PAYS LES MOINS AVANCES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PAYS LES MOINS AVANCES"

Transcription

1 PAYS LES MOINS AVANCES CE QU IL FAUT SAVOIR ET CE QU IL FAUT FAIRE Bureau du Haut Représentant pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petits États insulaires en développement (UN-OHRLLS)

2

3 SOMMAIRE Qu entend-on par PMA? 2 3 ENGAGEMENT 1 Encourager une action axée sur la population 4 5 ENGAGEMENT 2 Bonne gouvernance aux niveaux national et international 6 7 ENGAGEMENT 3 Création des capacités humaines et institutionnelles 8 9 ENGAGEMENT 4 Création de capacités productives afi n que la mondialisation soit bénéfi que aux PMA ENGAGEMENT 5 Amélioration du rôle du commerce dans le développement ENGAGEMENT 6 Réduction de la vulnérabilité et protection de l environnement ENGAGEMENT 7 Mobilisation des ressources fi nancières Nouveaux enjeux Carte des PMA

4 A PROPOS DES PAYS MOINS AVANCES Qu entend-on par PMA? Depuis 1971, les Nations Unies reconnaissent les Pays moins avancés (PMA) comme étant le «maillon le plus faible et le plus pauvre» de la communauté internationale. Ils sont extrêmement désavantagés dans leur processus de développement et risquent, plus que les autres, de ne pas pouvoir s extirper de la pauvreté. À ce titre, les PMA nécessitent un appui spécial de la part de la communauté internationale. Combien de pays comptent les PMA? Quarante-neuf pays sont actuellement classés parmi les PMA par les Nations Unies. Géographiquement, ils se distribuent comme suit: Afrique: 33 pays l Angola, le Bénin, le Burkina Faso, le Burundi, la République centrafricaine, le Tchad, les Comores, la République démocratique du Congo, Djibouti, la Guinée équatoriale, l Érythrée, l Éthiopie, la Gambie, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Lesotho, le Libéria, Madagascar, le Malawi, le Mali, la Mauritanie, le Mozambique, le Niger, le Rwanda, Sao Tomé-et-Principe, le Sénégal, la Sierra Leone, la Somalie, le Soudan, le Togo, l Ouganda, la Tanzanie et la Zambie. Asie et Pacifique: 15 pays l Afghanistan, le Bangladesh, le Bhoutan, le Cambodge, Kiribati, la République démocratique populaire Lao, les Maldives, le Myanmar, le Népal, le Samoa, les Îles Salomon, le Timor-Leste, Tuvalu, Vanuatu et le Yémen. Amérique latine et les Caraïbes: 1 pays Haïti. Quels sont les critères qualifiant un pays comme faisant partie des PMA? Le Comité des politiques de développement de l ONU (CDP) utilise les critères suivants pour identifi er les PMA:» Revenu bas, mesuré en fonction du revenu moyen par personne calculé sur trois ans. Un revenu moyen inférieur à 745 dollars des États-Unis par personne, par an est pris en considération pour que le pays soit inclus dans la liste des PMA et doit être supérieur à 900 dollars des États-Unis pour que le pays soit admis au retrait de cette liste.» Ressources humaines faibles, mesurées par des indicateurs de nutrition, de mortalité infantile en dessous de cinq ans; nombre d élèves inscrits dans l enseignement secondaire; et taux d alphabétisme des adultes.» Vulnérabilité économique élevée, mesurée en fonction de la taille de la population; éloignement; diversité des produits exportés, part de l agriculture, de l industrie forestière et des pêcheries dans l économie; instabilité de la production agricole; 2

5 instabilité des exportations de marchandises et de services; et privation de logement due aux catastrophes naturelles. Un pays doit satisfaire ces trois critères pour être inscrit à la liste des PMA. De plus, sa population ne doit pas dépasser les 75 millions. Un pays pris en considération doit donner son accord avant que son statut de PMA soit approuvé par le Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC). Quels critères doivent être pris en considération pour être admis au retrait de la liste des PMA? Pour cesser d être un PMA, le pays doit atteindre les niveaux minima imposés afi n d être admis au retrait de la liste pour au moins deux des trois critères précités, ou bien son revenu par habitant doit dépasser de deux fois le niveau minimum fi xé. La probabilité que le niveau de revenu ait un caractère durable doit être considérée comme élevée. Il y a une période de transition douce destinée à aider les pays admis au retrait de la liste à mettre en œuvre les ajustements nécessaires leur permettant de compenser la perte d avantages associés au statut de PMA. Quels sont les avantages que les PMA reçoivent? Les mesures internationales de soutien associées au statut de PMA concernent les préférences commerciales, le fi nancement du développement, y compris l aide publique au développement, l allègement de la dette, l assistance technique et d autres formes de soutien. Les PMA qui sont membres de l Organisation mondiale du commerce (OMC) bénéfi cient également d un traitement spécial et différencié en ce qui concerne les obligations découlant de l OMC. Quels sont les pays ayant été admis au retrait de la liste des PMA? Depuis que la catégorie a été établie en 1971, seuls deux pays ont été admis au retrait. Le Botswana en 1994 et le Cap-Vert en Pour les Maldives, le retrait est prévu en Quel est le Programme d action de Bruxelles pour les PMA? Adopté à la Troisième Conférence des Nations Unies sur les pays moins avancés à Bruxelles ayant eu lieu en mai 2001 en Belgique, le Programme d action défi nit les actions à mettre en œuvre par les PMA et les partenaires les aidant à se développer de manière durable. L objectif au sens large poursuivi par le Programme en 10 ans consiste à réduire de manière non négligeable la pauvreté extrême et la faim par des interventions ciblées dans sept domaines interconnectés (voir le point suivant). Il défi nit 30 objectifs de développement, les objectifs du Millénaire pour le développement étant inclus, à atteindre dans les PMA. La quatrième Conférence des Nations Unies sur les pays les moins avancés chargée d évaluer les progrès socio-économiques accomplis dans les PMA et d adopter les mesures d action ultérieures aura lieu en

6 ENGAGEMENT Observateur militaire des Nations Unies prêtant main forte à un orphelinat soudanais au Soudan Photo de l ONU, Arpan Munier Les pauvres d abord en finir avec la pauvreté et les inégalités dans les PMA 4

7 ENCOURAGER UNE ACTION AXÉE SUR LA POPULATION Ce qu il faut SAVOIR» Les PMA ne sont pas à même d atteindre l objectif qui consiste à réduire de moitié la partie de la population se trouvant dans un état de pauvreté extrême (les personnes vivant avec moins de 1 dollar par jour)» 277 millions de personnes, soit 36 % de la population, vivent avec moins de 1 dollar par jour» Trente et un pour cent de personnes sont sous-alimentées par rapport à 17 % dans les autres pays en développement Ce qu il faut FAIRE» Promouvoir une croissance socialement responsable et favorable aux pauvres, conjuguée à une croissance du PNB durable d au moins 7 % par an» Mettre en place des fi lets de sécurité sociaux efficaces pour les plus vulnérables» Donner les moyens à la population vivant dans la pauvreté, notamment les femmes, les enfants et les autres groupes marginalisés, de participer à la prise de décision Actions menées par les PMA» Soutenir les initiatives qui contribuent à rendre autonomes la population vivant dans la pauvreté, notamment les femmes et les enfants» Améliorer la gestion économique» S assurer que les bénéfi ces recueillis de la croissance profi tent aux pauvres» Accroître l accès aux services sociaux et à l activité économique» Développer les liens entre l agriculture et les petites entreprises» Encourager sur une vaste échelle la population à participer au développement Actions menées par les partenaires du développement» Augmenter l autonomisation et l implication des PMA dans les stratégies de développement» Soutenir de manière accrue les efforts déployés par les PMA pour rendre autonomes la population vivant dans la pauvreté» Seconder les efforts déployés par les PMA pour mettre en place des fi lets de sécurité sociaux effi caces» Organiser des campagnes d information auprès du public pour accroître la prise de conscience quant aux défi s auxquels les PMA sont confrontés sur le plan du développement 5

8 1 ENGAGEMENT Mission des Nations Unies au Népal: Népalaise de 80 ans participant à des élections historiques Photo de l ONU, Nayan Tara La bonne gouvernance pour une plus grande efficacité et une meilleure distribution des biens et services 6

9 BONNE GOUVERNANCE AUX NIVEAUX NATIONAL ET INTERNATIONAL Ce qu il faut SAVOIR» Depuis 2001, il y a eu moins de confl its dans les PMA» Les élections sont quasiment universelles» Des progrès ont été accomplis dans la réforme de la justice et de la législation» Une attention accrue est accordée à l État de droit Ce qu il faut FAIRE» Renforcer l État de droit et la justice sociale» Combattre la corruption» Promouvoir et respecter, dans leur ensemble, les droits de l homme, reconnus par la communauté internationale» Promouvoir l égalité entre les sexes et l émancipation de la femme» Accroître le rôle des PMA dans la prise de décision mondiale Actions menées par les PMA» Renforcer l État de droit» Renforcer les efforts déployés pour combattre la corruption» Promouvoir et respecter, dans leur ensemble, les droits de l homme, reconnus par la communauté internationale» Faire régner la transparence au niveau des pouvoirs publics, établir un système judiciaire accessible et indépendant» Mettre en œuvre des politiques nationales destinées à empêcher les confl its» Promouvoir l égalité entre les sexes et l émancipation de la femme Actions menées par les partenaires du développement» Soutenir la participation effective des PMA au dialogue international, aux actions menées en faveur du développement, de la paix et de la sécurité, ainsi que dans la prise de décision et l établissement des règles» Fournir une aide adéquate contribuant à prévenir et à résoudre les confl its, ainsi qu à rétablir la paix après un confl it» Soutenir les efforts déployés par les PMA pour renforcer leur capacité institutionnelle à empêcher les pratiques de corruption et le blanchiment d argent 7

10 1 2 ENGAGEMENT Étudiants timorais, Timor-Leste Photo de l ONU, Martine Perret Investir dans la pauvreté n est pas de la charité; cela profite à tout le monde 8

11 CREATION DE CAPACITES HUMAINES ET INSTITUTIONNELLES Ce qu il faut SAVOIR» Les femmes issues des PMA ont une chance sur 16 de mourir en couche ; par comparaison, ce chiffre est de un sur en Amérique du Nord» Un enfant né dans un PMA a 26 fois plus de chance de mourir avant son 5e anniversaire qu un enfant qui est né dans un pays développé» Afrique sub-saharienne, il y a actuellement 4,1 millions de personnes frappés du sida qui ont un besoin immédiat de médicaments antirétroviraux capables de leur sauver la vie» La malaria tue un enfant africain toutes les 30 secondes» Quarante-six pour cent des fi lles dans les pays pauvres n ont pas accès à l enseignement primaire» Il n y a que 94,3 chercheurs scientifi ques par million de personnes dans les PMA contre 313 dans les autres pays en développement et dans les pays riches Ce qu il faut FAIRE» Accroître les dépenses consacrées à la santé, à l éducation et à la création d emplois» S assurer que tous les enfants terminent un enseignement primaire de bonne qualité» Encourager les investissements créateurs d emplois du secteur privé» En partenariat avec la société civile, entreprendre des actions de mobilisation sociale, de formation et d autonomisation pour faciliter la participation des pauvres à l activité économique Actions menées par les PMA» Augmenter les dépenses dans les services sociaux de base» Encourager l implication du secteur privé dans la fourniture de services sociaux» Améliorer le nombre de fi lles inscrites dans l enseignement primaire et secondaire tant dans les zones urbaines que rurales» Promouvoir une législation ad hoc prônant une intégration et une inclusion sociales accrues» Promouvoir la diversifi cation des sources de revenu» Instaurer le microcrédit et le renforcer Actions menées par les partenaires du développement» Augmenter l aide au développement fournie aux PMA leur permettant de créer des infrastructures sociales et d instaurer des services sociaux» Aider les PMA à développer des filets de sécurité efficaces et des mécanismes de réaction rapide pour faire face aux catastrophes naturelles» Fournir l appui des donateurs pour renforcer véritablement les capacités nationales des PMA et NON PAS les remplacer» Fournir les ressources financières et non financières nécessaires aux activités menées dans le domaine de la recherche et du développement» Soutenir les PMA pour que ceux-ci puissent avoir accès aux technologies de l information et de la communication 9

12 1 2 3 ENGAGEMENT Travailleurs de l usine Sonapi Industrial Park, Haïti Photo de l ONU, Eskinder Debebe L accroissement de la production est la clé ouvrant la porte du développement durable aux PMA 10

