Le bien commun selon Jacques Maritain

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le bien commun selon Jacques Maritain"

Transcription

1 ETAT ET BIEN COMMUN Colloque interdisciplinaire à la mémoire du Prof. Roger Berthouzoz O.P. 7 8 juin 2006 Le bien commun selon Jacques Maritain Conférence du Professeur Jean-Jacques Friboulet Département d'economie Politique, Université de Fribourg, CH

2 2 Le bien commun Dans les droits de l'homme et la loi naturelle 1, publié en 1942, J. Maritain résume sa vision des droits de l'homme et du bien commun. Ce livre s'adresse au grand public. L'auteur y propose une mise en ordre de notions fondamentales de philosophie politique. Il s'agit pour lui de mettre à jour les principes d'un humanisme politique fondé sur le respect de la personne humaine, de sa dignité et de ses droits. Le contexte n'est pas indifférent. En 1942, J. Maritain est en exil à New York et veut apporter par sa plume sa contribution à la résistance européenne est également une année difficile dans le conflit qui oppose les démocraties aux totalitarismes. Au printemps 1942, l'allemagne et le Japon, l'italie même, grâce à l'aide allemande ont atteint leur plus grande expansion territoriale. L'Allemagne a envahi l'urss et le Japon occupe toute l'asie de l'est. Le livre de J. Maritain est donc un livre de combat. Mais paradoxalement l'auteur y atteint l'universalité en décelant les enjeux d'humanité cachés dans la tragédie de la deuxième guerre mondiale. Pour un économiste contemporain, ces enjeux restent pertinents. Sur le fond les propos du philosophe sur le bien commun n'ont pas vieillis. Nous allons essayer de le montrer en trois points successifs qui concernent la définition, les fondements et la mise en œuvre du bien commun. 1. La définition du bien commun 1.1. Ce qu'il n'est pas Dès le début du premier chapitre intitulé "la société des personnes humaines", J. Maritain précise ce que n'est pas le bien commun. Il n'est pas un bien individuel ou une collection de biens individuels. En cela le philosophe s'oppose au libéralisme qui nie la dimension sociale de la personne humaine. La société pour J. Maritain n'est pas accessoire. Elle est une condition essentielle de l'épanouissement de la personne. Il s'ensuit que, dans sa dimension économique, le bien commun ne relève pas de la microéconomie mais de la macroéconomie. Pour échapper "à l'anarchie des atomes", l'économiste doit 1 J. Maritain, [1942], les droits de l'homme et la loi naturelle, publié dans Christianisme & démocratie, les droits de l'homme, préface de M. Fourcade, Paris, Desclée de Brouwer, 2005.

3 Le bien commun 3 réfléchir à la vie humaine du point de vue de l'ensemble et non pas simplement du point de vue des individus. Le clivage entre microéconomie et macroéconomie oppose encore aujourd'hui le libéralisme pur et dur d'origine anglo-saxonne et le libéralisme européen davantage préoccupé par les questions sociales. De ce que le bien commun n'est pas individuel, l'auteur déduit que le travail politique ne consiste pas simplement à veiller au respect de la liberté de chacun. Il doit contribuer à la reconnaissance des droits fondamentaux de chaque personne. L'auteur passe ainsi d'une vision en termes de libertés formelles à une vison en termes de libertés réelles, de construction de capacités, selon les mots du Prix Nobel d'économie A. Sen Ce qu'il est Le philosophe définit le bien commun comme la "bonne vie humaine pour la multitude". Il s'agit de donner à chacun et à chacune la mesure d'indépendance qui convient à la vie civilisée. Le bien commun ne consiste pas simplement à nourrir, loger, soigner et éduquer les personnes selon les mots de l'économiste F. Perroux. Il est une œuvre qui intègre des dimensions politique et spirituelle. "La personne a une dignité absolue parce qu'elle est dans une relation directe avec l'absolu dans lequel seule elle peut trouver son plein accomplissement" 2. Selon cette conception, le bien commun n'est propre ni au tout ni aux parties. C'est le bien que partage l'ensemble de la société et les éléments de celle-ci. Après avoir écarté la vision libérale du bien commun, J. Maritain en réfute la conception totalitaire. Le bien commun n'est pas propre à l'ensemble et donc à l'etat qu'il représente. Il doit être redistribué et concerne toutes les personnes. Dans la perspective des droits fondamentaux, cette idée suppose la définition de seuils en deçà desquels ces droits ne sont plus respectés. Ainsi l'onu a-t-elle mis en pratique cette conception dans ses objectifs du Millénaire. De même l'unesco a précisé ce qu'elle entend par éducation pour tous dans ses 2 J. Maritain, [2005], Christianisme & démocratie, p. 133.

