Les raisons du retard pris dans la réalisation des OMD

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les raisons du retard pris dans la réalisation des OMD"

Transcription

1 Chapitre 3 Les raisons du retard pris dans la réalisation des OMD À long terme, la réduction de la pauvreté suppose une croissance économique soutenue, laquelle dépend des progrès technologiques et de l accumulation du capital. Dans le processus de croissance, les objectifs du Millénaire pour le développement jouent deux rôles : d abord, ils sont une fin en soi : réduire la faim, assurer l égalité des sexes, améliorer la santé publique et l éducation et élargir l accès à l eau potable et aux moyens d assainissement sont, pour la société, des objectifs en soi. Deuxièmement, les OMD apportent aussi une contribution en capital à la croissance économique et à la poursuite du développement. Un travailleur en bonne santé est un travailleur plus productif, tout comme un travailleur mieux éduqué. De bons équipements d approvisionnement en eau et d assainissement permettent d augmenter la production par habitant, par diverses filières, notamment le recul de la maladie. Ainsi, de nombreux OMD font partie de l accumulation du capital, définie au sens large, tout en étant souhaitables en soi. Dans ce chapitre, nous présentons brièvement les processus de développement économique et les progrès de la réalisation des OMD, les raisons principales de l insuffisance des progrès et l action des pouvoirs publics à mettre en œuvre en priorité. La relation entre l accumulation du capital, la croissance économique et les objectifs du Millénaire pour le développement est présentée à la figure 3.1. La lutte contre la faim et la maladie accroissent le capital humain. L amélioration de l approvisionnement en eau et des moyens d assainissement et l amélioration des quartiers de taudis sont des objectifs qui relèvent de l équipement. L objectif relatif à l innovation technologique et la diffusion font partie du capital de connaissances. Et l objectif qui concerne la réduction de l extrême pauvreté relève du revenu des ménages. Comme la réalisation des OMD relatifs à la lutte contre la faim, à l éducation, à l égalité entre les sexes et à la santé publique

2 34 Partie 1 Pourquoi les OMD sont importants Figure 3.1 Accumulation de capital, croissance économique et OMD est essentielle pour la croissance économique et le développement en général, ce serait une erreur de dire qu un certain niveau de croissance économique est nécessaire pour atteindre les OMD dans un pays donné. Il est plus utile, en particulier, que les pays les plus pauvres, qui sont pris dans le piège de la pauvreté, réfléchissent au type d investissements qui leur permettra le mieux d atteindre de nombreux OMD et, ce faisant, de contribuer à la croissance économique générale. Certains investissements importants ayant trait au capital humain et à l équipement ne sont pas pris en compte dans les OMD mais sont essentiels à leur réalisation et favorisent la croissance économique (voir encadré 3.1). Diverses formes de capital contribuent à l accumulation d autres formes de capital, comme le montre le réseau de flèches de la figure 3.1. Le capital humain, sous la forme d un bon état de santé, par exemple, contribue aussi au capital humain sous la forme de l éducation et des qualifications. L équipement d approvisionnement en eau et d assainissement contribue directement à la santé publique. Le capital naturel a, de même, un effet de rétroaction. Les stocks de poissons, les éléments nutritifs du sol, la propreté de l air contribuent à la santé publique. Toutes ces formes de capital sont nécessaires pour entretenir à long terme la croissance économique. Le capital augmente sous l effet de l investissement, celui-ci provenant de l épargne des ménages ou des investissements publics réalisés au moyen de fonds publics, de l épargne de ménages étrangers et d autres sources de revenu comme l aide extérieure et les emprunts. Quand l accumulation du capital s interrompt, la croissance économique s arrête, et la pauvreté ne diminue plus. Quatre raisons expliquant des progrès trop lents Il n existe pas d explication valable partout de l échec ou du succès de la réalisation des OMD, qui reflèterait des processus de développement économique

3 Chapitre 3 Les raisons du retard pris dans la réalisation des OMD 35 Encadré 3.1 Apports sectoriels nécessaires pour atteindre les OMD Si les objectifs du Millénaire pour le développement ont été conçus afin de mesurer, à l aide de cibles quantifiées, les aspects les plus essentiels du développement, certains autres domaines importants pour le développement et pour la réalisation des OMD ne figurent pas dans la liste officielle des objectifs. Ainsi, les services énergétiques, les services de soins de la santé de la sexualité et de la procréation et les services de transport sont de grande importance pour permettre de réaliser chacun des OMD. Services énergétiques L amélioration des services fournis par l énergie, notamment des combustibles modernes utilisés pour la cuisson des aliments, l accès à l électricité et la force motrice, sont nécessaires pour atteindre la quasi totalité des OMD. C est un moyen de réduire les taux de mortalité infantile et d améliorer la santé des mères, en réduisant la pollution de l air à l intérieur des habitations. C est aussi un moyen de réduire le temps que les femmes et les filles doivent consacrer chaque jour à la collecte de biomasse, par une amélioration des transports. C est aussi un moyen d alléger la pression sur des écosystèmes fragiles. L obtention d électricité est critique pour certains services sociaux de base, notamment la santé publique et l éducation, et pour mouvoir les machines qui permettront d accroître le revenu, notamment dans les secteurs de la transformation des aliments et de l habillement et dans l industrie légère. Le Projet Objectifs du Millénaire propose que les pays adoptent les cibles quantifiées suivantes s agissant des services énergétiques, pour mieux atteindre les OMD d ici à 2015 : Réduire de 50 % le nombre des personnes n ayant pas effectivement accès à des combustibles modernes pour la cuisson des aliments et diffuser largement les réchauds améliorés. Fournir l accès à l électricité à toutes les écoles, aux centres de soins et aux autres équipements collectifs locaux. Assurer l accès à la puissance motrice dans chaque village. Élargir l accès à l électricité et aux services énergétiques modernes à tous les pauvres des zones urbaines et périurbaines. Santé de la sexualité et de la procréation Certains éléments de ce qui devrait constituer des programmes complets en matière de santé de la sexualité et de la procréation figurent bien dans la liste des objectifs (objectifs 4, 5 et 6). Pourtant, les services de santé de la sexualité et de la procréation sont essentiels pour réduire l extrême pauvreté et la prévalence de la sous-alimentation, pour développer les possibilités d éducation et favoriser l égalité entre les sexes, et pour la viabilité environnementale (voir encadré 5.5). Ces services affectent l allocation des ressources au sein de la famille, les perspectives d accroître l épargne du ménage, d élargir les choix des ménages quant aux sommes à consacrer à l éducation et à la santé, l exercice du droit de choisir le nombre, la date et l espacement des naissances et la capacité des femmes de participer à la vie sociale et économique et aux autres décisions de la vie quotidienne. Au niveau macroéconomique, ces services affectent la dynamique démographique. Une transition démographique qui réduit la fécondité et la mortalité (notamment celle due au VIH/sida) offrent une possibilité d échapper au piège de la pauvreté et d accélérer le développement économique et social; c est un dividende démographique qui peut être obtenu par des politiques, des méthodes de gouvernement et des investissements appropriés. Le Projet Objectifs du Millénaire préconise donc que les questions de santé (suite à la page suivante)

