importants consentis sur l ensemble des ports du département ces dernières années ont augmenté de 91% sur la période et représentent 5,6% du total des charges en 2010 contre 4,1% en Le montant important des charges en 2008 s explique notamment par une charge exceptionnelle de 601 K liée au transfert de ses engagements en matière de retraite complémentaire vers un organisme assureur classique. Cette démarche a été entreprise après la défaillance de la caisse de retraite des personnels des chambres de commerce maritimes et des ports maritimes (CRP-CCMPA). Par ailleurs, l extension du port d Erquy a occasionné la destruction d un môle et d un quai dont la valeur comptable nette des subventions d investissement de 390 K a été comptabilisée en charge exceptionnelle en Les charges du service ports représentent en ,4% du total des charges de la CCIT contre 49,1% en Le résultat de fonctionnement du service ports Résultat sections comptables evol 10/05 Concession départementale ,1% Sous concession St Quay ,3% DSP Barge Bréhat ,5% DSP St Cast NS Sous traité St Cast plaisance ,9% Total résultat Le résultat du service ports s est brusquement dégradé à partir de 2007, en raison notamment du résultat des deux principales concessions, la concession départementale et la sousconcession de St Quay. Le résultat de 2008 de 1,129 M s explique notamment par les charges exceptionnelles, notamment la destruction d ouvrages qui n étaient pas totalement amortis lors de la construction du nouveau port d Erquy et la contribution de la CCIT qui a été demandée lors de la transformation de la caisse de retraite des personnels des CCI maritimes en institution de gestion de retraite supplémentaire. Ce résultat s explique, aussi dans une moindre mesure par la chute des apports sous criée en 2008 par rapport à Sur la période, les recettes du service ports ont représenté la moitié du total des recettes de la CCIT. Il en est de même des dépenses. 3.3 Une situation financière qui ne permet pas néanmoins de réaliser des investissements importants Le bilan consolidé de la CCIT retrace la part importante des aides extérieures pour le financement des investissements. Ces apports extérieurs sous forme de subventions d investissements ou d apports gratuits du concédant sont particulièrement importants dans le bilan du seul service «ports» qui représente près de 85% du bilan consolidé. 19/75

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ADMINISTRATION

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ADMINISTRATION MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS _ ADMINISTRATION Administration centrale Arrêté du 4 juillet 2015 portant règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail

Plus en détail

STATUTS DU SYNDICAT D ELECTRICITE ET DE GAZ DU RHIN

STATUTS DU SYNDICAT D ELECTRICITE ET DE GAZ DU RHIN STATUTS DU SYNDICAT D ELECTRICITE ET DE GAZ DU RHIN adoptés par le Comité Syndical du 29 février 2016 Préambule : Par arrêté préfectoral n 973051 du 19 décembre 1997, le Syndicat départemental d Electricité

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail de l Institut national des sciences appliquées de Rouen

REGLEMENT INTERIEUR du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail de l Institut national des sciences appliquées de Rouen REGLEMENT INTERIEUR du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail de l Institut national des sciences appliquées de Rouen D après le règlement intérieur type du ministère de l enseignement

Plus en détail

Centre Intercommunal d Action Sociale Communauté de Communes du Bassin de BOLOGNE VIGNORY FRONCLES STATUTS

Centre Intercommunal d Action Sociale Communauté de Communes du Bassin de BOLOGNE VIGNORY FRONCLES STATUTS Centre Intercommunal d Action Sociale Communauté de Communes du Bassin de BOLOGNE VIGNORY FRONCLES STATUTS Article 1 er : Constitution En application des articles L-123-4 et suivants du Code de l Action

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS ADMINISTRATION

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS ADMINISTRATION ADMINISTRATION Administration centrale MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES _ MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS _ Arrêté du 13 novembre 2015 portant règlement

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux du Viaur : Règles de fonctionnement de la Commission Locale de l Eau du VIAUR

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux du Viaur : Règles de fonctionnement de la Commission Locale de l Eau du VIAUR Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux du Viaur : Règles de fonctionnement de la Commission Locale de l Eau du VIAUR Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux du Viaur : Règles de fonctionnement

Plus en détail

décret sur l organisation et le fonctionnement des Greta

décret sur l organisation et le fonctionnement des Greta décret sur l organisation et le fonctionnement des Greta MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE Décret no 2013-852 du 24 septembre 2013 relatif aux groupements d établissements (Greta) constitués en application

Plus en détail

Le Président Rennes, le 6 janvier 2010

Le Président Rennes, le 6 janvier 2010 Le Président Rennes, le 6 janvier 2010 Monsieur Bierjon Président du comité Belle-Ile-en-Mer Marie-Galante 42, avenue Carnot 56360 LE PALAIS Par lettre du 27 novembre 2009, je vous ai fait parvenir le

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES PASSE-PARTOUT

STATUTS DE L ASSOCIATION DES PASSE-PARTOUT STATUTS DE L ASSOCIATION DES PASSE-PARTOUT I L ASSOCIATION Article 1 : Dénomination, objet et durée L association les Passe-partout», fondée le 21.09.2010, a pour objet la pratique et le développement

Plus en détail

L Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (ci-après «l Autorité»),

L Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (ci-après «l Autorité»), Version publique du document Avis n 2016-180 du 14 septembre 2016 relatif au projet de règles internes pour la passation et l exécution des marchés de travaux, fournitures et services de la société française

Plus en détail

Les Offices de Tourisme sous forme de société

Les Offices de Tourisme sous forme de société Les Offices de Tourisme sous forme de société d économie mixte locale Le régime des sociétés d économie mixte locale est défini aux articles L1521-1 et suivants du CGCT. Les SEML sont des sociétés anonymes

Plus en détail

AVERTISSEMENT : ce texte est présenté simultanément en deux versions :

AVERTISSEMENT : ce texte est présenté simultanément en deux versions : 01/07/2014 Texte adopté par le Comité National de l'enseignement Catholique du 1 er juillet 2014 en application de l article 211 du Statut de l Enseignement Catholique AVERTISSEMENT : ce texte est présenté

Plus en détail

LOIS NOR : ARCX L

LOIS NOR : ARCX L LOIS LOI n o 2016-1500 du 8 novembre 2016 tendant à permettre le maintien des communes associées, sous forme de communes déléguées, en cas de création d une commune nouvelle (1) NOR : ARCX1607690L L Assemblée

Plus en détail

Projet de décret instituant un conseil de l éducation nationale à Mayotte NOTE DE PRESENTATION

Projet de décret instituant un conseil de l éducation nationale à Mayotte NOTE DE PRESENTATION Projet de décret instituant un conseil de l éducation nationale à Mayotte NOTE DE PRESENTATION L'article 7 de l'ordonnance n 2007-1801 du 21 décembre 2007, relative à l'adaptation à Mayotte de diverses

Plus en détail

STATUTS TYPES. ARTICLE 4 : Durée La durée de l'association est.. (ex : illimitée ) ARTICLE 5 : Composition

STATUTS TYPES. ARTICLE 4 : Durée La durée de l'association est.. (ex : illimitée ) ARTICLE 5 : Composition STATUTS TYPES ARTICLE 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une association, régie par la loi du 1 er juillet et le décret du 16 août 1901, ayant pour

Plus en détail

Statuts de Ville inventive Association Loi 1901

Statuts de Ville inventive Association Loi 1901 Modifié en AGE le 17/10/2013 Statuts de Ville inventive Association Loi 1901 Article 1 : Préambule Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet

Plus en détail

Règlement intérieur du comité technique de proximité pour l étranger de l Ambassade de France à (Approuvé le )

Règlement intérieur du comité technique de proximité pour l étranger de l Ambassade de France à (Approuvé le ) Règlement intérieur du comité technique de proximité pour l étranger de l Ambassade de France à (Approuvé le ) Article 1er Le présent règlement intérieur a pour objet de fixer, dans le cadre des lois et

Plus en détail

AVENANT N 3 DU 6 JUILLET 2011

AVENANT N 3 DU 6 JUILLET 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Accord interprofessionnel CRÉATION DU FONDS D ASSURANCE FORMATION DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES (6 juillet 1972) AVENANT N

Plus en détail

REGLES DE FONCTIONNEMENT DE LA COMMISSION LOCALE DE L EAU

REGLES DE FONCTIONNEMENT DE LA COMMISSION LOCALE DE L EAU REGLES DE FONCTIONNEMENT DE LA COMMISSION LOCALE DE L EAU Adoptées par la CLE le 19 juin 2012 Version modifiée par la CLE du 10 décembre 2012 2 Les règles de fonctionnement précisent les dispositions de

Plus en détail

Association D aide et de Ressources pour une Insertion et une Education adaptée aux handicaps Neurologiques dys A.D.R.I.E.N

Association D aide et de Ressources pour une Insertion et une Education adaptée aux handicaps Neurologiques dys A.D.R.I.E.N STATUTS De l association loi 1901 Association D aide et de Ressources pour une Insertion et une Education adaptée aux handicaps Neurologiques dys A.D.R.I.E.N I- BUTS ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article

Plus en détail

STATUTS ALLAITEMENT VÔTRE

STATUTS ALLAITEMENT VÔTRE STATUTS ALLAITEMENT VÔTRE Article 1 : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er Juillet 1901 et le décret du 16 Août 1901 ayant pour titre

Plus en détail

Règlement intérieur du Comité Technique. de l Ecole Centrale de Nantes

Règlement intérieur du Comité Technique. de l Ecole Centrale de Nantes Règlement intérieur du Comité Technique de l Ecole Centrale de Nantes (adopté par le CT du 6 décembre 2012) Article 1 er Le présent règlement intérieur a pour objet de fixer, dans le cadre des lois et

Plus en détail

Statuts de l'omnisports

Statuts de l'omnisports Statuts de l'omnisports ARTICLE 1 Constitution et Dénomination Il est créé entre les adhérents aux présents statuts une association sportive et culturelle omnisports régie par la loi du 1er juillet 1901

