Guide d application de la STI INF RC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide d application de la STI INF RC"

Transcription

1 RC Agence ferroviaire européenne RC Conformément au mandat cadre C(2007)3371 final du Référence ERA: ERA/GUI/ /INT Version ERA: 1.00 Date: 27 février 2012 Document préparé par Type document: Statut document: de du Agence ferroviaire européenne Rue Marc Lefrancq, 120 BP F Valenciennes Cedex France Guide Public Référence: ERA/GUI/ /INT Version: 1.00 Page 1 sur 31

2 0. INFORMATIONS RELATIVES AU DOCUMENT 0.1. Historique des modifications Tableau 1 : Statut du document Version date Auteur(s) Numéro de section Modification/description Version fév 2012 ERA UI Toutes Publication du document révisé après l'adoption de la STI «INF RC» Référence: ERA/GUI/ /INT Version: 1.00 Page 2 sur 31

3 0.2. Table des matières 0. INFORMATIONS RELATIVES AU DOCUMENT Historique des modifications Table des matières Liste des figures Liste des tableaux CHAMP D APPLICATION DU PRÉSENT GUIDE Champ d application Contenu de ce guide Documents de référence Définitions et abréviations CLARIFICATIONS DE LA STI INF RC Avant-propos... 6 Domaine d application géographique (point 1.2) Exigences essentielles Caractéristiques du sous-système... 6 Exigences pour les paramètres fondamentaux (point )... 9 Exigences pour les paramètres fondamentaux (point )... 9 Gabarit (point ) Entraxe (point ) Détermination des limites d action immédiate, d intervention et d alerte (point ) Limite d action immédiate pour le gauche de voie (point ) Système d attache de rail (5.3.2) Traverses de voie (point 5.3.3) Évaluation de la conformité Constituants d interopérabilité Sous-systèmes d interopérabilité Évaluation de l insuffisance de dévers (point ) Évaluation des valeurs de conicité équivalente à la conception (point ) Évaluation de la géométrie des appareils de voie (point ) Mise en œuvre Application de la STI aux nouvelles lignes conventionnelles (point 7.2) Réaménagement d une ligne (point 7.3.1) Lignes existantes ne faisant pas l objet d un projet de renouvellement ou de réaménagement (point 7.3.4) Compatibilité des infrastructures et du matériel roulant (point 7.5) Cas pratiques SPÉCIFICATIONS ET NORMES APPLICABLES LISTE DES ANNEXES Référence: ERA/GUI/ /INT Version: 1.00 Page 3 sur 31

4 0.3. Liste des figures 0.4. Liste des tableaux Tableau 2 : Statut du document... 2 Tableau 3: Normes CEN pertinentes pour les évaluations de conformité Tableau 4: Configurations de voie vérifiées par rapport à la conicité équivalente Référence: ERA/GUI/ /INT Version: 1.00 Page 4 sur 31

5 1. CHAMP D APPLICATION DU PRÉSENT GUIDE 1.1. Champ d application Ce document est une annexe au guide d application des STI. Il fournit des informations relatives à l application de la spécification technique d interopérabilité pour le sous-système «Infrastructure» du système ferroviaire conventionnel adoptée par la décision 2011/275/UE du 26 avril 2011 de la Commission («STI INF RC») Ce guide est destiné à être lu et utilisé uniquement en parallèle avec la STI INF RC. Il vise à faciliter son application, mais ne la remplace pas. Il convient de prendre également en considération la partie générale du «Guide d application des STI» Contenu de ce guide La section 2 de ce document présente des extraits du texte original de la STI INF RC dans des encadrés colorés, suivis d un texte explicatif Aucune orientation n est fournie pour les points de la STI INF RC qui ne nécessitent aucune clarification supplémentaire Ces orientations sont strictement volontaires. Elles n impliquent aucune obligation autre que celles précisées par la STI INF RC Les orientations sont fournies par le biais d un texte explicatif et, le cas échéant, par une référence à des normes attestant de la conformité à la STI INF RC. Les normes pertinentes sont reprises à l annexe 1 du présent document Documents de référence Les documents de référence sont repris au point 1.4 de la STI LOC&PAS RC et dans la partie générale du «Guide d application des STI» Définitions et abréviations Les définitions et abréviations sont reprises dans la partie générale du «Guide d application des STI». Référence: ERA/GUI/ /INT Version: 1.00 Page 5 sur 31

6 2. CLARIFICATIONS DE LA STI INF RC 2.1. Avant-propos Domaine d application géographique (point 1.2) «Le champ d application territorial de la présente STI est le système ferroviaire transeuropéen conventionnel tel qu il est décrit à l annexe I, point 1.1, de la directive 2008/57/CE.» Le réseau du système ferroviaire transeuropéen conventionnel sera celui des lignes conventionnelles du réseau transeuropéen de transport identifiées dans la décision n 661/2010/UE, qui remplace et abroge la décision 1692/96/CE. Le domaine d application de la STI n a pas encore été étendu à l ensemble du système ferroviaire conventionnel, comme le prévoit l article 8 de la directive 2008/57/CE. Les paramètres fondamentaux définis par la STI ont été élaborés pour le RTE uniquement. Il conviendra de réexaminer les catégories de lignes et les paramètres fondamentaux de la STI afin de déterminer l aptitude à l emploi sur le réseau étendu Exigences essentielles La directive définit des exigences essentielles en matière de santé, de sécurité, de fiabilité, de disponibilité, de protection de l environnement et de compatibilité technique. Le tableau 1 de la STI énumère les paramètres fondamentaux du sous-système «Infrastructure» CR considérés comme remplissant ces exigences Caractéristiques du sous-système Catégories de lignes et paramètres de performances de la STI Introduction 4.1 (3) Les valeurs limites fixées dans la présente STI ne sont pas destinées à être imposées comme des valeurs de conception normales. Les valeurs de conception doivent toutefois être comprises dans les limites définies dans la présente STI.» La STI définit les paramètres fondamentaux et les niveaux minima à respecter pour satisfaire les exigences essentielles. La STI ne doit pas être considérée comme un guide de conception. Pour l approbation de la conception, il est recommandé au demandeur de définir un guide de conception à appliquer. Ce guide de conception peut s appuyer sur des normes et devrait ensuite être évalué par rapport aux exigences de la STI. Outre les limites imposées par la STI, ce guide doit être basé sur les valeurs correspondant aux bonnes pratiques. Catégories de lignes de la STI (point 4.2.1) (1) L annexe I (point 1.1) de la directive indique que le réseau ferroviaire conventionnel peut être subdivisé en différentes catégories. Afin d assurer de façon rentable l interopérabilité, la présente STI définit des «catégories de ligne STI». Les spécifications techniques et fonctionnelles de la Référence: ERA/GUI/ /INT Version: 1.00 Page 6 sur 31

