LES PERTES DE CHARGE J-M R. D-BTP

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES PERTES DE CHARGE J-M R. D-BTP"

Transcription

1 LES PERTES DE CHARGE J-M R. D-BTP

2 Définitions, généralités Détermination de tuyauteries, calcul de pertes de charge Abaques 2

3 Définitions, généralités Notion de perte de charge Perte de charge d un tronçon Perte de charge linéaire J Régimes d écoulement nombre de Reynolds Expressions du nombre de Reynolds Vitesse critique d écoulement Coefficient de perte de charge l Rugosité e Masse volumique et viscosité de divers corps à 0 C Masse volumique et viscosité de l eau Formules pratiques de calcul de J pour l eau Utilisation des abaques de pertes de charge linéaires Diamètre équivalent ( perte de charge ) Diamètre équivalent ( vitesse ) Perte de charge singulière Z Utilisation des tableaux de détermination des dzêta z Longueurs équivalentes aux coudes Longueurs équivalentes aux vannes et robinets 3

4 Notion de perte de charge La vanne étant fermée, la pression P au manomètre dépend de la «charge d eau» h. h P = h. w 4

5 Notion de perte de charge Lorsque l on ouvre la vanne, on s aperçoit que la pression chute! Cette nouvelle pression correspond à une charge d eau h inférieure à la hauteur d eau réelle h! DP h h C est cette chute de pression, due au débit d eau dans la canalisation, que l on appelle «perte de charge» (DP). Elle dépendra : de l état de surface de la conduite, du débit de liquide dans la conduite, de la viscosité du liquide, de la longueur de la conduite, des incidents de parcours rencontrés dans la conduite. P = h. w P = h. w 5

6 Notion de perte de charge Ainsi, dans une installation hydraulique, le débit d eau provoquera : - des chutes de pression dues aux longueurs de tuyauteries droites que l on appellera les pertes de charge «linéaires», - des chutes de pression dues à tous les incidents de parcours que l on appellera les pertes de charge «singulières». La perte de charge totale est égale à la somme des pertes de charge. 6

7 Perte de charge d un tronçon La perte de charge d un tronçon est la somme des pertes de charges linéaires dues aux longueurs droites de tuyauteries et des pertes de charges singulières dues aux incidents de parcours rencontrés. DP = S DP linéaires + S DP singulières DP = S ( L. J ) + S Z DP : perte de charge totale du tronçon considéré L : longueur droite de tuyauterie J : perte de charge au mètre linéaire de tuyauterie Z : perte de charge singulière de chaque incident de parcours 7

8 Perte de charge linéaire J J = l. d v 2 2 g 1 v 2 J = l. d. 2 g La perte de charge linéaire J (autrefois appelée R) dépend : - du type d écoulement et de la qualité du tube ( l ) sans dimension - du diamètre de la conduite ( 1/d ) en mètre - de la pression dynamique ( v 2 /2g ) en mètre Dans ces formules, J est exprimé en mètres de colonne de fluide par mètre de conduite. Pour l obtenir en kg/m² (ou mmce) par mètre, il faut multiplier J par la masse volumique r du fluide véhiculé exprimée en kg/m 3. 8

9 Régimes d écoulement nombre de Reynolds On distingue trois régimes d écoulement : Le régime laminaire, dans lequel l écoulement est calme et régulier. Le régime turbulent, dans lequel l écoulement est une suite de tourbillons et de remous. Le régime de transition, qui se situe entre les deux précédents et dans lequel l écoulement est incertain ou instable pouvant être soit laminaire, soit turbulent soit passer d un régime à l autre. La nature du régime d écoulement se détermine par le «nombre de Reynolds» qui a pour expression : Re = v. d n v : vitesse d écoulement d : diamètre de la conduite n : viscosité cinématique du fluide 9

10 Régimes d écoulement nombre de Reynolds Re = v. d n régime laminaire Re < 2000 régime turbulent Re > 3000 régime de transition 2000 < Re < 3000 LAMINAIRE TRANSITION TURBULENT Le caractère incertain du régime de transition nous le fera assimiler dans nos calculs de pertes de charge au régime turbulent. 10

11 Expressions du nombre de Reynolds v : m/s d : mm n : cst Re = 10 3 v. d n Q : m 3 /h d : mm n : cst Q Re = d. n 11

12 Vitesse critique d écoulement L expression du nombre de Reynolds, Re = v. d n peut être mise sous la forme: v = Re. n d Si l on admet pour limite supérieure du régime laminaire la valeur Re = 2000, nous obtenons : v = n d qui donne la vitesse maximum du régime laminaire. C est la vitesse critique d écoulement pour une viscosité et un diamètre donnés. Cette relation permet, pour une installation existante, d en déterminer le régime d écoulement par la simple connaissance de la vitesse. 12

13 Vitesse critique d écoulement L eau ayant une viscosité inférieure à 1,8 cst, la vitesse critique est très basse et sera toujours dépassée. Le régime sera considéré turbulent. Il n y a que les canalisations fioul (n = 6 cst) qui permettront avec de faibles diamètres d être inférieur à la vitesse critique et d obtenir un régime laminaire. 13

14 Coefficient de perte de charge l Le coefficient de perte de charge l dépend du type d écoulement et de la qualité du tube. Si Re < 2320 l = 64 / Re Conduite lisse l = 0, Re Si Re > 2320 Conduite rugueuse 1 l = 1,14-2 log e d e : rugosité de la conduite 14

15 Rugosité e Type de conduite Rugosité e en mm Conduites étirées (cuivre, etc ) 0,0015 Conduites en PVC et polyéthylène 0,007 Tuyauteries en acier du commerce 0,045 Conduites en amiante-ciment 0,05 0,1 Tuyauteries en fonte asphaltées 0,125 Conduits en tôle d acier agrafés 0,15 Tuyauteries en acier galvanisé 0,15 Tuyauteries en acier rouillées 0,15 1,0 Conduits en bois 0,2 1,0 Tuyauteries en fonte 0,4 0,6 Conduits souples agrafés en spirale 0,6 2,0 Conduits treillis métallique et enduit 1,5 Tuyauteries en acier très rouillées 1,0 3,0 Conduits en béton brut de décoffrage 1,0 3,0 Conduits maçonnés 3,0 5,0 15

16 Masse volumique et viscosité de divers corps à 0 C désignation r kg/m 3 n cst m²/s Alcool 790 1,5 Benzène 880 0,74 Fioul domestique ( 1,5 E ) Fioul lourd ( 200 E ) Gaz brûlés 100 C 0,95 20 Gaz brûlés 300 C 0,63 45 Gaz naturel 0,78 12,8 Méthane 0,67 15,6 Oxygène 1,10 18 Eau 15 C 999 1,14 Eau 60 C 983 0,48 Eau 80 C 972 0,36 16

17 Masse volumique et viscosité de l eau / température 17

18 Formules pratiques de calcul de J pour l eau Pour les applications usuelles dans les installations de chauffage et de sanitaire, nous pouvons utiliser les formules pratiques suivantes : Eau à 15 C J = 557 Q 1,87 d 5.04 J : mmce/m Q : L/h d : mm Eau à 80 C J = 417 Q 1,885 d J : mmce/m Q : L/h d : mm 18

19 Utilisation des abaques de pertes de charge linéaires Ces abaques sont établis en fonction de : - la viscosité et la masse volumique de l eau (donc de sa température) - la rugosité des conduites (donc leurs natures) Nous choisirons donc d utiliser un de ces abaques en fonction de la température de l eau ( 15, 60 ou 80 C) et du type de canalisation (acier ou cuivre). Ces abaques permettent de déterminer graphiquement : - le débit volumique (en L/h ou en m 3 /h) - le débit massique (en kg/h ou en t/h) - la vitesse de circulation (en m/s) - la tuyauterie (diamètre intérieur ou diamètre extérieur et épaisseur) - la perte de charge linéaire (en mmce/m) 19

20 Utilisation des abaques de pertes de charge linéaires Exemple : Débit : 500 litres/h Vitesse souhaitée < 0,5 m/s Le point d intersection se situe entre deux diamètres de tuyauteries 9,5 Pour ne pas dépasser la vitesse, on choisit le diamètre le plus grand, soit 3/4 20/27. Du point d intersection on peut déterminer: La perte charge linéaire J = 9,5 mmce/m La vitesse réelle = 0,36 m/s

21 Diamètre équivalent ( perte de charge ) Les abaques de détermination de J ne sont fait que pour des canalisations de sections rondes. On peut néanmoins déterminer le J d une canalisation ayant une autre forme de section en utilisant le débit réel qui passe dans la canalisation et le diamètre équivalent de la section ronde qui occasionnerait le même J. L abaque ci-contre donne le diamètre équivalent des sections rectangulaires. La formule générale est : Ø éq = 4 S p S : section p : périmètre «mouillé» 21

22 a Diamètre équivalent ( perte de charge ) Formule générale Ø éq = 4 S p S : section p : périmètre «mouillé» a b Ø éq = a aøéq = 2 a.b a + b Ø Ø Ø Ø éq = Ø Ø éq = Ø - Ø 22

23 Diamètre équivalent ( vitesse ) Cet abaque permet de déterminer le diamètre du cercle de même surface que le rectangle de côtés a et b. a. b = 0,785. Ø éq ² Toutes les sections rectangulaires ayant un même diamètre équivalent auront par définition la même section et par conséquent la même vitesse si elles sont parcourues par un même débit. ( v = Q / S ) Attention, ne pas utiliser cet abaque pour déterminer le diamètre équivalent «perte de charge». 23

24 Perte de charge singulière Z La perte de charge singulière Z d un incident de parcours est fonction de l incident lui-même (défini par un coefficient dzêta z) et de la vitesse de circulation v au niveau de l incident. Z = z v² 2 g Z : mètre de colonne de fluide z : sans dimension v : m/s g : m/s² Pour obtenir Z en millimètre de colonne d eau, il est nécessaire de multiplier par la masse volumique r du fluide véhiculé. Z = z r. v² 2 g Z : mmce z : sans dimension v : m/s g : m/s² r : kg/m 3 24

25 Perte de charge singulière Z Valeurs de ( r / 2 g ) pour l eau : 15 C 60 C 80 C 50,9 50,1 49,5 Exemple : Calculer la perte de charge singulière crée par un coude équerre de z = 1,5 traversé par de l eau à 80 C à la vitesse v de 0,5 m/s. Z r. v² = z. = 2 g z. r. v² 2 g Z = 1,5. 49,5. 0,5. 0,5 = 18,56 mmce 25

26 Utilisation des tableaux de détermination des dzêta z La flèche indique l endroit où la vitesse doit être prise en compte, ceci permet de définir à quel tronçon appartient la perte de charge singulière. 26

27 Utilisation des tableaux de détermination des dzêta z 27

28 Longueurs équivalentes aux coudes Les pertes de charges particulières occasionnées par des coudes ou des vannes peuvent être calculées en les assimilant à des longueurs fictives de tuyauterie. Les abaques suivants permettent de déterminer les longueurs droites fictives équivalentes de chacun de ces coudes, vannes ou robinets. Dans ce cas, la perte de charge de la tuyauterie, des coudes et des vannes d un tronçon sera : DP = ( S L + S L + S L ). J L : longueur de tuyauterie L : longueur équivalente aux coudes L : longueur équivalente aux vannes 28

29 Longueurs équivalentes aux coudes 29

30 Longueurs équivalentes aux vannes et robinets 30

31 Détermination de tuyauteries, calcul de pertes de charge Boucles Boucle la plus défavorisée Tronçons Choix de la vitesse de circulation dans les canalisations Approche rapide du calcul de DP en petite puissance Exemple de détermination de tuyauteries. 31

32 Boucles Une installation de chauffage fonctionne en circuit fermé, et sera constituée d une ou plusieurs boucles. R1 R2 R3 La boucle est le parcours que suit l eau pour aller de la chaudière à un émetteur, puis revenir à la chaudière. Dans une installation simple ne comportant qu une seule chaudière, il y a autant de boucles que d émetteurs. 32

33 Boucle la plus défavorisée R1 R2 R3 L étude des pertes de charge pour la détermination de la pompe de circulation se limitera au calcul des pertes de charge de la boucle la plus défavorisée. C est souvent celle de l émetteur le plus éloigné. Si la pompe est assez «puissante» pour alimenter l émetteur le plus défavorisé, elle le sera forcément pour tous les autres 33

34 Tronçons Un tronçon de boucle aura un débit, une vitesse, une section et une température d eau qui lui seront propres R1 R2 R On numérotera les tronçons dans l ordre émetteur-chaudière-émetteur en partant de l émetteur de la boucle la plus défavorisée. On numérotera les autres tronçons en suivant le même principe. 34

35 Choix de la vitesse de circulation dans les canalisations Une vitesse de circulation trop grande occasionnera des bruits et un risque de corrosion des tuyauteries par abrasion ou par aération différentielle. Une vitesse de circulation trop faible nécessitera des tuyauteries de diamètres plus importants, ce qui entraînera un surcoût en matériels et en travaux et une augmentation des pertes thermiques. C est pourquoi on se fixera comme vitesse souhaitée : Dans les locaux d habitation Dans les couloirs et dégagements En chaufferie et locaux techniques 0,5 m/s 0,8 m/s 1 m/s 35

36 Approche rapide du calcul de DP en petite puissance Faute de faire le calcul précis des pertes de charge linéaires et singulières, on peut, pour déterminer le circulateur, estimer rapidement la perte de charge de la boucle la plus défavorisée en considérant un J de 15 mmce/m. Exemple : Longueur de tuyauterie aller retour chaudière-émetteur le plus éloigné : 40 m Estimation de la perte de charge totale de cette boucle la plus défavorisée : DP = 40 m. 15 mmce/m = 600 mmce = 0,6 mce Il y aura toujours moyen d augmenter les pertes de charge en jouant sur les organes de réglage des émetteurs. 36

37 Exemple de détermination de tuyauteries Soit l installation acier 90/70 C suivante Trois radiateurs, raccordés en bitube sur une bouteille de découplage. R 1 R 2 R 3 Il y a trois boucles, la plus défavorisée (donc celle qui nous interresse ) est la boucle de R 3. Mettons la en évidence.. 37

38 Exemple de détermination de tuyauteries Soit l installation acier 90/70 C suivante Trois radiateurs, raccordés en bitube sur une bouteille de découplage. Il y a trois boucles, la plus défavorisée (donc celle qui nous interresse ) est la boucle de R 3. Mettons la en évidence.. 38

39 Exemple de détermination de tuyauteries Il faudra alors déterminer le débit de chaque radiateur. Puis repérer les tronçons et indiquer leurs débits, et leurs longueurs droites. 400 L/h 200 L/h 300 L/h 11 m 6 m 9 m 900 L/h 500 L/h 300 L/h L/h 10 m L/h 6 m L/h 8 m La vitesse de circulation maximale fixée (0,5 m/s), ceci servira à la détermination du diamètre des tuyauteries et au calcul des pertes de charge linéaires. 39

40 Exemple de détermination de tuyauteries Il faudra aussi repérer la nature des incidents de parcours. entrée réservoir Sortie réservoir Vanne passage direct Rétrécissements Coudes arrondis 400 L/h 200 L/h Robinet à soupape d équerre 11 m 6 m 9 m 900 L/h 500 L/h 300 L/h 300 L/h Entrée radiateur Sortie radiateur Coude de réglage Vanne passage direct L/h 10 m Tés d équerre 500 L/h 6 m 300 L/h 8 m élargissements Ceci servira à la détermination des dzêta et au calcul des pertes de charge singulières. 40

41 Exemple de détermination de tuyauteries Tronçon n 1 : Débit : 300 L/h Vitesse souhaitée < 0,5 m/s On obtient : Tuyauterie : 15 / 21 J = 16 mmce/m Vitesse réelle = 0,4 m/s La perte de charge linéaire de ce tronçon est donc : DP = L. J = 8 m. 16 mmce/m = 128 mmce 41

42 Exemple de détermination de tuyauteries Tronçon n 1 suite : Incidents de parcours, Sortie radiateur Coude de réglage Té équerre on obtient : 1,5 8 1,5 + 1 Somme des dzêta : 12 La perte de charge singulière de ce tronçon est donc : Z = S r z.. v² 2 g Z = ,5. 0,4. 0,4 = 95 mmce La perte de charge totale : DP = (L.J) + Z = = 223 mmce 42

43 Exemple de détermination de tuyauteries Tronçon n 2 : Débit : 500 L/h Vitesse souhaitée < 0,5 m/s On obtient : Tuyauterie : 20 / 27 J = 9 mmce/m Vitesse réelle = 0,35 m/s La perte de charge linéaire de ce tronçon est donc : DP = L. J = 6 m. 9 mmce/m = 54 mmce 43

44 Exemple de détermination de tuyauteries Tronçon n 2 suite : Incidents de parcours, Élargissement on obtient : 1 Somme des dzêta : 1 La perte de charge singulière de ce tronçon est donc : Z = S r z.. v² 2 g Z = 1. 49,5. 0,4. 0,4 = 8 mmce La perte de charge totale : DP = (L.J) + Z = = 62 mmce 44

45 Exemple de détermination de tuyauteries Tronçon n 3 : Débit : 900 L/h Vitesse souhaitée < 0,5 m/s On obtient : Tuyauterie : 26 / 34 J = 9 mmce/m Vitesse réelle = 0,4 m/s La perte de charge linéaire de ce tronçon est donc : DP = L. J = 10 m. 9 mmce/m = 90 mmce 45

46 Exemple de détermination de tuyauteries Tronçon n 3 suite : Incidents de parcours, Elargissement Té équerre Coudes Vanne Entrée réservoir on obtient : La perte de charge singulière de ce tronçon est donc : ,5 Somme des dzêta : 5,5 Z = S r z.. v² 2 g Z = 5,5. 49,5. 0,4. 0,4 = 44 mmce La perte de charge totale : DP = (L.J) + Z = = 134 mmce 1 46

47 Exemple de détermination de tuyauteries Tronçon n 4 : Débit : 900 L/h Vitesse souhaitée < 0,5 m/s On obtient : Tuyauterie : 26 / 34 J = 9 mmce/m Vitesse réelle = 0,4 m/s La perte de charge linéaire de ce tronçon est donc : DP = L. J = 11 m. 9 mmce/m = 99 mmce 47

48 Exemple de détermination de tuyauteries Tronçon n 4 suite : Incidents de parcours, Sortie réservoir Vanne Coudes on obtient : 0,5 0, Somme des dzêta : 3 La perte de charge singulière de ce tronçon est donc : Z = S r z.. v² 2 g Z = 3. 49,5. 0,4. 0,4 = 24 mmce La perte de charge totale : DP = (L.J) + Z = = 123 mmce 48

49 Exemple de détermination de tuyauteries Tronçon n 5 : Débit : 500 L/h Vitesse souhaitée < 0,5 m/s On obtient : Tuyauterie : 20 / 27 J = 9 mmce/m Vitesse réelle = 0,35 m/s La perte de charge linéaire de ce tronçon est donc : DP = L. J = 6 m. 9 mmce/m = 54 mmce 49

50 Exemple de détermination de tuyauteries Tronçon n 5 suite : Incidents de parcours, Té équerre Rétrécissement on obtient : 1,5 0,5 Somme des dzêta : 2 La perte de charge singulière de ce tronçon est donc : Z = S r z.. v² 2 g Z = 2. 49,5. 0,35. 0,35 = 12 mmce La perte de charge totale : DP = (L.J) + Z = = 66 mmce 50

51 Exemple de détermination de tuyauteries Tronçon n 6 : Débit : 300 L/h Vitesse souhaitée < 0,5 m/s On obtient : Tuyauterie : 15 / 21 J = 16 mmce/m Vitesse réelle = 0,4 m/s La perte de charge linéaire de ce tronçon est donc : DP = L. J = 9 m. 16 mmce/m = 144 mmce 51

52 Exemple de détermination de tuyauteries Tronçon n 6 suite : Incidents de parcours, Té d équerre Rétrécissement Té d équerre Robinet d équerre Entrée radiateur on obtient : 1,5 0,5 1,5 8 1,5 Somme des dzêta : 13 La perte de charge singulière de ce tronçon est donc : Z = S r z.. v² 2 g Z = ,5. 0,4. 0,4 = 103 mmce La perte de charge totale : DP = (L.J)+Z = = 247 mmce 52

53 Exemple de détermination de tuyauteries Perte de charge totale de la boucle R 3 (la plus défavorisée) : Tronçon n 1 : Tronçon n 2 : Tronçon n 3 : Tronçon n 4 : Tronçon n 5 : Tronçon n 6 : 223 mmce 62 mmce 134 mmce 123 mmce 66 mmce 247 mmce TOTAL 855 mmce soit environ 0,9 mce Cette valeur nous servira à déterminer le circulateur. 53

54 Exemple de détermination de tuyauteries Tronçons n 7 et 8 : Débit : 200 L/h Vitesse souhaitée < 0,5 m/s longueur droite : 1 m On obtient : Tuyauterie : 12 / 17 J = 23 mmce/m Vitesse réelle = 0,4 m/s La perte de charge linéaire de ce tronçon est donc : DP = L. J = 1 m. 23 mmce/m = 23 mmce 54

55 Exemple de détermination de tuyauteries Tronçons n 7 et 8 suite : Incidents de parcours, Entrée - Sortie radiateur Coude de réglage Robinet d équerre Tés équerres on obtient : 1,5 + 1, ,5 + 1,5 Somme des dzêta : 24 La perte de charge singulière de ce tronçon est donc : Z = S r z.. v² 2 g Z = ,5. 0,4. 0,4 = 190 mmce La perte de charge totale : DP = (L.J) + Z = = 213 mmce 55

56 Exemple de détermination de tuyauteries Perte de charge totale de la boucle du radiateur R 2 : Tronçon n 2 : Tronçon n 3 : Tronçon n 4 : Tronçon n 5 : Tronçons n 7 et 8 : 62 mmce 134 mmce 123 mmce 66 mmce 213 mmce TOTAL 598 mmce Cette boucle est favorisée par rapport à celle de R 3, il faudra donc augmenter la perte de charge du coude de réglage de R 2 de : = 257 mmce 56

57 Exemple de détermination de tuyauteries Tronçons n 9 et 10 : Débit : 400 L/h Vitesse souhaitée < 0,5 m/s longueur droite : 1 m On obtient : Tuyauterie : 15 / 21 J = 25 mmce/m Vitesse réelle = 0,5 m/s La perte de charge linéaire de ce tronçon est donc : DP = L. J = 1 m. 25 mmce/m = 25 mmce 57

58 Exemple de détermination de tuyauteries Tronçons n 9 et 10 suite : Incidents de parcours, Entrée - Sortie radiateur Coude de réglage Robinet d équerre Tés équerres on obtient : 1,5 + 1, ,5 + 1,5 Somme des dzêta : 22 La perte de charge singulière de ce tronçon est donc : Z = S r z.. v² 2 g Z = ,5. 0,5. 0,5 = 272 mmce La perte de charge totale : DP = (L.J) + Z = = 297 mmce 58

59 Exemple de détermination de tuyauteries Perte de charge totale de la boucle du radiateur R 1 : Tronçon n 3 : Tronçon n 4 : Tronçons n 9 et 10 : 134 mmce 123 mmce 297 mmce TOTAL 554 mmce Cette boucle est favorisée par rapport à celle de R 3, il faudra donc augmenter la perte de charge du coude de réglage de R 1 de : = 301 mmce 59

60 15 / / / 21 Exemple de détermination de tuyauteries Débit : 900 L/h DP : 0,9 mce mmce mmce 26 / / / / / / 21 Cette étude nous a permis : - de déterminer les tuyauteries, - de définir les caractéristiques du circulateur, - de calculer les «handicaps» à créer. 60

61 Abaques Eau à 15 C tube cuivre Eau à 15 C tube acier Eau à 60 C tube cuivre Eau à 80 C tube acier Eau à 80 C tube cuivre ANTIGEL Éthylène-glycol Longueurs équivalentes aux coudes Longueurs équivalentes aux vannes et robinets Valeurs de dzêta 61

62 Eau à 15 C tube cuivre 62

63 Eau à 15 C tube acier 63

64 Eau à 60 C tube cuivre 64

65 Eau à 80 C tube acier 65

66 Eau à 80 C tube acier 66

67 Eau à 80 C tube cuivre 67

68 ANTIGEL Éthylène-glycol 68

69 Longueurs équivalentes aux coudes 69

70 Longueurs équivalentes aux vannes et robinets 70

71 Valeurs de dzêta 71

LES PERTES DE CHARGE DANS LES TUYAUTERIES

LES PERTES DE CHARGE DANS LES TUYAUTERIES LES PERTES DE CHARGE DANS LES TUYAUTERIES Initiation au calcul Page 1 sur 20 Sommaire : 1. Constance du débit 2. Pertes de charge 2.1 Pertes de charge linéaire 2.2 Pertes de charge localisées 2.3 Hauteur

Plus en détail

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Applications résidentielles Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et

Plus en détail

LA PURGE DES CIRCUITS HYDRAULIQUES J-M R. D-BTP

LA PURGE DES CIRCUITS HYDRAULIQUES J-M R. D-BTP LA PURGE DES CIRCUITS HYDRAULIQUES J-M R. D-BTP 2006 1 Solubilité de l air dans l eau Les causes de la présence des gaz Effet de la présence des gaz L élimination des gaz Les différents systèmes de purge

Plus en détail

Il s agit d identifier et de selectionner un type d émetteurs

Il s agit d identifier et de selectionner un type d émetteurs Objectif : Il s agit d identifier et de selectionner un type d émetteurs On donne : Un dossier ressource définissant : o Le rôle des radiateurs o Les différents types de radiateurs o Les règles de pose

Plus en détail

Notions sur les différents systèmes de chauffage

Notions sur les différents systèmes de chauffage TECHNIQUES DES INSTALLATIONS SANITAIRES Nom : ET ENERGIES THERMIQUES Les réseaux de chauffage Section énergétique Mr CHENUIL Notions sur les différents systèmes de chauffage On donne : Un dossier ressource

Plus en détail

CHAPITRE 4: PERTES DE

CHAPITRE 4: PERTES DE CHAPITRE 4: PERTES DE CHARGE Préparé par : SAGGAI Sofiane Département d Hydraulique et de Génie civil Faculté des Sciences et Technologie et Sciences de la Matières Université Kasdi Merbah Ouargla Année

Plus en détail

Hydraulique industrielle Correction TD 3

Hydraulique industrielle Correction TD 3 Hydraulique industrielle Correction TD 3 1 Etude d un limiteur de pression 1.1 Identification des fonctions Les différents élements assurant le fonctionnement du composant sont listés ci dessous : - Orifice

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes de circulation des sociétés membres d Europump portent le label volontaire «Energy», qui utilise le classement de A à G déjà bien

Plus en détail

L émission de chaleur

L émission de chaleur 2010/2011 4 - GC L émission de chaleur Les émetteurs Les réseaux de distribution Le chauffage Déperditions d un local - qualité de l isolation - ventilation Régulation Emission Distribution Production

Plus en détail

DOSSIER CHAUFFAGE RADIATEURS & CIRCUIT DE CHAUFFAGE LE RÔLE DU CHAUFFAGE LES MODES DE TRANSMISSION DE LA CHALEUR

DOSSIER CHAUFFAGE RADIATEURS & CIRCUIT DE CHAUFFAGE LE RÔLE DU CHAUFFAGE LES MODES DE TRANSMISSION DE LA CHALEUR DOSSIER CHAUFFAGE RADIATEURS & CIRCUIT DE CHAUFFAGE LE RÔLE DU CHAUFFAGE LES MODES DE TRANSMISSION DE LA CHALEUR DESCRIPTION D UN CIRCUIT DE CHAUFFAGE A EAU CHAUDE LE SENS DE LA PENTE LE RADIATEUR EN FONTE

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes à haut rendement équipées de moteurs à aimant permanent ou de «moteurs EC» (Electronic Commutation) sont jusqu à 3x plus efficientes

Plus en détail

DOSSIER VANNES 3 VOIES

DOSSIER VANNES 3 VOIES DOSSIER VANNES 3 VOIES REGULATION CIRCUIT DE CHAUFFAGE PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT TECHNOLOGIES PRINCIPE DE REGULATION MONTAGE EN MELANGE MONTAGE EN REPARTITION MONTAGE EN DECHARGE MONTAGE EN INJECTION

Plus en détail

LA DETERMINATION DES CANALISATIONS GAZ J-M R. D-BTP

LA DETERMINATION DES CANALISATIONS GAZ J-M R. D-BTP LA DETERMINATION DES CANALISATIONS GAZ J-M R. D-BTP 2006 1 Généralités Abaques Gaz de France Abaques pertes de charges Gaz Naturels Abaques pertes de charges Gaz de Pétrole Exemples de détermination 2

Plus en détail

Rappels et compléments :

Rappels et compléments : CHAPITRE 6 MECANIQUE DES FLUIDES VISQUEUX Pr. M. ABD-LEFDIL Université Mohammed V- Agdal Département de Physique Année universitaire 05-06 SVI-STU Rappels et compléments : Un fluide est un milieu matériel

Plus en détail

Module Harmony SOMMAIRE

Module Harmony SOMMAIRE sd 201 1 NOTICE D'INSTALLATION ET D'EMPLOI Module Harmony SOMMAIRE page Présentation ------------------------------------------------ 3 Caractéristiques techniques ------------------------------ 3 Descriptif

Plus en détail

Repère : Session : 2001 Durée : 2 H 30 Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES

Repère : Session : 2001 Durée : 2 H 30 Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES - La clarté des raisonnements et la qualité de la rédaction interviendront pour une part importante dans l appréciation des copies. - Conformément au dispositions

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés CONVECTION - 93 Introduction Ce mode de transfert est basé sur le fait qu il y a déplacement de matière : il ne concerne donc que les fluides (liquides et gaz). Contrairement à la conduction où le transfert

Plus en détail

CHIMIE INDUSTRIELLE. Premier exercice : le dioxyde de soufre un polluant atmosphérique

CHIMIE INDUSTRIELLE. Premier exercice : le dioxyde de soufre un polluant atmosphérique CHIMIE INDUSRIELLE Le dioxyde de soufre (SO 2 ), provenant de la combustion des combustibles fossiles (charbons, gaz naturels, dérivés du pétrole comme le fioul lourd par exemple) et des rejets de l industrie

Plus en détail

DOSSIER CIRCULATEUR ORGANE DU CIRCUIT CHAUFFAGE LE ROLE DU CIRCULATEUR LES CARACTERISTIQUES PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DIMENSIONNER UN CIRCULATEUR

DOSSIER CIRCULATEUR ORGANE DU CIRCUIT CHAUFFAGE LE ROLE DU CIRCULATEUR LES CARACTERISTIQUES PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DIMENSIONNER UN CIRCULATEUR DOSSIER CIRCULATEUR ORGANE DU CIRCUIT CHAUFFAGE LE ROLE DU CIRCULATEUR LES CARACTERISTIQUES RINCIE DE FONCTIONNEMENT DIMENSIONNER UN CIRCULATEUR CHOIX DU CIRCULATEUR RACCORDEMENT HYDRAULIQUE RACCORDEMENT

Plus en détail

L HYDRAULIQUE. 1) Formules de notions de base. Différence de température départ/retour en K

L HYDRAULIQUE. 1) Formules de notions de base. Différence de température départ/retour en K L HYDRAULIQUE 1) Formules de notions de base Puissance nécessaire pour élever une certaine quantité d eau d un différentiel de température Puissance (W) = 1.163 x Volume (l) x T ( C) Débit nécessaire en

Plus en détail

MECANIQUE Unité spécifique M5 FLUIDES EN MOUVEMENT Durée indicative : 10 heures

MECANIQUE Unité spécifique M5 FLUIDES EN MOUVEMENT Durée indicative : 10 heures MECANIQUE Unité spécifique M5 FLUIDES EN MOUVEMENT Durée indicative : 10 heures &217(186 'HVFULSWLRQGXPRXYHPHQWGXQIOXLGH Notion d'écoulement. Equation de conservation des débits. &RQVHUYDWLRQGHOpQHUJLHPpFDQLTXHGDQVXQ

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Chaudières traditionnelles

Chaudières traditionnelles Gamme Chaudières Traditionnelles et Récupérateur à condensation TOTALECO Chaudières traditionnelles ATLANTIC GUILLOT offre une large gamme de chaudières acier à équiper de brûleur gaz ou fioul pour une

Plus en détail

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES PHYSIQUE DES FLUIDES 1 1. MASSE-UNITES DE FORCE Masse (m).la masse d un corps caractérise la quantité de matière de ce corps en Kilogrammes ( Kg - unité S.I) Le Poids (p) d un corps peut s exprimer par

Plus en détail

Les différentes architectures des réseaux bouclés Notions de dimensionnement L équilibrage Quelques exemples de défauts de conception

Les différentes architectures des réseaux bouclés Notions de dimensionnement L équilibrage Quelques exemples de défauts de conception Les réseaux bouclés Les différentes architectures des réseaux bouclés Notions de dimensionnement L équilibrage Quelques exemples de défauts de conception 91/204 La distribution d eau chaude sanitaire Bouclage

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL INDUSTRIES DE PROCÉDÉS ÉPREUVE E2 : ÉPREUVE TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL INDUSTRIES DE PROCÉDÉS ÉPREUVE E2 : ÉPREUVE TECHNOLOGIQUE SESSION 2013 ÉPREUVE E2 : ÉPREUVE TECHNOLOGIQUE Sous épreuve A2 : ÉTUDE ET CONDUITE DES OPÉRATIONS UNITAIRES DOSSIER RESSOURCES Le dossier se compose de 8 pages, numérotées de 1/8 à 8/8. Dès que le dossier

Plus en détail

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire Sommaire 1. Généralités 7 2. Réseaux d alimentation d eau dans les bâtiments 8 2.1 Généralités 8 2.2 Dimensionnement du réseau d alimentation - Méthode générale 8 2.2.1 Principes généraux 8 2.2.2 Données

Plus en détail

ELEMENTS COMPLEMENTAIRES D UNE CHAUFFERIE

ELEMENTS COMPLEMENTAIRES D UNE CHAUFFERIE ELEMENTS COMPLEMENTAIRES D UNE CHAUFFERIE 1. ALIMENTATION EN EAU Lorsque le circuit de chauffage est alimenté par le réseau d eau potable, l alimentation en eau doit comporter un réservoir de coupure,

Plus en détail

CATALOGUE DE VENTE 2014-2015 SOLUTIONS DE REGULATION ET CHAUFFAGE SOL

CATALOGUE DE VENTE 2014-2015 SOLUTIONS DE REGULATION ET CHAUFFAGE SOL CATALOGUE DE VENTE 2014-2015 SOLUTIONS DE REGULATION ET CHAUFFAGE SOL Robinetterie de sécurité Sécurité et économies d eau COMAP offre une gamme d équipements de sécurité et de protection de la distribution

Plus en détail

30. SPECIFICATIONS TECHNIQUES DETAILLEES 30.1. TRAVAUX DIVERS. Sous total 30.1. 30.2. PRODUCTION DE CHALEUR

30. SPECIFICATIONS TECHNIQUES DETAILLEES 30.1. TRAVAUX DIVERS. Sous total 30.1. 30.2. PRODUCTION DE CHALEUR 30. SPECIFICATIONS TECHNIQUES DETAILLEES 30.1. TRAVAUX DIVERS 30.1.1. Bloc-porte métallique coupe-feu 1 heure à un vantail Dépose de l ancienne porte inutilisée Bâti métallique en tôle d acier pliée de

Plus en détail

DETAIL DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

DETAIL DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DETAIL DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EASYTAIRM 20 rue Angélina Faity 79000 NIORT N d enregistrement : 54 79 00883 79 Type d action de formation Intitulé de la formation «Les techniques de calculs appliquées

Plus en détail

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS.

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Problème : (Thème : Primitives, équations différentielles linéaires du 1 er ordre à coefficients

Plus en détail

LES BRULEURS FIOUL DOMESTIQUE

LES BRULEURS FIOUL DOMESTIQUE LES BRULEURS FIOUL DOMESTIQUE I. Présentation générale des brûleurs fioul. (p.2) I.1 : Rôle d un brûleur fioul. I.2 : Les différents types de brûleurs fioul I.3 : Caractéristiques techniques du brûleur

Plus en détail

STOCKAGE ET ALIMENTATION FIOUL J-M R. D-BTP

STOCKAGE ET ALIMENTATION FIOUL J-M R. D-BTP STOCKAGE ET ALIMENTATION FIOUL J-M R. D-BTP 006 Généralité L alimentation en fioul des brûleurs se fait à partir d une cuve, dans laquelle le fioul est puisé par la pompe du brûleur. Le stockage du fioul

Plus en détail

Laddomat 21-60 Kit de chargement

Laddomat 21-60 Kit de chargement Laddomat 21-60 Kit de chargement Laddomat 21 a pour fonction de... Guide d utilisation et d installation... lors du chauffage, permettre à la chaudière de rapidement atteindre la température de service....

Plus en détail

Bilan thermique du chauffe-eau solaire

Bilan thermique du chauffe-eau solaire Introduction La modélisation des phénomènes de transfert dans un chauffe-eau solaire à circulation naturelle reste un phénomène difficile et complexe pour simplifier le problème. Le chauffeeau est divisé

Plus en détail

Fascicule de Travaux Pratiques

Fascicule de Travaux Pratiques Ministère de l'enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université de Sousse Institut Supérieur des Sciences Appliquées et de Technologie de Sousse Fascicule de Travaux

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

Cette fiche a été rédigée par l équipe technique du RéFEA

Cette fiche a été rédigée par l équipe technique du RéFEA TUYAU D EVENT : CONSTRUCTION Ce tuyau a pour objectif : de créer un courant d air entre la cabine et l extérieur de la fosse, passant par le trou de défécation ; servir de source lumineuse qui attire les

Plus en détail

EP1 préparation d activités. professionnelles

EP1 préparation d activités. professionnelles BEP installation des systèmes énergétiques et climatiques EP1 préparation d activités Ce dossier comporte 18 pages A4 numérotées de 1/18 à 18/18. Page 1/18 PLAN FAÇADES Page 2/18 PLAN REZ DE JARDIN Page

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

Les réseaux de chauffage

Les réseaux de chauffage Les réseaux de chauffage 1. Définitions et généralités 1.1. Sous station Lorsque l on a une installation de grande étendue exemple une installation de chauffage desservant plusieurs immeubles la chaleur

Plus en détail

GMP Standard GROUPE DE MAINTIEN DE PRESSION. Groupe de Maintien de Pression GMP Standard GMP Eau-surchauffée Vacuopress Maxipress - Minipress

GMP Standard GROUPE DE MAINTIEN DE PRESSION. Groupe de Maintien de Pression GMP Standard GMP Eau-surchauffée Vacuopress Maxipress - Minipress GMP Standard GROUPE DE MAINTIEN DE PRESSION Groupe de Maintien de Pression GMP Standard GMP Eau-surchauffée Vacuopress Maxipress - Minipress LES AVANTAGES La directive européenne des équipements sous pression

Plus en détail

TOTALECO. Récupérateur à condensation. Documentation technique. Simple et double étage pour chaudière gaz et fioul de 95 kw à 6 470 kw

TOTALECO. Récupérateur à condensation. Documentation technique. Simple et double étage pour chaudière gaz et fioul de 95 kw à 6 470 kw TOTALECO Documentation technique Récupérateur à condensation Simple et double étage pour chaudière gaz et fioul de 95 kw à 6 470 kw SOMMAIRE 3 TOTALECO simple étage 4 Principe de récupération 4 Conception

Plus en détail

Chaudière murale mixte instantanée à gaz

Chaudière murale mixte instantanée à gaz C 246-01 made in Italy Chaudière murale mixte instantanée à gaz Longueur 400 mm Hauteur 700 mm Profondeur 250 mm chaleur à vivre FR Nord Africa Chaudière murale mixte instantanée à gaz PETITE avec ses

Plus en détail

Les Chauffe-Eau Solaires Individuels (CESI)

Les Chauffe-Eau Solaires Individuels (CESI) Les Chauffe-Eau Solaires Individuels (CESI) Cette fiche décrit la façon de renseigner dans Clima-Win les éléments constitutifs de l installation solaire de production d ECS. Date 0 2 / 1 0 /2013 V ersion

Plus en détail

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014 Fiche d application du Titre V Système RT2012 Validé le 1 er décembre 2014 Xiros EAU - 100 L - 150 L Cylia EAU - 200 L - 300 L 1. Le PRINCIPE Les chauffe-eau thermodynamiques Xiros EAU et Cylia EAU, captent

Plus en détail

NOTIONS DE PERTE DE CHARGE PERTE DE PRESSION

NOTIONS DE PERTE DE CHARGE PERTE DE PRESSION Théorie NOTIONS E PERTE E CHARGE PERTE E PRESSION En raison de la VISCOSITE des fluides réels, de la RUGOSITE des parois intérieures des conduites et des accidents de parcours inhérents à un tracé fluidique,

Plus en détail

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA FACULTE DES SCIENCES APPLIQUÉES Département de Génie des Procédés Phénomènes de transferts Travaux pratiques de mécanique des fluides CHAOUCH Noura et SAIFI Nadia 2013

Plus en détail

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix Module Thermique avec ECS accumulée Logix Arrêté ministériel du 27 janvier 2015 Module Thermique d Appartement Logix avec affichage des consommations de chauffage et d eau chaude sanitaire Module de distribution

Plus en détail

DOSSIER RESSOURCES. Dossier RESSOURCES. Durée : 4h Coefficient : 3 Page 1 / 12. 1406-TIS T Session 2014

DOSSIER RESSOURCES. Dossier RESSOURCES. Durée : 4h Coefficient : 3 Page 1 / 12. 1406-TIS T Session 2014 DOSSIER Durée : 4h Coefficient : 3 Page 1 / 12 1 Synoptique de principe Chaufferie 8 7 5 2 6 3 4 Durée : 4h Coefficient : 3 Page 2 / 12 Plan d implantation Conduits de ventilation et de chauffage. Durée

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire Revue des Energies Renouvelables SIENR 12 Ghardaïa (2012) 23 28 Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire H. Ammar 1*, M.T. Bouziane 2 et Y. Bakelli 1 1 Unité de Recherche

Plus en détail

Sommaire. Références 138. 8 Le diagnostic gaz - Sommaire. Le diagnostic gaz - Sommaire

Sommaire. Références 138. 8 Le diagnostic gaz - Sommaire. Le diagnostic gaz - Sommaire Sommaire Chapitre 1. Qu est-ce qu une installation gaz? 10 Généralités 11 1.1 Comment ça marche? 12 1.2 Définitions 14 1.3 Les appareils 19 Chapitre 2. Les tuyauteries fixes 28 Généralités 29 2.1 Tuyauteries

Plus en détail

Implantation des chaudières fioul

Implantation des chaudières fioul Implantation des chaudières fioul Fiche technique Edition février 2010 sommaire Le local p.2 L alimentation de la chaudière p.5 Les raccordements de la chaudière p.9 Glossaire p.11 Documents et contacts

Plus en détail

Circulateurs Haut Rendement Chauffage - Climatisation 50 Hz

Circulateurs Haut Rendement Chauffage - Climatisation 50 Hz Plage d utilisation Débit jusqu à m /h Hauteur mano. jusqu à 8 mce Pression de service maxi bar Pression min. à l'aspiration, bar à 9 C Plage de température - C à 9 C Température ambiante max + C EEI-Part,

Plus en détail

combimix groupe de réglage pour les installations de planchers chauffants

combimix groupe de réglage pour les installations de planchers chauffants combimix groupe de réglage pour les installations de planchers chauffants member of combimix Le groupe combimix a pour fonction de réguler la température du fluide du circuit primaire (la chaudière) à

Plus en détail

électrique Gialix offre la solution de chauffage central ple et la plus souple pour le neuf ou la rénovation

électrique Gialix offre la solution de chauffage central ple et la plus souple pour le neuf ou la rénovation électrique Gialix offre la solution de central ple et la plus souple pour le neuf ou la rénovation Retour Aquastat de sécurité circuit radiateur MODULANTE ET SILENCIEUSE Gialix est la seule chaudière électrique

Plus en détail

Saisie des systèmes de ventilation naturelle par conduits et de ventilation hybride

Saisie des systèmes de ventilation naturelle par conduits et de ventilation hybride Fiche d application : Saisie des systèmes de ventilation naturelle par conduits et de ventilation hybride Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 7 avril 2009 1 Préambule : Cette

Plus en détail

NOM SOUPAPES GENERALITES 1.doc PDF PJ INTRODUCTlON

NOM SOUPAPES GENERALITES 1.doc PDF PJ INTRODUCTlON NOM SOUPAPES GENERALITES 1.doc PDF PJ INTRODUCTlON Il y a pression dans un circuit hydraulique, lorsqu'une résistance s'oppose à I'écoulement du fluide refoulé par la pompe En fonction de cette résistance,

Plus en détail

LE PLANCHER CHAUFFANT J-M R. D-BTP

LE PLANCHER CHAUFFANT J-M R. D-BTP LE PLANCHER CHAUFFANT J-M R. D-BTP 2006 1 Accueil Le matériel Mise en oeuvre Mise en service 2 Accueil 3 Accueil Généralités Description Distribution de la chaleur Différents types de pose 4 Généralités

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

SOMMAIRE ARTIPRIX PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS PERCEMENTS SAIGNÉES SCELLEMENTS

SOMMAIRE ARTIPRIX PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS PERCEMENTS SAIGNÉES SCELLEMENTS 1 2 3 4 5 6 7 PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS 15 PERCEMENTS 16 SAIGNÉES SCELLEMENTS FRAIS DIVERS D'INTERVENTION DE DÉPANNAGE RECONNAISSANCE DES TRAVAUX

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET SESSION 2010 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Génie des équipements agricoles Durée : 3 heures 30 Matériel

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES EN CHAUFFAGE CENTRAL

TRAVAUX PRATIQUES EN CHAUFFAGE CENTRAL MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION TRAVAUX

Plus en détail

LOT N 13 : CHAUFFAGE VENTILATION - PLOMBERIE

LOT N 13 : CHAUFFAGE VENTILATION - PLOMBERIE Lot N 13 : CHAUFFAGE GAZ- VENTILATION - PLOMBERIE SANITAIRE - DPGF - page 1 LOT N 13 : CHAUFFAGE VENTILATION - PLOMBERIE 1 PRODUCTION D'EAU CHAUDE SOLAIRE 2 COMPTAGE 3 VENTILATION 4 PLOMBERIE SANITAIRE

Plus en détail

L W BURY WF W 28/3 E MONT

L W BURY WF W 28/3 E MONT BRÛLEU B UR FIOU UL REG G 35.5 (377220 ( 00) TYP PE 722T T P POUR G GENERA ATEUR RESIDENTIEL L W WATERB BURY WF W 28/3 32 INST TRUCTIION DE E MONT TAGE C Code : 0103-11 10 W W.REG5.20 010V1 Les opérations

Plus en détail

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind made in Belgium With the future in mind HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC Chaudière au gaz à condensation, à fonction double HeatMaster TC à condensation pour le chauffage central HeatMaster

Plus en détail

BP Génie Climatique Le brûleur fuel à air soufflé C.F.A.B REIMS

BP Génie Climatique Le brûleur fuel à air soufflé C.F.A.B REIMS BP Génie Climatique Le brûleur fuel à air soufflé C.F.A.B REIMS Stockage non enterré Capacité maximale de 2 500 litres Le stockage peut être implanté en rez-de-chaussée ou en sous-sol. Le local doit être

Plus en détail

ROBINETS ET ACCESSOIRES POUR RADIATEURS

ROBINETS ET ACCESSOIRES POUR RADIATEURS ROBINETS ET ACCESSOIRES POUR RADIATEURS - réhabilitation spéciale: AVEC ROBINETS THERMOSTATIQUES... 114 - Robinets thermostatiques... 118 - Robinets thermostatiques: bitube, monotube, ensemble thermostatiques...

Plus en détail

Ballons d eau chaude électriques à circuit fermé Z.., AQ.., IND/IDE.., ID.., HR-N/HR-T.., STA.., HB..

Ballons d eau chaude électriques à circuit fermé Z.., AQ.., IND/IDE.., ID.., HR-N/HR-T.., STA.., HB.. Ballons d eau chaude électriques à circuit fermé Z.., AQ.., IND/IDE.., ID.., HR-N/HR-T.., STA.., HB.. Les ballons d eau chaude électriques à circuit fermé HAJDU sont créés pour fournir de l eau chaude

Plus en détail

Présentation du programme ThermGaz Dimensionnement réseaux de distribution de gaz

Présentation du programme ThermGaz Dimensionnement réseaux de distribution de gaz Présentation du programme ThermGaz Dimensionnement réseaux de distribution de gaz Jean Yves MESSE THERMEXCEL Copyright 2004-2013 ThermExcel - All Rights Reserved Programme ThermGaz Caractéristiques et

Plus en détail

ÉLABORATION DES PROJETS

ÉLABORATION DES PROJETS ---------------------------------------------------------------------- Base de dimensionnement Données nécessaires : Le besoin de refroidissement (le mieux est d utiliser le programme ProClim de Swegon)

Plus en détail

Pompe à chaleur Aérothermique «Compact» Haute température réversible NOUVEAU

Pompe à chaleur Aérothermique «Compact» Haute température réversible NOUVEAU AW Aérothermie LIAISON HYDRAULIQUE Pompe à chaleur Aérothermique «Compact» Haute température réversible 6 C départ max Unités extérieures Unités intérieures NOUVEAU ans * garantie compresseur 6 C Radiateurs

Plus en détail

L'innovation certifiée depuis 1892 Gialix - JUIN 2013

L'innovation certifiée depuis 1892 Gialix - JUIN 2013 L'innovation certifiée depuis 1892 Gialix de 0,7 à 196 kw Chaudières électriques murales Une chaudière exceptionnelle aux performances exceptionnelles! Remplace facilement tout type de chaudière Silencieuse

Plus en détail

Saisie et optimisation des réseaux de distribution de chauffage et d eau chaude sanitaire en résidentiel. Guide pratique

Saisie et optimisation des réseaux de distribution de chauffage et d eau chaude sanitaire en résidentiel. Guide pratique Saisie et optimisation des réseaux de distribution de chauffage et d eau chaude sanitaire en résidentiel Guide pratique RT 2012 La polyvalence du système de chauffage à eau chaude Le système de chauffage

Plus en détail

Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit sans autorisation.

Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit sans autorisation. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Clermont- Ferrand pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit,

Plus en détail

Auréa. Auréa Système. Les solutions solaires. Chauffe-Eau Solaire. Combiné Solaire Pulsatoire 90% Système solaire auto-vidangeable

Auréa. Auréa Système. Les solutions solaires. Chauffe-Eau Solaire. Combiné Solaire Pulsatoire 90% Système solaire auto-vidangeable Les solutions s pour l Eau Chaude ou le Chauffage Auréa Chauffe-Eau Solaire N 0-7S84 F Système auto-vidangeable et ANTI-SURCHAUFFE Avec Auréa PAC 90% Jusqu à d énergie Gratuite pour votre ECS Auréa Système

Plus en détail

FORMULAIRE FORMULAIRE

FORMULAIRE FORMULAIRE Ce fascicule constitue un extrait du formulaire PONT-A-MOUSSON dont la version complète est éditée aux Editions Lavoisier-TEC & DOC, 11, rue Lavoisier - F-75381 PARIS CEDEX 08 1989 Ce fascicule constitue

Plus en détail

Série P, pompes à main ultra-légères. Une exclusivité Enerpac

Série P, pompes à main ultra-légères. Une exclusivité Enerpac P, pompes à main ultralégères De haut en bas: P802, P842, P202, P142 Une exclusivité Enerpac Tableau de sélection Pour une sélection correcte de la pompe à main convenant à votre application prière de

Plus en détail

ALFÉA HYBRID DUO GAZ

ALFÉA HYBRID DUO GAZ DUO GAZ POMPE À CHALEUR HYBRIDE AVEC APPOINT GAZ CONDENSATION INTÉGRÉ HAUTE TEMPÉRATURE 80 C DÉPART D EAU JUSQU À 60 C EN THERMODYNAMIQUE SOLUTION RÉNOVATION EN REMPLACEMENT DE CHAUDIÈRE FAITES CONNAISSANCE

Plus en détail

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS Manip n 9 Avril 2014 J. ALBET P. de CARO C. SAUDEJAUD 2 ème Année ATELIER INTER UNIVERSITAIRE DE GENIE DES PROCEDES Objectifs de la manipulation

Plus en détail

Écoulements internes et calcule de h et de température

Écoulements internes et calcule de h et de température Objectifs Écoulements internes et calcule de h et de température Objectifs Mettre en évidence les différences entre écoulements externes et internes Calcul de h local et moyen Calcul de température locale

Plus en détail

ALFÉA HYBRID DUO GAZ

ALFÉA HYBRID DUO GAZ DUO GAZ Technologie Hybride POMPE À CHALEUR HYBRIDE AVEC APPOINT GAZ CONDENSATION INTÉGRÉ HAUTE TEMPÉRATURE 80 C DÉPART D EAU JUSQU À 60 C EN THERMODYNAMIQUE SOLUTION RÉNOVATION EN REMPLACEMENT DE CHAUDIÈRE

Plus en détail

D.P.G.F. D.C.E. Juin 2015. Reconstruction de la Salle Polyvalente

D.P.G.F. D.C.E. Juin 2015. Reconstruction de la Salle Polyvalente MAITRE DE L OUVRAGE Commune de Mairie 62170 Tél. : 03 21 1 46 56 E-mail : mairie.beaumerie@wanadoo.fr Reconstruction de la Salle Polyvalente D.C.E. Juin 2015 LOT PLOMBERIE SANITAIRE CHAUFFAGE V.M.C. Décomposition

Plus en détail

Mur extérieur «mur PAMAflex»

Mur extérieur «mur PAMAflex» A 1. Description Elément préfabriqué hautement isolé composé d une paroi portante en béton de 14 cm d épaisseur, d une couche d isolation de 27 cm de polyuréthane, épaisseur totale du mur de 41 cm. Un

Plus en détail

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes.

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes. Préambule et domaine d'application Le présent document a été créé dans le but pour permettre le dimensionnement des installations de plomberie sanitaire. C'est un document de synthèse, Il reprend partiellement

Plus en détail

Calcul d'un vase d'expansion Flexcon pour des installations de chauffage central avec membrane fixe ou interchangeable

Calcul d'un vase d'expansion Flexcon pour des installations de chauffage central avec membrane fixe ou interchangeable Calcul du vase pour des installations de chauffage central Calcul d'un vase d'expansion Flexcon pour des installations de chauffage central avec membrane fixe ou interchangeable Notions de base pour le

Plus en détail

C 249-03. made in Italy. Tahiti Dual. Chaudières murales à gaz mixtes instantanées et chauffage seul EMEA

C 249-03. made in Italy. Tahiti Dual. Chaudières murales à gaz mixtes instantanées et chauffage seul EMEA C 249-03 made in Italy Tahiti Dual Chaudières murales à gaz mixtes instantanées et chauffage seul FR EMEA Chaudières murales à gaz mixtes Tahiti Dual FIABILITÉ SÉCURITÉ FACILITÉ D UTILISATION ET D ENTRETIEN

Plus en détail

La nouvelle génération de tuyauterie gaz jusqu à 100 mbar

La nouvelle génération de tuyauterie gaz jusqu à 100 mbar DOC_TP_F_06/08 - page 1 certifié N 03-070-6 résistant Haute Température (HTB) temps de pose réduit de 50 à 80 % montage facile sans outillage spécial Le système de tuyauterie TracPipe avec les raccords

Plus en détail

Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise

Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise Page 1 sur 6 Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise Nom élève:.. Entreprise: Nom et fonction du professeur:. Dates de stage:.. Zone de compétence: Zone

Plus en détail

I Hydrocarbures simplifiés

I Hydrocarbures simplifiés Gaz et fioul 1/5 Données communes : Composition volumique de l air est de 21 % de O2 et 79 % de N2. Chaleur latente de vaporisation de l eau : L f = 2 250 kj/kg. Eléments Carbone Hydrogène Oxygène Azote

Plus en détail

www.hdgdev.com 1 2 1

www.hdgdev.com 1 2 1 www.hdgdev.com 1 2 1 Puits canadien - provençal Une solution géothermique naturelle 3 Principe de fonctionnement : Le puit canadien appelé aussi puit provençal est un système de ventilation conçu pour

Plus en détail

Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC)

Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC) Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC) Cette fiche décrit la façon de renseigner dans Clima-Win les éléments constitutifs d une installation solaire collective de production d ECS. Date 1 3/ 12/2012

Plus en détail

Extraire l information d un texte, d un tableau, d un graphique, d un schéma,

Extraire l information d un texte, d un tableau, d un graphique, d un schéma, 1 1. Savoir-faire du module 3 S informer Modéliser Extraire l information d un texte, d un tableau, d un graphique, d un schéma, Utiliser un modèle Élaborer un modèle Sélectionner des données Choisir,

Plus en détail

Débitmètres électromagnétiques

Débitmètres électromagnétiques KROHNE 10/99 C 31 0000 01 E GR Débitmètres électromagnétiques Conseils d installation Conseils de sélection Guide de commande Débitmètres à flotteur Débitmètres Vortex Contrôleurs de débit Débitmètres

Plus en détail

La technologie de l énergie

La technologie de l énergie La technologie de l énergie CONSTRUCTEUR DE CHAUDIERE INDUSTRIELLES Chaudière à vapeur Chaudière eau chaude Chaudière eau surchauffée Générateur d eau chaude Maintenance et service après-vente CONSTRUCTEUR

Plus en détail

made in Italy C 310-01 Nias condensing Chaudières murales à condensation avec ballon à accumulation EMEA

made in Italy C 310-01 Nias condensing Chaudières murales à condensation avec ballon à accumulation EMEA C 310-01 made in Italy Nias condensing Chaudières murales à condensation avec ballon à accumulation FR EMEA Chaudières murales à condensation avec ballon à accumulation Nias CONDENSING Haut rendement Faibles

Plus en détail

Descriptif. Fonctions. Caractéristiques. Applications. Tests. Vanne de régulation permettant la limitation et la stabilisation hydraulique du débit.

Descriptif. Fonctions. Caractéristiques. Applications. Tests. Vanne de régulation permettant la limitation et la stabilisation hydraulique du débit. DN 50 à 000 - Série K 0 Vanne de régulation permettant la limitation et la stabilisation hydraulique du débit. Descriptif Généralités sur le fonctionnement de la vanne Hydrobloc, voir fiche Série K. Gamme

Plus en détail

Z.A. Pérache 63114 COUDES (+33) 04 73 96 92 22 (+33) 04 73 96 92 14 com@arvel.fr. Centrale SD20. Centrale à saumure Type SD20.

Z.A. Pérache 63114 COUDES (+33) 04 73 96 92 22 (+33) 04 73 96 92 14 com@arvel.fr. Centrale SD20. Centrale à saumure Type SD20. Centrale à saumure Type Page 1 Les centrales de fabrication de saumure type SD sont des machines destinées au ravitaillement en saumure N.A. C.L. de saleuses à bouillie de sel. 1) Caractéristiques générales

Plus en détail