Sécurité des investissements dans l espace OHADA et OAPI

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sécurité des investissements dans l espace OHADA et OAPI"

Transcription

1 Sécurité des investissements dans l espace OHADA et OAPI Pierre Chauvette, Associé en collaboration avec Me Khaled Houda S.C.P. Kanjo, Koïta et Houda Le 2 juin 2011 Québec Trois-Rivières Montréal Affiliations internationales Pannone Law Group Lawyers Associated Worldwide jolicoeurlacasse.com

2 Historique L Organisation pour l Harmonisation du Droit des Affaires en Afrique a été créée le 17 octobre 1993 lors du sommet de Port-Louis (Ile Maurice) où 14 États africains ont signé le Traité de création qui a pris effet le 18 septembre 1995 et révisé à Québec le 17 octobre

3 Objectifs de l OHADA Les objectifs principaux de L OHADA sont les suivants : Harmonisation du droit des affaires des États membres Promotion de l arbitrage comme mode de règle des différends contractuels Amélioration du climat d investissement Participation à l effort d intégration économique africaine et de l institution d une communauté africaine 3

4 États membres L OHADA compte actuellement 16 États membres : Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Centrafrique, Comores, Congo, Côte d Ivoire, Gabon, Guinée, Guinée Bissau, Guinée Equatoriale, Mali, Niger, Sénégal, Tchad L adhésion de la République Démocratique du Congo est en cours 4

5 Institutions L OHADA comporte 4 institutions majeures : Le conseil des ministres : organe exécutif et législatif qui se charge de l adoption des Actes Uniformes Le secrétariat permanent : organe administratif qui se charge de la mise en œuvre des Actes Uniformes adoptés par le Conseil des ministres L école Régionale Supérieure de la Magistrature : sa fonction principale est d améliorer le contexte juridique dans les États membres, notamment en assurant la formation continue des magistrats et auxiliaires de justice au droit OHADA 5

6 Institutions La Cour Commune de Justice et d Arbitrage : Elle est institution très importante et innovante qui se trouve au cœur du système juridique de l OHADA Elle veille à l application et l interprétation uniformes du droit OHADA et constitue également un centre d arbitrage 6

7 Uniformisation du droit des affaires 7

8 Les actes uniformes adoptés L OHADA a adopté 9 actes uniformes 1) Acte Uniforme sur le droit commercial général Il a été adopté le 17 avril 1997 puis abrogé et remplacé le 15 décembre 2010 par un autre Acte Uniforme Il contient plusieurs séries de dispositions portant sur : Le statut des commerçants L organisation du Registre du Commerce Les procédures d immatriculation des commerçants et d inscription des suretés mobilières Le bail commercial Le fonds de commerce Les intermédiaires de commerce et la vente commerciale de marchandise 8

9 Les actes uniformes adoptés L OHADA a adopté 9 actes uniforme 2) Acte uniforme sur le droit des sociétés commerciales et du groupement d intérêt économique (G.I.E.) Il est adopté le 17 avril 1997 Il traite les matières suivantes : Dispositions générales du droit des sociétés : actionnariat, statut, immatriculation, apport en société, capital social, responsabilité des dirigeants, etc. Dispositions spécifiques aux sociétés Restructuration et transformations des sociétés : fusions, scissions, apports partiels d actifs 9

10 Les actes uniformes adoptés L OHADA a adopté 9 actes uniforme 2) Acte uniforme sur le droit des sociétés commerciales et du groupement d intérêt économique (G.I.E.) Les formes sociales qu offre l OHADA sont les suivantes : Les sociétés de capitaux : Société anonyme Société à responsabilité limitée Les sociétés de personnes : société en nom collectif société en commandite simple 10

11 Les actes uniformes adoptés L OHADA a adopté 9 actes uniforme 2) Acte uniforme sur le droit des sociétés commerciales et du groupement d intérêt économique (G.I.E.) Aussi, l OHADA offre d autres structures : Le groupement d intérêt économique (G.I.E.) Les succursales : Les succursales de sociétés étrangères non immatriculées dans un État membre de l OAPI soumises aux lois de cet État membre Lesdites succursales doivent être transformées en une société immatriculée dans un État membre dans les 2 ans suivants leur établissement Les filiales ou groupe de sociétés 11

12 Les actes uniformes adoptés L OHADA a adopté 9 actes uniforme 3) Acte uniforme sur le droit comptable Il a été adopté le 24 mars 2000, et est entré en vigueur en deux temps : 1 er janvier 2001 pour les comptes sociaux personnels des entreprises pour les opérations et comptes sociaux de l exercice comptable ouvert à cette date 1 er janvier 2002 pour les comptes consolidés et combinés pour les opérations et comptes sociaux de l exercice comptable ouvert à cette date Il a un champ d application étendu et a créé des règles comptables harmonisées applicables à toutes les entreprises situées dans tous les États membres de l OHADA 12

13 Les actes uniformes adoptés L OHADA a adopté 9 actes uniforme 3) Acte uniforme sur le droit comptable Il détaille le mode d organisation des comptes, prévoit l obligation de présenter des États financiers annuels, et les règles d évaluation et de détermination du résultat, le contrôle des comptes, la publication des informations comptables, les comptes consolidés, les sanctions pénales en cas d infraction à ces règles 13

14 Les actes uniformes adoptés L OHADA a adopté 9 actes uniforme 4) Acte uniforme sur les procédures collectives d apurement du passif Il est adopté le 10 avril 1998 Le texte prévoit 3 types de procédure pour l apurement du passif des entreprises en difficultés : Le règlement préventif Le redressement judiciaire La liquidation des biens L acte uniforme définit également les sanctions applicables aux dirigeants ayant commis des infractions relatives aux procédures collectives Enfin, l acte uniforme contient des dispositions relatives aux procédures collectives internationales 14

15 Les actes uniformes adoptés L OHADA a adopté 9 actes uniforme 5) Acte Uniforme portant Organisation des sûretés Cet Acte uniforme a été adopté le 17 avril 1997 puis abrogé et remplacé le 15 décembre 2010 par un autre Acte Uniforme Il constitue une pièce maîtresse en proposant des suretés modernes et communes aux investisseurs et créanciers pour leur permettre de mettre leur projet en toute sécurité Les différentes formes de suretés offertes par l Acte Uniforme facilitent les opérations de crédit liées aux grands projets et aux financements structurés en Afrique, investissement en matière d énergie, d infrastructures, de télécommunications... dans lesquels les banques requièrent couramment la prise de garanties sur les biens ou les créances durant la période de l opération 15

16 Les actes uniformes adoptés L OHADA a adopté 9 actes uniforme 5) Acte Uniforme portant Organisation des sûretés Catégories de suretés : Suretés personnelles : cautionnement et lettre de garantie Suretés réelles mobilières : droit de rétention, nantissements et privilèges Suretés réelles immobilières : hypothèque 16

17 Les actes uniformes adoptés L OHADA a adopté 9 actes uniforme 6) Acte uniforme sur les procédures simplifiées de recouvrement et voies d exécution Cet acte uniforme est adopté le 10 avril 1998 Il prévoit des procédures simplifiées de recouvrement par la voie des procédures d injonction qui sont les suivantes : L Injonction de payer une somme d argent L Injonction de délivrer ou de restituer un bien 17

18 Les actes uniformes adoptés L OHADA a adopté 9 actes uniforme 6) Acte uniforme sur les procédures simplifiées de recouvrement et voies d exécution Aussi, l acte uniforme prévoit également des voies d exécutions qui sont de deux catégories : Les mesures conservatoires : saisies conservatoire de bien meubles corporels et de créance Les voies d exécution au sens strict : saisie vente des biens meubles corporels, la saisie attribution de créances, la saisie et cession des rémunérations, saisie appréhension et saisie revendication de biens meubles corporels et la saisie immobilière 18

