d anatomo-pathologiste

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "d anatomo-pathologiste"

Transcription

1 Le métierm d anatomo-pathologiste Paul P. de SAINT-MAUR Université Paris 6 -Hôpital Saint-Antoine Le 19 Novembre 2002

2 Le métier m d anatomopathologisted Qu est est-ce qu un un anatomo-pathologiste? Comment fonctionne son laboratoire et qu y fait-on? A quoi cela sert-il? Quel est le passé de l anatomie l pathologique, et quel est son avenir prévisible?

3 Définition: Le métier m d anatomod anatomo-pathologiste est la pratique (et éventuellement l enseignement) de l anatomie pathologique («ana-path») Mais encore???

4 Qu est ce que l anatomie l pathologique??? «L anatomie pathologique est l él étude des anomalies de forme de structure ou de rapports provoqués s par les maladies» (Grand dictionnaire encyclopédique Larousse, 1982) Plus concrètement toute modification visible dans l organisme l au cours des maladies est l objet de l anatomie l pathologique.

5 Modifications visibles??? C est ce qu on voit à l œil nu, à la loupe et l on l parle alors d anatomie d pathologique macroscopique. C est aussi et surtout ce que l on l voit au microscope et l on l parle alors d histologie pathologique si l on l étudie des tissus et de cytologie pathologique si l on l étudie des cellules sépars parées les unes des autres.

6 Modifications visibles??? (2) visuels» Les anatomo-pathologistes sont des «visuels Ils observent des organes, des tissus ou des cellules : Ils élaborent et appliquent des techniques qui permettent de susciter des images, Ils raisonnent sur des images, Ils échangent des images, Ils travaillent surtout sur de objets transparents, les «lames»,, qui sont des plaquettes de verre sur lesquelles on a étalé les cellules ou le tissu à étudier.

7 Modifications visibles??? (3) La technique de base de la préparation paration de ces objets transparents n a n a pas varié depuis plus d un d siècle : elle consiste à faire des coupes extrêmement fines (5 microns ou moins) à partir d un d fragment tissulaire enrobé dans la paraffine pour qu il acquière une certaine dureté et une consistance homogène.

8 L anatomopathologiste a des collaborateurs Pour obtenir des préparations parations qu on puisse examiner au microscope, il faut que les prélèvements subissent diverses manipulations qui sont effectuées es par des techniciens qui n ont n aucune activité de diagnostic. L équipe comporte aussi des agents de maintenance et un secrétariat, l ensemble l est encadré par des surveillantes : un labo hospitalier comme celui de Saint- Antoine est une petite entreprise de 30 personnes, si l on compte les médecins m et tous les collaborateurs.

9 Qui pratique l anatomie l pathologique??? (1) On parle souvent de laboratoire d anatomie d pathologique et l on l assimile les actes pratiqués s dans ces laboratoires à des analyses médicales. m Il faut cependant souligner que les analyses médicales m sont pratiquées par des biologistes médecins m ou pharmaciens alors que l anatomie pathologique est pratiquée e par les seuls médecins, m qui utilisent leurs connaissances médicales m pour raisonner sur les images et les interpréter. ter.

10 Qui pratique l anatomie l pathologique??? (2) Ce sont donc des médecins titulaires d un d diplôme de spécialit cialité, médicale et non biologique Formés s par un internat qualifiant de 4 (ou 5) ans Qui exercent dans un hôpital, universitaire ou général, g dans un centre anticancéreux ou dans un cabinet ou laboratoire libéral, plus rarement dans un laboratoire pharmaceutique Il y a environ 1300 anatomopathologistes en France, soit moins de 1% du corps médical m. La profession se féminise f!

11 Que regarde l anal ana-path?? Les gens capables de répondre r à cette question, en dehors du corps médical m (et encore!) sont peu nombreux. Tout s és éclaire lorsqu on on dit que l anatomopathologiste l est celui qui regarde et interprète les biopsies et les frottis, car tout le monde sait, au moins approximativement, ce que sont ces examens. Il voit également les prélèvements (pièces) opératoires. Les autopsies sont sont également une activité des anatomopathologistes, traditionnelle mais en déclind clin.

12 Les autopsies Trois catégories : Autopsies médicom dico-scientifiques Autopsies de foetus Autopsies médicom dico-légales

13 Les autopsies(2) Autopsie médicoscientifiquem dicoscientifique: - pratiquées en milieu hospitalier pour établir la cause d un d décès s : ce n est n plus un facteur de progrès s médical, m ce devrait être un élément du contrôle de la qualité des soins - généralement mal acceptée e par les familles des patients - en déclind pour diverses raisons : Hôpital Saint Antoine : Année e 1967 : 700 autopsies pour 1200 décèsd Année e 2001 : 25 autopsies pour 1000 décès d

14 Les autopsies (3) Autopsies de fœtus f (ou de nouveaux-nés s ) - sous-sp spécialité émergente de l anatomie l pathologique, appelée foetopathologie, étroitement corrélée à la biologie de la reproduction. - élément important du conseil génétique g aux parents en cas de grossesse ayant abouti à une malformation foetale. - de plus en plus pratiquées, à l hôpital et en ville,, alors même que l autopsie médicom dico-scientifique est en plein déclin d : c est c encore un facteur de progrès s médical. m

15 Les autopsies(4) Autopsie médicolm dicolégale - pratiquée à la demande de l autoritl autorité judiciaire pour élucider les causes et les circonstances de certains décès. d - pratiquées par des médecins légistesl : la médecine m légale est une spécialit cialité distincte de l anatomie l pathologique mais certains praticiens sont compétents dans les deux disciplines. - pratiquées dans des locaux spéciaux : les Instituts médico-légaux.

