Le scanner corporel à ondes «millimétriques» ProVision 100 : Quels risques pour la santé des utilisateurs?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le scanner corporel à ondes «millimétriques» ProVision 100 : Quels risques pour la santé des utilisateurs?"

Transcription

1 Le scanner corporel à ondes «millimétriques» ProVision 100 : Quels risques pour la santé des utilisateurs? Contact : Johanna FITE J. 8 décembre FITE 2010 Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

2 Introduction (1/5) : Contexte 25/12/09 : Tentative d attentat sur le vol 253 de la Northwest Airlines entre Amsterdam et Detroit. J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

3 Introduction (2/5) : Contexte Conseil de sécurité intérieure Volonté de renforcer la sûreté de l aviation civile Calendrier : 1 ère expérimentation envisagée fin janvier Type d appareil : scanner corporel à ondes «millimétriques» (ProVision 100). J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

4 Introduction (3/5) : Objet de la saisine Le scanner ProVision 100 est-il dangereux pour la santé des utilisateurs? J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

5 Introduction (4/5) : Limites du champ d expertise Plusieurs fabricants de scanners corporels à ondes millimétriques (OM), notamment : Smiths Detection : Eqo, Intellifit System : Virtual Fitting Room, L-3 Communications : Provision 100. Les scanners à rayons X étudiés par l IRSN. J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

6 Introduction (5/5) : Modalités de traitement Saisine «en urgence» (1 mois) Respect de la norme NF X «Qualité en expertise» 5 experts rapporteurs : Alain AZOULAY Professeur à l école supérieure d'électricité (Supélec). Jean-Claude DEBOUZY Directeur du département «effets biologiques des rayonnements-biophysique» de l institut de recherches biomédicales du service de santé des armées (IRBA-CRSSA). Jean-François DORÉ Directeur de Recherche Émérite à l Institut National de la Santé Et de la Recherche Médicale (Inserm). Martine HOURS Chargée de recherche à l Institut National de Recherche sur les Transports et leur Sécurité (Inrets). Paolo VECCHIA Directeur de recherche à l Istituto Superiore di Sanità (ISS, Rome, Italie). Sources biblio : données du STAC, rapports de mesures J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

7 Plan de la présentation 1. Les ondes de fréquences > 1GHz 2. Le scanner corporel ProVision Evaluation de l exposition des personnes scannées par le ProVision Évaluation des risques sanitaires liés à l utilisation du ProVision Conclusions et recommandations de l Afsset J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

8 Les ondes de fréquence > 1 GHz (1/5) : Le spectre GHz : fourchette haute des «ondes centimétriques» Source : INRS J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

9 Les ondes de fréquence>1 GHz (2/5):Les sources d exposition la téléphonie mobile (900 MHz ; 1,8 et 2,1 GHz), les fours à micro-ondes (2,45 GHz), les téléphones sans fil (DECT) (1,8 GHz), le Wi-Fi (2,45 GHz), le Bluetooth (2,4 GHz), Les OM largement utilisées en télécommunications : faisceaux hertziens (23, 27 GHz ), dans le monde des transports et dans les futurs systèmes de télécommunications sans fil à courte portée (57-66 GHz). J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

10 Les ondes de fréquence > 1 GHz (3/5) : Les effets biologiques La peau : principale zone d interaction des OM Faible pénétration des OM (λ ~ 1 cm) dans l organisme Les effets «thermiques» Exposition à des champs électromagnétiques > 10 MHz dont la DSP > W/m² augmentation de la T des tissus effets potentiellement nocifs sur la santé (épuisement, coup de chaleur, voire cataracte ou brûlures cutanées). J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

11 Les ondes de fréquence > 1 GHz (3/5) : Les effets biologiques Les effets «non thermiques» des OM Effet sur la prolifération cellulaire variable selon les cellules (C) exposées, la fréquence et la durée de l exposition aux CEM, la DSP (en W/m²) [Beneduci, 2007]. Pas d effet protéotoxique [Szabo, 2003] ni d effet sur l expression génique [Zhadobov, 2009]. L exposition à des OM (42,25 GHz) (~1W/m²) perturbe les phénomènes d échanges ioniques entre les C [Geletyuk, 1995]. La synthèse et la sécrétion de protéines pourraient être altérées et/ou favorisées par les OM [Nicolas-Nicolaz, 2009]. Les OM interagiraient avec les PL présents dans les membranes des C et pourraient être à l origine de changements de forme [Ramundo-Orlando, 2009]. J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

12 Les ondes de fréquence > 1 GHz (5/5) : effets sanitaires Les radiofréquences > 400 MHz [Afsset, 2009] : ne modifieraient pas les grandes fonctions cellulaires telles que 1) l expression génique ; 2) la production de radicaux libres oxygénés (ROS) ; et 3) l apoptose ; ne seraient pas un facteur de stress pour les C, en comparaison des facteurs de stress avérés ; ne provoqueraient pas d effet génotoxique et ne sont pas mutagènes ; n auraient pas d effet délétère sur le système nerveux, sur le fonctionnement du système immunitaire sur la reproduction et le développement. Aucun effet sanitaire démontré à ce jour. Cependant, il n est pas possible d exclure de façon certaine un risque à long terme ou une susceptibilité individuelle particulière. J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

13 Plan de la présentation 1. Les ondes de fréquence > 1GHz 2. Le scanner corporel ProVision Evaluation de l exposition des personnes scannées par le ProVision Évaluation des risques sanitaires liés à l utilisation du ProVision Recommandations de l Afsset J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

14 Le scanner corporel ProVision 100 Objectif : Obtenir des images «corps entier» des personnes dans un but sécuritaire Fonctionnement du portique : Film de présentation Fréquences utilisées : de 24,25 à 30 GHz Cycle de fonctionnement d un scanner corporel Capacité de contrôle : 200 à 600 personnes/h Image obtenue J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

15 Plan de la présentation 1. Les ondes de fréquences > 1GHz 2. Le scanner corporel ProVision Evaluation de l exposition des personnes scannées par le ProVision Évaluation des risques sanitaires liés à l utilisation du ProVision Conclusions et recommandations de l Afsset J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

16 Evaluation de l exposition aux ondes «millimétriques» des personnes scannées par le ProVision 100 (1/6) Scénarios d exposition Populations exposées Voyageurs Personnes travaillant dans les aéroports ou personnel navigant Personnel de sécurité Durée de l exposition lors d un scan = 1,8 s J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

17 Evaluation de l exposition aux ondes «millimétriques» des personnes scannées par le ProVision 100 (2/6) Grandeur mesurée Fréquences utilisées par les scanners corporels : GHz Faible profondeur de pénétration dans le corps Grandeur d intérêt retenue pour caractériser l exposition : la densité surfacique de puissance (DSP) (en W/m²) Définition : Il s'agit du quotient de la quantité de puissance électromagnétique rayonnée (en W) incidente perpendiculaire à une surface par l'aire de cette surface (en m²). J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

18 Evaluation de l exposition aux ondes «millimétriques» des personnes scannées par le ProVision 100 (3/6) Évaluation des niveaux de champ électromagnétique 1. Matériel et méthode (Emitech) Analyseur de spectre Mesures réalisées dans le sas (au centre et à 3 cm des antennes). Plusieurs scan ont été lancés Source : Rapport Apave 2. Résultats APAVE Emitech TSA DSP (µw/m²) ,7 J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

19 Evaluation de l exposition aux ondes «millimétriques» des personnes scannées par le ProVision 100 (4/6) Évaluation des niveaux de champ électromagnétique Exposition des personnes situées à proximité du scanner 115 µv/m (~0,04 µw/m²) à 3 m 148 µv/m (~0,06 µw/m²) à 2 m 207 µv/m (~0,11 µw/m²) à 1 m 344 µv/m (~0,31 µw/m²) à 0 m 1 m J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

20 Evaluation de l exposition aux ondes «millimétriques» des personnes scannées par le ProVision 100 (5/6) Évaluation des niveaux de champ électromagnétique 3. Discussion et conclusion - Organismes de contrôle pas accrédités dans la gamme de fréquences étudiée (24-30 GHz) - Matériel de mesure mal adapté aux signaux de type impulsionnels - Métrologie très complexe : Balayage spatial et temporel DSP mesurées extrêmement faibles - Respect des valeurs limites de la recommandation du 12 juillet 1999 et du décret du 3 mai 2002 (10 W/m² sur une exposition moyenne pendant 2 mn à 30 GHz) J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

21 Evaluation de l exposition aux ondes «millimétriques» des personnes scannées par le ProVision 100 (4/4) Comparaison avec d autres niveaux d exposition Personnels des cabines de péages autoroutiers : Champs électromagnétiques (5,8 GHz) de l ordre de 0,5 V/m, soit 663 µw/m². Personnes habitant dans des zones denses, où l on trouve de nombreux émetteurs radiofréquences : Niveau d exposition comparable : quelques dizaines voire centaines de µw/m² (à quelques centaines de MHz). J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

22 Plan de la présentation 1. Les ondes de fréquences > 1GHz 2. Le scanner corporel ProVision Evaluation de l exposition des personnes scannées par le ProVision Évaluation des risques sanitaires liés à l utilisation du ProVision Conclusions et recommandations de l Afsset J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

23 Évaluation des risques sanitaires liés à l utilisation du ProVision 100 La peau = principale zone d interaction avec les «OM». Pas d effet thermique : le ProVision 100 fonctionne avec des DSP <<< W/m². In vitro, existence d effets biologiques potentiels à des DSP bien plus élevées que celles du scanner mais à ce jour, aucun mécanisme d interaction onde-cellule n a été identifié pour les fréquences GHz. Pas d effet sanitaire attendu. Aucun risque significatif d incompatibilité électromagnétique avec les dispositifs médicaux implantés identifié (cf avis Afssaps). J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

24 Plan de la présentation 1. Les ondes de fréquences > 1GHz 2. Le scanner corporel ProVision Evaluation de l exposition des personnes scannées par le ProVision Évaluation des risques sanitaires liés à l utilisation du ProVision Conclusions et recommandations de l Afsset J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

25 Conclusions 1. La France envisage le déploiement de techniques d imagerie performantes : les scanners corporels à ondes «millimétriques» (24-30 GHz) 2. Les DSP (µw/m²) de ces appareils sont très en dessous des valeurs limites du décret n du 3 mai La durée du scan est de seulement 2s. 4. Pas d effet sanitaire attendu pour les fréquences et les DSP mises en œuvre par le portique Provision 100. J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

26 Recommandations 1. Poursuivre le recueil d informations relatives à la mise en œuvre des technologies «passives». 2. Garantir le bon fonctionnement des appareils et s assurer du bas niveau d exposition du public. 3. Améliorer la métrologie des «OM». 4. Promouvoir la recherche sur les effets biologiques des champs électromagnétiques, notamment des «OM». 5. Informer le public concerné sur la technologie des scanners corporels à «OM». 6. Mettre en place un recueil systématique d événements indésirables. J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

27 Pour en savoir plus Sont téléchargeable sur le site de l Anses ( : La lettre du 16 février 2010 du DG de l Afsset et du DG de l IRSN au directeur de cabinet du ministère de l écologie, de l énergie, du développement durable et de la mer ; La note de synthèse et le rapport de l Afsset «Évaluation des risques sanitaires liés à l utilisation du scanner corporel à ondes «millimétriques» ProVision 100» (février 2010) ; La fiche "Définition des champs électromagnétiques» ; Le dossier "Scanners corporels à rayons X «Backscatter» : l IRSN évalue les risques sanitaires" sur le site de L IRSN. Lien direct : E=news J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

28 A titre indicatif (1/2) Quelques mots sur les conclusions de l expertise de l IRSN sur les scanners corporels à rayons X «backscatter» : les doses reçues lors d un contrôle sont extrêmement faibles (< au µsv) ; la dose efficace reçue est - plus de mille fois < à celle liée à l irradiation naturelle moyenne en France (2500 µsv/an) ; - équivalente à 1 à 2 mn de vol à haute altitude ; les rayonnements ionisants utilisés génèrent une exposition de la peau, et de certains organes peu profonds qui doit être mises en regard avec les principes fondateurs du système de radioprotection (justification). adioprotection_homme.aspx?numeropage=2 J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

29 A titre indicatif (2/2) : Les conclusions communes Afsset-IRSN Prendre en compte l existence d une technique alternative mettant en jeu des rayonnements non ionisants (qui ne présente pas les mêmes risques sanitaires en termes de cancer que les RI). L application du Code de la santé publique devrait conduire à rejeter l option des scanners à rayons X (principe de justification). Il serait judicieux de poursuivre à l avenir le recueil d informations sur l évolution des performances des technologies dites «passives» (qui sont, par principe, dépourvues d impact sanitaire sur les personnes contrôlées). J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

30 Polémiques Certains s interrogent sur 1. Les limites du tout sécuritaire? 2. Le respect des libertés individuelles? 3. Le respect de l intimité des personnes? Des sous-vêtements opaques pour protéger de l'œil des scanners corporels Source : 20 minutes du 22/11/10 J. FITE Séminaire ASPROM des 7 & 8 décembre

Évaluation des risques sanitaires liés à l utilisation du scanner corporel à ondes «millimétriques» ProVision 100

Évaluation des risques sanitaires liés à l utilisation du scanner corporel à ondes «millimétriques» ProVision 100 Évaluation des risques sanitaires liés à l utilisation du scanner corporel à ondes «millimétriques» ProVision 100 RAPPORT d expertise collective Février 2010 Agence française de sécurité sanitaire de l

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire.

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. IMEP-LAHC Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. Anne Perrin Salon Microwave & RF- CNIT Paris la Défense Session 20 mars 2014 «Expositions

Plus en détail

des scanners corporels à rayons X «backscatter»

des scanners corporels à rayons X «backscatter» R A P P O R T Evaluation du risque sanitaire des scanners corporels à rayons X «backscatter» DIRECTION DE LA RADIOPROTECTION DE L HOMME SOMMAIRE 1 INTRODUCTION... 2 2 PRINCIPE DE LA TECHNOLOGIE «BACKSCATTER»

Plus en détail

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Téléphones mobiles Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Utiliser un téléphone mobile est-il dangereux pour la santé? Avec plus de 66 millions d abonnements en France fin 2011,

Plus en détail

FICHE 01 TECHNOLOGIE

FICHE 01 TECHNOLOGIE Ministère de la santé et des sports Secrétariat d Etat chargé de l écologie Secrétariat d Etat chargé de la prospective et du développement de l économie numérique FICHE 01 TECHNOLOGIE 1. Téléphones mobiles

Plus en détail

Dossier établi par la rédaction de Reflets de la physique (sfp-bulletin@ihp.fr) et la commission «Culture scientifique» de la SFP.

Dossier établi par la rédaction de Reflets de la physique (sfp-bulletin@ihp.fr) et la commission «Culture scientifique» de la SFP. Les ondes de téléphonie mobile Notre environnement est largement envahi par les ondes radiofréquence, dans les domiciles, lieux de travail et espaces publics. À l heure actuelle, plus de trois milliards

Plus en détail

UE3 Organisation des appareils et des systèmes (1) : bases physiques des méthodes d'exploration - aspects fonctionnels

UE3 Organisation des appareils et des systèmes (1) : bases physiques des méthodes d'exploration - aspects fonctionnels UE3 Organisation des appareils et des systèmes (1) : bases physiques des méthodes d'exploration - aspects fonctionnels 1 Les très basses fréquences du spectre électromagnétique Bases : ondes électromagnétiques

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec

Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec Le 5 décembre 2013 Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec Vous retrouverez ci-dessous la position des directeurs régionaux

Plus en détail

Dossier de presse. Mise à jour de l expertise «Radiofréquences et santé» Mardi 15 octobre 2013

Dossier de presse. Mise à jour de l expertise «Radiofréquences et santé» Mardi 15 octobre 2013 Dossier de presse Mise à jour de l expertise «Radiofréquences et santé» Mardi 15 octobre 2013 Contact presse : Elena Séité 01 49 77 27 80 elena.seite@anses.fr www.anses.fr Sommaire Communiqué de presse...

Plus en détail

L exposition professionnelle aux champs électromagnétiques. 28/01/2011 Journée SMTA

L exposition professionnelle aux champs électromagnétiques. 28/01/2011 Journée SMTA L exposition professionnelle aux champs électromagnétiques 28/01/2011 Journée SMTA SOMMAIRE Présentation du Centre Interrégional de Mesures Physiques Les paramètres mesurés Les équipements de mesure Le

Plus en détail

Approche expérimentale du rayonnement électromagnétique émis par un téléphone portable

Approche expérimentale du rayonnement électromagnétique émis par un téléphone portable Approche expérimentale du rayonnement électromagnétique émis par un téléphone portable RÉSUMÉ U N I O N D E S P R O F E S S E U R S D E P H Y S I Q U E E T D E C H I M I E par Lycée Victor Hugo - 25000

Plus en détail

Le cellulaire et les ondes électromagnétiques éti Mai 2011 APDPIQ Acquisition et affaires municipales Gerard.belisle@videotron.ca Les ondes électromagnétiques But / Comment Notions de base Les différents

Plus en détail

WIFI au CHU de Montpellier. P. THEY et D. MARIANO-GOULART DTIT et médecine nucléaire CHRU de Montpellier.

WIFI au CHU de Montpellier. P. THEY et D. MARIANO-GOULART DTIT et médecine nucléaire CHRU de Montpellier. WIFI au CHU de Montpellier P. THEY et D. MARIANO-GOULART DTIT et médecine nucléaire CHRU de Montpellier. PLAN 1. Présentation générale du WIFI 2. WIFI et radioprotection WIFI Présentation Générale Les

Plus en détail

TÉLÉPHONES MOBILES SANTÉ SÉCURITÉ &

TÉLÉPHONES MOBILES SANTÉ SÉCURITÉ & TÉLÉPHONES MOBILES SANTÉ & SÉCURITÉ TÉLÉPHONES MOBILES Avec plus de 48 millions d abonnés en France, le téléphone mobile fait partie de notre quotidien. Toutefois, certains d entre nous s inquiètent des

Plus en détail

Antennes de téléphonie mobile et santé publique ÉTAT DES CONNAISSANCES INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC

Antennes de téléphonie mobile et santé publique ÉTAT DES CONNAISSANCES INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Antennes de téléphonie mobile et santé publique ÉTAT DES CONNAISSANCES INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Antennes de téléphonie mobile et santé publique ÉTAT DES CONNAISSANCES Direction de

Plus en détail

Introduction. Réglementation applicable aux appareils de télécommunications sansfil. Appareils sans fil. Valeurs limites

Introduction. Réglementation applicable aux appareils de télécommunications sansfil. Appareils sans fil. Valeurs limites Appareils sans fil Réglementation applicable aux appareils de télécommunications sans-fil * Téléphones domestiques sans fil * Babyphones* Internet sans fil* Bluetooth * Comparaison des valeurs DAS Introduction

Plus en détail

LIVRE BLANC WiFi PUBLIC

LIVRE BLANC WiFi PUBLIC LIVRE BLANC WiFi PUBLIC LE DU La réglementation du WiFi public Seriez-vous concerné sans le savoir? Mai 2008 LE WiFi PUBLIC EN FRANCE Depuis 2003, les hotspots WiFi permettant d accéder à Internet via

Plus en détail

Ondes Pulsées - Mise en évidence

Ondes Pulsées - Mise en évidence Ondes Pulsées - Mise en évidence Ce document, sans aucune prétention technique, est un essai de mise en évidence basique des ondes pulsées. Le but est de montrer les ondes pulsées typiques connues actuellement

Plus en détail

Utilisation des méthodes radar. Présentation Rincent ND Technologies

Utilisation des méthodes radar. Présentation Rincent ND Technologies Présentation PRINCIPE TECHNOLOGIQUE Technique de prospection non destructive Paramètres électromagnétiques influençant la réflexion des ondes : la permittivité diélectrique la conductivité électrique la

Plus en détail

PROTOCOLE DE MESURE DOCUMENTATION DE REFERENCE : ANFR/DR 15-3.1

PROTOCOLE DE MESURE DOCUMENTATION DE REFERENCE : ANFR/DR 15-3.1 PROTOCOLE DE MESURE Visant à vérifier sur site pour les stations émettrices fixes, le respect des limitations, en termes de niveaux de référence, de l exposition du public aux champs électromagnétiques

Plus en détail

Radiofréquences émises par certaines antennes cellulaires dans l arrondissement d Outremont : Évaluation de l exposition et effets sur la santé

Radiofréquences émises par certaines antennes cellulaires dans l arrondissement d Outremont : Évaluation de l exposition et effets sur la santé Radiofréquences émises par certaines antennes cellulaires dans l arrondissement d Outremont : Radiofréquences émises par certaines antennes cellulaires dans l arrondissement d Outremont : Monique Beausoleil,

Plus en détail

LE GUIDE DES ANTENNES RELAIS

LE GUIDE DES ANTENNES RELAIS LE GUIDE DES ANTENNES RELAIS LILLE MÉTROPOLE HABITAT ÉDITO La place des antennes-relais et leurs implantations font l objet, depuis le début des années 2000, de débats croissants au sein de la population

Plus en détail

Exposition des travailleurs aux champs EM. Microwave&RF 2014

Exposition des travailleurs aux champs EM. Microwave&RF 2014 Exposition des travailleurs aux champs EM Pratiques actuelles et perspectives de la directive 2013/35/UE chez TDF Microwave&RF 2014 Les activités du groupe TDF Radiodiffusion TV : TNT, TVHD, TV de rattrapage,

Plus en détail

Communications mobiles et santé

Communications mobiles et santé Communications mobiles et santé Les téléphones mobiles et d autres technologies sans fil font maintenant partie intégrante de notre vie quotidienne. Mais l utilisation régulière d un téléphone mobile ou

Plus en détail

MAINTENANCE ET CONTRÔLE QUALITÉ DE LA CHAÎNE DE PRODUCTION DE L IMAGE

MAINTENANCE ET CONTRÔLE QUALITÉ DE LA CHAÎNE DE PRODUCTION DE L IMAGE MAINTENANCE ET CONTRÔLE QUALITÉ DE LA CHAÎNE DE PRODUCTION DE L IMAGE Hervé Leclet OPTA-S - Conseil et formation en management en imagerie médicale 17 rue de Boulogne - 62520 Le Touquet www.opta-s.fr La

Plus en détail

RISQUES LIES À L UTILISATION DES TELEPHONES PORTABLES AU TRAVAIL

RISQUES LIES À L UTILISATION DES TELEPHONES PORTABLES AU TRAVAIL RISQUES LIES À L UTILISATION DES TELEPHONES PORTABLES AU TRAVAIL Hoareau David Salasca Aurélie Ternisien Loïc Responsables : M. BERNARD et M. ATHUYT UE5 2007 / 2008 Introduction Fin d année 2007 : 50%

Plus en détail

Cellulaires et santé êtes-vous sur la même longueur d onde que vos patients?

Cellulaires et santé êtes-vous sur la même longueur d onde que vos patients? L électromagnétisme et la santé DEPUIS UNE QUINZAINE D ANNÉES, moment où est apparu le téléphone cellulaire, les effets potentiels des ondes utilisées préoccupent les gens. Le sujet touche plusieurs groupes

Plus en détail

Etude RFPro Exposition professionnelle

Etude RFPro Exposition professionnelle Société de médecine et santé au travail 20 mars 2009 Etude RFPro Exposition professionnelle A. Massardier-Pilonchéry, M. Hours T. Demallmann, C. Dousson, G. Lafon, M. Gillet, Jc.Gobet, E. Trescol UMRESTTE

Plus en détail

4-Principes généraux en microscopie électronique.

4-Principes généraux en microscopie électronique. 3-Microscopie confocale La microscopie confocale est une des avancées technologiques les plus notables en microscopie optique depuis une centaine d années. Elle est basée sur une architecture technologique

Plus en détail

Décision n 2008-DC-0103 de l Autorité de sûreté nucléaire du 1 er juillet 2008 fixant les obligations d assurance de la qualité en radiothérapie

Décision n 2008-DC-0103 de l Autorité de sûreté nucléaire du 1 er juillet 2008 fixant les obligations d assurance de la qualité en radiothérapie REPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 2008-DC-0103 de l Autorité de sûreté nucléaire du 1 er juillet 2008 fixant les obligations d assurance de la qualité en radiothérapie Le collège de l Autorité de sûreté

Plus en détail

Radiocommande de Machines et Sécurité

Radiocommande de Machines et Sécurité Radiocommande de Machines et Sécurité 11/04/2013 Sommaire I. Présentation de Jay Electronique II. Principe de fonctionnement radio III. Sécurité IV. Radio/CEM V. Conclusion 2 I. Présentation de Jay Electronique

Plus en détail

CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h. Conf 1 : WIFI, les bases

CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h. Conf 1 : WIFI, les bases CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h Conf 1 : WIFI, les bases 1) Principes de fonctionnement (antennes, fréquences, emetteurs/recepteurs, point d'accés) a) Les grandes classes de fréquences HF, 300 Khz

Plus en détail

Fiche d utilisation des outils de détection des ondes électromagnétiques

Fiche d utilisation des outils de détection des ondes électromagnétiques Notre corps est électrique et l exposition à certaines ondes électromagnétiques sur certaines fourchettes de fréquences nous pose problème. Les ondes concernées sont : Les basses fréquences autour de 50

Plus en détail

Du bon usage de la téléphonie mobile

Du bon usage de la téléphonie mobile Du bon usage de la téléphonie mobile Sommaire 1. Introduction 3 2. Le téléphone mobile a-t-il un impact sur la santé? 4 3. Antenne et terminaux : le Maroc veille à respecter les normes internationales

Plus en détail

GSM, WiFi, Bluetooth, Micro-ondes Tour d horizon des risques pour la santé

GSM, WiFi, Bluetooth, Micro-ondes Tour d horizon des risques pour la santé Mai 2014 GSM, WiFi, Bluetooth, Micro-ondes Tour d horizon des risques pour la santé André Vander Vorst professeur ém UCL Hyperfréquences Sommaire 1. Grandeurs physiques 2. Effets pris en compte dans les

Plus en détail

Autour de la téléphonie mobile et des antennes

Autour de la téléphonie mobile et des antennes Autour de la téléphonie mobile et des antennes La présente fiche d information contient des informations techniques sur la téléphonie mobile en général et plus spécifiquement sur les antennes. Elle explique

Plus en détail

Perturbations provoquées par les téléphones mobiles

Perturbations provoquées par les téléphones mobiles 2014 Perturbations provoquées par les téléphones mobiles Witschi Electronic SA 08.05.2014 Perturbations provoquées par les téléphones mobiles Tous les appareils Witschi arborant le marquage CE satisfont

Plus en détail

Téléphone mobile et risques de cancer

Téléphone mobile et risques de cancer Mesure 3 Mesure 12 Téléphone mobile et risques de cancer L e marché de la téléphonie mobile est en forte évolution au niveau mondial et notamment en France depuis le début des années 90. Selon l ARCEP

Plus en détail

: Code de la santé publique et notamment les articles L.1333-17 et R.1333-98 Code de l'environnement et notamment ses articles L.592-21 et L.592-22.

: Code de la santé publique et notamment les articles L.1333-17 et R.1333-98 Code de l'environnement et notamment ses articles L.592-21 et L.592-22. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 2 juillet 2013 CODEP-LIL-2013-037319 CL/NL Monsieur le Dr X 2, rue Pasteur 59110 LA MADELEINE Objet : Inspection de la radioprotection Inspection INSNP-LIL-2013-0398

Plus en détail

Mon Mobile et Ma santé octobre 2011 58

Mon Mobile et Ma santé octobre 2011 58 Mon mobile et ma santé Octobre 2011 58 Ministère chargé de la Santé, Ministère chargé de l Écologie, Ministère chargé de l Industrie «Aucune preuve scientifique ne permet de démontrer aujourd hui que l

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Compatibilité électromagnétique (environnementale)

Compatibilité électromagnétique (environnementale) Compatibilité électromagnétique (environnementale) Contenu Toute tension électrique génère des champs électriques - tout courant électrique génère des champs magnétiques. Comme toutes les fonctions du

Plus en détail

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013 Sensibilisation à la Sécurité LASER Aspet, le 26/06/2013 Modes d émission LASER P c P 0 P moy 0 Emission pulsée Salve ou train de N impulsions Emission continue Q i t i t Longueur d onde λ Emission continue

Plus en détail

Antenne GSM en Wallonie

Antenne GSM en Wallonie Antenne GSM en Wallonie Introduction La téléphonie mobile par GSM (Global System for Mobile communication) est incontestablement devenue un outil intéressant, voire indispensable à certaines professions.

Plus en détail

Champs électromagnétiques

Champs électromagnétiques AGENTS Champs électromagnétiques Les champs électromagnétiques sont une source d interrogations de la population depuis de nombreuses années, en France comme ailleurs. Les inquiétudes se sont d abord focalisées

Plus en détail

Allocution de Option consommateurs. Le 17 octobre 2011. Office de consultation publique de Montréal Réglementation des antennes de télécommunication

Allocution de Option consommateurs. Le 17 octobre 2011. Office de consultation publique de Montréal Réglementation des antennes de télécommunication Allocution de Option consommateurs Le 17 octobre 2011 Office de consultation publique de Montréal Réglementation des antennes de télécommunication Monsieur le président, madame la commissaire, monsieur

Plus en détail

L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES

L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES SAMEDI 15 SEPTEMBRE 2012 ENTRÉE LIBRE DE 10H30 À 17H SUR PRÉSENTATION D UNE CARTE D IDENTITÉ 31, AVENUE DE LA DIVISION

Plus en détail

«Etat de la radioprotection en milieu médical : le point de vue de l ASN» Jean-Luc Godet Direction des Rayonnements Ionisants et de la Santé ASN

«Etat de la radioprotection en milieu médical : le point de vue de l ASN» Jean-Luc Godet Direction des Rayonnements Ionisants et de la Santé ASN «Etat de la radioprotection en milieu médical : le point de vue de l ASN» Jean-Luc Godet Direction des Rayonnements Ionisants et de la Santé ASN SFRP Tours 22 juin 2011 1 Introduction Etat de la radioprotection

Plus en détail

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS Rapport Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS A.AZOULAY T.LETERTRE R. DE LACERDA Convention AFSSET / Supélec 2009-1 - 1. Introduction Dans le

Plus en détail

Proposition de résolution

Proposition de résolution Proposition de résolution relative à la protection de la santé des citoyens contre les risques liés à la pollution électromagnétique 18 Octobre 2007 Déposée par Thérèse Snoy et Tinne Van der Straeten Groupe

Plus en détail

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8650

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8650 PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8650 Avis relatif à la justification de l usage de scanners corporels 01 juin 2011 1. INTRODUCTION ET QUESTION A la suite de l attentat terroriste déjoué

Plus en détail

SFRP Angers Juin 2009

SFRP Angers Juin 2009 SFRP Angers Juin 2009 Gestion post-accidentelle d un d accident nucléaire : : Avancement des travaux du du CODIRPA Jean-Luc GODET Directeur des des rayonnements ionisants et et de de la la santé Introduction

Plus en détail

1STI2D - Les ondes au service de la santé

1STI2D - Les ondes au service de la santé 1STI2D - Les ondes au service de la santé De nombreuses techniques d imagerie médicale utilisent les ondes : la radiographie utilise les rayons X, la scintigraphie utilise les rayons gamma, l échographie

Plus en détail

Téléphone mobile et risques de cancer

Téléphone mobile et risques de cancer Mesure 3 Mesure 12 PRÉVENTION Téléphone mobile et risques de cancer C O L L E C T I O N Fiches repère ÉTAT DES CONNAISSANCES EN DATE DU 16 JUIN 2011 Le marché de la téléphonie mobile est en forte évolution

Plus en détail

INTERACTIONS ENTRE DISPOSITIFS MEDICAUX IMPLANTABLES ACTIFS ET DISPOSITIFS MEDICAUX

INTERACTIONS ENTRE DISPOSITIFS MEDICAUX IMPLANTABLES ACTIFS ET DISPOSITIFS MEDICAUX INTERACTIONS ENTRE DISPOSITIFS MEDICAUX IMPLANTABLES ACTIFS ET DISPOSITIFS MEDICAUX (Février 2005) Evaluateur : Pascal Di Donato Direction de l Evaluation des Dispositifs Médicaux Département Surveillance

Plus en détail

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants YOUCEF K. Pr. TEBBOUNE C.B. Service de Médecine du Travail CHU Oran INTRODUCTION Le cancer est une

Plus en détail

PARCE QU IL N Y A RIEN DE PLUS PRÉCIEUX QUE VOTRE FUTUR BÉBÉ

PARCE QU IL N Y A RIEN DE PLUS PRÉCIEUX QUE VOTRE FUTUR BÉBÉ PARCE QU IL N Y A RIEN DE PLUS PRÉCIEUX QUE VOTRE FUTUR BÉBÉ Belly Armor propose une ligne de vêtements pour femme enceinte qui protège leur bébé simplement et en toute sécurité, des ondes électromagnétiques

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Journal officiel des Communautés européennes CONSEIL

Journal officiel des Communautés européennes CONSEIL 30. 7. 1999 FR Journal officiel des Communautés européennes L 199/59 II (Actes dont la publication n'est pas une condition de leur applicabilité) CONSEIL RECOMMANDATION DU CONSEIL du 12 juillet 1999 relative

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 5 juillet 2013 CODEP-LIL-2013-037759 AD/EL Monsieur le Dr W SCM des Docteurs V W X Y 23, Boulevard Victor Hugo 62100 CALAIS Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Evaluer et prévenir le risque radiologique professionnel dans les opérations de radiographie industrielle La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Pr Didier PAUL Faculté de Médecine, Service de Médecine

Plus en détail

Etat des connaissances des effets sur l homme

Etat des connaissances des effets sur l homme Etat des connaissances des effets sur l homme Marie-Odile Bernier PRP-HOM/ laboratoire d Epidémiologie Séminaire Environnement / Santé Quelle surveillance dans les territoires par les différents acteurs?

Plus en détail

catalogue des formations

catalogue des formations IRM radioprotection évaluation des pratiques professionnelles contrôle qualité http://manipinfo-esprimed-formation.com catalogue des formations 20161 Manip info et Esprimed lancent une nouvelle offre de

Plus en détail

MUTATIONS et : Pandémies virales, évolution, génétique, environnement et cancer

MUTATIONS et : Pandémies virales, évolution, génétique, environnement et cancer MUTATIONS et : Pandémies virales, évolution, génétique, environnement et cancer évolution moléculaire ELEMENTS D UN ARBRE PHYLOGENETIQUE RECONSTRUCTION DE L HISTOIRE PAR COMPARAISON DE SEQUENCES (phylogénie

Plus en détail

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Optimisation de la Dose en Radiologie C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Principes en radioprotection du patient Toute exposition du patient aux

Plus en détail

Effets sanitaires des champs électromagnétiques extrêmement basses fréquences. RAPPORT d expertise collective

Effets sanitaires des champs électromagnétiques extrêmement basses fréquences. RAPPORT d expertise collective Effets sanitaires des champs électromagnétiques extrêmement basses fréquences Saisine n «2008/006» RAPPORT d expertise collective «Comité d Experts Spécialisés (CES) : Agents Physiques, Nouvelles Technologies

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 26 octobre 2005 relatif aux modalités de formation de la personne compétente en radioprotection

Plus en détail

GYROSCANFIELD. Courbe radar de l objet sous test. Comparaison mesure et simulation d une antenne WiFi

GYROSCANFIELD. Courbe radar de l objet sous test. Comparaison mesure et simulation d une antenne WiFi Produits 2014-2015 GYROSCANFIELD PRÉSENTATION Le Gyroscanfield permet de mesurer et de visualiser en 3D et en temps réel le rayonnement électromagnétique d un objet sous test de manière simple et rapide.

Plus en détail

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE Cette évaluation doit être systématique, quelle que soit l activité de l entreprise, même s il n y a pas d exposition a priori du fait des activités de travail. L'objectif

Plus en détail

GYROSCANFIELD. Courbe radar de l objet sous test. Comparaison mesure et simulation d une antenne WiFi

GYROSCANFIELD. Courbe radar de l objet sous test. Comparaison mesure et simulation d une antenne WiFi Produits 2015-2016 GYROSCANFIELD Le Gyroscanfield permet de mesurer et de visualiser en 3D et en temps réel le rayonnement électromagnétique d un objet sous test de manière simple et rapide. Il est fabriqué

Plus en détail

MESURES DES RAYONNEMENTS ELECTROMAGNETIQUES -

MESURES DES RAYONNEMENTS ELECTROMAGNETIQUES - MESURES DES RAYONNEMENTS ELECTROMAGNETIQUES - W. Pirard, ir Institut Scientifique de Service Public (ISSeP) - Premier speed-dating environnemental CSC Bouge, 14 novembre 2011 1 SOMMAIRE Rappel de notions

Plus en détail

Champs électriques et magnétiques. Des phénomènes omniprésents

Champs électriques et magnétiques. Des phénomènes omniprésents Champs électriques et magnétiques Des phénomènes omniprésents 2 Table des matières Table des matières 3 Introduction 4 Qu entend-on par champs électriques et magnétiques? 6 Comment se présentent les champs

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques page 1/8 Consensus Scientifique sur Source : OMS (2006) les Champs statiques Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les équipements d imagerie médicale par résonance magnétique (IRM), les trains et les

Plus en détail

1 Utilisation d un pont réflectomètre et d un analyseur de spectre à balayage

1 Utilisation d un pont réflectomètre et d un analyseur de spectre à balayage Caractérisation haute fréquences de composants passifs JULIEN FLAMANT julien.flamant@ens-cachan.fr SIMON SELLEM simon.sellem@ens-cachan.fr Motivation Le domaine des «hautes fréquences» est le domaine privilégié

Plus en détail

LA LUMIÈRE MAÎTRISÉE LE LIFI LA COMMUNICATION PAR LA LUMIÈRE

LA LUMIÈRE MAÎTRISÉE LE LIFI LA COMMUNICATION PAR LA LUMIÈRE LA LUMIÈRE MAÎTRISÉE LE LIFI LA COMMUNICATION PAR LA LUMIÈRE 2014 EASYLUM ÉTEND SON OFFRE AVEC LE LIFI Notre savoir-faire concernant l éclairage LED est maitrisé, c est pourquoi nous intégrons dorénavant

Plus en détail

ETUDE PROBABILISTE DE L ENVIRONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE GENERE DANS UN VEHICULE AUTOMOBILE

ETUDE PROBABILISTE DE L ENVIRONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE GENERE DANS UN VEHICULE AUTOMOBILE ETUDE PROBABILISTE DE L ENVIRONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE GENERE DANS UN VEHICULE AUTOMOBILE Fatou DIOUF * - Sébastien LALLECHERE* - Françoise PALADIAN * - Marco KLINGLER***- Michel FOGLI ** (*) LASMEA,

Plus en détail

Rapport de manipulations sur pastilles GINKO Control M Zanca, BioNanoNMRI, L2C, UMR 5221 CNRS-UM2. Atténuation et déphasage de la RF

Rapport de manipulations sur pastilles GINKO Control M Zanca, BioNanoNMRI, L2C, UMR 5221 CNRS-UM2. Atténuation et déphasage de la RF Rapport de manipulations sur pastilles GINKO Control M Zanca, BioNanoNMRI, L2C, UMR 5221 CNRS-UM2 Atténuation et déphasage de la RF 1- Expérience du 03/12/2013 Nous avons effectué, le 3 Décembre 2013 au

Plus en détail

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES N/Réf. : CODEP-NAN-2014-012919 Nantes, le 19 mars 2014 MARIE SAS Etablissement de Sablé sur Sarthe ZI de l Aubrée 72300 SABLE SUR SARTHE Objet : Inspection de la

Plus en détail

PRIX de MASTER 2011. Groupement d Intérêt Public (J. O. 29 novembre 2006) Centre d Etudes et de Recherches en «Santé - Travail - Environnement»

PRIX de MASTER 2011. Groupement d Intérêt Public (J. O. 29 novembre 2006) Centre d Etudes et de Recherches en «Santé - Travail - Environnement» PRIX de MASTER 2011 Prix de Master 2011 Le GIP CERESTE met en place, deux Prix de Mémoire de Master 2011 (1 ère ou 2 ème année) destinés à récompenser les meilleurs travaux réalisés par des étudiants ayant

Plus en détail

Activité expérimentale

Activité expérimentale STi2D STL Thème Santé Activité expérimentale Le laser en médecine Fiche professeur THÈME du programme : SANTÉ Sous thème : prévention et soin. Type d activité : Réinvestissement-Approfondissement NOTIONS

Plus en détail

Guide d implantation RFID pour bibliothèque Version 4.0

Guide d implantation RFID pour bibliothèque Version 4.0 Guide d implantation RFID pour bibliothèque Sommaire Guide d implantation RFID pour bibliothèque... 1... 1 1. Considérations d installation... 3 2. Exposition aux systèmes radiofréquence... 3 2.1. Certification...

Plus en détail

La Tomodensitométrie

La Tomodensitométrie La Tomodensitométrie Du plan à la coupe Nous vivons dans un monde tridimensionnel, mais l image que nous avons de ce monde se forme sur le plan (2D) de notre rétine. La vision binoculaire nous donne l

Plus en détail

Définition de l activité de radiothérapie

Définition de l activité de radiothérapie Equipe médicale : Dr Claudine BEAUMONT-RAYMOND : 03 25 49 48 87 (secrétariat) Dr Dominique EYCHENNE : 03 25 49 47 56 (secrétariat) Dr Ulrich NIEWOEHNER : 03 25 49 47 82 (secrétariat) Définition de l activité

Plus en détail

«Actualités réglementaires en radioprotection»

«Actualités réglementaires en radioprotection» Contenu des informations à joindre aux D. ou demande d Autorisation Cyril THIEFFRY Sûreté Nucléaire et Radioprotection Arrêté du 29 janvier 2010 portant homologation de la décision n 2009-DC-0148 de l

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

Rapport de mesure et simulation de champs n ISA/EMF/006 (draft) - 2007.01.11

Rapport de mesure et simulation de champs n ISA/EMF/006 (draft) - 2007.01.11 Parc scientifique Fleming Granbonpré 1 B 1348 Louvain-la-Neuve T +32 10 47 52 11 - F +32 10 47 52 67 tech@anpi.be - www.anpi.be Rapport de mesure et simulation de champs n ISA/EMF/006 (draft) - 2007.01.11

Plus en détail

Radon dans les bâtiments : Support pédagogique à destination des professionnels du bâtiment Bernard Collignan

Radon dans les bâtiments : Support pédagogique à destination des professionnels du bâtiment Bernard Collignan Radon dans les bâtiments : Support pédagogique à destination des professionnels du bâtiment Bernard Collignan La Gestion du Radon dans les Pays de la Loire Ecole Supérieure du Bois, 14 novembre 2013 Sommaire

Plus en détail

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail

UTILISATION DU WI-FI DANS LES ÉCOLES. Évaluation des risques à la santé

UTILISATION DU WI-FI DANS LES ÉCOLES. Évaluation des risques à la santé UTILISATION DU WI-FI DANS LES ÉCOLES Évaluation des risques à la santé UTILISATION DU WI-FI DANS LES ÉCOLES Évaluation des risques à la santé UTILISATION DU WI-FI DANS LES ÉCOLES Évaluation des risques

Plus en détail

Rayonnement non ionisant Environnement et santé. Synthèse du programme Programme national de recherche PNR 57

Rayonnement non ionisant Environnement et santé. Synthèse du programme Programme national de recherche PNR 57 Rayonnement non ionisant Environnement et santé Synthèse du programme Programme national de recherche PNR 57 Fonds National Suisse Division IV, Recherche orientée Programmes nationaux de recherche Wildhainweg

Plus en détail

Associé Collaborateur CD CD ODF AD 2006 40 300 2 000 25 000 2008 37 810 1 900 23 000. Salariés. ADQ AD Aide dentaire Réceptionniste

Associé Collaborateur CD CD ODF AD 2006 40 300 2 000 25 000 2008 37 810 1 900 23 000. Salariés. ADQ AD Aide dentaire Réceptionniste Contexte technique Générateurs dentaires IHM Etude de poste Matériel Techniques intra. Techniques extra. Classement des personnels Délimitation des zones Conclusion 2 Associé Collaborateur Salarié ADQ

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2011-070528 Affaire suivie par : Florence BEDELLIS Tél. : 04 26 28 61 72 Fax : 04 26 28 61 48 Mél. : florence.bedellis@asn.fr Lyon, le 21 décembre

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

Produits dangereux. Définition

Produits dangereux. Définition Produits dangereux Définition Les produits dangereux sont capables de provoquer des effets indésirables en cas de contact ou d ingestion. Ces effets peuvent se manifester sous forme de : intoxication ;

Plus en détail

Résultats des tests comparatifs entre un portable (GSM) avec et sans la protection d une housse blindée de type «ISOPHONE».

Résultats des tests comparatifs entre un portable (GSM) avec et sans la protection d une housse blindée de type «ISOPHONE». Résultats des tests comparatifs entre un portable (GSM) avec et sans la protection d une housse blindée de type «ISOPHONE». Auteur : Benoît Louppe, Techn. Chimiste, Consultant en Biologie de l habitat,

Plus en détail

ESTIMATION DE L IMPACT SANITAIRE DES PRINCIPALES SOURCES DE CHAMP ELECTROMAGNETIQUE EN ENVIRONNEMENT RESIDENTIEL.

ESTIMATION DE L IMPACT SANITAIRE DES PRINCIPALES SOURCES DE CHAMP ELECTROMAGNETIQUE EN ENVIRONNEMENT RESIDENTIEL. LABORATOIRE DE COMPATIBILITE ELECTROMAGNETIQUE (Direction des Essais ) LABORATOIRE DE METROLOGIE HAUTE FREQUENCE (Direction de la Métrologie Scientifique et Industrielle) Dossier n M010492 ESTIMATION DE

Plus en détail

REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques

REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques Danielle LE ROY INRS PARIS Décembre 2007 REACH ETAT DES LIEUX décembre 2006 Adoption du règlement par le Parlement européen puis

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement

SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement Rubrique : Fonctionnels de la prévention du ministère... 2... 4 Rubrique : Risques psychosociaux...12 1 SOMMAIRE Rubrique : Fonctionnels

Plus en détail