Position de l ASG sur la révision de la LBA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Position de l ASG sur la révision de la LBA"

Transcription

1 Position de l ASG sur la révision de la LBA L ASG est favorable à ce que la Suisse, en tant que membre fondateur du GAFI et place financière en pointe dans la lutte contre le blanchiment d argent, applique les prescriptions révisées. Cependant, elle rejette toute initiative qui irait au-delà de ces normes. Dans l application des normes internationales, il convient d avoir en ligne de mire non seulement la préservation de l intégrité de la place financière suisse, mais aussi sa compétitivité. La lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme doit rester strictement séparée des autres mesures prises dans le cadre d une politique fiscale internationale pour la place financière. Concernant les différentes recommandations du GAFI 1. Problématique des actions au porteur Les voix anglo-saxonnes au sein du GAFI ont réussi à s imposer. L actionnaire anonyme fait désormais partie de l histoire. La Suisse, traditionnellement accueillante pour les entreprises, est fortement concernée par les prescriptions du GAFI et les gérants de fortune indépendants, en tant qu entreprises et entrepreneurs, le sont également. Le «magma informe» tel qu il est proposé ne mérite toutefois aucun soutien. Les tenues de registres redondantes sont à rejeter. Dès lors qu une entreprise est tenue de déclarer les détenteurs d actions au porteur à une autorité de surveillance ou à un organisme d autorégulation reconnu, toute bureaucratie supplémentaire doit lui être épargnée. En outre, les entreprises qui ne souhaitent pas mettre en place les procédures administratives correspondantes en interne doivent avoir la possibilité de déléguer les tâches liées à l identification des détenteurs d actions au porteur à un intermédiaire financier au sens de la LBA, que la société aura désigné à cet effet. Les sociétés cotées sont bien libérées de ces obligations, au motif qu elles délèguent les tâches correspondantes à des chaînes d investisseurs, de la conservation globale aux banques des différents investisseurs. 2. Identification de l ayant droit économique dans le cas de personnes morales Les propositions du Département fédéral des finances, selon lesquelles les intermédiaires financiers seraient tenus à l avenir d identifier les ayants droit économiques dans toutes les entreprises dès lors que ceux-ci détiennent des participations supérieures à 25%, semblent plutôt inoffensives à première vue. Mais ce n est qu une apparence: en réalité, il en résulterait une bureaucratie accrue pour toutes les PME. Là où l affaire devient véritablement problématique, c est quand il n y a pas de participations supérieures à 25%, ce qui devrait être fréquent dans les entreprises familiales de taille moyenne ou les entreprises à gestion participative. Dans ce cas en effet, le «membre le plus haut placé de l organe de direction» devient ayant droit économique «par défaut». Cela affaiblit un acquis essentiel du dispositif suisse de

2 prévention. Jusqu ici, on regardait précisément ce qui se passait en coulisse et, s agissant du/des ayant(s) droit économique(s), on ciblait les personnes physiques ou les personnes morales exerçant une activité opérationnelle qui avaient le contrôle effectif. Avec un Président du conseil d administration faisant office d ayant droit économique «par défaut», la prévention et la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme se trouvent non pas renforcées, mais affaiblies. Le législateur ne consacre pas une seconde de réflexion aux multiples associations présentes en Suisse. Or dès qu une association compte plus de quatre membres, le Président du Conseil devient automatiquement ayant droit économique «par défaut». Au vu de l importance des tâches en matière de lutte contre le blanchiment d argent, c est assez ridicule. Il conviendrait donc ici aussi d introduire des exceptions judicieuses au principe. Cet aspect de la mise en œuvre des recommandations du GAFI révisées en 2012 n ayant rien d urgent, l ASG considère qu il y a lieu d attendre de voir comment d autres Etats procèderont. Mieux vaut s inspirer de solutions étrangères que mettre en place une solution helvétique excessive générant une bureaucratie inutile. 3. Personnes politiquement exposées (PPE) nationales C est une norme internationale compréhensible que les intermédiaires financiers, du fait des risques de corruption inhérents à la position des personnes politiquement exposées, doivent faire preuve à l égard de ces dernières d un regain de prudence dûment proportionné. Sur le fond, l ASG approuve la solution proposée. Elle émet toutefois des réserves sur le fait que les membres de la famille et autres proches de PPE nationales, y compris lorsque ces dernières ont quitté leurs fonctions, doivent être classés à vie dans une catégorie de clientèle présentant potentiellement des risques accrus. Il convient à cet égard d examiner si, s agissant des PPE nationales, on ne pourrait pas trouver une définition plus judicieuse de la notion de «proches». Pour les PPE d organisations internationales, il est également proposé une solution qui reste mesurée. 4. Les délits fiscaux, infractions préalables au blanchiment d argent Fondamentalement, l ASG s en tient à sa position que le non-versement illégal d impôts ne crée pas pour autant un substrat patrimonial accessible au blanchiment d argent. Or: le GAFI voit les choses autrement et est prêt à infléchir considérablement des normes fondamentales du droit pénal. En fin de compte, la Suisse n aura d autre choix que d assimiler les infractions pénales graves en matière fiscale à des infractions préalables au blanchiment d argent. La question est: lesquelles et comment? S agissant de la définition des délits fiscaux graves constituant des infractions préalables au blanchiment d argent, et spécifiquement des éléments constitutifs de la fraude fiscale, le Département fédéral des finances propose un changement de système radical. Si, en vertu du droit en vigueur, l usage de documents falsifiés ou inexacts quant à leur contenu est toujours une condition préalable, on passerait désormais à un modèle général basé sur la tromperie. Tomberait alors sous le coup de la LBA quiconque accepte des fonds soustraits à l impôt au moyen d une simple construction mensongère. C est aller trop loin et méconnaître complètement le fait que le blanchiment d argent constitue une infraction pénale grave.