4 4 Le bien commun conférences de Jomtien puis de Dakar 3. Dans notre pays, la LAMAL est une assurance obligatoire qui définit les prestations minimales pour l'accès de tous aux soins. Parce qu'il concerne toutes les personnes d'une société donnée, le bien commun est le fondement de l'autorité. Sur ce point l'économiste rencontre encore le philosophe quand il constate qu'une politique publique doit être acceptée et appropriée par les citoyens pour réussir. Cette appropriation ne peut-être fondée que sur la justice. Dans notre pays de démocratie directe, nombre de refus du peuple auraient été évités si le parlement avait pris en compte cette donnée. Pensons par exemple au rejet du paquet fiscal en 2005 ou aux difficultés rencontrées par la dernière révision de l'avs. Cette dimension de justice redistributive implique une rectitude des actions. Les politiques publiques ne peuvent convaincre de leur justesse que si les moyens s'accordent aux fins. Les procédures mises en œuvre doivent être équitables et à ce niveau l'éthique personnelle rejoint l'éthique sociale. 2. Les fondements du bien commun Un des points centraux de la thèse de J. Maritain est que la personne humaine ne s'engage pas dans la société politique en vertu de toutes ses qualités et potentialités. Si l'être humain est un animal politique comme le disait Aristote, il ne se réduit pas à cette double dimension. La conséquence de cette proposition est la nécessaire limitation du domaine du politique et de l'économique. On pourrait en dire autant du domaine de la technique ou du droit. Un exemple de ces limites de l'économie est le nécessaire encadrement du travail par des règles préservant la santé, le repos mais aussi la dimension spirituelle des personnes. La législation relative aux horaires de travail n'est pas 3 Sur ce sujet, cf. Institut interdisciplinaire d'éthique et des droits de l'homme, Association pour la promotion de l'éducation non formelle, [2005], La mesure du droit à l'éducation, tableau de bord de l'éducation pour tous au Burkina Faso, Paris, Karthala.

5 Le bien commun 5 qu'une question de rapport économique entre le travailleur et son employeur. Elle concerne la vie sociale en général et la dignité des personnes. Cet exemple montre qu'il existe une tension naturelle entre la personne et la société. Les recherches économiques récentes prouvent que les rapports sociaux ne peuvent se régler uniquement par le contrat commercial et la loi. Ils supposent l'existence de conventions qui intègrent une forte dimension sociale. La vision intégrée des dimensions de la personne humaine présentée par J. Maritain a quatre caractéristiques: - elle est personnaliste en ce que la société est un tout de personnes dont la dignité est antérieure logiquement à elle-même. On retrouve dans cette thèse la conception de la personne qui caractérise les philosophes des lumières de Grotius à Kant. - elle est communautaire car le bien commun est supérieur à celui des individus. Il le conditionne au sens d'une condition nécessaire. - elle est pluraliste car le développement de la personne requiert une pluralité de communautés autonomes. L'Etat ne peut mettre en œuvre le bien commun que si sa logique d'acteur croise les logiques privées et civiles. Le modèle de J. Maritain rejette l'idée d'un Etat-Providence au profit de celle d'un Etat qui s'occupe des tâches qui ne peuvent être réalisées de façon satisfaisante par les autres acteurs de la société. Cette thèse de la subsidiarité, qui traverse toute la doctrine sociale chrétienne, est bien connue des économistes. Elle est présente par exemple dans la Théorie générale de l'emploi de l'intérêt et de la monnaie de J. M. Keynes. On la retrouve dans les écrits contemporains sur les biens collectifs ou dans les travaux de la Banque Mondiale sur la place de l'etat. - elle est chrétienne en ce qu'elle reconnaît que Dieu est la source de toute dignité humaine. La dimension sociale de la personne est présente dès l'origine dans la dualité homme-femme. Mais pour le philosophe, si le bien commun est d'inspiration chrétienne, il est purement temporel. Il ne peut être sacralisé sous la forme d'une politique chrétienne ou d'une économie chrétienne. J. Maritain critique fermement l'idée d'une troisième voie. "Il n'y a qu'un bien commun temporel, celui de la société

6 6 Le bien commun politique, comme il n'y a qu'un bien commun surnaturel, celui du royaume de Dieu, qui est supra-politique" 4. Il faut signaler le courage de cette affirmation à un moment (1942) où l'europe du Sud est gouvernée par des pouvoirs qui cherchent à confondrent religion et politique. Nul n'est besoin d'en souligner également l'actualité en ce début de vingt et unième siècle où se développent des intégrismes de toute nature. 3. Comment construire le bien commun? Pour construire ce bien, J. Maritain insiste sur deux leviers: le développement du droit et de l'amitié civique. Comment ne pas penser en lisant ces phrases à l'affirmation de Jean-Paul II dans Centesimus Annus, rappelant que l'économie de marché a besoin d'un contexte juridique ferme. Comment ne pas faire le lien aussi avec la dernière encyclique de Benoît XVI où le pape indique que la justice ne peut se passer de la charité. Toutes ces idées nous renvoient à la nécessité de la loi mais également de la morale pour la construction du bien commun. C'est par le développement de l'empathie et la découverte de l'autre que peut être réalisé l'objectif recherché. Les économistes le comprennent s'ils mesurent l'apport des activités non marchandes à la vie sociale, quand ils observent l'action des ONG dans le développement ou s'ils reconnaissent l'importance de relations harmonieuses entre parents et enseignants pour la réussite de l'éducation de base. Pour illustrer le rôle conjoint de la loi et de l'amitié civique, prenons l'exemple de la prévention et du traitement des catastrophes naturelles. Il ne peut y avoir de prévention sans intervention de la loi pour définir les assurances correspondantes, pour préciser les responsabilités respectives des personnes et des collectivités. Mais il ne peut y avoir de traitement des catastrophes sans solidarité active au moyen de collectes et de dons. L'exemple du Tsunami en Asie en est un exemple frappant. L'amitié civique a, à cette occasion, fort heureusement dépassé les frontières. 4 J. Maritain, [2005], Christianisme & Démocratie, p.147.

7 Le bien commun 7 Au sujet de l'amitié civique, le philosophe note fort opportunément que "la société des amis ne peut exister entre des êtres trop distants les uns des autres" 5. L'évolution actuelle de la société nous rend plus proche grâce aux échanges avec les habitants des autres pays. Mais le danger existe que la mondialisation nous rende plus distants d'une partie de nos concitoyens ou même de notre propre famille. Pensons au phénomène des ghettos dans les banlieues ou des régions périphériques qui restent à l'écart des courants d'échanges. J. Maritain termine son propos sur le bien commun en soulignant qu'il est une œuvre d'ensemble. Il observe que les peuples et les personnes communiquent plus aisément dans une passion commune comme c'est le cas aujourd'hui pour la coupe du monde de football que dans un travail commun. L'œuvre réalisée en commun suppose la durée, l'effort patiemment poursuivi. Elle seule est cependant créatrice de capacités et donc de libertés réelles pour le plus grand nombre. Les économistes du développement ont critiqué les plans d'ajustement structurel du fonds monétaire international dans certains pays du Sud parce que ceux-ci y avaient hypothéqué la notion de communauté et donc d'etat. Le seul mécanisme du marché et le remboursement de la dette ont fait éclater la société en autant de sous-groupes ou d'individus qui ne perçoivent plus leur destin commun. La construction du bien commun exige une volonté et une constance dans l'effort qui supposent certes la liberté mais qui la dépasse. La mise sur pied d'une égalité des chances et d'une solidarité active sont des tâches qui telles celles de Sisyphe doivent être constamment renouvelées et mises à jour. Sur ce chemin, le petit livre de J. Maritain est un guide sûr à mettre entre toutes les mains. Je vous remercie Fribourg, juin J. Maritain, [2005], Christianisme & démocratie, p. 153.

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIERE D'AIDES D'ETAT Tableau de correspondance entre l'ancienne et la nouvelle numérotation des articles suite à l'entrée

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

Liberté Egalité Laïcité

Liberté Egalité Laïcité Liberté Egalité Laïcité «Si je voulais faire rire il y a 30 ans je parlais de religion, si je voulais intéresser je parlais de politique ; c'est l'inverse aujourd'hui» Michel Serres César et Dieu. Nombre

Plus en détail

La Constitution européenne

La Constitution européenne La Constitution européenne "Le Parlement européen approuve la Constitution et appuie sans réserve sa ratification"(*): elle éclaire la nature et les objectifs de l'union, renforce son efficacité et son

Plus en détail

l'essence de chaque chose se trouve dans la chose même. matière forme

l'essence de chaque chose se trouve dans la chose même. matière forme que des ombres projetées contre la paroi. C'est le monde de l'existence, sensible, et comme les hommes ne peuvent pas voir autre chose, ils sont dans l'ignorance et pensent que c'est le monde réel. L'un

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition.

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Rapport Reda, tableau comparatif Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Alors que Julia Reda appelait à une harmonisation hâtive et à un élargissement

Plus en détail

La prise illégale d intérêts

La prise illégale d intérêts La prise illégale d intérêts Valeurs sociales protégées : Il s agit simplement de préserver, d une part, la probité dans la gestion des affaires publiques en respectant le vieil adage " nul ne peut servir

Plus en détail

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I ENSIIE Macroéconomie - Chapitre I Le 13 avril 2013 Table des matières 1 Introduction 2 2 La théorie Keynésienne 3 2.1 Keynes......................................... 3 2.2 Quelques ordres de grandeur.............................

Plus en détail

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Déclaration concernant la promotion parmi les jeunes des idéaux de paix, de respect mutuel et de compréhension entre les peuples (Droit des enfants et des jeunes)

Plus en détail

2. Eléments de langage/speaking points

2. Eléments de langage/speaking points A10278 - Mme Quintin participe à la conférence "Gérer les transitions: l'orientation tout au long de la vie dans l'espace européen." Lyon, 17-18 septembre 2008 2. Eléments de langage/speaking points [Salutations

Plus en détail

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE Dr Jean-Marie FAROUDJA La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Distribution limitée IFAP-2008/COUNCIL.V/3 4 février 2008 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Conseil intergouvernemental du Programme Information

Plus en détail

Intitulé Matière semestre année CM TD ECTS Département de rattachement Allemand 2 L1 24 2 Administration économique et sociale Allemand 2 L2 24 2

Intitulé Matière semestre année CM TD ECTS Département de rattachement Allemand 2 L1 24 2 Administration économique et sociale Allemand 2 L2 24 2 Intitulé Matière semestre année CM TD ECTS Département de rattachement Allemand 2 L1 24 2 Administration économique et sociale Allemand 2 L2 24 2 Administration économique et sociale Allemand 2 M1 9 1

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg LES DROITS CULTURELS Déclaration de Fribourg Les droits culturels, Déclaration de Fribourg, page 2 considérants 1 principes fondamentaux 2 définitions justifications principes et définitions 3 identité

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

ASSOCIATION DES GROUPES DE RESSOURCES TECHNIQUES DU QUÉBEC (AGRTQ) CODE D'ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE

ASSOCIATION DES GROUPES DE RESSOURCES TECHNIQUES DU QUÉBEC (AGRTQ) CODE D'ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE ASSOCIATION DES GROUPES DE RESSOURCES TECHNIQUES DU QUÉBEC (AGRTQ) CODE D'ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE Adopté le 23 avril 1999 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 3 DÉFINITION... 4 SECTION 1. Le membre et l'organisme

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

Compte-Rendu Réunion téléphonique - point d'étape GT "Démarche et contenus" Mardi 24 juillet 2012 10h > 11h

Compte-Rendu Réunion téléphonique - point d'étape GT Démarche et contenus Mardi 24 juillet 2012 10h > 11h Compte-Rendu Réunion téléphonique - point d'étape GT "Démarche et contenus" Mardi 24 juillet 2012 10h > 11h Participants : - Vincent Bidollet, 3è Assises de l'eedd - Mélanie Boutet, Arthropologia - Sophie

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

CHARTE NATIONALE DE SOLIDARITÉ

CHARTE NATIONALE DE SOLIDARITÉ MINISTERE DE L ACTION SOCIALE BURKINA FASO ET DE LA SOLIDARITE NATIONALE Unité progrès Justice ------------------------------ ----------------------- CHARTE NATIONALE DE SOLIDARITÉ Préambule Nous, personnes

Plus en détail

Appui de la Ligue des droits et libertés

Appui de la Ligue des droits et libertés Montréal, le 13 mars 2006 À qui de droit, Objet : Appui de la Ligue des droits et libertés à la demande de résidence permanente pour considérations humanitaires de M. Abdelkader Belaouni (#ID : 5265-1093

Plus en détail

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun.

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. 14 ème SOMMET DE LA FRANCOPHONIE Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. (Kinshasa, 12-14 octobre 2012) Point 7 à l ordre du jour sur le thème : «L Afrique dans la francophonie

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

François Dessemontet, professeur à l'université de Lausanne, docteur en droit, avocat. Les langues et la Loi en Suisse

François Dessemontet, professeur à l'université de Lausanne, docteur en droit, avocat. Les langues et la Loi en Suisse François Dessemontet, professeur à l'université de Lausanne, docteur en droit, avocat Les langues et la Loi en Suisse I. Historique A. Géographie et histoire La Suisse compte quatre langues nationales,

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

Déclaration universelle des droits de l'homme

Déclaration universelle des droits de l'homme Déclaration universelle des droits de l'homme Préambule Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue

Plus en détail

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948. Texte intégral

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948. Texte intégral DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948 Texte intégral Préambule : Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de

Plus en détail

3. Paroles de député Ce troisième extrait revient sur la création de Finance Watch.

3. Paroles de député Ce troisième extrait revient sur la création de Finance Watch. Exercice d écoute : Finance watch Finance Watch, une association qui milite pour une finance au service de la société. Qu'est-ce que cela signifie dans un contexte de crise économique et financière? Exercices

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

RÉSEAU DES ACTEURS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX UE-AFRIQUE 4 et 5 mars 2014, Bruxelles DÉCLARATION FINALE

RÉSEAU DES ACTEURS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX UE-AFRIQUE 4 et 5 mars 2014, Bruxelles DÉCLARATION FINALE Comité économique et social européen RÉSEAU DES ACTEURS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX UE-AFRIQUE 4 et 5 mars 2014, Bruxelles DÉCLARATION FINALE Des représentants des acteurs économiques et sociaux de l'union

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Mercredi 26 avril 2006. Doing Business, le «Da Vinci Code» du droit comparé?

COMMUNIQUE DE PRESSE Mercredi 26 avril 2006. Doing Business, le «Da Vinci Code» du droit comparé? COMMUNIQUE DE PRESSE Mercredi 26 avril 2006 Doing Business, le «Da Vinci Code» du droit comparé? À l'heure de la mondialisation, un marché du droit s'ouvre sur lequel les systèmes juridiques sont évalués,

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL UTILISÉES À DES FINS D'EMPLOI 1 (adoptée

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

Avis relatif à la note approuvée par le Gouvernement flamand concernant une publicité accrue de la politique salariale au sein de l'autorité flamande.

Avis relatif à la note approuvée par le Gouvernement flamand concernant une publicité accrue de la politique salariale au sein de l'autorité flamande. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacycommission.be COMMISSION

Plus en détail

DIPLOMES UNIVERSITAIRES

DIPLOMES UNIVERSITAIRES ALEXANDRE DESRAMEAUX MAÎTRE DE CONFERENCES EN DROIT PUBLIC (depuis 2009) Titulaire du Certificat d Aptitude à la Profession d Avocat (CAPA) DIPLOMES UNIVERSITAIRES 2006 Doctorat en droit de l Université

Plus en détail

2 LE PROJET PERSONNEL. Avant tout. il y a vous

2 LE PROJET PERSONNEL. Avant tout. il y a vous Avant tout il y a vous POUR METTRE TOUTES LES CHANCES DE VOTRE CÔTÉ, IL CONVIENT DE VÉRIFIER LA COHÉRENCE DE VOTRE PROJET DE CRÉATION D'ENTREPRISE AVEC VOTRE PROJET PERSONNEL : QUELLE VIE VOULEZ-VOUS AVOIR?

Plus en détail

L'Energie - Une Question de la Justice Le courant exempt d'atome ne signifie pas encore un changement d'énergie. Le progrès réel résulte seulement

L'Energie - Une Question de la Justice Le courant exempt d'atome ne signifie pas encore un changement d'énergie. Le progrès réel résulte seulement L'Energie - Une Question de la Justice Le courant exempt d'atome ne signifie pas encore un changement d'énergie. Le progrès réel résulte seulement d'une minimisation des risques de toutes les formes de

Plus en détail

ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA)

ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA) ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA) Gino Lambert, M.Sc, Sciences comptables (Chercheur à la Chaire d'études socio-économiques)

Plus en détail

La FIDH remercie le Bureau du Procureur (le Bureau) de donner à la société civile la possibilité de s'exprimer sur sa politique.

La FIDH remercie le Bureau du Procureur (le Bureau) de donner à la société civile la possibilité de s'exprimer sur sa politique. DÉCLARATION DE LA FIDH SUR LA STRATÉGIE EN MATIÈRE DE POURSUITES DU BUREAU DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Introduction La Haye, 26 septembre 2006 La FIDH remercie le Bureau du Procureur

Plus en détail

ECONOMIE DE COMMUNION : VERS PLUS DE SOLIDARITE

ECONOMIE DE COMMUNION : VERS PLUS DE SOLIDARITE ECONOMIE DE COMMUNION : VERS PLUS DE SOLIDARITE ET DE RESPONSABILITE DANS LES ENTREPRISES Documents d analyse et de réflexion Juin 2008 rue Maurice Liétart, 31/4 B- 1150 Bruxelles Asbl soutenue par le

Plus en détail

Annexe 2 241. Vu la loi spéciale du 12 janvier 1989 relative aux Institutions bruxelloises, notament les articles 42 et 63;