Plus en détail

UNIVERSITÉ SAINT-JOSEPH DE BEYROUTH. Statuts du Conseil de la recherche

UNIVERSITÉ SAINT-JOSEPH DE BEYROUTH. Statuts du Conseil de la recherche UNIVERSITÉ SAINT-JOSEPH DE BEYROUTH Statuts du Conseil de la recherche Chapitre premier : Objectifs article 1 : (Dénomination) Il est créé, au sein de l Université Saint-Joseph, une instance pour la recherche,

Plus en détail

STATUTS-TYPE D APEL D ETABLISSEMENT. L Association de parents d élèves de l Enseignement libre de (nom de l établissement)

STATUTS-TYPE D APEL D ETABLISSEMENT. L Association de parents d élèves de l Enseignement libre de (nom de l établissement) STATUTS-TYPE D APEL D ETABLISSEMENT L Association de parents d élèves de l Enseignement libre de (nom de l établissement) Article 1 Formation Possibilité d ajouter : dite Apel Saint Il est fondé entre

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION MAIRIE DE LOCTUDY ------------------------------- Année 2016 DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION Dénomination de l Association : Ecrire le titre en entier et en lettres capitales........ Veuillez cocher la

Plus en détail

Conseil à la vie sociale. Règlement intérieur du conseil à la vie sociale du foyer «Les Amis de Pierre» 15 Allée du clos fleuri Orléans

Conseil à la vie sociale. Règlement intérieur du conseil à la vie sociale du foyer «Les Amis de Pierre» 15 Allée du clos fleuri Orléans Conseil à la vie sociale Règlement intérieur du conseil à la vie sociale du foyer «Les Amis de Pierre» 15 Allée du clos fleuri 45000 Orléans ARTICLE 1 : FONDEMENT Il est constitué un Conseil de la Vie

Plus en détail

(DÉNOMINATION PRÉCISE DE L ASSOCIATION) (En abrégé : (le cas échéant) Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901

(DÉNOMINATION PRÉCISE DE L ASSOCIATION) (En abrégé : (le cas échéant) Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 (DÉNOMINATION PRÉCISE DE L ASSOCIATION) (En abrégé : (le cas échéant) Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 Siège social : (code postal + nom de la ville) (lieu

Plus en détail

(République arabe d Egypte)

(République arabe d Egypte) LOI Nº 94 DE L ANNÉE 2003 RELATIVE À LA CRÉATION DU CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L HOMME (*) (République arabe d Egypte) Au nom du peuple Le Président de la République L Assemblée du peuple a adopté

Plus en détail

LES CONCESSIONS DE TRAVAUX PUBLICS

LES CONCESSIONS DE TRAVAUX PUBLICS N 132 - MARCHES n 27 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 09 septembre 2009 ISSN 1769-4000 LES CONCESSIONS DE TRAVAUX PUBLICS L essentiel L article 51 de la loi du 28 juillet 2008 relative aux

Plus en détail

STATUTS ASSOCIATION TITRE I. CONSTITUTION-OBJET-SIEGE SOCIAL-DUREE TITRE II. COMPOSITION ET ADHESION. Constitution et dénomination

STATUTS ASSOCIATION TITRE I. CONSTITUTION-OBJET-SIEGE SOCIAL-DUREE TITRE II. COMPOSITION ET ADHESION. Constitution et dénomination STATUTS ASSOCIATION TITRE I. CONSTITUTION-OBJET-SIEGE SOCIAL-DUREE Article 1) Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er

Plus en détail

Statuts. de la Société. de Radiodiffusion et de Télévision. du canton de Vaud (SRT VD)

Statuts. de la Société. de Radiodiffusion et de Télévision. du canton de Vaud (SRT VD) Statuts de la Société de Radiodiffusion et de Télévision du canton de Vaud (SRT VD) Page 2 sur 7 I. Dispositions générales Article 1 - Nom, siège, composition 1. Conformément aux statuts de la Société

Plus en détail

STATUTS CONSTITUTION ET DENOMINATION

STATUTS CONSTITUTION ET DENOMINATION STATUTS Déposés à la préfecture des Bouches du Rhône le 23/01/2009 et enregistrés sous le n W133011255 le 17/03/2009 Adoptés lors de l'assemblée générale constitutive du 16 janvier 2009. Modifiés lors

Plus en détail

STATUTS DE l OFFICE MUNICIPAL DES SPORTS DE LA VILLE DE BOUCHEMAINE

STATUTS DE l OFFICE MUNICIPAL DES SPORTS DE LA VILLE DE BOUCHEMAINE STATUTS DE l OFFICE MUNICIPAL DES SPORTS DE LA VILLE DE BOUCHEMAINE ADOPTES par l Assemblée Générale Extraordinaire 15 décembre 2011 TITRE I Dénomination, siège, objet, durée ARTICLE 1 : Il est créé à

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION pour le FINANCEMENT d une ACTION. Conception MHT

DEMANDE DE SUBVENTION pour le FINANCEMENT d une ACTION. Conception MHT DEMANDE DE SUBVENTION pour le FINANCEMENT d une ACTION Conception MHT 2 Le dossier de demande de subvention Ce dossier doit être utilisé par toute association sollicitant une subvention. Il concerne le