13 CREATION DE CAPACITES PRODUCTIVES AFIN QUE LA MONDIALISATION SOIT BENEFIQUE AUX PMA Ce qu il faut SAVOIR» Les PMA possèdent le nombre d infrastructures matérielles le moins élevé du monde» La consommation d électricité par habitant dans les PMA était de 7 % du niveau atteint dans les autres pays en développement et de 1,6 % de celui atteint dans les pays de l OCDE» Seulement 16 % de la population des PMA ont accès à l électricité par comparaison à 53 % dans les autres pays en développement» Vingt-deux pour cent des routes sont asphaltées dans les PMA par comparaison à 43 % dans les pays en développement et 88 % dans les pays de l OCDE» La part du marché mondial du tourisme représentée par les PMA est de l ordre de 1 %; le nombre de visiteurs dans les PMA a augmenté de 48 % entre 2000 et 2005 Ce qu il faut FAIRE» Créer un environnement favorable à l esprit d entreprise et à l investissement» Augmenter les investissements privés et publics dans l agriculture et les infrastructures» Augmenter la capacité des PMA à produire et à rivaliser avec la concurrence» Octroyer un traitement spécial aux PMA en ce qui concerne l acquisition, le transfert et le développement de technologies» Accroître l accès aux outils modernes d information et de communication Actions menées par les PMA» Promouvoir une approche régionale et subrégionale bilatérale concernant le développement de l infrastructure économique pour obtenir des économies d échelle» Faciliter la disponibilité d une énergie à un prix abordable» Augmenter les investissements publics et privés dans l agriculture et les programmes consacrés aux infrastructures économiques et sociales rurales» Augmenter l accès des pauvres, en particulier des femmes, aux services d appui et aux ressources productives» Renforcer l agriculture et les institutions chargées du développement rural Actions menées par les partenaires du développement» Soutenir les efforts déployés par les PMA pour mettre à niveau et développer l infrastructure matérielle» Promouvoir les liens entre les institutions chargées de la recherche et du développement dans les PMA et leurs partenaires de développement» Soutenir les actions prises par les PMA pour améliorer la productivité agricole et augmenter la compétitivité» Soutenir les efforts déployés par les PMA pour accroître les investissements publics et privés et le transfert de technologies écologiquement propres à des conditions favorables» Seconder les efforts déployés par les PMA pour doper la production alimentaire au bénéfi ce des pauvres 11

14 ENGAGEMENT Femmes rurales au Sénégal vendant de la confi ture de mangue et de pommes de terre Photo de l ONU, Evan Schneider Abolir les quotas, favoriser les échanges commerciaux en franchise de droits et rendre le commerce équitable pour tous les PMA 12

15 AMELIORATION DU ROLE DU COMMERCE DANS LE DEVELOPPEMENT Ce qu il faut SAVOIR» Les PMA représentent un quart du nombre de pays dans le monde et possèdent un dixième de la population mondiale, mais leur part dans les exportations mondiales est inférieure à 1 %» En faisant baisser les prix mondiaux, les subventions agricoles dans les pays développés privent les PMA de revenus et augmentent la pauvreté des petits exploitants agricoles dans les PMA» Les produits provenant des PMA disposent d un accès préférentiel aux marchés des États-Unis, de l Union européenne et de certains pays en développement. Pour la plupart des PMA, les exportations vers ces marchés n ont pas augmenté dans des proportions importantes en raison, d une part, de l exclusion des marchandises qu ils sont capables de produire à des conditions compétitives, et, d autre part, des barrières non tarifaires et du manque de capacité à produire dans les PMA Ce qu il faut FAIRE» Intégrer le commerce dans les politiques nationales de développement» Fournir un accès au marché exempt de barrières à tous les produits en provenance des PMA» Éliminer les subventions faussant les échanges commerciaux, et affectant la compétitivité des marchandises provenant des PMA Actions menées par les PMA» Améliorer l ouverture économique et la prédictibilité des politiques menées» Supprimer les goulets d étranglement institutionnel qui augmentent le coût des transactions» Exploiter les opportunités en matière d accès se présentant sur le marché» Promouvoir les échanges commerciaux et la compétitivité des exportations» Accroître l intégration économique régionale Actions menées par les partenaires du développement» Fournir un accès au marché totalement exempt de droits et de quotas à tous les produits en provenance des PMA» Aider les PMA à accéder à l OMC et à mettre en œuvre des accords de commerce multilatéraux» Aider les PMA à diversifi er leur économie et à augmenter leurs capacités productives» Apporter leur appui aux accords de commerce régionaux 13

16 ENGAGEMENT 7 6 Promotion de l agriculture durable, Bhoutan 2001 Photo de l ONU Protéger les ressources naturelles pour les générations futures 14

17 REDUCTION DE LA VULNERABILITE & PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT Ce qu il faut SAVOIR» En dépit de leur contribution relativement faible au réchauffement mondial, les PMA sont affectés de manière disproportionnée par le changement climatique» Les PMA ont des populations à forte dominance rurale et sont largement dépendants des ressources naturelles» La principale source d énergie dans les PMA est le bois servant de combustible, ce qui contribue à la déforestation, à la désertifi cation et à la pollution de l air à l intérieur des habitations. La pollution à l intérieur des habitations est l une des principales causes des décès prématurés dans le monde» La prévalence de la dégradation du sol dans les terres cultivées, les pâturages et les terrains forestiers pèse sur la croissance économique, le développement humain et la viabilité environnementale» Quatre PMA ont atteint l objectif fi xé concernant l eau potable la Guinée, le Malawi, le Népal et Tuvalu. Dans 15 autres des pays les plus pauvres, les progrès sont lents le Bangladesh, Haïti et 13 pays africains Ce qu il faut FAIRE» Intégrer complètement la viabilité environnementale dans les politiques, les programmes et les pratiques touchant au développement» Sensibiliser le grand public aux pratiques écologiquement rationnelles» Aider les PMA à protéger l environnement et à s adapter aux conséquences négatives entraînées par les changements climatiques Actions menées par les PMA» Développer et appliquer des stratégies nationales favorisant le développement durable» Renforcer la capacité institutionnelle et technique de promouvoir une croissance durable de l économie» Renforcer le rôle important joué par les femmes dans la gestion des terres et des forêts» Développer la capacité de répondre aux défi s environnementaux» Renforcer les politiques et les mécanismes d atténuation des effets des catastrophes Actions menées par les partenaires du développement» Faciliter le fi nancement et le transfert aux PMA de technologies écologiquement rationnelles» Aider les PMA à s adapter au changement climatique» Partager les informations utiles ayant trait aux catastrophes, y compris des données transmises par satellite 15