7 présente STI varient selon les catégories de ligne STI.» La définition de catégories pour le système ferroviaire conventionnel est plus complexe que celles du système à grande vitesse. Outre la vitesse de la ligne, des paramètres de performances supplémentaires ont donc été nécessaires pour décrire les catégories de lignes. Les lignes conventionnelles sont également décrites en fonction de la longueur maximale des trains, de la charge à l essieu et de l écartement de la voie. À long terme, cette approche permettra de créer un réseau européen interopérable pour des trains interopérables offrant des niveaux de performances adéquats pour chaque secteur d exploitation (trafic de fret sur le réseau dorsal stratégique, par exemple). Les catégories de lignes de la STI sont définies en fonction du «type de trafic» et du «type de ligne», qui détermine le niveau minimum des paramètres de performances. Le système de numérotation adopté combine le type de ligne (indiqué par un chiffre romain) et le type de trafic (indiqué par une lettre majuscule). Il reprend là où le système de catégorisation pour le système à grande vitesse s est arrêté, avec les types de lignes IV à VII. Les lignes des types IV et V sont les «lignes principales» du RTE, et les lignes des types VI et VII les «autres lignes» du RTE. Cette distinction est importante dans la mesure où elle laisse aux États membres le choix concernant le sous-système cible pour les lignes nouvelles ou réaménagées, et donc les coûts associés. Les lignes des types IV et VI sont de nouvelles lignes, tandis que celles des types V et VII sont des lignes réaménagées. Le type de trafic pour lequel une ligne est prévue est indiqué par les lettres P, F et M (pour Passagers, Fret et Mixte). «(2) Les exigences auxquelles doit satisfaire le sous-système «infrastructure» sont spécifiées pour chacune des catégories de ligne STI suivantes du système ferroviaire transeuropéen conventionnel, selon que de besoin. Ces catégories de ligne peuvent servir à la classification des lignes existantes, dans la mesure où les paramètres de performance appropriés sont respectés, en cohérence avec le plan national de migration.» Les stratégies nationales de migration doivent comprendre les plans des activités de renouvellement et des projets de réaménagement. Aux fins de ces stratégies, les lignes existantes peuvent être classées au minimum dans les types de lignes V et VII, qui fixent les niveaux minima pour le réaménagement ou le renouvellement de lignes. Il est cependant possible d adopter les paramètres d une catégorie de ligne supérieure conformément au point de la STI. Le respect des exigences implique de satisfaire les exigences de tous les paramètres fondamentaux définis pour une catégorie de ligne supposée, y compris en ce qui concerne les paramètres de performances qui fixent les valeurs limites pour certains des paramètres fondamentaux. «(3) Remarque: les nœuds «voyageurs», les nœuds «marchandises» et les lignes de raccordement sont inclus le cas échéant dans les catégories de ligne STI.» Les exigences relatives à la ligne ouverte sont également valides pour les voies principales qui traversent les nœuds «voyageurs», les nœuds «marchandises» et les lignes de raccordement. Il existe peu d exigences applicables uniquement aux autres voies pour les nœuds «voyageurs», les nœuds «marchandises» et les voies de raccordement. Référence: ERA/GUI/ /INT Version: 1.00 Page 7 sur 31

8 Paramètres de performances (point 4.2.2) «(1) Les niveaux de performance des catégories de ligne STI définies au point se caractérisent selon les paramètres de performance suivants: (a) (b) (c) (d) gabarit, charge par essieu, vitesse de la ligne, longueur de train.» Les paramètres de performances applicables aux nouvelles lignes sont plus ambitieux que pour les lignes réaménagées, puisqu il est possible d atteindre des performances supérieures moyennant un effort supplémentaire relativement modeste. Ainsi, une nouvelle ligne principale RTE pour le trafic de fret (catégorie de ligne IV-F) doit être conçue pour une charge à l essieu maximale de 25 t, alors qu une ligne réaménagée doit être conçue pour 22,5 t. L objectif est de limiter l obligation de reconstruire les structures existantes, ce qui pourrait s avérer coûteux. Il est prévu que les lignes principales RTE deviennent l élément stratégique du réseau ferroviaire transeuropéen conventionnel. À ce titre, elles doivent présenter des paramètres de performances supérieurs à ceux des autres lignes du réseau. Les paramètres de performances de deux sous-systèmes ou plus peuvent être différent. Dans ces cas-là, cependant, le paramètre le plus restrictif des sous-systèmes «voie» correspondant limite la performance globale. Par exemple, une ligne de catégorie V-M avec une vitesse de ligne maximale de 160 km/h détermine les performances minimales des autres sous-systèmes. Le sous-système Infrastructure peut néanmoins être conçu et évalué pour une vitesse de 200 km/h, tandis que le sous-système Énergie reste limité à 140 km/h. Dans ce cas, le niveau de performance global de la ligne est limité à 140 km/h en cas d utilisation de la traction électrique. «(2) Les niveaux de performances pour chaque catégorie de ligne sont indiqués au tableau 3 ciaprès.» Les nouvelles lignes et les lignes réaménagées du système ferroviaire conventionnel du RTE doivent être conçues de façon à présenter au moins les niveaux de performances définis au tableau 3. Cela signifie que les paramètres fixés au tableau 3 sont le point de départ de la conception du sous-système INF (la base utilisée pour dériver les valeurs des paramètres fondamentaux respectifs). Les paramètres de performances n ont pas pour objet de définir les performances réelles du trafic ferroviaire dans le cadre du système complet. «(4) Il est permis que certaines parties de la ligne soient conçues pour des vitesses et/ou des longueurs de train inférieures à celles indiquées au tableau 3, dans des cas dûment justifiés par des contraintes urbaines ou environnementales.» Les paramètres de performances ne doivent pas être confondus avec les paramètres fondamentaux (tels que définis au point de la STI). Cependant, les paramètres Référence: ERA/GUI/ /INT Version: 1.00 Page 8 sur 31

9 fondamentaux dépendent des paramètres de performances choisis pour un tronçon donné de la ligne. Dans les cas où cette clause est d application, le demandeur doit motiver cette décision lors de la présentation de la conception. Par exemple, dans les cas où des contraintes géographiques limitent le rayon de courbure et nécessitent donc de limiter la vitesse de ligne, l ON doit uniquement vérifier si la raison justifiant la limitation de la vitesse de ligne a été indiquée et si les paramètres fondamentaux ont été appliqués correctement au paramètre de performances choisi Explications relatives à certains paramètres fondamentaux Exigences pour les paramètres fondamentaux (point ) «(3) Les spécifications pour le dévers, la variation du dévers, l insuffisance de dévers, le taux de variation de l insuffisance de dévers et le gauche de voie s appliquent aux lignes dont l écartement nominal de voie est de mm. Pour une ligne ayant un écartement nominal de voie différent, les limites applicables à ces paramètres doivent être fixées proportionnellement à la distance nominale entre les rails.» Les paramètres fondamentaux de la STI sont définis sur la base d un écartement nominal de la voie de mm. L expression de certains paramètres fondamentaux varie en fonction de l écartement nominal des voies. Par exemple, le dévers s exprime traditionnellement comme la différence verticale de niveau entre les rails. La méthode de calcul, dite du «nivellement transversal», est décrite au point de la norme EN :2003. Cependant, le paramètre sous-jacent est l angle d inclinaison du plan des rails. Par conséquent, pour un angle limite donné, la différence verticale équivalente de niveau des rails varie en fonction de la distance qui les sépare. L annexe C de la norme EN contient des lignes directrices pour le calcul des différents écartements de voie. «(4) En cas de voie à multi-écartement, les exigences de la présente STI s appliquent séparément à chaque paire de rails conçue pour être exploitée comme une voie séparée.» L évaluation et la vérification ne doivent pas être appliquées à toutes les voies en même temps. Par conséquent, la déclaration CE de vérification peut être émise séparément pour chaque voie. Dans un système à trois rails par exemple, cela permettrait à une paire de rails d être évaluée comme une voie, avec la possibilité de réévaluer une voie comportant le troisième rail à une date ultérieure ou de ne pas l évaluer du tout. Exigences pour les paramètres fondamentaux (point ) «(6) Un court tronçon de voie muni de dispositifs permettant le passage d un écartement nominal à un autre est autorisé. L emplacement et le type des passages doivent être publiés au registre des infrastructures.» Les dispositifs visés par cette disposition comprennent les équipements pour le changement automatique de gabarit des essieux montés sans arrêt, l échange d essieux montés, l échange de bogies et tout autre système de transition. Référence: ERA/GUI/ /INT Version: 1.00 Page 9 sur 31