Plus en détail

CRE Direction des Infrastructures et des Réseaux de Gaz

CRE Direction des Infrastructures et des Réseaux de Gaz Echanges entre les GRD et la CRE concernant les tarifs non-péréqués d utilisation des réseaux publics de distribution de gaz naturel des nouvelles concessions Date : août 2010 Diffusion : GRD, CRE Introduction

Plus en détail

ASSOCIATION DES CENTRES SOCIAUX ET CULTURELS DE LA MULATIERE

ASSOCIATION DES CENTRES SOCIAUX ET CULTURELS DE LA MULATIERE ASSOCIATION DES CENTRES SOCIAUX ET CULTURELS DE LA MULATIERE Modification des statuts Approuvée par l Assemblée Générale Extraordinaire du 27 Mai 2004 STATUTS ARTICLE 1- Dénomination Il est fondé entre

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR APPROUVE PAR L ASSEMBLEE GENERALE. MESE DU 01 juin 2016

REGLEMENT INTERIEUR APPROUVE PAR L ASSEMBLEE GENERALE. MESE DU 01 juin 2016 SIREN n 390 820 058, Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité REGLEMENT INTERIEUR APPROUVE PAR L ASSEMBLEE GENERALE MESE DU 01 juin 2016 Règlement Intérieur - SIREN n 390 820

Plus en détail

CHEF DU SERVICE DEVELOPPEMENT ET INNOVATION

CHEF DU SERVICE DEVELOPPEMENT ET INNOVATION Direction des Ressources humaines CHEF DU SERVICE DEVELOPPEMENT ET INNOVATION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction du Développement économique Service : Développement et innovation

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N DU 7 MAI 2008

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N DU 7 MAI 2008 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2008-09 DU 7 MAI 2008 Relatif au projet d actualisation de l instruction budgétaire et comptable M22, applicable aux établissements et services publics sociaux

Plus en détail

STATUTS. ASSOCIATION Loi 1901 «PROFESSIONNELS APN»

STATUTS. ASSOCIATION Loi 1901 «PROFESSIONNELS APN» STATUTS ASSOCIATION Loi 1901 «PROFESSIONNELS APN» IDENTIFICATION ARTICLE 1 CONSTITUTION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le

Plus en détail

FRANCE GREFFES CŒUR ET/OU POUMONS

FRANCE GREFFES CŒUR ET/OU POUMONS FRANCE GREFFES CŒUR ET/OU POUMONS (F.G.C.P.) France Greffes Cœur et/ou Poumons : Fédération Nationale des Greffés du Cœur et/ou des Poumons) (Ex F.F.A.G.C.P : Fédération Française des Associations des

Plus en détail

FONCTIONNEMENT DE LA COMMISSION DE SELECTION D APPEL A PROJETS

FONCTIONNEMENT DE LA COMMISSION DE SELECTION D APPEL A PROJETS Appel à candidature pour la désignation d un représentant d associations du secteur de la protection de l enfance dans le cadre du remplacement du membre suppléant de la commission de sélection d appels

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION

STATUTS DE L ASSOCIATION BYLAWS STATUTS DE L ASSOCIATION Statuts de l association 1 Article 1 Nom Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août

Plus en détail

AVIS BUDGETAIRE LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE, POITOU-CHARENTES

AVIS BUDGETAIRE LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE, POITOU-CHARENTES Deuxième section Séance du 6 novembre 2013 Syndicat mixte de l aéroport de Poitiers Biard (86016-948) Centre des finances publiques de Poitiers Municipale Département de la Vienne Article L. 1612-15 (1

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 MARS C-4-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 MARS C-4-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 MARS 2012 6 C-4-12 IMPOTS DIRECTS LOCAUX. EVALUATION DES TERRAINS ET DES BATIMENTS INDUSTRIELS. VALEUR LOCATIVE RETENUE POUR LA TAXE FONCIERE

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Mission et compétences

REGLEMENT INTERIEUR. Mission et compétences République du Sénégal ------------- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------- CELLULE NATIONALE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES REGLEMENT INTERIEUR Chapitre I Mission et compétences

Plus en détail

I - Composition de l Office Municipal du Sport (voir Titre II - articles 7 à 11 des statuts)

I - Composition de l Office Municipal du Sport (voir Titre II - articles 7 à 11 des statuts) REGLEMENT INTERIEUR de l Office Municipal du Sport Article 1 : Le règlement intérieur complète et précise les statuts. Il fixe les modalités de fonctionnement. Le règlement intérieur peut être modifié

Plus en détail

CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL

CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL Préambule Les établissements de soutien et d aide par le travail sont des établissements et services médicosociaux (article L 312-1 du Code de l action sociale

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 9 avril 2015 approuvant le règlement intérieur du comité technique de la direction de la protection judiciaire de la jeunesse NOR : JUSF1509886A La garde des sceaux, ministre de la justice, Vu

Plus en détail

ASSOCIATION SPORTIVE SAINT JEANNOISE SECTION BASKET STATUTS

ASSOCIATION SPORTIVE SAINT JEANNOISE SECTION BASKET STATUTS ASSOCIATION SPORTIVE SAINT JEANNOISE SECTION BASKET STATUTS ARTICLE 1 : Constitution et Dénomination (Modification statutaire du 24 Juin 2011) Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une

Plus en détail

Règlement n du 23 juin 1999 relatif au traitement comptable des concessions d aménagement dans les sociétés d économie mixte locales

Règlement n du 23 juin 1999 relatif au traitement comptable des concessions d aménagement dans les sociétés d économie mixte locales Règlement n 99-05 du 23 juin 1999 relatif au traitement comptable des concessions d aménagement dans les sociétés d économie mixte locales Le Comité de la réglementation comptable, Vu les articles 8 à

Plus en détail

Les logements de fonction

Les logements de fonction Collège Le Petit Prince Gignac la Nerthe Les logements de fonction Source : Logements de fonction - Personnels de l Etat et personnels des CT Collèges, Lycées, LP et EREA de l Académie de Caen PARTIE A-

Plus en détail

REPRESENTANTS DES USAGERS DU SECTEUR MEDICO-SOCIAL ET DEMOCRATIE SANITAIRE

REPRESENTANTS DES USAGERS DU SECTEUR MEDICO-SOCIAL ET DEMOCRATIE SANITAIRE REPRESENTANTS DES USAGERS DU SECTEUR MEDICO-SOCIAL ET DEMOCRATIE SANITAIRE Démarche exploratoire de formation-action Journées interdépartementales des 14-16-18 avril 2014 Extraits du Code de l Action Sociale

Plus en détail

FONDATION ifrap STATUTS. Article 1 er - Objet et siège. Article 2 - Moyens

FONDATION ifrap STATUTS. Article 1 er - Objet et siège. Article 2 - Moyens FONDATION ifrap STATUTS I - But de la fondation Article 1 er - Objet et siège L'établissement dit «Fondation ifrap» a pour but d'effectuer des études et des recherches scientifiques sur l'efficacité des

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL DE LA VIE SOCIALE EHPAD «La Vasselière» (Réf. Décret n du 25/03/2004 J. O. du 27/03/2004)

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL DE LA VIE SOCIALE EHPAD «La Vasselière» (Réf. Décret n du 25/03/2004 J. O. du 27/03/2004) RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL DE LA VIE SOCIALE EHPAD «La Vasselière» (Réf. Décret n 2004 287 du 25/03/2004 J. O. du 27/03/2004) ARTICLE 1 MISE EN PLACE Il est constitué un conseil de la vie sociale conformément

Plus en détail

COMPTE-RENDU SYNTHETIQUE DES DECISIONS DES CONSEILS COMMUNAUTAIRES DE L ANNEE 2015

COMPTE-RENDU SYNTHETIQUE DES DECISIONS DES CONSEILS COMMUNAUTAIRES DE L ANNEE 2015 COMPTE-RENDU SYNTHETIQUE DES DECISIONS DES CONSEILS COMMUNAUTAIRES DE L ANNEE 2015 Conseil communautaire du 14/04/2015 Ordre du jour : - Vote des taux d imposition 2015 - Approbation du Compte Administratif

Plus en détail

STATUTS. Le siège social est fixé à Saint Denis. Il pourra être déplacé par simple décision du conseil d administration.

STATUTS. Le siège social est fixé à Saint Denis. Il pourra être déplacé par simple décision du conseil d administration. STATUTS 1. TITRE Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 dénommée «ARC EN CIEL - Réseau Dionysien de Soins

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX PREMIER MINISTRE Décret n o 2016-308 du 17 mars 2016 relatif à la réutilisation des informations publiques et modifiant le code des relations entre le public

Plus en détail

Association Loi 1901 DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION COMMUNALE AU TITRE DE L ANNEE 2017

Association Loi 1901 DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION COMMUNALE AU TITRE DE L ANNEE 2017 Association Loi 1901 DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION COMMUNALE AU TITRE DE L ANNEE 2017 A RETOURNER AVANT LE 31 DECEMBRE 2016 Lors d une première demande : Documents à fournir : - Récépissé de déclaration

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION DEPARTEMENTALE EXERCICE 2017

DEMANDE DE SUBVENTION DEPARTEMENTALE EXERCICE 2017 DIRECTION DEVELOPPEMENT TERRITORIAL ET CITOYENNETE 9, Place du Général de Gaulle CS 42371 22023 Saint-Brieuc cedex 1 : 02 96 62 46 40 Cadre réservé à l'administration Date d'arrivée :... N de Tiers :...

Plus en détail

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES Association Internationale à but Pédagogique Statuts approuvée par l assemblée générale du 26 juin 2008 Dénomination, but et objectif

Plus en détail

LA COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE,

LA COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE, COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION H2 du 12 juin 2009 concernant le mode de fonctionnement et la composition de la commission technique pour le traitement

Plus en détail

Statuts-types de fondation de coopération scientifique. «Réseaux thématiques de recherche avancée» I - But de la fondation.

