Conception structurelle des chaussées Principe de dimensionnement

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conception structurelle des chaussées Principe de dimensionnement"

Transcription

1 Conception sucturelle des chaussées Principe de dimensionnement Vincent Rouch LRPC de Sasbourg Les 1, 2, 3 Avril 2009 Les Présentations 11 mars 2009 du Laboratoire de Sasbourg

2 L objectif de cet item Principe de la méthode française de dimensionnement sur des voies routières, Le cas particulier des giratoires Synthèse des retours d expériences La bibliographie

3 Principes de la méthode française de dimensionnement sur des voies routières

4 S il était nécessaire de le rappeler 4

5 Détermination des hypothèses de calculs pour dimensionner la sucture recherchée Trafic Sol Climat θ t θéq La politique d enetien et d exploitation Matériaux x NE Modèle log ε t,adm Conaintes et enjeux du site log N

6 Principe Général (suite) Dimensionnement mécanique : La sucture choisie convient si : σ t calculée < σ t admissible et/ou ε t calculée < ε t admissible Vérification au gel/dégel : La sucture obtenue convient si : I admissible de la chaussée > I hiver de référence

7 Dimensionnement mécanique La sucture choisie a priori (épaisseur des couches, nature des matériaux) convient si : σ t calculée < σ t admissible et/ou ε t calculée < ε t admissible et/ou ε z calculée < ε z admissible

8 Calcul élastique Modèle de Burmister (1943) Sucture: multi-couche élastique linéaire interfaces collées ou glissantes couches infinies en plan (pas de bord, de coin) Charges : disques (pression uniforme) Résultats : champs σ et ε

9 Valeurs types de modules et caractéristiques en fatigue Matériau -1/b Module ε6 (MPa) GNT 1 (MPa) EME GC ,75 15 GLg ,50 12,5 BC ,15 16 GB σ6

10 PCG 3 (presse à cisaillement giratoire) V rotation = 30 /min σ axiale = 6,6 105 Pa éprouvette : φ = 100 mm ou 150 mm élancement = 1,2 NF P Photo LRPC Sasbourg

11 Orniéreur Température : 60 C ; Fréquence : 1 Hz Eprouvette : L = 50 cm l = 18 cm e = 10 ou 5 cm effort = 500 dan NF P

12 MAER (Machine asservie pour essais rhéologiques) Température : -20 à +40 C ; Capacité : kn éprouvette : φ = 80 mm h = 200 mm NF P

13 Banc de fatigue Déformation imposée Température : 10 C ; Fréquence : 25 Hz Eprouvette : h = 25 cm e = 2,5 cm base = 5,6 cm haut : 2,5 cm NF P

14 Valeur admissible et fatigue log N ε = ε6 x (N/106)b Essai de fatigue log ε Valeur admissible εt,adm fonction du: comportement à la fatigue ; calage du modèle (kc) ; risque de rupture du M.O. (kr) portance du sol (ks);

15 Valeurs admissibles (suite) Matériau bitumineux NE ε t,adm = ε b E (10 C ) kc kr ks E (15 C ) Matériau aité aux liants hydrauliques NE σ t,adm = σ b kc kd kr ks Sols et grave non aitée ε z,adm = ( NE ) 0,222 On prendra pour les faibles afics

16 Trafic : essieu de référence et coef. d agressivité CAM xn Empreintes réelles : Empreintes pour la modélisation : r = 0,125 m q = 0,662 MPa

17 Trafic : essieu de référence et coef. d agressivité Valeur de CAM indicative pour un réseau non sucturant : Catalogue des suctures 1998

18 Dimensionnement mécanique : résumé Trafic Sol Climat θ t θéq Rappel vous aurez fixé : - Le afic - La durée de vie - Le risque - Les conaintes et enjeux - La politique d enetien et d exploitation envisagé Matériaux x NE Modèle log ε t,adm ε t,cal h solution h log N

19 Chaussée souple Chaussées comportant une couverture bitumineuse mince (< 15 cm), parfois réduite à un enduit sur chaussées à ès faible afic, reposant sur une ou plusieurs couches de matériaux granulaires non aités (20 à 50 cm). Matériau d assise : tout venant, hérisson, macadam à l eau, GNT L épaisseur globale de la chaussée est généralement comprise ene 30 et 60 cm.

20 Chaussée souple : endommagement Sollicitations dues au afic faible rigidité des matx granulaires et des couches bitum. => efforts verticaux ansmis au sol support = > risque de déformation permanente Influence des conditions d environnement forte sensibilité aux variations hydriques du support => chute de portance en période humide /dessication en période sèche Mode d endommagement dévelopt d ornière à grand rayon, flaches et affaisements couches bitum : fissuration par fatigue => faïençage l eau s infile : épaufrure des fissures, nids de poule H. Odéon -

21 Démarche de calcul Vérifier : PF support de chaussée ε z < ε z,adm Calculée au passage d un essieu de référence Déterminée à partir de : - support

22 Calcul des sollicitations au sein de la sucture Exemple : BB/GNT Mat Collée Collée Collée h(m) E(MPa) Nu BBSG 0, ,35 GNT(1) 0, ,35 GNT 0, ,35 PF2 infini 50 0,35 Inter Calcul (modèle de Burmister) : Alizé ou Ecoroute Hcdbase = 0,15m si NE < essieux de référence ; = 0,20m si NE < essieux de référence.

23 Valeurs admissibles (1/1) Plate-forme (sol seul) ε z,adm = A (NE ) 0,222 Avec A = si afic cumulé > A = si afic cumulé <

24 Chaussée bitumineuse épaisse Sucture comportant une couche de roulement bitumineuse (4 à 8 cm) sur un corps de chaussée en matériaux aité aux liants hydrocarbonés (15 à 40 cm), fait d une ou de deux couches (base et fondation), voire ois. Matériau d assise : Grave bitume (GB), Enrobé à module élevé (EME2) L épaisseur globale de la chaussée est généralement comprise ene 20 et 50 cm.

25 Chaussée bitumineuse épaisse : endommagement Sollicitations dues au afic rigidité des matx bitumineux : => efforts verticaux ansmis au sol support fortement diminué => reprise des efforts en action / flexion par couches rigides Influence des conditions d environnement forte sensibilité aux variations hydriques du support + orniérage (à petit rayon) des couches de surface Mode d endommagement dégradations de surface dévelopt de fissures longitudinales dans les bandes de roult => faïençage (chaussée # pavage) l eau s infile : épaufrure des fissures, nids de poule

26 Démarche de calcul Vérifier : CdBase Non ε t < ε t,adm CdFondation PF support de chaussée ε z < ε z,adm Calculée au passage d un essieu de référence Déterminée à partir de : - loi de fatigue - afic NE - risque -support

27 Calcul des sollicitations au sein de la sucture Exemple : GB3/GB3 Mat h(m) E(MPa) Nu BBSG 0, ,35 GB3 h ,35 PF2 infini 50 0,35 Inter Collée Collée Calcul (modèle de Burmister) : Alizé ou Ecoroute

28 Valeurs admissibles (1/5) Couche de fondation b NE ε t,adm = ε avec N ε t = ε E(10 C) E(15 C) kc b : loi de fatigue du matériau NE : nombre d essieux équivalents ; E(10 C) E(15 C) : correction de la loi de fatigue en température ; kc : coefficient de calage attaché au matériau

29 Valeurs admissibles (2/5) Couche de fondation b NE ε t,adm = ε E(10 C) E(15 C) kc kr avec kr : coefficient de risque kr = 10-ubδ où u : valeur de la variable aléatoire associée au risque R choisi par le M Ouvrage b : valeur de la pente de la droite de fatigue δ : écart type épaisseur/fatigue