4 36 Partie 1 Pourquoi les OMD sont importants Encadré 3.1 Apports sectoriels nécessaires pour atteindre les OMD (suite) de la sexualité et de la procréation figurent bien dans les stratégies, politiques, suivis et budgets nationaux, régionaux et internationaux consacrés à l élimination de la pauvreté. Services de transport Les transports, par la route, le rail, la navigation et l avion, sont nécessaires pour fournir effectivement les services sociaux, tels que les soins obstétricaux d urgence, et encore pour réduire les sommes que les ménages consacrent aux déplacements et la pauvreté qu impose aux femmes et aux filles le temps qu elles doivent consacrer à certaines tâches. Outre le développement des équipements de transport, les pays doivent investir pour améliorer l accès aux moyens de transport à bon marché. Les services de transport permettent également d apporter une contribution directe à la croissance économique. Ils réduisent le coût des intrants agricoles et permettent de relever les prix à la production. Ils facilitent aussi la création d industries et de services orientés à l exportation, parmi lesquels le tourisme. Et, en abaissant les coûts de transport, ils permettent d élargir les marchés du secteur privé local. L amélioration des moyens de transport est donc essentielle si l on veut développer le secteur privé et le commerce international, comme le montre la Banque mondiale dans son tout dernier Rapport sur le développement dans le monde (2005) (Banque mondiale, 2004d et CNUCED, 2004). plus vastes. Chaque région, chaque OMD appelle donc une analyse minutieuse. On peut néanmoins dégager quatre raisons générales de la non-réalisation des OMD. Parfois, le problème tient à la mauvaise gouvernance, caractérisée par la corruption, la médiocrité des choix de politique économique et le non-respect des droits de l homme. Parfois, le problème tient au piège de la pauvreté, quand l économie locale et l économie nationale sont trop pauvres pour réaliser les investissements nécessaires. Parfois, des progrès sont accomplis dans une partie du pays et pas dans d autres, de sorte qu il subsiste des poches de pauvreté suffisamment importantes. Même quand la gestion du pays est assez bonne, il y a souvent des domaines où certaines politiques sont négligées, et cela peut avoir un effet considérable sur le bien-être des habitants. Parfois, ces facteurs se conjuguent, compliquant la solution de certains problèmes. Les défaillances de l État Pour qu il y ait développement économique, il faut que les gouvernements fassent respecter la légalité, suivent une politique économique rationnelle, procèdent aux investissements publics appropriés, et gèrent l administration publique. En outre, le développement économique durable à long terme est compromis quand les droits de l homme ne sont pas protégés ou quand les organisations de la société civile ne peuvent exister et participer aux grandes décisions nationales. Le respect de la légalité suppose la sécurité de la propriété privée, la protection contre la violence et les sévices physiques, l honnêteté et la transparence dans les fonctions exercées par l État et la prévisibilité du comportement des

5 Chapitre 3 Les raisons du retard pris dans la réalisation des OMD 37 pouvoirs publics conformément à la loi. Un trop grand nombre de pays ne respectent pas ces règles élémentaires, parfois en raison du comportement de dirigeants autoritaires qui font usage de la violence et de la corruption pour conserver le pouvoir, et souvent aussi en raison du fait que le respect de la légalité suppose des institutions devant lesquelles les pouvoirs publics rendraient des comptes et que celles-ci sont en fait souvent inexistantes. Les droits politiques et sociaux doivent assurer l égalité devant la loi et l équité sociale entre groupes sociaux. Bien souvent, l accès aux biens et services publics est limité, pour certains groupes. Les femmes et les filles souffrent d une discrimination légale, économique et sociale profonde et sont victimes d actes de violence. Les groupes minoritaires, du fait de leur langue, de leur religion, de leur race, souffrent d une discrimination aux mains de groupes plus puissants. Une politique économique judicieuse suppose un équilibre rationnel des responsabilités entre le secteur privé et le secteur public. Le secteur privé est le moteur de la croissance de la production. Le secteur public établit le cadre, l environnement qui facilite la croissance en formulant des politiques macroéconomiques rationnelles, et en fournissant des biens publics tels que les infrastructures, la santé publique et l éducation, ainsi qu un appui à la science et la technique. Les investissements publics sont d importance essentielle, même dans une économie de marché essentiellement privée. Pour obtenir de bons résultats économiques, un pays doit consacrer des sommes importantes aux dépenses publiques dans des domaines comme la santé publique, l éducation, l équipement (réseau de distribution d électricité, routes, ports de mer), la gestion de l environnement (parcs nationaux et réserves naturelles, eau et assainissement), l information et la communication, et la recherche scientifique. Une administration publique efficace suppose des administrateurs capables, qualifiés et motivés ainsi que de bons systèmes de gestion, afin d être à même de réaliser et de suivre les grands investissements, ainsi que des systèmes de contrôle et d évaluation. Beaucoup de pays pauvres n ont pas les ressources suffisantes pour verser à leurs fonctionnaires des traitements corrects ou n ont pas les moyens de contrecarrer les abus politiques, moyens qui permettraient d inciter les fonctionnaires au travail et d éliminer les fonctionnaires inaptes ou corrompus et sont de ce fait incapables d avoir un secteur public efficace, de sorte qu il finit par y avoir un prodigieux gaspillage de ressources. Une participation et un engagement vigoureux de la société civile à la vie publique sont d importance essentielle, car la société civile représente l opinion des collectivités locales, assure la pertinence des investissements publics et observe avec vigilance la conception et l application des politiques de l État. La réalisation des OMD exige que tous ces aspects de l action de l État soient correctement conçus. Si pauvre qu il soit, aucun pays ne peut s arroger le droit de maltraiter ses citoyens, de leur dénier la protection qu offre l égalité devant la loi ou d en faire des victimes de la corruption, d une mauvaise gestion

6 38 Partie 1 Pourquoi les OMD sont importants ou d une politique économique irrationnelle. Certaines améliorations de l action de l État ne coûteraient pas beaucoup d argent et même parfois rien du tout, tandis que certaines permettent même d économiser des fonds publics (par le fait d éliminer la corruption, par exemple). Certaines améliorations des résultats économiques peuvent donc être obtenues à faible coût, et de telles possibilités ne sauraient être négligées. (Les chapitres 6 et 7 décrivent les stratégies à suivre pour investir dans l amélioration de l action de l État). Le piège de la pauvreté Une deuxième raison pour laquelle beaucoup de pays n avancent pas dans la réalisation des OMD est qu ils sont trop pauvres pour progresser et sont pris dans le piège de la pauvreté. Il est important que les pays aient une stratégie qui leur permette de passer d un palier à l autre pour assurer une croissance à long terme. Tous les pays sont aux prises avec des difficultés spécifiques et doivent donc adapter leurs stratégies aux conditions locales. Mais un certain nombre de principes généraux s appliquent au développement des pays dans cette suite de paliers successifs. Les paliers du développement économique. Au niveau le plus bas se trouvent les pays les plus pauvres, qui, pour la plupart, présentent des caractéristiques similaires. L essentiel de la population vit dans des zones rurales, où la pauvreté est très répandue et où la productivité des petits exploitants est très faible. La population rurale augmente rapidement, et une partie de la population émigre vers les villes à la recherche d emplois. Les équipements sont très médiocres : il n y a pratiquement pas de routes, d électricité, d approvisionnement en eau et de moyens d assainissement. Les femmes et les filles subissent la pauvreté de plein fouet; elles sont accablées de travaux pénibles, dans les champs ou pour ramasser le bois de feu et aller chercher l eau. Les enfants sont des actifs économiques sur l exploitation, et nombreux sont ceux, et surtout celles, qui ne peuvent aller à l école, étant employés à des tâches domestiques. L essentiel de la population urbaine fonctionne dans l économie informelle, sans sécurité d occupation et sans emploi formel. Les villes sont très nettement compartimentées en quartiers riches, bien desservis, bien équipés, avec des logements de qualité et d immenses quartiers d installations sauvages, où les droits de propriété sont précaires et les services publics sont absents. Les routes, l électricité, les ports tendent à être encombrés et mal entretenus. Les pannes d électricité sont fréquentes. L investissement direct étranger est rare, car il est difficile de l attirer. L emploi est essentiellement précaire dans le secteur informel, les services et les petits ateliers ou encore dans la préparation ménagère des aliments. Les principales exportations sont les produits primaires, dont les cours sont très instables et ont tendance à baisser à long terme.

