GROUPE CLINIQUE DU MAIL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GROUPE CLINIQUE DU MAIL"

Transcription

1 DOSSIER DE PRESSE GROUPE CLINIQUE DU MAIL Le centre d imagerie médicale conforte son implantation sur le site du Mail avenue Marie-Reynoard à Grenoble & présente son nouveau scanner spiralé, issu de la dernière génération Décembre 2008

2 SOMMAIRE Le Groupe Clinique du Mail de Grenoble I. LE GROUPE CLINIQUE DU MAIL I.1. Activité I.2. Historique I.3. Stratégie d innovation I.4. Politique Qualité I.5. Stratégie de développement à 3 ans II.. LE PLATEAU TECHNIQUE MEDICAL II.1. Les équipements II.2. Le nouveau scanner Toshiba Spiralé II.3. L archivage numérique de tous les documents sous «PACS» II.4. Un réseau d images médicales via l internet III.. LES DOMAINES D EXPERTISE III.1. L imagerie de la femme III.2. Le dépistage du cancer du sein III.3. Les examens du système nerveux III.4. L imagerie de l os et des articulations III.5. La radiopédiatrie III.6. Les examens dentaires IV. CONCLUSION V. ANNEXES Organigramme 2. Carte d identité Groupe Clinique du Mail 3. Quelques définitions : radiologie / IRM / scanner / Ecographie 4. La radioprotection 1

3 I. LE GROUPE CLINIQUE DU MAIL I.1. Activité Le Groupe Clinique du Mail est un des centres d imagerie le plus important et le plus sophistiqué de la région Grenobloise. Afin d offrir le meilleur service de proximité, il dispose de plusieurs plateaux techniques de dernière génération répartis sur cinq sites distincts, à savoir : - Clinique du Mail, avenue Marie Reynoard - Cabinet de Meylan - Cabinet de Grenoble en centre Ville, 4 rue Liberté - Plateau technique d imagerie aux Cèdres - Plateau technique au service des cliniques d Alembert, des Eaux Claires et de l Institut Daniel Hollard ainsi que de la patientèle de proximité. I.2. Historique 1959 : Six médecins radiologistes grenoblois décident de travailler ensemble, afin de permettre à leurs patients de bénéficier des niveaux équipements les plus performants : Inauguration du site de la Clinique du Mail, au cœur du Village Olympique. Ce choix est stratégique, puisqu il se situe au moment de l ouverture des Jeux Olympiques de Grenoble et tout près du centre commercial Grand Place. Au fil des années, de nouveaux associés rejoignent le Groupe et permettent d acquérir et de créer ainsi : 1959 : le Cabinet Liberté en centre ville de Grenoble 1983 : le Cabinet de Meylan 1998 : le Centre d imagerie médicale à la Clinique des Cèdres : La création du Centre d imagerie du Drac, au sein de la Clinique des Eaux Claires, marque une nouvelle étape par le renforcement du plateau technique médical avec radiographie, échographie, 2 scanners, 1 IRM. Ce Centre est au service de la clinique des Eaux Claires, de la clinique d Alembert, de l Institut Daniel Hollard et de la patientèle externe : Création d un nouveau service au sein des nouveaux locaux de la Clinique des Cèdres à Echirolles. Celui-ci prend ainsi en charge le service d Urgence du Sud de l Agglomération (UPATOU). Il dispose également d un scanner et d un IRM. En 2007, le site du Drac s'équipe d'un deuxième scanner pour les urgences et les patients hospitalisés, en complément du premier scanner dédié à l'activité vasculaire et cardiaque. 2

4 I.3. Une stratégie d innovation L ensemble des médecins radiologues propriétaires du Groupe «Clinique du Mail» sont investis d une volonté de mutualiser leurs moyens et leurs outils de travail. Ils poursuivent une forte politique de croissance. Le Groupe Clinique du Mail se positionne ainsi dans une stratégie permanente d innovation des équipements de haute technicité, afin d offrir le niveau de diagnostic le plus élevé à ses patients. I.4. Une politique précurseur de Qualité Depuis 1998, le Groupe Clinique du Mail est certifié ISO C est un des tous premiers centres de radiologie à avoir obtenu la certification ISO La Direction s est engagée à : mettre la satisfaction de ses patients au centre de ses préoccupations faire progresser son organisation et son efficacité optimiser la qualité et la fiabilité de ses prestations garantir la sécurité de ses patients et de son personnel, notamment par la radioprotection. Ainsi, la radioprotection est inscrite dans la Charte Qualité du Groupe. Le Groupe Clinique du Mail a été le premier site départemental audité par l ASN. (Autorité de Sûreté Nucléaire). I.5. Une stratégie de développement à 3 ans Les services de Médecine Nucléaire et la cancérologie ont rejoint depuis le 20 octobre 2008 l Institut Daniel HOLLARD. Le Groupe Clinique du Mail peut dès lors envisager un redéploiement de ses activités sur le site du Mail. Ainsi, prochainement, et afin d optimiser le confort de ses patients, la Clinique du Mail entreprendra des travaux de rénovation et d extension. Montant d investissement prévu : 3 Millions d euros, entièrement financé par les médecins du Groupe Clinique du Mail. 3

5 II. LE PLATEAU TECHNIQUE MEDICAL II.1. Les équipements Le Groupe Clinique du Mail compte 5 services de radiologie, dont 2 pratiquent des actes de radiologie interventionnelle. Le Plateau technique médical comprend : 4 tables de radiologie conventionnelle Dont 1 table numérisée à capteurs plan 1 outil de diagnostic précoce du cancer du sein (Mammotome ) 5 échographes dont 2 dédiés à la sénologie 2 mammographes et un appareil de stéréotaxie 1 ostéodensitomètre corps entier (mesure du poids osseux) 1 IRM, renouvelée en scanner spiralé, issu de la dernière génération 1 orthopantomographe & 1 télécrane dédiés aux examens dentaires Depuis 2000, le Groupe du Mail offre un plateau technique des plus complets avec notamment l acquisition d un mammotome. Cette technique de biopsie mammaire permet de confirmer avec précision et rapidement, les cancers du sein, détectés en radiologie ou en échographie. Elle évite ainsi souvent une intervention chirurgicale, sous anesthésie générale et permet de mettre en place un traitement adapté. Scanners Le Groupe dispose de 4 scanners multi-barrettes, en association avec d autres partenaires médicaux : le premier installé sur la Clinique du Mail (CIMAG Centre d Imagerie Médicale d Agglomération Grenobloise) le second installé dans les locaux de la Clinique des Cèdres et deux scanners sont exploités sur la Clinique des Eaux Claires. 4

6 II.2. Le nouveau scanner Toshiba Spiralé Le Groupe Clinique du Mail vient de s équiper d un nouvel appareil haut de gamme, le Scanner Toshiba spiralé. Celui-ci fait partie de la dernière génération des scanners. Il représente un budget de l ordre de Il remplace l ancien équipement et va permettre : d assurer un confort optimal au patient, d optimiser la qualité de l image, et donc le niveau de qualité du diagnostic, d obtenir un diagnostic dès plus rapide, de raccourcir considérablement le temps d exposition pour le patient. Conformément à la norme réglementaire en vigueur, et dans le cadre de la certification Qualité ISO 9001 du Groupe Clinique du Mail, trois organismes ont certifié la conformité de ce scanner, à savoir : l agence de sûreté nucléaire, la DDASS, l APAVE. Grâce au Scanner Toshiba, le patient dispose d un diagnostic optimal principalement sur : l ensemble du Thorax Abdomen Pelvis l imagerie dentaire L angioscanner des carotides l imagerie ostéoarticulaire 5

