Perspectives économiques en Afrique 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Perspectives économiques en Afrique 2014"

Transcription

1 Édition de Poche Perspectives économiques en Afrique 2014 THÈME SPÉCIAL : Les chaînes de valeur mondiales et l industrialisation de l Afrique Afrique du Sud Algérie Angola Bénin Botswana Burkina Faso Burundi Cabo Verde Cameroun Comores Congo, Rép. Congo, Rép. dém. Côte d Ivoire Djibouti Égypte Érythrée Éthiopie Gabon Gambie Ghana Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Kenya Lesotho Liberia Libye Madagascar Malawi Mali Maroc Maurice Mauritanie Mozambique Namibie Niger Nigeria Ouganda Rép. centrafricaine Rwanda São Tomé-et-Príncipe Sénégal Seychelles Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Swaziland Tanzanie Tchad Togo Tunisie Zambie Zimbabwe GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

2 Perspectives économiques en Afrique 2014 Édition de poche Ce rapport est disponible gratuitement sur : Contactez-nous : Groupe Banque africaine de développement Centre de développement de l OCDE Programme des Nations Unies pour le développement GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

3 Qu est-ce que les Perspectives économiques en Afrique (PEA)? Le rapport Perspectives économiques en Afrique (PEA) est un outil essentiel pour suivre les évolutions économiques, sociales et politiques du continent. Parce que l Afrique est composée de pays nombreux, différents et en évolution rapide, un tel outil se devait d analyser la performance à court terme des économies individuelles dans leur contexte régional. Parce que le développement est multiforme, il lui fallait combiner les dimensions macroéconomique, structurelle et sociale. Il s adresse principalement aux décideurs, aux investisseurs comme un outil de base pour les aider à prendre des décisions éclairées, mais aussi aux étudiants, aux journalistes et aux universitaires. Aujourd hui, les PEA sont le seul rapport annuel qui examine en détail la performance économique des 54 pays du continent de façon strictement comparable, à l aide d un cadre d analyse unique. Une approche collaborative Ce rapport est rendu possible par la combinaison de l expertise, du savoirfaire et des réseaux des trois institutions partenaires des PEA : la Banque africaine de développement (BAfD) ; le Centre de développement de l OCDE ; le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Les notes pays des PEA sont produites par des chercheurs, des économistespays et des statisticiens de la BAfD, en collaboration avec des experts du Centre de développement de l OCDE et des équipes du PNUD présentes sur le continent. Ils recueillent des données et des informations auprès des bureaux nationaux de la statistique, des ministères, des investisseurs, des acteurs de la société civile et des partenaires étrangers pour produire une analyse exhaustive des développements récents et réaliser des projections macroéconomiques originales à deux ans. BAfD, OCDE, PNUD 2014 Perspectives économiques en Afrique 3

4 Comment utiliser les PEA? Les PEA en ligne L intégralité des chapitres, toutes les notes pays individuelles complètes ainsi que l annexe statistique sont en accès libre en anglais, en français et (partiellement) en portugais sur le site commun des partenaires : Tous les tableaux de l annexe statistique et des notes pays sont téléchargeables en format Excel. Le site est accessible facilement depuis les smartphones et les tablettes. Sont également disponibles sur le site Internet : cinq volumes régionaux, en anglais et en français, avec les notes pays intégrales pour l Afrique australe, centrale, de l Est, de l Ouest et du Nord et un volume, en portugais, pour les pays africains lusophones ; une édition thématique, en anglais et en français, reprenant l analyse du rapport sur les chaînes de valeur mondiales et l industrialisation de l Afrique dans le contexte de chaque pays. Le rapport PEA Le rapport AEO 2014 est disponible en format papier en anglais, en français et en version abrégée en portugais. Il peut être consulté et acheté via ilibrary, la librairie de l OCDE à Il contient : un aperçu complet de la performance et des perspectives économiques de l Afrique (première partie) ; une analyse profonde d un thème d une importance particulière pour le continent : les chaînes de valeur mondiales et l industrialisation de l Afrique (deuxième partie) ; la synthèse sur une à deux pages de chacune des 54 notes pays (troisième partie) ; une annexe statistique exhaustive. L édition de poche des PEA Cette édition de poche des PEA 2014 vous propose une sélection des faits et chiffres les plus marquants du rapport de cette année dans un format pratique. Il contient : un résumé de la performance et des perspectives économiques de l Afrique ; un résumé de l analyse de l intégration de l Afrique dans les chaînes de valeur mondiales et ses implications pour son industrialisation ; les chiffres clés des perspectives macroéconomiques des pays d Afrique, et pour chacune des cinq régions. 4 Perspectives économiques en Afrique BAfD, OCDE, PNUD 2014

5 Table des matières Performances et perspectives en Afrique... 7 Perspectives macroéconomiques en Afrique... 7 Apports financiers extérieurs et recettes fiscales en Afrique... 9 Politiques commerciales et intégration régionale en Afrique Développement humain en Afrique Gouvernance politique et économique en Afrique Les chaînes de valeur mondiales et l industrialisation de l Afrique Les chaînes de valeur mondiales : une opportunité pour l industrialisation de l Afrique? Comment évaluer le degré d intégration de l Afrique dans les chaînes de valeur mondiales? La montée en gamme dans les CVM a permis une augmentation de la productivité en Afrique, mais les liens avec le tissu économique local restent limités Les opportunités de montée en gamme dépendent des rapports de force et varient selon les chaînes de valeur Les défis : la qualité, les coûts et les services ; les opportunités : l ouverture et les chaînes de valeur régionales Pour accélérer l industrialisation dans le contexte des chaînes de valeur, l Afrique a besoin de politiques publiques ciblées qui encouragent l intégration et la montée en gamme Chiffres clés...23 Afrique australe Afrique centrale Afrique de l Est Afrique de l Ouest Afrique du Nord Références...28 BAfD, OCDE, PNUD 2014 Perspectives économiques en Afrique 5

6 Performances et perspectives en Afrique Perspectives macroéconomiques en Afrique La croissance en Afrique L Afrique a conservé en 2013 un taux de croissance moyen d environ 4 % une performance supérieure à celle de l économie mondiale (3 %) et qui souligne à nouveau la résilience du continent face aux turbulences internationales et régionales. Mais les résultats sont très contrastés d un groupe de pays et d une région à l autre. En Afrique subsaharienne, la croissance s est établie à 5 % en 2013 et devrait atteindre 5.8 % en Si l on exclut l Afrique du Sud de ce groupement, les prévisions sont de respectivement 6.1 et 6.8 %. Les deux régions les plus dynamiques en 2013 sont l Afrique de l Est et l Afrique de l Ouest, où la croissance a dépassé les 6 %. Par ailleurs, les pays à faible revenu s en sortent mieux que les pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure d Afrique du Nord et d Afrique australe, la croissance ressortant à plus de 6 % dans le premier cas, contre moins de 3 % dans le second. Les perspectives à moyen terme pour l ensemble du continent sont positives : la croissance moyenne devrait s accélérer, frôlant les 5 % en 2014 et se situant entre 5 et 6 % en Elle renouera ainsi avec les niveaux d avant le début de la récession mondiale, en Ces prévisions tablent sur un redressement progressif de l économie mondiale mais aussi sur une stabilisation de la situation politique et sociale dans les pays africains actuellement en proie à des conflits. Mais dans l hypothèse d une morosité persistante de la conjoncture internationale ou d un apaisement moins net que prévu des tensions politiques et sociales sur le continent ces prévisions pourraient être revues à la baisse. Les pressions inflationnistes se sont relâchées dans de nombreux pays, avec la stabilisation des prix de l énergie et le recul des prix alimentaires. Conjuguées à des politiques budgétaires prudentes, ces évolutions ont redonné un peu de marge de manœuvre monétaire aux autorités, qui ont pu baisser les taux d intérêt. Mais dans les pays manquant de discipline budgétaire et dont les monnaies se sont dépréciées, un durcissement de la politique monétaire a été nécessaire, pour endiguer la poussée de l inflation. La croissance est inégale sur le continent, reflétant les différents niveaux de développement et de dotation en ressources naturelles, l impact des conditions climatiques et, surtout, le degré de stabilité politique et sociale. BAfD, OCDE, PNUD 2014 Perspectives économiques en Afrique 7

