Développement du capital humain en AFRIQUE LA BANQUE MONDIALE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Développement du capital humain en AFRIQUE LA BANQUE MONDIALE"

Transcription

1 Développement du capital humain en AFRIQUE LA BANQUE MONDIALE

2

3 PRIORITÉS URGENTES EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT HUMAIN EN AFRIQUE Faciliter l acquisition par les jeunes Africains, dont le nombre progresse rapidement, des qualifications demandées par le marché du travail Rompre le cercle vicieux des maladies auquel les sociétés et les économies paient un lourd tribut Accroître les opportunités de générer des revenus supplémentaires Renforcer les systèmes de santé pour atteindre des résultats durables Améliorer les taux de scolarisation et la qualité de l enseignement à tous les niveaux Mettre en place des dispositifs de protection sociale durables et innovants Améliorer l efficacité des sommes investies pour atteindre de meilleurs résultats en matière de développement humain Rendre les services accessibles aux pauvres 1

4 RESTER EN PHASE AVEC L AFRIQUE DU XXI e SIÈCLE L Afrique a connu de profonds changements au cours de ce siècle et ce, sur plusieurs fronts, notamment les mouvements de population, la croissance économique, la démocratisation et la technologie, pour ne citer que ces aspects-là. Le programme de développement de la région doit suivre le rythme de ces changements qui s accompagnent d attentes et de besoins différents de ceux du passé, ainsi que de nouvelles opportunités et de nouveaux défis. Une population de jeunes en pleine explosion Aux taux de croissance actuels, la population africaine va probablement doubler en l espace d une génération. Aucune région n a jamais tenté de se développer dans un contexte de croissance démographique aussi rapide. La région connaît également une augmentation considérable de la proportion des jeunes dans l ensemble de la population. En effet, comme le montre la carte ci-dessous, l Afrique est à présent la région «la plus jeune» du monde. Ceci signifie que, moyennant des investissements appropriés à long terme dans l éducation et la santé, cette région a actuellement une chance unique de transformer toute une génération. Demain, il sera trop tard pour une jeunesse africaine en expansion rapide, qui représente déjà 60 % des personnes sans emploi de la région. Les jeunes ont urgemment besoin d une part d acquérir les compétences appropriées qui leur permettront de trouver des emplois et d autre part d être protégés des maladies évitables qui entravent leur productivité. Urbanisation On assiste, à travers le continent, à un processus d urbanisation généralisé, qui reflète à la fois les agressions croissantes dont est victime l environnement, mais aussi l accroissement démographique et enfin une concurrence accrue sur les ressources en terres et en eau. Les mécanismes traditionnels de sécurité sociale axés sur la famille ou sur la collectivité s effondrent au fur et à mesure que les populations désertent les villages pour s installer dans les villes et les métropoles. De nombreux gouvernements africains sont en train de mettre en place ou d étendre des dispositifs de sécurité sociale afin de protéger des chocs soudains les ménages les plus vulnérables. La nécessité de disposer aussi de mécanismes de protection sociale capables de réduire la pauvreté ou de réagir à une vulnérabilité extrême a été douloureusement mise en évidence dans bon nombre de pays pendant les crises alimentaires, pétrolières et financières. MOINS DE 20 ANS PLUS DE 40 ANS DONNÉES NON DISPONIBLES Cette carte a été produite par l Unité de cartographie de la Banque mondiale. Les frontières, les couleurs, les dénominations et toute autre information figurant sur les cartes du présent rapport n impliquent de la part de la Banque mondiale aucun jugement quant au statut juridique d un territoire quelconque et ne signifient nullement que l institution reconnaît ou accepte ces frontières. BIRD AOÛT 2010 Âge médian mondial en 2010 Source: Révision 2008 des Perspectives de la population mondiale, Division de la population de l ONU, Démocratisation Au cours des dix dernières années, le nombre de coups d état perpétrés en Afrique a considérablement diminué et le nombre d élections a augmenté. Dans de nombreux pays, le processus de démocratisation est encore jeune, et les défis posés par la gouvernance et la corruption subsistent encore, mais partout en Afrique les populations demandent de plus en plus des comptes à leurs gouvernements et ceux-ci portent une attention de plus en plus grande aux besoins fondamentaux des populations. Cette évolution a de fortes implications pour le développement. Les résultats doivent être clairement démontrés et les diverses parties prenantes, notamment la société civile, 2

5 doivent être consultées régulièrement. Dans les régions qui comportent encore des risques élevés de conflits internes ou externes, offrir les services essentiels en matière de santé, d éducation et de protection sociale demeure un défi particulièrement important. Croissance économique La croissance économique a été plus forte au cours des dix dernières années qu au cours des années 80, lorsqu elle a en fait ralenti, et l Afrique se remet depuis quelque temps des effets de la crise mondiale. Cependant, près de la moitié de la population a un revenu inférieur à 1,25 dollar par jour et la plupart des gouvernements continuent à être fortement tributaires de l aide étrangère. La majorité des individus travaillent dans le secteur informel ou dans l agriculture de subsistance. Il est plus que jamais indispensable d accorder une plus grande attention au capital humain au fur et à mesure que l Afrique s efforce d améliorer sa productivité agricole et de valoriser les industries, les infrastructures et les technologies dont elle aura besoin pour jouer un plus grand rôle dans l économie mondiale. À titre d exemple, à mesure que les économies cherchent à se diversifier et à dépendre moins des ressources naturelles, l Afrique n a pas seulement besoin de diplômés d universités, mais de diplômés ayant les aptitudes et les compétences en adéquation avec un marché du travail en pleine mutation. La vague des TIC La vague des technologies de l information et de la communication (TIC) dans la région offre de nouvelles voies prometteuses pour transformer les secteurs de l éducation, des soins de santé, des services bancaires, et bien d autres secteurs encore. En matière d éducation, les nouvelles technologies pourraient offrir un moyen peu coûteux d apporter des améliorations radicales des prestations de services. Les TIC offrent par ailleurs de nouvelles opportunités d emplois en Afrique dans le domaine des TI et celui des services assistés par les TI. Les TIC ont également un rôle majeur à jouer dans le cadre de l amélioration des systèmes de santé. Les efforts du Rwanda visant à promouvoir l «e-santé» ou à améliorer les prestations de services grâce à un système de santé informatisé au plan national et à des systèmes d information de proximité constituent un exemple de la manière dont les TIC peuvent être utilisées au profit de la santé. Action collective Le développement de l Afrique est entravé par sa géographie économique : de nombreux petits pays sont enclavés et ont encore des frontières économiques tres fermées. La mise en place de mécanismes qui promeuvent l action régionale et collective pourrait potentiellement permettre à l Afrique de surmonter quelques-unes de ces difficultés. Tant les gouvernements que les citoyens se rendent compte des avantages à tirer des mécanismes gérés en commun tels que ceux qui concernent la recherche, et d une plus grande mobilité de l emploi, comme au sein de la Communauté de l Afrique de l Est. Ceci représente une grande opportunité de partage en matière de développement et de partage des connaissances à travers les frontières. Rôle de la Banque mondiale En tenant compte de ces forces de changement à l œuvre en Afrique, le rôle de la Banque mondiale, qui consiste à aider les gouvernements des pays de la région à développer leur capital humain, est axé sur les résultats et sur la mise en œuvre de réformes dans trois domaines : renforcement des systèmes de santé ; amélioration quantitative et qualitative de l enseignement à tous les niveaux, du primaire au supérieur ; et élargissement de mécanismes de protection sociale appropriés pour les plus pauvres et les plus vulnérables. La réponse renouvelée de la Banque mondiale en Afrique est essentiellement motivée par les besoins des pays en matière de développement, lesquels sont articulés dans les Stratégies d aide aux pays et étayés par un certain nombre de parties prenantes, notamment les gouvernements, les bailleurs de fonds et la société civile. Dans le sillage de la crise financière internationale, les gouvernements font face à une diminution des recettes et les budgets des bailleurs de fonds atteignent leurs limites. La Banque mondiale aide les gouvernements à améliorer l efficacité de leurs dépenses en d autres termes, à obtenir de meilleurs résultats en termes de développement humain à partir de l argent investi et à réaliser des progrès plus rapides vers l atteinte des objectifs de développement pour le Millénaire (ODM). 3

6 L AFRIQUE FACE AU DÉFI DU DÉVELOPPEMENT HUMAIN L Afrique est confrontée à d énormes défis en matière de développement humain. Si les tendances actuelles se maintiennent, la plupart des pays de la région ne pourront atteindre la plupart des objectifs de développement pour le Millénaire (ODM). Cependant, une analyse approfondie révèle que de nombreux pays qui ont commencé avec des résultats très faibles ont enregistré des progrès significatifs et qu il y a eu des exemples de progrès spectaculaires obtenus en peu de temps. Si les succès pouvaient être rapidement élargis sur la base des initiatives qui se sont avérées efficaces, l Afrique pourrait atteindre les objectifs de développement - si ce n est pas à l horizon 2015, du moins dans un avenir proche. Éducation L Afrique fait face à d énormes défis dans le domaine de l éducation. La région doit assurer l enseignement primaire universel non pas seulement le taux d inscription dans les écoles, mais également de bons résultats en termes d acquisition scolaire pour garantir de meilleurs taux d achèvement des cycles d enseignement et une utilisation plus rationnelle des ressources. L Afrique doit simultanément améliorer les opportunités aux niveaux de l enseignement secondaire et supérieur mais aussi de l enseignement professionnel. En effet, tous ces niveaux ont besoin de s étendre et de s améliorer pour combler l énorme déficit que les jeunes africains accusent en matière de connaissances et de compétences. À titre d exemple, la région a besoin d environ un million d enseignants du primaire à l horizon Elle a également besoin de médecins, d infirmières, d avocats, d ingénieurs, de scientifiques et d autres professionnels. D autres secteurs, comme les infrastructures et la santé, influencent le secteur de l éducation. C est ainsi que les écoles ont besoin de suffisamment d espace physique pour les salles de classe, et doivent être situées dans des lieux convenables et être aménagées de manière à en rendre l admission et l accès faciles et sécurisés pour les filles. De même, une alimentation appropriée, des activités d éveil et une bonne santé générale dans la petite enfance ont une grande influence sur les acquis scolaires, ce qui donne toute leur importance aux interventions en matière de développement qui vont du stade prénatal à l âge de 8 ans. Alors que l Afrique a enregistré des progrès réels dans le domaine de la scolarisation dans de nombreux pays comme l Éthiopie, le Kenya, Madagascar, le Mozambique, le Nigeria et la Tanzanie, il n en demeure pas moins nécessaire de mener une action rapide et globale à divers niveaux dans tout le secteur de l éducation afin d améliorer la pertinence et la qualité des services. Santé Pendant des décennies, certaines régions d Afrique sont restées enfermées dans le cercle vicieux de la pauvreté, de la faim et de la maladie. De meilleurs résultats pour chacun en matière de santé, notamment pour les plus pauvres, dépendent en grande partie de l accès à des soins de santé de qualité et de systèmes de santé plus solides. Trop souvent, il n y a simplement pas suffisamment d infrastructures sanitaires et de travailleurs de la santé ; les médicaments et d autres fournitures essentielles ne parviennent pas aux populations à temps ; et la qualité des services est médiocre. Pour trouver des solutions durables en matière de santé et pour sortir du cercle vicieux de la maladie, les pays et les partenaires ont besoin d entreprendre des actions coordonnées pour renforcer les systèmes de santé et accroître l accès équitable à des soins de santé de qualité. Ceci inclut l accès aux méthodes modernes de contraception et aux soins prénataux, afin de faire baisser le taux de fécondité de la région qui est exceptionnellement élevé, et réduire le taux de mortalité maternelle. De nombreux pays ont enregistré des progrès remarquables par exemple grâce au financement axé sur les résultats pour les formations sanitaires de base au Rwanda, aux programmes de nutrition de proximité au Sénégal et à un meilleur accès aux soins de santé parmi les populations les plus pauvres de la Tanzanie. De tels efforts doivent être transposés ailleurs et amplifiés dans toute la région. 4

7 Protection sociale Dans une Afrique constamment en proie à de profondes mutations et vulnérable à différents types de chocs, la protection sociale offre la sécurité aux plus pauvres, leur permettant de protéger, voire de renforcer, tant leur capital humain que leur capital physique en temps de crises ou dans des situations de vulnérabilité. Elle peut les protéger de la faim et de la malnutrition et maintenir leur accès à l éducation et à d autres services de base. La vulnérabilité touche de nombreux domaines mauvaises récoltes, variabilité du climat, déscolarisation des enfants ou réduction de l apport nutritionnel suite à la baisse de revenus, ainsi qu un certain nombre de problèmes liés aux marchés du travail, à la répartition des terres, aux droits de propriété et à l exécution des contrats. Comme la crise financière internationale l a montré, lorsque les recettes de l État s amenuisent et que les budgets des partenaires extérieurs sont soumis à des contraintes, les pauvres risquent de perdre leur accès déjà limité aux services d éducation et de santé de base. Les gouvernements africains s efforcent depuis quelque temps de maintenir les services existants et ce, au moment même où la demande de ces services s est accrue sous l effet des crises alimentaires, pétrolières et financières. Il ne manque pas d exemples de programmes de protection sociale en place à travers l Afrique, comme c est le cas en Éthiopie où plus de 10 millions de personnes ont bénéficié de transferts supplémentaires en espèces ou sous forme de produits alimentaires pendant la crise internationale. Néanmoins, beaucoup reste à faire au niveau régional. Au moment où l Afrique est confrontée à d énormes défis en matière de développement humain, on observe que : n 200 millions de personnes souffrent de malnutrition chronique et 43 % des enfants âgés de moins de 5 ans souffrent d un retard de croissance consécutif à la malnutrition n 38 % des adultes de la région sont analphabètes ; 37 % des enfants ne termineront pas leur cycle primaire, et seulement 5 % des élèves ayant l age d aller à l Université y sont inscrits n Les jeunes représentent 60 % du nombre total des chômeurs de la région n 51 % de la population ont un revenu de 1,25 dollar ou moins par jour, ce qui fragilise considérablement les ménages n Suite à la crise financière internationale, entre et enfants en bas âge, des filles pour la plupart, pourraient être décédés dans la région en 2009 n 90 % des décès imputés au paludisme dans le monde surviennent en Afrique ; le paludisme tue pratiquement un enfant de moins de 5 ans sur 6 n Plus de 22 millions de personnes vivent avec le VIH/sida. La Banque mondiale aide les pays à investir dans le capital humain Renforcer les systèmes de santé en vue de meilleurs résultats : en Zambie, on distribue aux enfants des médicaments d importance vitale contre le paludisme grâce à une chaîne d approvisionnement améliorée. Préparer les jeunes à devenir des adultes accomplis : Au Nigéria, les filles bénéficient de transferts monétaires pour les encourager à poursuivre des études secondaires. Aider les pays à étendre les filets sociaux de sécurité : Pendant la crise financière internationale, plus de 10 millions de personnes en Éthiopie bénéficient de transferts supplémentaires en espèces et sous forme de produits alimentaires. 5

8 NOS ACTIVITÉS : PRINCIPAUX THÈMES À TRAVERS LES SECTEURS Les activités de la Banque mondiale en matière de développement humain en Afrique couvrent les domaines de la santé, de l éducation et de la protection sociale ; un accent particulier étant mis sur l innovation, les résultats et les améliorations au plan de la gouvernance et de la responsabilisation. La Banque aide les gouvernements à subvenir aux besoins élémentaires des enfants pendant les toutes premières années si importantes de leur vie, à faciliter l acquisition par les jeunes des compétences demandées par le marché du travail et à offrir plus d opportunités aux filles. La Banque mondiale facilite également l élaboration de programmes régionaux qui couvrent des groupes de pays. Développement du jeune enfant À travers toute l Afrique, 71 millions d enfants n exploitent pas toutes leurs potentialités à cause de la pauvreté et d une mauvaise qualité de l alimentation et des soins. C est la raison pour laquelle il est particulièrement important d assurer le développement de la petite enfance (DPE) développement physique, cognitif, linguistique et socio-émotionnel depuis le stade prénatal jusqu à l âge de 8 ans. Une bonne santé, une bonne alimentation, et des activités d éveil précoce pendant cette période jouent un rôle essentiel dans le développement du cerveau et pour le bien-être de l enfant. N ayant pas accès à des programmes de DPE de qualité, les enfants pauvres sont distancés par leurs camarades plus fortunés avant même d avoir commencé à aller à l école. Le fossé s élargit au fur et à mesure qu ils grandissent. Des programmes de DPE de qualité améliorent les résultats en fournissant des intrants essentiels en matière de santé et de nutrition, un meilleur accès à l enseignement primaire et plus de chances de s y maintenir, une meilleure égalité hommes-femmes en matière d éducation, des taux de redoublement plus faibles et de meilleurs résultats scolaires. Grâce à des fonds fiduciaires financés par ses partenaires donateurs, la Banque mondiale apporte un appui technique et financier à plusieurs pays en matière de DPE (Guinée, Libéria, Malawi, Mali, Mozambique, Niger, Nigéria, Sénégal, Tanzanie et Zambie). Jeunes, emplois, connaissances et compétences L Afrique compte environ 200 millions de jeunes plus de 20 % de la population. Pour satisfaire leurs besoins, les systèmes d enseignement doivent se focaliser davantage sur le développement des connaissances et des compétences requises par le marché du travail et sur de solides partenariats public-privé. L Afrique doit agir maintenant pour assurer non seulement un enseignement primaire de qualité pour tous, mais également pour développer et améliorer l enseignement professionnel et supérieur. La Banque mondiale apporte son assistance en appuyant l emploi des jeunes et la multiplication des possibilités d apprentissage et de formation. À titre d exemple, «Les jeunes, et non le pétrole, constitueront la ressource la plus précieuse du XXIe siècle.» le projet Croissance et emploi au Nigéria appuie les secteurs dominés par les jeunes, en l occurrence les TIC, la musique, le spectacle et les services d accueil. La Banque mondiale aide les gouvernements à étendre et à améliorer l enseignement supérieur et à renforcer les liens entre la formation proposée et la demande du marché dans des domaines allant de l expertise technique en science et en technologie aux aptitudes générales requises par le monde du travail. La formation holistique pour les filles - un autre secteur d intervention privilégié est dispensée à travers les interventions au titre de l Initiative pour les adolescentes au Libéria, au Rwanda et au Sud Soudan. Financement basé sur les résultats Le financement basé sur les résultats (FBR) est un mécanisme de financement qui met un accent particulier sur l obligation de rendre compte et sur les résultats en matière de développement. Par exemple, en matière de santé, il peut prendre la forme d un paiement effectué à un prestataire de service public (comme un établissement de soins en milieu rural) à condition que des résultats définis à l avance et mesurables aient été atteints dans des domaines prioritaires. Le FBR contribue à mettre en place des systèmes de santé plus solides et plus fonctionnels, qui fournissent à temps aux groupes clés, comme les mères et les enfants, les services essentiels. Les recherches récentes ont montré l importance des mesures incitatives qui donnent de meilleurs résultats que le simple fait d accroître les ressources disponibles. La réussite au Rwanda, grâce à la démarche du FBR, comporte de nombreuses idées et leçons pour d autres pays africains à faible revenu confrontés eux aussi à d énormes défis en matière de prestation des services de base. Avec l appui de la Banque mondiale, le FBR est en train de s étendre à plusieurs pays africains, notamment au Bénin, au Burundi, au Cameroun, en République démocratique du Congo et en Zambie. En avril 2010, le Burundi est ainsi devenu le deuxième pays africain à mettre en œuvre au plan national le FBR dans le secteur de la santé et les premiers signes sont encourageants, avec des taux d utilisation des principaux services de santé de base qui s accroissent déjà. Le Bénin est sur la même lancée avec l appui de la Banque et d autres bailleurs de fonds. Nigeria : The Next Generation Report, British Council, Harvard School of Public Health, 2010 (Nigéria: Le Rapport de la génération future, British Council, Ecole de la santé publique d Harvard, 2010) 6

9 Gouvernance et obligation de rendre compte Partout en Afrique, la Banque favorise la gouvernance et l éthique de responsabilité dans tous les secteurs, grâce à la collaboration et au partenariat entre les parties prenantes. Cette approche aborde le problème classique du dysfonctionnement des institutions publiques, ainsi que celui de la corruption et de la mauvaise gouvernance qui peuvent compromettre les progrès économiques et sociaux. Une mauvaise gestion du secteur public, la corruption et une gouvernance laissant à désirer entravent la croissance économique, et ont tendance à affecter les pauvres de manière disproportionnée, en augmentant le prix des services publics et en restreignant leur accès à l éducation, aux soins de santé et aux services sociaux. Parmi les principaux domaines de l administration publique qui se sont avérés pertinents pour améliorer l accès et la qualité des prestations de services, on peut citer la gestion des dépenses publiques, de la performance et des ressources humaines sectorielles, ainsi que le renforcement sur mesure des capacités institutionnelles. Programmes régionaux En plus des efforts déployés au niveau des pays, la Banque mondiale facilite les projets en faveur de groupes de pays qui sont confrontés aux mêmes défis. On peut, à titre d exemple, citer le projet de mise en réseau des laboratoires qui a été récemment lancé dans quatre pays d Afrique de l Est. Ce projet contribue à renforcer les capacités en ce qui concerne les activités de diagnostic et de surveillance par-delà les frontières nationales et à obtenir par la suite de meilleurs résultats contre les maladies grâce à un diagnostic rapide et fiable, en particulier pour les patients souffrant de tuberculose et de coinfections à la tuberculose et au VIH. Un autre exemple est le Programme de partenariat relatif au VIH/sida de l Autorité intergouvernementale pour le développement (IRAPP), motivé par une volonté partagée de mettre en place une collaboration internationale dans la lutte contre les épidémies, programme financé par des dons administrés par la Banque mondiale. Accélérer les progrès vers l atteinte des objectifs de développement pour le Millénaire (ODM) Les résultats de l Afrique en ce qui concerne les ODM vont déterminer, dans une large mesure, la situation du monde entier par rapport à ces objectifs globaux. Un effort de grande envergure est maintenant nécessaire pour transposer les cas de réussite et amplifier les progrès dans toute la région. Un effort particulier vers l atteinte des objectifs de développement humain Certains domaines clés qui vont nécessiter un effort particulier entre 2010 et 2015 relèvent de l éducation, de la santé et de la protection sociale. Les principaux défis à relever dans ces domaines portent sur : n Le renforcement des dispositifs de protection sociale dans les pays ayant une population pauvre exposée à des risques tels que les changements climatiques et les prix élevés des produits alimentaires n L expansion rapide d interventions particulièrement efficaces en matière de nutrition pour les enfants âgés de moins de deux ans et pour les femmes enceintes n Un accès plus équitable à une éducation et à des soins de santé de meilleure qualité n Le renforcement des systèmes de santé un facteur clé dans le cadre des progrès vers la réalisation des objectifs de santé maternelle et infantile, ainsi que dans le cadre de la lutte contre les maladies transmissibles et non transmissibles. n L amélioration des méthodes de suivi et d évaluation par le renforcement des capacités en matière de statistiques dans les pays n La coordination de la réponse internationale aux situations de conflit et de post-conflit. Comment la Banque mondiale aide les gouvernements n En améliorant la politique nutritionnelle et en renforçant les programmes de nutrition de proximité, comme par exemple au Sénégal n En augmentant les appuis en faveur de la protection sociale, en réponse à la crise financière n En contribuant à l accélération du taux d inscription dans les écoles primaires enregistrée dans de nombreux pays, notamment l Éthiopie, le Kenya, Madagascar, le Mozambique, le Nigéria et la Tanzanie n En aidant les pays à satisfaire les besoins des familles en matière de planning familial, une des principales causes de mortalité maternelle et infantile dans les pays à faible revenu ayant des taux de fécondité très élevés n En renforçant les systèmes de santé et en finançant des interventions stratégiques telles que la distribution massive de moustiquaires pour protéger du paludisme (45 millions de moustiquaires imprégnées financées par la Banque mondiale à ce jour) n En prenant l initiative, de concert avec l Organisation mondiale de la santé, du Partenariat international pour la santé qui s est associé a l Initiative catalytique et à la Campagne mondiale pour la réalisation des ODM relatifs à la santé pour assurer un appui coordonné de la part des principales institutions. 7

10 ÉDUCATION : DES ENJEUX IMPORTANTS POUR L AFRIQUE Ces dix dernières années ont vu d énormes progrès dans les systèmes d enseignement en Afrique, en particulier au niveau de l enseignement primaire. Plus de 90 % des enfants de la région ont actuellement accès au cours élémentaire de première année. Il s agit là d un acquis très important, mais cela reste insuffisant. Le taux réel de fréquentation reste bas, tout comme les acquis scolaires. Nombreux sont les enfants qui ne terminent jamais leur cycle primaire, et parmi eux, on compte les enfants les plus vulnérables comme les orphelins du SIDA, les filles et les enfants qui vivent dans les zones de conflits. Le grand nombre de jeunes sans emploi reflète la nécessité impérieuse d un enseignement supérieur qui forme des diplômés qualifiés et employables. Et la migration urbaine rapide engendre de nouveaux défis pour fournir des services d éducation. La Banque mondiale, qui est le principal bailleur de fonds multilatéral dans le domaine de l éducation en Afrique, aide les gouvernements à mettre l éducation de base à la portée de millions d enfants, tout en trouvant des voies efficaces pour assurer l enseignement secondaire, professionnel et supérieur. Elle contribue au développement holistique du secteur de l éducation, en utilisant des approches différentes en fonction des réalités des pays. Enseignement primaire À travers le continent, à peine les deux tiers des enfants qui entrent à l école primaire terminent leur cycle complet. Et seulement 50 % de ceux-ci acquièrent véritablement les connaissances et compétences requises. Près de la moitié des enfants déscolarisés dans le monde se trouvent en Afrique subsaharienne. La forte croissance démographique signifie que la pression ne fera qu augmenter en ce qui concerne les inscriptions dans les écoles, rendant tout aussi importants les objectifs de quantité et de qualité de l enseignement. De même, les acquis récents, pour prometteurs qu ils soient, continuent de dépendre lourdement de l aide extérieure en dépit des augmentations impressionnantes des budgets de l éducation nationale. La qualité, l équité et le financement tels sont les principaux défis du sous-secteur de l enseignement primaire. La Banque mondiale a apporté un solide appui à l enseignement primaire universel grâce à des opérations spécifiques aux secteurs financées par le biais de l Association internationale de développement (IDA) et des fonds fiduciaires, mais aussi au travers d appuis au budget général et à des programmes d infrastructures pour la construction des écoles. La Banque Mondiale a également appuyé des pays en gérant six fonds fiduciaires multi-bailleurs destinés à promouvoir l éducation dans les zones de conflit. De même, la plupart des opérations du Fonds catalytique de l Initiative de mise en œuvre accélérée du programme Éducation pour tous (EPT) (il s agit d un fonds fiduciaire multi-bailleurs) ont permis d aider les pays dans le domaine de l enseignement primaire. Dans un avenir proche, la Banque restera activement impliquée, compte tenu des énormes pressions exercées au niveau de l enseignement primaire. De nouveaux programmes d EPT de grande envergure ont récemment démarré en Éthiopie, au Libéria, au Malawi et au Togo. Les efforts déployés Faire éclore les potentialités cachées des filles L éducation des filles en particulier par l enseignement secondaire revêt une importance capitale en Afrique à cause des énormes gains potentiels en termes de développement, pour les familles et pour les femmes. C est la manière la plus rapide de créer des familles moins nombreuses, en meilleure santé et mieux éduquées des gains qui commencent à se réaliser presqu immédiatement lorsque que les filles retardent l âge de se marier afin de continuer leurs études. Des travaux de recherche menés récemment indiquent qu en Ouganda, si les filles n ayant que le niveau de l enseignement primaire terminaient leurs études secondaires, elles procureraient à leur pays des avantages économiques équivalant à un tiers du produit intérieur brut (PIB) de l année en cours pendant leur période d activité (Chabaan/Cunningham, à paraître). Pour permettre à davantage de filles de poursuivre effectivement leurs études, il faudrait : n Réduire les coûts actuellement pris en charge par les parents pour l éducation de leurs filles n Créer des écoles à des emplacements sécurisés et d accès facile et ayant de solides liens avec les collectivités environnantes n Ouvrir des écoles réservées aux filles, en fonction du contexte culturel n Prévoir des infrastructures favorables aux filles, par exemple des toilettes appropriées n Assurer la formation d un plus grand nombre de femmes enseignantes n Promouvoir une éducation de meilleure qualité, y compris en mathématiques et en sciences. En fin de compte, les parents sont réticents à prendre un engagement à long terme concernant l éducation s ils estiment que la salle de classe va s effondrer d ici quelques années, et si les enseignants sont souvent absents. 8

11 au niveau de l enseignement primaire sont liés à d autres interventions importantes, comme les programmes d alimentation scolaire, le développement de la petite enfance, la sécurité des revenus des ménages et les programmes d alphabétisation des filles et des femmes. Les efforts déployés par la Banque mondiale et le programme de l EPT ont déjà contribué à accroître les inscriptions dans plusieurs pays. Entre 2000 et 2007, les inscriptions au cycle primaire ont plus que doublé en Éthiopie (passant de 5,8 millions à plus de 12 millions), et ont pratiquement doublé à Madagascar au Mozambique, et en Tanzanie. En Éthiopie, le Programme d amélioration générale de la qualité de l enseignement (une initiative conjointe du gouvernement, de la Banque mondiale et divers autres bailleurs de fonds) a également contribué à réduire les coûts de transaction associés à la coordination des efforts individuels des bailleurs de fonds, ce qui a ainsi permis au gouvernement de se concentrer sur l amélioration de la qualité de l enseignement. Enseignement secondaire En 2007, le taux brut de scolarisation dans le secondaire en Afrique n était que de 34 %, bien que ce taux varie considérablement d un pays à l autre. La Banque mondiale appuie les gouvernements africains qui enregistrent de bons résultats au niveau de l enseignement primaire pour leur permettre de planifier et de financer l expansion de l enseignement secondaire. L un des principaux axes d intervention consiste à inscrire davantage de filles au niveau du secondaire, objectif qui mérite un rang de priorité bien plus élevé en Afrique. Un projet appuyé par la Banque mondiale et qui poursuit cet objectif à Kano, au Nigéria, utilise des transferts monétaires comme mesures incitatives pour encourager les filles à suivre l enseignement secondaire. Il convient de noter qu une étude menée en juillet 2010 au Malawi a montré que ce type de transferts monétaires conditionnels ne contribuait pas seulement à maintenir davantage de filles à l école: un groupe de filles qui recevaient ces transferts présentait un taux de prévalence du VIH plus faible que celui d un groupe similaire ne bénéficiant pas de transferts. Enseignement supérieur «En Gambie, nous sommes restés trente ans après l indépendance sans université. Nous sommes confrontés à un immense déficit de ressources et nous ne saurions trop insister sur le rôle que joue l enseignement supérieur dans le développement. Les politiques actuelles de l enseignement supérieur détermineront notre société de demain.» La clé de la réussite sur le plan économique dans le contexte de la mondialisation repose de plus en plus sur la manière dont un pays peut assimiler les connaissances et acquérir un avantage comparatif dans certains domaines. Une croissance économique durable, solide et diversifiée dépend en partie d un enseignement supérieur répondant aux besoins du marché du travail. Un enseignement supérieur pertinent va également aider l Afrique à relever efficacement les défis posés par les changements climatiques, la croissance démographique et les maladies non maîtrisées. Et pourtant, dans une Afrique où les jeunes représentent 37 % de la population active et 60 % des personnes sans emploi seulement 5 % des personnes en âge d être scolarisées dans l enseignement supérieur sont effectivement inscrites dans des établissements de l enseignement supérieur. Ce dernier chiffre est à comparer à la moyenne mondiale qui est de 25 %. - Mamadou Tangara, ministre gambien de l Éducation La Banque mondiale appuie les partenariats public-privé au niveau de l enseignement supérieur et les mécanismes de financement compétitif qui stimulent le développement des facultés universitaires et fait en sorte que les diplômés aient les qualifications requises (type de financement utilisé très efficacement au Ghana, au Nigéria et en Ouganda). La Banque investit dans le développement du secteur privé, la création d entreprises, l amélioration de l environnement règlementaire et du climat de l investissement et, à terme, l amélioration de la croissance économique et de l emploi. Le Programme à moyen terme de la Banque mondiale pour l enseignement supérieur renforce à la fois l aide sous forme de dons et d appuis techniques qu elle accorde à plusieurs pays pour leur permettre d améliorer la qualité et la portée de leurs systèmes d enseignement supérieur, ceci afin de mieux répondre à la demande du marché. De même, son Programme de développement des compétences techniques dans la nouvelle économie pour l Afrique exploite le pouvoir des TIC à la fois pour améliorer les services d éducation et pour créer de nouvelles possibilités d emplois dans le domaine des TI et des services assistés par ces technologies. Les gouvernements africains allouent déjà à l éducation une part importante des ressources publiques en moyenne 4,5 % du PIB. Beaucoup d entre eux ne sont pas en mesure d augmenter cet appui. La Banque aide les gouvernements à mettre en évidence les mécanismes financiers qui peuvent être efficaces dans un monde aux ressources limitées. Un rapport récent Financement de l enseignement supérieur en Afrique propose des pistes pour réguler le flux des étudiants, mobiliser les ressources privées, réduire les coûts et améliorer la gouvernance et la gestion aux niveaux du système et des institutions (voir page 14). 9

12 SANTÉ : DES SYSTÈMES PLUS SOLIDES POUR DE MEILLEURS RÉSULTATS Un système national de santé qui fonctionne bien permet d offrir les principaux services de santé aux populations les plus pauvres et contribue à améliorer les résultats de la lutte contre les maladies. Pour bien servir les pauvres, les systèmes de santé devraient avoir des agents de la santé bien formés et motivés et de solides chaînes d approvisionnement pour les produits pharmaceutiques, disposer de ressources financières suffisantes, avoir une bonne gouvernance, des infrastructures adéquates (notamment des systèmes fondés sur les TIC) et des moyens efficaces pour fournir les services. Si ces conditions étaient remplies, l Afrique aurait de fortes chances de sortir du cercle vicieux de la maladie et de la pauvreté et de progresser plus rapidement vers la réalisation des objectifs de développement pour le Millénaire. Les interventions de la Banque mondiale dans le domaine de la santé en Afrique visent essentiellement à renforcer les systèmes de santé, en tirant parti de son avantage comparatif dans ce secteur. Les centres de Dakar et de Nairobi fournissent aux pays - sur leur demande de l appui technique et des analyses. La Banque appuie également des interventions à fort impact contre les maladies, et des opérations de couverture du risque financier lié à la santé. En outre, elle appuie des activités dans d autres secteurs qui contribuent à l amélioration des résultats en matière de santé, notamment des investissements dans l éducation des filles, l accès amélioré à l eau potable et à des services d assainissement améliorés, l amélioration des infrastructures et la fourniture de l électricité, entre autres. Des services de santé de meilleure qualité à budget égal Malgré une prévalence des maladies disproportionnellement élevée, l Afrique consacre à la santé le budget annuel le plus faible parmi toutes les régions. La Banque mondiale appuie le «plaidoyer en faveur de l investissement en Afrique» présenté par l organisation «Harmonisation de la santé en Afrique» (un consortium des principales organisations de santé). Il faudrait amplifier les interventions à faible coût et à fort impact pour que les plus pauvres puissent réellement bénéficier d une meilleure santé. Parallèlement, on pourrait améliorer la santé avec les mêmes moyens financiers par : n La coordination des ressources externes afin d appuyer la mise en œuvre d une seule stratégie nationale n Le renforcement de la planification et la budgétisation fondées sur les preuves dans l élaboration de la stratégie nationale n L utilisation efficace des dépenses directes des ménages par le biais de mécanismes de partage des risques n Le renforcement de la responsabilisation des prestataires et la recherche des résultats L assurance de la responsabilité et la quête des résultats La Banque mondiale contribue à améliorer les données de référence et l information sur les ressources humaines pour la santé, un domaine qui comporte des lacunes considérables en Afrique. n En Éthiopie, au Mali, au Rwanda et en Zambie, une analyse des ressources humaines pour la santé n Au Ghana, une analyse de tous les aspects du marché du travail de la santé Le financement basé sur les résultats, un pari gagné au Rwanda Après le conflit de 1994, auquel le secteur de la santé a payé un lourd tribut, le Rwanda a abordé le XXIe siècle avec l un des systèmes de santé les plus faibles au monde. Et pourtant il affiche aujourd hui des résultats particulièrement solides en matière de santé. Les accouchements assistés par du personnel qualifié sont passés de 39 % en 2005 à 52 % en 2008, alors que la mortalité chez les enfants de moins de 5 ans diminuait d un tiers, tombant de 152 décès pour naissances vivantes en 2005 à 103 en L utilisation de méthodes contraceptives modernes a progressé de 10 % à 27 % en seulement 3 ans. Ces résultats peuvent être attribués aux réformes innovantes du secteur de la santé du Rwanda, plus particulièrement au financement basé sur les résultats pour les structures sanitaires et à un processus de prise de décision plus décentralisé. La Banque mondiale a appuyé le solide engagement du Rwanda envers ces réformes. Une évaluation rigoureuse a établi que le financement basé sur les résultats un type de financement consistant à accorder aux établissements de santé des primes de performance basées sur les services fournis (par exemple, le nombre d enfants vaccinés) a apporté une contribution notable à l amélioration des résultats de santé. 10

13 n En Sierra Leone, une évaluation des contraintes en matière de ressources humaines liées aux soins de santé gratuits n Au Liberia, la conception et la réalisation d un recensement des agents de la santé n En Tanzanie, une étude de la qualité des résultats des agents de la santé Lutte contre les maladies : paludisme, VIH/sida, tuberculose Le Programme de la Banque mondiale pour la lutte contre les maladies en Afrique adopte une démarche consolidée en matière de prévention et de traitement. Le programme porte aussi bien sur les maladies transmissibles (par exemple, le paludisme, la tuberculose, le VIH/sida et le H1N1) que sur les maladies non transmissibles. Il fournit des orientations stratégiques et un appui technique aux opérations, exécute des travaux d analyse et favorise les partenariats stratégiques. Il est à l avant-garde des initiatives visant à obtenir de meilleurs résultats, en s articulant avec les activités de renforcement des systèmes de santé au niveau national et régional. La Banque mondiale appuie les interventions à fort impact telles que celles consistant à aider les pays à acheter les moustiquaires imprégnées d insecticides pour protéger la population du paludisme et à mettre en œuvre des programmes essentiels de prévention, de traitement et d atténuation des effets du VIH/sida. Le Programme renforcé de lutte contre le paludisme de la Banque permet aux pays et à la région de mettre en œuvre les mesures efficaces de lutte contre le paludisme et les stratégies de traitement tout en faisant face aux difficultés rencontrées par leurs systèmes de santé. D autres projets actuellement en préparation appuieront les programmes nationaux de lutte contre le VIH/sida et les systèmes de santé au Kenya, au Niger et au Swaziland. Le projet récemment approuvé de réseau de laboratoires de santé publique en Afrique de l Est renforce la capacité de diagnostic des laboratoires une lacune essentielle des systèmes de santé et des programmes nationaux de lutte contre les maladies et contribuera notamment à diagnostiquer les coinfections à la tuberculose et au VIH. Population et santé génésique L accroissement rapide de la population aggrave les difficultés économiques et sociales de l Afrique. Il est indispensable de trouver une solution au problème posé par les taux élevés de fécondité et par une nutrition insuffisante pour maintenir en vie davantage de mères et d enfants. La Banque mondiale dispose d un nouveau Plan d action pour la santé reproductive ( ) qui envisage une stratégie de renforcement des systèmes de santé en vue d améliorer les résultats en la matière. Le Plan met l accent sur la sensibilisation des jeunes grâce à l accès amélioré aux services et à l information, afin de les encourager à éviter les grossesses précoces, retarder la procréation et atteindre des niveaux plus élevés d éducation et de formation. Il insiste aussi sur la collaboration avec les partenaires, notamment les organisations de la société civile en vue d appuyer les stratégies de renforcement des systèmes de santé mises en œuvre à l initiative des pays et d améliorer l utilisation des services de santé génésique. Nutrition La sous-nutrition maternelle et infantile représente une cause importante de mortalité infantile en Afrique. La Banque mondiale appuie sur le continent (au Burkina Faso, en Éthiopie, à Madagascar et au Sénégal) un certain nombre de projets de nutrition de proximité qui visent à réduire la prévalence du retard de croissance et de l insuffisance pondérale et à améliorer la nutrition maternelle. La Banque accorde également à plusieurs pays une aide sous forme d assistance technique pour orienter leurs politiques et programmes en vue de réduire durablement la malnutrition maternelle et infantile. En outre, un partenariat entre la Banque et le Programme alimentaire mondial permet de catalyser en Afrique une stratégie d alimentation scolaire fondée sur des données d observation. Comment des chaînes d approvisionnement plus solides peuvent sauver des milliers de vies La Zambie compte à présent moins de cas de paludisme qu il y a seulement quelques années, grâce des efforts de vaste ampleur tels que la distribution de moustiquaires imprégnées d insecticides. Mais, malgré ces progrès de la prévention, cette maladie demeure une cause importante de mortalité dans le pays, notamment chez les enfants. Conscients du fait qu il fallait renforcer l accès au traitement approprié, la Banque mondiale, le Département du développement international du Royaume-Uni et l Agence de développement international des États-Unis ont conjugué leurs efforts pour expérimenter de nouvelles méthodes de distribution de médicaments dans 16 districts de Zambie. Les résultats de ce programme expérimental ont été particulièrement encourageants. Des mesures simples mais particulièrement adéquates tendant à renforcer la chaîne d approvisionnement des médicaments essentiels notamment le recrutement de planificateurs au niveau des districts pour contribuer à la gestion des commandes se sont révélées très efficaces. Les médicaments du paludisme chez les enfants, qui sont d une importance cruciale pour sauver leur vie, sont devenus plus largement disponibles dans les districts pilotes que dans les districts témoins. Si le programme expérimental était porté à plus grande échelle et que les chaînes d approvisionnement étaient renforcées à travers le pays, des milliers d enfants pourraient être épargnés du décès lié au paludisme en Zambie à l horizon Ce programme pourrait ainsi réduire sensiblement la mortalité infantile liée au paludisme, complétant efficacement les initiatives de prévention. 11

14 PROTECTION SOCIALE : DES FILETS SOCIAUX DE SÉCURITÉ POUR LES POPULATIONS VULNÉRABLES L Afrique se caractérise par une très grande diversité, mais la plupart des pays de la région se heurtent à des obstacles de taille pour offrir des niveaux de vie adéquats à la majorité de leurs populations. Près de la moitié de la population de la région dispose d un revenu de 1,25 dollar ou moins par jour, ce qui rend extrêmement vulnérables des millions de ménages. Le chômage est généralisé dans bien des endroits (plus particulièrement chez les jeunes des zones urbaines) et le VIH/sida contribue à l augmentation du nombre des orphelins et des ménages dirigés par les femmes, les enfants et les personnes âgées. Dans ce contexte, élever les enfants pour en faire des adultes en bonne santé et instruits, maintenir des opportunités suffisantes d emplois productifs ou indépendants pour les personnes en âge de travailler et faciliter le fonctionnement efficace des familles et des ménages au sein d une structure communautaire favorable et d une économie en expansion représentent des défis de taille, aussi bien pour les collectivités que pour les décideurs et les gouvernements. Ces défis ont été malheureusement mis en évidence par les crises alimentaire, pétrolière et mondiale. La protection sociale vise à réduire la pauvreté, gérer les risques individuels et améliorer la rentabilité des entreprises informelles et familiales ainsi qu à élargir et promouvoir la croissance équitable et durable. Elle y parvient par la prévention qui offre la sécurité aux personnes vulnérables, la protection qui offre un appui suffisant aux pauvres et la promotion qui offre des possibilités de productivité et de revenus plus importants. Les activités de protection sociale en Afrique ont un cadre conceptuel axé sur la gestion du risque ; elles sont fondées sur la connaissance du contexte, des enjeux et des choix de chaque pays ; elles s appuient sur les pratiques publiques mondiales et elles mettent à profit les enseignements tirés dans le domaine de la protection sociale sur le continent. La Banque aide les pays par un large éventail d instruments visant à réduire, atténuer et surmonter les différents types de risques pesant sur les revenus, plus particulièrement celui des familles. Politiques et programmes du marché du travail Pour de nombreux habitants des pays en développement, l aptitude à travailler représente un bien essentiel. Les politiques et programmes du marché du travail peuvent contribuer au développement et à la réduction de la pauvreté en favorisant un marché du travail souple, qui récompense la productivité de la main-d œuvre et permet d affecter la main-d œuvre à son utilisation la plus efficace, en facilitant la création d un plus grand nombre d emplois de meilleure qualité, en réduisant les risques encourus par les individus, en aidant les travailleurs à gérer les risques, en facilitant les transitions sur le marché du travail et en assurant des conditions de travail convenables. Des politiques actives du marché du travail et des programmes de travaux publics peuvent aussi comporter des mesures de formation des travailleurs en fonction des demandes du marché. Les activités du secteur informel occupent une place importante, parfois dominante, sur leurs marchés respectifs, et concernent des domaines comme les mines, les industries manufacturières, le commerce, les finances et autres. Dans la mesure où le secteur informel est le moteur de l emploi et des revenus dans les zones tant urbaines que rurales de la région, il faudrait renforcer les efforts visant à améliorer le taux de croissance des emplois avec des politiques et des programmes tendant à améliorer la rentabilité des entreprises informelles et familiales et élargir le développement des compétences, en particulier pour les personnes qui ne terminent pas le cycle de l enseignement secondaire. Dispositifs de protection sociale Étant donné que les gouvernements ne sont pas en mesure de réduire les risques systémiques auxquels les ménages font face ou d atténuer l impact que les chocs peuvent avoir sur eux, les dispositifs de protection sociale peuvent constituer des mécanismes efficaces de gestion des risques. Ces programmes comprennent des Le programme de protection sociale de l Éthiopie Ce programme de protection sociale contribue à répondre aux besoins des millions de ménages confrontés à une insécurité alimentaire chronique en Éthiopie par la mise en œuvre d un dispositif de protection sociale efficace et abordable dans un pays à très faible revenu. Le gouvernement a lancé ce programme en 2005 en réponse au consensus croissant sur la nécessité de réformer un système d aide alimentaire d urgence coûteux et peu fiable, qui avait dominé depuis plus de 20 ans l action menée contre l insécurité alimentaire en Éthiopie. Le programme assure des transferts monétaires et alimentaires prévisibles et réguliers aux ménages. Il associe un volet «travaux publics» au profit des ménages qui ont de la main-d œuvre disponible et un volet «transferts monétaires nonconditionnels» pour ceux qui ne peuvent pas travailler. Le volet travaux publics cible la création d actifs communautaires durables, qui contribuent à la remise en état des écosystèmes gravement endommagés, représentant eux-mêmes une cause importante d insécurité alimentaire. 12

15 transferts monétaires (assortis de mesures d incitation liées au travail), des prestations en nature (notamment la distribution de produits alimentaires), des services et des subventions. Ils permettent à l État de limiter les baisses soudaines des revenus des familles ou les faibles niveaux persistants des revenus en aidant les familles à y faire face. En juin 2010, la Banque a coparrainé un forum sur le thème «Comment améliorer la fonction publique» à Arusha en Tanzanie, réunissant 200 délégués provenant de 40 pays et visant à analyser les expériences sur la conception et la mise en œuvre de programmes tels que les dispositifs de protection sociale. Prestations de services décentralisées De nombreux pays décentralisent les responsabilités en matière de prestation des services de base aux niveaux locaux, mais les autorités locales n ont souvent ni la capacité ni les ressources nécessaires pour renforcer la prestation de services au profit des populations pauvres et vulnérables, et pour améliorer la qualité des services. Un nouveau type de projet, inauguré en Éthiopie, affecte les ressources de la Banque mondiale aux administrations locales parallèlement aux financements publics pour appuyer la prestation locale des services dans les domaines de l éducation, de la santé, de l agriculture, de l adduction d eau et de l assainissement et de routes rurales. Les ressources sont complétées par un appui technique important, afin d améliorer la transparence et la responsabilité en matière de prestation de services, dévaluer les résultats financiers et de renforcer les capacités locales. Le programme de protection des services de base se trouve actuellement dans sa deuxième phase. Cette démarche a été reprise en Sierra Leone, où la première phase du programme de prestation décentralisée des services est en cours. Enfants et jeunes Les enfants et les jeunes ont besoin de leurs familles et de l accès aux soins de santé et à l éducation. Mais cela n est pas suffisant. Chaque année, des périodes de chômage et de sous-emploi marquent le passage des jeunes sur les marchés du travail formels et informels. Les jeunes ont besoin de formation, de qualifications, de possibilités d emplois formels et informels et de croissance économique axée sur l investissement, qui pourrait à son tour favoriser les réformes du marché du travail. Les filles ont particulièrement besoin que davantage de possibilités leur soient offertes. De même, des systèmes d évaluation sont indispensables pour mettre en évidence ceux des programmes consacrés aux jeunes qui ont le plus d impact. Un exemple récent de programme de protection sociale ciblant les jeunes est offert par le projet d autonomisation des jeunes au Kenya (financé par un crédit de l IDA de 60 millions de dollars approuvé en mai 2010) qui appuie les efforts consentis par le gouvernement pour élargir l accès à des programmes d emplois temporaires axés sur les jeunes et améliorer leur employabilité. Œuvrant notamment avec la Kenya Private Sector Alliance, ce projet offre aux jeunes handicapés sans emploi les possibilités de suivre une formation, un stage d apprentissage et d obtenir des emplois de courte durée. États fragiles et États touchés par un conflit L Afrique subsaharienne a la plus forte concentration d États fragiles et d États en conflit. Grâce à leurs mécanismes de redistribution, les programmes sociaux peuvent contribuer à la stabilité, à la réconciliation et à la croissance économique. Les projets de proximité sont particulièrement efficaces dans ce contexte. La Banque mondiale les appuie par une aide substantielle visant à mobiliser les populations locales dans l effort de reconstruction, en créant un organisme d exécution solide en l absence de l État, et en isolant ses activités des intérêts politiques et des problèmes de gouvernance. Aux Comores, au Liberia, en Sierra Leone, au Soudan et au Togo, la Banque mondiale intervient activement dans des opérations de protection sociale d urgence, notamment des projets de travaux publics pour les jeunes et à forte intensité de main-d œuvre, qui font désormais partie intégrante des stratégies de reconstruction et de stabilisation de certains de ces pays. Renforcement de la protection sociale en périodes de crise La Banque a sensiblement amplifié ses opérations de protection sociale en Afrique en réponse aux crises alimentaire, pétrolière et financière et aux chocs climatiques permanents. C est ainsi qu elle a notamment répondu rapidement aux besoins provoqués par les crises, aidé les gouvernements à mettre en place des dispositifs de protection sociale efficaces et durables et faciliter l acquisition de qualifications et d emplois, en particulier pour les jeunes. Les concours financiers dans ces domaines ont pratiquement triplé de 2008 à Les initiatives en cours ont été renforcées, notamment le troisième Projet de protection sociale productif d Éthiopie, le deuxième Projet de Fonds social pour le développement de la Tanzanie et le Fonds d action sociale du Malawi. Au nombre des nouvelles opérations, figurent le Projet de sécurité alimentaire et de reconstruction d urgence de Madagascar et le Projet de réponse d urgence à la crise mondiale des Comores. Une analyse de la capacité d adaptation des systèmes de protection sociale est également en cours dans plusieurs pays, notamment au Burkina Faso, au Cameroun, au Mali et à l Ile Maurice. Consciente des enjeux considérables du chômage des jeunes en Afrique, la Banque réoriente de plus en plus son action d opérations à petite échelle financées par des dons vers des interventions autonomes de plus grande envergure axées sur l emploi et l employabilité des jeunes. Des projets innovants sont en préparation au Kenya, au Liberia, au Nigeria, en Sierra Leone et au Togo. 13

16 LA BANQUE DU SAVOIR En plus de l aide financière, les pays africains recherchent également les compétences de la Banque mondiale en matière de développement. Plus que jamais, l analyse en profondeur des défis locaux et l expérience pratique acquise tant en Afrique qu ailleurs dans le monde préparent la voie au développement durable. La Banque offre un savoir sous forme d assistance technique, de données et d outils d analyse, de conférences et d ateliers et de renseignements en ligne. Récents rapports Financing Higher Education in Africa (Financement de l enseignement supérieur en Afrique) Les institutions d enseignement supérieur en Afrique subsaharienne doivent réaliser un compromis entre la nécessité d améliorer la qualité de l enseignement et la demande sociale croissante d accès à l éducation. À mesure qu il devient plus difficile de financer ces institutions et que la population de jeunes continue de s accroître, les pays doivent élaborer des stratégies de financement qui leur permettent de relever le défi de l enseignement supérieur. Ce rapport examine les pratiques courantes de financement de l enseignement supérieur en Afrique et conclut que les inscriptions dans ce cycle ont progressé plus rapidement que les moyens de financement dans la plupart des pays de la région. Le manque de ressources a entraîné une baisse sensible de la qualité de l instruction et de la capacité de réorienter et d innover. Dans la plupart des pays, les financements publics sont déjà sollicités à l excès. Toutefois, le rapport véhicule également un message d encouragement il existe effectivement toute une gamme d options que certains pays et institutions du continent ont commencé à mettre en œuvre. L enseignement supérieur privé enregistre une croissance spectaculaire en Afrique. Les programmes de partage de coûts commencent à être mis en œuvre dans de nombreuses universités, assortis de prêts scolaires et d aide financière pour les étudiants à faible revenu. Les pays diversifient l enseignement supérieur afin d offrir des prestations à plus faible coût et plus efficaces. Dans un nombre limité de cas, des réformes spectaculaires visant à améliorer l efficacité interne ont été réalisées et les gouvernements adoptent de plus en plus des pratiques de gestion budgétaire plus efficaces. Ce rapport avance des arguments à l appui d une stratégie globale qui intègre différents mécanismes en fonction des circonstances de chaque pays. Designing and Implementing a Rural Safety Net in a Low-Income Setting (Concevoir et mettre en œuvre un filet social rural dans un contexte de faibles revenus) Bien qu il soit de plus en plus admis au plan international que les programmes nationaux de protection sociale représentent un volet crucial des stratégies de réduction de la pauvreté, il demeure difficile de mettre en place des dispositifs ruraux de protection sociale dans les pays à faible revenu. Cette étude enrichit les connaissances sur la manière de concevoir et de mettre en œuvre des dispositifs Accès à l information La politique de la Banque mondiale en matière d accès à l information a introduit un changement fondamental dans la manière dont l institution met l information à la disposition du public. Le public peut obtenir plus d information que jamais auparavant sur les projets en préparation, les projets en cours d exécution, les activités d analyse et de conseil et les travaux du Conseil d administration. La nouvelle politique repose sur le principe de subsidiarité, selon lequel la Banque mondiale publie toute information qui ne figure pas sur une liste d exceptions. Pour en savoir plus, consulter l adresse suivante : 14

17 ruraux de protection sociale efficaces et d un coût abordable. Elle met à profit les enseignements tirés du Projet de protection sociale productif d Éthiopie (le plus vaste d Afrique subsaharienne) et propose un guide à l intention des pays qui souhaitent concevoir et mettre en œuvre un programme rural de protection sociale. Ces enseignements s appliquent à plusieurs contextes au-delà de l Éthiopie, notamment : n Les dispositifs de protection sociale de grande envergure dans des contextes de faible revenu n Les dispositifs de protection sociale dans les zones exposées aux sécheresses n Le passage de l aide alimentaire à l aide financière n L impact des dispositifs de protection sociale productifs et favorables à la croissance Incentives and Dynamics in the Ethiopian Health Worker Labor Market (Incitations et dynamiques sur le marché du travail des personnels de santé en Ethiopie) Cet ouvrage est utile pour les chercheurs et les analystes des politiques qui souhaitent comprendre et améliorer l allocation des ressources humaines à la santé dans le monde en développement. Il présente le cas de l Éthiopie, un pays où l effectif des personnels de santé est un des plus réduits au regard des recommandations internationales. Par ailleurs, les personnes qui embrassent effectivement cette profession et qui restent dans le pays vivent et travaillent en nombre disproportionné dans la capitale, Addis Abeba. Le même scénario se répète à travers toute l Afrique subsaharienne, où la pénurie de personnels de santé est considérée chronique. Pour renforcer l offre de personnels de santé et améliorer leur répartition géographique, il est nécessaire de mieux comprendre la réaction des agents de santé aux mesures d incitation et aux difficultés qu ils rencontrent ainsi que l efficacité avec laquelle les marchés du travail peuvent allouer les rares ressources humaines consacrées à la santé. Cet ouvrage présente des éléments d appréciation sur cette situation et d autres questions connexes résultant d une nouvelle enquête sur les agents de santé éthiopiens. Des données détaillées permettent de répondre à trois séries de questions : i) comment les niveaux de rémunération varient en fonction du lieu, de la formation, de l expérience, etc. ; ii) quels types de programmes d incitation sont potentiellement les plus efficaces pour attirer les travailleurs dans des zones rurales insuffisamment desservies ; et iii) que peut-on apprendre sur le marché du travail des agents de santé à partir de la méthode éthiopienne, méthode consistant à affecter (par tirage au sort) les nouveaux diplômés à leur premier emploi. Les options politiques que l on peut tirer de ces données sont de grande importance. La plateforme d information ouverte En tant qu institution du savoir, la Banque mondiale s attache avant tout à partager son savoir gratuitement et de manière ouverte. Les statistiques représentent un élément essentiel de ce savoir et elles sont désormais aisément accessibles sur Internet par tous les utilisateurs. La Banque mondiale donne un accès gratuit et ouvert à un ensemble complet de données sur le développement dans les pays à travers le monde, notamment en Afrique. Le site web sur les données de la Banque mondiale vise à donner à tous les utilisateurs un accès amélioré aux données sur le développement, à l adresse 15

18 CE QUE NOUS FAISONS PROGRAMMES RÉGIONAUX Harmonisation de l'homologation des Médicaments en Afrique Réseau des Laboratoires de Santé Publique en Afrique de l'est Projet Régional de Partenariat relatif au VIH/IGAD (Autorité Intergouvernementale pour le Développement) TYPES D ENGAGEMENT Éducation Santé Protection sociale Cette carte a été produite par l Unité de cartographie de la Banque mondiale. Les frontières, les couleurs, les dénominations et toute autre information figurant sur les cartes du présent rapport n impliquent de la part de la Banque mondiale aucun jugement quant au statut juridique d un territoire quelconque et ne signifient nullement que l institution reconnaît ou accepte ces frontières. BIRD SEPTEMBRE 2012 En Septembre 2012, le département du développement humain de la Région Afrique de la Banque mondiale supervisait un portefeuille de plus de 129 projets, d un montant total de l ordre de 8,3 milliards de dollars (répartis entre la santé et la protection sociale, avec 3 milliards de dollars chacun, et 2 milliards de dollars pour éducation,). Le portefeuille comprend des projets allant de 2 à 600 millions de dollars, avec une taille de projet médian de 30 millions de dollars. n Les engagements ont augmenté considérablement au cours des cinq dernières années, doublant depuis 2006, avec une récente augmentation en réponse aux crises mondiales qui ont éprouvé la région. n À noter que les projets de la Banque mondiale sont de plus en plus conçus et exécutés à titre d initiatives conjointes avec d autres bailleurs, d où la nécessité d une collaboration étroite et d une harmonisation à tous les stades. n 16

19 CONTACTEZ NOUS BUREAU DU DIRECTEUR Ritva S. Reinikka, Directrice, Département du Développement Humain, Région Afrique Tawhid Nawaz, Conseiller, Opérations Deon P. Filmer, Economiste Principal Gayle Martin, Economiste Principale (Santé), Chargée du Projet Indicateurs de Prestations de Services Ana Besarabic Bennett, Chargée d Opérations Kavita Watsa, Chargée de Communication RESPONSABLES SECTORIELS (AFRIQUE DE L OUEST ET AFRIQUE CENTRALE) RESPONSABLES SECTORIELS (AFRIQUE DE L EST ET AFRIQUE AUSTRALE) Sajitha Bashir, Responsable sectoriel, Education Olusoji Adeyi, Responsable sectoriel, Santé, Nutrition, et Population Lynne Sherburne-Benz, Responsable sectoriel, Protection sociale Peter N. Materu, Responsable sectoriel, Education Trina S. Haque, Responsable sectoriel, Santé, Nutrition et Population Stefano Paternostro, Responsable sectoriel, Protection Sociale Crédit photos : Images 1 et 2 de la couverture, Arne Hoel ; image 3 de la couverture, photo commanditée/zambie ; image 4 de la couverture, Jonathan Ernst ; Plat de couverture, Jonathan Ernst ; page 1, image 3, Hogg ; toutes les autres photos, Arne Hoel ; pages 2 et 3, Arne Hoel ; pages 4 et 5, image d en haut, Jonathan Ernst ; page 4, Arne Hoel ; page 5, photo commanditée/zambie, Shwetlena Sabarwal, des archives PSNP d Éthiopie ; pages 6, 7 et 8, Arne Hoel ; page 9, Jonathan Ernst ; pages 10 image d en haut, Arne Hoel ; page 10, Arne Hoel ; page 11, photo commanditée/zambie ; pages 12 et 13, image d en haut, Arne Hoel ; page 12, des archives de PSNP d Éthiopie ; pages 13, 14 et 15, Arne Hoel ; troisième de couverture et plat verso, Arne Hoel. 17

20 Région Afrique - Développement humain Banque mondiale Washington, D.C LA BANQUE MONDIALE 18

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à 12 L importance d une étude diagnostique sur le pays Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à l autre. Le Brésil par exemple met l accent sur l adoption d une méthode

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009. Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009

A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009. Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009 A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009 Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 ET PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009 Les appellations employées dans ce document et la présentation des données

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 Document de travail 20.02.2014 Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 20.02.2014 Les questions liées à la santé sont des éléments clés dans le cadre des objectifs actuels du Millénaire

Plus en détail

STRATÉGIE DE LA BANQUE MONDIALE EN MATIÈRE DE TRAVAIL ET DE PROTECTION SOCIALE

STRATÉGIE DE LA BANQUE MONDIALE EN MATIÈRE DE TRAVAIL ET DE PROTECTION SOCIALE STRATÉGIE DE LA BANQUE MONDIALE EN MATIÈRE DE TRAVAIL ET DE PROTECTION SOCIALE 2012 2022 Résilience, équité et opportunités Nous vivons aujourd hui dans un monde fait de risques et d opportunités. Le risque

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2013

Situation et perspectives de l économie mondiale 2013 Situation et perspectives de l économie mondiale 2013 Embargo 17 janvier 2013 Rapport des Nations Unies : L économie africaine rebondit en dépit d un ralentissement économique mondial Des liens commerciaux

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales?

OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales? OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales? À seulement cinq ans de l échéance de 2015 fixée pour les OMD, de nombreux pays ont réalisé d importants progrès quant à la réalisation

Plus en détail

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède Cette année, la Journée internationale de l alphabétisation mettra l accent sur les liens existant entre l alphabétisation

Plus en détail

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Institut international de recherche sur les politiques alimentaires www.ifpri.org Actualisé le 27 octobre 2007 Préoccupé

Plus en détail

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES POPULATION REFERENCE BUREAU AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES SCÉNARIO DE LA PRÉSENTATION UNE PRÉSENTATION > La présentation commencera par

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 Notes sectorielles

Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 Notes sectorielles Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 1. Généralités DEVELOPPEMENT URBAIN La région MENA a l un des taux de croissance démographique les plus élevés du monde (2,1 % en moyenne par an de 1990 à 2003).

Plus en détail

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale ****

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** 1 «DONNER AUX FEMMES LES MOYENS DE VIVRE EN MEILLEURE SANTE» 2 Introduction 1. Etat des lieux de la santé des femmes au Bénin 2.Causes essentielles

Plus en détail

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II.

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. 1. L objectif du projet : Le programme s inscrit dans le programme pays du PNUD, dans

Plus en détail

Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre. Bilan de l expérience UNICEF

Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre. Bilan de l expérience UNICEF Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre Bilan de l expérience UNICEF Pourquoi est-il important de se focaliser sur l éducation, en particulier celles des filles? Bénéfices individuels

Plus en détail

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2013 Le Plan d action économique de 2013 représente le prochain volet du plan à long terme du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES Vue d ensemble Le Cadre pour l'éducation et la formation professionnelle des Autochtones vise trois objectifs : = augmenter les taux

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs LA POLITIQUE AGRICOLE DE l UEMOA: un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs Plan de l exposé 1. Un rappel sur l espace UEMOA et sur le Traité 2. L importance

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

Couloir Africain de l Énergie Propre

Couloir Africain de l Énergie Propre Couloir Africain de l Énergie Propre LE COULOIR AFRICAIN DE L ÉNERGIE PROPRE L Afrique change rapidement. En 2050, elle comptera 2 milliards d habitants, dont trois sur cinq vivront dans des villes. Plus

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 25 septembre 2012 Français Original: anglais ECE/AC.30/2012/3 Commission économique pour l Europe Groupe de travail sur le vieillissement Conférence

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres 33 % de nouvelles infections à VIH en moins depuis 2001 29 % de décès liés au sida en moins (adultes et enfants) depuis 2005 52 % de nouvelles infections à VIH en moins

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III)

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) DIRECTIVES ET FORMAT POUR LA PRÉPARATION DE RAPPORTS NATIONAUX SUR SIX SUJETS PRINCIPAUX, TRENTE

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

ÉVÉNEMENTS PRÉ-SOMMET

ÉVÉNEMENTS PRÉ-SOMMET AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone : +251-115- 517 700 Fax : +251-115- 517844 website : www. africa-union.org ÉVÉNEMENTS PRÉ-SOMMET FORUM DE LA

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN

FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN Publié en novembre 2014 Afin de bien former des interventions, évaluer les progrès, et selon le cas, raffiner leurs stratégies, les décideurs ont

Plus en détail

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)?

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)? Stratégie nationale de de la Stratégie de de la de la République de Guinée Equatoriale. 2003-2008 Séminaire de présentation de la Stratégie de de la de la Guinée Equatoriale. Malabo, 25 janvier 2005 Présentation

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES

PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES Objectifs clés CSRP 1 Actions préalables en gras CSRP II Déclencheurs en gras CSRP III Déclencheurs en gras CSRP IV Résultats de moyen terme/indicateurs Global :

Plus en détail

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION Dernière mise à jour : novembre 2013 (Décision BOD/2013/11-02) éducation de qualité pour tous les enfants page 1 de 15 Chartre du PME PRÉAMBULE 1.1 Le Partenariat

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

L emploi des jeunes dans l espace francophone africain Projet de rapport

L emploi des jeunes dans l espace francophone africain Projet de rapport L emploi des jeunes dans l espace francophone africain Projet de rapport Présenté par M. Youssef GHARBI, député (Maroc) Rapporteur Berne (Suisse) ( 8 juillet 2015 Introduction La problématique de l emploi

Plus en détail

ROYAUME DU CAMBODGE NATION RELIGION ROI. Ministère de l Éducation, de la Jeunesse et des Sports

ROYAUME DU CAMBODGE NATION RELIGION ROI. Ministère de l Éducation, de la Jeunesse et des Sports ROYAUME DU CAMBODGE NATION RELIGION ROI Ministère de l Éducation, de la Jeunesse et des Sports Politique sur la vision pour 2030 de l enseignement supérieur Mars 2014 Préface L enseignement supérieur joue

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE FIDA

COUP D ŒIL SUR LE FIDA Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté COUP D ŒIL SUR LE FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

LA SAINE GESTION DES FINANCES PUBLIQUES DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT:

LA SAINE GESTION DES FINANCES PUBLIQUES DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT: LA SAINE GESTION DES FINANCES PUBLIQUES DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT: Une composante essentielle à la croissance économique et à la réduction de la pauvreté Présenté par Dominic Bourcier Chef, spécialistes

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

L assurance maladie communautaire comme voie vers la couverture maladie universelle: les leçons de l Éthiopie

L assurance maladie communautaire comme voie vers la couverture maladie universelle: les leçons de l Éthiopie L assurance maladie communautaire comme voie vers la couverture maladie universelle: les leçons de l Éthiopie Hailu Zelelew 28 avril 2015 Port-au-Prince Abt Associates Inc. In collaboration with: Broad

Plus en détail

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES UNITED NATIONS NATIONS UNIES DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES Liens entre l Inventaire de la Gouvernance en Afrique (IGA) et le processus du Mécanisme

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

Discours sur la sécurité alimentaire

Discours sur la sécurité alimentaire Discours sur la sécurité alimentaire L alimentation est le besoin le plus fondamental de l homme. Elle est essentielle à la vie et au développement. Le droit à l alimentation est donc la base de tous les

Plus en détail

Questions clés pour la consultation élargie

Questions clés pour la consultation élargie Processus de planification stratégique de Terre des Hommes Fédération Internationale Questions clés pour la consultation élargie Beaucoup de progrès ont été accomplis lors de l Assemblée Générale (AG)

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Les parlementaires africains Reconnaissant que les parlements

Plus en détail

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE NOUS, Chefs d État et de Gouvernement de l Union africaine, réunis à notre treizième session ordinaire à Syrte (Grande Jamahiriya arabe libyenne),

Plus en détail

Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel

Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel Synthèse Septembre 2014 Réalisée pour le compte de l association GSMA Synthèse Le rapport qui suit examine les fonds de service universel

Plus en détail

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement UNION DES COMORES Unité solidarité - développement PROJET DE CREATION D UNE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE POUR LES FONCTIONNAIRES EN UNION DES COMORES - Ministère de la Santé Publique et de la Solidarité

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 La Belgique joue actuellement un rôle de premier plan dans le déploiement de nouvelles technologies pour l internet à très haut débit. Les

Plus en détail

L accueil de la petite enfance, clef de l égalité entre les femmes et les hommes

L accueil de la petite enfance, clef de l égalité entre les femmes et les hommes RÉPUBLIQUE FRANÇAISE LIBERTÉ - EGALITÉ - FRATERNITÉ DELEGATION AUX DROITS DES FEMMES ET A L EGALITE DES CHANCES ENTRE LES HOMMES ET LES FEMMES Paris, le 24 janvier 2013 L accueil de la petite enfance,

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays (Communiqué) L insuffisance de financement chronique menace les collèges, les étudiants, les employeurs et l économie de l Ontario Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le

Plus en détail

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 Table des matières Grandes lignes... 1 Revue des activités... 2 Énergie... 4 Transport... 4 Mobilité de la main-d œuvre... 4 Collaboration intergouvernementale... 4 La voie à

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

Note d information sur la faisabilité et la rentabilité d un financement renforcé de la nutrition

Note d information sur la faisabilité et la rentabilité d un financement renforcé de la nutrition République Islamique de Mauritanie Cas d investissement sur la nutrition en Mauritanie Note d information sur la faisabilité et la rentabilité d un financement renforcé de la nutrition Produit par Anthony

Plus en détail

La gestion des finances publiques est une composante essentielle

La gestion des finances publiques est une composante essentielle L IDA en action Gestion des finances publiques : effectuer un suivi des ressources pour obtenir de meilleurs résultats La gestion des finances publiques est une composante essentielle du processus de développement.

Plus en détail

Appel à candidature Bourses AWARD

Appel à candidature Bourses AWARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à candidature Bourses AWARD Ouverture de

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS : Un cadre d action global

ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS : Un cadre d action global ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS : Un cadre d action global Mettre en place les instruments pour réaliser un accès universel viable à l assainissement et à l eau potable ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS

Plus en détail

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte ONUSIDA Note d information 2011 Un nouveau cadre d investissement pour la riposte mondiale au VIH Version originale anglaise, UNAIDS / JC2244F, novembre 2011 : A new investment framework for the global

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39.

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39. postes de haut-fonctionnaires sont détenus par des femmes 38. Mais dans l ensemble, les avancées enregistrées par les pays africains dans leur progression vers la réalisation d une meilleure parité entre

Plus en détail

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE Une présentation au Comité permanent des finances de Recherches en sciences et en génie Canada (CRSNG) Octobre

Plus en détail

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Guinée Guinée Bissau

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE Norme INEE #1 sur la Participation communautaire : la participation Les membres des communautés

Plus en détail