Economiser l énergie en chauffant. Fabrice DERNY

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Economiser l énergie en chauffant. Fabrice DERNY"

Transcription

1

2 Economiser l énergie en chauffant Fabrice DERNY

3 Vous avez dit "Basse Energie"?... 1 l'emplacement de l'immeuble Constat : La consommation journalière de chauffage d'un appartement est équivalente à celle d'une voiture qui parcourt 25 km...! Lors du choix de l'implantation, favoriser les terrains situés près d'une ligne de transports en commun. Prévoir des aménagements pour favoriser le transport à pied ou à vélo.

4 Consommer trop? Plus de 15 litres ou m³ de gaz par an par m² Consommation

5 Améliorer l enveloppe du bâtiment Pour le confort Pour l énergie

6 Perte d énergie au travers d une paroi La puissance traversant une paroi : 20 C 0 C P = U x S x DT (Watt)

7 Perte d énergie au travers d une paroi U [W/m²K] Coefficient de transmission thermique de la paroi 5,8 simple vitrage 4,0 linteau béton 2,8 double vitrage ordinaire 2,0 mur non isolé 1,1 0,7 0,4 0,3 0,15 double vitrage HR triple vitrage mur isolé 8 cm LM toit isolé 12 cm LM mur passif 25 cm LM

8 Un modèle simplifié pour l évaluation de l enveloppe Consommation basée sur l écart moyen T intérieure T extérieure La T intérieure moyenne équivalente du bâtiment sur la saison de chauffe = T moyenne des locaux en journée - réduction pour les coupures de nuit et de week-end - réduction pour les apports gratuits (équipements et soleil) Ex : Hôpitaux, homes : = 21 Bureaux : = 14 Ecoles : = 13 La T extérieure moyenne équivalente TExtMoy = 6 à Namur et 3,5 à Libramont Une saison de chauffe du 15 septembre au 15 mai = 8 mois = heures Un rendement moyen saisonnier du système de chauffage de 80 % Des parois caractérisées par leur coefficient de déperdition thermique k k simple vitrage = 6 W/m²K k double vitrage ordinaire = 3 W/m²K k moellons non isolé 50 cm = k mur brique non isolé 25 cm = 2 W/m²K k mur isolé 8 cm laine minérale = 0,4 W/m²K k toiture isolé 12 cm laine minérale = 0,3 W/m²K

9 Remplacer des fenêtres Remplacer un double vitrage des années 80? Consommation annuelle d 1 m² de simple vitrage = 4 seaux de fuel/m².an Consommation annuelle d 1 m² de double vitrage traditionnel = 2 seaux de fuel/m².an Consommation annuelle d 1 m² de double vitrage basse émissivité = 1 seau de fuel/m².an Consommation annuelle d 1 m² de triple vitrage = 1/2 seau de fuel/m².an Rentabilité du remplacement d un simple vitrage? Economie : 30 litres fuel = 15 Euros/m².an Investissement fenêtre : 350 Euros/m² Temps de retour : 350 / 15 /an = 23 ans mais aussi: amélioration du confort et amélioration de l étanchéité à l air

10 Isoler une paroi existante Isoler une paroi non isolée? Consommation annuelle d 1 m² de paroi non isolée = 2 W/m².K x 1 m² x (15 C 6 C) x 5800 h / 0,8 = 130 kwh/m² = 13 litres fuel/an Consommation annuelle d 1 m² de paroi isolée = 0,4 W/m².K x 1 m² x (15 C 6 C) x 5800 h / 0,8 = 26 kwh/m² = 3 litres fuel/an Rentabilité isolation? Economie annuelle : 104 kwh/m² = 10 m³gaz/m² litres fuel/m² = 7 Euros/m².an Si isolation par l extérieur : Investissement : 100 Euros/m² Temps de retour : 100 / 7 /an = 14 ans Si isolation par l intérieur : Investissement : 50 Euros/m² Temps de retour : 50 / 7 /an = 7 ans. Si isolation de comble : Investissement : 10 à 15 Euros/m² Temps de retour : 1 2 ans.

11 Isoler une paroi existante Surisoler une paroi légèrement isolée? Consommation annuelle d 1 m² de paroi déjà isolée (6 cm Laine, ) = 0,6 W/m².K x 1 m² x (15 C 6 C) x 5800 h / 0,8 = 39 kwh/m² = 4 litres fuel/an Consommation annuelle d 1 m² de paroi surisolée (+ 15 cm Laine) = 0,18 W/m².K x 1 m² x (15 C 6 C) x 5800 h / 0,8 = 12 kwh/m² = 1 litres fuel/an Rentabilité isolation? Economie annuelle : 27 kwh/m² = 3 m³gaz/m² litres fuel/m² = 2 Euros/m².an Si isolation par l extérieur : Investissement : 100 Euros/m² Temps de retour : 100 / 2 /an = 50 ans Si isolation par l intérieur : Investissement : 50 Euros/m² Temps de retour : 50 / 2 /an = 25 ans.

12 Perte d énergie au travers d une paroi Tous les isolants sont pareils? Toiture plate (Structure portante en béton lourd + isolant) U = 0,2 W/m²K Lambda (W/mK) 0,050 0,045 0,040 0,035 0,030 0,025 Épaisseur de l isolant (cm) 24 cm 21 cm 19,0 cm 17 cm 14 cm 12 cm

13 Perte d énergie au travers d une paroi Quelle structure portante? Sans structure portante : U = 0,26 W/m²K Acier galva Alu U = 0,30 W/m²K U = 0,32 W/m²K U = 0,33 W/m²K U = 0,40 W/m²K avec thermique coupure avec thermique coupure U = 0,31 W/m²K U = 0,32 W/m²K

14 Améliorer le chauffage

15

16 Améliorer le rendement de combustion? (sans remplacer l installation) Nettoyer la chaudière : 1 mm de suie = 50 C de température de fumée en plus = perte de rendement de 4.. 8% Améliorer le réglage du brûleur (diminuer l excès d air) : objectif 20% (%CO2 = 12,5..13 en fuel et 10 en gaz) Diminuer la puissance du brûleur Placer/régler un régulateur de tirage Colmater la chaudière si traces d inétanchéité

17 Diminuer les pertes à l arrêt Réisoler la jaquette Arrêter les chaudières en été Installer une priorité sanitaire

18 Diminuer les pertes à l arrêt Arrêter l irrigation des chaudières inutiles : régulation en cascade ou arrêt complet

19 Remplacer une chaudière? Gain de 0 à 25% ou de 0 à 500 Investissement de 3000 à 6000 Temps de retour de 10 ans Chauffage

20 Remplacer une chaudière? Temps de retour 5 ans 15 ans Rend.sais. actuel 75% 80% 85% Ancienne chaudière atmosphérique maintenue en température; Ancienne chaudière pulsée, surdimensionnée, rendement de combustion %, brûleur sans clapet d air fermé Ancienne chaudière pulsée, bien dimensionnée, rendement de combustion %, brûleur sans clapet d air fermé Ancienne chaudière pulsée, bien dimensionnée, rendement de combustion %, clapet d air fermé

21 Types de chaudière domestique Chaudières gaz non condensantes (sur sol ou murales) : atmosphériques (prémélange) avec évacuation par cheminée évacuation par ventouse, assistée par ventilateur Chaudières fuel à brûleur pulsé Chaudières gaz (fuel) à condensation

22 Chaudières gaz atmosphériques (prémélange) rendement de combustion parfois médiocre (combustion avec beaucoup d excès d air), pertes à l arrêt plus importantes (foyer ouvert en permanence), production d NOx plus importante. Si veilleuse : m 3 de gaz par an

23 Chaudières gaz à ventouse assistées par ventilateur rendement de combustion parfois amélioré (meilleur contrôle de l excès d air, intérêt d un brûleur modulant et d un ventilateur modulant), pertes à l arrêt réduites sécurité si prise d air extérieure

24 Chaudières à brûleur pulsé au fuel rendement de combustion performant mais fonction du réglage, pertes à l arrêt réduites

25 Chaudière basse température Chaudière pouvant travailler avec une basse température d eau Intérêt : Diminuer les pertes à l arrêt : surtout important avec les anciennes chaudières (atmosphérique) Protéger la chaudière dans le cas d une régulation par thermostat (en domestique) Améliorer le rendement de combustion : non! Et pourquoi vouloir éviter la condensation si on peut condenser?