7 Chapitre 3 Les raisons du retard pris dans la réalisation des OMD 39 Le capital humain de la population est limité. L espérance de vie est de moins de 50 ans (contre 80 ans dans les pays riches) et la mortalité infantile est de l ordre de 100 pour naissances vivantes ou même plus. Une proportion importante d enfants, en particulier les filles, ne terminent pas l école primaire. Les taux de fécondité sont élevés, en particulier parmi les pauvres, et il existe une importante demande non satisfaite de services de planification familiale et de moyens de contraception modernes. Les maladies infectieuses sont fréquentes. Selon le climat, le paludisme exerce ses méfaits toute l année ou à certaines saisons seulement. La tuberculose sévit dans les quartiers de taudis à très forte densité de population. Le sida se propage de façon incontrôlée dans les groupes vulnérables (travailleurs migrants, chauffeurs de camions, prostituées, toxicomanes) et probablement dans d autres groupes de la population. Dans ces circonstances, il est possible de concevoir ce qu impliquerait une stratégie de développement réussie. D abord, elle doit viser à accroître la productivité des activités rurales, et une révolution verte doit augmenter la production vivrière. Cela permettrait d atteindre plusieurs objectifs importants et déclencherait un changement structurel au sein de l économie. Cela permettrait aux agriculteurs de nourrir leur famille. Cela permettrait aussi de produire des denrées alimentaires peu coûteuses pour le reste de l économie. Cela accélérerait la transition à l agriculture commerciale et à l urbanisation (moins de ménages étant occupés à la production vivrière). L urbanisation et le mouvement de ressources humaines vers des secteurs productifs non agricoles diversifieraient l économie et les exportations. En effet, presque toutes les expériences réussies de développement ont à leur origine une forme ou une autre de révolution verte. Une telle révolution de la production agricole pourrait être rendue écologiquement viable par des investissements judicieux au niveau de l exploitation ou du village, dans la refertilisation des sols, la collecte des eaux, l amélioration des variétés de semences, la construction de routes desservant les exploitations et les reliant au réseau, dans l électrification, l amélioration des points d eau, l assainissement et, pour la cuisson des aliments, la production de combustibles qui remplaceraient le bois. Deuxièmement et simultanément, la stratégie aiderait les villes à devenir compétitives, par leurs industries et leurs services, sur le plan international, tout en satisfaisant les besoins élémentaires de tous les citadins. Les zones industrielles, les zones franches, les zones économiques spéciales et les cités scientifiques, par exemple, seraient développées dans des emplacements où elles serviraient des entreprises manufacturières et de services qui seraient compétitives sur le marché international. Les services portuaires, la distribution de l électricité, les transports, les routes seraient améliorés pour faciliter l activité de l industrie privée. Les habitants des taudis recevraient des titres d occupation et, après négociation, pourraient choisir, volontairement, de déménager. De nouveaux investissements dans les installations d évacuation des déchets

8 40 Partie 1 Pourquoi les OMD sont importants solides, l amélioration de la qualité de l air et le traitement des eaux usées amélioreraient l hygiène du milieu urbain. La stratégie devrait viser à diversifier les exportations du pays, pour qu il dépende moins de celles de produits primaires, et plus de celles d articles manufacturés et de services. Les pays ayant diversifié leurs exportations connaissent une croissance plus forte, en particulier du fait que la dépendance à l égard de l exportation de produits primaires expose l économie à l instabilité et à la baisse à long terme des cours de ces produits. Cette diversification des exportations invite spécialement l attention dans le cas des pays sans littoral et des pays où l activité économique est éloignée des côtes, qui se heurtent à des coûts de transport élevés, de même que pour les très petits pays, qui ne peuvent diversifier leur activité économique entre de nombreux secteurs. Troisièmement, ces changements seraient soutenus par des investissements massifs consacrés à l alimentation, aux soins de santé, à l éducation et à la planification familiale. Le capital humain augmenterait avec le temps. La population active adulte saurait lire et écrire et serait en bonne santé. Les maladies infectieuses seraient maîtrisées, par des programmes d éradication bien ciblés, organisés par un système de soins efficace. Quatrièmement, ces investissements dans le capital humain et dans la productivité rurale et urbaine seraient accompagnés de trois types d investissement à caractère plus général. Le système de gestion publique devrait être amélioré, par la formation et par la conservation des cadres qualifiés et par une utilisation beaucoup plus large de l informatique. La création de capacités à grande échelle, au niveau local, permettrait une décentralisation effective des investissements publics, jusqu à la ville et au village. Le potentiel scientifique serait accru par des investissements dans les grandes universités, les laboratoires nationaux et des conseils scientifiques nationaux. Des investissements réalisés de concert avec les pays voisins permettraient d améliorer les relations routières, la distribution de l électricité, la gestion de l environnement, les liaisons ferroviaires et les télécommunications entre pays voisins. L histoire montre que les investissements dans chacun de ces domaines peuvent être fortement accrus, très rapidement, en quelques années. La production alimentaire pourrait doubler ou même tripler en Afrique en une décennie, si les équipes dirigeantes et les donateurs investissaient dans une Révolution verte africaine pour le XXIe siècle. Les secteurs de l économie urbaine à forte intensité de main-d œuvre, comme l habillement, peuvent se développer très rapidement, comme le montre l exemple du Bangladesh. Des investissements consacrés à la santé publique peuvent amener une réduction rapide des taux de mortalité infantile en quelques années seulement. Les taux de fécondité peuvent de même baisser fortement en une décennie, moyennant un effort national coordonné pour améliorer l accès aux services de soins de santé de la procréation, notamment la planification familiale volontaire. En bref, une forte augmentation d échelle des investissements publics et privés est possible.

9 Chapitre 3 Les raisons du retard pris dans la réalisation des OMD 41 Les causes du piège de la pauvreté. De nombreux pays assez bien gouvernés sont trop pauvres pour faire les investissements nécessaires pour gravir les premiers degrés de l échelle. Ils n ont pas les ressources budgétaires suffisantes pour investir dans l équipement, les services sociaux et même l administration publique nécessaires pour améliorer la conduite des affaires publiques. Faute de routes, de moyens de transport, d éléments nutritifs des sols, d électricité, de combustibles sûrs pour la cuisson des aliments, de cliniques et d écoles, les populations vivent chroniquement dans la faim, en proie aux maladies et sont incapables d épargner. Faute de rémunérations adéquates dans le secteur public et de technologies de l information, la gestion publique laisse chroniquement à désirer. Ces pays ne peuvent attirer les investissements privés nécessaires ou conserver les travailleurs qualifiés. En outre, des dizaines de pays pauvres ou à revenu intermédiaire fortement endettés sont contraints par les gouvernements des pays créanciers de consacrer une grande proportion de leurs recettes fiscales, pourtant limitées, au service de la dette, compromettant ainsi leur aptitude à financer des investissements consacrés au capital humain et à l équipement. Les créanciers apportent d une main une aide au développement et de l autre la retirent au titre du service de la dette : il y a là un aller et retour absurde et débilitant. Face à cette grave insuffisance des ressources, les pays se heurtent à un ensemble décourageant de problèmes : Faiblesse des taux d épargne. Les ménages pauvres utilisent tous leurs revenus pour survivre et ne peuvent donc épargner pour l avenir. Avec peu d épargne, les habitants ont peu de possibilités des faire des investissements locaux privés. Ceux, peu nombreux, qui peuvent épargner n ont que rarement accès à des services bancaires modernes. Faiblesse des recettes fiscales. Les gouvernements n ont pas les ressources budgétaires suffisantes pour réaliser les investissements publics et améliorer la fonction publique en utilisant les services de gestionnaires qualifiés et des moyens informatiques modernes. Faiblesse de l investissement étranger. Les investisseurs étrangers se détournent des pays privés d infrastructure de base ceux où les réseaux routiers, les ports, les systèmes de communication et les réseaux électriques fonctionnent mal, rendant leurs services coûteux. Conflits violents. La rareté des ressources peut souvent aviver les tensions latentes entre groupes concurrents. Exode des compétences. Les travailleurs qualifiés quittent le pays car les salaires sont trop bas et les perspectives d avenir trop médiocres. Naissances imprévues ou mal planifiées et accroissement rapide de la population. Les habitants paupérisés des zones rurales ont les taux de fécondité les plus élevés et les familles les plus nombreuses. L accroissement rapide de la population et la diminution progressive de la taille des exploitations agricoles aggravent la pauvreté en milieu rural. Les ruraux et les

