Disparités entre les cantons dans tous les domaines examinés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Disparités entre les cantons dans tous les domaines examinés"

Transcription

1 Office fédéral de la statistique Bundesamt für Statistik Ufficio federale di statistica Uffizi federal da statistica Swiss Federal Statistical Office EMBARGO: , 11:00 COMMUNIQUÉ DE PRESSE MEDIENMITTEILUNG COMUNICATO STAMPA 15 Education et science Bildung und Wissenschaft Formazione e scienza N , le 2 mai 2005 Résultats cantonaux de PISA 2003 Disparités entre les cantons dans tous les domaines examinés Les performances scolaires des élèves de neuvième année varient de manière statistiquement significative d un canton à l autre, comme le montrent les résultats du dernier rapport sur PISA 2003, un projet réalisé en commun par la Confédération et les cantons, et dont l Office fédéral de la statistique (OFS) assure la direction nationale. Il ressort des résultats obtenus dans 12 cantons et au que la dispersion des scores est similaire dans tous les domaines examinés, à savoir les mathématiques, la lecture, les sciences naturelles et la résolution de problèmes. Dans les cantons où les résultats en mathématiques sont supérieurs à la moyenne, les scores obtenus dans les autres disciplines sont également particulièrement bons. Parallèlement, les cantons qui font état de scores comparativement bas en mathématiques enregistrent aussi des résultats plus faibles dans les autres domaines. Alors que le niveau des performances en mathématiques est élevé dans presque toute la, les compétences en lecture représentent le point faible des élèves dans tous les cantons. Au plan national, les meilleurs résultats de l'enquête PISA 2003 sont ceux des jeunes de la région francophone du canton de Fribourg. Ceux-ci se placent en tête de classement en mathématiques, en sciences naturelles et en résolution de problèmes, mais occupent la troisième place pour ce qui est des compétences en lecture. Cette région compte un petit nombre d élèves faibles. Par rapport à d autres cantons, l origine sociale et culturelle y a peu d influence sur les performances scolaires. L influence du milieu familial n est pas la même partout L'analyse des résultats cantonaux de PISA 2003 montre une fois de plus que l'origine socioculturelle des jeunes joue un rôle déterminant quant aux performances de ces derniers. Les jeunes dont l environnement culturel est défavorable réussissent en général moins bien que les autres. On observe toutefois d importantes disparités entre les cantons. Le milieu familial influe le moins sur les performances dans les cantons du, de Fribourg et du. Son influence est la plus marquée en revanche dans ceux de, d, de et de Saint-Gall. Espace de l Europe 10 CH-2010

2 Les différences de résultats entre les sexes n'ont pas changé Les différences de performances entre les sexes, observées depuis longtemps déjà, apparaissent aussi dans PISA En mathématiques et en sciences naturelles, les garçons réalisent des scores significativement plus élevés que les filles dans toutes les régions, à l exception du. Ils ont également tendance à être meilleurs dans la résolution de problèmes. Dans ce domaine, la différence n est toutefois statistiquement significative que dans les cantons de et de, ainsi que dans les deux régions linguistiques du Valais. Dans tous les cantons considérés, les filles ont pour leur part des compétences en lecture significativement meilleures que les garçons. Résultats cantonaux en mathématiques : des différences significatives Les élèves de neuvième année de la plupart des cantons considérés réalisent en moyenne de bonnes performances en mathématiques, la principale matière examinée dans le cadre de PISA Les résultats moyens sont supérieurs à la moyenne suisse de manière statistiquement significative dans les cantons suivants : Fribourg (région francophone), Saint-Gall,, Valais (région francophone), Valais (région alémanique) et. Ils correspondent à la moyenne suisse dans le canton du, au et dans le canton de, et sont significativement inférieurs à celle-ci dans les cantons suivants : Berne (région alémanique),, Berne (région francophone),, et. Les différences existant d un canton à l autre quant à l origine socio-culturelle des élèves considérés, à leur âge moyen et au nombre de leçons de mathématiques données en neuvième année expliquent en partie les écarts susmentionnés. Le rapport aux mathématiques : intérêt et anxiété Les mathématiques représentent la bête noire d une partie des jeunes qui manquent d intérêt pour cette matière et la craignent. Ces sentiments négatifs s accompagnent en général de mauvaises performances et expliquent une bonne part des disparités observées entre les sexes dans les résultats obtenus. Les filles s intéressent moins aux mathématiques et en ont plus peur que les garçons. Si l on considère l origine socio-culturelle, on s'aperçoit que d'autres effets prédominent. Les jeunes de langue étrangère craignent davantage les mathématiques que ceux qui parlent la langue d enseignement à la maison, bien que leur intérêt pour cette matière soit plus marqué. Généralement bien équipées en TIC, les écoles en font pourtant peu usage Alors que la grande majorité des jeunes utilisent l ordinateur plusieurs fois par semaine à la maison, ils ne sont que 30% à en faire un usage régulier à l école, bien que la plupart des établissements en soient équipés. Cette proportion peut être qualifiée de modeste, aussi en comparaison internationale. A noter que l utilisation des technologies de l information et de la communication (TIC) à l école profite avant tout aux élèves qui n ont que difficilement accès à ces dernières à la maison, faute de ressources ou d intérêt : ce sont avant tout des filles, des jeunes de milieux socio-économiques défavorisés et des élèves d établissements aux exigences élémentaires. OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE Service de presse 2