26 Chaudières gaz (fuel) à condensation Principe : refroidir les fumées jusqu à récupérer la chaleur de vaporisation de l eau contenue dans les fumées Intérêt rendement de combustion excellent peu de pertes à l arrêt Gain énergétique : % sur la consommation annuelle

27 Comparaison des chaudières rendement de combustion pertes à l'arrêt rendement saisonnier consommation (equ l fuel)* de à de à de à de à Chaudière gaz atmosphérique 88% 91% 0,50% 1,50% 80% 91% Chaudière fuel 91% 93% 0,25% 0,80% 86% 93% Chaudière gaz à condensation 100% 108% 0,25% 0,50% 97% 105% mauvais échangeur régulation en température constante Bon échangeur régulation en température glissante *pour un besoin énergétique de kwh/an

28 Chaudière gaz : labels HR N apportent rien de plus que les exigences légales (rendement minimal imposé par l AR 18/03/97). Attention HR Top a des exigences faibles par rapport aux meilleures chaudières à condensation du marché (ex : chaudière de 15 kw, rend comb min de 98%) Garantissent un contrôle des exigences légales par un laboratoire neutre Plus en terme de service commercial

29 Chaudières fuel : labels Optimaz Performances plus élevées que les exigences légales Rendement de combustion : 93% Optimaz, 97.5% Optimaz Elite (eau à 50/30 C) Pertes à l arrêt max de 0.8% Conformité d émissions NOx et CO Qualité du service Nouveau logo Ancien logo

30 Conclusion: choix d une nouvelle chaudière Soit le gaz : Chaudière à condensation avec un brûleur modulant (et débit d air modulant), régulation en température glissante, un circuit hydraulique étudié. Soit le fuel (si pas accès au gaz) : Chaudière fuel OPTIMAZ pouvant travailler en basse température d eau pour être commandée en température glissante en étant attentif au réglage (lors de chaque entretien)

31 Intérêt financier d une chaudière gaz à condensation en installation neuve Besoin énergétique du bâtiment : kwh/an (2000 m³gaz/an) Rendement saisonnier d une bonne chaudière gaz basse température : 91% Rendement saisonnier d une chaudière à condensation : 101% Consommation avec la chaudière basse température = 2000 m³gaz/an / 0,91 = 2198 m³gaz/an Consommation avec la chaudière à condensation = 2000 m³gaz/an / 1,01 = 1980 m³gaz/an Gain de consommation : 218 m³gaz/an ou 152 /an (0,7 /m³) Coût chaudière gaz basse température (marque x, à ventouse)* : 1740 Coût chaudière à condensation (marque x, à ventouse)* : 2025 Temps de retour simple : ( ) / 152 /an = 1,9 ans

32 La chaudière à condensation peut-elle toujours s appliquer en rénovation? «Vous n avez pas de chauffage par le sol «Vos vieux radiateurs n ont pas été prévus pour, cela ne sert à rien d acheter une chaudière à condensation!» FAUX

33 1. Tous les anciens radiateurs sont surdimensionnés (imprécision sur les coefficients U ( Wm³), amélioration de l enveloppe (doubles vitrages, ), coefficients de sécurité, ) (Exemple : une pièce 2 façades non isolée de 5 m sur 6m au sol, avec 30% de simples vitrages : Umoyen : 3,6 W/m²/K, puissance à installer : 3,8 kw ou 42 W/m³) Programme de calcul : Energie + 2. Faut-il des corps de chauffe surdimensionnés?

34 Température de l eau de retour d une installation fonctionnant en température glissante pour une installation dimensionnée en régime 90 /70

35 Température de départ et de retour de l eau de chauffage en fonction de la temp. extérieure Système classique 90 / 70 ºC départ retour Point de rosée ºC Température extérieure

36 Température de départ et de retour de l eau de chauffage en fonction de la temp. extérieure Système 70 / 50 ºC avec surdimensionnement des radiateurs départ Point de rosée retour ºC Température extérieure

37 La condensation au fuel Max. 6% d énergie latente récupérable (10% pour le gaz) -> remboursement du surcoût difficile Condensats acides -> besoin chaudières encore plus résistantes et traitement avant rejet En général utilisation de fuel «extra» à 50 ppm de souffre. Combustible plus cher. Point de rosée du fuel plus faible ( C) -> travailler avec des t d eau encore plus faibles et surdimensionner plus les corps de chauffe.

38 Source froide Pompe à chaleur Principe 38

39 Pompe à chaleur Principe Renouvelable lorsque le COP > 2,8 39

40 Pompe à chaleur PAC électrique PAC gaz 1 kw élec = 2,5 kw primaire 2,3 kw gaz 0,1 kw élec = 0,25 kw prim 2,6 kw 3,6 kw REP = 3,6 /(2,5) = 146% 0,9 kw 3,6 kw REP = 3,6 /(2,3+0,25) = 141% 40 Rendement annuel 115 à 130 %

41 Pompe à chaleur Pompe-à-chaleur système d émission - Chauffage par le sol - Ventilo-convecteur - Convecteur surdimensionné Régime 50/40/20 par rapport à 75/65/20 ( ) 1,3 ( DT ) 1,3 25 C = = 0,4 50 C 50 C 41 facteur de surdimensionnement 2,5

42 42 Choix de la production de chaleur?

43 Choix de l émetteur de chaleur? Chauffage électrique? Chauffage électrique direct (kwh primaire) 43 Chauffage électrique à accumulation à éviter absolument Les pertes statiques sont très importantes surchauffe L émission en continu de chaleur d un chauffage à accumulation ne correspond pas à la demande d un bâtiment économe qui est ponctuelle et fortement variable en fonction des apports gratuits Etant donné le haut niveau d isolation, le besoin de chauffage dépend peu de la température extérieure mais bien des apports gratuits comment prévoir la demande?

44 Isoler les conduites? = 1,3 m² de capteur solaire thermique (1500 d investissement) 1 m de tuyau en acier non isolé de 1 pouce avec de l eau à 70 C = 60 W de perte 60 W thermique Isoler une conduite diminue les pertes de 90% et est rentabilisé en : 0,5 («fait maison»).. 1,5 (entreprise) ans Perte des vannes > pertes des tuyaux : 1 vanne ~= 1 m de conduite 1 vanne DN100 avec de l eau à 80 C = 1 m de tuyau DN100 = 215 W de perte! Chauffage

45 Energie primaire 1 kwh électrique consommé = 2.. 2,5.. 2,7 kwh d énergie primaire (de combustible) 1 kwh gaz consommé = 1 kwh d énergie primaire (de combustible)

46 Le poids de l énergie 60 W thermique = 1,3 m² de capteur solaire thermique (1500 d investissement) 70 C 25 W électrique = 2,6 m² de capteur PV (1500 d investissement) 60 W x 8760 h/an = 525 kwh/an = production de 1,3 m² de capteur solaire thermique 25 W x 8760 h/an = 220 kwh/an = production de 2,6 m² de capteur Perte de 15 m de conduites de 1 pouce non isolée = production d une installation PV d un ménage autonome!!! Hôtel de 450 chambres : la veille des téléviseurs = 500 m² de capteur PV!!!

47 Longueur de boucle m T boucle - T ambiante = 40 C Pertes en ligne (accessoires compris) Pertes annuelles Surface équivalente de capteurs solaires (Production solaire 500 kwh/m²) Pas isolée W kwh 100 m² Peu isolée W kwh 27 m² Bien isolée 850 W kwh 15 m² 47

48 Comment repérer un circulateur surdimensionné?

49 Temps de fonctionnement des circulateurs Arrêt en été? Arrêt si Text > 15 C? (économie de l'ordre de %)

50 Amélioration de la régulation? C est souvent le plus gros potentiel d économie. 1 C de température en trop par rapport à la consigne = 7.. 8% de surconsommation absence d intermittence en période d inoccupation = % de surconsommation Chauffage

51 Amélioration de la régulation? consommation proportionnelle à la différence de température entre l intérieur et l extérieur minimiser cette différence de température

52 Amélioration de la régulation? ECONOMIE D ENERGIE Couper le chauffage fait chuter la température intérieure d autant plus vite que le bâtiment est peu inerte (a peu emmagasiné de chaleur). minimiser la température intérieure durant la coupure.

