Les économies de l Afrique de l Ouest : un portrait statistique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les économies de l Afrique de l Ouest : un portrait statistique"

Transcription

1 Les économies de l Afrique de l Ouest : un portrait statistique Ce bref portrait statistique porte sur l Afrique de l Ouest, région qui regroupe ici les quinze pays membres de la CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l Afrique de l Ouest). Il s agit par ordre alphabétique du Bénin, du Burkina Faso, du Cap-Vert, de la Côte d Ivoire, de la Gambie, du Ghana, de la Guinée, de la Guinée-Bissau, du Libéria, du Mali, du Niger, du Nigéria, du Sénégal, de la Sierra Leone et du Togo. Les principaux thèmes traités sont : la démographie, l évolution de la croissance économique, le problème de la diversification économique, l intégration dans la mondialisation, les coûts économiques qui lui sont associés et le défi environnemental. Le défi démographique L Afrique de l Ouest compte un peu plus de 300 millions d habitants. Ce qui représente 35% de la population de l Afrique subsaharienne. A titre de comparaison, la population des Etats- Unis était évaluée à 310 millions en Le Cap-Vert est le plus petit pays de la zone avec près de 500 mille habitants. A l autre extrême, on retrouve le Nigéria avec près de 160 millions d habitants, pays le plus peuplé de tout le continent africain. Graphique : Population totale des pays d Afrique de l Ouest en 2010 (en millier)* Source : Nations-Unies ; *le Nigéria a été omis par souci d une meilleure présentation. La population de l Afrique de l Ouest est très jeune. A l exception du Cap-Vert (31,8%) et du Ghana (38,6%), la part des moins de 15 ans va d un minimum de 40% au Togo à un maximum de 49% au Niger. C est également une population qui s urbanise de plus en plus. L Afrique de l Ouest compte 134 millions d urbains, soit un taux d urbanisation de l ordre de 45%. Le Niger est le pays le moins urbanisé de la zone (16,7%). Le pays le plus urbanisé est le Liberia dont la population compte 61% de citadins. 1

2 En 2010, la population active (travailleurs + chômeurs) s établissait en 2010 à près de 107 millions dont 49 millions de travailleurs ruraux. En raison de la jeunesse de la population, l Afrique de l Ouest demeure sous-représentée pour l instant dans la population active mondiale (3,3%). Les femmes représentent en moyenne 43% de la force de travail. Le Niger (31,2%), le Mali (35,4%) et la Côte d Ivoire (37,4%) sont les trois pays où les femmes sont moins nombreuses dans la population active. Par contre, c est au Togo (50,5%) et en Sierra Léone (50,7%) que les femmes sont les plus nombreuses dans la population active. Les travailleurs sont majoritairement employés dans l économie informelle. D où le fait que la plupart d entre eux ne bénéficie pas de mécanismes de couverture sociale. D où également le nombre important de travailleurs pauvres. Graphique : Taux d urbanisation Source : Banque Mondiale Entre 1955 et 2010, la population de l Afrique de l Ouest a été multipliée par quatre, passant de 70 millions à un peu plus de 300 millions, ce qui représente 4,4% de la population mondiale. Ce boum démographique a été favorisé par les améliorations obtenues dans le domaine de la santé et par une fertilité encore importante malgré un déclin tendanciel. Les progrès en matière sanitaire peuvent être constatés au niveau de l espérance de la vie à la naissance. Pour les deux sexes confondus, l espérance de la vie à la naissance s établissait en moyenne à 35 ans en 1955 contre 52 ans de nos jours. Si ces tendances se poursuivent, l espérance de vie à la naissance devrait s établir aux alentours de 67 ans à l horizon En ce qui concerne le taux de fertilité dans la région, il était en 1955 de 6,3 enfants par femme en moyenne. Chiffre qui s établit à 5,5 enfants par femme dans la période actuelle et qui devrait chuter jusqu à 3,3 enfants par femme à l horizon Cette croissance démographique soutenue est l un des défis majeurs de tout le continent à court terme comme à long terme. Selon les projections des Nations-Unies, la population actuelle devrait être multipliée par 2,5 d ici à Autrement dit, en l espace d un siècle, 2

3 l Afrique de l Ouest va voir sa population multipliée par 10. Dans dix ans, comparée aux Etats-Unis, la population de l Afrique de l Ouest comptera 50 millions d habitants de plus. Alors qu elle ne constituait que 2,8% de la population mondiale en 1955, l Afrique de l Ouest représentera près de 8% de la population mondiale à l horizon Autrement dit, près d un habitant sur 12 vivra dans cette zone dans quarante ans. D où le caractère urgent de performances économiques qui permettront de répondre à cette pression démographique. Graphique : Population totale de l Afrique de l Ouest projections (en millions) Source : Nations-Unies 2. Le défi d une croissance économique soutenue : Les perspectives économiques du continent africain ont souvent dépendu de trois contraintes majeures : la contrainte politique (les conflits et les guerres civiles), la contrainte climatique (la récurrence de sécheresses et des inondations) et la contrainte globale (l évolution des termes de l échange, de la finance et de l investissement au niveau mondial). Contrairement à une idée répandue, la croissance économique en Afrique n a jamais été faible. Elle a plutôt été volatile. Les pays africains sont capables de créer la croissance mais jusque dans les années 2000, ils ont été incapables de créer la croissance économique de manière soutenue du fait justement des trois contraintes susmentionnées. En effet, durant ces cinquante dernières années, la croissance économique a eu une nature dialectique dans la plupart des pays africains : les épisodes de croissance ont souvent alterné avec les épisodes de contraction. Telle est la différence majeure entre les pays africains et les pays de l Asie de l est qui ont pu avoir une croissance économique à la fois importante et soutenue dans le temps. L instabilité de la croissance économique en Afrique pousse ainsi à réfléchir en termes de trajectoires de croissance. Les taux de croissance moyen calculés pour l Afrique subsaharienne sont souvent trompeurs parce qu ils agrègent des types de croissance 3