10 42 Partie 1 Pourquoi les OMD sont importants citadins pauvres ont un accès très limité à l information et aux services qui leur permettraient d espacer les grossesses et de limiter les naissances en fonction de leurs préférences. Dégradation de l environnement. Les groupes vivant dans la pauvreté n ont pas les moyens d investir dans la protection de l environnement et n ont pas le pouvoir politique de limiter les dommages infligés aux ressources locales, qui se traduit par un appauvrissement des sols, le déboisement, une surexploitation des pêches et d autres atteintes à l environnement. Ces conditions dégradées compromettent la formation de revenu en milieu rural et contribuent à une mauvaise santé, aux migrations et à l installation de nouveaux venus dans les zones périurbaines écologiquement fragiles. Faiblesse de l innovation. Les pays pauvres, dont les systèmes d éducation sont limités, ne peuvent investir dans la création d un potentiel scientifique et technologique, ce qui retarde leur possibilité d atteindre une croissance soutenue alimentée par les connaissances et l innovation. L un des nombreux problèmes qui s attachent à l extrême pauvreté est que la quasi totalité du revenu doit être consacrée aux dépenses courantes plutôt qu à l épargne. Chaque ménage consacre son revenu à l alimentation, à l habillement, au logement et autres besoins fondamentaux; rien ne reste pour l avenir, ou très peu. Quand le revenu est très faible, le taux d épargne l est également. Avec un taux d épargne faible, la quantité de capital par habitant diminue, et cela entraîne un déclin économique et même un surcroît de pauvreté (figure 3.2). La constatation que les taux d épargne sont faibles dans les pays paupérisés et augmentent avec le revenu par habitant est bien établie (Sachs et al., 2004). Cette faiblesse de l épargne est plus grave encore qu il ne paraît, cependant, car les données des comptes nationaux surestiment très certainement, et substantiellement, le taux d épargne véritable des pays les plus pauvres. Dans une mesure importante, ces pays, en effet, vivent en prélevant sur leur capital naturel, mais traitent cette déplétion des ressources comme un revenu. De nombreux pays abattent leurs forêts ombrophiles pour faire place à de nouvelles terres arables et pour se procurer du bois de feu et du bois d œuvre. Figure 3.2 Le piège classique de la pauvreté

11 Chapitre 3 Les raisons du retard pris dans la réalisation des OMD 43 Les agriculteurs épuisent leur sol en cultivant sans appliquer d engrais. Mais le déboisement et la perte des éléments nutritifs ne sont pas traités comme une perte de capital. L épuisement des ressources minérales est traité comme un revenu, plutôt que comme la conversion d une forme de capital, des dépôts minéraux, en une autre, des actifs financiers. Tôt ou tard, ces formes d amenuisement des ressources ne peuvent se poursuivre. Le stock de capital productif, dans ces pays, diminue plus vite encore qu on le croit, une fois que l on tient compte, même de façon imparfaite, de la diminution de plusieurs formes de capital naturel. Il n existe pas de méthode largement acceptée de correction des taux d épargne mesurés pour tenir compte de l épuisement des ressources. La figure 3.3 repose sur une tentative audacieuse mais encore très préliminaire de la Banque mondiale, et propose en outre un calcul de l épuisement des éléments nutritifs du sol. Le chiffre obtenu montre les taux mesurés d épargne nationale, augmentés des dépenses consacrées à l éducation (traitées comme consommation dans les comptes nationaux, alors qu il s agit d un investissement dans le capital humain) et diminués des estimations du coût économique du déboisement, de l épuisement des ressources énergétiques et des ressources minérales, et de l appauvrissement des sols. Ainsi corrigé, ce taux d épargne montre que les taux d épargne mesurés sous-estiment sans doute gravement les taux réels d épargne de l économie. Ainsi, dans l Afrique subsaharienne tropicale, ce taux ne dépasse peut-être pas 1 %. Figure 3.3 Taux d épargne, par région en développement Part du RNB ( %) Note : L épargne après ajustement est égale à l épargne nationale brute augmentée des dépenses consacrées à l éducation et diminuées de la déplétion des ressources énergétiques, minérales et forestières nettes. Par Afrique tropicale subsaharienne on entend l ensemble de 33 pays définis dans Sachs et al a. Nous utilisons les indicateurs d apauvrissement des sols et des prix des engrais pour calculer la dégradation des sols en Afrique subsaharienne tropicale, de l ordre de 2 % du PIB, ce qui réduit l épargne brute après ajustement à 1,5 %. Source : Banque mondiale, 2003a. l appauvrissement des éléments nutritifs du sol a été calculé, en 1999, en Afrique subsaharienne, Henao. et Baanante 1999 et Stoorvogel, Smaling et Janssen Chiffres du PIB: Banque mondiale 2003a; prix: Réseau d information sur le marché agricole africain 2004.

12 44 Partie 1 Pourquoi les OMD sont importants On aperçoit maintenant l essence même du piège de la pauvreté. Les pays les plus pauvres économisent trop peu pour déclencher la croissance économique, et l aide est trop faible pour compenser cette faiblesse de l épargne intérieure. Les données détaillées sur l épargne effective, l investissement, l aide et les taux de croissance, diffèrent considérablement par région et par niveau de revenu (tableau 3.1). Les pays les moins avancés ont le taux d épargne le plus faible, pas plus de 6,7 % du PNB. Ce niveau très faible de l épargne entraînerait une croissance très négative du revenu par habitant s il n était pas en partie compensé par l aide publique au développement, égale à 11,2 % du PNB environ. Moyennant cette correction, les taux d investissement dans les pays les moins avancés sont en moyenne de l ordre de 16,5 % du PNB. Un simple calcul du taux de croissance montre que cet investissement ne suffit pas pour atteindre une croissance économique importante. Un modèle décrit par Sachs et divers collaborateurs (2004) donne à penser qu avec un taux d accroissement de la population de 2,5 % par an entre 1980 et 2000, un taux d amortissement estimé à 2,8 % par an, et un coefficient de capital supposé égal à 3, le taux de croissance prédite du revenu par habitant dans les pays les moins avancés ne dépasse pas 0,2 % (16,5 %/3 2,5 2,8 % = 0,2 %) soit exactement le taux de croissance moyen durant cette période. À mesure qu on s élève sur l échelle des revenus, le taux Tableau 3.1 Croissance économique projetée à partir de l épargne intérieure, de l accroissement de la population et de l amortissement du capital Par région en développement et niveau de revenu, (%) Note : Non compris les pays à revenu élevé, les pays de l ex- Union soviétique et les pays de moins de 1 million d habitants en Toutes les catégories sont des moyennes nationales par année et par pays, et sont pondérées selon la population. a Le taux d amortissement est estimé égal à la consommation de capital fixe divisé par le coefficient de capital supposé égal à 3. b Le taux de croissance annuelle projeté est calculé selon la formule: (épargne intérieure: 3) (accroissement de la population + taux d amortissement) c Lorsqu il n existe pas de données pour 1980, on a utilisé l année la plus proche pour calculer le taux de croissance moyen. Source : Banque Épargne intérieure brute en proportion du PIB Accroissement de la population Taux d amortissement estimatif a Croissance annuelle du produit par habitant Projetée b Effective c Afrique subsaharienne 10,9 2,7 3,1 2,2 0,7 Amérique latine et Caraïbes 20,1 1,8 3,3 1,6 0,4 Asie centrale 15,5 1,2 4,4 0,4 3,2 Asie de l Est et Pacifique 34,0 1,4 3,0 6,9 6,7 Asie du Sud 17,8 2,0 2,9 1,1 3,3 Europe de l Est 24,5 0,4 3,7 4,0 1,2 Moyen-Orient et Afrique du Nord Pays les moins avancés Autres pays à revenu faible Pays à revenu intermédiaire, tranche inférieure Pays à revenu intermédiaire, tranche supérieure 19,2 2,6 3,1 0,7 1,0 6,7 2,5 2,8 3,1 0,3 20,2 2,1 2,8 1,9 2,9 31,4 1,5 3,2 5,8 5,5 23,7 2,0 3,5 2,4 0,7