10 Le système à trois rails est un cas particulier de voie multirail, avec un rail commun aux deux écartements. Gabarit (point ) «(2) Les calculs du gabarit des obstacles sont effectués selon la méthode cinématique conformément aux exigences des chapitres 5, 7 et 10 et de l annexe C de la norme EN :2009.» Le gabarit utilisé sur un projet donné est généralement le même pour d autres projets. Il est donc utile de vérifier les calculs une fois. Ces vérifications peuvent être effectuées sur la base de la norme EN :2009. Les conditions d utilisation, telles que le gabarit appliqué (GA, GB, GC et autres, tels que les gabarits nationaux), le rayon minimum, le dévers maximum, l insuffisance de dévers, la qualité de la voie, etc., doivent être indiquées dans la note de calcul. Le profil de gabarit qui en résulte, et qui doit servir à la vérification des obstacles, doit également mentionner clairement ces points. La définition et la vérification par l ON d un gabarit uniforme, en particulier, peut être très utile pour permettre des vérifications rapides et efficaces des projets et éviter ainsi un calcul fastidieux pour tous les sites et tous les obstacles possibles. Il peut également s avérer utile de définir et de vérifier un gabarit limite d installation. Un calcul individuel demeure nécessaire pour chaque obstacle, mais la complexité de ce calcul est réduite par rapport aux calculs complets. Entraxe (point ) «(2) Le cas échéant, l entraxe minimal doit également tenir compte des effets aérodynamiques. Les règles pour la prise en compte des effets aérodynamiques et l entraxe auquel il convient de prendre en compte ces effets constituent un point ouvert.» Il s agit d un point ouvert pour le système ferroviaire conventionnel, de sorte que les règles nationales sont d application. Selon la STI INF GV, l application d une distance d au moins 4 m à des vitesses allant jusqu à 200 km/h évite de devoir tenir compte des effets aérodynamiques. Si les contraintes locales font qu il n est pas possible de respecter cette distance, le GI peut appliquer la norme aérodynamique EN :2005 avec une limitation de vitesse afin de maintenir un entraxe suffisant pour assurer la sécurité. Détermination des limites d action immédiate, d intervention et d alerte (point ) «(1) Le gestionnaire de l infrastructure détermine les limites d action immédiate, d intervention et d alerte concernant les paramètres suivants: (a). (h).» Dans la mesure où les valeurs limites sont très proches de zéro, il est possible d utiliser les valeurs zéro aux valeurs pics au lieu des valeurs moyennes aux valeurs pics pour évaluer le nivellement longitudinal et l alignement latéral. Référence: ERA/GUI/ /INT Version: 1.00 Page 10 sur 31

11 Twist isolated defects [mm/m] défauts isolés du gauche [mm/m] Agence ferroviaire européenne Limite d action immédiate pour le gauche de voie (point ) (2) La limite de gauche est fonction de la base de mesure appliquée (l) à l aide de la formule: Limite de gauche = (20/l + 3) (a) (b) où l est la base sur laquelle se fonde la mesure (en m), avec 1,3 m l 20 m avec une valeur maximale de 7 mm/m.. longueur de base du gauche l [m] Le cas général concernant le gauche de voie (clause 2 du point ) s applique à tous les rayons de courbure dont le dévers D < (R-100)/2 et pour tous les dévers lorsque le rayon est supérieur à 420 m. Pour des dévers plus importants dans des courbes de petit rayon (clause 4 du point ), on utilisera la formule donnant la valeur limite de 6 mm/m. La formule utilisée pour les courbes de petit rayon diffère de la formule publiée dans ORE B55 RP 8 (où D > (R-50)/1,5). Installation fixe pour l entretien des trains (4.2.13) GÉNÉRALITÉS 1) Le présent point énonce les éléments d infrastructure du sous-système «entretien» requis pour l entretien des trains. 2) L emplacement et le type d installations fixes sont à publier au registre des infrastructures. Référence: ERA/GUI/ /INT Version: 1.00 Page 11 sur 31

12 Les installations fixes pour l entretien des trains sont facultatives. Les États membres décident quels éléments font partie du réseau interopérable. Les exigences s appliquent lorsque des installations existent et sont comprises dans la ligne faisant l objet d une procédure de vérification CE Explications relatives aux constituants d interopérabilité Les clauses (1) et (2) du point 5.1 et les clauses (1) et (3) du point 5.2 définissent précisément les éléments de voie considérés comme des constituants d interopérabilité du sous-système Infrastructure. Selon le point 5.2, les éléments suivants, notamment, ne sont pas considérés comme des constituants d interopérabilité: a) les traverses en acier (ou dans n importe quel matériau autre que le béton ou le bois); b) certaines attaches telles que les attaches à faible contrainte, les attaches haute résistance, les attaches antibruit et antivibration, etc.; c) tous les éléments utilisés spécifiquement sur des voies sans ballast (voie posée sur dalle, voie sur pont, voie à rail intégré, etc.). La STI ne classe pas ces éléments parmi les constituants d interopérabilité pour une ou plusieurs des raisons suivantes: - Il n existe pas de spécifications harmonisées pour ces éléments. - Ces éléments ne sont pas fréquemment utilisés ou sont utilisés uniquement à certains endroits et dans certaines conditions. - Le petit volume de production ne permet pas de profiter de l ouverture du marché. - Il existe de nombreuses solutions techniques différentes pour ces types d éléments. Les composants qui fonctionnent comme des constituants d interopérabilité, mais qui sont exclus de la liste de ces constituants, sont évalués au niveau du sous-système (en même temps que le sous-système). Les constituants d interopérabilité existants utilisés avant la publication de la STI peuvent être réutilisés aux conditions fixées au point 6.6 de la STI. Système d attache de rail (5.3.2) «(2) Le système d attache de rail doit satisfaire, dans des conditions d essai en laboratoire, aux exigences suivantes: (a) la force longitudinale requise pour que le rail commence à glisser (c est-à-dire à se déplacer de manière inélastique) à travers un seul assemblage d attache de rail doit être d au moins 7 kn. (b) l attache de rail doit résister à l application de de cycles de la charge typique appliquée en forte courbe, de façon que la performance d attache en termes de force de verrouillage et de sollicitation longitudinale ne soit pas dégradée de plus de 20% et que la rigidité verticale ne soit pas dégradée de plus de 25%. La charge typique doit convenir pour: i. la charge maximale par essieu que le système d attache de rail est conçu pour supporter; ii. la combinaison du rail, de l inclinaison du rail, de la semelle sous rail et du type de traverses ou de supports de voie avec laquelle le système d attache peut être utilisé.» Essais effectués sur les attaches de rail Référence: ERA/GUI/ /INT Version: 1.00 Page 12 sur 31

13 Lorsqu un module CH est sélectionné, les essais de contrôle de la qualité visant à confirmer les performances des attaches de rail doivent être adaptés en fonction de chaque type d attache de rail breveté. L organisation qui signe la déclaration de conformité doit être en mesure de prouver qu il existe des procédures de contrôle de la qualité garantissant que les attaches fournies présentent des performances conformes aux exigences du point de la STI. De par la nature même de ces exigences, leur respect ne peut être démontré que de façon directe dans le cadre d essais d approbation de type. Résistance à la contrainte longitudinale Aux fins de l utilisation de la STI et des normes européennes connexes, la résistance à la contrainte longitudinale est définie comme la force minimale requise pour provoquer un glissement non élastique du rail à travers le système d attache. Pour les applications générales en voie courante, cette valeur doit être au moins égale à 7 kn. La norme EN décrit une méthode permettant de déterminer cette caractéristique au moment des essais d approbation de type. Il convient de faire preuve de prudence en cas d utilisation de méthodes alternatives basées sur la force requise pour provoquer un glissement important du rail. Cette force peut être nettement plus élevée que celle définie dans ces documents européens. Ainsi, certains systèmes d attache des rails conformes à l exigence américaine typique de «résistance au fluage» (glissement important) de 10,7 kn peuvent ne pas respecter l exigence européenne de résistance au début de glissement de 7 kn. Pour certaines applications, d autres valeurs de résistance à la contrainte longitudinale peuvent s avérer appropriées. Pour les applications à grande vitesse et à charge à l essieu élevée, une valeur d au moins 9 kn est requise (voir la STI INF GV et les normes européennes connexes). Pour les applications sur certaines structures, il peut être souhaitable de permettre un glissement contrôlé du rail dans le voisinage des joints de dilatation structurels. Dans ces cas-là, il est parfois nécessaire d utiliser des attaches à résistance à la contrainte longitudinale réduite, voire nulle. Ces attaches ne sont pas des constituants d interopérabilité dans la mesure où elles ne respectent pas les exigences en matière de force longitudinale elles peuvent être utilisées uniquement dans le respect du point 5.2(3) de la STI. En cas de sélection d un module CH, le contrôle de la qualité nécessite de veiller à ce que la valeur moyenne des caractéristiques pertinentes des composants fournis soit toujours conforme aux caractéristiques mesurées dans le cadre des essais d approbation de type. Les détails de ces essais dépendent de la conception précise du système d attache des rails, mais doivent inclure un contrôle des caractéristiques géométriques qui définissent l effort de serrage, par exemple la géométrie des griffes de serrage en acier à ressorts, la position des dispositifs d ancrage dans la traverse et l épaisseur des semelles sous rail et des isolants. Résistance aux sollicitations cycliques La résistance aux sollicitations cycliques est démontrée dans le cadre d un essai d approbation de type dans lequel un système complet d attache des rails est soumis à une combinaison de sollicitation verticale et de sollicitation appliquée à travers un morceau de rail. La norme EN décrit une méthode d essai acceptable. Dans le contexte de cette norme, la sollicitation conformément à la classification «ligne principale» (version 2002 de la norme EN 13481) ou «catégorie C» (version proposée de 2010) est pertinente pour les applications ferroviaires conventionnelles européennes. Cette méthode est conforme à l exigence d une variation autorisée de 20 % de l effort de serrage et de la sollicitation longitudinale, et de 25 % pour la rigidité des semelles sous rail à rigidité basse ou moyenne. Lorsqu un module CH est sélectionné, comme au paragraphe «Essais effectués sur les attaches de rail», les essais de contrôle de la qualité doivent être adaptés en fonction des détails de la conception du système d attache des rails. Il doit toutefois être possible de Référence: ERA/GUI/ /INT Version: 1.00 Page 13 sur 31