7 II.3. L archivage numérique de tous les documents Afin d optimiser le diagnostic et de faciliter la vie des patients, l ensemble des examens sont archivés numériquement depuis Ce concept est identifié sous le terme de PACS : «Picture Archiving and Communication System». Il permet ainsi : la prise en charge de l examen du patient, par un médecin radiologue, spécialisé dans la pathologie en question, en fonction de l organe concerné. Ce fonctionnement, particulièrement novateur au Groupe Clinique du Mail, assure pour le patient, la garantie de disposer de l analyse la plus pointue de son examen. l'amélioration de la circulation de l'information radiologique dans son sens le plus large : depuis la demande d examens, jusqu'à la mise à disposition du résultat (intégrant image et compte rendu) dans le cadre d'un dossier patient multimédia sécurisé. l accès immédiat à la totalité du dossier image. L'information radiologique est mise à disposition des bons acteurs (radiologues spécialisés et cliniciens de manière simultanée), au bon moment (le plus rapidement possible), aux bons endroits (dans un réseau de services, voire à terme dans un réseau de soins clinique médecins de ville). II.4. Un réseau médical d imagerie médicale via l internet De même, l ensemble des examens peuvent être visualisés par le médecin traitant via l internet : o grâce à un mot de passe spécifique et confidentiel, o 7 jours sur 7 : à n importe quel moment de la journée ou du week-end. 6

8 III. LES DOMAINES D EXPERTISE III.1. L imagerie de la femme Le Groupe Clinique du Mail est la seule équipe de la région à proposer des prélèvements mammaires sous IRM, ce qui montre bien l intérêt d un plateau technique cohérent, regroupant toutes les méthodes de diagnostic modernes et son engagement médical au service de ses patientes. Le niveau élevé du plateau technique médical permet ainsi de suivre les différentes étapes d évolution de la femme tout au long de sa vie, depuis la maternité jusqu à un stade plus avancé du vieillissement. III.1.1. L exploration du pelvis féminin et de la grossesse Le Groupe du Mail est équipé d un échographe de dernière génération, pour le suivi de grossesse et l exploration du pelvis féminin. L IRM est, dans ce contexte, un outil de diagnostic approfondi. III.1.2. Détection de l ostéoporose Le Groupe Clinique du Mail est équipé de trois ostéodensitomètres de dernière génération à technologie «multi-détecteurs». Cette technique permet de calculer de façon très précise la perte de masse osseuse. Le principe en est simple : un faisceau d'énergie traverse la structure osseuse. La quantité d'énergie émise fait l'objet d'une mesure avant et après la traversée de l'os. La différence entre les deux mesures indique la quantité d'énergie absorbée et renseigne sur la densité osseuse. Celle-ci est alors comparée à la moyenne d'une population normale, de même âge et de même sexe (appelé Z Score) et au pic de masse osseuse (densité moyenne maximale du squelette, appelé T Score). Cet équipement permet d évaluer le risque de fracture et le suivi efficace des patients sous traitement. 7

9 III.2. Le dépistage du cancer du sein Le site du Mail est spécialiste en dépistage du cancer du sein. Autrefois, la femme était mise sous surveillance pendant plusieurs mois, dès détection d une image suspecte, et ensuite hospitalisée pour un prélèvement sous anesthésie générale. Aujourd hui, grâce au mammotome, une simple ponction sous anesthésie locale permet d obtenir immédiatement l analyse des tissus. Le Groupe Clinique du Mail est le seul centre de radiologie privé équipé à ce jour d une table numérique à capteurs plan, qui permet de diminuer la dose de rayons reçue par le patient. L exploration du sein, comporte habituellement : un interrogatoire : pour rechercher notamment les risques familiaux. un examen clinique : inspection et palpation des seins, recherche d anomalies. la mammographie : c'est l'examen de référence incontestable pour l'exploration du sein. l échographie : cet examen n'est pas systématique comme la mammographie, mais vient en complément de celle-ci, soit parce que le radiologue a détecté une anomalie sur les radios qu'il veut préciser, soit parce que l'analyse du sein est difficile du fait de la densité et de l'irrégularité de la glande (mastose). Chez l'adolescente et la femme très jeune, l'échographie peut être parfois réalisée en première intention. la macro-biopsie du sein par mammotome : à l'issue de ces examens, le radiologue peut décider de l'utilité d'une ponction pour analyse. La décision de faire pratiquer une biopsie doit, au préalable, être discutée entre différents spécialistes au cours des unités de concertation. l'irm : Dans certaines circonstances très particulières, un IRM du sein pourra être également demandé. Cet examen nécessite les mêmes précautions et recommandations que pour toute exploration par IRM. Le site du Mail est aujourd hui «site référent» pour cette exploration en profondeur de la glande mammaire. NB : Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme. Il est actuellement la première cause des décès féminins par cancer et la première cause de mortalité des femmes de 35 à 64 ans. 25 % des cancers féminins sont des cancers du sein. 10 % des femmes risquent de développer, au cours de leur vie, un cancer du sein. 8

10 III.3. Les examens du système nerveux L acquisition du tout dernier scanner spiralé permet de disposer d un diagnostic à un haut niveau d expertise pour ce type d examens. (Cf page 5). Trois radiologues sont experts dans les pathologies dégénératives de type Alzheimer et inflammatoires : sclérose en plaques. Dans le cadre du diagnostic d urgence (accidents vasculaires cérébraux), ils procèdent à l étude encéphalique et des vaisseaux du cou et du cerveau. Ils réalisent des scanners ou des IRM avec étude de la perfusion cérébrale pour caractériser les tumeurs et les études spectroscopiques. Ils recherchent une cause aux pathologies de type vertige et aux céphalées (douleur de la face, migraine ophtalmique) et de l épilepsie. III.4. L imagerie de l os et des articulations Le Mail assure le suivi de sportifs de très haut niveau des équipes de ski, football, hand ball. Des cyclistes du Tour de France ont fait également «une halte» à la Clinique du Mail, dans le cadre de leur passage dans la région. Les cinq radiologues experts en imagerie ostéoarticulaire disposent de toutes les techniques de radiologie, depuis la radio standard, l échographie, jusqu à l IRM, en passant par l arthroscanner, afin de répondre à toutes les situations cliniques qui se posent en imagerie de l appareil locomoteur. Ce suivi est réalisé depuis l enfance, avec la radio pédiatrie, jusqu aux âges plus avancés, avec le suivi de l arthrose, de l ostéoporose, intégrant naturellement les besoins spécifiques des sportifs. Dans une région où le sport est roi, l équipe «musclée» des cinq radiologues experts, permet d absorber la demande d imagerie en sport du bassin grenoblois. Cette expertise, reconnue bien au-delà des besoins de l agglomération, suscite des examens sur toute la région pour les cas particulièrement difficiles. 9

11 III.5. La radiopédiatrie Le Groupe Clinique du Mail s est doté d une expertise complémentaire dans le domaine de la radiopédiatrie (radiographie d enfants). Cette spécialité nécessite une formation spécifique du personnel dédiée aux examens des enfants. Une prise en charge très adaptée et personnalisée est alors mise en œuvre. III.6. Examens dentaires De même, la Clinique du Mail possède un haut niveau d expertise dentaire, notamment au niveau de l'implantologie endo-osseuse. Un diagnostic préopératoire précis et fiable est exigé aussi bien sur le plan clinique que radiologique, afin d'optimiser le projet d implant dentaire. 10

12 IV. CONCLUSION Le cœur de la plus value médicale du Groupe Clinique du Mail réside dans quatre aspects : Une excellence professionnelle du service : - un centre d expertise médical, composé de 17 médecins radiologues, - l intervention d un expert médecin radiologue pour chaque pathologie spécifique du patient - un plateau technique médical, constamment remis à niveau La qualité et la réactivité du traitement de l information, - l accessibilité et l archivage des résultats, via le PACS. Le choix de la neutralité institutionnelle, dans le respect des établissements de santé - L indépendance du Groupe Clinique du Mail est un des atouts différenciants majeurs La systématisation du Tiers payant : - Les choix les plus performants d investissements du Groupe ne sont jamais répercutés sur les coûts des honoraires des médecins radiologues - Aucun dépassement d honoraires n est pratiqué (secteur 1). «La vocation du Groupe Clinique du Mail», indique Bruno SALICRU, Président du Directoire, «est aujourd hui d être un pôle reconnu par les patients, les professionnels et les institutions de santé dans le domaine de l imagerie médicale. Il s agit ainsi d assurer la prospérité de l Entreprise pour permettre : - son évolution technologique au service des patients - sa transparence au service des institutionnels - sa pérennité au service de son personnel.» Le Groupe Clinique du Mail confirme ainsi sa volonté d ancrage dans le quartier Sud de Grenoble, en parfaite cohérence avec les axes de développement définis par la Ville de Grenoble pour les années à venir. 11

13 A N N E X E S Annexe 1 : Organigramme Annexe 2 : Carte d identité Groupe Clinique du Mail Annexe 3 : Quelques définitions : A- Radiologie B - IRM C- Scanner D - Echographie. Annexe 4 : La radioprotection 12

14 ANNEXE 2 : CARTE D IDENTITÉ GROUPE CLINIQUE DU MAIL L entreprise en chiffres : patients témoignent chaque année de leur confiance 17 médecins radiologues associés 130 salariés : manipulateurs, secrétaires médicales, personnel administratif. Chiffre d affaires consolidé de 22 Millions d euros. Le Plateau technique médical du Mail comprend aujourd hui : Un Plateau technique médical de haut niveau 4 tables de radiologie conventionnelle Dont 1 table numérisée à capteurs plan 1 outil de diagnostic précoce du cancer du sein (Mammotome )* 5 échographes dont 2 dédiés à la sénologie 2 mammographes et un appareil de stéréotaxie 1 ostéodensitomètre corps entier (mesure du poids osseux) 1 IRM, renouvelée en scanner spiralé, issu de la dernière génération 1 orthopantomographe & 1 télécrane dédiés aux examens dentaires Expertise en o Imagerie de la femme o Dépistage du cancer du sein o Examens du système nerveux o Imagerie de l os et des articulations o Radio pédiatrie o Les examens dentaires * Outil de diagnostic précoce du cancer du sein. 13

15 ANNEXE 3 A : DÉFINITION : LA RADIOLOGIE La radiologie a été découverte il y a une centaine d années par Wilhem Conrad RÖNTGEN. C est un examen diagnostique essentiel dans de nombreux domaines de la médecine. Les rayons X sont de la même famille physique que les rayons lumineux. Ils permettent d impressionner un film radiographique (comparable à un film photographique). La différence fondamentale est que les rayons X peuvent traverser la matière. Le film radiographique sera plus ou moins noirci en fonction de la nature de l organe traversé. Ainsi les os apparaissent en blanc et les zones où il y a de l air (poumons) apparaissent en noir. Les qualités de la radiographie peuvent être augmentées par l utilisation de produits de contraste (iode pour l exploration des reins, de l utérus ou des articulations, le baryte pour l exploration des intestins). La dernière grande évolution de la radiologie est la numérisation. Elle permet : de diminuer encore les doses de rayons X utilisées, d obtenir des images de qualité pouvant être étudiées par un ordinateur. Les radiographies ne sont pas dangereuses si elles sont pratiquées par des radiologues qualifiés qui connaissent parfaitement les contre-indications. Les faibles doses de rayons délivrées au cours d un examen radiologique standard ne présentent aucun risque. Elles sont équivalentes aux rayonnements naturels auxquels toute personne est exposée dans sa vie (montagne, voyage en avion, etc.) Les médecins radiologues du groupe co-utilisent également l'irm du Centre Hospitalier Universitaire Sud de Grenoble. 14

16 ANNEXE 3 B : DÉFINITION : L IRM L IRM ou imagerie par résonance magnétique fait partie des examens d imagerie médicale à visée diagnostique, tout comme la radiographie, l échographie, le scanner ou la scintigraphie. Cette technique permet de réaliser des images du corps humain en coupes dans différents plans de l espace. L IRM utilise un champ magnétique (aimant) et des ondes de radiofréquences (ondes FM). Il n utilise pas les rayons X : il n y a donc pas d irradiation. Son principe consiste à réaliser des images du corps humain grâce aux nombreux atomes d hydrogène qu il contient. Placés dans un puissant champ magnétique, tous les atomes d hydrogène s orientent dans la même direction : ils sont alors excités par des ondes radio durant une très courte période (ils sont mis en résonance). A l arrêt de cette stimulation, les atomes restituent l énergie accumulée en produisant un signal qui est enregistré, traité et restitué sous forme d images par un système informatique. Les images obtenues sont reconstituées en 3 dimensions au moyen d outils informatiques. IRM (Imagerie à Résonance Magnétique Nucléaire) Le groupe exploite, en association avec d'autres partenaires médicaux 2 IRM (Imageur par Résonance Magnétique Nucléaire) installés sur le site du Mail (CIPAG), et sur le site de la Clinique Mutualiste des Eaux Claires. 15

17 ANNEXE 3 C : DÉFINITION : LE SCANNER Le scanner est un appareil qui produit des images en coupes du corps humain à des fins diagnostiques. Il recherche des anomalies non détectables en radiologie conventionnelle ou à l échographie. Il se présente comme une table d examen qui coulisse dans un anneau ouvert aux deux extrémités. Le scanner utilise une source de rayons X émise par un arceau rotatif au sein duquel glisse le lit d examen sur lequel se trouve allongé le patient. Les images obtenues sont reconstituées en trois dimensions au moyen des outils informatiques reliés à l appareil. ANNEXE 3 D : DÉFINITION : L ÉCHOGRAPHIE L échographie ou imagerie par ultrasons existe depuis les années Elle permet un diagnostic rapide alors qu il fallait mettre en oeuvre auparavant des méthodes d investigations plus lourdes. Elle utilise des faisceaux d ondes ultrasonores de fréquence élevée, inaudibles, émis par une sonde et transmis dans les tissus. Ces sons se propagent à des vitesses différentes dans le corps en fonction des tissus qu ils traversent. Ils se réfléchissent pour former une image de la région examinée. Un ordinateur analyse ces informations qui permettent de reconstituer une image en coupe de la région examinée. Le renouvellement de ces images plusieurs fois par seconde permet d obtenir une image dynamique, où l on voit en continu. 16

18 ANNEXE 4 : DÉFINITION : LA RADIOPROTECTION La radioprotection vise à assurer la protection des personnes contre les risques liés aux rayonnements ionisants. L Autorité de sûreté nucléaire, (A.S.N.), assure, au nom de l État, le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France pour protéger les travailleurs, les patients, le public et l environnement des risques liés à l utilisation du nucléaire. L irradiation médicale à des fins diagnostiques est inévitable. Mais elle ne présente en général qu une petite partie de l irradiation naturelle venant de l environnement. Les effets sont variables selon l organe exposé, son volume, et le temps d exposition. Tout acte radiologique relève d'une demande médicale et s'effectue sous la responsabilité d'un médecin. Cette prescription doit tenir compte du préjudice individuel qu'une exposition aux rayons X pourrait entraîner et doit donc présenter un avantage net suffisant pour le diagnostic. L examen radiologique est justifié s il ne peut être remplacé par une autre méthode d imagerie non irradiante apportant l information clinique attendue. Tous les examens ne font pas appel aux rayons X. C est le cas notamment de l IRM (Imagerie par résonance magnétique) ou l échographie. Nos médecins mettront tout en œuvre pour que les doses délivrées au patient restent les plus faibles possibles. Ils éviteront les examens redondants, et réduiront au maximum le nombre de clichés par examen. Notre plateau technique est contrôlé chaque année par des organismes extérieurs agréés. Il est soumis à une autorisation d exploiter. Des contrôles qualité stricts permettent également de garantir le bon état de fonctionnement des équipements. Enfin, les nouvelles technologies numériques permettent de réduire les doses d exposition. Trois populations sont à protéger particulièrement : les femmes en âge de procréer (le médecin prescripteur et le radiologue doivent s assurer, par un interrogatoire approprié, avant la réalisation de l examen, que toute patiente en âge de procréer, n est pas dans un état de grossesse connue au moment de l examen) les femmes enceintes les enfants 17

19 CONTACT RELATIONS PRESSE / RELATIONS PUBLIQUES : ADEO COMMUNICATION Marie-Hélène BOISSIEUX Tél :

Programme Mammographie. Les examens complémentaires

Programme Mammographie. Les examens complémentaires Programme Mammographie Les examens complémentaires Le saviez-vous? Les différents examens complémentaires à une mammographie de dépistage servent bien souvent à exclure un cancer. Une intervention chirurgicale

Plus en détail

Un équipement de la dernière génération pour les examens de la Femme

Un équipement de la dernière génération pour les examens de la Femme Un équipement de la dernière génération pour les examens de la Femme Le Mammographe Numérique avec tomosynthèse» au Centre Hospitalier de Valenciennes 1 Sommaire Contexte...p. 3 Une technologie de pointe

Plus en détail

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard L Imagerie Radiologique et le Cancer Philippe Devred Laetitia Aycard Préoccupations médicales / Techniques variées Technique instrument pour essayer de répondre à certaines questions Radiologie «conventionnelle»

Plus en détail

Exposition médicale aux rayonnements ionisants en radiodiagnostic

Exposition médicale aux rayonnements ionisants en radiodiagnostic Exposition médicale aux rayonnements ionisants en radiodiagnostic Les rayonnements ionisants, c est quoi? Dans le domaine du radiodiagnostic, les rayonnements ionisants sont des rayons X produits à partir

Plus en détail

Campagne de Dépistage Gratuit du Cancer Du Sein

Campagne de Dépistage Gratuit du Cancer Du Sein Campagne de Dépistage Gratuit du Cancer Du Sein Campagne du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Dossier de presse - 10 août 2009 Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie lance à compter du 10 août 2009

Plus en détail

Centre du sein. Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu

Centre du sein. Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu Centre du sein Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu Présentation Situé à la Maternité, le Centre du sein regroupe au même endroit toutes les expertises et tous les équipements nécessaires

Plus en détail

Radiographie, quels risques pour le patient?

Radiographie, quels risques pour le patient? Radiographie, quels risques pour le patient? Qu est-ce qu un rayon X? Quel est le risque? Quels outils pour vous aider? Les rayons X sont des rayonnements électromagnétiques ionisants; ils peuvent traverser

Plus en détail

Définition de l activité de radiothérapie

Définition de l activité de radiothérapie Equipe médicale : Dr Claudine BEAUMONT-RAYMOND : 03 25 49 48 87 (secrétariat) Dr Dominique EYCHENNE : 03 25 49 47 56 (secrétariat) Dr Ulrich NIEWOEHNER : 03 25 49 47 82 (secrétariat) Définition de l activité

Plus en détail

DOSIMETRIE ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS

DOSIMETRIE ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS Page 1 sur 5 ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS référence 06/M0/003/09/V01 06/M0/003/09/V02 06/M0/003/09/V03 06/M0/003/09/V04 06/M0/003/09/V05 06/M0/003/09/V06 Titre et objet de la révision DOSIMETRIE

Plus en détail

Retour sur investissement d un PACS: l expérience de l Institut Curie Journées Françaises de Radiologie Octobre 2008

Retour sur investissement d un PACS: l expérience de l Institut Curie Journées Françaises de Radiologie Octobre 2008 Retour sur investissement d un PACS: l expérience de l Institut Curie Journées Françaises de Radiologie Octobre 2008 1- - Introduction (1) Institut Curie Centre de Lutte Contre le Cancer 177 lits d hospitalisation

Plus en détail

Nouvelle version du Guide du bon usage des examens d'imagerie médicale

Nouvelle version du Guide du bon usage des examens d'imagerie médicale 1 er février 2013 Nouvelle version du Guide du bon usage des examens d'imagerie médicale Limiter l exposition des patients aux rayonnements ionisants Améliorer la qualité des soins Promouvoir l interdisciplinarité

Plus en détail

Une salle plus adaptée pour les équipes

Une salle plus adaptée pour les équipes Depuis quelques semaines, le service de chirurgie vasculaire et cardiaque de la Clinique du Tonkin de Villeurbanne pratique ses interventions dans une toute nouvelle salle, pourvue d un équipement d imagerie

Plus en détail

Organisation des soins

Organisation des soins p.1 Médico-Social Schéma régional Organisation des soins - hospitalier Prévention 18 juillet 2011 Offre de soins sur le territoire de santé Eléments de diagnostic régional SCANNERS TEP Densité autorisée

Plus en détail

focus sur le service d imagerie médicale

focus sur le service d imagerie médicale focus sur le service d imagerie médicale Comment nous contacter? Par téléphone Médecine nucléaire 071 26 53 15 Résonance magnétique 071 26 53 72 Radiologie Scanner Echographie Mammographie 071 26 52 40

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ANNEXES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS Les référentiels d activités et de compétences du métier de manipulateur d électroradiologie médicale ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE INAUGURATION DE L'HÔPITAL DE JOUR EN NEURO-ONCOLOGIE, SCLÉROSE EN PLAQUES ET DOULEUR CHRONIQUE ET DU CENTRE D ÉVALUATION ET DU TRAITEMENT DE LA DOULEUR VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans

La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans Professeur Michel Bourguignon Commissaire de l Autorité de Sûreté Nucléaire Professeur de biophysique

Plus en détail

OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION. Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC)

OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION. Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC) OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC) SOMMAIRE I. Réglementation II. Radioprotection du personnel III. Effets des rayonnements ionisants I. Réglementation

Plus en détail

Fiches Réalisées Par La Société Française De Radiologie (SFR) IRM CHEZ L'ENFANT

Fiches Réalisées Par La Société Française De Radiologie (SFR) IRM CHEZ L'ENFANT Fiches Réalisées Par La Société Française De Radiologie (SFR) Madame, Monsieur, IRM CHEZ L'ENFANT Un examen radiologique a été proposé pour votre enfant. Une information vous est fournie sur le déroulement

Plus en détail

IMAGERIE THORACIQUE. Principales causes des examens inutiles. Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics. Prescription d un examen d imagerie

IMAGERIE THORACIQUE. Principales causes des examens inutiles. Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics. Prescription d un examen d imagerie Septembre 2008 ; N 17 IMAGERIE THORACIQUE Principales causes des examens inutiles Doses délivrées dans le cadre de radiodiagnostics Prescription d un examen d imagerie Grossesse et protection de l embryon

Plus en détail

Aides Soignants dans le Pôle IMAGERIE

Aides Soignants dans le Pôle IMAGERIE Aides Soignants dans le Pôle IMAGERIE Secteurs : 5 Pôle Imagerie Imagerie CardioThoracique, Sénologie, Traitement de la douleur Imagerie Digestive et Génito Urinaire Vasculaire et Neurodiologie Ostéoarticlaire

Plus en détail

Une information vous est fournie sur le déroulement de l intervention et de ses suites.

Une information vous est fournie sur le déroulement de l intervention et de ses suites. Formulaire d information Biopsie osseuse Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé une intervention radiologique. Elle sera pratiquée avec votre consentement. Vous avez en effet la liberté de l accepter

Plus en détail

UE 2.4 S1 processus traumatiques. Les explorations

UE 2.4 S1 processus traumatiques. Les explorations UE 2.4 S1 processus traumatiques Les explorations Plan Introduction 1 ère partie : examens non invasifs 1.1. radiologie 1.2. scanner 1.3. IRM 1.4. échographie des parties molles 2 ème partie : examens

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 10507 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt : 26 juin 2009 Projet de loi ouvrant un crédit au titre d'indemnité d'investissement de 3 300 000 F pour financer

Plus en détail

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes AIDE À LA PRATIQUE Cancer du sein Quelles modalités de dépistage, pour quelles femmes? Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie.

Plus en détail

HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION

HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION DOSSIER DE PRESSE VENDREDI 2 OCTOBRE 2009 SOMMAIRE L INAUGURATION DU 2 OCTOBRE 2009 p 4 La nouvelle Maison des Consultations L extension du bloc opératoire L HÔPITAL

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 10267 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt: 22 mai 2008 Projet de loi ouvrant un crédit au titre d'indemnité cantonale d'investissement de 3 000 000 F, pour

Plus en détail

L'IMAGERIE MEDICALE. III)Radioprojection en radiologie conventionnelle. C)Les différents types d'exposition aux rayonnements

L'IMAGERIE MEDICALE. III)Radioprojection en radiologie conventionnelle. C)Les différents types d'exposition aux rayonnements 15.10.08 Mr Bouzaïd Anatomie-Physiologie-Pharmacologie L'IMAGERIE MEDICALE I)Présentation de l'imagerie A)Historique des rayons X B)Début de la radiologie II)Les différents types d'appareils A)Le radiodiagnostic

Plus en détail

PLATEAU TECHNIQUE D'IMAGERIE Tél : 03 20 69 44 14 03 20 69 44 19

PLATEAU TECHNIQUE D'IMAGERIE Tél : 03 20 69 44 14 03 20 69 44 19 PLATEAU TECHNIQUE D'IMAGERIE Tél : 03 20 69 44 14 03 20 69 44 19 Les activités de notre service sont nombreuses et sont réalisées sur des machines de génération récente. 1 IRM 1,5T 2 SCANNERS 5 SALLES

Plus en détail

CENTRE D IMAGERIE VALAISAN

CENTRE D IMAGERIE VALAISAN CENTRE D IMAGERIE VALAISAN Passer un examen médical, indépendamment de son degré de complexité ou de gravité, suscite toujours une certaine inquiétude. Au Centre d Imagerie Valaisan (CIV), nous le comprenons

Plus en détail

Monsieur le Directeur Général CHRO La Source 14, avenue de l hôpital BP 6709 45067 ORLEANS

Monsieur le Directeur Général CHRO La Source 14, avenue de l hôpital BP 6709 45067 ORLEANS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS INSNP-OLS-2011-1423 Orléans, le 12 juillet 2011 Objet : Inspection n INSNP-OLS-2011-1423 du 7 juillet 2011 Scanographie Monsieur le Directeur Général CHRO La Source

Plus en détail

Mai 2013. Région sans Film CENTRE HOSPITALIER DES QUATRE VILLES. Retour d expérience. Présentation Dr RAUST Chef de Service Dr PLESKOF

Mai 2013. Région sans Film CENTRE HOSPITALIER DES QUATRE VILLES. Retour d expérience. Présentation Dr RAUST Chef de Service Dr PLESKOF Mai 2013 Région sans Film CENTRE HOSPITALIER DES QUATRE VILLES Retour d expérience Présentation Dr RAUST Chef de Service Dr PLESKOF Le PACS Picture Archiving and Communication System Un outil informatique

Plus en détail

Principes généraux de gestion d un cabinet libéral. Dr J.Ph. Masson 8 avril 2014 1

Principes généraux de gestion d un cabinet libéral. Dr J.Ph. Masson 8 avril 2014 1 Principes généraux de gestion d un cabinet libéral Dr J.Ph. Masson 8 avril 2014 1 Le radiologue libéral Aspects médico-économiques, juridiques, responsabilité, assurances,. Structures coopératives : GIE,

Plus en détail

ossier e presse Mardi 11 Juillet 2006

ossier e presse Mardi 11 Juillet 2006 ossier e presse Mardi 11 Juillet 2006 1. OU EN EST LE CENTRE HOSPITALIER DE LOURDES? En dépit du contexte difficile que connaît le milieu de la santé, le Centre Hospitalier de Lourdes poursuit sa progression.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Arrêté du 18 mai 2004 relatif aux programmes de formation portant sur la radioprotection des patients exposés