Statuts-types de fondation de coopération scientifique. «Réseaux thématiques de recherche avancée» I - But de la fondation. MESR 27 octobre 2006 Statuts-types de fondation de coopération scientifique «Réseaux thématiques de recherche avancée» I - But de la fondation Article 1 er «Le réseau thématique de recherche avancée» 1

Plus en détail

ARRÊTÉ (CJ-PDTE ) PORTANT DÉLÉGATION DE SIGNATURE LA PRÉSIDENTE DE L UNIVERSITÉ BORDEAUX MONTAIGNE

ARRÊTÉ (CJ-PDTE ) PORTANT DÉLÉGATION DE SIGNATURE LA PRÉSIDENTE DE L UNIVERSITÉ BORDEAUX MONTAIGNE ARRÊTÉ (CJ-PDTE-2016-39) PORTANT DÉLÉGATION DE SIGNATURE LA PRÉSIDENTE DE L UNIVERSITÉ BORDEAUX MONTAIGNE VU le Code de l Education, et notamment son article L.712-2 du Code de l Education, VU l arrêté

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION

STATUTS DE L ASSOCIATION STATUTS DE L ASSOCIATION ARTICLE 1 : Constitution et dénomination Suite à la dissolution de la MJC de Bellegarde sur Valserine lors de l Assemblée extraordinaire du 26 mars 2015, il est fondé entre les

Plus en détail

Appel à projets 2017

Appel à projets 2017 1 Appel à projets 2017 Réhabilitation des réseaux d assainissement et d eau potable et mise en place de dispositifs de gestion des eaux pluviales des parcs locatifs des bailleurs Agence de l Eau Artois

Plus en détail

CAHIER DE CHARGES DES CENTRES DE GESTION AGREES

CAHIER DE CHARGES DES CENTRES DE GESTION AGREES RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail - Patrie ---------- MINISTÈRE DES FINANCES ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work - Fatherland ---------- MINISTRY OF FINANCE ---------- CAHIER DE CHARGES DES

Plus en détail

GAL Rochefort Océan. Règlement intérieur

GAL Rochefort Océan. Règlement intérieur GAL Rochefort Océan Règlement intérieur GAL, COMITE DE PROGRAMMATION LEADER, STRUCTURE PORTEUSE ET AUTORITE DE GESTION GAL (Groupe d Action Locale): Ensemble d acteurs, publics et privés, ayant contribué

Plus en détail

Statuts de l'association des

Statuts de l'association des STATUTS de l'association des Chambres de Métiers et de l'artisanat des Pyrénées Article 1 - DÉNOMINATION Article 2 - SIÈGE Article 3 - DURÉE Article 4 - COMPOSITION Article 5 - OBJET SOMMAIRE TITRE 1 :

Plus en détail

Formation sur le rôle du conseil syndical

Formation sur le rôle du conseil syndical Formation sur le rôle du conseil syndical Adil 31 Agence départementale d information sur le logement de la Haute-Garonne Le rôle du conseil syndical Il est composé de copropriétaires élus par l AG ( les

Plus en détail

DECISION N 09/2006/CM/UEMOA PORTANT CREATION DU COMITE DES REGULATEURS NATIONAUX DE TELECOMMUNICATIONS DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA

DECISION N 09/2006/CM/UEMOA PORTANT CREATION DU COMITE DES REGULATEURS NATIONAUX DE TELECOMMUNICATIONS DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- LE CONSEIL DES MINISTRES DECISION N 09/2006/CM/UEMOA PORTANT CREATION DU COMITE DES REGULATEURS NATIONAUX DE TELECOMMUNICATIONS DES ETATS

Plus en détail

CHARTE DE LA PRIMAIRE

CHARTE DE LA PRIMAIRE Les Républicains éditions - juin 2015 CHAPITRE I PRINCIPES ARTICLE 1 ORGANISATION DE LA PRIMAIRE 1. Le candidat à la présidence de la République soutenu par le parti Les Républicains en vue de l élection

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION 2016 ASSOCIATION :

DEMANDE DE SUBVENTION 2016 ASSOCIATION : DEMANDE DE SUBVENTION 2016 ASSOCIATION : CCAS DE BESANCON 9 rue Picasso BP 2039 25050 Besançon Cedex Tél. : 03 81 41 21 21 Fax : 03 81 52 92 56 Référent Administration Générale Tél : 03 81 41 21 68 DEMANDE

Plus en détail

ACCORD NATIONAL SUR L AMENAGEMENT ET LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DU PERSONNEL DE DIRECTION

ACCORD NATIONAL SUR L AMENAGEMENT ET LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DU PERSONNEL DE DIRECTION ACCORD NATIONAL SUR L AMENAGEMENT ET LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DU PERSONNEL DE DIRECTION Entre les soussignés : Le Comité Central de Coordination de l'apprentissage du Bâtiment et des Travaux Publics

Plus en détail

Schéma. d Aménagement et de Gestion des Eaux. Haute Somme. Note sur les textes régissant l enquête publique. Procédure d enquête publique

Schéma. d Aménagement et de Gestion des Eaux. Haute Somme. Note sur les textes régissant l enquête publique. Procédure d enquête publique Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux Haute Somme Note sur les textes régissant l enquête publique Procédure d enquête publique 1. Préambule Conformément à l article R.123-8-3 du Code de l environnement,

Plus en détail

COMITE TECHNIQUE DE L UNIVERSITE DU MAINE REGLEMENT INTERIEUR

COMITE TECHNIQUE DE L UNIVERSITE DU MAINE REGLEMENT INTERIEUR COMITE TECHNIQUE DE L UNIVERSITE DU MAINE REGLEMENT INTERIEUR Vu la loi n 2010-751 du 5 juillet 2010 relative à la rénovation du dialogue social dans la fonction publique, Vu le décret n 2011-184 relatif

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES JEUNES SAPEURS-POMPIERS DE LA BENAUGE TITRE 1 BUT COMPOSITION DUREE SIEGE SOCIAL

STATUTS DE L ASSOCIATION DES JEUNES SAPEURS-POMPIERS DE LA BENAUGE TITRE 1 BUT COMPOSITION DUREE SIEGE SOCIAL STATUTS DE L ASSOCIATION DES JEUNES SAPEURS-POMPIERS DE LA BENAUGE TITRE 1 BUT COMPOSITION DUREE SIEGE SOCIAL Article 1 Il est constitué, dans la commune de Bordeaux, une section de jeunes sapeurs-pompiers,

Plus en détail

STATUTS DES ENFANTS DU DEVOIR D OYONNAX

STATUTS DES ENFANTS DU DEVOIR D OYONNAX STATUTS DES ENFANTS DU DEVOIR D OYONNAX TITRE I BUT & COMPOSITION ARTICLE 1er L association dite LES ENFANTS DU DEVOIR d OYONNAX fondée en 1888 a pour objet : a) de grouper en son sein des gymnastes masculins

Plus en détail

Règlement intérieur du Comité Hygiène Sécurité et des Conditions de travail de l Université Rennes 2. Textes de référence :

Règlement intérieur du Comité Hygiène Sécurité et des Conditions de travail de l Université Rennes 2. Textes de référence : Règlement intérieur du Comité Hygiène Sécurité et des Conditions de travail de l Université Rennes 2 Textes de référence : Décret 82-453 du 28 Mai 1982 relatif à l'hygiène et à la sécurité du travail ainsi

Plus en détail

Espace rue de Pied de Fond Niort N RNA : W STATUTS modifiés après AG du 12 mai 2016

Espace rue de Pied de Fond Niort N RNA : W STATUTS modifiés après AG du 12 mai 2016 Espace 224 2-4 rue de Pied de Fond - 79000 Niort N RNA : W792004582 STATUTS modifiés après AG du 12 mai 2016 Les membres fondateurs : La Mutuelle Assurance des Commerçants et Industriels de France et des

Plus en détail

Ordre des experts-comptables région Paris Ile-de-France. «La responsabilité des élus face aux nouvelles obligations des Comités»

Ordre des experts-comptables région Paris Ile-de-France. «La responsabilité des élus face aux nouvelles obligations des Comités» Ordre des experts-comptables région Paris Ile-de-France «La responsabilité des élus face aux nouvelles obligations des Comités» Ordre des experts-comptables région Paris Ile-de-France Introduction «La

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION Année Association patriotique:

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION Année Association patriotique: Dossier à retourner avant le : 2 janvier 2017 Au : Service Associations Mairie de Saint Marcellin 21 place d Armes - 38160 SAINT MARCELLIN 04 76 38 50 12 DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION Année 2017 Association

Plus en détail

PASSERELLE V STATUTS

PASSERELLE V STATUTS PASSERELLE V STATUTS ARTICLE 1 : constitution Il a été constitué en Avril 2003, entre les membres fondateurs, une association- régie par la loi du 1er juillet 1901-ayant pour nom «PASSERELLE V». Sa durée

Plus en détail

Association Loi regroupant élus, professionnels et administrations

Association Loi regroupant élus, professionnels et administrations Association Loi 1901 - regroupant élus, professionnels et administrations IAU Île-de-France - 15 rue Falguière - 75740 Paris cedex 15 Tél. : 01 77 49 79 56 martin.omhovere@iau-idf.fr DRIEA - 21-23 rue

Plus en détail

Prévention des risques incendies dans les sites de la DIR Ouest

Prévention des risques incendies dans les sites de la DIR Ouest cte d engagement Prévention des risques incendies dans les sites de la DIR Ouest Marché à procédure adaptée de Services passé en application de l article 28 du Code des marchés publics Pouvoir adjudicateur

Plus en détail

VILLE DE CHAUMES EN BRIE (77390)

VILLE DE CHAUMES EN BRIE (77390) VILLE DE CHAUMES EN BRIE (77390) RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMPTE RENDU SUCCINCT DU CONSEIL MUNICIPAL DU 11 MARS 2010 Date de la convocation 26.02.2010 Date d affichage 26.02.2010 Le onze mars deux mille dix,

Plus en détail

FICHE 2 : L ELABORATION DES BUDGETS LOCAUX I - LA PROCEDURE D ELABORATION

FICHE 2 : L ELABORATION DES BUDGETS LOCAUX I - LA PROCEDURE D ELABORATION FICHE 2 : L ELABORATION DES BUDGETS LOCAUX Les budgets des collectivités territoriales sont le fruit d une procédure prévue par le Code général des collectivités territoriales (CGCT) et placée sous le

Plus en détail

DEPARTEMENT DES ALPES MARITIMES - RAPPORT N 7 SYNDICAT MIXTE DES STATIONS DU MERCANTOUR - MODIFICATION DES STATUTS

DEPARTEMENT DES ALPES MARITIMES - RAPPORT N 7 SYNDICAT MIXTE DES STATIONS DU MERCANTOUR - MODIFICATION DES STATUTS DEPARTEMENT DES ALPES MARITIMES - RAPPORT N 7 SYNDICAT MIXTE DES STATIONS DU MERCANTOUR - MODIFICATION DES STATUTS RESUME SYNTHETIQUE DU RAPPORT Le présent rapport propose la modification des statuts du

Plus en détail

S T A T U T S DE LA FONDATION IMMOBILIÈRE DE LA VILLE D ONEX. Titre I - Dispositions générales

S T A T U T S DE LA FONDATION IMMOBILIÈRE DE LA VILLE D ONEX. Titre I - Dispositions générales S T A T U T S DE LA FONDATION IMMOBILIÈRE DE LA VILLE D ONEX Titre I - Dispositions générales Article 1 Constitution et dénomination Il est créé, sous la dénomination de «Fondation Immobilière de la Ville

Plus en détail

ASSEMBLEE DE CORSE REUNION DES 24 ET 25 AVRIL RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF

ASSEMBLEE DE CORSE REUNION DES 24 ET 25 AVRIL RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE RAPPORT N 2014/O1/044 ASSEMBLEE DE CORSE 1 ERE SESSION ORDINAIRE DE 2014 REUNION DES 24 ET 25 AVRIL RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF CREATION D UNE

Plus en détail

LA NOTATION SERVICE «GESTION DES CARRIERES»

LA NOTATION SERVICE «GESTION DES CARRIERES» REFERENCES JURIDIQUES Loi 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale, article 76 Décret 86-473 du 14 mars 1986 relatif aux conditions générales

Plus en détail

Constitution de la République française

Constitution de la République française Constitution de la République française Constitution du 4 octobre 1958 (Version mise à jour en novembre 2011) TITRE II LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Article 5 Le Président de la République veille au respect

Plus en détail

Fonction publique : Commissions Administratives Paritaires (CAP)

Fonction publique : Commissions Administratives Paritaires (CAP) Fonction publique : Commissions Administratives Paritaires (CAP) Quel est le rôle des CAP? Les CAP sont des instances que l'administration employeur doit obligatoirement consulter avant de prendre certaines

Plus en détail

PLANETE AUTISME Drôme Ardèche. Statuts de l association

PLANETE AUTISME Drôme Ardèche. Statuts de l association PLANETE AUTISME Drôme Ardèche Statuts de l association I- Présentation de l association ARTICLE 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une association régie

Plus en détail

Les statuts des associations filles (Régionale départementale/locale) des Agapes du coeur

Les statuts des associations filles (Régionale départementale/locale) des Agapes du coeur Les statuts des associations filles (Régionale départementale/locale) des Agapes du coeur Les Agapes du coeur ( Nom Région/ département/ orient) PREAMBULE Les associations adhérentes aux présents statuts

Plus en détail

DELIBÉRATION. La Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet,

DELIBÉRATION. La Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet, DELIBÉRATION Délibération n 2010-019 du 2 novembre 2010 portant adoption du règlement intérieur de la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet La Haute Autorité

Plus en détail

sur l Institut agricole de l Etat de Fribourg, à Grangeneuve (LIAG) Le Grand Conseil du canton de Fribourg

sur l Institut agricole de l Etat de Fribourg, à Grangeneuve (LIAG) Le Grand Conseil du canton de Fribourg 9.0. Loi du 9 février 99 sur l Institut agricole de l Etat de Fribourg, à Grangeneuve (LIAG) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat du 7 décembre 99 ; Sur la proposition

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION PAR UNE STRUCTURE EXERCICE 2017

DEMANDE DE SUBVENTION PAR UNE STRUCTURE EXERCICE 2017 DEMANDE DE SUBVENTION PAR UNE STRUCTURE EXERCICE 2017 1 VOTRE ORGANISME * = Informations obligatoires * Nom : * Statut juridique : Sigle :.. * N SIRET : * Adresse du siège social : * Code postal : * Commune

Plus en détail

«Expérimentation territoriale contre le chômage de longue durée»

«Expérimentation territoriale contre le chômage de longue durée» STATUTS «Expérimentation territoriale contre le chômage de longue durée» (Statuts conforme à la loi du 1 er juillet 1901 sur les contrats d association et du décret du 16 août 1901). ARTICLE PREMIER NOM

Plus en détail