19 Les actes uniformes adoptés L OHADA a adopté 9 actes uniforme 7) Acte uniforme sur l arbitrage Cet acte uniforme a été adopté le 11 mars 1999 Ce texte comporte peu de disposition impérative et les parties peuvent y déroger dans la plupart des cas par d autres règles, qu elles déterminent soit elles mêmes soit par référence à un règlement institutionnel Aussi, certaines dispositions des législations nationales sur l arbitrage peuvent demeurées applicables sous réserve qu elles ne soient pas contraires à l acte uniforme OHADA sur l arbitrage 19

20 Les actes uniformes adoptés L OHADA a adopté 9 actes uniforme 8) Acte uniforme sur les contrats de transport de marchandise pour route Cet acte uniforme est adopté le 22 mars 2003 et traite notamment des contrats de transport et des lettres de voiture ainsi que du contentieux relatifs auxdits contrats 20

21 Les actes uniformes adoptés L OHADA a adopté 9 actes uniforme 9) Acte Uniforme relatif au droit des sociétés coopératives Cet acte uniforme est adopté le 15 décembre 2010 Il traite notamment des matières suivantes : Constitution de la société coopérative Fonctionnement de la société coopérative Action en responsabilité civile contre les dirigeants de la société coopérative Etc. 21

22 Les actes uniformes adoptés Les projets d actes uniformes Trois projets d actes uniformes sont en cours d adoption par les États membres de l OHADA Il s agit : Du projet d acte uniforme sur le droit du travail Du projet d acte uniforme sur la vente aux consommateurs 22

23 Les actes uniformes adoptés Applicabilité et valeur juridique des actes uniformes Applicabilité directe des Actes uniforme Selon l article 10 du Traité de Port Louis instituant l OHADA, les actes uniformes sont directement applicables et obligatoires dans les États membres, nonobstant toute disposition contraire de droit interne, antérieure ou postérieure Ils sont une supériorité sur toutes les législations internes des États membres de l OHADA 23

24 L uniformisation de l application et de l interprétation du droit OHANA par la Cour commune de justice et d arbitrage (CCJA) 24

25 CCJA La CCJA est une importante juridiction dont les décisions s imposent à tous les cours et tribunaux des États membres de l OHADA Elle a des fonctions judiciaires et administratives 25

26 CCJA Fonctions judiciaires Dans le cadre de ses fonctions judiciaires, la CCJA est une juridiction supranationale qui a pour objet : Éviter les risques d interprétations divergentes des Actes Uniformes par les juridictions des différents Etats membres Assurer une interprétation des termes du traité de l OHADA, de ses règlements d application et de ses Actes Uniformes Les fonctions judiciaires de la CCJA sont donc à la fois consultatives et contentieuses 26

27 CCJA Fonctions judiciaires Elles sont consultatives lors que notamment la CCJA est saisie par une juridiction nationale pour donner son avis sur l application ou l interprétation d un Acte Uniforme Elles sont contentieuses lors que la CCJA est saisie d un recours en cassation dirigée contre un arrêt rendu par la Cour d Appel d un État membre ou contre une décision non susceptible d appel 27

28 CCJA Fonctions arbitrales La CCJA est un Centre d Arbitrage Elle se charge notamment : De nommer des Arbitres ou confirme leur nomination lorsqu elle n est pas appelée à les nommer elle-même De se prononcer sur la récusation des Arbitres D informer du déroulement de l instance arbitrale D examiner les projets de sentence arbitrale 28

29 Importance de l arbitrage uniformisé 29

30 L arbitrage selon les règles de l Acte uniforme OHADA sur l'arbitrage Domaine d arbitrage L Acte Uniforme sur l Arbitrage : S applique à tout Arbitrage lorsque le siège du Tribunal Arbitral se trouve dans l un des États membres : Tout Arbitrage ad hoc se déroulant dans un Etat membre est régi par l acte uniforme Pour l Arbitrage Institutionnel et si le siège du Tribunal se trouve dans un État membre, l Acte Uniforme demeurera applicable dans la mesure où il est appelé à compléter le règlement institutionnel choisi par les parties 30

31 L arbitrage selon les règles de l Acte uniforme OHADA sur l'arbitrage Domaine d arbitrage Exemple : si les parties ont choisi au Sénégal un Arbitrage régi par le règlement d Arbitrage de la CCI, l Acte Uniforme sur l Arbitrage ne s appliquera que s il ya des lacunes dans ce règlement Ne limite pas l Arbitrage aux litiges commerciaux ni même aux litiges professionnels : tout litige peut être soumis à l Arbitrage sous réserve du respect de l ordre public S applique également aux entités publiques : ce qui permettra d empêcher ces derniers d invoquer l immunité de juridiction à l encontre des investisseurs qui constitueraient avec elles une jointventure 31

32 L arbitrage selon les règles de l Acte uniforme OHADA sur l'arbitrage Convention d arbitrage Elle doit être faite par écrit ou par tout autre moyen permettant d en administrer la preuve Autonomie de la convention d Arbitrage par rapport au contrat qui la contient 32

33 L arbitrage sous l égide de la CCJA Domaine d application de l arbitrage CCJA Tous différends d ordre contractuel peut être soumis à l Arbitrage CCJA lorsque : L une des parties à son domicile ou sa résidence habituelle dans un des États membres Le contrat est exécuté ou à exécuter on tout ou partie d un ou de plusieurs États Membres 33

34 L arbitrage sous l égide de la CCJA Aucune condition n est requise pour le recours à l arbitrage CCJA Il n est pas expressément prévu par les textes que le siège du Tribunal doit se situer dans un État membre Le Centre d arbitrage de la CCJA Il a principalement des fonctions administratives : Il nomme les arbitres Il statue sur les récusations Il informe du déroulement de l instance Il examine les projets de sentence 34

35 L arbitrage sous l égide de la CCJA La convention d arbitrage CCJA Aucune forme n est exigée Autonomie de la convention d Arbitrage par rapport au contrat qui la contient Statut des arbitres Indépendance des Arbitres : Les textes disposent que tout arbitre doit être et demeurer indépendant des parties en cause Immunité diplomatique des arbitres désignés par la CCJA Démission des arbitres 35

36 L arbitrage sous l égide de la CCJA Démission des arbitres : Principe En principe, il est impossible aux arbitres de démissionner Exception La CCJA peut accepter la démission si elle considéré que celle-ci est justifiée par de bonne raison 36

37 Exécution des sentences arbitrales Cas de l Arbitrage selon les règles de l Acte Uniforme La partie qui veut exécuter une sentence arbitrale, doit en demander l exequatur à la juridiction compétente dans l État membre Cas de l Arbitrage sous l égide de la CCJA La partie qui veut procéder à l exécution forcée d une sentence CCJA doit en demander l exequatur à la CCJA NB : La sentence de la CCJA est applicable dans tous les États membres 37

38 Voies de recours contre les sentences arbitrales Cas de l Arbitrage selon l Acte Uniforme Recours en annulation Recours en révision Tierce opposition : toute partie qui considère que la sentence préjudice à ses droits 38

39 Voies de recours contre les sentences arbitrales Cas de l Arbitrage CCJA Contestation de validité pour les motifs suivants : Si l arbitre à statuer sans convention d arbitrage ou sur une convention nulle ou expirée Si le principe de la procédure contradictoire n a pas été respecté Si la sentence est contraire à l ordre public international Recours en révision Tierce opposition 39

40 Uniformisation du droit comptable 40

41 Domaines d application de l uniformisation Entreprises concernées Le droit comptable uniformisé s applique aux entreprises suivantes : Entreprises soumises au droit commercial Sociétés publique parapubliques et semi-publiques Sociétés coopératives Toute entité fabricant ou produisant des biens ou des services marchands ou non marchands lorsqu elle exerce habituellement une activité économique Exclusion des sociétés soumises à la comptabilité publique 41

42 Principes comptables issus de l OHADA L harmonisation du droit comptable OHADA a pour objet de poser des principes comptables proches de ceux posés par d autres systèmes comptables modernes couramment utilisés Ainsi, les principes suivants ont été posés par l Acte Uniforme sur le droit comptable : Régularité Sincérité Transparence 42