Plus en détail

Techniques d imagerie et Recherche

Techniques d imagerie et Recherche Techniques d imagerie et Recherche Jean-Christophe Ferré, PH 1- Unité de Neuroradiologie, Département de Radiologie et Imagerie Médicale, CHU RENNES 2- Unité/ Projet Visages U746 INSERM/ INRIA, IRISA,

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE D IMAGERIE MEDICALE PRESENTATION DU POLE MEDICO-TECHNIQUES

LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE D IMAGERIE MEDICALE PRESENTATION DU POLE MEDICO-TECHNIQUES LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE D IMAGERIE MEDICALE PRESENTATION DU POLE MEDICO-TECHNIQUES Organigramme Mme PLAT-CASANOVA Cadre Supérieur de Santé Dr BRUNET Praticien hygiéniste Unité d Hygiène Mr. EL GHOBEIRA

Plus en détail

RECRUTE. UN(E) MANIPULATEUR(TRICE) en IMAGERIE MEDICALE. Pôle Médico-Technique. Poste CDD 90% Ci-joint la fiche de poste. Renseignements à :

RECRUTE. UN(E) MANIPULATEUR(TRICE) en IMAGERIE MEDICALE. Pôle Médico-Technique. Poste CDD 90% Ci-joint la fiche de poste. Renseignements à : RECRUTE UN(E) MANIPULATEUR(TRICE) en IMAGERIE MEDICALE Pôle Médico-Technique Poste CDD 90% Ci-joint la fiche de poste Renseignements à : Monsieur Christian RULL Cadre de Santé Imagerie Médicale Pôle Médico-Technique

Plus en détail

Centre Hospitalier d Antibes Juan-Les-Pins

Centre Hospitalier d Antibes Juan-Les-Pins Centre Hospitalier d Antibes Juan-Les-Pins Inauguration de l extension 6 JUILLET 2015 À 12h00 AU CŒUR DE LA SANTE DE SON TERRITOIRE, LE CENTRE HOSPITALIER D ANTIBES SE DONNE UN NOUVEAU VISAGE SOMMAIRE

Plus en détail

- COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 -

- COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - REGROUPEMENT DE LA CLINIQUE ADASSA ET DE LA CLINIQUE DU DIACONAT DE STRASBOURG --- NAISSANCE DE LA CLINIQUE ADASSA - DIACONAT --- Strasbourg (Bas-Rhin), le 06 janvier 2011 la clinique Adassa et la clinique

Plus en détail

Le Métier de manipulateur d électro-radiologie médicale

Le Métier de manipulateur d électro-radiologie médicale S3 3.03 Expérience de terrain: travail en interprofessionalité Le Métier de manipulateur d électro-radiologie médicale Présenté par Marjorie Boyer 2015 Sommaire I/ Introduction: II/ Objectifs : III/ Déroulement

Plus en détail

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision DOSSIER DE PRESSE Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision Inauguration du CyberKnife M6 au Centre de Lutte Contre le Cancer Eugène Marquis de Rennes 20 février

Plus en détail

Indications et stratégies des principaux examens d imagerie

Indications et stratégies des principaux examens d imagerie Indications et stratégies des principaux examens d imagerie Pr Jean- Christophe Ferré CHU Rennes, Service de Radiologie et Imagerie Médicale jean-christophe.ferre@chu-rennes.fr 6 octobre 2014 2 Imagerie

Plus en détail

Dans le cadre du contrôle de la radioprotection en France, l Autorité de sûreté nucléaire s est rendue dans votre établissement le 5 novembre 2014.

Dans le cadre du contrôle de la radioprotection en France, l Autorité de sûreté nucléaire s est rendue dans votre établissement le 5 novembre 2014. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE STRASBOURG Strasbourg, le 16 décembre 2014 N/Réf. : CODEP-STR-2014-056642 Centre de radiothérapie de la Robertsau 184, route de la Wantzenau 67000 STRASBOURG Objet : Inspection

Plus en détail

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé :

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé : Indications des examens d imageried en pathologie thoracique Partie 1 M El Hajjam et P Lacombe La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit

Plus en détail

POELAERT Mauranne POTIER Elise 4 ème pédiatrique. Pathologie chirurgicale : amplificateur de brillance. Travail de groupe.

POELAERT Mauranne POTIER Elise 4 ème pédiatrique. Pathologie chirurgicale : amplificateur de brillance. Travail de groupe. POELAERT Mauranne POTIER Elise 4 ème pédiatrique Pathologie chirurgicale : amplificateur de brillance. Travail de groupe. Professeur : Mr Erpicum Année scolaire 2014-2015 1 Table des matières Définition

Plus en détail

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE LE CANCER EN QUELQUES CHIFFRES Problème majeur de santé publique avec près de 355 000 nouveaux cas estimés chaque année, le cancer est la première

Plus en détail

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération PLAN CANCER 2003-2007 Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération consolidant le plateau technique du Centre Hospitalier Sud Francilien dédié à la cancérologie Mercredi 19 décembre

Plus en détail

Le cancer cet ennemi commun

Le cancer cet ennemi commun Le cancer cet ennemi commun En France, 360 000 nouveaux cas par an. 1 homme sur 2 et 1 femme sur 3 touchés au cours de leur vie. en Languedoc-Roussillon, ICI il tue 20 personnes par jour. www.icm.unicancer.fr

Plus en détail

Cours coordonné de sénologie janvier 2002 Faculté de Médecine 4ème année Université de Lausanne. Imagerie du sein

Cours coordonné de sénologie janvier 2002 Faculté de Médecine 4ème année Université de Lausanne. Imagerie du sein Cours coordonné de sénologie janvier 2002 Faculté de Médecine 4ème année Université de Lausanne Imagerie du sein Dr. Domenico Lepori Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle, CHUV Lausanne

Plus en détail

Corps en transparence

Corps en transparence 1/5 Corps en transparence Pour chaque question, coche uniquement la bonne réponse CORPS EXPLORÉ 1. La radiographie X permet d obtenir des images : 2. Le scanner X permet d obtenir des images : 3. L IRM

Plus en détail

VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE

VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE INFOS PATIENTS SEIN - PATHOLOGIE MAMMAIRE VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE Bienvenue VOUS AVEZ RENDEZ-VOUS POUR UNE PREMIÈRE CONSULTATION EN SÉNOLOGIE. NOUS AVONS RÉALISÉ CETTE PLAQUETTE

Plus en détail

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Optimisation de la Dose en Radiologie C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Principes en radioprotection du patient Toute exposition du patient aux

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION TELE IMAGERIE ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER DE VALENCE L HOPITAL DE NYONS L HOPITAL DE BUIS LES BARONNIES

DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION TELE IMAGERIE ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER DE VALENCE L HOPITAL DE NYONS L HOPITAL DE BUIS LES BARONNIES DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION TELE IMAGERIE ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER DE VALENCE & L HOPITAL DE NYONS L HOPITAL DE BUIS LES BARONNIES VENDREDI 14 JUIN 2013 A 15 heures Salle de visioconférence Centre

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-011063 Imagerie du Grand Mantois 23 boulevard Duhamel Polyclinique de la Région Mantaise 78200 MANTES LA JOLIE

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-011063 Imagerie du Grand Mantois 23 boulevard Duhamel Polyclinique de la Région Mantaise 78200 MANTES LA JOLIE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 24 mars 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-011063 Imagerie du Grand Mantois 23 boulevard Duhamel Polyclinique de la Région Mantaise 78200 MANTES LA JOLIE Objet

Plus en détail

Ensemble, face aux cancers, aujourd hui et demain

Ensemble, face aux cancers, aujourd hui et demain Ensemble, face aux cancers, aujourd hui et demain Après deux années de travaux, l Institut de cancérologie du Gard (ICG) ouvrira prochainement ses portes afin de lutter contre les pathologies cancéreuses,

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Séminaire Dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Dr Olivier Scemama Adjoint au chef du service

Plus en détail

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 Cancer du sein 1 2 Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 1er cancer en fréquence et en mortalité de la femme 48.763 nouveaux cas 31,5 % des nouveaux cas de cancers de la femme 50 % des cancers

Plus en détail

Vous allez passer une IRM...

Vous allez passer une IRM... Vous allez passer une IRM... PP 001184-06 08 - Bayer Santé - SAS au capital de 47.857.291,14-706 580 149 RCS Nanterre Bayer Santé Division Bayer Schering Pharma www.bayerscheringpharma.fr Votre neurologue

Plus en détail

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 27 octobre 2015

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 27 octobre 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 27 octobre 2015 N/Réf. : CODEP-CAE-2015-042990 Fondation de la Miséricorde 15, Fossés Saint-Julien BP 100 14008 CAEN cedex 1 OBJET : Inspection

Plus en détail

Lyon, le 26/11/2013. Monsieur le directeur AREVA FBFC Romans-sur-Isère BP 1114 26 104 ROMANS-SUR-ISERE Cedex

Lyon, le 26/11/2013. Monsieur le directeur AREVA FBFC Romans-sur-Isère BP 1114 26 104 ROMANS-SUR-ISERE Cedex RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : Codep-Lyo-2013-064102 Lyon, le 26/11/2013 Monsieur le directeur AREVA FBFC Romans-sur-Isère BP 1114 26 104 ROMANS-SUR-ISERE Cedex Objet : Contrôle des installations

Plus en détail

DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN ACTUALITES RADIOLOGIQUES. Dr Sébastien ERRERA, Médecin radiologue Lille

DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN ACTUALITES RADIOLOGIQUES. Dr Sébastien ERRERA, Médecin radiologue Lille DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN ACTUALITES RADIOLOGIQUES Dr Sébastien ERRERA, Médecin radiologue Lille EPIDEMIOLOGIE 1 K chez la femme : 50000 nouveaux cas / an 1 femme sur 8 concernée! K sein = 30 % des K

Plus en détail

VOUS ALLEZ PASSER UNE IRM CÉRÉBRALE, QUE DEVEZ-VOUS SAVOIR?

VOUS ALLEZ PASSER UNE IRM CÉRÉBRALE, QUE DEVEZ-VOUS SAVOIR? VOUS ALLEZ PASSER UNE IRM CÉRÉBRALE, QUE DEVEZ-VOUS SAVOIR? Votre médecin vous a prescrit une IRM cérébrale. Cet examen, qui dure 15 à 30 minutes, se pratique dans un cabinet de radiologie ou dans un service

Plus en détail

Imagerie par résonance magnétique (IRM)

Imagerie par résonance magnétique (IRM) Imagerie par résonance magnétique (IRM) SÉMIOLOGIE S N C JY GAUVRIT I- IRM généralités Méthode numérique d imagerie Principe de la Résonance Magnétique Nucléaire Basée sur la richesse du corps en eau Et

Plus en détail

LE DACS RADIATION DOSE MONITOR. Le bon réflexe pour une optimisation de la dose

LE DACS RADIATION DOSE MONITOR. Le bon réflexe pour une optimisation de la dose LE DACS RADIATION DOSE MONITOR Le bon réflexe pour une optimisation de la dose Radiation Dose Monitor / QU EST-CE QU UN DACS? / Le DACS (Dose Archiving and Communication System) est à la dose ce que le

Plus en détail

La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique

La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique + La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique 15 ème Conférence des Fédérations Hospitalières des Antilles et de la Guyane Y. MARIE-SAINTE Directeur 28/04/2011 V1.0 + #

Plus en détail

Youssef Ech chaykhy Master TNRP

Youssef Ech chaykhy Master TNRP Youssef Ech chaykhy Master TNRP 1 1. Généralités PLAN 2. Protection contre les rayonnements ionisants 3. Principes de la protection contre l irradiation externe 4. Objectifs de la protection et de la sûreté

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

Centre Hospitalier. Pontoise. Chiffres. Clés

Centre Hospitalier. Pontoise. Chiffres. Clés Centre Hospitalier Pontoise Chiffres Clés 2013 Capacité d accueil 961 lits 40 SSR 10 psychiatrie infanto-juvénile/ adolescents 201 EHPAD psychiatrie 106 adultes 76 obstétrique 137 chirurgie 391 médecine

Plus en détail

BIOPSIE PAR ASPIRATION Sous stéréotaxie

BIOPSIE PAR ASPIRATION Sous stéréotaxie Vous avez appris qu une anomalie a été détectée lors de votre mammographie. Afin d investiguer cette anomalie, le radiologue a pris la décision d effectuer une biopsie par aspiration sous stéréotaxie.

Plus en détail

NOUVEAUTES 2015 INNOVATIONS

NOUVEAUTES 2015 INNOVATIONS TES 2015 INNOVATIONS STEPHANIX devient le premier fabricant français de matériel d imagerie médical obtenant la certification Origine France Garantie pour ses tables télécommandées. Notre table télécommandée

Plus en détail

Résonance magnétique (IRM)

Résonance magnétique (IRM) (IRM) Le médecin a prescrit une résonance magnétique (IRM) et vous vous demandez en quoi consiste cet examen. Afin de répondre à vos questions, voici quelques informations. But de l examen Les examens

Plus en détail

A l Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, Octobre Rose est l occasion de mettre en valeur la filière de soins dédiée au cancer du sein.

A l Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, Octobre Rose est l occasion de mettre en valeur la filière de soins dédiée au cancer du sein. OCTOBRE ROSE 2013 La campagne Octobre Rose a pour but d inciter les femmes de 50 à 74 ans à participer au dépistage organisé du cancer du sein. Une femme sur trois ne se fait pas dépister ou pas de manière

Plus en détail

INAUGURATION DE L IRM DEDIEE A LA CANCEROLOGIE ET DU SCANNER DES URGENCES

INAUGURATION DE L IRM DEDIEE A LA CANCEROLOGIE ET DU SCANNER DES URGENCES INAUGURATION DE L IRM DEDIEE A LA CANCEROLOGIE ET DU SCANNER DES URGENCES LUNDI 02 JUIN 2014 LE CONTEXTE AU CENTRE HOSPITALIER DE BETHUNE : Après des travaux d agrandissement et d aménagement au sein du

Plus en détail

La radioprotection appliquée à la radiologie en quelques mots. Pierre NAULET

La radioprotection appliquée à la radiologie en quelques mots. Pierre NAULET La radioprotection appliquée à la radiologie en quelques mots Pierre NAULET Quelques QCM L'irradiation naturelle par an en France est de l'ordre de : Ø A : 3 Gy Ø B : 3,5 msv Ø C : 3500 Bq Ø D : 10 msv

Plus en détail

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 7 février 2014 N/Réf. : CODEP-PRS-2014-004998 Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la

Plus en détail

L assurance d un partenaire expert

L assurance d un partenaire expert L assurance d un partenaire expert EDITO Les missions et raisons d'être de notre entreprise : l assurance du risque prévoyance individuel ou collectif et tous les risques liés aux personnes. La démarche

Plus en détail

MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS :

MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS : MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS : Le présent document remplace intégralement le volet préexistant. XI. PRISE EN CHARGE DES CANCERS 1. Rappel des objectifs

Plus en détail

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Enseignement de la sénologie M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Un constat En France pendant les études médicales environ 3 heures sont consacrées au cancer du sein et quasiment aucune

Plus en détail

La sûreté nucléaire et la radioprotection en Alsace & Lorraine

La sûreté nucléaire et la radioprotection en Alsace & Lorraine La sûreté nucléaire et la radioprotection en Alsace & Lorraine Bilan de l'année 2011 Strasbourg, le 3 juillet 2012 Marc HOELTZEL, délégué territorial de Strasbourg de l'asn Florien KRAFT, chef de la division

Plus en détail

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron à Saint-Louis Cancers & imagerie médicale Un progrès majeur pour une meilleure prise en charge des patients. Accroitre les possibilités

Plus en détail

DIVISION DE LYON Lyon, le 24 décembre 2014

DIVISION DE LYON Lyon, le 24 décembre 2014 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON Lyon, le 24 décembre 2014 N/Réf. : CODEP-LYO-2014-058026 INSTITUT DE SOUDURE INDUSTRIE 13, rue du Vercors 69660 CORBAS Objet : Inspection de la radioprotection du

Plus en détail

Ordonnance sur les formations et les activités autorisées en matière de radioprotection

Ordonnance sur les formations et les activités autorisées en matière de radioprotection Ordonnance sur les formations et les activités autorisées en matière de radioprotection (Ordonnance sur la formation en radioprotection) du 15 septembre 1998 (Etat le 1 er janvier 2008) Le Département

Plus en détail

DIVISION DE LILLE Lille, le 13 juillet 2015

DIVISION DE LILLE Lille, le 13 juillet 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 13 juillet 2015 CODEP- LIL-2015-027459 FM/NL SELARL Parc Bertin 90, rue Emile Morlaix 59500 DOUAI Objet : Inspection de la radioprotection référencée INSNP-LIL-2015-0578

Plus en détail

Haute précision diagnostique et exposition minimale aux rayons. Scanner. Informations pour médecins référents

Haute précision diagnostique et exposition minimale aux rayons. Scanner. Informations pour médecins référents Haute précision diagnostique et exposition minimale aux rayons Scanner Informations pour médecins référents Une technologie de pointe po Une technologie de pointe pour Une technologie une haute précision

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 30 JANVIER 2014 ST NAZAIRE SITE DE LA CITE SANITAIRE

DOSSIER DE PRESSE 30 JANVIER 2014 ST NAZAIRE SITE DE LA CITE SANITAIRE DOSSIER DE PRESSE 30 JANVIER 2014 ST NAZAIRE SITE DE LA CITE SANITAIRE Un service de médecine nucléaire va s installer dans les locaux de la Clinique Mutualiste de l'estuaire, pour une mise en place début

Plus en détail

La radioprotection du patient : quelques aspects pratiques -scanner et médecine nucléaire-

La radioprotection du patient : quelques aspects pratiques -scanner et médecine nucléaire- La radioprotection du patient : quelques aspects pratiques -scanner et médecine nucléaire- En radiologie conventionnelle 1. Tube radiogène produisant des rayons X 2. Faisceau incident homogène 3. Patient

Plus en détail

Fiches Réalisées Par La Société Française De Radiologie (SFR) Scanner

Fiches Réalisées Par La Société Française De Radiologie (SFR) Scanner Fiches Réalisées Par La Société Française De Radiologie (SFR) Madame, Monsieur, Scanner Un examen radiologique a été proposé pour votre enfant. Une information vous est fournie sur le déroulement de l

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-038422 Maison de Chirurgie - Clinique Turin Service de radiologie vasculaire 5-11, rue de Turin 75008 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-038422 Maison de Chirurgie - Clinique Turin Service de radiologie vasculaire 5-11, rue de Turin 75008 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 21 septembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-038422 Maison de Chirurgie - Clinique Turin Service de radiologie vasculaire 5-11, rue de Turin 75008 PARIS Objet

Plus en détail

catalogue des formations

catalogue des formations IRM radioprotection évaluation des pratiques professionnelles contrôle qualité http://manipinfo-esprimed-formation.com catalogue des formations 20161 Manip info et Esprimed lancent une nouvelle offre de

Plus en détail

Audition ONDPS de la spécialité Radiologie et Imagerie Médicale 15/02/2012

Audition ONDPS de la spécialité Radiologie et Imagerie Médicale 15/02/2012 et Audition ONDPS de la spécialité Radiologie et Imagerie Médicale 15/02/2012 1 Présentation de la profession de radiologue La démographie des professionnels en activité Les évolutions de l exercice de

Plus en détail

L'alliance des cliniques indépendantes. 4 cliniques de Midi-Pyrénées s unissent pour créer «Clinavenir, l alliance des cliniques indépendantes»

L'alliance des cliniques indépendantes. 4 cliniques de Midi-Pyrénées s unissent pour créer «Clinavenir, l alliance des cliniques indépendantes» Communiqué de presse Mars 2012 4 cliniques de Midi-Pyrénées s unissent pour créer «Clinavenir, l alliance des cliniques indépendantes» Toulouse, le 7 mars 2012 Quatre cliniques de la région Midi-Pyrénées,

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

Acquisition d un deuxième mammographe pour l unité de Sénologie du service de Radiologie. Dossier de presse

Acquisition d un deuxième mammographe pour l unité de Sénologie du service de Radiologie. Dossier de presse Acquisition d un deuxième mammographe pour l unité de Sénologie du service de Radiologie Dossier de presse Vendredi 4 Acquisition d un deuxième mammographe pour l unité de Sénologie du service de Radiologie

Plus en détail

L expérience des Hommes

L expérience des Hommes L expérience des Hommes audia est un cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes, fort d une équipe qualifiée et experte installée au Maroc à Casablanca. Notre cabinet vous apportera l

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Le Centre hospitalier de Valence se classe parmi les meilleurs hôpitaux et cliniques de France selon le Palmarès 2014 du Point. Infarctus du myocarde = 20ème/635 hôpitaux AVC = 28ème/788

Plus en détail

radiologiques afin d approcher leur nature bénigne ou maligne

radiologiques afin d approcher leur nature bénigne ou maligne Microcalcifications mammaires :comment s en sortir? J El Azizi El Alaoui, R Latib, B Benayada, L Jroundi, I Chami, N Boujida Service d Imagerie Médicale Institue d Oncologie Rabat Maroc Introduction L

Plus en détail