Principes généraux de gestion d un cabinet libéral. Dr J.Ph. Masson 8 avril

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Principes généraux de gestion d un cabinet libéral. Dr J.Ph. Masson 8 avril 2014 1"

Transcription

1 Principes généraux de gestion d un cabinet libéral Dr J.Ph. Masson 8 avril

2 Le radiologue libéral Aspects médico-économiques, juridiques, responsabilité, assurances,. Structures coopératives : GIE, GCS, PPC, Dr J.Ph. Masson 8 avril

3 Le radiologue libéral Aspects médico-économiques, juridiques, responsabilité, assurances,. Structures coopératives : GIE, GCS, PPC, Dr J.Ph. Masson 8 avril

4 Le radiologue libéral Un médecin! Formé à la clinique, puis spécialisé pendant 4 à 7 ans, au total 11 à 14 ans de formation C est un acteur stratégique de l hospitalisation publique ou privée au travers de la permanence et de la continuité des soins Il a un rôle majeur dans le parcours de soins, en raison de sa position centrale Il assume la plupart du temps le rôle de PCR dans son groupe Dr J.Ph. Masson 8 avril

5 Le radiologue libéral Diagnostic Son métier Dépistage (cancer du sein, obstétrique) Traitement (interventionnel) Dr J.Ph. Masson 8 avril

6 Le radiologue libéral Un chef d entreprise! Chaque médecin radiologue libéral emploie en moyenne : 2 ETP* de personnels administratifs 3 ETP* de manipulateurs 0.5 ETP* entretien. Au total : emplois directs en France. Chaque médecin radiologue libéral investit sur ses fonds propres par an pour son outil de travail. Il paye un montant équivalent en maintenance des matériels. Un médecin radiologue libéral gagne en moyenne euros par an avant charges personnelles : 5 ème rang des professions médicales. Dr J.Ph. Masson 8 avril

7 Le radiologue libéral Aspects médico-économiques, juridiques, responsabilité, assurances,. Structures coopératives : GIE, GCS, PPC, Dr J.Ph. Masson 8 avril

8 Dr J.Ph. Masson 8 avril 2014 N

9 Les différents types de société Généralités Toute société comporte des statuts et un règlement intérieur L arrivée d un nouvel associé entraine une modification des statuts Les statuts doivent être validés par le conseil départemental de l ordre Tenue d assemblée générale annuelle Les conseils d un avocat ou d un notaire et d un expert comptable sont indispensables Dr J.Ph. Masson 8 avril

10 Les différents types de société Société de fait : Personnes physiques ou morales n'ayant pas exprimé leur volonté de constituer une société mais se comportant «de fait» comme des associés. La société de fait n'étant pas immatriculée au RCS, ne bénéficie pas de la personnalité morale. Chaque «associé» agit en son nom, mais pour le compte de tous Partage ou non des honoraires après paiement des charges Dr J.Ph. Masson 8 avril

11 Les différents types de société Société Civile de Moyen (SCM) : La société a pour objet exclusif la mise en commun des moyens utiles à l'exercice de la profession de ses membres en veillant au respect de la liberté de choix par le malade et de l'indépendance technique et morale de chaque associé Elle peut notamment acquérir, louer, vendre, échanger les installations et appareillages nécessaires. Elle peut encore engager le personnel auxiliaire nécessaire et plus généralement, procéder à toutes opérations financières, mobilières et immobilières, se rapportant à l'objet social et n'altérant pas son caractère civil. Capital social composé d un apport en numéraire mais aussi en matériel Les parts sont nantissables pour garantir le paiement d'engagements concourant directement à l'exercice de la profession des associés Plusieurs lieux d exercice possibles Un ou plusieurs gérants élus Dr J.Ph. Masson 8 avril

12 Les différents types de société Société Civile Professionnelle (SCP): La société a pour objet l'exercice en commun par ses membres de la profession médicale, avec mise en commun des honoraires perçus en raison de cette activité. Personne morale, inscrite au registre du commerce Il ne peut y avoir qu un seul lieu d exercice Parts d industrie : «actions» dont la répartition implique la quotte part des bénéfices Parts sociales : représentent le capital social de la société Gérée par un ou plusieurs gérants élus Dr J.Ph. Masson 8 avril

13 Les différents types de société Société d Exercice Libéral (SEL ou SELARL) : Plus de 50% des radiologues L exercice de la médecine est, en vertu de la loi, l objet exclusif d une SEL de médecins. La société ne peut donc pas effectuer «d opérations industrielles et commerciales». La SELARL peut accomplir toute opération financière, civile, immobilière, se rattachant à son objet et de nature à favoriser son extension ou son développement. Société de type «commercial» : parts sociales dont le nombre permet la distribution des dividendes (1% minimum) Médecins «salariés» avec salaire indépendant du nombre de parts Un ou plusieurs gérants 5 lieux d exercice théoriques mais possibilité de plus maintenant Dr J.Ph. Masson 8 avril

14 GESTION FINANCIERE La société : Dépend du type juridique Budgets prévisionnels Règles comptables adaptées Assistance d un expert comptable Adhésion à une association de gestion (AGA) Le radiologue : Dépend aussi du statut juridique Charges personnelles (CARMF et URSSAF) prises en charge par les SELARL A payer par chacun dans les autres structures Négociation avec la direction Redevances clinique : Dr J.Ph. Masson 8 avril

15 GESTION DU PERSONNEL Relations humaines Organigramme Gestion des plannings (cadre) Délégué du personnel si > 10 Comité d entreprise si >50 Dr J.Ph. Masson 8 avril

16 ASSURANCES Indispensables Pour la société : Responsabilité civile générale Assurance locaux, matériels Perte d exploitation Pour le radiologue : Responsabilité civile professionnelle (RCP) Assurance prévoyance-retraite complémentaire Régime matrimonial Déclaration d insaisissabilité Dr J.Ph. Masson 8 avril

