Le bien commun selon Jacques Maritain

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le bien commun selon Jacques Maritain"

Transcription

1 ETAT ET BIEN COMMUN Colloque interdisciplinaire à la mémoire du Prof. Roger Berthouzoz O.P. 7 8 juin 2006 Le bien commun selon Jacques Maritain Conférence du Professeur Jean-Jacques Friboulet Département d'economie Politique, Université de Fribourg, CH

2 2 Le bien commun Dans les droits de l'homme et la loi naturelle 1, publié en 1942, J. Maritain résume sa vision des droits de l'homme et du bien commun. Ce livre s'adresse au grand public. L'auteur y propose une mise en ordre de notions fondamentales de philosophie politique. Il s'agit pour lui de mettre à jour les principes d'un humanisme politique fondé sur le respect de la personne humaine, de sa dignité et de ses droits. Le contexte n'est pas indifférent. En 1942, J. Maritain est en exil à New York et veut apporter par sa plume sa contribution à la résistance européenne est également une année difficile dans le conflit qui oppose les démocraties aux totalitarismes. Au printemps 1942, l'allemagne et le Japon, l'italie même, grâce à l'aide allemande ont atteint leur plus grande expansion territoriale. L'Allemagne a envahi l'urss et le Japon occupe toute l'asie de l'est. Le livre de J. Maritain est donc un livre de combat. Mais paradoxalement l'auteur y atteint l'universalité en décelant les enjeux d'humanité cachés dans la tragédie de la deuxième guerre mondiale. Pour un économiste contemporain, ces enjeux restent pertinents. Sur le fond les propos du philosophe sur le bien commun n'ont pas vieillis. Nous allons essayer de le montrer en trois points successifs qui concernent la définition, les fondements et la mise en œuvre du bien commun. 1. La définition du bien commun 1.1. Ce qu'il n'est pas Dès le début du premier chapitre intitulé "la société des personnes humaines", J. Maritain précise ce que n'est pas le bien commun. Il n'est pas un bien individuel ou une collection de biens individuels. En cela le philosophe s'oppose au libéralisme qui nie la dimension sociale de la personne humaine. La société pour J. Maritain n'est pas accessoire. Elle est une condition essentielle de l'épanouissement de la personne. Il s'ensuit que, dans sa dimension économique, le bien commun ne relève pas de la microéconomie mais de la macroéconomie. Pour échapper "à l'anarchie des atomes", l'économiste doit 1 J. Maritain, [1942], les droits de l'homme et la loi naturelle, publié dans Christianisme & démocratie, les droits de l'homme, préface de M. Fourcade, Paris, Desclée de Brouwer, 2005.

3 Le bien commun 3 réfléchir à la vie humaine du point de vue de l'ensemble et non pas simplement du point de vue des individus. Le clivage entre microéconomie et macroéconomie oppose encore aujourd'hui le libéralisme pur et dur d'origine anglo-saxonne et le libéralisme européen davantage préoccupé par les questions sociales. De ce que le bien commun n'est pas individuel, l'auteur déduit que le travail politique ne consiste pas simplement à veiller au respect de la liberté de chacun. Il doit contribuer à la reconnaissance des droits fondamentaux de chaque personne. L'auteur passe ainsi d'une vision en termes de libertés formelles à une vison en termes de libertés réelles, de construction de capacités, selon les mots du Prix Nobel d'économie A. Sen Ce qu'il est Le philosophe définit le bien commun comme la "bonne vie humaine pour la multitude". Il s'agit de donner à chacun et à chacune la mesure d'indépendance qui convient à la vie civilisée. Le bien commun ne consiste pas simplement à nourrir, loger, soigner et éduquer les personnes selon les mots de l'économiste F. Perroux. Il est une œuvre qui intègre des dimensions politique et spirituelle. "La personne a une dignité absolue parce qu'elle est dans une relation directe avec l'absolu dans lequel seule elle peut trouver son plein accomplissement" 2. Selon cette conception, le bien commun n'est propre ni au tout ni aux parties. C'est le bien que partage l'ensemble de la société et les éléments de celle-ci. Après avoir écarté la vision libérale du bien commun, J. Maritain en réfute la conception totalitaire. Le bien commun n'est pas propre à l'ensemble et donc à l'etat qu'il représente. Il doit être redistribué et concerne toutes les personnes. Dans la perspective des droits fondamentaux, cette idée suppose la définition de seuils en deçà desquels ces droits ne sont plus respectés. Ainsi l'onu a-t-elle mis en pratique cette conception dans ses objectifs du Millénaire. De même l'unesco a précisé ce qu'elle entend par éducation pour tous dans ses 2 J. Maritain, [2005], Christianisme & démocratie, p. 133.

