Production d énergie et environnement

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Production d énergie et environnement"

Transcription

1 SESSION 4 Production d énergie et environnement par Philippe Delaisse 1 SOMMAIRE Source d énergie renouvelable (SER) et Changement climatique Biomasse et commerce de quotas d émission Q/R 2 1

2 Sources d énergie renouvelables et changement climatique 3 SER et Environnement Moins de Gaz à Effet de Serre Les sources d'énergie renouvelables n'émettent que peu voire pas de gaz à effet de serre. L'augmentation de la part des énergies renouvelables dans le total des combustibles disponibles réduira donc de manière significative les émissions de gaz à effet de serre de l'ue. La Commission estime ainsi que l'objectif de 20 % (voir session 3) permettra des réductions à hauteur de 600 à 900 millions de tonnes de CO2 par an, soit entre 150 et 200 milliards d'euros d'économies si le prix de la tonne de CO2 se monte à 25 euros par tonne. Elle a été adoptée à Rio en juin 1992 et est entrée en vigueur en mars

3 Le réchauffement climatique Durant des millions d'années, le climat de la Terre a subi bien des modifications. Ces variations étaient dues à divers phénomènes d'origine naturelle : activité du soleil, éruptions volcaniques, etc. Mais, depuis quelques décennies, l'influence de l'homme commence à modifier sensiblement le climat de la planète. Variation de la température entre 1860 et aujourd'hui Source : P.D.Jones, Hadley Centre. 5 L effet de serre Un phénomène naturel L'effet de serre est, à l'origine, un phénomène naturel. Il permet à la température de la basse atmosphère de se maintenir autour de 15ºC en moyenne et conditionne l'existence des différentes formes de vie que nous connaissons sur la Terre. Sans lui, la température moyenne de la surface de la Terre avoisinerait - 18ºC, ce qui rendrait impossible toute forme de vie du moins celles que nous connaissons. Autrement dit, sans l'effet de serre "naturel", l'homme n'existerait pas 6 3

4 L effet de serre 1. Le rayonnement solaire est la seule source d'énergie pour la planète Terre. 2. L'énergie solaire reçue est emmagasinée par la surface terrestre. 3. L'énergie emmagasinée est restituée sous forme de rayonnement infrarouge. 7 L effet de serre Causé par l Homme Par contre, ce que l on désigne aujourd hui couramment par effet de serre est lié à la présence dans l'atmosphère de certains gaz les gaz à effet de serre - qui piègent le rayonnement émis par la Terre (infrarouge). Une partie de ce rayonnement n'est plus restituée dans l'espace, mais est ré-émise vers la Terre qui, de ce fait, connaît un "surplus de chaleur", donc un réchauffement lent mais permanent

5 L effet de serre Les gaz à effet de serre L'azote et l'oxygène sont quasiment transparents au rayonnement infrarouge. Ils ne sont pas impliqués dans l'effet de serre. La vapeur d'eau, le gaz carbonique, le méthane, les chlorofluorocarbures (CFC), l'ozone, etc., contribuent directement à l'effet de serre. L'influence de ces gaz est variable selon leur concentration dans l'atmosphère et leur structure moléculaire. 9 L effet de serre Les gaz à effet de serre (GES) Dans le Protocole de Kyoto, six gaz ont été retenus comme étant les principaux responsables de l effet de serre : le dioxyde de carbone (CO 2 ) le méthane (CH 4 ) l oxyde nitreux (N 2 O) les hydrofluorocarbones (HFC) les hydrocarbures perfluorés (PFC) l hexafluorure de soufre (SF 4 ) Parmi ces six gaz, le CO 2 est le plus important et dévastateur. Son accroissement est dû aux activités humaines avec notamment la combustion de carbone fossile (charbon, gaz naturel, pétrole)

6 L effet de serre L effet de serre est donc intimement liée à notre consommation énergétique. Un habitant d un pays développé rejette kg de CO 2 par an. Un habitant d un pays en voie de développement rejette 400 kg de CO 2 par an. Variation de la concentration de gaz carbonique dans l'air depuis Source : Météo France 11 L effet de serre Conséquences Les conséquences à terme de ce phénomène sont multiples et présentent un grave danger pour les générations futures. Variation du niveau moyen des océans depuis Source : Météo France Evolution de la température en Europe si le CO 2 est doublé. Source : Météo France

7 Les accords internationaux Depuis le début des années 80, plusieurs conférences internationales ont montré que l'influence de l'homme semble être un facteur dominant du réchauffement atmosphérique observé. En 1992, lors de la Conférence de Rio, cette prise de conscience collective a débouché sur la première initiative majeure de coopération internationale en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre : La Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCUNCC) En anglais : United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) 13 Les accords internationaux Rio 1992 : La Convention-Cadre Le but de la Convention est de stabiliser les concentrations de GES dans l atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation dangereuse du système climatique. Elle prévoit e.a. pour les signataires : La publication d inventaires nationaux annuels des émissions de GES et de rapports sur l avancement de programmes régionaux de réduction des émissions. L assistance technologique aux pays en voie de développement particulièrement vulnérables au changement climatique La participation aux Conference of Parties (COP) annuelles. La Convention adopte une liste de pays industrialisés ( Annexe I ) pour lesquelles des mesures de réduction des GES sont recommandées et de pays en voie de développement ( non-annexe I ), exempts de ces mesures mais qui peuvent participer sur base volontaire. Elle a été adoptée à Rio en juin 1992 et est entrée en vigueur en mars

8 Les accords internationaux Le Protocole de Kyoto (décembre 1997) Il représente un Traité international potentiellement contraignant dans lequel les pays industrialisés et en transition s engagent à réduire leurs émissions de GES, globalement de 5,2% durant par rapport à Objectifs Kyoto : Europe centrale, Europe de l Est, UE, Suisse : USA : Canada, Japon, Hongrie, Pologne : Nouvelles Zélande, Russie, Ukraine : Norvège Australie : Islande - 8 % - 7 % - 6 % ± 0 % + 1 % + 8 % + 10 % En outre, le Protocole définit e.a.: Des organes de mise en œuvre Des règlements pour atteindre et contrôler les réductions Les Mécanismes flexibles 15 Les accords internationaux Le Protocole de Kyoto (décembre 1997) Ratification En droit international, tout Protocole, même adopté ("voté") officiellement lors d'une Conférence internationale, doit encore être ratifié ("signé") par chacun des pays signataires pour que leur "vote" ait une réelle valeur et pour que le Protocole entre alors en vigueur. Le Protocole de Kyoto est entré en vigueur lorsque plus de 55 parties (pays) l ont ratifié, représentant au moins 55 % des émissions de GES en 1990 des pays développés. Le 16 février 2005, le Protocole de Kyoto est entré en vigueur

9 Le partage de l effort réduction Au niveau européen Dans le Protocole de Kyoto, l Union Européenne en son ensemble s est engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 8 %. A l intérieur de l UE, cet effort a été réparti comme suit : Allemagne - 21 % Irlande + 13 % Autriche - 13 % Italie - 7 % Belgique - 7,5 % Luxembourg - 28 % Danemark - 21 % Pays-Bas - 6 % Espagne + 15 % Portugal + 27 % Finlande ± 0 % Royaume-Uni -12,5% France ± 0 % Suède + 4 % Grèce + 25 % TOTAL UE - 8 % 17 Le partage de l effort réduction Au niveau européen Royaume-Uni Suède Pays-Bas Portugal Luxembourg Italie France Finlande Danemark Belgique Autriche Allemagne Finlande et France : ± 0 % Irlande Espagne Grèce Engagement des Etats-Membres de l'ue dans le cadre du "burden sharing européen" Pourcentages de variation des émissions de gaz à effet de serre par rapport à

10 Le partage de l effort réduction Au niveau belge L effort belge a été réparti entre les 3 Régions après de longues et difficiles négociations. Les efforts de réduction ont été répartis de la manière suivante: - 7,5% pour la région wallonne - 5,2% pour la flandre + 3,475% pour Région bruxelloise 19 Comment réduire ses émissions Utilisation des sources d énergie renouvelable Utilisation rationnelle de l énergie (URE) Modifier les modes de consommation Séquestration du carbone Internalisation des coûts externes: Commerce de CO2. Dans ce système, l utilisation de SER au lieu de combustibles fossiles permet d obtenir des crédits CO2 qui sont ensuite vendus sur le marché. Pour ce faire, l Union européenne a instauré un système de commerce de quotas de GES ou Emission Trading. L entreprise peut par exemple investir dans les moyens suivants: -Remplacement des combustibles fossiles par de la biomasse (ex. secteur électrique:awirs); -Remplacement d un four voir humide par un four voie sèche (ex.cimenteries); - mise en place d une installation de cogénération fonctionnant à la biomasse (ex.: secteur papetier_burgo Ardennes)

11 Principe de fonctionnement Sanction L Entreprise A achètera des droits d émission si cela coûte moins qu un investissement qui réduit les émissions L Entreprise B réalise un profit sur les quotas non utilisés CO 2 emissions QUOTA TRADING Surplus Emission réelle Entreprise A Invest. Achat Entreprise B 21 Périodes Période ( «pre-kyoto» ) Période ( «kyoto» ) Période Post Kyoto

12 Couverture sectorielle La Communauté adopte une démarche progressive en se concentrant sur les grandes sources fixes. Les activités soumises aux système sont reprises dans une annexe I. Ces activités couvrent environ 46% des émissions de CO2 de l UE. Le secteur chimique et le secteur de l incinération des déchets ne sont pas couverts. Les Etats membres peuvent demander à la Commission d exclure temporairement des installations et ce jusqu au 31 décembre Pour le 31 décembre 2004, la Commission peut présenter une proposition visant à inclure d autres activités ( comme par exemple: l industrie chimique, la métallurgie, le secteur de l aluminium,..) 23 Champ d application Couverture sectorielle Installations de combustion d'une puissance calorifique de combustion supérieure à 20 MW (sauf déchets dangereux ou municipaux). Raffineries de pétrole. Cokeries Installationsde grillage ou de frittagede minerai métallique, y compris de minerai sulfuré. Installations pour la production de fonte ou d'acier (fusion primaire ou secondaire), y compris les équipements pour coulée continue d'une capacité de plus de 2,5 tonnes par heure. Installations destinées à la production de ciment et de clinker dans des fours rotatifs avec une capacité de production supérieure à 500 tonnes par jour, ou de chaux dans des fours rotatifs avec une capacité de production supérieure à 50 tonnes par jour, ou dans d'autres types de four avec une capacité de production supérieure à 50 tonnes par jour. Installations destinées à la fabrication du verre, y compris celles destinées à la production de fibres de verre avec une capacité de fusion supérieure à 20 tonnes par jour. Installations destinées à la fabrication de produits céramiques par cuisson, notamment de tuiles, de briques, de pierres réfractaires, de carrelages, de grès ou de porcelaines, avec une capacité de production supérieure à 75 tonnes par jour, et/ou une capacité de four de plus de 4 m³ et une densité d'enfournement de plus de 300 kh/m³. Installations industrielles destinées à la fabrication de pâte à papier à partir du bois ou d'autres matières fibreuses. Installationsindustrielles destinées à la fabricationde papier et carton dont la capacité de production est. supérieure à 20 tonnes par jour

13 Gaz à effet de serre CO2 CO2, + CH4,N2O, HFC, PFC, SF6? La directive rend l'exploitant d'une installation responsable uniquement des émissions directes sur le site Pour le 31 décembre 2004, la Commission peut présenter une proposition visant à inclure d autres GES 25 Deux concepts: Une autorisation d émettre des gaz à effet de serre qui est liée à une installation. Un quota d émission qui lui pourra être échangé entre les entreprises