4 économique qui s inscrivent dans des dynamiques qualitativement distinctes. En vue de ne pas tomber dans le fétichisme de la croissance, il peut être utile de distinguer trois types de dynamiques de croissance : la reconstruction, la stabilisation et l accumulation. L indicateur utilisé est ici le PIB par habitant mesuré en dollars constants avec pour base l année Les pays qui sont dans une dynamique de reconstruction sont ceux qui en 2009 n avaient toujours pas encore retrouvé le meilleur niveau de PIB par habitant acquis quelques décennies plutôt. Par exemple, le Togo a connu une croissance économique non négligeable de 1960 à Il avait alors atteint un niveau de PIB par habitant de 346 dollars (mesuré en dollars constants). Depuis lors, le Togo peine laborieusement à retrouver ce pic historique du PIB par habitant. Le Togo est donc un pays qui doit rattraper son niveau économique passé et se reconstruire. En Afrique de l Ouest, sept pays sont dans ce cas. Il s agira pour eux dans la décennie à venir de retrouver et d essayer de dépasser la meilleure performance économique acquise antérieurement. Tableau : Taux de croissance du PIB par habitant (2000-9) et dynamique de croissance Pays Taux moyen de croissance du PIB par habitant (2000-9) en % Accumulation (1) Cap-Vert 4,3 Stabilisation (7) Ghana 3,4 Bénin 0,8 Mali 3,1 Burkina Faso 1,9 Gambie 1,9 Guinée 0,8 Reconstruction (7) Nigéria 3,6 Côte d Ivoire -1,3 Sénégal 1,3 Sierra Léone 6,5 Niger 0,8 Guinée-Bissau -1,6 Togo -0,3 Libéria -3,2 Source : Sylla (2011) Les pays qui sont dans une dynamique de stabilisation sont ceux qui avaient atteint en 2009 le meilleur PIB par habitant de leur histoire mais qui sur le long terme n ont pas connu une croissance moyenne supérieure à celle de l économie mondiale. Cela concerne sept pays de l Afrique de l Ouest. Le Ghana par exemple était plus productif en 2009 qu en Toutefois, sur l ensemble de cette période, la croissance économique moyenne du PIB par habitant était en dessous de celle constatée pour l économie mondiale. Le Ghana avait un PIB par habitant de 281 dollars en S il avait enregistré depuis lors un taux de croissance de 1,5% en moyenne annuelle, il aurait atteint 541 dollars en 2009 et non pas 343 4

5 dollars par habitant. Autrement dit, le Ghana a dépassé le stade de la reconstruction. Mais, il n en est pas encore au stade de l accumulation, phase à partir de laquelle on s inscrit véritablement dans une logique de rattrapage économique. Les pays qui sont dans une dynamique d accumulation sont ceux qui ont enregistré en 2009 le meilleur niveau de PIB par habitant de leur histoire et dont la croissance économique a été supérieure lors de la dernière décennie à la moyenne de long terme de l économie mondiale. Le Cap-Vert était le seul pays de la zone à avoir ce type de croissance économique. Présentement, l Afrique de l Ouest représente 27% du PIB (mesuré en termes courants) de l Afrique subsaharienne et seulement 0,5% du PIB mondial. Même si c est un colosse aux pieds d argile, le Nigéria est de très loin l économie la plus puissante de la région. Il représente 63,5% du PIB de la zone. Il est suivi par le Ghana (10,3%), la Côte d Ivoire (7,5%) et le Sénégal (4,2%). A elles seules, ces quatre économies représentent 85,5% des richesses produites en Afrique de l Ouest. La Gambie, la Guinée Bissau et le Libéria sont les trois plus petites économies (avec 0,3% chacun). Graphique 1 : Principales économies de l Afrique de l Ouest en 2010 (% du PIB de la zone) 14,5 7,5 4,2 10,3 63,5 Nigéria Ghana Côte d'ivoire Sénégal Autres Source : Banque Mondiale En termes de revenu national brut par habitant (mesuré en dollars courants), le Cap-Vert est le pays le plus riche de l Afrique de l Ouest (3270 dollars US) alors que le Libéria (200 dollars US) et la Sierra Leone (340 dollars) sont les plus pauvres. En 2010, cinq pays seulement avaient dépassé le seuil de 1000 dollars par habitant. Le Cap-Vert et le Ghana sont les deux pays de la zone qui ont un revenu par habitant supérieur à la moyenne de l ensemble des pays de l Afrique subsaharienne. C est ainsi que la plupart des pays de la zone sont classés parmi les Pays les Moins Avancés (PMA) à l exception de la Côte d Ivoire, du Nigéria et du Cap-Vert ; ce dernier pays étant le seul de la zone à être sorti de ce groupe, en 2007 notamment. De même, malgré les nombreux progrès qui ont été réalisés, les pays d Afrique 5

6 de l Ouest, exception faite du Cap-Vert et du Ghana, relèvent pour la plupart de la catégorie «faible niveau de développement humain». Ainsi, l atteinte des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) se pose-t-elle avec acuité dans toutes les économies de la région, notamment celles qui sont les plus pauvres et celles en proie à des conflits. Tableau : Classement 2011 des pays de l Afrique de l Ouest selon l IDH Indice de développement Humain Rang 2011 (sur un total de 187 pays) Cap-Vert 133 Ghana 135 Sénégal 155 Nigeria 156 Togo 162 Bénin 167 Gambie 168 Côte d'ivoire 170 Mali 175 Guinée-Bissau 176 Guinée 178 Sierra Leone 180 Burkina Faso 181 Liberia 182 Niger 186 Source : UNDP, 2011 Le défi de la diversification économique : L agriculture représentait en 2009 plus d un tiers du PIB dans 10 économies sur 15. Par contraste, le secteur manufacturier ne dépassait la barre des 10% que dans quatre pays. La Côte d Ivoire est le pays où la part du secteur manufacturier dans la valeur ajoutée est la plus élevée, avec 17%. A l inverse, la Sierra Léone (1,8%) et le Nigéria (2,5%) sont les deux pays les plus en retard sur ce volet. Pour ce qui est de l industrie non manufacturière, les industries extractives notamment, elle joue un rôle plus important dans les pays riches en ressources naturelles. C est le cas par exemple de la Guinée (31,4%) et du Nigéria (33,7%). Enfin, en ce qui concerne le secteur des services, sa part dans le PIB ne dépasse les 50% que dans quatre pays (Bénin, Gambie, Sénégal, Cap-Vert). Dans la petite économie capverdienne, le secteur des services entre jusqu à hauteur de 75% dans la formation de la valeur ajoutée. Le Libéria (23,8%) et le Nigéria (28,9%) sont les deux pays chez qui le secteur des services occupe la part la plus faible. 6

7 Graphique : Part de chaque branche économique dans le PIB (%) 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Service Autres industries Manufacture Agriculture Source : CNUCED, 2011 Du point de vue de la structure des exportations, les pays de l Afrique de l Ouest demeurent pour la plupart des pays exportateurs de matières premières. Cette spécialisation primaire a souvent pesé comme une hypothèque sur les perspectives économiques de la zone, rendant les économies très dépendantes des cours des matières premières pour ce qui est de leurs recettes d exportation et de leurs recettes fiscales. Dans des pays comme la Guinée-Bissau et le Nigéria, un seul produit fournit plus de 85% des recettes d exportation. Tableau : Premier produit d exportation en 2010 (selon le degré de dépendance) Pays Catégorie de produit % des recettes d exportation Guinée Bissau Fruits secs 89,5 Nigéria Pétrole 85,4 Cap-Vert Poissons 65,3 Mali Or à usage non monétaire 58,6 Guinée Aluminium 48,1 Ghana Cacao 48 Burkina Faso Coton 40,9 Libéria Navires, bateaux 35,3 Gambie Fruits secs 34,9 Bénin Coton 34,7 Côte d Ivoire Cacao 33,4 Niger Animaux vivants 25,5 Sénégal Pétrole 24,7 Sierra Léone Perles précieuses 24,2 Togo Ciment, chaux 13,1 Source : CNUCED, 2011 En dépit de la faiblesse de son poids dans l économie mondiale, l Afrique de l Ouest est un acteur significatif pour certains produits d exportation. Le Niger représente par exemple 26% des exportations mondiales d uranium et de thorium. 5% des exportations mondiales de 7

8 pétrole proviennent du Nigéria. La Côte d Ivoire fournit 18% des exportations mondiales de cacao. Le Bénin (3,1%), le Burkina Faso (3%) et le Mali (2,6%) sont également des acteurs relativement importants dans la filière coton. Bien que les PMA d Afrique de l Ouest soient pour la plupart des pays exportateurs de matières premières, il existe des différences significatives pour ce qui est de la structure globale de leur commerce extérieur. Quatre pays sont majoritairement exportateurs de produits agricoles (Bénin, Burkina, Guinée-Bissau, Libéria), c est-à-dire que les produits agricoles représentent au moins 45% de leurs recettes d exportations. L Afrique de l Ouest compte quatre pays majoritairement exportateurs de minéraux (Guinée, Mali, Niger, Sierra Léone). Deux pays ont une structure d exportation plus diversifiée (Sénégal, Togo). Enfin, la Gambie est le seul pays de la zone classée parmi les exportateurs de services. Du point de vue du commerce des produits agricoles, il existe également une certaine diversité. Notons qu à l exception du Cap-Vert, tous les autres pays de la zone font partie du groupe des «pays à faible revenu et à déficit vivrier». Le déficit vivrier est mesuré par la FAO sur la base des importations nettes de produits alimentaires. Pour dire les choses autrement, l Afrique de l Ouest n a pas encore réussi à la fois à rehausser significativement son niveau de vie et à assurer son autosuffisance alimentaire. 3. Le défi de la mondialisation : On dit souvent que l Afrique est «marginalisée» voire «exclue» par la mondialisation. Cette lecture de la place du continent dans l économie mondiale est erronée à l évidence. Si l Afrique n est pas encore un géant économique, il ne s ensuit pour autant qu elle soit déconnectée des flux internationaux dans le domaine du commerce, de l investissement et de la finance. A regarder les choses d un peu plus près, on s aperçoit que l Afrique participe aux échanges économiques mondiaux autant que l autorise son niveau de développement. Contrairement aux préjugés ambiants, les pays d Afrique de l Ouest ne sont pas délaissés par les flux internationaux de capitaux. Sur la période , la part des Investissements Directs Etrangers dans la formation de capital a été supérieure ou égale à 10% dans 12 pays sur les 15. Ce ratio s établit par exemple à près de 180% pour le Libéria et 52% pour le Nigéria. Par comparaison, on obtient pour cette même période 2,9% pour la Corée du Sud, 5,3% pour Taiwan, 4,8% pour l Inde, 8% pour la Chine et 14,8% pour la Thaïlande. Ce qui montre que le capital international joue un rôle relativement plus important en Afrique de l Ouest que dans la plupart des pays émergents. A souligner que la définition statistique du concept d IDE tend également à sous-estimer une partie des investissements étrangers effectués en Afrique. On peut penser notamment au capital international investi de plus en plus dans le domaine foncier. 8

9 Graphique: Part des IDE dans la formation brute de capital fixe (moyenne )* Nigéria Sierra Leone Guinée Cap-Vert Côte d'ivoire Gambie Togo Mali Guinée-Bissau Ghana Bénin Niger Burkina Faso Sénégal Source : CNUCED, * le Libéria a été omis par souci d une meilleure présentation Lorsque l on s intéresse également au ratio commerce international (exportations + importations)/pib, on s aperçoit également que l Afrique est très ouverte - voire très dépendante - sur le plan commercial. A l exception du Burkina Faso, le ratio commerce/pib est supérieur ou égal à 40% dans tous les pays d Afrique de l Ouest. Mieux, il dépasse les 60% dans 11 pays de la zone. A titre de comparaison, le ratio commerce/pib s établit en moyenne à 47% pour les pays de l OCDE, 58% pour la Chine, 38% pour l Inde et 57% pour l Asie de l Est. 9

10 Graphique : Commerce international/pib (moyenne ; en %) Source : Banque Mondiale Graphique : Part de l Afrique de l Ouest dans les exportations mondiales, les importations mondiales et la production mondiale entre 1990 et 2010 (en %) 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 Exportations Importations Production 0,2 0, Source : CNUCED Le caractère mythique de la thèse de la marginalisation est également révélé par une autre statistique : l Afrique de l Ouest occupe une part dans les exportations et les importations mondiales conforme à sa part dans la production mondiale. En 2010, l Afrique de l Ouest représentait 0,6% des exportations mondiales et 0,5% des importations mondiales. Ce qui est en adéquation avec son poids économique dans la production mondiale (0,5%). L Afrique de l Ouest a certes une grande marge de progrès. Mais, on ne peut en aucun cas soutenir qu elle est exclue de l économie mondiale. Lorsque l on regarde du côté des sommes transférées par les travailleurs expatriés, on se rend compte que l Afrique de l Ouest est une région plutôt dynamique de ce point de vue. 10

11 En 2010, l Afrique de l Ouest a reçu 12,8 milliards de dollars dans cette rubrique. Ce qui représente près de 60% du total reçu par l Afrique subsaharienne. Alors qu en 1990, l Afrique de l Ouest ne représentait que 0,9% du volume mondial des transferts de fonds des travailleurs migrants, en 2010 ce chiffre atteignait 2,9%. Le Nigéria (9,9 milliards de dollars) et le Sénégal (1,16 milliard de dollars) sont les deux principaux pays destinataires de ces fonds. Graphique : Evolution des transferts de fonds des migrants (en millions de dollars courants) Source : CNUCED Ainsi qu on peut le constater, le véritable défi pour l Afrique de l Ouest n est pas de s insérer dans la mondialisation quoi que l on entende par là. Il s agit plutôt pour elle de pouvoir choisir les termes de son intégration économique. 4. Quelques coûts inaperçus de l intégration économique : Le caractère erroné de la thèse de la marginalisation de l Afrique apparaît de manière plus évidente lorsque l on s intéresse au «coût» de la croissance économique en Afrique ou plus précisément aux «coûts» mesurables de son intégration dans le système économique mondial. On peut avoir une évaluation de ce coût en étudiant la différence entre le PIB et le PNB. Le PIB mesure la valeur créée par toutes les unités de production dans un pays donné (les nationaux + les étrangers). Le PNB mesure par contre la valeur créée par les nationaux uniquement. La différence entre ces deux indicateurs donne le Revenu Net des Facteurs. Dans la comptabilité nationale, cette notion correspond aux sommes nettes transférées en vue de la rémunération des facteurs de production (les rémunérations du travail, les intérêts sur la dette, les dividendes perçus, les profits transférés par les multinationales, etc.). Que montre ce dernier indicateur en ce qui concerne l Afrique de l Ouest? 11

12 On constate que les transferts nets de revenus atteignent des proportions gigantesques dans plusieurs pays d Afrique de l Ouest. Durant la dernière décennie, le Libéria a par exemple transféré chaque année au reste du monde des revenus équivalents en moyenne à 22,8% de son PIB. Pour le Nigéria, le chiffre correspondant est de 8,8%. Ce qui est d autant plus alarmant que ce sont là deux pays très pauvres. Par comparaison, on obtient 0,1% pour la Chine et 0,7% pour l Inde. Que les pays pauvres soient des exportateurs nets de capitaux est une donnée du système capitaliste qui est bien connue et qui s est rarement démentie. Dans le cas de l Afrique de l Ouest, et celui de l Afrique plus généralement, le fait inquiétant est que les transferts nets de revenus ont eu tendance à augmenter durant cette dernière décennie pour les pays riches en ressources naturelles et au moment où la croissance économique est devenue plus importante. En effet, le boum des prix des produits primaires semble avoir stimulé d importants transferts de profits. Tableau : Revenu Nets des Facteurs (en % du PIB ; moyenne décennale) Liberia 1,7 1,2 13,9 n.d. 22,8 Nigeria 2 3,6 4,6 8,3 8,8 Guinea n.d. n.d. 3,4 7,4 Gambie n.d. 0,8 3,2 3,1 7,2 Côte d'ivoire 2,4 3,6 8,5 9,7 5 Sierra Leone n.d. 2,4 3,9 6,8 3,4 Mali n.d. 0,6 1,7 1,2 3,2 Guinée-Bissau n.d. 1,6 1,5 6,2 3,1 Cap-Vert n.d. n.d. n.d. 0,7 2,5 Ghana 1,6 0,9 1,4 2 1,6 Togo 0,6 1,7 4,3 2,4 1,3 Sénégal n.d. 2,4 3,9 2,5 1,2 Benin 0,3 0,2 1,5 1,8 1 Burkina Faso -0,4 0,6 0,4 0,3 0,4 Niger 0,2 0,7 2,2 1,7-0,2 Source : calculs de l auteur basés sur la Banque Mondiale ; n.d. = non disponible Les profits transférés dans le cadre des Investissements Directs étrangers (IDE) sont une composante du Revenu Net des Facteurs. En regardant les données existantes à ce sujet, on obtient une image conforme à ce qui vient d être dit. L Afrique de l Ouest est une région très profitable pour le capital international. Entre 2000 et 2008, le Nigéria a par exemple reçu 40,7 milliards de dollars au titre de l IDE. Sur la même période, les profits transférés s élevaient à 51,9 milliards de dollars. Autrement dit, pour chaque nouveau dollar qui a été investi au Nigeria durant cette période, 1,27 dollar a été transféré à l étranger sous forme de 12

13 profit, soit un taux d extraction de 127%. Eu égard à cet indicateur, le Mali et la Côte d Ivoire sont les pays de la zone les plus profitables pour le capital étranger. Par contre, le Libéria semble être le pays le moins profitable de la zone. A titre de comparaison, on obtenait pour cette même période un taux d extraction de 35-40% pour la Chine et 38% environ pour l Inde. Ce qui montre, malgré la rhétorique de la «bonne gouvernance», que les pays africains sont un véritable réservoir de profits pour le système économique mondial. Tableau : Flux d IDE entrants et Transferts de Profits au titre de l IDE (2000-8) Transferts de Profits (en million de dollars) Flux IDE entrants - CNUCED (en million de dollars) Taux d'extraction Taux d'extraction (basé sur les flux d'ide entrants - Banque Mondiale) 1 2 (%) (%) (1)/(2) Mali ,6 140,6 Côte d'ivoire ,1 130,8 Nigeria ,4 155,4 Sierra Leone ,3 73,5 Senegal ,5 69,2 Togo ,7 60,1 Gambia ,5 49,1 Ghana ,7 16,8 Benin ,2 21,5 Cape Verde ,6 15,2 Niger ,4 Liberia ,7 8,1 Source : calculs de l auteur basés sur la Banque Mondiale (transferts de profits, Flux IDE entrants) et la CNUCED (Flux IDE entrants). Le défi environnemental : Telle qu elle est mesurée de nos jours, la croissance économique ne prend pas en compte d un côté le fait que certaines ressources sont limitées voire non renouvelables et de l autre que les progrès économiques en eux-mêmes ont parfois un impact destructeur sur l environnement. Si bien que le PIB et le PNB sont de plus en plus perçus comme des indicateurs limités du bien-être voire de la richesse véritable des nations. Dans la plupart des pays pauvres, la croissance économique enregistrée a souvent eu pour contrepartie une sérieuse déplétion et dégradation des ressources naturelles. La production augmente mais le niveau de vie des populations devient de moins en moins soutenable sur le long terme du fait des inégalités économiques et de leurs répercussions environnementales. En Afrique de 13

14 l Ouest, ceci semble être le cas par exemple de pays comme le Nigéria, le Niger, le Togo et le Mali. D où le besoin de développer de nouveaux indicateurs qui prennent en compte ces données écologiques majeures. D où également, sur un volet plus pratique, la nécessité de promouvoir une meilleure gestion des ressources environnementales ainsi qu un nouveau rapport à la consommation. L Afrique, région fortement dépendante de l agriculture, est plus que jamais confrontée au défi du changement climatique. Références Banque Mondiale, Where is the Wealth of Nations? Banque Mondiale, Conférence des Nations-Unies pour le Commerce et le Développement (CNUCED), Manuel des Statistiques de la CNUCED, New York et Genève, Conférence des Nations-Unies pour le Commerce et le Développement (CNUCED), Les pays les moins avancés. Rapport L État et la gouvernance du développement, Nations-Unies, New York et Genève, FAO, Liste 2012 des pays à faible revenu et à déficit vivrier, Global Footprint Network (GFN) The Ecological Wealth of Nations, Sylla, Ndongo Samba, La croissance économique en Afrique ( ) : particularités, dynamiques et déterminants, manuscrit non publié. United Nations Development Program (UNDP), Human Development Report 2011 Sustainability and Equity: A Better Future for All, UNDP, New York, Base de données Banque Mondiale, Indicateurs de développement mondial databank.worldbank.org CNUCED Statistiques en ligne de la CNUCED - Nations-Unies, World Population Prospects, Département des Affaires Economiques et Sociales, voir : 14

Croissance et développement en Afrique subsaharienne

Croissance et développement en Afrique subsaharienne Croissance et développement en Afrique subsaharienne Thèmes La création de richesses et la croissance économique 2.1 Les finalités de la croissance Le développement économique 2.2 La dynamique de la croissance

Plus en détail

PLAN DE PRESENTATION. Introduction. Etat des lieux du système énergétique en Afrique: Cas de l Afrique de l Ouest

PLAN DE PRESENTATION. Introduction. Etat des lieux du système énergétique en Afrique: Cas de l Afrique de l Ouest Conférence Partager le Savoir à travers la Méditerranée (7) E. HOUNGNINOU Tunis, le 18 Mai 2012 Introduction Etat des lieux du système énergétique en Afrique: Cas de l Afrique de l Ouest PLAN DE PRESENTATION

Plus en détail

Inégalité des Sexes, Pauvreté, et Santé en Afrique subsaharienne: Cadre Analytique

Inégalité des Sexes, Pauvreté, et Santé en Afrique subsaharienne: Cadre Analytique Inégalité des Sexes, Pauvreté, et Santé en Afrique subsaharienne: Cadre Analytique Pistes pour améliorer les résultats en matière de santé Résultats Résultats de santé Ménages et communautés Comportements

Plus en détail

Note de Synthèse. Politiques Sociales. exclusion sociale. inégalité. politiques. Droit des Enfants

Note de Synthèse. Politiques Sociales. exclusion sociale. inégalité. politiques. Droit des Enfants inégalité Note de Synthèse Février 29 Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté sécurité exclusion sociale Politiques Sociales protection sociale atteindre les OMD stratégies politiques

Plus en détail

Benchmark sur le tarif de connexion Internet

Benchmark sur le tarif de connexion Internet Autorité de Réglementation des secteurs de Postes et de Télécommunications REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail - Liberté - Patrie Benchmark sur le tarif de connexion Internet DAJR/Service réglementation et études

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs LA POLITIQUE AGRICOLE DE l UEMOA: un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs Plan de l exposé 1. Un rappel sur l espace UEMOA et sur le Traité 2. L importance

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

Note de synthèse de l étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire»

Note de synthèse de l étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire» Note de synthèse de l étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire» L étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire» a été publiée en avril 2013 dans les Cahiers de l Afrique de l Ouest de l OCDE/CSAO.

Plus en détail

Système Qualité de l Afrique de l Ouest

Système Qualité de l Afrique de l Ouest Système de l Afrique de l Ouest VISER L EXCELLENCE PAR LA QUALITÉ Appui à la mise en œuvre politique qualité CEDEAO Contexte Après une première phase réussie de 2001 à 2005, la deuxième phase du Programme

Plus en détail

[ENFANTS NON SCOLARISÉS : DE

[ENFANTS NON SCOLARISÉS : DE [ENFANTS NON SCOLARISÉS : DE NOUVELLES DONNÉES SOULIGNENT LES DÉFIS PERSISTANTS Cette fiche d information présente de nouvelles données relatives à l année scolaire qui s est achevée en sur le nombre d

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

PRESENTATION DES CONCLUSIONS PRELIMINAIRES DE L ANALYSE DES CONTRAINTES A L INVESTISSEMENT PRIVE ET A LA CROISSANCE ECONOMIQUE

PRESENTATION DES CONCLUSIONS PRELIMINAIRES DE L ANALYSE DES CONTRAINTES A L INVESTISSEMENT PRIVE ET A LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1 PRESENTATION DES CONCLUSIONS PRELIMINAIRES DE L ANALYSE DES CONTRAINTES A L INVESTISSEMENT PRIVE ET A LA CROISSANCE ECONOMIQUE 2 L analyse des contraintes à l investissement privé et à la croissance

Plus en détail

Rabat, le 20 mars 2014

Rabat, le 20 mars 2014 المملكة المغربية Royaume du Maroc المرجع : Rabat, le 20 mars 2014 Durant les dix dernières années, les flux d investissements directs étrangers réalisés en Afrique ont enregistré, selon les données de

Plus en détail

Andréas ANTONIOU, Deputy Director, Division des Affaires économiques (Commonwealth)

Andréas ANTONIOU, Deputy Director, Division des Affaires économiques (Commonwealth) 4.2 Initiatives PPTE : ou en est on? Andréas ANTONIOU, Deputy Director, Division des Affaires économiques (Commonwealth) INTRODUCTION : L INITIATIVE PPTE Alors que les emprunts extérieurs constituent souvent

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie de mobilisation de ressources

Plus en détail

La Côte d Ivoire: Carrefour régional du commerce. Les solutions d une banque panafricaine. Etat des lieux, Opportunités et Défis

La Côte d Ivoire: Carrefour régional du commerce. Les solutions d une banque panafricaine. Etat des lieux, Opportunités et Défis La Côte d Ivoire: Carrefour régional du commerce Les solutions d une banque panafricaine Etat des lieux, Opportunités et Défis Edward George, Directeur de Recherche des Matières Premières Agricoles 26

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie d intervention dans le secteur

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 07/10/2014 à 08:46:35 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA

NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA 1 MGE CONSEIL 2 NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA L Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) est une organisation de l Afrique de l ouest, qui a comme mission la réalisation de l'intégration

Plus en détail

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres 33 % de nouvelles infections à VIH en moins depuis 2001 29 % de décès liés au sida en moins (adultes et enfants) depuis 2005 52 % de nouvelles infections à VIH en moins

Plus en détail

ETUDE SUR LE GENRE AU SAHEL : LES CONDITIONS SOCIO- ECONOMIQUES DES FEMMES DANS LA REGION DU SAHEL

ETUDE SUR LE GENRE AU SAHEL : LES CONDITIONS SOCIO- ECONOMIQUES DES FEMMES DANS LA REGION DU SAHEL ETUDE SUR LE GENRE AU SAHEL : LES CONDITIONS SOCIO- ECONOMIQUES DES FEMMES DANS LA REGION DU SAHEL AVIS À MANIFESTATION D INTÉRÊT (SERVICES DE CONSULTANT) BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Département

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition. Synthèse du projet de rapport. (travaux en cours)

Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition. Synthèse du projet de rapport. (travaux en cours) Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition Synthèse du projet de rapport (travaux en cours) Au vu de l urgente nécessité d accroître les investissements dans l agriculture,

Plus en détail

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Guinée Guinée Bissau

Plus en détail

Le commerce en Afrique de l Ouest. Dr Cheikh Tidiane DIEYE Directeur du CACID Réseau EndaTiers Monde cdieye@endatiersmonde.org

Le commerce en Afrique de l Ouest. Dr Cheikh Tidiane DIEYE Directeur du CACID Réseau EndaTiers Monde cdieye@endatiersmonde.org Le commerce en Afrique de l Ouest Dr Cheikh Tidiane DIEYE Directeur du CACID Réseau EndaTiers Monde cdieye@endatiersmonde.org ENVIRONNEMENT DU COMMERCE Un marché régional porteur avec une population de

Plus en détail

ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCHANGÉES PAR LES PAYS DE LA ZONE FRANC

ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCHANGÉES PAR LES PAYS DE LA ZONE FRANC BDF-DGEI-COMOZOF CONFIDENTIEL Le 7 septembre z- / J. Legrand C. Courtin ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCHANGÉES PAR LES PAYS DE LA ZONE FRANC En, le ralentissement économique observé dans

Plus en détail

La diversité du Sud. source template www.indezine.com + www.le-shaker.fr source gif www.3dpixs.com. Marie Desmares

La diversité du Sud. source template www.indezine.com + www.le-shaker.fr source gif www.3dpixs.com. Marie Desmares La diversité du Sud source template www.indezine.com + www.le-shaker.fr source gif www.3dpixs.com Les pôles de prospérité du Sud A quels continents appartiennent la plupart des «pays émergents»? Les Nords

Plus en détail

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 27/05/2015 à 17:53:19 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE MINISTRE

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES Avril 2014 TDR pour le renforcement du Service Juridique de la BIDC Page - 1 - I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION La BIDC,

Plus en détail

LE TRAFIC GLOBAL DE MARCHANDISES DANS LES DIFFERENTS PORTS DE CÔTE D IVOIRE

LE TRAFIC GLOBAL DE MARCHANDISES DANS LES DIFFERENTS PORTS DE CÔTE D IVOIRE LE TRAFIC GLOBAL DE MARCHANDISES DANS LES DIFFERENTS PORTS DE CÔTE D IVOIRE LE TRAFIC GLOBAL PAR PORT Le trafic global des marchandises des ports d'abidjan et de San Pedro, au cours des 12 mois de l année

Plus en détail

IMPACT DE LA CRISE FINANCIÈRE ET ÉCONOMIQUE MONDIALE SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS

IMPACT DE LA CRISE FINANCIÈRE ET ÉCONOMIQUE MONDIALE SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS IMPACT DE LA CRISE FINANCIÈRE ET ÉCONOMIQUE MONDIALE SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS 2009 Bureau du Haut-Représentant pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petits

Plus en détail

STATISTIQUE DU COMMERCE EXTERIEUR DE L UEMOA

STATISTIQUE DU COMMERCE EXTERIEUR DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission STATISTIQUE DU COMMERCE EXTERIEUR DE L UEMOA PERIODE : 2002-2013 - 1 - Email : commission@uemoa.int Site Internet : www.uemoa.int et www.izf.net

Plus en détail

Document d information SOMMAIRE CONTEXTE... 1 3 PROGRÈS RÉALISÉS... 4 15 MESURES PROPOSÉES... 16 17

Document d information SOMMAIRE CONTEXTE... 1 3 PROGRÈS RÉALISÉS... 4 15 MESURES PROPOSÉES... 16 17 6 septembre 2013 COMITÉ RÉGIONAL DE L AFRIQUE ORIGINAL : ANGLAIS Soixante-troisième session Brazzaville, République du Congo, 2 6 septembre 2013 Point 20.4 de l ordre du jour MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION-CADRE

Plus en détail

Expert Meeting on CYBERLAWS AND REGULATIONS FOR ENHANCING E-COMMERCE: INCLUDING CASE STUDIES AND LESSONS LEARNED. 25-27 March 2015

Expert Meeting on CYBERLAWS AND REGULATIONS FOR ENHANCING E-COMMERCE: INCLUDING CASE STUDIES AND LESSONS LEARNED. 25-27 March 2015 Expert Meeting on CYBERLAWS AND REGULATIONS FOR ENHANCING E-COMMERCE: INCLUDING CASE STUDIES AND LESSONS LEARNED 25-27 March 2015 Expérience de la CEDEAO By Raphael Koffi Economic Community of West African

Plus en détail

NOTE DU BCC SUR LA COOPERATION AGRICOLE

NOTE DU BCC SUR LA COOPERATION AGRICOLE AGRICULTURE OIC/COMCEC/30-14/D(30) NOTE DU BCC SUR LA COOPERATION AGRICOLE BUREAU DE COORDINATION DU COMCEC Novembre 2014 COMCEC COORDINATION OFFICE November 2014 NOTE SUR LA COOPERATION AGRICOLE L agriculture

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN AFRIQUE: BILAN, PERSPECTIVES ET CHOIX DES POLITIQUES ÉCONOMIQUES

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN AFRIQUE: BILAN, PERSPECTIVES ET CHOIX DES POLITIQUES ÉCONOMIQUES UNCTAD/GDS/AFRICA/1 TD/B/48/12 CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN AFRIQUE: BILAN, PERSPECTIVES ET CHOIX DES POLITIQUES ÉCONOMIQUES NATIONS UNIES

Plus en détail

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 06/10/2015 à 11:27:48 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE

Plus en détail

Le Programme des Nations Unies pour le développement L Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche

Le Programme des Nations Unies pour le développement L Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche Le RBA du PNUD et l UNITAR - soutenir les priorités stratégiques de développement de l Afrique Alors que nous nous approchons de la nouvelle année, il est important de méditer ce qui a été accompli. Tout

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Les résultats clés du PQAO. Programme Qualité de l Afrique de l Ouest

Les résultats clés du PQAO. Programme Qualité de l Afrique de l Ouest Les résultats clés du PQAO Programme Qualité de l Afrique de l Ouest LA QUALITE, maître mot du Programme La qualité a été le maître mot du Programme. Une POLITIQUE QUALITE a été formulée, jetant les bases

Plus en détail

Notes d'information et Statistiques

Notes d'information et Statistiques UNION MONETAIRE OUEST AFRICAIN N 512 Mars 2001 ETUDES ET RECHERCHES Notes d'information et Statistiques BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST EVALUATION DE L IMPACT DES CHOCS EXOGENES RECENTS

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt ---------------------------

Appel à manifestation d intérêt --------------------------- Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à manifestation d intérêt ---------------------------

Plus en détail

EDIC MALI. Volet Agriculture

EDIC MALI. Volet Agriculture Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement Division de l'afrique, des pays les moins avancés et des programmes spéciaux ( ALDC ) EDIC MALI Volet Agriculture Moctar BOUKENEM Consultant

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

Afrique subsaharienne Tendances récentes

Afrique subsaharienne Tendances récentes Afrique subsaharienne Tendances récentes Le taux de croissance des économies d Afrique subsaharienne est passé de 5,7 % en 2006 à 6,1 % en 2007, ce qui constitue la progression la plus soutenue que cette

Plus en détail

10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011

10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011 10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011 Ph. Burny 1 2 1 Production céréalière mondiale...2 1.1 Production mondiale de céréales en 2010/2011... 2 1.2 Production mondiale de froment en

Plus en détail

Part de l Afrique dans les Investissements directs

Part de l Afrique dans les Investissements directs Session internationale de formation sur la Finance et l Investissement Part de l Afrique dans les Investissements directs étrangers et Perspectives d avenir Par Dr. Malick SANE Directeur du LAPOCOM Coordonnateur

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE VISIBILITE ET DE POSITIONNEMENT DE LA BIDC A COURT, MOYEN ET LONG TERME

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE VISIBILITE ET DE POSITIONNEMENT DE LA BIDC A COURT, MOYEN ET LONG TERME TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE VISIBILITE ET DE POSITIONNEMENT DE LA BIDC A COURT, MOYEN ET LONG TERME Avril 2014 TDR pour l étude de visibilité et de positionnement de la BIDC

Plus en détail

MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE

MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE AAI Comité Afrique UNE MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE 28 Mai Tallinn, Estonie L Afrique un continent multiforme : Arabe Français anglais portugais Divisé, en trois, zones 1 - Le Maghreb ou l Afrique du Nord

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Vingt-neuvième réunion Le 12 avril 2014 Déclaration de M. Akagha-Mba, Ministre de l Économie et de la Prospective, Gabon Représentant les pays suivants : Bénin,

Plus en détail

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire (source abidjan.net) La Ministre auprès du Premier Ministre chargée

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

3 ème FORUM AFRIQUE MOCI/CIAN/CCIP IdF2014. Potentiel, Risque et Concurrence en Afrique Une cartographie exclusive TAC.

3 ème FORUM AFRIQUE MOCI/CIAN/CCIP IdF2014. Potentiel, Risque et Concurrence en Afrique Une cartographie exclusive TAC. 3 ème FORUM AFRIQUE MOCI/CIAN/CCIP IdF2014 Potentiel, Risque et Concurrence en Afrique Une cartographie exclusive TAC 31 Janvier 2014 1 Potentiel, risque et concurrence en Afrique: une cartographie exclusive

Plus en détail

9. Évolution du marché mondial du blé au cours des cinquante dernières années

9. Évolution du marché mondial du blé au cours des cinquante dernières années 9. Évolution du marché mondial du blé au cours des cinquante dernières années Fr. Terrones Gavira 1 et Ph. Burny 2 1 Introduction... 2 2 Production... 3 3 La consommation... 4 3.1 Utilisation... 4 3.2

Plus en détail

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Algérie Université A-Mira-Bejaia, Algérie La société de l information dans le monde: Etat des lieux et perspectives Introduction L avènement des nouvelles technologies

Plus en détail

Welcome to AGRHYMET. Dr Abdou ALI, Expert hydrologue, Centre Régional AGRHYMET, Niamey, Niger a.ali@grhymet.ne

Welcome to AGRHYMET. Dr Abdou ALI, Expert hydrologue, Centre Régional AGRHYMET, Niamey, Niger a.ali@grhymet.ne L information hydroclimatique en Afrique de l Ouest, base de la maîtrise de l eau pour la Sécurité alimentaire Welcome to AGRHYMET Dr Abdou ALI, Expert hydrologue, Centre Régional AGRHYMET, Niamey, Niger

Plus en détail

Profils-pays de la fiscalité des produits du tabac dans la CEDEAO : SYNTHÈSE RÉGIONALE. Abidjan, Côte d Ivoire, 12 Février 2014

Profils-pays de la fiscalité des produits du tabac dans la CEDEAO : SYNTHÈSE RÉGIONALE. Abidjan, Côte d Ivoire, 12 Février 2014 Profils-pays de la fiscalité des produits du tabac dans la CEDEAO : SYNTHÈSE RÉGIONALE Abidjan, Côte d Ivoire, 12 Février 2014 Objectifs et Enjeux Objectifs Décrire et analyser les fondements, la pratique

Plus en détail

2 ÈME CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE L ATAF SUR LA FISCALITÉ EN AFRIQUE

2 ÈME CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE L ATAF SUR LA FISCALITÉ EN AFRIQUE 2 ÈME CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE L ATAF SUR LA FISCALITÉ EN AFRIQUE THEME: RÉDUIRE LES FLUX FINANCIERS ILLICITES EN AFRIQUE PAR LE BIAIS DE LA COOPÉRATION INTELLIGENTE. PAR DR IBRAHIMA AIDARA MANAGER

Plus en détail

ÉTUDE SUR L ÉCONOMIE VERTE EN AFRIQUE DE L OUEST

ÉTUDE SUR L ÉCONOMIE VERTE EN AFRIQUE DE L OUEST BUREAU SOUS-RÉGIONAL POUR L AFRIQUE DE L OUEST ÉTUDE SUR L ÉCONOMIE VERTE EN AFRIQUE DE L OUEST Renforcement des capacités des pays ouest-africains en économie verte pour l atténuation des changements

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Auteurs : Abdoulaye DIAGNE et Abdou-Aziz NIANG Introduction Ceci devrait contribuer à réduire l écart entre

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

Dispositions prises par la Commission pour l allègement du dispositif fiscal, la promotion de la sécurité sociale et de l initiative privée

Dispositions prises par la Commission pour l allègement du dispositif fiscal, la promotion de la sécurité sociale et de l initiative privée COMMISSION DE L UNION ECONOMIQUE ET MONÉTAIRE OUEST-AFRICAINE (UEMOA) -------- Dispositions prises par la Commission pour l allègement du dispositif fiscal, la promotion de la sécurité sociale et de l

Plus en détail

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement 5 objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 13 Objectif Mettre en place un partenariat mondial pour le développement La crise financière mondiale et les turbulences de la zone euro continuent

Plus en détail

Suivi des processes de développement de l agriculture ouest africaine et de ses performances: une analyse comparative

Suivi des processes de développement de l agriculture ouest africaine et de ses performances: une analyse comparative Système régional d analyse stratégique et de gestion de connaissances (ReSAKSS) ReSAKSS- AO RAPPORT 2010 SUR LES TENDANCES ET PERSPECTIVES DU SECTEUR AGRICOLE Décembre 2012 Suivi des processes de développement

Plus en détail

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE 11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE CHINOISE Chine Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 1 367,8 PIB (en G$ US courants) 10 380,4 PIB par habitant (en $ US courants) 7 589,0

Plus en détail

Appel à candidature Bourses AWARD

Appel à candidature Bourses AWARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à candidature Bourses AWARD Ouverture de

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2014. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2014. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2014 asdf Nations Unies New York, 2014 Résumé Les perspectives macro-économiques mondial La croissance mondiale a été plus faible que prévue en 2013, mais

Plus en détail

Les territoires dans la mondialisation

Les territoires dans la mondialisation Les territoires dans la mondialisation G5. Les Etats-Unis dans la mondialisation I. Nike, une entreprise à la conquête du monde Comment s est construite la première marque de vêtements au monde? A. Une

Plus en détail

Par Claude d Almeida, mai 2012.

Par Claude d Almeida, mai 2012. 1 er FORUM ÉCONOMIQUE DU PATRONAT IVOIRIEN Thème : «MÉCANISMES INNOVANTS ET ALTERNATIFS DE FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVÉ» Par Claude d Almeida, mai 2012. CLAUDE D ALMEIDA, CONSULTANT ANCIEN STATISTICIEN

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Moyen-Orient et Afrique du Nord. Octobre 2015

Perspectives économiques régionales Moyen-Orient et Afrique du Nord. Octobre 2015 Perspectives économiques régionales Moyen-Orient et Afrique du Nord Octobre 215 1 Feuille de route Environnement mondial Thèmes régionaux Exportateurs et importateurs de pétrole de la région MOANAP 2 Perspectives

Plus en détail

Figure 17 : Taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans, 1990, 2008 et 2015 (cible)

Figure 17 : Taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans, 1990, 2008 et 2015 (cible) Objectif 4 : Réduire la mortalité des enfants de moins de cinq ans Cible 4A Réduire de deux tiers, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans L Afrique continue de marquer

Plus en détail

Clos en juin 2013, le 20 ème cycle de perfectionnement en gestion des organismes sociaux

Clos en juin 2013, le 20 ème cycle de perfectionnement en gestion des organismes sociaux La protection sociale des enfants en Afrique en 4 exemples : des avancées prometteuses? Raynal Le May, Directeur de la CAF de l Essonne Clos en juin 2013, le 20 ème cycle de perfectionnement en gestion

Plus en détail

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011.

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011. Document final des consultations régionales sur le programme de développement après-2015 Contexte Partout dans le monde, les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ont généré des actions de

Plus en détail

1.1.2. L évolution des cours des matières premières exportées par les pays de la Zone franc

1.1.2. L évolution des cours des matières premières exportées par les pays de la Zone franc 1.1.2. L évolution des cours des matières premières exportées par les pays de la Zone franc En 8, les cours des matières premières, à l exception du nickel, ont enregistré à nouveau, en annuelle, une progression

Plus en détail

La question sociale globale et les migrations. Présentation de Jean Michel Severino aux semaines sociales, 28 Novembre 2010

La question sociale globale et les migrations. Présentation de Jean Michel Severino aux semaines sociales, 28 Novembre 2010 La question sociale globale et les migrations Présentation de Jean Michel Severino aux semaines sociales, 28 Novembre 2010 1. Nous connaissons un moment sans précédent de victoire contre la pauvreté 2.

Plus en détail

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin FIDA/E. Piquion Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin La pauvreté rurale à Bénin Situé en Afrique de l Ouest, le Bénin couvre une superficie d environ 110

Plus en détail

Les retraités non salariés agricoles

Les retraités non salariés agricoles Les retraités non salariés agricoles Patrick Le Bourhis et Céline Perraud* Au 1 er janvier 25, 1,9 million de personnes bénéficient d un avantage vieillesse auprès du régime des non-salariés agricoles,

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

Métaux industriels. Pétrole

Métaux industriels. Pétrole Nous sous-pondérons les matières premières les plus cycliques (métaux industriels et pétrole). Mais nous considérons toujours l or et les autres métaux précieux comme des valeurs refuge. Les matières premières

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

Voici pourquoi les indicateurs de croissance explosive de l Afrique sont exagérés.

Voici pourquoi les indicateurs de croissance explosive de l Afrique sont exagérés. Voici pourquoi les indicateurs de croissance explosive de l Afrique sont exagérés. Des taux de croissance élevés et l augmentation de l investissement étranger en Afrique laissent entendre au grand public

Plus en détail

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal)

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal) Classement Doing Business (Les performances du ) Secrétariat du Conseil Présidentiel de l Investissement 52-54, rue Mohamed V, BP 430, CP 18524, Dakar Tél. (221) 338.49.05.55 - Fax (221) 338.23.94.89 Email

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN VUE D ASSISTER

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN VUE D ASSISTER 128, Boulevard du 13 janvier BP : 2704 Lomé Togo Tél. : (228) 22 21 68 64 Fax. : (228) 22 21 86 84 bidc@bidc-ebid.org www.bidc-ebid.org TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN

Plus en détail

MISE À JOUR DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE

MISE À JOUR DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE MISE À JOUR DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE L AGRICULTURE POUR LE QUÉBEC Préparée pour l Union des producteurs agricoles 31 octobre 2014 Siège social : 825, rue Raoul-Jobin, Québec (Québec) Canada, G1N 1S6

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail