Investir dans la santé pour l Afrique L argumentation en faveur du renforcement des systèmes pour de meilleurs résultats sanitaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Investir dans la santé pour l Afrique L argumentation en faveur du renforcement des systèmes pour de meilleurs résultats sanitaires"

Transcription

1 Investir dans la santé pour l Afrique L argumentation en faveur du renforcement des systèmes pour de meilleurs résultats sanitaires Harmonisation pour la santé en Afrique

2

3 Table des matières Résumé analytique...iii 1. Introduction et vue d ensemble But et finalité Vue d ensemble et structure Le contexte africain de la santé La santé en Afrique aujourd hui Transformer les difficultés sanitaires de l Afrique en opportunités d investissement Le cadre général de l argumentation en faveur de l investissement Une meilleure santé entraîne une plus grande richesse Tenir nos engagements : sauver la vie humaine et sauvegarder le bien-être Avantages sociaux et politiques en dehors des avantages économiques Des personnes en meilleure santé : un fardeau moins lourd sur les systèmes de santé Ce dans quoi nous devons investir Mise en œuvre de politiques basées sur des preuves pour les systèmes de santé nationaux Investir dans une meilleure demande et utilisation des services de santé Investir dans les composantes de base de la prestation de services Promotion de l investissement et de l action transsectorielle pour la santé Niveau d investissement, résultats et amélioration de l impact des investissement Investir en vue de résultats : le niveau d investissement et de résultats requis Améliorer l impact de l investissement Action Annexe 1: Parties prenantes ayant apporté leur contribution et leur soutien Annexe 2: Dossier sur les deux méthodologies de budgétisation Annexe 3: Liste des interventions Annexe 4: Ajustement aux stratégies d investissement du HLTF Notes de fin de document...58 Remerciements...61

4

5 L argumentation en faveur du renforcement des systèmes pour de meilleurs résultats sanitaires Résumé analytique Pourquoi une argumentation en faveur de l investissement en Afrique? Investir dans les systèmes de santé en Afrique est une opportunité pour faire progresser le développement et la croissance économiques, contribuer à sauver des millions de vies et prévenir les handicaps à vie et rapprocher les pays de la réalisation des objectifs des stratégies nationales de réduction de la pauvreté et des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Pour promouvoir un investissement accru et amélioré dans le domaine de la santé, l argumentation en faveur de l investissement en Afrique est développée par l Harmonisation pour la santé en Afrique (HHA) en vue de : i) soutenir les dirigeants africains et leurs partenaires régionaux et mondiaux pour qu ils focalisent leur attention et leurs ressources sur des investissements sanitaires qui fonctionnent, ii) fournir aux ministères de la santé des bases factuelles leur permettant d argumenter auprès des ministères des finances, des Parlements nationaux et d autres parties prenantes clés que l investissement dans la santé se justifie économiquement parlant et apportera des retombées notables, iii) promouvoir l optimisation des ressources en démontrant comment l efficience avec laquelle les ressources existantes et nouvelles sont déployées dans le système de santé peut être accrue grâce à des processus de priorisation basés sur les tendances démographiques et la charge de morbidité et iv) mobiliser les dirigeants aux niveaux national, régional et mondial en vue de soutenir les systèmes de santé nationaux en Afrique dans leurs efforts pour accroître le rythme et la pérennité de la réalisation de meilleurs résultats sanitaires et économiques pour les populations africaines. Être en bonne santé, c est être plus riche : pourquoi l investissement dans la santé se justifie économiquement parlant Être en bonne santé, c est être plus riche. Outre le fait que la santé a une valeur intrinsèque et que la santé est un droit humain, l argument économique de l investissement dans la santé est un argument solide. La bonne santé n est pas seulement un résultat mais également un fondement du développement. Les individus en bonne santé sont plus productifs, gagnent davantage, épargnent davantage, investissent davantage, consomment davantage et travaillent plus longtemps. Autant de facteurs qui ont un impact positif sur le produit intérieur brut (PIB) d une nation. Les résultats d une étude concernant l impact de la santé mesuré en termes d espérance de vie sur la croissance économique laissent entrevoir qu une année de vie de plus augmente le PIB de 4 %. Une meilleure santé réduit également les coûts financiers des soins de santé pour la famille, la communauté, le secteur privé et le gouvernement. Il existe plusieurs conséquences potentielles pour les ménages liées aux coûts des soins de santé. Tout d abord, les coûts pourraient être prohibitifs, ce qui signifie que l individu devrait renoncer au traitement. Deuxièmement, pour couvrir les coûts des soins de santé, les ménages peuvent être amenés à vendre des biens productifs ou à contracter des dettes. Troisièmement, les coûts des soins de santé peuvent avoir un impact catastrophique et entraîner les ménages dans la pauvreté ou aggraver davantage leur pauvreté. Ces défis sont particulièrement présents en Afrique subsaharienne où il existe peu de mécanismes de mutualisation des risques comme l assurance-maladie. Au niveau macroéconomique, les sociétés dans leur ensemble tirent profit des populations en bonne santé, ce qui réduit pour les entreprises et le gouvernement le coût de la prestation des soins de santé, des pertes de productivité, des taux élevés de rotation et des prestations de chômage. iii

6 Investir dans la santé pour l Afrique Le contexte africain Dans l ensemble, les populations sont en meilleure santé et plus riches et vivent plus longtemps aujourd hui qu en 1990, année des valeurs de référence des OMD. Mais les progrès ont été inégaux et le fardeau de la maladie en Afrique est disproportionné par rapport à la taille de la population. Avec 11 % de la population mondiale, l Afrique subsaharienne compte 49 % des décès maternels, 50 % des décès d enfants de moins de 5 ans et 67 % des cas de VIH/Sida. 1 Bien que des améliorations aient été réalisées au niveau des résultats de santé en Afrique, les progrès sont encore limités. De nombreux facteurs contribuent à l absence de progrès : un faible niveau de gouvernance et de responsabilisation, l instabilité politique, les catastrophes naturelles, les infrastructures sous-développées, les faiblesses du système de sante et le manque d harmonisation et d alignement de l aide. D autres facteurs clés expliquant les progrès limités ont trait à la manière dont les systèmes de santé sont financés. Premièrement, il n y a pas eu de ressources suffisantes pour le développement et le maintien des systèmes de santé. Deuxièmement, les ressources disponibles ont été utilisées de manière non rationnelle, en partie à cause du manque d utilisation systématique de processus et d outils pour fixer les priorités dans l utilisation des maigres ressources. Troisièmement, les ressources supplémentaires n ont pas été déployées de manière efficiente. L Afrique n est pas le seul continent à utiliser les ressources de manière non rationnelle. Au plan mondial, 20 à 40 % des dépenses des systèmes sanitaires sont gaspillées, les pays les plus pauvres en gaspillant une proportion encore plus élevée. 2 L utilisation rationnelle des ressources disponibles et nouvelles n a jamais été plus importante. La croissance de la population et de meilleurs niveaux de vie accroissent les demandes pour des services de santé. Par ailleurs, d autres secteurs tels que l éducation, iv

7 L argumentation en faveur du renforcement des systèmes pour de meilleurs résultats sanitaires le transport et les infrastructures font la concurrence au secteur de la santé en matière de ressources. Ce fait souligne la nécessité pour le secteur public de pouvoir démontrer au Ministère des finances qu il peut accroître l impact des ressources limitées et optimiser davantage l utilisation de ses ressources. Avec les cinq années qui restent avant la date buttoir de 2015 pour les OMD, les dirigeants africains et leurs partenaires internationaux au développement disposent là d une grande opportunité. Ils peuvent ensemble améliorer la santé des individus, des familles et des sociétés et contribuer à la croissance économique et au développement et à la stabilité sociaux et politiques de la région. Il existe des processus encourageants susceptibles d être capitalisés. Des efforts notables ont été entrepris pour améliorer la gouvernance. Il existe une forte volonté politique de renforcer les systèmes de santé, accroître les ressources consacrées à la santé et il existe quelques exemples de réformes réussies de la prestation des services de santé, par exemple à travers des approches communautaires. Investissements recommandés dans les systèmes de santé en Afrique Des processus minutieux et systématiques de fixation des priorités prenant en compte des facteurs tels que les tendances démographiques, le fardeau des maladies et le financement des services de santé sont nécessaires pour s assurer que les investissements de systèmes de santé sont déployés là où ils sont le plus nécessaires et qu ils entraîneront une grande optimisation des ressources en termes d amélioration des résultats sanitaires. Les politiques de renforcement des systèmes de santé devraient être développés en partenariat avec les parties prenantes clés. Des ressources nouvelles et existantes devraient être investies tant dans le secteur public que dans le secteur privé, en raison de leurs avantages comparés respectifs ; des ressources devraient également être investies dans le développement de la capacité des secteurs public et privé à servir de plateforme pour des améliorations durables en matière de santé. L investissement dans les fonctions de gouvernance et d administration du gouvernement est également nécessaire pour traduire les politiques en action sur le terrain et promouvoir la responsabilisation au niveau du système de santé. L amélioration de la qualité et de la disponibilité des services de soins de santé exigera l accroissement de la quantité et la qualité des agents de santé, la garantie de la disponibilité et de l utilisation rationnelle des produits sanitaires essentiels, l amélioration de l équipement et des systèmes de gestion des informations sanitaires et l amélioration de la construction, de la distribution et de l entretien des infrastructures sanitaires. Les plans d investissement des gouvernements devront mettre l accent sur le renforcement des capacités et de la gouvernance institutionnelles et la promotion de l équité dans l accès aux services en décentralisant les systèmes de santé et en autonomisant les autorités locales. De nouvelles bases factuelles démontrent qu une approche axée sur l équité pourrait rapporter des retours d investissement grandement améliorés en évitant beaucoup plus de décès infantiles et maternels et d épisodes de sousalimentation et en étendant de manière très marquée une couverture efficace d interventions clés de santé primaire et de nutrition. Les voies menant à une meilleure santé sont complexes et multiformes et les politiques et les investissements dans d autres secteurs sont d une importance capitale pour les résultats sanitaires. Pour n en citer que quelques-unes, les dimensions intersectorielles essentielles à la santé sont notamment l assainissement et l hygiène, l éducation, l égalité des sexes, l amélioration des routes, des transports, des communications et de l accès à l eau. L établissement de liens avec d autres secteurs et l identification de mécanismes en vue de réaliser des synergies intersectorielles devraient faire partie intégrante de tout processus de planification et de budgétisation de la santé. v

8 Investir dans la santé pour l Afrique Niveau d investissement, résultats et amélioration de l impact de l investissement Des bases factuelles démontrent à quel point l investissement sera nécessaire pour le renforcement des systèmes de santé africains. L argumentation en faveur de l investissement en Afrique fonde ses recommandations sur le travail entrepris pour l Equipe spéciale de haut niveau (HLTF) sur le financement international novateur pour les systèmes de santé qui a estimé les niveaux de financement requis pour atteindre les OMD liés à la santé et a suggéré des mécanismes de financement en vue de mobiliser les ressources requises et veiller à l acheminement rationnel de ces ressources. Cette argumentation en faveur de l investissement reconnaît la nécessité pour les processus impulsés par les pays d adapter les décisions d investissement au contexte spécifique des pays ainsi que le fait que le processus devrait faire partie des processus nationaux existants de planification et de budgétisation de la santé. Le HLTF s est appuyé sur deux approches pour élaborer des stratégies d investissement : le scénario moyen de la budgétisation marginale des goulots d étranglement (MBB) et l approche normative de l OMS. Les estimations produites par les deux stratégies d investissement ont été ajustées pour l Argumentation en faveur de l investissement en Afrique. Les deux stratégies identifient les besoins d investissements supplémentaires probables en , indépendamment des investissements actuellement réalisés à travers tous les pays à faible revenu d Afrique subsaharienne en vue d atteindre les OMD liés à la santé : Investissement annuel par habitant : en moyenne, 21 dollars US (scénario moyen MBB) à 36 dollars US (approche normative OMS) supplémentaires par habitant seront nécessaires chaque année sur les cinq années à venir. L investissement total : sur les cinq ans, l on estime que le montant total d investissement supplémentaire requis se situe entre 84 milliards de dollars US (scénario moyen MBB) et 140 milliards de dollars US (approche normative OMS). Niveau total des investissements rien qu en 2015 : Les deux stratégies présument un niveau comparable de besoin d investissement supplémentaire en 2015 autour de 28 à 30 milliards de dollars US. Ces investissements pourraient sauver la vie d environ 3,1 millions de personnes et prévenir le retard de croissance de 3,8 à 5,1 millions d enfants rien qu en En , il y aurait un accroissement du nombre d agents de santé de 2,0 millions à 2,8 millions et des établissements de santé de à Les gains économiques pour la seule année 2015 pourraient atteindre 100 milliards de dollars US. Les deux stratégies présumant des besoins d investissement supplémentaires d environ 28 à 30 milliards de dollars US en 2015, l investissement dans la santé en Afrique est susceptible de rapporter des retours sur investissement importants le ratio avantages-coût est d environ 4 pour 1. Mais l accroissement du financement ne sera pas suffisant. L efficience et l impact de l utilisation des ressources existantes doivent être améliorés avant le décaissement de nouveaux financements pour le système de santé. Cette amélioration peut être obtenue à travers une variété d approches ciblant le niveau et la source des dépenses sanitaires, les domaines d investissement des ressources, les approches en matière d investissement et les mécanismes d acheminement des fonds. En termes de niveaux et de sources de dépenses en santé, l argumentation en faveur de l investissement en Afrique recommande une augmentation des affectations de fonds à la santé par les gouvernements nationaux et des politiques parallèles pour renforcer les mécanismes de protection du risque financier tels que l assurance-maladie, afin de réduire les paiements personnels. Étant donné que certains pays ne disposent pas de suffisamment de vi

9 L argumentation en faveur du renforcement des systèmes pour de meilleurs résultats sanitaires ressources pour financer les investissements requis, un accroissement de l aide publique au développement est encouragé dans le court à moyen termes en vue de réduire et finir par supprimer l aide des donateurs à long terme. Il est également très important que les gouvernements et leurs partenaires internationaux au développement travaillent ensemble dans l esprit de la Déclaration de Paris sur l efficacité de l aide et de l Agenda du Ghana pour l Action (Ghana Agenda for Action) en vue d aligner les politiques et l appui sur l approche Un budget unique, un programme unique et un cadre unique de résultats. Perspectives Les investissements dans le secteur de la santé sont susceptibles de rapporter des avantages considérables tant dans la perspective des gains économiques que dans celle des vies sauvées. Ces avantages justifient les niveaux d investissement proposés par la présente argumentation en faveur de l investissement, à un niveau d investissement annuel supplémentaire de 21 à 36 dollars US par habitant, indépendamment de l investissement actuel, des années 2011 à Les augmentations d investissement doivent aller de pair avec l utilisation d investissements existants et nouveaux éventuels de manière plus efficace et plus rationnelle. Dans l ensemble, l argumentation en faveur de l investissement en Afrique recommande que les gouvernements et les donateurs internationaux : i) améliorent l engagement dans le dialogue de politique entre les parties prenantes nationales, régionales et mondiales sur la manière d utiliser l argumentation en faveur de l investissement en Afrique dans le processus existant et, ii) utilisent les recommandations issues de l argumentation en faveur de l investissement en Afrique pour améliorer l argumentation des processus nationaux existants de planification et budgétisation en matière de santé. L Harmonisation pour la santé en Afrique soutiendra les gouvernements dans l élaboration d argumentations nationales ou infranationales en faveur de l investissement et les documents de plaidoyer et de politique associés à travers l offre d un appui technique dans l élaboration d analyses en vue d appuyer le dialogue de politique, de documents analytiques basés sur des preuves, de processus de dialogue de politique et de plans et de politiques. Elle appuiera également les pays dans l examen, le suivi et l évaluation des processus existants pour la surveillance des performances et des engagements. vii

10

11 L argumentation en faveur du renforcement des systèmes pour de meilleurs résultats sanitaires 1. Introduction et vue d ensemble Investir dans les systèmes de santé en Afrique est une opportunité pour faire progresser le développement et la croissance économiques, rapprocher les pays de la réalisation des objectifs des stratégies nationales de réduction de la pauvreté (les Objectifs du millénaire pour le développement ou OMD) et assurer la stabilité sociale et politique en sauvant des millions de vies et en prévenant les handicaps à vie. Des preuves existantes nous indiquent clairement ce dans quoi nous devons investir, combien nous devons investir et ce qui peut être réalisé avec ce niveau d investissement. Le présent document rassemble toutes ces informations afin de présenter les arguments en faveur de l investissement dans la santé pour l Afrique : l argumentation en faveur du renforcement des systèmes pour de meilleurs résultats sanitaires. Il a été préparé par le groupe de l Harmonisation pour la santé en Afrique 3 (HHA) en étroite collaboration avec le Partenariat pour la santé maternelle, néonatale et infantile, les ministères nationaux de la santé sur le continent et il met l accent sur les pays d Afrique subsaharienne (SSA). 4 Il est également basé sur la reconnaissance que cette argumentation en faveur de l investissement a besoin d appuyer le travail en cours dans les secteurs de santé des pays individuels But et finalité L Argumentation en faveur de l investissement en Afrique vise à : soutenir les dirigeants africains et leurs partenaires régionaux et mondiaux pour qu ils focalisent leur attention et leurs ressources sur des investissements sanitaires qui fonctionnent, dans le cadre de More Money for Health and More Health for the Money (Plus d argent pour la santé et plus de santé pour l argent), comme nous y invite l Equipe spéciale de haut niveau (HLTF) sur le Financement international novateur pour les systèmes de santé 5 ; promouvoir l optimisation des ressources en démontrant comment l efficience avec laquelle les ressources existantes et nouvelles sont déployées dans le système de santé peut être accrue grâce à des processus de priorisation basés sur les tendances démographiques et le fardeau de la maladie ; fournir aux ministères de la santé une base de preuves leur permettant de présenter aux ministères des finances, aux Parlements nationaux et aux autres parties prenantes clés les arguments de l investissement dans les secteurs public et privé de la santé ; mobiliser les dirigeants aux niveaux national, régional et mondial en vue de soutenir les systèmes de santé nationaux dans leurs efforts pour accroître le rythme et la pérennité de la réalisation de meilleurs résultats sanitaires et économiques pour les populations africaines. Le document : encourage les ministères nationaux de la santé et les autres parties prenantes concernées à utiliser ces arguments en faveur de l investissement pour appuyer leurs politiques, leurs stratégies et leurs plans de santé nationaux existant déjà en particulier en présentant aux ministères des finances et aux parlements des arguments sur la nécessité d investir dans le secteur de la santé comme moyens d obtenir des résultats de développement et de stimuler la croissance économique. 2

12 Investir dans la santé pour l Afrique offre une plateforme aux structures régionales telles que l Union africaine et les communautés économiques régionales (comme la CEDEAO, le COMESA et la SADC) pour atteindre un consensus sur ce que devraient faire les pays membres pour lutter contre la mauvaise santé sur le continent ; plaide au niveau mondial pour plus d aide publique au développement en faveur des pays africains et pour que cette aide se fasse conformément aux Principes de la Déclaration de Paris sur l efficacité de l aide et au Programme d action d Accra 6 ; Le groupe HHA, de concert avec ses partenaires nationaux, se réjouit à l idée de faciliter et de fournir un appui technique, à la demande, aux parties prenantes impliquées dans les processus nationaux, régionaux et mondiaux existants visant à faire de la meilleure santé en Afrique une réalité Vue d ensemble et structure L Argumentation en faveur de l investissement en Afrique se fonde sur des éléments probants et a l appui des experts et des praticiens du secteur. Les organisations qui ont contribué à l élaboration de l argumentation en faveur de l investissement et qui l appuient sont répertoriées dans l Annexe 1. Un thème central de cette Argumentation, c est que les ressources consacrées à l amélioration de la santé en Afrique sont un investissement, pas seulement un coût ou une dépense actuel(le), la santé étant un secteur productif. En réduisant la maladie, en prévenant les handicaps et en sauvant des vies, ces investissements peuvent générer des bénéfices économiques importants ainsi que la croissance et le développement économiques de manière générale. Un autre thème important, c est le fait que bien que l argumentation en faveur de l investissement en Afrique indique que des ressources supplémentaires sont requises, elle reconnaît aussi que les ressources existantes peuvent être utilisées de manière beaucoup plus rationnelle. Au niveau mondial, le Rapport sur la santé dans le monde 2010 a récemment estimé qu environ 20 à 40 % des ressources financières pour la santé sont gaspillées. 7 Le document est structuré comme suit : Section 2 : Le contexte africain de la santé décrit le contexte sanitaire africain actuel et les importantes opportunités d investissement dans le secteur de la santé permettant de réaliser des bénéfices économiques et sociaux élevés. La faiblesse des systèmes de santé en Afrique et le fardeau sanitaire disproportionné qui en résulte font en sorte que des investissements relativement petits peuvent générer des bénéfices importants. Ces opportunités sont perçues dans le contexte d un engagement politique fort et croissant qui sous-tend les efforts vers la réalisation des OMD liés à la santé 8 en Afrique. Section 3 : Le cadre général de l argumentation en faveur de l investissement rassemble les arguments et les éléments probants disponibles permettant de soutenir que l amélioration de la santé en Afrique peut être un facteur déterminant essentiel pour la croissance et le développement économiques à long terme. Outre leur justification économique, ces investissements aideront les pays africains à tenir leurs engagements par rapport aux valeurs fondamentales de la sauvegarde de la santé et de la vie humaine. Section 4 : Ce dans quoi nous devons investir. Cette section plaide pour le renforcement des systèmes de santé nationaux comme plateformes pour des améliorations de santé durables, à long terme, basées sur des politiques nationales sanitaires viables élaborées sur la base d une analyse 3

13 L argumentation en faveur du renforcement des systèmes pour de meilleurs résultats sanitaires rigoureuse, d un dialogue et d une planification basée sur des preuves dans le contexte d une meilleure gouvernance et responsabilisation, avec un accent particulier sur les mesures visant à attaquer les sources d inefficacité dans les dépenses du système sanitaire. Cet accent nécessitera des mesures visant à créer la sensibilisation à ces services et la demande de ces services, un investissement en vue d étendre et d améliorer les composantes de base d une prestation de services de santé efficace et un accroissement de l engagement intersectoriel visant à une amélioration des déterminants sociaux de la santé. Section 5 : Niveau d investissement, résultats et amélioration de l impact de l investissement. Cette section évalue le montant de l investissement qui sera requis dans les systèmes de santé africains, notamment les retours attendus pour le niveau d investissement en termes de réduction de la morbidité et de la mortalité. Ces investissements devraient produire des résultats sanitaires importants et des retours sur investissement économiques réels. Nous reconnaissons également qu un accroissement du financement ne suffira pas. Les ressources existantes et nouvelles doivent être utilisées de manière plus rationnelle et nous suggérons un certain nombre d approches comme principes directeurs. Section 6 : Action. La section finale résume les recommandations et les suggestions sur le processus afin d aller de l avant. L Annexe 1 propose une liste des organisations ayant appuyé et contribué à l élaboration et aux conclusions de l argumentation en faveur de l investissement en Afrique ; l Annexe 2 propose un bref aperçu des méthodologies de budgétisation ; l Annexe 3 répertorie les interventions à grand impact incluses dans l estimation du coût de l intensification et les retombées en termes de réduction de la morbidité et de la mortalité tandis que l Annexe 4 présente les ajustements apportés aux stratégies d investissement du HLTF afin de se conformer au champ d intervention et aux objectifs de l argumentation en faveur de l investissement en Afrique. 4

14

15 L argumentation en faveur du renforcement des systèmes pour de meilleurs résultats sanitaires 2. Le contexte africain de la santé Au plan mondial, les populations sont en meilleure santé, sont plus riches et vivent plus longtemps aujourd hui qu il y a 30 ans. Ceci a été rendu possible par la croissance et le développement économiques ainsi que par les améliorations au niveau des technologies de la santé et des systèmes de soins. Certains décideurs sont convaincus que d importants bénéfices peuvent être obtenus sur les investissements en soins de santé, ce qui explique l augmentation de 35 % des dépenses dans le monde pour la santé sur une période de cinq ans allant de 2000 à Toutefois, ces niveaux d amélioration et d investissement ont été inégaux. Les progrès de l Afrique ont été entravés à la fois par l utilisation irrationnelle des ressources disponibles et un manque de ressources pour les soins de santé. Dans le même temps, la croissance rapide de la population a occasionné des demandes croissantes sur les services de santé. En conséquence, le fardeau de la mauvaise santé en Afrique, comparativement à celui d autres régions du monde, est resté élevé de manière disproportionnée. L expérience mondiale montre que des progrès sont possibles, même dans les pays à revenus faible et intermédiaire et que des résultats peuvent être atteints avec les bons investissements dans les bons domaines. Malgré les défis sanitaires que présente le continent, nous sommes convaincus qu il existe de nombreuses opportunités en Afrique pour atteindre les mêmes progrès. La volonté politique de renforcement des systèmes de santé existe aux niveaux national, régional 10 et mondial. Cette situation s est récemment reflétée dans les flux de ressources plus importants consacrés à la santé en Afrique et les progrès encourageants réalisés dans un certain nombre de résultats sanitaires (comme la réduction de la mortalité infantile) par de nombreux pays africains. Ces efforts, dont un certain nombre ont mis l accent sur la prestation de services à l initiative des communautés, ont été soutenus par le sens aigu de la communauté et des familles élargies des cultures africaines La santé en Afrique aujourd hui Les faibles niveaux d investissement ont occasionné, par le passé, une grande faiblesse des systèmes de santé nationaux sur le continent. Bien qu elle soit en hausse, la proportion des budgets nationaux consacrée aux soins de santé est encore faible 11 et ne suffit généralement pas à fournir, maintenir et améliorer la qualité et l accessibilité des services de santé. L impact de ce faible niveau des investissements est étayé par les statistiques suivantes : L espérance de vie en Afrique subsaharienne (SSA), 47 ans, est la plus faible au monde. 12 Avec seulement 11 % de la population mondiale, l Afrique subsaharienne compte 49 % des décès maternels, 50 % des décès d enfants de moins de 5 ans et 67 % des cas de VIH/Sida (Figure 2.1). 6

16 Investir dans la santé pour l Afrique Outre le fardeau des maladies infectieuses, l Afrique connaît une prévalence constamment croissante des maladies non transmissibles. Figure 2.1 : Fardeau de la mauvaise santé disproportionné en Afrique subsaharienne Population Mortalité maternelle Mortalité infantile (moins de 5 ans) Cas de VIH/SIDA Source : Eds Kinney MV, Lawn JE, Kerber KJ, ASADI Le même tableau apparaît lorsque l on prend en compte la morbidité et le handicap. Par exemple, en santé maternelle et néonatale : 14 pour chaque femme qui décède d une cause liée à la grossesse, environ 20 femmes sont victimes de traumatismes, d infections, de maladies et de handicaps consécutifs à l expérience ; pour chaque nouveau-né qui décède, 20 autres sont victimes de maladies ou de handicaps liés à des conditions telles que les traumatismes de la naissance, les infections à la naissance, les complications d une naissance prématurée. Les problèmes sont aggravés par la demande non satisfaite de services de planification familiale efficaces dans de nombreux pays du contient. Ceci entraîne un nombre plus important de grossesses, notamment un espacement plus court entre les grossesses et, donc, davantage de possibilités de complication Transformer les difficultés sanitaires de l Afrique en opportunités d investissement Les nombreuses difficultés que rencontre le continent africain dans le domaine de la santé sont bien connues. Celles-ci ont été abondamment étudiées et documentées, comme l illustre le résumé ci-dessous. Néanmoins, la riposte du groupe HHA au fardeau de la maladie et aux défis posés en Afrique est positive. Les dirigeants africains et leurs partenaires internationaux au développement disposent d une grande opportunité. Ils peuvent ensemble améliorer la santé et le bien-être des individus, des familles et des sociétés et contribuer ainsi au développement et à la croissance économiques dans la région. Le fait de partir d un niveau bas offre la possibilité d obtenir des retours sur investissement plus importants en matière de santé, en termes de personnes en meilleure santé et de vies sauvées ainsi qu en termes de bénéfices économiques importants. Les nombreuses opportunités offertes par le contexte actuel de la santé en Afrique sont présentées ci-dessous. 7

17 L argumentation en faveur du renforcement des systèmes pour de meilleurs résultats sanitaires Principaux défis du contexte africain de la santé (i) Faible niveau de gouvernance et de responsabilisation Le faible niveau de gouvernance continue à être un défi important qui entrave le travail de l amélioration de l efficience du système de santé et de l efficacité opérationnelle ainsi que les résultats sanitaires de manière générale. Ceci implique des faiblesses dans l établissement d une orientation stratégique pour le développement du système, dans la conception de sa gestion et dans la garantie de la responsabilisation dans sa mise en œuvre. La faible capacité de gestion des ressources existantes a également entraîné des inefficacités au niveau des allocations et au niveau technique. (ii) Les faiblesses des systèmes de santé Suite à l utilisation inadéquate des preuves dans l établissement des priorités et suite à la mauvaise gouvernance, le continent africain rencontre d énormes défis dans la mise en place et la mise en œuvre de politiques de santé nationale efficaces. Ces défis ont entraîné des faiblesses au niveau du système, souvent caractérisées par une pénurie criante d agents de santé, le faible niveau de motivation du personnel existant, une formation inadéquate, un accès insuffisant aux produits essentiels de qualité et des infrastructures de santé mal entretenues, entre autres choses. Les améliorations des systèmes de soins de santé sont parfois freinées par le manque de capacité d absorption. Ceci est étroitement lié aux besoins de développement institutionnel et des ressources humaines et également aux processus qui encouragent la programmation et les viviers de ressources au niveau de maladies ou de domaines particuliers et cela peut freiner le partage des idées, des expériences et des ressources à travers le système. 8

18 Investir dans la santé pour l Afrique (iii) Infrastructures sous-développées et déterminants sociaux sanitaires négatifs Comparativement à de nombreuses autres régions du monde, de grandes proportions de la population en Afrique subsaharienne sont pauvres en ressources et ont un faible accès à : l'eau potable et l assainissement, ce qui entraîne de nombreuses maladies d origine hydrique ; l éducation, dont le manque est souvent associé à une utilisation plus faible et moins efficace des services de santé (exemple, la planification familiale) et à une plus grande inégalité des sexes concernant les chances des filles et des femmes ; la sécurité alimentaire et la qualité nutritionnelle, entraînant une sous-alimentation et un retard de croissance chez les enfants ainsi qu une anémie sévère chez les femmes ; un logement sûr, dont le manque exacerbe de nombreuses maladies transmissibles et non transmissibles et les impacts liés à l environnement sur la santé et le bien-être. (iv) Taux élevés de dépenses personnelles en soins de santé L absence de dispositifs de financement durable de la santé (notamment les dispositifs de prépaiement sous forme d assurance ou d impôt) pour la levée et la mise en commun de fonds a eu pour résultat un paiement direct personnel au moment de l utilisation des services. Ces paiements sont souvent faits à des prestataires de services non réglementés dont certains peuvent éventuellement fournir des soins de santé inefficaces et à risque. Mais surtout, le fait d être tributaire des paiements personnels peut entraîner des dépenses de santé catastrophiques, qui se produisent lorsque les coûts de soins de santé dépassent la capacité de paiement d un ménage, aggravant ainsi davantage le niveau de pauvreté. 15 (v) Manque d harmonisation et d alignement de l aide La fourniture de l aide sanitaire et la prestation de services de santé sont souvent très fragmentées, largement du fait de la mise en œuvre de programmes verticaux par un grand nombre d organisations différentes relevant du secteur public, du secteur privé, des donateurs et des organisations non gouvernementales, souvent avec une coordination limitée. Ceci est dû en partie à la préférence des partenaires au développement pour la fourniture d un financement pour des programmes spécifiques et non dans le cadre de budgets nationaux suite aux faiblesses réelles et perçues au niveau des systèmes et des pratiques de gestion financière du secteur public. (vi) Les crises politiques Les conflits, les crises politiques et les changements abrupts de politiques associés affectent tous la capacité des systèmes à être établis, développés et maintenus aux fins de fournir des services de santé durables et de grande qualité. Bien entendu, les effets catastrophiques des conflits sont particulièrement destructeurs pour la sécurité et le bien-être des populations ainsi que les systèmes économiques et sociaux, de manière générale. (vii) Catastrophes naturelles L Afrique a été très affectée par les catastrophes naturelles, notamment des inondations, des sécheresses et des infestations de ravageurs graves. Ces problèmes réduisent la résilience des populations, des économies, des systèmes de santé et sont aggravés par les conditions inappropriées en matière de logement, de nutrition, de sécurité, de distribution d eau, d assainissement et de lutte contre la maladie qui en résultent. Les ripostes humanitaires détournent souvent des ressources considérables d un développement à long terme du système. 9

19 L argumentation en faveur du renforcement des systèmes pour de meilleurs résultats sanitaires Opportunités clés du contexte africain de la santé (i) Volonté politique de renforcer les systèmes de santé Aux niveaux national, régional et mondial, la volonté politique et l engagement à fournir plus de ressources au secteur de la santé en Afrique et d améliorer leur utilisation n ont cessé de croître. Au niveau national, les gouvernements ont exprimé un engagement politique ferme pour de meilleurs soins de santé pour leurs populations. Plus de la moitié des pays africains ont enregistré des augmentations de la proportion de l enveloppe budgétaire nationale allouée à la santé entre 2001 et 2007 ; 16 ils ont introduit des approches novatrices locales et ont accru la couverture des interventions pertinentes et à impact élevé. Le gouvernement du Rwanda est un exemple de pays où l engagement politique pour de meilleurs soins de santé s est traduit en résultats réels. La planification familiale, par exemple, a été une priorité que le gouvernement rwandais poursuit vigoureusement (encadré 2.1). Encadré 2.1 : Rwanda Planification familiale Le gouvernement rwandais a démontré un engagement ferme à s attaquer à son défi du millénaire pour le développement en donnant la priorité à l accès à la planification familiale. Alors même que le niveau d engagement pour la planification familiale dans les documents officiels est similaire dans de nombreux pays en développement, ce qui distingue le Rwanda des autres pays est le fait que des champions ont démontré au plus haut niveau leur désir de traduire ces déclarations de politique en actions : Le Président de la République et le Ministre de la santé ont, à plusieurs reprises, reconnu publiquement le rôle clé que joue la planification familiale dans la réduction des taux de mortalité infantile et maternelle, dans le combat contre la pauvreté et dans la lutte contre le VIH et le Sida et ont souligné la nécessité de voir des résultats apparaître sans délai dans les taux de prévalence des contraceptifs. Le Groupe de travail technique de la planification familiale, dirigé par le Ministre de la santé, a travaillé inlassablement à élever cette question au fil des ans. Ce groupe de travail comprend des membres des institutions gouvernementales et non gouvernementales, du secteur privé et d agences partenaires. Le Rwanda est l un des rares pays à avoir engagé ses propres fonds générés au niveau interne dans l achat de contraceptifs. En 2008, le gouvernement rwandais a engagé dollars US pour l achat de contraceptifs et entend accroître ce montant jusqu à 2 millions de dollars US dans les années à venir. Le Ministre de la santé rend également compte au Ministre des finances, ce qui renforce l obligation de rendre compte du financement en relation avec les résultats. Au niveau régional, un certain nombre d initiatives telles que le groupe HHA font des efforts concertés, avec leurs collègues des pays, pour la sensibilisation et le développement de politiques de soutien au niveau régional. En avril 2001, les dirigeants de 46 Etats membres de la région Afrique de l Organisation mondiale de la santé (OMS) ont signé la Déclaration d Abuja, acceptant de consacrer au moins 15 % de leur budget national annuel aux soins de santé. L Union africaine (UA) a assuré un leadership fort à 10

20 Investir dans la santé pour l Afrique travers son Cadre de politique continentale en droits de santé sexuelle et reproductive, opérationnalisé par le Plan d action de Maputo La Déclaration d Addis-Abeba de l UA 2009 a engagé ses États membres à lancer la Campagne sur la réduction accélérée de la mortalité maternelle en Afrique, qui reconnaît la nécessité de relever les énormes défis de la mortalité maternelle dans la plupart des pays africains. L UA a également développé une Stratégie de santé africaine , qui vise à compléter les stratégies nationales et régionales existantes. L Assemblée des Chefs d Etat de l Union africaine de juillet 2010 a produit une déclaration sur l action pour la santé maternelle, néonatale et infantile. Au niveau mondial, en septembre 2000, les dirigeants du monde se sont réunis pour adopter la Déclaration du millénaire des Nations Unies, engageant leurs nations pour un partenariat mondial en vue de réduire la pauvreté extrême et d améliorer, entre autres choses, les résultats sanitaires pour la population mondiale. L efficacité de l aide a été mise en exergue en 2005 lorsque les ministres et les chefs des agences de développement ont signé la Déclaration de Paris et se sont engagés à accroître les efforts d harmonisation et d alignement de l aide pour de meilleurs résultats. Le Programme d action d Accra en 2008 s appuie sur les principes de la Déclaration de Paris et l engagement renouvelé pour une aide efficace. En 2006, une Déclaration politique sur le VIH/Sida a été unanimement adoptée par tous les États membres des Nations Unies. La santé maternelle et infantile a également connu une montée de l engagement politique. En septembre 2007, le Partenariat international de la santé et des initiatives associées (IHP+) a lancé des objectifs pour une meilleure harmonisation des engagements de financement des donateurs et une amélioration de la manière dont les agences internationales, les donateurs et les pays en développement oeuvrent ensemble à élaborer et mettre en œuvre des plans nationaux de santé. En septembre 2009, un Nouveau consensus mondial sur la santé de la mère, du nouveau-né et de l enfant, en vue de sauver plus de 10 millions de vies, a été arrêté par une large palette de gouvernements, d organisations non gouvernementales, d agences internationales de la santé et d individus. 17 La santé maternelle, néonatale et infantile est une priorité du développement pour le Sommet du G8 en juin 2010 et le Secrétaire général des Nations Unies a développé et lancé une stratégie mondiale pour la santé maternelle et infantile. En septembre 2010, pendant le lancement de cette stratégie mondiale, des engagements d un total supérieur à 40 milliards de dollars US ont été pris pour l avancement des questions de santé maternelle et infantile

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39.

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39. postes de haut-fonctionnaires sont détenus par des femmes 38. Mais dans l ensemble, les avancées enregistrées par les pays africains dans leur progression vers la réalisation d une meilleure parité entre

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011.

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011. Document final des consultations régionales sur le programme de développement après-2015 Contexte Partout dans le monde, les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ont généré des actions de

Plus en détail

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE L INVESTISSEMENT DANS LA SANTE POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIOECONOMIQUE DE L AFRIQUE ARRIERE-PLAN La Commission macroéconomie et santé (CMS), qui réunit des économistes de premier plan et des experts de la

Plus en détail

Harmonisation pour la santé en Afrique (HHA) Cadre d action

Harmonisation pour la santé en Afrique (HHA) Cadre d action Bureau régional pour l Afrique Harmonisation pour la santé en Afrique (HHA) Cadre d action - 2 - Historique 1.1 En Afrique, sous l effet conjugué de la pauvreté et des faibles investissements dans la santé,

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD

Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD À l approche de l échéance 2015 pour la réalisation des OMD, il est essentiel de faire le point sur les progrès accomplis par l Afrique.

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

L ÉDUCATION COMPTE. Vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement

L ÉDUCATION COMPTE. Vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture L ÉDUCATION COMPTE Vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement Les dessins originaux reproduits dans

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Un Aperçu de la Situation de l'assainissement en Afrique

Un Aperçu de la Situation de l'assainissement en Afrique Un Aperçu de la Situation de l'assainissement en Afrique Extrait de Un Aperçu de la Situation de l Eau Potable et de l'assainissement en Afrique Une perspective régionale s'appuyant sur des données récentes

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Table ronde ReMed «Améliorer l acc accès aux soins des Femmes et des Enfants» Paris, 4 novembre 2011 Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Jean-Marie Trapsida Coordonnateur,

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Trente-et-unième réunion 18 avril 2015 Déclaration de Mr. Regis Immongault Ministre de l économie, de la promotion des investissements et de la prospective Gabon

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

COMPTE À REBOURS JUSQU À zero

COMPTE À REBOURS JUSQU À zero COMPTE À REBOURS JUSQU À zero Y croire Le faire. PLAN MONDIAL POUR ÉLIMINER LES NOUVELLES INFECTIONS À VIH CHEZ LES ENFANTS À L HORIZON 2015 ET MAINTENIR LEURS MÈRES EN VIE 2011-2015 Copyright 2011 Programme

Plus en détail

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L Aide publique au développement (APD) désigne les dépenses publiques au bénéfice des pays en développement dont le but essentiel est de favoriser le développement économique

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face La professionnalisation des gestionnaires de chaîne logistique de santé publique pour de meilleurs résultats en matière de santé Livre blanc n 1 Coalition pour les Produits de Santé de la Procréation Défis

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Vingt-neuvième réunion Le 12 avril 2014 Déclaration de M. Akagha-Mba, Ministre de l Économie et de la Prospective, Gabon Représentant les pays suivants : Bénin,

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Renforcement des systèmes de santé

Renforcement des systèmes de santé SOIXANTE-QUATRIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A64/13 Point 13.4 de l ordre du jour provisoire 7 avril 2011 Renforcement des systèmes de santé Tendances et défis actuels Rapport du Secrétariat POUR

Plus en détail

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Guinée Guinée Bissau

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN

FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN Publié en novembre 2014 Afin de bien former des interventions, évaluer les progrès, et selon le cas, raffiner leurs stratégies, les décideurs ont

Plus en détail

DEUXIÈME RECONSTITUTION DES RESSOURCES 2015 2018 250 MILLIONS DE RAISONS D INVESTIR DANS L ÉDUCATION : UN PLAIDOYER EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT

DEUXIÈME RECONSTITUTION DES RESSOURCES 2015 2018 250 MILLIONS DE RAISONS D INVESTIR DANS L ÉDUCATION : UN PLAIDOYER EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT DEUXIÈME RECONSTITUTION DES RESSOURCES 2015 2018 250 MILLIONS DE RAISONS D INVESTIR DANS L ÉDUCATION : UN PLAIDOYER EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT La pauvreté mondiale diminuerait de 12 % si tous les élèves

Plus en détail

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 On sait avec certitude que des dizaines de milliers de familles vivant dans la partie ouest du Sahel sont en situation d extrême détresse à cause

Plus en détail

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI)

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) Un partenariat en appui aux politiques environnementales en Afrique de l Ouest PROGRAMME AFRIQUE CENTRALE ET OCCIDENTALE

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE RAPPORT SUR LE STATUT DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE Possibilités et Enjeux RAPPORT SUR LE STATUT DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE Possibilités et Enjeux

Plus en détail

COLLECTION PROGRÉS ET IMPACT. Lutte contre le paludisme et vies sauvées : sur la voie des Objectifs du Millénaire pour le Développement

COLLECTION PROGRÉS ET IMPACT. Lutte contre le paludisme et vies sauvées : sur la voie des Objectifs du Millénaire pour le Développement COLLECTION PROGRÉS ET IMPACT Lutte contre le paludisme et vies sauvées : sur la voie des Objectifs du Millénaire pour le Développement RÉSUMÉ DU RAPPORT Décembre 21 sera l heure du bilan de la décennie

Plus en détail

Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009)

Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009) Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009) Intervention de M. Assane Diop Directeur exécutif Secteur de la Protection sociale Bureau

Plus en détail

Développement du capital humain en AFRIQUE LA BANQUE MONDIALE

Développement du capital humain en AFRIQUE LA BANQUE MONDIALE Développement du capital humain en AFRIQUE LA BANQUE MONDIALE PRIORITÉS URGENTES EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT HUMAIN EN AFRIQUE Faciliter l acquisition par les jeunes Africains, dont le nombre progresse

Plus en détail

GUIDE DE SUIVI ET D ÉVALUATION

GUIDE DE SUIVI ET D ÉVALUATION GUIDE DE SUIVI ET D ÉVALUATION Lutte contre le VIH, la tuberculose, le paludisme et renforcement des systèmes de santé et des systèmes communautaires Partie 1 : Exigences du système de suivi et d évaluation

Plus en détail

SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL

SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL N 20 le 09 mai 2012 SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL L e Ministre de la Santé SEM Ba

Plus en détail

POINT DE DÉCISION DE LA FRANCOPHONIE : STOPPER LES NOUVELLES INFECTIONS AU VIH ET GARANTIR LES TRAITEMENTS POUR TOUS

POINT DE DÉCISION DE LA FRANCOPHONIE : STOPPER LES NOUVELLES INFECTIONS AU VIH ET GARANTIR LES TRAITEMENTS POUR TOUS POINT DE DÉCISION DE LA FRANCOPHONIE : STOPPER LES NOUVELLES INFECTIONS AU VIH ET GARANTIR LES TRAITEMENTS POUR TOUS SOMMET DE LA FRANCOPHONIE kinshasa Octobre 2012 Messages clés : Les pays membres de

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Note Oxfam France juin 2010 D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Analyse de l APD française au secteur agriculture et sécurité alimentaire La crise alimentaire

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie de mobilisation de ressources

Plus en détail

6-8 Mai 2014, Dakar, Sénégal

6-8 Mai 2014, Dakar, Sénégal Atelier régional HHA pour le renforcement des capacités de la société civile, des parlementaires et des media dans l analyse des budgets et le plaidoyer pour la santé de la mère et de l enfant 6-8 Mai

Plus en détail

LES OMD EN CHIFFRES. Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION

LES OMD EN CHIFFRES. Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION 1 LES OMD EN CHIFFRES Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION Faisant suite à la Déclaration du Millénaire, le bureau du PNUD en Haïti s est attelé à faire la promotion des Objectifs du Millénaire pour

Plus en détail

3 The Millennium Development Goals: Report 2010. Objectifs du Millénaire pour le développement Rapport 2014. asdf NATIONS UNIES

3 The Millennium Development Goals: Report 2010. Objectifs du Millénaire pour le développement Rapport 2014. asdf NATIONS UNIES 3 The Millennium Development Goals: Report 2010 Objectifs du Millénaire pour le développement Rapport 2014 asdf NATIONS UNIES Le présent rapport est fondé sur un ensemble de données compilées par le Groupe

Plus en détail

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL Durban, Afrique du Sud 6-7 Septembre 2012 Thème «Amélioration de l infrastructure institutionnelle et humaine

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT EMBARGO Le présent document ne doit pas être cité ou résumé par la presse, la radio, la télévision ou des médias électroniques avant le

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Les parlementaires africains Reconnaissant que les parlements

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

Notice de sélection pour Consultant Individuel IC-UPS/021/2013

Notice de sélection pour Consultant Individuel IC-UPS/021/2013 Notice de sélection pour Consultant Individuel IC-UPS/021/2013 Date: 15 Février 2013 Pays Intitulé de la mission : République Démocratique du Congo RDC Sélection d un consultant Chef d équipe pour l élaboration

Plus en détail

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III)

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) DIRECTIVES ET FORMAT POUR LA PRÉPARATION DE RAPPORTS NATIONAUX SUR SIX SUJETS PRINCIPAUX, TRENTE

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal)

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal) Classement Doing Business (Les performances du ) Secrétariat du Conseil Présidentiel de l Investissement 52-54, rue Mohamed V, BP 430, CP 18524, Dakar Tél. (221) 338.49.05.55 - Fax (221) 338.23.94.89 Email

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE/PROJETS. Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida Hon. Dr. Sabine NTAKARUTIMANA

DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE/PROJETS. Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida Hon. Dr. Sabine NTAKARUTIMANA DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE/PROJETS Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida Hon. Dr. Sabine NTAKARUTIMANA Plan de présentation Introduction Etat des lieux du secteur Stratégies

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

Enjeux de santé globale à partir de 2015 la Couverture santé universelle accès équitable aux soins pérenne et pour tous»

Enjeux de santé globale à partir de 2015 la Couverture santé universelle accès équitable aux soins pérenne et pour tous» Enjeux de santé globale à partir de 2015 la Couverture santé universelle accès équitable aux soins pérenne et pour tous» Les Amis du Fonds mondial Cycle d information et d échanges Yous Hannah 30/09/2014

Plus en détail

Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP

Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP 17 Septembre 2013, 9h00 Tunis, Tunisie Monsieur le Directeur du Département Assurance

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Commission de la condition de la femme Cinquante-quatrième session 1 er -12 mars 2010 Point 3 a) de l ordre du jour Suivi de la quatrième Conférence

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Voies d engagements en matière de RHS BENIN

Voies d engagements en matière de RHS BENIN Voies d engagements en matière de RHS BENIN 1) Quelles sont les actions voies en matière de ressources humaines pour la santé (RHS) sur lesquels votre pays/institution peut s engager? Les femmes au Bénin

Plus en détail

FR 31IC/11/5.3.2 Original : anglais Pour décision

FR 31IC/11/5.3.2 Original : anglais Pour décision FR 31IC/11/5.3.2 Original : anglais Pour décision XXXI e CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Genève, Suisse 28 novembre 1 er décembre 2011 Réduire les inégalités en matière

Plus en détail

Nations Unies. Note d information du Secrétaire général* *0840769* 25 juillet 2008 Français Original : anglais 08-40769 (F)

Nations Unies. Note d information du Secrétaire général* *0840769* 25 juillet 2008 Français Original : anglais 08-40769 (F) Nations Unies 25 juillet 2008 Français Original : anglais Réunion de haut niveau sur les objectifs du Millénaire pour le développement Passer à l action pour réaliser les objectifs du Millénaires pour

Plus en détail

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE 37 ème Assemblée Générale de la FANAF YAOUDE (CAMEROUN) 23-28 Février 1 ASSURANCE MALADIE 2 - Un des principaux

Plus en détail

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Le programme de prêts pour les études à temps partiel Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Décembre 2001 1 Introduction Une revendication vieille de plus de dix ans

Plus en détail

Renforcement de la Nutrition (SUN) Stratégie du mouvement [2012-2015]

Renforcement de la Nutrition (SUN) Stratégie du mouvement [2012-2015] Renforcement de la Nutrition (SUN) Stratégie du mouvement [2012-2015] Septembre 2012 Table des Matières SYNOPSIS... 1 A : VISION ET OBJECTIFS DU MOUVEMENT SUN... 2 B : APPROCHES STRATÉGIQUES ET OBJECTIFS...

Plus en détail

Santé maternelle et infantile: les dividendes de la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Santé maternelle et infantile: les dividendes de la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES. Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres

L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES. Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres Promotion de l égalité des sexes

Plus en détail

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT SOMMAIRE Introduction... 2 I. Aperçu sur le fondement de la gestion axée sur les résultats... 3 1.1. De nouveaux

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

asdf Deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 madrid

asdf Deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 madrid Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 Promouvoir la santé et le bien-être des personnes âgées : actif «Nous sommes témoins d une révolution silencieuse qui bien au-delà de la sphère démographique a des incidences

Plus en détail

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008 Le Budget Genre au Maroc, une perspective stratégique pour l égalité des sexes et l habilitation des femmes Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie

Plus en détail

Évaluation : rapport annuel

Évaluation : rapport annuel CONSEIL EXÉCUTIF EB137/7 Cent trente-septième session 8 mai 2015 Point 8.2 de l ordre du jour provisoire Évaluation : rapport annuel 1. Le Conseil exécutif à sa trente et unième session a approuvé la politique

Plus en détail

RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES EUROPEENNES ELEMENTS DE CONTEXTE

RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES EUROPEENNES ELEMENTS DE CONTEXTE RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES EUROPEENNES SUR L EFFICACITE DE L AIDE EXTERIEURE AUX SYSTEMES DE SANTE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE ELEMENTS DE CONTEXTE L audit réalisé par la Cour des Comptes européennes

Plus en détail

Cameroun. Projet de descriptif de programme de pays 2013-2017

Cameroun. Projet de descriptif de programme de pays 2013-2017 Cameroun Projet de descriptif de programme de pays 2013-2017 Le projet de descriptif de programme de pays relatif au Cameroun (E/ICEF/2012/P/L.35) a été présenté au Conseil d administration pour examen

Plus en détail

pas de santé sans ressources humaines

pas de santé sans ressources humaines Résumé Une vérité universelle : pas de santé sans ressources humaines + alliance mondiale pour les personnels de santé Résumé Objectif Le présent rapport est destiné à éclairer les débats du troisième

Plus en détail

Réaliser les objectifs du Millénaire pour le développement en Afrique

Réaliser les objectifs du Millénaire pour le développement en Afrique Réaliser les objectifs du Millénaire pour le développement en Afrique Recommandations du Groupe de pilotage pour la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement en Afrique Juin 2008 Pour

Plus en détail

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique?

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Note de position de CARE sur le changement climatique Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Le changement climatique représente une menace sans précédent pour les populations des pays en

Plus en détail

Le point sur l épidémie de sida

Le point sur l épidémie de sida 07 Le point sur l épidémie de sida ONUSIDA/07.27F / JC1322F (version française, décembre 2007) Version originale anglaise, UNAIDS/07.27E / JC1322E, décembre 2007 : AIDS epidemic update: December 2007 Traduction

Plus en détail

RAPPORT MONDIAL Rapport ONUSIDA sur l épidémie mondiale de sida 2013

RAPPORT MONDIAL Rapport ONUSIDA sur l épidémie mondiale de sida 2013 RAPPORT MONDIAL Rapport ONUSIDA sur l épidémie mondiale de sida 2013 Copyright 2013 Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) Tous droits de reproduction réservés. Les appellations employées

Plus en détail

QUATRIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS ISTANBUL, TURQUIE DU 9 AU 13 MAI 2011

QUATRIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS ISTANBUL, TURQUIE DU 9 AU 13 MAI 2011 QUATRIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS ISTANBUL, TURQUIE DU 9 AU 13 MAI 2011 Bureau du Haut Représentant pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral

Plus en détail

Réunion préparatoire du groupe d experts de la troisième Conférence des ministres africains chargés de l enregistrement des faits d état civil

Réunion préparatoire du groupe d experts de la troisième Conférence des ministres africains chargés de l enregistrement des faits d état civil Commission de l Union africaine Réunion préparatoire du groupe d experts de la troisième Conférence des ministres africains chargés de l enregistrement des faits d état civil République de Côte d Ivoire

Plus en détail

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance OUTILS DÉCISIONNELS DU FIDA EN MATIÈRE DE FINANCE RURALE 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance Action: Mener à bien le

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2012-2016 CONSEIL DE CONCERTATION POUR L APPROVISIONNEMENT EN EAU ET L ASSAINISSEMENT

PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2012-2016 CONSEIL DE CONCERTATION POUR L APPROVISIONNEMENT EN EAU ET L ASSAINISSEMENT PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2012-2016 CONSEIL DE CONCERTATION POUR L APPROVISIONNEMENT EN EAU ET L ASSAINISSEMENT TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS....................................................

Plus en détail

Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena. 28-30 avril 2015

Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena. 28-30 avril 2015 Deuxi ème jour Premier jour Jour 0 Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena 28-30 avril 2015 Date Heure Activité Veille du forum (Hôtel KEMPINSKI) Arrivée

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail