GROUPE CLINIQUE DU MAIL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GROUPE CLINIQUE DU MAIL"

Transcription

1 DOSSIER DE PRESSE GROUPE CLINIQUE DU MAIL Le centre d imagerie médicale conforte son implantation sur le site du Mail avenue Marie-Reynoard à Grenoble & présente son nouveau scanner spiralé, issu de la dernière génération Décembre 2008

2 SOMMAIRE Le Groupe Clinique du Mail de Grenoble I. LE GROUPE CLINIQUE DU MAIL I.1. Activité I.2. Historique I.3. Stratégie d innovation I.4. Politique Qualité I.5. Stratégie de développement à 3 ans II.. LE PLATEAU TECHNIQUE MEDICAL II.1. Les équipements II.2. Le nouveau scanner Toshiba Spiralé II.3. L archivage numérique de tous les documents sous «PACS» II.4. Un réseau d images médicales via l internet III.. LES DOMAINES D EXPERTISE III.1. L imagerie de la femme III.2. Le dépistage du cancer du sein III.3. Les examens du système nerveux III.4. L imagerie de l os et des articulations III.5. La radiopédiatrie III.6. Les examens dentaires IV. CONCLUSION V. ANNEXES Organigramme 2. Carte d identité Groupe Clinique du Mail 3. Quelques définitions : radiologie / IRM / scanner / Ecographie 4. La radioprotection 1

3 I. LE GROUPE CLINIQUE DU MAIL I.1. Activité Le Groupe Clinique du Mail est un des centres d imagerie le plus important et le plus sophistiqué de la région Grenobloise. Afin d offrir le meilleur service de proximité, il dispose de plusieurs plateaux techniques de dernière génération répartis sur cinq sites distincts, à savoir : - Clinique du Mail, avenue Marie Reynoard - Cabinet de Meylan - Cabinet de Grenoble en centre Ville, 4 rue Liberté - Plateau technique d imagerie aux Cèdres - Plateau technique au service des cliniques d Alembert, des Eaux Claires et de l Institut Daniel Hollard ainsi que de la patientèle de proximité. I.2. Historique 1959 : Six médecins radiologistes grenoblois décident de travailler ensemble, afin de permettre à leurs patients de bénéficier des niveaux équipements les plus performants : Inauguration du site de la Clinique du Mail, au cœur du Village Olympique. Ce choix est stratégique, puisqu il se situe au moment de l ouverture des Jeux Olympiques de Grenoble et tout près du centre commercial Grand Place. Au fil des années, de nouveaux associés rejoignent le Groupe et permettent d acquérir et de créer ainsi : 1959 : le Cabinet Liberté en centre ville de Grenoble 1983 : le Cabinet de Meylan 1998 : le Centre d imagerie médicale à la Clinique des Cèdres : La création du Centre d imagerie du Drac, au sein de la Clinique des Eaux Claires, marque une nouvelle étape par le renforcement du plateau technique médical avec radiographie, échographie, 2 scanners, 1 IRM. Ce Centre est au service de la clinique des Eaux Claires, de la clinique d Alembert, de l Institut Daniel Hollard et de la patientèle externe : Création d un nouveau service au sein des nouveaux locaux de la Clinique des Cèdres à Echirolles. Celui-ci prend ainsi en charge le service d Urgence du Sud de l Agglomération (UPATOU). Il dispose également d un scanner et d un IRM. En 2007, le site du Drac s'équipe d'un deuxième scanner pour les urgences et les patients hospitalisés, en complément du premier scanner dédié à l'activité vasculaire et cardiaque. 2

4 I.3. Une stratégie d innovation L ensemble des médecins radiologues propriétaires du Groupe «Clinique du Mail» sont investis d une volonté de mutualiser leurs moyens et leurs outils de travail. Ils poursuivent une forte politique de croissance. Le Groupe Clinique du Mail se positionne ainsi dans une stratégie permanente d innovation des équipements de haute technicité, afin d offrir le niveau de diagnostic le plus élevé à ses patients. I.4. Une politique précurseur de Qualité Depuis 1998, le Groupe Clinique du Mail est certifié ISO C est un des tous premiers centres de radiologie à avoir obtenu la certification ISO La Direction s est engagée à : mettre la satisfaction de ses patients au centre de ses préoccupations faire progresser son organisation et son efficacité optimiser la qualité et la fiabilité de ses prestations garantir la sécurité de ses patients et de son personnel, notamment par la radioprotection. Ainsi, la radioprotection est inscrite dans la Charte Qualité du Groupe. Le Groupe Clinique du Mail a été le premier site départemental audité par l ASN. (Autorité de Sûreté Nucléaire). I.5. Une stratégie de développement à 3 ans Les services de Médecine Nucléaire et la cancérologie ont rejoint depuis le 20 octobre 2008 l Institut Daniel HOLLARD. Le Groupe Clinique du Mail peut dès lors envisager un redéploiement de ses activités sur le site du Mail. Ainsi, prochainement, et afin d optimiser le confort de ses patients, la Clinique du Mail entreprendra des travaux de rénovation et d extension. Montant d investissement prévu : 3 Millions d euros, entièrement financé par les médecins du Groupe Clinique du Mail. 3

5 II. LE PLATEAU TECHNIQUE MEDICAL II.1. Les équipements Le Groupe Clinique du Mail compte 5 services de radiologie, dont 2 pratiquent des actes de radiologie interventionnelle. Le Plateau technique médical comprend : 4 tables de radiologie conventionnelle Dont 1 table numérisée à capteurs plan 1 outil de diagnostic précoce du cancer du sein (Mammotome ) 5 échographes dont 2 dédiés à la sénologie 2 mammographes et un appareil de stéréotaxie 1 ostéodensitomètre corps entier (mesure du poids osseux) 1 IRM, renouvelée en scanner spiralé, issu de la dernière génération 1 orthopantomographe & 1 télécrane dédiés aux examens dentaires Depuis 2000, le Groupe du Mail offre un plateau technique des plus complets avec notamment l acquisition d un mammotome. Cette technique de biopsie mammaire permet de confirmer avec précision et rapidement, les cancers du sein, détectés en radiologie ou en échographie. Elle évite ainsi souvent une intervention chirurgicale, sous anesthésie générale et permet de mettre en place un traitement adapté. Scanners Le Groupe dispose de 4 scanners multi-barrettes, en association avec d autres partenaires médicaux : le premier installé sur la Clinique du Mail (CIMAG Centre d Imagerie Médicale d Agglomération Grenobloise) le second installé dans les locaux de la Clinique des Cèdres et deux scanners sont exploités sur la Clinique des Eaux Claires. 4

6 II.2. Le nouveau scanner Toshiba Spiralé Le Groupe Clinique du Mail vient de s équiper d un nouvel appareil haut de gamme, le Scanner Toshiba spiralé. Celui-ci fait partie de la dernière génération des scanners. Il représente un budget de l ordre de Il remplace l ancien équipement et va permettre : d assurer un confort optimal au patient, d optimiser la qualité de l image, et donc le niveau de qualité du diagnostic, d obtenir un diagnostic dès plus rapide, de raccourcir considérablement le temps d exposition pour le patient. Conformément à la norme réglementaire en vigueur, et dans le cadre de la certification Qualité ISO 9001 du Groupe Clinique du Mail, trois organismes ont certifié la conformité de ce scanner, à savoir : l agence de sûreté nucléaire, la DDASS, l APAVE. Grâce au Scanner Toshiba, le patient dispose d un diagnostic optimal principalement sur : l ensemble du Thorax Abdomen Pelvis l imagerie dentaire L angioscanner des carotides l imagerie ostéoarticulaire 5

7 II.3. L archivage numérique de tous les documents Afin d optimiser le diagnostic et de faciliter la vie des patients, l ensemble des examens sont archivés numériquement depuis Ce concept est identifié sous le terme de PACS : «Picture Archiving and Communication System». Il permet ainsi : la prise en charge de l examen du patient, par un médecin radiologue, spécialisé dans la pathologie en question, en fonction de l organe concerné. Ce fonctionnement, particulièrement novateur au Groupe Clinique du Mail, assure pour le patient, la garantie de disposer de l analyse la plus pointue de son examen. l'amélioration de la circulation de l'information radiologique dans son sens le plus large : depuis la demande d examens, jusqu'à la mise à disposition du résultat (intégrant image et compte rendu) dans le cadre d'un dossier patient multimédia sécurisé. l accès immédiat à la totalité du dossier image. L'information radiologique est mise à disposition des bons acteurs (radiologues spécialisés et cliniciens de manière simultanée), au bon moment (le plus rapidement possible), aux bons endroits (dans un réseau de services, voire à terme dans un réseau de soins clinique médecins de ville). II.4. Un réseau médical d imagerie médicale via l internet De même, l ensemble des examens peuvent être visualisés par le médecin traitant via l internet : o grâce à un mot de passe spécifique et confidentiel, o 7 jours sur 7 : à n importe quel moment de la journée ou du week-end. 6

8 III. LES DOMAINES D EXPERTISE III.1. L imagerie de la femme Le Groupe Clinique du Mail est la seule équipe de la région à proposer des prélèvements mammaires sous IRM, ce qui montre bien l intérêt d un plateau technique cohérent, regroupant toutes les méthodes de diagnostic modernes et son engagement médical au service de ses patientes. Le niveau élevé du plateau technique médical permet ainsi de suivre les différentes étapes d évolution de la femme tout au long de sa vie, depuis la maternité jusqu à un stade plus avancé du vieillissement. III.1.1. L exploration du pelvis féminin et de la grossesse Le Groupe du Mail est équipé d un échographe de dernière génération, pour le suivi de grossesse et l exploration du pelvis féminin. L IRM est, dans ce contexte, un outil de diagnostic approfondi. III.1.2. Détection de l ostéoporose Le Groupe Clinique du Mail est équipé de trois ostéodensitomètres de dernière génération à technologie «multi-détecteurs». Cette technique permet de calculer de façon très précise la perte de masse osseuse. Le principe en est simple : un faisceau d'énergie traverse la structure osseuse. La quantité d'énergie émise fait l'objet d'une mesure avant et après la traversée de l'os. La différence entre les deux mesures indique la quantité d'énergie absorbée et renseigne sur la densité osseuse. Celle-ci est alors comparée à la moyenne d'une population normale, de même âge et de même sexe (appelé Z Score) et au pic de masse osseuse (densité moyenne maximale du squelette, appelé T Score). Cet équipement permet d évaluer le risque de fracture et le suivi efficace des patients sous traitement. 7

9 III.2. Le dépistage du cancer du sein Le site du Mail est spécialiste en dépistage du cancer du sein. Autrefois, la femme était mise sous surveillance pendant plusieurs mois, dès détection d une image suspecte, et ensuite hospitalisée pour un prélèvement sous anesthésie générale. Aujourd hui, grâce au mammotome, une simple ponction sous anesthésie locale permet d obtenir immédiatement l analyse des tissus. Le Groupe Clinique du Mail est le seul centre de radiologie privé équipé à ce jour d une table numérique à capteurs plan, qui permet de diminuer la dose de rayons reçue par le patient. L exploration du sein, comporte habituellement : un interrogatoire : pour rechercher notamment les risques familiaux. un examen clinique : inspection et palpation des seins, recherche d anomalies. la mammographie : c'est l'examen de référence incontestable pour l'exploration du sein. l échographie : cet examen n'est pas systématique comme la mammographie, mais vient en complément de celle-ci, soit parce que le radiologue a détecté une anomalie sur les radios qu'il veut préciser, soit parce que l'analyse du sein est difficile du fait de la densité et de l'irrégularité de la glande (mastose). Chez l'adolescente et la femme très jeune, l'échographie peut être parfois réalisée en première intention. la macro-biopsie du sein par mammotome : à l'issue de ces examens, le radiologue peut décider de l'utilité d'une ponction pour analyse. La décision de faire pratiquer une biopsie doit, au préalable, être discutée entre différents spécialistes au cours des unités de concertation. l'irm : Dans certaines circonstances très particulières, un IRM du sein pourra être également demandé. Cet examen nécessite les mêmes précautions et recommandations que pour toute exploration par IRM. Le site du Mail est aujourd hui «site référent» pour cette exploration en profondeur de la glande mammaire. NB : Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme. Il est actuellement la première cause des décès féminins par cancer et la première cause de mortalité des femmes de 35 à 64 ans. 25 % des cancers féminins sont des cancers du sein. 10 % des femmes risquent de développer, au cours de leur vie, un cancer du sein. 8

10 III.3. Les examens du système nerveux L acquisition du tout dernier scanner spiralé permet de disposer d un diagnostic à un haut niveau d expertise pour ce type d examens. (Cf page 5). Trois radiologues sont experts dans les pathologies dégénératives de type Alzheimer et inflammatoires : sclérose en plaques. Dans le cadre du diagnostic d urgence (accidents vasculaires cérébraux), ils procèdent à l étude encéphalique et des vaisseaux du cou et du cerveau. Ils réalisent des scanners ou des IRM avec étude de la perfusion cérébrale pour caractériser les tumeurs et les études spectroscopiques. Ils recherchent une cause aux pathologies de type vertige et aux céphalées (douleur de la face, migraine ophtalmique) et de l épilepsie. III.4. L imagerie de l os et des articulations Le Mail assure le suivi de sportifs de très haut niveau des équipes de ski, football, hand ball. Des cyclistes du Tour de France ont fait également «une halte» à la Clinique du Mail, dans le cadre de leur passage dans la région. Les cinq radiologues experts en imagerie ostéoarticulaire disposent de toutes les techniques de radiologie, depuis la radio standard, l échographie, jusqu à l IRM, en passant par l arthroscanner, afin de répondre à toutes les situations cliniques qui se posent en imagerie de l appareil locomoteur. Ce suivi est réalisé depuis l enfance, avec la radio pédiatrie, jusqu aux âges plus avancés, avec le suivi de l arthrose, de l ostéoporose, intégrant naturellement les besoins spécifiques des sportifs. Dans une région où le sport est roi, l équipe «musclée» des cinq radiologues experts, permet d absorber la demande d imagerie en sport du bassin grenoblois. Cette expertise, reconnue bien au-delà des besoins de l agglomération, suscite des examens sur toute la région pour les cas particulièrement difficiles. 9

11 III.5. La radiopédiatrie Le Groupe Clinique du Mail s est doté d une expertise complémentaire dans le domaine de la radiopédiatrie (radiographie d enfants). Cette spécialité nécessite une formation spécifique du personnel dédiée aux examens des enfants. Une prise en charge très adaptée et personnalisée est alors mise en œuvre. III.6. Examens dentaires De même, la Clinique du Mail possède un haut niveau d expertise dentaire, notamment au niveau de l'implantologie endo-osseuse. Un diagnostic préopératoire précis et fiable est exigé aussi bien sur le plan clinique que radiologique, afin d'optimiser le projet d implant dentaire. 10

12 IV. CONCLUSION Le cœur de la plus value médicale du Groupe Clinique du Mail réside dans quatre aspects : Une excellence professionnelle du service : - un centre d expertise médical, composé de 17 médecins radiologues, - l intervention d un expert médecin radiologue pour chaque pathologie spécifique du patient - un plateau technique médical, constamment remis à niveau La qualité et la réactivité du traitement de l information, - l accessibilité et l archivage des résultats, via le PACS. Le choix de la neutralité institutionnelle, dans le respect des établissements de santé - L indépendance du Groupe Clinique du Mail est un des atouts différenciants majeurs La systématisation du Tiers payant : - Les choix les plus performants d investissements du Groupe ne sont jamais répercutés sur les coûts des honoraires des médecins radiologues - Aucun dépassement d honoraires n est pratiqué (secteur 1). «La vocation du Groupe Clinique du Mail», indique Bruno SALICRU, Président du Directoire, «est aujourd hui d être un pôle reconnu par les patients, les professionnels et les institutions de santé dans le domaine de l imagerie médicale. Il s agit ainsi d assurer la prospérité de l Entreprise pour permettre : - son évolution technologique au service des patients - sa transparence au service des institutionnels - sa pérennité au service de son personnel.» Le Groupe Clinique du Mail confirme ainsi sa volonté d ancrage dans le quartier Sud de Grenoble, en parfaite cohérence avec les axes de développement définis par la Ville de Grenoble pour les années à venir. 11

13 A N N E X E S Annexe 1 : Organigramme Annexe 2 : Carte d identité Groupe Clinique du Mail Annexe 3 : Quelques définitions : A- Radiologie B - IRM C- Scanner D - Echographie. Annexe 4 : La radioprotection 12

14 ANNEXE 2 : CARTE D IDENTITÉ GROUPE CLINIQUE DU MAIL L entreprise en chiffres : patients témoignent chaque année de leur confiance 17 médecins radiologues associés 130 salariés : manipulateurs, secrétaires médicales, personnel administratif. Chiffre d affaires consolidé de 22 Millions d euros. Le Plateau technique médical du Mail comprend aujourd hui : Un Plateau technique médical de haut niveau 4 tables de radiologie conventionnelle Dont 1 table numérisée à capteurs plan 1 outil de diagnostic précoce du cancer du sein (Mammotome )* 5 échographes dont 2 dédiés à la sénologie 2 mammographes et un appareil de stéréotaxie 1 ostéodensitomètre corps entier (mesure du poids osseux) 1 IRM, renouvelée en scanner spiralé, issu de la dernière génération 1 orthopantomographe & 1 télécrane dédiés aux examens dentaires Expertise en o Imagerie de la femme o Dépistage du cancer du sein o Examens du système nerveux o Imagerie de l os et des articulations o Radio pédiatrie o Les examens dentaires * Outil de diagnostic précoce du cancer du sein. 13

15 ANNEXE 3 A : DÉFINITION : LA RADIOLOGIE La radiologie a été découverte il y a une centaine d années par Wilhem Conrad RÖNTGEN. C est un examen diagnostique essentiel dans de nombreux domaines de la médecine. Les rayons X sont de la même famille physique que les rayons lumineux. Ils permettent d impressionner un film radiographique (comparable à un film photographique). La différence fondamentale est que les rayons X peuvent traverser la matière. Le film radiographique sera plus ou moins noirci en fonction de la nature de l organe traversé. Ainsi les os apparaissent en blanc et les zones où il y a de l air (poumons) apparaissent en noir. Les qualités de la radiographie peuvent être augmentées par l utilisation de produits de contraste (iode pour l exploration des reins, de l utérus ou des articulations, le baryte pour l exploration des intestins). La dernière grande évolution de la radiologie est la numérisation. Elle permet : de diminuer encore les doses de rayons X utilisées, d obtenir des images de qualité pouvant être étudiées par un ordinateur. Les radiographies ne sont pas dangereuses si elles sont pratiquées par des radiologues qualifiés qui connaissent parfaitement les contre-indications. Les faibles doses de rayons délivrées au cours d un examen radiologique standard ne présentent aucun risque. Elles sont équivalentes aux rayonnements naturels auxquels toute personne est exposée dans sa vie (montagne, voyage en avion, etc.) Les médecins radiologues du groupe co-utilisent également l'irm du Centre Hospitalier Universitaire Sud de Grenoble. 14