13 Chapitre 3 Les raisons du retard pris dans la réalisation des OMD 45 d épargne augmente et le taux d accroissement de la population diminue. Le résultat est que le taux de croissance économique prédite augmente aussi dans les pays où le revenu par habitant augmente. Un grand nombre des pays les moins avancés, en particulier en Afrique subsaharienne, se trouvent donc bloqués, avec un taux de croissance faible ou négatif, parce que les taux d épargne sont trop faibles pour compenser la somme de l accroissement de la population et de l amortissement (encadré 3.2). Le résultat des taux d épargne faibles s ils ne sont pas compensés par une aide extérieure ou par des investissements venant de l étranger est une diminution chronique du capital par habitant et une baisse chronique, qui en résulte, du revenu par habitant. Échapper au piège de la pauvreté. La solution, pour fuir le piège de la pauvreté, est d accroître le stock de capital de l économie (équipement, capital humain et administration publique), jusqu à un point où l enchaînement de facteurs négatifs s interrompt et où une croissance économique autoentretenue peut prendre la relève. Il faut pour cela un coup de collier, c est-à-dire des investissements importants à réaliser d ici à 2015 dans les infrastructures essentielles (le réseau routier, l électricité, les ports, l eau et l assainissement, l obtention de terrains pour la construction de logements à bon marché, une bonne gestion de l environnement), le capital humain (alimentation, santé et éducation) et l administration publique. Ce processus pourrait être soutenu par une réduction volontaire de la fécondité, qui permet d accroître les investissements consacrés à la santé, à l alimentation et à l éducation de chaque enfant. Nous sommes donc vivement favorables aux programmes qui visent la santé et les droits en matière de sexualité et de procréation, notamment la planification familiale volontaire. Ces investissements, d importance critique pour l avènement d une croissance économique soutenue et pour la réduction de la pauvreté, peuvent aider les pays à atteindre les OMD, les libérant du piège de la pauvreté et de leur dépendance à l égard de l aide. Certains pays, comme l Inde, pourront probablement atteindre en 2015 le stade où ils se passeront de l aide extérieure. Les pays se trouvant dans une situation beaucoup plus difficile comme l Éthiopie, auront besoin d aide pendant plus longtemps (voir le chapitre 17). Le Gouvernement américain a récemment pris une initiative importante, en établissant un ensemble d indicateurs transparents lui permettant de recenser 17 pays pauvres mais assez bien gouvernés, qui seraient admis à un financement au titre d un nouveau compte, le Compte du défi du Millénaire. Parmi ces pays figurent la Bolivie, le Ghana, le Mali et le Mozambique par exemple. En dépit d efforts importants et de progrès réels, ces pays, comme beaucoup d autres, passent le test de la gouvernance mais ne peuvent progresser suffisamment vers la réalisation des OMD. Les raisons en sont claires. Ces pays manquent d équipement de base, de capital humain et de moyens d administration publique les bases mêmes du développement économique.

14 46 Partie 1 Pourquoi les OMD sont importants Encadré 3.2 Pauvreté et démographie : un piège La corrélation entre l extrême pauvreté et la forte fécondité est élevée pour plusieurs raisons liées entre elles : Les taux de mortalité infantile sont élevés quand les services de soins de santé sont inadéquats, de sorte qu une forte fécondité offre une sorte d assurance qu un enfant au moins survivra. Les enfants sont souvent perçus comme un actif économique qui fournit du travail supplémentaire aux ménages, en particulier dans les campagnes. Les femmes pauvres et illettrées n ont que très peu de possibilités d emploi en dehors de l exploitation agricole et n attachent donc qu une faible valeur au coût d opportunité (en temps) qu elles subissent en élevant des enfants. Les familles pauvres, dans les villages pauvres, n ont pas pleinement conscience des changements qui interviennent dans la mortalité en général et dans les possibilités d emploi qui s offrent aux personnes instruites, et elles ne perçoivent donc pas les avantages d investir dans la qualité des enfants plutôt que dans leur nombre. Les femmes ignorent fréquemment leurs droits en matière de procréation (et notamment le droit de planifier leur famille) et n ont pas accès à l information, aux services et aux équipements de santé en matière de procréation, ce qui explique une forte demande non satisfaite de contraception dans les pays pauvres et parmi les membres les plus pauvres de la population de tous les pays en développement. Les ménages pauvres n ont pas le revenu nécessaire pour payer les contraceptifs et les services de planification familiale. Les pouvoirs publics n ont pas les ressources nécessaires pour élargir l accès aux services et aux conseils concernant la santé de la procréation. En raison de ces liens multiples entre pauvreté et forte fécondité, une méthode efficace pour réduire volontairement les taux de fécondité agirait sur plusieurs fronts : Investir dans la survie de l enfant pour donner confiance aux parents quant à la perspective d avoir moins d enfants. Investir dans l équipement rural (approvisionnement en eau, combustibles modernes pour la cuisson, réseau routier) de façon que les enfants puissent aller à l école au lieu de passer de longues heures, chaque jour, à la collecte de l eau et du bois de feu. Apprendre aux femmes à lire et à compter, à acquérir certaines compétences et à connaître leurs droits économiques, pour qu elles puissent se consacrer à des activités non agricoles. Donner aux femmes l accès aux services de planification familiale et aux contraceptifs modernes, notamment en éliminant le déficit d information et les préjugés que peuvent avoir les soignants (en fonction de la richesse, de l ethnicité ou de l âge) qui restreignent l utilisation des contraceptifs. Fournir gratuitement les services en matière de contraception aux ménages pauvres. Dans le cadre de la forte augmentation d échelle des installations et des services de santé publique, investir massivement dans les services de santé de la sexualité et de la procréation. Les OMD créent un cadre solide pour déterminer quels investissements doivent être réalisés. Ils montrent quels doivent être les cibles de l investissement public canalisations d eau, moyens d assainissement, amélioration des taudis, moyens d éducation et de santé, gestion de l environnement, équipement de

15 Chapitre 3 Les raisons du retard pris dans la réalisation des OMD 47 base qui sont susceptibles de réduire la pauvreté monétaire et les inégalités entre les sexes, d améliorer le capital humain et de protéger l environnement. En réalisant les OMD, les pays pauvres se doteront d une infrastructure et d un capital humain adéquats qui leur permettront de sortir du piège de la pauvreté. Les obstacles géographiques rendent parfois plus probable le piège de la pauvreté. Certains pays, certaines régions sont plus vulnérables que d autres au risque de tomber dans le piège de la pauvreté. Alors qu une histoire faite de violence, de colonialisme et de mauvais gouvernement peut expliquer qu un pays ne soit pas doté d une infrastructure élémentaire et n ait pas le capital humain nécessaire, la géographie physique joue parfois contre certaines régions (encadré 3.3). Certaines régions, en effet, ont plus besoin d infrastructure élémentaire que d autres, simplement pour compenser les handicaps dus à leur situation géographique. Certains des ces obstacles, qui doivent être compensés par des investissements, sont les suivants : Difficultés de transport : Pays sans littoral. Petits pays insulaires, éloignés des grands marchés. Une population éloignée des côtes et des fleuves navigables. Une forte proportion de la population vivant dans les montagnes. L éloignement des grands marchés mondiaux. La très faible densité de la population. Conditions agroclimatiques défavorables : Faiblesse et instabilité de la pluviométrie. Conditions ne se prêtant pas à l irrigation. Pauvreté ou épuisement des sols. Vulnérabilité aux ravageurs et risque de pertes après récolte. Susceptibilité aux effets des changements climatiques. Conditions sanitaires défavorables : Forte vulnérabilité écologique au paludisme et aux autres maladies tropicales. Forte prévalence du sida. Autres conditions défavorables : Manque de ressources énergétiques intérieures (combustibles fossiles, potentiel géothermique ou hydroélectrique). Exiguïté du marché intérieur et absence d intégration régionale. Vulnérabilité aux risques naturels (tempêtes tropicales, séismes, éruptions volcaniques). Frontières artificielles, qui traversent des groupes culturels ou ethniques. Proximité de pays en guerre (voir encadré 3.4). L Afrique subsaharienne est particulièrement défavorisée sur le plan géographique (tableau 3.2 et carte 3.1). L Afrique vient au premier rang (avec l Asie du Sud) pour le risque agricole, au premier rang pour le risque relatif

16 48 Partie 1 Pourquoi les OMD sont importants Encadré 3.3 Obstacles géographiques et croissance économique Des facteurs géographiques défavorables peuvent rendre plus probable qu un pays soit piégé dans la pauvreté appelant donc un surcroît d investissement dans l équipement, afin de réduire les coûts de transport ou de lutter contre les maladies tropicales. Nous avons établi des indices estimatifs qui calculent, pour chaque pays, l influence négative, sur la croissance économique qu exercent certains risques liés à l agronomie, aux difficultés de transport dues à la localisation et à l environnement favorable au paludisme. À l aide de ces indices calculés à partir d indicateurs de ces risques, on a établi les coefficients de régression qui montrent l influence des facteurs géographiques sur la croissance économique. Recul des indices de risque Variable indépendante PIB par habitant (dollars 1980 en PPA), en logarithme Gouvernance en 1982 (International Country Risk Guide) Risques liés à l agriculture (irrigation, manque d humidité, engrais) Risques liés au transport (régions côtières, faible population, altitude, routes en 1990) I Croissance (n = 76, r 2 = 0,56) 1,27* ( 5,01) 3,18* ( 3,57) 3,57* ( 3,09) 3,93* ( 3,68) II Croissance (n = 56, r 2 = 0,52) 1,26* ( 3,46) 3,61* ( 2,96) 3,96* ( 2,56) 4,42* ( 3,35) Écologie du paludisme 2,19* ( 2,16) 2,02** ( 1,73) * Important au niveau de confiance de 95 % ** Important au niveau de confiance de 90 % Note : Le recul II n inclut pas les pays à revenu élevé. Toutes les variables, sauf celle du PIB partent d un indice de 0 1, les plus grandes valeurs indiquant un risque plus élevé. Les reculs comprennent une constante qui n est pas indiquée. Les pays de l ex-union soviétique et les pays ayant une population de moins de 1 million de personnes ne sont pas inclus. Chaque indice se situe entre 0 et 1 (risque maximum). Pour étudier les effets de la croissance économique entre 1980 et 2000, les indicateurs qui ont servi à la confection de chaque indice utilisaient les valeurs relevées en Les calculs des équations de régression ont été effectués à niveau de revenu initial donné (car la théorie économique habituelle prévoit que, toutes choses égales par ailleurs, les pays pauvres ont une croissance plus rapide) et à niveau de qualité de la gouvernance constant dans chaque pays, en utilisant un indice similaire situé entre 0 et 1 (dont la valeur croît avec la mauvaise gouvernance) construit à partir d un classement de la gouvernance en début de période, couramment utilisé et provenant du International Country Risk Guide. Les coefficients de régression montrent que les trois risques géographiques (agriculture, transport et paludisme) présentent une corrélation significative avec la faiblesse de la croissance économique par habitant, même à revenu initial donné, et à qualité de gouvernance donnée (deux facteurs qui sont également significatifs). Les résultats montrent que les pays où le risque lié à l agriculture ou au transport est le plus élevé connaissent une croissance plus lente (de près de 4 points de pourcentage par an) que les pays où le risque est le plus faible, même à niveau de qualité de gouvernance donné. De même, les pays où l environnement est favorable au paludisme tendent à avoir une croissance inférieure de 2 points de pourcentage à celle des pays sans paludisme.

17 Chapitre 3 Les raisons du retard pris dans la réalisation des OMD 49 Encadré 3.3 Obstacles géographiques et croissance économique (suite) Ces résultats montrent l importante relation existant entre croissance économique et géographie, le risque géographique concernant l agriculture, les coûts de transport et l environnement favorable au paludisme. Les pays qui sont vulnérables du fait de ces caractéristiques géographiques ont donc besoin d investissements expressément ciblés sur l équipement, l agriculture et la santé publique afin de réduire au minimum le risque de piège de la pauvreté, ou pour leur permettre d en sortir. aux transports, et, de loin, pour le risque relatif au paludisme. Elle est également exceptionnellement vulnérable à la sécheresse. La vulnérabilité humaine en 1980 est en corrélation inverse avec la croissance économique entre 1980 et 2000 (voir encadré 3.3). Une analyse statistique majeure publiée récemment corrobore l importance des variables géographiques 1. La vulnérabilité de l Afrique est très forte mais elle n est pas insurmontable. En fait, notre message est que la vulnérabilité géographique peut et doit être compensée par des investissements consacrés aux infrastructures, à l agriculture et à la santé publique. Les pays qui sont éloignés des grands marchés peuvent en être rapprochés par des investissements adéquats dans le réseau routier et ferré. Les pays où les sols sont épuisés ou qui n ont pas assez de pluie peuvent remédier à ces inconvénients par des mesures particulières de refertilisation des sols et de gestion des eaux à usage agricole (irrigation et collecte des eaux). Les pays touchés par le paludisme et d autres maladies endémiques peuvent lutter contre ces maladies par des mesures de prévention et de contrôle. Pourtant ces investissement sont coûteux trop coûteux pour les pays les plus pauvres qui ne peuvent y pourvoir seuls et il faut donc augmenter l aide fournie par les pays donateurs 2. Les poches de pauvreté L échelon suivant, sur l échelle du développement économique, consiste à faire le passage de l agriculture de subsistance à l agriculture commerciale et des exportations de produits de base aux exportations de produits manufacturés fabriqués dans les villes, une large proportion de la population vivant dans les zones urbaines. La plupart des pays d Asie du Sud-Est ont atteint ce niveau de développement il y a une génération. Pourtant, la plupart des pays connaissent une disparité considérable des revenus des ménages, de sorte que même des pays à revenu intermédiaire, ayant des structures de marché complexes, peuvent compter de très nombreux ménages extrêmement pauvres. Cela est vrai en particulier des grands pays caractérisés par une diversité régionale et ethnique considérable. Le développement économique laisse souvent à la traîne certaines parties d un pays ou certains groupes sociaux. Cela est le cas à la fois dans des régions en retard et dans des grandes agglomérations, où se concentre souvent une forte proportion des pauvres. Dans beaucoup de pays, il y a des villes dans les villes les nantis côtoient alors les indigents. Dans beaucoup de cas, les handicaps géographiques (éloignement des marchés) sont encore aggravés par

18 50 Partie 1 Pourquoi les OMD sont importants Encadré 3.4 La relation causale entre pauvreté et conflits Source : Humphreys et Varshney, 2004; Fearon et Laitin, 2003; Miguel, Satyanath et Sergenti, 2004; Homer-Dixon, 1994; Reno, Durant les années 90, jusqu à un quart des pays du monde ont été affectés par des conflits et plus d un milliard de personnes vivaient alors dans des pays déchirés par un conflit. Il est important de constater que la relation statistique entre pauvreté et conflits est très forte. On a constaté la robustesse de cette relation avec le temps, et quelle que soit la définition de ce qu on entend par guerre civile. Un pays déchiré par une guerre civile sur son territoire a habituellement un revenu par habitant qui ne dépasse pas le tiers de ce qu il serait dans un pays ayant les mêmes caractéristiques mais vivant en paix. Les pays pauvres sont également beaucoup plus susceptibles d entrer dans de nouveaux conflits. Un pays où le revenu par habitant est de 500 dollars environ risque deux fois plus d entrer dans un conflit majeur nouveau, dans une période de cinq ans, qu un pays où le revenu est de l ordre de dollars par habitant (voir figure). Il en va à peu près de même d une catégorie plus large de conflits internes, définis comme conflits armés internes intermédiaires ou guerres internes. Les pays les plus pauvres sont exposés aux risques les plus élevés de nouveaux conflits et on observe une baisse systématique du risque à mesure que le revenu augmente. Quels que soient les niveaux de revenu, la faiblesse des taux de croissance économique est associée à une augmentation du risque de nouveaux conflits. Les faits suggèrent que, toutes choses égales par ailleurs, un pays où le taux de croissance est de 6% est deux fois plus exposé au risque d un nouveau conflit qu un pays où il est de +6 %. Une étude récente, importante et complexe, due à Miguel et divers collaborateurs montre également qu un choc se traduisant par une diminution de la croissance de 5 points de pourcentage augmente le risque de guerre civile de 50 % l année suivante et que les conditions économiques sont probablement le facteur le plus important dans le déclenchement des guerres civiles en Afrique subsaharienne. S il existe un large consensus entre les chercheurs sur l existence d une causalité mutuelle entre la pauvreté et les conflits, l accord ne se fait pas sur les raisons de l existence de cette relation. Sans doute, ce qui paraît le plus évident c est que cette relation résulte du fait qu une guerre détruit de la richesse. Elle se traduit par la destruction d un capital physique et humain, par une désépargne massive et par l interruption de l activité économique. Mais les recherches indiquent très clairement que la relation est due non pas simplement au fait qu un conflit entraîne une perte de revenu bien que cela se produise aussi mais au fait que la pauvreté rend un pays plus vulnérable à un conflit. En cherchant à dégager les filières précises par lesquelles joue cette causalité mutuelle, on avance principalement les raisons suivantes : Faible capacité de l État. Les pays pauvres sont le plus souvent des États faibles. C est pourquoi ils sont vulnérables aux attaques des groupes armés, qui peuvent prendre le pouvoir par la force. Ces États sont également moins à même de résoudre pacifiquement les différends locaux et sont plus vulnérables aux manipulations et à une prise de contrôle par une tierce partie. Cela réduit leur latitude de réagir aux menaces de conflit, et cela les rend plus vulnérables aux formes prédatrices d activité financière et au pillage des actifs publics, ce qui entraîne un sentiment de frustration grandissant à l égard du gouvernement en place. Rareté et inégalité. Alors que la pauvreté affecte les capacités de l État, elle risque également d inciter les citoyens à se livrer à la violence. La rareté, notamment la rareté des ressources de l environnement, peut susciter des mouvements migratoires qui se traduisent par des conflits entre groupes identitaires au sujet des ressources. Sans possibilité d activités productives, découragés, les jeunes, en

19 Chapitre 3 Les raisons du retard pris dans la réalisation des OMD 51 Encadré 3.4 La relation causale entre pauvreté et conflits (suite) particulier, peuvent se tourner vers la violence dans l espoir d obtenir des gains matériels. Un tel comportement est d autant plus probable, pas seulement quand le pays est pauvre, mais aussi quand il existe une forte inégalité entre couches sociales quand des poches de pauvreté subsistent dans le pays. Démographie et structure sociale. Les pays pauvres sont plus susceptibles que les pays riches d avoir un régime démographique caractérisé par une forte fécondité et une forte mortalité, ce qui se traduit par des ratios élevés enfants-adultes. De telles caractéristiques démographiques sont également associées à une augmentation du risque de conflit. En fait, depuis 1945, presque tous les exemples de violence unilatérale massive (génocide, massacres d origine politique) ont eu lieu dans des pays où le ratio enfants-adultes dépassait 2. D autres facteurs de risque à citer sont une répartition de la richesse fortement inégale en particulier quand cette richesse est mal distribuée entre les différents groupes politiques, entre les groupes régionaux, ethniques ou religieux par exemple, la dépendance à l égard d exportation de ressources naturelles de valeur (en particulier les diamants, la drogue, le pétrole), de brutales transitions politiques et économiques, un régime politique et des institutions fragiles et instables, et des tensions politiques ayant leur origine historique dans des tensions entre groupes ethniques et des différends identitaires. Dans de nombreux cas, les conflits sont également déclenchés ou exacerbés par des interventions extérieures, y compris l action de gouvernements d autres pays ou d entreprises étrangères. Un revenu national en augmentation réduit le risque de guerre civile Probabilité de voir un nouveau conflit éclater dans une période de cinq ans (en pourcentage) Note : Les estimations de probabilité découlent de la corrélation entre la mesure du PIB par habitant procurée par la Banque mondiale (en dollars constants de 1985) et le début d une guerre civile. La figure ne donne que les corrélations moyennes constatées sur l ensemble des pays et de la période considérée, ce qui n implique pas qu à un revenu donné les risques de conflit soient les mêmes partout. le fait que les minorités ne peuvent participer à la vie politique du pays. La principale implication, pour le choix des politiques dans les pays à revenu intermédiaire, est qu il faut s assurer que les investissements indispensables consacrés aux infrastructures, au capital humain et à l amélioration de l administration publique, aillent bien aux régions en retard, aux quartiers de taudis et aux groupes sociaux exclus du processus politique et de l activité économique. Il est bien connu que certaines régions sont en retard : L ouest de la Chine, handicapé par l éloignement des côtes orientales. Le sud du Mexique, accablé par les maladies tropicales, les risques agronomiques, l éloignement du marché américain et l aliénation politique des paysans autochtones.

20 52 Partie 1 Pourquoi les OMD sont importants Tableau 3.2 Risque lié à l agriculture, au transport et au paludisme, par région Note : Tous les indices se situent entre 0 et 1 et indiquent un risque croissant. Moyenne par pays, pondération par la population a. Moyenne des indices de la proportion des terres arables irriguées en 1980, de l utilisation d engrais par habitant en 1980 et de la population vivant dans une zone écologique subhumide. b. Moyenne des indices de la proportion de la population vivant près d une côte, vivant dans des zones faiblement peuplées, vivant à 800 mètres d altitude, et de la longueur des routes revêtues par habitant en 1980 (premières données disponibles). Risque lié à l agriculturea Risque lié au transportb Risque lié au paludismec Indice de vulnérabilité humained Afrique subsaharienne tropicale 0,86 0,52 0,42 0,60 Amérique du Nord 0,51 0,23 0,00 0,25 Amérique latine et Caraïbes 0,76 0,36 0,03 0,39 Asie centrale 0,31 0,41 0,00 0,24 Asie de l Est et Pacifique 0,68 0,27 0,04 0,33 Asie du Sud 0,86 0,26 0,02 0,38 Europe 0,38 0,27 0,00 0,22 Moyen-Orient et Afrique du Nord 0,71 0,36 0,02 0,36 c. Indice de l écologie paludéenne. d. Moyenne des riques liés à l agriculture, au transport et au paludisme. Source : D après les données de la Banque mondiale (2004c), CIESIN (2002) et Kiszewski et al. (2004). Carte 3.1 Indice de vulnérabilité humaine en : risque le plus élevé Source : d après des données de la Banque mondiale (2004c), CIESIN (2002) et Kiszewski et al. (2004).

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III)

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) DIRECTIVES ET FORMAT POUR LA PRÉPARATION DE RAPPORTS NATIONAUX SUR SIX SUJETS PRINCIPAUX, TRENTE

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté Forces, limites et options stratégiques Lahcen ACHY Economiste Principal, Centre Carnegie du Moyen Orient Septembre 2010 Le Maroc a enregistré

Plus en détail

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE L INVESTISSEMENT DANS LA SANTE POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIOECONOMIQUE DE L AFRIQUE ARRIERE-PLAN La Commission macroéconomie et santé (CMS), qui réunit des économistes de premier plan et des experts de la

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Appel à communications

Appel à communications Appel à communications 7 ème Conférence Africaine sur la Population JOHANNESBURG AFRIQUE DU SUD, 30 NOV. 4 DEC. 2015 DIVIDENDE DEMOGRAPHIQUE EN AFRIQUE: PERSPECTIVES, OPPORTUNITES ET DEFIS CONTEXTE Organisée

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE

LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE L ACCES AUX FINANCES RAPPORT DE LA BANQUE MONDIALE SUR LES POLITIQUES DE DEVELOPPEMENT Résumé Un nouveau rapport de la Banque mondiale sur

Plus en détail

Profits et pauvreté: la dimension économique du travail forcé

Profits et pauvreté: la dimension économique du travail forcé US$150,000,000,000 Profits et pauvreté: la dimension économique du travail forcé L intégration globale des systèmes économiques, notamment des marchés du travail, a apporté de nombreuses opportunités pour

Plus en détail

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Stratégie environnementale du Groupe de la Banque mondiale 2012 2022 THE WORLD BANK ii Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Résumé analytique

Plus en détail

PAYS EN DÉVELOPPEMENT

PAYS EN DÉVELOPPEMENT Chapitre 6 PAYS EN DÉVELOPPEMENT Comment l OMC traite les besoins spéciaux d un groupe de plus en plus important 1. Aperçu général Sur les 150 membres environ de l OMC, à peu près deux tiers sont des pays

Plus en détail

Chapitre Paragraphes Page

Chapitre Paragraphes Page Table des matières Résolution 2* Plan d application du Sommet mondial pour le développement durable Le Sommet mondial pour le développement durable, S étant réuni à Johannesburg (Afrique du Sud) du 26

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social E/ECE/1478/Rev.1 Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais, français, russe Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève,

Plus en détail

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France)

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) La Commission européenne a formellement adopté le Programme de développement rural (PDR) de Mayotte le 13 février 2015 qui

Plus en détail

Guide pour l adaptation au changement climatique des villes. Résumé analytique

Guide pour l adaptation au changement climatique des villes. Résumé analytique Guide pour l adaptation au changement climatique des villes Résumé analytique Guide pour l adaptation au changement climatique des villes Le changement climatique a et aura des effets considérables sur

Plus en détail

Les critères d identification des pays les moins avancés

Les critères d identification des pays les moins avancés Les critères d identification des pays les moins avancés Vue d ensemble Ce document reprend les éléments présentés sur le site du Comité des politiques de développement http://www.un.org/en/development/desa/policy/cdp/ldc/ldc_criteria.shtml

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL...

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL... Fédération Internationale des Producteurs Agricoles 1 «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES» Ce document fut élaboré dans l objectif d apporter une information la plus complète possible sur le thème du

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Les économies de l Afrique de l Ouest : un portrait statistique

Les économies de l Afrique de l Ouest : un portrait statistique Les économies de l Afrique de l Ouest : un portrait statistique Ce bref portrait statistique porte sur l Afrique de l Ouest, région qui regroupe ici les quinze pays membres de la CEDEAO (Communauté Economique

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Note Oxfam France juin 2010 D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Analyse de l APD française au secteur agriculture et sécurité alimentaire La crise alimentaire

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

LES OMD EN CHIFFRES. Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION

LES OMD EN CHIFFRES. Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION 1 LES OMD EN CHIFFRES Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION Faisant suite à la Déclaration du Millénaire, le bureau du PNUD en Haïti s est attelé à faire la promotion des Objectifs du Millénaire pour

Plus en détail

ANNULATION DE LA DETTE EXTÉRIEURE POUR LES PAYS TOUCHÉS PAR LA MALADIE À VIRUS EBOLA

ANNULATION DE LA DETTE EXTÉRIEURE POUR LES PAYS TOUCHÉS PAR LA MALADIE À VIRUS EBOLA ANNULATION DE LA DETTE EXTÉRIEURE POUR LES PAYS TOUCHÉS PAR LA MALADIE À VIRUS EBOLA Janvier 2015 Annulation de la dette extérieure pour les pays touchés par la maladie à virus Ébola ANNULATION DE LA

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE Les occasions et les restrictions du Canada face au transport mondial des marchandises Rapport du Comité sénatorial permanent des transports et des communications Juin

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD

Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD À l approche de l échéance 2015 pour la réalisation des OMD, il est essentiel de faire le point sur les progrès accomplis par l Afrique.

Plus en détail

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 On sait avec certitude que des dizaines de milliers de familles vivant dans la partie ouest du Sahel sont en situation d extrême détresse à cause

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

3 The Millennium Development Goals: Report 2010. Objectifs du Millénaire pour le développement Rapport 2014. asdf NATIONS UNIES

3 The Millennium Development Goals: Report 2010. Objectifs du Millénaire pour le développement Rapport 2014. asdf NATIONS UNIES 3 The Millennium Development Goals: Report 2010 Objectifs du Millénaire pour le développement Rapport 2014 asdf NATIONS UNIES Le présent rapport est fondé sur un ensemble de données compilées par le Groupe

Plus en détail

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues Résumé Cette étude a été lancée par l Organisation Internationale pour les Migrations à la demande du Gouvernement du Tchad par le biais du Ministère des Affaires Etrangères et de l Intégration Africaine.

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Urbanisation : des faits et des chiffres

Urbanisation : des faits et des chiffres LE MILLÉNAIREURBAIN N La Session extraordinaire de l Assemblée générale des Nations Unies consacrée à l examen et à l évaluation d ensemble de l application du Programme pour l habitat E W Y O R K, 6 8

Plus en détail

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L Aide publique au développement (APD) désigne les dépenses publiques au bénéfice des pays en développement dont le but essentiel est de favoriser le développement économique

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE Michel MOUILLART Directeur Scientifique de l Observatoire de l Endettement des Ménages

Plus en détail

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012 Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques Rapport d étude Janvier 2012 Dans le cadre de sa stratégie d action sur les changements climatiques, le Regroupement national

Plus en détail

Synthèse du diagnostic territorial Stratégique

Synthèse du diagnostic territorial Stratégique CE2 Synthèse du diagnostic territorial Stratégique Instance de concertation 14 mars 2013 Diapositive 1 CE2 Cabinet E.C.s.-AC; 06/12/2012 I DYNAMISME, VOLONTARISME ET AMBITION D UNE REGION ULTRA MARINE

Plus en détail

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Marcel MAZOYER professeur à La Paz juillet 2 007 Contenu 1. Une situation agricole et alimentaire mondiale inacceptable 2. Développement

Plus en détail

Le capital-investissement en Afrique

Le capital-investissement en Afrique Neuvième Forum pour le développement de l'afrique Le capital-investissement en Afrique Document de travail Neuvième Forum pour le développement de l'afrique Des finan cements innovants pour l a transformation

Plus en détail

Nations Unies. Note d information du Secrétaire général* *0840769* 25 juillet 2008 Français Original : anglais 08-40769 (F)

Nations Unies. Note d information du Secrétaire général* *0840769* 25 juillet 2008 Français Original : anglais 08-40769 (F) Nations Unies 25 juillet 2008 Français Original : anglais Réunion de haut niveau sur les objectifs du Millénaire pour le développement Passer à l action pour réaliser les objectifs du Millénaires pour

Plus en détail

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante?

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante? Découvrir ISO 26000 La présente brochure permet de comprendre les grandes lignes de la Norme internationale d application volontaire, ISO 26000:2010, Lignes directrices relatives à la responsabilité. Elle

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

pas de santé sans ressources humaines

pas de santé sans ressources humaines Résumé Une vérité universelle : pas de santé sans ressources humaines + alliance mondiale pour les personnels de santé Résumé Objectif Le présent rapport est destiné à éclairer les débats du troisième

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Table Ronde pour le financement du développement du Bénin. 17-19 juin 2014 - Paris. www.tablerondebenin2014.org

DOSSIER DE PRESSE. Table Ronde pour le financement du développement du Bénin. 17-19 juin 2014 - Paris. www.tablerondebenin2014.org Table Ronde pour le financement du développement du Bénin 17-19 juin 2014 - Paris www.tablerondebenin2014.org LE MOT DU PRÉSIDENT La Table Ronde, occasion unique d échanges et de partage sur les opportunités

Plus en détail

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS 1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS Séminaire technique sur l extension de la couverture de la sécurité sociale en Afrique centrale : Défis, Solutions, et Perspectives. PRESENTATION DE LA CAISSE NATIONALE DE

Plus en détail

asdf Deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 madrid

asdf Deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 madrid Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 Promouvoir la santé et le bien-être des personnes âgées : actif «Nous sommes témoins d une révolution silencieuse qui bien au-delà de la sphère démographique a des incidences

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

LES CLÉS D UNE RETRAITE PLUS SÛRE

LES CLÉS D UNE RETRAITE PLUS SÛRE LES CLÉS D UNE RETRAITE PLUS SÛRE CFA Institute est à l avant-garde du comportement éthique dans les marchés d investissement et une source de connaissances respectée au sein de la communauté financière

Plus en détail

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE 37 ème Assemblée Générale de la FANAF YAOUDE (CAMEROUN) 23-28 Février 1 ASSURANCE MALADIE 2 - Un des principaux

Plus en détail

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Commission de la condition de la femme Cinquante-quatrième session 1 er -12 mars 2010 Point 3 a) de l ordre du jour Suivi de la quatrième Conférence

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

Les jeunes non mariés

Les jeunes non mariés Les jeunes non mariés et les grossesses non désirées Introduction Il est important de veiller à ce que les jeunes non mariés disposent d informations et de services de contraception. Les grossesses non

Plus en détail

Indicateurs du Recensement Général de la Population et de l Habitation - 1 -

Indicateurs du Recensement Général de la Population et de l Habitation - 1 - INDICATEURS DU RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITATION BENIN 2002 CHITOU FATAHI Intitulé ETAT DE LA POPULATION Effectif de population par sexe Densité de population Taille moyenne des ménages

Plus en détail

La plateforme de micro-dons du CCFD-Terre solidaire

La plateforme de micro-dons du CCFD-Terre solidaire La plateforme de micro-dons du CCFD-Terre solidaire DOSSIER DE PRÉSENTATION S o m m ai r e SolidaireVille, plateforme innovante de micro-dons. Une première!...3 Des projets au service du développement

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

pays tributaires des exportations de minéraux

pays tributaires des exportations de minéraux La viabilité de la politique budgétaire dans les pays tributaires des exportations de minéraux Kirk Hamilton Groupe de recherche sur l économie du développement Banque mondiale Séminaire de haut niveau

Plus en détail

Les bénéfices de l investissement dans l infrastructure. Le 1 er novembre 2011. Un énoncé de position de l AFIC

Les bénéfices de l investissement dans l infrastructure. Le 1 er novembre 2011. Un énoncé de position de l AFIC Les bénéfices de l investissement dans l infrastructure Un énoncé de position de l AFIC Résumé L infrastructure est un investissement pas une dépense. C est un investissement dans la prospérité économique,

Plus en détail

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Résumé 1 Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Au cours de la dernière décennie,

Plus en détail

Comment les pauvres gèrent-ils le risque?

Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Le présent dossier donne un aperçu de la manière dont les ménages pauvres gèrent les risques. Fondé sur les recherches effectuées via les journaux financiers dont

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity.

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity. Proposition prébudgétaire 2015 de l Association canadienne de l électricité (ACÉ) présentée au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail