ÉQUILIBRES LIQUIDE-VAPEUR DANGERS LIÉS AU COMPORTEMENT DES FLUIDES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉQUILIBRES LIQUIDE-VAPEUR DANGERS LIÉS AU COMPORTEMENT DES FLUIDES"

Transcription

1 Ingénieurs en Sécurité Industrielle Connaissance et Maîtrise des Phénomènes Physiques et Chimiques ÉQUILIBRES LIQUIDE-VAPEUR DANGERS LIÉS AU COMPORTEMENT DES FLUIDES I - PRESSION RÉGNANT DANS UNE CAPACITÉ Capacité pleine de gaz Capacité contenant une phase liquide et une phase vapeur Capacité pleine de liquide...4 II - CONSÉQUENCES D UN APPORT OU D UN RETRAIT DE CALEUR À UN CORPS Apport de chaleur Retrait de chaleur Vaporisation d un liquide par détente...15 III - COUPS DE BÉLIER Description du phénomène Effets de coups de bélier et prévention...21 ANNEXES Courbes de tension de vapeur de quelques hydrocarbures...23 Courbe de tension de vapeur de l eau...24 Courbes de tension de vapeur de quelques composés chimiques...25 Variation de la densité de quelques liquides avec la température...26 Ce document comporte 27 pages SE PRO - - Rév. 1 04/04/2005

2 1 I - PRESSION RÉGNANT DANS UNE CAPACITÉ 1 - CAPACITÉ PLEINE DE GAZ PRESSION = COCS DES MOLÉCULES t Un gaz est constitué de molécules qui peuvent se déplacer librement les unes par rapport aux autres et qui sont soumises à une agitation incessante et désordonnée. D MEQ 3008 A Ces molécules sont toutes identiques dans le cas d'un corps pur et elles sont de plusieurs espèces dans le cas d'un mélange. Pression dans une capacité pleine de gaz L'agitation des molécules provoque de multiples chocs contre les parois. Les forces pressantes qui en résultent s'appliquent sur toute la surface interne du ballon et créent donc une pression. Cette pression exercée par le gaz dépend du nombre de chocs par unité de surface (Pression = Force/Surface) et est donc fonction : du nombre de molécules de gaz, c'est-à-dire de la quantité de gaz enfermée dans le ballon de la surface offerte aux chocs, c'est-à-dire des dimensions du ballon ou appareillage contenant le gaz - de l'agitation des molécules qui augmente avec la température 2 - CAPACITÉ CONTENANT UNE PASE LIQUIDE ET UNE PASE VAPEUR Quand dans un équipement quelconque, non relié à l atmosphère, il y a coexistence et contact de deux phases liquide et vapeur à la même température et à la même pression, on dit que les deux phases sont à l équilibre liquide-vapeur. a - Corps pur Pour un corps pur donné, la présence simultanée de ces deux phases suppose des conditions telles que leur point représentatif dans le diagramme pression-température soit sur la courbe de tension de vapeur de ce corps pur. La pression absolue, dans l'équipement, est la tension de vapeur du corps pur à la température de stockage. PRESSION = TENSION DE VAPEUR DU CORPS PUR t Pression dans une capacité contenant une phase liquide et une phase vapeur D MEQ 3008 B

3 2 En effet chaque corps pur possède une courbe de tension de vapeur qui délimite, dans le diagramme pression-température, deux zones comme représenté ci-dessous. - une zone liquide à gauche de la courbe (conditions P 1 et t 1 par exemple) - une zone vapeur à droite de la courbe (conditions P 2 et t 2 par exemple) Pression COURBE DE TENSION DE VAPEUR Etat LIQUIDE Etat VAPEUR P 2 V P 3 P 1 L L + V Température D T 009 D t 1 t 3 t 2 Courbe de tension de vapeur Sur la courbe elle-même (conditions P 3 et t 3 par exemple) il y a coexistence des deux phases liquide et vapeur Les planches en annexe présentent les courbes de tension de vapeur de quelques corps purs. À titre d exemple on a représenté ci-dessous une sphère contenant du propane liquide et gazeux à la température de 20 C. Propane gazeux P P Courbe de tension de vapeur du propane Propane liquide 20 C TV 20 C 3 20 C t D SEC 009 A Pression dans une sphère de propane La condition d équilibre liquide-vapeur étant réalisée, puisqu il y a coexistence des deux phases, la pression P régnant dans le ballon est la tension de vapeur du propane à 20 C, que l on note TV 20 C 3.

4 3 L abaque en annexe permet d en lire la valeur : P = TV 20 C 3 = 8,2 atm La courbe de tension de vapeur d un corps pur permet donc de connaître la pression régnant dans une capacité contenant ce corps à l équilibre liquide-vapeur, à une température connue et ceci quel que soit le niveau de liquide. b - Mélange Si l'on considère un ballon dans lequel un mélange est à l'équilibre liquide-vapeur, la pression P régnant dans le ballon est appelée tension de vapeur du liquide à la température considérée. PRESSION = TENSION DE VAPEUR DU MÉLANGE t D MEQ 3008 C Pression dans une capacité contenant un mélange à l'équilibre liquide-vapeur Dans un tel ballon, une augmentation de température provoque la vaporisation partielle immédiate du liquide; on dit que celui-ci est à son point de bulle. Par contre, une diminution de température provoque la condensation partielle immédiate de la vapeur, on dit que celle-ci est à son point de rosée.

5 4 3 - CAPACITÉ PLEINE DE LIQUIDE La pression n est pas une propriété du liquide mais dépend de la machine qui a généré la pression (en général une pompe), des systèmes de régulation de pression et des systèmes de protection dont est équipée la capacité. (F - 1) V 1 (F - 2) V 1 P P V 2 V 2 (F - 2) En service (F - 1) En service V1 fermé en premier V2 fermé en second V2 fermé en premier V1 fermé en second P = Presse de refoulement de la pompe à débit nul P = Pression Atmosphérique D C 3001 A Pression dans une capacité pleine de liquide

6 5 II - CONSÉQUENCES D'UN APPORT OU D'UN RETRAIT DE CALEUR A UN CORPS 1 - APPORT DE CALEUR Un apport de chaleur à un corps peut avoir les deux conséquences suivantes : - augmenter la température du corps sans changement d'état physique, mais entraîner une dilatation - provoquer la changement d'état physique du corps, ce qui signifie vaporisation pour un liquide a - Apport de chaleur sans changement d'état Capacité pleine de gaz La pression augmente. Elle varie approximativement comme la température absolue du gaz qui est mesurée en Kelvin (K = C + 273). Les risques encourus sont faibles. Capacité pleine de liquide Tout liquide tend à se dilater quand la température augmente; il y a une expansion thermique. Cette caractéristique entraîne des risques car l'élévation de température d'un liquide emprisonné dans un récipient peut par expansion thermique entraîner des surpressions considérables capables de rompre tous les équipements non protégés, ce liquide étant incompressible. Dans le cas d'un ballon en acier plein d'eau à 20 C, une élévation de température de 30 C entraîne une pression de l'ordre de 180 bars, soit en moyenne 6 bars/ C d'élévation de température. Aux températures plus élevées le gradient d'élévation de pression est encore plus grand car la dilatation de l'eau est plus élevée. Ceci est illustré par le schéma ci-dessous : bar rel 20 C 50 C 75 C 105 C D SEC 012 A Évolution de la pression dans une capacité pleine d eau liquide

7 6 Le graphique ci-dessous montre dans un récipient plein de gaz liquéfiés, sans phase gazeuse, l élévation de pression approximative en fonction de l élévation de température, en négligeant les variations de volume du récipient. 80 Pression (bar rel) ( C) Élévation de température D SEC 013 A Évaluation de la pression dans une capacité pleine de gaz liquéfiés S il existe un ciel gazeux au-dessus du liquide, lors de l élévation de température, cette phase vapeur est d abord comprimée et la pression à l intérieur du réservoir s élève plus lentement. Mais lorsque le liquide a occupé, après dilatation, tout le volume du récipient, la pression croît de nouveau brutalement. Ces risques peuvent apparaître en particulier dans une capacité isolée (telle que sphère, camionciterne, wagon-citerne, ballon, bouteille d échantillons, ) par élévation de la température ambiante. On ne doit donc jamais remplir une capacité afin qu'il subsiste un ciel gazeux permettant la libre dilatation du liquide par élévation de température. La température maximale de référence pour des conditions normales de stockage en France est de 50 C. Elle est prise à 40 C si l équipement est muni d un pare-soleil (exemple : wagon et camion-citerne). Compte tenu de ce qui précède la règle couramment utilisée est qu'il subsiste un ciel gazeux au moins égal à 3 % du volume total du récipient quand le liquide est à 50 C. La quantité maximale du produit que peut contenir un réservoir se calcule donc en masse.

8 7 Application : Quelle est la quantité maximale de propane pur à 20 C que l on peut introduire dans une sphère de 1000 m 3? Volume total de la sphère : Ciel gazeux minimal à 50 C : Volume liquide maximal à 50 C : Masse volumique du propane à 50 C : 445 kg/m 3 Masse maximale de propane stocké : Masse volumique du propane à 20 C : 500 kg/m 3 Volume maximal de propane à 20 C : Il en est ainsi pour une bouteille de propane ou de butane commercial qui nouvellement remplie à un ciel gazeux de 15 % à 15 C environ. Celui-ci subsiste à 50 C (3 % minimum). 15 % 3 % 15 C 50 C GPL commerciaux D SEC 019 D Surveiller les niveaux : dans les sphères en particulier, se souvenir que le volume n est pas proportionnel au niveau. Attention aux capacités laissées pleines après les épreuves hydrauliques. Ces risques concernent aussi une tuyauterie isolée. L augmentation de température du produit par la soleil peut entraîner des ruptures de joints et/ou même de la tuyauterie, ou tout au moins empêcher l ouverture de robinet-vanne à opercule.

9 8 Il faut prendre l une des précautions suivantes : - laisser décollée une vanne vers une capacité - si des soupapes d expansion thermique sont prévues, veiller à ce qu elles ne soient pas isolées DN 25 (1") BAC Vanne cadenassée ouverte (CO) O DN 20(3/4") F F D SEC 014 A Soupape d'expansion thermique sur bac de stockage D MEQ 3009 A Soupape d'expansion thermique sur transfert de liquide

10 9 Application : Calculer la quantité de propane pur évacuée par une soupape d expansion thermique placée sur une ligne isolée soumise à une élévation de température. Avec : - ligne : longueur 100 m diamètre nominal 4 (DN 100) section de passage : 82,1 cm 2 - température initiale : 20 C - température finale : 40 C sur les échangeurs, s'il n'existe pas de soupape d'expansion thermique : ne jamais isoler le fluide froid si le fluide chaud est en service. Fluide chaud NE JAMAIS ISOLER LE FLUIDE FROID, SI LE FLUIDE CAUD EST EN SERVICE Fluide froid D MTE 1041 B Précaution d'exploitation sur un échangeur

11 10 Capacité à l équilibre liquide-vapeur Tant qu il subsiste un ciel gazeux, la pression augmente avec élévation de température conformément à la courbe de tension de vapeur du corps concerné. L exemple ci-dessous permet d observer l augmentation de pression avec la température dans une sphère de pur. bar rel. bar rel. 20 C 50 C D SEC 015 A Les pressions qui en découlent sont moins importantes que dans le cas précédent et n engendrent généralement pas de risques particuliers. Néanmoins il faut tenir compte de cette propriété physique lors de toute opération inhabituelle : détournement de produit, démarrage, conditions climatiques inhabituelles, b - Apport de chaleur avec changement d'état La vaporisation du liquide s'accompagne : - d'une consommation d'énergie appelée chaleur latente de vaporisation - d'une augmentation très importante de volume Dans le cas de l'eau : à 100 C et à la pression atmosphérique, l'eau donne un volume de vapeur environ 1600 fois plus grand que son volume à l'état liquide. Aussi l'eau qui entre accidentellement dans une installation, si elle est vaporisée par un produit chaud, peut occasionner une rupture de l'installation. On comprend donc que les surpressions puissent se produire dans des équipements lors de la vaporisation de quantité même faible d'eau si le volume offert à la vapeur n'est pas suffisant. Le risque de surpression augmente bien entendu avec la température. Il peut y avoir destruction de l'équipement intérieur et même éclatement.

12 11 Ainsi dans un bac de stockage : - lors de la rupture d un serpentin dans un bac de stockage de produits réchauffés, on se trouve en présence d un débordement avec moussage (FROT-OVER). C est la mise en ébullition d eau dans un produit chaud, non en feu T > 100 C VAPEUR PV CONDENSAT D SEC 016 A - lors d un feu dans le réservoir on peut rencontrer : une émulsion en surface avec débordement par présence d eau provenant de l arrosage ou de la mousse (SLOP OVER) une vaporisation dans la masse (BOIL OVER) provoquée par le produit qui, en brûlant, crée une onde de chaleur qui se déplace vers le fond du réservoir et provoque l ébullition de l eau libre située en fond de bac Ondes de chaleur Fractions légères distillantes Fractions légères remontant Fractions lourdes coulant D SEC 3000 A Eau libre ou en émulsion Phénomène de boil-over

13 12 Le produit enflammé, projeté dans les airs, génère une véritable boule de feu. D SEC 018 A Rupture d un bac de stockage lors d'un boil-over (toit sans soudure frangible) En opération, les précautions suivantes sont à prendre : contrôle de l'absence d eau dans les coulages vers les bacs de stockage traitant des produits chauds non aqueux purge en point bas dans les tuyauteries et les capacités de stockage où peut s accumuler de l eau drainage complet de l eau résiduelle après des épreuves d étanchéité hydraulique avant tout démarrage des unités à risques vérification de l absence d eau dans les réservoirs de vidange (fût, tonne à vide, ) avant l admission de produit chaud vérification du bon fonctionnement des purgeurs sur les lignes de vapeur d eau pour éviter les "marteaux d'eau". Vapeur PV Condensats D SEC 021 A pas d utilisation de la vapeur d eau dans les serpentins de réchauffage de réservoir de stockage contenant des produits stockés à une température supérieure à C.

14 RETRAIT DE CALEUR Un retrait de chaleur a les conséquences inverses : diminution de la température du corps sans changement d état physique avec contraction par augmentation de la masse volumique changement d état physique, ce qui signifie : condensation pour une vapeur solidification pour un liquide Dans les deux cas, une mise sous vide est à craindre si la capacité considérée est isolée. Elle sera néanmoins bien plus importante lors de condensation de vapeur. Il peut y avoir déformation et même implosion du matériel. Les exemples ci-dessous illustrent ce risque. F F 120 C retrait de chaleur eau 50 C F F Mise sous vide d'un récipient sous pression D SEC 030 A Mise sous vide d un bac de stockage

15 14 Les accidents les plus fréquents sur les équipements isolés se produisent lors de refroidissement inopinés (pluie, baisse de la température extérieure, ) : - par condensation de la vapeur d eau lors de manœuvre de dégazage ou de désaération - par condensation de la vapeur d eau contenue dans l air (bac de stockage, silos, ) - pendant le transport de produits chauds Les précautions nécessaires sont les suivantes : - mettre les évents et les purges à l air libre s il n y a pas de risque de mélange explosif, et vérifier qu ils ne sont pas bouchés - maintenir une légère surpression par : l addition d un corps pur léger (exemple : propane dans butane) du gaz inerte du gaz de chauffe - vérifier le bon fonctionnement des soupapes de respiration double effet sur les bacs de stockage Les risque existe aussi dans une capacité contenant un corps à l équilibre liquide-vapeur. En effet, selon la température certains corps ont une tension de vapeur inférieure à la pression atmosphérique. Dans le cas du n-butane pur, ceci est illustré par l exemple dessous : Bar rel. Bar rel. 20 C 0 C n. Butane gazeux n. Butane à l'équilibre D SEC 1223 B Évolution de la pression dans un wagon-citerne de butane Par temps froid pour éviter la mise sous vide, il peut être nécessaire de pressuriser les capacités (sphère, wagons-réservoirs, habituellement en pression).