43 Principes comptables issus de l OHADA Les entreprises des Etats membres doivent ainsi selon l article 3 de l Acte Uniforme se conformer aux obligations de régularité, sincérité et de transparence Aussi, le principe de prudence est posé par l Acte Uniforme En vertu de ce principe, les entreprises des États membres doivent donner une appréciation raisonnable des événements et des opérations à enregistrer au titre de chaque exercice comptable 43

44 Obligations comptables Deux catégories d obligation nouvelle ont été créées par l Acte Uniforme : les trois niveaux d obligations et les comptes consolidés et comptes combinés Les trois niveaux d obligations comptables OHADA 1) Système normal Ce système de présentation normal des états financiers et de tenue des comptes s applique à toutes les entreprises sauf celles dont la taille leur permet d avoir recours à un système allégé 44

45 Obligations comptables Les trois niveaux d obligations comptables OHADA 2) Système allégé Ce système de présentation normal des états financiers et de tenue des comptes s applique à toutes les entreprises sauf celles dont la taille leur permet d avoir recours à un système allégé 3) Système minimal de trésorerie Ce système s applique aux très petites entreprises dont les recettes annuelles sont inférieures à des seuils fixés entre 10 et 30 millions de Francs CFA, selon leur activité 45

46 Obligations comptables Obligation de préparer des comptes consolidés et comptes combinés Obligations d utiliser les états financiers modèles Les états financiers doivent être préparés selon les modèles figurant en annexe de l acte uniforme sur le droit comptable sauf pour : Les banques Les états financiers et d assurance NB : Il s agit d un système qui déroge aux règles de l acte uniforme selon l article 13 dudit acte uniforme 46

47 L uniformisation du droit de la propriété intellectuelle dans l espace OAPI (Organisation africaine de la propriété intellectuelle 47

48 Introduction Le 13 septembre 1962, fut signé l Accord de Libreville créant l Office africain et malgache de la propriété industrielle (OAMPI) Après Le retrait de la République de Madagascar, les États membres ont révisé l Accord de Libreville et créé l Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI) par l adoption d une nouvelle convention : «l Accord de Bangui du 2 mars 1977» Cet accord est révisé le 24 février 1999 et constitue actuellement le code uniformisé de la propriété intellectuelle en Afrique 48

49 Introduction Il est complété par des lois nationales et des conventions internationales, dont notamment : La Convention d Union de Paris pour la protection de la propriété industrielle La Convention de Berne pour la protection de la propriété littéraire et artistique L Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (Accord sur les ADPIC) 49

50 Introduction Siège de l OAPI : L OAPI a son siège au Cameroun États membres de l OAPI : L espace actuel de l OAPI compte seize États membres 50

51 Domaine de l uniformisation du droit de la propriété intellectuelle dans l espace OAPI 51

52 L OAPI a uniformisé aussi bien le droit de la propriété industrielle que le droit de la propriété littéraire et artistique 52

53 Uniformisation de la protection de la propriété intellectuelle Concernant la propriété industrielle, la protection s étend : Aux créations à caractère technique : invention, le modèle d utilité, l obtention végétale Aux créations à caractère ornemental : dessin ou modèle industriel, marque, indication géographique Aux signes distinctifs : la marque, le nom commercial, l indication géographique 53

54 Uniformisation de la protection de la propriété intellectuelle Protection de l invention par le Brevet L invention est une idée qui apporte une solution à un problème donné relevant du domaine de la technique L Accord de Bangui distingue deux types d inventions : L invention de produit : elle consiste en un objet matériel qui se distingue par les caractéristiques de sa constitution, notamment par sa composition, sa structure ou sa forme Exemple : une prothèse de genoux L invention de procédé : il s agit de tout facteur ou agent qui conduit à l obtention d un résultat ou d un produit Exemple : un procédé de fabrication des médicaments 54

55 Uniformisation de la protection de la propriété intellectuelle Protection de l invention par le Brevet Conditions de la protection de l invention Pour bénéficier de la protection par le brevet, l invention doit remplir certaines conditions : Elle doit être nouvelle c est à dire qu elle ne doit jamais avoir été divulguée Elle doit impliquer une activité inventive : si elle ne découle pas de manière évidente de l état de la technique Elle doit être susceptible d application industrielle : c'est-à-dire lorsque son objet peut être fabriqué ou utilisé dans tous genres d industries 55

56 Uniformisation de la protection de la propriété intellectuelle Protection de l invention par le Brevet Durée de la protection de l invention Le brevet d invention protège l invention pour une durée limitée à vingt ans Protection du modèle d utilité Le modèle d utilité est considéré comme un moyen supplémentaire de protection des inventions. Il protège spécifiquement les inventions se rapportant aux instruments de travail ou parties de ces instruments. Exemple : un tire bouchon 56

57 Uniformisation de la protection de la propriété intellectuelle Protection du modèle d utilité Conditions de la protection du modèle d utilité Pour être valablement protégé, le modèle d utilité doit présenter : Une configuration nouvelle Un arrangement ou un dispositif nouveau Être susceptible d application industrielle NB : Il convient de relever que la demande de brevet peut être transformée en demande de modèle d utilité et inversement Durée de protection du modèle d utilité Le modèle d utilité a une durée de protection de 10 ans à compter de la date de dépôt 57

58 Uniformisation de la protection de la propriété intellectuelle Protection de l obtention végétale L obtention végétale est une variété végétale créée par l homme Le système de protection s applique à l ensemble du règne végétal Les variétés sauvages sont exclues. Mais, si l homme apporte une amélioration à cette variété sauvage, l obtention peut être protégée. 58

59 Uniformisation de la protection de la propriété intellectuelle Protection de l obtention végétale Conditions de la protection de l obtention végétale Pour être protégée, l obtention végétale doit être : Nouvelle Distincte Homogène Stable Faire l objet d une dénomination Durée de protection de l obtention végétale L obtention végétale a une durée de protection de 25 ans à compter de la date de délivrance du certificat d obtention végétale 59

60 Uniformisation de la protection de la propriété intellectuelle Protection des dessins ou modèles industriels Le dessin ou modèle industriel est constitué par l aspect ornemental ou esthétique d un objet Il peut consister : En éléments tridimensionnels Exemple : la forme ou la texture de l objet Ou bidimensionnel Exemple : les motifs des lignes ou la couleur Durée de protection du dessin ou modèle industriel Le dessin ou modèle industriel est protégé pour une durée de 5 ans renouvelable deux fois 60

61 Uniformisation de la protection de la propriété intellectuelle Protection de la marque La marque est un signe visible utilisé par une personne physique ou morale pour distinguer ses produits ou services de ceux de ses concurrents 61

62 Uniformisation de la protection de la propriété intellectuelle Protection de la marque Signes susceptibles de constituer une marque dans l espace OAPI Ces signes sont notamment : Des noms patronymiques Des dénominations particulières, arbitraires ou de fantaisie De la forme caractéristique du produit ou de son conditionnement Des étiquettes, enveloppes, emblèmes, empreintes, timbres, cachets, vignettes, liserés Combinaisons ou dispositions de couleurs, dessins, reliefs, lettres, chiffres, devises Pseudonymes 62

63 Uniformisation de la protection de la propriété intellectuelle Protection de la marque Conditions de la protection de la marque Elle doit être distinctive : c'est-à-dire elle ne doit pas décrire ou être la désignation nécessaire du produit couvert Exemple : la marque APPLE pour désigner des pommes ou des produits à base de pomme ne peut pas être enregistrée puisque ce terme est la traduction anglaise du mot français POMME Elle doit être disponible : c'est-à-dire elle ne doit pas avoir fait l objet d une appropriation antérieure 63

64 Uniformisation de la protection de la propriété intellectuelle Protection de la marque Conditions de la protection de la marque Elle ne doit pas être contraire à l ordre public ou aux bonnes mœurs Elle ne doit pas être de nature à tromper le public sur son origine géographique, la nature ou les caractéristiques du produit ou du service Exemple : n est pas valable marque qui vante les produits à base de plantes médicinales alors que ce ne sont que des dérivés de plantes médicinales Elle ne doit pas reproduire les armoiries ou les poinçons officiels. Exemple : drapeau, croix rouge, croissant rouge 64

65 Uniformisation de la protection de la propriété intellectuelle Protection de la marque Durée de la protection L enregistrement d une marque n a d effet que pour 10 ans, à compter de la date de dépôt de la demande d enregistrement, renouvelable indéfiniment tous les 10 ans Le régime spécial de la marque notoire dans l espace OAPI Lorsqu une marque acquiert une certaine renommée elle devient notoire et bénéficie d un régime spécial de protection La marque peut revêtir un caractère notoire dès lors qu elle est connue d une large fraction du public dans le pays où la protection est demandée NB : Contrairement aux marques ordinaires, la marque notoire n a pas besoin de faire l objet d un dépôt pour bénéficier d une protection légale 65

66 Uniformisation de la protection de la propriété intellectuelle Protection du nom commercial Le nom commercial C est la dénomination sous laquelle une personne physique ou morale désigne l entreprise ou le fonds de commerce qu elle exploite pour l identifier dans ses rapports avec la clientèle Durée de protection du nom commercial Le nom commercial a une durée de protection de 10 ans à compter du dépôt Toutefois, ce délai peut être prorogé tous les 10 ans sans limitation 66

67 Uniformisation de la protection de la propriété intellectuelle La protection de l indication géographique L indication géographique : mention précisant qu un produit donné provient d une aire géographique déterminée, si une qualité, réputation ou une autre caractéristique déterminée du produit peut être attribuée essentiellement à cette origine géographique Exemple : un produit qui permet d attester qu il est conforme à la tradition locale 67

68 Uniformisation de la protection de la propriété littéraire et artistique dans l espace OHADA 68

69 La propriété littéraire et artistique Comprend : Le droit d auteur Les droits voisins du droit d auteur 69

70 La propriété littéraire et artistique La protection du droit d auteur Dans l espace OAPI, le droit d auteur est le droit qui protège : Les œuvres littéraires et artistiques : les écrits, les œuvres musicales, les œuvres d art (peinture, sculpture), les programmes d ordinateur, etc. Les œuvres issues d autres œuvres qui leur sont antérieures : les traductions, les adaptations, les recueils d œuvres, etc. NB : Aucun dépôt n est exigé pour la protection du droit d auteur 70

71 La propriété littéraire et artistique Le droit voisin Les droits voisins ont pour objet de protéger les intérêts juridiques de certaines personnes physiques ou morales qui contribuent à rendre les œuvres accessibles au public Exemple : Les artistes interprètes ou exécutants (chanteurs, acteurs, danseurs, musiciens, etc.) Les producteurs de phonogrammes ou de vidéogrammes Les organismes de radiodiffusion ou les entreprises de communication audiovisuelle 71

72 Effets de la protection de la propriété intellectuelle dans l espace OAPI 72

73 Les titulaires de droits de propriété intellectuelle dument enregistrés ou déposés à l OAPI le cas échéant, bénéficient d une protection dans tous les Etats membres de l OAPI 73

74 Les droits conférés par le brevet d invention En vertu de l article 7 Annexe I de l Accord de Bangui Révisé, le breveté jouit des prérogatives suivantes : Le droit exclusif d exploiter l invention brevetée Le droit d interdire à toute personne l exploitation de l invention brevetée Le droit de céder ou de transmettre par voie successorale le brevet et de conclure des contrats de licence Le droit d engager une procédure judiciaire devant le tribunal du lieu de la contrefaçon contre toute personne qui commet une contrefaçon du brevet 74

75 Les droits conférés par le brevet d invention Les droits conférés par le modèle d utilité Le titulaire du certificat d enregistrement d un modèle d utilité a le droit d interdire à toute personne l accomplissement des actes suivants : La fabrication La vente L offre de vente L utilisation, l importation ou la détention dudit modèle aux fins de l offrir en vente, de le vendre ou de l utiliser 75

76 Les droits conférés par le brevet d invention Les droits conférés par la marque L enregistrement de la marque confère à son titulaire : Le droit exclusif d utiliser la marque, ou un signe lui ressemblant, pour les produits ou services pour lesquels elle a été enregistrée, ainsi que pour les produits ou services similaires Le droit exclusif d empêcher tous les tiers de faire usage de la marque ou de signe lui ressemblant 76

77 Les droits conférés par le brevet d invention Les droits conférés par le dessin ou modèle industriel Le dépôt d un dessin ou modèle assure à son titulaire : Un droit exclusif d utilisation du dessin ou modèle Un droit exclusif d exploiter son dessin ou modèle De vendre ou faire vendre à des fins industrielles ou commerciales les produits dans lesquels ce dessin ou modèle est incorporé 77

78 Les droits conférés par le brevet d invention Les droits conférés par le nom commercial Le propriétaire d un nom commercial enregistré ou non a : Le droit de l utiliser pour ses activités commerciales, industrielles, artisanales ou agricoles Le droit d interdire tout usage illicite de ce nom D exercer les actions prévues par la loi pour la défense de son droit 78

79 Les droits conférés par le brevet d invention Les droits conférés par le certificat d obtention végétale Le certificat d obtention végétale confère à son titulaire : Le droit exclusif d exploiter la variété faisant l objet du certificat Le droit d interdire à toute personne l exploitation de la variété faisant l objet du certificat Le droit de céder ou de transmettre par voie successorale, le certificat et de conclure des contrats de licence 79

80 Les droits conférés par le brevet d invention Les droits conférés par l indication géographique La protection de l indication géographique confère aux producteurs exerçant leurs activités dans l aire géographique indiquée Le droit d utiliser à des fins commerciales, pour les produits indiqués au registre, l indication géographique enregistrée 80

81 Les droits conférés par le brevet d invention Les prérogatives du titulaire du droit d auteur Les législations des Etats membres de l OAPI confèrent au titulaire deux catégories de droits : Le droit moral Les droits patrimoniaux 81

82 Les droits conférés par le brevet d invention Les prérogatives du titulaire du droit d auteur Le droit moral attaché à la protection du droit d auteur Le droit moral comprend : Le droit de divulgation : c est le droit conféré à l auteur de décider du moment où son œuvre doit être portée à la connaissance du public Le droit à la paternité de l œuvre : l auteur est fondé à exiger sa désignation en qualité de créateur pour toute l exploitation de son œuvre Le droit au respect de l œuvre : ce droit permet à l auteur d exiger que son œuvre soit communiquée au public exactement comme il souhaite qu elle soit 82

83 Les droits conférés par le brevet d invention Les prérogatives du titulaire du droit d auteur Le droit moral attaché à la protection du droit d auteur Le droit moral comprend : Le droit de repentir et de retrait : c est le droit dont dispose l auteur d une œuvre régulièrement publiée de la retirer du marché moyennant paiement d une indemnité aux éventuels cocontractants 83

84 Les droits conférés par le brevet d invention Les prérogatives du titulaire du droit d auteur Les droits patrimoniaux liés à la protection du droit d auteur Ces droits patrimoniaux comprennent : Le droit de reproduction (exemple : autoriser une photocopie) Le droit de représentation (c est le droit d interpréter une œuvre telle qu une chanson, le droit de communiquer l œuvre au public et de procéder à la radiodiffusion) La traduction (l expression d une œuvre dans une langue autre que celle de la version originale) L adaptation (modification d une œuvre en vue de créer une autre œuvre, transformer un roman en un film par exemple) Le droit de distribution 84

85 Les droits conférés par le brevet d invention Les droits conférés par les droits voisins Les droits conférés par les droits voisins son les suivantes : Droit de représentation Droit de distribution Droit de reproduction Droit de distribution Droit de représentation Droit de distribution Etc. 85