16 ANNEXE 3 B : DÉFINITION : L IRM L IRM ou imagerie par résonance magnétique fait partie des examens d imagerie médicale à visée diagnostique, tout comme la radiographie, l échographie, le scanner ou la scintigraphie. Cette technique permet de réaliser des images du corps humain en coupes dans différents plans de l espace. L IRM utilise un champ magnétique (aimant) et des ondes de radiofréquences (ondes FM). Il n utilise pas les rayons X : il n y a donc pas d irradiation. Son principe consiste à réaliser des images du corps humain grâce aux nombreux atomes d hydrogène qu il contient. Placés dans un puissant champ magnétique, tous les atomes d hydrogène s orientent dans la même direction : ils sont alors excités par des ondes radio durant une très courte période (ils sont mis en résonance). A l arrêt de cette stimulation, les atomes restituent l énergie accumulée en produisant un signal qui est enregistré, traité et restitué sous forme d images par un système informatique. Les images obtenues sont reconstituées en 3 dimensions au moyen d outils informatiques. IRM (Imagerie à Résonance Magnétique Nucléaire) Le groupe exploite, en association avec d'autres partenaires médicaux 2 IRM (Imageur par Résonance Magnétique Nucléaire) installés sur le site du Mail (CIPAG), et sur le site de la Clinique Mutualiste des Eaux Claires. 15

17 ANNEXE 3 C : DÉFINITION : LE SCANNER Le scanner est un appareil qui produit des images en coupes du corps humain à des fins diagnostiques. Il recherche des anomalies non détectables en radiologie conventionnelle ou à l échographie. Il se présente comme une table d examen qui coulisse dans un anneau ouvert aux deux extrémités. Le scanner utilise une source de rayons X émise par un arceau rotatif au sein duquel glisse le lit d examen sur lequel se trouve allongé le patient. Les images obtenues sont reconstituées en trois dimensions au moyen des outils informatiques reliés à l appareil. ANNEXE 3 D : DÉFINITION : L ÉCHOGRAPHIE L échographie ou imagerie par ultrasons existe depuis les années Elle permet un diagnostic rapide alors qu il fallait mettre en oeuvre auparavant des méthodes d investigations plus lourdes. Elle utilise des faisceaux d ondes ultrasonores de fréquence élevée, inaudibles, émis par une sonde et transmis dans les tissus. Ces sons se propagent à des vitesses différentes dans le corps en fonction des tissus qu ils traversent. Ils se réfléchissent pour former une image de la région examinée. Un ordinateur analyse ces informations qui permettent de reconstituer une image en coupe de la région examinée. Le renouvellement de ces images plusieurs fois par seconde permet d obtenir une image dynamique, où l on voit en continu. 16

18 ANNEXE 4 : DÉFINITION : LA RADIOPROTECTION La radioprotection vise à assurer la protection des personnes contre les risques liés aux rayonnements ionisants. L Autorité de sûreté nucléaire, (A.S.N.), assure, au nom de l État, le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France pour protéger les travailleurs, les patients, le public et l environnement des risques liés à l utilisation du nucléaire. L irradiation médicale à des fins diagnostiques est inévitable. Mais elle ne présente en général qu une petite partie de l irradiation naturelle venant de l environnement. Les effets sont variables selon l organe exposé, son volume, et le temps d exposition. Tout acte radiologique relève d'une demande médicale et s'effectue sous la responsabilité d'un médecin. Cette prescription doit tenir compte du préjudice individuel qu'une exposition aux rayons X pourrait entraîner et doit donc présenter un avantage net suffisant pour le diagnostic. L examen radiologique est justifié s il ne peut être remplacé par une autre méthode d imagerie non irradiante apportant l information clinique attendue. Tous les examens ne font pas appel aux rayons X. C est le cas notamment de l IRM (Imagerie par résonance magnétique) ou l échographie. Nos médecins mettront tout en œuvre pour que les doses délivrées au patient restent les plus faibles possibles. Ils éviteront les examens redondants, et réduiront au maximum le nombre de clichés par examen. Notre plateau technique est contrôlé chaque année par des organismes extérieurs agréés. Il est soumis à une autorisation d exploiter. Des contrôles qualité stricts permettent également de garantir le bon état de fonctionnement des équipements. Enfin, les nouvelles technologies numériques permettent de réduire les doses d exposition. Trois populations sont à protéger particulièrement : les femmes en âge de procréer (le médecin prescripteur et le radiologue doivent s assurer, par un interrogatoire approprié, avant la réalisation de l examen, que toute patiente en âge de procréer, n est pas dans un état de grossesse connue au moment de l examen) les femmes enceintes les enfants 17

19 CONTACT RELATIONS PRESSE / RELATIONS PUBLIQUES : ADEO COMMUNICATION Marie-Hélène BOISSIEUX Tél :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 10267 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt: 22 mai 2008 Projet de loi ouvrant un crédit au titre d'indemnité cantonale d'investissement de 3 000 000 F, pour

Plus en détail

Imagerie Médicale. Introduction

Imagerie Médicale. Introduction Imagerie Médicale Introduction Source: uhrad.com. Isabelle Bloch Département Traitement du Signal et des Images, Télécom ParisTech CNRS UMR 5141 LTCI 46 rue Barrault, 75013 Paris. Un peu d histoire Des

Plus en détail

Annexe 7. Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la télémédecine

Annexe 7. Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la télémédecine Annexe 7 Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la télémédecine A37 Le «Télé-AVC» : téléconsultation neurologique téléradiologie application à l AVC de la

Plus en détail

Concept de formation post-graduée en Radiologie

Concept de formation post-graduée en Radiologie Date de la dernière modification : juin 2012 Concept de formation post-graduée en Radiologie Le Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle assure la formation des médecins assistants désirant

Plus en détail

VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE

VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE INFOS PATIENTS SEIN - PATHOLOGIE MAMMAIRE VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE Bienvenue VOUS AVEZ RENDEZ-VOUS POUR UNE PREMIÈRE CONSULTATION EN SÉNOLOGIE. NOUS AVONS RÉALISÉ CETTE PLAQUETTE

Plus en détail

Exposition de la population française aux rayonnements ionisants liée aux actes de diagnostic médical en 2012

Exposition de la population française aux rayonnements ionisants liée aux actes de diagnostic médical en 2012 R A P P O R T Exposition de la population française aux rayonnements ionisants liée aux actes de Pôle Radioprotection, Environnement, Déchets et Crise RESUME Ce rapport met à jour, pour l année 2012, les

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer de la thyroïde Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 5 juillet 2013 CODEP-LIL-2013-037759 AD/EL Monsieur le Dr W SCM des Docteurs V W X Y 23, Boulevard Victor Hugo 62100 CALAIS Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

carnet d information des femmes à haut risque de cancer du sein

carnet d information des femmes à haut risque de cancer du sein INFOS PATIENTS Sein - pathologie mammaire carnet d information des femmes à haut risque de cancer du sein introduction Vous avez rencontré un médecin du service d oncogénétique de Gustave Roussy. Il a

Plus en détail

A l Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, Octobre Rose est l occasion de mettre en valeur la filière de soins dédiée au cancer du sein.

A l Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, Octobre Rose est l occasion de mettre en valeur la filière de soins dédiée au cancer du sein. OCTOBRE ROSE 2013 La campagne Octobre Rose a pour but d inciter les femmes de 50 à 74 ans à participer au dépistage organisé du cancer du sein. Une femme sur trois ne se fait pas dépister ou pas de manière

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la prostate

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la prostate G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer de la prostate Juin 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre mélanome cutané Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le mélanome

Plus en détail

Leçon n 1 : «Les grandes innovations scientifiques et technologiques»

Leçon n 1 : «Les grandes innovations scientifiques et technologiques» Leçon n 1 : «Les grandes innovations scientifiques et technologiques» Intro : Le XXè siècle fut un siècle de grands progrès scientifiques et techniques. Les évolutions connues par la médecine, les transports

Plus en détail

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer du rein

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer du rein GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du cancer du rein Novembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le cancer du rein, son

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du poumon Juin 2010 Pourquoi ce guide? 2 Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 A l initiative des professionnels de terrain, la FHF a constitué en janvier 2014 une commission imagerie. Composée de médecins et de

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

Résonance magnétique (IRM)

Résonance magnétique (IRM) (IRM) Le médecin a prescrit une résonance magnétique (IRM) et vous vous demandez en quoi consiste cet examen. Afin de répondre à vos questions, voici quelques informations. But de l examen Les examens

Plus en détail

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR C Andreux et F L Huillier H Guerini, A Feydy, X Poittevin, F Thevenin, R Campagna, JL Drapé, A Chevrot Hôpital COCHIN, Paris, France OBJECTIF Proposer

Plus en détail

LE DACS RADIATION DOSE MONITOR. Le bon réflexe pour une optimisation de la dose

LE DACS RADIATION DOSE MONITOR. Le bon réflexe pour une optimisation de la dose LE DACS RADIATION DOSE MONITOR Le bon réflexe pour une optimisation de la dose Radiation Dose Monitor / QU EST-CE QU UN DACS? / Le DACS (Dose Archiving and Communication System) est à la dose ce que le

Plus en détail

Bulletin d information régional réalisé par l équipe du Programme québécois de dépistage du cancer du sein de Laval.

Bulletin d information régional réalisé par l équipe du Programme québécois de dépistage du cancer du sein de Laval. Juin 2015 - Numéro 1 Info-PQDCSLaval Bulletin d information régional réalisé par l équipe du Programme québécois de dépistage du cancer du sein de Laval. Connaissez-vous la Classification BI-RADS? La catégorisation

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE. Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2)

MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE. Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2) MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2) 1 - SCP Radiolor 2 - CHU de Nancy MODE D EXERCICE DU PRATICIEN Choix

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Transcription textuelle de la vidéo de présentation de l hôpital Pierre-Paul Riquet

Transcription textuelle de la vidéo de présentation de l hôpital Pierre-Paul Riquet Transcription textuelle de la vidéo de présentation de l hôpital Pierre-Paul Riquet L hôpital Pierre-Paul Riquet : une nouvelle ère du soin Positionné au cœur du site de Purpan, l'hôpital Pierre-Paul Riquet

Plus en détail

L'apport de la physique au diagnostic médical

L'apport de la physique au diagnostic médical L'apport de la physique au diagnostic médical L'application des découvertes de la physique à l'exploration du corps humain fournit aux médecins des informations essentielles pour leurs diagnostics. Ils

Plus en détail

BIOPSIE PAR ASPIRATION Sous stéréotaxie

BIOPSIE PAR ASPIRATION Sous stéréotaxie Vous avez appris qu une anomalie a été détectée lors de votre mammographie. Afin d investiguer cette anomalie, le radiologue a pris la décision d effectuer une biopsie par aspiration sous stéréotaxie.

Plus en détail

Dr L Verzaux Pr Elisabeth Schouman-Claeys

Dr L Verzaux Pr Elisabeth Schouman-Claeys Dr L Verzaux Pr Elisabeth Schouman-Claeys Dépasser une approche normative Se mettre à la place du patient Bonne pratique, bientraitance Démarches qualité structurées Thématiques clés (dont exigences réglementaires)

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE?

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Séminaire Aristote 12 juin 2013 QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Jean-Pierre Blanchère Coordinateur Département «e-santé et domotique» Pôle TES Justifications de la télémédecine

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Voyage au cœur des réseaux d imagerie médicale

DOSSIER DE PRESSE. Voyage au cœur des réseaux d imagerie médicale DOSSIER DE PRESSE Voyage au cœur des réseaux d imagerie médicale Service de presse et de communication : MHC Communication Marie-Hélène Coste / Véronique Simon 38 avenue Jean Jaurès - 94110 Arcueil Tél.

Plus en détail

APPEL A PROJETS TELESANTE (IMAGERIE MEDICALE)

APPEL A PROJETS TELESANTE (IMAGERIE MEDICALE) Programme Opérationnel FEDER 2007-2013 Axe III, sous-axe II, «Société de l Information» Priorité 7 «Faire de la télésanté un domaine d excellence pour la région» 1 er APPEL A PROJETS TELESANTE (IMAGERIE

Plus en détail

Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco

Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco Réseau Régional de Cancérologie ONCOPACA-Corse Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco 1. CONTEXTE ET OBJECTIF Contexte : Cette présente charte a été définie

Plus en détail

Refining Radiology Formation en Présentielle et Conférence Web

Refining Radiology Formation en Présentielle et Conférence Web Refining Radiology Formation en Présentielle et Conférence Web www.medical-professionals.com 1 IRM Essentiel 1900 $* Revoir les principes physiques de l IRM Apprendre les bases de fonctionnement Maîtriser

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2014-044604 Espace dentaire FOCH 2 bis avenue Foch 94160 ST MANDE

N/Réf. : CODEP-PRS-2014-044604 Espace dentaire FOCH 2 bis avenue Foch 94160 ST MANDE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 30 septembre 2014 N/Réf. : CODEP-PRS-2014-044604 Espace dentaire FOCH 2 bis avenue Foch 94160 ST MANDE Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

CPAM REGLES D ASSOCIATION DES ACTES

CPAM REGLES D ASSOCIATION DES ACTES CPAM REGLES D ASSOCIATION DES ACTES Règle générale L'association de deux actes au plus, y compris les gestes complémentaires, peut être tarifée. L'acte dont le tarif hors modificateurs est le plus élevé,

Plus en détail

Excellente qualité d'image, réduction de dose spectaculaire. Mammographe Philips MicroDose. sense and simplicity * * Du sens et de la simplicité

Excellente qualité d'image, réduction de dose spectaculaire. Mammographe Philips MicroDose. sense and simplicity * * Du sens et de la simplicité Excellente qualité d'image, réduction de dose spectaculaire Mammographe Philips MicroDose sense and simplicity * * Du sens et de la simplicité Pour optimiser la prise en charge de vos Le mammographe Philips

Plus en détail

Livret d accueil des stagiaires

Livret d accueil des stagiaires Livret d accueil des stagiaires SOMMAIRE : I/ Présentation du service II/Le métier de manipulateur III/ Modalités d encadrement IV/ Votre stage V/ Bilan global de votre stage I/ Présentation du service

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

SIGNAUX PERIODIQUES (activités de découvertes et acquis du collège)

SIGNAUX PERIODIQUES (activités de découvertes et acquis du collège) Thème SANTE SIGNAUX PERIODIQUES (activités de découvertes et acquis du collège) Acquis du collège : une tension alternative périodique (comme celle du secteur) est une tension qui se répète à l'identique

Plus en détail

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE 2014 L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE L Institut universitaire du cancer de Toulouse (IUCT) est un nouveau modèle français d organisation

Plus en détail

JORF n 0013 du 16 janvier 2014 page 748 texte n 11 ARRETE

JORF n 0013 du 16 janvier 2014 page 748 texte n 11 ARRETE Les premières versions de la loi Bioéthique ne plaçaient pas l'échographie obstétricale et fœtale parmi les examens de diagnostic prénatal. De ce fait, la réalisation de ces examens n'était pas soumise

Plus en détail

Annexe 2 Formation approfondie en neuroradiologie diagnostique. 2. Durée, structure et dispositions complémentaires

Annexe 2 Formation approfondie en neuroradiologie diagnostique. 2. Durée, structure et dispositions complémentaires SIWF ISFM Annexe 2 1. Généralités La formation approfondie selon le présent programme doit permettre au spécialiste en radiologie d approfondir ses connaissances en radiologie diagnostique du système nerveux

Plus en détail

Principes généraux de gestion d un cabinet libéral. Dr J.Ph. Masson 8 avril 2014 1

Principes généraux de gestion d un cabinet libéral. Dr J.Ph. Masson 8 avril 2014 1 Principes généraux de gestion d un cabinet libéral Dr J.Ph. Masson 8 avril 2014 1 Le radiologue libéral Aspects médico-économiques, juridiques, responsabilité, assurances,. Structures coopératives : GIE,

Plus en détail

LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013

LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013 LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013 Étude réalisée pour Imagerie Santé Avenir 2013 CEMKA-E VAL 43,

Plus en détail

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie (Ordonnance sur les prestations de l assurance des soins, OPAS) Modification du 14 juin 2010 Le Département

Plus en détail

uestion 4 Quels moyens simples pour explorer et visualiser le pancréas? Veine cave inférieure Aorte Estomac Foie Vésicule biliaire Rate Duodénum

uestion 4 Quels moyens simples pour explorer et visualiser le pancréas? Veine cave inférieure Aorte Estomac Foie Vésicule biliaire Rate Duodénum uestion 4 Quels moyens simples pour explorer et visualiser le pancréas?? 4 > En raison de son petit volume et de sa situation très profonde, le pancréas n est pas palpable à ventre fermé, contrairement

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-018933 Hôpital Intercommunal Le Raincy-Montfermeil 10 rue du Général Leclerc BP 104 93370 MONTFERMEIL

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-018933 Hôpital Intercommunal Le Raincy-Montfermeil 10 rue du Général Leclerc BP 104 93370 MONTFERMEIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 10 juin 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-018933 Hôpital Intercommunal Le Raincy-Montfermeil 10 rue du Général Leclerc BP 104 93370 MONTFERMEIL Objet : Inspection

Plus en détail

GUIDE D ACCUEIL. expliqué. comment ça se passe? Le parcours thérapeutique. Le séjour à l hôpital, INSTITUT DE CANCÉROLOGIE GUSTAVE ROUSSY.

GUIDE D ACCUEIL. expliqué. comment ça se passe? Le parcours thérapeutique. Le séjour à l hôpital, INSTITUT DE CANCÉROLOGIE GUSTAVE ROUSSY. INSTITUT DE CANCÉROLOGIE GUSTAVE ROUSSY GUIDE D ACCUEIL page 12 Le parcours thérapeutique expliqué page 36 Le séjour à l hôpital, comment ça se passe? page 24 p g Le plan douleur 2010 2012 Sommaire Premiers

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper Don d organes et mort cérébrale Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper La mort cérébrale Cessation irréversible de toute fonction cérébrale

Plus en détail

Principes généraux de gestion d un cabinet libéral. Dr Jean-Christophe Delesalle Secrétaire Général FNMR 23 Avril 2015 1

Principes généraux de gestion d un cabinet libéral. Dr Jean-Christophe Delesalle Secrétaire Général FNMR 23 Avril 2015 1 Principes généraux de gestion d un cabinet libéral 23 Avril 2015 1 Gestion d un cabinet libéral Le radiologue libéral Aspects médico-économiques, juridiques, responsabilité, assurances,. Structures coopératives

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail

',5(&7,9((85$720'8&216(,/ GXMXLQ

',5(&7,9((85$720'8&216(,/ GXMXLQ ',5(&7,9((85$720'8&216(,/ GXMXLQ UHODWLYHjODSURWHFWLRQVDQLWDLUHGHVSHUVRQQHVFRQWUHOHVGDQJHUVGHVUD\RQQHPHQWVLRQLVDQWVORUV GH[SRVLWLRQVjGHVILQVPpGLFDOHVUHPSODoDQWODGLUHFWLYH(XUDWRP LE CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE,

Plus en détail

La mise en place du PACS 1 Midi-Pyrénées s inscrit

La mise en place du PACS 1 Midi-Pyrénées s inscrit Pr Louis Lareng ADMINISTRATEUR Dr Monique Savoldelli DIRECTEUR SIH Karine Seymour CHEF DE PROJET 35 GROUPEMENT DE COOPÉRATION SANITAIRE TÉLÉSANTÉ MIDI-PYRÉNÉES, TOULOUSE Mise en place d un PACS mutualisé

Plus en détail

PROCEDURE ENREGISTREMENT

PROCEDURE ENREGISTREMENT Page 1 sur 7 ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS référence 04/PR/001/02/V01 04/PR/001/02/V02 04/PR/001/02/V03 04/PR/001/02/V04 04/PR/001/02/V05 04/PR/001/02/V06 04/PR/001/02/V07 04/PR/001/02/V08

Plus en détail

PRÉSENTATION DES PRINCIPALES DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES DE RADIOPROTECTION APPLICABLES EN RADIOLOGIE MÉDICALE ET DENTAIRE

PRÉSENTATION DES PRINCIPALES DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES DE RADIOPROTECTION APPLICABLES EN RADIOLOGIE MÉDICALE ET DENTAIRE PRÉSENTATION DES PRINCIPALES DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES DE RADIOPROTECTION APPLICABLES EN RADIOLOGIE MÉDICALE ET DENTAIRE mise à jour octobre 2014 Sommaire Introduction... 4 1. Procédures de déclaration

Plus en détail

COMMENT PRÉPARER UN ENSEIGNEMENT PAR APP

COMMENT PRÉPARER UN ENSEIGNEMENT PAR APP 1 sur 5 16/03/2007 15:03 COMMENT PRÉPARER UN ENSEIGNEMENT PAR APP (PCEM2 - DCEM1) L élaboration de cas d APP est un processus multisequentiel exécutable par étapes : I- constitution d un groupe de travail

Plus en détail

D O S S I E R D E P R E S S E

D O S S I E R D E P R E S S E La Fondation Lenval présente le bilan des réalisations financées grâce aux dons et lance sa campagne d information 2014 Mon ISF pour nos enfants D O S S I E R D E P R E S S E 16 avril 2014 Sommaire P 2/4

Plus en détail

PLATE-FORME COMMUNE UNE SOLUTION LOGICIELLE UNIQUE POUR AMÉLIORER LA PRODUCTIVITÉ. Logiciel DIRECTVIEW V5 pour CR et DR

PLATE-FORME COMMUNE UNE SOLUTION LOGICIELLE UNIQUE POUR AMÉLIORER LA PRODUCTIVITÉ. Logiciel DIRECTVIEW V5 pour CR et DR Logiciel DIRECTVIEW V5 pour CR et DR UNE SOLUTION LOGICIELLE UNIQUE POUR AMÉLIORER LA PRODUCTIVITÉ Vous pouvez faire confiance aux systèmes CR et DR de Carestream pour leur qualité de prise d images. Maintenant

Plus en détail

Information PACES 20 Septembre 2012. Les métiers en lien avec le choix Manipulateur d Electroradiologie Médicale «MEM» Monsieur Daniel LAMI

Information PACES 20 Septembre 2012. Les métiers en lien avec le choix Manipulateur d Electroradiologie Médicale «MEM» Monsieur Daniel LAMI Information PACES 20 Septembre 2012 Les métiers en lien avec le choix Manipulateur d Electroradiologie Médicale «MEM» Monsieur Daniel LAMI 1 Institut de Formation de Manipulateurs d Electroradiologie Médicale

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Pierre Lèguevaque CHU Rangueil Toulouse Intérêt de la démarche qualité: L amélioration de la qualité des pratiques professionnelles est devenue nécessaire

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu. Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND

GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu. Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND PREAMBULE - Déçisions du directoire de l APHP : 1) le site de l HTD ne serait pas fermé 2) le site de l HTD ne serait pas

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

2. Personnes intervenant pour assurer la radioprotection des patients ou des travailleurs.10

2. Personnes intervenant pour assurer la radioprotection des patients ou des travailleurs.10 mise à jour octobre 2014 Sommaire Introduction...... 4 1. Procédures de déclaration et d autorisation de détention et d utilisation de générateurs électriques...... 5 1.1. Régime administratif des installations

Plus en détail

Territoires de santé et réponse aux besoins en imagerie

Territoires de santé et réponse aux besoins en imagerie Territoires de santé et réponse aux besoins en imagerie Docteur Jacques Denis-Laroque Direction de la qualité et de l Efficience ARS des Pays de la Loire. XX/XX/XX Les terrioires de santé dans la loi HPST

Plus en détail

Planmeca ProMax 3D s Planmeca ProMax 3D FRANÇAIS

Planmeca ProMax 3D s Planmeca ProMax 3D FRANÇAIS Planmeca ProMax 3D s Planmeca ProMax 3D FRANÇAIS De véritables appareils tout en un Les appareils Planmeca ProMax 3D s et Planmeca ProMax 3D ont été conçus pour obtenir des informations complètes sur l

Plus en détail

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca MALADIE DE HODGKIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du

Plus en détail

Résumé des prestations

Résumé des prestations Résumé des prestations Un tableau simple pour vous aider à choisir le niveau de couverture qui correspond à vos besoins Plan Santé International healthcare Choisissez le niveau de couverture qui vous convient:

Plus en détail

SANTÉ PRÉVOYANCE PRÉVENTION

SANTÉ PRÉVOYANCE PRÉVENTION COLLEGIO Vous êtes une entreprise de moins de 50 salariés? Quelque soit votre secteur d activité ou votre implantation géographique, la gamme COLLEGIO vous est destinée. Avec ses cinq niveaux de protection

Plus en détail

Cependant, les étapes de préparation des budgets et leur analyse sont maintenues et continueront à être réalisées par le niveau régional.

Cependant, les étapes de préparation des budgets et leur analyse sont maintenues et continueront à être réalisées par le niveau régional. Annexe 4 : Règles de financement des structures de gestion en charge des programmes de dépistage organisé des cancers du sein et du colorectal pour l année 2007 A partir des remontées des budgets 2006,

Plus en détail

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron à Saint-Louis Cancers & imagerie médicale Un progrès majeur pour une meilleure prise en charge des patients. Accroitre les possibilités

Plus en détail

Lymphome non hodgkinien

Lymphome non hodgkinien Lymphome non hodgkinien Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca LYMPHOME NON HODGKINIEN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE Diagnostic de l ostéoporose en rhumatologie chez les femmes ménopausées Juillet 2004 I. PROMOTEURS Société de rhumatologie de l'ouest (SRO) Société

Plus en détail

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012 Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012 Faire avancer la sûreté nucléaire Jean-René Jourdain Paris, 28 février 2012 Comment évaluer les conséquences

Plus en détail

DTS IMAGERIE MÉDICALE ET RADIOLOGIE THÉRAPEUTIQUE

DTS IMAGERIE MÉDICALE ET RADIOLOGIE THÉRAPEUTIQUE DTS IMAGERIE MÉDICALE ET RADIOLOGIE THÉRAPEUTIQUE Formation sous contrat d association avec l Etat Dossier d intégration en 1 ère année ÉCOLE MASO 7, avenue des Palmiers 66000 Perpignan tél. 04 68 35 76

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

La Neurofibromatose en 20 questions

La Neurofibromatose en 20 questions CNN la NF en 20 questions Responsable : Pr Jean-Francois Stalder Clinique Dermatologique CHU Nantes Contact : Blandine Legeay Tel :02-40-08-31-23 blandine.legeay@chu-nantes.fr La Neurofibromatose en 20

Plus en détail

CERTIFICATIONS EN SANTE

CERTIFICATIONS EN SANTE CERTIFICATIONS EN SANTE INSTITUT CLAUDIUS REGAUD Délégation Qualité David VERGER 20-24, rue du Pont Saint-Pierre 31052 TOULOUSE cedex 05-61-42-46-22 Verger.david@claudiusregaud.fr CLAUDIUS REGAUD, PÈRE

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du foie

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du foie G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du foie Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

admission directe du patient en UNV ou en USINV

admission directe du patient en UNV ou en USINV Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

ANNEXE N 1 AU REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE FAMILIALE DES CHEMINOTS DE FRANCE N 784 394 413

ANNEXE N 1 AU REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE FAMILIALE DES CHEMINOTS DE FRANCE N 784 394 413 ANNEXE N 1 AU REGLEMENT MUTUALISTE page 1 Sécurité Sociale I - HONORAIRES MEDICAUX Consultations et visites de généralistes et spécialistes Actes de chirurgie en cabinet Actes techniques médicaux (endoscopie,

Plus en détail

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre!

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! La Clinique du sein du CHPLT Pour vous et pour votre famille Centre Hospitalier Peltzer - La Tourelle de Verviers Le cancer du sein : nous pouvons le vaincre!

Plus en détail

ENFIN, UN SYSTÈME POLYVALENT D'IMAGERIE ORL ET DENTAIRE

ENFIN, UN SYSTÈME POLYVALENT D'IMAGERIE ORL ET DENTAIRE CS 9300 ENFIN, UN SYSTÈME POLYVALENT D'IMAGERIE ORL ET DENTAIRE Conçu pour de multiples applications cliniques, le système CS 9300 fournit des images panoramiques de très grande qualité, ainsi que des

Plus en détail

Plus de réussite et de chiffre d'affaires pour le cabinet avec DIAGNOcam.

Plus de réussite et de chiffre d'affaires pour le cabinet avec DIAGNOcam. Recommandation dans votre cabinet Expériences des utilisateurs Partie 1: Trois possibilités d'application avec succès du DIAGNOcam dans votre cabinet. Plus de réussite et de chiffre d'affaires pour le

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons.

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Un taux de récidive de 30% dans les dix premières années chez des patientes en rémission complète après un traitement curatif, requiert

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Des ondes ultrasonores pour explorer le corps humain : l échographie

Des ondes ultrasonores pour explorer le corps humain : l échographie Seconde Thème santé Activité n 3(expérimentale) Des ondes ultrasonores pour explorer le corps humain : l échographie Connaissances Compétences - Pratiquer une démarche expérimentale pour comprendre le

Plus en détail

26 ES RHUMATOLOGIE PRATIQUE CAP 15 JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 RENCONTRES DE. www.rhumatologie-pratique.com PARTICIPATION GRATUITE

26 ES RHUMATOLOGIE PRATIQUE CAP 15 JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 RENCONTRES DE. www.rhumatologie-pratique.com PARTICIPATION GRATUITE PARTICIPATION GRATUITE 26 ES programme PRÉLIMINAIRE* *sous réserve de modifications RENCONTRES DE RHUMATOLOGIE PRATIQUE JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 CAP 15 1-13, quai de Grenelle - Paris 15 e PRÉSIDENT

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Un exemple d échange d images régional

Un exemple d échange d images régional Un exemple d échange d images régional Jeudi 13 octobre 2011 Vincent Guillerme Directeur des ventes Imagerie Médicale France vincent.guillerme@mckesson.fr Agenda L activité imagerie de McKesson PACS Territoire

Plus en détail

Me Catherine Torlotin Dr Frédéric Lefèvre Essey les Nancy

Me Catherine Torlotin Dr Frédéric Lefèvre Essey les Nancy Qualité en Santé Expérience Me Catherine Torlotin Dr Frédéric Lefèvre Essey les Nancy Imagerie de Nancy Est : Qui sommes nous? Société créée en 1988 pour gérer l autorisation d un scanner Aujourd hui :

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF

N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF Paris, le 06 juillet 2010 Objet : Inspection

Plus en détail

ANNEXE N 1 AU REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE FAMILIALE DES CHEMINOTS DE FRANCE N 784 394 413

ANNEXE N 1 AU REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE FAMILIALE DES CHEMINOTS DE FRANCE N 784 394 413 ANNEXE N 1 AU REGLEMENT MUTUALISTE Désignation des I - HONORAIRES MEDICAUX HORS HOSPITALISATION (5) Consultations et visites de généralistes et spécialistes Actes de chirurgie en cabinet Actes techniques

Plus en détail