30 Valeurs admissibles (3/5) Couche de fondation b NE ε t,adm = ε et E(10 C) E(15 C) kc kr δ : écart type épaisseur/fatigue δ = SN 2 c Sh + b 2 Sn : écart type sur la loi de fatigue ; Sh : écart-type sur l épaisseur des assises ; Sh = 0,01 m si hassise < 0,10 m 0,01+0,3x(hassise-0,10) si 0,10< <0,15m 0,025 m si hassise > 0,15 m

31 Valeurs admissibles (4/5) Couche de fondation b NE ε t,adm = ε avec NE εt = ε E(10 C) E(15 C) E(10 C) E(15 C) kc kr ks b : loi de fatigue du matériau : correction de la loi de fatigue en température ; kc : coefficient de calage attaché au matériau kr : coefficient de risque kr = 10-ubδ ks : coefficient tenant compte des hétérogénéités de portance du support (ks = 1 pour la CdBase) PF1 PF2 PF3 1/1,2 1/1,1 1

32 Chaussée semi-rigide Sucture comportant une couche de roulement bitumineuse (6 à 12 cm) sur une assise en matériaux aités aux liants hydrauliques disposée en une ou deux couches (15 à 50 cm) Matériau d assise : Grave ciment (GC), Grave laitier (GL), Cendres volantes (GCV), Grave pouzzolane (GPz), Grave liant routier (GLR). dont l épaisseur totale est de l ordre de 20 à 60 cm.

33 Chaussée semi-rigide : endommagement (1/2) Sollicitations dues au afic forte rigidité des matx aités aux liants hydrauliques : => efforts verticaux ansmis au sol support ès faibles => reprise des efforts en action / flexion par couches rigides Influence des conditions d environnement au jeune âge : reait de prise => fissuration ansversale => remontée à avers la CdSurf (pontage au bitume) => fissures franches qui se dégradent (ramification, dédoublt) pénéation de l eau aux fissures : => dégradation des interfaces, atition des bords de fissures + orniérage (à petit rayon) des couches de surface

34 Chaussée semi-rigide : endommagement (2/2) Mode d endommagement dégradations de surface ramification des fissures ansversales dévelopt de fissures longitudinales (par fatigue) dans les bandes de roult => faïençage (chaussée # pavage) l eau s infile : épaufrure des fissures, nids de poule Dispositions consuctives particulières : complexes anti-fissures pour ralentir la remontée des fissures à avers la CdRoulement : couches de sable bitume, membranes épaisses, grilles préfissuration des couches d assises (CdBase) pour conôler la fissuration de reait

35 Préfissuration Procédé Olivia Joints actifs H. Odéon - Procédé Craft

36 Démarche de calcul Vérifier : σ t < σ t,adm CdBase σ t < σ t,adm CdFondation PF support de chaussée ε z < ε z,adm Calculée au passage d un essieu de référence H. Odéon - Déterminée à partir de : - loi de fatigue - afic NE - risque -support

37 Calcul des sollicitations au sein de la sucture Exemple : GC/GC Mat h(m) E(MPa) BBSG 0,08 Nu ,35 Inter Collée GC3 h ,25 GC3 h ,25 PF1 infini 20 0,35 Glis. Collée Calcul (modèle de Burmister) : Alizé ou Ecoroute

38 Valeurs admissibles (1/4) Plate-forme (sol et/ou GNT) ε z,adm = ( NE ) 0,222

39 Valeurs admissibles (2/4) Couche de base σ t,adm avec b NE = σ6 6 kc kr 10 N σt = σ b : loi de fatigue du matériau NE : nb de passages de l essieu de référence (=NPLxCAM) kc : coefficient de calage attaché au matériau kr : coefficient de risque kr = 10-ubδ où u : valeur de la variable aléatoire associée au risque R choisi par le M Ouvrage b : valeur de la pente de la droite de fatigue δ : écart type épaisseur/fatigue 2 c Sh δ = 2 SN + b

40 Valeurs admissibles (3/4) Couche de base (suite) σ t,adm b NE = σ6 6 kc kr ks kd 10 avec ks : coefficient tenant compte des hétérogénéités de portance du support (ks = 1 pour la CdBase) kd : coefficient de discontinuité, intégrant les phénomènes d augmentation de conaintes près des bords GCV 0,80

41 Valeurs admissibles (4/4) Couche de fondation σ t,adm avec b NE = σ6 6 kc kr ks kd 10 N σt = σ b : loi de fatigue du matériau kc : coefficient de calage attaché au matériau kr : coefficient de risque kr = 10-ubδ ks : coefficient tenant compte des hétérogénéités de portance du support (ks = 1 pour la CdBase) PF1 PF2 PF3 1/1,2 1/1,1 1 kd : coefficient de discontinuité (kd = 1 pour CdFondation)

42 Chaussée rigide Béton armé continu: ::DE BAC Dalles Dalles Dalles goujonnées discontinues épaisses :BCg BC sur GB3 ou GC3 ou Bm Sucture comportant une couche de béton de ciment de 15 à 40 cm (DE), éventuellement recouverte par un BBTM, reposant : soit sur une fondation en béton maigre ou en grave ciment, soit sur une couche de réglage fin en BB ou en GB, soit sur une couche drainante (dalle épaisse).

43

44 Chaussée rigide : endommagement (1/2) Sollicitations dues au afic forte rigidité des bétons : => efforts verticaux ansmis au sol support ès faibles => reprise des efforts en action / flexion par couches rigides reait de prise : joints ansversaux ou armatures (BAC) => augmentation des conaintes en bord de dalles Influence des conditions d environnement au jeune âge : reait de prise => fissuration ansversale => sciage de joints ansversaux + garnissage variations saisonnières de température : L dalles variations journalières : gradient de température => cambrure infilation d eau : atition des bords de fissures, pompage

45

46 Chaussée rigide : endommagement (2/2) Mode d endommagement dalles discontinues : fissuration par fatigue près des bords (sur-largeurs) pompage près des joints : mise en escalier BAC : processus encore mal connu (décollement du BAC de son support après quelques années de fonctt) Dispositions consuctives particulières : matériaux peu érodables en fondation (BC3) drainage aux interfaces surlargeurs

47 Etat neuf Etat dégradé

48 Démarche de calcul Vérifier : σ t < σ t,adm CdBase σ t < σ t,adm CdFondation PF support de chaussée ε z < ε z,adm Calculée au passage d un essieu de référence Déterminée à partir de : - loi de fatigue - afic NE - risque -support

49 Calcul des sollicitations au sein de la sucture Exemple : BC5/BC3 Mat h(m) E(MPa) Nu BC5 h ,25 BC3 h ,25 PF3 infini 120 0,35 Inter Glis. Collée Calcul (modèle de Burmister) : Alizé ou Ecoroute

50 Valeurs admissibles (1/4) Plate-forme (sol et/ou GNT) ε z,adm = ( NE ) 0,222

51 Valeurs admissibles (2/4) Couche de base σ t,adm avec b NE = σ6 6 kc kr 10 N σt = σ b : loi de fatigue du matériau NE : nb de passages de l essieu de référence (=NPLxCAM) kc : coefficient de calage attaché au matériau kr : coefficient de risque kr = 10-ubδ où u : valeur de la variable aléatoire associée au risque R choisi par le M Ouvrage b : valeur de la pente de la droite de fatigue 2 δ : écart type épaisseur/fatigue c Sh 2 δ = SN + b

52 Valeurs admissibles (3/4) Couche de base (suite) σ t,adm b NE = σ6 6 kc kr ks kd 10 avec ks : coefficient tenant compte des hétérogénéités de portance du support (ks = 1 pour la CdBase) kd : coefficient de discontinuité, intégrant les phénomènes d augmentation de conaintes près des bords BC BCg/BAC 1/1,70 1/1,47

53 Valeurs admissibles (4/4) Couche de fondation σ t,adm avec b NE = σ6 6 kc kr ks kd 10 N σt = σ b : loi de fatigue du matériau kc : coefficient de calage attaché au matériau kr : coefficient de risque kr = 10-ubδ ks : coefficient tenant compte des hétérogénéités de portance du support (ks = 1 pour la CdBase) PF1 PF2 PF3 1/1,2 1/1,1 1 kd : coefficient de discontinuité (kd = 1 pour CdFondation)

54 Cas particulier du BAC/BBSG ou GB3 Calcul enphase deux 1phases σt1 phase 2 Collée Glissante NE2 adm NE1 adm NPL1 σt2 + NPL2 < NPL total

55 σ t,adm σt2 σt1 NE2 NE1 NE Dommage d1=1/ne1 d2=1/ne2 Nb passages

56 Chaussée mixte Matériau d assise : Grave bitume 3 (GB3) Grave ciment (GC) ou Grave laitier (GL) ou Sable ciment (SC) ou Sable laitier (SL) Sucture comportant une couche de roulement et de base en matériaux bitumineux d une vingtaine de cm, sur une fondation en matériaux aités aux liants hydrauliques (15 à 30cm). Le rapport de l épaisseur de matériaux bitumineux à l épaisseur totale doit êe de l ordre de 1/2.

57 Cas de la sucture mixte : démarche de calcul Calcul en deux étapes étape 1 σt1 Collée La sucture est saine Seule la couche de fondation availle en action étape 2 εt2 E/5 Glissante La sucture est dégradée Seule la couche de base availle en extension

58 Cas de la sucture mixte : démarche de calcul 1ère étape : CdBase σ t < σ t,adm CdFondation PF support de chaussée ε z < ε z,adm Calculée au passage d un essieu de référence Collée Déterminée à partir de : - loi de fatigue, afic NE, risque, support On détermine le nombre NE1 tel que : σt adm = σt

59 Cas de la sucture mixte : démarche de calcul 2ème étape : Glissante CdBase ε < ε t,adm t CdFondation PF support de chaussée ε z < ε z,adm Calculée au passage d un essieu de référence E/5 Déterminée à partir de : - loi de fatigue, afic NE, risque, support On détermine le nombre NE2 tel que : εt adm = εt

60 Cas de la sucture mixte : démarche de calcul étape 1 σt1 étape 2 Collée E/5 Glissante NE2 adm NE1 adm NPL1 εt2 + NPL2 > NPL total?

61 Chaussée inverse Sucture associant une sucture bitumineuse et semi rigide dont l interface est constituée de grave non aitée (12cm) destinée à empêcher la remontée des fissures ansversales de reait. Matériau d assise : Grave bitume 3 (GB3) Grave non aitée (GNT) Grave ciment (GC) ou Grave laitier (GL) ou Sable ciment (SC) ou Sable laitier (SL)

62 Démarche de calcul Vérifier : CdBase ε t < ε t,adm ε z < ε z,adm Cd GNT σ t < σ t,adm CdFondation PF support de chaussée ε z < ε z,adm Calculée au passage d un essieu de référence Déterminée à partir de : - loi de fatigue - afic NE - risque - support

63 Valeurs admissibles Couche intercalaire de GNT ε z,adm = ( NE ) 0, 222 Plate-forme (sol et/ou GNT) ε z,adm = ( NE ) 0, 222

PRISE EN COMPTE DES POIDS LOURDS ET VÉHICULES UTILITAIRES LÉGERS DANS LA CONCEPTION, L'ENTRETIEN ET L'EXPLOITATION DES INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES

PRISE EN COMPTE DES POIDS LOURDS ET VÉHICULES UTILITAIRES LÉGERS DANS LA CONCEPTION, L'ENTRETIEN ET L'EXPLOITATION DES INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES Emmanuel DELAVAL CETE Nord-Picardie Département CGI / AS PRISE EN COMPTE DES POIDS LOURDS ET VÉHICULES UTILITAIRES LÉGERS DANS LA CONCEPTION, L'ENTRETIEN ET L'EXPLOITATION DES INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES

Plus en détail

3. Structures et revêtements : les solutions béton

3. Structures et revêtements : les solutions béton 3. Structures et s : les solutions béton 3.1 - Structures et s pour les tramways sur rails La structure type d une plate-forme de tramway se compose généralement : d un corps de voirie ou de chaussée constitué

Plus en détail

Reproduction même partielle soumise à autorisation ZADEPRE. Projet PFT TP du Limousin. 14 avril au 28 mai 2014. Projet de Fin d Etude

Reproduction même partielle soumise à autorisation ZADEPRE. Projet PFT TP du Limousin. 14 avril au 28 mai 2014. Projet de Fin d Etude BELLANCA FOULTIER TORRES 14 avril au 28 mai 2014 Projet de Fin d Etude Sommaire I /Inventaire des défauts prévisibles d une chaussée 2 - Famille des fissures 2 a) Fissure longitudinale de fatigue 2 b)

Plus en détail

Le projet de RDC en bref: Caractériser en laboratoireles propriétés thermomécaniques des matériaux bitumineux les plus couramment utilisés au Québec

Le projet de RDC en bref: Caractériser en laboratoireles propriétés thermomécaniques des matériaux bitumineux les plus couramment utilisés au Québec Intégration des propriétés thermomécaniques dans le processus de dimensionnement des chaussées souples Le projet de RDC en bref: Caractériser en laboratoireles propriétés thermomécaniques des matériaux

Plus en détail

OPTIMISATION DES PLATES-FORMES. support de chaussées autoroutières. en fonction DES CONDITIONS DE CHANTIER ET DU BILAN TECHNICO-ECONOMIQUE GLOBAL

OPTIMISATION DES PLATES-FORMES. support de chaussées autoroutières. en fonction DES CONDITIONS DE CHANTIER ET DU BILAN TECHNICO-ECONOMIQUE GLOBAL OPTIMISATION DES PLATES-FORMES support de chaussées autoroutières en fonction DES CONDITIONS DE CHANTIER ET DU BILAN TECHNICO-ECONOMIQUE GLOBAL (chaussées + couche de forme) Yves GUERPILLON CFMS le, 20

Plus en détail

Exemple d application du guide: renforcement de chaussées

Exemple d application du guide: renforcement de chaussées LYON 19 juin 2012 Exemple d application du guide: renforcement de chaussées Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de l'aménagement du territoire Ph. CARLE - COTITA CE - 19

Plus en détail

Contractualiser la qualité. Performance et garantie dans les marchés publics de travaux. Olivier RUIZ DIR EST. Performance et marchés de chaussées

Contractualiser la qualité. Performance et garantie dans les marchés publics de travaux. Olivier RUIZ DIR EST. Performance et marchés de chaussées Contractualiser la qualité Performance et garantie dans les marchés publics de travaux Olivier RUIZ DIR EST Nancy, 26 mai 2011 Sommaire : I- Approche générale II- Performances / exigences techniques dans

Plus en détail

MEFISTO: Moyen d Essai de résistance à la FISsuration en fatigue sous cisaillement (τ)

MEFISTO: Moyen d Essai de résistance à la FISsuration en fatigue sous cisaillement (τ) : Moyen d Essai de résistance à la FISsuration en fatigue sous cisaillement (τ) Ph. Tamagny, Laboratoire central des Ponts et Chaussées Centre de Nantes L. Wendling, Laboratoire régional des Ponts et Chaussées,

Plus en détail

AVIS TECHNIQUE CRAFT COMITE FRANÇAIS POUR LES TECHNIQUES ROUTIERES CHAUSSEES 141

AVIS TECHNIQUE CRAFT COMITE FRANÇAIS POUR LES TECHNIQUES ROUTIERES CHAUSSEES 141 COMITE FRANÇAIS POUR LES TECHNIQUES ROUTIERES AVIS TECHNIQUE CHAUSSEES 141 TECHNIQUE DE PREFISSURATION Société : CRAFT EUROVIA S.A. 18 Place de l Europe 92525 RUEIL MALMAISON Cedex Téléphone : 01.47.16.38.00

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE POUR L UTILISATION DES MATERIAUX REGIONAUX D ILE-DE-FRANCE CATALOGUE DES STRUCTURES DE CHAUSSEES

GUIDE TECHNIQUE POUR L UTILISATION DES MATERIAUX REGIONAUX D ILE-DE-FRANCE CATALOGUE DES STRUCTURES DE CHAUSSEES GUIDE TECHNIQUE POUR L UTILISATION DES MATERIAUX REGIONAUX D ILE-DE-FRANCE CATALOGUE DES STRUCTURES DE CHAUSSEES Décembre 2003 Ce catalogue des structures a été réalisé en 2002, dans le cadre de la Charte

Plus en détail

LES ENROBES D ASSISESD

LES ENROBES D ASSISESD LES ENROBES D ASSISESD Graves Bitumes (GB) Enrobés à Module Élevé (EME) Les Enrobés Bitumineux : Formulation, Fabrication, Mise en Place - Montréal 2006 1 TERMINOLOGIE Bétons bitumineux Couche Base Base

Plus en détail

Voirie à faible trafic en béton. Conception et dimensionnement

Voirie à faible trafic en béton. Conception et dimensionnement DOCUMENTATION TECHNIQUE Routes n 82 Décembre 2002 Voirie à faible trafic en béton. Conception et dimensionnement La voirie en béton est constituée d un revêtement en béton de ciment, qui sert de couche

Plus en détail

Le recouvrement des chaussées en béton de ciment par l utilisation d enrobés bitumineux : Concepts et solutions

Le recouvrement des chaussées en béton de ciment par l utilisation d enrobés bitumineux : Concepts et solutions Le recouvrement des chaussées en béton de ciment par l utilisation d enrobés bitumineux : Concepts et solutions Yvan Paquin, ing. Marc Proteau, ing. Construction DJL inc. Au nom de Bitume Québec 30 mars

Plus en détail

SEMINAIRE DONNEES DE TRAFIC MARDI 21 NOVEMBRE 2007

SEMINAIRE DONNEES DE TRAFIC MARDI 21 NOVEMBRE 2007 SEMINAIRE DONNEES DE TRAFIC MARDI 21 NOVEMBRE 2007 Michel Peyron Cete méditerranée Trafic Le passage d un essieu de 13 tonnes a autant d effet d endommagement sur la chaussée, que celui d un million de

Plus en détail

générales des chaussées

générales des chaussées Chapitre2 Caractéristiques générales des chaussées 15 1. Le trafic 2. La voirie à faible trafic 3. Les caractéristiques géométriques 4. Constitution des chaussées : les différentes couches 5. Les différentes

Plus en détail

Enrobés au bitume multigrade G. GAUTHIER - TOTAL

Enrobés au bitume multigrade G. GAUTHIER - TOTAL Enrobés au bitume multigrade G. GAUTHIER - TOTAL Contexte : challenges pour l industrie routière Augmentation constante du trafic Fermeture pour maintenance plus difficile et coûteuse Nécessité de dimensionner

Plus en détail

ThyssenKrupp Industrial Solutions. Notre nouveau nom est. www.thyssenkrupp-industrial-solutions.com. La presse à rouleaux POLYCOM.

ThyssenKrupp Industrial Solutions. Notre nouveau nom est. www.thyssenkrupp-industrial-solutions.com. La presse à rouleaux POLYCOM. Notre nouveau nom est ThyssenKrupp Industrial Solutions www.thyssenkrupp-industrial-solutions.com La presse à rouleaux POLYCOM Polysius 2 La presse à rouleaux POLYCOM La solution éprouvée pour les économies

Plus en détail

Poutres sous chaussée en béton armé

Poutres sous chaussée en béton armé Poutres sous chaussée en béton armé 1 Morphologie 2 Morphologie Le tablier est constitué d un hourdis reposant sur des poutres à talon ou sans talon avec entretoises intermédiaires et d appui 3 4 Type

Plus en détail

Le logiciel Alizé-Lcpc

Le logiciel Alizé-Lcpc Le logiciel Alizé-Lcpc présentation générale du logiciel 1- Objet du logiciel Alizé Le logiciel Alizé-Lcpc met en œuvre la méthode rationnelle de dimensionnement mécanique des structures de chaussées,

Plus en détail

TRAITEMENT DES SOLS EN PLACE AUX LIANTS HYDRAULIQUES. Joseph ABDO

TRAITEMENT DES SOLS EN PLACE AUX LIANTS HYDRAULIQUES. Joseph ABDO TRAITEMENT DES SOLS EN PLACE AUX LIANTS HYDRAULIQUES Joseph ABDO LE CONTEXTE LA ROUTE, UNE NÉCESSITN CESSITÉ La route : moyen de communication nécessaire au développement. - Mais, sa construction et son

Plus en détail

RAPPORT DIAGNOSTIC DE CHAUSSEE DU CD36

RAPPORT DIAGNOSTIC DE CHAUSSEE DU CD36 GEMH Groupe d Etude des Matériaux Hétérogènes Equipe Génie Civil et Durabilité RAPPORT DIAGNOSTIC DE CHAUSSEE DU CD36 en collaboration avec le Conseil Général de la Corrèze Convention entre la Plateforme

Plus en détail

fååáçéååé=çéë=mi=ëìê=äéë=åçºíë=çé= ÅçåëíêìÅíáçå=ÇÉë=ÅÜ~ìëë Éë=åÉìîÉë=

fååáçéååé=çéë=mi=ëìê=äéë=åçºíë=çé= ÅçåëíêìÅíáçå=ÇÉë=ÅÜ~ìëë Éë=åÉìîÉë= ~îêáä=ommv Rapport d'études fååáçéååé=çéë=mi=ëìê=äéë=åçºíë=çé= ÅçåëíêìÅíáçå=ÇÉë=ÅÜ~ìëë Éë=åÉìîÉë= pçãã~áêé= 1 - Méthodologie de l'étude... 4 2 - Démarche adoptée... 4 2.1 - Mesure de l'incidence du trafic

Plus en détail

LES LIANTS HYDRAULIQUES POUR L AMELIORATION DES CARACTERISTIQUES MECANIQUES DES SOLS ET LE RETRAITEMENT DE CHAUSSEES. Ludovic CASABIEL VICAT

LES LIANTS HYDRAULIQUES POUR L AMELIORATION DES CARACTERISTIQUES MECANIQUES DES SOLS ET LE RETRAITEMENT DE CHAUSSEES. Ludovic CASABIEL VICAT LES LIANTS HYDRAULIQUES POUR L AMELIORATION DES CARACTERISTIQUES MECANIQUES DES SOLS ET LE RETRAITEMENT DE CHAUSSEES Ludovic CASABIEL VICAT LE CONTEXTE LA ROUTE, UNE NÉCESSITÉ La route : moyen de communication

Plus en détail

Survol de la présentation

Survol de la présentation Les enrobés du MTQ : relation entre leurs caractéristiques, leur mise en œuvre et leur performance sur la route Michel Paradis, ing. M.Sc. Transports Québec Service des matériaux d infrastructures Colloque

Plus en détail

ROLE DES COUCHES DE ROULEMENT

ROLE DES COUCHES DE ROULEMENT ROLE DES COUCHES DE ROULEMENT Définition Fonctions Exigences Les Enrobés Bitumineux : Formulation, Fabrication, Mise en Place - Montréal 2006 1 DEFINITION Partie supérieure de la chaussée assurant le passage

Plus en détail

Les solutions techniques et le rapport coût / durabilité

Les solutions techniques et le rapport coût / durabilité Les solutions techniques et le rapport coût / durabilité Limoges, le 10/04/2013 SPRIR LIMOUSIN - Marc CHIAVASSA - Denis BERTAUD - Paulo LOPES MONTEIRO Cycle(s) de vie d une chaussée. Marc CHIAVASSA CYCLE(S)

Plus en détail

Le traitement anti-fissure

Le traitement anti-fissure N O T I C E T E C H N I Q U E COMPLEXE ANTI-FISSURE S A F L E X X A Le traitement anti-fissure SAFLEX AF est un produit utilisé pour la prévention ou la réparation des fissures, il nécessite une couche

Plus en détail

Centre Scientifique et Technique de la Construction http://www.cstc.be Centre Scientifique et Technique de la Construction http://www.cstc.

Centre Scientifique et Technique de la Construction http://www.cstc.be Centre Scientifique et Technique de la Construction http://www.cstc. Eléments de structure et détails de construction ti Partie 3: Les planchers L. Firket CSTC Isolation thermique Etanchéité à l air 1 Contenu 1. Isolation thermique 2. Nœuds constructifs 4. Conclusions 2

Plus en détail

Parements contemporains

Parements contemporains Fiche technique Parements contemporains 2 4 5 8 Connaître Les pierres attachées Les revêtements collés Le verre Regarder Pierres attachées Revêtements collés Entretenir Améliorer Réparation des parements

Plus en détail

La méthode française de dimensionnement

La méthode française de dimensionnement La méthode française de dimensionnement 9 Honoré GOACOLOU Eurovia Jean-Michel PIAU Laboratoire central des Ponts et chaussées (LCPC) Jean-Maurice BALAY LCPC Hugues ODÉON Laboratoire régional des Ponts

Plus en détail

Catalogue des dégradations

Catalogue des dégradations Catalogue des dégradations direction générale de l Aviation civile ÉTAT DE LA SURFACE DES CHAUSSÉES AÉRONAUTIQUES Catalogue pour la réalisation des relevés visuels de dégradations sur chaussées aéronautiques

Plus en détail

Approche d auscultation non-destructive et détermination des modules résilients pour la conception des chaussées municipales

Approche d auscultation non-destructive et détermination des modules résilients pour la conception des chaussées municipales Approche d auscultation non-destructive et détermination des modules résilients pour la conception des chaussées municipales Michel Vaillancourt, ing., Ph.D. Pascale Pierre, ing., Ph.D. Plan Introduction

Plus en détail

Voirie primaire ** Fiche n 1. Voirie secondaire Fiche n 2. Voirie tertiaire Fiche n 3. Trottoirs béton Fiche n 4. Trottoirs enrobé Fiche n 5

Voirie primaire ** Fiche n 1. Voirie secondaire Fiche n 2. Voirie tertiaire Fiche n 3. Trottoirs béton Fiche n 4. Trottoirs enrobé Fiche n 5 Annexe 6 Remblayage des tranchées Revêtement de + 3 ans Interdit* CHAUSSEE suivant catégorie Voirie primaire ** Fiche n 1 Voirie secondaire Fiche n 2 Voirie tertiaire Fiche n 3 TROTTOIRS Trottoirs béton

Plus en détail

prolongée e et les nouveaux enrobés

prolongée e et les nouveaux enrobés Chaussée à durée e de vie prolongée e et les nouveaux enrobés Laboratoire des chaussées Transports Québec Pierre Langlois, ing. M. Ing. 1 L'expérience acquise Certaines chaussées ont des durées de vies

Plus en détail

Renforcer votre assise

Renforcer votre assise N O T I C E T E C H N I Q U E ENROBE à module élevé COLBASE N Renforcer votre assise COLBASE N appartient à la famille des enrobés à module élevé de classe 1 de la norme NFP-98140. Il supporte les trafics

Plus en détail

COURS DE FONDATIONS FONDATIONS SUPERFICIELLES

COURS DE FONDATIONS FONDATIONS SUPERFICIELLES COURS DE FONDATIONS FONDATIONS SUPERFICIELLES 2010 Sommaire -1- SOMMAIRE AVANT PROPOS... 2 FONDATIONS SUPERFICIELLES... 3 1.1 Définitions... 3 1.1.1 Types de fondations superficielles... 3 1.1.2 Capacité

Plus en détail

La protection des infrastructures et les drainages

La protection des infrastructures et les drainages La protection des infrastructures et les drainages SOMMAIRE 1- Migration de l eau dans le sol.... 2 2- Protection contre les remontées capillaires.... 2 a) Phénomène de capillarité.... 2 b) Protection

Plus en détail

Centre d expertise et de recherche en infrastructures urbaines (CERIU)

Centre d expertise et de recherche en infrastructures urbaines (CERIU) Centre d expertise et de recherche en infrastructures urbaines (CERIU) GESTION DES ACTIFS URBAINS INFRASTRUCTURES DE SURFACE Pierre Gauthier, ing., M.Sc. Congrès Bitume Québec 19 et 20 mars 2015 PRÉSENTATION

Plus en détail

Les enduits. Unité de Formation Professionnelle

Les enduits. Unité de Formation Professionnelle Les enduits Unité de Formation Professionnelle Les différents enduits Les finitions en isolations extérieure Migration de vapeur d eau Gestions des désordres Une protection contre les intempéries 1 Certains

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 10 LA FISSURATION DU BETON Section 10.2 Les bases du calcul 10.2.1 Le comportement d un tirant fissuré 10.2.1.1 L observation d un tirant sous charge contrôlée 10.2.1.2

Plus en détail

ACRGTQ 66 ème Congrès Annuel 21 janvier 2010. Chaussées de béton au Québec: resurfaçage non liaisonné. Par Pierre-Louis Maillard, ing.

ACRGTQ 66 ème Congrès Annuel 21 janvier 2010. Chaussées de béton au Québec: resurfaçage non liaisonné. Par Pierre-Louis Maillard, ing. ACRGTQ 66 ème Congrès Annuel 21 janvier 2010 Chaussées de béton au Québec: resurfaçage non liaisonné Par Pierre-Louis Maillard, ing. Chaussées de béton Expertise accrue depuis plus de 15 ans des intervenants:

Plus en détail

La route en béton. Une solution économique et de qualité

La route en béton. Une solution économique et de qualité La route en béton Une solution économique et de qualité Ir Luc Rens Ingénieur conseil FEBELCEM Directeur EUPAVE 1 Introduction Les premières routes en béton belges datent de l entre-deux-guerres : presque

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES TYPE QUALIROUTES CHAPITRE F SOUS-FONDATIONS ET FONDATIONS

CAHIER DES CHARGES TYPE QUALIROUTES CHAPITRE F SOUS-FONDATIONS ET FONDATIONS Site "Qualité & Construction": http://qc.spw.wallonie.be CAHIER DES CHARGES TYPE QUALIROUTES approuvé par le Gouvernement wallon en date du 20 juillet 2011 CHAPITRE F SOUS-FONDATIONS ET FONDATIONS Édition

Plus en détail

VALORISATION DES SOLS MEDIOCRES «TRAITEMENT EN PLACE EN TERRASSEMENTS»

VALORISATION DES SOLS MEDIOCRES «TRAITEMENT EN PLACE EN TERRASSEMENTS» VALORISATION DES SOLS MEDIOCRES «TRAITEMENT EN PLACE EN TERRASSEMENTS» COMITE FRANÇAIS AIS DE MECANIQUE DES SOLS 3 décembre d 2008 Syndicat Professionnel des Terrassiers de France Patrice CHARDARD entreprise

Plus en détail

Chauconin Neufmontiers «le Pré Bourdeau»

Chauconin Neufmontiers «le Pré Bourdeau» NOTE RELATIVE A LA GESTION DES EAUX PLUVIALES SUR LES PARCELLES PRIVATIVES «le Pré Bourdeau» 55 b rue Gaston Boulet 76380 Bapeaume les Rouen TEL : 02.32.82.36.81 FAX : 02.35.76.96.50 contact@infraservices.fr

Plus en détail

Joseph ABDO. Couches de roulement en béton. Techniques et préconisations d emploi. CIMbéton

Joseph ABDO. Couches de roulement en béton. Techniques et préconisations d emploi. CIMbéton Couches de roulement en béton Techniques et préconisations d emploi Joseph ABDO CIMbéton Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de l'aménagement du territoire WWW.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

NOTE DE DIMENSIONNEMENT PLATEFORME DE TERRE-PLEIN POUR REACH-STACKER & CONTAINER

NOTE DE DIMENSIONNEMENT PLATEFORME DE TERRE-PLEIN POUR REACH-STACKER & CONTAINER NOTE DE DIMENSIONNEMENT PLATEFORME DE TERRE-PLEIN POUR REACH-STACKER & CONTAINER Z.I. DE LA FORCE TRANQUILLE Sur la Commune de XXX Rédacteur : S. BARLET Date : 11/11/2015 Dossier N : 201501 indice 0 Destinataire

Plus en détail

BALBO, J.T. and CINTRA, J.P. (ECOLE POLITECHNIQUE DE LA UNIVERSITE DE SAO PAULO, BRESIL) RESUME

BALBO, J.T. and CINTRA, J.P. (ECOLE POLITECHNIQUE DE LA UNIVERSITE DE SAO PAULO, BRESIL) RESUME L APPLICATION DE LA METHODE DES ELEMENTS FINIS ET D UN MODELE DE FATIQUE SUR LA PREVISION DU COMPORTEMENT DES COUCHES DE FORMATION TRAITEES DANS LA CONSTRUCTION DES REVETEMENTS EN BETON DE CIMENT BALBO,

Plus en détail

Le bitume routier adapté aux applications non conventionnelles

Le bitume routier adapté aux applications non conventionnelles Le bitume routier adapté aux applications non conventionnelles Yvan Paquin, ing. Directeur technique Formation technique Bitume Québec 2012 ÉTS 5 décembre 2012 Introduction Propriétés du bitume Matériau

Plus en détail

Comité Technique Bitume Québec Congrès annuel Bitume Québec

Comité Technique Bitume Québec Congrès annuel Bitume Québec Développementd enrobés spéciaux Comité Technique Bitume Québec Congrès annuel Bitume Québec Hotel Loews le Concorde, Québec 21 Mars 2013 1 Développement d Enrobés spéciaux Comité Technique Bitume Québec:.Catherine

Plus en détail

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc»

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» un projet du Programme de Gestion et de Protection de l Environnement en Maroc (PGPE) en coopération

Plus en détail

Le traitement des fissures

Le traitement des fissures Le traitement des fissures Edwin Constans Socotras Jean-Pierre Marchand Route et conseil Le traitement des fissures : une volonté de pérenniser les réalisations en béton Qui repose sur Un diagnostic: connaître

Plus en détail

TRAVAIL DU BOIS INSTRUCTIONS DE SECURITE ET DONNEES TECHNIQUES

TRAVAIL DU BOIS INSTRUCTIONS DE SECURITE ET DONNEES TECHNIQUES TRAVAIL DU BOIS INSTRUCTIONS DE SECURITE ET DONNEES TECHNIQUES SCIE A RUBAN TB 2 SOMMAIRE TB 2 Objectifs. 1 Description...... 2 Spécifications.. 3-4 Usinage 4 Façonnage 5 - Consignes générales. 5 - Utilisation..

Plus en détail

PRODUITS ROUTE. DENSO France 45 rue Jean Jaurès 92300 Levallois-Perret Tél. : 01.41.40.00.88 Fax : 01.47.31.76.67 Internet: www.denso-france.

PRODUITS ROUTE. DENSO France 45 rue Jean Jaurès 92300 Levallois-Perret Tél. : 01.41.40.00.88 Fax : 01.47.31.76.67 Internet: www.denso-france. PRODUITS ROUTE DENSO France 45 rue Jean Jaurès 92300 Levallois-Perret Tél. : 01.41.40.00.88 Fax : 01.47.31.76.67 Internet: Contact : Stéphan FIX : 06.81.779.807 E-Mail : stephan.fix@denso-france.fr TOK

Plus en détail

Dimensionnement des chaussées

Dimensionnement des chaussées 2000 LE RESEAU ROUTIER DANS LE PERIMETRE DE LA COMMUNAUTE URBAINE En fin d année 2000, le réseau routier situé sur le territoire de la Communauté Urbaine comprenait : 158 km d autoroutes 112 km de routes

Plus en détail

Cibler cinq principaux points de contrôle sur un chantier Cinq essentiels Étapes charnières où plusieurs problèmes peuvent être évités Toujours moins

Cibler cinq principaux points de contrôle sur un chantier Cinq essentiels Étapes charnières où plusieurs problèmes peuvent être évités Toujours moins Cibler cinq principaux points de contrôle sur un chantier Cinq essentiels Étapes charnières où plusieurs problèmes peuvent être évités Toujours moins $$ de corriger en chantier plutôt qu une fois terminé

Plus en détail

FORMATION CHAUSSEES. Techniques entretien palliatif. Philippe CARLE - DLCF

FORMATION CHAUSSEES. Techniques entretien palliatif. Philippe CARLE - DLCF FORMATION CHAUSSEES Techniques entretien palliatif Philippe CARLE - DLCF Techniques entretien palliatif P.2 Entretien Des Chaussées Programme à caractère re préventif: Ensemble de l ouvrage: Structurel

Plus en détail

Monitoring et suivi du comportement des chaussées

Monitoring et suivi du comportement des chaussées Monitoring et suivi du comportement des chaussées Pierre Hornych Juliette Blanc IFSTTAR - LAMES 1/xx MONITORING ET SUIVI DU COMPORTEMENT DES CHAUSSÉES DÉVELOPPEMENTS RÉCENTS ET PERSPECTIVES Introduction

Plus en détail

Le Catalogue des Structures Types de Chaussées Neuves (Edition 1995)

Le Catalogue des Structures Types de Chaussées Neuves (Edition 1995) Le Catalogue des Structures Types de Chaussées Neuves (Edition 1995) Omar ESSEKELLI Chef de Service Chaussées et Développement Division Technique - DRCR Les entrants du dimensionnement Quatre familles

Plus en détail

Documentation technique

Documentation technique MARS 2001 Les chaussées en béton : contribution au choix des techniques Les chaussées en béton continuent de susciter bien des interrogations, voire des préjugés défavorables, le plus souvent en complète

Plus en détail

Travaux de Voirie. Marché à bons de commandes C.C.T.P. Le 10 août 2007. Page 1 sur 9

Travaux de Voirie. Marché à bons de commandes C.C.T.P. Le 10 août 2007. Page 1 sur 9 Travaux de Voirie Marché à bons de commandes C.C.T.P. Le 10 août 2007 Page 1 sur 9 1. DISPOSITIONS GENERALES Le présent cahier constitue le Cahier des Clauses Techniques Particulières des marchés à bon

Plus en détail

AVIS TECHNIQUE M 001

AVIS TECHNIQUE M 001 AVIS TECHNIQUE M 001 Mur de soutènement TERRACLASS Fournisseur : Société Terre Armée ltée Février 2010 Révision : Juillet 2013 AVIS TECHNIQUE M 001 TERRACLASS 2 1.0 PRÉSENTATION 1.1 Renseignements commerciaux

Plus en détail

KS-PLAN E. La nouvelle brique efficace pour la pose manuelle, destinée au secteur du bâtiment

KS-PLAN E. La nouvelle brique efficace pour la pose manuelle, destinée au secteur du bâtiment KS-PLAN E La nouvelle brique efficace pour la pose manuelle, destinée au secteur du bâtiment Les avantages et bénéfices que vous apporte le nouveau KS-PLAN E KS-PLAN E permet de réaliser des maçonneries

Plus en détail

ENTPE année scolaire 2005-2006 Cours de Mécanique des Sols II. Essais in situ et capacité portante des fondations superficielles

ENTPE année scolaire 2005-2006 Cours de Mécanique des Sols II. Essais in situ et capacité portante des fondations superficielles Essais in situ et capacité portance des fondations superficielles p. 1 / 13 ENTPE année scolaire 005-006 Cours de Mécanique des Sols II Essais in situ et capacité portante des fondations superficielles

Plus en détail

FORMATION TECHNIQUE BQ 2012 FRÉDÉRIC NOËL ING.

FORMATION TECHNIQUE BQ 2012 FRÉDÉRIC NOËL ING. FORMATION TECHNIQUE BQ 2012 FRÉDÉRIC NOËL ING. Le contrôle de la mise en œuvre des liants d accrochage par le MTQ o Seulement dans les cas de malfaçon o Les malfaçons sont décrites dans le CCDG Selon le

Plus en détail

CHAUSSÉES AÉRONAUTIQUES EN BÉTON HYDRAULIQUE

CHAUSSÉES AÉRONAUTIQUES EN BÉTON HYDRAULIQUE CHAUSSÉES AÉRONAUTIQUES EN BÉTON HYDRAULIQUE GUIDE TECHNIQUE LCPC SERVICE TECHNIQUE DES BASES AÉRIENNES Laboratoire Central des Ponts et Chaussées CHAUSSÉES AÉRONAUTIQUES EN BÉTON HYDRAULIQUE Guide technique

Plus en détail

III- LA GAMME DE PRODUITS NIDAPLAST EP IV- PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT V- POSSIBILITÉS DE MISE EN ŒUVRE VI- PRODUITS CONNEXES

III- LA GAMME DE PRODUITS NIDAPLAST EP IV- PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT V- POSSIBILITÉS DE MISE EN ŒUVRE VI- PRODUITS CONNEXES 1 I- GENERALITES II- LES AVANTAGES DES BLOCS ET PANNEAUX NIDAPLAST EP III- LA GAMME DE PRODUITS NIDAPLAST EP IV- PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT V- POSSIBILITÉS DE MISE EN ŒUVRE VI- PRODUITS CONNEXES VII- INSTALLATION

Plus en détail

Résistance des matériaux

Résistance des matériaux Résistance des matériaux 1. Notion de poutre Une poutre est en règle générale un profilé dont la section droite est de faible dimension par rapport à la longueur. Exemples : 2. Hypothèses fondamentales

Plus en détail

Quantification des performances mécaniques en fatigue d un lœss d Alsace traité aux liants Hydrauliques

Quantification des performances mécaniques en fatigue d un lœss d Alsace traité aux liants Hydrauliques Quantification des performances mécaniques en fatigue d un lœss d Alsace traité aux liants Hydrauliques Page 1/x Les sols fins traités aux LH: méthode bien connue dans le domaine des infrastructures routières

Plus en détail

Chapitre1. Chaussées aéronautiques

Chapitre1. Chaussées aéronautiques - Caractéristiques de frottement : Notions physiques permettant d apprécier la qualité de contact entre la surface d une chaussée et un pneumatique. - Chaussée : Structure permettant la circulation en

Plus en détail

Fixations mécaniques

Fixations mécaniques 33 Goujon d ancrage FAZ II...page 34 Goujon d ancrage FBN II...page 38 Outil de pose pour goujon d ancrage FABS...page 43 Ancrage Zykon FZA...page 44 Cheville à frapper Zykon FZEA II...page 50 Cheville

Plus en détail

RELEVE VISUEL ET NOTATION DES DEGRADATIONS DIRECTION DES ROUTES - SERVICE ENTRETIEN

RELEVE VISUEL ET NOTATION DES DEGRADATIONS DIRECTION DES ROUTES - SERVICE ENTRETIEN RELEVE VISUEL ET NOTATION DES DEGRADATIONS DIRECTION DES ROUTES - SERVICE ENTRETIEN Le relevé des dégradations est effectué par 3 opérateurs : - un technicien du siège (le même pour tout le département),

Plus en détail

1 ) Fonctions des fondations :

1 ) Fonctions des fondations : On appelle fondation, la partie d'un ouvrage reposant sur un terrain d'assise auquel sont transmises toutes les charges permanentes et variables supportées par cet ouvrage. 1 ) Fonctions des fondations

Plus en détail

Documentation technique

Documentation technique SEPTEMBRE 2001 La maîtrise de la fissuration des graves hydrauliques* Sous l enrobé... les graves traitées. La technique des assises de chaussées en graves-ciment et en gravesliants hydrauliques routiers

Plus en détail

AEV-1302092-056. RENOVAL_Industrie. ZA Château Gaillard 35470 Bain De Bretagne. Mr Julien DUFOUR. Méthode d'essai & classification:

AEV-1302092-056. RENOVAL_Industrie. ZA Château Gaillard 35470 Bain De Bretagne. Mr Julien DUFOUR. Méthode d'essai & classification: Page : 1 / 9 Entreprise : RENOVAL_Industrie Z.A. Les Quints 49260 Le Puy Notre Dame Lieu des essais : ZA Château Gaillard 35470 Bain De Bretagne Corps d'épreuve : COULISSANTE RT2_Fenêtre Aluminium, 2 vantaux,

Plus en détail

Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique

Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique Francis Barré Géodynamique & Structure Ferraillage minimum des pièces épaisses (Chap 6) Hydratation à jeune âge Séchage du béton

Plus en détail

ROUTES Matériaux, Durabilité des chaussées MASTER 2 GENIE-CIVIL

ROUTES Matériaux, Durabilité des chaussées MASTER 2 GENIE-CIVIL ROUTES Matériaux, Durabilité des chaussées MASTER 2 GENIE-CIVIL TomeII M.ROBERT (J.F.LAFON) 1 SOMMAIRE: Chap IX: LES G.N.T. Chap X: LES GRAVES TRAITEES AU LIANT HYDRAULIQUE Chap XI: LES ENROBES BITUMINEUX

Plus en détail

Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes

Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes Myriam Bouichou - Elisabeth Marie-Victoire Les ciments naturels dans le patrimoine européen: histoire,

Plus en détail

edilon)(sedra USTS (système urbain de voies sur dalle) Always a step ahead in rail systems! www.edilonsedra.com

edilon)(sedra USTS (système urbain de voies sur dalle) Always a step ahead in rail systems! www.edilonsedra.com edilon)(sedra USTS (système urbain de voies sur dalle) Always a step ahead in rail systems! www.edilonsedra.com Deux sous-systèmes uniques edilon)(sedra USTS (système urbain de voies ferrées sur dalle)

Plus en détail

Sétra. Retraitement des chaussées et recyclage des matériaux bitumineux de chaussées. Guide technique

Sétra. Retraitement des chaussées et recyclage des matériaux bitumineux de chaussées. Guide technique Sétra service d'études techniques des routes et autoroutes juillet 2004 Guide technique Retraitement des chaussées et recyclage des matériaux bitumineux de chaussées pages laissée intentionnellement blanche

Plus en détail

des piliers et des portails en toute sécurité Je pose La pose des piliers 1 La prise des mesures AVEC LES CONSEILS

des piliers et des portails en toute sécurité Je pose La pose des piliers 1 La prise des mesures AVEC LES CONSEILS MA.7 MATÉRIAUX LES OUTILS ET LE MATÉRIEL NÉCESSAIRES À LA POSE DES PILIERS ET PORTAILS Je pose des piliers et des portails en toute sécurité Perceuse (et foret à béton dans le cas où le trou de scellement

Plus en détail

Augmentation des couts Budgets restreints Meilleur gestions des fonds disponibles Prolonger la vie de la chaussée Meilleur état de la chaussée

Augmentation des couts Budgets restreints Meilleur gestions des fonds disponibles Prolonger la vie de la chaussée Meilleur état de la chaussée Augmentation des couts Budgets restreints Meilleur gestions des fonds disponibles Prolonger la vie de la chaussée Meilleur état de la chaussée Satisfaction des usagers Sécurité de usagers Entretien Préventif

Plus en détail

Aires industrielles. Bain-de-Bretagne (35) Chelles (77) Lumbres (62) Marseille (13)

Aires industrielles. Bain-de-Bretagne (35) Chelles (77) Lumbres (62) Marseille (13) Aires industrielles Bain-de-Bretagne (35) Chelles (77) Lumbres (62) Marseille (13) 19 20 Plateforme logistique de Bain-de-Bretagne (35) Identification Lieu : ZI de Bain-de-Bretagne (35) Maître d ouvrage

Plus en détail

TILUX-LINE TILUX. Évacuation en ligne. Tilux-Line 4-6 DURABASE WP 7. Tilux 8-10

TILUX-LINE TILUX. Évacuation en ligne. Tilux-Line 4-6 DURABASE WP 7. Tilux 8-10 F TILUX-LINE TILUX Évacuation en ligne Eléments pour douche à l'italienne Évacuation classique Tilux-Line 4-6 DURABASE WP 7 Tilux 8-10 informations produits 11 Tilux-Line Évacuation en ligne Panneaux de

Plus en détail

PRODUITS EN BETON PREFABRIQUE

PRODUITS EN BETON PREFABRIQUE P R E F A PRODUITS EN BETON PREFABRIQUE OUVRAGE D ASSAINISSEMENT RESEAUX SECS GENIE CIVIL BORDURES ET CANIVEAUX DE VOIRIE BETON DECORATIF P R E F A PRESENTATION QUI SOMMES-NOUS? Opérateur majeur dans l

Plus en détail

BANDEROLEUSE ROTOPLAT MODELE : 107 CONVOYEUR

BANDEROLEUSE ROTOPLAT MODELE : 107 CONVOYEUR 1 2 FONCTIONNEMENT DE LA MACHINE AVEC UN CYCLE CLASSIQUE : La charge est déplacée sur le convoyeur par l opérateur. Avec une levier l opérateur bloque les 6 rouleaux centrales. Une cellule de sécurité

Plus en détail

LE FUTUR DU MUR VEGETAL. Grille de grande résistance pour murs végétalisés. www.geoplast.it

LE FUTUR DU MUR VEGETAL. Grille de grande résistance pour murs végétalisés. www.geoplast.it LE FUTUR DU MUR VEGETAL Grille de grande résistance pour murs végétalisés www.geoplast.it LES MURS VEGETALISES L utilisation de la végétation en tant que revêtement fait désormais pleinement partie du

Plus en détail

REGIE DES EAUX BELLEY - TARIFS 2016 BORDEREAU DES PRIX TRAVAUX NEUFS ET PRESTATIONS

REGIE DES EAUX BELLEY - TARIFS 2016 BORDEREAU DES PRIX TRAVAUX NEUFS ET PRESTATIONS REGIE DES EAUX BELLEY - TARIFS 2016 BORDEREAU DES PRIX TRAVAUX NEUFS ET PRESTATIONS / / 0 DICT sous réserve qu'elle n'ait pas été faite pour un service eau potable u 33,57 1 Installation de chantier (amenée

Plus en détail

Décomposition du Prix Global et Forfaitaire

Décomposition du Prix Global et Forfaitaire DEPARTEMENT DU GARD COMMUNE DE CALVISSON CHEMIN DE CAVEYRARGUES AMENAGEMENT VOIRIE Décomposition du Prix Global et Forfaitaire février-15 N PRIX I. Préparation du Chantier et Administratif Aménagement

Plus en détail

Travaux de remplacement du pont de Luttre METRE RECAPITULATIF

Travaux de remplacement du pont de Luttre METRE RECAPITULATIF DGO2 - Direction générale de la Mobilité et des Voies hydrauliques Département des Voies hydrauliques de Namur Direction de Charleroi Travaux de remplacement du pont de Luttre CAHIER SPECIAL DES CHARGES

Plus en détail

JOURNÉE TECHNIQUE DU 26 MAI 2011

JOURNÉE TECHNIQUE DU 26 MAI 2011 JOURNÉE TECHNIQUE DU 26 MAI 2011 LES REVÊTEMENTS DE SOL DE BÂTIMENT Comparaisons des 2 DTU : DTU 52.1 (sols scellés) et DTU 52.2 (sols collés) pour les PIERRES NATURELLES Philippe DUPUIS NF DTU 52.1 NF

Plus en détail

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Titre : WTNP128 - Essai de fendage par coin du béton sous [...] Date : 02/03/2011 Page : 1/14 WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Résumé : Le test présenté ici permet de vérifier

Plus en détail

Cours de béton armé 10: Poutres en Té

Cours de béton armé 10: Poutres en Té Cours de béton armé 10: Poutres en Té BAC3 - HEMES -Gramme 1 Dr Ir P. Boeraeve - Unité 9 Construction - 2007 Poutre en Té Dalle posée sur une nervure = 2 éléments rectangulaires superposés Dalle coulée

Plus en détail

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU MIGRATION DE VAPEUR D'EAU Maison individuelle (toutes époques de construction) OBJET L air ambiant contient naturellement de l eau sous forme de vapeur. Sa quantité varie en fonction de la température

Plus en détail

3.3 Prescriptions de poses : 3.3.1 Pare vapeur : 3.3.3 Découpe de l isolant :

3.3 Prescriptions de poses : 3.3.1 Pare vapeur : 3.3.3 Découpe de l isolant : 3.3 Prescriptions de poses : 3.3.1 Pare vapeur : Pare vapeur de permeance inférieure ou égale à : 0,015 g/h.m2.mmhg en zone très froide 0,05 g/h.m2.mmhg hors zone très froide. Les descriptions de pose

Plus en détail

= RÉALISATION DE QUALITÉ DURABLE

= RÉALISATION DE QUALITÉ DURABLE PAVÉS EN BETON CONCEPTION APPROPRIÉE + MISE EN OEUVRE PROFESSIONNELLE = RÉALISATION DE QUALITÉ DURABLE 10 règles de base pour une mise en œuvre correcte de revêtements de pavés en béton 1 2 3 4 5 6 7 8

Plus en détail

Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers

Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers Journée «Thermographie infrarouge pour le bâtiment et les travaux publics» Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers Jean Dumoulin (LCPC) Mario Marchetti (LRPC Nancy) Frédéric Taillade

Plus en détail

2012-2013 CHAPITRE 3. Terrassements

2012-2013 CHAPITRE 3. Terrassements CHAPITRE 3 Terrassements Blindage en palplanches légères 8 Boisage, blindage des parois 7 Conditions générales 2 Décapage de terre végétale 3 Difficultés et travaux accessoires 4 Excavations 2, 4 Fonds

Plus en détail

Trafic combiné. Guide de chargement dans les unités de transport intermodales (U.T.I.) Société Nationale des Chemins de fer Belges

Trafic combiné. Guide de chargement dans les unités de transport intermodales (U.T.I.) Société Nationale des Chemins de fer Belges Trafic combiné Guide de chargement dans les unités de transport intermodales (U.T.I.) Société Nationale des Chemins de fer Belges - 1 - Table des matières 1. Rappel : sollicitations auxquelles sont soumises

Plus en détail

N Désignation du prix et prix unitaire en toutes lettres (Hors Taxe)

N Désignation du prix et prix unitaire en toutes lettres (Hors Taxe) N Désignation du prix et prix unitaire en toutes lettres (Hors Taxe) Prix unitaire en chiffre (Hors Taxe) 1 COUVERTURE VEGETALE 1.1 Placage : Ce prix rémunère les opérations de placage - les transferts

Plus en détail