3 Données de base Au niveau international, plus de 270'000 élèves de 15 ans provenant de 41 pays, dont 30 membres de l OCDE, ont participé à l enquête PISA En, quelque 25'000 jeunes ont effectué les tests, dont 8'420 jeunes de 15 ans, en vue de la comparaison internationale et environ 21'300 élèves de neuvième année en vue d une comparaison entre les régions linguistiques et les cantons ayant opté pour un échantillon supplémentaire. Ces deux populations se recoupent partiellement, étant donné qu'un grand nombre de jeunes de 15 ans sont aussi en neuvième année. Compte tenu des deux populations définies (élèves de 15 ans / élèves de 9 e année), il n est pas possible de comparer les scores PISA des élèves de neuvième année avec les valeurs moyennes des pays ayant participé à l étude internationale de PISA. En, le score moyen des jeunes de 15 ans en mathématiques est de 527 points, alors qu il est de 537 points pour les élèves de neuvième année. Les résultats présentés ici se basent sur les échantillons supplémentaires de six cantons alémaniques (, Berne, Saint-Gall,, Valais, ), de tous les cantons francophones (Berne, Fribourg,,,, Valais, ), du et du. En, le projet PISA est réalisé en commun par la Confédération et les cantons (Conférence suisse des directeurs cantonaux de l instruction publique). La direction nationale du projet est assurée par l OFS. Renseignements: Claudia Zahner Rossier et Thomas Holzer, OFS, section Formation scolaire et professionnelle, tél. : , Nouvelles parutions: PISA 2003 : Compétences pour l avenir Deuxième rapport national, n de commande : Prix : Fr Service de presse OFS, tél. : ; fax : Commandes de publications : tél. : , fax : , Vous trouverez d autres informations et publications sous forme électronique sur le site Internet de l OFS à l adresse Abonnement aux communiqués de presse par sous : 3

4 T1 Les niveaux des compétences en MATHÉMATIQUES, PISA 2003 Niveau 6 Conceptualiser, généraliser et utiliser des informations se référant à des problèmes complexes. Mettre en relation diverses sources d informations et formes de représentation, puis combiner les divers éléments. Développer de nouvelles approches et stratégies permettant de gérer des situations inconnues. Niveau 5 Développer des modèles pour des situations complexes et les utiliser. Choisir, comparer et évaluer des stratégies de résolution de problèmes appropriées en vue de gérer des situations complexes. Appliquer, au moyen de formes de représentation adéquates, des connaissances adaptées à des situations données; travailler selon une stratégie. Niveau 4 Utiliser avec succès des modèles explicites pour des situations complexes. Choisir et intégrer différentes formes de représentation, puis les relier directement à des situations réelles; argumenter avec souplesse. Niveau 3 Exécuter des procédures clairement décrites, aussi celles qui requièrent des décisions successives. Utiliser et interpréter des représentations fondées sur plusieurs sources d informations, puis en tirer directement des conclusions. Niveau 2 Extraire d une seule source les informations pertinentes et comprendre une forme de représentation isolée. Appliquer des algorithmes, formules, procédures ou conventions élémentaires. Niveau 1 Répondre à des questions qui sont formulées de manière familière, contiennent toutes les informations nécessaires et sont clairement définies. Exécuter des procédures de routine sur instruction directe. OFS/CDIP 4

5 G1 Performances en mathématiques par canton, PISA 2003 St-Gall Moyenne SE (2,4) (3,0) (2,8) (2,3) (3,4) (3,7) (3,6) (1,6) (3,1) (3,8) (2,3) 537 (1,5) SE = Erreur type 5% 25% 75% 95% Score moyen +/- deux erreurs types Les cantons apparaissant sur fond gris clair ont des résultats significativement supérieurs à la moyenne suisse Les cantons apparaissant sur fond blanc ne se différencient pas de la moyenne suisse Les cantons apparaissant sur fond gris foncé ont des résultats significativement inférieurs à la moyenne suisse G2 Performances en mathématiques dans les cantons, ordonnés selon les niveaux de compétences les plus élevés, PISA 2003 St-Gall % 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% Niveau < 1 Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Niveau 4 Niveau 5 Niveau 6 Remarque: Les cantons sont classés par ordre décroissant des parts d'élèves dans les niveaux 5 et 6. 5

6 G3 Performances en mathématiques dans les cantons, ordonnés selon les niveaux de compétences les plus bas, PISA 2003 St-Gall % 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% Niveau < 1 Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Niveau 4 Niveau 5 Niveau 6 Remarque: Les cantons sont classés par ordre croissant des parts d'élèves dans les niveaux <1 et 1. 6

7 T2 Les niveaux de compétences en LECTURE, PISA Niveau 5 Niveau 4 Niveau 3 Niveau 2 Niveau 1 comprendre un texte complexe dans ses moindres détails, retrouver les informations pertinentes, formuler des hypothèses et tester leur validité comprendre des textes difficiles et ses nuances et les approcher avec un esprit critique comprendre un texte de complexité moyenne, mettre en relation les différentes parties du texte et faire le lien avec ses propres expériences utiliser un texte pour faire un devoir et tirer des conclusions simples retrouver une information dans un texte facile et la mettre en relation avec ce qu il sait déjà OFS/CDIP G4 Performances en lecture par canton, PISA 2003 St-Gall Moyenne SE (3,4) (3,0) (2,8) (2,4) (2,7) (2,2) (3,6) (3,1) (1,7) (3,4) (2,4) (2,7) 506 (1,5) SE = Erreur type 5% 25% 75% 95% Score moyen +/- deux erreurs types Les cantons apparaissant sur fond gris clair ont des résultats significativement supérieurs à la moyenne suisse Les cantons apparaissant sur fond blanc ne se différencient pas de la moyenne suisse Les cantons apparaissant sur fond gris foncé ont des résultats significativement inférieurs à la moyenne suisse 7

8 G5 Performances en lecture dans les cantons, ordonnés selon les niveaux de compétences les plus élevés, PISA 2003 Saint-Gall % 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% Niveau <1 Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Niveau 4 Niveau 5 Remarque: Les cantons sont classés par ordre décroissant des parts d'élèves dans les niveaux 4 et 5. G6 Performances en lecture dans les cantons, ordonnés selon les niveaux de compétences les plus bas, PISA 2003 Saint-Gall % 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% Niveau <1 Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Niveau 4 Niveau 5 Remarque: Les cantons sont classés par ordre croissant des parts d'élèves dans les niveaux <1 et 1. 8

9 T3 Description des compétences en SCIENCES, PISA 2003 élevée environ 690 points Créer ou utiliser des modèles conceptuels pour faire des prévisions ou donner des explications; analyser des recherches scientifiques, par exemple, pour comprendre la manière dont une expérience est conçue ou identifier la nature de ce qui est testé; comparer des données pour évaluer des points de vue alternatifs ou des perspectives différentes; et, enfin, communiquer des arguments et/ou des descriptions scientifiques de manière précise et détaillée. moyenne environ 550 points Utiliser des concepts scientifiques pour faire des prévisions ou fournir des explications; reconnaître des questions qui peuvent être résolues par des recherches scientifiques et/ou repérer des détails impliqués par une recherche scientifique et sélectionner les informations pertinentes parmi des données pour en tirer ou évaluer des conclusions. basse environ 400 points Se remémorer des connaissances factuelles scientifiques simples (par exemple, des noms, des faits, de la terminologie et des règles simples) et utiliser des connaissances scientifiques courantes pour tirer ou évaluer des conclusions. OFS/CDIP G7 Performances en sciences par canton, PISA 2003 Saint-Gall Moyenne SE (3,4) (3,0) (4,3) (3,8) (2,8) (2,6) (3,9) (4,0) (4,3) (2,1) (2,7) (3,7) 517 (1,6) SE = Erreur type 5% 25% 75% 95% Score moyen +/- deux erreurs types Les cantons apparaissant sur fond gris clair ont des résultats significativement supérieurs à la moyenne suisse Les cantons apparaissant sur fond blanc ne se différencient pas de la moyenne suisse Les cantons apparaissant sur fond gris foncé ont des résultats significativement inférieurs à la moyenne suisse 9

10 T4 Description des niveaux de compétence en RÉSOLUTION DE PROBLÈMES, PISA Niveau 3 Niveau 2 Niveau 1 Mener une réflexion sur la solution d un problème et la communiquer Ne pas uniquement analyser une situation et prendre des décisions, mais aussi réfléchir aux aspects sous-tendant le problème et en tenir compte lors de sa résolution; adopter une approche systématique dans la résolution du problème; donner une représentation graphique du problème, l intégrer dans la solution et vérifier que celle-ci remplisse toutes les exigences. Communiquer la solution aux autres. Traiter, structurer et vérifier parallèlement les multiples composantes connexes d un problème en tenant compte d un grand nombre de contraintes interdépendantes. Raisonnement analytique et prise de décision Faire appel à divers types de raisonnement (raisonnement inductif et déductif, prise en considération des causes et des effets, raisonnement combinatoire) en vue de décider quelle solution choisir parmi les options clairement définies; combiner des informations provenant de diverses sources et en faire la synthèse, associer différentes formes de représentation (p. ex. informations numériques, représentations graphiques), savoir appréhender des représentations peu familières (p. ex. diagramme de flux) et tirer des conclusions en s appuyant sur diverses sources d information. Résolution de problèmes simples Résoudre des problèmes clairement énoncés à partir d une seule source de données; comprendre la nature d un problème, identifier et sélectionner les informations essentielles pour la résolution du problème; représenter sous une autre forme les informations contenues dans l énoncé d un problème simple (p. ex. faire un graphique à partir d un tableau) intégrer des informations supplémentaires afin de vérifier un nombre limité de conditions clairement définies. Dans l incapacité de traiter des problèmes présentant plusieurs dimensions où il convient de considérer plus d une source de données ou d argumenter avec les informations disponibles. OFS/CDIP Source: Base de données PISA de l'ocde - OFS/CDIP,

11 G8 Performances en résolution de problèmes par canton, PISA 2003 Saint-Gall Moyenne SE (2,9) (2,4) (2,5) (2,3) (3,5) (3,5) (1,7) (3,4) (3,1) (2,4) (3,1) 529 (1,4) SE = Erreur type 5% 25% 75% 95% Score moyen +/- deux erreurs types Les cantons apparaissant sur fond gris clair ont des résultats significativement supérieurs à la moyenne suisse Les cantons apparaissant sur fond blanc ne se différencient pas de la moyenne suisse Les cantons apparaissant sur fond gris foncé ont des résultats significativement inférieurs à la moyenne suisse G9 Performances en résolution de problèmes dans les cantons, ordonnés selon les niveaux de compétences les plus élevés, PISA 2003 St-Gall % 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% Niveau <1 Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Remarque: Les cantons sont classés par ordre décroissant des parts d'élèves dans les niveaux 2 et 3. 11

12 G10 Performances en résolution de problèmes dans les cantons, ordonnés selon les niveaux de compétences les plus bas, PISA 2003 St-Gall % 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% Niveau <1 Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Remarque: Les cantons sont classés par ordre croissant des parts d'élèves dans les niveaux <1 et 1. 12

Principales sources de financement des études : parents et activités rémunérées

Principales sources de financement des études : parents et activités rémunérées Office fédéral de la statistique Bundesamt für Statistik Ufficio federale di statistica Uffizi federal da statistica Swiss Federal Statistical Office COMMUNIQUÉ DE PRESSE MEDIENMITTEILUNG COMUNICATO STAMPA

Plus en détail

20 Revenus et qualité de vie de la population

20 Revenus et qualité de vie de la population Office fédéral de la statistique Bundesamt für Statistik Ufficio federale di statistica Uffizi federal da statistica Swiss Federal Statistical Office COMMUNIQUÉ DE PRESSE MEDIENMITTEILUNG COMUNICATO STAMPA

Plus en détail

Technologie du dessin industriel

Technologie du dessin industriel Technologie du dessin industriel Compétences fondamentales RAG F1 Communication technique : Communiquer les idées et dessins techniques de façon efficace et appropriée. Résultat(s) d apprentissage spécifique(s)

Plus en détail

Manque de formation : un risque de recourir à l aide sociale

Manque de formation : un risque de recourir à l aide sociale Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Département de la santé, des affaires sociales et des ressources humaine du canton du Jura Communiqué de presse Embargo: 04.04.2007

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

Activité 1 : échantillonnage

Activité 1 : échantillonnage Activité échantillonnage, intervalle de fluctuation, prise de décision (à partir d un même thème) Les trois activités qui suivent s inspirent du document «ressources pour la classe de première générale

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Dispositions d exécution relatives à la procédure de qualification

Dispositions d exécution relatives à la procédure de qualification Dispositions d exécution relatives à la procédure de qualification du 25 novembre 2009 (état le 15 octobre 2015) Domaine de qualification «Pratique professionnelle»... 2 Domaine de qualification «Travail

Plus en détail

Inégalités scolaires et politiques publiques : une analyse comparative en Suisse Georges Felouzis

Inégalités scolaires et politiques publiques : une analyse comparative en Suisse Georges Felouzis Inégalités scolaires et politiques publiques : une analyse comparative en Suisse Georges Felouzis Introduction Je me propose de traiter des inégalités scolaires en Suisse dans une perspective comparative

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

Communiqué de presse Pressemitteilung Comunicato Stampa

Communiqué de presse Pressemitteilung Comunicato Stampa Office fédéral de la statistique Bundesamt für Statistik Ufficio federale di statistica Uffizi federal da statistica Service d information Informationsdienst Servizio informazioni Servetsch d infurmaziun

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Le présent outil est conçu pour aider les employeurs à cerner les problèmes

Le présent outil est conçu pour aider les employeurs à cerner les problèmes Les gens Les partenariats Le savoir Compétences en milieu de travail Compétences essentielles Sondage sur le lieu de travail Le présent outil est conçu pour aider les employeurs à cerner les problèmes

Plus en détail

L application de la mesure d efficience en éducation

L application de la mesure d efficience en éducation L application de la mesure d efficience en éducation Rappel : l efficience peut être mesurée par une analyse coût-efficacité, c est-à-dire la mise en relation des moyens mis en œuvre avec les résultats

Plus en détail

Les réseaux sociaux, pas qu une histoire d ados

Les réseaux sociaux, pas qu une histoire d ados Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 16.12.2014, 9:15 16 Culture, Médias, société de l'information, sport N 0351-1412-50 L'utilisation

Plus en détail

À propos du Programme d évaluation international des compétences des adultes, le PEICA

À propos du Programme d évaluation international des compétences des adultes, le PEICA Automne 2013 À propos du Programme d évaluation international des compétences des adultes, le PEICA Par Giselle Boisvert, conseillère pédagogique, Commission scolaire de Montréal Les données de la troisième

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Document synthèse Par Geneviève Rodrigue, en collaboration avec Alain Carpentier, Joanne Munn, Valérie Saysset et Christian

Plus en détail

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration Comment Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration dans les communes Six étapes pour réussir les projets de cyberadministration dans des petites et moyennes communes avec la méthode de

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Secrétariat de la Convention de Stockholm Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98

Secrétariat de la Convention de Stockholm Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98 Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98 International Environment House Mél : ssc@pops.int 11-13 chemin des Anémones Site Internet : www.pops.int CH

Plus en détail

Annexe B. Liste des tableaux disponibles en ligne. L égalité des sexes dans l éducation : Aptitudes, comportement et confiance OCDE 2015 185

Annexe B. Liste des tableaux disponibles en ligne. L égalité des sexes dans l éducation : Aptitudes, comportement et confiance OCDE 2015 185 Annexe B Liste des tableaux disponibles en ligne L égalité des sexes dans l éducation : Aptitudes, comportement et confiance OCDE 2015 185 Annexe B : Liste des tableaux disponibles en ligne Annexe B Liste

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le tableau de bord, outil de pilotage de l association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône-Alpes) Difficile d imaginer la conduite d un bateau sans boussole

Plus en détail

AGENT COMMERCIAL DE L IMPRIMERIE BREVET FÉDÉRAL

AGENT COMMERCIAL DE L IMPRIMERIE BREVET FÉDÉRAL AGENT COMMERCIAL DE L IMPRIMERIE BREVET FÉDÉRAL Niveaux d exigences / TaxoNomie Objectifs généraux L examen d agent commercial de l imprimerie BF est divisé en cinq objectifs généraux. Les objectifs évaluateurs

Plus en détail

Profil B ou profil E? Aide à la décision

Profil B ou profil E? Aide à la décision Employée/Employé de commerce CFC Profil B ou profil E? Aide à la décision Introduction Le présent document sert d aide pour les acteurs qui participent au choix de la voie de formation la plus appropriée

Plus en détail

PREMIÈRE LANGUE ÉTRANGÈRE AU NIVEAU PRIMAIRE : LANGUE NATIONALE OU ANGLAIS?

PREMIÈRE LANGUE ÉTRANGÈRE AU NIVEAU PRIMAIRE : LANGUE NATIONALE OU ANGLAIS? THÈME : ENSEIGNEMENT DES LANGUES ÉTRANGÈRES PREMIÈRE LANGUE ÉTRANGÈRE AU NIVEAU PRIMAIRE : LANGUE NATIONALE OU ANGLAIS? La Suisse ne connaît pas de réglementation uniforme en matière d enseignement des

Plus en détail

La situation professionnelle des personnes diplômées des hautes écoles suisses en 2013

La situation professionnelle des personnes diplômées des hautes écoles suisses en 2013 Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 23.06.2014, 9:15 15 Education et science N 0351-1405-50 La situation professionnelle des personnes

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale Ordonnance sur la formation professionnelle initiale du 8 décembre 2004 71100 Assistante du commerce de détail/ Assistant du commerce de détail Detailhandelsassistentin/Detailhandelsassistent Assistente

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ANNEXE 6 Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ÉQUIPE DE PRODUCTION Responsabilité et coordination Nom Titre Organisation

Plus en détail

Comparaison de services de téléphonie cellulaire

Comparaison de services de téléphonie cellulaire Comparaison de services de téléphonie cellulaire Résultat d apprentissage Description Mathématiques 10C, Relations et Fonctions, n o 1 Interpréter et expliquer les relations parmi des données, des graphiques

Plus en détail

La Belgique se numérise encore en 2010

La Belgique se numérise encore en 2010 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE 23 février 2011 La Belgique se numérise encore en 2010 La révolution numérique ne cesse de gagner du terrain en Belgique :

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

MANDAT DE PRESTATIONS

MANDAT DE PRESTATIONS MANDAT DE PRESTATIONS 2008 2011 décidé d un commun accord entre la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l instruction publique (CDIP) (Mandante) et le Centre suisse de prestation Formation professionnelle

Plus en détail

PLAN DE COURS Nº 2 FINANCE 1

PLAN DE COURS Nº 2 FINANCE 1 PLAN DE COURS Nº 2 FINANCE 1 (410-540-90) (2-1-3) Département de techniques et sciences administratives Professeur : Bureau : Tél. : Session : PRÉALABLE Le cours de comptabilité 2 (410-210-90) est préalable

Plus en détail

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité?

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? 1 Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? Février 2013 2 INTRODUCTION: Perception et tendances du travail collaboratif

Plus en détail

Des groupes à risque semblables, mais des évolutions dans le temps différentes

Des groupes à risque semblables, mais des évolutions dans le temps différentes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 07.04.2009, 9:15 20 Situation économique et sociale de la population N 0351-0903-60 Pauvreté et

Plus en détail

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Technologie et biologie (TB) Discipline : Informatique Première et seconde années Programme d informatique

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION : Vue d ensemble du projet ou de la leçon. Matières : Français (10231-10232), Géographie - Enjeux du monde contemporain (41411)

PREMIÈRE SECTION : Vue d ensemble du projet ou de la leçon. Matières : Français (10231-10232), Géographie - Enjeux du monde contemporain (41411) PREMIÈRE SECTION : Vue d ensemble du projet ou de la leçon Niveau : 10 e et 12 e année Matières : Français (10231-10232), Géographie - Enjeux du monde contemporain (41411) Titre de la leçon : Prendre position

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Définition d'un modèle de calcul du coût de la formation et de la recherche académiques médicales dans les hôpitaux universitaires

Définition d'un modèle de calcul du coût de la formation et de la recherche académiques médicales dans les hôpitaux universitaires Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Santé, éducation et sciences Définition d'un modèle de calcul du coût de la formation et de la recherche académiques médicales

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Évaluation des compétences des adultes

Évaluation des compétences des adultes Évaluation des compétences des adultes Éclairages sur les enquêtes PIAAC et IVQ Jonas Nicolas DG Insee, Division Emploi 2013 Introduction Deux enquêtes comparables Information et Vie Quotidienne (IVQ)

Plus en détail

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes But Les professionnels de la santé publique suivent de plus en plus une approche fondée sur des données probantes lorsqu il s agit de planifier,

Plus en détail

Statistique 2013 des sapeurs-pompiers Nombreuses interventions trop de fausses alarmes

Statistique 2013 des sapeurs-pompiers Nombreuses interventions trop de fausses alarmes 85 Statistique 2013 des sapeurs-pompiers Nombreuses interventions trop de fausses alarmes Les sapeurs-pompiers ont aussi accompli un important travail en 2013. Bien qu un peu moins sollicitée par rapport

Plus en détail

Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail

Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail Audit des contrôles de base du Centre canadien d hygiène et de sécurité au travail Janvier 2015 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important Aux termes de la Loi sur la gestion des finances publiques,

Plus en détail

Etude ECDL 2015 : Autoévaluation et connaissances réelles en informatique de la population suisse

Etude ECDL 2015 : Autoévaluation et connaissances réelles en informatique de la population suisse Etude ECDL 2015 : Autoévaluation et connaissances réelles en informatique de la population suisse Table des matières 1. Principaux résultats de l étude 2. Description de l étude 3. Résultats de l étude

Plus en détail

Enquête 2009 auprès des personnes diplômées des hautes écoles dans les domaines MINT (mathématiques, informatique, sciences naturelles et technique)

Enquête 2009 auprès des personnes diplômées des hautes écoles dans les domaines MINT (mathématiques, informatique, sciences naturelles et technique) Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 10.01.2013, 9:15 15 Education et science N 0351-1300-10 Enquête 2009 auprès des personnes diplômées

Plus en détail

réglant la fréquentation d une école située dans un canton autre que celui de domicile

réglant la fréquentation d une école située dans un canton autre que celui de domicile Convention intercantonale du 20 mai 2005 réglant la fréquentation d une école située dans un canton autre que celui de domicile Les chefs des départements de l instruction publique, de la formation et

Plus en détail

Partie I Le consommateur et la demande

Partie I Le consommateur et la demande Partie I Le consommateur et la demande Chapitre 1 La fonction d utilité 1 Plan du cours 1. Le consommateur. 2. La notion d utilité. 3. Les courbes d indifférence. 4. L optimum du consommateur. 5. Exercices.

Plus en détail

Avenir des écoles de commerce: mise en œuvre des nouvelles filières de formation Séance de lancement du mercredi 23 septembre 2009 à Berne

Avenir des écoles de commerce: mise en œuvre des nouvelles filières de formation Séance de lancement du mercredi 23 septembre 2009 à Berne Avenir des écoles de commerce: mise en œuvre des nouvelles filières de formation Séance de lancement du mercredi 23 septembre 2009 à Berne Commission suisse des examens de la formation commerciale de base

Plus en détail

Ordonnance sur la maturité professionnelle fédérale

Ordonnance sur la maturité professionnelle fédérale Ordonnance sur la maturité professionnelle fédérale (OMPr) 412.103.1 du 24 juin 2009 (Etat le 1 er octobre 2013) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 25, al. 5, de la loi fédérale du 13 décembre 2002 sur

Plus en détail

ATELIER STATISTIQUES - PROBABILITES

ATELIER STATISTIQUES - PROBABILITES ATELIER STATISTIQUES - PROBABILITES I/ INTRODUCTION Extraits du document Ressources pour la classe de seconde Probabilités et Statistiques - : «L enseignement de la statistique et des probabilités constitue

Plus en détail

de données >> Méthodologies qualitatives

de données >> Méthodologies qualitatives FR Collecte de données >> Méthodologies qualitatives 1 collecte de données >> méthodologies qualitatives page 13 1. L observation page 45 2. l entretien individuel page 73 3. le focus group page 107 4.

Plus en détail

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09)

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09) Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09). PSYCHOLOGIE CLINIQUE : définition de base o Nature du domaine professionnel : la psychologie clinique est une discipline se souciant du bien-être

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANÇAISE ENSEIGNEMENT DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANÇAISE ENSEIGNEMENT DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANÇAISE ENSEIGNEMENT DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Service général des Affaires pédagogiques, de la Recherche

Plus en détail

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/52 Point 23.2 de l ordre du jour provisoire 6 mai 2014 Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève Rapport du Directeur

Plus en détail

Revenus et dépenses des ménages en Suisse

Revenus et dépenses des ménages en Suisse Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 27.10.2014, 9:15 20 Situation économique et sociale de la population N 0351-1410-00 Enquête sur

Plus en détail

Systèmes de lecture et d écriture pour aveugles et personnes gravement handicapées de la vue

Systèmes de lecture et d écriture pour aveugles et personnes gravement handicapées de la vue Systèmes de lecture et d écriture pour aveugles et personnes gravement handicapées de la vue Ch. 11.06.4 CMAI Commentaire concernant la remise à des utilisateurs privés Table des matières 1 Remarques préliminaires

Plus en détail

Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL

Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL Journée de l inspection 15 avril 2011 - Lycée F. BUISSON 18 avril 2011 - Lycée J. ALGOUD 21 avril 2011 - Lycée L. ARMAND Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL Déroulement de la journée

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale Ordonnance sur la formation professionnelle initiale d opticienne/opticien 1 avec certificat fédéral de capacité (CFC) du 10 mai 2010 85504 Opticienne CFC/Opticien CFC Augenoptikerin EFZ/Augenoptiker EFZ

Plus en détail

et la communication dans les Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi

et la communication dans les Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi Les compétences de base et la communication dans les Secteurs du Tourisme et des Loisirs Document de présentation Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi Formation aux savoirs de

Plus en détail

Profil de qualification pour employé de commerce /employée de commerce

Profil de qualification pour employé de commerce /employée de commerce Profil de qualification pour employé de commerce /employée de commerce 68300 Employé de commerce / Employée de commerce formation de base 68200 Employé de commerce / Employée de commerce formation élargie

Plus en détail

PLAN DE COURS Nº 1 FINANCE 1

PLAN DE COURS Nº 1 FINANCE 1 PLAN DE COURS Nº 1 FINANCE 1 (410-540-90) (2-1-3) Département de techniques et sciences administratives Professeur : Bureau : Tél. : Session : PRÉALABLE Le cours de comptabilité 2 (410-210-90) est préalable

Plus en détail

«Coûts pour la société de l absence de formation avec focus sur la validation des acquis et interruption d apprentissage», mars 2012

«Coûts pour la société de l absence de formation avec focus sur la validation des acquis et interruption d apprentissage», mars 2012 Haute école spécialisée bernoise, Travail social «Coûts pour la société de l absence de formation avec focus sur la validation des acquis et interruption d apprentissage», mars 2012 Résumé de l étude La

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

Archivage des données de la mensuration officielle

Archivage des données de la mensuration officielle Archivage des données de la mensuration officielle Explications portant sur le tableau 1. Informations à caractère général Le tableau récapitule l ensemble des documents produits dans la mensuration officielle.

Plus en détail

Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014

Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014 Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014 Grâce à la mise en place d outils de suivi, nous avons à notre disposition, pour l année 2014, des données nouvelles pour

Plus en détail

FICHE PROFESSSEUR STATISTICIENS EN HERBE PARTIE 1

FICHE PROFESSSEUR STATISTICIENS EN HERBE PARTIE 1 FICHE PROFESSSEUR STATISTICIENS EN HERBE PARTIE 1 Découverte de la démarche statistique Objectifs pédagogiques : o Faire des statistiques avec les élèves en les rendant acteurs lors de plusieurs activités.

Plus en détail

Mécanicienne en motocycles CFC Mécanicien en motocycles CFC

Mécanicienne en motocycles CFC Mécanicien en motocycles CFC Formation de base: Mécanicienne en motocycles CFC Mécanicien en motocycles CFC Editeur : 2roues Suisse Commission développement professionnel et qualité Ordonnance de formation du 05.09.2011 2roues Suisse

Plus en détail

Bachelor of Arts Diplôme d enseignement pour les degrés préscolaire et primaire Guide du candidat au bénéfice d un Brevet d une École Normale

Bachelor of Arts Diplôme d enseignement pour les degrés préscolaire et primaire Guide du candidat au bénéfice d un Brevet d une École Normale EN BP Validation des Acquis d Expérience (VAE) Bachelor of Arts Diplôme d enseignement pour les degrés préscolaire et primaire Guide du candidat au bénéfice d un Brevet d une École Normale 1 Bases juridiques

Plus en détail

Gestion de projet. Epreuves. Examen modulaire SVF-ASFC. Durée de l examen: 60 minutes. Moyens auxiliaires autorisés: aucun

Gestion de projet. Epreuves. Examen modulaire SVF-ASFC. Durée de l examen: 60 minutes. Moyens auxiliaires autorisés: aucun Examen modulaire SVF-ASFC Edition Printemps 2009 Gestion de projet Epreuves Durée de l examen: 60 minutes Moyens auxiliaires autorisés: aucun Collez ici votre timbre d identification SVP! Points: Note:

Plus en détail

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS Distribution MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS METTRE LES RUPTURES SOUS CONTRÔLE Introduction Tout distributeur veut que tous les produits soient bien présents dans ses rayons.

Plus en détail

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel.

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. INTRODUCTION QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. Ce certificat est destiné à toutes les écoles d enseignement

Plus en détail

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration»

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Le champ d activité des employés 1 de commerce de la branche «Services et administration» va du contact avec la clientèle au back office. La

Plus en détail

PISA 2009 Résultats régionaux et cantonaux

PISA 2009 Résultats régionaux et cantonaux PISA 2009 Résultats régionaux et cantonaux OCDE - PISA Programme International pour le Suivi des Acquis des élèves PISA 2009 Résultats régionaux et cantonaux Rapport réalisé par le Consortium PISA.ch

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification 1 sur 8 26/09/2013 16:49 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé Licence : Licence Sciences, technologies, santé mention Informatique

Plus en détail

Programme de Première

Programme de Première BAC TECHNO STAV 66 I. Algèbre Programme de Première Objectif 1 - Effectuer de manière autonome des calculs numériques ou algébriques, résoudre des équations ou inéquations en vue de résoudre des problèmes

Plus en détail

COMMUNICATION TRANSFRONTIÈRE

COMMUNICATION TRANSFRONTIÈRE Autorité cantonale de la transparence et de la protection des données ATPrD Kantonale Behörde für Öffentlichkeit und Datenschutz ÖDSB Rue des Chanoines 2, 1700 Fribourg T +41 26 322 50 08, F +41 26 305

Plus en détail

Normes et modalités d évaluation. École secondaire Jean-Baptiste-Meilleur

Normes et modalités d évaluation. École secondaire Jean-Baptiste-Meilleur Normes et modalités d évaluation École secondaire Jean-Baptiste-Meilleur MAI 2015 PRÉAMBULE L article 96.15 de la Loi sur l Instruction publique et la Politique d évaluation des apprentissages obligent

Plus en détail

Cultiver l esprit d équipe

Cultiver l esprit d équipe Cultiver l esprit d équipe Les objectifs : Promouvoir une prise de conscience de la nécessité de travailler en équipe et de cultiver les liens entre les personnes pour consolider l esprit d équipe Fournir

Plus en détail

PCS-Suisse. SwissDRG : quelles solutions prévues aux problèmes rencontrés?

PCS-Suisse. SwissDRG : quelles solutions prévues aux problèmes rencontrés? PCS-Suisse SwissDRG : quelles solutions prévues aux problèmes rencontrés? Alexandre Weber, économiste Département économie SwissDRG SA 16 novembre 2012 Aperçu 1. Premières expériences 2. Défis pour la

Plus en détail

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris «Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris OBJECTIFS 1- Niveau et insertion dans la programmation 2-

Plus en détail

Travailler avec des objets pédagogiques, un PLUS pour l autonomie de l enseignant. Colloque SFIB/CTIE 2008

Travailler avec des objets pédagogiques, un PLUS pour l autonomie de l enseignant. Colloque SFIB/CTIE 2008 Travailler avec des objets pédagogiques, un PLUS pour l autonomie de l enseignant Colloque SFIB/CTIE 2008 Jean Zahnd / P.-O. Vallat Points traités Modalités de l expérimentation 1 Aspects techniques et

Plus en détail

ABACUS est le logiciel de gestion leader en Suisse les PME font confiance à ABACUS

ABACUS est le logiciel de gestion leader en Suisse les PME font confiance à ABACUS ABACUS est le logiciel de gestion leader en Suisse les PME font confiance à ABACUS Enquête de la Haute École Spécialisée Nord-Ouest Les programmes d' sont les logiciels de gestion d entreprise les plus

Plus en détail

Ordonnance de l OFFT sur la formation professionnelle initiale de

Ordonnance de l OFFT sur la formation professionnelle initiale de Ordonnance de l OFFT sur la formation professionnelle initiale de gestionnaire en intendance avec certificat fédéral de capacité (CFC) du 20 décembre 2004 (Etat le 15 juillet 2011) 79613 Gestionnaire en

Plus en détail

Organisation et gestion de données cycle 3

Organisation et gestion de données cycle 3 Organisation et gestion de données cycle 3 Clarifier les enjeux de cet enseignement Formation d enseignants de cycle 3 Circonscription de Grenoble 2 Positionnement de la pratique. En classe, comment travaillez-

Plus en détail

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Conférence de presse 2 juillet 2007 Conseiller d Etat Dr Markus Dürr, président de la

Plus en détail

Statistique financière des prestations sociales sous condition de ressources

Statistique financière des prestations sociales sous condition de ressources Département fédéral de l Intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Economie, Etat et questions sociales 13 Protection sociale octobre 2013 Statistique financière des prestations sociales sous

Plus en détail

Mise en place d une organisation CII nationale pour la poursuite du développement de la collaboration interinstitutionnelle

Mise en place d une organisation CII nationale pour la poursuite du développement de la collaboration interinstitutionnelle Département fédéral de l économie DFE Département fédéral de l intérieur DFI Berne, le 11 novembre 2010 Mise en place d une organisation CII nationale pour la poursuite du développement de la collaboration

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Enseigner par tâches complexes

Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique. 1. Pourquoi enseigner par

Plus en détail

Licence professionnelle Assistant export trilingue anglais-espagnol

Licence professionnelle Assistant export trilingue anglais-espagnol Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Assistant export trilingue anglais-espagnol Université Stendhal - Grenoble 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et

Plus en détail

SOUTIEN ADMINISTRATIF adjoint de direction PROJET DE FIN D ÉTUDES (STAGE) 412-8B1-MA (1-3-3) Du 7 octobre au 1 er novembre 2013 Groupe 1616

SOUTIEN ADMINISTRATIF adjoint de direction PROJET DE FIN D ÉTUDES (STAGE) 412-8B1-MA (1-3-3) Du 7 octobre au 1 er novembre 2013 Groupe 1616 SOUTIEN ADMINISTRATIF adjoint de direction PROJET DE FIN D ÉTUDES (STAGE) 412-8B1-MA (1-3-3) Du 7 octobre au 1 er novembre 2013 Groupe 1616 Professeur superviseur Philippe Pelletier ppelletier@cmaisonneuve.qc.ca

Plus en détail

11. Tests d hypothèses (partie 1/2)

11. Tests d hypothèses (partie 1/2) 11. Tests d hypothèses (partie 1/2) MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2015 (v1) MTH2302D: tests d hypothèses 1/30 Plan 1. Introduction 2. Hypothèses et erreurs 3. Tests d hypothèses

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail