Acquisition de sociétés de famille cotées en bourse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Acquisition de sociétés de famille cotées en bourse"

Transcription

1 Tirage à part : Fusions et acquisitions : questions actuelles Pierre Marty (éd.) Jacques Iffland Acquisition de sociétés de famille cotées en bourse Publication 81 Lausanne 2009

2

3 Acquisition de sociétés de famille cotées en bourse Jacques IFFLAND Docteur en droit, avocat I. Introduction A. Private company deal vs public company deal L acquisition d une société dont les actions sont cotées en bourse diffère à plusieurs égards de l acquisition d une société «privée» c est-à-dire une société dont les actions sont détenues par un petit nombre de personnes. Celui qui désire acquérir une société «privée» doit négocier avec un nombre limité d actionnaires, qui agissent en principe de façon coordonnée. L acquéreur potentiel se livre généralement à un examen approfondi de la société visée (due diligence). La transaction prend le plus souvent la forme d un contrat de vente d actions, dans lequel le ou les vendeurs garantissent certaines qualités de l entreprise transférée, comme par exemple la tenue régulière de ses comptes ou l absence de dettes occultes. La situation est très différente lorsque la société visée est cotée en bourse. Dans ce cas, l acquéreur potentiel n est en principe pas confronté à un cercle déterminé de contreparties, mais à un actionnariat «public», c est-à-dire à un grand nombre de personnes dont il ne connaît pas l identité. L acquéreur ne peut pas négocier les termes de la transaction avec les actionnaires de la société visée, car ces derniers sont trop nombreux et ne peuvent pas être identifiés. La transaction doit prendre la forme d une offre publique d acquisition (OPA), adressée à un nombre indéterminé de personnes. L acceptation d une telle offre ne donne pas naissance à un seul, mais à un faisceau de contrats de vente d actions distincts. Dans un tel contexte, il est en principe vain de chercher à obtenir que les vendeurs garantissent les qualités de l entreprise vendue, car leur nombre et leur caractère anonyme rendent une action en garantie illusoire. En outre, les impératifs de sauvegarde du secret des affaires et d égalité de traitement, ainsi que les règles boursières relatives à l information des investisseurs, peuvent empêcher le conseil d administration de la société visée d autoriser une due diligence aussi étendue que ce qui serait 1

4 Jacques Iffland le cas pour l acquisition d une société privée 1. Ces particularités sont souvent résumées en pratique au travers de l expression «public company transaction», qui désigne les transactions portant sur de grandes sociétés publiques, réalisées sur la base d informations essentiellement publiques, et sans que l acquéreur puisse obtenir de garantie de la part des vendeurs. B. L acquisition d une société de famille cotée en bourse comme forme hybride de transaction La particularité des transactions portant sur des sociétés de famille cotées en bourse est de réunir à la fois des aspects d acquisition privée et de transaction publique. L expression «société de famille cotée en bourse», telle qu elle est utilisée ici, vise les sociétés dominées ou contrôlées par un groupe restreint d actionnaires. Ces sociétés se caractérisent par la structure bicéphale de leur actionnariat : d un côté, un bloc de contrôle, souvent composé d actionnaires issus de la famille fondatrice ; de l autre, un nombre plus ou moins élevé d actionnaires minoritaires, sans liens particuliers les uns avec les autres, souvent qualifiés d actionnaires «publics». L acquisition d une société de famille cotée en bourse se caractérise par la combinaison de deux transactions : - L acquisition du bloc de contrôle. Ce bloc étant détenu par un nombre limité de personnes, cette acquisition prend généralement la forme d un contrat d achat d actions, c est-à-dire d une transaction privée ; - L acquisition des participations minoritaires. Les titres concernés étant disséminés dans le public et changeant de mains régulièrement du fait du négoce boursier, leur acquisition nécessite la publication d une OPA. La difficulté réside dans la nécessité de coordonner ces deux transactions. II. Changement de contrôle et obligation d offre A. Obligation d offre en cas de changement de contrôle L acquisition d un bloc de contrôle doit-il nécessairement être suivi d une OPA? En d autres termes, est-il possible d acquérir un bloc de contrôle sans devoir présenter une offre aux actionnaires minoritaires? 1 SCHENKER, p. 144 s. 2

5 Acquisition de sociétés de famille cotées en bourse La réponse est, en général, négative. Le droit suisse prévoit un régime d offre obligatoire. La loi sur les bourses 2 oblige, en principe, quiconque acquiert le contrôle d une société suisse dont une partie au moins des titres de participation est cotée en Suisse à présenter une offre pour les titres de participation cotés de cette société qu il ne détient pas encore 3. L idée sous-jacente est qu un changement de contrôle implique des risques d abus pour les actionnaires minoritaires, et que ces derniers doivent pouvoir se séparer de leurs titres à des conditions équitables dans une telle situation 4. Le contrôle est présumé acquis si un actionnaire ou un groupe d actionnaires organisé acquiert plus du tiers des droits de vote 5. La société concernée peut cependant augmenter ce seuil de 33 % jusqu à 49 % des droits de vote dans ses statuts 6. On parle alors d «opting up». La loi sur les bourses permet aussi aux sociétés cotées de dispenser leurs actionnaires de toute obligation d offre en insérant dans leurs statuts des clauses dites d «opting out» Une 7. obligation d offre prend donc naissance si un investisseur acquiert une participation représentant plus du tiers des droits de vote 8. Cela signifie que, en règle générale, celui qui acquiert un bloc de contrôle dans une société suisse dont les actions sont cotées à une bourse en Suisse a l obligation de faire suivre cette acquisition d une offre aux actionnaires minoritaires. Dans le système de la loi sur les bourses, une telle offre doit être générale, c est-à-dire s étendre à l ensemble des titres de participation cotés de la société visée 9 et être faite à un prix minimum 10. Elle doit aussi, en principe, être inconditionnelle Loi fédérale du 24 mars 1995 sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières (Loi sur les bourses, LBVM) (RS 954.1). Art. 32 LBVM. HOFSTETTER/HEUBERGER, BaK, N 4 ad art. 32 LBVM. Art. 32 al. 1, 1 re phrase, LBVM. Art. 32 al. 1, 2 e phrase, LBVM. Art. 22 al. 2 et 3 LBVM. Il peut sembler paradoxal qu une modification des statuts décidée par la majorité puisse faire échec à un mécanisme légal destiné à protéger les minoritaires. La CFB et la COPA ont cependant développé une pratique destinée à éviter les abus dans ce domaine. Ces autorités considèrent qu une clause d opting out est invalide si elle a été adoptée en vue d une transaction déterminée. Voir à ce sujet la décision Esec Holding AG de la CFB du 23 juin La COPA considère aussi suspectes les clauses d opting out adoptées moins de cinq ans avant un changement de contrôle. En présence de telles clauses, elle exige que les parties démontrent que le changement de contrôle n était pas déjà envisagé lors de leur adoption. La COPA peut aussi chercher à apporter la preuve qu une clause d opting out avait été adoptée en vue d une transaction particulière plus de cinq ans avant un changement de contrôle. Voir à ce sujet notamment la recommandation du 21 juin 2007 dans l affaire Golay- Buchel Holding SA, c. 1. Voir en général TSCHÄNI/IFFLAND/DIEM, N 45 ss. Une obligation d offre existe également si l actionnaire qui détenait déjà plus du tiers des droits de vote lors de l entrée en vigueur de la LBVM, le 1 er janvier 1998, acquiert plus de la moitié des droits de vote par la suite (art. 52 LBVM). En revanche, celui qui détient une participation de plus de 50 % des droits de vote peut augmenter cette participation jusqu à obtenir l intégralité des droits de vote sans avoir jamais l obligation de présenter une offre. ATF 130 II 530 (arrêt Quadrant), p. 541 c Cette situation se justifie par le fait qu il n y a alors pas de changement de contrôle. Art. 33 OBVM-FINMA. 3

6 Jacques Iffland B. Prix minimum de l offre obligatoire Une question importante en pratique est de savoir s il est nécessaire de payer le même prix à tous les actionnaires d une société visée, ou s il est possible de payer un prix différent pour le bloc de contrôle et pour les participations minoritaires. Si l acquéreur n est pas obligé de traiter tous les actionnaires de façon égale, son inclinaison sera sans doute de payer un prix plus élevé pour la participation de contrôle, car cette dernière aura pour lui une valeur supérieure. Toutefois, l acquéreur attribuant en principe une valeur globale à la société visée, la répartition du prix de vente entre les actionnaires vendeurs obéira souvent au principe des vases communicants : tout montant versé à l actionnaire de contrôle échappera aux actionnaires minoritaires. La prime payée à l actionnaire majoritaire se traduira donc par une moins-value pour les actionnaires minoritaires. Le droit suisse permet le paiement d un prix plus élevé à l actionnaire de contrôle qu aux actionnaires minoritaires 12. Cette situation qui est devenue une exception sur le plan international 13 est due au fait que, lorsque le régime suisse de l offre obligatoire a été adopté, cette institution était encore relativement peu répandue sur le plan international. La règle, en droit suisse, est que le prix minimum de l offre obligatoire ne peut pas être inférieur de plus de 25 % au prix le plus élevé payé par l offrant (ou par des personnes agissant de concert avec lui) pour les titres de participation de la société visée pendant les 12 mois précédant l offre 14 ou son annonce préalable 15. Le prix offert ne peut cependant pas être inférieur au cours de bourse des titres de participation de la société visée Art. 32 al. 4 LBVM et 40 ss OBVM-FINMA. Art. 36 OBVM-FINMA. Selon l art. 32 al. 4 LBVM, le prix offert peut être jusqu à 25 % inférieur au prix le plus élevé payé par l offrant pour des titres de la société visée dans les douze derniers mois, à condition d être au moins égal au cours de bourse. Voir p.ex. l art. 5 al. 4 de la Directive 2004/25/CE du Parlement Européen et du Conseil du 21 avril 2004 concernant les offres publiques d acquisition (JO L 142 du 30 avril 2004, p ). Voir SCHÄRER/WALLER, p. 64 s, N 17, sur les incertitudes relatives à la portée de cette disposition. Voir supra, n. 12. Art. 7 al. 3 let. a OOPA. Art. 32 al. 4 LBVM. Le cours de bourse pertinent correspond à la moyenne pondérée par les volumes des cours payés en bourse pendant les 60 jours de bourse précédant la publication de l offre ou son annonce préalable (art. 40 al. 2 OBVM-FINMA). La valeur des titres visés doit être déterminée par un organe de contrôle (au sens de l art. 25 LBVM) si ces derniers sont illiquides, c est-à-dire, en principe, s ils ont été négociés pendant moins de 30 jours durant la période de 60 jours de bourse précédant la publication de l offre ou son annonce préalable. Voir à ce sujet la Communication n 2 de la COPA «sur la notion de liquidité». 4

7 Acquisition de sociétés de famille cotées en bourse C. Prix minimum et «best price rule» Le régime permettant de payer (proportionnellement) davantage pour un bloc de contrôle que pour une participation minoritaire tranche avec celui qui prévaut une fois l offre annoncée. Dès ce moment, le principe d égalité de traitement s applique dans toute sa rigueur. Selon la règle dite du «meilleur prix», aussi connue sous le nom de «best price rule», l offrant se voit interdire de payer à quiconque un prix supérieur à celui de l offre 17. Il existe donc deux périodes dans le processus d OPA : avant la publication d une offre ou de son annonce préalable, l acquéreur peut, en principe, payer proportionnellement davantage pour l acquisition d un bloc de contrôle que pour une participation minoritaire; il perd cette faculté après la publication de l offre ou de son annonce préalable, et doit alors offrir le même prix à tous. III. Relation entre le prix payé pour l acquisition d un bloc de contrôle et le prix offert aux actionnaires minoritaires Une difficulté particulière en cas d acquisition d un bloc de contrôle et d OPA subséquente tient au fait que l acquisition du bloc de contrôle ne sera souvent pas encore exécutée au moment de la publication de l offre ou de son annonce préalable. Cette situation est due au fait que l exécution de conventions permettant d obtenir le contrôle d entreprises importantes nécessite souvent l autorisation d autorités étatiques (en particulier des autorités en matière de concurrence) 18. Dans de telles circonstances, la convention portant sur l acquisition du bloc de contrôle doit être conclue sous condition suspensive d autorisation par les autorités. Plusieurs semaines, voire plusieurs mois peuvent être nécessaires pour obtenir de telles autorisations. En outre, les règles boursières ne permettent généralement pas de garder confidentielle la vente d un bloc de contrôle une fois que celle-ci a été conclue. Les règles sur la publicité événementielle 19, sur l annonce des participations importantes 20 et le cas échéant sur les transactions du management 21, requièrent une annonce rapide de la transaction après sa conclusion 22. Compte tenu de cette situation, l acquéreur souhaitera souvent annoncer l offre faite aux actionnaires minoritaires immédiatement après la conclusion de la convention portant Art. 10 OOPA. Voir p.ex. les art. 9 et 34 LCart. Voir en général SCHÄRER/WALLER, p. 78 SS. Art. 72 RC. Art. 20 LBVM. Art. 74a RC. Voir notamment à ce sujet TSCHÄNI/IFFLAND/DIEM, N 149 et N 365 ; SCHÄRER/WALLER, p. 66 ss. 5

8 Jacques Iffland sur le bloc de contrôle, alors même que cette transaction n aura pas encore été exécutée. L annonce préalable d une offre permet en effet de «geler» le prix minimum de l offre, et évite à l offrant de devoir offrir un prix supérieur si le cours de bourse moyen déterminant augmente après la publication de l offre 23. L acquisition du bloc de contrôle se trouve donc le plus souvent «à cheval» sur l annonce préalable de l offre : elle est conclue avant, mais exécutée après la publication de cette annonce. Le point délicat est donc de définir le moment déterminant pour l application de la règle du meilleur prix. S agit-il du moment de la conclusion de la convention (acte générateur d obligations) ou, au contraire, de celui de son exécution (acte de disposition)? A. Application de la best price rule lorsque l acquisition préalable est conditionnée par le succès de l offre subséquente La COPA s est prononcée très tôt en faveur de la première solution : elle considère que la règle du meilleur prix ne s applique pas si l acquisition du bloc de contrôle a été convenue avant l annonce préalable de l offre, et cela même si cette transaction est exécutée après cette annonce 24. Un prix supérieur au prix offert aux minoritaires peut donc être payé pour le bloc de contrôle. Ce principe connaît cependant une exception importante si l acquisition du bloc de contrôle intervient après l annonce de l offre. Dans ce cas, la règle du meilleur prix s applique si l acquisition du bloc de contrôle est «liée» à l offre subséquente 25. Ce régime se justifie par le fait que l acquisition inconditionnelle d un bloc de contrôle implique une prise de risque particulière aussi bien de la part du vendeur que de celle de l acquéreur. Dans une telle transaction, l acquéreur court le risque de devoir composer avec des participations minoritaires importantes en cas d échec de l OPA subséquente. En s engageant de façon inconditionnelle, le vendeur renonce quant à lui à la possibilité d obtenir un prix supérieur dans le cadre d une éventuelle offre concurrente. Ces risques particuliers justifient un traitement différencié de l actionnaire majoritaire et des minoritaires. En revanche, un traitement différencié ne se justifie pas si l exécution de l acquisition préalable est conditionnée par le succès de l OPA subséquente. Dans ce cas, l acquéreur ne court pas le risque de devoir conserver le bloc majoritaire en Art. 7 al. 3 let. a OOPA. L offre annoncée avant l exécution de la transaction portant sur le bloc de contrôle n est pas à proprement parler obligatoire, car le seuil de 33 % des droits de vote n a pas encore été franchi. Une conséquence de cette situation est qu une telle offre peut être subordonnée à la réalisation de certaines conditions. Voir toutefois la recommandation du 28 avril 2005 dans l affaire Swiss International Airlines AG, c. 3 et 4.3, dans laquelle la COPA a considéré qu une OPA pour des participations minoritaires doit être soumise aux règles sur l offre obligatoire même avant l exécution de la transaction portant sur l acquisition du bloc de contrôle. Recommandation du 6 juillet 2004 dans l affaire Aare-Tessin AG für Elektrizität, c Recommandation du 9 mars 2005 dans l affaire Büro-Furrer AG, c

9 Acquisition de sociétés de famille cotées en bourse cas d échec de l OPA subséquente. L aliénateur peut quant à lui compter sur le fait qu en cas de succès d une offre concurrente, il pourra profiter des termes plus favorables de la nouvelle transaction. Le point important dans ce contexte est donc de déterminer les circonstances dans lesquelles une acquisition préalable peut être considérée comme étant «liée» à l offre subséquente. La pratique de la COPA a évolué et varié dans ce domaine. Dans un premier temps, la COPA a considéré qu acquisition préalable et offre subséquente sont liées si l exécution de l acquisition préalable est conditionnée par le succès de l offre subséquente 26. Par la suite, la COPA a étendu cette pratique aux situations dans lesquelles l acquisition préalable n est pas formellement conditionnée par le succès de l offre subséquente, mais où les conditions posées à l acquisition du bloc de contrôle sont essentiellement les mêmes que celles posées au succès de l OPA subséquente, si bien que l une et l autre sont matériellement si ce n est formellement liées 27. B. Application de la règle du meilleur prix lorsque le succès de l OPA est conditionné par l exécution de l acquisition préalable La COPA ne s en est cependant pas tenue à cette pratique. Au fil du temps, elle en est venue à considérer que le paiement d un prix différencié est exclu non seulement lorsque l acquisition préalable est conditionnée par le succès de l offre subséquente, mais aussi lorsque l offre est elle-même conditionnée par le succès de l acquisition préalable 28. En d autres termes, la règle du meilleur prix s applique si une offre est faite à la condition que l acquisition du bloc de contrôle soit exécutée. Un parallélisme de conditions entre acquisition préalable et OPA subséquente n est permise que si les conditions concernées sont telles que leur non-réalisation rendrait l exécution impossible ou excessivement difficile («wenn es sich bei den Bedingungen [ ] um solche handelt, ohne deren Eintritt die Anbieterin den Aktienkauf gar nicht (oder nur mit nicht zumutbaren Auflagen oder Bedingungen) vollziehen darf») 29. Ce développement de la pratique est particulièrement contestable. Il suppose que, pour pouvoir payer une prime au vendeur d un bloc de contrôle, il ne suffit pas que l offrant prenne le risque de devoir conserver le bloc en cas d échec de l OPA subséquente. La COPA exige que l offrant prenne aussi le risque inverse, c est-àdire de devoir acquérir les participations minoritaires sans pouvoir acquérir le bloc de contrôle Recommandation du 6 juillet 2004 dans l affaire Aare-Tessin AG für Elektrizität, c Recommandation du 8 janvier 2007 dans l affaire Bank Sarasin & Cie AG, c. 3.3 ; recommandation du 22 août 2007 dans l affaire Unilabs SA I, c Recommandation du 22 août 2007 dans l affaire Unilabs SA I, c ; recommandation du 6 juin 2008 dans l affaire Hiestand Holding AG I, c Recommandation du 22 août 2007 dans l affaire Unilabs SA I, c. 2.8 ; recommandation du 8 janvier 2007 dans l affaire Bank Sarasin & Cie AG, c Recommandation du 22 août 2007 dans l affaire Unilabs SA I, c

10 Jacques Iffland Une telle pratique est injustifiable. Exiger qu un offrant acquiert des participations minoritaires alors qu il n a pas pu obtenir le bloc de contrôle ne fait aucun sens. En l absence de changement de contrôle, une protection particulière des minoritaires ne s impose pas. La pratique de la COPA ne s explique que par une hostilité de principe au paiement de primes pour des participations de contrôle. Or le paiement de telles primes est expressément autorisé par la loi. La COPA assume son rôle lorsqu elle cherche à protéger les intérêts des actionnaires minoritaires. Elle outrepasse en revanche ses prérogatives lorsqu elle cherche à corriger le régime légal en y substituant sa propre appréciation de ce qui constitue une transaction «équitable» 31. La situation est d autant plus problématique que la COPA s est attachée à exclure les échappatoires auxquelles les offrants auraient pu recourir pour limiter le risque de devoir acquérir des participations minoritaires alors que le bloc de contrôle leur échapperait. Dans une affaire Serono de 2007, la COPA a ainsi laissé entendre qu elle pourrait requalifier l annonce de l acquisition de bloc de contrôle susceptible de donner lieu à une offre obligatoire en annonce préalable d OPA 32. Une telle mesure pourrait intervenir même si l auteur de l offre avait explicitement manifesté sa volonté de ne pas publier d annonce préalable 33. La COPA empêcherait ainsi l acquéreur d une participation de contrôle de différer l annonce d une offre jusqu à l exécution du contrat de vente portant sur le bloc de contrôle, et d éviter ainsi de courir le risque de devoir acquérir les participations minoritaires sans avoir pu acquérir le bloc de contrôle. IV. Conséquences indirectes de la pratique de la COPA La pratique de la COPA en matière de prix minimum d offre peut avoir des conséquences indirectes sur d'autres aspects des transactions de changement de contrôle. Tel est notamment le cas en ce qui concerne les garanties que l'acquéreur peut exiger du vendeur du bloc de contrôle, d'une part, et du degré de protection que peut obtenir l'acquéreur contre d'éventuelles offres concurrentes, d'autre part. A. Garantie en matière d acquisition d une participation de contrôle dans une société cotée en bourse Souvent, l acquéreur d une société de famille souhaite obtenir des garanties du vendeur du bloc de contrôle. Toutefois, le vendeur sera généralement peu enclin à accommoder un tel souhait s il ne peut pas, en retour, obtenir un prix plus important pour sa participation. L octroi de garanties sans supplément de prix créerait Dans ce sens, SCHÄRER/WALLER, p. 80 S. Recommandation du 8 janvier 2007 dans l affaire Serono SA, c Ibid. 8

11 Acquisition de sociétés de famille cotées en bourse une situation paradoxale dans laquelle le vendeur du bloc de contrôle serait en fait plus mal traité que les actionnaires minoritaires 34. Cette situation s est traduite en pratique par le fait que certaines sociétés de famille cotées en bourse ont, au cours des dernières années, été transférées sans que le vendeur du bloc de contrôle obtienne un prix supérieur à celui offert aux actionnaires minoritaires, et sans qu il fournisse de garantie importante quant à la substance de l entreprise transférée 35. Les règles déterminant le prix minimum de l offre obligatoire ainsi que la faculté de payer un supplément de prix pour le bloc de contrôle peuvent donc affecter profondément l économie des transactions de changement de contrôle. B. Acquisition préalable et protection contre d éventuelles offres concurrentes La pratique de la COPA relative à l articulation entre acquisition préalable et offre subséquente peut aussi influencer les circonstances dans lesquelles la vente d un bloc de contrôle peut être remise en cause en cas d offre concurrente. En matière d acquisition de sociétés cotées en bourse, l acquéreur cherche généralement à se prémunir contre d éventuelles offres concurrentes. Ce souci est particulièrement important en matière d acquisition de sociétés de familles, où le contrôle est détenu par un nombre limité de personnes et peut, par conséquent, être facilement transféré. Pour les motifs évoqués plus haut 36, l offre aux actionnaires minoritaires doit généralement être rendue publique avant que l acquisition du bloc de contrôle ait pu être finalisée. L offrant souhaite donc s assurer que le vendeur du bloc de contrôle ne pourra pas se défaire du contrat de vente en cas d offre concurrente L art. 41 al. 4 OBVM-FINMA permet en principe d ajuster le prix minimum de l offre obligatoire, pour tenir compte «d autres prestations importantes telles l octroi de garanties». Un supplément de prix payé au vendeur d un bloc de contrôle pour ce motif ne violerait pas la règle du meilleur prix, car il serait justifié par des prestations particulières et ne contreviendrait donc pas au principe d égalité de traitement. Cette disposition est toutefois difficile à mettre en œuvre en pratique. Le bien-fondé de l ajustement de prix doit être confirmé par un organe de contrôle (au sens de l art. 25 LBVM voir l art. 41 al. 5 OBVM-FINMA). La valeur pouvant être donnée à l octroi de garanties étant difficile à déterminer de façon précise, ce type de confirmation est généralement difficile à obtenir. Exemples : acquisition de Serono SA par la Société allemande Merck (recommandation de la COPA du 8 janvier 2007) ; acquisition de Gétaz Romang Holding par CRH Europe Holding BV (recommandation de la COPA du 14 mars 2007). Contre-exemples : acquisition de Disetronic Holding SA par Roche Holding SA (recommandation de la COPA du 19 mars 2003) ; acquisition d Unilabs SA par Capio Springfield (recommandation de la COPA du 12 septembre 2007). Voir également l acquisition de la société Sources Minérales Henniez SA par Nestlé Suisse SA (recommandation de la COPA du 12 octobre 2007). Dans ce dernier cas, l actionnaire de contrôle a obtenu un prix inférieur à celui offert aux actionnaires minoritaires. Voir les notes 19 à 22 et le texte qui les accompagne. 9

12 Jacques Iffland La pratique de la COPA et de la CFB joue un rôle important dans ce domaine. Dans une affaire Centerpulse de 2003, la COPA et la CFB ont considéré que l engagement d un actionnaire d accepter une offre est invalide en cas d offre concurrente 37. Ces autorités sont parvenues à cette conclusion par une interprétation large des règles sur les OPA qui requièrent que les actionnaires d une société cotée puissent se déterminer librement en cas d offre concurrente 38 et, le cas échéant, revenir sur leur acceptation de l offre initiale 39. La «doctrine Centerpulse» vise en principe les engagements d accepter une future OPA (qualifiés en pratique d «irrevocable undertakings»). Elle ne devrait pas s appliquer aux contrats de vente d actions conclus indépendamment d une OPA 40. Une incertitude existe cependant dans les cas où le contrat de vente d actions est conditionné par le succès de l offre subséquente. Même si une telle transaction ne constitue pas à strictement parler un irrevocable undertaking car il s agit d un engagement de vendre des titres et non d accepter une offre à venir elle s en rapproche néanmoins sur le plan économique. L effet des deux types de contrat est en effet le même : la vente du bloc de contrôle en cas de succès de l offre subséquente. On peut donc se demander si la «doctrine Centerpulse» ne pourrait pas être également applicable en cas de vente conditionnelle 41. Cette situation a des implications pratiques profondes pour l acquisition de sociétés de famille cotées en bourse. Pour être sûr d éviter le risque d offre concurrente, l acquéreur doit renoncer à conditionner l acquisition du bloc de contrôle par le succès de l offre subséquente 42. L acquéreur doit donc prendre le risque Décision de la CFB du 23 juillet 2003 dans la cause Centerpulse AG, c et Art. 30 LBVM. Art. 51 al. 2 OOPA. Ceci tient au fait que l art. 51 al. 2 OOPA ne permet de révoquer que l «acceptation de l offre initiale». Même si on admet que ce droit est inaliénable et qu il ne peut donc pas y être renoncé par convention on ne peut cependant pas en tirer la conclusion qu un contrat bilatéral de vente d actions peut être invalidé au seul motif qu une offre publique d acquisition a été présentée par la suite aux actionnaires de la société visée. La rédaction relativement large de la décision Centerpulse par la CFB laisse la porte ouverte à une telle interprétation. Selon la CFB : «Das oben erwähnte Gleichgewicht wird durch den Abschluss eines Lock-up Agreement beeinträchtigt, indem sich der Erstanbieter die Andienung einer Prozentzahl der Aktien der Zielgesellschaft sichert. Damit schützt er sich gegen konkurrierende Angebote, indem er den Eintritt weiterer Anbieter im Übernahmekampf erschwert (Marktzutritts-schranke). Sollte ein Zweitanbieter nun ungeachtet der Marktzutrittsschranke dennoch ein konkurrierendes Angebot unterbreiten, so wird dieses unter Umständen nicht zustande kommen können, da die Grossaktionäre aufgrund des Lock-up Agreement an das erste Angebot gebunden sind. Die Interessen der Minderheitsaktionäre der Zielgesellschaft sind somit verletzt, da sie von einem zweiten, besseren Angebot aller Voraussicht nach nicht oder nur beschränkt profitieren können. Der Erstanbieter kann mit einem Lock-up Agreement das Gleichgewicht zu seinen Gunsten beeinflussen, wobei die Prinzipien der Gleichbehandlung und der Lauterkeit verletzt werden.» (décision Centerpulse AG précitée, c ) TSCHÄNI/IFFLAND/DIEM, N 137 s. 10

13 Acquisition de sociétés de famille cotées en bourse d acquérir le bloc de contrôle sans avoir la certitude de pouvoir racheter les participations minoritaires. Compte tenu de la pratique développée dans l affaire Unilabs 43, on peut se demander si la COPA ne risque pas de considérer qu une acquisition préalable peut être invalidée non seulement si elle est conditionnée par le succès d une offre subséquente, mais aussi si l offre subséquente est conditionnée par l exécution de l acquisition préalable. Un tel développement de la pratique serait contestable. Il semble en effet difficile de considérer que la règle qui permet à un actionnaire de révoquer l acceptation d une OPA en cas d offre concurrente permet d invalider un contrat inconditionnel de vente d actions conclu indépendamment de toute OPA. La pratique de la COPA crée cependant un doute fâcheux dans ce domaine, et crée une incertitude juridique regrettable. V. Conclusion En matière d acquisition de sociétés de famille cotées en bourse, les règles sur les OPA n affectent pas seulement les termes des offres faites aux actionnaires minoritaires. Elles influencent le processus de changement de contrôle dans son ensemble, en particulier la façon dont le prix d acquisition de la société visée doit être réparti entre actionnaires majoritaires et minoritaires, les garanties que l acquéreur peut espérer obtenir du vendeur, ainsi que le degré de protection que l acquéreur peut espérer obtenir contre d éventuelles offres concurrentes. Les autorités de marché assument donc une lourde responsabilité dans ce domaine. Il leur appartient de veiller à ce que l interprétation qu elles donnent des règles sur les OPA ne rende pas l acquisition de sociétés cotées indûment risquée, prive l actionnaire de contrôle de la valeur de sa participation, ou nuise injustement aux intérêts des actionnaires minoritaires. Dans ce contexte, la COPA a le plus souvent réussi à arbitrer les intérêts en présence de façon rationnelle. Par exemple, elle s est opposée avec raison au paiement de primes aux vendeurs de blocs de contrôle lorsque les transactions sont conditionnées par le succès de l OPA présentée aux actionnaires minoritaires. En revanche, il est injustifiable d exiger comme le fait la COPA que l offrant prenne le risque de devoir acquérir des participations minoritaires sans avoir la certitude de pouvoir acquérir le bloc de contrôle. Par cette pratique, la COPA excède les prérogatives que lui confère la loi sur les bourses. Elle ne cherche pas à protéger les actionnaires minoritaires de sociétés cotées, mais à imposer sa propre conception de ce que sont des termes équitables de transaction. 43 Voir supra, n

14 Jacques Iffland Une telle démarche n est pas dépourvue de dangers. Obliger un acquéreur à prendre des risques, contraindre un vendeur à renoncer à une prime de contrôle, toutes ces mesures ne posent pas de problème si les parties concernées sont prêtes à traiter aux conditions qui leur sont imposées. La situation est en revanche plus délicate si les termes imposés sont tels qu ils empêchent la conclusion de transactions économiquement sensées. Un tel résultat peut être préjudiciable aux intérêts de l offrant, de la société visée, de ses actionnaires et de l économie dans son ensemble. Il serait donc souhaitable que la COPA revienne sur sa pratique antérieure à la recommandation Unilabs et permette la publication ou l annonce préalable d OPA conditionnées par l exécution de l acquisition d un bloc de contrôle. Bibliographie Sauf indication contraire, les publications sont mentionnées par le nom de leur(s) auteur(s). HOFSTETTER Karl/HEUBERGER Evelyn, ad art. 32, 52 et 53 LBVM, in : WATTER Rolf/VOGT Nedim Peter (édit.), Basler Kommentar zum schweizerichen Privatrecht, Börsengesetz, Bâle/Francfort-sur-le-Main 2007 ; SCHÄRER Heinz/WAL- LER Stefan, Vorerwerb und Pflichtangebot, in : TSCHÄNI Rudolf (édit.), Mergers & Acquisitions X, Zurich 2008, p. 59 ss ; SCHENKER Urs, Due Diligence bei feindlichen Übernahmen und Konkurrenzangeboten, in : TSCHÄNI Rudolf (édit.), Mergers & Acquisitions X, Zurich 2008, p. 129 ss ; TSCHÄNI Rudolf/DIEM Hans-Jakob, Die Pflichten des Verwaltungsrates der Zielgsellschaft bei Übernahmeangeboten, in : TSCHÄNI Rudolf (édit.), Mergers & Acquisitions VII, Zurich 2005, p. 51 ss ; TSCHÄNI Rudolf/IFFLAND Jacques/DIEM Hans-Jakob, Öffentliche Kaufangebote, Zurich 2007 ; WATTER Rolf, Pflichten und Handlungsmöglichkeiten des Verwaltungsrates in Übernahmesituationen, in : TSCHÄNI Rudolf (édit.), Mergers & Acquisitions IV, Zurich 2002, p. 1 ss. 12

Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières

Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières (Ordonnance de la FINMA sur les bourses, OBVM-FINMA) 954.193 du 25 octobre

Plus en détail

Le Pouvoir dans les Sociétés

Le Pouvoir dans les Sociétés Prof. Dr. Christoph Teichmann, Université de Wuerzburg (Allemagne) Le Pouvoir dans les Sociétés Généralités 1. La notion de pouvoir est-elle définie dans votre droit des sociétés? Il n y a pas une notion

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

2008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières. applicables à l exécution d opérations sur titres

2008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières. applicables à l exécution d opérations sur titres 008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières applicables à l exécution d opérations sur titres Table des matières Préambule... 3 A Directives générales... 4 Art. Base légale... 4 Art. Objet...

Plus en détail

Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange

Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange La Commission des sanctions a constaté que le participant

Plus en détail

Défaillances de sécurité importantes dans le domaine informatique

Défaillances de sécurité importantes dans le domaine informatique 3 Défaillances de sécurité importantes dans le domaine informatique DÉCISION de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers FINMA du ( ) 68 BULLETIN 4/2013 FINMA Organisation administrative

Plus en détail

Nouveau droit des SA et des Sàrl: Quels changements pour les entreprises?

Nouveau droit des SA et des Sàrl: Quels changements pour les entreprises? Nouveau droit des SA et des Sàrl: Quels changements pour les entreprises? PETIT DEJEUNER DES PME & START-UP 23 novembre 2007 Panorama des nouveautés en droit des sociétés (1) 1. Transparence des indemnités

Plus en détail

Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières applicables à l exécution d opérations sur titres Directives de l Association suisse des

Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières applicables à l exécution d opérations sur titres Directives de l Association suisse des Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières applicables à l exécution d opérations sur titres Directives de l Association suisse des banquiers du janvier 997 Préambule Les présentes règles

Plus en détail

Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé

Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé Introduction I - Degrés de dépendance : Critères d'appréciation du contrôle A Droits de vote B Eléments de fait TD1 - Pourcentage de droits de vote II

Plus en détail

954.1. Loi fédérale sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières. (Loi sur les bourses, LBVM) Dispositions générales

954.1. Loi fédérale sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières. (Loi sur les bourses, LBVM) Dispositions générales Loi fédérale sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières (Loi sur les bourses, LBVM) 954.1 du 24 mars 1995 (Etat le 1 er janvier 2015) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les

Plus en détail

Acquisition et transmission d entreprises Aspects juridiques 31 janvier 2003

Acquisition et transmission d entreprises Aspects juridiques 31 janvier 2003 CONSEILS JURIDIQUES Acquisition et transmission d entreprises Aspects juridiques 31 janvier 2003 Olivier Dunant Avocat, LL.M. Responsable du département juridique olivier.dunant@eycom.ch Tel. +41 58 286

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

L offre publique de vente (OPV) 3. L offre publique de retrait (OPR) 5. L offre publique d échange (OPE) 6. L offre publique d achat (OPA) 7

L offre publique de vente (OPV) 3. L offre publique de retrait (OPR) 5. L offre publique d échange (OPE) 6. L offre publique d achat (OPA) 7 L offre publique de vente (OPV) 3 L offre publique de retrait (OPR) 5 L offre publique d échange (OPE) 6 L offre publique d achat (OPA) 7 2 Les offres publiques de vente Les offres publiques sont réglementées

Plus en détail

POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS

POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS Champ d application de la politique Il y a placement privé lorsqu un émetteur distribue des titres en contrepartie d espèces aux termes des dispenses de prospectus ou des

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

du 12 août 2015 2015... 1

du 12 août 2015 2015... 1 Rapport explicatif concernant le projet destiné à la consultation relatif à la modification de la loi sur l harmonisation des impôts directs des cantons et des communes (mise en œuvre de la motion 13.3728,

Plus en détail

STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd

STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd Titre premier : Dénomination - Siège - But - Durée Article premier Il est formé, sous la raison sociale «MODEL SA», une société anonyme qui est régie par les présents

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières Circ.-CFB 98/2 Négociant Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières (Négociant) du 1 er juillet 1998 Sommaire 1 But 2 Situation de

Plus en détail

Contrat de partenariat et domaine public

Contrat de partenariat et domaine public Contrat de partenariat et domaine public Le titulaire d un contrat de partenariat est souvent dans la situation d un occupant du domaine public, ce qui conduit à s interroger sur l articulation des régimes

Plus en détail

Président du conseil d administration et dirigeant responsable

Président du conseil d administration et dirigeant responsable Président du conseil d administration et dirigeant responsable La loi du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques (NRE) a modifié le fonctionnement des organes dirigeants des sociétés

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

Economie Environnement Ethique

Economie Environnement Ethique Liber Amicorum Anne Petitpierre-Sauvain Economie Environnement Ethique De la responsabilité sociale et sociétale Edité par Rita Trigo Trindade Henry Peter Christian Bovet Clauses de sortie dans les contrats

Plus en détail

But, champ d application et définitions. soustraits à la mainmise des autres créanciers du dépositaire.

But, champ d application et définitions. soustraits à la mainmise des autres créanciers du dépositaire. Loi fédérale sur les titres intermédiés (LTI) 957.1 du 3 octobre 2008 (Etat le 1 er juillet 2015) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 98, al. 1, et 122, al. 1, de la Constitution

Plus en détail

Instruction générale canadienne 46-201 Modalités d entiercement applicables aux premiers appels publics à l épargne

Instruction générale canadienne 46-201 Modalités d entiercement applicables aux premiers appels publics à l épargne Instruction générale canadienne 46-201 Modalités d entiercement applicables aux premiers appels publics à l épargne PARTIE I OBJET ET INTERPRÉTATION 1.1 Objet de l entiercement 1.2 Interprétation 1.3 Les

Plus en détail

CHARTE DE L ADMINISTRATEUR. mise à jour au 23 juillet 2013 ANNEXE AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DE L ADMINISTRATEUR. mise à jour au 23 juillet 2013 ANNEXE AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION mise à jour au 23 juillet 2013 ANNEXE AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION ALBIOMA SOCIÉTÉ ANONYME AU CAPITAL DE 1 122 964,11 IMMEUBLE LE MONGE 22 PLACE DES VOSGES, LA DÉFENSE 5 92400 COURBEVOIE

Plus en détail

LE CONTROLE DES CONCENTRATIONS DANS LE NOUVEAU DROIT SUISSE DE LA CONCURRENCE. par Pierre Tercier et Silvio Venturi*

LE CONTROLE DES CONCENTRATIONS DANS LE NOUVEAU DROIT SUISSE DE LA CONCURRENCE. par Pierre Tercier et Silvio Venturi* LE CONTROLE DES CONCENTRATIONS DANS LE NOUVEAU DROIT SUISSE DE LA CONCURRENCE par Pierre Tercier et Silvio Venturi* Dans le numéro précédent de la Revue du droit international des affaires, les auteurs

Plus en détail

Transferts. Nombre de titres 33.599 Echéance maximale moyenne Cours moyen de la 86,38 transaction Prix d exercice moyen Montants 2.902.

Transferts. Nombre de titres 33.599 Echéance maximale moyenne Cours moyen de la 86,38 transaction Prix d exercice moyen Montants 2.902. VICAT Société Anonyme au capital de 62.361.600 euros Siège social : Tour MANHATTAN 6 place de l Iris 92095 PARIS LA DEFENSE CEDEX 057 505 539 RCS Nanterre NOTE D INFORMATION RELATIVE A L AUTORISATION DEMANDEE

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

1. La notion de pouvoir est-elle définie dans votre droit des sociétés?

1. La notion de pouvoir est-elle définie dans votre droit des sociétés? MISE EN CONTEXTE La société offre une structure d'accueil pour l'exploitation d'une entreprise ou la conduite d'activités commerciales. Sa constitution nécessite la mise en commun de ressources qui forment

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Fonds à revenu fixe Fonds d obligations ultra court terme TD Fonds d obligations à court terme TD Fonds hypothécaire TD Fonds d obligations canadiennes TD Portefeuille à revenu

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

Conférence de presse de la Commission fédérale des banques du 26 avril 2001

Conférence de presse de la Commission fédérale des banques du 26 avril 2001 Conférence de presse de la Commission fédérale des banques du 26 avril 2001 Daniel Zuberbühler Directeur de la Commission fédérale des banques E-Finance : Réglementation et surveillance Le développement

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

TESSI Société Anonyme au capital de 5 746 006 Euros Siège Social : 177, cours de la Libération 38100 GRENOBLE R.C.S : GRENOBLE B 071 501 571

TESSI Société Anonyme au capital de 5 746 006 Euros Siège Social : 177, cours de la Libération 38100 GRENOBLE R.C.S : GRENOBLE B 071 501 571 TESSI Société Anonyme au capital de 5 746 006 Euros Siège Social : 177, cours de la Libération 38100 GRENOBLE R.C.S : GRENOBLE B 071 501 571 NOTE D INFORMATION EMISE A L OCCASION DU PROGRAMME DE RACHAT

Plus en détail

Einlagensicherung der Schweizer Banken und Effektenhändler Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses

Einlagensicherung der Schweizer Banken und Effektenhändler Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses Einlagensicherung der Schweizer Banken und Effektenhändler Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses Version 2012 Convention des banques et négociants en valeurs mobilières

Plus en détail

Bulletin fiscal L AGENCE DU REVENU DU CANADA MET FIN AU SERVICE IMPÔTEL PRÊTS PERSONNELS À VOS ENFANTS

Bulletin fiscal L AGENCE DU REVENU DU CANADA MET FIN AU SERVICE IMPÔTEL PRÊTS PERSONNELS À VOS ENFANTS Octobre 2012 L Agence du revenu du Canada met fin au service IMPÔTEL Prêts personnels à vos enfants Les reports de pertes Les biens à usage personnel Les règles relatives aux biens de remplacement Bulletin

Plus en détail

L expertise, l expertise-arbitrage et le témoignage-expertise

L expertise, l expertise-arbitrage et le témoignage-expertise L expertise, l expertise-arbitrage et le témoignage-expertise Jean-Baptiste Zufferey, Professeur à l Université de Fribourg I. Sources choisies BOSSHARD Pierre-Yves, La «bonne» expertise judiciaire, RSPC

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques: Obligation de déclarer les transactions boursières (Obligation de déclarer) du xxx 2004

Circulaire de la Commission fédérale des banques: Obligation de déclarer les transactions boursières (Obligation de déclarer) du xxx 2004 Circ.-CFB 0X/.. Obligation de déclarer Projet Décembre 2003 Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques: Obligation de déclarer les transactions boursières (Obligation de déclarer) du xxx 2004

Plus en détail

Imposition des prestations en capital découlant d assurances de rente viagère (pilier 3b)

Imposition des prestations en capital découlant d assurances de rente viagère (pilier 3b) Schweizerische Steuerkonferenz SSK Vereinigung der schweiz. Steuerbehörden Conférence suisse des impôts CSI Union des autorités fiscales suisses Conferenza fiscale svizzera CFS Associazione delle autorità

Plus en détail

Norme internationale d information financière 10 États financiers consolidés

Norme internationale d information financière 10 États financiers consolidés Norme internationale d information financière 10 États financiers consolidés Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir des principes pour la présentation et la préparation des états financiers

Plus en détail

Les conventions d actionnaires

Les conventions d actionnaires Les conventions d actionnaires Olivier P. Dunant Avocat, Associé, Ernst & Young SA Jacques Bonvin Avocat, Associé, Tavernier Tschanz Novembre 2007 Plan A. Buts et utilité des conventions d actionnaires

Plus en détail

Nouvelles règles de sous-capitalisation : Révision nécessaire et optimisation des financements intra-groupe

Nouvelles règles de sous-capitalisation : Révision nécessaire et optimisation des financements intra-groupe Nouvelles règles de sous-capitalisation : Révision nécessaire et optimisation des financements intra-groupe Conférence du 21 octobre 2008 Intervenants: Dominique GAVEAU Avocat fiscaliste, diplômé Expert-Comptable,

Plus en détail

Actualité Juridique Épargne Salariale

Actualité Juridique Épargne Salariale Actualité Juridique Épargne Salariale PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - ACCORDS D INTÉRESSEMENT D UN AN La loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la Sécurité sociale pour 2011 a

Plus en détail

Société Anonyme au capital de 1.253.160 Euros Siège Social : 57 rue Saint-Cyr 69009 LYON 402 002 687 R.C.S.Lyon

Société Anonyme au capital de 1.253.160 Euros Siège Social : 57 rue Saint-Cyr 69009 LYON 402 002 687 R.C.S.Lyon Société Anonyme au capital de 1.253.160 Euros Siège Social : 57 rue Saint-Cyr 69009 LYON 402 002 687 R.C.S.Lyon Note d'information établie à la suite de la décision du Conseil d Administration du 8 décembre

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DE SES PROPRES ACTIONS

OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DE SES PROPRES ACTIONS OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DE SES PROPRES ACTIONS présentée par BNP Paribas Crédit Agricole Corporate and Investment Bank HSBC France Rothschild & Cie Banque Société Générale Termes de l Offre : 30 euros

Plus en détail

Mutuelle Vaudoise, Société Coopérative Statuts

Mutuelle Vaudoise, Société Coopérative Statuts Mutuelle Vaudoise, Société Coopérative Statuts MUTUELLE VAUDOISE, Société Coopérative Statuts I. Raison sociale, siège, but de la Société Art. 1 La MUTUELLE VAUDOISE, Société Coopérative, ci-après «la

Plus en détail

1. Le recours à l accord-cadre

1. Le recours à l accord-cadre LES ACCORDS-CADRES Inspirés de la technique française des marchés à bons de commande, les accords-cadres ont été consacrés en droit communautaire par les directives du 31 mars 2004 (2004/17 et 2004/18)

Plus en détail

pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse

pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse GUIDE PRATIQUE pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse Edition du 11 juin 2014 But Le présent guide pratique est un simple instrument

Plus en détail

Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction

Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction (dans la version du 24 décembre 2012) La commission de l'organisme d'autorégulation de l'association Suisse des Sociétés de Leasing (OAR /

Plus en détail

Conditions d utilisation de la plateforme de trading bilatérale

Conditions d utilisation de la plateforme de trading bilatérale Conditions d utilisation de la plateforme de trading bilatérale 1. But et structure 1 Les présentes Conditions régissent l utilisation de la plateforme de trading bilatérale. 2 L exploitant de la plateforme

Plus en détail

Rachat d'actions de Logitech International S.A. Modification du programme de rachat du 10 août 2010

Rachat d'actions de Logitech International S.A. Modification du programme de rachat du 10 août 2010 Rachat d'actions de Logitech International S.A. Modification du programme de rachat du 10 août 2010 Le 10 août 2010, Logitech International S.A., Apples (la «Société» ou «Logitech»), a initié un programme

Plus en détail

Performance creates trust

Performance creates trust Performance creates trust Vontobel Mini Futures Futures Investissement minimum, rendement maximum Vontobel Investment Banking Vontobel Mini Futures Investir un minimum pour un maximum de rendement Avec

Plus en détail

Décision du 17 octobre 2012 Cour des plaintes

Décision du 17 octobre 2012 Cour des plaintes B u n d e s s t r a f g e r i c h t T r i b u n a l p é n a l f é d é r a l T r i b u n a l e p e n a l e f e d e r a l e T r i b u n a l p e n a l f e d e r a l Numéro de dossier: BB.2012.159 (Procédure

Plus en détail

OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIEE INITIEE PAR SOCIETE GENERALE VISANT LES ACTIONS BOURSORAMA QUESTIONS & REPONSES

OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIEE INITIEE PAR SOCIETE GENERALE VISANT LES ACTIONS BOURSORAMA QUESTIONS & REPONSES OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIEE INITIEE PAR SOCIETE GENERALE VISANT LES ACTIONS BOURSORAMA QUESTIONS & REPONSES OTHER 1 1. Questions Générales : a. Qui est l'initiateur de l'offre? Société Générale est

Plus en détail

Convention de cession d actions (modèle simple / SA)

Convention de cession d actions (modèle simple / SA) http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net Convention de cession d actions (modèle simple / SA) Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat.

Plus en détail

Loi fédérale sur les titres intermédiés

Loi fédérale sur les titres intermédiés Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Loi fédérale sur les titres intermédiés (LTI) du 3 octobre 2008 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 98, al. 1, et 122, al.

Plus en détail

Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises

Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme consiste à améliorer la pertinence, la fiabilité et la comparabilité de l information

Plus en détail

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Financement d entreprise et fusions et acquisitions 27 FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Le Canada est doté de marchés financiers bien développés et très évolués. Les principales sources

Plus en détail

Sommaire des rescrits sociaux publiés

Sommaire des rescrits sociaux publiés Protection sociale Sécurité sociale : organisation, financement MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES _ Décisions prises par les organismes de recouvrement,

Plus en détail

Directives de la CHS PP D 01/2014

Directives de la CHS PP D 01/2014 Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la CHS PP D 01/2014 français Habilitation des gestionnaires de fortune actifs dans la prévoyance professionnelle Edition

Plus en détail

JCDecaux annonce le dépôt d une offre publique dans le cadre de son programme de rachat d actions

JCDecaux annonce le dépôt d une offre publique dans le cadre de son programme de rachat d actions JCDecaux annonce le dépôt d une offre publique dans le cadre de son programme de rachat d actions Paris, le 27 mai 2015 JCDecaux SA (Euronext Paris : DEC), numéro un mondial de la communication extérieure,

Plus en détail

Note d information relative au programme de rachat d actions propres. à autoriser par l assemblée générale mixte des actionnaires.

Note d information relative au programme de rachat d actions propres. à autoriser par l assemblée générale mixte des actionnaires. Note d information relative au programme de rachat d actions propres à autoriser par l assemblée générale mixte des actionnaires du 4 juin 2002 En application de l article L. 621-8 du Code monétaire et

Plus en détail

Les nouvelles règles en matière de publicité des participations importantes

Les nouvelles règles en matière de publicité des participations importantes Jacques Iffland / Nadia Gilliard* Les nouvelles règles en matière de publicité des participations importantes 365 Contenu I. Motifs de la réforme 1. Caractère insatisfaisant du régime applicable aux instruments

Plus en détail

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs»

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» COMMISSION BANCAIRE Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» La Commission des opérations de bourse et la Commission bancaire ont entrepris en 2002, suite aux différentes

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Marchés Financiers I. Nicolas Huck, Olivier Lamotte

Marchés Financiers I. Nicolas Huck, Olivier Lamotte Objectifs du cours Organisation du cours et évaluation Pédagogie découverte et U-Discover Bibliographie Nicolas Huck, Olivier Lamotte Objectifs du cours Organisation du cours et évaluation Pédagogie découverte

Plus en détail

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II Ces transparents sont fondés sur les conclusions préliminaires de l IASB telles qu elles ont été rendues publiques sur le site de l IASB. Le Board peut à tout

Plus en détail

Le financement du point de vue de l entreprise

Le financement du point de vue de l entreprise Le financement du point de vue de l entreprise Alec Vautravers Associé, Corporate Finance Genève, le 24 septembre 2010 Audit.Fiscalité.Conseil.Corporate Finance. Introduction Objectifs Cet exposé a pour

Plus en détail

TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300!

TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300! TURBOS Jour TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300! PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRéSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL Société Générale propose une nouvelle génération de Turbos,

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

Avis de droit. Version remaniée. 13 février 2014 Table ronde pour les victimes de mesures de coercition à des fins d assistance

Avis de droit. Version remaniée. 13 février 2014 Table ronde pour les victimes de mesures de coercition à des fins d assistance Département fédéral de justice et police DFJP Office fédéral de la justice OFJ Domaine de direction Droit privé Unité Droit civil et procédure civile Version remaniée Avis de droit Date : Destinataire

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base

Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base Les 10 Principes de Base Introduction Tout d abord, une bonne nouvelle: vendre en Russie n exige en général pas plus de préparation ni d informations

Plus en détail

Règlement intérieur du Conseil de surveillance

Règlement intérieur du Conseil de surveillance Règlement intérieur du Conseil de surveillance 1. Préambule...3 2. Rôle du Conseil de surveillance...4 2.1. Mission générale de contrôle permanent... 4 2.2. Rôle de vérification du bon exercice du pouvoir

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 197 481 206.82 EUR 552 008 443 R.C.S.

SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 197 481 206.82 EUR 552 008 443 R.C.S. Page 1 sur 8 SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 197 481 206.82 EUR 552 008 443 R.C.S. Nanterre Note d information émise par SOCIÉTÉ BIC en

Plus en détail

Préparation à la vente

Préparation à la vente Alain Schockert Administrateur-Délégué 30 mars 2011 - Namur Agenda Quand et pourquoi? A qui? Comment et spécificités de la transaction? Processus type Phase préparatoire Modes de cession Etapes d un processus

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIÈRES

CONDITIONS PARTICULIÈRES 1 CONDITIONS PARTICULIÈRES DE PARTICIPATION AU PROGRAMME BONUS SURPRIZE just for you 2 3 1. Termes est un programme bonus développé par Viseca Card Services SA qui offre de nombreux avantages. Il est ainsi

Plus en détail

I. Risques généraux s appliquant à l ensemble des instruments financiers

I. Risques généraux s appliquant à l ensemble des instruments financiers I. Risques généraux s appliquant à l ensemble des instruments financiers 1. Risque de liquidité Le risque de liquidité est le risque de ne pas pouvoir acheter ou vendre son actif rapidement. La liquidité

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

ARRÊT FAISANT AUTORITÉ

ARRÊT FAISANT AUTORITÉ MAGASINS À RAYONS PEOPLES INC. (SYNDIC DE) C. WISE LIENS DU CURRICULUM: Le droit canadien et international, 12e année, cours préuniversitaire (CLN4U) Comprendre le droit canadien, 11e année, cours préuniversitaire/

Plus en détail

OFFRE PUBLIQUE DE RETRAIT portant sur les actions de la société. (anciennement dénommée FORINTER) OFI PE Commandité

OFFRE PUBLIQUE DE RETRAIT portant sur les actions de la société. (anciennement dénommée FORINTER) OFI PE Commandité OFFRE PUBLIQUE DE RETRAIT portant sur les actions de la société (anciennement dénommée FORINTER) initiée par OFI PE Commandité présentée par INFORMATIONS RELATIVES AUX CARACTÉRISTIQUES DE OFI PE Commandité

Plus en détail

Les cohabitants et l immobilier

Les cohabitants et l immobilier Les cohabitants et l immobilier 3Des cohabitants non mariés achetant ensemble un terrain à bâtir ou une habitation acquièrent ce bien en copropriété. Cela veut dire que le terrain ou l habitation appartient

Plus en détail

«FCI Limousin SAS» Société par Action simplifiée au capital de 17 000 000 euros. Siège social : 27, Boulevard de la Corderie - 87031 LIMOGES CEDEX

«FCI Limousin SAS» Société par Action simplifiée au capital de 17 000 000 euros. Siège social : 27, Boulevard de la Corderie - 87031 LIMOGES CEDEX «FCI Limousin SAS» Société par Action simplifiée au capital de 17 000 000 euros Siège social : 27, Boulevard de la Corderie - 87031 LIMOGES CEDEX Charte-cadre du candidat au label «Co-investisseur du FCI

Plus en détail

DEPOT PAR GENERALE DE SANTE D UN PROJET DE NOTE EN REPONSE A L OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIÉE VISANT LES ACTIONS DE

DEPOT PAR GENERALE DE SANTE D UN PROJET DE NOTE EN REPONSE A L OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIÉE VISANT LES ACTIONS DE Le présent communiqué ne constitue pas une offre en vue d acquérir des titres. L offre publique d achat simplifiée décrite ci-après ne pourra être ouverte qu une fois déclarée conforme par l Autorité des

Plus en détail

Surveillance consolidée des banques et des négociants en valeurs mobilières

Surveillance consolidée des banques et des négociants en valeurs mobilières Foire aux questions (FAQ) Surveillance consolidée des banques et des négociants en valeurs mobilières (Dernière modification : 31 mars 2015) La FINMA surveille plus de 100 groupes de banques et de négociants

Plus en détail

Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières.

Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières. Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières. TITRE PREMIER Renforcement de la sincérité des comptes des sociétés Chapitre premier Renforcement de

Plus en détail

1. La fiscalité quand la propriété demeure familiale 3 2. La fiscalité dans les autres cas 15

1. La fiscalité quand la propriété demeure familiale 3 2. La fiscalité dans les autres cas 15 Le transfert de la propriété Fiscalité et financement Table des matières Carnet «E» Le transfert de la propriété au point de vue de la fiscalité 1. La fiscalité quand la propriété demeure familiale 3 2.

Plus en détail

Conditions générales vente en ligne

Conditions générales vente en ligne Page 1 de 6 Conditions générales vente en ligne Article 1 Introduction 1.1. D une part, les présentes conditions générales règlent l utilisation du site de vente ayant pour url www.jungheinrich.be/webshop

Plus en détail

TURBOS JOUR PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL. TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 JUSQU À x300!

TURBOS JOUR PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL. TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 JUSQU À x300! TURBOS JOUR PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 JUSQU À x300! Société Générale propose une nouvelle génération de Turbos,

Plus en détail

> Opportunité Zen. Assurance Vie & Capitalisation. Mai 2013

> Opportunité Zen. Assurance Vie & Capitalisation. Mai 2013 Assurance Vie & Capitalisation > Opportunité Zen Mai 2013 Titre de créance à capital garanti, support en unités de compte d un contrat d assurance vie ou de capitalisation, d une durée de 8 ans. Offre

Plus en détail

Communication OFRC 1/09 12 mars 2009

Communication OFRC 1/09 12 mars 2009 Département fédéral de justice et police DFJP Office fédéral de la justice OFJ Domaine de direction du droit privé Communication OFRC 1/09 12 mars 2009 Information concernant la pratique de l'office fédéral

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

HSBC Global Asset Management (France) Politique de vote - Mars 2015

HSBC Global Asset Management (France) Politique de vote - Mars 2015 HSBC Global Asset Management (France) Politique de vote - Mars 2015 Ce document présente les conditions dans lesquelles la société de gestion HSBC Global Asset Management (France) entend exercer les droits

Plus en détail

EPARGNE SELECT RENDEMENT

EPARGNE SELECT RENDEMENT EPARGNE SELECT RENDEMENT Instrument financier non garanti en capital 1 Durée d investissement conseillée : 6 ans (en l absence d activation automatique du mécanisme de remboursement anticipé) Ce produit

Plus en détail

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Le programme de prêts pour les études à temps partiel Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Décembre 2001 1 Introduction Une revendication vieille de plus de dix ans

Plus en détail