Prise en compte des Eurocodes dans le dimensionnement d ouvrages d art courant en béton armé. Comparaison avec «l ancienne» réglementation.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prise en compte des Eurocodes dans le dimensionnement d ouvrages d art courant en béton armé. Comparaison avec «l ancienne» réglementation."

Transcription

1 Prise en compte des Eurocodes dans le dimensionnement d ouvrages d art courant en béton armé. Comparaison avec «l ancienne» réglementation. Projet de Fin d Etude Auteur : GODARD Sandy Elève ingénieur en 5 ème année, Spécialité Génie civil Tuteur Entreprise : PELLE Gilles Ingénieur chef de projet, SOGREAH Consultant Tuteur INSA Strasbourg : ZINK Philippe Ingénieur chef de projet INGEROP et Intervenant à l INSA de Strasbourg en Ouvrage d art Juin 2009

2 Remerciements Je tiens à remercier dans un premier temps Monsieur GONZALEZ Manuel, Directeur de l agence SOGREAH à Pontivy, de m avoir accueillie en tant que stagiaire au sein de son agence. Je remercie également Monsieur PELLE Gilles, Ingénieur Chef de projet, pour l expérience enrichissante et pleine d intérêt que j ai pu effectuée pendant ces cinq mois de stage. Et aussi pour le temps qu il m a consacré tout au long de cette période. D une façon plus générale, je remercie le personnel de SOGREAH dans son ensemble pour son accueil chaleureux et sa convivialité, ainsi que pour toutes les informations qu ils m ont apportées durant ce stage. Je remercie de même, mon tuteur de stage Monsieur ZINK Philippe, Ingénieur Chef de Projet chez Ingérop et Intervenant à l INSA de Strasbourg en Ouvrage d Art, pour son encadrement pendant celui-ci.

3 Sommaire 1 PRESENTATION ENTREPRISE OBJET DE L ETUDE ETUDE D EXECUTION D UN PONT CADRE DOUBLE OBJECTIFS ETUDE DU PS1 SUIVANT LES EUROCODES PRESENTATION OUVRAGE HYPOTHESES DE CALCUL Caractéristique de l ouvrage Poids propre (EC ) Action du trafic routier (EC1-2 4) Action sur les trottoirs (EC ) Actions thermiques (EC ) Charges sur remblais (EC ) Dalle de transition Conditions d environnement (EC ) Enrobage (EC ) COMBINAISONS D ACTIONS Définition des charges Combinaisons à l ELS Combinaisons à l ELU MODELISATION DE L OUVRAGE Hypothèses de modélisation Schéma DIMENSIONNEMENT DES ARMATURES Tableau récapitulatif des sollicitations à l ELU Calcul des armatures longitudinales Calcul des armatures transversales Armatures d effort tranchant (EC ) Vérification des contraintes admissibles à l ELS (EC ) Maîtrise de la fissuration (EC ) COMPARAISON NORMES FRANÇAISES/EUROCODES HYPOTHESES DE CALCUL Matériaux Charges permanentes Charges de trafic routier Forces de freinages Charges sur remblais Actions thermiques COMBINAISONS D ACTIONS Charges de trafic Combinaisons ELS

4 4.2.3 Combinaisons ELU ENROBAGE DIMENSIONNEMENT DES ARMATURES Détermination de la section d armature à l ELU Vérification des contraintes admissibles à l ELS Maîtrise de la fissuration à l ELS JUSTIFICATION DES FONDATIONS EXEMPLE SYNTHESE COMPARATIVE NORMES FRANÇAISES / EUROCODES HYPOTHESES DE CALCUL Définition charges permanentes Charges de trafic routier Actions thermiques Matériau béton Matériau acier COMBINAISONS D ACTIONS ENROBAGE GEOTECHNIQUE METHODES DE DIMENSIONNEMENT ANNEXES ANNEXE 1 : DETAILS DES CALCULS DE SECTION D ARMATURE LONGITUDINALES ANNEXE 2 : CALCULS DES EFFORTS NORMAUX ANNEXE 3 : DETAILS DES CALCULS DES ARMATURES TRANSVERSALES ANNEXE 4 : CALCULS DES ARMATURES D EFFORT TRANCHANT ANNEXE 5 : CALCULS D OUVERTURE DE FISSURE ANNEXE 6 : CALCULS DES APPUIS SURFACIQUES ANNEXE 7 : BIBLIOGRAPHIE

5 1 Présentation entreprise SOGREAH est un groupe indépendant de conseil et d'ingénierie de dimension européenne, spécialisé dans les domaines de l'eau, de l'environnement, de l'énergie et de l'aménagement urbain. Intervenant à la fois comme cabinet de conseil et société d'ingénierie, en études, en maîtrise d'œuvre ou en assistance au maître d'ouvrage, SOGREAH accompagne ses clients publics et privés dans la préparation, la conception et la mise en œuvre de leurs stratégies, de leurs projets, de leurs investissements. L agence de SOGREAH Pontivy est spécialisée dans la conception et le dimensionnement d ouvrages maritimes et d ouvrages d art. 4

6 2 Objet de l étude 2.1 Etude d exécution d un pont cadre double L étude porte sur un pont cadre double PS1 en béton armé, déjà justifié avec les normes françaises (BAEL, Fascicule 61 Titre II, Fascicule 62 Titre V, DC 79), elle consiste en la justification de cet ouvrage avec les Eurocodes. 2.2 Objectifs Comparer les différentes approches de dimensionnement entre les normes françaises et les Eurocodes. Comparer les hypothèses de calcul. Comparer les sollicitations obtenues (RdM). Comparer les dimensionnements des sections (BA). Développer des outils de calcul adaptés aux Eurocodes (calcul BA, calcul de contraintes, calcul d ouverture de fissures). Rédiger une synthèse comparative des approches aux Eurocodes suivant les points énoncés précédemment. 3 Etude du PS1 suivant les Eurocodes 3.1 Présentation ouvrage L ouvrage PS1 est un pont cadre double en béton armé, situé dans le département de la Manche (50). Il est réalisé dans le cadre de l aménagement de la RN174 entre Saint-Lô et Cherbourg. 5

7 Vue en plan : 6

8 Coupe longitudinale : Coupe transversale : 7

9 Détail de rive : 8

10 3.2 Hypothèses de calcul Caractéristique de l ouvrage Epaisseur moyenne du tablier : Le tablier possède un profil en travers en toit, avec une pente de 2.5%. Dans toute la suite de l étude, nous prendrons comme épaisseur de tablier l épaisseur moyenne suivante : e Hauteur moyenne de l ouvrage : La traverse présente un profil en long en pente, avec une inclinaison de 2.30%, ce qui conduit à une différence de hauteur entre les piédroits extérieurs. Nous utiliserons la hauteur moyenne entre feuillet moyen suivante pour la modélisation élément finis (avec le logiciel Effel) : H H

11 3.2.2 Poids propre (EC ) Les poids volumiques, ainsi que les tolérances à prendre en compte sont définis par l eurocode EC1-1-1 «Actions sur les structures». Poids volumique (kn/m3) Epaisseur (m) Largeur (m) Valeur nominale (kn/ml) Revêtement étanchéité Béton Bitumineux 24 0, ,4 Etanchéité 24 0, ,9 Béton sous BN4 x2 24 0,41 0,55 10,8 Béton trottoir 24 0,41 1,5 29,5 Réservations réseaux fourreaux -8,9 Eléments non structuraux Corniche métallique x2 1,6 BN4 x2 1,3 TOTAL 57,7 Coef Valeur minimale (kn/ml) Coef Valeur maximale (kn/ml) Revêtement étanchéité Béton Bitumineux 0,8 12,3 1,4 21,5 Etanchéité 0,8 6,3 1,2 9,5 Béton sous BN4 x2 0,8 8,7 1,2 13,0 Béton trottoir 0,8 23,6 1,2 35,4 Réservations réseaux fourreaux 0,8-7,1 1,2-10,6 Eléments non structuraux Corniche métallique x2 1 1,60 1 1,6 BN4 x2 1 1,30 1 1,3 TOTAL 46,7 71,7 Largeur droite Superstructure min : Superstructure max : 12,1 m 4 kn/m² 6 kn/m² Action du trafic routier (EC1-2 4) Découpage de la chaussée La largeur chargeable «ω» est définie entre les bordures. La chaussée est ensuite découpée en voie conventionnelle et aire résiduelle. Pour notre ouvrage : ω m. Nous avons donc deux voies conventionnelles d une largeur 3m et une aire résiduelle de 2m de large. L EC1-2 impose une numérotation des voies. La voie n 1 étant celle qui aura l effet de chargement le plus défavorable pour l ouvrage. Dans notre cas, vis-à-vis de la flexion longitudinale de la traverse, la voie dimensionnante est celle la plus proche de la rive. (Cf. Théorie de Guyon-Massonnet). 10

