Prise en compte des Eurocodes dans le dimensionnement d ouvrages d art courant en béton armé. Comparaison avec «l ancienne» réglementation.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prise en compte des Eurocodes dans le dimensionnement d ouvrages d art courant en béton armé. Comparaison avec «l ancienne» réglementation."

Transcription

1 Prise en compte des Eurocodes dans le dimensionnement d ouvrages d art courant en béton armé. Comparaison avec «l ancienne» réglementation. Projet de Fin d Etude Auteur : GODARD Sandy Elève ingénieur en 5 ème année, Spécialité Génie civil Tuteur Entreprise : PELLE Gilles Ingénieur chef de projet, SOGREAH Consultant Tuteur INSA Strasbourg : ZINK Philippe Ingénieur chef de projet INGEROP et Intervenant à l INSA de Strasbourg en Ouvrage d art Juin 2009

2 Remerciements Je tiens à remercier dans un premier temps Monsieur GONZALEZ Manuel, Directeur de l agence SOGREAH à Pontivy, de m avoir accueillie en tant que stagiaire au sein de son agence. Je remercie également Monsieur PELLE Gilles, Ingénieur Chef de projet, pour l expérience enrichissante et pleine d intérêt que j ai pu effectuée pendant ces cinq mois de stage. Et aussi pour le temps qu il m a consacré tout au long de cette période. D une façon plus générale, je remercie le personnel de SOGREAH dans son ensemble pour son accueil chaleureux et sa convivialité, ainsi que pour toutes les informations qu ils m ont apportées durant ce stage. Je remercie de même, mon tuteur de stage Monsieur ZINK Philippe, Ingénieur Chef de Projet chez Ingérop et Intervenant à l INSA de Strasbourg en Ouvrage d Art, pour son encadrement pendant celui-ci.

3 Sommaire 1 PRESENTATION ENTREPRISE OBJET DE L ETUDE ETUDE D EXECUTION D UN PONT CADRE DOUBLE OBJECTIFS ETUDE DU PS1 SUIVANT LES EUROCODES PRESENTATION OUVRAGE HYPOTHESES DE CALCUL Caractéristique de l ouvrage Poids propre (EC ) Action du trafic routier (EC1-2 4) Action sur les trottoirs (EC ) Actions thermiques (EC ) Charges sur remblais (EC ) Dalle de transition Conditions d environnement (EC ) Enrobage (EC ) COMBINAISONS D ACTIONS Définition des charges Combinaisons à l ELS Combinaisons à l ELU MODELISATION DE L OUVRAGE Hypothèses de modélisation Schéma DIMENSIONNEMENT DES ARMATURES Tableau récapitulatif des sollicitations à l ELU Calcul des armatures longitudinales Calcul des armatures transversales Armatures d effort tranchant (EC ) Vérification des contraintes admissibles à l ELS (EC ) Maîtrise de la fissuration (EC ) COMPARAISON NORMES FRANÇAISES/EUROCODES HYPOTHESES DE CALCUL Matériaux Charges permanentes Charges de trafic routier Forces de freinages Charges sur remblais Actions thermiques COMBINAISONS D ACTIONS Charges de trafic Combinaisons ELS

4 4.2.3 Combinaisons ELU ENROBAGE DIMENSIONNEMENT DES ARMATURES Détermination de la section d armature à l ELU Vérification des contraintes admissibles à l ELS Maîtrise de la fissuration à l ELS JUSTIFICATION DES FONDATIONS EXEMPLE SYNTHESE COMPARATIVE NORMES FRANÇAISES / EUROCODES HYPOTHESES DE CALCUL Définition charges permanentes Charges de trafic routier Actions thermiques Matériau béton Matériau acier COMBINAISONS D ACTIONS ENROBAGE GEOTECHNIQUE METHODES DE DIMENSIONNEMENT ANNEXES ANNEXE 1 : DETAILS DES CALCULS DE SECTION D ARMATURE LONGITUDINALES ANNEXE 2 : CALCULS DES EFFORTS NORMAUX ANNEXE 3 : DETAILS DES CALCULS DES ARMATURES TRANSVERSALES ANNEXE 4 : CALCULS DES ARMATURES D EFFORT TRANCHANT ANNEXE 5 : CALCULS D OUVERTURE DE FISSURE ANNEXE 6 : CALCULS DES APPUIS SURFACIQUES ANNEXE 7 : BIBLIOGRAPHIE

5 1 Présentation entreprise SOGREAH est un groupe indépendant de conseil et d'ingénierie de dimension européenne, spécialisé dans les domaines de l'eau, de l'environnement, de l'énergie et de l'aménagement urbain. Intervenant à la fois comme cabinet de conseil et société d'ingénierie, en études, en maîtrise d'œuvre ou en assistance au maître d'ouvrage, SOGREAH accompagne ses clients publics et privés dans la préparation, la conception et la mise en œuvre de leurs stratégies, de leurs projets, de leurs investissements. L agence de SOGREAH Pontivy est spécialisée dans la conception et le dimensionnement d ouvrages maritimes et d ouvrages d art. 4

6 2 Objet de l étude 2.1 Etude d exécution d un pont cadre double L étude porte sur un pont cadre double PS1 en béton armé, déjà justifié avec les normes françaises (BAEL, Fascicule 61 Titre II, Fascicule 62 Titre V, DC 79), elle consiste en la justification de cet ouvrage avec les Eurocodes. 2.2 Objectifs Comparer les différentes approches de dimensionnement entre les normes françaises et les Eurocodes. Comparer les hypothèses de calcul. Comparer les sollicitations obtenues (RdM). Comparer les dimensionnements des sections (BA). Développer des outils de calcul adaptés aux Eurocodes (calcul BA, calcul de contraintes, calcul d ouverture de fissures). Rédiger une synthèse comparative des approches aux Eurocodes suivant les points énoncés précédemment. 3 Etude du PS1 suivant les Eurocodes 3.1 Présentation ouvrage L ouvrage PS1 est un pont cadre double en béton armé, situé dans le département de la Manche (50). Il est réalisé dans le cadre de l aménagement de la RN174 entre Saint-Lô et Cherbourg. 5

7 Vue en plan : 6

8 Coupe longitudinale : Coupe transversale : 7

9 Détail de rive : 8

10 3.2 Hypothèses de calcul Caractéristique de l ouvrage Epaisseur moyenne du tablier : Le tablier possède un profil en travers en toit, avec une pente de 2.5%. Dans toute la suite de l étude, nous prendrons comme épaisseur de tablier l épaisseur moyenne suivante : e Hauteur moyenne de l ouvrage : La traverse présente un profil en long en pente, avec une inclinaison de 2.30%, ce qui conduit à une différence de hauteur entre les piédroits extérieurs. Nous utiliserons la hauteur moyenne entre feuillet moyen suivante pour la modélisation élément finis (avec le logiciel Effel) : H H

11 3.2.2 Poids propre (EC ) Les poids volumiques, ainsi que les tolérances à prendre en compte sont définis par l eurocode EC1-1-1 «Actions sur les structures». Poids volumique (kn/m3) Epaisseur (m) Largeur (m) Valeur nominale (kn/ml) Revêtement étanchéité Béton Bitumineux 24 0, ,4 Etanchéité 24 0, ,9 Béton sous BN4 x2 24 0,41 0,55 10,8 Béton trottoir 24 0,41 1,5 29,5 Réservations réseaux fourreaux -8,9 Eléments non structuraux Corniche métallique x2 1,6 BN4 x2 1,3 TOTAL 57,7 Coef Valeur minimale (kn/ml) Coef Valeur maximale (kn/ml) Revêtement étanchéité Béton Bitumineux 0,8 12,3 1,4 21,5 Etanchéité 0,8 6,3 1,2 9,5 Béton sous BN4 x2 0,8 8,7 1,2 13,0 Béton trottoir 0,8 23,6 1,2 35,4 Réservations réseaux fourreaux 0,8-7,1 1,2-10,6 Eléments non structuraux Corniche métallique x2 1 1,60 1 1,6 BN4 x2 1 1,30 1 1,3 TOTAL 46,7 71,7 Largeur droite Superstructure min : Superstructure max : 12,1 m 4 kn/m² 6 kn/m² Action du trafic routier (EC1-2 4) Découpage de la chaussée La largeur chargeable «ω» est définie entre les bordures. La chaussée est ensuite découpée en voie conventionnelle et aire résiduelle. Pour notre ouvrage : ω m. Nous avons donc deux voies conventionnelles d une largeur 3m et une aire résiduelle de 2m de large. L EC1-2 impose une numérotation des voies. La voie n 1 étant celle qui aura l effet de chargement le plus défavorable pour l ouvrage. Dans notre cas, vis-à-vis de la flexion longitudinale de la traverse, la voie dimensionnante est celle la plus proche de la rive. (Cf. Théorie de Guyon-Massonnet). 10