14 démontrer que ces contrôles de la qualité garantissent que les attaches fournies sont identiques à l attache soumise à l essai d approbation de type. Ces essais doivent inclure un mesurage régulier des dimensions critiques de tous les composants d attache des rails et des principales caractéristiques mécaniques et matérielles. À cette fin, il peut être nécessaire de soumettre des échantillons de certains éléments, tels que les pinces en acier à ressorts, à des essais routiniers de résistance à la fatigue. Il est néanmoins admis que les essais de résistance aux sollicitations répétées du système complet d attache des rails ne sont possibles qu en phase d approbation de type. Traverses de voie (point 5.3.3) (1) Les traverses de voie doivent être conçues de manière telle que, si elles sont utilisées avec un système spécifié de rail et d attaches de rail, elles ont des propriétés qui sont conformes aux exigences du point relatif à l «écartement nominal de voie», du point en ce qui concerne les «exigences pour le contrôle de la conicité équivalente en service (tableau 5: valeurs minimales de l écartement moyen de voie)», du point concernant l «inclinaison du rail» et du point pour la «résistance de la voie à des charges appliquées». Conformément au point de la STI, la déclaration CE de conformité des traverses de voie doit inclure une déclaration précisant les combinaisons de rail, d inclinaison de rail et de système d attache des rails avec lesquelles la traverse peut être utilisée. Le demandeur doit indiquer, et l ON doit vérifier, si la construction et la géométrie de la traverse permettent d utiliser les éléments déclarés de ces combinaisons. La traverse doit également respecter les exigences définies au point de la STI: a) en référence au point la traverse est conçue pour un écartement nominal des voies de mm; b) en référence au point les caractéristiques géométriques de la traverse permettent de respecter l écartement minimum moyen dans les limites fixées au tableau 5 de la STI (ou d autres exigences notifiées par l État membre); c) en référence au point la construction de la traverse permet de maintenir l inclinaison des rails dans la plage autorisée. L évaluation de la conformité aux exigences du point «Résistance de la voie aux charges appliquées» doit également être effectuée pour le champ d application annoncé par le fabricant. Cela signifie qu en principe, les fabricants déclarent la charge maximale à l essieu applicable à la traverse ou le couple de courbure maximal supporté par la traverse résultat de la force verticale maximale autorisée. La résistance aux forces longitudinales et transversales dépend des types d attaches qu il est prévu de monter sur les traverses les fabricants doivent garantir la résistance aux forces exercées par les attaches Interfaces [Pas de commentaires] 2.4. Évaluation de la conformité Constituants d interopérabilité Les constituants d interopérabilité «rail» et «systèmes d attache de rail» vérifiés par rapport à la STI INF GV respectent automatiquement les exigences de la STI INF RC. Le certificat des constituants d interopérabilité pour la STI INF GV peut être utilisé pour délivrer la déclaration Référence: ERA/GUI/ /INT Version: 1.00 Page 14 sur 31

15 CE de conformité et pour l évaluation ultérieure conformément à la STI INF RC. Un certificat supplémentaire conformément à la STI INF RC n est pas nécessaire si les conditions d utilisation prévues par la déclaration CE de conformité ne sont pas plus larges que celles définies par la déclaration CE de conformité du constituant d interopérabilité pour la STI GV. Une déclaration contenant les informations requises conformément aux points et de la STI INF RC doit être jointe à la déclaration CE de conformité. Le constituant d interopérabilité «traverse de voie» doit respecter des exigences différentes pour la STI INF GV et la STI INF RC. Il est donc nécessaire de procéder à deux évaluations distinctes et de produire deux certificats distincts (ces certificats distincts peuvent toutefois être émis sous la forme d un document unique) Sous-systèmes d interopérabilité Évaluation de l insuffisance de dévers (point ) «(1) Le point dispose qu «Il est possible de faire circuler avec une insuffisance de dévers plus importante des trains spécialement conçus à cet effet (rames à éléments multiples avec des charges à l essieu inférieures; trains équipés de système de compensation d insuffisance de dévers), sous réserve de faire la preuve que cela ne porte pas atteinte à la sécurité».» Le GI peut exiger des essais pour certains éléments du matériel roulant (unités multiples avec des charges à l essieu inférieures et trains équipés d un système de compensation de l insuffisance de dévers, par exemple) sur la base de calculs afin de démontrer l exploitation en toute sécurité de la ligne. Pour le gabarit, la vérification doit avoir lieu conformément à la section 14 de la norme EN :2009. Pour les essais, il est possible d utiliser l homologation du comportement dynamique pren 15686:2009. Évaluation des valeurs de conicité équivalente à la conception (point ) «(1) L évaluation des valeurs de conception pour la conicité équivalente doit être réalisée à l aide des résultats des calculs effectués par le gestionnaire de l infrastructure ou l entité adjudicatrice sur la base de la norme EN 15302:2008.» Le chapitre 6 de la STI INF GV donne trois combinaisons de profil, d inclinaison et d écartement des rails présumées conformes aux exigences de conicité équivalente à la conception. Pour le système ferroviaire conventionnel, des calculs similaires ont été effectués avec un éventail plus large de profils de rails, avec pour résultat un nombre plus élevé de combinaisons possibles. Les configurations de voie qui respectent les exigences de la STI en matière de conicité équivalente à la conception sont présentées dans le tableau des différents types de profils de rail, à l annexe 2 du présent guide. Ces informations concernent principalement les combinaisons de voie appliquées pour des écartements de voie de mm, mm et mm. Les calculs ont été réalisés pour un large éventail des combinaisons les plus répandues de profil de rail, d inclinaison de rail et d écartement de rail. Si aucun des résultats des calculs pour une combinaison spécifique et pour tous les essieux montés modélisés (conformément Référence: ERA/GUI/ /INT Version: 1.00 Page 15 sur 31