Annexe 2 241. Vu la loi spéciale du 12 janvier 1989 relative aux Institutions bruxelloises, notament les articles 42 et 63; Annexe 2 241 Annexe 2 Accord de coopération entre l'etat fédéral, les Communautés et les Régions relatif à la continuité de la politique en matière de pauvreté L'accord de coopération entre l'etat fédéral,

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Décisions et conclusions de la 33e réunion du Comité des assurances

Décisions et conclusions de la 33e réunion du Comité des assurances MARKT/2521/03 FR Orig. EN 14 juillet 2003 Décisions et conclusions de la 33e réunion du Comité des assurances Bruxelles, le 2 juillet 2003 Commission européenne, B-1049 Bruxelles / Europese Commissie,

Plus en détail

Le Pacte international relative aux droits économiques, sociaux et culturels, 1966

Le Pacte international relative aux droits économiques, sociaux et culturels, 1966 Janvier 2014 INSTRUMENTS INTERNATIONAUX La liberté académique Le Pacte International relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, 1966 (Article 13; Observation générale No.13 paras 38-40) Le Pacte

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE DE SOPHROLOGIE DOSSIER D INSCRIPTION. Académie de Sophrologie de Bourgogne Franche-Comté - Ecole de Sophrologie de Dijon

FORMATION PROFESSIONNELLE DE SOPHROLOGIE DOSSIER D INSCRIPTION. Académie de Sophrologie de Bourgogne Franche-Comté - Ecole de Sophrologie de Dijon FORMATION PROFESSIONNELLE DE SOPHROLOGIE DOSSIER D INSCRIPTION Académie de Sophrologie de Bourgogne Franche-Comté - Ecole de Sophrologie de Dijon La Sophrologie La sophrologie fut fondée en 1960 par le

Plus en détail

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation Charte ICOMOS Pour l interprétation et la présentation des sites culturels patrimoniaux PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et

Plus en détail

Il s'agit d'un accident survenu dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice des fonctions (art. 57 2 de la loi n 84-53 du 26 janvier 1984).

Il s'agit d'un accident survenu dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice des fonctions (art. 57 2 de la loi n 84-53 du 26 janvier 1984). Agents CNRACL : Accident de service Maladie professionnelle 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note d information du 19 juillet

Plus en détail

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE I - LES SOURCES DU DROIT DE LA FONCTION PUBLIQUE A - La Constitution et le bloc de constitutionnalité Certains grands principes du droit de la fonction publique

Plus en détail

Une réponse au défi Création de richesses collectives durables

Une réponse au défi Création de richesses collectives durables 29 Une réponse au défi Création de richesses collectives durables La question de la propriété est au centre des valeurs qui animent l économie sociale. L économie est devenue guerrière lorsqu elle a mis

Plus en détail

Statuts du Nouveau Mouvement Européen Suisse du 10 mai 2014

Statuts du Nouveau Mouvement Européen Suisse du 10 mai 2014 Statuts du Nouveau Mouvement Européen Suisse du 10 mai 2014 I. Nom, siège, but et activités Art. 1 Nom et siège 1 Le Nouveau Mouvement Européen Suisse (Nomes) est une association au sens des articles 60

Plus en détail

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S P r é a m b u l e Proximité Singularité de la personne Universalité du service De nombreux territoires ruraux et urbains se situent en

Plus en détail

Philippe Van Parijs. La gauche doit-elle être socialiste?

Philippe Van Parijs. La gauche doit-elle être socialiste? Philippe Van Parijs La gauche doit-elle être socialiste? in Le Socialisme a-t-il un avenir?, numéro spécial de Raison Publique (Paris), 4, mai 2006, p. 25-28. Il n'y a pas d'essence profonde de la gauche.

Plus en détail

Les services d'intérêt général Un concept important pour les hommes et les entreprises

Les services d'intérêt général Un concept important pour les hommes et les entreprises Europäische Union Christlich Demokratischer Arbeitnehmer European Union of Christian Democratic Workers Union Européenne des Travailleurs Démocrates-Chrétiens Les services d'intérêt général Un concept

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Une circulaire "Technique" sur la syndicalisation et la trésorerie mais qui ne concerne pas que les trésoriers

Une circulaire Technique sur la syndicalisation et la trésorerie mais qui ne concerne pas que les trésoriers Paris, le10/11/2009 46, avenue d Ivry 75647 PARIS cedex 13 01 40 63 27 31 Fax: 01 40 63 29 09 Secrétariat : Claudine CAUQUIS : 01 40 63 27 10 tresor.enretraite@snes.edu Aux secrétaires et Trésoriers de

Plus en détail

73A.- ÉQUILIBRE ENTRE CONCURRENCE, SOLIDARITÉ ET DÉVELOPPEMENT

73A.- ÉQUILIBRE ENTRE CONCURRENCE, SOLIDARITÉ ET DÉVELOPPEMENT e n l a r g E d u c a t i o n V A L I S E P É D A G O G I Q U E " É L A R G I S S E M E N T D E L U N I O N E U R O P É E N N E " Cofinancée par l Union européenne VALISE PÉDAGOGIQUE "ÉLARGISSEMENT DE

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 09/2007/CM/UEMOA PORTANT CADRE DE REFERENCE DE LA POLITIQUE D'ENDETTEMENT PUBLIC ET DE GESTION

Plus en détail

L'ANALYSE D'IMPACT BUDGETAIRE ET L'EVALUATION ECONOMIQUE : DES APPROCHES SUBSTITUABLES OU COMPLEMENTAIRES?

L'ANALYSE D'IMPACT BUDGETAIRE ET L'EVALUATION ECONOMIQUE : DES APPROCHES SUBSTITUABLES OU COMPLEMENTAIRES? L'ANALYSE D'IMPACT BUDGETAIRE ET L'EVALUATION ECONOMIQUE : DES APPROCHES SUBSTITUABLES OU COMPLEMENTAIRES? Pierre LEVY LEGOS, Université Paris-Dauphine pierre.levy@dauphine.fr L'analyse d'impact budgétaire

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Monsieur le président de la commission, Mesdames et Messieurs les membres de la commission de la sécurité et de la santé publique

Monsieur le président de la commission, Mesdames et Messieurs les membres de la commission de la sécurité et de la santé publique Par courriel Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national CSSS-CN Monsieur le conseiller national Guy Parmelin, président de la commission karin.schatzman@bag.admin.ch

Plus en détail

L'Assemblée et le Sénat ont adopté : Le Président de la République promulgue La loi dont la teneur suit :

L'Assemblée et le Sénat ont adopté : Le Président de la République promulgue La loi dont la teneur suit : Loi relative au régime juridique particulier des associations de LOI n 2000-043 du 26 juillet 2000 relative au régime juridique particulier des associations de. In JO 30 Octobre 2000 N 985 L'Assemblée

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

«La solidarité serait une invention de Dieu lui-même»

«La solidarité serait une invention de Dieu lui-même» Louis GILL Économiste québécois, retraité de l UQAM 1989 «La solidarité serait une invention de Dieu lui-même» Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole, professeur de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2 CONCOURS COMMUNS 6 ECOLES HTTP://CC.IEP.FR. Contact presse : Catherine Amy

DOSSIER DE PRESSE 2 CONCOURS COMMUNS 6 ECOLES HTTP://CC.IEP.FR. Contact presse : Catherine Amy IntégrerSciencesPoAix en Provence,Lille,Lyon,Rennes,Strasbourg,Toulouse Lundi24juin2013 DOSSIER DE PRESSE 2 CONCOURS COMMUNS 6 ECOLES HTTP://CC.IEP.FR Contact presse : Catherine Amy Coordination de la

Plus en détail

NEWSLETTER Septembre 2010. L'UIHJ partenaire des institutions européennes...

NEWSLETTER Septembre 2010. L'UIHJ partenaire des institutions européennes... Le mot du président L'UIHJ partenaire des institutions européennes... Ma chère consœur, mon cher confrère, Le destin de notre profession ne se forge plus depuis longtemps au seul sein des organes représentatifs

Plus en détail

LES NOTES EN BAS DE PAGE

LES NOTES EN BAS DE PAGE LES NOTES EN BAS DE PAGE 2 Les notes en bas de page Les notes en bas de page, références de citations, constituent le casse-tête des étudiant-e-s. Par souci d uniformisation et de simplification, il convient

Plus en détail

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Descriptif de la Bourse: Ce programme autrefois appelé «Fulbright

Plus en détail

N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova. ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication. Matériel didactique

N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova. ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication. Matériel didactique N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication Matériel didactique Recommandé par l Union méthodique d études de L Académie Russe des Sciences naturelles de l enseignement

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 12.9.2012 COM(2012) 512 final 2012/0244 (COD) Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL modifiant le règlement (UE) n 1093/2010 instituant une Autorité

Plus en détail

Inviter au plus vite tous les acteurs de la création, de l'édition, de la diffusion et de la lecture à des «États généraux du livre et de la lecture».

Inviter au plus vite tous les acteurs de la création, de l'édition, de la diffusion et de la lecture à des «États généraux du livre et de la lecture». Eléments pour une politique en faveur du livre et de la lecture Par Aurélie Filippetti, députée de Moselle, responsable du pôle Culture, audiovisuel, médias dans l équipe de campagne de François Hollande.

Plus en détail

Les relations entre le Conseil constitutionnel et les juridictions françaises et européennes

Les relations entre le Conseil constitutionnel et les juridictions françaises et européennes Les relations entre le Conseil constitutionnel et les juridictions françaises et européennes (exposé présenté lors de la visite au Conseil constitutionnel, en juillet 1998, de représentants de la Cour

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES VISANT À RÉGLEMENTER L'UTILISATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DANS LE SECTEUR DE LA POLICE

Plus en détail

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE Prise de position de la Cour Sur l'admissibilité de la demande d'avis 1 Les gouvernements irlandais et du Royaume-Uni, mais aussi les gouvernements danois

Plus en détail

Les traitements de texte : open office writer

Les traitements de texte : open office writer Les traitements de texte : open office writer Qu'est ce qu'un traitement de texte? Peut être le paragraphe qui passionnera le moins, il apparaît néanmoins nécessaire de savoir ce qu'est (de manière grossière)

Plus en détail

Histoire-Géographie Education Civique Session Juin 2009

Histoire-Géographie Education Civique Session Juin 2009 Histoire-Géographie Education Civique Session Juin 2009 1 / 8 Première partie : Histoire Géographie Sujet N 1 : Les transformations de la société française de 1945 à 1975 Document 1 : Un ouvrier français

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

Loi sur les contrats des organismes publics (2006, c. 29, a. 26)

Loi sur les contrats des organismes publics (2006, c. 29, a. 26) POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE CONCERNANT LA CONCLUSION DES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION DES ORGANISMES PUBLICS Loi sur les contrats des organismes publics

Plus en détail

Équilibres, déséquilibres et «santé» économique

Équilibres, déséquilibres et «santé» économique Équilibres, déséquilibres et «santé» économique Fribourgissima 21 juin 2012 Prof. Paul H. Dembinski Université de Fribourg & Observatoire de la Finance(Genève) (dembinski@obsfin.ch) 1. Un monde fait de

Plus en détail

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs?

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Problématique : La difficulté lorsque vous vous trouvez face à un tel sujet est de confondre le thème avec le problème du sujet. Ici le thème était

Plus en détail

Le fait religieux au Luxembourg en 2013 état de l opinion publique

Le fait religieux au Luxembourg en 2013 état de l opinion publique Le fait religieux au Luxembourg en 2013 état de l opinion publique Sondage auprès de la population résidente du Luxembourg du 21 au 27 novembre conférence de presse du 5 décembre 2013 Enquête auprès de

Plus en détail

La succession d Etats en matière de biens et de dettes

La succession d Etats en matière de biens et de dettes JUSTITIA ET PACE INSTITUT DE DROIT INTERNATIONAL Session de Vancouver - 2001 La succession d Etats en matière de biens et de dettes (Septième Commission, Rapporteur : M. Georg Ress) (Le texte français

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : La protection des droits de la personne Code de la santé publique Dispositions introduites

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE DE SOPHROLOGIE

FORMATION PROFESSIONNELLE DE SOPHROLOGIE FORMATION PROFESSIONNELLE DE SOPHROLOGIE DOSSIER D'INSCRIPTION Académie de Sophrologie de Lyon La Sophrologie La sophrologie fut fondée en 1960 par le docteur A.CAYCEDO à partir de ses expériences sur

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

Fait du jour : L'économie mondiale dans le rouge

Fait du jour : L'économie mondiale dans le rouge Fait du jour : L'économie mondiale dans le rouge Exercices Exercice 1 Première écoute. Entourez la bonne réponse en fonction de ce que vous entendez. La croissance dans les grandes économies mondiales

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 53/2014 du 3 septembre 2014

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 53/2014 du 3 septembre 2014 1/12 Avis n 53/2014 du 3 septembre 2014 Objet: Projet d'arrêté du Gouvernement wallon présentant le projet de décret insérant certaines dispositions dans le Code wallon de l'action sociale et de la Santé,

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

par Ségolène Royal Présidente de la Région Poitou-Charentes

par Ségolène Royal Présidente de la Région Poitou-Charentes Inauguration de la SCOP SARL Chizé confection par Ségolène Royal Présidente de la Région Poitou-Charentes Contact presse : Attachée de presse de la Région Poitou-Charentes Valérie Courrech 05 49 55 77

Plus en détail