12 Schéma numérotation des voies choisie Aire résiduelle 2m Voie n 2 3m Voie n 1 3m Modèle de charge 1 (LM1) Le modèle de charge 1 définie dans l EC1-2 regroupe une charge uniformément répartie UDL, ainsi qu une charge de tandem TS. L intensité des charges réparties et du tandem dépendent du numéro des voies. Les valeurs caractéristiques fournis par l eurocode inclus le coefficient de majoration dynamique. Emplacement TS Qk (kn) Coefficient αq TS (kn) UDL qik (kn/m²) Coefficient αq UDL (kn/m²) Voies n Voies n ,5 1,2 3 Aire résiduelle ,5 1,2 3 Les coefficients α Q et α q sont définis par l annexe nationale en fonction de la classe de trafic de l ouvrage. Considérant que l ouvrage de par sa position géographique, voie d accès à Cherbourg, pouvait supporter un trafic lourd, il se trouve dans la première classe de trafic. Schéma surface d impact du tandem 0.4m 0.4m Il faut noter que le nombre de tandem par voie est fixé à un tandem complet, circulant dans l axe de la voie. 2m 1.20m 11

13 Modèle de charge 2 (LM2) Le modèle de charge 2 se compose d une charge d essieu unique d une valeur : β q.q ak La valeur du coefficient β q est donnée par l annexe nationale à 0.8. Celle de Q ak est fixée par l EC1-2 à 400kN. D où : Schéma surface d impact du tandem L essieu de LM2 doit être placé longitudinalement et transversalement sur la chaussée de façon à engendrer l effet le plus défavorable Modèle de charge 3 (LM3) Ce modèle de charge permet de prendre en compte les véhicules spéciaux (convoi exceptionnel et/ou convoi militaire). La définition des véhicules spéciaux (Annexe A de l EC ) n est pas applicable en France. L annexe nationale propose de se référer soit aux véhicules spéciaux types définis par la réglementation française, soit de définir, dans le projet, les caractéristiques des véhicules spéciaux pouvant emprunter l ouvrage. Dans notre cas, le projet définit le passage d un convoi militaire MC120 (conformément au fascicule 61 titre II) et d un convoi exceptionnel de type C (définit par la lettre circulaire R/EG.3 du 20 juillet 1983 Convois exceptionnels). Caractéristiques du MC120 o Efforts développés par le MC120 Schéma surface d impact des chenilles du MC120 55t 1m 3.20m 55t 6.10m 12

14 Le MC120 est défini dans le fascicule 61 titre II. Le coefficient de majoration dynamique change, il est défini par l annexe nationale de l eurocode avec L : longueur d'influence La valeur de la force développée par le char par chenille: LM3 55t δ 1.1 D après l Eurocode, le char doit être placé le plus défavorablement sur la chaussée. Nous plaçons le char excentré en rive de la chaussée. L annexe nationale prend aussi en compte une force de freinage pour le char. Force de freinage 0.3 Poids du véhicule Force de freinage t Caractéristiques du convoi exceptionnel de type C D après la lettre circulaire R/EG.3 du 20 juillet 1983, le convoi exceptionnel de type C est couvert par le passage du char MC 120. De ce fait, il n y a pas lieu de le prendre en compte Modèle de charge 4 (LM4) Le modèle de charge 4 représente le chargement de la foule par une charge uniformément répartie. Dans notre cas, ce cas n est pas dimensionnant. Nous ne le prenons donc pas en compte Forces de freinage L EC1-2 propose de prendre en compte une force de freinage Q, dépendant du chargement TS et UDL de LM1. L intensité de cette force est bornée à 180α Q 900. Q 0.6 α 2 Q 0.10 α q ω L avec L : longueur du tablier Q Forces de freinage transversale Nous devons prendre en compte des forces latérales dues au freinage en biais ou au dérapage représentant 25% de la force de freinage. Ces deux actions sont considérées simultanément. Q kN Action sur les trottoirs (EC ) La charge de trottoir uniformément répartie à prendre en compte est forfaitaire. / ² 13

15 3.2.5 Actions thermiques (EC ) Les variations de température dans les ponts sont définies suivant le type de tablier. Le pont cadre en béton armé est regroupé dans le type Définition des termes Températures de l air sous abri, définies par l annexe nationale suivant la zone géographique. Pour le département de la Manche : Température minimale de l air sous abri : T 15 C ; Température maximale de l air sous abri : T 35 C ; Termes additionnels, définis par l annexe nationale suivant le type d ouvrage. Pour un ouvrage de type 3 (tablier béton armé) : Te, 8 C Te, 2 C Composantes de températures uniformes extrêmes Composante de température uniforme minimale : T. ; Composante de température uniforme maximale : T. ; Température d origine, définie forfaitairement par l annexe nationale. T 10 C Etendue des variations de la composante de température uniforme d un pont Etendue des variations négatives : T, ; Etendue des variations positives : T, ; Composantes linéaires du gradient thermique, définies par l annexe nationale en fonction du type de tablier pour un revêtement de 50mm d épaisseur. Composante positive : T, ; Composante négative : T, ; Composante de température uniforme Calcul de la composante de température uniforme Les composantes de température uniforme extrêmes dépendent des températures extrêmes de l air sous abri, T et T, et de termes additionnels, Te, et Te,. Nous avons donc : Te, T Te, Te, T Te, Te, 15 8 C Te, 35 2 C,, 14

16 Calcul de l étendue des variations négative/positives de la composante de température uniforme Etendue des variations négatives : T, T Te, T, 10 7,. Soit une variation négative de -17 C. Etendue des variations positives : T, Te, T T, 37 10, Composante de gradient thermique L eurocode propose deux méthodes pour définir la composante de gradient thermique. Le choix de la méthode est fixé par l annexe nationale en fonction du type de tablier. Dans notre cas, nous utilisons la méthode 1 : composante linéaire verticale. Composante positive : T, 12 C ; Composante négative : T, 6 C ; Notre ouvrage a un revêtement de 110mm d épaisseur (enrobé + étanchéité). Les valeurs des composantes linéaires du gradient thermiques doivent être corrigées par un coefficient k dépendant lui aussi du type d ouvrage. Dans notre cas : k 0.8 pour T, k 1 pour T, Finalement :,. : fibre supérieure chaude, : fibre supérieure froide Coefficient de dilatation linéaire Il dépend du type de matériau. Pour le béton armé, il est fixé à :. / Simultanéité de la composante uniforme et du gradient thermique L EC1-1-5 permet de prendre en compte simultanément le gradient thermique et les variations uniformes de température en proposant quatre combinaisons. Les coefficients ω et ω sont définis forfaitairement par l EC Combinaisons n 1a : T, et ω. T, Combinaisons n 1b : T, et ω. T, Combinaisons n 2a : ω. T, et T, Combinaisons n 2b : ω. T, et T, Composante linéaire du gradient thermique Composante de variation uniforme de température Combinaison ω M T, C T, ω N T, C T, C n 1a n 1b n 2a n 2b

17 Les combinaisons n 2 présentent un écart de variation uniforme de température (Δ=44 C) beaucoup plus important que les combinaisons n 1 (Δ=15.4 C). Or les variations uniformes de températures sont les plus préjudiciables pour un ouvrage. Nous retenons donc les combinaisons n Charges sur remblais (EC ) Charge permanente : poussée des terres D après les recommandations du dossier pilote du SETRA Ponts-Cadres en Béton armé aux états limites, le calcul de la poussée des terres s effectue avec une fourchette pour la valeur de Ka. La valeur du coefficient de poussée mini est de 0.25 et sa valeur maxi est 0.5. Caractéristiques du remblai contigu à l ouvrage : Densité : γ 2.0t/m Cohésion : c 0t/m Angle de frottement interne : φ 35 Calcul de la poussée des terres : Schéma de principe Poussée des terres : PT Ka γ z Remblai gauche Remblai droit Hauteur (m) Poussée des terres (kn/m²) Ka min = 0.25 Ka max =0.50 Feuillet moyen sup Feuillet moyen inf Hauteur totale Feuillet moyen sup Feuillet moyen inf Hauteur totale

18 Charges variables : trafic - MC120 L EC1-2 recommande d utiliser le modèle de charge LM1 pour charger la chaussée situé derrière les culées. L annexe nationale précise que les charges UDL et TS sont réduites de 30% et que la charge de tandem peut être remplacée par une charge uniformément répartie sur une surface rectangulaire de 3m de large sur 2.20m de long Intensité des charges Tandem TS Voie n 1 TS kN Soit 420kN. / ² 2.2m 3m 280kN Voie n 2 TS kN Soit. / ² 2.2m 3m Schéma de principe Charge répartie UDL Voie n 1 q kN/m² Voie n 2 : q kN /m² Aire résiduelle q kN /m².... / ² Schéma de principe 17

19 Char MC kN MC kN/m² / ² Schéma de principe Poussée sur piédroit Schéma de principe de la détermination de la hauteur de poussée sur le piédroit Nous faisons l hypothèse d une répartition uniforme et rectangulaire du chargement. Hauteur de poussée sur piédroit (m) : z1 a tan φ z2 a b tan Largeur d impact sur piédroit (m) : L d a 18

20 Schéma de principe de la détermination de l intensité de la poussée sur le piédroit Intensité de la poussée sur le piédroit (kn/m²) : p π Calcul de la hauteur et de l intensité des poussées: Dans un premier temps, nous positionnons les surcharges accolés au piédroit. Puis, dans un second temps, nous positionnons les surcharges à une distance telle que l impact sur le piédroit de la poussée résultante soit centré sur la hauteur de celui-ci. Il faut donc que 3.895m Voie a (m) b (m) d (m) φ Charge TS (kn/m²) Hauteur de poussée (m) Largeur d impact (m) z1 z2 L Poussée (kn/m²) TS accolé au remblai Impact de TS centré n n n n MC

21 Schémas récapitulatif Poussée due à UDL p Ka q kN/m² p Ka q kN/m² Schémas récapitulatifs 20

22 3.2.7 Dalle de transition Le fonctionnement d une dalle de transition est donné par le dossier pilote du SETRA Dalle de transition d octobre On lui applique, afin de la calculer, les charges routières définies par l EC1-2. Hypothèses faites : o Longueur : 4m o Largeur : 10.80m o Epaisseur : 0.30m Réaction sous charges permanentes Revêtement : 24kN/ kN/ml Poids des terres : 20kN/ kN/ml Poids propre de la dalle : 25kN/ kN/ml 248 / R Réaction sous surcharge Réaction sous surcharge TS Tandem voie n 1 = 300kN 500 Tandem voie n 2 = 200kN Réaction sous surcharge UDL UDL kN 21

23 R Réaction totale sous surcharge R R R R Poussée des terres avec la dalle de transition Le calcul avec dalle de transition n a pour objet que de minimiser l effet des poussées des terres et des surcharges. Aussi le calcul de poussée s effectue donc avec K min. Schéma de principe Poussée des terres sur remblais : PT Ka γ z Remblai gauche Remblai droit Poussée des terres Hauteur (m) (kn/m²) Ka min = 0.25 Feuillet moyen inf Hauteur jusqu au corbeau Feuillet moyen inf Hauteur jusqu au corbeau

24 3.2.8 Conditions d environnement (EC ) Les conditions d environnement sont définies suivant les classes d exposition des différentes parois de l ouvrage. Ces classes d expositions font références aux conditions physiques et chimiques auxquelles l ouvrage est soumis pendant sa durée d utilisation. Nous avons classé les parois de l ouvrage au contact de remblais (fondation) dans la classe d exposition XC2. Les autres parois de l ouvrage sont classé dans la classe d exposition XF2 ou XF3 (surfaces verticales ou horizontales de béton exposées à la pluie et au gel). Cependant l enrobage de ces classes sera déterminé par références à la classe d exposition XD1 (Cf. EC2-1-1 NA Note6). Schéma récapitulatif classe d exposition : Enrobage (EC ) L enrobage nominal des armatures est défini comme suit dans l eurocode. c c c Calcul de l enrobage minimal c max c, ; c, c, c, c, ; 10} Avec : c, 0mm valeur recommandée c, 0mm valeur recommandée c, 0mm valeur recommandée 23

25 Classe d exposition XD1 XC2 Classe structurale (Cf. EC2-1-1 Tableau 4.3) Enrobage minimal vis à vis adhérence c min,b (Cf. Tableau 4.2) Enrobage minimal vis à vis environnement c min,dur (Cf. Tableau 4.4) S 1 S Minoration de 1 : qualité du coffrage/vibration/compacité barre Armature individuelle 30mm S 0 S Pas de minoration barre Armature individuelle 25mm 30mm 25mm Tolérance d exécution c dev Enrobage nominal 10mm Valeur recommandée 40mm 10mm Valeur recommandée 35mm En pratique, un seul enrobage nominal est utilisé. Nous choisissons de prendre pour tous l ouvrage. 24

26 3.3 Combinaisons d actions Définition des charges Dénomination Description G1 Poids propre G2 Superstructures PT Poussée des terres, avec Kmin ou Kmax sans DDT PTDDT Poussée des terres Kmin avec DDT et réaction DDT due aux charges permanentes TS Charges de tandem sur les voies conventionnelles n 1 et 2 UDL Charges réparties sur la chaussée QLKC Charge de trottoir dans la combinaison du groupe1a RDDT Réaction DDT due aux surcharges de trafic LM3 Convoi militaire MC120, charges verticale et charge de freinage LM3P Poussée des terres sur remblais due à LM3 QR Surcharge sur remblais dues à UDL et TS FF Forces de freinage FTRANS Forces transversales TK Température L EC1-2 regroupe ensuite les différents chargements en groupe de charge. Gr1a LM1 TS UDL Charge de trottoir de combinaison Gr1b LM2 Gr2 LM1 valeur fréquente : 0.75TS 0.40UDL forces de freinage forces transversales Gr3 Charge de trottoir Gr4 Chargement de foule : non prise en compte dans notre cas Gr5 LM Combinaisons à l ELS Charges permanentes Les combinaisons de charges permanentes sont effectuées avec le module d élasticité effectif du béton : 12,. L ouvrage est étudié avec ou sans la dalle de transition. G1 : 1 2 GDDT1 :