16 Visite du laboratoire d anatomie pathologique

17 Réception : Registre de réception r des prélèvements

18 Réception : les prélèvements avant enregistrement

19 Réception : poste d enregistrement d des prélèvements

20 Réception : les biopsies et pièces opératoires

21 Technique : dissection des pièces et prélèvements

22 Technique : les cassettes d inclusiond

23 Technique : gravure des cassettes

24 Technique : graveur de cassettes

25 Cassette gravée

26 Technique : automate pour l inclusion en paraffine

27 Technique : l inclusion l en paraffine (1)

28 Technique : l inclusion l en paraffine (2)

29 Technique : la coupe au microtome

30 Technique : la coupe et le ruban

31 Technique : le ruban

32 Technique : étalement des rubans et séchage des lames

33 Technique : lames étalées en cours de séchages

34 Technique : batterie pour coloration manuelle

35 Technique : automate pour colorations

36 Technique cytologique : cytocentrifugeuse

37 Technique : automate d immunohistochimie

38 technique Appareils électroménagers domestiques détournd tournés

39 Technique : le résultat, r les lames colorées

40 Technique : le résultatr Le «plateau»,, avec la demande d examen d et les lames colorées prêtes pour l interprl interprétationtation

41 Interprétation tation : mise à disposition des lames

42 Le résultat r : plaisir visuel

43 Le résultat r : examen cytologique d un liquide péritonp ritonéal

44 Le résultat r : liquide péritonp ritonéal (2)

45 Le résultat r : liquide péritonp ritonéal (3)

46 Le résultat r : cytologie, frottis cervico-vaginal vaginal

47 Le résultat r : histologie : cancer du colon

48 Le résultat r : cancer du colon (2)

49 Le résultat r : cancer du colon (3)

50 Le résultat r : coloration de routine

51 Le résultat r : coloration spéciale (bleu Alcian)

52 Interprétation tation : microscopes et plateaux

53 Interprétation tation : microscope de discussion et documentation

54 Interprétation tation : grand microscope Leica avec station de numérisation

55 Edition des comptes rendus Une secrétaire heureuse de vivre

56 Archivage informatique Logiciel de gestion des examens : Codage Antériorit riorités Statistiques

57 Archivage des lames colorées

58 Archivage des lames colorées Tiroirs d archivage des lames : cet ensemble représente environ 6 mois d activité du laboratoire

59 Archivage des blocs

60 Archivage des compte-rendus Une année d archives du laboratoire de Saint-Antoine

61 Archivage Stockage des pièces avant élimination périodique.

62 Principaux domaines d applicationd actuelle de l anatomie l pathologique L ana-path est indispensable au diagnostic de certaines maladies et tout particulièrement rement des cancers.. Un diagnostic de cancer peut-être soupçonn onné par d autres d examens tels les examens cliniques ou radiologiques ; il ne peut, en droit et en fait, être affirmé qu apr après s un examen histopathologique, faute duquel on ne peut pas entreprendre le traitement. En outre l anal ana-path précise la variété de cancer en cause,, ce qui permet de choisir le traitement le plus efficace.

63 Principaux domaines d applicationd actuelle de l anal ana- Path (2) Les examens cytologiques (frottis( de dépistaged pistage) ont fait diminuer de façon spectaculaire la gravité du cancer du col de l utl utérus en permettant le diagnostic au stade utile.

64 Principaux domaines d applicationd actuelle de l anal ana- path (3) En dehors du cancer il y de multiples maladies dont l anal ana-path peut : confirmer le diagnostic permettre de surveiller l él évolution, en liaison avec d autres spécialit cialités s médicales m. Exemple : l hépatite l virale C : l anal ana-path ne voit pas le virus qui est identifié par d autres d moyens, mais il évalue le retentissement de l infection l sur le foie, son aggravation progressive et éventuellement son amélioration sous traitement.

65 Histoire de l anatomie l pathologique

66 L ana-path dans l él évolution de la médecine L ana-path est une spécialit cialité très s vénérable, v pratiquée e depuis deux siècles, et qui utilise pour l essentiel une technologie qui n a n a pas évoluée depuis Elle a été l élément structurant de la médecine m moderne au XIXe siècle. Il n est n pas inutile de voir comment on en est arrivé à la situation actuelle et ce qu il reste de ce long passé.

67 Ana-path et évolution médicale m (2) Les débuts d de l anal ana-path remontent au XVIIIe siècle (Morgagni( Morgagni,, Padoue, «Du siège et des causes des maladies») Son essor a eu lieu à Paris à partir de 1800 (Bichat, Dupuytren, Laennec, Cruveilhier ) ) ou l on a théoris orisé l idée e que toutes les maladies devaient être définies d par une altération visible d un organe (que( l on l appelle une lésion) ) et non par un symptôme (fièvre par exemple).

68 Ana-path et évolution médicale m (3) Pendant la première moitié du XIXe siècle, la médecine a utilisé cet instrument scientifique pour identifier et classer les maladies d un d façon plus rationnelle qu à l époque de l ancien l régime. r C est à cette époque, et sur ces bases que s est s élaboré le langage médicalm dical,, créé par des médecins ayant une culture classique et une parfaite connaissance des racines grecques et latines.