17 SYNDICATS PROFESSIONNELS SOCIETE SAVANTE Dr J.Ph. Masson 8 avril

18 Le radiologue libéral Aspects médico-économiques, juridiques, responsabilité, assurances,. Structures coopératives : GIE, GCS, PPC Dr J.Ph. Masson 8 avril

19 GIE Regroupement d entreprises préexistantes dont le but est de faciliter ou de développer l activité économique de ses membres, d améliorer ou d accroître les résultats de cette activité mais pas de réaliser des bénéfices pour lui-même. Les membres peuvent être des personnes physiques ou morales. Le G.I.E. peut être constitué sans capital. Droit privé Conseil d administration avec bureau Contrôleur des comptes et contrôleur de gestion Constitué pour une période déterminée, nécessaire à l accomplissement de ses objectifs. Déclaré au RCS Très courant (équipements lourds) et grande souplesse de fonctionnement Dr J.Ph. Masson 8 avril

20 GCS Structure de coopération disposant de la personnalité morale. Peut être une personne morale de droit public ou de droit privé : - Personne morale de droit public si les membres adhérents sont uniquement des établissements ou organismes publics ou sont des établissements ou organismes publics et des professionnels médicaux libéraux - Personne morale de droit privé si les membres adhérents sont des établissements ou personnes privés - Dans les autres cas (non définis par la loi) : le GCS sera de droit privé ou de droit public en fonction des apports ou des participations de ses membres. Un des membres au moins du GCS doit être un établissement de santé. Obligatoirement un but non lucratif (ce qui n interdit pas les bénéfices). Dr J.Ph. Masson 8 avril

21 GCS Objet largement défini. Aux termes de l'article L du Code de la santé publique, il s'agit de faciliter, d'améliorer ou de développer l'activité de ses membres. Permet ainsi de développer des projets communs, de gérer des équipements communs et de réaliser des interventions communes de personnels (restent régis par leurs statuts initiaux). Peut être autorisé à assurer l'exploitation d'une autorisation détenue par l'un de ses membres La convention constitutive du groupement doit être approuvée et publiée par le directeur de l'ars. (Téléradiologie en régions) CA et AG Dr J.Ph. Masson 8 avril

22 APPLICATION PRATIQUE Le Projet Professionnel Commun Dr J.Ph. Masson 8 avril

23 LES RADIOLOGUES DEMOGRAPHIE NOUVELLES TECHNIQUES ET INDICATIONS SPECIALISATION D ORGANE TEMPS MEDECIN Radiologues publics/libéraux 2009 : : Dr J.Ph. Masson 8 avril

24 LES EQUIPEMENTS Scanners par million d habitants Dr J.Ph. Masson 8 avril

25 LES EQUIPEMENTS IRM par million d habitants Dr J.Ph. Masson 8 avril

26 LE TERRITOIRE 96 % des médecins généralistes jugent important ou très important de disposer d un cabinet de radiologie de proximité 95 % sont satisfaits ou très satisfaits de l apport médico-technique des cabinets de proximité (Imago) 23% 3% 1% Oui, tout à fait 73% Oui, plutôt Non, pas tellement Non, pas du tout Dr J.Ph. Masson 8 avril

27 LE TERRITOIRE LE PATIENT CIRCULE ENTRE STRUCTURES PUBLIQUES ET PRIVÉES Dr J.Ph. Masson 8 avril

28 CONCLUSION Clivage secteurs public / libéral n a plus de raison d être Organisation nouvelle de l imagerie médicale : Le Projet Professionnel Commun Dr J.Ph. Masson 8 avril

29 LE PROJET PROFESSIONNEL Objectifs nouvelle organisation imagerie : Assurer l accès aux soins Garantir la qualité des soins Fluidifier le parcours de soins Optimiser les séjours hospitaliers 5 axes pour une nouvelle organisation: Penser l imagerie au niveau d une zone géographique : POSIM (pôle sectoriel d imagerie médicale) Favoriser la qualité et la bonne gestion des indications Favoriser le déploiement de la téléradiologie Concevoir les outils juridiques adaptés (GIE, GCS) Obtenir plus de souplesse et d homogénéité dans la gestion des statuts Dr J.Ph. Masson 8 avril

30 CONCLUSION L exercice isolé n existe plus Nombreuses possibilités juridiques => conseils spécialisés Assurances Mode d activité complet : médecin + chef d entreprise Organisation nouvelle de l imagerie médicale : coopérations public privé Dr J.Ph. Masson 8 avril

Principes généraux de gestion d un cabinet libéral. Dr Jean-Christophe Delesalle Secrétaire Général FNMR 23 Avril 2015 1

Principes généraux de gestion d un cabinet libéral. Dr Jean-Christophe Delesalle Secrétaire Général FNMR 23 Avril 2015 1 Principes généraux de gestion d un cabinet libéral 23 Avril 2015 1 Gestion d un cabinet libéral Le radiologue libéral Aspects médico-économiques, juridiques, responsabilité, assurances,. Structures coopératives

Plus en détail

Principes généraux de gestion d un cabinet libéral. Dr Jean-Christophe Delesalle Secrétaire Général FNMR 10 Décembre 2015 1

Principes généraux de gestion d un cabinet libéral. Dr Jean-Christophe Delesalle Secrétaire Général FNMR 10 Décembre 2015 1 Principes généraux de gestion d un cabinet libéral 10 Décembre 2015 1 Gestion d un cabinet libéral Le radiologue libéral Aspects médico-économiques Modes d exercice : aspects juridiques, types de sociétés,

Plus en détail

Etat des lieux des outils de coopération

Etat des lieux des outils de coopération Etat des lieux des outils de coopération 29 mars 2011 Atika UHEL, Directrice de Cabinet XX/XX/XX La rénovation des modes de coopération par la loi HPST Objectif : Actualiser les structures juridiques afin