53 Systèmes de régulation Chaudière maintenue sur aquastat, thermostat d ambiance agissant sur le circulateur Avantages : gestion de la température ambiante dans le local témoin, coupure nocturne facile Economie de consommation du circulateur (environ kwh/an) Inconvénients : pertes à l arrêt de la chaudière (faire varier l aquastat manuellement, attention si pas chaudière à basse température) Choc thermique dans la chaudière (enclenchement sans débit) Régulation par train d eau chaude

54 Systèmes de régulation Thermostat d ambiance agissant sur le brûleur, circulateur en fonctionnement permanent, aquastat = aquastat de sécurité Avantage : gestion de la température ambiante dans le local témoin, coupure nocturne facile Fonctionnement en température variable de la chaudière (fonction de son inertie) Relance à pleine puissance Inconvénients : consommation du circulateur Condensation dans les chaudières non basse température

55 Systèmes de régulation Thermostat d ambiance agissant sur le brûleur et le circulateur (avec temporisation), aquastat = aquastat de sécurité Avantage : gestion de la température ambiante dans le local témoin, coupure nocturne facile Fonctionnement en température variable de la chaudière (fonction de son inertie) Relance à pleine puissance Consommation réduite du circulateur Inconvénients : Condensation dans les chaudières non basse température)

56 Systèmes de régulation Température de chaudière commandée par régulateur climatique et sonde extérieure Avantage : Fonctionnement en température variable de la chaudière (fonction de son inertie) Solution en absence de local témoin Inconvénients : choix de l emplacement de la sonde extérieure (maison peu inerte, séjour au sud, ) Difficulté du réglage Type d intermittence Peu adaptée aux bâtiments fort isolés

57 Systèmes de régulation Vannes thermostatiques Avantage : prise en compte des apports de chaleur gratuits 0,1.. 0,16 kwh/m²/jour d apports internes ( kwh/an pour un appartement de 75 m², soit /an) prise en compte des surdimensionnements différents des corps de chauffe Inconvénients :

58 Vannes thermostatiques

59

60 Dans une habitation Principe 1: Contrôle de la température ambiante Soit thermostat d ambiance dans le séjour agissant sur la chaudière : presque équivalent à une régulation en température glissante attention besoin d une chaudière basse température et tenir compte de sa limite basse de température éventuelle + vannes thermostatiques dans les autres pièces. Soit sonde extérieure agissant sur la température d eau (régulateur climatique) et vannes thermostatiques dans toutes les pièces : conseillé si chaudière à condensation. a moins d intérêt dans un bâtiment très bien isolé (moins soumis à la température extérieure) et fortement soumis aux apports gratuits. réglage plus complexe pour le particulier.

61 Principe 2 : Intermittence du chauffage et des auxiliaires Horloge programmable entraînant la coupure de la fourniture de chaleur Mise à l arrêt des circulateurs en absence de besoin: Soit en fonction de l arrêt du brûleur (avec temporisation). Soit en fonction de la température du réseau de distribution.

62 Dans une habitation Principe 3 : Simplicité du système Régulateur facile à programmer Rapidement compréhensible par l utilisateur Ne demandant pas l intervention du chauffagiste.

63 Le système idéal? Et pourquoi pas Thermostat d ambiance manuel Avantage : gestion minimale du temps de fonctionnement Inconvénient : confort

64 Vannes thermostatiques suffisantes? Pourquoi ne pas réguler qu avec des vannes thermostatiques? fonctionnent mal si la température de l eau est trop élevée (pompage, sifflement), permettent pas d intermittence automatisées, ne limitent la chaleur que dans les locaux profitant d apports gratuits plus importants ou demandant une température de consigne moindre, Ne permettent pas de limiter les pertes des chaudières et des circuits de distribution.

65 Peuvent-elles fonctionner correctement si la température de l eau est trop élevée?

66 Peuvent-elles fonctionner correctement si la température de l eau est trop élevée? Courbe d émission d un radiateur : alimenté à 90 C, il faut réduire son débit de plus de 80% pour réduire sa puissance de 50%. en moyenne sur la saison de chauffe (quand Text = 5 C), un radiateur est déjà 3 x trop puissant. A 90 C? la vanne thermostatique ne pourra plus travailler que sur une course de quelques dixièmes de mm. Elle sifflera et pompera. Il faut donc diminuer la température de l eau au niveau de la régulation centrale (par le thermostat d ambiance ou la sonde extérieure).

67 Absence de vannes thermostatiques dans les locaux à fort apport de chaleur Une maison 200 m² consomme litres de fuel/an. Dans la cuisine de 20 m², il fait systématiquement 22 C au lieu de 20 C. Consommation de combustible imputable à la cuisine : [litres/an] / 200 [m²] x 20 [m²] = 300 [litres/an] Economie lié au placement de la vanne : réduction de 2 C en journée et de 1 C la nuit et le week-end, soit 1,5 C en moyenne. Economie réalisable par des vannes thermostatiques : 300 [litres/an] x 8 [%/ C] x 1,5 [ C] = 36 [litres/an] ou 25 [ /an] (à 0,50 [ /litre fuel]). Coût d'une vanne : Hors placement.

68 Déséquilibre hydraulique

69

70

71

72 Isoler les allèges? Les déperditions au travers d un mur situé derrière un radiateur sont doublées! Placer un isolant de 0,5 cm recouvert d aluminium sur un mur non isolé au dos d un radiateur permet de gagner : litres fuel/m².an Et est remboursé en 1 an. Chauffage

73 Résumé : les mesures les plus rentables Projet Intermittence du chauffage Remplacement d'une chaudière de plus de 20 ans Régulation en cascade de chaudières (avec isolation hydraulique des chaudières à l'arrêt) Meilleure gestion des consignes Isolation des tuyauteries dans les locaux non chauffés (chauffage et boucle d'eau chaude sanitaire) Isolation des allèges derrière les radiateurs Economie annuelle à 25.. % de la consommation de chauffage % de la consommation de chauffage % de la consommation de chauffage 8 % de la consommation de chauffage par C de trop 4 /m de tuyau (matériau isol.).. 20 /m (placé) 3 /m² (matériau isolant).. 20 /m² (placé) Temps de retour 0,5.. 1,5 ans 4 à 10 ans 1 à 4 ans ans 0,5.. 1,5 ans ans Calculé à 0,7 le litre de fuel ou le m3 de gaz

74 Isolation des murs extérieurs par l'extérieur : 75 à 100 /m² par l'intérieur : 25 à 50 /m² 8 à 15 ans 5 à 7 ans Remplacement des châssis simples vitrages 350 /m² ans Isolation du plancher des combles /m² 2 à 3 ans Gestion de la ventilation (assurer 30 m³/h.pers) Placement de capteurs solaires pour préparer l'eau chaude sanitaire Réalisation d'une campagne de sensibilisation (fermeture des portes, bon usage des vannes thermostatiques,...) Remplacement des lampes à incandescences par des fluocompactes élevée mais dépend de la situation initiale 40 à 50 % de la consommation sanitaire 0 à 15 % de la consommation de chauffage Pour une lampe 60 W, fonctionnant 2500 heures/an 16 /an < 1 an si action sur un groupe de pulsion ou d'extraction ans (fonction des subsides reçus) 0 an 0,5 an Calculé à 0,7 le litre de fuel ou le m3 de gaz

75 Conception des installations 1. Ventilation? Centralisé ou décentralisé? Choix du récupérateur? Puits canadien? 2. Production de chaleur? Production décentralisée ou centralisée Energie renouvelable Emission de chaleur 3. Programme spécifique Maison basse-énergie Maison passive 77

76 Système C système D Système C Système D Peu coûteux à l'exploitation et à l investissement. La consommation électrique des ventilateurs est réduite. Possibilité de contrôler le débit par une action au niveau des bouches d extraction (fonction de l humidité et/ou de la présence). L air entrant dans le local, à la température de l air extérieur, est une source d inconfort en hiver. Pour supprimer cette coulée d air froid, les habitants ont souvent tendance à fermer manuellement les grilles de façade avec pour conséquence une dégradation de l environnement intérieur. Les ouvertures en façades constituent des faiblesses acoustiques particulièrement nuisibles en milieu bruyant. Il n y a pas de récupération de chaleur possible sur l air extrait. Récupération de chaleur En hiver, la pulsion ne cause donc pas d inconfort de coulée froide car l air neuf a été préchauffé. Transmission des bruits extérieurs réduite. Ce système est plus coûteux à l'investissement. BNE La consommation électriques des ventilateurs 31 est élevée mais reste négligeable par rapport à kwh/m² la réduction des pertes thermiques par ventilation. Le bloc ventilation/récupération de chaleur et les gainages représentent un encombrement important dans l immeuble. Des faux plafonds sont souvent nécessaires dans les appartements. Un entretien régulier indispensable. Bruit de groupe dans l appartement doit être maitrisé

77 Centralisé ou décentralisé? Groupe de ventilation centralisé Groupes de ventilation décentralisés 79

78 Impact énergétique de la centralisation Consommation annuelle en énergie primaire (kwh/m²) BNE 11 kwh/m² système D décentralisé - débit régulé BNE 10 kwh/m² système D centralisé - débit régulé BNE 15 kwh/m² système D centralisé - débit non régulé BNE 31 kwh/m² système C décentralisé - débit régulé 80 Ventilateurs Chauffage Appartements passifs!

79 Choix du récupérateur? Récupération de l humidité? Echangeur à plaques Echangeur rotatif par accumulation 81

80 Choix du récupérateur? Récupération de l humidité? Echangeur à plaques Echangeur rotatif par accumulation Avantages Simple et fiable ; Peu de maintenance nécessaire ; Très faible risque de contamination de l'air frais en cas de bonne conception. Inconvénients Danger de givre par température extérieure basse et par dépassement du point de rosée. Il faut être attentif à la régulation si on souhaite tenir compte du récupérateur pour dimensionner les chaudières et les radiateurs ; L'échangeur présente une perte de charge relativement importante, surtout à de grands débits. Avantages Le matériau accumulateur imprégné d'un produit hygroscopique permet les échanges tant de chaleur sensible que d'humidité ; Perte de charge relativement faible Pas d'évacuation de condensats ; Encrassement et givrage limité du fait de l'inversion régulière du sens des flux d'air Inconvénients Contamination de l'air neuf ; Nécessité de l'entretien du système d'entraînement. 82

81 Choix du récupérateur? Rendement de 95 % Le rendement d un échangeur à plaques est fonction de : la vitesse de l air dans le récupérateur de chaleur. Le rendement du récupérateur augmente lorsque le débit et la vitesse de l air diminue et que l échange est plus long ; l humidité relative de l air (intérieur et extérieur). Comme une part importante de l énergie transmise provient de la condensation de la vapeur d'eau de l'air vicié, plus l air intérieur est humide plus le rendement est élevé ; la différence de température intérieure et extérieure ; pertes du ventilateur et du moteur, qui transformées en chaleur, réchauffent l air entrant ; l encrassement du ventilateur. Le rendement diminue lorsque le récupérateur est encrassé. Les poussières forment une couche isolante Rendement d un récupérateur de chaleur selon l humidité relative de l air intérieur (HRi) et le débit nominal 83

82 Eté Hiver Puits canadien? Récupérateur de chaleur sur l air extrait uniquement Puits canadien/provençal uniquement Récupérateur de chaleur sur l air extrait + puits canadien/provençal 17 C 17,9 C 6,4 C 24.6 C 18 C 18 C 84

83 Améliorer l eau chaude sanitaire

84 Production d eau chaude sanitaire Que consomme-t-on pour produire de l eau chaude sanitaire? Dans une famille de 4 personnes, la consommation relative à l eau chaude sanitaire (50 litres d eau par jour et par pers.) se situe aux environ de litres de fuel ou m³ de gaz par an en fonction du rendement du système, soit pour une maison moderne bien isolée % de la consommation en combustible.

85 Bilan énergétique Appartement traditionnel Appartement passif (hors renouvelable) Nécessite une approche globale 87

86 Limiter les besoins en ECS Installer des douches : 40 litres d eau chaude contre 100 pour un bain Placer des pommeaux de douche économiques : 8 litres/min au lieu de 20 litres/min. Placer des mousseurs sur les lavabos. Eviter les mélangeurs restant en position eau chaude. Rapprocher les points de puisage de la production Exemple : une conduite de 10 m DN10 contient 1,2 litre d eau (= quantité d eau chaude perdue à chaque puisage). Il faut 9 sec pour que l eau chaude parvienne à la douche (8 litre/min).

87 Débit = Q [litres/minute] Bilan énergétique Appartement passif Une réflexion sur l ECS est indispensable (hors renouvelable) ,6 l/min 8,7 l/min 6 l/min Pommeaux de douche économique - limiteur de débit dynamique Pommeau de douche économique - limiteur de débit statique Pression [Bar] Pommeaux de douche sans dispositif d'économie Rentabilité : 6 mois!!! 89

88 D abord réduire les débits 1 Par la pression Mousseur On peut réduire les débits par un réducteur de pression (général ou localisé au point de puisage) Exemple : les pommes de douche économiques permettent de passer de 30 à 8 litres/min. Rentabilité? Un mousseur revient environ à 5. Le prix de revient du chauffage du m³ d eau chaude varie entre 5 (chauffage fuel ou gaz, rendement compris, ou chauffage électrique de nuit au tarif Haute Tension) et 8 (chauffage électrique de jour au tarif Basse Tension). A additionner aux 2,5 /m³ de l eau froide. Réducteur de pression Eau Chaude Sanitaire

89 D abord réduire les débits 2 Par la durée d utilisation Robinet électronique Robinet avec boutons poussoirs temporisés Robinet avec œil électronique d enclenchement Robinets avec butées «économiques». Robinets ergonomiques Robinet à butée litres/min. Robinets ergonomiques Eau Chaude Sanitaire

90 Notions théoriques Flux lumineux ( ) exprimé en lumen (lm) Efficacité lumineuse ou rendement lumineux ( ) exprimé en lm/w P 60 W 710 lm soit 11,8 lm/w 15 W 825 lm soit 55 lm/w

91 Les lampes à remplacer? lm/w Pour délivrer un flux lumineux de lm, il faut : un tube fluorescent (16 mm) de 21 W ou une lampe à incandescence de 150 W!!!! lm/w lm/w (16 mm) lm/w (26 mm) Remplacer les lampes incandescentes par des lampes fluo-compactes? 1 lampe incandescente de 60 W fonctionnant 2500 h/an : consommation = 60 x 2500 = 150 kwh/an ou 21 /an remplacée par une lampe fluocompacte de 15 W : consommation = 15 x 2500 = 38 kwh/an = 5 /an durée de vie x 12 gain total : 16 /an TR : 0.3 an Eclairage

92 Notions théoriques Classe énergétique

93 Notions théoriques Halogène IRC 30W 21 lm/w classe B Fluocompacte avec globe 15 W 47 lm/w classe B

94 Notions théoriques La température de couleur La température de couleur exprimée en kelvins détermine la température (effective ou "virtuelle") d'une source de lumière à partir de sa couleur. La couleur d'une source lumineuse est comparée à celle d'un corps noir théorique chauffé entre et K, qui aurait dans le domaine de la lumière visible un spectre d'émission similaire à la couleur considérée Blanc neutre K Blanc chaud K Bougie K

95 Notions théoriques La température de couleur

96 Notions théoriques Le rendu de couleur (IRC) Capacité d une lampe de nous faire distinguer toutes les couleurs de l objet qu elle éclaire

97 Notions théoriques

98 Les lampes Incandescence et halogènes IRC 100 Faible efficacité lumineuse : 5 30 lm/w Faible durée de vie : < heures Température de couleur : K incandescence et K halogène Fluorescentes IRC Bonne efficacité lumineuse : lm/w Grande durée de vie : > heures Température de couleur : à K Fluocompactes IRC Bonne efficacité lumineuse : lm/w Grande durée de vie : > heures Ballast intégré Température de couleur : à K Mise en température très lente pour les ballasts intégrés Ballast externe

99 Les lampes Affirmation : les Leds sont froides 15% 12% 5% 83% 85% Chaleur Visible IR Un radiateur est nécessaire pour refroidir la lampe! Plus la LED est puissante, plus elle chauffe!

100 Flux relatif (%) Les lampes Affirmation : la durée de vie d une LED est supérieure à h Spot à LED 26 W Temps (h) Etanche Semi étanche Ouvert LEDs magazine 51 week news letter November 2007 Il en va autrement dans un luminaire

101 Les lampes LED: applications

102 Les lampes LED: applications Spot Downlight Remplace lampes fluocompactes Eclairage de sécurité Eclairage extérieur

103 Les lampes Rentabilité des LEDs 1000 heures Nombres d'heures d'allumage Coût de remplacement d'une ampoule 3 Tarif électricité 0,15 /kwh

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LA VENTILATION HYGIÉNIQUE François LECLERCQ et Thomas LECLERCQ MATRIciel sa Bilan énergétique

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement Choix technique du système HVAC et ECS dans le logement collectif et assimilé Thomas GOETGHEBUER MATRIciel sa Objectif(s) de la présentation

Plus en détail

Technologies de chauffage

Technologies de chauffage Technologies de chauffage Les différents types de systèmes Formation à la Procédure d Avis Énergétique Sommaire Production Chauffages décentralisés Chauffage central : chaudières à brûleur pulsé Chauffage

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE Thomas GOETGHEBUER MATRIciel

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Outils de diagnostic pour la rénovation Bruxelles Environnement Points d'attention sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire (AUDIT INSTALLATIONS) Gauthier KEUTGEN

Plus en détail

Centre d Accueil des Heures Claires. AGRANDISSEMENT DE LA RESIDENCE LEON D ANDRIMONT à LIMBOURG. Présentation, le 24 janvier 2013

Centre d Accueil des Heures Claires. AGRANDISSEMENT DE LA RESIDENCE LEON D ANDRIMONT à LIMBOURG. Présentation, le 24 janvier 2013 Centre d Accueil des Heures Claires. AGRANDISSEMENT DE LA RESIDENCE LEON D ANDRIMONT à LIMBOURG. Présentation, le 24 janvier 2013 SITUATION EXISTANTE SITUATION EXISTANTE SITUATION EXISTANTE SITUATION EXISTANTE

Plus en détail

Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry

Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry Fabrice DERNY ICEDD Le Complexe Sportif du Blocry 3 ans 18 5 m² et 19 salles de sports (occupées de 9 à 23h 36 j/an) 9 terrains de tennis couverts (bulles)

Plus en détail

Diagnostic du logement

Diagnostic du logement Diagnostic du logement Mise à jour novembre 2014 Fiche réalisée par Héliose Les 5 clés de la basse consommation ❶ Isolation de l enveloppe ❺ Energies renouvelables ❷ Ventilation et étanchéité à l air ❹

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Chauffage et eau chaude sanitaire: conception et régulation Bruxelles Environnement Flux énergétiques dans le système de chauffage/ecs sur base de trois exemples Jonathan FRONHOFFS

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS): conception et régulation Bruxelles Environnement Systèmes d émission de chaleur : principes et enjeux Raphaël Capart ICEDD asbl

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

La ventilation en rénovation r Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur.

La ventilation en rénovation r Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur. La ventilation en rénovation r : Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur Octobre 2010 Introduction Il s agit de présenter ici le point de vue d un maître

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS): conception et régulation Bruxelles Environnement Systèmes de production de chaleur : principes et enjeux Raphaël Capart ICEDD asbl

Plus en détail

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES ARCHITECTURE ET CREATION Rue Jules Antheunis n 44/1-7030 MONS - Tél. : 065/36.46.07 & Fax : 065/35.50.09 -

Plus en détail

Cycle de formation énergie environnement 2015-2016

Cycle de formation énergie environnement 2015-2016 Cycle de formation énergie environnement 2015-2016 Ventilation générale des bâtiments : concepts techniques et applications pratiques dans les immeubles de logements Martial Götz Présentation du : 19.11.2015

Plus en détail

ACTIONS CONCRÈTES D'UTILISATION RATIONNELLE DE L'ENERGIE

ACTIONS CONCRÈTES D'UTILISATION RATIONNELLE DE L'ENERGIE ACTIONS CONCRÈTES D'UTILISATION RATIONNELLE DE L'ENERGIE Dernière révision du document : août 215 Via les tableaux suivants, consacrés aux différents postes énergivores (excepté le transport), vous trouverez

Plus en détail

CONSTRUIRE avec l ÉNERGIE. Cycle technique M3 :INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE. Printemps 2009. PY Franck (ULg-DGSE) B Georges (ULg-LTAS)

CONSTRUIRE avec l ÉNERGIE. Cycle technique M3 :INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE. Printemps 2009. PY Franck (ULg-DGSE) B Georges (ULg-LTAS) CONSTRUIRE avec l ÉNERGIE naturellement! Engagement Volontaire des Architectes & des Entreprises Cycle technique M3 :INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE Printemps 2009 PY Franck (ULg-DGSE) B Georges (ULg-LTAS)

Plus en détail

Un système de chauffage encore plus performant en rénovation

Un système de chauffage encore plus performant en rénovation Un système de chauffage encore plus performant en rénovation Chauffage 1 Chauffage Evaluer : diagnostic énergétique d une installation existante (où part le combustible, notion de pertes et de rendement)

Plus en détail

Eddy Cloutier ing. PA LEED, PCMV

Eddy Cloutier ing. PA LEED, PCMV Récupération de chaleur Les technologies et leurs applications CONGRÈS DE L AGPI 2009 Eddy Cloutier ing. PA LEED, PCMV Plan de match! Introduction Les 3R de l énergie d un bâtiment Où l énergie s enfuit-elle?

Plus en détail

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 ENERGY BREAKFAST Le chauffage de votre entreprise 2 TABLE DES MATIERES Le chauffage : C EST IMPORTANT! Diverses techniques de chauffage Nouvelles techniques de chauffe La

Plus en détail

Condens 5000 FM Chaudière sol gaz à condensation. Chauffage avec ballon ECS intégré.

Condens 5000 FM Chaudière sol gaz à condensation. Chauffage avec ballon ECS intégré. Chaudière sol gaz à condensation. Chauffage avec ballon ECS intégré. FBGC 4C R S00 N Chauffage + ECS stratifiée par ballon intégré FBGC C R S00 N Chauffage + ECS stratifiée par ballon intégré FBGC C R

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Pompe à Chaleur Air / Eau Haute Température

Pompe à Chaleur Air / Eau Haute Température Pompe à Chaleur Air / Eau Haute Température Gamme L É N E R G I E E S T N O T R E A V E N I R, É C O N O M I S O N S - L A. * La culture du Meilleur Pour le chauffage et l eau chaude sanitaire des maisons

Plus en détail

Formation L énergie. dans les bâtiments durables. Bruxelles Environnement AUDIT INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE. Jonathan MATTHEWS ICEDD

Formation L énergie. dans les bâtiments durables. Bruxelles Environnement AUDIT INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE. Jonathan MATTHEWS ICEDD Formation L énergie dans les bâtiments durables Bruxelles Environnement AUDIT INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE Jonathan MATTHEWS ICEDD Objectifs de la présentation Identifier les principaux manquements dans

Plus en détail

Audit énergétique de l'installation de chauffage Production d'eau chaude Distribution d'eau chaude et émission Gestion

Audit énergétique de l'installation de chauffage Production d'eau chaude Distribution d'eau chaude et émission Gestion Audit énergétique de l'installation de chauffage Production d'eau chaude Distribution d'eau chaude et émission Gestion Production d'eau chaude Méthode et page de calcul établie par l'équipe Architecture

Plus en détail

CARACTERISTIQUES du BATIMENT. ENVELOPPE et BATI

CARACTERISTIQUES du BATIMENT. ENVELOPPE et BATI CARACTERISTIQUES du BATIMENT Type de bâtiment : Maison individuelle Année de construction : Entre 1948 et 1974 Forme du bâtiment : Longueur : 12,10 m Largeur : 6,10 m Surface Shon : 109,00 m² Surface hab.

Plus en détail

Les phases du projet pas à pas... La bonne manière de placer une PAC...?! Case study. Etapes suivies par l'installateur...

Les phases du projet pas à pas... La bonne manière de placer une PAC...?! Case study. Etapes suivies par l'installateur... Etude de cas - résultats de la rénovation d'une habitation existante avec intégration d'une pompe à chaleur air/eau dans une installation de chauffage existante : dimensionnement et conception de l'installation

Plus en détail

Streamline. Chaudière gaz à condensation murale. 16 H / 25 H 16/24 S 25/32 S 25/32 Flash. MHG Mieux, tout simplement.

Streamline. Chaudière gaz à condensation murale. 16 H / 25 H 16/24 S 25/32 S 25/32 Flash. MHG Mieux, tout simplement. Streamline Chaudière gaz à condensation murale 16 H / 25 H 16/24 S 25/32 S 25/32 Flash MHG Mieux, tout simplement. Streamline Streamline : technique et rendement au meilleur prix Avec la série Streamline,

Plus en détail

Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux

Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux En se lançant dans ce projet de rénovation de leur maison des années 1970, les propriétaires ont choisi de faire

Plus en détail

Comparaison des différents systèmes de production d'eau chaude

Comparaison des différents systèmes de production d'eau chaude Choisir un système de production d'eau chaude Comparaison des différents systèmes de production d'eau chaude - 1. Le chauffe eau instantané - 2. Le boiler électrique - 3. Le boiler combiné avec une chaudière

Plus en détail

Que nous enseigne la base de données PAE?

Que nous enseigne la base de données PAE? Que nous enseigne la base de données PAE? Séminaire auditeurs PAE 8 juin 2009 Nicolas Heijmans, ir Division Energie et Climat CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 00/00/2006 Contenu

Plus en détail

Plus de 15% d'économie d'énergie. 10 à 15% d'économie d'énergie

Plus de 15% d'économie d'énergie. 10 à 15% d'économie d'énergie MAZOUTMASSUIR.BE Utilisation rationnelle de l'énergie Légende: Chacun devrait considérer qu'il est de son devoir d'utiliser l'énergie de la façon la plus rationnelle possible. Ceci favorise non seulement

Plus en détail

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS L'isolation est plus rentable que les équipements de production. Quel objectif? Les pertes de chaleur par le toit et les murs représentent la moitié des dépenses de chauffage.

Plus en détail

Travaux permettant de réaliser des économies d'énergie

Travaux permettant de réaliser des économies d'énergie Travaux permettant de réaliser des économies d'énergie Espace Info Energie de la CoVe eie.carpentras@aere-asso.com 0490362509 Avec le soutien de : Isolation par l'intérieur des murs extérieurs Isolation

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : 1 Formation Bâtiment Durable : ENERGIE PASSIF/BASSE ENERGIE Bruxelles Environnement ECLAIRAGE ARTIFICIEL : INTRODUCTION THÉORIQUE Thomas GOETGHEBUER MATRICIEL Objectif de la présentation Notion de base

Plus en détail

Projet soutenu par. 24 juin 2015 Ulg Campus d Arlon Pauline ABRAHAMS Equipe BEMS pabrahams@ulg.ac.be

Projet soutenu par. 24 juin 2015 Ulg Campus d Arlon Pauline ABRAHAMS Equipe BEMS pabrahams@ulg.ac.be Projet soutenu par 24 juin 2015 Ulg Campus d Arlon Pauline ABRAHAMS Equipe BEMS pabrahams@ulg.ac.be L équipe de recherche BEMS Le concept de maison E+ VallEnergie : action 3 simulation de maisons à énergie

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement Fabrice DERNY La géothermie MATRIciel SA Objectif(s) de la présentation Cerner les objectifs et les domaines d application de la géothermie

Plus en détail

Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010

Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010 Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010 08h. 12h. 13h. 17h. 18h. 22h. lundi mardi mercredi jeudi vendredi samedi dimanche École École École École École Clubs Manifestation École École Clubs École

Plus en détail

Bouches de soufflage chauffantes ECO LA MARQUE DES PROS Chauffage par ventilation pour maisons passives.

Bouches de soufflage chauffantes ECO LA MARQUE DES PROS Chauffage par ventilation pour maisons passives. LA MARQUE DES PROS Bouches de soufflage chauffantes ECO Chauffage par ventilation pour maisons passives. Bouches de soufflage chauffantes ECO Chauffage par ventilation pour maisons passives La récupération

Plus en détail

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage A.Tilmans Laboratoire caractéristiques énergétiques

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

AEROTHERMES GAZ MODULANTS A CONDENSATION AGMC

AEROTHERMES GAZ MODULANTS A CONDENSATION AGMC FABRICANT D AEROTHERMES, ROOF-TOP, GENERATEURS D AIR CHAUD, TUBES RADIANTS N Constructeur : AQP 0027 AEROTHERMES GAZ MODULANTS A CONDENSATION Performances et Rendements Elevés (jusqu à 105%) Pas d émission

Plus en détail

CARACTERISTIQUES du BATIMENT

CARACTERISTIQUES du BATIMENT CARACTERISTIQUES du BATIMENT Type de bâtiment : Maison individuelle Année de construction : Entre 1948 et 1974 Forme du bâtiment : Avec décrochement Longueur : 1 m Largeur : 1 m Surface Shon : 202,40 m²

Plus en détail

Concevoir une nouvelle installation de chauffage

Concevoir une nouvelle installation de chauffage Concevoir une nouvelle installation de chauffage A quoi faut-il être attentif lorsque l on remplace une installation de chauffage? Ir. M. Demol ygnis@skynet.be Concevoir une nouvelle installation de chauffage

Plus en détail

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind made in Belgium With the future in mind HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC Chaudière au gaz à condensation, à fonction double HeatMaster TC à condensation pour le chauffage central HeatMaster

Plus en détail

Workshop Energie (13 mai 2009)

Workshop Energie (13 mai 2009) Workshop Energie (13 mai 2009) Atelier B Réduire ses consommations, quelques actions concrètes Olivier CAPPELLIN & David LE FORT Conseillers en énergie Chemin du Stockoy 3 B-1300 WAVRE Tél: 010/47.19.43

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques

Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques Bruxelles Environnement PRODUCTION D'ECS : QUELLES SONT LES CARACTÉRISTIQUES FONDAMENTALES DES DIFFÉRENTS SYSTÈMES? Jonathan

Plus en détail

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE Didier ROSPIDE - Sandra RIPEAU 15/03/12 Présentation Bâtiments passifs CCI Plan de la conférence Présentation du concept Passif Le 1ère

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : La PEB en 2015 : Comment l appliquer? Bruxelles Environnement Exemple 1 : Habitation individuelle Thomas LECLERCQ - Manuel da CONCEIÇÃO NUNES MATRIciel Objectif de la présentation

Plus en détail

La gestion intelligente des bâtiments

La gestion intelligente des bâtiments La gestion intelligente des bâtiments Les différentes possibilités pour rendre les bâtiments plus efficaces énergétiquement Mardi 1 avril 2014 Sommaire 0/ Le contexte général 1/ Le jeu de rôle de la construction

Plus en détail

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE Ecole des Métiers de l Environnement Campus de Ker Lann Rennes 35170 BRUZ Tél. : 02.99.05.88.00./ Fax. : 02.99.05.88.09. http://www.ecole-eme.com Auteurs : BOTREL Yohann Section : DEPS EREE DESGRANGES

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. Vestiaire stade des Gripôts

AUDIT ENERGETIQUE. Vestiaire stade des Gripôts DELTAWATT AUDIT ENERGETIQUE Vestiaire stade des Gripôts DELTAWATT Audit Energétique Saint Sebastien sur Loire - Janvier 2007 Vestiaires stade des Gripôts - 1/11 503 - VESTIAIRES DES GRIPOTS copyright IGN

Plus en détail

Vivadens C h a u d i è r e m u r a l e à C o n d e n s a t i o n

Vivadens C h a u d i è r e m u r a l e à C o n d e n s a t i o n C h a u d i è r e m u r a l e à C o n d e n s a t i o n ÉCONOMIES D ÉNERGIE EAU CHAUDE À VOLONTÉ ULTRA COMPACTE ET ULTRA LÉGÈRE LE MEILLEUR INVESTISSEMENT EN CONDENSATION L E SSE NTI E L DE LA CON DE

Plus en détail

ventilez chauffez votre eau CRÉDIT D IMPÔTS* vmc BBC + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix 2 facilité d intégration

ventilez chauffez votre eau CRÉDIT D IMPÔTS* vmc BBC + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix 2 facilité d intégration vmc BBC + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix Les P r o d u i t s facilité d intégration facilité d installation gains énergétiques renforcés : rendement stable quelle que soit la température

Plus en détail

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique :

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Maison BBC : Bâtiment Basse Consommation Lors de la vente ou

Plus en détail

Situation Maison ouvrière bruxelloise de la fin du 19e siècle, située au coeur

Situation Maison ouvrière bruxelloise de la fin du 19e siècle, située au coeur Rénovation d une maison ouvrière bruxelloise Laurent Collignon David Dardenne 1040 Bruxelles 1 Situation Maison ouvrière bruxelloise de la fin du 19e siècle, située au coeur d E t t e r b e e k. Sa localisation

Plus en détail

Et la ventilation créa l eau chaude

Et la ventilation créa l eau chaude VENTILATION DOUBLE EFFET VMC BBC + CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE Les P r o d u i t s 75 % D ÉCONOMIES SUR LA CONSOMMATION LIÉE À L EAU CHAUDE CHAUFFAGE DE L EAU JUSQU À 62 C AVEC LA POMPE À CHALEUR 10 %

Plus en détail

L'innovation certifiée depuis 1892 Gialix - JUIN 2013

L'innovation certifiée depuis 1892 Gialix - JUIN 2013 L'innovation certifiée depuis 1892 Gialix de 0,7 à 196 kw Chaudières électriques murales Une chaudière exceptionnelle aux performances exceptionnelles! Remplace facilement tout type de chaudière Silencieuse

Plus en détail

T.Flow. Le système qui ré-invente l eau chaude. 1 SYSTEME 2 FONCTIONS. Bienvenue dans un monde tempéré. SYSTEMES DE TEMPERATION DOMESTIQUE

T.Flow. Le système qui ré-invente l eau chaude. 1 SYSTEME 2 FONCTIONS. Bienvenue dans un monde tempéré. SYSTEMES DE TEMPERATION DOMESTIQUE SYSTEMES DE TEMPERATION DOMESTIQUE T.Flow Le système qui ré-invente l eau chaude. SYSTEME Ventiler Produire l ECS 2 FONCTIONS Bienvenue dans un monde tempéré. Système de Températion Domestique T.Flow Bienvenue

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes à haut rendement équipées de moteurs à aimant permanent ou de «moteurs EC» (Electronic Commutation) sont jusqu à 3x plus efficientes

Plus en détail

ENVIRODEBAT : LA VMC DOUBLE- FLUX ET SES ALTERNATIVES INTRODUCTION: LA VMC DOUBLE FLUX

ENVIRODEBAT : LA VMC DOUBLE- FLUX ET SES ALTERNATIVES INTRODUCTION: LA VMC DOUBLE FLUX ENVIRODEBAT : LA VMC DOUBLE- FLUX ET SES ALTERNATIVES INTRODUCTION: LA VMC DOUBLE FLUX Karine Pellerey BET ADRET 09/04/15 Pourquoi ventiler les bâtiments? Pour évacuer l humidité de l air et éviter les

Plus en détail

Les conseils utiles pour votre logement

Les conseils utiles pour votre logement Les conseils utiles pour votre logement Habitat Nord Deux-Sèvres 7 rue Claude Debussy - 79 100 THOUARS w w w. h a b i t a t - n o r d 7 9. f r Aujourd hui, vous prenez possession de votre nouvelle habitation.

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes de circulation des sociétés membres d Europump portent le label volontaire «Energy», qui utilise le classement de A à G déjà bien

Plus en détail

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire Service d information sur les économies d énergie Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire 1 Préparation de l eau chaude sanitaire 2 1) Différents systèmes de production A Chaudière combinée

Plus en détail

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation»

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Mercredi de l info du 22 février 2012 Conseil et Réseaux Bureau d études Bâtiment et Process «Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Vincent DUBAR Chef de projets

Plus en détail

VERSION CHEMINÉE OU VENTOUSE

VERSION CHEMINÉE OU VENTOUSE Aqualia Chaudières murales AQUALIA CHAUFFAGE SEUL 2 MODÈLES DE 9 À 24 KW AQUALIA PACK CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE PAR BALLON SÉPARÉ (MURAL OU SOL) 4 MODÈLES DE 9 À 24 KW GARANTIE 2 ANS AQUALIA MI

Plus en détail

Fédépassif février 2014. 31, rue de la Vedette 67700 Saverne Tél 09 72 34 89 59 www.fedepassif.fr. Jean Claude Tremsal

Fédépassif février 2014. 31, rue de la Vedette 67700 Saverne Tél 09 72 34 89 59 www.fedepassif.fr. Jean Claude Tremsal Fédépassif février 2014 31, rue de la Vedette 67700 Saverne Tél 09 72 34 89 59 www.fedepassif.fr Jean Claude Tremsal Le fonctionnement d un bâtiment La conception Historique du renouvellement de l air

Plus en détail

Généralités. Les 8 points de la RT «élément par élément» Exemples de rénovation

Généralités. Les 8 points de la RT «élément par élément» Exemples de rénovation LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «ÉLÉMENT PAR ÉLÉMENT» Généralités «élément par élément» Exemples de rénovation 1 Généralités LA RT GÉNÉRALITÉS Parc existant résidentiel et non

Plus en détail

Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps

Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps Isofast 21 Condens Isotwin Condens Isomax Condens condens Chaudières murales gaz condensation accumulées dynamiques Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps La gamme Iso à condensation est la

Plus en détail

électrique Gialix offre la solution de chauffage central ple et la plus souple pour le neuf ou la rénovation

électrique Gialix offre la solution de chauffage central ple et la plus souple pour le neuf ou la rénovation électrique Gialix offre la solution de central ple et la plus souple pour le neuf ou la rénovation Retour Aquastat de sécurité circuit radiateur MODULANTE ET SILENCIEUSE Gialix est la seule chaudière électrique

Plus en détail

SE CHAUFFER ET PREPARER L'EAU CHAUDE SANITAIRE AU MOYEN DE SYSTEMES PERFORMANTS

SE CHAUFFER ET PREPARER L'EAU CHAUDE SANITAIRE AU MOYEN DE SYSTEMES PERFORMANTS SE CHAUFFER ET PREPARER L'EAU CHAUDE SANITAIRE AU MOYEN DE SYSTEMES PERFORMANTS Le système de chauffage et de production de chaleur fait partie des postes à contrôler pour assurer la rationalisation des

Plus en détail

Enveloppe performante

Enveloppe performante Enveloppe performante Quelle approche pour le chauffagiste? Quel type de producteur de chaleur choisir? SANYDRO MAINTENANCE Enveloppe performante - quelle attitude 1 Structure exposé : 1/ Rappel : le surdimensionnement

Plus en détail

boilers pompe à chaleur L eau chaude ne vous aura jamais paru aussi agréable

boilers pompe à chaleur L eau chaude ne vous aura jamais paru aussi agréable boilers pompe à chaleur L eau chaude ne vous aura jamais paru aussi agréable 1 boilers pompe à chaleur Midea est au niveau mondial un des plus important producteur de pompe à chaleur et de climatiseur

Plus en détail

Notions sur les différentes Chaudières au sol

Notions sur les différentes Chaudières au sol TECHNIQUES DES INSTALLATIONS SANITAIRES Nom : ET ENERGIES THERMIQUES Chaudières au sol Section énergétique Mr CHENUIL Notions sur les différentes Chaudières au sol On donne : Un dossier ressource définissant

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE 1. Introduction Une installation de climatisation centralisée est constituée d un ensemble de matériels ayant les fonctions suivantes

Plus en détail

GVX 124 SUN CONDENS CHAUDIÈRE AU SOL À SYSTÈMES COMBINÉS GAZ CONDENSATION ET E.C.S. SOLAIRE

GVX 124 SUN CONDENS CHAUDIÈRE AU SOL À SYSTÈMES COMBINÉS GAZ CONDENSATION ET E.C.S. SOLAIRE CHAUDIÈRE AU SOL À SYSTÈMES COMBINÉS GAZ CONDENSATION ET E.C.S. SOLAIRE Chauffage et production d eau chaude sanitaire avec préparateur solaire intégré, puissance 6 à 24 kw LA COMBINAISON GAGNANTE DU CHAUFFAGE

Plus en détail

Chaudières gaz à condensation VITODENS 100-W. climat d innovation

Chaudières gaz à condensation VITODENS 100-W. climat d innovation Chaudières gaz à condensation VITODENS 100-W climat d innovation Vitodens 100-W Performances, longévité, prix séduisant 2/3 VITODENS 100-W Performances, longévité, prix séduisant Vous cherchez une chaudière

Plus en détail

Notions sur les différents systèmes de chauffage

Notions sur les différents systèmes de chauffage TECHNIQUES DES INSTALLATIONS SANITAIRES Nom : ET ENERGIES THERMIQUES Les réseaux de chauffage Section énergétique Mr CHENUIL Notions sur les différents systèmes de chauffage On donne : Un dossier ressource

Plus en détail

Les conseils utiles pour votre logement

Les conseils utiles pour votre logement Les conseils utiles pour votre logement Habitat Nord Deux-Sèvres 7 rue Claude Debussy - 79 100 THOUARS w w w. h a b i t a t - n o r d 7 9. f r Aujourd hui, vous prenez possession de votre nouvelle habitation.