3 Si les délits fiscaux graves sont élevés au rang d infractions préalables au blanchiment d argent, leurs éléments constitutifs doivent pouvoir être appréhendés clairement et simplement. Il faut des définitions claires, et une totale sécurité juridique. Seul le modèle basé sur des documents en est le garant. Le seuil proposé de CHF d éléments imposables non déclarés (condition à remplir cumulativement avec l acte frauduleux lui-même), et ce tous types d impôts et de taxes directs et indirects confondus, aboutit à des résultats absurdes. Le degré de gravité d un délit fiscal se mesure à l évidence aussi au regard du préjudice fiscal causé. A cet effet, un seuil uniforme apparaît inapproprié. En matière d impôt suisse sur la fortune, un préjudice fiscal de moins de CHF constituerait sans doute déjà une infraction préalable au blanchiment d argent. L ASG demande donc que soient fixés des seuils différents selon le type d impôt, le domicile et les éléments imposables. Si l on entend faire en sorte que seules les infractions pénales graves en matière fiscale soient assimilées à des infractions préalables au blanchiment d argent, il convient de fixer un seuil approprié par période fiscale, et non un seuil à franchir par cumul de montants minimes tout au long de la vie. 5. Interdiction des paiements en espèces de plus de CHF Cette règle n a pas sa place dans la LBA. L interdiction des paiements en espèces directs en dehors du secteur financier lors d opérations de vente relève du droit des moyens de paiement légaux au sens le plus général. Si la Suisse entend limiter les opérations en espèces, elle doit le faire en priorité dans le cadre d une révision de la loi fédérale sur l unité monétaire et les moyens de paiement, car dès lors les espèces métalliques et les billets de banque seraient partiellement exclus des moyens de paiement légaux. D autres adaptations s imposeraient dans de nombreux autres textes, notamment dans le Code des obligations et dans la loi sur la poursuite pour dettes et la faillite. Est également irréaliste l étendue du pouvoir conféré aux banques par les prescriptions proposées. Ces dernières chargent en effet les banques de juger en première et dernière instance si un contrat de vente portant sur plus de CHF peut ou non être exécuté. Sans l intervention des banques qui, soit dit en passant, reste facultative, même des jugements de tribunaux fédéraux en matière commerciale ne pourront plus être appliqués. Les prescriptions proposées créent en outre de fortes incitations à contourner la loi. Parmi ces opérations d évitement, l échange de billets de banque étrangers ou de lingots d or contre l objet de la vente, en lieu et place du contrat de vente, serait encore la plus simple à contrôler. Mais l apparition de banques occultes y compris en Suisse constituerait une véritable menace pour l intégrité de la place financière. Même si l UE s efforce actuellement de limiter les opérations en espèces, le GAFI ne prévoit pas de prescriptions similaires. 6. Abolition du droit d annonce et suppression du blocage automatique Abolition du droit d annonce L ASG salue la proposition d abolir le droit d annonce. Cela favorise les annonces pertinentes et ciblées. Il est mis un terme à une pratique aujourd hui courante dans les milieux bancaires, qui consiste à procéder à des «annonces au nom du droit

4 d annonce» dans le seul but de couvrir personnellement les collaborateurs des services Compliance. C est de nature à améliorer l efficacité des autorités et la qualité des différentes annonces. Suppression du blocage automatique L ASG approuve la suppression du blocage automatique à la date de l annonce.

5 Le 23 avril 2013

LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE ET REGLES D IDENTIFICATION DE LA CLIENTELE

LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE ET REGLES D IDENTIFICATION DE LA CLIENTELE LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE ET REGLES D IDENTIFICATION DE LA CLIENTELE Punissabilité des entreprises En automne 2001, les Chambres fédérales ont adopté les nouveaux articles 102 et 102a du Code pénal qui

Plus en détail

Recommandations révisées du GAFI: davantage d obligations de diligence pour les intermédiaires financiers?

Recommandations révisées du GAFI: davantage d obligations de diligence pour les intermédiaires financiers? Recommandations révisées du GAFI: davantage d obligations de diligence pour les intermédiaires financiers? Séminaire pour journalistes de SwissBanking, Alexander Karrer, Secrétaire d Etat suppléant Secrétariat

Plus en détail

La loi fédérale du 12 décembre 2014 sur la mise en œuvre des recommandations du GAFI, révisées en 2012

La loi fédérale du 12 décembre 2014 sur la mise en œuvre des recommandations du GAFI, révisées en 2012 La loi fédérale du 12 décembre 2014 sur la mise en œuvre des recommandations du GAFI, révisées en 2012 Dr Riccardo Sansonetti Chef de la section criminalité financière Secrétariat d'etat aux questions

Plus en détail

Bilatérales II : lutte contre la fraude Amélioration significative de la collaboration avec l UE. 18 octobre 2004 Numéro 39/2

Bilatérales II : lutte contre la fraude Amélioration significative de la collaboration avec l UE. 18 octobre 2004 Numéro 39/2 Bilatérales II : lutte contre la fraude Amélioration significative de la collaboration avec l UE 18 octobre 2004 Numéro 39/2 Amélioration significative de la collaboration avec l UE L accord entre la

Plus en détail

Gestionnaires de placements collectifs de capitaux Marchés

Gestionnaires de placements collectifs de capitaux Marchés Communication FINMA 35 (2012), 20 février 2012 Gestionnaires de placements collectifs de capitaux Marchés Einsteinstrasse 2, 3003 Bern Tel. +41 (0)31 327 91 00, Fax +41 (0)31 327 91 01 www.finma.ch Sommaire

Plus en détail

ANNEXE D. Strasbourg, 4 juillet 2003 (2003)14 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

ANNEXE D. Strasbourg, 4 juillet 2003 (2003)14 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) ANNEXE D Strasbourg, 4 juillet 2003 (2003)14 Res MONEYVAL COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

La stratégie de l argent propre un défi pour les banques

La stratégie de l argent propre un défi pour les banques Swissbanking Séminaire des journalistes des 3 et 4 juin 2013 à Berne Module 3: 2013 Une année particulièrement chargée en matière de réglementation (4 juin 2013) La stratégie de l argent propre un défi

Plus en détail

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 Nouvelles contraintes, limites, mais avec quel avantage? Vincent Tattini Plan A. Les nouveautés de MIFID 2 B. Loi sur les services financiers

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse LA VICE-PREMIERE MINISTRE, MINISTRE DE L INTERIEUR ET DE L EGALITE DES CHANCES Bruxelles, le 22 novembre 2013 Communiqué de presse Renforcement de l éthique et du contrôle dans le secteur de la sécurité

Plus en détail

Session de printemps Compte rendu de la 2 e semaine

Session de printemps Compte rendu de la 2 e semaine Session de printemps Compte rendu de la 2 e semaine 14 mars 2014 La loi sur la transmission de la formation suisse à l étranger révisée a été adoptée. Une formation sur le modèle suisse représente, de

Plus en détail

Loi sur les chiens 1 916.31. 27 mars 2012

Loi sur les chiens 1 916.31. 27 mars 2012 1 916.1 7 mars 01 Loi sur les chiens Le Grand Conseil du canton de Berne, vu l article 4, alinéa 1 de la loi fédérale du 16 décembre 005 sur la protection des animaux (LPA) 1) et l article 59, alinéa 1

Plus en détail

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection PROCEDURE NEGOCIEE AVEC PUBLICITE PREALABLE POUR UNE MISSION DE CONSEIL ET D APPUI EN MATIÈRE DE L'ÉLABORATION D'UN CADRE GÉNÉRAL CONCERNANT

Plus en détail

CIRCULAIRE D INFORMATION No 26

CIRCULAIRE D INFORMATION No 26 15 mars 2001 Dr. Hermann Walser CIRCULAIRE D INFORMATION No 26 Mesures urgentes dans le domaine du droit de timbre de négociation : les institutions de prévoyance assimilées aux commerçants de titres 1.

Plus en détail

À l attention des intermédiaires financiers affiliés de l OAR/ASSL et des organes de contrôle IF Copie à l'att. de la FINMA

À l attention des intermédiaires financiers affiliés de l OAR/ASSL et des organes de contrôle IF Copie à l'att. de la FINMA Communication du secrétariat de l'oar/assl N 23/2015 À l attention des intermédiaires financiers affiliés de l OAR/ASSL et des organes de contrôle IF Copie à l'att. de la FINMA Zurich, le 30 avril 2015

Plus en détail

Directives mondiales anti-blanchiment pour les services bancaires privés

Directives mondiales anti-blanchiment pour les services bancaires privés Directives mondiales anti-blanchiment pour les services bancaires privés Principes anti-blanchiment de Wolfsberg 1 () Remerciements Ces banques ont collaboré avec une équipe de Transparency International

Plus en détail

Certificat de formation continue en. Compliance Management. janvier à décembre 2012. www.compliance-management.ch

Certificat de formation continue en. Compliance Management. janvier à décembre 2012. www.compliance-management.ch Certificat de formation continue en Compliance Management janvier à décembre 2012 www.compliance-management.ch À l initiative de la Fondation Genève Place Financière, l Université de Genève offre depuis

Plus en détail

13.106. Message concernant la mise en œuvre des recommandations du Groupe d action financière (GAFI), révisées en 2012. du 13 décembre 2013

13.106. Message concernant la mise en œuvre des recommandations du Groupe d action financière (GAFI), révisées en 2012. du 13 décembre 2013 13.106 Message concernant la mise en œuvre des recommandations du Groupe d action financière (GAFI), révisées en 2012 du 13 décembre 2013 Messieurs les Présidents, Mesdames, Messieurs, Par le présent message,

Plus en détail

Ordonnance sur l activité d intermédiaire financier exercée à titre professionnel

Ordonnance sur l activité d intermédiaire financier exercée à titre professionnel Ordonnance sur l activité d intermédiaire financier exercée à titre professionnel (OIF) 955.071 du 18 novembre 2009 (Etat le 1 er janvier 2010) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 41 de la loi du 10 octobre

Plus en détail

DataCard. Fondation suisse et philanthropie. Société Fiduciaire Suisse SA

DataCard. Fondation suisse et philanthropie. Société Fiduciaire Suisse SA DataCard Fondation suisse et philanthropie Société Fiduciaire Suisse SA Généralités concernant la fondation d utilité publique selon le droit suisse La fondation suisse reconnue comme étant d utilité publique

Plus en détail

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies?

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Chantal CUTAJAR Présidente de l OCTFI Directrice du GRASCO (Université de Strasbourg) La Commission des affaires économiques

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET LA BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET PROCÉDURES Y AFFÉRENTES Supplément au Code d éthique Octobre 2015 BANQUE SCOTIA Table des matières SECTION 1 INTRODUCTION... 3 SECTION 2 RAISON

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Surveillance des grandes banques du 21 avril 2004

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Surveillance des grandes banques du 21 avril 2004 Circ.-CFB 04/1 Surveillance des grandes banques Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Surveillance des grandes banques du 21 avril 2004 Sommaire 1 Objet de la circulaire 2 Obligations

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique

Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique Lors de ses vœux aux corps constitués le 20 janvier dernier, le Président de la République a annoncé l élaboration

Plus en détail

Prise de position de la Déclaration de Berne Lausanne. 3 avril 2012

Prise de position de la Déclaration de Berne Lausanne. 3 avril 2012 Modification de loi fédérale sur le blanchiment d argent (Bureau de communication en matière de blanchiment d argent ; collaboration avec les autorités étrangères) Prise de position de la Déclaration de

Plus en détail

Un contrôle citoyen avec les entreprises

Un contrôle citoyen avec les entreprises Un contrôle citoyen avec les entreprises mai 2014 2 L objectif du plan d action La grande majorité des entreprises s inscrivent dans une démarche citoyenne et veillent à acquitter correctement leurs impôts.

Plus en détail

Lignes directrices applicables à la réglementation des marchés financiers

Lignes directrices applicables à la réglementation des marchés financiers 3 juillet 2013 Lignes directrices applicables à la réglementation des marchés financiers Einsteinstrasse 2, 3003 Berne Tél. +41 (0)31 327 91 00, fax +41 (0)31 327 91 01 www.finma.ch /A18124 Table des matières

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Délégation de tâches par la direction et la SICAV

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Délégation de tâches par la direction et la SICAV Circ.-CFB 07/3 Délégation par la direction et la SICAV Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Délégation de tâches par la direction et la SICAV (Délégation par la direction et la SICAV)

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Swiss Banking Séminaire des journalistes 2013 LSF. Marcel Schmocker, Credit Suisse 4 juin 2013

Swiss Banking Séminaire des journalistes 2013 LSF. Marcel Schmocker, Credit Suisse 4 juin 2013 Swiss Banking Séminaire des journalistes 2013 LSF Marcel Schmocker, Credit Suisse 4 juin 2013 Remarques générales Swiss Banking et CS soutiennent une loi sur les services financiers (LSF) Objectifs du

Plus en détail

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL

DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL DECISION DE LA COMMISSION TUNISIENNE DES ANALYSES FINANCIERES N 2006-2 DU 20 AVRIL 2006, PORTANT DIRECTIVES GENERALES AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT, AUX BANQUES NON RESIDENTES ET A L OFFICE NATIONAL DES

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.»

Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.» Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.» Helvetia Solutions de libre passage. Placer son avoir de prévoyance selon ses besoins. Votre assureur suisse. Le libre passage dans

Plus en détail

Ordonnance sur les audits des marchés financiers

Ordonnance sur les audits des marchés financiers Ordonnance sur les audits des marchés financiers (OA-FINMA) du... Le Conseil fédéral, vu l art. 38a, al. 3, de la loi du 25 juin 1930 sur l émission de lettres de gage (LLG) 1, vu les art. 127, al. 2,

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

du 28 mai 2003 (Dernière modification: 29 août 2007)

du 28 mai 2003 (Dernière modification: 29 août 2007) Circ.-CFB 03/1 Appel au public / Placements collectifs Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Appel au public au sens de la législation sur les placements collectifs de capitaux (Appel

Plus en détail

Demande d ouverture d un Rabo Business Account pour une société ou ASBL.

Demande d ouverture d un Rabo Business Account pour une société ou ASBL. Demande d ouverture d un abo Business Account pour une société ou ASBL. 1. Identification de la société: Dénomination sociale : ]]]] Forme juridique: ]]]] dénomination commerciale : ]]]] Activité : ]]]]

Plus en détail

I. Raison sociale But Durée Siège

I. Raison sociale But Durée Siège VAUDOISE ASSURANCES HOLDING SA Statuts I. Raison sociale But Durée Siège Art. 1 Art. 2 Art. 3 VAUDOISE ASSURANCES HOLDING SA VAUDOISE VERSICHERUNGEN HOLDING AG VAUDOISE ASSICURAZIONI HOLDING SA VAUDOISE

Plus en détail

Quo Vadis Gérant Indépendant? 21 septembre 2011 Jean-Luc Epars, Partner, Legal Yvan Mermod, Partner, Audit FS

Quo Vadis Gérant Indépendant? 21 septembre 2011 Jean-Luc Epars, Partner, Legal Yvan Mermod, Partner, Audit FS Quo Vadis Gérant Indépendant? 21 septembre 2011 Jean-Luc Epars, Partner, Legal Yvan Mermod, Partner, Audit FS Agenda 1. Les gérants indépendants sous pression 2. Surveillance actuelle 3. Directive AIFM

Plus en détail

Aide-mémoire concernant les obligations de diligence des délégués Version du 1 er janvier 2016

Aide-mémoire concernant les obligations de diligence des délégués Version du 1 er janvier 2016 Aide-mémoire concernant les obligations de diligence des délégués Version du 1 er janvier 2016 Vérification de l identité du cocontractant, déclaration indiquant le détenteur du contrôle et déclaration

Plus en détail

Entrée en vigueur de la nouvelle réglementation suisse des placements collectifs de capitaux

Entrée en vigueur de la nouvelle réglementation suisse des placements collectifs de capitaux Nous maîtrisons les terrains les plus divers Mars 2013 Entrée en vigueur de la nouvelle réglementation suisse des placements collectifs de capitaux Les nouvelles réglementations qui sont entrées en vigueur

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/10/059 DÉLIBÉRATION N 10/032 DU 4 MAI 2010 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR L'OFFICE

Plus en détail

Placements financiers et opérations financières à titre privé des collaborateurs de la BNS

Placements financiers et opérations financières à titre privé des collaborateurs de la BNS Compliance financières à titre privé des I. Dispositions générales 01. But et objet La présente directive définit les restrictions relatives aux placements financiers et aux opérations collaborateurs de

Plus en détail

ACCORD entre l Etat et la collectivité territoriale de Saint-Barthélemy concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale

ACCORD entre l Etat et la collectivité territoriale de Saint-Barthélemy concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale 1 ACCORD entre l Etat et la collectivité territoriale de Saint-Barthélemy concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale Le présent accord précise les modalités d application du 2 du

Plus en détail

Note à Messieurs les :

Note à Messieurs les : DIRECTION GENERALE Alger, le 02 septembre 2015 DE L INSPECTION GENERALE Réf./DGIG/N 1039/2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. But. pour des requêtes concernant

GUIDE PRATIQUE. But. pour des requêtes concernant GUIDE PRATIQUE pour des requêtes concernant l autorisation d une banque dépositaire (Partie I) les modifications au sein de la banque dépositaire (Partie II) le changement de banque dépositaire (Partie

Plus en détail

Gestionnaires de placements collectifs de capitaux (LPCC) Instructions de traitement pour le recensement de données - Edition 2015

Gestionnaires de placements collectifs de capitaux (LPCC) Instructions de traitement pour le recensement de données - Edition 2015 13 février 2015 Gestionnaires de placements collectifs de capitaux (LPCC) Instructions de traitement pour le recensement de données - Edition 2015 Laupenstrasse 27, 3003 Berne Tél. +41 (0)31 327 91 00,

Plus en détail

IV. comptabilité et révision

IV. comptabilité et révision IV. comptabilité et révision Vous devez tenir la comptabilité de votre entreprise Vous trouverez dans ce chapitre des renseignements sur les règles et usages en vigueur pour la comptabilité et la révision

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

Mémento concernant l assurance sur la vie liée à des participations

Mémento concernant l assurance sur la vie liée à des participations Département fédéral des finances DFF Office fédéral des assurances privées OFAP Mémento concernant l assurance sur la vie liée à des participations Etat : 20 mai 2008 1. Situation initiale Par l introduction

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger (LPSP) du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 54, al. 1, 95, al. 1, et 173, al. 2, de la Constitution

Plus en détail

Mise en Oeuvre des nouvelles Recommandations du GAFI en Suisse

Mise en Oeuvre des nouvelles Recommandations du GAFI en Suisse Nous maîtrisons les terrains les plus divers mai 2015 Mise en Oeuvre des nouvelles Recommandations du GAFI en Suisse Le délit fiscal qualifié : nouvelle infraction préalable / Conséquences pour les intermédiaires

Plus en détail

Le nouveau droit comptable

Le nouveau droit comptable Le nouveau droit comptable Présentation structurée et explication des principales nouveautés pour le 1er janvier 2015 Lausanne, le 1er décembre 2014 Agenda Introduction Comptabilité et présentation des

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière En application de l article L. 316-1 du Code monétaire et financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différends

Plus en détail

Responsabilité des sous-traitants

Responsabilité des sous-traitants Responsabilité des sous-traitants Jean-Pierre Grossmann SSE Zurich GV 2013 2. Politische Geschäfte 2 Responsabilité des sous-traitants (art. 5 Ldét) Sous-traitants 3 Situation actuelle La SSE s est opposée

Plus en détail

Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 1 Affaires bancaires. Économie, connaiss.

Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 1 Affaires bancaires. Économie, connaiss. Économie, connaiss.de base Question 1 Économie, connaiss.de base Réponse 1 Quels sont les six types de banques les plus importants? les grandes banques les banques cantonales les banques régionales/caisses

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

«Directives de révision LBA» Directives pour les réviseurs externes et notes de révision LBA

«Directives de révision LBA» Directives pour les réviseurs externes et notes de révision LBA OAR FIDUCIAIRE SUISSE Monbijoustrasse 20, CP 7956, 3001 Berne Tf 031 380 64 80, Fx 031 380 64 31 oar@fiduciairesuisse.ch www.oar-fiduciairesuisse.ch «Directives de révision LBA» Directives pour les réviseurs

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le XXX SEC(2009) yyy final RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL visant à autoriser la Commission à ouvrir des négociations en vue de la

Plus en détail

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels.

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA à l écoute des investisseurs. Zurich Invest SA, filiale

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Droit des sociétés: Tour d horizon des nouveautés

Droit des sociétés: Tour d horizon des nouveautés Droit des sociétés: Tour d horizon des nouveautés Mona Stephenson-Boughaba Conférence du 21 septembre 2015 Plan I. Mise en œuvre des Recommandations du GAFI II. Avant-Projet de révision du droit de la

Plus en détail

Le non-paiement répété par la société de la dette d impôt en matière de TVA, est, sauf preuve du contraire, présumé résulter d une faute.

Le non-paiement répété par la société de la dette d impôt en matière de TVA, est, sauf preuve du contraire, présumé résulter d une faute. 23. Je suis dirigeant d une société. Existe-t-il des cas dans lesquels je peux être tenu des dettes de ma société vis-à-vis de la TVA ou du précompte professionnel? Cette situation peut effectivement se

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse (Ordonnance de la FINMA sur les banques étrangères, OBE-FINMA) 1 du 21 octobre 1996 (Etat le

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

Loi fédérale sur la mise en œuvre des recommandations du Groupe d action financière, révisées en 2012

Loi fédérale sur la mise en œuvre des recommandations du Groupe d action financière, révisées en 2012 Délai référendaire: 2 avril 2015 Loi fédérale sur la mise en œuvre des recommandations du du 12 décembre 2014 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 13 décembre

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 4 juillet 2003 MONEYVAL (2003)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

C O N V E N T I O N. B. Autorégulation relative à la publicité pour les crédits à la consommation 1. Principes

C O N V E N T I O N. B. Autorégulation relative à la publicité pour les crédits à la consommation 1. Principes C O N V E N T I O N concernant les restrictions à la publicité et la prévention dans le domaine des crédits privés et des leasings de biens de consommation A. Préambule Les membres de l Association Suisse

Plus en détail

ASSURANCE INVESTISSEMENT

ASSURANCE INVESTISSEMENT ASSURANCE INVESTISSEMENT DEMANDE D ASSURANCE POUR UN INVESTISSEMENT DIRECT A L ETRANGER Réservé à Coface N DATE : 1 - PAYS D ACCUEIL DE L INVESTISSEMENT : 2 - DEMANDEUR : Raison sociale (uniquement s il

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM En principe, on qualifie la responsabilité comme le fait d assumer la conséquence de ses

Plus en détail

SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE

SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE Adopté lors de la session d'avril 1999 ENTRE l Etat la Collectivité territoriale L Association (club ou fédération) représenté par M. le Centre

Plus en détail

CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES CLIENTS

CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES CLIENTS CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES CLIENTS 1. Définition et nature des données à caractère personnel Lors de votre utilisation du site http://www.assessfirst.com/ (ci-après

Plus en détail

Ordonnance de classement Art. 319 ss CPP

Ordonnance de classement Art. 319 ss CPP Procureure fédérale: Collaboratrice juridique: Greffière: Procédure n o : Lausanne, le 11 décembre 2014 SV.13.0530- Ordonnance de classement Art. 319 ss CPP Dans la cause pénale Personnes prévenues A.,

Plus en détail

1. L incrimination du blanchiment de capitaux et l article 505 du Code pénal

1. L incrimination du blanchiment de capitaux et l article 505 du Code pénal TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS CHAPITRE I er. GENÈSE DE LA CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIÈRES A. CONTEXTE INTERNATIONAL ET DROIT COMPARÉ 1. Les premiers textes internationaux 2. Les modélisations

Plus en détail

Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs

Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds Texte de référence : article L. 214-24, I du code monétaire et financier. L AMF applique l ensemble

Plus en détail

Memo BATL : la nouvelle loi sur la régularisation fiscale

Memo BATL : la nouvelle loi sur la régularisation fiscale Memo BATL : la nouvelle loi sur la régularisation fiscale Dans le cadre de ses objectifs, la BATL souhaite collaborer à une législation efficace et de qualité qui soit applicable dans la pratique du droit

Plus en détail

Loi portant introduction de la loi fédérale du 13 mars 1964 sur le travail dans l industrie, l artisanat et le commerce

Loi portant introduction de la loi fédérale du 13 mars 1964 sur le travail dans l industrie, l artisanat et le commerce Loi portant introduction de la loi fédérale du 13 mars 1964 sur le dans l industrie, l artisanat et le commerce du 9 novembre 1978 L Assemblée constituante de la République et Canton du Jura, vu la loi

Plus en détail

Règles de conduite pour compagnies d assurances en matière de gestion de placements de capitaux

Règles de conduite pour compagnies d assurances en matière de gestion de placements de capitaux Règles de conduite pour compagnies d assurances en matière de gestion de placements de capitaux 3 Impressum Editeur: Association Suisse d Assurances ASA Conrad-Ferdinand-Meyer-Strasse 14 Case postale,

Plus en détail

La législation relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme

La législation relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme La législation relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme Présentation des obligations professionnelles des métiers du conseil et de la finance 19 mai 2011 Christophe ZEEB

Plus en détail

07.061 é CC. Cédule hypothécaire de registre et autres modifications des droits réels (Divergences)

07.061 é CC. Cédule hypothécaire de registre et autres modifications des droits réels (Divergences) Session d'automne 009 eparl.09.009 5:07 07.06 é CC. Cédule hypothécaire de registre et autres modifications des droits réels (Divergences) Droit en vigueur Projet du Conseil fédéral Décision du Décision

Plus en détail

Cahier des clauses particulières (CCP)

Cahier des clauses particulières (CCP) Cahier des clauses particulières () Maître de l ouvrage Communauté de communes du Val Drouette Objet du marché Fournitures administratives, papier et consommables informatiques pour les différentes structures

Plus en détail

Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let.

Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let. Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let. d OB) Rapport explicatif Juillet 2008 Résumé La réglementation en vigueur

Plus en détail

Circ.-CFB 03/1 Appel au public / Placements collectifs Page 1

Circ.-CFB 03/1 Appel au public / Placements collectifs Page 1 Circ.-CFB 03/1 Appel au public / Placements collectifs Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Appel au public au sens de la législation sur les placements collectifs de capitaux (Appel

Plus en détail

Table des matières LARCIER 249

Table des matières LARCIER 249 Chapitre I. Le secret bancaire interne belge en matière d impôts autres que l impôt sur le revenu... 9 I.1. Introduction... 9 I.2. Le secret bancaire en matière de T.V.A.... 9 I.2.1. I.2.2. Les obligations

Plus en détail

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA 1. Définitions Pour les fins du présent régime, les termes énumérés ci-dessous ont le sens suivant : «actions ordinaires» désigne

Plus en détail

Loi cantonale sur la circulation routière (LCCR)

Loi cantonale sur la circulation routière (LCCR) 1 761.11 7 mars 006 Loi cantonale sur la circulation routière (LCCR) Le Grand Conseil du canton de Berne, en application de l article 4 de la Constitution cantonale, vu les articles 4 et 106 de la loi

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET LA BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET PROCEDURES Y AFFERENTES Supplément au Code d éthique Septembre 2013 Table des matières SECTION 1 INTRODUCTION...3 SECTION 2 RAISON D ÊTRE DE

Plus en détail

La violation de cette disposition est constitutive d une infraction. pénale

La violation de cette disposition est constitutive d une infraction. pénale La location gérance Introduction Les opérateurs du monde des affaires ont coutume de clamer à qui veut les entendre que le socle de l activité commerciale c est la confiance. C est très certainement une

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

portant adhésion du canton de Fribourg à la convention portant révision du concordat sur les entreprises de sécurité

portant adhésion du canton de Fribourg à la convention portant révision du concordat sur les entreprises de sécurité Décret du 7 novembre 2003 Entrée en vigueur :... portant adhésion du canton de Fribourg à la convention portant révision du concordat sur les entreprises de sécurité Le Grand Conseil du canton de Fribourg

Plus en détail

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D 3.SF.12 DUS 2009 Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la Convention de double imposition entre

Plus en détail