14 Gestion des quotas Plan national: Chaque Etat membre doit élaborer un plan national Ce plan indique la quantité des quotas qu il a l intention d accorder pour la période définie ainsi que la manière dont il pense les attribuer à chaque installation. Les Etats membres doivent tenir compte des observations du public. La Commission peut rejeter un plan ou toute partie de celui-ci. 27 Gestion des quotas Méthode d allocation des quotas min. 95 % Gratuit min. 90 % Gratuit Restitution des quotas Chaque année l entreprise devra restituer un nombre de quotas égal aux émissions produites par son installation au cours de l année civile. Ces quotas sont ensuite annulés

15 Banking - Borrowing Période ( «pre-kyoto» ) Période ( «kyoto» ) Période Banking?? Banking Borrowing Borrowing Le Banking consiste à reporter des droits d émissions d une période à l autre Le Borrowing permet de reporter une partie de l effort sur la période suivante. 29 Surveillance et sanctions 40 Euro/t 100 Euro/t Obligation de restituer un nombre de quotas égale aux émissions totales de l année écoulée. Sinon, paiement d une amende sur les émissions excédentaires. L amende ne libère pas l exploitant de l obligation de restituer les quotas. Un système de surveillance et de déclaration est essentielle : lignes directrices en cours de préparation à l échelle européenne

16 Emissions de GES en wallonie Où en sommes nous? Polluants Objectifs 2012/1990 Réalisé 2003/1990 BAU CO2-5,23% N2O +1,23% CH4-32,85% Gaz fluorés +150% (2003/1995) Total GES -7,5% -6,08% -11,75% (2010) -6,81% (2020) 31 Emissions de GES en wallonie Contributions sectorielles CO 2 N 2 O CH 4 3GES SsTotal Gaz fluorés Total GES SO 2 NH 3 NO x COVNM CO HAP Dioxines Kyoto Kyoto Kyoto Kyoto Kyoto Kyoto Energie -4,4 % -0,2 % -1,3 % -3,9 % % ~ -4,2 % -0,5 % -0,2 % ~ ~ Industrie -7,4 % +0,2 % -0,6 % -6,5 % -27 % -2,8 % -5,1 % -1 % -9,3 % -32 % -68 % Résidentiel +0,8 % ~ -1 % +0,6 % -3 % ~ +0,2 % -0,7 % -1,3 % -5 % -5 % Tertiaire +0,7 % +0,3 % ~ +0,7 % +0,5 % ~ +0,3 % ~ ~ ~ ~ Transport +4,5 % +5,2 % % +4,3 % -5 % +2,8 % -13,4 % -16,5 % -6,8 % ~ ~ Déchets +0,5 % +0,2 % -23,5 % -1,1 % - -1 % -0,5 % +0,4 % ~ ~ ~ -9 % Agriculture ~ -4,5 % -6,8 % -0,8 % - ~ -6,3 % +0,1 % ~ ~ ~ - Usg. solvants ,5 % Total (%) -5,23 % +1,23 % -32,8 % -6,58 % +150 % -6,08 % -51,3 % -6,8 % -21,6 % -35 % -17,6 % -37 % -82 %

L entreprise face aux défis de l énergie et du changement. climatique. un prodigieux déferlement d énergie. Philippe Delaisse. par

L entreprise face aux défis de l énergie et du changement. climatique. un prodigieux déferlement d énergie. Philippe Delaisse. par L entreprise face aux défis de l énergie et du changement climatique par Philippe Delaisse LE BIG BANG un prodigieux déferlement d énergie LE SOLEIL. 20 milliards de milliards de centrales nucléaires 4.10

Plus en détail

MINISTERE DE LA REGION WALLONNE

MINISTERE DE LA REGION WALLONNE MINISTERE DE LA REGION WALLONNE Direction générale des Ressources naturelles et de l Environnement Direction générale de l Aménagement du Territoire, du Logement et du Patrimoine Décret du 11 mars 1999

Plus en détail

13. PROTOXYDE D'AZOTE (N2O)

13. PROTOXYDE D'AZOTE (N2O) 1.Introduction.1.1.Toxicité / effet sur l'environnement 13. PROTOXYDE D'AZOTE (N2O) Le protoxyde d azote (N2O) présent dans l air ambiant n est pas toxique pour la santé, l environnement naturel ou l environnement

Plus en détail

Les changements climatiques : les outils

Les changements climatiques : les outils Les changements climatiques : les outils Structure de l exposl exposé Les réponses au niveau international : Protocole de Kyoto Politique européenne Les réponses en Belgique Mise en œuvre en Région Wallonne:

Plus en détail

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Février 2008 0. Préambule...2 1. Kyoto : où en est-on aujourd hui en Belgique?...3 2. La Belgique en bonne voie pour remplir ses engagements?...5

Plus en détail

La contribution de l industrie cimentière à la réduction des émissions de CO 2

La contribution de l industrie cimentière à la réduction des émissions de CO 2 La contribution de l industrie cimentière à la réduction des émissions de CO 2 Photo : J. Van Hevel Membre de Fortea Partenaire d infobeton.be La fabrication des ciments, les matériaux de construction

Plus en détail

2 effet de serre un mécanisme naturel utile, déréglé par l homme

2 effet de serre un mécanisme naturel utile, déréglé par l homme L 2 effet de serre un mécanisme naturel utile, déréglé par l homme Lors de sa formation, il y a 4,6 milliards d années, la terre ne possédait pas d atmosphère. Il a fallu plusieurs millions d années pour

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

Les gaz à effet de serre en Ile-de-France : par qui sont-ils émis?

Les gaz à effet de serre en Ile-de-France : par qui sont-ils émis? Les gaz à effet de serre en Ile-de-France : par qui sont-ils émis? L inventaire et le cadastre des émissions franciliennes, réalisés par AIRPARIF (et actualisés dans le cadre du Plan de protection de l

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles 1. Quels sont les gaz généralement inclus dans le secteur de l'énergie, conformément au

Plus en détail

Energies, motorisations et effet de serre

Energies, motorisations et effet de serre Energies, motorisations et effet de serre Historique de l' Effet de Serre Les gaz concernés (Gaz à Effet de Serre) Effets des émissions de GES sur le climat Pouvoir de réchauffement des gaz Emissions de

Plus en détail

Qualité de l'air, gaz à effet de serre, énergies et leurs interactions. Romain RUSCH (DREAL)

Qualité de l'air, gaz à effet de serre, énergies et leurs interactions. Romain RUSCH (DREAL) Qualité de l'air, gaz à effet de serre, énergies et leurs interactions Romain RUSCH (DREAL) Effet de serre et pollution atmosphérique Des problématiques à priori différentes... Effet de serre : phénomène

Plus en détail

Le calcul des émissions de gaz à effet de serre et des allocations selon la règlementation

Le calcul des émissions de gaz à effet de serre et des allocations selon la règlementation Le calcul des émissions de gaz à effet de serre et des allocations selon la règlementation Les inventaires d émissions de GES en bref Procédures, directives et formules tirées du Règlement sur la déclaration

Plus en détail

PETR Midi-Quercy. Puissance installée (MW) sur le territoire

PETR Midi-Quercy. Puissance installée (MW) sur le territoire PETR Midi-Quercy Synthèse Consommation d énergie finale Unité Résidentiel/tertiaire Industrie Transport routier Agriculture Total Territoire Ktep 36 4 40 nr 80 Territoire GWh 420 44 468 nr 933 Part de

Plus en détail

COLLECTION COMPRENDRE LE CIMENT. Quoi de neuf? RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE CO 2 LA CONTRIBUTION DE L INDUSTRIE CIMENTIÈRE

COLLECTION COMPRENDRE LE CIMENT. Quoi de neuf? RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE CO 2 LA CONTRIBUTION DE L INDUSTRIE CIMENTIÈRE COLLECTION COMPRENDRE LE CIMENT Quoi de neuf? RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE CO 2 LA CONTRIBUTION DE L INDUSTRIE CIMENTIÈRE Le matériau de construction le plus utilisé au monde Dès 1990, l industrie cimentière

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES et DEVELOPPEMENT DURABLE

ENJEUX ENERGETIQUES et DEVELOPPEMENT DURABLE ENJEUX ENERGETIQUES et DEVELOPPEMENT DURABLE BOUILLOT Nicolas Novembre 2008 Le développement durable Le développement durable est un modèle de développement qui répond aux besoins d aujourd hui sans compromettre

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

par Philippe Dreye E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles

par Philippe Dreye E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles par Philippe Dreye E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles CPCP asbl - septembre 2008 CPCP - Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation asbl Rue des Deux Eglises, 45-1000

Plus en détail

COP 21 L Hydrogène Energie

COP 21 L Hydrogène Energie COP 21 L Hydrogène Energie une réponse aux enjeux environnementaux? LFIGP - Eric PRADES, 25 novembre 2015 L exposé, un «témoignage» sur: Le COP21 et ses engagements: qu est-ce? L effet de serre et le réchauffement

Plus en détail

Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007)

Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007) Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007) AIRPARIF réalise des bilans annuels d émissions dans le cadre des missions qui lui sont confiées par son Conseil d Administration.

Plus en détail

La protection de l environnement

La protection de l environnement Du changement climatique à l échelle de la planète aux pollutions plus locales, le respect de l environnement est devenu une préoccupation majeure de notre société. Du fait de contraintes réglementaires

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e KYOTO: ECHANGE DE QUOTAS D EMISSION DE GAZ A EFFET DE SERRE

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e KYOTO: ECHANGE DE QUOTAS D EMISSION DE GAZ A EFFET DE SERRE MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3791 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 210 30 décembre 2004 S o m m a i r e KYOTO: ECHANGE DE QUOTAS D EMISSION

Plus en détail

Les émissions de gaz carbonique (CO2)

Les émissions de gaz carbonique (CO2) Fiche 21 Les émissions de gaz carbonique (CO2) 1. Quelles émissions pour les différentes énergies fossiles? La quantité de CO2 produit par la combustion d une tep de combustible fossile dépend de sa composition

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE EB.AIR/WG.1/2005/14 22 juin 2005 COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANE EXÉCUTIF DE LA CONVENTION SUR LA POLLUTION ATMOSPHÉRIQUE À LONGUE

Plus en détail

Le cadre juridique de la mise en œuvre d un Mécanisme pour un Développement Propre

Le cadre juridique de la mise en œuvre d un Mécanisme pour un Développement Propre Le cadre juridique de la mise en œuvre d un Mécanisme pour un Développement Propre Françoise Labrousse Spécialiste en Droit de l Environnement - European Counsel, Jones Day Paris Paris, le 7 mars 2006

Plus en détail

Introduction. Depuis tout temps, les hommes cherchent une énergie propre, viable ; cette énergie c est la géothermie.

Introduction. Depuis tout temps, les hommes cherchent une énergie propre, viable ; cette énergie c est la géothermie. Introduction Depuis tout temps, les hommes cherchent une énergie propre, viable ; cette énergie c est la géothermie. La géothermie par captage horizontal DÉFINITION La géothermie, du grec géo (la terre)

Plus en détail

Émissions de gaz à effet de serre (GES)

Émissions de gaz à effet de serre (GES) Les émissions de gaz à effet de serre (GES) d origine humaine perturbent l équilibre énergétique radiatif du système formé par la Terre et l atmosphère. Elles amplifient l effet de serre naturel, avec

Plus en détail

Les politiques climatique et énergétique de la France

Les politiques climatique et énergétique de la France Les politiques climatique et énergétique de la France Rouen, le 11 avril 2011 Domitille BONNEFOI Domitille.bonnefoi@developpement-durable.gouv.fr DGEC Ministère de l'écologie, du Développement durable

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

l économie se mobilise pour une protection active du climat

l économie se mobilise pour une protection active du climat 23 OCTOBRE 2011 FICHES THEMATIQUES: POLITIQUE CLIMATIQUE l économie se mobilise pour une protection active du climat La loi sur le CO 2 est la base de référence pour l application du Protocole de Kyoto

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 DIRECTION DE L'EXPANSION ECONOMIQUE DIVISION DES STATISTIQUES ET DES ETUDES ECONOMIQUES SOMMAIRE Pages PREAMBULE 1 CHAPITRE n 1 - LES RESULTATS ANNUELS 3

Plus en détail

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail

CILSS - PREDAS FICHE NORMATIVE FINANCEMENTS MDP 1/5 FONDS DE RACHAT D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE (PROTOCOLE DE KYOTO)

CILSS - PREDAS FICHE NORMATIVE FINANCEMENTS MDP 1/5 FONDS DE RACHAT D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE (PROTOCOLE DE KYOTO) CILSS - PREDAS FICHE NORMATIVE FINANCEMENTS MDP 1/5 FONDS DE RACHAT D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE (PROTOCOLE DE KYOTO) MECANISMES DE DEVELOPPEMENT PROPRE (MDP) ETAT ACTUEL TUTELLE INTERNATIONALE

Plus en détail

PRESENTATION ET DEBAT

PRESENTATION ET DEBAT Réchauffement Climatique Mairie de MASSY Agenda 21 PRESENTATION ET DEBAT Gaël CALLENS Est-ce que la terre chauffe vraiment? Les Constats Depuis 1950, la terre s est réchauffée de 0,9 C, passant de 14 C

Plus en détail

Bois énergie : évaluation environnementale. 1) Biomasse, bois énergie : Un bilan positif sans conséquence sur l'effet de serre

Bois énergie : évaluation environnementale. 1) Biomasse, bois énergie : Un bilan positif sans conséquence sur l'effet de serre Bois énergie : évaluation environnementale 1) Biomasse, bois énergie : Un bilan positif sans conséquence sur l'effet de serre A la différence des combustibles fossiles (gaz, fioul, charbon, tourbe), le

Plus en détail

Tarification du carbone: Exploration des possibilitésd action ambitieuse en matière de lutte contre le changement climatique

Tarification du carbone: Exploration des possibilitésd action ambitieuse en matière de lutte contre le changement climatique Tarification du carbone: Exploration des possibilitésd action ambitieuse en matière de lutte contre le changement climatique L ambition de la communauté internationale est d orienter le monde vers une

Plus en détail

Production d électricité

Production d électricité Global Chance Petit mémento énergétique de l Union Européenne Fiche 16 Production d électricité 1. Évolution de la production d électricité en UE-27 1.1 Évolution par source de production La production

Plus en détail

Entretiens de la Sorbonne Actualités du droit de l environnement. Petit-déjeuner Débat

Entretiens de la Sorbonne Actualités du droit de l environnement. Petit-déjeuner Débat Entretiens de la Sorbonne Actualités du droit de l environnement Petit-déjeuner Débat L'Europe en ordre de bataille avant la conférence de Copenhague C.E.R.D.E.A.U. Le point de vue des milieux d affaires

Plus en détail

INTRODUCTION. Recommendations du GIEC en matière de bonnes pratiques et de gestion des incertitudes pour les inventaires nationaux 1.

INTRODUCTION. Recommendations du GIEC en matière de bonnes pratiques et de gestion des incertitudes pour les inventaires nationaux 1. 1 INTRODUCTION Recommendations du GIEC en matière de bonnes pratiques et de gestion des incertitudes pour les inventaires nationaux 1.1 Table des matières 1 INTRODUCTION 1.1 DEVELOPPEMENT DU PROGRAMME...

Plus en détail

Le marché européen du carbone

Le marché européen du carbone Le marché européen du carbone 1. Qu est-ce Que Le sceqe? 2. QueLLes sont Les défaillances du sceqe? 3. Les nantis du système d échange de Quotas d émission de co2 4. QueLs sont Les derniers développements

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 1 au 14 mars 214 n 153 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en janvier 214 : +,7% sur un mois, +,4% en moyenne mobile sur trois mois 2. Balance commerciale en janvier 214

Plus en détail

Un enjeu pour l industrie,

Un enjeu pour l industrie, Le changement climatique, des réponses pour le territoire. Un enjeu pour l industrie, la gestion mutualisée du CO 2 Le Havre mardi 10 juin 2008 Bernard Gérard Responsable scientifique et des partenariats

Plus en détail

Le réchauffement climatique, c'est quoi?

Le réchauffement climatique, c'est quoi? LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le réchauffement climatique, c'est quoi? Le réchauffement climatique est l augmentation de la température moyenne à la surface de la planète. Il est dû aux g az à effet de serre

Plus en détail

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE : ANNEE 2014. SOLVAY, plateforme de Tavaux

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE : ANNEE 2014. SOLVAY, plateforme de Tavaux 18/12/2015 BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE : ANNEE 2014 SOLVAY, plateforme de Tavaux Le bilan d émissions de gaz à effet de serre de la société Rhodia Opération France a été établi conformément

Plus en détail

Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre Carsat Centre-Val de Loire

Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre Carsat Centre-Val de Loire Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre Carsat Centre-Val de Loire Rapport réglementaire 2015 Bilan des émissions de GES - Carsat Centre-Val de Loire 1 Table des matières 1 Description de la personne

Plus en détail

1 - Les énergies renouvelables :

1 - Les énergies renouvelables : Barème 4 4 5 Total/3 Critères d évaluation - Questions Présence de : Nom(s), prénom(s) et classe(s) / Titre / Sommaire / Numérotation des pages Indication des sources et requêtes formulées Pas de copier

Plus en détail

Canadä. T*T Environment. ',,ffi, Mme Christiana Figueres. Correspondante nationale pour la CCNUCC

Canadä. T*T Environment. ',,ffi, Mme Christiana Figueres. Correspondante nationale pour la CCNUCC T*T Environment Canada Environnement Canada Mme Christiana Figueres Secrétaire exécut ve Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques P.O. Box 260L24 D-53153 Bonn Le 22 septembre

Plus en détail

LES SOURCES D ENERGIE. Caractérisation des énergies. Les différentes formes d énergie. La consommation d énergie. Les ressources énergétique

LES SOURCES D ENERGIE. Caractérisation des énergies. Les différentes formes d énergie. La consommation d énergie. Les ressources énergétique LES SOURCES D ENERGIE Caractérisation des énergies Les ressources énergétique La consommation d énergie Constats et perspectives Caractérisation des énergies Les différentes formes d énergie Chaleur Travail

Plus en détail

Perspective d un producteur laitier sur les projets d atténuation des gaz à effet de serre Ron Maynard Producteurs laitiers du Canada

Perspective d un producteur laitier sur les projets d atténuation des gaz à effet de serre Ron Maynard Producteurs laitiers du Canada Perspective d un producteur laitier sur les projets d atténuation des gaz à effet de serre Ron Maynard Producteurs laitiers du Canada Congrès et atelier de la FIL Canada sur le développement durable du

Plus en détail

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010 Energie photovoltaïque Filière Physique des Composants Nanostructurés PHELMA Septembre 2010 Anne Kaminski 1, Mathieu Monville 2 1 INP Grenoble - INSA Lyon 2 Solarforce 1 PLAN DU COURS 1- Panorama de l

Plus en détail

Evolution du système d échange de quotas de CO2

Evolution du système d échange de quotas de CO2 Evolution du système d échange de quotas de CO2 DREAL PACA Service Prévention Risques Unité Risques Chroniques et Sanitaires Un système européen (EU ETS) Elément central de la politique européenne climatique

Plus en détail

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail

Performance des membres du CAD en matière d'aide

Performance des membres du CAD en matière d'aide Extrait de : Coopération pour le développement : Rapport 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/dcr-2010-fr Performance des membres du CAD en matière d'aide Merci de citer ce chapitre

Plus en détail

CHAPITRE 4. Les énergies mise en oeuvre

CHAPITRE 4. Les énergies mise en oeuvre CHAPITRE 4 Les énergies mise en oeuvre 1/ LES SOURCES D ÉNERGIES Les sources d'énergie non renouvelables Les matières fossiles (charbon, pétrole, gaz) et les matières fissiles (uranium) permettent de fournir

Plus en détail

LA CLIMATISATION : LES ASPECTS ENVIRONNEMENTAUX. Les fluides frigorigènes. et leur impact environnemental

LA CLIMATISATION : LES ASPECTS ENVIRONNEMENTAUX. Les fluides frigorigènes. et leur impact environnemental LA CLIMATISATION : LES ASPECTS ENVIRONNEMENTAUX Les fluides frigorigènes et leur impact environnemental 31 MARS 2005 Les différents aspects environnementaux la couche d ozone l effet de serre : les émissions

Plus en détail

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises)

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises) 15/2015-21 janvier 2015 Enquête communautaire sur l innovation 2012 La proportion d entreprises innovantes est passée sous la barre des 50% dans l UE en 2010-2012 Les innovations liées à l organisation

Plus en détail

ACCORDS DU BOURGET. Signés par les Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques le 6 mai 2015 au Lycée du Bourget

ACCORDS DU BOURGET. Signés par les Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques le 6 mai 2015 au Lycée du Bourget ACCORDS DU BOURGET Signés par les Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques le 6 mai 2015 au Lycée du Bourget Préambule La Conférence des Parties, Rappelant l objectif

Plus en détail

Les produits à base de bois dans la lutte contre le changement climatique. Utiliser davantage de bois pour sauver la planète

Les produits à base de bois dans la lutte contre le changement climatique. Utiliser davantage de bois pour sauver la planète Les produits à base de bois dans la lutte contre le changement climatique Utiliser davantage de bois pour sauver la planète Les responsables politiques cherchent à réduire les émissions de gaz à effet

Plus en détail

IMA GIE Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Partie réglementaire

IMA GIE Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Partie réglementaire IMA GIE Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Partie réglementaire Année de référence : 2011 2 Sommaire 1 CONTEXTE... 3 2 DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE... 3 3 BILAN DES EMISSIONS DE GAZ

Plus en détail

Bilan Gaz à Effet de Serre (BGES) de CNIM SA en France 2013

Bilan Gaz à Effet de Serre (BGES) de CNIM SA en France 2013 Bilan Gaz à Effet de Serre (BGES) de CNIM SA en France 2013 Bilan réalisé avec le support de l agence conseil Prestataire habilité Bilan Carbone Membre de l Association des Professionnels en Conseil Carbone

Plus en détail

Nucléaire ou alternatives : QUELLES ENERGIES POUR DEMAIN?

Nucléaire ou alternatives : QUELLES ENERGIES POUR DEMAIN? Réunion-débat : Lieu - date mois année Intervenant : Prénom, Nom Nucléaire ou alternatives : QUELLES ENERGIES POUR DEMAIN? Diaporama proposé par le Réseau «Sortir du nucléaire» www.sortirdunucleaire.fr

Plus en détail

ÉNERGIE & ENVIRONNEMENT

ÉNERGIE & ENVIRONNEMENT 3 ÉNERGIE & ENVIRONNEMENT Qualité de l'air 58 Énergie 62 et de serre 66 Qualité de l air > Emissions globales en France Le Citepa, qui constitue l'organisme de référence en la matière, calcule chaque année

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

Les émissions de gaz à effet de serre, hors puits par région

Les émissions de gaz à effet de serre, hors puits par région Thème : Orientation : Changement climatique et maîtrise de l énergie Réduire les émissions de gaz à effet de serre et anticiper les effets du changement climatique Les émissions de gaz à effet de serre,

Plus en détail

Les enjeux de la transition énergétique Quel devenir de notre planète?

Les enjeux de la transition énergétique Quel devenir de notre planète? Les enjeux de la transition énergétique Quel devenir de notre planète? Henri WAISMAN Centre International de Recherche sur l Environnement et le Développement waisman@centre-cired.fr La transition énergétique

Plus en détail

PRODUCTION D ELECTRICITE ET DE CHALEUR A PARTIR DE DECHETS

PRODUCTION D ELECTRICITE ET DE CHALEUR A PARTIR DE DECHETS PRODUCTION D ELECTRICITE ET DE CHALEUR A PARTIR DE DECHETS Protéger l environnement Produire de l énergie Deux nécessités pour l Afrique, que nous adressons à travers notre système de production non polluant

Plus en détail

ALONSO ELSA BRUNNER MORGANE FOLLET JEREMY LEMESLE JASON ENSAIT LE PETROLE L OR NOIR AU CENTRE DE L ECONOMIE

ALONSO ELSA BRUNNER MORGANE FOLLET JEREMY LEMESLE JASON ENSAIT LE PETROLE L OR NOIR AU CENTRE DE L ECONOMIE ALONSO ELSA BRUNNER MORGANE FOLLET JEREMY LEMESLE JASON ENSAIT LE PETROLE L OR NOIR AU CENTRE DE L ECONOMIE PLAN: I. L OR NOIR AU CENTRE DE L ECONOMIE 1) Production du pétrole 2) Consommation du pétrole

Plus en détail

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007 6 Le tourisme international en France 99 Le tourisme international en France 6 Touristes non-résidents en France Dans ce chapitre sont présentées : les arrivées en France des touristes non-résidents (toute

Plus en détail

Conseil Économique et Social

Conseil Économique et Social NATIONS UNIES E Conseil Économique et Social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.30/AC.2/2001/12 8 août 2001 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L'EUROPE Comité de gestion de la Convention TIR de

Plus en détail

Pourquoi défendre la place des EnR et de l EE dans les négociations climat

Pourquoi défendre la place des EnR et de l EE dans les négociations climat Pourquoi défendre la place des EnR et de l EE dans les négociations climat Atelier du RC&D, 28 avril 2014 Alix Mazounie, coordinatrice des politiques internationales au RAC Un climat en crise GIEC 2013:

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

Introduction au droit international sur les changements climatiques

Introduction au droit international sur les changements climatiques Introduction au droit international sur les changements climatiques Montréal, juin 2009 Dr. Nicola Notaro, Chef d éd équipe, Négociations N Internationales Climat Commission européenne, enne, DG Environnement

Plus en détail

Analyse comparative des émissions de GES entre scénarios

Analyse comparative des émissions de GES entre scénarios Contribution au Groupe Experts - Débat National sur le Transition Energétique Analyse comparative des émissions de GES entre scénarios Version 310513g Rédaction Thierry SALOMON Note préalable Ce document

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre HABITAT 08 Office Public de l Habitat des Ardennes Dernière mise à jour : 30 décembre 2015 Auteur : Laurent Bêche 1. Contexte réglementaire En application du

Plus en détail

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 23.7.2014 COM(2014) 520 final ANNEXES 1 to 3 ANNEXES à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL L'efficacité énergétique: quelle contribution

Plus en détail

AJILON ENGINEERING. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre

AJILON ENGINEERING. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre 2011 AJILON ENGINEERING Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre Synthèse BILAN DE GES Ajilon Engineering 2011 L'EFFET DE SERRE est un phénomène naturel nécessaire à la vie sur terre : comme les vitres d'une

Plus en détail

INFORMATION A L INTENTION DES FORMATEURS EN GRD A L ECOLE

INFORMATION A L INTENTION DES FORMATEURS EN GRD A L ECOLE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES A L ECOLE INFORMATION A L INTENTION DES FORMATEURS EN GRD A L ECOLE Les changements climatiques a l'ecole 1 OBJECTIFS Á la fin de cette session, le participant sera capable

Plus en détail

Annexe C PRODUCTION NON INTENTIONNELLE

Annexe C PRODUCTION NON INTENTIONNELLE Annexe C PRODUCTION NON INTENTIONNELLE Partie I Polluants organiques persistants soumis aux obligations énoncées à l article 5 La présente annexe s applique aux polluants organiques persistants suivants,

Plus en détail

www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr www.cdcclimat.com/recherche

www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr www.cdcclimat.com/recherche Repères Chiffres clés du climat France et Monde Édition 2014 Service de l observation et des statistiques www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr www.cdcclimat.com/recherche Chiffres clés du climat

Plus en détail

ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE

ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE DONNÉES DE BASE SUR L ÉNERGIE DANS LE MONDE Les réserves La production La consommation Les prix du pétrole Les routes de l énergie LES RESERVES Région du monde LES RÉSERVES ÉNERGÉTIQUES

Plus en détail

DATAVANCE. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre

DATAVANCE. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre 2011 DATAVANCE Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre Synthèse BILAN DE GES DATAVANCE 2011 L'EFFET DE SERRE est un phénomène naturel nécessaire à la vie sur terre : comme les vitres d'une serre, des gaz

Plus en détail

La taxe carbone Un choix responsable pour la lutte contre le réchauffement climatique

La taxe carbone Un choix responsable pour la lutte contre le réchauffement climatique La taxe carbone Un choix responsable pour la lutte contre le réchauffement climatique Agir, une nécessité et une responsabilité Le Grenelle de l Environnement a conduit à un constat partagé par tous :

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière L'impact des biocarburants sur l'effet de serre Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière Auteur(s) : Etienne POITRAT, ADEME (Agence de l'environnement

Plus en détail

L Or Noir! Vérités et opportunités reliées au marché du carbone. Par : Monsieur Yves Legault Chef de l exploitation L2i-Solutions financières

L Or Noir! Vérités et opportunités reliées au marché du carbone. Par : Monsieur Yves Legault Chef de l exploitation L2i-Solutions financières L Or Noir! Vérités et opportunités reliées au marché du carbone Par : Monsieur Yves Legault Chef de l exploitation L2i-Solutions financières 31 janvier 2008 - BOMA Partie 1 : Les changements climatiques

Plus en détail

module 5 LES POLITIQUES CANADIENNES DE RÉDUCTION D ÉMISSIONS DE GES par Sebastian Weissenberger

module 5 LES POLITIQUES CANADIENNES DE RÉDUCTION D ÉMISSIONS DE GES par Sebastian Weissenberger module 5 LES POLITIQUES CANADIENNES DE RÉDUCTION D ÉMISSIONS DE GES par Sebastian Weissenberger 2 ENV 1110 CHANGEMENTS CLIMATIQUES SOMMAIRE 1. Le Plan vert de 1990........................................

Plus en détail

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr En 2008, la baisse du nombre d exportateurs engagée depuis 2003 s accentue (-3,1 %), quelle que soit

Plus en détail

Emissions spécifiques de référence et durées annuelles types de fonctionnement DPPR/SEI/BPAEET/CE 03 2008

Emissions spécifiques de référence et durées annuelles types de fonctionnement DPPR/SEI/BPAEET/CE 03 2008 Emissions spécifiques de référence et durées annuelles de fonctionnement type retenues pour Le calcul de l affectation de quotas d émission de dioxyde de carbone aux nouvelles installations et aux extensions

Plus en détail

39. GAZ À EFFET DE SERRE

39. GAZ À EFFET DE SERRE 39. GAZ À EFFET DE SERRE Le lecteur intéressé par les aspects législatifs des Gaz à Effet de Serre (GES) devra compléter la lecture de la présente fiche par une consultation des fiches documentées Air

Plus en détail

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015 ATTENTION : AVANT DE SIGNER LA LETTRE, MERCI DE BIEN VOULOIR LA LIRE JUSQU A LA FIN ET DE CLIQUER SUR LE LIEN ASSOCIE. FORUM D ACTION DES ENTREPRISES POUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL

Plus en détail

Statistiques énergétiques France

Statistiques énergétiques France Statistiques énergétiques France Avril 2001 180 160 140 120 Indice base 100 en 1973 Produit intérieur brut en volume Consommation totale d'énergie primaire 100 80 Consommation Émissions de CO2 60 de produits

Plus en détail

www.xylowatt.com Présentation du procédé XYLOWATT et analyse de la rentabilité sur les principaux marchés européens

www.xylowatt.com Présentation du procédé XYLOWATT et analyse de la rentabilité sur les principaux marchés européens www.xylowatt.com Présentation du procédé XYLOWATT et analyse de la rentabilité sur les principaux marchés européens COLLOQUE atee - CIBE du 18 et 19 septembre 2007 XYLOWATT, la société XYLOWATT a été crée

Plus en détail

Bâtiment et rapport à l énergie. Pierre Radanne Dakar 12 novembre 2013

Bâtiment et rapport à l énergie. Pierre Radanne Dakar 12 novembre 2013 Bâtiment et rapport à l énergie Pierre Radanne Dakar 12 novembre 2013 La perception culturelle de l énergie Dans l histoire humaine, la compréhension de l énergie provient de l expérience du froid Les

Plus en détail

Le prix de l électricité à usage domestique a augmenté de 2,9% dans l UE en 2014 Union européenne Bulgarie Danemark Roumanie Suède Eurostat

Le prix de l électricité à usage domestique a augmenté de 2,9% dans l UE en 2014 Union européenne Bulgarie Danemark Roumanie Suède Eurostat 92/2015-27 mai 2015 Prix de l énergie dans l UE Le prix de l électricité à usage domestique a augmenté de 2,9% dans l UE en 2014 Le prix du gaz en hausse de 2,0% dans l UE Dans l Union européenne (UE),

Plus en détail

WP Board No. 972/05. 29 avril 2005 Original : anglais. Projets/Fonds commun. Comité exécutif 258 e réunion 17 19 mai 2005 Londres, Angleterre

WP Board No. 972/05. 29 avril 2005 Original : anglais. Projets/Fonds commun. Comité exécutif 258 e réunion 17 19 mai 2005 Londres, Angleterre WP Board No. 972/05 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 29 avril 2005 Original : anglais Projets/Fonds

Plus en détail

Chapitre 1 : Diagnostics

Chapitre 1 : Diagnostics Chapitre 1 : Diagnostics I/ Pollutions atmosphériques 1) La qualité de l'air : «toxicité de l'air» 2) L'ozone stratosphérique : «trou d'ozone» 3) Effets radiatifs et changement climatique : «Gaz à effet

Plus en détail

matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment

matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment Renaud Caplain Maître de conférences CNAM Paris vendredi 30 janvier 2009 1 Les matériaux dans le bâtiment Trois grandes catégories et, très vite, une quatrième.

Plus en détail

Fin 2003, plus de 26 000 robots industriels étaient en fonction dans l industrie française, soit plus 8% sur 2002

Fin 2003, plus de 26 000 robots industriels étaient en fonction dans l industrie française, soit plus 8% sur 2002 Commission économique des Nations Unies pour l Europe Embargo: 2 octobre 24, 11 heures (heure de Genève) Communiqué de presse ECE/STAT/4/P2 Genève, le 2 octobre 24 Fin 23, plus de 26 robots industriels

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre SOMMAIRE 1 Contexte réglementaire 3 2 Description de la personne morale 4 3 Année de reporting de l exercice et l année de référence 6 4 Emissions directes de

Plus en détail