Plus en détail

CONSTRUIRE avec l ÉNERGIE. Engagement Volontaire des Architectes & des Entreprises La ventilation des habitations. Janvier 2009

CONSTRUIRE avec l ÉNERGIE. Engagement Volontaire des Architectes & des Entreprises La ventilation des habitations. Janvier 2009 CONSTRUIRE avec l ÉNERGIE naturellement! Engagement Volontaire des Architectes & des Entreprises La ventilation des habitations Janvier 2009 CSTC-CCW-FPMs-IFAPME-UCL-ULg-UWA Exemple pratique D Calcul des

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement ECLAIRAGE ARTIFICIEL : INTRODUCTION THÉORIQUE Thomas GOETGHEBUER MATRICIEL Objectif de la présentation Notion de base de la photométrie Valeurs

Plus en détail

aéraulix 2 Aides ventilez * Financières produit conforme rt 2012 Des économies d énergie en toutes saisons Un confort optimal Une intégration simple

aéraulix 2 Aides ventilez * Financières produit conforme rt 2012 Des économies d énergie en toutes saisons Un confort optimal Une intégration simple chauffe-eau thermodynamique sur air extrait : ventilation et eau chaude aéraulix BÉNÉFICES produit conforme rt 0 Des économies d énergie en toutes saisons Un confort optimal Une intégration simple ventilez

Plus en détail

Voici quelques petites astuces à mettre en place afin de vous faire économiser

Voici quelques petites astuces à mettre en place afin de vous faire économiser Voici quelques petites astuces à mettre en place afin de vous faire économiser Éclairage L'éclairage représente en moyenne 15% d'une facture d'électricité. Pour en diminuer sa charge profitez au maximum

Plus en détail

Situé au 1, rue du Capitaine Flottes à Pamiers

Situé au 1, rue du Capitaine Flottes à Pamiers E X P E R T D U D. P. E L O C A T I F Diagnostic de Performance Energétique Pour la location Appartement N 1 T2 DOCUMENT LOCATAIRE Situé au 1, rue du Capitaine Flottes à Pamiers Rapport N 5215022008 réalisée

Plus en détail

AQUACONDENS CHAUFFAGE SEUL 1 MODÈLE MODULANT DE 6 À 25 KW AQUACONDENS PACK CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE AQUACONDENS MI

AQUACONDENS CHAUFFAGE SEUL 1 MODÈLE MODULANT DE 6 À 25 KW AQUACONDENS PACK CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE AQUACONDENS MI Aquacondens Chaudières murales à condensation AQUACONDENS CHAUFFAGE SEUL 1 MODÈLE MODULANT DE 6 À 25 KW AQUACONDENS PACK CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE PAR BALLON SÉPARÉ 2 MODÈLES MODULANT DE 6 À 25

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔTS* VMc BBc + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix. les 5 CHAUFFE-EAU

CRÉDIT D IMPÔTS* VMc BBc + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix. les 5 CHAUFFE-EAU VMc BBc + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix les P r o d u i t s 75 % D ÉconoMies sur la consommation liée À l eau chaude chauffage De l eau JusQu À 62 c avec la PoMPe À chaleur 10 %

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14 Récapitulatif du l audit énergétique de NOGENT SUR OISE 1 Sommaire I. Introduction... 3 II.

Plus en détail

TD de thermique de l habitat 1

TD de thermique de l habitat 1 TD de thermique de l habitat 1 - Td 3-1 Etude des déperditions d un pavillon F3 On étudie le pavillon F3, situé à Blois (41) dont le plan de masse est donné ci-dessous. La ventilation de ce pavillon est

Plus en détail

Les principes : Concilier économies et confort. Le chauffage : Isolation des combles perdus. Calfeutrer les fenêtres. Doubler les vitrages.

Les principes : Concilier économies et confort. Le chauffage : Isolation des combles perdus. Calfeutrer les fenêtres. Doubler les vitrages. Les principes : TRUCS ET ASTUCES A LA MAISON Réaliser des économies ce n est surtout pas se priver de confort. C est : De la sobriété : n utiliser que ce qui est utile. De l efficacité : utiliser des équipements

Plus en détail

LA RENOVATION ENERGETIQUE. atelier o

LA RENOVATION ENERGETIQUE. atelier o LA RENOVATION ENERGETIQUE LA RENOVATION ENERGETIQUE 1. DIAGNOSTIC Pourquoi rénover? Que faut-il rénover? Comment s y prendre? 2. SOLUTIONS Remplacement du chauffage Capteurs solaires Isolation de l enveloppe

Plus en détail

Améliorer une installation de chauffage existante Concevoir une nouvelle installation de chauffage. Namur, 07/02/2013 -

Améliorer une installation de chauffage existante Concevoir une nouvelle installation de chauffage. Namur, 07/02/2013 - Améliorer une installation de chauffage existante Concevoir une nouvelle installation de chauffage Ir. Michel DEMOL Namur, 07/02/2013 - Dans le cadre de la formation URE non marchand de Wallonie Objectifs

Plus en détail

Rénovation thermique de votre logement

Rénovation thermique de votre logement Audits et conseils énergétiques Rénovation thermique de votre logement Réalisé par : Guy LAMOUR Pour : Mr et Mme LEFRANC à LANDAS Le : 19/03/2015 Guy Lamour : conseiller indépendant en rénovation thermique

Plus en détail

Quinta 25/30s et 28/35c

Quinta 25/30s et 28/35c Fiche produit Quinta 25/30s et 28/35c Quinta 25/30s et 28/35c Chaudière murale à condensation Avec ou sans production ECS intégrée Quinta 25/30s et 28/35c Remeha Quinta 25/30s et 28/35c Les Remeha Quinta

Plus en détail

Renovent Sky 150 et 300

Renovent Sky 150 et 300 Ventilation double flux haut rendement compacte NOUVEAU Centrales de ventilation mécanique double flux haut rendement idéales pour les projets neufs en logements collectifs ou de rénovation en maisons

Plus en détail

Initia Plus HTE Chaudière murale gaz à condensation

Initia Plus HTE Chaudière murale gaz à condensation Initia Plus HTE Chaudière murale gaz à condensation Simplicité et performance : Tant en nouvelles constructions qu'en remplacement La nouvelle gamme de chaudières gaz à condensation Initia Plus a été spécialement

Plus en détail

récupération d énergie > bâtiments tertiaires > récupérateurs avec rafraîchissement intégré Récupérateur haute performance avec PAC intégrée Nouveau

récupération d énergie > bâtiments tertiaires > récupérateurs avec rafraîchissement intégré Récupérateur haute performance avec PAC intégrée Nouveau Nouveau Récupérateur haute performance avec PAC intégrée ÆÆTarifs p. 1142 ÆÆPièces détachées p. 1947 échangeur Contre-flux Moteur Basse consommation ECM RAFRAICHISSEMENT PAC intégrée InsTAllation Intérieur

Plus en détail

Quels sont les types de pompes à chaleur les plus couramment utilisés pour la production de chauffage des bâtiments et la production d'eau chaude?

Quels sont les types de pompes à chaleur les plus couramment utilisés pour la production de chauffage des bâtiments et la production d'eau chaude? Qu'est-ce qu'une pompe à chaleur? Une pompe à chaleur est un frigo qui fonctionne à l'envers. Une pompe à chaleur est capable de capter l'énergie à l'extérieur et de la restituer à l'intérieur. Par exemple,

Plus en détail

Fiche produit GAS 210 ECO PRO ECO PRO. Chaudière à condensation compacte pour un rendement optimal

Fiche produit GAS 210 ECO PRO ECO PRO. Chaudière à condensation compacte pour un rendement optimal Fiche produit GAS 210 ECO PRO GAS 210 ECO PRO Chaudière à condensation compacte pour un rendement optimal Les points forts en résumé. GAS 210 ECO PRO Remeha GAS 210 ECO PRO La chaudière Gas 210 ECO Remeha

Plus en détail

Il s agit d identifier et de selectionner un type d émetteurs

Il s agit d identifier et de selectionner un type d émetteurs Objectif : Il s agit d identifier et de selectionner un type d émetteurs On donne : Un dossier ressource définissant : o Le rôle des radiateurs o Les différents types de radiateurs o Les règles de pose

Plus en détail