27 Charges variables Les combinaisons de charges variables sont effectuées avec le module d élasticité sécant du béton : Ec GPa Combinaisons caractéristiques : Q, ψ,. Q, C1 LM1 sans DDT : TS UDL QLKC QR 0.6TK C2 LM1 avec DDT : TS UDL QLKC RDDT 0.6TK C3 Gr2 : 0.75 TS 0.40 UDL FF FTRANS 0.6TK C4 Gr5 : LM3 0.6TK C4 Gr5 : LM3P 0.6TK Le char circulant en convoie, il ne peut pas y avoir en même temps un char sur l ouvrage et la poussée du char sur le remblai. Les deux sollicitations sont donc étudiées dans des combinaisons différentes. Les combinaisons suivantes ont été considérées comme non dimensionnantes : Gri, 0.6TK Le groupe 1b, représentant un essieu unique, et le groupe 3, représentant uniquement les charges sur les trottoirs, sont forcement moins préjudiciables pour l ouvrage que le groupe 1a qui considère simultanément une charge uniformément répartie, un tandem sur chaque voie conventionnelle et des charges sur les trottoirs. Combinaisons quasi-permanentes : ψ,. Q, QP1 : QR 0.5TK QP2 : RDDT 0.5TK Combinaisons fréquentes : ψ,. Q, ψ,. Q, F1 : F2 : F3 : F3 0.85LM3P 0.5TK Combinaisons à l ELU Charges permanentes Les combinaisons de charges permanentes sont effectuées avec le module d élasticité effectif du béton : Ec,. 12GPa L ouvrage est étudié avec et sans la présence de la dalle de transition. Combinaisons sans la dalle de transition : G1 : G1 G2 PT G2 : 1.35G1 1.35G2 1.35PT G3 : G1 G2 1.35PT G4 : 1.35G1 1.35G2 PT 26

28 Combinaisons avec la dalle de transition : GDDT1 : G1 G2 PTDDT GDDT2 : 1.35G1 1.35G2 1.35PTDDT GDDT3 : G1 G2 1.35PTDDT GDDT4 : 1.35G1 1.35G2 PTDDT Charges variables Les combinaisons de charges variables sont effectuées avec le module d élasticité sécant du béton : Ec GPa Q1 LM1 sans DDT : 1.35 TS UDL QLKC QR TSQR 0.9TK Q2 LM1 avec DDT : 1.35 TS UDL QLKC QR TSQR 1.5RDDT 0.9TK Q3 Gr2 : 1.35 TS UDL Force de freinage Force transversale 0.9TK Q4 Gr5 : 1.35LM3 0.9TK Q4 Gr5 : 1.35LM3P 0.9TK 27

29 3.4 Modélisation de l ouvrage Le calcul des sollicitations est effectué à l aide du logiciel de calcul de structure aux éléments finis EFFEL Hypothèses de modélisation Hauteur de l ouvrage L ouvrage est un pont cadre double, nous ne pouvons donc pas utiliser les logiciels de calcul automatique des ponts cadre du SETRA. La traverse présente un profil en long, avec une pente de 2.30%, ce qui conduit à une différence de hauteur entre les piédroits extérieurs de 56cm. Les impacts de roue ne peuvent pas être modélisés avec le logiciel que nous utilisons. De ce fait, nous avons modélisé l ouvrage avec une hauteur moyenne de 7.97m au feuillet moyen. Cette hypothèse avait déjà été faite dans l étude précédente et validée par le contrôle externe d INGEROP Rennes et le visa SETEC. De plus, le but de cette étude est de pouvoir comparer les résultats trouvés en appliquant les Eurocodes avec ceux préalablement trouvés lors de la réalisation de ce projet, ils paraissaient donc pertinent de garder les mêmes hypothèses Modèle plaque Le logiciel de calcul de structure Effel nous permet de modéliser l intégralité de l ouvrage avec un modèle plaque. Cette modélisation nous permet d obtenir les moments longitudinaux et transversaux prenant en compte l effet de redistribution des plaques (Effet de Guyon-Massonnet). La liaison entre la traverse et le piédroit central est modélisée par un encastrement à trois nœuds. Une partie de la sollicitation subit par la traverse passe donc dans le piédroit central. CF. Annexe informatique pour le schéma d orientation des repères locaux sur les différents éléments Module de réaction sous le cadre Le calcul des appuis surfacique est effectué suivant le fascicule 62 titre V annexe F.3. Cf. Détails du calcul en annexe 6. Nous retenons :. / / Module d élasticité L étude des charges permanentes est effectuée avec un module d élasticité effectif du béton, Ec 12GPa, celle des charges variables avec un module d élasticité sécant du béton, Ec 33GPa Chargement du trafic routier Afin de simplifier la modélisation, nous avons décidé de ne charger que la traverse (voie portée) avec le trafic routier pour le dimensionnement de l ouvrage. L ouvrage modélisé est symétrique par rapport au piédroit central. Nous avons donc choisi de ne charger l ouvrage que d un seul côté. 28

30 Poussée sur remblais Nous avons calculé la poussée du remblai sur les piédroits avec les hauteurs réelles des piédroits (respectivement 8.49m à gauche et 9.05m à droite). Nous avons gardé ces valeurs, ce qui conduit à un chargement dissymétrique de l ouvrage. Cependant, le dimensionnement est identique pour les piédroits extérieurs et est effectué avec l enveloppe des sollicitations sur ceux-ci. Au final, les piédroits extérieurs sont armés symétriquement Dalle de transition L intensité des réactions de la dalle de transition sous les différents cas ont été calculées ci-dessus. Sous charges permanentes : R 496kN Sous surcharges TS : R 836kN Sous surcharges UDL : R 83kN La dalle de transition a une largeur de 10.80m. Les réactions de la dalle de transition sont appliquées au feuillet moyen. Nous avons donc décidé de les répartir sur (largeur totale de l ouvrage), ce qui avec une diffusion à 45 est atteint 40cm sous le feuillet moyen de la dalle de transition. D où : g R kN/ml q R kN/ml 0.60m 0.40m 10.80m 0.65m 0.65m Feuillet moyen traverse Feuillet moyen corbeau 7.97m Température Les variations de température sont modélisées de la façon suivante avec le module d élasticité sécant du béton: Traverse : Variation de température et gradient thermique. Piédroits : Variation de température seule. Radier : Le radier est recouvert de remblais, nous considérons qu il n y a ni de variation de température, ni de gradient thermique. 29

31 3.4.2 Schéma 30

32 3.5 Dimensionnement des armatures Le dimensionnement des armatures de flexion se fait à l ELU de résistance (Cf. EC ). Le ferraillage longitudinal et le ferraillage transversal, des différents éléments de l ouvrage (traverse, radier, piédroits), sont dans des directions orthogonales. Nous pouvons donc étudier chaque élément comme une poutre dans la direction considérée. La section d armature minimale pour une poutre est fournie par la formule suivante (Cf. EC ): A, 0.26 b d Tableau récapitulatif des sollicitations à l ELU Les sollicitations ELU sous les différentes combinaisons de charges variables (Q1, Q2, Q3 et Q4) sont étudiées séparément. Cf. Annexes informatiques pour résultats Effel et pour le rappel des combinaisons. Moment longitudinal (kn.m/ml) Moment transversal (kn.m/ml) Résultats ELU Sous G Sous Q Sous G Sous Q Travée Appui central Travée Appui central Travée Appui central Travée Appui central Q Traverse Q Q Q Q Radier Q Q Q Piédroit central Encastrement Encastrement Encastrement Encastrement Encastrement Encastrement Encastrement Encastrement sur traverse sur radier sur traverse sur radier sur traverse sur radier sur traverse sur radier Q Q Q Q Piédroit ext. Gauche (chargé) Piédroit ext. Droit Encastrement Encastrement Encastrement Encastrement Encastrement Encastrement Encastrement Encastrement sur traverse sur radier sur traverse sur radier sur traverse sur radier sur traverse sur radier Q Q Q Q Q Q Q Q Pour les charges permanentes, les sollicitations affichées correspondent à l enveloppe des sollicitations pour les combinaisons G1, G2, G3 et G4 définies au Les écarts de moments longitudinaux, en travée et sur appuis, entre les deux piédroits extérieurs sont dû au fait que l ouvrage n est chargé que sur la partie gauche de la traverse. Nous constatons que la combinaison Q3 (Forces de freinage) n est pas dimensionnante. 31

