Un Aperçu de la Situation de l'assainissement en Afrique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un Aperçu de la Situation de l'assainissement en Afrique"

Transcription

1 Un Aperçu de la Situation de l'assainissement en Afrique Extrait de Un Aperçu de la Situation de l Eau Potable et de l'assainissement en Afrique Une perspective régionale s'appuyant sur des données récentes du Programme Conjoint de Suivi de l'approvisionnement en Eau et de l Assainissement de l'oms/unicef Préparé pour l'amcow comme contribution au 11 ème Sommet des Chefs d Etat et de Gouvernement de l l'union Africaine Sur le thème : Réalisation des Objectifs du Millénaire concernant l'eau et l'assainissement 30 juin au 1er juillet 2008 Conseil des Ministres Africains de l Eau

2 L'UNICEF et l'organisation Mondiale de la Santé, 2008 Tous droits réservés. Les désignations employées et le matériel présenté dans ce document n'impliquent pas l'expression d'une quelconque opinion que ce soit de la part de l'unicef ou de l'organisation Mondiale de la Santé concernant le statut juridique d'un quelconque pays, territoire, ville ou région ou de ses autorités, ou concernant la délimitation de ses frontières. Les lignes en pointillées sur les cartes représentent les frontières approximatives pour lesquelles il n'y aurait pas encore d'accord complet. Les définitions d indicateurs et les estimations démographiques utilisées pour le suivi des OMD diffèrent parfois de ceux qui sont utilisés par les gouvernements nationaux, ce qui explique que les estimations de couverture présentées dans ce rapport puissent être différentes de celles qui sont utilisées au niveau national, même lorsqu elles reposent sur les mêmes sources de données. L UNICEF et l Organisation Mondiale de la Santé ne garantissent pas que les informations contenues dans ce document sont complètes et correctes et ne seront pas responsables de dommages subis suite à leur utilisation. L UNICEF et l Organisation Mondiale de la Santé accueillent favorablement les demandes d autorisation de reproduire, de traduire leurs publications que ce soit pour la vente ou la distribution non commerciale. Les demandes d autorisation et de renseignements devront être adressées à l UNICEF, Division de la Communication, 3 United Nations Plaza, New York 10017, USA (fax: ; or to WHO, Bureau des Publications, 20 Avenue Appia, 1211 Genève 27, Suisse (tel: ; fax: ; Les données utilisées dans ce document peuvent être révisées. Imprimé au Caire, Egypt En couverture : UNICEF/HQ /Giacomo Pirozzi (en bàs), UNICEF/HQ /Giacomo Pirozzi (en haut)

3 Préface La bonne information au moment opportun, reste l élément primordial pour la prise de décision. Le présent document, tableau synoptique de la situation globale de l eau et de l assainissement en Afrique, élaboré par le Programme de Contrôle Conjoint (JMP) de l OMS et l UNICEF, est une véritable compilation de données nécessaires et indispensables pour apprécier la situation du continent en matière de besoins et de défis à relever dans ce secteur vital. Ce document vient à point nommé non seulement parce qu il présente la situation actuelle, la veille du Sommet de l Union Africaine sur ce sujet, mais surtout parce qu il montre qu à michemin de l échéance de 2015 pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), la situation globale de l eau et de l assainissement reste préoccupante en Afrique. Le risque est encore plus grand, avec la poussée démographique des villes et les variabilités climatiques. Malgré les efforts consentis par quelques pays, l Afrique compte encore environ 340 millions de personnes n ayant pas encore accès à l eau potable et 580 millions qui n ont pas accès à l assainissement, et 26 pays seulement pourront atteindre les objectifs du millénaire pour l eau, et 6 pays seulement pour l assainissement, si rien de significatif n est fait d ici Le Conseil des Ministres Africains de l Eau (AMCOW) mesure l ampleur de la situation. C est pourquoi, en collaboration avec ses partenaires, il a organisé et tenu la Conférence régionale sur l Assainissement et l Hygiène en février 2008 en Afrique du Sud et la Première Semaine Africaine de l Eau en mars 2008 à Tunis. Les déclarations et les plans d actions d ethkwini et de Tunis, issus de ces deux évènements de haut niveau, constituent un engagement fort du continent et de ses partenaires. AMCOW félicite l OMS et l UNICEF pour leurs efforts infatigables en faveur de l eau et de l assainissement en général et pour ce travail de qualité dont la publication servira de tableau de bord pour l ensemble des acteurs du secteur, en général, en particulier pour les Chefs d Etat et de gouvernement qui doivent se réunir en juillet 2008 en Egypte et pourquoi pas pour les pays du G8, dont la rencontre est prévue en juillet au Japon. Aussi, sommes-nous convaincus qu avec l engagement de tous, les prochaines éditions de ce document présenteront une situation de plus en plus améliorée de l Afrique à tous les niveaux (local, national et régional), vers l atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement en général, et en particulier pour l accès à l eau et à l assainissement. Bruno Jean Richard ITOUA Ministre de l Energie et de l Hydraulique du Congo, Président du Conseil des Ministres Africains de l Eau (AMCOW).

4 Table des Matières Avant-propos Introduction. Objectif de l aperçu.... Définitions de l accès à l eau potable et à l assainissement.. Accès à l assainissement Faits et chiffres de base.. Accès à l assainissement Niveau d assainissement.... Disparités de la couverture en assainissement entre le milieu urbain et et le milieu rural... Afrique n est pas en bonne voie de réaliser l objectif d assainissement des OMD... Méthodologie du JMP. Situation actuelle de l assainissement en coup d œil

5 Un Aperçu de la Situation de l Eau potable et de l Assainissement en Afrique Introduction Les principales fonctions du Conseil des Ministres Africains de l Eau (AMCOW) consistent à faciliter la coopération régionale et internationale au moyen de la coordination des politiques et des actions entre les pays africains concernant les questions relatives aux ressources en eau; à réexaminer et mobiliser des financements supplémentaires pour les secteur de l eau en Afrique; et à fournir un mécanisme pour le suivi des progrès dans la mise en œuvre des principales initiatives régionales et mondiales en matière de ressources en eau, d approvisionnement en eau et d assainissement. Le Programme Conjoint de Suivi (JMP) de l Approvisionnement en Eau et de l Assainissement de l OMS/UNICEF est le mécanisme officiel des Nations Unies, chargé du suivi des progrès en vue de l atteinte de l OMD 7c portant sur l eau potable et l assainissement. Le JMP publie tous les deux ans une mise à jour des estimations de la couverture considérant divers types de sources d eau potable et d installations sanitaires utilisés dans le monde entier. Objectif de l aperçu Ce document a été élaboré par le JMP pour l AMCOW comme contribution au Sommet de l Union Africaine, 30 juin - 2 juillet 2008, dont le thème est l approvisionnement en eau et l assainissement. Il contient de nouvelles estimations de couverture en eau et assainissement en Afrique s appuyant sur les estimations les plus récentes du JMP (2006). Ce document fournit des informations sur les populations qui utilisent une source améliorée d eau de boisson et un assainissement de base. Ces informations sont désagrégées par sous régions et par milieu urbain et rural. Il détaille en outre, les progrès réalisés par l Afrique par rapport aux Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) relatifs à l approvisionnement en eau potable et à l assainissement (objectif 7c). Les estimations présentées dans ce document sont tirées de données rassemblées par les Offices nationaux de statistiques et d autres institutions concernées par le biais de recensements nationaux et d enquêtes représentatives à l échelle nationale auprès des ménages, y compris, les enquêtes démographiques et de santé (EDS), les enquêtes en grappe à indicateurs multiples (MICS) et les enquêtes mondiales sur la santé. Définitions de l accès à l eau potable et à l assainissement L objectif 7c des OMD demande aux pays de «réduire de moitié, d ici 2015, la proportion de la population qui n a pas accès de façon durable à l eau potable et à l assainissement de base. Les indicateurs utilisés dans ce document pour évaluer la proportion de personnes ayant un accès durable à l eau de boisson saine et à l assainissement de base sont les indicateurs officiels des OMD: La proportion de la population utilisant une source d eau améliorée,en milieu urbain et rural. La proportion de la population urilisant une installation sanitaire améliorée, en milieu urbain et rural. Une source d eau potable améliorée se définit comme une source qui, par le caractère de son aménagement ou au moyen d intervention active, est protégée de la contamination externe, en particulier de la contamination fécale. Pour permettre une comparaison internationale des estimations, le JMP utilise la classification suivante pour différencier une source d eau «améliorée» d une source «non améliorée». Sources d eau potable améliorées Eau courante à domicile, dans un terrain ou dans une cour Robinet public/fontaine publique Puits tubé/forage Puits creusé protégé Source protégée Collecte d eau de pluie Sources d eau potable non améliorées Puits creusé non protégé Source non protégée Charrette avec citerne/fût Camion citerne Eau de surface (rivière, barrage, lac, mare, cours d eau, canal, canal d irrigation) Eau en bouteille 1 1 L eau en bouteille est considérée améliorée que lorsque les ménages utilisent l eau d une autre source améliorée pour la cuisine et l hygiène personnelle; là où cette information n est pas disponible, l eau en bouteille est classée au cas par cas

6 Un Aperçu de la Situation de l Eau potable et de l Assainissement en Afrique Une installation sanitaire améliorée se définit comme une installation hygiénique qui permet d éviter que l utilisateur et son milieu immédiat n entrent en contact avec les excréta. Pour permettre la comparaison des estimations au niveau international, le JMP utilise la classification suivante pour différencier les types d installation sanitaires «améliorées» de celles qui sont «non améliorées» : Installations sanitaires améliorées 2 Chasse d eau vers: - Un système système d égout avec canalisations - Une fosse septique - Une latrine à fosse Latrine améliorée à fosse ventilée (VIP) Latrine à fosse couverte par une dalle Latrine à compostage Installations sanitaires non améliorées Chasse d eau vers d autres destinations 3 Latrine à fosse non couverte ou fosse ouverte Seau Toilette suspendue ou latrine suspendue Pas d installation ou brousse ou champ (défécation à l air libre) NB: Seuls les utilisateurs de sources d eau de boisson «améliorées» et d installations sanitaires «améliorées» sont considérés par le JMP comme «ayant accès», tel qu énoncé dans l OMD relatif à l eau et à l assainissement. La définition des indicateurs et les estimations de populations utilisées pour le suivi des OMD diffèrent parfois de celles utilisées par les gouvernements. De ce fait, les estimations de couverture présentées dans ce rapport peuvent également être différentes de celles qui sont utilisées au niveau national, même lorsqu elles se réfèrent aux mêmes sources de données. Les estimations de population présentées dans le présent rapport et la répartition urbaine/rurale de la population sont celles qui ont été considérées par la Division de la Population des Nations Unies (révision 2006). Les analyses régionales suivent cinq sous régions géographiques conformément à la classification de la Division de la Population de l ONU, tel que présentée sur le tableau ci-dessous. Afrique centrale Afrique orientale Afrique du Nord Afrique australe Afrique occidentale Angola Cameroun République Centrafricaine Tchad Congo République Démocratique du Congo Guinée équatoriale Gabon Sao Tomé et Principe Algérie Egypte Jamahiriya Arabe Llibyenne Maroc Soudan Tunisie Botswana Lesotho Namibie Afrique du Sud Swaziland Burundi Comores Djibouti Erythrée Ethiopie Kenya Madagascar Malawi Ile Maurice Mozambique Rwanda Seychelles Somalie Ouganda République Unie de Tanzanie Zambie Zimbabwe Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Ghana Guinée Conakry Guinée Bissau Liberia Niger Nigeria Mali Mauritanie Sénégal Sierra Leone Togo 2 Seules les installations qui ne sont pas partagées ou publiques sont considérées comme améliorées. 3 Les excréta sont envoyés dans la rue, une cour ou un terrain, un égout ouvert, un fossé, un canal de drainage ou un autre endroit.

7 Accès à l assainissement Faits et chiffres de base Figure 1: Couverture en installations sanitaires améliorées, Afrique, 2006 Pourcentage de la population utilisant une installation sanitaire améliorée, % 25-50% 51-75% % Pas ou données insuffisantes 360 millions d Africains avaient accès à des installations sanitaires améliorées en La couverture a augmenté de 33% en 1990 à 38% en La population africaine, sans accès à l assainissement a augmenté de 153 millions, passant de 430 millions en 1990 à 583 millions en L augmentation de la couverture ne suit pas le rythme de la croissance démographique. Le taux d augmentation de l accès à l assainissement en Afrique, 153 millions de personnes depuis 1990, est insuffisant pour atteindre l objectif d assainissement des OMD. Dans 38 pays en Afrique, la couverture en assainissement est inférieur 50%. Faits et chiffres de base: en pourcentage Population (millions) Population utilisant un assainissement amélioré Population utilisant des sanitaires en commun Population utilisant un assainissement non amélioré* Population pratiquant la défécation à l air libre Urbain Rural Total Urbain Rural Total Urbain Rural Total Urbain Rural Total Urbain Rural Total % 23% 33% 19% 8% 12% 20% 25% 22% 9% 44% 33% % 26% 36% 22% 9% 14% 18% 26% 22% 7% 39% 28% % 29% 38% 23% 10% 15% 18% 25% 23% 6% 36% 24% %** Faits et chiffres de base: par population Population (millions) Population utilisant un assainissement amélioré Population utilisant des sanitaires en commun Population utilisant un assainissement non amélioré* Population pratiquant la défécation à l air libre (millions) (millions) (millions) (millions) Urbain Rural Total Urbain Rural Total Urbain Rural Total Urbain Rural Total Urbain Rural Total ** * exclut les installations communes et la défécation à l air libre, ** Objectif des ODM

8 Accès à l assainissement Niveau d assainissement Plus de la moitié de la population utilise une installation sanitaire améliorée ou commune; mais une personne sur quatre pratique la défécation à l air libre Figure 3: Evolution de la proportion de la population utilisant une installation sanitaire soit améliorée, soit commune, soit non améliorée, ou pratiquant la défécation à l air libre, par sous région 4, Défécation à l air libre Couverture (pourcentage) Installation non Installation améliorée Commune Installation améliorée Afrique Occidentale Afrique Orientale Afrique Australe Afrique du Nord Toute l Afrique La couverture en assainissement la plus élevée est en Afrique du Nord et la plus basse en Afrique occidentale. La défécation à l air libre en Afrique a chuté de 33% en 1990 à 24% en 2006, bien qu en chiffre absolu, le nombre de personnes pratiquant la défécation à l air libre ait augmenté de 20 millions Près d un quart de la population africaine (228 millions) pratique la défécation à l air libre qui est la pratique sanitaire la plus à risques. Elle est plus répandue en Afrique de l Est malgré une baisse de 43% en 1990 à 33% en % de la population africaine (143 millions) partage un type adéquat d installation sanitaire, alors que les 23% (212 millions) utilisent une installation non améliorée qui ne satisfait pas les normes minimales d hygiène L utilisation d installations sanitaires communes est plus courante en Afrique australe 4 L Afrique Centrale n est pas incluse dans le graphe car les données sont insuffisantes pour estimer d une façon fiable la proportion de la population qui partage une installation sanitaire

9 Disparités de la couverture en assainissement entre milieu urbain et milieu rural Figure 5: Disparité urbaine / rurale en matière d utilisation d installations sanitaires en Afrique, 2006 Urbain Pourcentage de la population utilisant une installation sanitaire améliorée, % 26-50% 51-75% % Pas ou données insuffisantes Rural La couverture en assainissement urbain est de 53 pour cent Depuis 1990, la population urbaine sans accès à l assainissement a augmenté de 73 millions de personnes 85 millions de personnes en milieu urbain partagent une installation sanitaire d un type acceptable 23 millions de personnes en milieu urbain pratiquent la défécation à l air libre Figure 6: Populations urbaines et rurales qui pratiquent la défécation à l air libre, Afrique, Personnes (millions) La couverture en assainissement rural est de 29 pour cent Depuis 1990, la population rurale sans accès à l assainissement a augmenté de 81 millions de personnes 149 millions de personnes en milieu rural utilisent des installations qui ne répondent pas aux normes minimales d hygiène 228 millions de personnes en milieu rural n utilisent aucune installation sanitaire et pratiquent la défécation à l air libre 7 Africains sur 10 sans installations sanitaires vivent en milieu rural Figure 7: Répartition des populations urbaines et rurales en Afrique utilisant les différentes options d assainissement, Afrique urbaine: 195 millions de personnes utilisaient une installation sanitaire améliorée en 2006; 85 autres millions partageaient des sanitaires 0 Urbain Personnes (millions) Afrique rurale: 63 millions de personnes ont eu accès à un assainissement amélioré en 2006; plus de 200 millions pratiquent la défécation à l air libre Personnes (millions) Rural Amélioré Commun Non amélioré Défécation à l air libre Urbain 205 Rural

10 L Afrique n est pas en bonne voie de réaliser l objectif d assainissement des OMD Figure 11: Progrès vers l objectif d assainissement des OMD, par pays, 2006 En bonne voie Progrès, mais insuffisants Pas en voie La couverture en 2006 était de moins de 5% inférieure au taux nécessaire pour atteindre l OMD, soit la couverture est supérieure à 95% La couverture en 2006 était de 5 à 10% inférieur au taux nécessaire pour atteindre l OMD La couverture en 2006 était plus de 10% inférieure au taux nécessaire pour atteindre l OMD, ou la tendance de montre une couverture inchangée ou décroissante. Pas ou données insuffisantes Pas de données suffisantes pour faire une estimation de tendances Pour atteindre l objectif d assainissement des OMD, la couverture devrait s accroître de 38 pour cent en 2006 à 67 pour cent en 2015 Seuls six pays en Afrique sont en bonne voie de réaliser l objectif d assainissement des OMD Pour atteindre la cible d assainissement plus de 400 millions de personnes doivent avoir accès à une installation sanitaire améliorée. Ce qui représente plus que la population actuelle qui y a accès en Afrique. En moyenne, 45 millions d Africains doivent accéder à l assainissement chaque année, jusqu en 2015 Quand l ODM relative à l assainissement sera attaint, 385 millions d Africains n auront pas encore accès à l assainissement Figure 12: Nombre de personnes ayant eu ou devant avoir accès à un assainissement amélioré, et Figure 13: Tendance de la couverture en assainissement et tendance de couverture requise pour atteindre la cible d assainissement des OMD, millions de personnes doivent avoir accès à un assainissement amélioré annuellement Couverture (%) Personnes (millions) Tendance de l'assainissement Tendance requise pour la cible des OMD

11 Le fardeau de la collecte de l eau Les conclusions présentées sur la figure 17 confirme l évidence anecdotique que, lorsque l eau de consommation n est pas disponible au domicile, la responsabilité de la collecte de l eau retombe en grande partie sur les épaules des femmes et cela lui prend généralement un temps considérable. Il est cinq fois plus probable que les femmes africaines aillent chercher de l eau pour le ménage que les hommes. Les études révèlent également que dans 1 ménage sur 7, les enfants (garçons et filles) sont les principaux responsables de la collecte de l eau, et que les filles sont presque deux fois plus susceptibles d être responsables que les garçons. En tout, moins d un cinquième des ménages a signalé que les membres de sexe masculin (hommes et garçons) allaient habituellement à la source pour chercher de l eau. Les femmes en Afrique supportent le fardeau de la collecte de l'eau Filles, 9% Hommes 14% Garçons, 5% Femmes 72% Figure 17: Répartition des membres du ménage qui vont habituellement chercher de l eau en pourcentage: Femmes, hommes, filles et garçons. Source: Enquêtes MICS et DHS de 18 pays africains en 2005 et 2006 Les données de 35 enquêtes récentes auprès des ménages montrent que 18 pour cent de la population subsaharienne dépend d une source d eau améliorée mais qui est située à plus de 30 minutes de marche, aller et retour 5. Afrique subsaharienne Urbain Rural Total Source d eau potable non améliorée Couverture (pourcentage) Source améliorée à plus de 30 minutes de marche (allerretour) Source améliorée d eau potable à moins de 30 minutes de marche (allerretour UNICEF/HQ /Giacomo Pirozzi Figure 18: Couverture, urbaine, rural et totale en sources d eau potable améliorées en 30 et au-delà de 30 minutes de marche et sources améliorées pour l Afrique subsaharienne Source: Sondages MICS, DHS et WHS de 35 pays africains, 2005 et Un aller-retour pour aller chercher de l eau est définit comme allant à la source, faire la queue pour collecter de l eau et revenir;

12 Méthodologie du JMP Le Programme Conjoint de Suivi (JMP) de l'approvisionnement en Eau et de l Assainissement de l'oms/unicef est le mécanisme officiel des Nations Unies chargé d assurer le suivi des progrès en vue de l atteinte de la cible 7c de l OMD concernant l eau potable et l assainissement. Le JMP publie tous les deux ans des mises à jour d estimations de couverture considérant les divers types de sources d eau potable et d installations sanitaires utilisées dans le monde entier. Conformément à la définition de l indicateur des OMD qui stipule «l utilisation d installations améliorées» plutôt que «l accès à des installations améliorées», le JMP mesure et prépare des rapports sur l utilisation réelle des installations. Il convient de noter que les enquêtes auprès des ménages qui servent de référence au JMP mesurent également «l utilisation» et pas «l accès». Eh effet, l accès fait intervenir beaucoup de critères supplémentaires et la mesurabilité de ces critères à l échelle nationale, qui est l échelle requise par le JMP, constitue un énorme défi. Sources de données et base de données des OMD Les estimations de la couverture en eau et en assainissement présentées dans le présent rapport proviennent de données rassemblées par les Offices nationaux de statistiques et d autres institutions concernées par le biais de recensements nationaux, d enquêtes représentatives à l échelle nationale auprès des ménages. Les données d enquêtes utilisées proviennent essentiellement des Enquêtes Démographique et de Santé (EDS), des Enquêtes par grappe à indicateurs multiples (MICS), des Enquêtes de mondiale de la Santé (EMS), des Enquêtes sur les Niveaux de vie et les Mesures (LSMS), des Questionnaires sur les Indicateurs principaux de Bien-être (CWIQ), des Enquête de Santé et de Nutrition, des Enquêtes sur le Budget des Ménages et les Enquêtes sur la Santé de la Reproduction. Les estimations du JMP sont par conséquent fondées sur des données produites et appropriées au niveau national; le JMP rassemble, réexamine et évalue ces enquêtes auprès des ménages et les données des recensements. Estimation démographiques Les estimations démographiques et la proportion de la population vivant en milieu urbain et rural utilisées dans le présent rapport sont les estimations de la Division de la Population des Nations Unies (révision 2006). Ces estimations peuvent être différentes des estimations démographiques au niveau national. Méthodologie pour déduire les estimations de couverture et de progrès vers les OMD Pour chaque pays, les données d enquête et de recensement sont relevées sur une échelle de temps allant de 1980 à ce jour. Un axe de tendance linéaire, fondé sur la méthode des moindres carrés, est tracé à travers ces points de données pour estimer la couverture de 1990 et de Les estimations de la couverture totale reposent sur l ensemble de la population pondéré des nombres de la couverture urbaine et de la couverture rurale, divisé par le nombre total de la population. L analyse des tendances au niveau pays a été faite pour les catégories suivantes: Eau potable - Eau courante à domicile, dans les terrains et les cours - Sources d eau améliorées Assainissement - Installations sanitaires améliorées* - Défécation à l air libre *Les estimations de la couverture pour les installations sanitaires améliorées présentées dans le présent rapport sont diminuées de la proportion de la population partageant un type amélioré d installation sanitaire. Ce ratio (la proportion de la population qui partage une installation sanitaire de type adéquat entre deux ou plus de ménages) obtenu des dernières enquêtes auprès des ménages/recensements est par la suite soustrait des estimations des installations sanitaires améliorées. Ce qui donne les estimations des installations sanitaires communes. Différences avec les estimations nationales de couverture Les définitions d indicateurs et les estimations démographiques utilisées par la JMP diffèrent parfois de celles utilisées par les gouvernements nationaux. Les estimations ont été calculées par le JMP pour assurer la compatibilité entre les pays et dans le temps; elles ne correspondent donc pas nécessairement aux statistiques officielles des Etats concernés qui peuvent utiliser des méthodes alternatives plus rigoureuses.

13 Situation actuelle de l Assainissement en un coup d oeil Couverture en assainissement: Estimations régionales par type d installation sanitaire (1990 et 2006) Région Afrique Afrique subsaharienne Afrique centrale Afrique orientale Afrique du Nord Afrique australe Afrique occidentale Année Total Population (milliers) % Population urbaine Urbain (%) Non amélioré commun amélioré Défécation à l air libre Rural (%) Non amélioré commun amélioré Défécation à l air libre Total (%) Non amélioré commun amélioré Défécation à l air libre Assainissement 360 millions d Africains avaient accès à des installations sanitaires améliorées en la couverture a augmenté de 33% en 1990 à 38% en La couverture sanitaire urbaine est de 53% alors que la couverture rurale n est que de 29%. Depuis1990, la population africaine qui n a pas accès à l assainissement a augmenté de 153 millions pour atteindre 583 millions en Les augmentations en matière de couverture ne suivent pas le rythme de la croissance démographique La défécation à l air libre la pratique la plus à risque a chuté en Afrique de 33% en 1990 à 24% en 2006, bien qu en chiffre absolu, le nombre de personnes pratiquant la défécation à l aire libre ait augmenté de 20 millions Dans 38 pays africains, la couverture en assainissement est inférieure à 50%. 6 pays en Afrique sont en bonne voie de réaliser l OMD relatif à l assainissement. Pour atteindre l OMD relatif à l assainissement, plus de 400 millions de personnes doivent avoir accès pendant la période

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39.

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39. postes de haut-fonctionnaires sont détenus par des femmes 38. Mais dans l ensemble, les avancées enregistrées par les pays africains dans leur progression vers la réalisation d une meilleure parité entre

Plus en détail

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011.

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011. Document final des consultations régionales sur le programme de développement après-2015 Contexte Partout dans le monde, les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ont généré des actions de

Plus en détail

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile ANNEXE 1 Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile Pays Pays où il y a un Pays exigeant Pays exigeant risque de transmission la vaccination

Plus en détail

Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD

Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD À l approche de l échéance 2015 pour la réalisation des OMD, il est essentiel de faire le point sur les progrès accomplis par l Afrique.

Plus en détail

Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS

Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS Pourquoi faut-il changer la définition des besoins non satisfaits en matière de planification familiale? Le concept de besoins

Plus en détail

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1.

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale et pays dont les ressortissants en sont exemptés A. Liste des pays tiers dont les ressortissants

Plus en détail

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement N 5, Mai 2015 FAITS SAILLANTS : Les zones favorables à une vigilance

Plus en détail

DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE RAPPORT SUR LE STATUT DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE Possibilités et Enjeux RAPPORT SUR LE STATUT DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE Possibilités et Enjeux

Plus en détail

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES I. SECTEURS D ACTIVITES - Aéronautique - Agriculture - Assurances - Banques (épargne, office des chèques postaux) - Bâtiment et génie civil - Communications - Postes - Télécommunications

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------

STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------ STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------ (version amendée à Kampala, en Ouganda, le 19 août 2003) 2 Les signataires des présents Statuts, Reconnaissant

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

RÉSULTATS DE LA 1ÈRE SÉRIE D ENQUÊTES AFROBAROMÈTRE AU TOGO 3e Dissemination 26 Juin 2013

RÉSULTATS DE LA 1ÈRE SÉRIE D ENQUÊTES AFROBAROMÈTRE AU TOGO 3e Dissemination 26 Juin 2013 RÉSULTATS DE LA 1ÈRE SÉRIE D ENQUÊTES AFROBAROMÈTRE AU TOGO 3e Dissemination 26 Juin 2013 [Include National Partner logo] www.afrobarometer.org www.crop-africa.org 1 [Include National Partner logo] Afrobaromètre:

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Comparaison des dépenses réelles de consommation des ménages et des niveaux de prix en Afrique

Comparaison des dépenses réelles de consommation des ménages et des niveaux de prix en Afrique Comparaison des dépenses réelles de consommation des ménages et des niveaux de prix en Afrique 2013 Banque africaine de développement Le présent document a été préparé par la Division de renforcement des

Plus en détail

Le point sur l épidémie de sida

Le point sur l épidémie de sida 07 Le point sur l épidémie de sida ONUSIDA/07.27F / JC1322F (version française, décembre 2007) Version originale anglaise, UNAIDS/07.27E / JC1322E, décembre 2007 : AIDS epidemic update: December 2007 Traduction

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN RAPPORT 2013 COMMERCE INTRA-AFRICAIN: LIBÉRER LE DYNAMISME DU SECTEUR PRIVÉ

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN RAPPORT 2013 COMMERCE INTRA-AFRICAIN: LIBÉRER LE DYNAMISME DU SECTEUR PRIVÉ C O N F É R E N C E D E S N AT I O N S U N I E S S U R L E C O M M E R C E E T L E D É V E L O P P E M E N T LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN AFRIQUE RAPPORT 2013 COMMERCE INTRA-AFRICAIN: LIBÉRER LE DYNAMISME

Plus en détail

QUATRIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS ISTANBUL, TURQUIE DU 9 AU 13 MAI 2011

QUATRIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS ISTANBUL, TURQUIE DU 9 AU 13 MAI 2011 QUATRIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS ISTANBUL, TURQUIE DU 9 AU 13 MAI 2011 Bureau du Haut Représentant pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT EMBARGO Le présent document ne doit pas être cité ou résumé par la presse, la radio, la télévision ou des médias électroniques avant le

Plus en détail

STATUTS DE LA BANQUE AFRICAINE D INVESTISSEMENT

STATUTS DE LA BANQUE AFRICAINE D INVESTISSEMENT STATUTS DE LA BANQUE AFRICAINE D INVESTISSEMENT 1 CHAPITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 Définitions Dans les présents statuts, sauf disposition contraire, on entend par : «Acte», l Acte constitutif

Plus en détail

Travailleurs migrants et transferts de fonds vers l Afrique

Travailleurs migrants et transferts de fonds vers l Afrique Travailleurs migrants et transferts de fonds vers l Afrique Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté 100 Marchés, environnement porteur et perspectives des transferts

Plus en détail

2,4 L indice synthétique de fécondité (ISF) dans le monde. L ISF varie de 1,1 enfant par femme en Lettonie et à Taïwan à 7,1 au Niger.

2,4 L indice synthétique de fécondité (ISF) dans le monde. L ISF varie de 1,1 enfant par femme en Lettonie et à Taïwan à 7,1 au Niger. 43 % Pourcentage d enfants de moins de 5 ans souffrant d insuffisance pondérale au Yémen. 87 % Pourcentage de décès aux USA dus à des maladies non transmissibles telles que les maladies cardiovasculaires,

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail

Fonds. Soutien aux Entreprises en Afrique

Fonds. Soutien aux Entreprises en Afrique Fonds d Investissement et de Soutien aux Entreprises en Afrique Paul Kabré S impliquer et investir aux côtés des entreprises africaines PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L EMPLOI EN AFRIQUE FISEA est un fonds

Plus en détail

DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE

DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE STR DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE Directives pour l Amérique du Nord et les Caraïbes Nombre minimum de propriétés Les groupes de compétiteurs doivent inclure

Plus en détail

PRESENTATION DES CONCLUSIONS PRELIMINAIRES DE L ANALYSE DES CONTRAINTES A L INVESTISSEMENT PRIVE ET A LA CROISSANCE ECONOMIQUE

PRESENTATION DES CONCLUSIONS PRELIMINAIRES DE L ANALYSE DES CONTRAINTES A L INVESTISSEMENT PRIVE ET A LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1 PRESENTATION DES CONCLUSIONS PRELIMINAIRES DE L ANALYSE DES CONTRAINTES A L INVESTISSEMENT PRIVE ET A LA CROISSANCE ECONOMIQUE 2 L analyse des contraintes à l investissement privé et à la croissance

Plus en détail

Peur sur la ville. L hebdo. GRATUIT Ne peut être vendu SÉCURITÉ UNIVERSITÉ LA BOURSE OU LA VIE NORD PARAPHE DE L ACCORD : LES RAISONS DU BLOCAGE

Peur sur la ville. L hebdo. GRATUIT Ne peut être vendu SÉCURITÉ UNIVERSITÉ LA BOURSE OU LA VIE NORD PARAPHE DE L ACCORD : LES RAISONS DU BLOCAGE «Un journal c est la conscience d une nation». Albert Camus Journal www.journaldumali.com du Mali L hebdo N 01 du 16 au 22 avril 2015 NORD PARAPHE DE L ACCORD : LES RAISONS DU BLOCAGE BAD 2015 BIRAMA SIDIBÉ,

Plus en détail

Tableau récapitulant au 10 octobre 2014 l'état de la Convention et des accords y relatifs

Tableau récapitulant au 10 octobre 2014 l'état de la Convention et des accords y relatifs Information concernant l état de la Convention, de l'accord relatif à l'application de la Partie XI de la Convention et de l Accord aux fins de l'application des dispositions de la Convention relatives

Plus en détail

GUIDE MÉTHODOLOGIQUE POUR L ANALYSE SECTORIELLE DE L ÉDUCATION VOLUME 2. Institut international de planification de l éducation

GUIDE MÉTHODOLOGIQUE POUR L ANALYSE SECTORIELLE DE L ÉDUCATION VOLUME 2. Institut international de planification de l éducation GUIDE MÉTHODOLOGIQUE POUR L ANALYSE SECTORIELLE DE L ÉDUCATION VOLUME 2 Institut international de planification de l éducation Maquette : by Reg - www.designbyreg.dphoto.com ISBN: 978-92-806-4718-1 Septembre,

Plus en détail

WP Board No. 934/03. 7 mai 2003 Original : anglais. Comité exécutif 21 23 mai 2003 Londres, Angleterre

WP Board No. 934/03. 7 mai 2003 Original : anglais. Comité exécutif 21 23 mai 2003 Londres, Angleterre WP Board No. 934/03 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 7 mai 2003 Original : anglais Comité exécutif

Plus en détail

Mots clés : Réforme monétaire, monnaie africaine, développement économique, Afrique.

Mots clés : Réforme monétaire, monnaie africaine, développement économique, Afrique. SODOKIN, Koffi 1 UNE UNITE DE MONNAIE AFRICAINE DANS LA PERSPECTIVE DE LA CREATION D UNE BANQUE CENTRALE AFRICAINE POUR LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EN AFRIQUE: FONDEMENTS ANALYTIQUES ET PROPOSITIONS. Résumé

Plus en détail

29 juin 2010, Luxembourg. Avec Samba Dia, Directeur Adjoint de l ins tu on de microfinance UM-PAMECAS, Sénégal. XIVème Midi de la microfinance

29 juin 2010, Luxembourg. Avec Samba Dia, Directeur Adjoint de l ins tu on de microfinance UM-PAMECAS, Sénégal. XIVème Midi de la microfinance 29 juin 2010, Luxembourg Avec Samba Dia, Directeur Adjoint de l ins tu on de microfinance UM-PAMECAS, Sénégal XIVème Midi de la microfinance INTRODUCTION La microfi nance au service des migrants...p.5

Plus en détail

BILAN DES ACTIVITES DE FORMATION MSG ET A DISTANCE A L EAMAC DE 2008 A 2010

BILAN DES ACTIVITES DE FORMATION MSG ET A DISTANCE A L EAMAC DE 2008 A 2010 BILAN DES ACTIVITES DE FORMATION MSG ET A DISTANCE A L EAMAC DE 2008 A 2010 Présentation : Sadamba TCHAGBELE, Directeur EAMAC, Niamey - NIGER Slide 1 Sommaire Introduction ti Bilan de la formation à l

Plus en détail

Mortalité par cause spécifique et morbidité

Mortalité par cause spécifique et morbidité par cause spécifique et morbidité Sur 10 décès qui se produisent dans le monde, 6 sont dus à des non, 3 à des pathologies, génésiques ou nutritionnelles et 1 résulte de. De nombreux pays en développement

Plus en détail

Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière

Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière Département des Statistiques du FMI Les idées exprimées ici sont celles de l auteur et ne doivent en aucun cas être attribuées

Plus en détail

Lusaka, 7 mai 1982. Note: L'original de l'accord a été établi par le Secrétaire général de l'organisation des Nations Unies le 2 juin 1982.

Lusaka, 7 mai 1982. Note: L'original de l'accord a été établi par le Secrétaire général de l'organisation des Nations Unies le 2 juin 1982. . 2. b) Accord portant création de la Banque africaine de développement en date à Khartoum du 4 août 1963 tel qu'amendé par la résolution 05-79 adopté par le Conseil des gouverneurs le 17 mai 1979 Lusaka,

Plus en détail

La BAD en bref Mai 2013

La BAD en bref Mai 2013 La BAD en bref Mai 2013 1 Avertissement La Banque africaine de développement ne saurait être tenue pour responsable des erreurs et conséquences pouvant résulter des informations contenues dans cette publication.

Plus en détail

Activités de traitement, de diffusion et d archivage des données à AFRISTAT

Activités de traitement, de diffusion et d archivage des données à AFRISTAT Regional Workshop on Data Management Activités de traitement, de diffusion et d archivage des données à AFRISTAT Kampala (Ouganda), 26 28 octobre 2009 Plan de la présentation Introduction La gestion des

Plus en détail

BRIEFING NOTE 1 ETATS DES LIEUX DE LA MICRO-ASSURANCE EN AFRIQUE. 1. Dénombrer les bénéficiaires de la micro-assurance sur le continent africain

BRIEFING NOTE 1 ETATS DES LIEUX DE LA MICRO-ASSURANCE EN AFRIQUE. 1. Dénombrer les bénéficiaires de la micro-assurance sur le continent africain BRIEFING NOTE 1 Microinsurance Innovation Facility ETATS DES LIEUX DE LA MICRO-ASSURANCE EN AFRIQUE 1. Dénombrer les bénéficiaires de la micro-assurance sur le continent africain En Afrique, la micro-assurance

Plus en détail

LE CANNABIS EN AFRIQUE. Synthèse

LE CANNABIS EN AFRIQUE. Synthèse LE CANNABIS EN AFRIQUE Synthèse Novembre 2007 Cette synthèse sur la situation du cannabis en Afrique a été préparée par Denis Destrebecq dans le cadre du programme des données pour l Afrique, le segment

Plus en détail

DEUXIÈME RECONSTITUTION DES RESSOURCES 2015 2018 250 MILLIONS DE RAISONS D INVESTIR DANS L ÉDUCATION : UN PLAIDOYER EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT

DEUXIÈME RECONSTITUTION DES RESSOURCES 2015 2018 250 MILLIONS DE RAISONS D INVESTIR DANS L ÉDUCATION : UN PLAIDOYER EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT DEUXIÈME RECONSTITUTION DES RESSOURCES 2015 2018 250 MILLIONS DE RAISONS D INVESTIR DANS L ÉDUCATION : UN PLAIDOYER EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT La pauvreté mondiale diminuerait de 12 % si tous les élèves

Plus en détail

- Article R.314-3 du CESEDA -Accord franco-algérien du 27 décembre 1968 modifié

- Article R.314-3 du CESEDA -Accord franco-algérien du 27 décembre 1968 modifié F.17 Carte de Résident Renouvellement - Article R.314-3 du CESEDA -Accord franco-algérien du 27 décembre 1968 modifié Démarche La demande doit être déposée au Service Etrangers de la Préfecture situé au

Plus en détail

SNTL Groupe, un intégrateur des métiers de la Supply chain au service de la logistique africaine depuis et vers le monde.

SNTL Groupe, un intégrateur des métiers de la Supply chain au service de la logistique africaine depuis et vers le monde. SNTL Groupe, un intégrateur des métiers de la Supply chain au service de la logistique africaine depuis et vers le monde Septembre 2015 SNTL Groupe Positionnement stratégique sur le marché Supply Chain

Plus en détail

Extrait d'acte de naissance de moins de trois mois traduit en français. Si marié : carte nationale d'identité ou passeport de votre conjoint.

Extrait d'acte de naissance de moins de trois mois traduit en français. Si marié : carte nationale d'identité ou passeport de votre conjoint. F.23 Carte de Séjour Temporaire «Vie Privée et Familiale» ------- Rente d'accident du travail ou de maladie professionnelle -articles L.313-11 al.9 & R.313-20 du CESEDA -Accord franco-algérien du 27 décembre

Plus en détail

Extrait d'acte de naissance de moins de trois mois traduit en français.

Extrait d'acte de naissance de moins de trois mois traduit en français. F.35 Carte de Séjour Temporaire «Vie Privée et Familiale» «Conjoint de Scientifique» -articles L.121-1, L.121-3 et L.313-8 du CESEDA -Accord franco-algérien du 27 décembre 1968 modifié Démarche La demande

Plus en détail

SAEGIS SUR SERION DES BASES DE DONNÉES DIVERSIFIÉES. UNE COUVERTURE MONDIALE. THOMSON COMPUMARK. Registre international.

SAEGIS SUR SERION DES BASES DE DONNÉES DIVERSIFIÉES. UNE COUVERTURE MONDIALE. THOMSON COMPUMARK. Registre international. DES DIVERSIFIÉES. UNE COUVERTURE MONDIALE. REUTERS/ANDY GAO Registre international Registre international Amérique du Nord Bermudes Canada Mexique États-Unis : Marques fédérales, Marques d État Amérique

Plus en détail

Europe-Afrique : nouvelles connexions, nouveaux partenariats

Europe-Afrique : nouvelles connexions, nouveaux partenariats SOUS EMBARGO 3/12/2014 Europe-Afrique : nouvelles connexions, nouveaux partenariats Perspective de McKinsey pour Aspen Europe-Afrique 2014 3-4 décembre 2014 CONFIDENTIEL ET PROPRIÉTÉ DE McKINSEY & COMPANY

Plus en détail

ÉQUIPE DE COMMERCE DES BIENS ET DES PRODUITS DE BASE

ÉQUIPE DE COMMERCE DES BIENS ET DES PRODUITS DE BASE Original: anglais PROGRAMME POUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT ÉQUIPE DE COMMERCE DES BIENS ET DES PRODUITS DE BASE QUELQUES CONSIDÉRATIONS RELIÉES À L ADHÉSION À L ACCORD DU SGPC ET À LA PARTICIPATION

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2012-2016 CONSEIL DE CONCERTATION POUR L APPROVISIONNEMENT EN EAU ET L ASSAINISSEMENT

PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2012-2016 CONSEIL DE CONCERTATION POUR L APPROVISIONNEMENT EN EAU ET L ASSAINISSEMENT PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2012-2016 CONSEIL DE CONCERTATION POUR L APPROVISIONNEMENT EN EAU ET L ASSAINISSEMENT TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS....................................................

Plus en détail

Pour une coopération parlementaire régionale accrue avec les organes de traités relatifs aux droits de l homme

Pour une coopération parlementaire régionale accrue avec les organes de traités relatifs aux droits de l homme Pour une coopération parlementaire régionale accrue avec les organes de traités relatifs aux droits de l homme Séminaire régional à l intention des parlementaires et fonctionnaires de parlements des pays

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN AFRIQUE: BILAN, PERSPECTIVES ET CHOIX DES POLITIQUES ÉCONOMIQUES

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN AFRIQUE: BILAN, PERSPECTIVES ET CHOIX DES POLITIQUES ÉCONOMIQUES UNCTAD/GDS/AFRICA/1 TD/B/48/12 CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN AFRIQUE: BILAN, PERSPECTIVES ET CHOIX DES POLITIQUES ÉCONOMIQUES NATIONS UNIES

Plus en détail

Etabli par le secrétariat de la CNUCED. NATIONS UNIES New York et Genève, 2005

Etabli par le secrétariat de la CNUCED. NATIONS UNIES New York et Genève, 2005 3 CONFERENCE DES NATIONS UNIES SUR LE COMMERCE ET LE DEVELOPPEMENT Genève Prof ofil statistique tistique des Pays les Moins Avancés Etabli par le secrétariat de la CNUCED NATIONS UNIES New York et Genève,

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 Entrée en vigueur : L Accord est entré en vigueur le 30 janvier 1945. Situation : 130 parties. Cette liste

Plus en détail

GUIDE DU CANDIDAT PROGRAMME DE MOBILITE INTRA ACP PROJET PAFROID

GUIDE DU CANDIDAT PROGRAMME DE MOBILITE INTRA ACP PROJET PAFROID GUIDE DU CANDIDAT PROGRAMME DE MOBILITE INTRA ACP PROJET PAFROID 2013-2018 1 TABLE DES MATIERES Le programme INTRA-ACP Le projet PAFROID Partie A -Informations générales sur le projet 1. Les groupes cibles

Plus en détail

POINT DE DÉCISION DE LA FRANCOPHONIE : STOPPER LES NOUVELLES INFECTIONS AU VIH ET GARANTIR LES TRAITEMENTS POUR TOUS

POINT DE DÉCISION DE LA FRANCOPHONIE : STOPPER LES NOUVELLES INFECTIONS AU VIH ET GARANTIR LES TRAITEMENTS POUR TOUS POINT DE DÉCISION DE LA FRANCOPHONIE : STOPPER LES NOUVELLES INFECTIONS AU VIH ET GARANTIR LES TRAITEMENTS POUR TOUS SOMMET DE LA FRANCOPHONIE kinshasa Octobre 2012 Messages clés : Les pays membres de

Plus en détail

Les progrès vers l éducation pour tous stagnent, mais certains pays montrent la voie à suivre

Les progrès vers l éducation pour tous stagnent, mais certains pays montrent la voie à suivre Les progrès vers l éducation pour tous stagnent, mais certains pays montrent la voie à suivre Document d orientation 14 / Fiche d information 28 Juin 214 Publié conjointement par le Rapport mondial de

Plus en détail

1ère demande. La demande doit être déposée au Service Etrangers de la Préfecture.

1ère demande. La demande doit être déposée au Service Etrangers de la Préfecture. F.13B Carte de Séjour Temporaire «Vie Privée et Familiale» Liens personnels et familiaux 1ère demande Article L.313-14 du CESEDA Admission exceptionnelle au séjour Démarche La demande doit être déposée

Plus en détail

Passeport en cours de validité avec copie des pages relatives à l'identité, validité et visa d'entrée en France.

Passeport en cours de validité avec copie des pages relatives à l'identité, validité et visa d'entrée en France. F.36 Carte de Séjour Temporaire «Scientifique - Chercheur» ---------- Première demande (Changement de statut) -articles L.313-8 & R.313-11 à R.313-13 du CESEDA -Accord franco-algérien du 27 décembre 1968

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Vingt-neuvième réunion Le 12 avril 2014 Déclaration de M. Akagha-Mba, Ministre de l Économie et de la Prospective, Gabon Représentant les pays suivants : Bénin,

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DES TELECOMMUNICATIONS ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION

INSTITUT NATIONAL DES TELECOMMUNICATIONS ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION INSTITUT NATIONAL DES TELECOMMUNICATIONS ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION المعهد الوطني للاتصالات و تكنولوجيات الا علام و الاتصال 1 PRESENTATION DE L INTTIC 1971 : Création de

Plus en détail

Les ressources naturelles du Canada et de l Afrique : principales caractéristiques pour 2013

Les ressources naturelles du Canada et de l Afrique : principales caractéristiques pour 2013 Les ressources naturelles du Canada et de l Afrique : principales caractéristiques pour 2013 par Aniket Bhushan Chercheur principal, Institut Nord-Sud Ce rapport présente un aperçu et une analyse des données

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone +2511517700 Fax : +251115517844 Website : www.africa-union.org

UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone +2511517700 Fax : +251115517844 Website : www.africa-union.org AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone +2511517700 Fax : +251115517844 Website : www.africa-union.org CONSEIL EXÉCUTIF Vingtième session ordinaire 23-27

Plus en détail

Faire une demande de visa

Faire une demande de visa CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION Quatorzième session de la Conférence des Parties La Haye (Pays-Bas), 3 15 juin 2007 Faire une demande

Plus en détail

ARRANGEMENT ET PROTOCOLE DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES RENOUVELLEMENT DE L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL

ARRANGEMENT ET PROTOCOLE DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES RENOUVELLEMENT DE L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL MM11(F) ARRANGEMENT ET PROTOCOLE DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES RENOUVELLEMENT DE L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL (Règle 30 du règlement d exécution commun) IMPORTANT 1.

Plus en détail

Dynamiques de croissance et de population en Afrique sub-saharienne

Dynamiques de croissance et de population en Afrique sub-saharienne N 2014-A-03 - Juillet Panorama du Analyse Dynamiques de croissance et de population en Afrique sub-saharienne Après deux décennies de croissance économique trop faible pour permettre une progression des

Plus en détail

Génération des forces de police Standards et Procédures

Génération des forces de police Standards et Procédures Génération des forces de police Standards et Procédures Forum régional de Yaoundé 8-10 novembre 2009 Participation aux OMP: pratiques et paramètres par Mody BERETHE Divison Police des Nations Unies/DOMP

Plus en détail

La Finance au Service de l Afrique NOTE DE BRIEFING

La Finance au Service de l Afrique NOTE DE BRIEFING La Finance au Service de l Afrique NOTE DE BRIEFING État DEs lieux de LA MICRO-ASSURANCE EN AFRIQUE Publié conjointement par : Fondation Munich Re www.munichre-foundation.org Contact : Dirk Reinhard, dreinhard@munichre-foundation.org

Plus en détail

LA COUR AFRICAInE DES DROITS DE L HOmmE ET DES peuples

LA COUR AFRICAInE DES DROITS DE L HOmmE ET DES peuples GUIDE pratique LA COUR AFRICAInE DES DROITS DE L HOmmE ET DES peuples vers la Cour africaine de justice et des droits de l Homme Avril 2010 Guide pratique La Cour africaine des droits de L Homme et des

Plus en détail

Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP

Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP 17 Septembre 2013, 9h00 Tunis, Tunisie Monsieur le Directeur du Département Assurance

Plus en détail

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification Identification des be Le HCR est pleinement conscient de la nécessité de travailler en étroit partenariat avec ses principaux bailleurs de fonds pour rassembler les ressources dont il doit disposer pour

Plus en détail

S. A. BANQUE DE CREDIT A L EXPORTATION DE TURQUIE

S. A. BANQUE DE CREDIT A L EXPORTATION DE TURQUIE S. A. BANQUE DE CREDIT A L EXPORTATION DE TURQUIE PROGRAMME DU CREDIT AUX ACHETEURS DES PAYS DESTINE AU SECTEUR DE FABRICATION DE MACHINES AVEC LA COOPERATION DE L UNION DES EXPORTATEURS DE MACHINES ET

Plus en détail

Tableaux statistiques

Tableaux statistiques Tableaux statistiques Statistiques économiques et sociales sur les pays et territoires du monde, se rapportant en particulier au bien-être des enfants. Vue d ensemble...82 Note générale sur les données...82

Plus en détail

Je tiens à vous informer que j'ai décidé d afficher le poste de Directeur du Bureau de la gestion des ressources humaines, à Paris (France).

Je tiens à vous informer que j'ai décidé d afficher le poste de Directeur du Bureau de la gestion des ressources humaines, à Paris (France). 09/12/2014 Réf. : Objet : CL/4083 Directeur (D-2) du Bureau de la gestion des ressources humaines Paris, France HRM 237 Madame, Monsieur, Je tiens à vous informer que j'ai décidé d afficher le poste de

Plus en détail

Perspectives économiques en Afrique 2013

Perspectives économiques en Afrique 2013 ÉDITION DE POCHE Afrique du Sud Algérie Angola Bénin Botswana Burkina Faso Burundi Cameroun Cap-Vert Comores Congo, Rép. Congo, Rép. dém. Côte d Ivoire Djibouti Égypte Erythrée Éthiopie Gabon Gambie Ghana

Plus en détail

L éditorial. Le secrétariat de CGLU Afrique lance ce premier numéro «L Etat des

L éditorial. Le secrétariat de CGLU Afrique lance ce premier numéro «L Etat des L éditorial Jean-Pierre ELONG-MBASSI Le secrétariat de CGLU Afrique lance ce premier numéro «L Etat des Finances Locales en Afrique» afin de comparer, pour la première fois, les principaux chiffres et

Plus en détail

L infrastructure Informatique et Télécom au cœur de la performance de l entreprise

L infrastructure Informatique et Télécom au cœur de la performance de l entreprise www.sonema.com L infrastructure Informatique et Télécom au cœur de la performance de l entreprise Club Utilisateurs Delta-Bank Tours, les 2 et 3 décembre 2010 Présentateur : Yves Dollo, Directeur des Ventes

Plus en détail

OBJET SOCIAL PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE LA SOCIÉTÉ

OBJET SOCIAL PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE LA SOCIÉTÉ OBJET SOCIAL Bureau d'études, de surveillance, de formation, d'audits, d'assistance technique, suivi et évaluation de projets et d'exécution de projets "clé sur porte". PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE LA SOCIÉTÉ

Plus en détail

IMPACT DE LA CRISE SUR LES ÉCONOMIES AFRICAINES MAINTENIR LA CROISSANCE ET POURSUIVRE LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ

IMPACT DE LA CRISE SUR LES ÉCONOMIES AFRICAINES MAINTENIR LA CROISSANCE ET POURSUIVRE LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ IMPACT DE LA CRISE SUR LES ÉCONOMIES AFRICAINES MAINTENIR LA CROISSANCE ET POURSUIVRE LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ Perspectives et recommandations de l Afrique au G20 Un rapport du Comité des Ministres

Plus en détail

Investir dans la santé pour l Afrique L argumentation en faveur du renforcement des systèmes pour de meilleurs résultats sanitaires

Investir dans la santé pour l Afrique L argumentation en faveur du renforcement des systèmes pour de meilleurs résultats sanitaires Investir dans la santé pour l Afrique L argumentation en faveur du renforcement des systèmes pour de meilleurs résultats sanitaires Harmonisation pour la santé en Afrique Table des matières Résumé analytique...iii

Plus en détail

Vers des stratégies de développement localisées et plus inclusives en Afrique

Vers des stratégies de développement localisées et plus inclusives en Afrique www.africaneconomicoutlook.org/fr/ Synthèse Vers des stratégies de développement localisées et plus inclusives en Afrique Performances et perspectives en Afrique Perspectives macroéconomiques en Afrique

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT RAPPORT 2014 CATALYSER L INVESTISSEMENT POUR UNE CROISSANCE TRANSFORMATRICE EN AFRIQUE

LE DÉVELOPPEMENT RAPPORT 2014 CATALYSER L INVESTISSEMENT POUR UNE CROISSANCE TRANSFORMATRICE EN AFRIQUE CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE COMMERCE E ET LE DÉVELOPPEMENT LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE O EN AFRIQUE RAPPORT 2014 CATALYSER L INVESTISSEMENT POUR UNE CROISSANCE TRANSFORMATRICE EN AFRIQUE CONFÉRENCE

Plus en détail

REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI)

REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI) REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI) 1. PRESENTATION DU PROGRAMME Le Fonds Français pour l Environnement Mondial (FFEM) lance une quatrième phase du Programme

Plus en détail

Site web: http : // www.usenghor-francophonie.org/senghoriens/association/aidus.htm STATUTS PREAMBULE

Site web: http : // www.usenghor-francophonie.org/senghoriens/association/aidus.htm STATUTS PREAMBULE 1 Site web: http : // www.usenghor-francophonie.org/senghoriens/association/aidus.htm STATUTS PREAMBULE 2 1. Fidèles aux principes de fraternité et de solidarité entre les peuples, tel que stipulés dans

Plus en détail

TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION

TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION ATELIER III L'AVENIR DES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION par Vincent Geronimi Séminaire sur la prospective africaine 65 Les enjeux : l Internet comme facilitateur du développement? Accès aux informations

Plus en détail

Troisième Réunion de la Commission statistique pour l Afrique (ComStat-Afrique III)

Troisième Réunion de la Commission statistique pour l Afrique (ComStat-Afrique III) Distr.: GÉNÉRALE NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième Réunion de la Commission statistique pour l Afrique (ComStat-Afrique III) E/ECA/STATCOM/3/7 décembre

Plus en détail

PAYS LES MOINS AVANCES

PAYS LES MOINS AVANCES PAYS LES MOINS AVANCES CE QU IL FAUT SAVOIR ET CE QU IL FAUT FAIRE Bureau du Haut Représentant pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petits États insulaires en

Plus en détail

BOURSES DE RECHERCHE DOCTORALE ET DE POST-DOCTORAT «EUGEN IONESCU»

BOURSES DE RECHERCHE DOCTORALE ET DE POST-DOCTORAT «EUGEN IONESCU» BOURSES DE RECHERCHE DOCTORALE ET DE POST-DOCTORAT «EUGEN IONESCU» 2010-2011 DOCUMENT DE PRÉSENTATION Appel international à candidatures ouvert du 10 novembre 2010 au 10 janvier 2011 1. DOCUMENT DE PRESENTATION

Plus en détail

Perspectives économiques en Afrique 2014

Perspectives économiques en Afrique 2014 Édition de Poche Perspectives économiques en Afrique 2014 THÈME SPÉCIAL : Les chaînes de valeur mondiales et l industrialisation de l Afrique Afrique du Sud Algérie Angola Bénin Botswana Burkina Faso Burundi

Plus en détail

Les besoins d investissement dans l irrigation en Afrique subsaharienne

Les besoins d investissement dans l irrigation en Afrique subsaharienne RÉSUMÉ DU DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 9 DIAGNOSTICS DES INFRASTRUCTURES NATIONALES EN AFRIQUE Les besoins d investissement dans l irrigation en Afrique subsaharienne Liang Zhi You Juin 28 Ce rapport a été produit

Plus en détail

Réseau des pays du Mouvement SUN : Rapport de la 17 e réunion - 26 Janvier au 2 février 2015

Réseau des pays du Mouvement SUN : Rapport de la 17 e réunion - 26 Janvier au 2 février 2015 Réseau des pays du Mouvement SUN : Rapport de la 17 e réunion - 26 Janvier au 2 février 2015 La 17 e réunion du Réseau des points focaux nationaux du Mouvement SUN s'est tenue du 26 janvier au 2 février

Plus en détail

OUVRIR DE NOUVEAUX HORIZONS

OUVRIR DE NOUVEAUX HORIZONS CTA: OUVRIR DE NOUVEAUX HORIZONS 01 CTA : Ouvrir de nouveaux horizons Le CTA a identifié trois domaines clés dans lesquels il croit pouvoir apporter une contribution significative et unique, et pour lesquels

Plus en détail

0.142.301. Protocole relatif au statut des réfugiés. Texte original. (Etat le 17 décembre 2002)

0.142.301. Protocole relatif au statut des réfugiés. Texte original. (Etat le 17 décembre 2002) Texte original Protocole relatif au statut des réfugiés 0.142.301 Conclu à New York le 31 janvier 1967 Approuvé par l Assemblée fédérale le 4 mars 1968 1 Instrument d adhésion déposé par la Suisse le 20

Plus en détail

Programme d achat groupé haut débit

Programme d achat groupé haut débit Programme d achat groupé haut débit Hutchison Global Communications est fier d annoncer que 9 nouveaux pays d Afrique de l Ouest ont rejoint son programme d achat groupé haut débit. Ces nouvelles recrues

Plus en détail

Réseau des points focaux de gouvernement du Mouvement SUN : Rapport de la 15 e réunion, du 16 au 23 juin 2014

Réseau des points focaux de gouvernement du Mouvement SUN : Rapport de la 15 e réunion, du 16 au 23 juin 2014 Réseau des points focaux de gouvernement du Mouvement SUN : Rapport de la 15 e réunion, du 16 au 23 juin 2014 La 15 e réunion du Réseau des points focaux de gouvernement du Mouvement SUN a eu lieu entre

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN

FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN Publié en novembre 2014 Afin de bien former des interventions, évaluer les progrès, et selon le cas, raffiner leurs stratégies, les décideurs ont

Plus en détail