Tout savoir. sur la nouvelle législation relative à la gestion des sols en Région wallonne

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tout savoir. sur la nouvelle législation relative à la gestion des sols en Région wallonne"

Transcription

1 Tout savoir sur la nouvelle législation relative à la gestion des sols en Région wallonne

2 1. Le décret en bref Le nouveau décret relatif à la gestion des sols a été adopté le 3 décembre Il est entré en vigueur le 18 mai 2009 à l exception de l article 21 1 (voir point 5 pour plus de détails). Toutefois, le décret n est pas encore opérationnel. Plusieurs outils nécessaires à sa mise en œuvre sont encore en cours d élaboration. Le décret vise à clarifier le cadre juridique de la politique wallonne de lutte contre la pollution des sols. Il organise de nouvelles obligations en matière de protection des sols (axe préventif visant à éviter l apparition de pollutions nouvelles) et d assainissement des sols pollués (axe curatif). Le décret prévoit aussi l établissement et la tenue à jour d une banque de données de l état du sol en Région wallonne (voir point 7). Plusieurs principes sous-tendent le dispositif prévu : le principe de proportionnalité du risque : la pollution des sols peut en effet correspondre à de nombreuses situations différentes qui nécessitent des mesures adéquates. Ainsi, les exigences seront plus sévères en cas de pollution nouvelle que de pollution historique, où l on tiendra compte du niveau de risque, de la situation et de l utilisation du terrain ; la préservation de la sécurité juridique et de la transparence : le texte introduit un certificat de conformité qui sera délivré après l accomplissement des obligations requises, afin notamment de faciliter et de sécuriser les transactions immobilières ; la mise en conformité avec le droit européen : le texte s inscrit dans le cadre de la stratégie thématique pour la protection des sols, adoptée en 2007, et de la proposition de directive-cadre de la Commission européenne (toujours en discussion). Le point central du dispositif mis en place par le décret est l établissement de normes de concentration de polluants, qui sont définies de façon à déterminer la nécessité ou non d une intervention. On distingue, selon le niveau de pollution : les valeurs de référence : ce sont les niveaux normaux, «idéaux» de concentration ambiante des polluants dans le sol ou l eau souterraine, indépendamment des variations géologiques naturelles ou des phénomènes de pollution diffuse. Cette valeur correspond en principe à l objectif à atteindre par l assainissement ; les concentrations de fond : ce ne sont plus les valeurs idéales mais celles correspondant au niveau concret de la concentration ambiante d un polluant, étant entendu qu il peut y avoir des variations régionales de cette concentration dues à des phénomènes naturels ou à des phénomènes de pollution diffuse. Un registre des concentrations de fond sera établi et mis à la disposition du public ; >>> (1) Dont la date d entrée en vigueur sera fixée ultérieurement par le Gouvernement. 2

3 les valeurs seuils : il s agit des concentrations en polluants dans le sol ou l eau souterraine qui correspondent à un niveau au-delà duquel une intervention est nécessaire : soit en pollution historique sans menace grave : réalisation d une étude de caractérisation et d une étude des risques ; soit, en pollution nouvelle ou en pollution historique avec menace grave : assainissement du sol. Le dépassement des valeurs seuil est mis en évidence par l étude d orientation ; les valeurs d intervention : concentrations en polluants dans le sol ou l eau souterraine correspondant à un niveau au-delà duquel une intervention est systématiquement entreprise : assainissement, mesures de sécurité et/ou de suivi. La nature et l intensité de l intervention sont déterminées sur base de l étude de risques qui accompagne l étude de caractérisation. Les valeurs seuils et valeurs d intervention sont déterminées dans l annexe 1 du décret, selon les types d usages du terrain de sensibilité décroissante (nature, agricole, résidentiel, récréatif ou commercial, industriel). À noter que pour l eau souterraine, il n y a pas d ajustement des valeurs selon l usage du terrain. Des valeurs particulières peuvent également être fixées pour les terrains ayant fait l objet d une étude de caractérisation ou d un assainissement. Dans ce cas, elles sont sanctionnées par le certificat de conformité (voir ci-après). Les références légales Décret du 5 décembre 2008 relatif à la gestion des sols (M.B. 18/02/2009). Addendum du 5 décembre 2008 (M.B. 06/03/2009). Il reprend les 3 annexes du décret : l annexe 1 reprend les normes à respecter pour les différents polluants en fonction du type d usage du terrain. Cinq types d usages sont définis (naturel, agricole, résidentiel, récréatif ou commercial, industriel) ; l annexe 2 définit les types d usage à considérer en correspondance avec les activités exercées sur le terrain. Par exemple, une école ou un jardin d enfants correspond au type d usage résidentiel ; l annexe 3 donne la liste des installations et des activités potentiellement polluantes. 3 AGW du 27 mai 2009 relatif à la gestion des sols (M.B. 31/08/2009). Il organise les agréments : des experts qui font les études (d orientation, de caractérisation) et les projets d assainissement ; des laboratoires qui font les analyses de sol ; et des «organisations d assainissement du sol» qui coordonnent les études, actes et travaux d assainissement, dirigent la réalisation des études et la réalisation des opérations d assainissement.

4 2. Quels terrains sont concernés? Les obligations en matière de protection et d assainissement de sols concernent principalement les terrains où sont exercées des activités qui contiennent des installations potentiellement polluantes. La liste des activités à risques est reprise dans l annexe 3 du décret. Dans tous les autres cas, les dispositions suivantes sont d application : toute personne est tenue de prendre les mesures appropriées afin de préserver le sol et de prévenir toute pollution nouvelle du sol ; l exploitant ou la personne qui a la garde du terrain (notion plus large que le propriétaire), s ils sont informés de la présence de pollutions ou de la présence de déchets abandonnés, doivent en aviser sans délai le fonctionnaire chargé de la surveillance et le Collège communal de(s) (la) commune(s) concernée(s) ; s il y a des indications sérieuses de la présence d une pollution ou de déchets non autorisés, l administration pourra décider de l obligation de réaliser des études (d orientation, de caractérisation) et le cas échéant, de procéder à un assainissement. Par ailleurs, quiconque peut aussi réaliser volontairement des études (d orientation, de caractérisation) et le cas échéant, procéder à l assainissement, par notification envoyée à l administration. Mais dans ce cas, attention : les guides méthodologiques (documents de référence qui décrivent les techniques à respecter pour le prélèvement des échantillons, l analyse des échantillons, etc.) ne sont pas encore parus. Or les dossiers soumis à l administration devront répondre à ces normes. Il vaut donc mieux attendre pour se soumettre de façon volontaire aux obligations du décret. 3. Quelles sont les obligations? Réaliser une étude d orientation et le cas échéant, une étude de caractérisation et le cas échéant, procéder à un assainissement. Une étude d orientation permet de vérifier la présence d une éventuelle pollution du sol et fournit, le cas échéant, une première description et estimation de l ampleur de cette pollution. Si un dépassement par rapport aux valeurs seuils est constaté, une étude de caractérisation doit être effectuée. Une étude de caractérisation vise à connaître de manière exacte la nature et le niveau de la pollution et le cas échéant, à établir si cette pollution constitue une menace grave (parce que cela détermine les options d assainissement ; voir ci-dessous). Un assainissement devra être réalisé dans les cas suivants (toujours après étude de caractérisation) : 4 en cas de pollution historique ou s il y a menace grave (sur base d une décision de l administration qui évalue la situation à partir d une étude de risques) ; en cas de pollution nouvelle, si les valeurs seuils sont dépassées pour au moins un paramètre. En cas de pollution historique sans menace grave, l assainissement n est pas requis. Il faut alors mettre en place des mesures de sécurité (restriction d accès et d utilisation) et le site doit faire l objet d un suivi. S il s agit d un mélange de pollution historique et nouvelle : dans le cas où on peut séparer les deux types de pollution, on applique les règles relatives à chaque type ; sinon, on applique les règles relatives à la pollution nouvelle (qui sont plus sévères car il y a assainissement dans tous les cas).

5 4. Qui est soumis aux obligations? Le décret définit le titulaire des obligations selon un système de hiérarchie : le volontaire ; l auteur ou l auteur présumé de la pollution du sol ou de l abandon des déchets désigné par l administration ; l exploitant de l activité qui s exerce sur le terrain ; à défaut, le propriétaire ou autre titulaire de droit réel sur le terrain (par exemple, l emphytéote ou l usufruitier). Signalons que le Gouvernement prévoit, sans préjudice de l application du principe du «pollueur-payeur», un mécanisme d indemnisation des propriétaires publics ou privés subissant les conséquences d une pollution historique, pour autant qu ils soient «innocents et de bonne foi» 2. Le décret prévoit différents cas de figure dans lesquels le titulaire des obligations peut être exonéré : s il démontre qu un tiers s est engagé à exécuter toutes les obligations du titulaire ; s il démontre que la pollution du sol ou l abandon de déchets sont dus au fait d un tiers ; s il a obtenu un document de l autorité publique compétente attestant de la bonne exécution d un assainissement ; s il démontre qu il n a pas commis de faute ou de négligence et que la pollution ne constituait pas une menace grave en l état des connaissances scientifiques et techniques au moment où la pollution a été générée ; s il apporte la preuve qu il n a pas commis de faute ou de négligence et que le dommage causé à l environnement est dû à une émission ou un événement postérieur au 30 avril 2007 (date pivot) expressément autorisé et respectant toutes les conditions liées à une autorisation. 5. À partir de quand? Le décret est entré en vigueur le 18 mai 2009, à l exception de l article 21. Cet article fait référence aux obligations (de faire une étude d orientation, de caractérisation et d assainir) qui naissent d office, pour les activités listées à l annexe 3 du décret, c est-à-dire en cas de cession du terrain, en cas de demande de permis d environnement, en cas de faillite ou de liquidation, en cas de cessation d activité ou encore en cas de dommage environnemental affectant les sols 3. L article 21 entrera en vigueur quand la banque de données de l état des sols et ses applications informatiques seront opérationnelles (délai : au moins 18 mois). 5 Tant que cet article 21 n est pas en vigueur, il n y a pas de démarches particulières à effectuer lors d une vente de terrain. Lorsqu il sera d application, le notaire devra consulter la banque de données de l état des sols et faire figurer les données relatives au terrain dans l acte de vente. Si le terrain est repris comme potentiellement pollué (annexe 3), les obligations naissent d office et une étude d orientation devra être réalisée. (2) DPR p (3) C est-à-dire au sens de l art. D94 1 er c du Livre 1 er du Code de l Environnement, c est-à-dire toute pollution des sols qui engendre un risque d incidence négative grave sur la santé humaine du fait de l introduction directe ou indirecte en surface ou dans le sol de substances, préparations, organismes ou micro-organismes.

6 6. Qui peut réaliser une étude de sol? La réalisation d une étude d orientation, d une étude de caractérisation, d un projet d assainissement et la surveillance d actes et travaux d assainissement du terrain est effectuée par un expert agréé. Les analyses des échantillons seront réalisées par des laboratoires agréés. L AGW du 27 mai 2009 organise deux types d agrément pour les experts, un type d agrément pour les laboratoires et un type d agrément pour les «organisations d assainissement du sol». Il spécifie les conditions d agrément et les règles à respecter par les titulaires d agréments Banque de données de l état des sols Le décret prévoit l établissement et la tenue à jour d une banque de données de l état du sol en Région wallonne comprenant : les inventaires des terrains pollués et potentiellement pollués. Ces données existent actuellement de manière éparse au sein de plusieurs administrations ou organismes publics ; les données relatives au sol dont dispose l administration, notamment suite à l application du présent décret ; les certificats de contrôle du sol des terrains étudiés ou assainis dans le cadre du présent décret, et les documents attestant de la bonne exécution d un assainissement en vertu d autres législations. Cet inventaire sera géré par l administration, assistée par un comité de gestion, composé des différentes administrations qui possèdent des données sur l état des sols. Un accès direct à la banque de données, pour les informations qui les concernent, sera ménagé aux acteurs suivants : autorités, services administratifs ou acteurs publics ressortissant aux compétences de la Région, aux comités d acquisition, aux notaires ainsi qu aux experts et organismes de contrôle. Le grand public y aura accès selon les règles prévues par le droit d accès à l information en matière d environnement (décret du 16 mars 2006 MB du 6 avril 2006) ou sur demande écrite. (4) Du 18/05/2009 au 17/05/2010, l agrément en tant qu expert agréé «stations-services» est valable (art. 93 du décret). L AGW remplace l agrément «stations-services» par les agréments de type 1 et 2 à partir du 31/08/

7 8. Certificats de conformité Le certificat de contrôle du sol est un certificat dont le Gouvernement établit le contenu minimal consignant la décision par laquelle il est établi qu un terrain a fait l objet d une étude d orientation, d une étude de caractérisation, d un assainissement (ou d une intervention d office de la SPAQuE 5 ), et que les concentrations en polluants mesurées sont conformes aux exigences du décret. Un droit de dossier est perçu pour l obtention d un certificat de contrôle. 9. Subventions Des mécanismes de subvention sont prévus par le décret. Ils doivent faire l objet d un arrêté du Gouvernement. Les budgets disponibles ne sont pas connus. 10. Sanctions Le non respect des obligations (à savoir, effectuer une étude d orientation, de caractérisation et le cas échéant, assainir ou informer de la présence d une pollution ou de déchets) constitue une infraction de deuxième catégorie. Dans ce cas, l amende peut varier de 100 à et les peines de prison peuvent aller jusqu à 3 ans Agir au plan syndical Cette nouvelle législation peut constituer une occasion idéale pour aborder le thème de la pollution des sols au CPPT. Voici quelques exemples de questions à poser en CPPT : y a-t-il ou y a-t-il eu des pollutions du sol dans l entreprise? À quel(s) endroits? Quels sont les polluants en cause? quelle sont les mesures qui ont été prises ou sont à prendre? Un assainissement est-il prévu? les endroits de stockage des produits chimiques, des huiles et du mazout sont-ils protégés par une surface étanche et des encuvements si nécessaire? L étanchéité des cuves est-elle régulièrement contrôlée? des installations (cuves de stockage de produits liquides ou solides, canalisations) sont-elles enfouies dans le sol? L étanchéité est-elle vérifiée? À quelle fréquence? Par quel type de contrôle (inspection visuelle, test de mise sous pression, etc.)? Les réservoirs ont-ils une double paroi? Existe-t-il un système de détection des fuites? les eaux de ruissellement des zones de stockage des matières premières et des déchets sont-elles collectées? 7 Quand les informations de la banque de données de l état du sol seront disponibles, vous pourrez y avoir accès en tant que citoyen ou via votre entreprise. Si votre entreprise y figure, les données vous permettront d identifier les pollutions avérées ou potentielles pouvant exister dans l entreprise et d agir au CPPT pour garantir la sécurité et la protection des travailleurs ainsi que celle de l environnement. (5) Société publique d aide à la qualité de l environnement. (6) Sur base du décret du 5 juin 2008 relatif à la recherche, la constatation, la poursuite, la répression des infractions et les mesures de réparation en matière d environnement et son arrêté d exécution du 5 décembre 2008.

8 12. Se faire aider et s informer Pour toute question relative à cette législation ou à sa mise en œuvre, ou pour toute question d ordre syndical sur l environnement, n hésitez pas à contacter la cellule RISE de votre syndicat : Cellule RISE à la FGTB wallonne (CEPAG) Rue Haute Bruxelles T : 02/ F : 02/ Courriel : Cellule RISE à la CSC (FEC) Chaussée de Haecht Bruxelles T : 02/ F : 02/ Courriel : Pour en savoir plus sur cette législation : consultez le site internet de la Direction de la protection des sols (DPS) : 13. Petit lexique des termes employés Etude d orientation : étude réalisée par un expert agréé dont l objectif est de vérifier la présence d une éventuelle pollution du sol et de fournir une première description et estimation de l ampleur de cette pollution. Étude de caractérisation : étude réalisée par un expert agréé qui a pour but de définir exactement la nature, le niveau et l ampleur de la pollution ; elle détermine éventuellement les délais dans lesquels l assainissement devrait être effectué et fournit les données nécessaires à la réalisation des travaux d assainissement. Exploitant : toute personne physique ou morale, privée ou publique, qui exerce ou contrôle une activité professionnelle ou qui a reçu par délégation un pouvoir économique important sur le fonctionnement technique, y compris le titulaire d un permis ou d une autorisation pour une telle activité, ou la personne enregistrant ou déclarant une telle activité (définition du décret relatif au permis d environnement, art ) Menace grave : une pollution du sol constitue une menace grave si elle est susceptible de porter préjudice aux réserves d eau potable et/ou si elle constitue un risque pour la sécurité et la santé de l homme ou à la qualité de l environnement ; pour évaluer ce risque, on tient compte à la fois des caractéristiques du sol, de ses fonctions, et des caractéristiques de la pollution (nature, concentration, risque de diffusion). 8 Pollution historique : pollution du sol causée par une émission, un événement ou un incident survenu avant le 30 avril Pollution nouvelle : pollution du sol causée par une émission, un événement ou un incident survenu à partir du 30 avril 2007.

9 Cette brochure a été réalisée par le Centre d Éducation Populaire André Genot (CEPAG) dans le cadre du Réseau Intersyndical de Sensibilisation à l Environnement (RISE), qui associe la FGTB et la CSC. RISE bénéficie du soutien de la Direction générale opérationnelle de l Agriculture, des Ressources naturelles et de l Environnement (DGO3) de la Région wallonne. Editeur responsable : Thierry Bodson Rue Haute Bruxelles Novembre 2009

Région wallonne : enfin du neuf pour l assainissement des sites pollués?

Région wallonne : enfin du neuf pour l assainissement des sites pollués? Le 3 mars 2008. Région wallonne : enfin du neuf pour l assainissement des sites pollués? Dominique DEFRISE et Jean-Louis CANIEAU 24.713 Rétroactes Le 20 décembre 2007, le Gouvernement wallon a adopté en

Plus en détail

LE DÉCRET SOLS RÉFÉRENCES RÉGLEMENTAIRES NOTIONS IMPORTANTES SOL TERRAIN BANQUE DE DONNÉE DE L'ETAT DES SOLS (BDES)

LE DÉCRET SOLS RÉFÉRENCES RÉGLEMENTAIRES NOTIONS IMPORTANTES SOL TERRAIN BANQUE DE DONNÉE DE L'ETAT DES SOLS (BDES) LE DÉCRET SOLS Dernière révision du document : juillet 2012 RÉFÉRENCES RÉGLEMENTAIRES Décret du 5 décembre 2008 (MB 18/02/2009 & 6/03/2009) relatif à la gestion des sols, modifié par le décret programme

Plus en détail

DÉCRET WALLON RELATIF À LA GESTION DES SOLS Evaluation et assainissement des sols potentiellement pollués

DÉCRET WALLON RELATIF À LA GESTION DES SOLS Evaluation et assainissement des sols potentiellement pollués DÉCRET WALLON RELATIF À LA GESTION DES SOLS Evaluation et assainissement des sols potentiellement pollués 1. Introduction... 1 2. Quels sont les objectifs du décret «Sols»?... 2 3. Les sites (potentiellement)

Plus en détail

LE DECRET RELATIF À LA GESTION DES SOLS

LE DECRET RELATIF À LA GESTION DES SOLS 38 ENVIRONNEMENT LE DECRET RELATIF À LA GESTION DES SOLS ÉTAT DES LIEUX EN 20 QUESTIONS Gwenaël DELAITE Conseiller Shutterstock - Lena Lir GENERALITES De quoi s agit-il? Le décret du 5 décembre 2008 relatif

Plus en détail

Dispositions légales relatives aux sols pollués Responsabilités en cas d atteinte à l environnement

Dispositions légales relatives aux sols pollués Responsabilités en cas d atteinte à l environnement Dispositions légales relatives aux sols pollués Responsabilités en cas d atteinte à l environnement David PAULET Novembre 2008 Plan de l exposé 1. Introduction: le contexte européen et le contexte en Région

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

LES RÉSERVOIRS À MAZOUT EN WALLONIE Ensemble, évitons les catastrophes

LES RÉSERVOIRS À MAZOUT EN WALLONIE Ensemble, évitons les catastrophes Service public de Wallonie LES RÉSERVOIRS À MAZOUT EN WALLONIE Ensemble, évitons les catastrophes BONNES PRATIQUES Environnement Le stockage de mazout en wallonie - Réglementation en vigueur REMARQUE Cette

Plus en détail

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 5.3.2015 C(2015) 1423 final ANNEX 18 ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES à la DÉCISION

Plus en détail

Nouvelles dispositions relatives au chauffage des logements

Nouvelles dispositions relatives au chauffage des logements Législation Nouvelles dispositions relatives au chauffage des logements arrêté royal du 6 janvier 1978 tendant à prévenir la L pollution atmosphérique lors du chauffage de bâtiments à l aide de combustibles

Plus en détail

Avant-projet de décret relatif à la gestion des sols. Adoption de l avis : Assemblée plénière du 8/12/2015, à l unanimité

Avant-projet de décret relatif à la gestion des sols. Adoption de l avis : Assemblée plénière du 8/12/2015, à l unanimité AVIS Réf. : CWEDD/15/AV.1341 Avant-projet de décret relatif à la gestion des sols 0. DONNEES INTRODUCTIVES Destinataire : Préparation de l avis : Carlo DI ANTONIO, Ministre de l Environnement, de l Aménagement

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

ADDENDUM AU MANUEL D APPLICATION PRATIQUE DU RÈGLEMENT INN

ADDENDUM AU MANUEL D APPLICATION PRATIQUE DU RÈGLEMENT INN ADDENDUM AU MANUEL D APPLICATION PRATIQUE DU RÈGLEMENT INN Ce document est un addendum à la première édition du manuel d application pratique du règlement (CE) n 1005/2008 du Conseil du 29 septembre 2008

Plus en détail

Introduction. Objectifs du nouveau décret. Print this page Please consider the environment before printing this page.

Introduction. Objectifs du nouveau décret. Print this page Please consider the environment before printing this page. Print this page Please consider the environment before printing this page. Introduction Le Parlement de la Région wallonne a voté, le mercredi 3 décembre 2008, un nouveau décret relatif à la gestion des

Plus en détail

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs.

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs. Convention collective de travail n 81 relative à la protection de la vie privée des travailleurs à l égard du contrôle des données de communication électroniques en réseau Commentaires Synthèse Le 26 avril

Plus en détail

Formulaire de demande de permis pour l entretien d équipement réglementé de catégorie II

Formulaire de demande de permis pour l entretien d équipement réglementé de catégorie II Partie A Demandeur A1 Type de demande Formulaire de demande de permis pour l entretien d équipement réglementé de catégorie II La partie A doit être remplie pour tous les types de demande de permis. Nouveau

Plus en détail

Arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et au fonctionnement des comités pour la prévention et la protection au travail (M.B. 10.7.

Arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et au fonctionnement des comités pour la prévention et la protection au travail (M.B. 10.7. Arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et au fonctionnement des comités pour la prévention et la protection au travail (M.B. 10.7.1999) Modifié par: (1) arrêté royal du 10 août 2001 modifiant

Plus en détail

L'ASSAINISSEMENT (PROCÉDURE RELATIVE AU DÉCRET SOLS)

L'ASSAINISSEMENT (PROCÉDURE RELATIVE AU DÉCRET SOLS) L'ASSAINISSEMENT (PROCÉDURE RELATIVE AU DÉCRET SOLS) Dernière révision du document : juillet 2012 QUAND ET COMMENT DÉPOSER LE DOSSIER AUPRÈS DE L'ADMINISTRATION? Le projet d assainissement est à envoyer

Plus en détail

Stratégies de gestion des risques et d assurance en cas d achat et d aménagement de sites pollués ou potentiellement pollués

Stratégies de gestion des risques et d assurance en cas d achat et d aménagement de sites pollués ou potentiellement pollués Stratégies de gestion des risques et d assurance en cas d achat et d aménagement de sites pollués ou potentiellement pollués Françoise Labrousse, Avocat au barreau de Paris (flabrousse@jonesday.com) Mathieu

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

LA GESTION DES SOLS POLLUES APERÇU DE LA LEGISLATION BRUXELLOISE

LA GESTION DES SOLS POLLUES APERÇU DE LA LEGISLATION BRUXELLOISE LA GESTION DES SOLS POLLUES APERÇU DE LA LEGISLATION BRUXELLOISE Suivant l IBGE, il existerait près de 7.000 sites potentiellement pollués en Région bruxelloise, représentant 8% de sa superficie totale

Plus en détail

Vos autorisations d exploiter ou permis d'environnement sont-ils à jour? Faisons le point ensemble!

Vos autorisations d exploiter ou permis d'environnement sont-ils à jour? Faisons le point ensemble! Vos autorisations d exploiter ou permis d'environnement sont-ils à jour? Faisons le point ensemble! Hélène DUPLAT Cellule des Conseillers en Environnement de l UWE 20 avril 2015 1 La Cellule des Conseillers

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE SANTÉ ET PROTECTION DES CONSOMMATEURS Direction F Office alimentaire et vétérinaire Le Directeur

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE SANTÉ ET PROTECTION DES CONSOMMATEURS Direction F Office alimentaire et vétérinaire Le Directeur COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE SANTÉ ET PROTECTION DES CONSOMMATEURS Direction F Office alimentaire et vétérinaire Le Directeur Grange, le D(2002) NUMÉRO DE RÉFÉRENCE : DG(SANCO)/8624/2002 RS

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.30/AC.2/2009/6 27 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Comité de gestion de la Convention

Plus en détail

Décret N 2005/0577/PM du 23 février 2005 sur les modalités de réalisation des études d'impact environnemental

Décret N 2005/0577/PM du 23 février 2005 sur les modalités de réalisation des études d'impact environnemental Décret N 2005/0577/PM du 23 février 2005 sur les modalités de réalisation des études d'impact environnemental LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT DECRETE : CHAPITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

Performance Energétique des Bâtiments (PEB) en Région wallonne

Performance Energétique des Bâtiments (PEB) en Région wallonne Performance Energétique des Bâtiments (PEB) en Région wallonne Monique GLINEUR DGO4 - Département de l Énergie et du Bâtiment durable 1 Sommaire Le cadre législatif Les exigences Le responsable PEB La

Plus en détail

Réglementation. Import/Export CHAPITRE 6

Réglementation. Import/Export CHAPITRE 6 CHAPITRE 6 Réglementation Import/Export Dans ce chapitre: Rubriques / pages Prescriptions du Traité/ 187 Mesures Législatives et Administratives / 191 Conformité / 194 Diffusion / 196 Programme d Assistance

Plus en détail

PERMIS D ENVIRONNEMENT CONDITIONS INTEGRALES RESERVOIRS EXISTANTS RGPT

PERMIS D ENVIRONNEMENT CONDITIONS INTEGRALES RESERVOIRS EXISTANTS RGPT LE STOCKAGE DE MAZOUT EN WALLONIE REGLEMENTATION EN VIGUEUR PERMIS D ENVIRONNEMENT CONDITIONS INTEGRALES RESERVOIRS EXISTANTS RGPT? MINISTERE DE LA REGION WALLONNE DIRECTION GENERALE DES RESSOURCES NATURELLES

Plus en détail

Rapport de stockage de produits chimiques Décret de désignation du secteur protégé du champ de captage

Rapport de stockage de produits chimiques Décret de désignation du secteur protégé du champ de captage MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT Rapport de stockage de produits chimiques Décret de désignation du secteur protégé du champ de captage Nom du requérant : Adresse du site : Numéro d identification du bien-fonds

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

DIRECTIVE STOCKAGE HYDROCARBURES. République et Canton de Neuchâtel

DIRECTIVE STOCKAGE HYDROCARBURES. République et Canton de Neuchâtel DIRECTIVE STOCKAGE HYDROCARBURES République et Canton de Neuchâtel Service de l'énergie et de l environnement version mars 2011 3 Directive cantonale d'application de la loi fédérale sur la protection

Plus en détail

Processus de demande de permis de travail

Processus de demande de permis de travail Processus de demande de permis de travail Formation Avril 2015 Demander un permis de travail Audience: Les personnes ayant reçu des affectations de travail nécessitant une autorisation d exécuter les travaux

Plus en détail

Note de présentation

Note de présentation Note de présentation Objet : Projet de décret d application de la loi n 24-09 relative à la sécurité des produits et des services et complétant le dahir du 9 ramadan 1331 (12 aout 1913) formant code des

Plus en détail

Le décret wallon relatif à la gestion des sols

Le décret wallon relatif à la gestion des sols Le décret wallon relatif à la gestion des sols Quand un sol est-il pollué? Comment fonctionnera la banque de données des sols? Comment réaliser une étude de sol? Quels sont les activités et les terrains

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

AVIS. Objet : Avant-projet de décret relatif à la gestion des sols. Réf. : CWEDD/08/AV.180 Liège, le 11 mars 2008

AVIS. Objet : Avant-projet de décret relatif à la gestion des sols. Réf. : CWEDD/08/AV.180 Liège, le 11 mars 2008 AVIS Réf. : CWEDD/08/AV.180 Liège, le 11 mars 2008 Objet : Avant-projet de décret relatif à la gestion des sols 1. INTRODUCTION 1.1. Saisine et préparation de l avis Le 04 janvier 2008 (Réf. : CWEDD/08/CE.45),

Plus en détail

Le rôle du Service Public de Wallonie

Le rôle du Service Public de Wallonie La nouvelle réglementation wallonne pour les services de taxis et de location de voitures avec chauffeur Le rôle du Service Public de Wallonie SPW- DGO2 - Direction du Transport de personnes Florence Wathelet

Plus en détail

Votre entreprise a-t-elle reçu le feu vert de la délégation syndicale pour l utilisation d intérimaires?

Votre entreprise a-t-elle reçu le feu vert de la délégation syndicale pour l utilisation d intérimaires? 1 Votre entreprise a-t-elle reçu le feu vert de la délégation syndicale pour l utilisation d intérimaires? Quand une entreprise souhaite avoir recours au travail intérimaire en cas de remplacement de travailleurs

Plus en détail

Rapport de stockage sur les produits pétroliers Décret de désignation du secteur protégé du champ de captage

Rapport de stockage sur les produits pétroliers Décret de désignation du secteur protégé du champ de captage MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT Rapport de stockage sur les produits pétroliers Décret de désignation du secteur protégé du champ de captage Nom du requérant : Adresse du site : Numéro d identification du

Plus en détail

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise L expérience à votre service Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise Assurance pollution et coûts de dépollution des locaux d entreprise Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Plus en détail

Patrimoine classé. Restauration - Intervenants. Pour tous les monuments classés

Patrimoine classé. Restauration - Intervenants. Pour tous les monuments classés Restauration - Intervenants Lancer un projet de restauration d un monument classé : principaux intervenants Pour tous les monuments classés Le Ministre Le Ministre du Patrimoine définit et oriente la politique

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

COM (2015) 289 final

COM (2015) 289 final COM (2015) 289 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 juin 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

L ATTESTATION D APTITUDE À LA CONDUITE

L ATTESTATION D APTITUDE À LA CONDUITE L ATTESTATION D APTITUDE À LA CONDUITE 1 Principe Le Service Public Fédéral Mobilité et Transports a sa propre réglementation (AR du 23/03/1998) qui impose non seulement la réussite d un examen théorique

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

4.2.1 Modèle dynamique de gestion des risques de Provikmo : manuel

4.2.1 Modèle dynamique de gestion des risques de Provikmo : manuel 4.2.1 Modèle dynamique de gestion des risques de Provikmo : manuel 1. Introduction La réglementation du bien-être au travail est centrée sur la gestion des risques. Ainsi, chaque employeur doit systématiquement

Plus en détail

SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif COMMUNAUTÉ DE COMMUNES ISLES DU DOUBS 1

SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif COMMUNAUTÉ DE COMMUNES ISLES DU DOUBS 1 SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif COMMUNAUTÉ DE COMMUNES ISLES DU DOUBS 1 L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF : ANC Objectifs : Protection de la santé et de la salubrité publique Préservation

Plus en détail

Règlement 188 Règlement concernant la vidange périodique des fosses septiques ou de rétention pour les zones VI-1, VI-2, RI-3 et autres.

Règlement 188 Règlement concernant la vidange périodique des fosses septiques ou de rétention pour les zones VI-1, VI-2, RI-3 et autres. Province de Québec Municipalité de St-Mathieu-d Harricana Règlement 188 Règlement concernant la vidange périodique des fosses septiques ou de rétention pour les zones VI-1, VI-2, RI-3 et autres. ATTENDU

Plus en détail

Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels

Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels F H/LD/WG/5/3 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 7 OCTOBRE 2015 Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels

Plus en détail

10. OUTILS D INFORMATION : INVENTAIRE DE L ÉTAT DU SOL

10. OUTILS D INFORMATION : INVENTAIRE DE L ÉTAT DU SOL 10. OUTILS D INFORMATION : INVENTAIRE DE L ÉTAT DU SOL La collecte d informations, spatialement référencées, permettant d identifier les sols susceptibles d avoir été pollués (cf. activités humaines ayant

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

Réunion d information préalable du public

Réunion d information préalable du public Réunion d information préalable du public Demande de permis d environnement Mise en location de kayaks sur la Lesse entre Houyet et Anseremme 15 juin 2015 Contenu de la réunion Présidence de la réunion

Plus en détail

1. Résolution sur les dispositions transitoires

1. Résolution sur les dispositions transitoires RESOLUTIONS ADOPTEES PAR LA CONFERENCE DE PLENIPOTENTIAIRES RELATIVE A LA CONVENTION DE STOCKHOLM SUR LES POLLUANTS ORGANIQUES PERSISTANTS 1. Résolution sur les dispositions transitoires Ayant adopté le

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/11/127 DÉLIBÉRATION N 11/083 DU 8 NOVEMBRE 2011 AUTORISANT LES MAISONS DE SOINS PSYCHIATRIQUES ET LES INITIATIVES

Plus en détail

Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11)

Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11) DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11) Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement et d autres dispositions législatives relativement à la protection

Plus en détail

741.621 Ordonnance relative au transport des marchandises dangereuses par route (SDR)

741.621 Ordonnance relative au transport des marchandises dangereuses par route (SDR) Ordonnance relative au transport des marchandises dangereuses par route (SDR) du 29 novembre 2002 (Etat le 1 er janvier 2014) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 30, al. 4, 103 et 106, de la loi fédérale

Plus en détail

Examen pratique CHAPITRE 16. Table des matières INTITULE TABLE DES MATIERES N DE DATE MISE A

Examen pratique CHAPITRE 16. Table des matières INTITULE TABLE DES MATIERES N DE DATE MISE A CHAPITRE 16 Examen pratique TABLE DES MATIERES Table des matières INTITULE N DE DATE MISE A PAGE JOUR Catégories pour lesquelles l examen pratique est, ou non, requis 2 01/05/2013 Examen théorique 2 04/02/2014

Plus en détail

Ordre des Experts Comptables de Tunisie

Ordre des Experts Comptables de Tunisie Ordre des Experts Comptables de Tunisie Norme relative aux Modalités d Application des Articles 2 et 3 de l Arrêté du 28 février 2003 portant Homologation du Barème des Honoraires des Experts Comptables

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DES BÂTIMENTS

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DES BÂTIMENTS LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DES BÂTIMENTS Présentation générale du cadre juridique européen et régional Thomas HAUZEUR 15 septembre 2011 PEB en UE: Directive 2002/91/CE Premier cadre harmonisé en matière

Plus en détail

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE AUX MAISONS DE TRANSFERT ET AUX AGENTS DE CHANGE Les présentes lignes directrices résument les principales obligations légales auxquelles sont assujetties les maisons de transfert et les agents de change,

Plus en détail

1ERE PARTIE : CADRE JURIDIQUE DES ENTREPRISES DE PROMOTION IMMOBILIERE

1ERE PARTIE : CADRE JURIDIQUE DES ENTREPRISES DE PROMOTION IMMOBILIERE 1ERE PARTIE : CADRE JURIDIQUE DES ENTREPRISES DE PROMOTION IMMOBILIERE Références juridiques : La promotion immobilière est régie par la loi n 90-17 du 26 février 1990, portant refonte de la législation

Plus en détail

Projet du Code de l Investissement

Projet du Code de l Investissement République Tunisienne Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Projet du Code de l Investissement Version préliminaire 22 mai 2015 Article1premier. TITRE PREMIER.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION Arrêté du 12 janvier 2012 fixant les conditions de reconnaissance

Plus en détail

d application de la législation fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite (LALP)

d application de la législation fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite (LALP) Loi du 12 février 2015 Entrée en vigueur :... d application de la législation fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite (LALP) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu la loi fédérale du 11

Plus en détail

Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale Direction générale Humanisation du travail. Fonds de l expérience professionnelle

Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale Direction générale Humanisation du travail. Fonds de l expérience professionnelle Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale Direction générale Humanisation du travail Fonds de l expérience professionnelle Réservé à l administration Réf. du dossier : Date de réception

Plus en détail

Crédit à la consommation Régi par la loi du 12 juin 1991

Crédit à la consommation Régi par la loi du 12 juin 1991 Crédit à la consommation Régi par la loi du 12 juin 1991 Prospectus n 8 Valable à partir du 01 février 2008 Les taux mentionnés dans ce prospectus sont repris à titre d exemple. Pour connaître les conditions

Plus en détail

Appel aux candidats. 65 sapeurs-pompiers volontaires (h/f).

Appel aux candidats. 65 sapeurs-pompiers volontaires (h/f). ANNEXE 1 : Appel à candidats Extrait des délibérations des Conseils de zone des 26 octobre et 14 décembre 2015 ayant pour objet : PROCEDURE DE RECRUTEMENT DU PERSONNEL DU CADRE DE BASE. ZONE DE SECOURS

Plus en détail

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles CHAPITRE 7 Les accidents et les maladies professionnelles 7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles 7.2.1 Méthodologie Définitions L accident

Plus en détail

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005 ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION

Plus en détail

Evolutions de la législation

Evolutions de la législation Evolutions de la législation Ir Bénédicte DUSART, Directrice à la DAS Ir Jacques DEFOUX, Directeur à la DPS Formation continue experts et laboratoires «sols» Jambes 24 novembre 2015 1 Evolutions de la

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

Subvention pour la réalisation d une étude carbone au sein des entreprises participant aux accords de branche

Subvention pour la réalisation d une étude carbone au sein des entreprises participant aux accords de branche Agence wallonne de l Air et du Climat Demande de subvention pour la réalisation d une étude carbone au sein des entreprises participant aux accords de branche Demande à introduire au plus tard le 15 octobre

Plus en détail

Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007. L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC

Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007. L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Rabat, 27&28 Novembre 2007 L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Exigences ISO 17025 relatives au personnel résumées dans 2 chapitres : 4.1 Organisation Points généraux liés au management 5.2 Personnel

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

VERSION REFONDUE (incluant les dispositions du règlement numéro 229-13)

VERSION REFONDUE (incluant les dispositions du règlement numéro 229-13) RÈGLEMENT NUMÉRO 181-07 DÉCRÉTANT LES RÈGLES DE CONTRÔLE ET DE SUIVI BUDGÉTAIRES VERSION REFONDUE (incluant les dispositions du règlement numéro 229-13) ATTENDU QU en vertu du deuxième alinéa de l article

Plus en détail

Stations à essence Une nouvelle aide à l exécution des dispositions légales

Stations à essence Une nouvelle aide à l exécution des dispositions légales SERVICE DE L ENVIRONNEMENT FRIBOURG Stations à essence Une nouvelle aide à l exécution des dispositions légales La Société suisse des responsables de l hygiène de l air (Cercl Air) est une société qui

Plus en détail

L amiante Désamiantage Gestion des déchets Sécurité/santé

L amiante Désamiantage Gestion des déchets Sécurité/santé CCW_DD02 L amiante Désamiantage Gestion des déchets Sécurité/santé De nombreuses entreprises sont confrontées à des matériaux amiantés lors de rénovations ou de démolition de bâtiments. Ces matériaux,

Plus en détail

Autorisation et Convention

Autorisation et Convention Autorisation et Convention Déversement d eaux usées non domestiques dans les réseaux publics de collecte Entreprises et Collectivités : procédures pour être en conformité avec la loi Crédit photo CA Évry

Plus en détail

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012 Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020 De la version 2005 à la version 2012 Plan de la présentation L intervention sera structurée suivant les 8 chapitres de la norme. Publiée le 1 er mars 2012, homologuée

Plus en détail

Réunion d information préalable du public. Exploitation d un circuit de karting à Amay

Réunion d information préalable du public. Exploitation d un circuit de karting à Amay Réunion d information préalable du public Exploitation d un circuit de karting à Amay 14 juillet 2015 Contenu de la réunion Présidence de la réunion par la commune 1. Présentation des différents intervenants

Plus en détail

Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables

Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables Source : Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de

Plus en détail

Annexe 4. Pollution mazout/diesel-intervention du DPC. Instructions à l attention des experts agréés

Annexe 4. Pollution mazout/diesel-intervention du DPC. Instructions à l attention des experts agréés Annexe Pollution mazout/diesel-intervention du DPC Instructions à l attention des experts agréés Echantillonnage au terme de l excavation Les échantillonnages doivent porter, d une part, sur les parois

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUILLET 2005 SUR LE TELETRAVAIL

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUILLET 2005 SUR LE TELETRAVAIL ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUILLET 2005 SUR LE TELETRAVAIL Préambule Les partenaires sociaux européens, UNICE, UEAPME et CEEP d une part, et CES (et le comité de liaison EUROCADRES/CEC) d

Plus en détail

Ordonnance bruxelloise relative à la gestion et l assainissement des sols pollués : la nouvelle procédure technique d étude des sols

Ordonnance bruxelloise relative à la gestion et l assainissement des sols pollués : la nouvelle procédure technique d étude des sols Ordonnance bruxelloise relative à la gestion et l assainissement des sols pollués : la nouvelle procédure technique d étude des sols Institut Bruxellois pour la Gestion de l Environnement Division Police

Plus en détail

Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau ;

Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau ; Projet de règlement grand-ducal relatif à la formation initiale obligatoire, à la formation continue obligatoire et au contrôle de l assurance de la qualité des examinateurs chargés de la réception des

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/LILS/9 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS POUR DÉCISION

Plus en détail

VENTE IMMOBILIÈRE: LA PHASE PRÉALABLE ET SES ÉCUEILS

VENTE IMMOBILIÈRE: LA PHASE PRÉALABLE ET SES ÉCUEILS VENTE IMMOBILIÈRE: LA PHASE PRÉALABLE ET SES ÉCUEILS Actes du colloque organisé le 26 avril 2012 par le Guide de droit immobilier et la Chambre de Conciliation, d Arbitrage et de Médiation en matière Immobilière

Plus en détail

Dispositions pénales Loi du Bien-être et Code Code pénal social 1/5

Dispositions pénales Loi du Bien-être et Code Code pénal social 1/5 Dispositions pénales Loi du Bien-être et Code Code pénal social 1/5 Code pénal social Application sur la Loi et le Code du Bien-être au travail Dispositions pénales de la Loi du Bien-être de 1996 Les articles

Plus en détail

Table des matières. 1 Le contrat de vente d immeuble. Développements récents... 7. Introduction... 8

Table des matières. 1 Le contrat de vente d immeuble. Développements récents... 7. Introduction... 8 Table des matières 1 Le contrat de vente d immeuble. Développements récents.................... 7 Benoît KOHL professeur à l U.Lg., professeur invité à l Université de Paris II (Panthéon Assas) avocat

Plus en détail

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009 Formation des formateurs relais 3RB Paris, 2 et 3 avril 2009 Cadre juridique Formation 3RB -2 et 3 avril 2009 2 Sommaire 1. Introduction: prévention et textes juridiques 2. Hiérarchie des textes 3. Sélection

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

Le Correspondant Informatique & Libertés. Forum International de l Assurance. 19 avril 2013 - Casablanca

Le Correspondant Informatique & Libertés. Forum International de l Assurance. 19 avril 2013 - Casablanca Le Correspondant Informatique & Libertés Forum International de l Assurance 19 avril 2013 Casablanca Ph. SALAÜN : CIL de CNP Assurances 1 Sommaire La Loi «Informatique et Libertés» Le CIL Risques et moyens

Plus en détail

CAPELO - Compléments au dossier de carrière

CAPELO - Compléments au dossier de carrière CAPELO - Compléments au dossier de carrière Instructions administratives aux employeurs 01/01/2013 Tour du Midi / Zuidertoren Bruxelles1060 Brussel T +32 (0)2 791 50 00 F +32 (0)2 791 50 99 www.capelo.be

Plus en détail

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE Au printemps 2013, le Président de la République a souhaité, dans le cadre du choc de simplification, que soit renversé le principe en vigueur depuis la publication de la loi du 12 avril 2000, dite loi

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

occupent en Suisse des travailleurs à domicile.

occupent en Suisse des travailleurs à domicile. Loi fédérale sur le travail à domicile (Loi sur le travail à domicile, LTrD) 1 822.31 du 20 mars 1981 (Etat le 1 er janvier 2009) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 34 ter et

Plus en détail