12 Schéma numérotation des voies choisie Aire résiduelle 2m Voie n 2 3m Voie n 1 3m Modèle de charge 1 (LM1) Le modèle de charge 1 définie dans l EC1-2 regroupe une charge uniformément répartie UDL, ainsi qu une charge de tandem TS. L intensité des charges réparties et du tandem dépendent du numéro des voies. Les valeurs caractéristiques fournis par l eurocode inclus le coefficient de majoration dynamique. Emplacement TS Qk (kn) Coefficient αq TS (kn) UDL qik (kn/m²) Coefficient αq UDL (kn/m²) Voies n Voies n ,5 1,2 3 Aire résiduelle ,5 1,2 3 Les coefficients α Q et α q sont définis par l annexe nationale en fonction de la classe de trafic de l ouvrage. Considérant que l ouvrage de par sa position géographique, voie d accès à Cherbourg, pouvait supporter un trafic lourd, il se trouve dans la première classe de trafic. Schéma surface d impact du tandem 0.4m 0.4m Il faut noter que le nombre de tandem par voie est fixé à un tandem complet, circulant dans l axe de la voie. 2m 1.20m 11

13 Modèle de charge 2 (LM2) Le modèle de charge 2 se compose d une charge d essieu unique d une valeur : β q.q ak La valeur du coefficient β q est donnée par l annexe nationale à 0.8. Celle de Q ak est fixée par l EC1-2 à 400kN. D où : Schéma surface d impact du tandem L essieu de LM2 doit être placé longitudinalement et transversalement sur la chaussée de façon à engendrer l effet le plus défavorable Modèle de charge 3 (LM3) Ce modèle de charge permet de prendre en compte les véhicules spéciaux (convoi exceptionnel et/ou convoi militaire). La définition des véhicules spéciaux (Annexe A de l EC ) n est pas applicable en France. L annexe nationale propose de se référer soit aux véhicules spéciaux types définis par la réglementation française, soit de définir, dans le projet, les caractéristiques des véhicules spéciaux pouvant emprunter l ouvrage. Dans notre cas, le projet définit le passage d un convoi militaire MC120 (conformément au fascicule 61 titre II) et d un convoi exceptionnel de type C (définit par la lettre circulaire R/EG.3 du 20 juillet 1983 Convois exceptionnels). Caractéristiques du MC120 o Efforts développés par le MC120 Schéma surface d impact des chenilles du MC120 55t 1m 3.20m 55t 6.10m 12

14 Le MC120 est défini dans le fascicule 61 titre II. Le coefficient de majoration dynamique change, il est défini par l annexe nationale de l eurocode avec L : longueur d'influence La valeur de la force développée par le char par chenille: LM3 55t δ 1.1 D après l Eurocode, le char doit être placé le plus défavorablement sur la chaussée. Nous plaçons le char excentré en rive de la chaussée. L annexe nationale prend aussi en compte une force de freinage pour le char. Force de freinage 0.3 Poids du véhicule Force de freinage t Caractéristiques du convoi exceptionnel de type C D après la lettre circulaire R/EG.3 du 20 juillet 1983, le convoi exceptionnel de type C est couvert par le passage du char MC 120. De ce fait, il n y a pas lieu de le prendre en compte Modèle de charge 4 (LM4) Le modèle de charge 4 représente le chargement de la foule par une charge uniformément répartie. Dans notre cas, ce cas n est pas dimensionnant. Nous ne le prenons donc pas en compte Forces de freinage L EC1-2 propose de prendre en compte une force de freinage Q, dépendant du chargement TS et UDL de LM1. L intensité de cette force est bornée à 180α Q 900. Q 0.6 α 2 Q 0.10 α q ω L avec L : longueur du tablier Q Forces de freinage transversale Nous devons prendre en compte des forces latérales dues au freinage en biais ou au dérapage représentant 25% de la force de freinage. Ces deux actions sont considérées simultanément. Q kN Action sur les trottoirs (EC ) La charge de trottoir uniformément répartie à prendre en compte est forfaitaire. / ² 13

15 3.2.5 Actions thermiques (EC ) Les variations de température dans les ponts sont définies suivant le type de tablier. Le pont cadre en béton armé est regroupé dans le type Définition des termes Températures de l air sous abri, définies par l annexe nationale suivant la zone géographique. Pour le département de la Manche : Température minimale de l air sous abri : T 15 C ; Température maximale de l air sous abri : T 35 C ; Termes additionnels, définis par l annexe nationale suivant le type d ouvrage. Pour un ouvrage de type 3 (tablier béton armé) : Te, 8 C Te, 2 C Composantes de températures uniformes extrêmes Composante de température uniforme minimale : T. ; Composante de température uniforme maximale : T. ; Température d origine, définie forfaitairement par l annexe nationale. T 10 C Etendue des variations de la composante de température uniforme d un pont Etendue des variations négatives : T, ; Etendue des variations positives : T, ; Composantes linéaires du gradient thermique, définies par l annexe nationale en fonction du type de tablier pour un revêtement de 50mm d épaisseur. Composante positive : T, ; Composante négative : T, ; Composante de température uniforme Calcul de la composante de température uniforme Les composantes de température uniforme extrêmes dépendent des températures extrêmes de l air sous abri, T et T, et de termes additionnels, Te, et Te,. Nous avons donc : Te, T Te, Te, T Te, Te, 15 8 C Te, 35 2 C,, 14

16 Calcul de l étendue des variations négative/positives de la composante de température uniforme Etendue des variations négatives : T, T Te, T, 10 7,. Soit une variation négative de -17 C. Etendue des variations positives : T, Te, T T, 37 10, Composante de gradient thermique L eurocode propose deux méthodes pour définir la composante de gradient thermique. Le choix de la méthode est fixé par l annexe nationale en fonction du type de tablier. Dans notre cas, nous utilisons la méthode 1 : composante linéaire verticale. Composante positive : T, 12 C ; Composante négative : T, 6 C ; Notre ouvrage a un revêtement de 110mm d épaisseur (enrobé + étanchéité). Les valeurs des composantes linéaires du gradient thermiques doivent être corrigées par un coefficient k dépendant lui aussi du type d ouvrage. Dans notre cas : k 0.8 pour T, k 1 pour T, Finalement :,. : fibre supérieure chaude, : fibre supérieure froide Coefficient de dilatation linéaire Il dépend du type de matériau. Pour le béton armé, il est fixé à :. / Simultanéité de la composante uniforme et du gradient thermique L EC1-1-5 permet de prendre en compte simultanément le gradient thermique et les variations uniformes de température en proposant quatre combinaisons. Les coefficients ω et ω sont définis forfaitairement par l EC Combinaisons n 1a : T, et ω. T, Combinaisons n 1b : T, et ω. T, Combinaisons n 2a : ω. T, et T, Combinaisons n 2b : ω. T, et T, Composante linéaire du gradient thermique Composante de variation uniforme de température Combinaison ω M T, C T, ω N T, C T, C n 1a n 1b n 2a n 2b

17 Les combinaisons n 2 présentent un écart de variation uniforme de température (Δ=44 C) beaucoup plus important que les combinaisons n 1 (Δ=15.4 C). Or les variations uniformes de températures sont les plus préjudiciables pour un ouvrage. Nous retenons donc les combinaisons n Charges sur remblais (EC ) Charge permanente : poussée des terres D après les recommandations du dossier pilote du SETRA Ponts-Cadres en Béton armé aux états limites, le calcul de la poussée des terres s effectue avec une fourchette pour la valeur de Ka. La valeur du coefficient de poussée mini est de 0.25 et sa valeur maxi est 0.5. Caractéristiques du remblai contigu à l ouvrage : Densité : γ 2.0t/m Cohésion : c 0t/m Angle de frottement interne : φ 35 Calcul de la poussée des terres : Schéma de principe Poussée des terres : PT Ka γ z Remblai gauche Remblai droit Hauteur (m) Poussée des terres (kn/m²) Ka min = 0.25 Ka max =0.50 Feuillet moyen sup Feuillet moyen inf Hauteur totale Feuillet moyen sup Feuillet moyen inf Hauteur totale

18 Charges variables : trafic - MC120 L EC1-2 recommande d utiliser le modèle de charge LM1 pour charger la chaussée situé derrière les culées. L annexe nationale précise que les charges UDL et TS sont réduites de 30% et que la charge de tandem peut être remplacée par une charge uniformément répartie sur une surface rectangulaire de 3m de large sur 2.20m de long Intensité des charges Tandem TS Voie n 1 TS kN Soit 420kN. / ² 2.2m 3m 280kN Voie n 2 TS kN Soit. / ² 2.2m 3m Schéma de principe Charge répartie UDL Voie n 1 q kN/m² Voie n 2 : q kN /m² Aire résiduelle q kN /m².... / ² Schéma de principe 17

19 Char MC kN MC kN/m² / ² Schéma de principe Poussée sur piédroit Schéma de principe de la détermination de la hauteur de poussée sur le piédroit Nous faisons l hypothèse d une répartition uniforme et rectangulaire du chargement. Hauteur de poussée sur piédroit (m) : z1 a tan φ z2 a b tan Largeur d impact sur piédroit (m) : L d a 18

20 Schéma de principe de la détermination de l intensité de la poussée sur le piédroit Intensité de la poussée sur le piédroit (kn/m²) : p π Calcul de la hauteur et de l intensité des poussées: Dans un premier temps, nous positionnons les surcharges accolés au piédroit. Puis, dans un second temps, nous positionnons les surcharges à une distance telle que l impact sur le piédroit de la poussée résultante soit centré sur la hauteur de celui-ci. Il faut donc que 3.895m Voie a (m) b (m) d (m) φ Charge TS (kn/m²) Hauteur de poussée (m) Largeur d impact (m) z1 z2 L Poussée (kn/m²) TS accolé au remblai Impact de TS centré n n n n MC

21 Schémas récapitulatif Poussée due à UDL p Ka q kN/m² p Ka q kN/m² Schémas récapitulatifs 20

22 3.2.7 Dalle de transition Le fonctionnement d une dalle de transition est donné par le dossier pilote du SETRA Dalle de transition d octobre On lui applique, afin de la calculer, les charges routières définies par l EC1-2. Hypothèses faites : o Longueur : 4m o Largeur : 10.80m o Epaisseur : 0.30m Réaction sous charges permanentes Revêtement : 24kN/ kN/ml Poids des terres : 20kN/ kN/ml Poids propre de la dalle : 25kN/ kN/ml 248 / R Réaction sous surcharge Réaction sous surcharge TS Tandem voie n 1 = 300kN 500 Tandem voie n 2 = 200kN Réaction sous surcharge UDL UDL kN 21

23 R Réaction totale sous surcharge R R R R Poussée des terres avec la dalle de transition Le calcul avec dalle de transition n a pour objet que de minimiser l effet des poussées des terres et des surcharges. Aussi le calcul de poussée s effectue donc avec K min. Schéma de principe Poussée des terres sur remblais : PT Ka γ z Remblai gauche Remblai droit Poussée des terres Hauteur (m) (kn/m²) Ka min = 0.25 Feuillet moyen inf Hauteur jusqu au corbeau Feuillet moyen inf Hauteur jusqu au corbeau

24 3.2.8 Conditions d environnement (EC ) Les conditions d environnement sont définies suivant les classes d exposition des différentes parois de l ouvrage. Ces classes d expositions font références aux conditions physiques et chimiques auxquelles l ouvrage est soumis pendant sa durée d utilisation. Nous avons classé les parois de l ouvrage au contact de remblais (fondation) dans la classe d exposition XC2. Les autres parois de l ouvrage sont classé dans la classe d exposition XF2 ou XF3 (surfaces verticales ou horizontales de béton exposées à la pluie et au gel). Cependant l enrobage de ces classes sera déterminé par références à la classe d exposition XD1 (Cf. EC2-1-1 NA Note6). Schéma récapitulatif classe d exposition : Enrobage (EC ) L enrobage nominal des armatures est défini comme suit dans l eurocode. c c c Calcul de l enrobage minimal c max c, ; c, c, c, c, ; 10} Avec : c, 0mm valeur recommandée c, 0mm valeur recommandée c, 0mm valeur recommandée 23

25 Classe d exposition XD1 XC2 Classe structurale (Cf. EC2-1-1 Tableau 4.3) Enrobage minimal vis à vis adhérence c min,b (Cf. Tableau 4.2) Enrobage minimal vis à vis environnement c min,dur (Cf. Tableau 4.4) S 1 S Minoration de 1 : qualité du coffrage/vibration/compacité barre Armature individuelle 30mm S 0 S Pas de minoration barre Armature individuelle 25mm 30mm 25mm Tolérance d exécution c dev Enrobage nominal 10mm Valeur recommandée 40mm 10mm Valeur recommandée 35mm En pratique, un seul enrobage nominal est utilisé. Nous choisissons de prendre pour tous l ouvrage. 24

26 3.3 Combinaisons d actions Définition des charges Dénomination Description G1 Poids propre G2 Superstructures PT Poussée des terres, avec Kmin ou Kmax sans DDT PTDDT Poussée des terres Kmin avec DDT et réaction DDT due aux charges permanentes TS Charges de tandem sur les voies conventionnelles n 1 et 2 UDL Charges réparties sur la chaussée QLKC Charge de trottoir dans la combinaison du groupe1a RDDT Réaction DDT due aux surcharges de trafic LM3 Convoi militaire MC120, charges verticale et charge de freinage LM3P Poussée des terres sur remblais due à LM3 QR Surcharge sur remblais dues à UDL et TS FF Forces de freinage FTRANS Forces transversales TK Température L EC1-2 regroupe ensuite les différents chargements en groupe de charge. Gr1a LM1 TS UDL Charge de trottoir de combinaison Gr1b LM2 Gr2 LM1 valeur fréquente : 0.75TS 0.40UDL forces de freinage forces transversales Gr3 Charge de trottoir Gr4 Chargement de foule : non prise en compte dans notre cas Gr5 LM Combinaisons à l ELS Charges permanentes Les combinaisons de charges permanentes sont effectuées avec le module d élasticité effectif du béton : 12,. L ouvrage est étudié avec ou sans la dalle de transition. G1 : 1 2 GDDT1 :

27 Charges variables Les combinaisons de charges variables sont effectuées avec le module d élasticité sécant du béton : Ec GPa Combinaisons caractéristiques : Q, ψ,. Q, C1 LM1 sans DDT : TS UDL QLKC QR 0.6TK C2 LM1 avec DDT : TS UDL QLKC RDDT 0.6TK C3 Gr2 : 0.75 TS 0.40 UDL FF FTRANS 0.6TK C4 Gr5 : LM3 0.6TK C4 Gr5 : LM3P 0.6TK Le char circulant en convoie, il ne peut pas y avoir en même temps un char sur l ouvrage et la poussée du char sur le remblai. Les deux sollicitations sont donc étudiées dans des combinaisons différentes. Les combinaisons suivantes ont été considérées comme non dimensionnantes : Gri, 0.6TK Le groupe 1b, représentant un essieu unique, et le groupe 3, représentant uniquement les charges sur les trottoirs, sont forcement moins préjudiciables pour l ouvrage que le groupe 1a qui considère simultanément une charge uniformément répartie, un tandem sur chaque voie conventionnelle et des charges sur les trottoirs. Combinaisons quasi-permanentes : ψ,. Q, QP1 : QR 0.5TK QP2 : RDDT 0.5TK Combinaisons fréquentes : ψ,. Q, ψ,. Q, F1 : F2 : F3 : F3 0.85LM3P 0.5TK Combinaisons à l ELU Charges permanentes Les combinaisons de charges permanentes sont effectuées avec le module d élasticité effectif du béton : Ec,. 12GPa L ouvrage est étudié avec et sans la présence de la dalle de transition. Combinaisons sans la dalle de transition : G1 : G1 G2 PT G2 : 1.35G1 1.35G2 1.35PT G3 : G1 G2 1.35PT G4 : 1.35G1 1.35G2 PT 26