4 4 Le bien commun conférences de Jomtien puis de Dakar 3. Dans notre pays, la LAMAL est une assurance obligatoire qui définit les prestations minimales pour l'accès de tous aux soins. Parce qu'il concerne toutes les personnes d'une société donnée, le bien commun est le fondement de l'autorité. Sur ce point l'économiste rencontre encore le philosophe quand il constate qu'une politique publique doit être acceptée et appropriée par les citoyens pour réussir. Cette appropriation ne peut-être fondée que sur la justice. Dans notre pays de démocratie directe, nombre de refus du peuple auraient été évités si le parlement avait pris en compte cette donnée. Pensons par exemple au rejet du paquet fiscal en 2005 ou aux difficultés rencontrées par la dernière révision de l'avs. Cette dimension de justice redistributive implique une rectitude des actions. Les politiques publiques ne peuvent convaincre de leur justesse que si les moyens s'accordent aux fins. Les procédures mises en œuvre doivent être équitables et à ce niveau l'éthique personnelle rejoint l'éthique sociale. 2. Les fondements du bien commun Un des points centraux de la thèse de J. Maritain est que la personne humaine ne s'engage pas dans la société politique en vertu de toutes ses qualités et potentialités. Si l'être humain est un animal politique comme le disait Aristote, il ne se réduit pas à cette double dimension. La conséquence de cette proposition est la nécessaire limitation du domaine du politique et de l'économique. On pourrait en dire autant du domaine de la technique ou du droit. Un exemple de ces limites de l'économie est le nécessaire encadrement du travail par des règles préservant la santé, le repos mais aussi la dimension spirituelle des personnes. La législation relative aux horaires de travail n'est pas 3 Sur ce sujet, cf. Institut interdisciplinaire d'éthique et des droits de l'homme, Association pour la promotion de l'éducation non formelle, [2005], La mesure du droit à l'éducation, tableau de bord de l'éducation pour tous au Burkina Faso, Paris, Karthala.

5 Le bien commun 5 qu'une question de rapport économique entre le travailleur et son employeur. Elle concerne la vie sociale en général et la dignité des personnes. Cet exemple montre qu'il existe une tension naturelle entre la personne et la société. Les recherches économiques récentes prouvent que les rapports sociaux ne peuvent se régler uniquement par le contrat commercial et la loi. Ils supposent l'existence de conventions qui intègrent une forte dimension sociale. La vision intégrée des dimensions de la personne humaine présentée par J. Maritain a quatre caractéristiques: - elle est personnaliste en ce que la société est un tout de personnes dont la dignité est antérieure logiquement à elle-même. On retrouve dans cette thèse la conception de la personne qui caractérise les philosophes des lumières de Grotius à Kant. - elle est communautaire car le bien commun est supérieur à celui des individus. Il le conditionne au sens d'une condition nécessaire. - elle est pluraliste car le développement de la personne requiert une pluralité de communautés autonomes. L'Etat ne peut mettre en œuvre le bien commun que si sa logique d'acteur croise les logiques privées et civiles. Le modèle de J. Maritain rejette l'idée d'un Etat-Providence au profit de celle d'un Etat qui s'occupe des tâches qui ne peuvent être réalisées de façon satisfaisante par les autres acteurs de la société. Cette thèse de la subsidiarité, qui traverse toute la doctrine sociale chrétienne, est bien connue des économistes. Elle est présente par exemple dans la Théorie générale de l'emploi de l'intérêt et de la monnaie de J. M. Keynes. On la retrouve dans les écrits contemporains sur les biens collectifs ou dans les travaux de la Banque Mondiale sur la place de l'etat. - elle est chrétienne en ce qu'elle reconnaît que Dieu est la source de toute dignité humaine. La dimension sociale de la personne est présente dès l'origine dans la dualité homme-femme. Mais pour le philosophe, si le bien commun est d'inspiration chrétienne, il est purement temporel. Il ne peut être sacralisé sous la forme d'une politique chrétienne ou d'une économie chrétienne. J. Maritain critique fermement l'idée d'une troisième voie. "Il n'y a qu'un bien commun temporel, celui de la société

6 6 Le bien commun politique, comme il n'y a qu'un bien commun surnaturel, celui du royaume de Dieu, qui est supra-politique" 4. Il faut signaler le courage de cette affirmation à un moment (1942) où l'europe du Sud est gouvernée par des pouvoirs qui cherchent à confondrent religion et politique. Nul n'est besoin d'en souligner également l'actualité en ce début de vingt et unième siècle où se développent des intégrismes de toute nature. 3. Comment construire le bien commun? Pour construire ce bien, J. Maritain insiste sur deux leviers: le développement du droit et de l'amitié civique. Comment ne pas penser en lisant ces phrases à l'affirmation de Jean-Paul II dans Centesimus Annus, rappelant que l'économie de marché a besoin d'un contexte juridique ferme. Comment ne pas faire le lien aussi avec la dernière encyclique de Benoît XVI où le pape indique que la justice ne peut se passer de la charité. Toutes ces idées nous renvoient à la nécessité de la loi mais également de la morale pour la construction du bien commun. C'est par le développement de l'empathie et la découverte de l'autre que peut être réalisé l'objectif recherché. Les économistes le comprennent s'ils mesurent l'apport des activités non marchandes à la vie sociale, quand ils observent l'action des ONG dans le développement ou s'ils reconnaissent l'importance de relations harmonieuses entre parents et enseignants pour la réussite de l'éducation de base. Pour illustrer le rôle conjoint de la loi et de l'amitié civique, prenons l'exemple de la prévention et du traitement des catastrophes naturelles. Il ne peut y avoir de prévention sans intervention de la loi pour définir les assurances correspondantes, pour préciser les responsabilités respectives des personnes et des collectivités. Mais il ne peut y avoir de traitement des catastrophes sans solidarité active au moyen de collectes et de dons. L'exemple du Tsunami en Asie en est un exemple frappant. L'amitié civique a, à cette occasion, fort heureusement dépassé les frontières. 4 J. Maritain, [2005], Christianisme & Démocratie, p.147.

7 Le bien commun 7 Au sujet de l'amitié civique, le philosophe note fort opportunément que "la société des amis ne peut exister entre des êtres trop distants les uns des autres" 5. L'évolution actuelle de la société nous rend plus proche grâce aux échanges avec les habitants des autres pays. Mais le danger existe que la mondialisation nous rende plus distants d'une partie de nos concitoyens ou même de notre propre famille. Pensons au phénomène des ghettos dans les banlieues ou des régions périphériques qui restent à l'écart des courants d'échanges. J. Maritain termine son propos sur le bien commun en soulignant qu'il est une œuvre d'ensemble. Il observe que les peuples et les personnes communiquent plus aisément dans une passion commune comme c'est le cas aujourd'hui pour la coupe du monde de football que dans un travail commun. L'œuvre réalisée en commun suppose la durée, l'effort patiemment poursuivi. Elle seule est cependant créatrice de capacités et donc de libertés réelles pour le plus grand nombre. Les économistes du développement ont critiqué les plans d'ajustement structurel du fonds monétaire international dans certains pays du Sud parce que ceux-ci y avaient hypothéqué la notion de communauté et donc d'etat. Le seul mécanisme du marché et le remboursement de la dette ont fait éclater la société en autant de sous-groupes ou d'individus qui ne perçoivent plus leur destin commun. La construction du bien commun exige une volonté et une constance dans l'effort qui supposent certes la liberté mais qui la dépasse. La mise sur pied d'une égalité des chances et d'une solidarité active sont des tâches qui telles celles de Sisyphe doivent être constamment renouvelées et mises à jour. Sur ce chemin, le petit livre de J. Maritain est un guide sûr à mettre entre toutes les mains. Je vous remercie Fribourg, juin J. Maritain, [2005], Christianisme & démocratie, p. 153.

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIERE D'AIDES D'ETAT Tableau de correspondance entre l'ancienne et la nouvelle numérotation des articles suite à l'entrée

Plus en détail

Club des juristes Projet de 14 ème directive. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux

Club des juristes Projet de 14 ème directive. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux Club des juristes Projet de 14 ème directive DIRECTIVE /./CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux LE PARLEMENT EUROPEEN

Plus en détail

«Les alternatives politiques pour les élections européennes»

«Les alternatives politiques pour les élections européennes» Participez à l'année européenne des citoyens Pour réfléchir ensemble aux perspectives de l'union Européenne, aux alternatives possibles lors des prochaines élections de Mai 2014. Quelle place pour le/la

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique

La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique IP/97/507 Bruxelles, 10 juin 1997 La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique Un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique a été

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL

ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL À L OCCASION DE LA REMISE DE SON TROPHEE DE L ENSEIGNEMENT DE L ÉTHIQUE LE 17 JUIN 2010 AU CNAM, PARIS Je tiens d'abord à vous dire combien je suis ravi et fier d'être le lauréat

Plus en détail

La Constitution européenne

La Constitution européenne La Constitution européenne "Le Parlement européen approuve la Constitution et appuie sans réserve sa ratification"(*): elle éclaire la nature et les objectifs de l'union, renforce son efficacité et son

Plus en détail

LE MODÈLE SOCIAL EUROPÉEN : EN ROUTE DU MARCHE INTERNE A UNE EUROPE POUR LES CITOYENS?

LE MODÈLE SOCIAL EUROPÉEN : EN ROUTE DU MARCHE INTERNE A UNE EUROPE POUR LES CITOYENS? LE MODÈLE SOCIAL EUROPÉEN : EN ROUTE DU MARCHE INTERNE A UNE EUROPE POUR LES CITOYENS? Déclaration de l UETDC a l occasion du 50 ième anniversaire du traité de Rome Bruxelles, 25-03-2007 A l occasion du

Plus en détail

RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE

RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE Réponse générale du CCBE à la consultation de la Commission européenne sur le registre de transparence

Plus en détail

PROJET SOCIAL ET CULTUREL

PROJET SOCIAL ET CULTUREL PROJET SOCIAL ET CULTUREL ALFA3A " Association pour le Logement, la Formation et l'animation - Accueillir, Associer, Accompagner ", organisme créé en 1971, est une association à vocation sociale et culturelle,

Plus en détail

PRISE DE POSITION DU CEEP

PRISE DE POSITION DU CEEP CEEP.2005/AVIS.6 Mars 2005 PRISE DE POSITION DU CEEP sur la LA STRATEGIE DE LISBONNE Centre européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d Intérêt Economique Général European Centre

Plus en détail

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition.

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Rapport Reda, tableau comparatif Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Alors que Julia Reda appelait à une harmonisation hâtive et à un élargissement

Plus en détail

Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 3 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : économique et commerciale Option : Economique (ECE) Discipline : Economie, sociologie et histoire du monde contemporain (ESH)

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE: LA MONTEE D UN 3 e GRAND SECTEUR

L ECONOMIE SOCIALE: LA MONTEE D UN 3 e GRAND SECTEUR Les entreprises d économie sociale, un levier pour la création d emplois et d activités économiques durables? Namur, 6 décembre 2011 L ECONOMIE SOCIALE: LA MONTEE D UN 3 e GRAND SECTEUR Prof. Jacques DEFOURNY

Plus en détail

l'essence de chaque chose se trouve dans la chose même. matière forme

l'essence de chaque chose se trouve dans la chose même. matière forme que des ombres projetées contre la paroi. C'est le monde de l'existence, sensible, et comme les hommes ne peuvent pas voir autre chose, ils sont dans l'ignorance et pensent que c'est le monde réel. L'un

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

Une Europe des droits et des valeurs :

Une Europe des droits et des valeurs : Une Europe des droits et des valeurs : Le Traité de Lisbonne La dignité humaine, la liberté, la démocratie, l égalité, l État de droit et les droits de l homme : ces valeurs fondamentales de l'union européenne

Plus en détail

Garanties fondamentales préconisées par le CPT et les initiatives de l UE

Garanties fondamentales préconisées par le CPT et les initiatives de l UE Strasbourg, le 6 juillet 2010 CPT (2010) 69 (cf. point 29 de l ordre du jour de la 72e réunion) COMITE EUROPEEN POUR LA PREVENTION DE LA TORTURE ET DES PEINES OU TRAITEMENTS INHUMAINS OU DEGRADANTS (CPT)

Plus en détail

Plaidoyer juridique pour la suspension et l'annulation/répudiation des dettes publiques au Nord et au Sud

Plaidoyer juridique pour la suspension et l'annulation/répudiation des dettes publiques au Nord et au Sud Plaidoyer juridique pour la suspension et l'annulation/répudiation des dettes publiques au Nord et au Sud Renaud Vivien (CADTM Belgique) 2ème Université d'été du CADTM Europe Le 03/07/11 www.cadtm.org

Plus en détail

2. Eléments de langage/speaking points

2. Eléments de langage/speaking points A10278 - Mme Quintin participe à la conférence "Gérer les transitions: l'orientation tout au long de la vie dans l'espace européen." Lyon, 17-18 septembre 2008 2. Eléments de langage/speaking points [Salutations

Plus en détail

2 FONDEMENTS ET PRATIQUES DE L'ÉDUCATION À LA PETITE ENFANCE

2 FONDEMENTS ET PRATIQUES DE L'ÉDUCATION À LA PETITE ENFANCE Introduction En 1997, par sa politique familiale, le gouvernement du Québec fait de la petite enfance une de ses priorités. Il crée les centres de la petite enfance (CPE) regroupant sous la responsabilité

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE RECOMMANDATION N R (92) 13 REV DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ETATS MEMBRES SUR LA CHARTE EUROPÉENNE DU SPORT REVISEE

CONSEIL DE L'EUROPE RECOMMANDATION N R (92) 13 REV DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ETATS MEMBRES SUR LA CHARTE EUROPÉENNE DU SPORT REVISEE CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (92) 13 REV DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ETATS MEMBRES SUR LA CHARTE EUROPÉENNE DU SPORT REVISEE (adoptée par le Comité des Ministres le 24 septembre

Plus en détail

Vérité sur les paroles du Pape Benoît XVI concernant l usage du préservatif contre le VIH/SIDA

Vérité sur les paroles du Pape Benoît XVI concernant l usage du préservatif contre le VIH/SIDA Vérité sur les paroles du Pape Benoît XVI concernant l usage du préservatif contre le VIH/SIDA Bien chers frères et sœurs en Christ et toute personne de bonne volonté, Le Comité de Bioéthique Catholique

Plus en détail

L'ACCORD EPLA: UN JUGE EUROPÉEN POUR LE BREVET EUROPÉEN

L'ACCORD EPLA: UN JUGE EUROPÉEN POUR LE BREVET EUROPÉEN Intervention du Professeur Alain Pompidou, Président de l Office européen des brevets, lors du séminaire organisé par la Cour de Cassation et l'institut national de la propriété industrielle sur le thème

Plus en détail

Annexe I (Modifiée par les arrêtés des 10 juin 2003 et 14 juin 2004) MATHÉMATIQUES ET INFORMATIQUE. Première année :

Annexe I (Modifiée par les arrêtés des 10 juin 2003 et 14 juin 2004) MATHÉMATIQUES ET INFORMATIQUE. Première année : Classes préparatoires - nature des classes composant les classes préparatoires économiques et commerciales aux grandes écoles Arrêté du 23-03-1995 http://mentor.adc.education.fr/exl-doc/scanbo/resk9500106a.pdf

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission de la culture et de l'éducation. 19.1.2005 PE 353.429v01-00

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission de la culture et de l'éducation. 19.1.2005 PE 353.429v01-00 PARLEMENT EUROPÉEN 2004 ««««««««««««2009 Commission de la culture et de l'éducation 19.1.2005 PE 353.429v01-00 AMENDEMENTS 1-16 Projet d'avis (PE 350.226v01-00) Ruth Hieronymi sur les défis politiques

Plus en détail

Les relations de pouvoir dans les organisations

Les relations de pouvoir dans les organisations Bouteiller Charlotte Master DGRH Crombez Claire Année 2003/04 Verbecq Antoine Les relations de pouvoir dans les organisations Introduction : Il y a deux ans, une loi réprimant le harcèlement moral a été

Plus en détail

Compte-Rendu Réunion téléphonique - point d'étape GT "Démarche et contenus" Mardi 24 juillet 2012 10h > 11h

Compte-Rendu Réunion téléphonique - point d'étape GT Démarche et contenus Mardi 24 juillet 2012 10h > 11h Compte-Rendu Réunion téléphonique - point d'étape GT "Démarche et contenus" Mardi 24 juillet 2012 10h > 11h Participants : - Vincent Bidollet, 3è Assises de l'eedd - Mélanie Boutet, Arthropologia - Sophie

Plus en détail

Liberté Egalité Laïcité

Liberté Egalité Laïcité Liberté Egalité Laïcité «Si je voulais faire rire il y a 30 ans je parlais de religion, si je voulais intéresser je parlais de politique ; c'est l'inverse aujourd'hui» Michel Serres César et Dieu. Nombre

Plus en détail

POSITION DE LA CES SUR L'AVENIR DES PENSIONS DE RETRAITE EN EUROPE DEUX ANS APRES LE LIVRE BLANC SUR LES RETRAITES

POSITION DE LA CES SUR L'AVENIR DES PENSIONS DE RETRAITE EN EUROPE DEUX ANS APRES LE LIVRE BLANC SUR LES RETRAITES POSITION DE LA CES SUR L'AVENIR DES PENSIONS DE RETRAITE EN EUROPE DEUX ANS APRES LE LIVRE BLANC SUR LES RETRAITES Adoptée par la Réunion du comité exécutif des 11-12 juin 2014 Introduction Messages-clés

Plus en détail

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE INSTITUT CATHOLIQUE DE RENNES France LE CHAMP A EXPLORER Longtemps monopole de l univers public et associatif,

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne

Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne présentation à l École nationale d'administration publique du Québec 28 octobre 2009 Christian Gsodam Les

Plus en détail

LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES

LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES Article premier : Les États membres de l'organisation de l'unité africaine, parties à la présente Charte, reconnaissent les droits, devoirs et libertés

Plus en détail

L'ÉCOLE DES ENFANTS Guide à la création d'une école alternative

L'ÉCOLE DES ENFANTS Guide à la création d'une école alternative L'ÉCOLE DES ENFANTS Guide à la création d'une école alternative Ce document a été adapté à partir du guide créé par des parents qui ont participé à la création de l'école alternative Saint-Sacrement de

Plus en détail

Mars 2008. Avertissement LLe Conseil des prélèvements obligatoires est chargé

Mars 2008. Avertissement LLe Conseil des prélèvements obligatoires est chargé SENS ET LIMITES DE LA COMPARAISON DES TAUX... Synthèse Mars 2008 Avertissement LLe Conseil des prélèvements obligatoires est chargé d'apprécier l'évolution et l'impact économique, social et budgétaire

Plus en détail

DIALOGUE SOCIAL EUROPÉEN : DIRECTIVES MULTISECTORIELLES SUR LA VIOLENCE DE TIERS ET LE HARCÈLEMENT AU TRAVAIL

DIALOGUE SOCIAL EUROPÉEN : DIRECTIVES MULTISECTORIELLES SUR LA VIOLENCE DE TIERS ET LE HARCÈLEMENT AU TRAVAIL DIRECTIVES MULTISECTORIELLES SUR LA VIOLENCE DE TIERS ET LE HARCÈLEMENT AU (I) INTRODUCTION 1. Les présentes Directives ont pour but d assurer que chaque lieu de travail dispose d une politique axée sur

Plus en détail

L'articulation des phrases complexes

L'articulation des phrases complexes L'articulation des phrases complexes Savoir construire des phrases complexes en réussissant à les articuler Il y a des phrases simples, avec seulement un sujet, un verbe et un complément qui constituent

Plus en détail

P7_TA-PROV(2013)0224 Recouvrement des avoirs par les pays du printemps arabe en transition

P7_TA-PROV(2013)0224 Recouvrement des avoirs par les pays du printemps arabe en transition P7_TA-PROV(2013)0224 Recouvrement des avoirs par les pays du printemps arabe en transition Résolution du Parlement européen du 23 mai 2013 sur le recouvrement des avoirs par les pays du printemps arabe

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

CHAPITRE 1: LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES.

CHAPITRE 1: LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES. PREMIERE PARTIE SCIENCE ECONOMIQUE CHAPITRE 1: LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES. Section 1: Comment représenter l'économie? Nous allons montrer dans cette section que la représentation

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d'état N 274664 Publié au recueil Lebon Section du Contentieux M. Genevois, président M. Olivier Japiot, rapporteur M. Vallée, commissaire du gouvernement Lecture du mardi 18 juillet 2006 REPUBLIQUE

Plus en détail

POUR UNE DÉFINITION EUROPÉENNE DE LA MÉDIATION

POUR UNE DÉFINITION EUROPÉENNE DE LA MÉDIATION UNIVERSITÉ DE PARIS XI MASTER DIPLOMATIE ET NÉGOCIATIONS STRATÉGIQUES (CEI) POUR UNE DÉFINITION EUROPÉENNE DE LA MÉDIATION La médiation au cœur du dialogue entre les cultures Avec le soutien de: Page

Plus en détail

Q3 Que signifie pour vous le travail "pro bono" dans le cadre de l'activité d'avocat?

Q3 Que signifie pour vous le travail pro bono dans le cadre de l'activité d'avocat? Q3 Que signifie pour vous le travail "pro bono" dans le cadre de l'activité d'avocat? Répondues : 134 Ignorées : 41 # Réponses Date 1 Hormis un théâtre genevois pour lesquels j'ai dû effectuer quelques

Plus en détail

Mesdames Messieurs, ***********

Mesdames Messieurs, *********** Mesdames Messieurs, J'ai le plaisir, une nouvelle fois de faire le bilan de l'activité de l'observatoire Jurassien des Enfants Victimes de maltraitance, dans le cadre de notre Assemblée Générale annuelle.

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ

LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ Dans le cadre des compétences non exclusives de l'union, le principe de subsidiarité, inscrit dans le traité sur l'union européenne, définit les conditions dans lesquelles l'union

Plus en détail

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I ENSIIE Macroéconomie - Chapitre I Le 13 avril 2013 Table des matières 1 Introduction 2 2 La théorie Keynésienne 3 2.1 Keynes......................................... 3 2.2 Quelques ordres de grandeur.............................

Plus en détail

La prise illégale d intérêts

La prise illégale d intérêts La prise illégale d intérêts Valeurs sociales protégées : Il s agit simplement de préserver, d une part, la probité dans la gestion des affaires publiques en respectant le vieil adage " nul ne peut servir

Plus en détail

Intitulé Matière semestre année CM TD ECTS Département de rattachement Allemand 2 L1 24 2 Administration économique et sociale Allemand 2 L2 24 2

Intitulé Matière semestre année CM TD ECTS Département de rattachement Allemand 2 L1 24 2 Administration économique et sociale Allemand 2 L2 24 2 Intitulé Matière semestre année CM TD ECTS Département de rattachement Allemand 2 L1 24 2 Administration économique et sociale Allemand 2 L2 24 2 Administration économique et sociale Allemand 2 M1 9 1

Plus en détail

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE VIvRe ensemble BULLETIN DE LIAISON EN PASTORALE INTERCULTURELLE CENTRE JUSTICE ET FOI VOLUME 13, N 46 Hiver 2006 POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE par Jean-Claude

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre du Sommet sur l'éducation

Mémoire présenté dans le cadre du Sommet sur l'éducation Mémoire présenté dans le cadre du Sommet sur l'éducation Sujet thématique: L'accessibilité et la participation aux études supérieures Par Caroline Dufour-L'Arrivée, agr. biol. M.Sc. caroline.d.larrivee@gmail.com

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)13 du Comité des Ministres aux Etats membres sur la gouvernance et la gestion du patrimoine universitaire et son Rapport explicatif (adoptée

Plus en détail

Les jeunes internautes et l entrepreneuriat social

Les jeunes internautes et l entrepreneuriat social Les jeunes internautes et l entrepreneuriat social Enquête exclusive ESSEC/CSA Janvier 2010 Tous droits réservés Essec. Toute reprise doit être accompagnée de la mention : "Les jeunes internautes et l

Plus en détail

... ... FISCAL : ... SOCIAL : ... JURIDIQUE :

... ... FISCAL : ... SOCIAL : ... JURIDIQUE : ... FISCAL : Absence de pénalité pour dépôt tardif d'une déclaration papier en raison de l'impossibilité de télédéclarer Présentation du projet de loi de finances pour 2012 Effet rétroactif d'un apport

Plus en détail

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Déclaration concernant la promotion parmi les jeunes des idéaux de paix, de respect mutuel et de compréhension entre les peuples (Droit des enfants et des jeunes)

Plus en détail

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg LES DROITS CULTURELS Déclaration de Fribourg Les droits culturels, Déclaration de Fribourg, page 2 considérants 1 principes fondamentaux 2 définitions justifications principes et définitions 3 identité

Plus en détail

L impact de l économie sociale et solidaire

L impact de l économie sociale et solidaire Conférence publique à Luxembourg 13 octobre 2015 L impact de l économie sociale et solidaire Prof. Jacques DEFOURNY Centre d'economie Sociale, HEC - ULg EMES European Research Network PLAN 1. L ESS dans

Plus en détail

CROATIE. - Loi portant modification de la loi sur la citoyenneté croate (8 mai 1992) (Journal officiel n 28/92).

CROATIE. - Loi portant modification de la loi sur la citoyenneté croate (8 mai 1992) (Journal officiel n 28/92). CROATIE 1. Dispositions législatives sur la nationalité a. Textes en vigueur - Loi sur la citoyenneté croate (Journal officiel n 53/91): la loi sur la citoyenneté croate a été publiée et est entrée en

Plus en détail

Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement

Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement Adoptée par la Conférence générale de l'organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture,

Plus en détail

Qualité de la justice pénale dans l'union européenne

Qualité de la justice pénale dans l'union européenne P6_TA(2005)0030 Qualité de la justice pénale dans l'union européenne Recommandation du Parlement européen à l'intention du Conseil sur la qualité de la justice pénale et l'harmonisation de la législation

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

Une vision très pessimiste de la Commission.