16 au point (2) de la STI) ne dépasse la limite fixée au tableau 4 de la STI, le résultat est jugé positif. Le résultat positif des calculs donne lieu à une présomption de conformité de la STI pour la configuration de voie concernée. Évaluation de la géométrie des appareils de voie (point ) «(1) L évaluation des appareils de voie en phase de conception est requise pour vérifier que les valeurs de conception utilisées sont conformes aux valeurs limites en service énoncées au point » L évaluation des appareils de voie en phase de conception peut se faire sur la base de leur conception géométrique, sans contrôler individuellement les appareils de voie Mise en œuvre Application de la STI aux nouvelles lignes conventionnelles (point 7.2) «(3) Aux fins de la présente STI, on entend par «nouvelle ligne» toute ligne qui crée un itinéraire aux endroits où il n en existe encore aucun. (4) Les situations suivantes, où l'objectif est par exemple d accroître la vitesse ou la capacité, peuvent être considérées comme la construction d une ligne réaménagée plutôt que d une nouvelle ligne: (a) (b) le réalignement d une partie d un itinéraire existant, la création d un contournement, (c) (c) l ajout d une ou plusieurs voies sur un itinéraire existant, quelle que soit la distance entre les voies initiales et les voies additionnelles.» L État membre peut déterminer si un projet constitue la construction d une nouvelle ligne ou le réaménagement ou le renouvellement d une ligne existante. La STI n impose aucune restriction ni exigence aux États membres pour cette décision, mais elle définit les conditions à respecter une fois que cette décision est prise. La différence entre les nouvelles lignes et les lignes réaménagées semble évidente au premier abord. Pourtant, une ligne parallèle entre deux gares existantes peut être considérée comme une nouvelle ligne ou comme le réaménagement d une ligne existante, par exemple. Si les paramètres de performances ne changent pas par rapport à la ligne existante, on peut considérer qu il s agit d un renouvellement, même si cette ligne suit en partie un alignement entièrement nouveau. Réaménagement d une ligne (point 7.3.1) Référence: ERA/GUI/ /INT Version: 1.00 Page 16 sur 31

17 (1) Conformément à la directive 2008/57/CE, article 2, point m), on entend par «réaménagement» les travaux importants de modification d un sous-système ou d une partie de sous-système améliorant les performances globales du sous-système. Cette clause présente la définition générale arrêtée par la directive. La signification du réaménagement aux fins de la STI INF RC est indiquée dans la clause 7.3.1(2). La signification est plus spécifique pour le sous-système INF et pour les règles indiquées dans la STI INF, mais demeure dans le cadre de la définition donnée dans la directive. «(2) Le sous-système «infrastructure» d une ligne est considéré comme réaménagé lorsqu au moins les paramètres de performance pour la charge par essieu et le gabarit, tels que définis au point 4.4.2, sont respectés.» À cet égard, la classification du RTE selon les catégories de lignes de la STI est très importante. Lorsque l ampleur des travaux nécessite d appliquer la STI à une ligne, il convient au minimum de respecter les paramètres de performances pour la charge à l essieu et le gabarit, conformément à la classification de la ligne. Si la ligne existante respecte déjà l un de ces paramètres, il suffit de réaliser un projet pour améliorer l autre paramètre. Les exigences relatives à un paramètre de performances sont remplies lorsque tous les paramètres fondamentaux liés à ce paramètre de performances respectent les valeurs imposées par la STI. Une dérogation est nécessaire pour autoriser la mise en service dans les cas où il n est pas possible de respecter les paramètres de performances. «(2.2) Le réaménagement d autres lignes RTE existantes doit être conforme aux exigences de catégorie de STI V-P, V-F et V-M. (Un réaménagement sur la base des exigences du type de ligne VI est autorisé).» La sous-clause (2.2) n empêche pas l application des niveaux de performances du type de ligne IV ou V pour le réaménagement d autres lignes RTE conformément au point 4.2.2(3) «(2.3) Pour les autres paramètres STI, conformément à l article 20, paragraphe 1, de la directive 2008/57, l État membre décide de la mesure dans laquelle les STI doivent être appliquées au projet.» Dans le cas de paramètres de base liés à des paramètres de performances autres que la charge à l essieu et le gabarit, l État membre décide du niveau de respect de la STI. (3) Lorsque l article 20, paragraphe 2, de la directive 2008/57/CE s applique parce que le réaménagement est soumis à autorisation de mise en service, l État membre décide des exigences de la STI qui doivent s appliquer, en tenant compte de la stratégie de migration visée au point 7.1. Le présent paragraphe s applique à tous les travaux de réaménagement (et pas seulement ceux qui respectent les paramètres de performances en matière de charge à l essieu et de gabarit). Référence: ERA/GUI/ /INT Version: 1.00 Page 17 sur 31

18 Lignes existantes ne faisant pas l objet d un projet de renouvellement ou de réaménagement (point 7.3.4) «(1) Un sous-système existant peut permettre la circulation de véhicules conformes aux STI tout en répondant aux exigences essentielles de la directive 2008/57/CE. Le gestionnaire de l infrastructure doit avoir en pareil cas la faculté, sur une base volontaire, de compléter le registre des infrastructures défini à l article 35 de la directive 2008/57/CE conformément à l annexe D de la présente STI. (2) La procédure à suivre pour faire la preuve du niveau de conformité avec les paramètres fondamentaux de la STI sera définie dans les spécifications concernant le registre des infrastructures qui doivent être adoptées par la Commission conformément à l article précité.» La directive ne prévoit pas la procédure de vérification d une ligne existante sans projet de renouvellement ou de réaménagement. Néanmoins, les paramètres de performances et les valeurs des paramètres fondamentaux pertinents d une ligne existante peuvent être publiés dans le registre des infrastructures. Le processus d attestation de la conformité aux exigences de la STI afin de respecter les exigences essentielles d interopérabilité sera décrit dans la spécification du registre des infrastructures. De manière générale, ce processus est utilisé sur une base volontaire lorsque le sous-système d une ligne n a pas été vérifié selon la procédure requise pour la délivrance d une déclaration de vérification CE. Compatibilité des infrastructures et du matériel roulant (point 7.5) «(2) La conception des catégories de ligne STI telle que définie au chapitre 4 est généralement compatible avec l exploitation des véhicules catégorisés conformément à la norme EN 15528:2008 jusqu à la vitesse maximale indiquée à l annexe E. Il peut cependant exister un risque d effets dynamiques excessifs, notamment la résonance sur certains ponts, qui pourraient avoir une incidence sur la compatibilité des véhicules et des infrastructures.» Il n existe pas d outils harmonisés permettant d analyser les effets dynamiques en raison d un manque de modèles de charge adéquats dans la norme EN :2003. N importe quelle règle nationale peut être utilisée pour traiter ce point. «(3) Des contrôles fondés sur des scénarios opérationnels spécifiques convenus entre le gestionnaire de l infrastructure et l entreprise ferroviaire peuvent être effectués afin de démontrer la compatibilité des véhicules circulant au-delà de la vitesse maximale indiquée à l annexe E.» Pour évaluer la compatibilité entre une ligne donnée et un type de matériel roulant particulier, la masse du matériel roulant utilisé tiendra compte de la charge opérationnelle maximale réelle, telle que définie par l EF, pour les contrôles de service et d exploitation prévus. Certaines mesures opérationnelles, telles que les systèmes de réservation des places, peuvent entraîner une charge opérationnelle maximale du matériel roulant inférieure à la masse de conception dans des conditions de chargement exceptionnelles. Le matériel roulant peut ainsi se retrouver dans une catégorie de ligne EN inférieure, avec l avantage éventuel d une plus grande compatibilité avec l infrastructure. Référence: ERA/GUI/ /INT Version: 1.00 Page 18 sur 31

19 Dans cette clause, le terme «véhicule» est entendu au sens de la directive Cas pratiques [À compléter sur la base du retour d expérience.] Référence: ERA/GUI/ /INT Version: 1.00 Page 19 sur 31

20 3. SPÉCIFICATIONS ET NORMES APPLICABLES 3.1. Explication de l utilisation de normes La prénorme pren :2005 «Qualité géométrique de la voie Partie 5: «Évaluation de la qualité géométrique de la voie» est exclue de l ensemble de normes citées par le Guide d application parce que son champ d application diffère de celui de la STI. Les exigences applicables au réseau transeuropéen sont supérieures à celles applicables à tous les systèmes ferroviaires décrits par la prénorme. À l heure actuelle, toutes les normes (y compris celle-ci) peuvent servir à l évaluation des sous-systèmes. Il convient donc de souligner que l application des valeurs reprises dans la prénorme pren :2005 pour la définition des limites conformément au point de la STI INF RC est tout à fait contraire aux intentions des auteurs de cette STI Liste des normes applicables L annexe 1 reprend la liste des normes jugées pertinentes pour l évaluation de la conformité des sous-systèmes. Référence: ERA/GUI/ /INT Version: 1.00 Page 20 sur 31

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE L - 72 FOURNITURE DE SEMELLES ELASTIQUES POUR LA FIXATION DE VOIE "TYPE BOTZELAER" EDITION: 04/2001 Index 1. INTRODUCTION... 3 1.1. DOMAINE

Plus en détail

(Actes non législatifs) DÉCISIONS

(Actes non législatifs) DÉCISIONS 15.12.2012 Journal officiel de l Union européenne L 345/1 II (Actes non législatifs) DÉCISIONS DÉCISION DE LA COMMISSION du 14 novembre 2012 concernant la spécification technique d interopérabilité relative

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne. (Actes non législatifs) RÈGLEMENTS

Journal officiel de l'union européenne. (Actes non législatifs) RÈGLEMENTS 12.12.2014 L 356/1 II (Actes non législatifs) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT (UE) N o 1299/2014 DE LA COMMISSION du 18 novembre 2014 concernant les spécifications techniques d'interopérabilité relatives au sous-système

Plus en détail

OTIF. Prescription Technique Uniforme PTU LOC&PAS 2015

OTIF. Prescription Technique Uniforme PTU LOC&PAS 2015 ORGANISATION INTERGOUVERNEMENTALE POUR LES TRANSPORTS INTERNATIONAUX FERROVIAIRES ZWISCHENSTAATLICHE ORGANISATION FÜR DEN INTERNATIONALEN EISENBAHNVERKEHR OTIF INTERGOVERNMENTAL ORGANISATION FOR INTERNATIONAL

Plus en détail

de construction métallique

de construction métallique sous la direction de Jean-Pierre Muzeau Manuel de construction métallique Extraits des Eurocodes à l usage des étudiants Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465370-6 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13469-8

Plus en détail

RÈGLES RELATIVES AU TEMPS DE TRAVAIL ET DE REPOS DU PERSONNEL D EXPLOITATION FERROVIAIRE

RÈGLES RELATIVES AU TEMPS DE TRAVAIL ET DE REPOS DU PERSONNEL D EXPLOITATION FERROVIAIRE RÈGLES RELATIVES AU TEMPS DE TRAVAIL ET DE REPOS DU PERSONNEL D EXPLOITATION FERROVIAIRE RÈGLES RELATIVES AU TEMPS DE TRAVAIL ET DE REPOS DU PERSONNEL D EXPLOITATION FERROVIAIRE TABLE DES MATIÈRES 1. TITRE

Plus en détail

INSTRUCTION N 02 - ACM/DANA/SNA. relative au processus de conception des procédures de vols aux instruments

INSTRUCTION N 02 - ACM/DANA/SNA. relative au processus de conception des procédures de vols aux instruments INSTRUCTION N 02 - ACM/DANA/SNA relative au processus de conception des procédures de vols aux instruments 1 GÉNÉRALITÉS 1.1 La présente Instruction contient des dispositions générales pour le processus

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

NORME CAMEROUNAISE NC 235 : 2005 06

NORME CAMEROUNAISE NC 235 : 2005 06 NC 235 : 2005 06 REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON Paix Travail Patrie Peace Work Fatherland ========= ========= MINISTERE DE L INDUSTRIE, DES MINES ET DU MINISTRY OF INDUSTRY, MINES AND DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.29/GRB/2012/11 Distr. générale 19 juin 2012 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Forum

Plus en détail

Sources. la Newsletter. Activités, services et produits dʼhauraton France Juin 2012

Sources. la Newsletter. Activités, services et produits dʼhauraton France Juin 2012 Sources 8 la Newsletter Activités, services et produits dʼhauraton France Juin 2012 Edito Thierry Platz, Gérant Norme EN 1433 Conformité, sécurité des caniveaux hydrauliques et responsabilité pénale. NORME

Plus en détail

Halfen GmbH & Co. KG Liebigstrasse 14 40764 Langenfeld. HALFEN Stud Connector HSC

Halfen GmbH & Co. KG Liebigstrasse 14 40764 Langenfeld. HALFEN Stud Connector HSC !!" #$!!" %& ' (")"*+*",+ Numéro d agrément : Z-15.6-204 Demandeur : Objet de l agrément : Halfen GmbH & Co. KG Liebigstrasse 14 40764 Langenfeld HALFEN Stud Connector HSC Durée de validité : 31 décembre

Plus en détail

Ordonnance sur la construction et l exploitation des chemins de fer

Ordonnance sur la construction et l exploitation des chemins de fer Ordonnance sur la construction et l exploitation des chemins de fer (Ordonnance sur les chemins de fer, OCF) 742.141.1 du 23 novembre 1983 (Etat le 1 er novembre 2014) Le Conseil fédéral suisse, vu les

Plus en détail

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

Garantir aux enfants une protection maximale. Commission européenne DG Entreprises et industrie

Garantir aux enfants une protection maximale. Commission européenne DG Entreprises et industrie SÉCURITÉ DES JOUETS Garantir aux enfants une protection maximale Commission européenne DG Entreprises et industrie Fotolia Orange Tuesday L Union européenne (UE) compte environ 80 millions d enfants de

Plus en détail

Matériel. Brosse SAM E 901. Applicable sur : RFN

Matériel. Brosse SAM E 901. Applicable sur : RFN Recommandation Matériel Brosse de contact SAM E 901 Applicable sur : RFN Edition du 04/07/ /2012 Version n 2. du 23/05/2014 Applicable à partir du : 23/05/ /2014 III SOMMAIRE Avant propos... 4 1 Objet........................

Plus en détail

Note de service À : De :

Note de service À : De : Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires et autres parties intéressées Jim Christie, président Conseil des normes actuarielles

Plus en détail

SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME

SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME Pour obtenir des renseignements, veuillez communiquer avec : Service de l assurance

Plus en détail

Orientations sur les paramètres propres à l'entreprise

Orientations sur les paramètres propres à l'entreprise EIOPA-BoS-14/178 FR Orientations sur les paramètres propres à l'entreprise EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

Rapport d évaluation CCMC 13302-R

Rapport d évaluation CCMC 13302-R Rapport d évaluation CCMC 13302-R RÉPERTOIRE NORMATIF 07 44 50 Publié 2008-03-12 Révisé 2008-04-25 Réévaluation 2011-03-12 6XUH7RXFK 1. Opinion Le Centre canadien de matériaux de construction (CCMC) est

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz 941.241 du 19 mars 2006 (Etat le 1 er janvier 2013) Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu les art. 5, al. 2, 8, al.