69 Ana-path et évolution médicale m (4) Parmi les termes médicaux m créé éés à cette époque, l un l est exemplaire, c est c celui de tuberculose qui désignait d une maladie caractéris risée e par la présence de «boules» (qu on appelait tubercules) ) dans les poumons. Le nom est resté, bien que la définition d actuelle soit bien différente. Il faut bien se rappeler que les lésions l décrites d à cette époque étaient des anomalies visibles à l œil nu, et à «l ouverture des corps»,, (c est à dire à l autopsie). Le microscope existait, mais les appareils étaient rudimentaires et le corps médical m n en n voyait pas l intl intérêt.

70 Ana-path et Clinique Jusqu en 1850 environ, essentiellement à Paris, et à Vienne on a fait l inventaire l de toutes les lésions l par de multiples autopsies. On a ainsi décrit d de très s nombreuses maladies, le plus souvent sans en connaître la cause. Dans le même temps les médecins m oeuvraient à faire la corrélation entre les symptômes observés s du vivant du malade et les lésions l observées es après s son décès. d C est l él époque de l invention l du stéthoscope thoscope. Le musée e Dupuytren est fondé en 1832, pour être ce que nous appellerions actuellement une base de données de référence.

71 Inventaire des lésions l : l atlas de Cruveilhier ( ) 1842)

72 Ana-path et évolution médicalem (6) A partir de 1850, le relais est pris par les Allemands (Virchow( ) 1902) qui découvrent d l intl intérêt du microscope et commencent à décrire les anomalies microscopiques des maladies. Celles-ci seront alors définies d et caractéris risées par des lésions macroscopiques et microscopiques. L emploi du microscope permet le découverte d des premiers microbes et la riologie. microbes et la naissance de la bactériologie

73 Ana-path et évolution médicalem (7) En même temps on s attache s à observer la succession des lésions, les relations de cause à effet qu elles peuvent avoir entre elles et la manière dont elles altèrent les fonctions des organes : Le rétrr trécissement (rhumatismal) d une d valve cardiaque retentit sur le poumon Le rétrr trécissement ou l obstruction l d une d artère re coronaire peut provoquer une mort subite, ou des douleurs, ou une destruction limitée e du muscle cardiaque, c est c à dire un Infarctus du myocarde Etc. Ce sont ces données qu on enseigne aux étudiants en médecine m au début d de leurs études depuis un siècle et demi.

74 Ana-path et évolution médicalem (8) En 1877, on établit en Allemagne, les lois du microscope qui vont permettre la mise au point des microscopes qui atteindront les grossissements maximaux théoriquement possibles. Les améliorations ultérieures ne feront qu am améliorer le confort de l utilisateur et la facilité d emploi des instruments. Vers 1880, la méthode m d inclusion d des tissus en paraffine est mise au point : làl encore les améliorations ultérieures sont réelles r mais pas décisives. d

75 Microscopes de 1895 et 1995

76 Microtomes de 1990 et de 1890

77 Ana-path et évolution médicalem (9) Après s l apparition l de la bactériologie vient celle de l immunologie l et des premières res vaccinations, de la radiologie puis l essor l de la biochimie, de la génétique, de la virologie, de la biologie moléculaire, les maladies sont de plus en plus définies autrement que par une lésion. l La thérapeutique fait des progrès s décisifs. d

78 Ana-path et évolution médicalem (10) Que devient alors l anal ana-path??? Ce n est n plus l él élément structurant de la recherche médicale. Elle poursuit l inventaire l des lésions, l tâche sans fin : des découvertes d se font encore de nos jours dans ce domaine. Elle devient l outil diagnostique qu elle est actuellement.

79 L ana-path, outil diagnostique (1) Jusqu au début d du XXe siècle, il était sans intérêt d avoir un diagnostic précis du vivant du malade puisqu il il n y n y avait le plus souvent aucun traitement envisageable. Lorsque la chirurgie est devenue efficace et de plus en plus dénud nuée e de danger, il est devenu important de faire un diagnostic précis avant d opérer.

80 L ana-path, outil diagnostique (2) Dès s lors, on a retourné le principe de base de l ana-path : si une maladie est caractéris risée e par une lésion, l on peut reconnaître cette maladie et en faire le diagnostic en observant cette lésion l sur un prélèvement fait sur le patient vivant : c est ce qu on appelle une biopsie. Ce terme est antinomique de nécropsie lui-même synonyme d autopsie.

81 L ana-path, outil diagnostique (3) Les différents moyens d obtenir d un prélèvement biopsique sont d un d extrême variété et se sont multipliés s ces dernières res années : Biopsies à l intérieur des cavités s de l organisme l grâce à des instruments optiques souples (endoscopes) et des micropinces. Biopsies faites avec des aiguilles creuses dans des organes comme le foie ou le rein ou dans des tumeurs profondes, après s repérage rage radiographique. Etc.

82 Ponction-biopsie guidée e par échographie d un d nodule du foie

83 Nodule du foie : lymphome malin (1)

84 Nodule du foie : lymphome malin (2)

85 L ana-path, outil diagnostique (4) Le processus technique d inclusion d en paraffine, de coupe et de coloration est nécessairement n long : il existe un procédé qui permet de fournir un diagnostic en moins d une d demi-heure, en cours d intervention d chirurgicale. Il s agit s de l examen l extemporané : le prélèvement est congelé à -30 environ, ce qui lui donne une consistance analogue à celle qu il aurait après s inclusion en paraffine, et coupé dans un cryostat. Cette méthode m est utilisée e pour savoir si un nodule, du sein ou de la thyroïde par exemple, est un cancer qu il faudra enlever largement.

86 Examen extemporané au cryostat

87 Les banques de tissus congelés Congélateurs à -80 destinés à la conservation des prélèvements après passage dans l azote l liquide. On pourra appliquer de nouvelles techniques dans le futur sur ces prélèvements.

88 Conclusion Le métier m d anatomopathologiste d est un métier m passionnant, mais largement artisanal, et qui ne permettra sans doute plus de grandes découvertes scientifiques. On peut se demander s il s n est n pas démodd modé et s il s va persister longtemps, les jeunes médecins m entreprenants étant attirés s ailleurs.

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers UE : Biopathologie Oncologie Date : 23 mars 2011 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-18h Enseignant : M.Coindre Ronéistes : de LABARRE Marie (marie.delabarre40@laposte.net) ALLOUCHE Justine (justine_ptitezoe@hotmail.fr)

Plus en détail

PROFIL DE POSTE PRATICIEN ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES

PROFIL DE POSTE PRATICIEN ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES ETABLISSEMENT CENTRE HOSPITALIER PUBLIC DU COTENTIN (CHPC) CHERBOURG (50) Deuxième établissement hospitalier de Basse-Normandie. SPECIALITE RECHERCHEE Anatomie et cytologie pathologiques (ACP). COMPETENCES

Plus en détail

Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers

Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers Anatomie pathologique - Définition Application aux cellules et tissus prélevés de diverses méthodes d analyse basées principalement sur

Plus en détail

Programme Mammographie. Les examens complémentaires

Programme Mammographie. Les examens complémentaires Programme Mammographie Les examens complémentaires Le saviez-vous? Les différents examens complémentaires à une mammographie de dépistage servent bien souvent à exclure un cancer. Une intervention chirurgicale

Plus en détail

CONVENTION FHP-MCO Du 23 et 24 juin 2015 UNE PROFESSION DEBOUT ET EN MARCHE

CONVENTION FHP-MCO Du 23 et 24 juin 2015 UNE PROFESSION DEBOUT ET EN MARCHE CONVENTION FHP-MCO Du 23 et 24 juin 2015 UNE PROFESSION DEBOUT ET EN MARCHE LES ENJEUX DE L AVENIR DES PLATEFORMES DE GENOMIQUE DR OLIVIER VIRE MÉDECIN ANATOMOPATHOLOGISTE LIBÉRAL SYNDICAT DES MÉDECINS

Plus en détail

Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005

Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005 Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005 Pré-requis : Connaître l anatomie du système lymphatique et notamment les sites de drainage des principaux sites ganglionnaires

Plus en détail

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Enseignement de la sénologie M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Un constat En France pendant les études médicales environ 3 heures sont consacrées au cancer du sein et quasiment aucune

Plus en détail

Intégration à la profession de technologiste médical

Intégration à la profession de technologiste médical Intégration à la profession de technologiste médical CLA.05 Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 53,33

Plus en détail

Renseignements pour les patients

Renseignements pour les patients Biopsie du ganglion lymphatique sentinelle Renseignements pour les patients Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

2. Domaine d application Cette instruction s adresse au médecin préleveur et/ou prescripteur de l examen anatomopathologique standard.

2. Domaine d application Cette instruction s adresse au médecin préleveur et/ou prescripteur de l examen anatomopathologique standard. Date de mise en application :10/09/2013 Page 1/5 1. Objet Cette instruction à pour objet le conditionnement et le transport des prélèvements (biopsies et pièces opératoires) destinés à un examen anatomo-pathologique

Plus en détail

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS On vient de vous diagnostiquer une leucémie myéloïde chronique (LMC). Il se peut que vous ayez eu une analyse sanguine de routine demandée par votre médecin traitant ou

Plus en détail

Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010

Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010 Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010 Dr Laurent ARNOULD Département de Biologie et de Pathologie des Tumeurs Centre G-F

Plus en détail

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Sarcomes Ubiquitaires: touche les tissus mous, les viscères,

Plus en détail

Charte du Réseau des Tumorothèques du Centre

Charte du Réseau des Tumorothèques du Centre Charte du Réseau des Tumorothèques du Centre Les tumorothèques sont des structures d Etablissements de Santé ayant pour missions la collecte et la conservation d échantillons provenant de tissus tumoraux

Plus en détail

Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents

Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique État au 02.07.2012 Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

Vous ne tirerez aucun avantage financier de votre participation au programme de recherche.

Vous ne tirerez aucun avantage financier de votre participation au programme de recherche. EXEMPLE D INFORMATION RELATIVE AU CONSENTEMENT PROGRAMME DE RECHERCHE VISANT À OBTENIR DES LIGNÉES DE CELLULES SOUCHES EMBRYONNAIRES HUMAINES À PARTIR D EMBRYONS CRYOPRÉSERVÉS La présente invitation à

Plus en détail

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE 5 ÈME CONGRÈS NATIONAL 01 AU 03 OCTOBRE 2015 INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE DR SAADAOUI.E ; DR DJILALI AIAD.k CHU SIDI BELABBES - SERVICE ORL INTRODUCTION

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

Une approche médicale naturelle

Une approche médicale naturelle Publications des chiropraticiens suisses: La chiropratique - une approche médicale naturelle La chiropratique et la hernie discale La chiropratique et la sciatique La chiropratique et le mal de tête La

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Le rôle du pathologiste en cancérologie. PCEM2 Faculté Denis Diderot année 2007-2008

Le rôle du pathologiste en cancérologie. PCEM2 Faculté Denis Diderot année 2007-2008 Le rôle du pathologiste en cancérologie PCEM2 Faculté Denis Diderot année 2007-2008 Qu est ce que la Pathologie? patients tissus cellules diagnostic formation recherche Un bon diagnostic permet : d expliquer

Plus en détail

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE LE CANCER EN QUELQUES CHIFFRES Problème majeur de santé publique avec près de 355 000 nouveaux cas estimés chaque année, le cancer est la première

Plus en détail

Rapport de formation (cours interentreprises) Evaluation du niveau de formation de:

Rapport de formation (cours interentreprises) Evaluation du niveau de formation de: Rapport de formation (cours interentreprises) Evaluation du niveau de formation de: Domaine Aide à la consultation 1.1. Relation avec le propriétaire de l animal et administration/connaissances informatiques

Plus en détail

CHAMP DE PRATIQUE ACTUEL

CHAMP DE PRATIQUE ACTUEL DÉFINITION DU CHAMP DE PRATIQUE : 1. Le champ de pratique de chaque médecin est différent. 2. Le champ de pratique d un médecin est déterminé par les patients qu il traite, par les interventions qu il

Plus en détail

Les filières accessibles, cursus et débouchés

Les filières accessibles, cursus et débouchés Les filières accessibles, cursus et débouchés A.Médecine B.Pharmacie C.Dentaire D.Maïeutique E.Kinésithérapie F.Ergothérapie A.Médecine L entrée dans les études Médicales se fait par l obtention du concours

Plus en détail

Centre du sein. Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu

Centre du sein. Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu Centre du sein Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu Présentation Situé à la Maternité, le Centre du sein regroupe au même endroit toutes les expertises et tous les équipements nécessaires

Plus en détail

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER CHAPITRES DU COURS GENERALITES SUR LES TUMEURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES HISTOIRE NATURELLE ET BASES MOLECULAIRES DU CANCER MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER 1 OBJECTIFS

Plus en détail

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération PLAN CANCER 2003-2007 Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération consolidant le plateau technique du Centre Hospitalier Sud Francilien dédié à la cancérologie Mercredi 19 décembre

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE GROUPE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE CAREMEAU Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES cedex 9 CENTRE MULTIDISCIPLINAIRE DE DIAGNOSTIC PRENATAL Tél. secrétariat : 04.66.68.43.67

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

Prévalence des génotypes du HPV à HR oncogènes dans les échantillons cervicaux analysés au Centre Pasteur du Cameroun

Prévalence des génotypes du HPV à HR oncogènes dans les échantillons cervicaux analysés au Centre Pasteur du Cameroun Prévalence des génotypes du HPV à HR oncogènes dans les échantillons cervicaux analysés au Centre Pasteur du Cameroun Richard Njouom Chef du Service de Virologie Centre Pasteur Cameroun Worshop on HPV/Cervical

Plus en détail

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

La recherche clinique :

La recherche clinique : La recherche clinique : Aspects Administratifs et Financiers Pascal Thomas EMRC PACA 20 juin 2014 Essai thérapeutique Tester un nouveau traitement (ou existant), ou un dispositif L'objectif principal =

Plus en détail

TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers

TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers TISSUE MICROARRAYS (PUCES TISSULAIRES) Dr Gaëlle Fromont CHU Poitiers Principe Construction Techniques réalisables sur TMA Analyse des résultats: lecture Interprétation - Intégration des résultats Intérêts

Plus en détail

Laboratoires cliniques et services connexes. Zoom sur. Le nouveau site Glen simplifie et accélère nos activités aux

Laboratoires cliniques et services connexes. Zoom sur. Le nouveau site Glen simplifie et accélère nos activités aux s cliniques et services connexes no re Zoom sur site GLEN Le nouveau site Glen simplifie et accélère nos activités aux laboratoires cliniques, aux centres de prélèvements ainsi qu en pathologie grâce à

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Hôpitaux Universitaires de Genève ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Introduction (1) L IVG chirurgicale est

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

Recueil des consentements éclairés au sein du CRB

Recueil des consentements éclairés au sein du CRB Hôpital Cimiez 4, avenue Reine Victoria - BP 1179 06003 Nice cedex 1 Laboratoire Pôle\Labo LPCE Page 1 sur 7 LABO-LPC-PR-053 VERSION 003 Christelle BONNETAUD (Laboratoire Ingénieur - Veronique HOFMAN (Laboratoire

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

DEMANDE DE RÈGLEMENT POUR MALADIE GRAVE

DEMANDE DE RÈGLEMENT POUR MALADIE GRAVE DEMANDE DE RÈGLEMENT POUR MALADIE GRAVE Demande de règlement pour maladie grave - Directives Preneur (employeur ou administrateur du régime) Veuillez remplir la Déclaration du preneur, en prenant soin

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

Qu est-ce qu un vaccin?

Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 Qu est-ce que la vaccination? Un vaccin est un médicament particulier, destiné à «éduquer» le système immunitaire* à se défendre contre un agent pathogène* bien déterminé. Il a pour

Plus en détail

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 11 juin 2015

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 11 juin 2015 Feuille de route Proposition de traitement de la demande La feuille de route vise à proposer au Collège une orientation méthodologique pour répondre à une demande d évaluation inscrite au programme de

Plus en détail

Néoplasie intraépithéliale vulvaire (NIV)

Néoplasie intraépithéliale vulvaire (NIV) Néoplasie intraépithéliale vulvaire (NIV) Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur de soins de santé qualifié.

Plus en détail

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 Grégory GUILLAN Formateur I.F.S.I. Charles Foix Octobre 2011 1 Raisonnement et démarche clinique L infirmier(ère) comprend le problème de santé d un patient et

Plus en détail

Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA

Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA 1 Sommaire Contexte... p. 3 Une technologie de pointe pour une meilleure prise en charge du

Plus en détail

Présentation de l anatomie et cytologie pathologiques

Présentation de l anatomie et cytologie pathologiques Présentation de l anatomie et cytologie pathologiques Anatomie et cytologie pathologiques Anatomo-cyto-pathologie Pathologie «Anapath» ACP Médecin anatomo-cyto-pathologiste Pathologiste, «anapath» Actes

Plus en détail

Un équipement de la dernière génération pour les examens de la Femme

Un équipement de la dernière génération pour les examens de la Femme Un équipement de la dernière génération pour les examens de la Femme Le Mammographe Numérique avec tomosynthèse» au Centre Hospitalier de Valenciennes 1 Sommaire Contexte...p. 3 Une technologie de pointe

Plus en détail

Centre d Apprentissage par la Lecture d Images Numériques Scientifiques CALINS

Centre d Apprentissage par la Lecture d Images Numériques Scientifiques CALINS Jeudi du Numérique Mai 2011 Centre d Apprentissage par la Lecture d Images Numériques Scientifiques CALINS Anatomie Pathologique et Histologie B. Vergier, Université Bordeaux 2, Victor Segalen CHU Bordeaux

Plus en détail

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie Compte rendu d hospitalisation hépatite C À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS HOPITAL DU BON SECOURS Service d HEPATHOLOGIE du Professeur

Plus en détail

APPLICATIONS DE LA MICROSCOPIE CONFOCALE A L ENDOSCOPIE DIGESTIVE. Thierry BARRIOZ CHU de POITIERS

APPLICATIONS DE LA MICROSCOPIE CONFOCALE A L ENDOSCOPIE DIGESTIVE. Thierry BARRIOZ CHU de POITIERS APPLICATIONS DE LA MICROSCOPIE CONFOCALE A L ENDOSCOPIE DIGESTIVE Thierry BARRIOZ CHU de POITIERS 3 L endomicroscopie confocale est une nouvelle technique d endoscopie diagnostique, faisant partie des

Plus en détail

Les Tumorothèques, aspects gestion de données et mutualisation

Les Tumorothèques, aspects gestion de données et mutualisation Les Tumorothèques, aspects gestion de données et mutualisation Tumorothèque Caen Basse-Normandie Nathalie Rousseau, Ingénieur Tumorothèque Rencontres annuelles des Data Managers Académiques 12 et 13 Juin

Plus en détail

A.R. 11.2.2013 En vigueur 1.3.2013 M.B. 25.2.2013

A.R. 11.2.2013 En vigueur 1.3.2013 M.B. 25.2.2013 A.R. 11.2.2013 En vigueur 1.3.2013 M.B. 25.2.2013 Modifier Insérer Enlever Article 32 - ANATOMO-PATHOLOGIE 1 er. Sont considérées comme prestations qui requièrent la qualification de médecin spécialiste

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer colorectal

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer colorectal G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer colorectal Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Infirmier(e) Le Métier d Infirmier(e) Le Concours. Concours Prépa Santé

Infirmier(e) Le Métier d Infirmier(e) Le Concours. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 400 h/an Access : 250 h/an de septembre à mai Infirmier(e) Le Métier d Infirmier(e) Présents à l hôpital dans tous les services, les infirmiers et les infirmières dispensent

Plus en détail

Première partie. La définition des fonctions

Première partie. La définition des fonctions Première partie La définition des fonctions 4. La définition du périmètre des fonctions de la secrétaire médicale varie selon son statut, salarié ou agent de la fonction publique hospitalière, et, éventuellement,

Plus en détail

( à propos de 30 cas) N.Boudjouraf. M.M. Makhloufi. A. Chamia Service de chirurgie orthopédique, CHU de Batna

( à propos de 30 cas) N.Boudjouraf. M.M. Makhloufi. A. Chamia Service de chirurgie orthopédique, CHU de Batna Apport de la biopsie par voie postérieure transpédiculaire dans le diagnostic de la spondylodiscite tuberculeuse dorsale et lombaire avec enquête bactériologique négative ( à propos de 30 cas) N.Boudjouraf.

Plus en détail

Les défis de la formation face aux nouvelles exigences de qualité et de sécurité des URDM

Les défis de la formation face aux nouvelles exigences de qualité et de sécurité des URDM Les défis de la formation face aux nouvelles exigences de qualité et de sécurité des URDM Plan de la présentation Partie 1 : Répondre au besoin d une relève pour une main-d œuvre qualifiée dans les URDM

Plus en détail

Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) :

Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) : Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) : Les meilleures expertises du CHU Amiens-Picardie rassemblées dans un pôle d excellence régional. Avril 2014 1 Communiqué de synthèse La prévention,

Plus en détail

BIOPSIE PAR ASPIRATION Sous stéréotaxie

BIOPSIE PAR ASPIRATION Sous stéréotaxie Vous avez appris qu une anomalie a été détectée lors de votre mammographie. Afin d investiguer cette anomalie, le radiologue a pris la décision d effectuer une biopsie par aspiration sous stéréotaxie.

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Octobre 2014 Médecine «génomique» personnalisée La médecine «génomique» personnalisée repose sur l identification de sous-groupes de

Plus en détail

Le parcours de soin du patient cancéreux : du dépistage à la guérison. Pr Suzy Duflo, Présidente de CME, CHU de Pointe à Pitre Abymes

Le parcours de soin du patient cancéreux : du dépistage à la guérison. Pr Suzy Duflo, Présidente de CME, CHU de Pointe à Pitre Abymes Le parcours de soin du patient cancéreux : du dépistage à la guérison Pr Suzy Duflo, Présidente de CME, CHU de Pointe à Pitre Abymes Données épidémiologiques 2008 2009 2010 2011 Total 1707 1623 1809 1755

Plus en détail

Moyens d'exploration tissulaires

Moyens d'exploration tissulaires 27/10/2014 SABEG Marine L2 (Relecteur : Hamza Berguigua) BTIME Pr. Charpin 12 pages Moyens d'exploration tissulaires Plan A. Examen macroscopique B. Examen microscopique de base C. Techniques complémentaires

Plus en détail

Université Saint-Joseph

Université Saint-Joseph Université Saint-Joseph Faculté de pharmacie Actuellement, le métier de pharmacien est un métier polyvalent, ouvert à plusieurs activités dans le domaine de la santé individuelle et publique. Mis à part

Plus en détail

DIU d Imagerie Interventionnelle pour les Manipulateur

DIU d Imagerie Interventionnelle pour les Manipulateur DIU d Imagerie Interventionnelle pour les Manipulateur INTRODUCTION L activité de radiologie interventionnelle a pris aujourd hui une place essentielle au sein des services d imagerie. Les patients sont

Plus en détail

FROTTIS CERVICO-UTERIN EN MILIEU LIQUIDE : QUELS AVANTAGES PRATIQUES POUR LE PRATICIEN?

FROTTIS CERVICO-UTERIN EN MILIEU LIQUIDE : QUELS AVANTAGES PRATIQUES POUR LE PRATICIEN? FROTTIS CERVICO-UTERIN EN MILIEU LIQUIDE : QUELS AVANTAGES PRATIQUES POUR LE PRATICIEN? M. Courtade-Saïdi, L. Collin, J. Aziza UF d Histologie-Cytologie - Service d Anatomie Pathologique et Histologie-Cytologie

Plus en détail

Profil de Compétences Professionnelles Ostéopathie

Profil de Compétences Professionnelles Ostéopathie ProfildeCompétencesProfessionnellesOstéopathie Document Documentdediscussionavecl intentiond obtenirunconsensus approuvée par la Chambre ostéopathie le 12-06-2012 (11 votes pour - pas de votes contre -

Plus en détail

La dysplasie cervicale

La dysplasie cervicale La dysplasie cervicale Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur de soins de santé qualifié. Veuillez consulter

Plus en détail

DE LA DÉCISION DE L ADMINISTRATEUR DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE RÈGLEMENT RELATIVE À L HÉPATITE C (1986-1990) John Callaghan, au nom du Fonds

DE LA DÉCISION DE L ADMINISTRATEUR DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE RÈGLEMENT RELATIVE À L HÉPATITE C (1986-1990) John Callaghan, au nom du Fonds RÉCLAMATION NO 18669 Province d infection : Ontario État de résidence : Alabama CAUSE DE RENVOI DE LA DÉCISION DE L ADMINISTRATEUR DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE RÈGLEMENT RELATIVE À L HÉPATITE C (1986-1990)

Plus en détail

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie Dossier de presse Lyon, le 4 avril 2012 Cancer du sein : accompagner les patientes à chaque étape de leur maladie Une nouvelle plateforme à l hôpital de la Croix-Rousse Avec plus de 50 000 nouveaux cas

Plus en détail

L'archivage en Anatomie et Cytologie Pathologiques. A la recherche d'une optimisation et d'une standardisation

L'archivage en Anatomie et Cytologie Pathologiques. A la recherche d'une optimisation et d'une standardisation 1 L'archivage en Anatomie et Cytologie Pathologiques A la recherche d'une optimisation et d'une standardisation Etat des lieux et propositions après enquête nationale auprès des pathologistes français

Plus en détail

P artie 2... PATHOLOGIES

P artie 2... PATHOLOGIES P artie 2 PATHOLOGIES Gynécologie AU PROGRAMME Cancer du sein Processus tumoral 1. Épidémiologie C est le cancer le plus fréquent chez la femme. Au cours de sa vie, 1 femme/11 présentera un cancer du

Plus en détail

1. Méthodes d'études en histologie

1. Méthodes d'études en histologie 1. Méthodes d'études en histologie 9 1. Méthodes d'études en histologie 1. Quel(s) ordre(s) est(sont) possible(s) pour l analyse histologique A. Fixation, macroscopie, inclusion, coupe, coloration, B.

Plus en détail

Techniques d archives médicales* au Collège Ahuntsic

Techniques d archives médicales* au Collège Ahuntsic Techniques d archives médicales* au Collège Ahuntsic *Présentation inspirée des documents Power point réalisés par mesdames Manon Brière, Nicole Dufresne et Andrée Dubreuil 2010-2011, adaptée par Lysann

Plus en détail

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie (Ordonnance sur les prestations de l assurance des soins, OPAS) Modification du 3 juillet 2006 Le Département

Plus en détail

VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE

VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE INFOS PATIENTS SEIN - PATHOLOGIE MAMMAIRE VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE Bienvenue VOUS AVEZ RENDEZ-VOUS POUR UNE PREMIÈRE CONSULTATION EN SÉNOLOGIE. NOUS AVONS RÉALISÉ CETTE PLAQUETTE

Plus en détail

S informer sur un métier

S informer sur un métier Fiche d animation Compétence A S informer sur un métier Objectif Découvrir les 7 catégories de questions qu il faut se poser pour mieux connaître les métiers. Matériel nécessaire «Quizz métiers» Collection

Plus en détail

ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE I 101 A42 SF

ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE I 101 A42 SF ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE I 101 A42 SF 1 2 3 TECHNOLOGIES DE RADIODIAGNOSTIC Département de Biologie et TBE Professeur(e)s : Bureau : Courriel : Poste (tel :659-6600) : Gilles Bourbonnais C-360 gbourbonnais@cegep-ste-foy.qc.ca

Plus en détail

Intérêts et limites de la cytoponction à l aiguille fine de la thyroïde

Intérêts et limites de la cytoponction à l aiguille fine de la thyroïde Dr Monique RIVES-ANZIEU Dr Bernard ANZIEU Dr Carole MUSSO-RIGAL OCCITANIE PATHOLOGIE Intérêts et limites de la cytoponction à l aiguille fine de la thyroïde I - Introduction Intérêts : - geste simple,

Plus en détail

LUC LEGRÈS est ingénieur de recherche dans le laboratoire UMR S728 Inserm/Université Paris-Diderot, à l Institut universitaire d hématologie à Paris

LUC LEGRÈS est ingénieur de recherche dans le laboratoire UMR S728 Inserm/Université Paris-Diderot, à l Institut universitaire d hématologie à Paris 32 LUC LEGRÈS est ingénieur de recherche dans le laboratoire UMR S728 Inserm/Université Paris-Diderot, à l Institut universitaire d hématologie à Paris depuis 1999. Il est lauréat du Prix Innovation 2008.

Plus en détail

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS Pages I - L ASSOCIATION ARCADES... 3 II - SA MISSION... 4 a) Au regard de l organisation du dépistage b) Au regard de la

Plus en détail

Prévention des cancers. Pr GANRY

Prévention des cancers. Pr GANRY Prévention des cancers Pr GANRY Pourquoi mettre en place une politique de prévention? Cancers de mauvais pronostic: ORL, œsophage, estomac. effet connu de l arrêt du tabagisme, de l alcoolisme Efficacité

Plus en détail

Procédure normalisée de fonctionnement du RCBT Description des tâches, rôles et responsabilités. 1.1.102 Version F1.0

Procédure normalisée de fonctionnement du RCBT Description des tâches, rôles et responsabilités. 1.1.102 Version F1.0 Numéro de PNF: Remplace: Objet: Procédure normalisée de fonctionnement du RCBT Description des tâches, rôles et responsabilités 1.1.102 Version F1.0 Description des tâches, rôles et responsabilités Date

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur

Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur Utilisation des bases de données disponibles dans le système d information médicale Annie CHALFINE 1, Laurence PERNICENI 1, Loïc FLACHET

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE * Groupe médico-chirurgical 25 avenue Jean MEDECIN 0600 NICE FREDERIC BRACCINI L attitude à adopter devant la découverte d un nodule thyroïdien revient

Plus en détail

Compte-rendu d examen anatomo-pathologique - hépatite chronique

Compte-rendu d examen anatomo-pathologique - hépatite chronique Compte-rendu d examen anatomo-pathologique - hépatite chronique À partir de la Vème année Médecine Générale et notamment pour les médecins anatomopathologues ANATOMIE PATHOLOGIQUE Hôpital du Bon Secours

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCE Technologiste de laboratoire médical généraliste

PROFIL DE COMPÉTENCE Technologiste de laboratoire médical généraliste PROFIL DE COMPÉTENCE Technologiste de laboratoire médical généraliste Compétences requises pour le technologiste de laboratoire médical généraliste au niveau d entrée Date d entrée en vigueur : examens

Plus en détail

Tumeurs primitives de la plèvre Mésothéliome malin Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Tumeurs primitives de la plèvre Mésothéliome malin Collège Français des Pathologistes (CoPath) Tumeurs primitives de la plèvre Mésothéliome malin Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières Préambule... 3 1. Prérequis... 3 2. Mésothéliome malin... 3 2.1. Généralités...

Plus en détail

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E Recommandations pour le dépistage du cancer du col de l utérus en France Juillet 2010 Ces recommandations s inscrivent

Plus en détail

ZOOM ETUDE Les études médicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 31 octobre 2015

ZOOM ETUDE Les études médicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 31 octobre 2015 ZOOM ETUDE Auditorium de l Institut Français du Bénin 31 octobre 2015 L enseignement supérieur français - santé Études de médecine, pharmacie et odontologie : Universités en partenariat avec des CHU (Centres

Plus en détail