Une vision très pessimiste de la Commission. Note de synthèse sur le livre blanc de la Commission européenne relatif à la stratégie européenne en matière de retraite (Février 2012) 1 La commission européenne vient de publier son livre blanc sur les

Plus en détail

SOIXANTE DIXIEME SESSION ORDINAIRE DE L ASSEMBLEE GENERALE DES NATIONS UNIES ****

SOIXANTE DIXIEME SESSION ORDINAIRE DE L ASSEMBLEE GENERALE DES NATIONS UNIES **** République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une Foi SOIXANTE DIXIEME SESSION ORDINAIRE DE L ASSEMBLEE GENERALE DES NATIONS UNIES **** DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR MACKY SALL, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Plus en détail

La médiation du patrimoine 1

La médiation du patrimoine 1 La médiation du patrimoine 1 I - ORIGINE DU MOT Comme beaucoup d autres, «médiation» est actuellement un mot tiroir que tout le monde utilise sans en comprendre réellement les tenants et les aboutissants

Plus en détail

3. Paroles de député Ce troisième extrait revient sur la création de Finance Watch.

3. Paroles de député Ce troisième extrait revient sur la création de Finance Watch. Exercice d écoute : Finance watch Finance Watch, une association qui milite pour une finance au service de la société. Qu'est-ce que cela signifie dans un contexte de crise économique et financière? Exercices

Plus en détail

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Gabriella Battaini-Dragoni Coordinatrice du dialogue interculturel Directrice générale «Éducation, Culture et Patrimoine, Jeunesse

Plus en détail

52.- LA PROTECTION DES DROITS FONDAMENTAUX

52.- LA PROTECTION DES DROITS FONDAMENTAUX e n l a r g E d u c a t i o n V A L I S E P É D A G O G I Q U E " É L A R G I S S E M E N T D E L U N I O N E U R O P É E N N E " Cofinancée par l Union européenne VALISE PÉDAGOGIQUE "ÉLARGISSEMENT DE

Plus en détail

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE Dr Jean-Marie FAROUDJA La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

Plus en détail

Stratification sociale et inégalités. Travail et emploi

Stratification sociale et inégalités. Travail et emploi 2002 Pondichery avril 2002 Liban Juin 2002 Antilles Juin 2002 Am. Nord Juin 2002 Polynésie Juin avantages du passage à l'euro, 2002 Métropole Juin croissance permet-elle de réduire les? (D., nat., juin

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Distribution limitée IFAP-2008/COUNCIL.V/3 4 février 2008 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Conseil intergouvernemental du Programme Information

Plus en détail

INTRODUCTION. L Alliance Européenne pour la Liberté défendra les changements fondamentaux suivants:

INTRODUCTION. L Alliance Européenne pour la Liberté défendra les changements fondamentaux suivants: INTRODUCTION Les futures élections européennes se tiendront du au 5 mai 014 dans l ensemble des 8 États membres. Cette charte, non contraignante, présente les positions politiques communes que les membres

Plus en détail

Secrétaire administratif de l intérieur et de l outre-mer

Secrétaire administratif de l intérieur et de l outre-mer Secrétaire administratif de l intérieur et de l outre-mer (externe) Missions Les secrétaires administratifs sont classés dans un corps de la catégorie B des fonctionnaires de l Etat. Les secrétaires administratifs

Plus en détail

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME PRINCIPES DE BASE RELATIFS AU RÔLE DES ARCHIVISTES POUR LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME PROJET 21-06-2014 INTRODUCTION Les

Plus en détail

Réponse de l EBG à la consultation publique concernant le Plan France numérique 2020.

Réponse de l EBG à la consultation publique concernant le Plan France numérique 2020. Réponse de l EBG à la consultation publique concernant le Plan France numérique 2020. Ce document est une réponse à la consultation publique dans le cadre du plan France numérique 2020. Nous avons participé

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL UTILISÉES À DES FINS D'EMPLOI 1 (adoptée

Plus en détail

Informatique pour Tous

Informatique pour Tous Informatique pour Tous Introduction et plan d'un cours en 15 chapitres François Guiberteau Introduction Analogie L'apprentissage de notions nouvelles, souvent abstraites, est complexe. L'informatique fait

Plus en détail

Avis Publicité et stéréotypes sexuels, sexistes et sexués.

Avis Publicité et stéréotypes sexuels, sexistes et sexués. Avis Publicité et stéréotypes sexuels, sexistes et sexués. La réflexion du CPP sur la sexualisation précoce des enfants dans la publicité, qui a fait l'objet d'un Avis publié le 16 avril 2013, s est prolongée

Plus en détail

La Mort Aux Trousses (1959)

La Mort Aux Trousses (1959) La Mort Aux Trousses (1959) I/ Explication du titre original:«north by Northwest» 1ère interprétation: Expression utilisée dans la pièce Hamlet de Shakespeare 2ème interprétation: Le héro du film, Roger

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE TREMPLIN 1 FICHE D EXERCICES N 1 COMPRENDRE, ANALYSER, SYNTHÉTISER

NOTE DE SYNTHÈSE TREMPLIN 1 FICHE D EXERCICES N 1 COMPRENDRE, ANALYSER, SYNTHÉTISER NOTE DE SYNTHÈSE TREMPLIN 1 FICHE D EXERCICES N 1 COMPRENDRE, ANALYSER, SYNTHÉTISER Page 2 COMPRENDRE, ANALYSER, SYNTHÉTISER : EXERCICE Les textes qui vous serviront pour cet exercice sont ceux qui composent

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

2 ) d'enjoindre à l'etat de lui transférer la propriété des biens immobiliers affectés à la direction régionale de l'afp A ; ...

2 ) d'enjoindre à l'etat de lui transférer la propriété des biens immobiliers affectés à la direction régionale de l'afp A ; ... CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 326332 REPUBLIQUE FRANÇAISE REGION CENTRE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Mme Emilie Bokdam-Tognetti Rapporteur Le Conseil d'etat statuant au contentieux (Section du

Plus en détail

L accès à la commande publique

L accès à la commande publique L accès à la commande publique en Afrique de l ouest Nos recommandations en faveur des PME ouest-africaines Avant-propos Depuis 2006 le projet AMADE (Accès aux Marchés de l Aide publique au Développement)

Plus en détail

116 EAST 38th STREET. NEW YORK, NY 10016 TEL: (212) 252-0113 FAX: (212) 252-0175

116 EAST 38th STREET. NEW YORK, NY 10016 TEL: (212) 252-0113 FAX: (212) 252-0175 116 EAST 38th STREET. NEW YORK, NY 10016 TEL: (212) 252-0113 FAX: (212) 252-0175 Je suis heureux de vous présenter, au nom de la République Islamique de Mauritanie, nos sincères félicitations pour votre

Plus en détail

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD)

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) I. Introduction

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

PONTIFICIA UNIVERSITÀ GREGORIANA. Virtus et scientia

PONTIFICIA UNIVERSITÀ GREGORIANA. Virtus et scientia PONTIFICIA UNIVERSITÀ GREGORIANA Virtus et scientia UNIVERSITÉ PONTIFICALE GRÉGORIENNE En 1551 Saint Ignace de Loyola, fondateur de la Compagnie de Jésus, ouvrit à Rome une École gratuite de grammaire

Plus en détail

AVIS RELATIF À LA DIFFUSION VIA INTRANET ET INTERNET PAR LA VILLE DE GATINEAU DES RENSEIGNEMENTS CONTENUS DANS LES DEMANDES DE PERMIS DE CONSTRUCTION

AVIS RELATIF À LA DIFFUSION VIA INTRANET ET INTERNET PAR LA VILLE DE GATINEAU DES RENSEIGNEMENTS CONTENUS DANS LES DEMANDES DE PERMIS DE CONSTRUCTION AVIS RELATIF À LA DIFFUSION VIA INTRANET ET INTERNET PAR LA VILLE DE GATINEAU DES RENSEIGNEMENTS CONTENUS DANS LES DEMANDES DE PERMIS DE CONSTRUCTION DOSSIER 99 05 34 MAI 1999 Le responsable de l'accès

Plus en détail

L argent de l école: En quête d'égalité

L argent de l école: En quête d'égalité L argent de l école: En quête d'égalité Conférence de presse Mercredi 12 octobre 2011 A la Caféothèque 52 rue de l'hôtel de Ville 75004 PARIS Conférence de presse «Argent de l école» 12 octobre 2011 P

Plus en détail

LA COUVERTURE SOCIALE DANS LES ÉTATS MEMBRES DE L'UNION AUTRES QUE L'ÉTAT D'ORIGINE

LA COUVERTURE SOCIALE DANS LES ÉTATS MEMBRES DE L'UNION AUTRES QUE L'ÉTAT D'ORIGINE LA COUVERTURE SOCIALE DANS LES ÉTATS MEMBRES DE L'UNION AUTRES QUE L'ÉTAT D'ORIGINE Il est indispensable de coordonner les systèmes de sécurité sociale afin de favoriser la libre circulation des personnes

Plus en détail

APPEL A PROJETS 1. CONTEXTE ET ENJEUX

APPEL A PROJETS 1. CONTEXTE ET ENJEUX APPEL A PROJETS DEVELOPPEMENT D'UN FONDS D'INVESTISSEMENT DE PROXIMITÉ (FIP) VISANT A MOBILISER L'ÉPARGNE DES PARTICULIERS ET RENFORCER LES FONDS PROPRES DES ENTREPRISES DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES 1.

Plus en détail

Formation des enseignants ELCO Avril 2013

Formation des enseignants ELCO Avril 2013 Formation des enseignants ELCO Avril 2013 Catherine ADUAYOM Muriel DECHANT Inspectrices de l Education Nationale Académie de Lyon Département du Rhône. ELCO Enseignement de Langue et Culture d Origine

Plus en détail

L'évaluation par compétences : comment communiquer? Malek Bouzid, professeur d histoire-géographie, collège «Les garrigues» Rognes (13)

L'évaluation par compétences : comment communiquer? Malek Bouzid, professeur d histoire-géographie, collège «Les garrigues» Rognes (13) L'évaluation par compétences : comment communiquer? Malek Bouzid, professeur d histoire-géographie, collège «Les garrigues» Rognes (13) Description du dispositif Durant l'année scolaire, les élèves sont

Plus en détail

EUROPEAN YOUTH FORUM PLAN DE TRAVAIL 2013-2014

EUROPEAN YOUTH FORUM PLAN DE TRAVAIL 2013-2014 EUROPEAN YOUTH FORUM PLAN DE TRAVAIL 2013-2014 ADOPTE PAR L'ASSEMBLEE GENERALE MARIBOR, SLOVENIA, 22-25 NOVEMBRE 2012 1 0832-12FR-FINAL INTRODUCTION 2013-2014: UNE PERIODE CRUCIALE POUR LES JEUNES EN EUROPE

Plus en détail

Les principaux acteurs dans le domaine de l épargne : leurs enjeux et leurs défis spécifiques

Les principaux acteurs dans le domaine de l épargne : leurs enjeux et leurs défis spécifiques Numéro spécial 15 e anniversaire de Fondaction (CSN), colloque sur l épargne responsable Les principaux acteurs dans le domaine de l épargne : leurs enjeux et leurs défis spécifiques Frédéric Hanin Professeur

Plus en détail