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

E 7242 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012. Le 5 avril 2012 Le 5 avril 2012

E 7242 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012. Le 5 avril 2012 Le 5 avril 2012 E 7242 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat Le 5 avril 2012 Le 5 avril 2012

Plus en détail

E/ECE/324/Rev.1/Add.12/Rev.7/Amend.4 E/ECE/TRANS/505/Rev.1/Add.12/Rev.7/Amend.4

E/ECE/324/Rev.1/Add.12/Rev.7/Amend.4 E/ECE/TRANS/505/Rev.1/Add.12/Rev.7/Amend.4 6 décembre 2012 Accord Concernant l adoption de prescriptions techniques uniformes applicables aux véhicules à roues, aux équipements et aux pièces susceptibles d être montés ou utilisés sur un véhicule

Plus en détail

IRIS International Railway Industry Standard

IRIS International Railway Industry Standard Français Addendum 19 Juin 2008 IRIS International Railway Industry Standard Hier kann ein kleiner Text stehen Hier kann ein kleiner Text stehen Hier kann ein kleiner Text stehen Hier kann ein kleiner Text

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013

Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013 Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013 Diffusion : Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

008322/EU XXIII.GP Eingelangt am 22/02/07

008322/EU XXIII.GP Eingelangt am 22/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES 008322/EU XXIII.GP Eingelangt am 22/02/07 Bruxelles, le 22.2.2007 COM(2007)80 final 2004/0048 (COD) AVIS DE LA COMMISSION conformément à l'article 251, paragraphe

Plus en détail

Schéma canadien d évaluation et de certification selon les Critères communs (SCCC) Guide-SCCC-006 Version 1.1

Schéma canadien d évaluation et de certification selon les Critères communs (SCCC) Guide-SCCC-006 Version 1.1 6 Schéma canadien d évaluation et de certification selon les Critères communs (SCCC) Guide-SCCC-006 Version 1.1 Contrôle technique de la continuité de l assurance d une TOE certifiée Août 2005 ii Version

Plus en détail

Exploitation à agent seul, EAS

Exploitation à agent seul, EAS Document technique Matériel Moyen Moyen acceptable acceptable de de conformité conformité Exploitation à agent seul, EAS SAM S 010 Applicable sur : RFN Edition du 04/07/2012 Version n 1 du 04/07/2012 Applicable

Plus en détail

Moyen acceptable de conformité

Moyen acceptable de conformité Document technique Sécurité des circulations Moyen acceptable de conformité Acceptation d un matériel roulant n effectuant pas d activité de transport public et dépourvu d une AMEC ou d un agrément de

Plus en détail

Règles relatives à la qualification des produits de sécurité par la DCSSI

Règles relatives à la qualification des produits de sécurité par la DCSSI Secrétariat général de la défense nationale Paris, le 26 février 2004 N 000451/SGDN/DCSSI/SDR Direction centrale de la sécurité des systèmes d information Règles relatives à la qualification des produits

Plus en détail

Les critères d identification des pays les moins avancés

Les critères d identification des pays les moins avancés Les critères d identification des pays les moins avancés Vue d ensemble Ce document reprend les éléments présentés sur le site du Comité des politiques de développement http://www.un.org/en/development/desa/policy/cdp/ldc/ldc_criteria.shtml

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Le présent chapitre doit être lu en conjonction avec les Dispositions générales sur les pratiques de publicité et de communication

Plus en détail

Note de mise en œuvre

Note de mise en œuvre Note de mise en œuvre Objet : appliquant l approche standard ou une AMA Catégorie : Fonds propres N o : A & A-1 Date : Mai 2006 I. Introduction L objectif de cette note de mise en œuvre est de présenter

Plus en détail

Chapitre I Champ d application et définitions. Article 1 er

Chapitre I Champ d application et définitions. Article 1 er Projet de loi ayant pour objet A) la transposition en droit national de la directive 2008/110/CE du Parlement européen et du Conseil du 16 décembre 2008 modifiant la directive 2004/49/CE concernant la

Plus en détail

NOR: DEVT1428323A. Version consolidée au 13 septembre 2015

NOR: DEVT1428323A. Version consolidée au 13 septembre 2015 Arrêté du 7 mai 2015 relatif aux tâches essentielles pour la sécurité ferroviaire autres que la conduite de trains, pris en application des articles 6 et 26 du décret n 2006-1279 du 19 octobre 2006 modifié

Plus en détail

POST-EDITION RAPIDE D'UNE TRADUCTION AUTOMATIQUE COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L'ÉNERGIE ET DU TRANSPORT

POST-EDITION RAPIDE D'UNE TRADUCTION AUTOMATIQUE COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L'ÉNERGIE ET DU TRANSPORT POST-EDITION RAPIDE D'UNE TRADUCTION AUTOMATIQUE COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L'ÉNERGIE ET DU TRANSPORT DIRECTION E - Transport intérieur Transport ferroviaire et interopérabilité 96/48-DV63

Plus en détail

Demande d interprétation de crédit et Demande d innovation et de design Procédures à l intention des fournisseurs de LEED Canada pour les habitations

Demande d interprétation de crédit et Demande d innovation et de design Procédures à l intention des fournisseurs de LEED Canada pour les habitations Demande d interprétation de crédit et Demande d innovation et de design Procédures à l intention des fournisseurs de LEED Canada pour les habitations Ce document résume toutes les procédures de soumission

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

Elle ne crée aucune exigence supplémentaire par rapport aux exigences en vigueur.

Elle ne crée aucune exigence supplémentaire par rapport aux exigences en vigueur. Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie Secrétariat d Etat à l Industrie Direction de l action régionale et de la petite et moyenne industrie ----------------------------------------- Sous-direction

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE TRANS/SC.2/2003/2 4 août 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe de travail

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

NOR: EQUT0501281A. Le ministre des transports, de l équipement, du tourisme et de la mer et le ministre délégué à l industrie,

NOR: EQUT0501281A. Le ministre des transports, de l équipement, du tourisme et de la mer et le ministre délégué à l industrie, Arrêté du 14 octobre 2005 relatif aux organismes habilités à mettre en œuvre les procédures de vérification «CE» des sous-systèmes et d évaluation de la conformité ou de l aptitude à l emploi des constituants

Plus en détail

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB adoptés par le Comité d experts de l Union de l IPC à sa quarante-deuxième session et

Plus en détail

Proposition de projet d amendements au Règlement n o 116 (Systèmes d alarme pour véhicules)

Proposition de projet d amendements au Règlement n o 116 (Systèmes d alarme pour véhicules) Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.29/GRSG/2015/7 Distr. générale 19 février 2015 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Forum

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 01 13 Le maçon à son poste de travail Partie 5 : Stabilisation des murs maçonnés en phase de construction La réalisation de murs en maçonnerie est une opération courante sur les

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

La SOAD déterminera qu une caisse populaire a commis une faute grave de non-conformité au présent Règlement administratif si celle-ci :

La SOAD déterminera qu une caisse populaire a commis une faute grave de non-conformité au présent Règlement administratif si celle-ci : SOCIÉTÉ ONTARIENNE D ASSURANCE-DÉPÔTS RÈGLEMENT N o 5 NORMES DE SAINES PRATIQUES COMMERCIALES ET FINANCIÈRES Règlement administratif pris en vertu de l alinéa 264(1)g) de la Loi de 1994 sur les caisses

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES Introduction Les réglementations PEB régionales prennent en compte des consommations énergétiques pour le refroidissement. En outre, les réglementations d

Plus en détail

ISO/IEC 25051. Deuxième édition 2014-02-15. Numéro de référence ISO/IEC 25051:2014(F) ISO/IEC 2014

ISO/IEC 25051. Deuxième édition 2014-02-15. Numéro de référence ISO/IEC 25051:2014(F) ISO/IEC 2014 NORME INTERNATIONALE ISO/IEC 25051 Deuxième édition 2014-02-15 Ingénierie du logiciel Exigences de qualité pour le logiciel et son évaluation (SQuaRE) Exigences de qualité pour les progiciels et instructions

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.29/1101 Distr. générale 10 janvier 2013 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Forum mondial

Plus en détail

D022751/01 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT.