28 Combinaisons avec la dalle de transition : GDDT1 : G1 G2 PTDDT GDDT2 : 1.35G1 1.35G2 1.35PTDDT GDDT3 : G1 G2 1.35PTDDT GDDT4 : 1.35G1 1.35G2 PTDDT Charges variables Les combinaisons de charges variables sont effectuées avec le module d élasticité sécant du béton : Ec GPa Q1 LM1 sans DDT : 1.35 TS UDL QLKC QR TSQR 0.9TK Q2 LM1 avec DDT : 1.35 TS UDL QLKC QR TSQR 1.5RDDT 0.9TK Q3 Gr2 : 1.35 TS UDL Force de freinage Force transversale 0.9TK Q4 Gr5 : 1.35LM3 0.9TK Q4 Gr5 : 1.35LM3P 0.9TK 27

29 3.4 Modélisation de l ouvrage Le calcul des sollicitations est effectué à l aide du logiciel de calcul de structure aux éléments finis EFFEL Hypothèses de modélisation Hauteur de l ouvrage L ouvrage est un pont cadre double, nous ne pouvons donc pas utiliser les logiciels de calcul automatique des ponts cadre du SETRA. La traverse présente un profil en long, avec une pente de 2.30%, ce qui conduit à une différence de hauteur entre les piédroits extérieurs de 56cm. Les impacts de roue ne peuvent pas être modélisés avec le logiciel que nous utilisons. De ce fait, nous avons modélisé l ouvrage avec une hauteur moyenne de 7.97m au feuillet moyen. Cette hypothèse avait déjà été faite dans l étude précédente et validée par le contrôle externe d INGEROP Rennes et le visa SETEC. De plus, le but de cette étude est de pouvoir comparer les résultats trouvés en appliquant les Eurocodes avec ceux préalablement trouvés lors de la réalisation de ce projet, ils paraissaient donc pertinent de garder les mêmes hypothèses Modèle plaque Le logiciel de calcul de structure Effel nous permet de modéliser l intégralité de l ouvrage avec un modèle plaque. Cette modélisation nous permet d obtenir les moments longitudinaux et transversaux prenant en compte l effet de redistribution des plaques (Effet de Guyon-Massonnet). La liaison entre la traverse et le piédroit central est modélisée par un encastrement à trois nœuds. Une partie de la sollicitation subit par la traverse passe donc dans le piédroit central. CF. Annexe informatique pour le schéma d orientation des repères locaux sur les différents éléments Module de réaction sous le cadre Le calcul des appuis surfacique est effectué suivant le fascicule 62 titre V annexe F.3. Cf. Détails du calcul en annexe 6. Nous retenons :. / / Module d élasticité L étude des charges permanentes est effectuée avec un module d élasticité effectif du béton, Ec 12GPa, celle des charges variables avec un module d élasticité sécant du béton, Ec 33GPa Chargement du trafic routier Afin de simplifier la modélisation, nous avons décidé de ne charger que la traverse (voie portée) avec le trafic routier pour le dimensionnement de l ouvrage. L ouvrage modélisé est symétrique par rapport au piédroit central. Nous avons donc choisi de ne charger l ouvrage que d un seul côté. 28

30 Poussée sur remblais Nous avons calculé la poussée du remblai sur les piédroits avec les hauteurs réelles des piédroits (respectivement 8.49m à gauche et 9.05m à droite). Nous avons gardé ces valeurs, ce qui conduit à un chargement dissymétrique de l ouvrage. Cependant, le dimensionnement est identique pour les piédroits extérieurs et est effectué avec l enveloppe des sollicitations sur ceux-ci. Au final, les piédroits extérieurs sont armés symétriquement Dalle de transition L intensité des réactions de la dalle de transition sous les différents cas ont été calculées ci-dessus. Sous charges permanentes : R 496kN Sous surcharges TS : R 836kN Sous surcharges UDL : R 83kN La dalle de transition a une largeur de 10.80m. Les réactions de la dalle de transition sont appliquées au feuillet moyen. Nous avons donc décidé de les répartir sur (largeur totale de l ouvrage), ce qui avec une diffusion à 45 est atteint 40cm sous le feuillet moyen de la dalle de transition. D où : g R kN/ml q R kN/ml 0.60m 0.40m 10.80m 0.65m 0.65m Feuillet moyen traverse Feuillet moyen corbeau 7.97m Température Les variations de température sont modélisées de la façon suivante avec le module d élasticité sécant du béton: Traverse : Variation de température et gradient thermique. Piédroits : Variation de température seule. Radier : Le radier est recouvert de remblais, nous considérons qu il n y a ni de variation de température, ni de gradient thermique. 29

31 3.4.2 Schéma 30

32 3.5 Dimensionnement des armatures Le dimensionnement des armatures de flexion se fait à l ELU de résistance (Cf. EC ). Le ferraillage longitudinal et le ferraillage transversal, des différents éléments de l ouvrage (traverse, radier, piédroits), sont dans des directions orthogonales. Nous pouvons donc étudier chaque élément comme une poutre dans la direction considérée. La section d armature minimale pour une poutre est fournie par la formule suivante (Cf. EC ): A, 0.26 b d Tableau récapitulatif des sollicitations à l ELU Les sollicitations ELU sous les différentes combinaisons de charges variables (Q1, Q2, Q3 et Q4) sont étudiées séparément. Cf. Annexes informatiques pour résultats Effel et pour le rappel des combinaisons. Moment longitudinal (kn.m/ml) Moment transversal (kn.m/ml) Résultats ELU Sous G Sous Q Sous G Sous Q Travée Appui central Travée Appui central Travée Appui central Travée Appui central Q Traverse Q Q Q Q Radier Q Q Q Piédroit central Encastrement Encastrement Encastrement Encastrement Encastrement Encastrement Encastrement Encastrement sur traverse sur radier sur traverse sur radier sur traverse sur radier sur traverse sur radier Q Q Q Q Piédroit ext. Gauche (chargé) Piédroit ext. Droit Encastrement Encastrement Encastrement Encastrement Encastrement Encastrement Encastrement Encastrement sur traverse sur radier sur traverse sur radier sur traverse sur radier sur traverse sur radier Q Q Q Q Q Q Q Q Pour les charges permanentes, les sollicitations affichées correspondent à l enveloppe des sollicitations pour les combinaisons G1, G2, G3 et G4 définies au Les écarts de moments longitudinaux, en travée et sur appuis, entre les deux piédroits extérieurs sont dû au fait que l ouvrage n est chargé que sur la partie gauche de la traverse. Nous constatons que la combinaison Q3 (Forces de freinage) n est pas dimensionnante. 31

SOMMAIRE 1. OBJET... 3

SOMMAIRE 1. OBJET... 3 SOMMAIRE 1 SOMMAIRE 1. OBJET... 3 2. DOMAINE D APPLICATION... 5 3. CALCULS EN ENVIRONNEMENT AGRESSIF... 7 3.1 Généralités... 7 3.2 Vérification des dalles... 12 3.3 Vérification des poutres... 24 3.4 Calculs

Plus en détail

AFGC délégation Rhône-Alpes. LE PONT SCHUMAN : un 14eme Ouvrage sur la Saône à Lyon. Les études du Génie-Civil

AFGC délégation Rhône-Alpes. LE PONT SCHUMAN : un 14eme Ouvrage sur la Saône à Lyon. Les études du Génie-Civil AFGC délégation Rhône-Alpes LE PONT SCHUMAN : un 14eme Ouvrage sur la Saône à Lyon Les études du Génie-Civil AFGC Délégation Rhône Alpes 19 juin 2014 Par Franck DUBOIS BET Vinci Construction France STRUCTURES

Plus en détail

Communauté d Agglomération Arc de Seine. Programme de l aménagement des espaces publics du quartier de Meudon Val Fleury

Communauté d Agglomération Arc de Seine. Programme de l aménagement des espaces publics du quartier de Meudon Val Fleury setec organisation Communauté d Agglomération Arc de Seine Programme de l aménagement des espaces publics du quartier de Meudon Val Fleury Annexe 6b Solutions techniques n 1 et n 2 relat ives à la future

Plus en détail

Conception et calcul des ponts en béton en application des Eurocodes

Conception et calcul des ponts en béton en application des Eurocodes Conception et calcul des ponts en béton en application des Eurocodes François Toutlemonde IFSTTAR département Structures et Ouvrages d Art Journée technique CETE de Lyon COTITA Centre-Est «Concevoir, construire

Plus en détail

Actions dues au trafic Tram-Train

Actions dues au trafic Tram-Train Actions dues au trafic Tram-Train La conception des infrastructures à construire pour la circulation des tram-trains requiert la modélisation des différents cas de charges induits par ce type de trafic.

Plus en détail

Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique

Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique Francis Barré Géodynamique & Structure Ferraillage minimum des pièces épaisses (Chap 6) Hydratation à jeune âge Séchage du béton

Plus en détail

SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèle GLRC_DAMAGE) appuyée sur 4 cotés : régime de plaque élastique

SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèle GLRC_DAMAGE) appuyée sur 4 cotés : régime de plaque élastique Titre : SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèl[...] Date : 31/10/2014 Page : 1/14 SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèle GLRC_DAMAGE) appuyée sur 4 cotés : régime de plaque élastique

Plus en détail

BÉTON ARMÉ : THÉORIE ET APPLICATIONS

BÉTON ARMÉ : THÉORIE ET APPLICATIONS Jean-Louis Granju BÉTON ARMÉ : THÉORIE ET APPLICATIONS SELON L EUROCODE 2 Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-12782-9 Table des matières Remerciements... 2 Préface... 3 Avant-propos... 5 Objectifs...

Plus en détail

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015 RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 Sommaire Données générales et contraintes Caractéristiques de l'ouvrage Les études de projet Quelques photos du chantier 2 Données générales et contraintes

Plus en détail

DALLES ELEMENTS DE COURS

DALLES ELEMENTS DE COURS CESFA BTP CAO - DAO DALLES ELEENTS DE COURS Contenu : Calcul des actions et des sollicitations Règles de calcul et dimensionnement des dalles Dispositions constructives Page 1 Nous ne traiterons dans ce

Plus en détail

Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton

Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton Approche performantielle et évolutions normatives Normes de dimensionnement : les Eurocodes «béton» Arnold BALLIERE 28 novembre 2013 CETE

Plus en détail

3. BASE DES CALCULS 3.1. ACTIONS À PRENDRE EN COMPTE

3. BASE DES CALCULS 3.1. ACTIONS À PRENDRE EN COMPTE 3. BASE DES CALCULS 3.1. ACTIONS À PRENDRE EN COMPTE Les actions qui doivent être prises en compte sont : les charges permanentes G les charges dexploitation (avec les lois de dégression éventuellement)

Plus en détail

1 Semelle isolée : Semelle1 Nombre : 1

1 Semelle isolée : Semelle1 Nombre : 1 1 Semelle isolée : Semelle1 Nombre : 1 1.1 Données de base 1.1.1 Principes Norme pour les calculs géotechniques : DTU 13.12 Norme pour les calculs béton armé : BAEL 91 mod. 99 Forme de la semelle : homothétique

Plus en détail

Les dispositions constructives préventives

Les dispositions constructives préventives Les dispositions constructives préventives Prise en considération des contraintes Détail des dispositions constructives associées Jean-Sébastien MAIRE / IRIS CONSEIL Armand JOLY / Provence Impressions

Plus en détail

BLOC A BANCHER (PRODUIT)

BLOC A BANCHER (PRODUIT) AVIS TECHNIQUE BLOC A BANCHER (PRODUIT) Etabli par : Mr Salah GABSI- Ingénieur Génie Civil Vérifié par : Mr Mohamed Nebil ZAHRA- Directeur Généraléral Avis Technique N 001/2014 Date : Novembre/ /2014 Annule

Plus en détail

LOT 3 CHARPENTE METALLIQUE VERIFICATION DE LA CHARPENTE EXISTANTE AUX SOLLICITATIONS CLIMATIQUES

LOT 3 CHARPENTE METALLIQUE VERIFICATION DE LA CHARPENTE EXISTANTE AUX SOLLICITATIONS CLIMATIQUES CONSTRUCTION DE L ECOLE DES BEAUX-ARTS DE NANTES METROPOLE LOT 3 CHARPENTE METALLIQUE VERIFICATION DE LA CHARPENTE EXISTANTE AUX SOLLICITATIONS CLIMATIQUES STR 03 Janvier 2013 XD -ESBANM - Vérification

Plus en détail

1 Méthodes et principes généraux de renforcement

1 Méthodes et principes généraux de renforcement 1 Méthodes et principes généraux de renforcement 1-1 Introduction La durée d exploitation d un ouvrage en béton armé est à priori comprise entre 50 et 120 ans selon sa composition et sa fonction. Or, de

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2012 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Projet de Fin d Etudes

Projet de Fin d Etudes LAUTERBOURG Spécialité GENIE CIVIL Projet de Fin d Etudes ENCADRANTS : KEUSCH Pierre (EIFFEL) ZINK Philippe (INSA) ELEVE : WOLFF Thomas Elève en 5ème année de spécialité Génie Civil SOMMAIRE REMERCIEMENTS...3

Plus en détail

Fondation sur pieux et fondation mixte

Fondation sur pieux et fondation mixte Journée technique du CFMS Groupe de Travail "Fondations d éoliennes" Fondation sur pieux et fondation mixte Journée du 20 octobre 2009 1 Sommaire «Fondation sur pieux et fondation mixte» 1/. Fondation

Plus en détail

Modulation de construction et préfabrication

Modulation de construction et préfabrication Chapitre 5 : LES COMPOSANTS PREFABRIQUES EN BETON POUR LE BATIMENT Les composants préfabriqués pour le bâtiment seront divisés en 2 grandes catégories : Les composants linéaires (pieux, poteaux, poutres

Plus en détail

Comportement au jeune âge et phénomènes Thermo-Hydro-Mécaniques

Comportement au jeune âge et phénomènes Thermo-Hydro-Mécaniques Comportement au jeune âge et phénomènes Thermo-Hydro-Mécaniques Alain SELLIER Objectif des essais en retrait gêné Analyser finement le comportement THM au jeune âge d une structure type (RG8) Analyser

Plus en détail

dalles de plancher P3 Dalles de plancher

dalles de plancher P3 Dalles de plancher 59 P3 Dalles de plancher Grâce à sa structure cellulaire spécifique, Hebel constitue un isolant thermique de premier ordre. La structure cellulaire typique des dalles de plancher Hebel contenant de petites

Plus en détail

1.5. Documents de présentation : notes de calcul de structure

1.5. Documents de présentation : notes de calcul de structure 1.5. Documents de présentation : notes de calcul de structure 1. Objet du présent rapport: La mission de vérification confiée au bureau d études techniques CAP Structures par la société CONTAINER SYSTEMES

Plus en détail

Logiciels Ouvrages d Art. Retrait et auto contraintes Janvier 2014

Logiciels Ouvrages d Art. Retrait et auto contraintes Janvier 2014 Logiciels Ouvrages d Art Retrait et auto contraintes Janvier 2014 SOMMAIRE Calcul du retrait et du gradient thermique... Remarques :... Retrait du béton...4 Calcul du retrait à la mise en service...4 Calcul

Plus en détail

Résistance au feu des bétons

Résistance au feu des bétons Chapitre4 Résistance au feu des bétons 4.1 - Comportement aux températures élevées 4.2 - Conductivité thermique 4.3 - Évolution des résistances du béton et de l acier en fonction de la température 41 Chapitre

Plus en détail

2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION

2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION 2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION Désignation de la classe Description de l'environnement 1 - Aucun risque de corrosion ni d'attaque Béton non armé et sans pièces métalliques noyées : toutes expositions,

Plus en détail

Projet de Fin d Etudes ANNEXE 1 : Présentation du Collège Doctoral Européen

Projet de Fin d Etudes ANNEXE 1 : Présentation du Collège Doctoral Européen Génie Civil Septembre 2006 Projet de Fin d Etudes ANNEXE 1 : Présentation du Collège Doctoral Européen Tournier Guillaume, élève ingénieur 5 ème année Partie résidentielle Atrium & jardins intérieurs Espace

Plus en détail

2.1. SEMELLES DE FONDATION

2.1. SEMELLES DE FONDATION 2.1.1. DESCRIPTION 2.1. SEMELLES DE FONDATION Les semelles de fondations préfabriquées sont de trois types : - avec fût pour pose des colonnes sans étais, - avec fourreaux destinés à recevoir les barres

Plus en détail

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER Laure Delaporte ConstruirAcier Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc SCHAFFNER des Ateliers SCHAFFNER chef de file du GT4 Jérémy TROUART de l Union des Métalliers

Plus en détail

La route en béton. Une solution économique et de qualité

La route en béton. Une solution économique et de qualité La route en béton Une solution économique et de qualité Ir Luc Rens Ingénieur conseil FEBELCEM Directeur EUPAVE 1 Introduction Les premières routes en béton belges datent de l entre-deux-guerres : presque

Plus en détail

Introduction aux descriptions pour cahier des charges, prescriptions de pose et détails d exécution

Introduction aux descriptions pour cahier des charges, prescriptions de pose et détails d exécution 57 P.2.0.8 Introduction aux descriptions pour cahier des charges, prescriptions de pose et détails d exécution Les prescriptions de pose et les détails d exécution repris dans cette documentation sont

Plus en détail

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 Plancher collaborant Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 V1/2011 caractéristiques du profil DÉTAIL GÉOMÉTRIQUE DU 22 728 104 épaisseur (mm) 0,5 0,7 poids (dan/m 2 ) 5,3 7,4 APPLICATION CONSEILLÉE

Plus en détail

Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10

Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10 Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10 But: permettre un mouvement relatif de la base par rapport au sol réduction du déplacement imposé du

Plus en détail

ÉVALUATION, VÉRIFICATION ET CONCEPTION DE STRUCTURES À L AIDE DE TECHNOLOGIES MODERNES

ÉVALUATION, VÉRIFICATION ET CONCEPTION DE STRUCTURES À L AIDE DE TECHNOLOGIES MODERNES Congrès 24 e Conférence annuel de spécialisée la Société en génie canadienne des matériaux transports structures de génie civil de la Société canadienne de génie civil Annual Conference of the Canadian

Plus en détail

NOTIONS DE DIMENSIONNEMENT ET D AVANT PROJET DE BATIMENT

NOTIONS DE DIMENSIONNEMENT ET D AVANT PROJET DE BATIMENT NOTIONS DE DIMENSIONNEMENT ET D AVANT PROJET DE BATIMENT Sommaire 1 PREAMBULE... 3 1.1 Les actions... 3 1.1.1 Normes de référence concernant les actions... 3 1.1.2 Charges permanentes... 3 1.1.3 Charges

Plus en détail

de construction métallique

de construction métallique sous la direction de Jean-Pierre Muzeau Manuel de construction métallique Extraits des Eurocodes à l usage des étudiants Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465370-6 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13469-8

Plus en détail

Charges & actions sur les structures du génie civil

Charges & actions sur les structures du génie civil Charges & actions sur les structures du génie civil Préambule Les règlements "neige et vent" en vigueur concernés par ce cours sont : - règles nationales : NV 65 modifiée en 1999 et N 84 modifiées en 1995.

Plus en détail

Pathologie des constructions

Pathologie des constructions CENTRE UNIVERSITAIRE D AIN-TEMOUCHENT BP N 284 RP AIN-TEMOUCHENT, 46000- ALGERIE Institut des Sciences et de la technologie Département des Sciences fondamentales, appliquées et de la technologie Pathologie

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

Tablier. métallique. Une division du Groupe Canam

Tablier. métallique. Une division du Groupe Canam Tablier métallique Une division du Groupe Canam TABLE DES MATIÈRES PAGE NOS SERVICES... 4 NOTES SUR LES TABLEAUX DE CHARGE... 5 P-3615 & P-3606 DIMENSIONS & PROPRIÉTÉS PHYSIQUES... 6 TABLEAUX DES CHARGES

Plus en détail

LINTEAU COUVERTURE. . La flèche f est proportionnelle aux forces F exercées sur l élément cad proportionnelle à Mf dans chaque section.

LINTEAU COUVERTURE. . La flèche f est proportionnelle aux forces F exercées sur l élément cad proportionnelle à Mf dans chaque section. POUTRE SIMPLE LINTEAU COUVERTURE 3.1 Introduction - considérations générales. On définit la flèche f comme la déformation maximale d un élément de structure soumis à une flexion simple (Mf). La flèche

Plus en détail

RDM Ossatures Manuel d exercices

RDM Ossatures Manuel d exercices RDM Ossatures Manuel d exercices Yves Debard Institut Universitaire de Technologie du Mans Département Génie Mécanique et Productique http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/index.html 26 juin 2006 29 mars 2011

Plus en détail

Conception et construction d un pont à Chibougamau

Conception et construction d un pont à Chibougamau Conception et construction d un pont à Chibougamau VICTOR EGOROV, LOUIS-PHILIPPE POIRIER, MARIO LÉVESQUE, SNC-Lavalin, Montréal, QC Mots-clés : Conception en bois, lamellé-collé, panneau CLT modélisation

Plus en détail

Ouvrages en maçonnerie :

Ouvrages en maçonnerie : Club Ouvrages d Art du 5 février 2009 à Berre l'etang Ouvrages en maçonnerie : investigations préalables et recalculs Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée www.cete-mediterranee.fr Sommaire

Plus en détail

LE GÉNIE PARASISMIQUE

LE GÉNIE PARASISMIQUE LE GÉNIE PARASISMIQUE Concevoir et construire un bâtiment pour qu il résiste aux séismes 1 Présentation de l intervenant Activité : Implantation : B.E.T. structures : Ingénierie générale du bâtiment. Siège

Plus en détail

Utilisation générale et examples

Utilisation générale et examples AxisVM - Tutorial Utilisation générale et examples ingware.ch Mit dem Besten rechnen CONTENU Introduction...6 AxisVM...6 Tutoriel...6 Utilisation générale de AxisVM...7 Saisir un nouveau Modèle / Gestion

Plus en détail

Cours de béton armé Comportement du béton en flexion simple

Cours de béton armé Comportement du béton en flexion simple Cours de béton armé Comportement du béton en flexion simple BAC3 - HEMES -Gramme 1 Dr Ir P. Boeraeve - Unité 9 Construction - 2007 Conventions/notations Signes : + compression - traction Min Maj NOM 2

Plus en détail

Norme NF EN 206-1 et DTU 21

Norme NF EN 206-1 et DTU 21 Norme NF EN 206-1 et DTU 21 La norme NF EN 206-1, avec son annexe nationale, devient la base normative pour tous les bétons de structure. Introduction La norme européenne NF EN 206-1 remplace la norme

Plus en détail

des structures en béton

des structures en béton Chapitre2 Dimensionnement des structures en béton 2.1 Les Eurocodes 2.2 L Eurocode 2 (Eurocode béton) 2.3 Le béton armé 2.4 Les armatures pour béton armé 2.5 L enrobage des armatures 2.6 Le béton précontraint

Plus en détail

Réhabilitation de bâtiments anciens

Réhabilitation de bâtiments anciens Long Carbon Europe Sections and Merchant Bars Réhabilitation de bâtiments anciens Remplacer un plancher en bois existant par une dalle massive 1 Introduction Dans les constructions anciennes la plupart

Plus en détail

Université Libanaise Faculté de Génie II. Projet de Fin d Etudes. Diplôme d Ingénieur Civil. Bâtiment a Ras Beirut

Université Libanaise Faculté de Génie II. Projet de Fin d Etudes. Diplôme d Ingénieur Civil. Bâtiment a Ras Beirut Université Libanaise Faculté de Génie II Projet de Fin d Etudes Présenté en vue de l obtention du Diplôme d Ingénieur Civil par Antoun Jhonny Yammine Jhonny Bâtiment a Ras Beirut Responsable de projet

Plus en détail

Dalles alvéolées en béton précontraint. Les hourdis, éléments indispensables dans la conception d une maison actuelle!

Dalles alvéolées en béton précontraint. Les hourdis, éléments indispensables dans la conception d une maison actuelle! Dalles alvéolées en béton précontraint Les hourdis, éléments indispensables dans la conception d une maison actuelle! 1. Généralités Les planchers en béton, appelés hourdis, sont aujourd hui devenus des

Plus en détail

Les différents types de renforcement du Béton Projeté. S. Mathieu, C. Larive

Les différents types de renforcement du Béton Projeté. S. Mathieu, C. Larive Les différents types de renforcement du Béton Projeté S. Mathieu, C. Larive Pourquoi le renforcer? Car c est du béton! Avec les effets des retraits: - plastique (avant prise donc quasi immédiat) - hydraulique

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

ArcelorMittal Construction Belgium. Arval Plancher collaborant Cofrastra 70

ArcelorMittal Construction Belgium. Arval Plancher collaborant Cofrastra 70 ArcelorMittal Construction Belgium Arval Plancher collaborant Cofrastra 7 PANCHERS COABORANTS COFRASTRA 7 CARACTÉRISTIQUES GÉOMÉTRIQUES Face prélaquée d Épaisseur de la dalle de à cm 7 8 96 7 7 APPICATIONS

Plus en détail

CHAPITRE VI : RESISTANCE DES MATERIAUX

CHAPITRE VI : RESISTANCE DES MATERIAUX CHAPITRE VI : RESISTANCE DES MATERIAUX A- énéralités : I. Introduction: L étude en RDM est une étape parfois nécessaire entre la conception et la réalisation d une pièce. Elle permet : - de justifier son

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l'ingénieur - JNGG' 2006 Lyon (France)

Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l'ingénieur - JNGG' 2006 Lyon (France) Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l'ingénieur - JNGG' 26 Lyon (France) VERS UNE MEILLEURE GESTION DU RISQUE ASSOCIE A LA POSE DE CANALISATIONS EN TRANCHEE : ANALYSE NUMERIQUE DU COMPORTEMENT

Plus en détail

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s)

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s) Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 12-007 Le 10 avril 2012 Réf. DER/HTO 2012-093-BB/LS CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSMISSION SURFACIQUE UP ET DES COEFFICIENTS

Plus en détail

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du exemple génie-civil. Contenu : Assainissements routiers

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du exemple génie-civil. Contenu : Assainissements routiers Page 1 / 8 Rapport technique / domaine du exemple génie-civil Contenu : Assainissements routiers Rédaction : Pierre Barras / Étudiant ETC 3 ème année / 3971 Chermignon Date : Janvier 2013 Introduction

Plus en détail

Halle métallique Projet de construction ICOM

Halle métallique Projet de construction ICOM Halle métallique Projet de construction ICOM Professeur accompagnant : Jean-Paul Lebet Assistant : Valentin Gavillet Projet de construction: Halle métallique 2 / 49 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3

Plus en détail

Sommaire. Théorie... 16 Interface utilisateur et exploitation des résultats... 17

Sommaire. Théorie... 16 Interface utilisateur et exploitation des résultats... 17 Sommaire BIENVENUE DANS ADVANCE DESIGN 2015... 5 NOUVEL ECRAN DE DEMARRAGE... 6 LOCALISATION: NORME ITALIENNE NTC2008... 8 Actions & combinaisons... 8 Générateur climatique - Vent... 9 Générateur Climatique

Plus en détail

Introduction au béton armé selon l Eurocode 2

Introduction au béton armé selon l Eurocode 2 Jean-Louis Granju Introduction au béton armé selon l Eurocode 2 Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465375-1 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13528-2 Le béton armé : comment ça marche? 25 soudure

Plus en détail

JOURNÉE TECHNIQUE DU 26 MAI 2011

JOURNÉE TECHNIQUE DU 26 MAI 2011 JOURNÉE TECHNIQUE DU 26 MAI 2011 LES REVÊTEMENTS DE SOL DE BÂTIMENT Comparaisons des 2 DTU : DTU 52.1 (sols scellés) et DTU 52.2 (sols collés) pour les PIERRES NATURELLES Philippe DUPUIS NF DTU 52.1 NF

Plus en détail

Actions en cours d exécution

Actions en cours d exécution Actions en cours d exécution NF EN 1991-1-6 : Eurocode 1 Actions sur les structures Partie 1.6 : Actions générales - Actions en cours d exécution Avant-propos Section 1 Généralités 1.1 Domaine d application

Plus en détail

Technologie du bâtiment Gros œuvre

Technologie du bâtiment Gros œuvre C Le terrain est le support destiné à recevoir l ouvrage à construire, c est-à-dire, dans ce cours, le bâtiment à construire. Autant le bâtiment peut répondre à des volontés précises et à des exigences

Plus en détail

Caractéristiques des produits FERMACELL

Caractéristiques des produits FERMACELL Conseil de pro : des produits FERMACELL Plaque de plâtre armé de fibres Plaque Powerpanel H 2 O Plaque Powerpanel HD Granule d`égalisation Granule pour Nid d`abeille Mortier d`égalisation Plaque Powerpanel

Plus en détail

SAMPE FRANCE Concours «Pont Composite»

SAMPE FRANCE Concours «Pont Composite» SAMPE FRANCE Concours «Pont Composite» Règlement du concours Page 1/5 Article 1 : Introduction La compétition est ouverte exclusivement aux Écoles et Universités. L objectif est de concevoir et fabriquer

Plus en détail

DIR MC / SIR du Puy en Velay. Construction du viaduc de Taulhac

DIR MC / SIR du Puy en Velay. Construction du viaduc de Taulhac Construction du viaduc de Taulhac Caractéristiques Franchissement d un vallon (zone résidentielle + RD) Ouvrage de type pont mixte à consoles et pièces de pont 5 travées : 73 m + 3 x 92 m + 73 m Tablier

Plus en détail

CHAPITRE 2 LES PLANCHERS

CHAPITRE 2 LES PLANCHERS 1 CHAPITRE 2 LES PLANCHERS TABLE DES MATIÈRES Pages 1. GÉNÉRALITÉS 2 1.1. OBJET 2 1.2. TYPES DE PLANCHERS 2 2. DALLES PLEINES 3 2.1. DALLES PLEINES SUR APPUIS CONTINUS 3 2.2. DALLES PLEINES SUR APPUIS

Plus en détail

Solutions de toitures-terrasses en maçonnerie avec étanchéité sur support isolant rigide

Solutions de toitures-terrasses en maçonnerie avec étanchéité sur support isolant rigide F-a5 4 e édition Octobre 2011 Solutions de toitures-terrasses en maçonnerie avec étanchéité sur support isolant rigide Fesco, Fesco S, Kooltherm K4, Retrofit, Retrofit S, sous-couches PUR, PSE 1b 2b 2c

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 01 13 Le maçon à son poste de travail Partie 5 : Stabilisation des murs maçonnés en phase de construction La réalisation de murs en maçonnerie est une opération courante sur les

Plus en détail

Calcul de structures en bureau d études ISMANS

Calcul de structures en bureau d études ISMANS 1 2 REPRESENTATION SURFACIQUE Le soufflet est suffisamment mince pour que l on puisse travailler avec une surface représentative : approximation «éléments finis». 3 REPRESENTATION SURFACIQUE Soufflet_coque.stp

Plus en détail

PROTECTION PARASISMIQUE

PROTECTION PARASISMIQUE POUR SE PRÉMUNIR CONTRE LE RISQUE SISMIQUE En cas de séisme, 90 % des pertes en vie humaines sont dues à l effondrement des constructions. La prévention constitue le meilleur moyen de se prémunir contre

Plus en détail

Changements de dimension

Changements de dimension Changements de dimension Le béton peut être soumis à des changements de dimension les causes principales pour ces changements sont: CHARGE MÉCANIQUE FLUAGE VARIATION D HUMIDITÉ SECHAGE VARIATION DE TEMPERATURE

Plus en détail

Triplement du pont Pinel Poutres précontraintes en BFUP LECLERC CETE NC/ DEIOA

Triplement du pont Pinel Poutres précontraintes en BFUP LECLERC CETE NC/ DEIOA Triplement du pont Pinel Poutres précontraintes en BFUP Aude PontPETEL Pinel SETRA/CTOA/DGO Aude complété PETEL par / Gérard GérardLECLERC LECLERC CETE NC/ DEIOA 1 Déroulement de la présentation I - Présentation

Plus en détail

Cahier des clauses techniques générales applicables aux marchés publics de travaux. FASCICULE N 62 - Titre V

Cahier des clauses techniques générales applicables aux marchés publics de travaux. FASCICULE N 62 - Titre V TEXTES OFFICIELS LOGEMENT RÈGLES TECHNIQUES DE CONCEPTION ET DE CALCUL DES FONDATIONS DES OUVRAGES DE GÉNIE CIVIL Cahier des clauses techniques générales applicables aux marchés publics de travaux FASCICULE

Plus en détail

LES FONDATIONS PROFONDES

LES FONDATIONS PROFONDES Technologie C:\Documents and Settings\FREDERIC\Mes documents\travail\technologie\fondations PROFONDES\Fondations profondes.docversion 2008 LES FONDATIONS PROFONDES TECHNICIENS SUPERIEURS TRAVAUX PUBLICS

Plus en détail

SEMINAIRE DONNEES DE TRAFIC MARDI 21 NOVEMBRE 2007

SEMINAIRE DONNEES DE TRAFIC MARDI 21 NOVEMBRE 2007 SEMINAIRE DONNEES DE TRAFIC MARDI 21 NOVEMBRE 2007 Michel Peyron Cete méditerranée Trafic Le passage d un essieu de 13 tonnes a autant d effet d endommagement sur la chaussée, que celui d un million de

Plus en détail

Exemple d application du EN 1993-1-2 : Poutre fléchie avec section tubulaire reconstituée

Exemple d application du EN 1993-1-2 : Poutre fléchie avec section tubulaire reconstituée Exemple d application du EN 1993-1-2 : Poutre fléchie avec section tubulaire reconstituée P. Schaumann, T. Trautmann University of Hannover Institute for Steel Construction, Hannover, Germany 1 OBJECTIF

Plus en détail

Isolation de sol (résistante aux charges) sur béton maigre ou lit de gravillon. Système 1.1.1. avec cahier des charges à partir de la page 3

Isolation de sol (résistante aux charges) sur béton maigre ou lit de gravillon. Système 1.1.1. avec cahier des charges à partir de la page 3 Systèmes d isolation en contact avec la terre Isolation de sol (résistante aux charges) sur béton maigre ou lit de gravillon FOAMGLAS FLOOR BOARD, pose à sec Cette technique est adaptée pour une isolation

Plus en détail

Mur de cave «Prémur PAMAflex» avec 20 cm d isolation

Mur de cave «Prémur PAMAflex» avec 20 cm d isolation 1. Description Elément préfabriqué en béton de type prémur isolé composé de 2 parois en béton de 7 cm d épaisseur, d une couche d isolation de 20 cm en polystyrène expansé et d un espace pour le remplissage

Plus en détail

PATHOLOGIE DES BALCONS

PATHOLOGIE DES BALCONS PATHOLOGIE DES BALCONS Un balcon est une «plateforme à hauteur de plancher, formant saillie sur une façade, et fermée par une balustrade ou un garde-corps, qui sont généralement en métal ou en béton. C

Plus en détail

3. OUVRAGES DIVERS 3.1. OUVRAGES DESTINÉS À CONTENIR OU À RETENIR DES LIQUIDES. 3.1,0. remarques préliminaires

3. OUVRAGES DIVERS 3.1. OUVRAGES DESTINÉS À CONTENIR OU À RETENIR DES LIQUIDES. 3.1,0. remarques préliminaires 3. OUVRAGES DIVERS 3.1. OUVRAGES DESTINÉS À CONTENIR OU À RETENIR DES LIQUIDES 3.1,0. remarques préliminaires Ce paragraphe concerne des ouvrages exclus du domaine d application des Règles BAEL. Il s agit

Plus en détail

LA SOLUTION IDÉALE POUR LES PONTS THERMIQUES!

LA SOLUTION IDÉALE POUR LES PONTS THERMIQUES! nano et R nano LA SOLUTION IDÉALE POUR LES PONTS THERMIQUES! connecting insulations 1.0 QU EST-CE QUE MARMOX THERMOBLOCK? Marmox THERMOBLOCK est un bloc de construction isolant breveté constitué d un élément

Plus en détail

Tutorial RDM Le Mans (Ossature) Octobre 2012

Tutorial RDM Le Mans (Ossature) Octobre 2012 Tutorial RDM Le Mans (Ossature) Octobre 2012 On traite ici un cas très simple d analyse de structure au travers du logiciel RDM Le Mans. Le modèle à analyser est composé d une structure encastrée dans

Plus en détail

Calcul des charpentes d acier Tome I

Calcul des charpentes d acier Tome I Calcul des charpentes d acier Tome I 2 e édition, 2 e tirage revu, 2008 RÉVISIONS À l intention des lecteurs de la 2 e édition, 1 er tirage, 2005, les principales révisions apportées au 2 e tirage se trouvent

Plus en détail

générales des chaussées

générales des chaussées Chapitre2 Caractéristiques générales des chaussées 15 1. Le trafic 2. La voirie à faible trafic 3. Les caractéristiques géométriques 4. Constitution des chaussées : les différentes couches 5. Les différentes

Plus en détail

The Energy To Meet Your Needs

The Energy To Meet Your Needs Capteurs The Energy To Meet Your Needs Dans la gamme énergie solaire thermique d A.O. Smith, vous trouvez 2 types d installation. Tout d abord, il y a les systèmes qui utilisent l énergie solaire couplés

Plus en détail

Fondations & soubassements

Fondations & soubassements Fondations & soubassements Henri RENAUD Deuxième édition 2010 Groupe Eyrolles, 2002, 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12786-7 S o m m a i r e F o n d a t i o n s p a r s e m e l l e s...

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 1 CONSTRUIRE EN BETON Section 1.7 La préfabrication 1.7.1 Les généralités 1.7.2 Les éléments verticaux 1.7.4 Les éléments précontraints Version 1.0 A Prof. André Oribasi

Plus en détail

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques Session de formation continue ENPC «Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques 6-8 octobre 2010 Philippe Mestat (LCPC) «Pièges» pour débutant?. Conditions limites en déplacements : il faut

Plus en détail

+33 1 60 57 30 00 +33 1 60 57 30 15 77876 MONTEREAU CEDEX FRANCE SAS

+33 1 60 57 30 00 +33 1 60 57 30 15 77876 MONTEREAU CEDEX FRANCE SAS Câbles Energie SILEC CABLE 0 ENERGIE BT EDF - SOUTERRAIN CABLES DE BRANCHEMENT H1 XDV-AU Documents de normalisation : NF C 33-210, HD 603. Tension nominale Tension assignée : 0.6/1 kv Utilisation Excellent

Plus en détail

12/08 1 FICHES TECHNIQUES. gaz

12/08 1 FICHES TECHNIQUES. gaz 12/08 1 produit géo flam coupe-feu avec procès-verbaux du cticm CSTB e t cebtp FICHES TECHNIQUES un seul matériau pour feu intérieur et extérieur en coup-feu 1 heure - 1 heure 1/2-2 heures conduits de

Plus en détail

Le Catalogue des Structures Types de Chaussées Neuves (Edition 1995)

Le Catalogue des Structures Types de Chaussées Neuves (Edition 1995) Le Catalogue des Structures Types de Chaussées Neuves (Edition 1995) Omar ESSEKELLI Chef de Service Chaussées et Développement Division Technique - DRCR Les entrants du dimensionnement Quatre familles

Plus en détail

A- GENERALITES p.3. B- PROPRIETES DES BLOCS / PANNEAUX NIDAPLAST RA ET NIDASTYRENE RA p.3. I- NIDAPLAST RA p.3 II- NIDASTYRENE RA p.

A- GENERALITES p.3. B- PROPRIETES DES BLOCS / PANNEAUX NIDAPLAST RA ET NIDASTYRENE RA p.3. I- NIDAPLAST RA p.3 II- NIDASTYRENE RA p. 1 A- GENERALITES p.3 B- PROPRIETES DES BLOCS / PANNEAUX NIDAPLAST RA ET NIDASTYRENE RA p.3 I- NIDAPLAST RA p.3 II- NIDASTYRENE RA p.4 C- DIMINUTION DES EFFORTS APPORTES PAR UN REMBLAI ALLEGE p.4 I- EFFORT

Plus en détail

proforma terrassement

proforma terrassement proforma terrassement La qualité du terrassement est décisive, un terrassier professionnel doit vous garantir un strict respect des cotes et des niveaux. Nous vous conseillons vivement la mise en place

Plus en détail