Plus en détail

URPS. Les modes de collaboration des professions médicales et paramédicales. Caen, le 15 mai 2014

URPS. Les modes de collaboration des professions médicales et paramédicales. Caen, le 15 mai 2014 URPS Les modes de collaboration des professions médicales et paramédicales Caen, le 15 mai 2014 Animé par Jean-Yves DUPUY Expert comptable Associé SOMMAIRE 1. Quels sont les différents modes de collaboration

Plus en détail

Maison de santé / Pôle de santé Enjeux juridiques

Maison de santé / Pôle de santé Enjeux juridiques Maison de santé / Pôle de santé Enjeux juridiques Séminaire d échange de pratiques à destination des médecins libéraux Samedi 26 Novembre 2011 Maître Caroline KAMKAR (Avocat au Barreau de Lille) Maisons

Plus en détail

Votre installation en libéral

Votre installation en libéral Votre installation en libéral Au moment de votre installation et dans votre exercice au quotidien, l Assurance Maladie souhaite vous accompagner à chaque étape clé de votre vie professionnelle et renforcer

Plus en détail

Remplacement et installation libérale en cardiologie

Remplacement et installation libérale en cardiologie Remplacement et installation libérale en cardiologie Séminaire de DES Dr Benoit LEQUEUX b.lequeux@chu poitiers.fr La problématique Installation = Création d une micro entreprise Aucune formation àcet exercice

Plus en détail

Les exercices cliniques en ville

Les exercices cliniques en ville SOIREE INSTALLATION Les exercices cliniques en ville Dr Philippe Renard URPS médecins 27 juin 2012 Hôtel Scipion Les exercices cliniques en ville 1. OU? 2. QUAND? 3. COMMENT? 4. COMBIEN? www.soignereniledefrance.org

Plus en détail

Sociétés de capitaux : les sociétés d exercice libéral. Jean VILANOVA jean.vilanova@ca-predica.fr

Sociétés de capitaux : les sociétés d exercice libéral. Jean VILANOVA jean.vilanova@ca-predica.fr Sociétés de capitaux : les sociétés d exercice libéral jean.vilanova@ca-predica.fr Généralités Définition du praticien libéral Les raisons du succès de l exercice associé L organisation d un cabinet de

Plus en détail

L accès aux plateaux techniques des établissements publics de santé par les sages-femmes libérales

L accès aux plateaux techniques des établissements publics de santé par les sages-femmes libérales L accès aux plateaux techniques des établissements publics de santé par les sages-femmes libérales 1. Le principe : Le code de la santé publique permet à un établissement public de santé d associer un

Plus en détail

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE REMPLIR VOTRE DECLARATION DE CESSATION DES PAIEMENTS

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE REMPLIR VOTRE DECLARATION DE CESSATION DES PAIEMENTS A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE REMPLIR VOTRE DECLARATION DE CESSATION DES PAIEMENTS Seul le représentant légal de la société ou de l entreprise est habilité à effectuer une déclaration de cessation des

Plus en détail

FEDERATION DES BARREAUX D EUROPE. Congrès Général de Bruges. 22 mai 2009. Questionnaire sur le financement des cabinets d avocats

FEDERATION DES BARREAUX D EUROPE. Congrès Général de Bruges. 22 mai 2009. Questionnaire sur le financement des cabinets d avocats 15/05/2009 FEDERATION DES BARREAUX D EUROPE Congrès Général de Bruges 22 mai 2009 Questionnaire sur le financement des cabinets d avocats Rapport pour la France par Le Bâtonnier Jean-Marie Burguburu Président

Plus en détail

LES REGLES BUDGETAIRES ET COMPTABLES DU GCS

LES REGLES BUDGETAIRES ET COMPTABLES DU GCS Fiche technique 5 LES REGLES BUDGETAIRES ET COMPTABLES DU GCS Références : Articles L. 6133-1 et suivants du code de la santé publique (CSP) ; Articles R. 6133-1 et suivants du CSP. La détermination des

Plus en détail

Les outils de la coopération - Sous-traitances, GCS, GCSMS Journée d hiver du Synprefh 18 janvier 2011

Les outils de la coopération - Sous-traitances, GCS, GCSMS Journée d hiver du Synprefh 18 janvier 2011 Les outils de la coopération - Sous-traitances, Cécilia Mateus Paule Kujas Bureau Qualité et Sécurité des Soins PF2 DGOS - SDPF GCS, GCSMS Journée d hiver du Synprefh 18 janvier 2011 Les différents cadres

Plus en détail

L INSTALLATION DU MEDECIN LIBERAL PARIS 8 JUIN 2007

L INSTALLATION DU MEDECIN LIBERAL PARIS 8 JUIN 2007 L INSTALLATION DU MEDECIN LIBERAL PARIS 8 JUIN 2007 L INSTALLATION DU PROFESSIONNEL LIBERAL Dépenses de base Dépenses accessoires Problèmes dominants Création de cabinet Matériel Aménagements Véhicule

Plus en détail

Modes de collaboration inter-hospitaliers en biologie médicale. Hervé TANGUY Directeur Centre de droit JuriSanté CNEH

Modes de collaboration inter-hospitaliers en biologie médicale. Hervé TANGUY Directeur Centre de droit JuriSanté CNEH Modes de collaboration inter-hospitaliers en biologie médicale Hervé TANGUY Directeur Centre de droit JuriSanté CNEH 1 Sommaire Pourquoi collaborer? Quels vecteurs juridiques? Qu est-ce que le contrat

Plus en détail

Me Catherine Torlotin Dr Frédéric Lefèvre Essey les Nancy

Me Catherine Torlotin Dr Frédéric Lefèvre Essey les Nancy Qualité en Santé Expérience Me Catherine Torlotin Dr Frédéric Lefèvre Essey les Nancy Imagerie de Nancy Est : Qui sommes nous? Société créée en 1988 pour gérer l autorisation d un scanner Aujourd hui :

Plus en détail

La société interprofessionnelle de soins ambulatoires 12 /2012. Jean VILANOVA Juriste jean.vilanova@ca-predica.fr

La société interprofessionnelle de soins ambulatoires 12 /2012. Jean VILANOVA Juriste jean.vilanova@ca-predica.fr La société interprofessionnelle de soins ambulatoires 12 /2012 Jean VILANOVA Juriste jean.vilanova@ca-predica.fr Le décret n 2012-407 du 23 /03 /2012 (JO du 25 /03) relatif aux sociétés interprofessionnelles

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION TELE IMAGERIE ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER DE VALENCE L HOPITAL DE NYONS L HOPITAL DE BUIS LES BARONNIES

DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION TELE IMAGERIE ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER DE VALENCE L HOPITAL DE NYONS L HOPITAL DE BUIS LES BARONNIES DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION TELE IMAGERIE ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER DE VALENCE & L HOPITAL DE NYONS L HOPITAL DE BUIS LES BARONNIES VENDREDI 14 JUIN 2013 A 15 heures Salle de visioconférence Centre

Plus en détail

L Entrepreneur Individuel (E.I.R.L)

L Entrepreneur Individuel (E.I.R.L) L Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (E.I.R.L) L EIRL Définition L EIRL : Pourquoi? Comment? Mise en garde Formalités Coûts des formalités Régime fiscal Définition Régime social Avantages

Plus en détail

Tous les conseils pour créer ou reprendre une entreprise. Le carnet de route CHAMBRE DE METIERS

Tous les conseils pour créer ou reprendre une entreprise. Le carnet de route CHAMBRE DE METIERS Tous les conseils pour créer ou reprendre une entreprise 1 Le carnet de route C H A M B R E S D E M É T I E R S CHAMBRE DE METIERS A P C M LE CARNET DE ROUTE DU CRÉATEUR REPRENEUR Ce carnet de route est

Plus en détail

TABLEAU DE FONCTIONS ET ACTIVITES COMPATIBLES AVEC LE STATUT D EXPERT-COMPTABLE

TABLEAU DE FONCTIONS ET ACTIVITES COMPATIBLES AVEC LE STATUT D EXPERT-COMPTABLE TABLEAU DE FONCTIONS ET ACTIVITES COMPATIBLES AVEC LE STATUT D EXPERT-COMPTABLE L activité principale de l expert-comptable doit être l expertise comptable telle que définie à l article 2, alinéas 1 et

Plus en détail

STATUTS D UNE SOCIETE CIVILE DE MOYENS

STATUTS D UNE SOCIETE CIVILE DE MOYENS STATUTS D UNE SOCIETE CIVILE DE MOYENS Modèle commenté de l Ordre national des infirmiers Rappel : La liberté contractuelle est un principe fondamental en droit civil français. Ainsi les parties qui envisagent

Plus en détail

Les étapes de l installation réussie

Les étapes de l installation réussie S installer dans les Yvelines Les étapes de l installation réussie www.soignereniledefrance.org Dr Eric Chardin Elu URPS médecins Ile-de-France & Trésorier du CDOM 78 Dr Charlotte Clarke Médecin généraliste

Plus en détail

Taux d admission. Débouchés supposés. Aix-Mars. III. M2 mixte Droit et gouvernance des énergies

Taux d admission. Débouchés supposés. Aix-Mars. III. M2 mixte Droit et gouvernance des énergies Universités Intitulés Taux d admission Débouchés supposés Aix-Mars. III M2 mixte Droit et gouvernance des énergies M2 mixte Droit international et européen de l environnement Agent des services juridiques

Plus en détail

CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD

CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD Qu est-ce que le réseau LCD? Le réseau Lutter Contre la Douleur a pour objectif d améliorer la prise en charge des patients douloureux chroniques.

Plus en détail

Consultation pour une mission d expertise comptable. Dossier de consultation

Consultation pour une mission d expertise comptable. Dossier de consultation Consultation pour une mission d expertise comptable Dossier de consultation Cahier des clauses techniques particulières - CCTP octobre 2010 LD/SO/ND Lozère Développement Consultation Experts Comptable

Plus en détail

PRESENTATION DU PORTEUR DE PROJET ET DE SES ASSOCIES

PRESENTATION DU PORTEUR DE PROJET ET DE SES ASSOCIES PRESENTATION DU PORTEUR DE PROJET ET DE SES ASSOCIES ETAT CIVIL Nom : Prénom : Adresse : Code Postal : Ville : Date de naissance : Lieu de naissance : FORMATION EXPERIENCE PROFESSIONNELLE PRESENTATION

Plus en détail

Médecins. Date : 04 08 2012 Mise en place des nouvelles options conventionnelles relatives à la démographie

Médecins. Date : 04 08 2012 Mise en place des nouvelles options conventionnelles relatives à la démographie Médecins Date : 04 08 2012 Mise en place des nouvelles options conventionnelles relatives à la démographie La convention nationale des médecins libéraux, signée le 26 juillet 2011, a défini dans son article

Plus en détail

Date et lieu de naissance : N Téléphone : Situation matrimoniale : N de portable : Domicile :

Date et lieu de naissance : N Téléphone : Situation matrimoniale : N de portable : Domicile : DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCÉDURE DE SAUVEGARDE Le chef d entreprise ci-après dénommé : Nom, prénom : Nationalité : Date et lieu de naissance : N Téléphone : Situation matrimoniale : N de portable :

Plus en détail

LES DIFFERENTS MODES D ASSOCIATION

LES DIFFERENTS MODES D ASSOCIATION LES DIFFERENTS MODES D ASSOCIATION L EXERCICE REGROUPÉ RECOUPE DEUX RÉALITÉS : 1 - IL PEUT S AGIR D UN REGROUPEMENT DE MOYENS UNIQUEMENT Dans une conjoncture économique difficile, le partage d investissement

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

Sources: CNAMTS (Point de repère n 26, page 4 -donn ées 2008)

Sources: CNAMTS (Point de repère n 26, page 4 -donn ées 2008) Scanner RX Bases médico-économiques économiques Michel Claudon, Nancy DES de Radiologie et Imagerie Médicale Paris / Janvier 2010 Le coût annuel de l imagerie en France secteur public- secteur libéral

Plus en détail

MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE. Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2)

MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE. Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2) MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2) 1 - SCP Radiolor 2 - CHU de Nancy MODE D EXERCICE DU PRATICIEN Choix

Plus en détail

2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé

2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé Atelier n 11 Monter un parcours de soins sur une approche territoriale ciblée 2 ans du Pôle Autonomie Santé Information en Essonne : Un GCSMS au service d un projet coopératif de santé Françoise ELLIEN,

Plus en détail

Le cabinet médical : budget et gestion efficace

Le cabinet médical : budget et gestion efficace Le cabinet médical : budget et gestion efficace Animateur : Dr Jean-Luc SEEGMULLER, Trésorier de l URML-Alsace Dr Pascal CHARLES, Vice Président de l URML-Alsace, M. Stéphane PIERRE, Expert comptable,

Plus en détail

CRÉER ET DEVELOPPER VOTRE ENTREPRISE

CRÉER ET DEVELOPPER VOTRE ENTREPRISE Page CRÉER ET DEVELOPPER VOTRE ENTREPRISE Les conseils de l expert-comptable Salon de la création de l entreprises 18/10/2008 Page Intervenants Agnès Bricard Expert-comptable, Commissaire aux comptes Page

Plus en détail

VADE-MECUM D EXERCICE LIBERAL

VADE-MECUM D EXERCICE LIBERAL Commission nationale d Entraide VADE-MECUM D EXERCICE LIBERAL Conseil national de l Ordre des médecins nov. 2004 (MAJ nov. 2006) Formalités administratives obligatoires pour l exercice de la médecine Exigées

Plus en détail

HIMSS- WoHIT le : 3 avril 2014 Olivier Zmirou

HIMSS- WoHIT le : 3 avril 2014 Olivier Zmirou 1 HIMSS- WoHIT le : 3 avril 2014 Olivier Zmirou Alsace e-santé Le GCS Alsace e-santé développe une expertise reconnue dans les technologies de l information et de la communication appliquées à la santé.

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 8 janvier 2015 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 8 janvier 2015 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 8 janvier 2015 LA CROISSANCE ET L'ACTIVITÉ - (N 2447) RETIRÉ AVANT DISCUSSION AMENDEMENT N o SPE1554 présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L'ARTICLE 21,

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

AGENT DE VOIRIE POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE MISSIONS

AGENT DE VOIRIE POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE MISSIONS Direction des Ressources humaines AGENT DE VOIRIE DANS UN CENTRE D EXPLOITATION DÉPARTEMENTAL POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Routes Service : Centre Technique Départemental

Plus en détail

LES SYNDICATS. Rôle et objet Pourquoi se syndiquer Dr Jean MOGADE, Médecin Généraliste. Rencontre du 12 mars 2014

LES SYNDICATS. Rôle et objet Pourquoi se syndiquer Dr Jean MOGADE, Médecin Généraliste. Rencontre du 12 mars 2014 LES SYNDICATS Rôle et objet Pourquoi se syndiquer Dr Jean MOGADE, Médecin Généraliste Rencontre du 12 mars 2014 Définition - Historique Définition générale du Larousse : Groupement constitué pour la défense

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

Statuts des sociétés. Comité de pilotage régional. Centrales Villageoises Photovoltaïques. 3 avril 2012 Pont-en-Royans. Certifié ISO 14001

Statuts des sociétés. Comité de pilotage régional. Centrales Villageoises Photovoltaïques. 3 avril 2012 Pont-en-Royans. Certifié ISO 14001 Statuts des sociétés Comité de pilotage régional Centrales Villageoises Photovoltaïques 3 avril 2012 Pont-en-Royans Sommaire Rappel des formes juridiques et choix des territoires Les avis exprimés suite

Plus en détail

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME 31.03.2010 Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME Jean NICOLET 31.03.2010 Membre de la Commission

Plus en détail

J envisage d investir

J envisage d investir AIDE AUX TRES PETITES ENTREPRISES J envisage d investir Dossier de demande d avance Vous devez déposer votre dossier avant de réaliser vos projets Comment remplir votre dossier de demande d aide? Pour

Plus en détail

Centre Hospitalier de Rouffach - 68250. mch Broggini - Analyse de Gestion

Centre Hospitalier de Rouffach - 68250. mch Broggini - Analyse de Gestion Centre Hospitalier de Rouffach - 68250 Présentation du CH de Rouffach Le service AG & DIM L analyse de Gestion au CH Les outils d aide à la décision Le dialogue de gestion Présentation du CH de Rouffach

Plus en détail

Le projet de CLISSON: pour quel territoire? Projet de santé libéral de Clisson 2002 2005 Avril 2007 2011 2012

Le projet de CLISSON: pour quel territoire? Projet de santé libéral de Clisson 2002 2005 Avril 2007 2011 2012 Le projet de CLISSON: pour quel territoire? Projet de santé libéral de Clisson, 6000 habitants, à 30 km au sud-est de Nantes, zone en forte croissance de population mais pas encore déficitaire en médecin

Plus en détail

Bien choisir son statut : la personnalisation est essentielle. Animé par : Aurélien DEMAURE

Bien choisir son statut : la personnalisation est essentielle. Animé par : Aurélien DEMAURE Bien choisir son statut : la personnalisation est essentielle Animé par : Aurélien DEMAURE Le cadre juridique L entreprise en nom propre L EIRL La société Les critères à retenir Le régime fiscal de l entrepreneur

Plus en détail

La protection sociale en santé au Togo. BIGNANDI Palakimyém Directeur Général de la Protection Sociale Kpalimé, 07 mai 2014

La protection sociale en santé au Togo. BIGNANDI Palakimyém Directeur Général de la Protection Sociale Kpalimé, 07 mai 2014 La protection sociale en santé au Togo BIGNANDI Palakimyém Directeur Général de la Protection Sociale Kpalimé, 07 mai 2014 Plan Introduction Structures de gestion du risque maladie Mode d adhésion Cadre

Plus en détail

FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX

FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX I. Différentes formes juridiques d exercice de son activité : L entreprise individuelle ou la Société - A :

Plus en détail

WAGRAM CONSULTING sarl. 5 rue Villaret de Joyeuse 75017 Paris. Tel : 01 80 87 44 24. www.wagram-portage.fr. contact@wagramconsulting.

WAGRAM CONSULTING sarl. 5 rue Villaret de Joyeuse 75017 Paris. Tel : 01 80 87 44 24. www.wagram-portage.fr. contact@wagramconsulting. Depuis 2008, Wagram Consulting offre aux consultants la possibilité d exercer leur activité en toute indépendance en les libérant des contraintes administratives. Le portage salarial est reconnu par les

Plus en détail

GESTION D UN SCANNER

GESTION D UN SCANNER MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE GESTION D UN SCANNER DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE Dr F Lefèvre (1-2-3), Pr M Claudon (2-3) 1 - Radiolor 2 - CHU de Nancy 3 GCS Bois le

Plus en détail

Installation en cabinet: tout ce que je devrais savoir et

Installation en cabinet: tout ce que je devrais savoir et Installation en cabinet: tout ce que je devrais savoir et que je n ai nai jamais appris Drs. N. Jaunin-Stalder, S. Pfaender N. Junod Perron Oct 2015 Intervenants extérieurs N. Jaunin-Stalder: travaille

Plus en détail

HOPITAL MUTUALISTE des COTES D ARMOR

HOPITAL MUTUALISTE des COTES D ARMOR HOPITAL MUTUALISTE des COTES D ARMOR Présentation BINIC 2 octobre 2013 1 Le contexte briochin de l offre privée Centre hospitalier privé de Saint Brieuc 410 salariés et 105 Médecins Projet médical Polyclinique

Plus en détail

«Sous-section 1 : Dispositions générales

«Sous-section 1 : Dispositions générales Version octobre 2008 DHOS/O1/DOCUMENT DE TRAVAIL MINISTERE DE LA SANTE, DE la JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE REPUBLIQUE FRANÇAISE PROJET DE DECRET relatif aux conditions d implantation applicables

Plus en détail

Expression de besoins et solution proposée

Expression de besoins et solution proposée Expression de besoins et solution proposée Vous souhaitez pour la catégorie ci-dessus mentionnée : Une couverture modulable pour tous leurs frais de santé (hospitalisation, soins courants- pharmacie, optique,

Plus en détail

LES FORMES JURIDIQUES

LES FORMES JURIDIQUES 1 LES FORMES JURIDIQUES Les structures juridiques de l Entreprise Il existe deux types de structures juridiques: L Entreprise Individuelle ou E.I. et l E.I. Responsabilité Limitée La société et plus particulièrement

Plus en détail

De la SISA aux nouveaux modes de rémunération : Quelles avancées pour les Maisons de santé pluriprofessionnelles?

De la SISA aux nouveaux modes de rémunération : Quelles avancées pour les Maisons de santé pluriprofessionnelles? De la SISA aux nouveaux modes de rémunération : Quelles avancées pour les Maisons de santé pluriprofessionnelles? Docteur Christian VEDRENNE, Médecin généraliste, Gérant de la MSP de Saint Paul de Fenouillet

Plus en détail

Kit Procédures collectives

Kit Procédures collectives Kit Procédures collectives Déposer une demande d ouverture de procédure de sauvegarde Contient : Notice pour remplir les intercalaires du formulaire (p.2) Liste des documents à produire (p.3) Formulaire

Plus en détail

UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE. pour développer et pérenniser les centres de santé

UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE. pour développer et pérenniser les centres de santé UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE pour développer et pérenniser les centres de santé LES SOINS DE PREMIERS RECOURS CARACTÉRISTIQUES ET RÔLE DES CENTRES DE SANTÉ Les différentes formes d exercice médical regroupé

Plus en détail

UNIM. Prévoyance Complémentaire Santé Garantie des emprunts. Professionnels de la Santé. www.allianz.fr www.unim.asso.fr

UNIM. Prévoyance Complémentaire Santé Garantie des emprunts. Professionnels de la Santé. www.allianz.fr www.unim.asso.fr Professionnels de la Santé UNIM Prévoyance Complémentaire Santé Garantie des emprunts www.allianz.fr www.unim.asso.fr Union Nationale pour les Intérêts de la Médecine La prévoyance Une gamme de contrats

Plus en détail

Créateurs d Entreprises

Créateurs d Entreprises 6 Régime Social des Travailleurs Indépendants Créateurs d Mise à jour Octobre 2011 RETRAITE PRÉVOYANCE SANTÉ ÉPARGNE 1 Historique Valeurs du Groupe Implantations Un métier : la protection sociale Chiffres

Plus en détail

Gynécologie Obstétrique

Gynécologie Obstétrique Firma BRAINS CONSULTING RECRUTEAZA MEDICI SPECIALISTI PENTRU SPITALE PUBLICE SI PRIVATE DIN Franta! Gynécologie Obstétrique Spécialiste en Gynécologie Obstétrique Clinique Salaire : Clinique Praticien

Plus en détail

LA MARCHANDISATION DE L ÉDUCATION : PROBLÉMATIQUES DE L OFFRE PRIVÉE DANS LES CYCLES PRIMAIRE ET SECONDAIRE

LA MARCHANDISATION DE L ÉDUCATION : PROBLÉMATIQUES DE L OFFRE PRIVÉE DANS LES CYCLES PRIMAIRE ET SECONDAIRE LA MARCHANDISATION DE L ÉDUCATION : PROBLÉMATIQUES DE L OFFRE PRIVÉE DANS LES CYCLES PRIMAIRE ET SECONDAIRE Questionnaire 1. Existe-t-il un ou plusieurs textes fondant la distinction entre l enseignement

Plus en détail

Quelle structure et quel statut pour le créateur?

Quelle structure et quel statut pour le créateur? 14-15 octobre 2010 - Parc Expo RENNES Aéroport - Bruz Quelle structure et quel statut pour le créateur? Animé par : Yves Fréard, Expert-Comptable Choix de la Structure Juridique Entreprise individuelle

Plus en détail

Comment s installer : Médecins

Comment s installer : Médecins KPMG S.A. Gilles DEFERT Directeur Régional DFA Alain ROGLIN Manager Le 17/06/2010 Avant de s installer : quand faut il s installer? Aspects juridiques. Les généralités: - Entreprise individuelle. (BNC)

Plus en détail

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge PROJET D AULNAY MSP PSP Réseau de santé de proximité Historique Objectifs Particularités Avenir Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge MAISON DE SANTE

Plus en détail

1. PREAMBULE 1 2. PRESENTATION GENERALE DU CABINET FCN 1

1. PREAMBULE 1 2. PRESENTATION GENERALE DU CABINET FCN 1 Exercice clos le 31 août 2014 1. PREAMBULE 1 2. PRESENTATION GENERALE DU CABINET FCN 1 3. GESTION DES RISQUES DU CABINET 5 4. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 6 5. ACTIVITE D AUDIT LEGAL 7 Exercice clos

Plus en détail

STATUT DU CONJOINT COLLABORATEUR

STATUT DU CONJOINT COLLABORATEUR STATUT DU CONJOINT FICHE CONSEIL Page : 1/6 Le statut du conjoint collaborateur : Une obligation mais aussi une opportunité Sites certifiés : et Les textes : Loi en faveur des PME du 2 août 2005. Décret

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Création des commissions d assistance aux entreprises en Poitou-Charentes

DOSSIER DE PRESSE. Création des commissions d assistance aux entreprises en Poitou-Charentes wwww.poitou-charentes.gouv.fr DOSSIER DE PRESSE Création des commissions d assistance aux entreprises en Poitou-Charentes Lundi 19 décembre 2011 Le marché de l emploi en Poitou-Charentes touché par la

Plus en détail

Société Anonyme au capital de 13.515.649 euros Siège social : 93, boulevard Malesherbes - 75008 PARIS 999 990 005 R.C.S. PARIS

Société Anonyme au capital de 13.515.649 euros Siège social : 93, boulevard Malesherbes - 75008 PARIS 999 990 005 R.C.S. PARIS Société Anonyme au capital de 13.515.649 euros Siège social : 93, boulevard Malesherbes - 75008 PARIS 999 990 005 R.C.S. PARIS PRESENTATION DES RESOLUTIONS A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 15 MAI 2013 I.

Plus en détail

Organisation administrative des services de santé au travail

Organisation administrative des services de santé au travail Plan Organisation administrative des services de santé au JDV Nancy juillet 2006 Complément de cours Contexte réglementaire évolutif Les différents types de services de santé au conditionnés par leurs

Plus en détail

Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris

Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES Département du Développement Professionnel Continu Médical Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris Dr Stéphane

Plus en détail

GUIDE DU CRÉATEUR D ENTREPRISE

GUIDE DU CRÉATEUR D ENTREPRISE GUIDE DU CRÉATEUR D ENTREPRISE Révision : 1/02/08 Impression : 8/02/08 GUIDE DU CRÉATEUR D ENTREPRISE I. CHOIX DE LA FORME JURIDIQUE Le Sénégal est, depuis le 18 septembre 1995, membre de l Organisation

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE DU RESEAU ONCOLOGIQUE DE SUD-ALSACE - ROSA

CONVENTION CONSTITUTIVE DU RESEAU ONCOLOGIQUE DE SUD-ALSACE - ROSA CONVENTION CONSTITUTIVE DU RESEAU ONCOLOGIQUE DE SUD-ALSACE - ROSA PRÉAMBULE L objet de la présente convention constitutive est de décrire l organisation, le fonctionnement et la démarche d évaluation

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION

PROJET DE DELIBERATION PROJET DE DELIBERATION OBJET : GESTION MUNICIPALE - DELEGATION AU MAIRE Secrétariat général RAPPORTEUR : Madame Patricia BORDAS, Premier adjoint Le conseil municipal a la possibilité de déléguer directement

Plus en détail

«INTÉGRER NOTRE RÉSEAU, C EST DÉVELOPPER VOTRE ENTREPRISE EN TOUTE SÉCURITÉ»

«INTÉGRER NOTRE RÉSEAU, C EST DÉVELOPPER VOTRE ENTREPRISE EN TOUTE SÉCURITÉ» «INTÉGRER NOTRE RÉSEAU, C EST DÉVELOPPER VOTRE ENTREPRISE EN TOUTE SÉCURITÉ» Présentation d ODE DIAGNOSTIC 3 De solides références qui nous font confiance 5 Une equipe de professionnels à votre service

Plus en détail

Statuts du Lycée français Victor Hugo de Sofia

Statuts du Lycée français Victor Hugo de Sofia Chapitre I: Dénomination, Forme juridique et Durée Art. 1. La dénomination de l'école est Lycée français Victor Hugo de Sofia (l'école). Art. 2. L'École est un établissement d'enseignement français qui

Plus en détail

«La maison de la Profession comptable» Mercredi 29 janvier 2014

«La maison de la Profession comptable» Mercredi 29 janvier 2014 Un «La maison de la Profession comptable» Mercredi 29 janvier 2014 Matinée co-organisée par : LA COMPAGNIE REGIONALE DES COMMISSAIRES AUX COMPTES DE PARIS L ACADÉMIE DE PARIS Introduction Christine JULLIEN

Plus en détail

GCS e-santé Bourgogne

GCS e-santé Bourgogne GCS e-santé Bourgogne Collège des Urgentistes de Bourgogne 09/03/2010 GCS e-santé Bourgogne - Présentation de la convention constitutive - Thèmes de travail GCS - Accueil du RUB dans nos locaux Convention

Plus en détail

es dirigeants arantie chômage Une solution simple et complète pour s assurer le maintien d un revenu fixe en cas de perte d emploi

es dirigeants arantie chômage Une solution simple et complète pour s assurer le maintien d un revenu fixe en cas de perte d emploi arantie chômage es dirigeants Une solution simple et complète pour s assurer le maintien d un revenu fixe en cas de perte d emploi L assurance n est plus ce qu elle était. la meilleure protection en cas

Plus en détail

L EIRL. Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée

L EIRL. Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée L EIRL. Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée Présentation de l EIRL Pourquoi? -Ce nouveau statut vient répondre à la principale préoccupation des entrepreneurs en nom propre : protéger les

Plus en détail

ÉPARGNE SALARIALE Cas de déblocage anticipé

ÉPARGNE SALARIALE Cas de déblocage anticipé ET INSTALLATION D UNE ACTIVITÉ NON SALARIÉE par l épargnant, son conjoint ou la personne qui lui est liée par un PACS ou l un de ses enfants majeurs caractéristiques Le déblocage, total ou partiel, intervient

Plus en détail

Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles

Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles Département Système d Information en Santé et Télémédecine Direction de l Efficience de l Offre 5 mai 2015 1 les enjeux régionaux Enjeux régionaux

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

LOI HPST DPC : OBLIGATIONS LÉGALES CDOM ORGANISME ENREGISTRE

LOI HPST DPC : OBLIGATIONS LÉGALES CDOM ORGANISME ENREGISTRE LOI HPST DPC : OBLIGATIONS LÉGALES CDOM ORGANISME ENREGISTRE LOI HPST Article 59 de la loi n 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l Hôpital et relative aux Patients, à la Santé et aux Territoires

Plus en détail

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

Création d une coopérative scolaire

Création d une coopérative scolaire Pour créer une coopérative scolaire : Fiche modalités d adhésion Fiche d adhésion Création d une coopérative scolaire Règlement-type d une Coopérative scolaire (à conserver obligatoirement dans les archives

Plus en détail

go santé Le secret d une complémentaire moins chère : des garanties essentielles, pas de superflu, 100% en ligne [ Santé ] [ Prévoyance profession

go santé Le secret d une complémentaire moins chère : des garanties essentielles, pas de superflu, 100% en ligne [ Santé ] [ Prévoyance profession PERSONNES [ COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ] PARTICULIERS [ Santé ] [ Prévoyance profession [ Prévoyance particulier go santé [ Mobilité ] [ Assurance de prêt ] [ Patrimoine ] Le secret d une complémentaire moins

Plus en détail

2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE

2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE 2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE Sommaire Introduction... 4 1. Groupe Fourcade... 5 1.1. Organigramme du groupe... 5 1.2. F2A - FOURCADE AUDIT ASSOCIES... 5 1.3. Description de la Gouvernance et de ses modalités

Plus en détail

Des experts à votre écoute pour mieux vous conseiller!

Des experts à votre écoute pour mieux vous conseiller! Des experts à votre écoute pour mieux vous conseiller! Qui sommes-nous? Le cabinet SECOVAL Expertise & Conseils, fort d une expérience de plus de 35 ans sur Manosque et ses environs, est spécialisé dans

Plus en détail

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! Les associations

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! Les associations Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! Les associations Quelques constats pour commencer! Les associations, un acteur majeur de la vie sociétale Près de 1,1 million d associations en France 20

Plus en détail

PLACE DE LA TÉLÉMÉDECINE DANS

PLACE DE LA TÉLÉMÉDECINE DANS Ateliers de prospective PLACE DE LA TÉLÉMÉDECINE DANS L ORGANISATION DES SOINS : LA TÉLÉMÉDECINE PERMET-ELLE DES ORGANISATIONS DE SOINS PLUS PERFORMANTES? Dr Pierre SIMON Président de l'association nationale

Plus en détail

ÉPARGNE SALARIALE CAS DE DÉBLOCAGE ANTICIPÉ

ÉPARGNE SALARIALE CAS DE DÉBLOCAGE ANTICIPÉ CRÉATION OU REPRISE D UNE ENTREPRISE ET INSTALLATION D UNE ACTIVITÉ NON SALARIÉE par l épargnant, son conjoint ou la personne qui lui est liée par un PACS ou l un de ses enfants majeurs Dispositifs concernés

Plus en détail

LA CUISINE DU WEB 6 Montée Victor Hugo 69300 CALUIRE ET CUIRE

LA CUISINE DU WEB 6 Montée Victor Hugo 69300 CALUIRE ET CUIRE LA CUISINE DU WEB 6 Montée Victor Hugo 69300 CALUIRE ET CUIRE Association Loi du 1 er juillet 1901 Publiée au journal officiel le 30 juin 2012 RAPPORT DE GESTION ET SUR LA SITUATION MORALE ET FINANCIERE

Plus en détail

Les chambres de métiers et de l artisanat vous accompagnent à chaque étape

Les chambres de métiers et de l artisanat vous accompagnent à chaque étape Les chambres de métiers et de l artisanat vous accompagnent à chaque étape Devenir chef d entreprise artisanale Avec les conseillers d entreprise spécialisés de la Chambre de Métiers et de l Artisanat

Plus en détail