D022751/01 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT. D022751/01 ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIÈME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 3 octobre 2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 3 octobre

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

Moyen acceptable de de conformité. Performances des freins d immobilisation SAM F 007

Moyen acceptable de de conformité. Performances des freins d immobilisation SAM F 007 Document technique Matériel Moyen acceptable de de conformité SAM F 007 Applicable sur : RFN Edition du 04/07/2012 Version n 1 du 04/07/2012 Applicable à partir du : 04/07/2012 Remplace : IN 2851 (version

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

I. Définitions et exigences

I. Définitions et exigences I. Définitions et exigences Classes d indicateurs chimiques [1] Stérilisation : synthèse des normes ayant trait Exigences générales : Chaque indicateur doit porter un marquage clair mentionnant le type

Plus en détail

OIML R 65 RECOMMANDATION. Édition 2000 (F) ORGANISATION INTERNATIONALE INTERNATIONAL ORGANIZATION

OIML R 65 RECOMMANDATION. Édition 2000 (F) ORGANISATION INTERNATIONALE INTERNATIONAL ORGANIZATION RECOMMANDATION INTERNATIONALE OIML R 65 Édition 2000 (F) Système de mesure de force des machines uniaxiales d essai des matériaux Force measuring system of uniaxial material testing machines OIML R 65

Plus en détail

Améliorer l interoperabilité des chemins de fer en Europe

Améliorer l interoperabilité des chemins de fer en Europe Améliorer l interoperabilité des chemins de fer en Europe Rôle de l Agence Ferroviaire Européenne Valenciennes, 13 Septembre 2006 n 1 Airy Magnien Unité «évaluation économique» Sécurité & interopérabilité,

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Norme CIP-003-1 Cybersécurité Mécanismes de gestion de la sécurité

Norme CIP-003-1 Cybersécurité Mécanismes de gestion de la sécurité A. Introduction 1. Titre : Cybersécurité Mécanismes de gestion de la sécurité 2. Numéro : CIP-003-1 3. Objet : La norme CIP-003 exige des entités responsables qu elles aient en place des mécanismes minimaux

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES RÉALISANT LA CERTIFICATION DE SYSTÈMES DE QUALITÉ POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE

LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES RÉALISANT LA CERTIFICATION DE SYSTÈMES DE QUALITÉ POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE PROGRAMME MONDIAL ANTIDOPAGE LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISATIONS ANTIDOPAGE DÉVELOPPANT DES BONNES PRATIQUES POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS... 3 A. Membres du Conseil, principes de gouvernance

Plus en détail

Note d aide à l élaboration des principes de rétablissement et de voisinage

Note d aide à l élaboration des principes de rétablissement et de voisinage 1. Note d aide à l élaboration des principes de rétablissement et de voisinage Bordeaux, le 8 juin 2010 OBJET La réalisation d une ligne nouvelle entraine l interception ou le voisinage avec des réseaux

Plus en détail

De la composition du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre Ier et du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre IV

De la composition du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre Ier et du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre IV CHAPITRE VII. De la composition du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre Ier et du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre IV Section 1re. Des dossiers des demandes de permis

Plus en détail

Dispositif de mesure de la qualité de service de la lettre prioritaire et de la lettre verte

Dispositif de mesure de la qualité de service de la lettre prioritaire et de la lettre verte Juin 2013 Dispositif de mesure de la qualité de service de la lettre prioritaire et de la lettre verte Recommandation pour la mise en œuvre de la procédure d audit prévue par la norme EN 13850 ISSN : 2258-3106

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage (OIMEC) du 22 avril 2011 Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu l art. 9, al. 2, de la

Plus en détail

E/ECE/324/Rev.2/Add.109/Rev.3/Amend.2 E/ECE/TRANS/505/Rev.2/Add.109/Rev.3/Amend.2

E/ECE/324/Rev.2/Add.109/Rev.3/Amend.2 E/ECE/TRANS/505/Rev.2/Add.109/Rev.3/Amend.2 9 novembre 2015 Accord Concernant l adoption de prescriptions techniques uniformes applicables aux véhicules à roues, aux équipements et aux pièces susceptibles d être montés ou utilisés sur un véhicule

Plus en détail

Réunion des comités roulements et GPS

Réunion des comités roulements et GPS 24 Réunion des comités roulements et GPS Dès publication de la nouvelle version de la norme ISO 492, les tolérances dimensionnelles des roulements et les systèmes ISO de limites et d ajustements pourront

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

Applications... 2. Définitions... 5. Exigences générales... 7. Fenêtre à battant Fenêtre fixe Fenêtre à coulissement horizontal...

Applications... 2. Définitions... 5. Exigences générales... 7. Fenêtre à battant Fenêtre fixe Fenêtre à coulissement horizontal... TABLE DES MATIÈRES 1 2 3 4 5 6 7 Applications... 2 Définitions... 5 Exigences générales... 7 Calage... 11 Ancrage... 15 Exigences Calage et ancrage Fenêtre à battant Fenêtre fixe Fenêtre à coulissement

Plus en détail

PARTIE A ÉNONCÉ DE PRINCIPES

PARTIE A ÉNONCÉ DE PRINCIPES PARTIE A ÉNONCÉ DE PRINCIPES Partie A : Énoncé de principes A - 1 CODE CANADIEN DE SÉCURITÉ POUR LES TRANSPORTEURS ROUTIERS BUT Le Code canadien de sécurité pour les transporteurs routiers (CCS) vise

Plus en détail

Actions dues au trafic Tram-Train

Actions dues au trafic Tram-Train Actions dues au trafic Tram-Train La conception des infrastructures à construire pour la circulation des tram-trains requiert la modélisation des différents cas de charges induits par ce type de trafic.

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

Bulletin Commerce international et droit douanier

Bulletin Commerce international et droit douanier Bulletin Commerce international et droit douanier Août 2009 Fasken Martineau DuMoulin S.E.N.C.R.L., s.r.l. Le Canada cherche à imposer des droits de douane sur les frais de gestion et les paiements de

Plus en détail

Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire

Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire Les marchés publics écologiques (MPE) constituent un instrument non contraignant. Le présent document récapitule les critères MPE de l UE mis au point

Plus en détail

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL Coopératives de services financiers Publication initiale : Décembre 2007 Mise à jour : TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes généraux...

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation

Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation Société de médecine du travail PACA-Corse 15 mars 2011 Amandine Paillat Contexte et présentation

Plus en détail

1. Introduction... 3. 2. Principes... 4. 3. Principales phases... 5. Phase 1 Surveillance des efforts pour mettre en œuvre Bâle II...

1. Introduction... 3. 2. Principes... 4. 3. Principales phases... 5. Phase 1 Surveillance des efforts pour mettre en œuvre Bâle II... CADRE D AGRÉMENT Agrément de l approche de notation interne (NI) avancée du risque de crédit Fonds propres Décembre 2007 TABLE DE MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes... 4 3. Principales phases...

Plus en détail

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS Norme n o 610 RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS 1. Les experts en évaluation d entreprises peuvent se voir

Plus en détail

FICHE PRATIQUE. Comparaison entre les exigences des normes ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001

FICHE PRATIQUE. Comparaison entre les exigences des normes ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001 SARL Capital de 24 000 Siret 350 521 316 00025 NAF 741G créée en 1989 1bis rue Marcel PAUL - 91742 MASSY Cedex Adresse postale : 6 rue SORET 91600 Savigny sur Orge Tél : 33 (0)1 69 44 20 33 Fax : 33 (0)826

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur de l énergie

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur de l énergie d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur de l énergie Les exigences préalables et les documents d appui sont déterminés en fonction du statut du demandeur : s il est un gouvernement municipal

Plus en détail

NOTE D APPLICATION REUTILISATION DES COMPOSANTS D'ASSURANCE ALC. Paris, 05 mai 2015 N 1817/ANSSI/SDE/PSS/CCN Référence : ANSSI-CC-NOTE-17/1.

NOTE D APPLICATION REUTILISATION DES COMPOSANTS D'ASSURANCE ALC. Paris, 05 mai 2015 N 1817/ANSSI/SDE/PSS/CCN Référence : ANSSI-CC-NOTE-17/1. P R E M I E R M I N I S T R E Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale Agence nationale de la sécurité des systèmes d information Paris, 05 mai 2015 N 1817/ANSSI/SDE/PSS/CCN Référence

Plus en détail

GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA

GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA PRÉPARATION DES DÉCLARATIONS FISCALES GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA Des conseils simples pour réclamer des crédits de taxe sur intrants à l égard de transactions effectuées au moyen

Plus en détail

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Référence de la publication Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits

Plus en détail

Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse

Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse LIGNES DIRECTRICES et CRITERES pour l utilisation des locaux scolaires selon un modèle de site central Fonction Le

Plus en détail

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT ANNEXE VI MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES Les utilisateurs s attendent à trouver dans les définitions des

Plus en détail