7 Figure 1. Croissance économique en Afrique Taux de croissance (%) 7 Afrique Afrique (hors Libye) (e) 2014(p) 2015(p) Note : (e) estimations ; (p) prévisions. Source : Département des statistiques, Banque africaine de développement. Tableau 1. Taux de croissance par région (e) 2014(p) 2015(p) Taux de croissance du PIB, en volume (%) Afrique centrale Afrique de l Est Afrique du Nord Afrique australe Afrique de l Ouest Afrique Afrique (hors Libye) Pour mémoire Afrique du Nord (avec le Soudan) Afrique subsaharienne Afrique subsaharienne hors Afrique du Sud Pays exportateurs de pétrole Pays importateurs de pétrole Note : (e) estimations ; (p) prévisions. Le Soudan du Sud n est pas pris en compte pour la période Source : Département des statistiques, Banque africaine de développement. Risques et enjeux pour les économies africaines Ces perspectives économiques pour le continent africain dessinent le parcours le plus probable au moment de leur publication (printemps 2014). Mais les risques de révision à la hausse ou à la baisse sont réels : selon que l économie mondiale se redresse mieux ou moins bien que prévu, la croissance africaine sera plus ou moins importante. Le cours des matières premières, le volume des échanges, le tourisme, les apports d investissements directs étrangers et de l aide publique au 8 Perspectives économiques en Afrique BAfD, OCDE, PNUD 2014

8 développement et les transferts des migrants font partie des grands vecteurs de transmission des aléas de l économie mondiale. En plus des incertitudes extérieures, l Afrique présente ses propres risques. Trois ans après les révolutions en Égypte, en Libye et en Tunisie, le retour à la stabilité politique dans la région n est pas encore pleinement acquis, sachant que l insécurité comme les tensions sociales persistent dans d autres pays et régions et pourraient bien continuer de plomber l activité économique. Au Mali, la situation politique et sécuritaire s est améliorée avec le soutien de forces armées internationales mais en République centrafricaine, la crise s est durcie vers la fin de Des opérations militaires internationales sont en cours pour tenter de restaurer la sécurité, qui reste précaire. En outre, des tensions politiques et sociales pourraient se manifester à l occasion des multiples scrutins électoraux organisés sur le continent en D autres risques, liés au climat, pourraient se révéler plus graves que prévu, entraînant des pertes de récoltes et, par ricochet, une hausse des prix alimentaires. Sans compter qu avec les retards pris dans les projets d infrastructures, le produit intérieur brut (PIB) pourrait progresser moins vite que prévu. Pour les pays africains, les principaux défis consistent à maintenir la stabilité politique et sociale. Une croissance soutenue et plus fédératrice et le recul de la pauvreté contribuent également à apaiser les tensions politiques et sociales. Cela passe par des politiques macroéconomiques adaptées, couplées à des améliorations au niveau de l accès aux services publics essentiels notamment l éducation, la santé et la sécurité et à une optimisation constante des institutions et des réglementations, afin de favoriser l activité du secteur privé. Tout cela contribue à renforcer le développement humain, à progresser sur le plan de la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement et à diversifier l économie. Apports financiers extérieurs et recettes fiscales en Afrique Les apports financiers extérieurs et les recettes fiscales exercent une influence grandissante sur les perspectives de développement et de croissance économique de l Afrique. Les apports financiers extérieurs ont quadruplé depuis 2000 et devraient dépasser la barre des 200 milliards de dollars (USD) en Leur composition a progressivement évolué, les investissements étrangers et les transferts de migrants en provenance de pays non membres de l OCDE soustendant cette tendance positive. Le rétablissement des investissements étrangers directs et de portefeuille depuis la crise économique de 2009 est désormais achevé et l on s attend à un niveau record de 80 milliards USD en 2014, qui ferait de ces flux la première source d apports financiers à l Afrique. Si les pays riches en ressources continuent d être la destination privilégiée des investissements directs étrangers en Afrique, les industries manufacturières et les services gagnent du terrain, avec plus de 750 opérations dans des projets nouveaux. Suivant en cela une tendance amorcée en 2009, les transferts officiels des migrants ont continué à augmenter et devraient atteindre 67.1 milliards USD en À l inverse, la part de BAfD, OCDE, PNUD 2014 Perspectives économiques en Afrique 9

9 l aide publique au développement (APD) dans le total des apports extérieurs est en recul, de 38 % en 2000 à 27 % en 2014 (pour un montant estimé à 55.2 milliards USD). Malgré tout, l APD reste la principale source de financement extérieur pour les pays africains à faible revenu. Les recettes fiscales, en hausse constante, ne doivent pas être considérées comme une alternative à l aide étrangère mais comme une composante des recettes publiques qui augmentent à mesure que les pays se développent. Elles ont atteint milliards USD en Figure 2. Apports financiers extérieurs à l Afrique Transferts des migrants Aide publique au développement Investissements de portefeuille Investissements directs étrangers % du PIB Milliards USD courants % du PIB (e) 2014 (p) Note : Les estimations (e) et les prévisions (p) pour l APD sont basées sur le taux d augmentation en volume prévu de l aide-pays programmable (APP) tiré du rapport à paraître de l OCDE sur la prévisibilité de l aide. Pour les transferts des migrants, les chiffres reposent sur les prévisions de croissance de la Banque mondiale. (Cette figure ne tient pas compte des prêts des banques commerciales, des prêts du secteur public, ni des crédits commerciaux.) Source : Calculs des auteurs d après CAD/OCDE, Banque mondiale, FMI et les données des Perspectives économiques en Afrique. Politiques commerciales et intégration régionale en Afrique Profitant de la bonne tenue des cours des matières premières, les exportations africaines ont progressé plus vite qu ailleurs dans le monde en 2012, avec un taux de 6.1 %. Mais elles ne représentent qu à peine 3.5 % du total mondial des exportations cette année-là une part qui ne parvient pas à décoller. Le commerce intracontinental de produits manufacturiers à valeur ajoutée s est développé plus vite que les exportations vers le reste du monde. En éliminant les goulets d étranglement et en accélérant son industrialisation, l Afrique pourrait renforcer ses échanges et s ancrer plus solidement dans les chaînes de valeur mondiales. L essor économique de l Asie de l Est prouve que, pour attirer des investissements directs étrangers dans les chaînes de valeur, les pays doivent adopter des réformes et des politiques commerciales ciblées, mettre en place des infrastructures efficaces pour le commerce et offrir des incitations pour l adoption de technologies à valeur ajoutée. Toutes ces initiatives doivent être engagées concomitamment à l échelon régional et national. Les fournisseurs africains ont perdu du terrain 10 Perspectives économiques en Afrique BAfD, OCDE, PNUD 2014

10 dans les importations du continent par rapport à leurs concurrents hors Afrique. Si les importations ont progressé deux fois plus vite que les exportations, au rythme moyen de 13.8 % par an entre 2000 et 2010, les pays africains n ont pas pleinement participé à cet essor. De même, les fournisseurs africains ont besoin d un environnement propice aux échanges s ils veulent prendre une part accrue dans les chaînes de valeur des services. Les organisations régionales ont lancé des initiatives importantes pour accélérer l industrialisation et les investissements dans les infrastructures régionales, mais celles-ci ont encore besoin d être confortées. Figure 3. Échanges commerciaux de l Afrique avec certains partenaires Milliards USD 400 UE27 Chine IND+BRA+KOR+TUR+RUS États-Unis Commerce intra-africain Source : Base Comtrade des Nations Unies (2012). Développement humain en Afrique L Afrique a fait des progrès notables sur le front du développement humain : la pauvreté recule, les revenus augmentent et les performances en matière d éducation et de santé s améliorent. L indice de développement humain du Programme des Nations Unies pour le développement atteste d une progression annuelle de 1.5 %, 15 pays se situant désormais dans le haut du classement (développement moyen à très élevé). Les pays africains bénéficiant d un niveau de développement élevé ou en progression sont bien intégrés aux marchés mondiaux, grâce à une palette de produits d exportation diversifiés et créateurs d emplois. Des marges d amélioration demeurent cependant sur le plan de l inclusion, de l égalité entre les sexes et de la viabilité environnementale. L exclusion et l inégalité d accès aux opportunités économiques et sociales sont toujours un frein aux droits humains, à l amélioration des moyens de subsistance et à l acquisition de nouvelles compétences. Les défis écologiques changement climatique, épuisement des ressources naturelles et accès à l énergie font eux aussi obstacle à un développement humain durable. C est pourquoi le programme de développement post-2015 fixe pour l Afrique des objectifs axés sur une croissance BAfD, OCDE, PNUD 2014 Perspectives économiques en Afrique 11

11 économique équitable et sans exclus, des changements structurels, avec pour maîtres mots l autonomisation, la gouvernance, la transformation sociale et l égalité entre les sexes. Figure 4. Inégalités d accès, exclusion et faible niveau de développement humain Une jeune Africaine sur deux n a pas de travail décent. ACCÈS INÉGAL à l'éducation, à la santé, à l'emploi et à la justice Plus de 31 millions d enfants africains ne sont pas scolarisés. EXCLUSION des secteurs productifs et des opportunités rémunératrices DÉVELOPPEMENT HUMAIN FAIBLE et DROITS HUMAINS NON RESPECTÉS 37 pays africains ont un niveau de développement humain faible. Source : Élaboration des auteurs. Une intégration accrue dans les chaînes de valeur peut renforcer le développement humain en Afrique. Les nouvelles technologies et les capacités d innovation sont deux facteurs essentiels pour en retirer un maximum d avantages, qu il s agisse de chaînes de valeur locales, régionales ou mondiales, et gérer les risques inhérents pour les populations pauvres et marginalisées. La mise en place de chaînes de valeur en vue d accroître la productivité agricole peut créer des emplois et renforcer la cohésion sociale, notamment dans les pays qui se relèvent d un conflit. Les petits producteurs, les pauvres et les femmes ont tout à gagner de chaînes de valeur plus efficientes. Les gouvernements, le secteur privé et les coopératives doivent protéger leurs droits en faisant la promotion de la résilience, de la rationalisation et de la compétitivité. Gouvernance politique et économique en Afrique La gouvernance politique de l Afrique s améliore depuis Les élections deviennent de plus en plus pacifiques, et la participation des femmes dans la vie politique s accroît. Les gouvernements ont renforcé leurs capacités de recouvrement et de gestion des impôts. Ils sont plus déterminés à combattre la corruption et les sorties illicites de capitaux face à d immenses besoins de liquidités même si ces deux phénomènes sont loin d avoir disparu. Il reste néanmoins de multiples défis à relever. Depuis quelques années et surtout dans les pays connaissant une transition démocratique, la population n hésite plus à descendre dans les rues pour réclamer des emplois et de meilleurs salaires. Elle suit aussi de plus près l action de ses dirigeants, notamment au moyen des médias numériques. Les violences par les acteurs non gouvernementaux ont reculé en 2012 mais restent néanmoins importantes par rapport aux niveaux enregistrés entre 1996 et Perspectives économiques en Afrique BAfD, OCDE, PNUD 2014

12 Selon des enquêtes récentes, plus d une dizaine de pays africains figurent dans les 65 pays du monde présentant un risque élevé de troubles civils. Depuis 2000, les conflits entre États africains sont moins nombreux et moins meurtriers mais de nouvelles menaces font leur apparition. Les conflits opposent aujourd hui principalement des factions d un même pays, mais ils rejaillissent de plus en plus sur les pays voisins. Face à ces risques, la communauté internationale commence à adapter ses réponses. En témoignent la collaboration entre l Union africaine, l Union européenne et les Nations Unies pour organiser des opérations en cas d insurrection ou le durcissement des mandats confiés aux missions de maintien de la paix. Une meilleure gouvernance et la paix sociale sont deux conditions clés pour la croissance et le développement. Plusieurs initiatives prometteuses visent à mettre fin à l évasion de capitaux et à améliorer la gestion des recettes, notamment dans les industries extractives. Selon l édition 2013 du rapport Doing Business de la Banque mondiale, 15 des 20 pays où la pratique des affaires est la plus malaisée se trouvent sur le continent africain. Figure 5. Protestations et violences civiles Protestations civiles (base 100 = 2000) Violences civiles (base 100 = 2000) Pour l Afrique en 2013 : l indice des protestations civiles est en hausse tandis que celui des violences civiles est en léger recul, même s il reste supérieur à son niveau de Note : Voir la méthodologie détaillée et les données-pays dans l Annexe statistique du rapport. Source : Calculs des auteurs sur la base d informations vérifiées par les agences de presse (Marchés Tropicaux et Méditerranéens pour , AFP et Reuters pour ). BAfD, OCDE, PNUD 2014 Perspectives économiques en Afrique 13

13 Les chaînes de valeur mondiales et l industrialisation de l Afrique Le commerce mondial est en pleine mutation. Les avancées technologiques, la baisse des coûts de transports et la libéralisation des échanges ont profondément modifié le mode de production des biens et des services : même les plus simples d entre eux sont transformés et échangés plusieurs fois lors des étapes successives d un circuit qui passe par de nombreux pays, voire fait le tour du monde. On appelle ces circuits les chaînes de valeur mondiales. Elles sont constituées par les entreprises multinationales qui cherchent à optimiser leurs stratégies d approvisionnement par la fragmentation et la réorganisation géographique permanentes du cycle de production. Aujourd hui, on estime que 80 % des échanges mondiaux sont le fait des multinationales (CNUCED, 2013), 60 % du commerce mondial des biens concerne l échange de produits intermédiaires (UN Comtrade, 2012) et en moyenne la valeur ajoutée à l étranger représente 25 % de la valeur totale des exportations d un pays (OCDE ÉVA). La consécration des chaînes de valeur mondiales (CVM) comme nouveau paradigme du commerce international offrent de nouvelles opportunités aux entreprises africaines, mais elles nécessitent de changer la façon dont les politiques publiques sont conçues et mises en œuvre. Plutôt que des stratégies nationales ou sectorielles, l intégration et la montée en gamme réussies dans les chaînes de valeur requièrent un haut degré d ouverture et des stratégies au niveau de produits, voire d entreprises spécifiques. Les chaînes de valeur mondiales : une opportunité pour l industrialisation de l Afrique? Une chaîne de valeur représente l ensemble des activités entreprises pour amener un produit ou un service de sa conception à son utilisation par le consommateur final (figure 6). À chaque maillon de la chaîne, de la valeur est ajoutée sous une forme ou une autre. Dans le contexte d économies mondiales interconnectées, ces activités sont de plus en plus fragmentées entre les entreprises et délocalisées entre les pays. Les diverses tâches tout au long de la chaîne peuvent ainsi être réalisées dans des pays distants, en fonction de leurs avantages comparatifs respectifs. Ce processus décentralisé et interconnecté, de la conception et le design jusqu à la fabrication, au marketing et à la commercialisation est appelé chaîne de valeur mondiale ou réseau de production international (Gereffi et Fernandez-Stark, 2011 ; OCDE, 2013). Chaque étape offre, à des degrés divers, des opportunités de création, au niveau local, d activités, d emplois et de bénéfices pour les entreprises, lesquels induisent des compétences, des technologies et des recettes publiques, sous forme de taxes. Une intégration réussie dans une chaîne de valeur peut permettre à un pays de bénéficier d une plus grande part de ces avantages et d accélérer son processus d industrialisation. 14 Perspectives économiques en Afrique BAfD, OCDE, PNUD 2014

14 Figure 6. Les étapes d une chaîne de valeur générique : de la conception à la production aux ventes finales Activité amont Activité aval Facteurs de production primaires Biens intermédiaires Produit/service principal Vente/ marketing Conditionnement/ expédition Service après-vente Utilisation finale Recherche et développement/conception Source : Élaboration des auteurs. Les chaînes de valeur mondiales offrent de nouvelles opportunités d accélérer la transformation structurelle de l Afrique. En effet, les pays en développement ne sont plus obligés de bâtir les capacités de production de secteurs entiers pour partir à l assaut des marchés mondiaux : ils peuvent désormais s intégrer comme maillons d une chaîne de valeur mondiale à certaines étapes précises du processus de production et fournir à ces réseaux mondialisés les compétences ou les produits spécifiques pour lesquels ils ont développé un avantage comparatif une sorte de «raccourci» pour atteindre les objectifs du développement. Comment évaluer le degré d intégration de l Afrique dans les chaînes de valeur mondiales? Pour éviter le double comptage et donner une estimation correcte de la position d un pays dans les circuits du commerce international, on évalue ses échanges avec le reste du monde en termes de valeur ajoutée plutôt qu en termes bruts. La base de données OCDE-OMC sur les Échanges en Valeur Ajoutée (ÉVA) et la base de données Eora de la CNUCED sur les chaînes de valeur mondiales (UNCTAD Eora-GVC) mesurent les échanges de valeur ajoutée et la participation dans les CVM. Elles distinguent : l intégration amont, soit la part de valeur ajoutée à l étranger qui entre dans la valeur des exportations d un pays donné. Du point de vue du pays, on considère là la part des intrants importés et utilisés dans la production locale qui est ensuite exportée. Par exemple : le pays A importe des moteurs et des châssis du pays B ; la main-d œuvre locale les assemble, ajoutant au passage de la valeur ; puis les produits finals, les voitures, sont exportés vers le pays C. La valeur des moteurs et des châssis importés du pays B rapportée à la valeur totale des exportations de voitures du pays A est un indicateur de son intégration amont. l intégration aval, soit la part de valeur ajoutée puis exportée par un pays donné qui se retrouve dans les exportations d autres pays. Du point de vue BAfD, OCDE, PNUD 2014 Perspectives économiques en Afrique 15

15 du pays, on considère là le flux sortant de la production locale exportée, que d autres pays utilisent alors pour produire leurs propres exportations. Par exemple : un pays A extrait des métaux de son sol ce qui correspond à un ajout de valeur et les vend au pays B, qui les utilise comme composants dans la fabrication de téléphones portables, exportés ensuite vers le pays C. La valeur de ces exportations de métaux relativement à la valeur totale des exportations du pays A, exprimée en pourcentage, est un indicateur de son intégration aval. Comme dans le cas de l intégration amont, on mesure là le degré d intégration du pays A dans la chaîne de valeur mais, cette fois, la contribution du pays a lieu plus tôt dans la chaîne. La participation totale d un pays aux CVM sa contribution à la production mondiale de biens et services peut être mesurée en additionnant les indicateurs de son intégration amont et de son intégration aval. Les PEA 2014 ont étendu ces travaux aux économies africaines. Les résultats sont présentés dans la figure 7 : par rapport à la valeur de ses propres exportations, la participation de l Afrique aux CVM est assez élevée, supérieure à celles de plusieurs autres régions. Toutefois, son degré d intégration aux CVM est principalement de type aval : dans beaucoup de chaînes de valeur mondiales, l Afrique est une source de matières premières. Pour ce qui est de l intégration amont, soit l utilisation de produits intermédiaires importés dans ses exportations, le profil de l Afrique est comparable à celui des autres régions du monde. Relativement au commerce mondial, l Afrique capte une part croissante, mais qui reste très limitée, des échanges de valeur ajoutée. Sa part a augmenté de 1.4 % en 1995 à 2.2 % en Figure 7. Intégration des régions du monde dans les chaînes de valeur mondiales, 2011 Intégration aval Part des exportations totales de valeur ajoutée 0.80 Intégration amont Europe Asie du Sud-Est Afrique Amérique du Nord Asie de l'est Russie et Asie centrale Moyen-Orient Amérique latine Asie du Sud Note : L intégration amont se mesure par la part de la valeur ajoutée étrangère incorporée dans les exportations d un pays. L intégration aval se mesure par la part de la valeur ajoutée exportée par un pays qui est réexportée par le pays importateur. Source : Calculs des auteurs à partir de la base de données UNCTAD-EORA-GVC (2014). 16 Perspectives économiques en Afrique BAfD, OCDE, PNUD 2014 Océanie

16 La montée en gamme dans les CVM a permis une augmentation de la productivité en Afrique, mais les liens avec le tissu économique local restent limités Les chaînes de valeur mondiales ouvrent certes de nouvelles opportunités pour le développement de l Afrique, elles ne représentent pas pour autant une panacée. Pour transformer les opportunités de l intégration dans les CVM en bénéfices à long terme, une montée en gamme (en anglais, upgrading) économique et sociale est nécessaire. La montée en gamme économique comprend les gains de productivité, la transformation structurelle et l augmentation de la valeur ajoutée induits par les exportations d un pays. Ils résultent des transferts de connaissance, de la différenciation des produits ou encore de l implantation de nouvelles étapes de production de la chaîne de valeur sur le territoire national. Par exemple, l entreprise Blue Skies, au Ghana, ajoute de la valeur locale en coupant et préparant des fruits frais sur leur lieu de récolte avant de les exporter vers les supermarchés européens par avion, plutôt que d exporter les fruits entiers et de laisser les activités de préparation et de commercialisation à des entreprises étrangères. La montée en gamme sociale comprend la création d emploi et l amélioration des conditions d emploi. La plupart des pays africains ont réussi à conjuguer intégration dans les chaînes de valeur et montée en gamme économique. La figure 8 montre qu en moyenne, plus les exportations d un pays contiennent une part importante de valeur ajoutée à l étranger (intégration aval), plus la productivité et la transformation structurelle ont progressé : une plus grande spécialisation sur des segments spécifiques de chaînes de valeur semblent donc payante. En revanche, l intégration amont est dans l ensemble associée de façon négative aux divers indicateurs de transformation structurelle et de diversification, confirmant ainsi l impact négatif de la dépendance économique à l égard d une gamme trop étroite de matières premières (BAfD et al., 2013). Quant à la montée en gamme sociale, les gains en termes d emploi semblent suivre les gains économiques ; toutefois, la relation n est pas univoque et reste difficile à évaluer. L Éthiopie a réussi à attirer un nombre important de fabricants internationaux du secteur de l habillement liés à de grandes marques comme H&M. Ils ont créé emplois. Mais en Afrique du Sud et en Égypte, les données macroéconomiques suggèrent que le progrès des exportations et de l intégration dans les chaînes de valeur mondiales pendant la décennie écoulée ont été réalisés avec un nombre égal voire décroissant de travailleurs employés. BAfD, OCDE, PNUD 2014 Perspectives économiques en Afrique 17

17 Figure 8. Croissance de la productivité et intégration amont dans les chaînes de valeur mondiales sont corrélées positivement en Afrique Variation annuelle composée de la productivité EGY CMR MLI MWI SEN MOZ ETH NGA DZA KEN RWA MAR GHA ZAF UGA Part de la valeur ajoutée étrangère dans les exportations d'un pays, 2011 ZMB MUS AGO y = 0,1205x - 0,0011 R² = 0,2408 Source : Calculs des auteurs à partir de la base de données UNCTAD-EORA-GVC (2014), données sur la productivité de McMillan et Rodrik (2011) et BAfD et al. (2013). Comment étendre à toute l économie les gains réalisés par quelques entreprises ayant réussi leur intégration dans les chaînes de valeur mondiales? Très souvent les activités liées aux CVM sont isolées du reste de l économie et peu de liens sont tissés. En Tunisie, par exemple, les secteurs du textile/habillement et des appareils électriques sont bien intégrés dans les réseaux européens de production et de commercialisation. Mais en raison de régulations séparant strictement les entreprises exportatrices des entreprises domestiques non exportatrices, la plupart de ces activités fonctionnent en dehors du reste de l économie tunisienne, ce qui limite les possibilités de montée en gamme et de création d emploi. Cabo Verde est un autre exemple : le pays a intégré avec succès les chaînes de valeur mondiales du tourisme, au point que le secteur représente aujourd hui 20 % du PIB, mais très peu de liens ont été tissés entre les hôtels aux formules en pension complète et l économie locale. Les opportunités de montée en gamme dépendent des rapports de force et varient selon les chaînes de valeur Les rapports de force entre les entreprises «chefs de file» et leurs fournisseurs déterminent les possibilités de montée en gamme économique et sociale. Il faut comprendre ces rapports de force pour pouvoir identifier les opportunités, et définir les politiques publiques qui seront à même d encourager la montée en gamme au niveau d un secteur, voire parfois au niveau d une entreprise spécifique : Les chaînes articulées autour des producteurs comme les industries extractives, le cacao et le café, ou encore le secteur automobile offrent relativement peu d opportunités de montée en gamme vers des étapes plus riches en valeur ajoutée locale : la plupart de ces étapes sont étroitement contrôlées par les entreprises «chefs de file». Les opportunités se trouvent TZA 18 Perspectives économiques en Afrique BAfD, OCDE, PNUD 2014

18 plutôt en amont : acquisition de capacités dans les domaines de la recherche, des services ou la fabrication de composants ; ou encore dans l élargissement de la base de production vers des produits de meilleure qualité, comme les produits bio ou équitable pour le cacao et le café. Ainsi, l Afrique du Sud est parvenue à devenir un fournisseur mondial de composants pour la chaîne de l industrie automobile après avoir réussi à convaincre les entreprises «chefs de file» d investir dans la production locale. Les chaînes organisées autour des acheteurs, comme l habillement ou l horticulture, permettent en général aux producteurs d établir des liens plus étroits avec le consommateur final, par la suppression des intermédiaires et une offre de valeur unique, en réponse à la demande de ce dernier. Ainsi une part croissante de la production kényane de fleurs est vendue directement aux détaillants, les producteurs contournant les marchés aux enchères traditionnels. Toutefois, les normes de qualité, qui jouent un rôle prééminent dans les chaînes organisées autour des acheteurs, peuvent représenter une barrière à l entrée difficile à franchir, notamment par les petits agriculteurs ou par les petites et moyennes entreprises. Les défis : la qualité, les coûts et les services ; les opportunités : l ouverture et les chaînes de valeur régionales Qu est-ce qui empêche les entreprises internationales d investir d avantage dans des relations de CVM avec l Afrique? Elles mentionnent principalement la difficulté à atteindre les normes de qualité citées ci-dessus, ainsi que les coûts élevés du transport et de l énergie, ou encore le manque de formation de la main-d œuvre. La faiblesse du secteur des services est également invoquée : alors qu en moyenne 30 % de la valeur des produits manufacturés exportés dans le monde sont ajoutés sous forme de services design, développement, marketing, assurances ou service après-vente la part de l Afrique dans les exportations de services est en déclin. L indigence de l offre de services aux entreprises et aux agriculteurs, tant de la part du secteur public que du secteur privé, pénalise les plus petites entreprises, qui en ont pourtant crucialement besoin pour innover et créer plus de valeur dans leur domaine d expertise. L extension des chaînes de valeur mondiales ne fait qu accentuer ces défis pour les entreprises africaines, qui sont d autant plus désavantagées dans la course aux investissements liés aux CVM, notamment dans le secteur manufacturier. Parmi les avantages dont peuvent se prévaloir les économies africaines, on compte notamment les ressources naturelles, le faible coût de la main-d œuvre ou encore la croissance du marché des consommateurs. Les experts interrogés dans le cadre de ce rapport citent également la bonne ouverture des marchés africains. L ouverture aux échanges, notamment aux importations de produits intermédiaires, est un facteur important de la compétitivité d un pays dans les chaînes de valeur mondiales. BAfD, OCDE, PNUD 2014 Perspectives économiques en Afrique 19

19 Bien qu une part relativement faible des exportations africaines soit destinée aux marchés régionaux, la révolution en cours du commerce de détail et la montée du pouvoir d achat représentent des opportunités importantes en termes de chaînes de valeur régionales. En plus des avantages que confère la proximité, ces marchés régionaux présentent des barrières moins élevées du point de vue des normes. Les marchés de consommation africains en forte croissance seront un moteur essentiel de la croissance économique des prochaînes années ; les gouvernements devraient s efforcer de supprimer les obstacles qui empêchent les entrepreneurs africains de répondre à cette demande. Il leur faut de meilleures routes, une offre fiable d électricité mais aussi une plus grande liberté de mouvement d un pays à l autre. Actuellement, ce sont les régions d Afrique de l Est et australe qui tirent le mieux leur épingle du jeu des chaînes de valeur régionales (figure 9). Figure 9. Origine de la valeur ajoutée étrangère dans les exportations, par régions, 2011 : l Afrique de l Est et l Afrique australe sont en tête de la participation dans les chaînes de valeur mondiales et régionales Amérique latine Moyen-Orient Asie Amérique du Nord Europe Afrique Part de la VA étrangère incorporée dans les exportations africaines Afrique centrale Afrique de l'est Océan Indien Afrique du Nord Afrique australe Afrique de l'ouest Source : Calculs des auteurs à partir de la base de données UNCTAD-Eora-GVC (2014). Pour accélérer l industrialisation dans le contexte des chaînes de valeur, l Afrique a besoin de politiques publiques ciblées qui encouragent l intégration et la montée en gamme Les défis et les opportunités qu apportent avec elles les chaînes de valeur en termes de transformation structurelle diffèrent considérablement selon les secteurs ; et même, au sein des secteurs, ils diffèrent selon les produits. Les décideurs sont donc face à un casse-tête : comment maximiser les opportunités pour l économie toute entière tout en se concentrant sur la création des conditions optimales pour les secteurs ou les entreprises les plus susceptibles de s intégrer avec succès dans les chaînes de valeur mondiales? Ils sont ainsi confrontés à des dilemmes dans plusieurs domaines : 20 Perspectives économiques en Afrique BAfD, OCDE, PNUD 2014

20 En matière de politique commerciale par exemple : les barrières commerciales et les règles relatives à la teneur en produits et services locaux qui visent à maximiser la valeur créée localement sont contradictoires avec l objectif d attirer les investisseurs des CVM, qui cherchent à intégrer la production africaine dans un flux mondialisé de biens et de services intermédiaires. Un des ingrédients essentiels du succès du plan de développement de l industrie automobile sud-africaine a été de supprimer les barrières tarifaires élevées et les clauses sur la teneur en produits et services locaux. Les décideurs ont fait le pari que les gains apparaîtraient sur le long terme à travers l acquisition de savoir-faire et le développement d une industrie de composants. Cela suppose toutefois d avoir sur place la capacité suffisante d apprentissage et de montée en gamme ; dans d autres cas, les règles sur le contenu local peuvent être plus adaptées. La politique fiscale en est une autre illustration : les gouvernements africains renoncent trop souvent à des sommes importantes en accordant des incitations aux investisseurs ; or lorsque ceux-ci sont en quête de ressources naturelles ou d un marché de consommation prometteur, il y a fort à parier qu ils prendront de toute façon la décision d investir même sans ces incitations. Ce faisant, ils renoncent à des ressources fiscales qui auraient pu servir à renforcer les compétences de la main-d œuvre ou la qualité des infrastructures et attirer dans le long terme d autres investisseurs en quête d optimisation de leurs CVM. Par ailleurs, de tels investissements sont essentiels pour renforcer la capacité d une économie à monter en gamme. Les pays qui ne développent cette capacité risquent de se retrouver en concurrence les uns avec les autres pour attirer les investissements des CVM, au prix d une course au moins-disant en matière fiscale, mais aussi sur les normes sociales et environnementales. De telles stratégies «par le bas» permettent à un petit nombre de recueillir des gains limités tandis que la majorité en paye les conséquences. Figure 10. Typologie des politiques de développement des compétences nécessaires pour progresser dans les chaînes de valeur mondiales Interventions réactives précoces Interventions proactives en cours Interventions prospectives Compétences des travailleurs Compétences actuelles Compétences nouvelles Compétences futures Domaine d intervention Type de progression dans la chaîne de valeur Formation en cours d emploi (organisme de formation privé), programmes publics sur mesure Entrée dans la chaîne de valeur Progression au niveau des processus Enseignement post-secondaire, formation technique et universités Progression au niveau des produits Progression fonctionnelle Système d enseignement Toutes formes de progression Conformité aux normes mondiales, expansion de la part de marché, compétitivité (innovation incrémentale) Développement à long terme de l économie nationale Source : Fernandez-Stark et al. (2012). BAfD, OCDE, PNUD 2014 Perspectives économiques en Afrique 21

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

Le Programme des Nations Unies pour le développement L Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche

Le Programme des Nations Unies pour le développement L Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche Le RBA du PNUD et l UNITAR - soutenir les priorités stratégiques de développement de l Afrique Alors que nous nous approchons de la nouvelle année, il est important de méditer ce qui a été accompli. Tout

Plus en détail

Perspectives économiques en Afrique 2013

Perspectives économiques en Afrique 2013 ÉDITION DE POCHE Afrique du Sud Algérie Angola Bénin Botswana Burkina Faso Burundi Cameroun Cap-Vert Comores Congo, Rép. Congo, Rép. dém. Côte d Ivoire Djibouti Égypte Erythrée Éthiopie Gabon Gambie Ghana

Plus en détail

Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique

Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique La sous-catégorie Gestion Publique évalue la transparence dans la passation des marchés publics, dans la gestion des entreprises publiques

Plus en détail

MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE

MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE AAI Comité Afrique UNE MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE 28 Mai Tallinn, Estonie L Afrique un continent multiforme : Arabe Français anglais portugais Divisé, en trois, zones 1 - Le Maghreb ou l Afrique du Nord

Plus en détail

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres 33 % de nouvelles infections à VIH en moins depuis 2001 29 % de décès liés au sida en moins (adultes et enfants) depuis 2005 52 % de nouvelles infections à VIH en moins

Plus en détail

Bulletin Climatique Décadaire FAITS SAILLANTS

Bulletin Climatique Décadaire FAITS SAILLANTS African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement Bulletin Climatique Décadaire N 34 Valable du 1 er au 10 Décembre

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

Figure 17 : Taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans, 1990, 2008 et 2015 (cible)

Figure 17 : Taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans, 1990, 2008 et 2015 (cible) Objectif 4 : Réduire la mortalité des enfants de moins de cinq ans Cible 4A Réduire de deux tiers, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans L Afrique continue de marquer

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

EXPERIENCES AFRICAINES EN MATIERE DE LIBERALISATION. (Note présentée par les Etats africains) 2

EXPERIENCES AFRICAINES EN MATIERE DE LIBERALISATION. (Note présentée par les Etats africains) 2 Mars 2003 Anglais et français seulement 1 EXPERIENCES AFRICAINES EN MATIERE DE LIBERALISATION (Note présentée par les Etats africains) 2 1. INTRODUCTION 1.1 L Afrique a commencé son expérience dans la

Plus en détail

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011.

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011. Document final des consultations régionales sur le programme de développement après-2015 Contexte Partout dans le monde, les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ont généré des actions de

Plus en détail

Document d information SOMMAIRE CONTEXTE... 1 3 PROGRÈS RÉALISÉS... 4 15 MESURES PROPOSÉES... 16 17

Document d information SOMMAIRE CONTEXTE... 1 3 PROGRÈS RÉALISÉS... 4 15 MESURES PROPOSÉES... 16 17 6 septembre 2013 COMITÉ RÉGIONAL DE L AFRIQUE ORIGINAL : ANGLAIS Soixante-troisième session Brazzaville, République du Congo, 2 6 septembre 2013 Point 20.4 de l ordre du jour MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION-CADRE

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES

ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES RÈGLEMENT INTÉRIEUR ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement 1 CONDITIONS D ADHESION A L AUA (1) Pour être éligible en qualité de membre

Plus en détail

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 27/05/2015 à 17:53:19 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE MINISTRE

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

État du Fonds général d affectation spéciale pour la Conférence ministérielle africaine sur l environnement

État du Fonds général d affectation spéciale pour la Conférence ministérielle africaine sur l environnement UNEP/AMCEN/13/5 AMCEN AU Conférence ministérielle africaine sur l environnement Distr. : générale 4 mai 2010 Français Original : anglais Treizième session Bamako, 21 25 juin 2010 Point 6 a) de l ordre

Plus en détail

Enquête sur le tourisme d observation de la faune en Afrique : Contribution des voyagistes

Enquête sur le tourisme d observation de la faune en Afrique : Contribution des voyagistes VERSION IMPRIMABLE DU QUESTIONNAIRE VEUILLEZ REMPLIR L'ENQUÊTE EN LIGNE! Enquête sur le tourisme d observation de la faune en Afrique : Introduction Contribution des voyagistes À l appui des efforts engagés

Plus en détail

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39.

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39. postes de haut-fonctionnaires sont détenus par des femmes 38. Mais dans l ensemble, les avancées enregistrées par les pays africains dans leur progression vers la réalisation d une meilleure parité entre

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

Croissance et développement en Afrique subsaharienne

Croissance et développement en Afrique subsaharienne Croissance et développement en Afrique subsaharienne Thèmes La création de richesses et la croissance économique 2.1 Les finalités de la croissance Le développement économique 2.2 La dynamique de la croissance

Plus en détail

Couloir Africain de l Énergie Propre

Couloir Africain de l Énergie Propre Couloir Africain de l Énergie Propre LE COULOIR AFRICAIN DE L ÉNERGIE PROPRE L Afrique change rapidement. En 2050, elle comptera 2 milliards d habitants, dont trois sur cinq vivront dans des villes. Plus

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Vingt-neuvième réunion Le 12 avril 2014 Déclaration de M. Akagha-Mba, Ministre de l Économie et de la Prospective, Gabon Représentant les pays suivants : Bénin,

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Moyen-Orient et Afrique du Nord. Octobre 2015

Perspectives économiques régionales Moyen-Orient et Afrique du Nord. Octobre 2015 Perspectives économiques régionales Moyen-Orient et Afrique du Nord Octobre 215 1 Feuille de route Environnement mondial Thèmes régionaux Exportateurs et importateurs de pétrole de la région MOANAP 2 Perspectives

Plus en détail

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 06/10/2015 à 11:27:48 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE

Plus en détail

www.africaneconomicoutlook.org/fr

www.africaneconomicoutlook.org/fr Perspectives économiques en Afrique 2012 Ce rapport est disponible gratuitement sur : www.africaneconomicoutlook.org/fr Pour acheter des copies imprimées du rapport, suivez les liens appropriés sur le

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Afrique subsaharienne Tendances récentes

Afrique subsaharienne Tendances récentes Afrique subsaharienne Tendances récentes Le taux de croissance des économies d Afrique subsaharienne est passé de 5,7 % en 2006 à 6,1 % en 2007, ce qui constitue la progression la plus soutenue que cette

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 07/10/2014 à 08:46:35 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE

Plus en détail

Le Point sur les APE dans les régions Africaines. Dr Cheikh Tidiane DIEYE Coordonnateur de Programmes Enda Tiers Monde cdieye@enda.

Le Point sur les APE dans les régions Africaines. Dr Cheikh Tidiane DIEYE Coordonnateur de Programmes Enda Tiers Monde cdieye@enda. Le Point sur les APE dans les régions Africaines Dr Cheikh Tidiane DIEYE Coordonnateur de Programmes Enda Tiers Monde cdieye@enda.sn LES CONFIGURATIONS REGIONALES AFRICAINES NEGOCIANT UN APE Afrique de

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD

Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD À l approche de l échéance 2015 pour la réalisation des OMD, il est essentiel de faire le point sur les progrès accomplis par l Afrique.

Plus en détail

Fiche récapitulative - Réformes en Afrique

Fiche récapitulative - Réformes en Afrique Fiche récapitulative - Réformes en Afrique L Angola a amélioré le long et fastidieux processus de création d entreprise, grâce à son guichet unique, Guichet Unico da Empresa, qui a réduit les délais nécessaires

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République Lettre introductive au 53 ème Rapport annuel de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République au nom du Conseil d Administration de la Banque Centrale de Tunisie Par

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 12 octobre 2015 Français Original: anglais Conférence générale Seizième session Vienne, 30 novembre-4 décembre 2015 Point

Plus en détail

INVESTISSEMENT DANS LES RESEAUX DE TRANSMISSION ATELIER DE REGULATION ERERA/WAGPA 24 26 APRIL 2012, LOME, TOGO

INVESTISSEMENT DANS LES RESEAUX DE TRANSMISSION ATELIER DE REGULATION ERERA/WAGPA 24 26 APRIL 2012, LOME, TOGO INVESTISSEMENT DANS LES RESEAUX DE TRANSMISSION ATELIER DE REGULATION ERERA/WAGPA 24 26 APRIL 2012, LOME, TOGO Prof Jorry M Mwenechanya 1 Présentation Augmentation de la capacité Questions de Pré et Post

Plus en détail

Vers des stratégies de développement localisées et plus inclusives en Afrique

Vers des stratégies de développement localisées et plus inclusives en Afrique www.africaneconomicoutlook.org/fr/ Synthèse Vers des stratégies de développement localisées et plus inclusives en Afrique Performances et perspectives en Afrique Perspectives macroéconomiques en Afrique

Plus en détail

1 DIAPOSITIVE 2 DIAPOSITIVE

1 DIAPOSITIVE 2 DIAPOSITIVE 1 DIAPOSITIVE Monsieur le co-président, mesdames, messieurs, Je suis le LCL Fabrice Delaître chargé de l assistance opérationnelle au sein du CIDHG et c est à ce titre que je vais vous exposer aujourd

Plus en détail

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement N 5, Mai 2015 FAITS SAILLANTS : Les zones favorables à une vigilance

Plus en détail

[ENFANTS NON SCOLARISÉS : DE

[ENFANTS NON SCOLARISÉS : DE [ENFANTS NON SCOLARISÉS : DE NOUVELLES DONNÉES SOULIGNENT LES DÉFIS PERSISTANTS Cette fiche d information présente de nouvelles données relatives à l année scolaire qui s est achevée en sur le nombre d

Plus en détail

Part de l Afrique dans les Investissements directs

Part de l Afrique dans les Investissements directs Session internationale de formation sur la Finance et l Investissement Part de l Afrique dans les Investissements directs étrangers et Perspectives d avenir Par Dr. Malick SANE Directeur du LAPOCOM Coordonnateur

Plus en détail

Conférence ministérielle sur la Recherche pour la Santé dans la Région africaine

Conférence ministérielle sur la Recherche pour la Santé dans la Région africaine Déclaration d'alger Conférence ministérielle sur la Recherche pour la Santé dans la Région africaine Réduire le déficit des connaissances pour améliorer la santé en Afrique 23-26 juin 2008 Catalogage

Plus en détail

TOUR D HORIZON. Bâtir des logements, c est bâtir des familles et des nations. C est notre engagement envers le peuple africain.

TOUR D HORIZON. Bâtir des logements, c est bâtir des familles et des nations. C est notre engagement envers le peuple africain. Brochure D entreprise 2012 1 2 TOUR D HORIZON Nous sommes une institution panafricaine de développement dédiée au financement de l immobilier, en particulier à la promotion de l habitat à prix abordables,

Plus en détail

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile ANNEXE 1 Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile Pays Pays où il y a un Pays exigeant Pays exigeant risque de transmission la vaccination

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

Version provisoire (21 mai 2002)

Version provisoire (21 mai 2002) PARIS21 TECHNICAL PAPER DOCID: P21-2002-TP-02 RAPPORT DE CONSULTATION SUR LES OPERATIONS STATISTIQUES POUR LE SUIVI DES INDICATEURS DES OBJECTIFS DU MILLENAIRE DANS LES PAYS D AFRIQUE SUBSAHARIENNE Version

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT EMBARGO Le présent document ne doit pas être cité ou résumé par la presse, la radio, la télévision ou des médias électroniques avant le

Plus en détail

Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale (FCRSAI) Appel à notes conceptuelles 2013. Avril 2013

Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale (FCRSAI) Appel à notes conceptuelles 2013. Avril 2013 Centre de recherches pour le développement international (CRDI), Canada Agence canadienne de développement international (ACDI) Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale (FCRSAI)

Plus en détail

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES I. SECTEURS D ACTIVITES - Aéronautique - Agriculture - Assurances - Banques (épargne, office des chèques postaux) - Bâtiment et génie civil - Communications - Postes - Télécommunications

Plus en détail

Inégalité des Sexes, Pauvreté, et Santé en Afrique subsaharienne: Cadre Analytique

Inégalité des Sexes, Pauvreté, et Santé en Afrique subsaharienne: Cadre Analytique Inégalité des Sexes, Pauvreté, et Santé en Afrique subsaharienne: Cadre Analytique Pistes pour améliorer les résultats en matière de santé Résultats Résultats de santé Ménages et communautés Comportements

Plus en détail

3 ème FORUM AFRIQUE MOCI/CIAN/CCIP IdF2014. Potentiel, Risque et Concurrence en Afrique Une cartographie exclusive TAC.

3 ème FORUM AFRIQUE MOCI/CIAN/CCIP IdF2014. Potentiel, Risque et Concurrence en Afrique Une cartographie exclusive TAC. 3 ème FORUM AFRIQUE MOCI/CIAN/CCIP IdF2014 Potentiel, Risque et Concurrence en Afrique Une cartographie exclusive TAC 31 Janvier 2014 1 Potentiel, risque et concurrence en Afrique: une cartographie exclusive

Plus en détail

Activités des pays africains dans les comités d études de la CEI

Activités des pays africains dans les comités d études de la CEI INTERNATIONAL ELECTROTECHNICAL COMMISSION Activités des pays africains dans les comités d études de la CEI Françoise Rauser Programme des Pays Affiliés à la CEI & Liaisons Internationales La CEI en Afrique:

Plus en détail

CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES

CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES Voici trois tableaux présentant la concurrence sur les ARV dans les pays pauvres : Tableau 1 : Ratio et taux de concurrence

Plus en détail

Perspectives économiques mondiales janvier 2011: Naviguer dans des eaux troubles Annexe Régionale. Afrique subsaharienne

Perspectives économiques mondiales janvier 2011: Naviguer dans des eaux troubles Annexe Régionale. Afrique subsaharienne Perspectives économiques mondiales janvier 2011: Naviguer dans des eaux troubles Annexe Régionale Afrique subsaharienne Récents développements Selon les estimations, le PIB de l Afrique subsaharienne a

Plus en détail

Rabat, le 20 mars 2014

Rabat, le 20 mars 2014 المملكة المغربية Royaume du Maroc المرجع : Rabat, le 20 mars 2014 Durant les dix dernières années, les flux d investissements directs étrangers réalisés en Afrique ont enregistré, selon les données de

Plus en détail

TABLEAU 1 Distribution régionale des superficies cultivables et cultivées Superficies cultivées 2002 Région

TABLEAU 1 Distribution régionale des superficies cultivables et cultivées Superficies cultivées 2002 Région TABLEAU 1 Distribution régionale des superficies cultivables et cultivées Superficies Superficies cultivées 2002 cultivables Superficie en % des superficies cultivables () () (%) Nord 65 320 000 28 028

Plus en détail

DEMANDE DE CHANGEMENT DE DISCIPLINE

DEMANDE DE CHANGEMENT DE DISCIPLINE 14 ANNEXE IV DEMANDE DE CHANGEMENT DE DISCIPLINE Je soussigné (e) (1). épouse Professeur des universités - Praticien hospitalier (2) Maître de conférences des universités - Praticien hospitalier (2) En

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Trente-et-unième réunion 18 avril 2015 Déclaration de Mr. Regis Immongault Ministre de l économie, de la promotion des investissements et de la prospective Gabon

Plus en détail

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO?

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? Département analyse et prévision de l OFCE L année 2003 aura été assez désastreuse pour la zone euro sur le plan des échanges extérieurs, qui ont contribué

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

La gestion des finances publiques est une composante essentielle

La gestion des finances publiques est une composante essentielle L IDA en action Gestion des finances publiques : effectuer un suivi des ressources pour obtenir de meilleurs résultats La gestion des finances publiques est une composante essentielle du processus de développement.

Plus en détail

2. Enjeux et opportunités de l intégration régionale en Afrique

2. Enjeux et opportunités de l intégration régionale en Afrique NOTE DE SYNTHÈSE POUR LA CONFÉRENCE ÉCONOMIQUE AFRICAINE 2013 L INTÉGRATION RÉGIONALE EN AFRIQUE 28-30 octobre 2013 JOHANNESBOURG, AFRIQUE DU SUD Groupe de la Banque africaine de développement Commission

Plus en détail

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL Janvier 2013 CGIAR Climate AFTP4 Région Afrique Banque mondiale Sommaire Préambule... 3 RESUME... 4 1. Contexte politique... 5 2. Situation économique en 2012... 5 Croissance...

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Déclaration de Libreville sur la Santé et l'environnement en Afrique

Déclaration de Libreville sur la Santé et l'environnement en Afrique Déclaration de Libreville sur la Santé et l'environnement en Afrique Libreville, le 29 août 2008 REPUBLIQUE GABONAISE ProgramedesNationsUnies pourl Environement Organisation mondiale de la Santé Bureau

Plus en détail

1.2.2. Les initiatives en faveur de l annulation de la dette des pays pauvres

1.2.2. Les initiatives en faveur de l annulation de la dette des pays pauvres 1.2.2. Les initiatives en faveur de l annulation de la dette des pays pauvres En 1996 (G7 de Lyon), la communauté internationale avait lancé l initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE).

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN RAPPORT 2013 COMMERCE INTRA-AFRICAIN: LIBÉRER LE DYNAMISME DU SECTEUR PRIVÉ

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN RAPPORT 2013 COMMERCE INTRA-AFRICAIN: LIBÉRER LE DYNAMISME DU SECTEUR PRIVÉ C O N F É R E N C E D E S N AT I O N S U N I E S S U R L E C O M M E R C E E T L E D É V E L O P P E M E N T LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN AFRIQUE RAPPORT 2013 COMMERCE INTRA-AFRICAIN: LIBÉRER LE DYNAMISME

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

Andréas ANTONIOU, Deputy Director, Division des Affaires économiques (Commonwealth)

Andréas ANTONIOU, Deputy Director, Division des Affaires économiques (Commonwealth) 4.2 Initiatives PPTE : ou en est on? Andréas ANTONIOU, Deputy Director, Division des Affaires économiques (Commonwealth) INTRODUCTION : L INITIATIVE PPTE Alors que les emprunts extérieurs constituent souvent

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2014. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2014. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2014 asdf Nations Unies New York, 2014 Résumé Les perspectives macro-économiques mondial La croissance mondiale a été plus faible que prévue en 2013, mais

Plus en détail

Mesures nationales d application de la Convention sur l Interdiction des Armes Biologiques (CIAB)

Mesures nationales d application de la Convention sur l Interdiction des Armes Biologiques (CIAB) Mesures nationales d application de la Convention sur l Interdiction des Armes Biologiques (CIAB) Sonia Drobysz, Juriste Atelier National de la Mise en Œuvre de la Convention sur l Interdiction des Armes

Plus en détail

PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 20/05/2014 à 21:08:58 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE MINISTRE

Plus en détail

LA RDC DANS LES ORGANISATIONS D INTEGRATION ECONOMIQUE REGIONALE EN AFRIQUE

LA RDC DANS LES ORGANISATIONS D INTEGRATION ECONOMIQUE REGIONALE EN AFRIQUE LA RDC DANS LES ORGANISATIONS D INTEGRATION ECONOMIQUE REGIONALE EN AFRIQUE PAR PIERRE EMANGONGO KUNGA EXPERT EN INTEGRATION ET POLITIQUE COMMERCIALE UNMOCIR/RDC pierremangongo@hotmail.fr Tél:+243815015101

Plus en détail

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal)

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal) Classement Doing Business (Les performances du ) Secrétariat du Conseil Présidentiel de l Investissement 52-54, rue Mohamed V, BP 430, CP 18524, Dakar Tél. (221) 338.49.05.55 - Fax (221) 338.23.94.89 Email

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Faits marquants Doing Business 2014 : Afrique subsaharienne

Faits marquants Doing Business 2014 : Afrique subsaharienne Faits marquants Doing Business 2014 : Afrique subsaharienne Entre le 2 juin 2012 et le 1 er juin 2013, 31 des 47 gouvernements d Afrique subsaharienne ont entrepris au moins une réforme pour améliorer

Plus en détail

Le Mexique est un pays situé sur le continent américain. À l Est du Mexique se trouve le golfe du Mexique et au sud le Guatemala.

Le Mexique est un pays situé sur le continent américain. À l Est du Mexique se trouve le golfe du Mexique et au sud le Guatemala. Le Canada est un pays situé dans l hémisphère Nord. Il fait partie du continent américain. C est le plus grand pays au monde. Son voisin du sud sont les États-Unis. Les États-Unis est un pays situé sur

Plus en détail

La Côte d Ivoire: Carrefour régional du commerce. Les solutions d une banque panafricaine. Etat des lieux, Opportunités et Défis

La Côte d Ivoire: Carrefour régional du commerce. Les solutions d une banque panafricaine. Etat des lieux, Opportunités et Défis La Côte d Ivoire: Carrefour régional du commerce Les solutions d une banque panafricaine Etat des lieux, Opportunités et Défis Edward George, Directeur de Recherche des Matières Premières Agricoles 26

Plus en détail

Bureau Veritas: CA des neuf premiers mois de 2015

Bureau Veritas: CA des neuf premiers mois de 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE 4 novembre 2015 Bureau Veritas: CA des neuf premiers mois de 2015 Chiffre d affaires de 3 462 millions d euros, en hausse de 14,2% par rapport à 2014 Croissance organique de 2,7% pour

Plus en détail

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie SYNTHÈSE Trois grandes tendances mondiales Transnationalisation La géographie de l économie mondiale du savoir connaît de profonds bouleversements depuis plusieurs décennies. L innovation et la recherche

Plus en détail

Couverture des frais de voyage proposée aux Parties à la Convention-cadre de l OMS

Couverture des frais de voyage proposée aux Parties à la Convention-cadre de l OMS Conférence des Parties à la Convention-cadre de l OMS pour la lutte antitabac Sixième session Moscou (Fédération de Russie), 13-18 octobre 2014 Point 6.4 de l ordre du jour provisoire FCTC/COP/6/INF.DOC./2

Plus en détail

FITS 2008 Bamako,Mali. Table Ronde Politiques et stratégies nationales d appui au tourisme responsable et solidaire

FITS 2008 Bamako,Mali. Table Ronde Politiques et stratégies nationales d appui au tourisme responsable et solidaire FITS 2008 Bamako,Mali Table Ronde Politiques et stratégies nationales d appui au tourisme responsable et solidaire Problématiques Pourquoi avoir une politique et une stratégie nationale d appui au tourisme

Plus en détail

Afrique du Sud Angola Botswana Comores Lesotho Madagascar Malawi Maurice Mozambique Namibie Seychelles Swaziland Zambie Zimbabwe

Afrique du Sud Angola Botswana Comores Lesotho Madagascar Malawi Maurice Mozambique Namibie Seychelles Swaziland Zambie Zimbabwe Des réfugiés zimbabwéens, espérant obtenir un asile temporaire, attendent qu'on prenne leurs empreintes digitales et qu'on les photographie dans un centre d'accueil en Afrique du Sud. Afrique du Sud Angola

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

Partie II Le Consensus de Monterrey: Progrès réalisés, défis et voie à suivre

Partie II Le Consensus de Monterrey: Progrès réalisés, défis et voie à suivre Partie II Le Consensus de Monterrey: Progrès réalisés, défis et voie à suivre Évaluation des progrès accomplis dans la réalisation des objectifs du Consensus de Monterrey 4 Le Consensus de Monterrey,

Plus en détail

11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LE MEXIQUE

11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LE MEXIQUE 11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE MEXICAINE Mexique Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 119,7 PIB (en G$ US courants) 1 282,7 PIB par habitant (en $ US courants) 10 714,8 Taux

Plus en détail

Durée du congé de maternité

Durée du congé de maternité Durée du congé de maternité Source: Toutes les données contenues dans les graphiques sont issues de la Base de donnée sur les lois des conditions de travail et d emploi du BIT Protection de la maternité":

Plus en détail

OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales?

OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales? OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales? À seulement cinq ans de l échéance de 2015 fixée pour les OMD, de nombreux pays ont réalisé d importants progrès quant à la réalisation

Plus en détail

La Coopération gouvernementale belge compte depuis 2004 18 pays partenaires (AR du 26 janvier 2004), répartis sur plusieurs régions :

La Coopération gouvernementale belge compte depuis 2004 18 pays partenaires (AR du 26 janvier 2004), répartis sur plusieurs régions : SELECTION DES 14 PAYS PARTENAIRES DE LA COOPERATION GOUVERNEMENTALE : EXPLICATION DE LA DECISION DU CONSEIL DES MINISTRES DU 21 MAI 2015 Les pays suivants sont sélectionnés comme pays partenaires de la

Plus en détail

Programme d Appui à la Recherche en Réseau en Afrique PARRAF. Appel à projets

Programme d Appui à la Recherche en Réseau en Afrique PARRAF. Appel à projets Programme d Appui à la Recherche en Réseau en Afrique PARRAF Appel à projets Date de clôture de l appel à projets : 18 mars 2013 Dossiers de candidature à envoyer à parraf@ird.fr 1. Contexte, objectifs

Plus en détail

ETUDES DEPF. 1 Quelles opportunités pour les produits halieutiques marocains sur le marché africain?

ETUDES DEPF. 1 Quelles opportunités pour les produits halieutiques marocains sur le marché africain? ETUDES DEPF 1 Quelles opportunités pour les produits halieutiques marocains sur le marché africain? Avril 2015 2 Quelles opportunités pour les produits halieutiques marocains sur le marché africain? Table

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

NOTE D INFORMATION AUX MAISONS DE PRESSE SUR LE PREMIER CONGRES AFRICAIN SUR L AGRICULTURE DE CONSERVATION (IACCA)

NOTE D INFORMATION AUX MAISONS DE PRESSE SUR LE PREMIER CONGRES AFRICAIN SUR L AGRICULTURE DE CONSERVATION (IACCA) NOTE D INFORMATION AUX MAISONS DE PRESSE SUR LE PREMIER CONGRES AFRICAIN SUR L AGRICULTURE DE CONSERVATION (IACCA) 1. Objet de la note d information Cette note d information qui s adresse aux diverses

Plus en détail