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015 RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 Sommaire Données générales et contraintes Caractéristiques de l'ouvrage Les études de projet Quelques photos du chantier 2 Données générales et contraintes

Plus en détail

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER Laure Delaporte ConstruirAcier Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc SCHAFFNER des Ateliers SCHAFFNER chef de file du GT4 Jérémy TROUART de l Union des Métalliers

Plus en détail

Projet de Fin d Etudes ANNEXE 1 : Présentation du Collège Doctoral Européen

Projet de Fin d Etudes ANNEXE 1 : Présentation du Collège Doctoral Européen Génie Civil Septembre 2006 Projet de Fin d Etudes ANNEXE 1 : Présentation du Collège Doctoral Européen Tournier Guillaume, élève ingénieur 5 ème année Partie résidentielle Atrium & jardins intérieurs Espace

Plus en détail

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 Plancher collaborant Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 V1/2011 caractéristiques du profil DÉTAIL GÉOMÉTRIQUE DU 22 728 104 épaisseur (mm) 0,5 0,7 poids (dan/m 2 ) 5,3 7,4 APPLICATION CONSEILLÉE

Plus en détail

2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION

2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION 2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION Désignation de la classe Description de l'environnement 1 - Aucun risque de corrosion ni d'attaque Béton non armé et sans pièces métalliques noyées : toutes expositions,

Plus en détail

Tablier. métallique. Une division du Groupe Canam

Tablier. métallique. Une division du Groupe Canam Tablier métallique Une division du Groupe Canam TABLE DES MATIÈRES PAGE NOS SERVICES... 4 NOTES SUR LES TABLEAUX DE CHARGE... 5 P-3615 & P-3606 DIMENSIONS & PROPRIÉTÉS PHYSIQUES... 6 TABLEAUX DES CHARGES

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

ArcelorMittal Construction Belgium. Arval Plancher collaborant Cofrastra 70

ArcelorMittal Construction Belgium. Arval Plancher collaborant Cofrastra 70 ArcelorMittal Construction Belgium Arval Plancher collaborant Cofrastra 7 PANCHERS COABORANTS COFRASTRA 7 CARACTÉRISTIQUES GÉOMÉTRIQUES Face prélaquée d Épaisseur de la dalle de à cm 7 8 96 7 7 APPICATIONS

Plus en détail

LE GÉNIE PARASISMIQUE

LE GÉNIE PARASISMIQUE LE GÉNIE PARASISMIQUE Concevoir et construire un bâtiment pour qu il résiste aux séismes 1 Présentation de l intervenant Activité : Implantation : B.E.T. structures : Ingénierie générale du bâtiment. Siège

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s)

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s) Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 12-007 Le 10 avril 2012 Réf. DER/HTO 2012-093-BB/LS CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSMISSION SURFACIQUE UP ET DES COEFFICIENTS

Plus en détail

Calcul des charpentes d acier Tome I

Calcul des charpentes d acier Tome I Calcul des charpentes d acier Tome I 2 e édition, 2 e tirage revu, 2008 RÉVISIONS À l intention des lecteurs de la 2 e édition, 1 er tirage, 2005, les principales révisions apportées au 2 e tirage se trouvent

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Exemple d application du EN 1993-1-2 : Poutre fléchie avec section tubulaire reconstituée

Exemple d application du EN 1993-1-2 : Poutre fléchie avec section tubulaire reconstituée Exemple d application du EN 1993-1-2 : Poutre fléchie avec section tubulaire reconstituée P. Schaumann, T. Trautmann University of Hannover Institute for Steel Construction, Hannover, Germany 1 OBJECTIF

Plus en détail

Principes d établissement de plans pour ouvrages en briques de parement en terre cuite et clinker

Principes d établissement de plans pour ouvrages en briques de parement en terre cuite et clinker Principes d établissement de plans pour ouvrages en briques de parement en terre cuite et clinker Sommaire Principes d établissement de plans Formats de briques Appareillages de maçonnerie Construction

Plus en détail

8.5 Les murs coupe-feu en béton

8.5 Les murs coupe-feu en béton 8.5 Les murs coupe-feu en béton bâtiments d activité de commerce et de stockage Entrepôt de stockage de matières plastiques dans l Ain. Un mur séparatif coupe-feu aurait permis d arrêt de la propagation

Plus en détail

N09 Viaduc de Chillon

N09 Viaduc de Chillon Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication DETEC Office fédéral des routes N09 Viaduc de Chillon Solution innovante en relation avec la RAG Conférence JERI

Plus en détail

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Descriptif du support pédagogique Le banc d essais des structures permet de réaliser des essais et des études

Plus en détail

TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE

TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE L'objectif de ce tutorial est de décrire les différentes étapes dans CASTOR Concept / FEM permettant d'effectuer l'analyse statique d'une

Plus en détail

Chapitre 12. Bâtiments à ossature mixte en zone sismique.

Chapitre 12. Bâtiments à ossature mixte en zone sismique. 12.1 Chapitre 12. Bâtiments à ossature mixte en zone sismique. 12.1. Introduction. Il existe des solutions mixtes acier-béton très diverses dans le domaine du bâtiment. A côté des classiques ossatures

Plus en détail

Utilisation des tabelles de dimensionnement

Utilisation des tabelles de dimensionnement ponctuelle Tabelle A - Sans tuyaux de chauffage sol Tabelle B - Avec tuyaux de chauffage sol répartie Tabelle C - Résistance à la compression de l'isolation thermique par m 2 Utilisation des tabelles de

Plus en détail

des giratoires en béton

des giratoires en béton Chapitre Réalisation des giratoires en béton.1 Les giratoires en béton à dalles courtes.1.1 Les joints et leur calepinage.2 Les giratoires à dalles courtes goujonnées.3 Les giratoires en béton armé continu.

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

TOPECAL Bâtiment Industriel, s.a.r.l.

TOPECAL Bâtiment Industriel, s.a.r.l. COUVERTURE METALLIQUE AUTOPORTANTE Les couvertures métalliques autoportantes TOPECAL représentent un système tout à fait nouveau dans le groupe des couvertures traditionnelles existantes. La couverture

Plus en détail

Colle époxydique multi usages, à 2 composants

Colle époxydique multi usages, à 2 composants Notice Produit Edition 20 01 2014 Numéro 9.11 Version n 2013-310 01 04 02 03 001 0 000144 Colle époxydique multi usages, à 2 composants Description est une colle structurale thixotrope à 2 composants,

Plus en détail

ÉLÉMENTS D'ISOLATION ACOUSTIQUE HALFEN ISI 10-F BÉTON

ÉLÉMENTS D'ISOLATION ACOUSTIQUE HALFEN ISI 10-F BÉTON ÉLÉMENTS D'ISOLATION ACOUSTIQUE HALFEN ISI 10-F BÉTON SOMMAIRE Pages L'acoustique dans le bâtiment : amortissement des bruits d'impact dans les escaliers 3 Méthodes de mesure et de justification Gamme

Plus en détail

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE Revue Construction étallique Référence DÉVERSEENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYÉTRIQUE SOUISE À DES OENTS D EXTRÉITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE par Y. GALÉA 1 1. INTRODUCTION Que ce

Plus en détail

Libre-Service de l agence ISOPAR Garges-lès-Gonesse

Libre-Service de l agence ISOPAR Garges-lès-Gonesse Libre-Service de l agence ISOPAR Garges-lès-Gonesse 60 Tarif Public H.T. (réservé aux professionnels) Verre cellulaire FOAMGLAS T4+ FOAMGLAS S3 FOAMGLAS F FOAMGLAS TAPERED FOAMGLAS BOARD PANNEAU READY

Plus en détail

GLOSSAIRE DU BÉTON ARMÉ

GLOSSAIRE DU BÉTON ARMÉ GLOSSAIRE DU BÉTON ARMÉ Accessoires Articles, à l'exception des barres d'armature; par exemple, les supports de barre. Adhérence Force de liaison entre l'acier d'armature et le béton. Armature en cisaillement

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

MISAPOR verre cellulaire

MISAPOR verre cellulaire MISAPOR verre cellulaire Remblai allégé pour ouvrage en génie civile 2015-03 Suisse: Allemagne: France: MISAPOR AG Löserstrasse 2 CH-7302 Landquart Téléphone +41 81 300 08 08 Fax +41 81 300 08 09 info@misapor.ch

Plus en détail

Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement.

Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement. Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement. Isolation thermique plus qu une simple protection de l environnement Une isolation thermique optimale

Plus en détail

GUIDE DE DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES POUR LE BATI NEUF SITUE EN ZONE D ALEA DE TYPE FONTIS DE NIVEAU FAIBLE

GUIDE DE DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES POUR LE BATI NEUF SITUE EN ZONE D ALEA DE TYPE FONTIS DE NIVEAU FAIBLE GUIDE DE DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES POUR LE BATI NEUF SITUE EN ZONE D ALEA DE TYPE FONTIS DE NIVEAU FAIBLE Document établi par : CSTB 84, avenue Jean Jaurès Champs-sur-Marne F-77447 Marne-la-Vallée Cedex

Plus en détail

Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97)

Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97) Préliminaires Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97) Ces obligations assurent la sécurité dans les escaliers

Plus en détail

Document Technique d Application BERLIMUR

Document Technique d Application BERLIMUR Document Technique d Application Référence Avis Technique 3/14-767 Annule et remplace l Avis Technique 3/10-657 Mur à coffrage intégré une face Incorporated shuttering wall one side Wand mit integrierter

Plus en détail

5 STATIQUE. 5.1 Généralités

5 STATIQUE. 5.1 Généralités 5.1 Généralités 5.1.1 Introduction Pour remplir sa mission en tant que conduite d'évacuation il faut qu'une conduite réponde également aux exigences de statique. La statique possède une influence sur le

Plus en détail

Mur Hybride, bien plus qu un simple mur

Mur Hybride, bien plus qu un simple mur Mur Hybride, bien plus qu un simple mur Correction des ponts thermiques Maçonnerie de type a RT 2012 Mur Hybride R = 1,45 Pose rapide Porotherm GF R20 Th+ Mur Hybride énergie économie écologie émotion

Plus en détail

CALCUL D UNE POUTRE MIXTE ACIER-BÉTON PARTIELLEMENT ENROBÉE COMPTE TENU D UNE EXIGENCE DE RÉSISTANCE R90 AU FEU ISO

CALCUL D UNE POUTRE MIXTE ACIER-BÉTON PARTIELLEMENT ENROBÉE COMPTE TENU D UNE EXIGENCE DE RÉSISTANCE R90 AU FEU ISO Revue Construction Métallique Référence CALCUL D UNE POUTRE MIXTE ACIER-BÉTON PARTIELLEMENT ENROBÉE COMPTE TENU D UNE EXIGENCE DE RÉSISTANCE R90 AU FEU ISO par J. MATHIEU 1 Les symboles qui ne sont pas

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES ÉTAIEMENT 2 MANUTENTION La manutention manuelle est aisée en raison de la légèreté des poutrelles FILIGRANE. Toutefois, en cas de manutention par grue avec élingues ou palonnier,

Plus en détail

SSNL126 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite. Deux modélisations permettent de tester le critère de flambement en élastoplasticité :

SSNL126 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite. Deux modélisations permettent de tester le critère de flambement en élastoplasticité : Titre : SSNL16 - Flambement élastoplastique d'une poutre [...] Date : 15/1/011 Page : 1/6 Responsable : Nicolas GREFFET Clé : V6.0.16 Révision : 8101 SSNL16 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite

Plus en détail

Parois industrielles préfabriquées. Willy Naessens 61

Parois industrielles préfabriquées. Willy Naessens 61 Parois industrielles préfabriquées Willy Naessens 61 Dans le domaine de la préfabrication, les parois préfabriquées en béton offrent une solution efficace pour toutes façades extérieures et cloisonnements

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

Chape sèche FERMACELL

Chape sèche FERMACELL Chape sèche Des systèmes reconnus dans la construction sèche présentant des qualités coupefeu et d isolation phonique. Descriptif : Chape sèche de haute qualité adaptée à divers domaines d utilisation,

Plus en détail

LINTEAUX, POUTRES ET COLONNES TRUS JOISTMD

LINTEAUX, POUTRES ET COLONNES TRUS JOISTMD SOLUTIONS POUR LE PLANCHER SOLUTIONS POUR LA TOITURE LINTEAUX, POUTRES ET COLONNES TRUS JOISTMD TimberStrand MD LSL, Parallam MD PSL, Microllam MD LVL, ainsi que la nouvelle poutre TimberStrand MD LSL

Plus en détail

Sétra. Épreuves de chargement des ponts-routes et passerelles piétonnes. Guide technique. service d'études techniques des routes et autoroutes

Sétra. Épreuves de chargement des ponts-routes et passerelles piétonnes. Guide technique. service d'études techniques des routes et autoroutes Sétra service d'études techniques des routes et autoroutes mars 2004 Guide technique Épreuves de chargement des ponts-routes et passerelles piétonnes pages laissée intentionnellement blanche Guide technique

Plus en détail

BAC3 COURS DE CALCUL DES STRUCTURES

BAC3 COURS DE CALCUL DES STRUCTURES BAC3 COURS DE CALCUL DES STRUCTURES ACTIONS SUR LES STRUCTURES INSTITUT HEMES GRAMME Ir. Jacques Dehard Professeur Actions sur les struct. - Deh 2007 22 1. Présentation générale de l'eurocode 1991 Les

Plus en détail

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE L - 72 FOURNITURE DE SEMELLES ELASTIQUES POUR LA FIXATION DE VOIE "TYPE BOTZELAER" EDITION: 04/2001 Index 1. INTRODUCTION... 3 1.1. DOMAINE

Plus en détail

SOL FORTE ÉPAISSEUR INDUSTRIAL FLORIM

SOL FORTE ÉPAISSEUR INDUSTRIAL FLORIM SOL FORTE ÉPAISSEUR INDUSTRIAL FLORIM Nouvelle solution en grès cérame grande épaisseur pour l aménagement extérieur. Dalles en grès cérame fin coloré pleine masse de 2 cm d épaisseur, obtenues par atomisation

Plus en détail

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE 1 ENSA Paris-Val de Seine Yvon LESCOUARC H ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE Architecte : Norman FOSTER 2 LES BUREAUX EDF A TALENCE Ce bâtiment de bureaux conçu par l'agence de

Plus en détail

Marchés publics de travaux CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES GÉNÉRALES. Fascicule n 62 - Titre I - Section I

Marchés publics de travaux CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES GÉNÉRALES. Fascicule n 62 - Titre I - Section I Ministère de l Equipement, des Transports et du Logement Secrétariat d Etat au Logement Secrétariat d Etat au Tourisme Direction des Affaires Economiques et Internationales BULLETIN Officiel Marchés publics

Plus en détail

FERMACELL contre-cloisons (doublages) Parement simple

FERMACELL contre-cloisons (doublages) Parement simple Des systèmes reconnus dans la construction sèche présentant des qualités coupefeu et d isolation phonique. La cloison de doublage, aussi appelée contre-cloison ou doublage, FERMACELL est destinée à être

Plus en détail

B1 Cahiers des charges

B1 Cahiers des charges B1 Cahiers des charges B1 cahiers des charges 35 B.1 Cahiers des charges Ce chapitre contient les cahiers des charges. Pour plus d informations, nous réfèrons au paragraphe B.3. Mise en oeuvre et B.4 Détails

Plus en détail

Rapport technique / Génie-civil / Bassin de rétention souterrain

Rapport technique / Génie-civil / Bassin de rétention souterrain Rapport technique / Génie-civil / Bassin de rétention souterrain Page 1 / 6 Contenu : Bassin de rétention souterrain La route du Condoz, CH-1752 Villars-sur-Glâne Rédaction : Eric Berthoud / Etudiant Ecole

Plus en détail

Isoler les gaines techniques

Isoler les gaines techniques ROCKplak - rockcalm est un complexe isolé en laine de roche mono densité rigide collé à 2 parements en plaque de plâtre 12,5 mm hydrofugé à bords amincis. ROCKCALM est un panneau de laine de roche mono

Plus en détail

Le chantier compte 4 étapes :

Le chantier compte 4 étapes : 02 Bien mettre en place le 03 béton désactivé La technique du béton désactivé consiste à mettre en valeur les granulats en éliminant la couche superficielle du mortier en surface. Un chantier de béton

Plus en détail

Arval. Planchers collaborants. Cofraplus 60

Arval. Planchers collaborants. Cofraplus 60 Cofraplus 6 es photos : Image de synthèse (a Tour) Sport City Tower, Doha (Qatar) Architecte : Concept Architect Hadi Simaan, Floride (USA) Structure : Arup, ondres (Royaume-Uni) Au milieu, à droite Parking

Plus en détail

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 à é Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de l'aménagement du territoire P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 WWW.developpement-durable.gouv.fr Constitution

Plus en détail

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage INFLUENCE de la TEMPERATURE Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage Transition ductile/fragile Henry Bessemer (UK)! 1856 : production d'acier à grande échelle Pont des Trois-Rivières 31 janvier

Plus en détail

Annexe A. Annexe A. Tableaux et données relatifs à la vérification par Eurocode 3 A.3

Annexe A. Annexe A. Tableaux et données relatifs à la vérification par Eurocode 3 A.3 Annexes Annexe A : Tableaux et données relatifs à la vérification par Eurocode 3... A.2 Annexe B : Format des fichiers générés et utilisés par CADBEL... A.11 Annexe C : Calcul de la résistance au flambement

Plus en détail

Construire des Ouvrages d'art en Béton Établissement des plans de contrôle Application à un cas concret : Le viaduc de Taulhac RN88

Construire des Ouvrages d'art en Béton Établissement des plans de contrôle Application à un cas concret : Le viaduc de Taulhac RN88 Construire des Ouvrages d'art en Béton Établissement des plans de contrôle Application à un cas concret : Le viaduc de Taulhac RN88 P.Dantec (consultant expert) Ch.Peyral (DIRMC) PLAN Enjeux et risques

Plus en détail

Problèmes sur le chapitre 5

Problèmes sur le chapitre 5 Problèmes sur le chapitre 5 (Version du 13 janvier 2015 (10h38)) 501 Le calcul des réactions d appui dans les problèmes schématisés ci-dessous est-il possible par les équations de la statique Si oui, écrire

Plus en détail

Pour économiser l énergie dans la cave et aux étages grâce au prémur double à noyau isolant.

Pour économiser l énergie dans la cave et aux étages grâce au prémur double à noyau isolant. Les éléments préfabriqués à noyau isolant Pour économiser l énergie dans la cave et aux étages grâce au prémur double à noyau isolant. ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION EN BÉTON Egon Elsäßer Bauindustrie KG Am

Plus en détail

Plancher chauffant avec revêtement de sol

Plancher chauffant avec revêtement de sol Équipements E.2 1/6 Plancher chauffant avec revêtement de sol Domaine d application Cette fiche vise à établir les principales interfaces au niveau des planchers chauffants, à eau chaude ou électriques,

Plus en détail

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Matière : Couleur : Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Gris Recommandations d usage : Pression (dépend du facteur de forme) Déflexion Pression statique maximum :. N/mm ~ % Pression dyn. maximum :. N/mm

Plus en détail

Ce guide se divise en six chapitres, dont quatre sont dédiés à une catégorie de bâtiment :

Ce guide se divise en six chapitres, dont quatre sont dédiés à une catégorie de bâtiment : INTRODUCTION Constructions de pointe et d usage courant, les escaliers métalliques doivent répondre à d autres exigences, que celle de pouvoir passer d un niveau à un autre. L un des principaux points

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

Guide Technique Pour la Charpente de Mur. LSL et LVL SolidStart LP

Guide Technique Pour la Charpente de Mur. LSL et LVL SolidStart LP Conception aux états limites LSL et LVL SolidStart LP Guide Technique Pour la Charpente de Mur 1730F b -1.35E, 2360F b -1.55E and 2500F b -1.75E LSL 2250F b -1.5E and 2900F b -2.0E LVL Veuillez vérifier

Plus en détail

II - 2 Schéma statique

II - 2 Schéma statique II - 2 Schéma statique Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 7 septembre 2006 Schéma statique Définition Appuis et liaisons [Frey, 1990, Vol. 1, Chap. 5-6] Éléments structuraux Sans références Les dias

Plus en détail

RAPPORT D AUDIT SOLIDITE

RAPPORT D AUDIT SOLIDITE RAPPORT D AUDIT SOLIDITE Parking Centre commercial Carrefour Nice Lingostière Réalisé par : Pour le compte de : Date Indice 20/03/2012 A SARL 1GBTP 1796 Rte de Gattières 06510 Carros Tel : 06.62.41.42.62

Plus en détail

Fiche technique de l USM TK 005

Fiche technique de l USM TK 005 1 Fiche technique de l USM TK 005 Percements de membranes de toits Union Suisse du Métal Association professionnelle construction métallique, Seestrasse 105, Case postale, 8027 Zurich Tél. 044 285 77 77,

Plus en détail

Plafonds Placostil sur montants Montage standard

Plafonds Placostil sur montants Montage standard A01 Plafonds sur ossature métallique Placostil Plafonds Placostil sur montants Montage standard Travaux préparatoires et dispositions générales Les travaux ne doivent être entrepris que dans les constructions

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES TRANSPORTS, DE L ÉQUIPEMENT, DU TOURISME ET DE LA MER Arrêté du 15 janvier 2007 portant application du décret n o 2006-1658 du 21 décembre 2006

Plus en détail

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid Chapitre Les bétons courants.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid.7.1 - Le bétonnage par temps chaud 3 Granulats Les conditions climatiques lors de la mise en œuvre ont une grande influence sur

Plus en détail

RÈGLE ALPHA MGSI. www.mgsi.pt. 52 Rue de la Belle Île - 77500 Chelles - France - Tel./Fax:+33 1 60 20 89 95 - E-mail:mgsifrance@yahoo.

RÈGLE ALPHA MGSI. www.mgsi.pt. 52 Rue de la Belle Île - 77500 Chelles - France - Tel./Fax:+33 1 60 20 89 95 - E-mail:mgsifrance@yahoo. ÈGLE ALPHA MGSI 52 ue de la Belle Île - 77500 Chelles - France - Tel./Fax:+33 1 60 20 89 95 - E-mail:mgsifrance@yahoo.fr ÈGLE ALPHA MGSI La règle Alpha MGSI est un système de coffrage de dalles en beton

Plus en détail

Le système de construction YTONG

Le système de construction YTONG Crédit photo : Maisons 4807 Edi on 2013 Le système de construction YTONG Le système de construction YTONG Xella Thermopierre S.A. - Le Pré Châtelain - Saint-Savin - 38307 BOURGOIN JALLIEU Téléphone :

Plus en détail

FIBROSTELL & RENOSTELL

FIBROSTELL & RENOSTELL SYSTÈME DE RENOVATION ET ISOLATION DE TOITURE EN UNE OPERATION!! FIBROSTELL & RENOSTELL FASTOTECHNIQUE S.A. - Z.I. Aux Condémines D - rte de Cossonay 24-1040 Echallens Tél. +41 21 634 45 46 - fax +41 21

Plus en détail

Produits préfabriqués lourds

Produits préfabriqués lourds Fiche Prévention - E4 F 13 14 Produits préfabriqués lourds Manutention, stockage et transport Les produits préfabriqués lourds sont nombreux et communément utilisés sur les chantiers de gros œuvre. Parmi

Plus en détail

Concepts généraux de la surveillance électronique des ponts routiers au ministère des Transports du Québec

Concepts généraux de la surveillance électronique des ponts routiers au ministère des Transports du Québec Concepts généraux de la surveillance électronique des ponts routiers au ministère des Transports du Québec Marc Savard, ing, Ph. D. et Jean-François Laflamme, ing, M. Sc. Service de l entretien, Direction

Plus en détail

Master1 CCS. Université Paul Sabatier. Toulouse III. TPs RdM.6 + VBA. Michel SUDRE

Master1 CCS. Université Paul Sabatier. Toulouse III. TPs RdM.6 + VBA. Michel SUDRE Université Paul Sabatier Master1 CCS Toulouse III TPs RdM.6 + VBA Michel SUDRE Déc 2008 TP N 1 Poutre Fleion-Tranchant On considère 2 poutres droites identiques de longueur L dont la est un de hauteur

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

La laine de verre pour l isolation de toiture : Multifit, multi-gains! -10% Multifit 035 -10% (épaisseurs : de 160 à 260 mm) Primes

La laine de verre pour l isolation de toiture : Multifit, multi-gains! -10% Multifit 035 -10% (épaisseurs : de 160 à 260 mm) Primes La laine de verre pour l isolation de toiture : Multifit, multi-gains! 09/2013 Multifit 032-15% Déduction fiscale de 30% (épaisseurs : 120, 140 et 160 mm) Pare-vapeur LDS et accessoires -10% Multifit 035-10%

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

Tableau récapitulatif des degrés de résistance au feu des clapets coupe-feu ISONE+

Tableau récapitulatif des degrés de résistance au feu des clapets coupe-feu ISONE+ La gamme ISONE Tableau récapitulatif des degrés de résistance au feu des clapets coupe-feu ISONE+ Type de clapets coupe-feu ISONE+/Ap circulaire ISONE+/Ap rectangulaire Type de clapets coupe-feu Cloison

Plus en détail

STANDARD DE CONSTRUCTION CONDUITS, ATTACHES ET RACCORDS DE

STANDARD DE CONSTRUCTION CONDUITS, ATTACHES ET RACCORDS DE , ATTACHES ET RACCORDS DE PARTIE 1 - GÉNÉRALITÉS 1.1 EMPLACEMENT DES 1.1.1 Les conduits posés devraient être indiqués sur les plans. Ils devraient être installés perpendiculairement aux lignes du bâtiment.

Plus en détail

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Guide d utilisation Version abrégée Table des matières 1 OBJECTIFS... 2 2 VERSION... 2 3 SPÉCIFICATION DU BÉTON À

Plus en détail

fermacell Newsletter Réalisation d un plafond de piscine avec les plaques Powerpanel H 2 2/2014 I Fermacell Sàrl Suisse

fermacell Newsletter Réalisation d un plafond de piscine avec les plaques Powerpanel H 2 2/2014 I Fermacell Sàrl Suisse fermacell Newsletter 2/2014 I Fermacell Sàrl Suisse Réalisation d un plafond de piscine avec les plaques Powerpanel H 2 O n Powerpanel H 2 O La protection idéale contre l humidité S. 3 n Powerpanel HD

Plus en détail

1 TRAVAUX PREPARATOIRES

1 TRAVAUX PREPARATOIRES 1 TRAVAX PREPARATOIRES 1.1 Installation de chantier J 100 1.2 Implantation et récolement du projet J 30 1.3 Nettoyage et débrousaillage du terrain sur emprise des Travaux m2 100 1.4 Démolition d'ouvrages

Plus en détail

PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F)

PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F) PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F) LIGNES DIRECTRICES POUR LE PARCOURS À OBSTACLES VERSION 4.1 CANADIENNE-FRANÇAISE Les activités d entraînement et d évaluation du WSP-F 4.1 peuvent se dérouler

Plus en détail

fermacell Assainissement avec un gain énergétique

fermacell Assainissement avec un gain énergétique fermacell Assainissement avec un gain énergétique Version: mars 2014 Édition Suisse Subventions possibles Vérifiez les subventions possibles pour vos travaux 2 Sommaire 1. Produits utilisés dans l assainissement

Plus en détail

MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE

MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE Les informations techniques PROMOTELEC MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE La sécurité des personnes contre un défaut d isolement survenant dans un matériel doit être assurée. En effet, un défaut

Plus en détail

PRÉGYMÉTALTM. Mise en œuvre CONTRE-CLOISONS PRINCIPES DE POSE POINTS SINGULIERS ACCROCHAGES & FIXATIONS LOCAUX HUMIDES LOCAUX TRÈS HUMIDES

PRÉGYMÉTALTM. Mise en œuvre CONTRE-CLOISONS PRINCIPES DE POSE POINTS SINGULIERS ACCROCHAGES & FIXATIONS LOCAUX HUMIDES LOCAUX TRÈS HUMIDES PRÉGYMÉTALTM Mise en œuvre Caractéristiques techniques pages 90 à 9 PRINCIPES DE POSE A POINTS SINGULIERS 7 A 0 ACCROCHAGES & FIXATIONS LOCAUX HUMIDES LOCAUX TRÈS HUMIDES TRAÇAGE ET POSE DES RAILS CONTRE-CLOISONS

Plus en détail

MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE

MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE Les informations techniques PROMOTELEC MISE À LA TERRE POUR LA SÉCURITÉ ÉLECTRIQUE 1 La sécurité des personnes contre un défaut d isolement survenant dans un matériel doit être assurée. En effet, un défaut

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE POSTE METALLIQUE

FICHE TECHNIQUE POSTE METALLIQUE CEL FRANCE Sarl au capital de 40 000E RC Alès 97RM 300 SIRET 410 748 875 00011 TVA CEE FR56410748875 NAF 316D Tableaux HTA Transformateur HTA Postes de transformation TGBT Disjoncteur BT www.cel france.com

Plus en détail

Systèmes de supportage. Systèmes coupe-feu. Hilti. Performance. Fiabilité.

Systèmes de supportage. Systèmes coupe-feu. Hilti. Performance. Fiabilité. Systèmes de supportage Systèmes coupe-feu Hilti. Performance. Fiabilité. Mastics coupe-feu Mastic coupe-feu silicone CFS-S SIL page 252 Mastic coupe-feu acrylique CFS-S ACR page 253 Mastic coupe-feu intumescent

Plus en détail

>I Maçonnerie I Escaliers

>I Maçonnerie I Escaliers ESCALIERS >I Maçonnerie I Sommaire Terminologie Textes de référence Mise en œuvre Conception Finition Produits Cahier des Clauses Techniques Particulières g Terminologie n Ouvrage de circulation verticale

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

Art. 36 Montage d éléments de toiture

Art. 36 Montage d éléments de toiture OTConst Protection contre les chutes à travers le toit 1 Art. 36 Montage d éléments de toiture 1 Il est permis, pour le montage d éléments de toiture, de s engager sur les toitures de résistance limitée

Plus en détail

Vis à billes de précision à filets rectifiés

Vis à billes de précision à filets rectifiés sommaire Calculs : - Capacités de charges / Durée de vie - Vitesse et charges moyennes 26 - Rendement / Puissance motrice - Vitesse critique / Flambage 27 - Précharge / Rigidité 28 Exemples de calcul 29

Plus en détail

CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR SOMMAIRE

CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR SOMMAIRE CAHIER DES CHARGES AFG CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR RSDG 5 15 décembre 2002 SOMMAIRE 1. - REGLES GENERALES 2 1.1. - Objet du cahier des charges 2 1.2.

Plus en détail

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN MOTO ELECTRIQUE MISE EN SITUATION La moto électrique STRADA EVO 1 est fabriquée par une société SUISSE, située à LUGANO. Moyen de transport alternatif, peut-être la solution pour concilier contraintes

Plus en détail