16 VAPORISATION D UN LIQUIDE PAR DÉTENTE a - Risques de givrage Lors d une vaporisation par baisse de pression dans une vanne, il n y a pratiquement pas d échange thermique avec le milieu ambiant. La chaleur latente nécessaire à la vaporisation du liquide est prise au liquide lui-même. La baisse de température qui en découle amène en présence d humidité, un givrage au point de détente et peut créer des blocages par le gel de l eau ou par la formation d hydrates. Lors d une prise d échantillon de gaz liquéfiés pour permettre en cas d incidents chaque vanne soit manœuvrable : D SEC 024 A ouvrir dans l ordre, les robinets 1 puis 2 lorsque la prise est terminée, fermer 2 puis 1 décomprimer le flexible en ouvrant 3 décomprimer la ligne entre 1 et 2 en ouvrant 2, puis fermer 2 Ceci est bien entendu aussi valable pôur une purge de gaz liquéfiés. b - Formation d hydrates ydrates d'hydrocarbures Les hydrates sont des structures cristallines qui peuvent se former lorsqu on met des hydrocarbures et de l eau en présence dans certaines conditions. Il est admis que les hydrates sont des inclusions de molécules de gaz dans les espaces laissés libres dans un réseau cristallin de molécules d eau avec de faibles liaisons chimiques entre le gaz et l eau. Deux types d hydrates ont été mis en évidence : Molécules d'ydrocarbures D C 3000 A Réseau cristallin de molécules d'eau Exemple de structure cristalline d'un hydrate (propane)

17 16 - le premier intéressant les molécules de faibles tailles (méthane, éthane, éthylène) avec pour formules : C 4 7,6 2 O C 2 6 7,6 2 O - le second relatif aux molécules plus grosses (propylène, propane, isobutane) comportant 17 molécules d eau Les tailles des molécules au-delà du n-butane sont trop importantes pour permettre la pénétration dans une cavité du réseau cristallin de sorte que les homologues supérieurs au butane ne peuvent donner lieu à des formations d hydrates. Les hydrates sont des solides de couleur blanche qui peuvent revêtir différents aspects (neige, givre, cristaux ou arborescences) et dont la densité est d environ 0,98. Les températures de formation des hydrates dépendent de la pression et de l hydrocarbure concerné et peuvent être largement situées au-dessus de 0 C. Le diagramme ci-dessous représente les domaines de formation d hydrates ou d eau libre pour quelques hydrocarbures : atm Méthane Éthane Propane Pression ZONE DE FORMATION D'YDRATES Eau liquide + C liquide 3 2 Isobutane n-butane Eau liquide + vapeur d'c 1 0,9 0,8 0,7 0,6 0, C Température ( C) Eau solide + vapeur d'c 0 C Température D T 008 B Domaine de formation des hydrates

18 17 Ces températures n ont bien entendu aucun rapport avec les températures de solidification des hydrocarbures résumées dans le tableau ci-dessous. Constituants Température de solidification ( C) Méthane 182,5 Éthane 183 Propane 187 Isobutane 159,4 Éthylène 169,4 Propylène 185,4 Lorsque l'hydrate se décompose, il y a libération du gaz contenu dans le réseau cristallin. Ex : 164 cm 3 de méthane gazeux par cm3 d'hydrate solide. Autres hydrates Il peut y avoir formation d'hydrates avec d'autres gaz tels que le gaz carbonique, l'hydrogène sulfuré, le chlore, le brome. Gaz ydrate / Formule Couleur CO 2 CO 2 / 7,6 2 O Blanchâtre 2 S 2 S / 5,07 2 O Jaunâtre Cl 2 Cl 2 / 5,75 2 O Légèrement coloré Br 2 Br 2 / 10 2 O Rougeâtre Risques liés aux hydrates Les hydrates occupent un volume important étant donné leur faible masse volumique. Ils sont capables de boucher en partie ou en totalité les équipements tels que lignes, filtres, robinetterie, Ils peuvent s'accumuler dans les échangeurs, se déposer dans les machines tournantes en entraînant un balourd du rotor générateur de vibrations. L adhérence aux parois et la dureté du bloc d hydrates est telle qu aucun moyen mécanique normal de débouchage ne peut être mise en œuvre. Seul le réchauffage (ex : lance à vapeur) s'avère efficace.

19 18 Pour éviter ces risques il faut : diminuer la teneur en eau dans le gaz (ex : 0,01 % à 15 C dans le propane) injecter du méthanol, avide d'eau c - Fuite à l atmosphère de gaz liquéfiés sous pression Lors d une fuite de gaz liquéfiés sous pression il y a détente brusque de la pression interne du récipient à pression atmosphérique et donc vaporisation instantanée d une partie du gaz liquéfié libéré. La partie non vaporisée s écoule en nappes circulaires et se vaporise lentement grâce aux apports thermiques de l environnement (conduction et convection avec le sol ou de l eau, rayonnement solaire, température ambiante, ). Le phénomène est différent dans le cas d un gaz liquéfié cryogénique stocké à la pression atmosphérique puisque la vaporisation instantanée n apparaît pas, le produit libéré se répand sur le sol, formant une nappe qui se vaporise peu à peu.

20 19 III - COUPS DE BÉLIER 1 - DESCRIPTION DU PÉNOMÈNE Un coup de bélier est une brusque variation de pression et a pour cause une brutale variation de débit : fermeture / ouverture de robinets démarrage / arrêt de pompe (en particulier à distance) Dans une tuyauterie où circule du liquide, une fermeture brusque de vanne ne bloque pas immédiatement toute la masse de liquide se trouvant dans la tuyauterie. Ce liquide encore en mouvement vient s écraser sur la face amont de l opercule de la vanne en produisant une augmentation de pression et de la même façon, la pression en aval de la vanne chute brutalement. Amont Aval Amont Aval D SEC 025 A Cette surpression (ou dépression) localisée sur une petite longueur va se déplacer sous forme d une onde le long de la conduite (à la vitesse du son dans le liquide 1 km/s) jusqu à ce qu elle rencontre un obstacle qui la fait repartir dans l autre sens. On crée ainsi un mouvement de va et vient de surpression et de dépression qui diminue avec le temps grâce aux frottements qui amortissent le mouvement. La valeur de la surpression atteinte est fonction de la vitesse de fermeture de la vanne. Une formule simplifiée permet d estimer cette surpression. P = L. (V 1 V 2 ) t. 50 P = surpression en bar L = longueur de la tuyauterie en m t = durée de la fermeture de la vanne en s v 1 = vitesse du produit ligne en service en m/s v 2 = vitesse après fermeture vanne = 0 m/s

21 20 Application : Calculer la surpression atteinte dans le cas suivant : Débit = Diamètre tuyauterie = Longueur de la tuyauterie = Temps de fermeture de la vanne = Vitesse en m/sec. DN 50 Série F - 2" Sch 40 DN 80 Série F - 3" Sch 40 DN 100 Série F - 4" Sch 40 DN 125 Série F - 5" Sch DN 150 Série F - 6" Sch DN 200 Série F - 8" Sch DN 250 Série F - 10" Sch 40 DN 300 Série F - 12" Sch 40 DN 400 Série F - 16" Sch 40 Débits en m 3 /h D SEC 032 A Relation vitesse-débit dans une conduite en fonction du diamètre

22 EFFETS DE COUPS DE BÉLIER ET PRÉVENTION Les coups de bélier par la surpression ou la dépression qu ils occasionnent peuvent être la cause de chocs et de ruptures d éléments de tuyauterie (en particulier en plastique où les phénomènes sont fréquents) ou de pièces mécaniques : joints, corps de pompe, boulonnerie de brides, clapets, Pour prévenir ces incidents, deux solutions peuvent se présenter : - la non création du coup de bélier - la surpression de la variation de pression par un équipement approprié Éviter le coup de bélier L amplitude de la surpression dépend essentiellement de la vitesse de variation du débit. Il suffit donc de s attacher à ne produire que des variations lentes du débit. Il est ainsi recommandé de : démarrer une pompe vanne de refoulement fermée d arrêter une pompe après avoir fermé la vanne de refoulement d ouvrir ou fermer les robinets manuels progressivement (attention aux vannes 1/4 tour) de prévoir des temps raisonnables d'ouverture / fermeture des robinets motorisés de remplir lentement une canalisation vide vanne ouverte brusquement Vanne fermée Air Impact du front du liquide = surpression D SEC 026 A Coup de bélier à l'ouverture d'une vanne Se prémunir contre les coups de bélier Il est cependant très difficile d éviter tous les coups de bélier : un arrêt brutal de pompe n est pas souvent précédé par la fermeture de la vanne de refoulement les automatismes de chargement créent systématiquement des coups de bélier Des équipements de protection peuvent être prévus : soit pour amortir les coups de bélier par exemple avec une capacité antipulsatoire soit pour se protéger contre des surpressions occasionnelles importantes par exemple avec une soupape ou un disque d éclatement.

23 22 Pour éviter la dissolution du gaz dans le liquide, on utilise des bouteilles à membranes de type Olaer. La pression de gonflage est fonction des caractéristiques du circuit. Une bouteille ne peut amortir qu une seule fréquence. On n'est donc pas protégé dans le cas d'une pompe à vitesse variable Orifice de gonflage Gaz comprimé Ouvert Vessie D SEC 027 B Bouteille anti-pulsatoire de type Olaer Clapet Neyric sur réseau d'eau incendie Systèmes de protection contre les surpressions et les dépressions

24 Pression (Atm) Méthane Ethane Ethylène n-butane isobutane Propane Propylène 10 9 n-pentane isopentane n-eptane n-exane ,9 0,8 0,7 0,6 0, ,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 COURBES DE TENSION DE VAPEUR DE QUELQUES YDROCARBURES (Origine équation d'antoine) 0,4 0,3 0,2 0, Température ( C) 0, D PPC 010 A

25 Pression (bar) 221,29 bar Point critique C ,15 C ,9 1 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 COURBE DE TENSION DE VAPEUR DE L'EAU DE 50 C AU POINT CRITIQUE 0,2 0,1 Température ( C) D T 018 E

26 ,08 0,07 0,06 0, D T 1005 A ,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0, ,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0,09 0,08 0,07 0,06 0,05 Cl 2 F CCl 4 COURBES DE TENSION DE VAPEUR DE QUELQUES COMPOSÉS CIMIQUES Origine équation d'antoine BrF 3 Température ( C) N 3 CI CO 2 BF 3 Pression (bar) PT PT PT PT

27 26 VARIATION DE LA DENSITÉ DE QUELQUES LIQUIDES AVEC LA TEMPÉRATURE Nom Formule Densité d -80 C -60 C -40 C -20 C 0 c 20 C 40 C 60 C 80 C 100 C 150 C 200 C Acétaldehyde C 2 4 O 0,78 Acétate de butyle C 6 12 O 2 0,882 Acétate d'éthyle C 4 8 O2 0,901 Acétone C 3 6 O 0,855 0,832 0,811 0,791 0,765 0,74 Acide acétique C 2 4 O 2 1,049 1,028 1,003 0,98 0,96 Acide formique C 2 O 2 1,221 1,192 1,169 Acrylonitrile C 3 3 N 0,806 Anhydride acétique C 4 6 O 3 1,082 Benzène C 6 4 0,879 0,858 0,836 0,815 0,793 0,731 0,661 Butane n-butane C ,674 0,658 0,640 0,621 0,601 0,579 0,555 0,528 0,500 0,488 isobutane 0,605 0,584 0,559 0,534 0,505 Chlore (liquide) Cl 2 1,571 1,522 1,448 1,411 1,348 1,279 1,203 1,113 Chlorobenzène C 6 5 Cl 1,13 1,108 1,087 1,065 1,04 1,02 0,96 0,896 Chloroforme CCl 3 1,64 1,60 1,56 1,52 1,48 1,43 1,40 1,36 1,32 1,21 1,06 Chlorure de méthyle C 3 Cl 1,101 1,067 1,031 0,997 0,960 0,921 0,881 0,837 0,790 0,733 Chlorure de méthylène C 2 Cl 2 1,49 1,455 1,42 1,385 1,35 1,318 1,28 1,248 1,212 1,175 1,06 0,90 Chlorure de vinyle C 2 3 Cl 1,06 1,03 1,00 0,975 0,945 0,915 0,88 0,845 0,80 0,745 0,51 Cyclohexane C ,78 0,76 0,74 0,72 Diéthylène glycol C 4 10 O 3 1,135 1,122 1,107 1,091 1,075 1,06 1,02 Éthanol C 2 6 O 2 0,855 0,835 0,82 0,806 0,789 0,765 0,745 0,736 0,716 0,645 0,50 Éthylène glycol C 2 6 O 2 1,127 1,113 1,098 1,083 1,069 1,054 1,017 0,974 Formaldéhyde C 2 O 0,815 Fréon 22 CClF 2 1,512 1,465 1,411 1,350 1,285 1,213 1,133 Furfural C 5 4 O 2 1,16 Glycérine C 3 8 O 3 1,263 1,251 1,237 1,224 1,21 1,17 1,132 Méthanol C 4 O 0,880 0,862 0,845 0,827 0,810 0,792 0,774 0,755 0,736 0,714 0,646 0,563 Mercure g 13,64 13,60 13,55 13,50 Nitrobenzène C 6 3 NO 2 1,203 1,182 1,163 1,142 1,122 1,071 1,018 Oxyde d'éthylène C 2 4 O 0,95 0,92 0,891 0,864 0,834 0,804 0,78 0,75 0,63 Propane (liquide) C 3 8 0,624 0,603 0,579 0,556 0,530 0,502 0,469 0,433 Soufre fondu S 1,80 1,78 1,76 Styrène C 8 8 0,907 Tetrachl. de carbone CCl 4 1,67 1,63 1,585 1,545 1,505 1,46 1,42 1,31 1,18 Toluène C 7 8 0,960 0,942 0,923 0,905 0,886 0,868 0,849 0,830 0,811 0,791 0,739 0,679 Trichloréthylène C 2 Cl 3 1,60 1,57 1,535 1,50 1,465 1,43 1,395 1,36 1,33 1,24 1,13 Urée (fondue) C 4 N 2 O 1,335 m-xylène 0,885 0,866 0,851 0,833 0,814 0,793 0,738 0,68 Xylène o-xylène C ,91 0,881 0,865 0,846 0,83 0,812 0,764 0,708 p-xylène 0,861 0,84 0,823 0,805 0,786 0,738 0,682

Fiche d installation sur l utilisation des bonbonnes à gaz de pétrole liquéfie (LPG) Butane Probutane Propane

Fiche d installation sur l utilisation des bonbonnes à gaz de pétrole liquéfie (LPG) Butane Probutane Propane Fiche d installation sur l utilisation des bonbonnes à gaz de pétrole liquéfie (LPG) Butane Probutane Propane 1 1. Définition LPG On entend par LPG (Liquefied Petroleum Gas) du BUTANE, PROPANE et leurs

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état PLAN 1ère partie Chapitre 2 Changements d état 1 Généralités 1.1 Notion de phase 1.2 Passages d un état à l autre 1.3 Equilibre entre les phases 1.4 Chaleur latente de changement d état 2 Fusion-solidification

Plus en détail

L HYDRAULIQUE. 1) Formules de notions de base. Différence de température départ/retour en K

L HYDRAULIQUE. 1) Formules de notions de base. Différence de température départ/retour en K L HYDRAULIQUE 1) Formules de notions de base Puissance nécessaire pour élever une certaine quantité d eau d un différentiel de température Puissance (W) = 1.163 x Volume (l) x T ( C) Débit nécessaire en

Plus en détail

PARTIE A GENIE CHIMIQUE. Du gaz de Lacq au soufre

PARTIE A GENIE CHIMIQUE. Du gaz de Lacq au soufre PARTIE A GENIE CHIMIQUE Du gaz de Lacq au soufre Plus de la moitié du soufre produit dans le monde provient du traitement des gaz naturels et des pétroles. En France, il est produit principalement à partir

Plus en détail

CONTAMINATION DU GPL PAR LE FUEL GAZ.

CONTAMINATION DU GPL PAR LE FUEL GAZ. CONTAMINATION DU GPL PAR LE FUEL GAZ. Auteur : Rouibet Karim Eddine ingénieur process Structure : SH, Acivité Amont/ DP/Direction exploitation BP50 Hassi Messaoud Email : krouibet@yahoo.com Résumé : Les

Plus en détail

Phénomènes dangereux et modélisation des effets

Phénomènes dangereux et modélisation des effets Phénomènes dangereux et modélisation des effets B. TRUCHOT Responsable de l unité Dispersion Incendie Expérimentations et Modélisations Phénomènes dangereux Description et modélisation des phénomènes BLEVE

Plus en détail

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Cycle frigorifique Le principe de la pompe à chaleur est ancien (Thomson 1852), mais il a fallu attendre 1927 pour voir da première pompe à chaleur fonctionner

Plus en détail

Laddomat 21-60 Kit de chargement

Laddomat 21-60 Kit de chargement Laddomat 21-60 Kit de chargement Laddomat 21 a pour fonction de... Guide d utilisation et d installation... lors du chauffage, permettre à la chaudière de rapidement atteindre la température de service....

Plus en détail

Bepac eau chaude sanitaire à capteur sol. Bepac. Ecs 300LT CAPTEUR SoL

Bepac eau chaude sanitaire à capteur sol. Bepac. Ecs 300LT CAPTEUR SoL Ecs 300LT CAPTEUR SoL 1 Pose du Capteur Manuel d installation et utilisation Le capteur se pose à 80 cm de profondeur, il doit être installé dans le sol et sera recouvert de terre.(tolérance du terrassement

Plus en détail

EQUIPEMENTS SOUS PRESSION

EQUIPEMENTS SOUS PRESSION EQUIPEMENTS SOUS PRESSION GENERATEUR DE VAPEUR TYPE HA 54X - BRULEUR GAZ PRODUCTION HORAIRE : 3000 kg / vapeur PRESSION MAXIMALE (admissible) EN SERVICE : 14 bars EXTINCTEUR A EAU AVEC ADDITIF : FS9 EV

Plus en détail

Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques

Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques Durée : 5 jours Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques Réf : (Therm.01) - Permettre au personnel ayant la pratique, d'exploiter une installation comportant des générateurs

Plus en détail

Exercices MathSpé PC 2012-2013. Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur

Exercices MathSpé PC 2012-2013. Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur Exercice 1 : Le diagramme binaire isobare du mélange binaire formé par le propan-2-ol (noté 2) et du 2-méthylpropan-2-ol (noté 1) est donné ci-dessous.

Plus en détail

Les chaudières à condensation

Les chaudières à condensation Les chaudières à condensation Combustion du gaz naturel : CH 4 + 2 O 2 CO 2 + 2 H 2 O + chaleur CH4 : Le méthane qui est le combustible O2 : L oxygènede l air qui est le comburant comburant CO2 : Le dioxyde

Plus en détail

Plus d évaporation en drain back. Ou drain back en circuit fermé.

Plus d évaporation en drain back. Ou drain back en circuit fermé. Plus d évaporation en drain back. Ou drain back en circuit fermé. Installation d origine: Classique, circuit primaire, capteurs-réserve-serpentin-circulateurcapteurs-etc Modèle Yves Guern, avec réserve

Plus en détail

REGLE APSAD R13 Extinction automatique à gaz (Edition Juin 2010) Prise en compte des déclencheurs manuels de secours

REGLE APSAD R13 Extinction automatique à gaz (Edition Juin 2010) Prise en compte des déclencheurs manuels de secours ADDITIF Juin 2012 REGLE APSAD R13 Extinction automatique à gaz (Edition Juin 2010) Prise en compte des déclencheurs manuels de secours Harmonisation de la qualité des câbles d une installation Propriétés

Plus en détail

Systèmes de pression d eau 2.9 et 3.5 et 5.2 montés sur un moteur à courant continu de 12/24 V

Systèmes de pression d eau 2.9 et 3.5 et 5.2 montés sur un moteur à courant continu de 12/24 V Systèmes de pression d eau 2.9 et 3.5 et 5.2 montés sur un moteur à courant continu de 12/24 V Applications typiques Les systèmes WPS 3.5/5.2 UNO et WPS 2.9/3.5 UNO MAX sont des pompes volumétriques à

Plus en détail

Hydraulique industrielle Correction TD 3

Hydraulique industrielle Correction TD 3 Hydraulique industrielle Correction TD 3 1 Etude d un limiteur de pression 1.1 Identification des fonctions Les différents élements assurant le fonctionnement du composant sont listés ci dessous : - Orifice

Plus en détail

I) GENERALITES II) LE CHAUFFAGE CENTRAL.

I) GENERALITES II) LE CHAUFFAGE CENTRAL. LE CHAUFFAGE DES LOCAUX Introduction : Le chauffage est en hôtellerie un élément de confort ; il joue un rôle sur la santé du personnel et des clients. Il a également un rôle vis à vis de l entretien des

Plus en détail

Le GNL Journées techniques incendie SDIS13 19 mai 2015. Marie-Véronique DEYDIER Antoine SECHET

Le GNL Journées techniques incendie SDIS13 19 mai 2015. Marie-Véronique DEYDIER Antoine SECHET Le GNL Journées techniques incendie SDIS13 19 mai 2015 Marie-Véronique DEYDIER Antoine SECHET Agenda Le Gaz Naturel Liquide Où trouve-t-on du GNL? Les phénomènes dangereux du GNL Moyens d extinction film

Plus en détail

DOSSIER CHAUFFAGE RADIATEURS & CIRCUIT DE CHAUFFAGE LE RÔLE DU CHAUFFAGE LES MODES DE TRANSMISSION DE LA CHALEUR

DOSSIER CHAUFFAGE RADIATEURS & CIRCUIT DE CHAUFFAGE LE RÔLE DU CHAUFFAGE LES MODES DE TRANSMISSION DE LA CHALEUR DOSSIER CHAUFFAGE RADIATEURS & CIRCUIT DE CHAUFFAGE LE RÔLE DU CHAUFFAGE LES MODES DE TRANSMISSION DE LA CHALEUR DESCRIPTION D UN CIRCUIT DE CHAUFFAGE A EAU CHAUDE LE SENS DE LA PENTE LE RADIATEUR EN FONTE

Plus en détail

ÉQUILIBRE LIQUIDE-VAPEUR ÉQUILIBRE LIQUIDE-VAPEUR DES CORPS PURS

ÉQUILIBRE LIQUIDE-VAPEUR ÉQUILIBRE LIQUIDE-VAPEUR DES CORPS PURS Ingénieurs en Sécurité Industrielle Connaissance et Maîtrise des Phénomènes Physiques et Chimiques ÉQUILIBRE LIQUIDE-VAPEUR ÉQUILIBRE LIQUIDE-VAPEUR DES CORPS PURS I - VAPORISATION ET CONDENSATION D'UN

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

I Hydrocarbures simplifiés

I Hydrocarbures simplifiés Gaz et fioul 1/5 Données communes : Composition volumique de l air est de 21 % de O2 et 79 % de N2. Chaleur latente de vaporisation de l eau : L f = 2 250 kj/kg. Eléments Carbone Hydrogène Oxygène Azote

Plus en détail

LE CIRCUIT DE REFROIDISSEMENT DÉFINITION :

LE CIRCUIT DE REFROIDISSEMENT DÉFINITION : Page 1 sur 7 LE CIRCUIT DE REFROIDISSEMENT DÉFINITION : Circuit fermé dans le but d'évacuer des calories créées sous forme de chaleur. Le plus souvent, il s agit d eau avec un additif permettant d augmenter

Plus en détail

Robinet thermostatique à préréglage pour conduites de circulation d E.C.S. «Aquastrom T plus»

Robinet thermostatique à préréglage pour conduites de circulation d E.C.S. «Aquastrom T plus» Robinet thermostatique à préréglage pour conduites de circulation d E.C.S. Information technique Descriptif du cahier des charges: Robinet thermostatique Oventrop à préréglage pour conduites de circulation

Plus en détail

ELEMENTS COMPLEMENTAIRES D UNE CHAUFFERIE

ELEMENTS COMPLEMENTAIRES D UNE CHAUFFERIE ELEMENTS COMPLEMENTAIRES D UNE CHAUFFERIE 1. ALIMENTATION EN EAU Lorsque le circuit de chauffage est alimenté par le réseau d eau potable, l alimentation en eau doit comporter un réservoir de coupure,

Plus en détail

3. Les limites d inflammations ou d explosivités.

3. Les limites d inflammations ou d explosivités. L explosimétrie 1. Qu est ce qu une explosion? L explosion est due à la présence d un combustible mélangé à un comburant dans des proportions données, qui en présence d une source d ignition ou de chaleur,

Plus en détail

Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie

Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie Manipulation 1 Le calorimètre de Junkers et la mesure de la masse moléculaire par effusiométrie Consignes de sécurité Soyez prudent en utilisant le gaz naturel. Dans le cas d une odeur de gaz, fermez la

Plus en détail

ROBINETTERIE DE NIVEAU KLINGER TYPE DVK2.IT

ROBINETTERIE DE NIVEAU KLINGER TYPE DVK2.IT Notice rob. DVK2.IT vapeur, page - 1 - ROBINETTERIE DE NIVEAU KLINGER TYPE DVK2.IT CARACTERISTIQUES TECHNIQUES Utilisation sur : vapeur saturée Pression maximum d'utilisation :120 bar vapeur saturée Montage

Plus en détail

VALVES A TOURNANT SPHERIQUE NAVAL EN ACIER ET ACIER INOXYDABLE INSTRUCTIONS POUR INSTALLATION, UTILISATION ET ENTRETIEN

VALVES A TOURNANT SPHERIQUE NAVAL EN ACIER ET ACIER INOXYDABLE INSTRUCTIONS POUR INSTALLATION, UTILISATION ET ENTRETIEN 1(5) VALVES A TOURNANT SPHERIQUE NAVAL EN ACIER ET ACIER INOXYDABLE INSTRUCTIONS POUR INSTALLATION, UTILISATION ET ENTRETIEN MATERIAU ACIER MATERIAU INOXYDABLE PIECEDENOMINATION 1 TUYAU DU CORPS P235GH

Plus en détail

Objectifs : Introduction. 1 ère GMB Technologie Les carburants 1 / 7

Objectifs : Introduction. 1 ère GMB Technologie Les carburants 1 / 7 1 ère GMB Technologie Les carburants 1 / 7 Les carburants Objectifs : L élève devra être capable de : Définir la composition des carburants usuels (essence, gazole et GPL) ; Pour les carburants usuels,

Plus en détail

Manuel d installation et d utilisation. Ballon tampon PS V 1.0

Manuel d installation et d utilisation. Ballon tampon PS V 1.0 Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon PS V 1.0 TABLE DES MATIERES 1. Description du produit... 2 1.1 Type... 2 1.2 Isolation thermique... 2 1.3 Spécifications... 2 2. Généralités... 2 3.

Plus en détail

2 Trucs et Astuces 2

2 Trucs et Astuces 2 Trucs et Astuces 2 2 Le chauffe-eau solaire 1.Les capteurs 2.Les circuits solaires 3.Le circuit sanitaire 4.Les systèmes d appoint 5.Fiches synthèse 6.Bon à savoir Trucs et Astuces 3 1 Les capteurs Trucs

Plus en détail

BUTANE ET PROPANE UNE ÉNERGIE PERFORMANTE ET COMPÉTITIVE UNE GARANTIE POUR L ENVIRONNEMENT

BUTANE ET PROPANE UNE ÉNERGIE PERFORMANTE ET COMPÉTITIVE UNE GARANTIE POUR L ENVIRONNEMENT BUTANE ET PROPANE UNE ÉNERGIE PERFORMANTE ET COMPÉTITIVE UNE GARANTIE POUR L ENVIRONNEMENT Les gaz butane et propane sont des énergies propres, respectueuses de l environnement. Leur combustion est d excellente

Plus en détail

LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE

LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE LE DIAGRAMME ENTHALPIQUE L expression cycle vient de la thermodynamique. En effet lorsqu une masse de fluide se retrouve après diverses transformations dans le même état (pression, volume, température)

Plus en détail

Givrage des détendeurs

Givrage des détendeurs COMMISSION TECHNIQUE REGIONALE EST Givrage des détendeurs Recommandations issues d un groupe de travail des Instructeurs de la CTR EST Pourquoi aborder ce sujet? Accidents fréquents dans nos eaux intérieures

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

Notions sur les différentes Chaudières au sol

Notions sur les différentes Chaudières au sol TECHNIQUES DES INSTALLATIONS SANITAIRES Nom : ET ENERGIES THERMIQUES Chaudières au sol Section énergétique Mr CHENUIL Notions sur les différentes Chaudières au sol On donne : Un dossier ressource définissant

Plus en détail

Schéma de principe hydraulique

Schéma de principe hydraulique 1. Schéma de fonctionnement Ces s de fonctionnement sont des solutions préférentielles et éprouvées fonctionnant sans problèmes et permettant une plus haute efficacité de l'installation de pompe à chaleur.

Plus en détail

P = F S S.BINET FORCES PRESSANTES 1/5. relation Pression / Force / Surface. forces pressantes : Les solides : Cas n 1 : cas n 2 :

P = F S S.BINET FORCES PRESSANTES 1/5. relation Pression / Force / Surface. forces pressantes : Les solides : Cas n 1 : cas n 2 : ACTIVITE 1 : relation Pression / Force / Surface. forces pressantes : Les solides : Cas n 1 : cas n 2 : Mousse Mousse 1. Placez la masse sur le morceau de mousse. Que se passe t-il à l équilibre? La mousse

Plus en détail

Le vase d expansion d une installation solaire thermique collective

Le vase d expansion d une installation solaire thermique collective Le vase d expansion d une installation solaire thermique collective Fiche technique sur le rôle et l importance du dimensionnement du vase d expansion d une installation solaire thermique collective. Cette

Plus en détail

Transformer L énergie

Transformer L énergie Chapitre IV : Les récepteurs hydrauliques. IV.1 Introduction : Les récepteurs hydrauliques transforment l énergie hydraulique en énergie mécanique. On distingue : - Les récepteurs pour mouvement de translation

Plus en détail

Le gonflage des bouteilles

Le gonflage des bouteilles Le gonflage des bouteilles 2 séances consacrées à l'utilisation des appareils sous pression, pour : Connaître le fonctionnement général de nos équipements, Pouvoir répondre aux questions des plongeurs,

Plus en détail

EQUIPEMENTS CLAPET PARE FLAMME 85-30

EQUIPEMENTS CLAPET PARE FLAMME 85-30 EQUIPEMENTS CLAPET PARE FLAMME 85-30 Arrête les retours de flamme Montage sur canalisation après détente Grand débit Basse pression En laiton Compatibilité avec les gaz Les clapets pare flammes 85-30 sont

Plus en détail

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Apports et éliminations de chaleur. Guide TP «conduite d une réaction exothermique»

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Apports et éliminations de chaleur. Guide TP «conduite d une réaction exothermique» MODULE REACTEUR Guide TP 1 / 30 Guide TP SOMMAIRE Objectifs de la séance et travail à effectuer 3 page Utilisation du simulateur 3 Fiche 1 Premiers éléments du bilan thermique 11 Fiche 2 Conduite d une

Plus en détail

Descriptif. Fonctions. Caractéristiques. Applications. Tests. Vanne de régulation permettant la limitation et la stabilisation hydraulique du débit.

Descriptif. Fonctions. Caractéristiques. Applications. Tests. Vanne de régulation permettant la limitation et la stabilisation hydraulique du débit. DN 50 à 000 - Série K 0 Vanne de régulation permettant la limitation et la stabilisation hydraulique du débit. Descriptif Généralités sur le fonctionnement de la vanne Hydrobloc, voir fiche Série K. Gamme

Plus en détail

Leçon N 1 : Capacités Connaissances Expériences Relever des températures. transfert de l énergie.

Leçon N 1 : Capacités Connaissances Expériences Relever des températures. transfert de l énergie. Leçon N 1 : Température et chaleur Capacités Connaissances Expériences Relever des températures. Connaître l'existence des échelles de Etalonnage d'un thermomètre. Vérifier expérimentalement que lors d

Plus en détail

LA PURGE DES CIRCUITS HYDRAULIQUES J-M R. D-BTP

LA PURGE DES CIRCUITS HYDRAULIQUES J-M R. D-BTP LA PURGE DES CIRCUITS HYDRAULIQUES J-M R. D-BTP 2006 1 Solubilité de l air dans l eau Les causes de la présence des gaz Effet de la présence des gaz L élimination des gaz Les différents systèmes de purge

Plus en détail

Chaudières à vapeur à combustible

Chaudières à vapeur à combustible 1 Objectif Chaudières à vapeur à combustible Connaître les principes des chaudières à combustible. 2 Introduction La chaudière est un dispositif permettant de chauffer l'eau et de produire de la vapeur

Plus en détail

LE SYSTEME DE REFROIDISSEMENT Moteur 1/8

LE SYSTEME DE REFROIDISSEMENT Moteur 1/8 LE SYSTEME DE REFROIDISSEMENT Moteur 1/8 I Inconvénients d'une chaleur exagérée - Dilatation excessive ( serrage, grippage...) - Diminution du taux de remplissage ( dû à la dilatation des gaz ) - Auto-inflammation

Plus en détail

STOCKAGE ET DISTRIBUTION DES GPL D UNE CAPACITE COMPRISE ENTRE 6T ET 50T

STOCKAGE ET DISTRIBUTION DES GPL D UNE CAPACITE COMPRISE ENTRE 6T ET 50T 1 er jour : STOCKAGE ET DISTRIBUTION DES GPL D UNE CAPACITE COMPRISE ENTRE 6T ET 50T DUREE : 3 JOURS PROGRAMME : Rappels succincts sur : - Les unités - Caractéristiques physiques et chimiques des GPL :

Plus en détail

CONTROLE DU CIRCUIT DE REFROIDISSEMENT

CONTROLE DU CIRCUIT DE REFROIDISSEMENT ATELIER DE MAINTENANCE DES VEHICULES Lycée N-J Cugnot 93 Neuilly/Marne Voitures Particulières CONTROLE DU CIRCUIT DE REFROIDISSEMENT P Boursin, 2009 1 REFROIDISSEMENT Caractéristiques QUANTITE ET QUALITE

Plus en détail

Robinet thermostatique antigel Bydrain

Robinet thermostatique antigel Bydrain IM-P670-01 ST-BEf-04 4.1.2.100 Robinet thermostatique antigel Bydrain Notice de montage et d entretien 1. Informations de sécurité 2. Description 3. Installation 4. Mise en service 5. Fonctionnement 6.

Plus en détail

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs 0193 exe TOTAL A5 contamination_mise en page 1 20/09/11 15:41 Page1 Se protéger contre la contamination par les micro-organismes Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Plus en détail

INSTRUCTIONS D ENTRETIEN

INSTRUCTIONS D ENTRETIEN INSTRUCTIONS D ENTRETIEN Pompe à chaleur Danfoss DHP-R VUBME104 VUBME104 Sommaire 1 Important... 4 1.1 Consignes de sécurité...4 1.2 Protection...4 2 Généralités... 5 2.1 Description du produit...5 2.2

Plus en détail

Installation de la station FS36

Installation de la station FS36 Installation de la station FS36 Plancher sans chape CaleôSol, Mur Chauffant CaleôMur Introduction Le chauffage par le sol à base d'eau est dit à basse température, ce qui signifie que la température d'écoulement

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES FUTURAN F920

CAHIER DES CHARGES FUTURAN F920 Installation de chantier CAHIER DES CHARGES FUTURAN F920 1 Destinataires Les chauffagistes, les ventilistes & les plombiers professionnels 2 La chambre technique a. Le local accueillant le système FUTURAN

Plus en détail

Descriptif. Fonctions. Caractéristiques. Applications. Tests. Vanne de régulation permettant la limitation et la stabilisation hydraulique du débit.

Descriptif. Fonctions. Caractéristiques. Applications. Tests. Vanne de régulation permettant la limitation et la stabilisation hydraulique du débit. DN 50 à 000 - Série K 0 Vanne de régulation permettant la limitation et la stabilisation hydraulique du débit. Fonctions Limiter un débit quelles que soient les variations de la pression amont et de la

Plus en détail

Technologie de pompe : Une meilleure efficacité énergétique dans les installations de froid

Technologie de pompe : Une meilleure efficacité énergétique dans les installations de froid ETUDE SPECIALISEE Une meilleure efficacité énergétique dans les installations de froid Conformément aux recommandations EDL (Efficacité et prestations de service énergétiques) des mesures ciblées doivent

Plus en détail

Inspection des systèmes de plomberie et de chauffage

Inspection des systèmes de plomberie et de chauffage Inspection des systèmes de plomberie et de chauffage Présentation à la 44 ième rencontre du RTHQ Mai 2011 Sommaire Codes applicables Produits approuvés Évacuation Ventilation Alimentation en eau potable

Plus en détail

QCM5 - P H Y S I Q U E

QCM5 - P H Y S I Q U E QCM5 - P H Y S I Q U E 1. Une pression de 3 bars équivaut à : (Pa : Pascal) a. 300 Pa b. 3000 Pa c. 30000 Pa d. 300000 Pa 2. La pression atmosphérique vaut : a. 25 bars b. 1 bar c. 10 bars d. 100 bars

Plus en détail

INSCRIPTION, CLASSEMENT ET EMBALLAGE. Communication de l expert de l Afrique du Sud

INSCRIPTION, CLASSEMENT ET EMBALLAGE. Communication de l expert de l Afrique du Sud NATIONS UNIES ST Secrétariat Distr. GÉNÉRALE ST/SG/AC.10/C.3/2005/47 13 septembre 2005 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ D EXPERTS DU TRANSPORT DES MARCHANDISES DANGEREUSES ET DU SYSTÈME GÉNÉRAL HARMONISÉ

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

SCHEMATHEQUE 2004 Juin 2005

SCHEMATHEQUE 2004 Juin 2005 SCHEMATHEQUE 2004 Juin 2005 1 / 13 SOMMAIRE CLASSIFICATION DES APPAREILS 3 TUYAUTERIE 4 ACCESSOIRES ET ROBINETTERIE 5 APPAREILS DE SEPARATION 6 COLONNES ET REACTEURS 7 ECHANGEURS DE CHALEUR 8 MANUTENTION

Plus en détail

SÉCURITÉ DANS LES TRAVAUX TRAVAUX DANS LES ESPACES CONFINÉS

SÉCURITÉ DANS LES TRAVAUX TRAVAUX DANS LES ESPACES CONFINÉS Sécurité dans les Opérations SÉCURITÉ DANS LES TRAVAUX Ingénieurs en Sécurité Industrielle TRAVAUX DANS LES ESPACES CONFINÉS I - AMBIANCE DES LIEUX DE TRAVAIL - AÉRATION - ASSAINISSEMENT... 1 1 - Espaces

Plus en détail

L AIR ET L AÉRAULIQUE

L AIR ET L AÉRAULIQUE Roger Cadiergues MémoCad ne03.a L AIR ET L AÉRAULIQUE SOMMAIRE ne03.1. Les applications de l aéraulique ne03.2. L utilisation des débits ne03.3. Ecoulements : débits et vitesses ne03.4. Vitesses et pressions

Plus en détail

Transfert de vapeur d eau

Transfert de vapeur d eau S8-Transfert Hygrothermique 1. Problématique Humidité dans les logements L air contenu dans les logements contient toujours de la vapeur d eau. A l intérieur ceci est dû en partie par l activité humaine

Plus en détail

Instructions de montage et d entretien pour les Types 39, 46, 48, 49, 50, 51, 53, 55, 56, 57

Instructions de montage et d entretien pour les Types 39, 46, 48, 49, 50, 51, 53, 55, 56, 57 Instructions de montage et d entretien pour les Types 39, 6, 8, 9, 50, 51, 53, 55, 56, 57 Les manchons sont équipés de brides tournantes suivant les normes (DIN, ASA, BS etc.). Ils sont livrés prêt à être

Plus en détail

Forane 427A : reconversion d un dépôt frigorifique basse température chez MODENA TERMINAL à Modène, Italie

Forane 427A : reconversion d un dépôt frigorifique basse température chez MODENA TERMINAL à Modène, Italie Forane 427A : reconversion d un dépôt frigorifique basse température chez MODENA TERMINAL à Modène, Italie 1/10 Le R22 a été interdit d utilisation pour la maintenance des installations de froid depuis

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

GAINE IMPREGNEE SPECIFICATIONS DE MISE EN OEUVRE

GAINE IMPREGNEE SPECIFICATIONS DE MISE EN OEUVRE 1/5 STOCKAGE ET MANUTENTION Le transport et le stockage des gaines doivent être réalisés à 10 C afin de respecter la chaîne du froid. A cette température, nous garantissons une durée de vie de 4 semaines

Plus en détail

Module Harmony SOMMAIRE

Module Harmony SOMMAIRE sd 201 1 NOTICE D'INSTALLATION ET D'EMPLOI Module Harmony SOMMAIRE page Présentation ------------------------------------------------ 3 Caractéristiques techniques ------------------------------ 3 Descriptif

Plus en détail

Fiche technique. Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Type AVTA. Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429

Fiche technique. Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Type AVTA. Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429 Fiche technique Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429 Table des matières Page Introduction... 3 Caractéristiques techniques... 3 AVTA pour fluides neutres...

Plus en détail

COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES

COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES collecteurs solaires 9.1 11.2008 F I C H E T E C H N I Q U E plus de produit AVANTAGES POUR L INSTALLATION ET L'ENTRETIEN COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES Le collecteur solaire CS 25

Plus en détail

E/ECE/324/Rev.2/Add.109/Rev.3/Amend.2 E/ECE/TRANS/505/Rev.2/Add.109/Rev.3/Amend.2

E/ECE/324/Rev.2/Add.109/Rev.3/Amend.2 E/ECE/TRANS/505/Rev.2/Add.109/Rev.3/Amend.2 9 novembre 2015 Accord Concernant l adoption de prescriptions techniques uniformes applicables aux véhicules à roues, aux équipements et aux pièces susceptibles d être montés ou utilisés sur un véhicule

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

ÉLABORATION DES PROJETS

ÉLABORATION DES PROJETS ---------------------------------------------------------------------- Base de dimensionnement Données nécessaires : Le besoin de refroidissement (le mieux est d utiliser le programme ProClim de Swegon)

Plus en détail

Notions sur les différents systèmes de chauffage

Notions sur les différents systèmes de chauffage TECHNIQUES DES INSTALLATIONS SANITAIRES Nom : ET ENERGIES THERMIQUES Les réseaux de chauffage Section énergétique Mr CHENUIL Notions sur les différents systèmes de chauffage On donne : Un dossier ressource

Plus en détail

La vapeur d eau. 1 Importance de la vapeur. 2 Propriétés thermiques de l eau

La vapeur d eau. 1 Importance de la vapeur. 2 Propriétés thermiques de l eau 1 Importance de la vapeur La vapeur d eau Dans les procédés industriels, la vapeur d'eau est un fluide énergétique très utilisé dès qu il s agit de chauffer. On la retrouve dans les activités tel que :

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

I Les différents états de l eau II Deux modes de vaporisation de l eau, III Echanges d énergie et changements d états

I Les différents états de l eau II Deux modes de vaporisation de l eau, III Echanges d énergie et changements d états I Les différents états de l eau II Deux modes de vaporisation de l eau, III Echanges d énergie et changements d états I Les différents états de l eau a- Les trois états de l eau. Quels sont les différents

Plus en détail

SOLUTIONS HYDRAULIQUES

SOLUTIONS HYDRAULIQUES 01DOC1050 TABLE DES MATIÈRES OBJECTIFS ET EXIGENCES RELATIVES À L INSTALLATION 4 PRÉSENTATION DES SOLUTIONS HYDRAULIQUES 5 SOLUTIONS HYDRAULIQUES 6-9 RACCORDEMENT EN SÉRIE AVEC INJECTION - CHAUDIÈRE AVEC

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

CHAUDIÈRES ÉLECTRIQUES MODÉLE CPE MANUEL D INSTALLATION ET MODE D EMPLOI

CHAUDIÈRES ÉLECTRIQUES MODÉLE CPE MANUEL D INSTALLATION ET MODE D EMPLOI CHAUDIÈRES ÉLECTRIQUES MODÉLE CPE MANUEL D INSTALLATION ET MODE D EMPLOI Veuillez lire attentivement le manuel avant d installer ou d utiliser l appareil pour la première fois MANUEL D INSTALLATION ET

Plus en détail

Information technique

Information technique Das Qualitätsmanagementsystem von Oventrop ist gemäß DIN-EN- ISO 001 zertifiziert. Descriptif du cahier des charges: Robinet thermostatique Oventrop «Aquastrom T plus» à préréglage pour conduites de circulation

Plus en détail

Le terme de corrosion est plus spécifiquement réservé à la dégradation des métaux.

Le terme de corrosion est plus spécifiquement réservé à la dégradation des métaux. FICHE THEMATIQUE LA CORROSION Qu est ce que la corrosion? : Le terme de corrosion est plus spécifiquement réservé à la dégradation des métaux. La corrosion peut avoir les conséquences suivantes: Dégradation

Plus en détail

MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques

MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques Solide, simple, intelligent. Fiabilité accrue de l air comprimé. facilité D ENTRETIEN facilité D ENTRETIEN Les atouts de notre gamme Installation simple - Conception peu

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine «Capteur autonome eau chaude» Choix de la gamme ECOAUTONOME a retenu un capteur solaire

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

Le rôle d un thermomètre est d assurer la liaison entre la grandeur thermométrique et la matière dont on veut repérer la température.

Le rôle d un thermomètre est d assurer la liaison entre la grandeur thermométrique et la matière dont on veut repérer la température. COURS DE THERMODYNAMIQUE de Mme F. Lemmini, Professeur STU-SVI CHAPITRE I : TEMPERATURE ET CHALEUR I.1 Température I.1.1 Notion de température La température est liée à la sensation physiologique du chaud

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

2195257 ballons ECS vendus en France, en 2010

2195257 ballons ECS vendus en France, en 2010 SOLUTIONS D EAU CHAUDE SANITAIRE En 2010, le marché de l ECS en France représente 2 195 257 ballons ECS de différentes technologies. Dans ce marché global qui était en baisse de 1,8 %, les solutions ENR

Plus en détail

L hélium, un gaz pour les aérostats

L hélium, un gaz pour les aérostats L hélium, un gaz pour les aérostats Document d accompagnement pour des activités pédagogiques Chacun, en fonction du niveau et de ses objectifs d enseignement, pourra sélectionner au sein des informations

Plus en détail

FORMATION L ANALYSE DES RISQUES ET L ETUDE DE DANGERS ETUDE DE CAS

FORMATION L ANALYSE DES RISQUES ET L ETUDE DE DANGERS ETUDE DE CAS FORMATION L ANALYSE DES RISQUES ET L ETUDE DE DANGERS ETUDE DE CAS 1. PRESENTATION DU SITE INDUSTRIEL ET DE SON ENVIRONNEMENT Le site étudié (Société RA34) est une usine de fabrication de polypropylène,

Plus en détail

Déshumidification de l air

Déshumidification de l air Déshumidification de l air Gérard Chassériaux Institut National d Horticulture - Angers INH De la science du végétal à la culture du paysage Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

Plus en détail

8-11-14 kw. Manuel d utilisation EHSY-VE5-UTIL1.1

8-11-14 kw. Manuel d utilisation EHSY-VE5-UTIL1.1 8-11-14 kw Manuel d utilisation EHSY-VE5-UTIL1.1 Conformité CE et ROHS Ce produit est conforme aux directives européennes : LVD n 73/23 modifiée 93/68 CEE relative à la basse tension EMC n 89/336 modifiée

Plus en détail

Tubes Vortex. Il existe une gamme complète de tubes Vortex. permettant de trouver une réponse à chaque problème de

Tubes Vortex. Il existe une gamme complète de tubes Vortex. permettant de trouver une réponse à chaque problème de 1 Tubes Vortex Il existe une gamme complète de tubes Vortex permettant de trouver une réponse à chaque problème de refroidissement localisé. La capacité de refroidissement des tubes Vortex est prévue pour

Plus en détail

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air.

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air. L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air Les nuages I L air humide et la notion de pression partielle de

Plus en détail