86 Pierre Chauvette Avocat 2011, Joli-Cœur Lacasse S.E.N.C.R.L. Québec Trois-Rivières Montréal Affiliations internationales Pannone Law Group Lawyers Associated Worldwide jolicoeurlacasse.com

ASPECTS GENERAUX DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE. Pauline Corbière -Juriste Propriété Intellectuelle et Contrats

ASPECTS GENERAUX DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE. Pauline Corbière -Juriste Propriété Intellectuelle et Contrats ASPECTS GENERAUX DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE Pauline Corbière -Juriste Propriété Intellectuelle et Contrats Introduction Définition La Propriété intellectuelle est un ensemble de droits qui portent

Plus en détail

Organisation africaine de la Propriété Intellectuelle ***************

Organisation africaine de la Propriété Intellectuelle *************** Organisation africaine de la Propriété Intellectuelle *************** 2 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION... 3 I PRESENTATION DE L OAPI... 4 II TERRITOIRE OAPI... 4 III - GENERALITES... 5 IV - DE LA CONSTITUTION

Plus en détail

Organisation africaine de la Propriété Intellectuelle ***************

Organisation africaine de la Propriété Intellectuelle *************** Organisation africaine de la Propriété Intellectuelle *************** 2 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION... 3 I - PRESENTATION DE L OAPI :... 4 II - TERRITOIRE OAPI :... 4 III - GENERALITES :... 5 IV -

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

FORUM TECHNOLOGIQUE D AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE POUR L EXPLOITATION INDUSTRIELLE DES RESULTATS DE RECHERCHE EN AFRIQUE

FORUM TECHNOLOGIQUE D AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE POUR L EXPLOITATION INDUSTRIELLE DES RESULTATS DE RECHERCHE EN AFRIQUE FORUM TECHNOLOGIQUE D AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE POUR L EXPLOITATION INDUSTRIELLE DES RESULTATS DE RECHERCHE EN AFRIQUE Yaoundé, du 05 au 09 décembre 2011 Aspects généraux de la Propriété intellectuelle

Plus en détail

Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs?

Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs? Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs? Me Pierre MARLY Avocat CMS Bureau Francis Lefebvre E-mail : pierre.marly@cms-bfl.com 1 - Le cadre

Plus en détail

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE 77 PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE Les lois fédérales sur les brevets, le droit d auteur et les marques de commerce assurent la protection de la propriété intellectuelle au Canada. Le Canada a signé l Accord

Plus en détail

OHADA Acte uniforme sur le droit de l arbitrage

OHADA Acte uniforme sur le droit de l arbitrage Acte uniforme sur le droit de l arbitrage Acte adopté le 11 mars 1999 et paru au JO n 08 du 15 mai 1999 Index [NB - les chiffres renvoient aux numéros des articles] Application de l Acte uniforme : 34

Plus en détail

Loi sur les noms commerciaux*

Loi sur les noms commerciaux* Loi sur les noms commerciaux* (du 23 novembre 1999) TABLE DES MATIÈRES** Article Chapitre 1 er : Chapitre 2 : Chapitre 3 : Chapitre 4 : Chapitre 5 : Dispositions générales Rapports régis par la présente

Plus en détail

La propriété intellectuelle au service de vos créations

La propriété intellectuelle au service de vos créations La propriété intellectuelle au service de vos créations La propriété intellectuelle regroupe la propriété industrielle, d une part, et la propriété littéraire et artistique, d autre part. PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MAURICE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MADAGASCAR

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MAURICE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MADAGASCAR République de Maurice ACCORD DE PROMOTION ET DE PROTECTION RÉCIPROQUE DES INVESTISSEMENTS ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MAURICE ET LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MADAGASCAR - 2 - ACCORD

Plus en détail

Protéger ses REPÈRES. créations. pour bien protéger ses créations

Protéger ses REPÈRES. créations. pour bien protéger ses créations Protéger ses créations REPÈRES Tout ce qu il faut savoir pour bien protéger ses créations Vous êtes à l origine d innovations, de créations esthétiques, d une nouvelle image ou d un nom pour votre entreprise?

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

Le Gouvernement de la République Populaire de Chine et le Gouvernement de la République de Madagascar (ci-après dénommés les Parties Contractantes),

Le Gouvernement de la République Populaire de Chine et le Gouvernement de la République de Madagascar (ci-après dénommés les Parties Contractantes), ACCORD SUR LA PROMOTION ET LA PROTECTION RECIPROQUES DES INVESTISSEMENTS ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE DE MADAGASCAR Le Gouvernement de la

Plus en détail

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE Brevets 103 Droit d auteur 105 Marques de commerce 107 Noms de domaine 108 Autre propriété intellectuelle 109 Par Alfred Macchione et Dan Glover Propriété intellectuelle 103 Les lois fédérales sur les

Plus en détail

1.4 - Durée du contrat: 3 mois. 1.5 - Date de début de publication de l avis d appel d offre : 01 février 2013

1.4 - Durée du contrat: 3 mois. 1.5 - Date de début de publication de l avis d appel d offre : 01 février 2013 Organisation pour l Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires Organization for the Harmonization of Business Law in Africa Organizacion parala Armonizacion en Africa de la Legislacion Empresarial

Plus en détail

LA LISTE DE QUELQUES OUVRAGES DISPONIBLES POUR LA SEMAINE OHADA DU 02 AU 07 DECEMBRE 2013

LA LISTE DE QUELQUES OUVRAGES DISPONIBLES POUR LA SEMAINE OHADA DU 02 AU 07 DECEMBRE 2013 00225 09 88 43 26 M. DJOBO 00225 03 21 28 21 M. BEDI 00225 04 80 47 43 M. BEDI 00225 21 00 36 91 Standard bedidjobo@yahoo.fr LA LISTE DE QUELQUES OUVRAGES DISPONIBLES POUR LA SEMAINE OHADA DU 02 AU 07

Plus en détail

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles L 289/28 FR Journal officiel des Communautés européennes 28. 10. 98 DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles LE PARLEMENT

Plus en détail

Code civil local art. 21 à 79

Code civil local art. 21 à 79 Code civil local art. 21 à 79 Toute association qui fixe son siège, ou qui transfère son siège en Alsace-Moselle doit rédiger des statuts conformes aux présents articles du Code civil local. 1. Dispositions

Plus en détail

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets Protection de la propriété intellectuelle au Canada En cette période où la recherche scientifique, le domaine technique et les activités commerciales évoluent rapidement, il devient de plus en plus important

Plus en détail

COMPTE RENDU SEMINAIRE INTERNATIONAL OUAGADOUGOU DU 18 AU 22 MARS 2013

COMPTE RENDU SEMINAIRE INTERNATIONAL OUAGADOUGOU DU 18 AU 22 MARS 2013 COMPTE RENDU SEMINAIRE INTERNATIONAL OUAGADOUGOU DU 18 AU 22 MARS 2013 THEME : «COMPRENDRE ET S APPROPRIER LE NOUVEL ACTE UNIFORME SUR LES SURETES. QUELS ENJEUX POUR L ACTIVITE BANCAIRE?» Le législateur

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 48 Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances Présentation Présenté par M.

Plus en détail

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature.

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature. REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un but - Une Foi ----------------- DECRET N 83-423 du 21 AVRIL 1983 RELATIF AUX ACTIVITES DE TRANSACTION ET DE GESTION IMMOBILIERES RAPPORT DE PRESENTATION La loi n 82-07

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA RÉPUBLIQUE PORTUGAISE ET LE ROYAUME DU MAROC CONCERNANT LA PROMOTION ET LA PROTECTION RÉCIPROQUES DES INVESTISSEMENTS

ACCORD ENTRE LA RÉPUBLIQUE PORTUGAISE ET LE ROYAUME DU MAROC CONCERNANT LA PROMOTION ET LA PROTECTION RÉCIPROQUES DES INVESTISSEMENTS ACCORD ENTRE LA RÉPUBLIQUE PORTUGAISE ET LE ROYAUME DU MAROC CONCERNANT LA PROMOTION ET LA PROTECTION RÉCIPROQUES DES INVESTISSEMENTS La République Portugaise et le Royaume du Maroc, désignés ci-après:

Plus en détail

protéger ses REPÈRES créations Tout ce qu il faut savoir pour bien protéger ses créations

protéger ses REPÈRES créations Tout ce qu il faut savoir pour bien protéger ses créations protéger ses créations REPÈRES Tout ce qu il faut savoir pour bien protéger ses créations Vous êtes à l origine d innovations, de créations esthétiques, d une nouvelle image ou d un nom pour votre entreprise?

Plus en détail

I - Effets de la mesure de protection

I - Effets de la mesure de protection NOTICE à L USAGE du CURATEUR d un parent ou d un proche sous Curatelle simple Vous venez d être désigné en qualité de curateur d un parent ou d un proche. La curatelle simple est une mesure destinée à

Plus en détail

NOTE DE PRÉSENTATION

NOTE DE PRÉSENTATION AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRÉSENTATION RÈGLEMENT N 2010-02 DU 2 SEPTEMBRE 2010 Relatif aux transactions entre parties liées et aux opérations non inscrites au bilan modifiant le règlement

Plus en détail

DIRIGEANTS : COMMENT PROTEGER ET EXPLOITER VOS INNOVATIONS?

DIRIGEANTS : COMMENT PROTEGER ET EXPLOITER VOS INNOVATIONS? DIRIGEANTS : COMMENT PROTEGER ET EXPLOITER VOS INNOVATIONS? Maître Bertrand ERMENEUX Barreau de Rennes Maître Anne Laure le BLOUC H Barreau d Angers Maître Isabelle GALAND-PADRAO Barreau de Nantes 1 DIRIGEANTS

Plus en détail

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot.

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. La Commission, Considérant que les articles 19 et 20 de la loi n 65-557 du 10 juillet

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 12 février 2015 de présentation des dispositions du décret n 2014-1633 du 26 décembre 2014 modifiant le décret n 2010-434 du 29 avril 2010 relatif à la communication par la voie électronique

Plus en détail

Comores. Loi sur les dessins et modèles

Comores. Loi sur les dessins et modèles Loi sur les dessins et modèles Loi du 14 juillet 1909 [NB - Loi du 14 juillet 1909 sur les dessins et modèles] Art.1.- Tout créateur d un dessin et modèle et ses ayants cause ont le droit exclusif d exploiter,

Plus en détail

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Loi n 19-2005 du 24 novembre 2005 Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi définit les conditions d exercice

Plus en détail

5 ème Journée de la Prévention. Conciliation/sauvegarde/redressement judiciaire : Une boîte à outils pour plusieurs acteurs

5 ème Journée de la Prévention. Conciliation/sauvegarde/redressement judiciaire : Une boîte à outils pour plusieurs acteurs 5 ème Journée de la Prévention Conciliation/sauvegarde/redressement judiciaire : Une boîte à outils pour plusieurs acteurs 12 novembre 2013 Table ronde animée par William Nahum Intervenants: Olivier Bafunno,

Plus en détail

Par MARKEL INTERNATIONAL LTD

Par MARKEL INTERNATIONAL LTD Par MARKEL INTERNATIONAL LTD Conditions Générales N GF AI 2005-1 EN AUCUN CAS LE PRESENT DOCUMENT NE VAUT ATTESTATION DE GARANTIE Le contrat est régi par les dispositions du Code des Assurances. Il est

Plus en détail

ACTE UNIFORME RELATIF AU DROIT COMMERCIAL GENERAL

ACTE UNIFORME RELATIF AU DROIT COMMERCIAL GENERAL ACTE UNIFORME RELATIF AU DROIT COMMERCIAL GENERAL Secrétariat de l Organisation pour l Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires Avec la collaboration de Maître Fénéon L Acte Uniforme relatif au droit

Plus en détail

LOI N PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION DE COMMISSAIRE-PRISEUR AU TOGO - DISPOSITIONS GENERALES

LOI N PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION DE COMMISSAIRE-PRISEUR AU TOGO - DISPOSITIONS GENERALES LOI N PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION DE COMMISSAIRE-PRISEUR AU TOGO TITRE I er - DISPOSITIONS GENERALES Article premier : La présente loi est applicable aux commissaires-priseurs, aux clercs de

Plus en détail

LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012

LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012 LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012 Chapitre 1 - OBJET DE L ASSOCIATION ADHÉSIONS DÉMISSIONS

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr Date 2009 FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTE? LA PRIME La procédure de sauvegarde est une procédure

Plus en détail

REGLEMENT COBAC R-98/03 RELATIF A LA COMPTABILISATION ET AU PROVISIONNEMENT DES CREANCES EN SOUFFRANCE ET DES ENGAGEMENTS PAR SIGNATURE DOUTEUX

REGLEMENT COBAC R-98/03 RELATIF A LA COMPTABILISATION ET AU PROVISIONNEMENT DES CREANCES EN SOUFFRANCE ET DES ENGAGEMENTS PAR SIGNATURE DOUTEUX COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE REGLEMENT COBAC R-98/03 RELATIF A LA COMPTABILISATION ET AU PROVISIONNEMENT DES CREANCES EN SOUFFRANCE ET DES ENGAGEMENTS PAR SIGNATURE DOUTEUX La Commission Bancaire

Plus en détail

AVERTISSEMENT PREALABLE

AVERTISSEMENT PREALABLE AVERTISSEMENT PREALABLE Ce contrat vous est proposé à titre de documentation. Un contrat doit toujours être adapté aux objectifs poursuivis par les parties et à leurs particularités juridiques propres.

Plus en détail

STRATEGIE DE PROTECTION DE LA MARQUE EN FRANCE ET A L EXPORTL

STRATEGIE DE PROTECTION DE LA MARQUE EN FRANCE ET A L EXPORTL STRATEGIE DE PROTECTION DE LA MARQUE EN FRANCE ET A L EXPORTL St Gilles les Hauts 22 septembre 2011 Claire ARDANOUY MARCURIA 1 POURQUOI DEPOSER UNE MARQUE Une stratégie commerciale La valorisation d un

Plus en détail

Comores Décret relatif aux marques

Comores Décret relatif aux marques Comores Décret relatif aux marques Décret n 65-621 du 27 juillet 1965 [NB - Décret n 65-621 du 27 juillet 1965 portant application de la loi du 31 décembre 1964 sur les marques de fabrique, de commerce

Plus en détail

L E G0UVERNEMENT DU ROYAUME DU MAROC ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE, dénommés ci-après "Parties Contractantes":

L E G0UVERNEMENT DU ROYAUME DU MAROC ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE, dénommés ci-après Parties Contractantes: ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DU ROYAUME DU MAROC ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE, CONCERNANT L'ENCOURAGEMENT ET LA PROTECTION RECIPROQUES DES INVESTISSEMENTS. L E G0UVERNEMENT DU

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES. Objet du marché n 2015-06

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES. Objet du marché n 2015-06 CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES Objet du marché n 2015-06 Contrat Groupe assurance complémentaire santé (Article 40 du Code des marchés publics) MSA ARDECHE DROME LOIRE 29, rue Frédéric

Plus en détail

LE BAIL COMMERCIAL LOUER UN LIEU APPROPRIÉ POUR VOTRE SITE DE PRODUCTION OU DE COMMERCIALISATION

LE BAIL COMMERCIAL LOUER UN LIEU APPROPRIÉ POUR VOTRE SITE DE PRODUCTION OU DE COMMERCIALISATION LE BAIL COMMERCIAL LOUER UN LIEU APPROPRIÉ POUR VOTRE SITE DE PRODUCTION OU DE COMMERCIALISATION Octobre 2010 Les Guides pratiques OHADA pour les entreprises résultent d une collaboration entre le Secrétatriat

Plus en détail

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 Table des matières 1 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 A- La Loi sur la faillite et l insolvabilité... 10 B- La Loi sur les arrangements avec les créanciers...

Plus en détail

LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004

LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004 LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004 CHAPITRE PREMIER - DEFINITION ET COMPOSITION DU DOMAINE FONCIER RURAL Section première

Plus en détail

0.975.254.9 Accord entre la Confédération suisse et le Royaume du Maroc concernant la promotion et la protection réciproques des investissements

0.975.254.9 Accord entre la Confédération suisse et le Royaume du Maroc concernant la promotion et la protection réciproques des investissements Texte original 0.975.254.9 Accord entre la Confédération suisse et le Royaume du Maroc concernant la promotion et la protection réciproques des investissements Conclu le 17 décembre 1985 Entré en vigueur

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

Sylvie Bebohi 1 Doctorante en droit Privé - Université de Picardie Jules Verne (Amiens- France)

Sylvie Bebohi 1 Doctorante en droit Privé - Université de Picardie Jules Verne (Amiens- France) LES AVANTAGES COMPARATIFS DES REGLEMENTS D ARBITRAGE CIRDI-CNUDCI-CCJA Sylvie Bebohi 1 Doctorante en droit Privé - Université de Picardie Jules Verne (Amiens- France) INTRODUCTION L arbitrage occupe une

Plus en détail

ACCORD. entre le Gouvernement de la République française. et le Gouvernement de la République de Turquie. sur l encouragement et la protection

ACCORD. entre le Gouvernement de la République française. et le Gouvernement de la République de Turquie. sur l encouragement et la protection ACCORD entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République de Turquie sur l encouragement et la protection réciproques des investissements (ensemble un protocole additionnel),

Plus en détail

Portant Charte de nommage et règles de gestion des noms de domaine «.td»

Portant Charte de nommage et règles de gestion des noms de domaine «.td» DIRECTION GENERALE ---------------- Direction des Radiocommunications ---------------- Service Gestion des Noms de Domaine ------------------- N Djamena, le DECISION N /OTRT/DG/DR/SGND/2012 Portant Charte

Plus en détail

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée (JO n 4984 p. 13) L assemblée nationale à délibéré et adopté, Le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

Principes de Comptabilité ACC 201 Semestre I 2009-2010 Prof : Abdallah FICANI

Principes de Comptabilité ACC 201 Semestre I 2009-2010 Prof : Abdallah FICANI Université Antonine Faculté de Gestion et des Affaires 1 ère année de Licence Principes de Comptabilité ACC 201 Semestre I 2009-2010 Prof : Abdallah FICANI 1 Chapitre I : L ENTREPRISE ET SON PATRIMOINE

Plus en détail

LA REFORME DES PRESCRIPTIONS CIVILES

LA REFORME DES PRESCRIPTIONS CIVILES LA REFORME DES PRESCRIPTIONS CIVILES Plus de 250 régimes de prescription différents selon la cour de cassation, des délais souvent inadaptés, des points de départ différents, des divergences importantes

Plus en détail

Convention entre la Suisse et la Belgique sur la reconnaissance et l exécution de décisions judiciaires et de sentences arbitrales

Convention entre la Suisse et la Belgique sur la reconnaissance et l exécution de décisions judiciaires et de sentences arbitrales Texte original Convention entre la Suisse et la Belgique sur la reconnaissance et l exécution de décisions judiciaires et de sentences arbitrales Conclue le 29 avril 1959 Approuvée par l Assemblée fédérale

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

DOSSIER UNIQUE D ADMISSION AUX FORMATIONS «METIERS DE L ENSEIGNEMENT, DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION» ANNEE UNIVERSITAIRE 2014/2015

DOSSIER UNIQUE D ADMISSION AUX FORMATIONS «METIERS DE L ENSEIGNEMENT, DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION» ANNEE UNIVERSITAIRE 2014/2015 DOSSIER UNIQUE D ADMISSION AUX FORMATIONS «METIERS DE L ENSEIGNEMENT, DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION» ANNEE UNIVERSITAIRE 2014/2015 DOSSIER N... (à remplir par la scolarité) Dossier à remplir et à retourner

Plus en détail

Comment tirer le meilleur parti de votre nouvelle variété végétale

Comment tirer le meilleur parti de votre nouvelle variété végétale Comment tirer le meilleur parti de votre nouvelle variété végétale par l UPOV La mise au point de variétés végétales nouvelles (voir encadré 1), se caractérisant par une meilleure qualité, un rendement

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base

Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base Les 10 Principes de Base Introduction Tout d abord, une bonne nouvelle: vendre en Russie n exige en général pas plus de préparation ni d informations

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE LA CONFEDERATION SUISSE

CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE LA CONFEDERATION SUISSE A NOTER : Par note diplomatique du 17 juin 2014, la France a notifié à la Suisse sa décision de mettre fin à la convention fiscale franco-suisse du 31 décembre 1953 en matière d'impôts sur les successions.

Plus en détail

Population : 20.3 millions Taux de croissance PIB: 9,4% (2013)

Population : 20.3 millions Taux de croissance PIB: 9,4% (2013) Disclaimer : Cette fiche pays ne constitue qu un outil de base destiné à présenter aux lecteurs une synthèse globale des régimes juridiques et fiscaux des entreprises d investissement à capital fixe. Elle

Plus en détail

OHADA : PROFILS DES POSTES A POURVOIR / RECRUTEMENT 2014

OHADA : PROFILS DES POSTES A POURVOIR / RECRUTEMENT 2014 OHADA : PROFILS DES POSTES A POURVOIR / RECRUTEMENT 2014 I- CONTEXTE Dans le cadre du renouvellement de certains contrats à des postes déclarés vacants par le Conseil des Ministres, l Organisation pour

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

Agir et réagir face aux entreprises en difficulté Les procédures collectives. Jeudi 6 novembre 2014 Auditorium CCI

Agir et réagir face aux entreprises en difficulté Les procédures collectives. Jeudi 6 novembre 2014 Auditorium CCI Agir et réagir face aux entreprises en difficulté Les procédures collectives Jeudi 6 novembre 2014 Auditorium CCI 2 PLAN Première partie: Généralités sur les procédures collectives Seconde partie: Exposé

Plus en détail

Article 6 Article 7 Article 8

Article 6 Article 7 Article 8 Loi n 98-4 du 2 février 1998, relative aux sociétés de recouvrement des créances telle que modifiée par les textes subséquents et notamment la loi n 2003-42 du 9 juin 2003. Article premier- La présente

Plus en détail

LOI N 2006-01 portant Code des Postes

LOI N 2006-01 portant Code des Postes REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi LOI N 2006-01 portant Code des Postes EXPOSE DES MOTIFS Le secteur postal connaît actuellement des mutations liées notamment aux avancées technologiques,

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

PolyReg Association Générale d Autorégulation. Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie

PolyReg Association Générale d Autorégulation. Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie PolyReg Association Générale d Autorégulation Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie < 1 But du Règlement A. Dispositions générales 1 Le présent règlement fixe les dispositions

Plus en détail

Togo. Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe

Togo. Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe Loi uniforme n 2009-23 du 14 octobre 2009 [NB - Loi uniforme n 2009-23 du 14 octobre 2009 relative aux entreprises d investissement à capital

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES. Objet du marché n 2015-08. Traitement du courrier «Arrivée» (Article 40 du Code des marchés publics)

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES. Objet du marché n 2015-08. Traitement du courrier «Arrivée» (Article 40 du Code des marchés publics) CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES Objet du marché n 2015-08 Traitement du courrier «Arrivée» (Article 40 du Code des marchés publics) MSA ARDECHE DROME LOIRE 29, rue Frédéric CHOPIN 26000

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Arbitrage et contentieux international OHADA et autres procédures. Focus : Etats africains et arbitrage

Arbitrage et contentieux international OHADA et autres procédures. Focus : Etats africains et arbitrage Arbitrage et contentieux international OHADA et autres procédures Focus : Etats africains et arbitrage Les intervenants Benoît Le Bars, Associé Gérant, Lazareff Le Bars, Modérateur Alain Fénéon, Avocat

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ACHAT

CONDITIONS GENERALES D ACHAT CONDITIONS GENERALES D ACHAT Article 1 ACCEPTATION/ ACCUSE DE RECEPTION Sauf accords contraires et écrits entre AIRMETEC et le fournisseur, les présentes conditions s appliquent impérativement, à l exclusion

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence : 12008

CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence : 12008 Assurance PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES SOMMAIRE Préambule 3 Article 1 Objet du contrat 4 Article 2 Dépenses garanties 4 Article 3 Durée du contrat 4 Article 4 Etablissement du compte d amortissement

Plus en détail

ACTE CONSTITUTIF DE LA SOCIETE

ACTE CONSTITUTIF DE LA SOCIETE COMPANIES ACTS, 1963 A 2012 SOCIETE PAR ACTIONS A RESPONSABILITE LIMITEE SOCIETE D INVESTISSEMENT A CAPITAL VARIABLE ET COMPARTIMENTS MULTIPLES AYANT CHACUN DES RESPONSABILITES DISTINCTES NATIXIS INTERNATIONAL

Plus en détail

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE UNIPERSONNELLE (SARL UNIPERSONNELLE)

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE UNIPERSONNELLE (SARL UNIPERSONNELLE) Ce document est un simple modèle Des commentaires sont apportés sur certains points (entre parenthèse ou en pied de page). Ils n ont bien sûr pas à figurer sur le texte définitif. En outre, dans certains

Plus en détail

FISCADAS PROTECTION FISCALE. Conditions Générales 10 g

FISCADAS PROTECTION FISCALE. Conditions Générales 10 g FISCADAS PROTECTION FISCALE Conditions Générales 10 g Article 1 Les définitions Sociétaire : L ENTREPRISE, personne physique ou morale (ou l ASSOCIATION), souscriptrice du contrat et désignée aux Conditions

Plus en détail

Version consolidée AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ----- Règlement intérieur du Collège. Chapitre 1 er Composition des formations

Version consolidée AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ----- Règlement intérieur du Collège. Chapitre 1 er Composition des formations Version consolidée AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ----- Règlement intérieur du Collège Article 1 er Chapitre 1 er Composition des formations Les membres composant le Collège restreint, les sous-collèges

Plus en détail

LES DISPOSITIONS RELATIVES A L INVESTISSEMENT

LES DISPOSITIONS RELATIVES A L INVESTISSEMENT LES DISPOSITIONS RELATIVES A L INVESTISSEMENT DANS L ACCORD ECONOMIQUE ET COMMERCIAL GLOBAL ENTRE L UE ET LE CANADA (AECG) L Accord économique et commercial global entre l UE et le (AECG) marque un tournant

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Arrêté du 26 octobre 2010 relatif au fichier national des incidents de remboursement des crédits aux

Plus en détail

OTRT : Office Tchadien de Régulation des Télécommunications. Contrat de Bureau d enregistrement

OTRT : Office Tchadien de Régulation des Télécommunications. Contrat de Bureau d enregistrement REPUBLIQUE DU TCHAD Unité - Travail - Progrès REPUBLIQUE DU TCHAD Unité - Travail - Progrès OTRT : Office Tchadien de Régulation des Télécommunications Contrat de Bureau d enregistrement Contrat de Bureau

Plus en détail

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier Loi n 13-89 relative au commerce extérieur promulguée par le dahir n 1-91-261 du 13 joumada I 1413 (9 novembre 1992), telle quelle a été modifiée et complétée par la loi n 37-93 promulguée par le dahir

Plus en détail

NIC BURKINA FASO - CHARTE DE NOMMAGE DU POINT BF ******* REGLES D'ENREGISTREMENT POUR LES NOMS DE DOMAINE SE TERMINANT EN.BF

NIC BURKINA FASO - CHARTE DE NOMMAGE DU POINT BF ******* REGLES D'ENREGISTREMENT POUR LES NOMS DE DOMAINE SE TERMINANT EN.BF AUTORITE DE REGULATION DES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES ------------------ CONSEIL DE REGULATION Burkina Faso Unité - Progrès - Justice NIC BURKINA FASO - CHARTE DE NOMMAGE DU POINT BF ******* REGLES D'ENREGISTREMENT

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 64 Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives Présentation Présenté par Madame Monique

Plus en détail

La protection des savoirs traditionnels: rôle des Indications géographiques

La protection des savoirs traditionnels: rôle des Indications géographiques Congrès AFTER Dakar 11-12 novembre 2014 La protection des savoirs traditionnels: rôle des Indications géographiques Didier CHABROL UMR Innovation - CIRAD Montpellier - France 1 Modernisation des produits

Plus en détail

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME Version du 17/04/2014 Approuvée par le comité de pilotage de la Marque QUALITE TOURISME Déposée à l'inpi le 07/07/2014 et publiée au BOPI n 2014-32

Plus en détail

LES DOCUMENTS JURIDIQUES

LES DOCUMENTS JURIDIQUES LES DOCUMENTS JURIDIQUES Introduction Les actes de procédures Les titres de propriété intellectuelle Les documents d appel d offres Les contrats Autres documents juridiques INTRODUCTION Nombreuses sont

Plus en détail

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE MATIERE FISCALE

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE MATIERE FISCALE ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE RELATIF A L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIERE FISCALE Considérant que le Gouvernement de

Plus en détail

Le Tribunal de Commerce d Abidjan, en son audience publique du sept mai deux mil quinze tenue au siège dudit Tribunal, à laquelle siégeaient :

Le Tribunal de Commerce d Abidjan, en son audience publique du sept mai deux mil quinze tenue au siège dudit Tribunal, à laquelle siégeaient : KF/TG/KS REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE ------------------- COUR D APPEL D ABIDJAN --------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN --------------- RG N 1403/15 ------------- JUGEMENT CONTRADICTOIRE Du 07/05/2015

Plus en détail

Algérie. Loi relative aux associations

Algérie. Loi relative aux associations Loi relative aux associations Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 [NB - Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 relative aux associations (JO 1990-31)] Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi a pour

Plus en détail

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS PREAMBULE Les Médiateurs des pays membres de l UEMOA, conformément à la recommandation de leur première réunion tenue à Ouagadougou

Plus en détail

IFPI SUISSE. Statuts. Groupe national suisse de l IFPI, International Federation of the Phonographic Industry

IFPI SUISSE. Statuts. Groupe national suisse de l IFPI, International Federation of the Phonographic Industry IFPI SUISSE Statuts Groupe national suisse de l IFPI, International Federation of the Phonographic Industry Version du 8..04 Table des matières I. Dispositions générales... Art. Dénomination et siège...

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

Plan du cours de Droit des Affaires

Plan du cours de Droit des Affaires Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Plan du cours de Droit des Affaires Licence 2 Droit Monsieur le Professeur BUREAU www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier, très sincèrement,

Plus en détail

Transfert d entreprise

Transfert d entreprise Fiche 81 CLARIFICATION DU CONCEPT À quoi correspond le transfert d entreprise? Le transfert d entreprise désigne une diversité de situations entraînant un changement d employeur. Cela concerne, notamment,

Plus en détail

INDICATEUR (vs. Afrique) Création d'entreprise 12 jours (27,3j) 117 173 56. Transfert de Propriété 120 jours (57,2j) 165 163-2

INDICATEUR (vs. Afrique) Création d'entreprise 12 jours (27,3j) 117 173 56. Transfert de Propriété 120 jours (57,2j) 165 163-2 Disclaimer : Cette fiche pays ne constitue qu un outil de base destiné à présenter aux lecteurs une synthèse globale des régimes juridiques et fiscaux des entreprises d investissement à capital fixe. Elle

Plus en détail