18 ENGAGEMENT 7 Émancipation des femmes par le microcrédit au Bangladesh Photo de la Banque mondiale, Shehzad Noorani Plus d aide, meilleur usage de l aide 16

19 MOBILISATION DE RESSOURCES FINANCIERES Ce qu il faut SAVOIR» L aide aux PMA a augmenté pour passer de 13 milliards en 1996 à 30 milliards de dollars des États-Unis en Toutefois, une bonne partie de l augmentation était attribuable à des aides d urgence et à des remises de dette.» En 2006, seuls 6 donateurs sur 22 soit juste un peu plus qu en 2000 ont rempli l objectif consistant à donner 0,20 % de leur revenu national sous forme d aide aux PMA.» Les envois de fonds des travailleurs ont plus que doublé et sont passés en moyenne de 5 milliards de dollars des États-Unis annuellement entre 1995 et 1999 à 13 milliards de dollars des États-Unis en La part de ces envois représentait plus de 10 % du revenu national d Haïti, du Lesotho, du Népal et de la Gambie. Ce qu il faut FAIRE» Fournir aux PMA entre 0,15 et 0,20 % du revenu national brut au titre de l aide publique au développement (APD) avant 2010 au plus tard» Annuler la dette insoutenable des PMA» Donner la priorité aux PMA dans les programmes d aide au développement à tous les niveaux» Augmenter la transparence et la responsabilisation quant à l utilisation de l aide Actions menées par les PMA» Établir des liens plus étroits entre le secteur fi nancier et les objectifs et priorités en matière de développement» Instaurer des politiques visant à attirer les capitaux étrangers et juguler la fuite des capitaux» Prévenir la corruption, les pots-de-vin et le blanchiment d argent, le transfert illégal de fonds et autres activités illicites exercées par des entités tant publiques que privées» Renforcer la mobilisation des ressources nationales Actions menées par les partenaires du développement» Fournir leur appui dans le but d améliorer la mobilisation des ressources nationales dans les PMA» Remplir les engagements ayant été pris en vue de dissocier l aide apportée aux PMA, ce qui augmentera sensiblement la valeur de celle-ci» Encourager les flux parallèles, y compris les flux d investissement, à destination des PMA» Effectuer des progrès rapides afin que soit annulé complètement l endettement des PMA lourdement endettés 17

20 NOUVEAUX ENJEUX Crise fi nancière internationale La crise fi nancière mondiale qui a débuté en 2008 devrait avoir des répercussions profondes sur les 49 pays les moins avancés du monde. La projection de la croissance escomptée dans le secteur des exportations a lamentablement chuté, menaçant ainsi d annuler les résultats obtenus dans les PMA. On peut dès à présent observer des pertes d emploi annonciatrices d un bond en avant des taux de pauvreté. À la suite de la crise fi nancière et à défaut d être aidés par la communauté internationale, les PMA vont vraisemblablement devoir faire face à un accroissement des inégalités qui, indubitablement, entraînera une augmentation de la famine, une hausse brutale de la mortalité infantile et puerpérale et une prolifération accrue des maladies. Les PMA constituent le maillon le plus faible et le plus pauvre de la société mondiale et sont dès lors les plus vulnérables aux chocs fi nanciers. Par conséquent, le chemin les menant de la crise actuelle vers le redressement trouvera ses fondements dans la coopération mutuelle et le partenariat avec la communauté internationale. Changements climatiques Possédant le niveau le plus faible en termes de capacité adaptative dû à un manque de ressources et à des infrastructures défaillantes les PMA restent les plus vulnérables au changement climatique. La qualité de vie et les moyens de subsistance de la plupart des PMA seront compromis par l impact négatif exercé par le changement climatique dans un avenir prévisible. L adaptation au changement climatique dans les PMA doit devenir, au sein de la communauté internationale, un objectif clé du développement durable. Certains enjeux particulièrement importants résident dans la place qu occupent la recherche et le développement, la mise en œuvre de bonnes stratégies d adaptation, le recours à de bonnes pratiques, le renforcement des capacités et le développement de coalitions et de partenariats internationaux. Il n y a pas de temps à perdre. 18

21 Sécurité alimentaire Bien que la quantité de nourriture soit en augmentation à l échelle mondiale, un nombre élevé de PMA, notamment en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne, continuent depuis des décennies de souffrir des crises alimentaires. Plus de 300 millions d Africains ne jouissent d aucune sécurité alimentaire, soit près d un tiers de la population du continent. De nombreux pays sont passés du statut d exportateurs nets de produits alimentaires dans les années 70 au statut d importateurs ces dernières années. Les pays africains, par exemple, importent 25 % environ de leurs produits alimentaires, ce qui se traduit par une facture alimentaire annuelle de 15 milliards de dollars des États-Unis. La raison est à rechercher dans le fait que les produits alimentaires cultivés dans le pays sont plus chers que ceux qui sont importés. Les fermiers locaux ne peuvent résister à la concurrence et sont évincés des opérations commerciales sur leur marché national. Ils sont contraints d importer leur production à l étranger au lieu de la vendre chez eux. La productivité agricole reste faible; elle n est pas à même de répondre à la croissance de la population, à l urbanisation, à la croissance des revenus et aux changements d habitudes alimentaires. Il conviendrait de considérer la crise alimentaire de 2008 comme un appel à la population à se réveiller. Si aucune mesure n est prise maintenant, l insécurité alimentaire continuera à persister dans les PMA. 19

22 LES 49 PAYS LES MOINS DEVELOPPES AU MONDE Liste établie par le Département de l information des Nations Unies DPI/2346 Imprimé en juin 2004 Zones frontalières litigieuses corrigées en avril 2003 Afrique» Angola» Bénin» Burkina Faso*» Burundi*» République centrafricaine*» Tchad*» Comores**» République démocratique du Congo» Djibouti 20» Guinée équatoriale» Érythrée» Éthiopie*» Gambie» Guinée» Guinée-Bissau**» Lesotho*» Libéria» Madagascar» Malawi*» Mali*» Mauritanie» Mozambique» Niger*» Rwanda*» São Tomé-et-Principe**» Sénégal» Sierra Leone» Somalie» Soudan

23 » Togo» Ouganda*» République-Unie de Tanzanie» Zambie* Asie et Pacifique» Afghanistan*» Bangladesh» Bhoutan*» Cambodge» Kiribati**» République démocratique populaire lao*» Maldives**» Myanmar» Népal*» Samoa**» Îles Salomon**» Timor-Leste**» Tuvalu**» Vanuatu**» Yémen Amérique latine et Caraïbes» Haïti** * Également pays en développement sans littoral ** Également petits États insulaires en développement 21

24 UN-OHRLLS Room S-770, UN Headquarters New York, NY 10017, USA Téléphone: (917) Fax: (917) Courriel: Copyright United Nations 2009 Direction artistique et concept Iratxe Mumford

QUATRIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS ISTANBUL, TURQUIE DU 9 AU 13 MAI 2011

QUATRIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS ISTANBUL, TURQUIE DU 9 AU 13 MAI 2011 QUATRIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS ISTANBUL, TURQUIE DU 9 AU 13 MAI 2011 Bureau du Haut Représentant pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile ANNEXE 1 Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile Pays Pays où il y a un Pays exigeant Pays exigeant risque de transmission la vaccination

Plus en détail

IMPACT DE LA CRISE FINANCIÈRE ET ÉCONOMIQUE MONDIALE SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS

IMPACT DE LA CRISE FINANCIÈRE ET ÉCONOMIQUE MONDIALE SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS IMPACT DE LA CRISE FINANCIÈRE ET ÉCONOMIQUE MONDIALE SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS 2009 Bureau du Haut-Représentant pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petits

Plus en détail

Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD

Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD À l approche de l échéance 2015 pour la réalisation des OMD, il est essentiel de faire le point sur les progrès accomplis par l Afrique.

Plus en détail

Etabli par le secrétariat de la CNUCED. NATIONS UNIES New York et Genève, 2005

Etabli par le secrétariat de la CNUCED. NATIONS UNIES New York et Genève, 2005 3 CONFERENCE DES NATIONS UNIES SUR LE COMMERCE ET LE DEVELOPPEMENT Genève Prof ofil statistique tistique des Pays les Moins Avancés Etabli par le secrétariat de la CNUCED NATIONS UNIES New York et Genève,

Plus en détail

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39.

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39. postes de haut-fonctionnaires sont détenus par des femmes 38. Mais dans l ensemble, les avancées enregistrées par les pays africains dans leur progression vers la réalisation d une meilleure parité entre

Plus en détail

DEUXIÈME RECONSTITUTION DES RESSOURCES 2015 2018 250 MILLIONS DE RAISONS D INVESTIR DANS L ÉDUCATION : UN PLAIDOYER EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT

DEUXIÈME RECONSTITUTION DES RESSOURCES 2015 2018 250 MILLIONS DE RAISONS D INVESTIR DANS L ÉDUCATION : UN PLAIDOYER EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT DEUXIÈME RECONSTITUTION DES RESSOURCES 2015 2018 250 MILLIONS DE RAISONS D INVESTIR DANS L ÉDUCATION : UN PLAIDOYER EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT La pauvreté mondiale diminuerait de 12 % si tous les élèves

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011.

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011. Document final des consultations régionales sur le programme de développement après-2015 Contexte Partout dans le monde, les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ont généré des actions de

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

Programme mondial pour l agriculture et la sécurité alimentaire

Programme mondial pour l agriculture et la sécurité alimentaire Programme mondial pour l agriculture et la sécurité alimentaire Le 1 mars 2013 DIRECTIVES A L INTENTION DES PAYS : PROPOSITIONS DESTINEES AU GUICHET DU SECTEUR PUBLIC TROISIEME APPEL A PROPOSITIONS TRADUCTION

Plus en détail

DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE

DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE STR DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE Directives pour l Amérique du Nord et les Caraïbes Nombre minimum de propriétés Les groupes de compétiteurs doivent inclure

Plus en détail

Tableau récapitulant au 10 octobre 2014 l'état de la Convention et des accords y relatifs

Tableau récapitulant au 10 octobre 2014 l'état de la Convention et des accords y relatifs Information concernant l état de la Convention, de l'accord relatif à l'application de la Partie XI de la Convention et de l Accord aux fins de l'application des dispositions de la Convention relatives

Plus en détail

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1.

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale et pays dont les ressortissants en sont exemptés A. Liste des pays tiers dont les ressortissants

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Centre de recherches conjoncturelles ETH Zurich LEE G 116 Leonhardstrasse 21 892 Zurich Tél. +41 44 632 8 3 Fax +41 44 632 12 18 www.kof.ethz.ch globalization@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich,

Plus en détail

Mortalité par cause spécifique et morbidité

Mortalité par cause spécifique et morbidité par cause spécifique et morbidité Sur 10 décès qui se produisent dans le monde, 6 sont dus à des non, 3 à des pathologies, génésiques ou nutritionnelles et 1 résulte de. De nombreux pays en développement

Plus en détail

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L Aide publique au développement (APD) désigne les dépenses publiques au bénéfice des pays en développement dont le but essentiel est de favoriser le développement économique

Plus en détail

L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES. Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres

L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES. Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres Promotion de l égalité des sexes

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Les progrès vers l éducation pour tous stagnent, mais certains pays montrent la voie à suivre

Les progrès vers l éducation pour tous stagnent, mais certains pays montrent la voie à suivre Les progrès vers l éducation pour tous stagnent, mais certains pays montrent la voie à suivre Document d orientation 14 / Fiche d information 28 Juin 214 Publié conjointement par le Rapport mondial de

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT EMBARGO Le présent document ne doit pas être cité ou résumé par la presse, la radio, la télévision ou des médias électroniques avant le

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Vingt-neuvième réunion Le 12 avril 2014 Déclaration de M. Akagha-Mba, Ministre de l Économie et de la Prospective, Gabon Représentant les pays suivants : Bénin,

Plus en détail

2,4 L indice synthétique de fécondité (ISF) dans le monde. L ISF varie de 1,1 enfant par femme en Lettonie et à Taïwan à 7,1 au Niger.

2,4 L indice synthétique de fécondité (ISF) dans le monde. L ISF varie de 1,1 enfant par femme en Lettonie et à Taïwan à 7,1 au Niger. 43 % Pourcentage d enfants de moins de 5 ans souffrant d insuffisance pondérale au Yémen. 87 % Pourcentage de décès aux USA dus à des maladies non transmissibles telles que les maladies cardiovasculaires,

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

ÉQUIPE DE COMMERCE DES BIENS ET DES PRODUITS DE BASE

ÉQUIPE DE COMMERCE DES BIENS ET DES PRODUITS DE BASE Original: anglais PROGRAMME POUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT ÉQUIPE DE COMMERCE DES BIENS ET DES PRODUITS DE BASE QUELQUES CONSIDÉRATIONS RELIÉES À L ADHÉSION À L ACCORD DU SGPC ET À LA PARTICIPATION

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Trente-et-unième réunion 18 avril 2015 Déclaration de Mr. Regis Immongault Ministre de l économie, de la promotion des investissements et de la prospective Gabon

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES I. SECTEURS D ACTIVITES - Aéronautique - Agriculture - Assurances - Banques (épargne, office des chèques postaux) - Bâtiment et génie civil - Communications - Postes - Télécommunications

Plus en détail

INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD

INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD Programme des Nations Unies pour le développement LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD Les élections

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Je tiens à vous informer que j'ai décidé d afficher le poste de Directeur du Bureau de la gestion des ressources humaines, à Paris (France).

Je tiens à vous informer que j'ai décidé d afficher le poste de Directeur du Bureau de la gestion des ressources humaines, à Paris (France). 09/12/2014 Réf. : Objet : CL/4083 Directeur (D-2) du Bureau de la gestion des ressources humaines Paris, France HRM 237 Madame, Monsieur, Je tiens à vous informer que j'ai décidé d afficher le poste de

Plus en détail

L ALLIANCE INTERNATIONALE CONTRE LA FAIM. Document de stratégie

L ALLIANCE INTERNATIONALE CONTRE LA FAIM. Document de stratégie L ALLIANCE INTERNATIONALE CONTRE LA FAIM L union des forces pour éradiquer la faim dans le monde Document de stratégie Le présent document de stratégie de l Alliance internationale contre la faim a été

Plus en détail

OUVRIR DE NOUVEAUX HORIZONS

OUVRIR DE NOUVEAUX HORIZONS CTA: OUVRIR DE NOUVEAUX HORIZONS 01 CTA : Ouvrir de nouveaux horizons Le CTA a identifié trois domaines clés dans lesquels il croit pouvoir apporter une contribution significative et unique, et pour lesquels

Plus en détail

Conseil d administration 317 e session, Genève, 6-28 mars 2013 GB.317/LILS/1(Rev.)

Conseil d administration 317 e session, Genève, 6-28 mars 2013 GB.317/LILS/1(Rev.) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 317 e session, Genève, 6-28 mars 2013 GB.317/LILS/1(Rev.) Section des questions juridiques et des normes internationales du travail Segment des

Plus en détail

Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS

Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS Pourquoi faut-il changer la définition des besoins non satisfaits en matière de planification familiale? Le concept de besoins

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Faire une demande de visa

Faire une demande de visa CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION Quatorzième session de la Conférence des Parties La Haye (Pays-Bas), 3 15 juin 2007 Faire une demande

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

SAEGIS SUR SERION DES BASES DE DONNÉES DIVERSIFIÉES. UNE COUVERTURE MONDIALE. THOMSON COMPUMARK. Registre international.

SAEGIS SUR SERION DES BASES DE DONNÉES DIVERSIFIÉES. UNE COUVERTURE MONDIALE. THOMSON COMPUMARK. Registre international. DES DIVERSIFIÉES. UNE COUVERTURE MONDIALE. REUTERS/ANDY GAO Registre international Registre international Amérique du Nord Bermudes Canada Mexique États-Unis : Marques fédérales, Marques d État Amérique

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

Troisième partie ANNEXE STATISTIQUE

Troisième partie ANNEXE STATISTIQUE Troisième partie ANNEXE STATISTIQUE Troisième partie A N N e x e s t a t i s t i Q u e 99 Notes relatives aux tableaux annexes Signes conventionnels On trouvera, dans les tableaux, les signes conventionnels

Plus en détail

3 The Millennium Development Goals: Report 2010. Objectifs du Millénaire pour le développement Rapport 2014. asdf NATIONS UNIES

3 The Millennium Development Goals: Report 2010. Objectifs du Millénaire pour le développement Rapport 2014. asdf NATIONS UNIES 3 The Millennium Development Goals: Report 2010 Objectifs du Millénaire pour le développement Rapport 2014 asdf NATIONS UNIES Le présent rapport est fondé sur un ensemble de données compilées par le Groupe

Plus en détail

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE L INVESTISSEMENT DANS LA SANTE POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIOECONOMIQUE DE L AFRIQUE ARRIERE-PLAN La Commission macroéconomie et santé (CMS), qui réunit des économistes de premier plan et des experts de la

Plus en détail

Un Aperçu de la Situation de l'assainissement en Afrique

Un Aperçu de la Situation de l'assainissement en Afrique Un Aperçu de la Situation de l'assainissement en Afrique Extrait de Un Aperçu de la Situation de l Eau Potable et de l'assainissement en Afrique Une perspective régionale s'appuyant sur des données récentes

Plus en détail

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Note Oxfam France juin 2010 D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Analyse de l APD française au secteur agriculture et sécurité alimentaire La crise alimentaire

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2012-2016 CONSEIL DE CONCERTATION POUR L APPROVISIONNEMENT EN EAU ET L ASSAINISSEMENT

PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2012-2016 CONSEIL DE CONCERTATION POUR L APPROVISIONNEMENT EN EAU ET L ASSAINISSEMENT PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2012-2016 CONSEIL DE CONCERTATION POUR L APPROVISIONNEMENT EN EAU ET L ASSAINISSEMENT TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS....................................................

Plus en détail

La faim dans le monde recule, mais 805 millions de personnes souffrent encore de sous-alimentation chronique

La faim dans le monde recule, mais 805 millions de personnes souffrent encore de sous-alimentation chronique 214 Édition 214 de L état de l insécurité alimentaire dans le monde EN BREF La faim dans le monde recule, mais 8 millions de personnes souffrent encore de sous-alimentation chronique Messages clés Les

Plus en détail

ANNULATION DE LA DETTE EXTÉRIEURE POUR LES PAYS TOUCHÉS PAR LA MALADIE À VIRUS EBOLA

ANNULATION DE LA DETTE EXTÉRIEURE POUR LES PAYS TOUCHÉS PAR LA MALADIE À VIRUS EBOLA ANNULATION DE LA DETTE EXTÉRIEURE POUR LES PAYS TOUCHÉS PAR LA MALADIE À VIRUS EBOLA Janvier 2015 Annulation de la dette extérieure pour les pays touchés par la maladie à virus Ébola ANNULATION DE LA

Plus en détail

Fonds. Soutien aux Entreprises en Afrique

Fonds. Soutien aux Entreprises en Afrique Fonds d Investissement et de Soutien aux Entreprises en Afrique Paul Kabré S impliquer et investir aux côtés des entreprises africaines PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L EMPLOI EN AFRIQUE FISEA est un fonds

Plus en détail

Le point sur l épidémie de sida

Le point sur l épidémie de sida 07 Le point sur l épidémie de sida ONUSIDA/07.27F / JC1322F (version française, décembre 2007) Version originale anglaise, UNAIDS/07.27E / JC1322E, décembre 2007 : AIDS epidemic update: December 2007 Traduction

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE WT/COMTD/LDC/W/48 1 er octobre 2010 (10-4993) Sous-Comité des pays les moins avancés ACCÈS AUX MARCHÉS POUR LES PRODUITS ET SERVICES DONT L'EXPORTATION PRÉSENTE UN INTÉRÊT

Plus en détail

L ÉDUCATION COMPTE. Vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement

L ÉDUCATION COMPTE. Vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture L ÉDUCATION COMPTE Vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement Les dessins originaux reproduits dans

Plus en détail

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix»

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Prévention des crises et consolidation de la paix : les défis Quelque 1,5 milliard

Plus en détail

Tableaux statistiques

Tableaux statistiques Tableaux statistiques Statistiques économiques et sociales sur les pays et territoires du monde, se rapportant en particulier au bien-être des enfants. Vue d ensemble...82 Note générale sur les données...82

Plus en détail

S. A. BANQUE DE CREDIT A L EXPORTATION DE TURQUIE

S. A. BANQUE DE CREDIT A L EXPORTATION DE TURQUIE S. A. BANQUE DE CREDIT A L EXPORTATION DE TURQUIE PROGRAMME DU CREDIT AUX ACHETEURS DES PAYS DESTINE AU SECTEUR DE FABRICATION DE MACHINES AVEC LA COOPERATION DE L UNION DES EXPORTATEURS DE MACHINES ET

Plus en détail

Travailleurs migrants et transferts de fonds vers l Afrique

Travailleurs migrants et transferts de fonds vers l Afrique Travailleurs migrants et transferts de fonds vers l Afrique Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté 100 Marchés, environnement porteur et perspectives des transferts

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

BRIEFING NOTE 1 ETATS DES LIEUX DE LA MICRO-ASSURANCE EN AFRIQUE. 1. Dénombrer les bénéficiaires de la micro-assurance sur le continent africain

BRIEFING NOTE 1 ETATS DES LIEUX DE LA MICRO-ASSURANCE EN AFRIQUE. 1. Dénombrer les bénéficiaires de la micro-assurance sur le continent africain BRIEFING NOTE 1 Microinsurance Innovation Facility ETATS DES LIEUX DE LA MICRO-ASSURANCE EN AFRIQUE 1. Dénombrer les bénéficiaires de la micro-assurance sur le continent africain En Afrique, la micro-assurance

Plus en détail

Les économies de l Afrique de l Ouest : un portrait statistique

Les économies de l Afrique de l Ouest : un portrait statistique Les économies de l Afrique de l Ouest : un portrait statistique Ce bref portrait statistique porte sur l Afrique de l Ouest, région qui regroupe ici les quinze pays membres de la CEDEAO (Communauté Economique

Plus en détail

29 juin 2010, Luxembourg. Avec Samba Dia, Directeur Adjoint de l ins tu on de microfinance UM-PAMECAS, Sénégal. XIVème Midi de la microfinance

29 juin 2010, Luxembourg. Avec Samba Dia, Directeur Adjoint de l ins tu on de microfinance UM-PAMECAS, Sénégal. XIVème Midi de la microfinance 29 juin 2010, Luxembourg Avec Samba Dia, Directeur Adjoint de l ins tu on de microfinance UM-PAMECAS, Sénégal XIVème Midi de la microfinance INTRODUCTION La microfi nance au service des migrants...p.5

Plus en détail

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal)

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal) Classement Doing Business (Les performances du ) Secrétariat du Conseil Présidentiel de l Investissement 52-54, rue Mohamed V, BP 430, CP 18524, Dakar Tél. (221) 338.49.05.55 - Fax (221) 338.23.94.89 Email

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

PRESENTATION DES CONCLUSIONS PRELIMINAIRES DE L ANALYSE DES CONTRAINTES A L INVESTISSEMENT PRIVE ET A LA CROISSANCE ECONOMIQUE

PRESENTATION DES CONCLUSIONS PRELIMINAIRES DE L ANALYSE DES CONTRAINTES A L INVESTISSEMENT PRIVE ET A LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1 PRESENTATION DES CONCLUSIONS PRELIMINAIRES DE L ANALYSE DES CONTRAINTES A L INVESTISSEMENT PRIVE ET A LA CROISSANCE ECONOMIQUE 2 L analyse des contraintes à l investissement privé et à la croissance

Plus en détail

Directeur Bureau de la gestion des ressources humaines (HRM) UNESCO 7 place de Fontenoy 75352 Paris 07-SP France.

Directeur Bureau de la gestion des ressources humaines (HRM) UNESCO 7 place de Fontenoy 75352 Paris 07-SP France. 30/07/2015 Réf.: Objet : CL/4128 Directeur (D-1) Institut de l'unesco pour l'application des technologies de l'information à l'éducation (ITIE) Moscou, Fédération de Russie 2RUED0900OS Madame, Monsieur,

Plus en détail

Guide à l usage des participants à la Conférence des Parties

Guide à l usage des participants à la Conférence des Parties 13 Conférence des Parties à la Convention-cadre de l OMS pour la lutte antitabac Sixième session Moscou (Fédération de Russie), 13 18 octobre 2014 FCTC/COP/6/DIV/2 30 mai 2014 Guide à l usage des participants

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Investir dans la santé pour l Afrique L argumentation en faveur du renforcement des systèmes pour de meilleurs résultats sanitaires

Investir dans la santé pour l Afrique L argumentation en faveur du renforcement des systèmes pour de meilleurs résultats sanitaires Investir dans la santé pour l Afrique L argumentation en faveur du renforcement des systèmes pour de meilleurs résultats sanitaires Harmonisation pour la santé en Afrique Table des matières Résumé analytique...iii

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN AFRIQUE: BILAN, PERSPECTIVES ET CHOIX DES POLITIQUES ÉCONOMIQUES

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN AFRIQUE: BILAN, PERSPECTIVES ET CHOIX DES POLITIQUES ÉCONOMIQUES UNCTAD/GDS/AFRICA/1 TD/B/48/12 CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN AFRIQUE: BILAN, PERSPECTIVES ET CHOIX DES POLITIQUES ÉCONOMIQUES NATIONS UNIES

Plus en détail

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Stratégie environnementale du Groupe de la Banque mondiale 2012 2022 THE WORLD BANK ii Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Résumé analytique

Plus en détail

RENFORCEMENT DE LA SÛRETÉ MARITIME AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE

RENFORCEMENT DE LA SÛRETÉ MARITIME AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE RENFORCEMENT DE LA SÛRETÉ MARITIME AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE Renforcement de la sûreté maritime en Afrique de l Ouest et du Centre: Réseau intégré de garde-côtes L OMI a mis au point, avec l aide

Plus en détail

Génération des forces de police Standards et Procédures

Génération des forces de police Standards et Procédures Génération des forces de police Standards et Procédures Forum régional de Yaoundé 8-10 novembre 2009 Participation aux OMP: pratiques et paramètres par Mody BERETHE Divison Police des Nations Unies/DOMP

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Orange accompagne vos activités à l international

Orange accompagne vos activités à l international Orange accompagne vos activités à l international Vos activités sortent souvent du territoire métropolitain et nécessitent que vos collaborateurs se déplacent à l étranger ou dans les DOM. Découvrez ci-dessous

Plus en détail

PAYS EN DÉVELOPPEMENT

PAYS EN DÉVELOPPEMENT Chapitre 6 PAYS EN DÉVELOPPEMENT Comment l OMC traite les besoins spéciaux d un groupe de plus en plus important 1. Aperçu général Sur les 150 membres environ de l OMC, à peu près deux tiers sont des pays

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN RAPPORT 2013 COMMERCE INTRA-AFRICAIN: LIBÉRER LE DYNAMISME DU SECTEUR PRIVÉ

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN RAPPORT 2013 COMMERCE INTRA-AFRICAIN: LIBÉRER LE DYNAMISME DU SECTEUR PRIVÉ C O N F É R E N C E D E S N AT I O N S U N I E S S U R L E C O M M E R C E E T L E D É V E L O P P E M E N T LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN AFRIQUE RAPPORT 2013 COMMERCE INTRA-AFRICAIN: LIBÉRER LE DYNAMISME

Plus en détail

DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE RAPPORT SUR LE STATUT DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE Possibilités et Enjeux RAPPORT SUR LE STATUT DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE Possibilités et Enjeux

Plus en détail

REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI)

REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI) REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI) 1. PRESENTATION DU PROGRAMME Le Fonds Français pour l Environnement Mondial (FFEM) lance une quatrième phase du Programme

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Guinée Guinée Bissau

Plus en détail

Réseau des points focaux de gouvernement du Mouvement SUN : Rapport de la 15 e réunion, du 16 au 23 juin 2014

Réseau des points focaux de gouvernement du Mouvement SUN : Rapport de la 15 e réunion, du 16 au 23 juin 2014 Réseau des points focaux de gouvernement du Mouvement SUN : Rapport de la 15 e réunion, du 16 au 23 juin 2014 La 15 e réunion du Réseau des points focaux de gouvernement du Mouvement SUN a eu lieu entre

Plus en détail

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI)

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) Un partenariat en appui aux politiques environnementales en Afrique de l Ouest PROGRAMME AFRIQUE CENTRALE ET OCCIDENTALE

Plus en détail

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A.

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A. Nations Unies A/RES/58/172 Assemblée générale Distr. générale 11 mars 2004 Cinquante-huitième session Point 117, b, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la

Plus en détail

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification Identification des be Le HCR est pleinement conscient de la nécessité de travailler en étroit partenariat avec ses principaux bailleurs de fonds pour rassembler les ressources dont il doit disposer pour

Plus en détail

Qu est-ce que le commerce équitable?

Qu est-ce que le commerce équitable? FAIR TRADE RULES! Position du mouvement international du commerce équitable en vue de la VI e Conférence Ministérielle de l OMC à Hong Kong Octobre 2005 «Nous, les membres du mouvement international du

Plus en détail

POINT DE DÉCISION DE LA FRANCOPHONIE : STOPPER LES NOUVELLES INFECTIONS AU VIH ET GARANTIR LES TRAITEMENTS POUR TOUS

POINT DE DÉCISION DE LA FRANCOPHONIE : STOPPER LES NOUVELLES INFECTIONS AU VIH ET GARANTIR LES TRAITEMENTS POUR TOUS POINT DE DÉCISION DE LA FRANCOPHONIE : STOPPER LES NOUVELLES INFECTIONS AU VIH ET GARANTIR LES TRAITEMENTS POUR TOUS SOMMET DE LA FRANCOPHONIE kinshasa Octobre 2012 Messages clés : Les pays membres de

Plus en détail

La BAD en bref Mai 2013

La BAD en bref Mai 2013 La BAD en bref Mai 2013 1 Avertissement La Banque africaine de développement ne saurait être tenue pour responsable des erreurs et conséquences pouvant résulter des informations contenues dans cette publication.

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement N 5, Mai 2015 FAITS SAILLANTS : Les zones favorables à une vigilance

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

TD/B/C.I/8. Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement. Nations Unies. Contribution du tourisme au commerce et au développement

TD/B/C.I/8. Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement. Nations Unies. Contribution du tourisme au commerce et au développement Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. générale 10 février 2010 Français Original: anglais TD/B/C.I/8 Conseil du commerce et du développement Commission du

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail