Politique de Sécurité des Systèmes d Information

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Politique de Sécurité des Systèmes d Information"

Transcription

1 Politique de Sécurité des Systèmes d Information

2 Sommaire 1 PREAMBULE CONTEXTE ORIENTATION STRATEGIQUE PERIMETRE ENJEUX DE LA PSSI AU CONSEIL DE L EUROPE LES BESOINS DE SECURITE PRINCIPES ET REGLES DE SECURITE ORGANISATION DE LA SECURITE POLITIQUE DE SECURITE GESTION DES BIENS DU CONSEIL DE L EUROPE SECURITE LIEE AUX RESSOURCES HUMAINES SECURITE PHYSIQUE ET ENVIRONNEMENTALE GESTION DE L EXPLOITATION ET DES TELECOMMUNICATIONS CONTROLE D ACCES ACQUISITION, DEVELOPPEMENT ET MAINTENANCE DES SYSTEMES D INFORMATION GESTION DES INCIDENTS GESTION DE LA CONTINUITE D ACTIVITE INFORMATIQUE CONFORMITE LEXIQUE

3 1 PREAMBULE Ce document constitue le référentiel, aussi appelé «Politique de Sécurité des Systèmes d Information» du Conseil de l Europe (CdE). Il est construit à partir du «guide pour l'élaboration d'une Politique de Sécurité des Systèmes d Information» de l Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d Information (ex Direction Centrale de la Sécurité des Systèmes d Information) et suit la structure en chapitres de la norme ISO Il traduit en termes applicables la volonté et les exigences de l Organisation pour mettre en œuvre les moyens permettant de protéger de la manière la plus efficace le patrimoine que représentent les Systèmes d Information, avec tous ses biens (informations et leurs différents moyens de partage, de traitement, d échange et de stockage), et de préserver son fonctionnement en tant qu outil de production pour les utilisateurs. 3

4 2 CONTEXTE Le CdE dispose d un patrimoine d informations sensibles constituant l un de ses actifs les plus importants, sur lequel reposent son image et sa capacité à maintenir et développer ses activités et ses publications. Il recouvre : le patrimoine intellectuel, composé de toutes les informations concourant à son savoir et son savoir-faire, par exemple, ses travaux de préparation des sessions, ses futures publications, etc., les informations relatives à ses clients, ses partenaires ou tout autre tiers avec lesquels il est en relation, dont l altération ou la divulgation pourrait porter atteinte à son image, les informations relatives à son personnel, telles que les dossiers administratifs ou d appréciation, dont la divulgation constituerait une violation de la vie privée, la protection de ce patrimoine nécessite la prise en considération d un contexte organisationnel et technique complexe caractérisé par : - la répartition fonctionnelle et géographique (internationale) de l Organisation, - une utilisation importante de technologies hétérogènes et ouvertes offrant des moyens de communication puissants, internes comme externes, - une diversité importante de populations d utilisateurs induisant des comportements multiples et des attentes différentes, - des relations institutionnelles avec les Etats membres. 3 ORIENTATION STRATEGIQUE La stratégie de Sécurité des Systèmes d Information du CdE est axée sur une notion d ouverture. Par ouverture, il est entendu que toute information est par défaut considérée comme publique au sein du CdE, c'est-à-dire accessible depuis des outils de recherche. Ensuite, la personne propriétaire du bien (données, documents, matériels, logiciels, processus) est responsable de son niveau de confidentialité. Elle peut en complément, déterminer et demander des actions, afin de le rendre : - intègre / probant - disponible - tracé Cette orientation a pour objectif de faciliter la productivité, la communication et d éviter une surprotection des informations, tout en offrant la possibilité de sécuriser des informations jugées sensibles. 4

5 4 PERIMETRE La Politique de Sécurité des Systèmes d Information s applique à l ensemble des SI du CdE. Elle comprend l ensemble des moyens humains, techniques et organisationnels permettant, en support à l activité, de créer, de conserver, d échanger et de partager des informations entre les acteurs internes et tiers de l Organisation, quelle que soit la forme sous laquelle elles sont exploitées (électroniques, imprimées, manuscrites, vocales, images etc.). Elle complète l instruction 47 recensant les droits et devoirs des utilisateurs. La politique de sécurité concerne l ensemble des activités et des métiers du CdE, quels que soient leurs lieux d implantation. Elle s applique à : l ensemble des personnels autorisés à accéder, utiliser ou traiter, au niveau fonctionnel ou technique, des informations ou des biens des Systèmes d Information du CdE ; l ensemble des entités et des accords partiels du CdE ; l ensemble des tiers, dès lors qu ils utilisent les Systèmes d Information du CdE ou que leurs propres Systèmes d Information sont reliés au réseau informatique du CdE; l ensemble du patrimoine informationnel du CdE quel qu en soit le support ou la nature ; tous les composants matériel et logiciel des Systèmes d Information, et en particulier : les applications, processus de traitement, bases de données et les serveurs qui les hébergent, les réseaux de communication, et particulièrement les interconnexions avec les tiers du CdE, les systèmes externes utilisés ou connectés aux systèmes du CdE, les moyens et environnements techniques de fonctionnement des équipements, à l ensemble des procédures et modes opératoires de production et d échange d informations, quelle qu en soit la nature (données, voix, images, papier, etc.), aux bâtiments et locaux hébergeant les ressources humaines, les archives et les moyens informatiques du CdE. 5

6 5 ENJEUX DE LA PSSI AU CONSEIL DE L EUROPE La Sécurité des Systèmes d Information (SSI) s impose comme une composante essentielle de la protection du CdE dans ses intérêts propres et dans ceux liés à des enjeux internationaux relatifs à son activité. Face aux risques encourus, et dans le contexte fonctionnel et organisationnel propre au CdE, il convient d identifier ce qui doit être protégé, de quantifier l enjeu correspondant, de formuler des objectifs de sécurité et d identifier, arbitrer et mettre en œuvre les parades adaptées au juste niveau de sécurité retenu. Cela passe prioritairement par la définition et la mise en place au sein du CdE d une «Politique de Sécurité des Systèmes d Information» (PSSI) prenant en compte les principaux risques identifiés lors de la phase d analyse des activités métiers : risque d indisponibilité des informations et des systèmes les traitant (intrusion, vol, destruction, panne, déni de service), risque de divulgation perte de la confidentialité accidentelle ou volontaire des informations sensibles comme les données personnelles, les documents de préparation des sessions, les informations relevant des activités de monitoring, risque d altération perte d intégrité notamment dans le cadre des publications réalisées par le Conseil de l Europe. Elle a pour objectifs de : définir la cible en terme de gestion de la Sécurité des Systèmes d Information, organiser la sécurité, fédérer les entités autour du thème de la sécurité, savoir mesurer la sécurité, améliorer la sécurité au quotidien. Celle-ci se déclinera ensuite au niveau de chaque entité entrant dans le périmètre de la PSSI par un approfondissement du contexte (enjeux, menaces, besoins) et une explicitation des dispositions de mise en œuvre, au travers d un plan d action SSI et procédures de sécurité opérationnelles adaptées aux spécificités de chacun. Schéma de déclinaison de la PSSI : 6

7 6 LES BESOINS DE SECURITE La sécurité des Systèmes d Information repose sur quatre critères (DICT) : Disponibilité : garantir que les éléments considérés (fichiers, messages, applications, services) sont accessibles au moment voulu par les personnes autorisées. Intégrité : garantir que les éléments considérés (données, messages ) sont exacts et complets et qu ils n ont pas été modifiés. Confidentialité : garantir que seules les personnes autorisées ont accès aux éléments considérés (applications, fichiers ). traçabilité : garantir que les accès et tentatives d'accès aux informations sont tracés et que ces traces sont conservées et exploitables en temps voulu. 7

8 7 PRINCIPES ET REGLES DE SECURITE 7.1 Organisation de la Sécurité Organisation interne OBJECTIFS : Gérer, suivre et garantir la sécurité de l'information au sein du CdE de manière transversale. Définir les responsabilités et les rôles des différents acteurs de la sécurité. Schéma général de l organisation : Le Comité d Organisation de la Sécurité de l Information (COSI) : 8

9 Le COSI est composé du Responsable Sécurité des Systèmes d Information, d un collaborateur de l audit interne et de référents présents dans chacune des entités suivantes entrant dans le périmètre de la PSSI Le COSI est chargé de la définition, de l approbation, de la communication et de l'évolution de la PSSI Le COSI produit et valide un plan de communication de la PSSI et de ses règles de sécurité Le COSI est en charge de gérer les exceptions (événement non pris en compte dans la PSSI) ayant un impact sur la sécurité des Systèmes d Information du CdE Le COSI a également pour objectif d effectuer des retours d expérience et d échanger sur les pratiques de chacun dans le domaine de la sécurité des Systèmes d Information Le COSI planifie et exerce un contrôle annuel des dispositions prises. Ce contrôle est assuré par des audits de sécurité effectués en interne par le RSSI à la DIT ou les référents Sécurité ou alors confiés à des organismes tiers spécialisés devant vérifier l'application des règles définies dans la PSSI Dans l objectif de gérer la sécurité de manière transversale au sein du CdE, le RSSI rencontre régulièrement les différents référents sécurité du COSI (cf. schéma organisation de la sécurité). Il s agit de réaliser régulièrement un point d avancement sur les projets sécurité relatifs à leur périmètre d activité et d échanger sur les pratiques de sécurité mises en place Des indicateurs transversaux de suivi d avancement des projets de la PSSI sont complétés et approuvés par l ensemble des membres du COSI Le COSI dispose d un espace d échange interne permettant d assurer une communication transversale et un partage d information optimal entre les entités (problèmes, incidents, vulnérabilité, etc.). Gestion de crise Le processus et l organisation de gestion de crise sont identifiés localement au niveau de chaque entité, mais également au sein du COSI en cas de crise transverse. Ce document décrit comment les entités informatiques du CdE doivent réagir face à une crise, et cela de façon rapide et cohérente en utilisant une communication simple et transparente, dénuée de tout jargon informatique. 9

10 Responsable sécurité des Systèmes d Information Le Responsable Sécurité des Systèmes d Information (RSSI) du CdE est désigné par la définition de sa fiche de poste précisant son périmètre d'action, ses responsabilités et ses moyens d'action. Il veille à la sécurité des Systèmes d Information conformément à des grandes orientations et priorités et dans un souci de qualité, d efficience et de précision Le RSSI a un rôle de coordination pour la mise en œuvre et l'application de la PSSI du CdE. Il n'intervient pas directement au niveau opérationnel en tant que maître d'œuvre des projets de sécurité, mais : coordonne la gestion quotidienne de la fonction Sécurité, participe à l homogénéisation du niveau de sécurité, pilote la sécurité au niveau de la DIT, se tient informé de l état de l art en matière de TIC En collaboration avec les autres membres du COSI, le RSSI développe des contacts avec les spécialistes externes au CdE, afin d assurer une veille technologique en matière de protection des informations. Les référents Les référents sécurité assurent la responsabilité de la sécurité dans leur périmètre technique ou leur entité. Ils veillent au quotidien à l'application des procédures de sécurité pour la partie technique de l'exploitation systèmes, réseaux, postes de travail et applicatifs. Ils sont responsables de la mise en œuvre de la PSSI et du plan d action sécurité dans leur périmètre Ils assurent une veille sécurité (faille de sécurité, vulnérabilité, exploitations de vulnérabilités, etc.) en fonction de leur périmètre d intervention afin de garantir le maintien du niveau de sécurité (poste de travail, système, réseau, etc.) Le CdE désigne des responsables sécurité des sites chargés de la sécurité physique ou des personnes. En collaboration avec le RSSI et les autres référents sécurité, ils assurent la sécurité des locaux techniques et des environnements de travail Gestion des tiers de chacune des entités OBJECTIF : Assurer la sécurité de l'information et des moyens de traitement de l'information appartenant au CdE et consultés, communiqués ou gérés par des tiers. 10

11 Les risques doivent être évalués par le RSSI ou le référent sécurité de l entité en question préalablement à la collaboration avec un tiers afin de déterminer les impacts sécurité et les mesures nécessaires lorsque la CdE doit : collaborer avec des tiers et leur autoriser l'accès aux informations ou aux moyens de traitement (accès aux bureaux, salles des machines, dossiers papiers, accès logique interne ou externe), obtenir un produit ou un service d'un tiers, ou lui fournir un produit ou un service L accès aux tiers ne doit être autorisé qu aux systèmes utiles à la réalisation de leur travail dans la limite des attributions de chacun. La procédure d accès est validée par le RSSI à la DIT ou le référent sécurité de l entité en question Tous les contrats avec des tiers doivent comporter un volet sécurité qui précise les règles de la PSSI du CdE. Ce volet devra notamment mentionner l'obligation de faire signer un engagement de responsabilité et de confidentialité à leur personnel devant accéder à des données sensibles Le CdE confie à des tiers la gestion et le contrôle de toute ou partie de son système d information, de son infrastructure de traitement de l information (réseaux, postes de travail, etc.), il intègre dans le contrat de sous-traitance ses exigences de sécurité, à savoir : le respect des exigences légales, dont la protection des données à caractère personnel, les responsabilités en matière de sécurité pour l Organisation et pour le sous-traitant, la vérification du respect des exigences de confidentialité et d intégrité des informations, les mesures de contrôle d accès physique et logique à mettre en place et à respecter, les mesures de continuité de service en cas de survenance d un sinistre, le niveau de protection physique des matériels confiés à des tiers, le droit d audit de l application des procédures et des installations de sécurité. 11

12 7.2 Politique de sécurité Politique de Sécurité des Systèmes d Information OBJECTIF : Doter l établissement d une Politique de Sécurité des Systèmes d Information publiée, remise à jour régulièrement et soutenue par le COSI, afin d apporter à la sécurité de l'information une orientation conforme aux exigences métier et règlements en vigueur La PSSI, approuvée par le COSI, est publiée et diffusée auprès de l'ensemble des salariés et des tiers concernés La PSSI s'applique à l'ensemble des utilisateurs des Systèmes d Information Le document PSSI est revu à intervalle régulier par le COSI La PSSI est systématiquement réexaminée à chaque changement organisationnel de l'activité ou de l'environnement technique Un plan d action est établit après réexamen afin de combler les écarts La PSSI a, dans chaque entité, un responsable (RSSI ou référent sécurité) de sa mise en œuvre, de son suivi et de son évolution. Il assure l examen périodique de la mise en œuvre de la politique de sécurité en termes : d amélioration des dispositifs de sécurité des Systèmes d Information, de diminution des incidents et de leurs impacts sur le fonctionnement de l établissement (diminution des arrêts, diminution des pertes de données ), de prise en compte de l évolution des activités et de l Organisation, ainsi que des nouveaux risques pesant sur les Systèmes d Information de l Organisation. de mise au point des outils pour préserver l intégrité des informations archivées. 12

13 7.3 Gestion des biens du Conseil de l Europe Inventaire et responsabilités relatives aux biens OBJECTIFS : Inventorier et identifier la durée d utilité administrative pour ensuite mettre en place et maintenir une protection appropriée des biens du CdE. Identifier et inventorier tous les biens nécessaires à la gestion des informations. Pour chacune d entre elles, un responsable doit être identifié. Celui-ci est chargé de faire appliquer la politique de sécurité pour ses biens. L inventaire des ressources est un élément fondamental de la gestion des risques, indépendamment de l utilité qu il peut avoir pour d autres activités du Conseil de l Europe (publication, gestion des données personnelles ). En effet, les mesures de sécurité adéquates ne peuvent être mises en œuvre que si les éléments à protéger sont connus Chaque entité établit un inventaire des biens et le met à jour régulièrement pour chacun de ses Systèmes d Information. Chaque bien doit être clairement identifié et documenté (localisation ) conformément aux recommandations du COSI L ensemble des applications installé sur les postes de travail doit être suivi et maitrisé Une cartographie des applications est formalisée et régulièrement mise à jour en fonction des nouvelles applications et de celles sortant du périmètre. Cette cartographie applicative est nécessaire dans le cadre de projets structurants, comme la mise en place du Single-Sign-On, un Plan de Continuité d Activité ou tout autre projet en lien avec un ensemble d applications Les responsables des biens inventoriées présents dans le périmètre préconisé par le COSI, doivent clairement être identifiés, tout comme la personne chargée de mettre à jour des caractéristiques du bien et de maintenir des mesures de sécurité appropriées sur le bien concernée. 13

14 7.3.2 Classification des biens OBJECTIF : Attribuer le niveau de protection requis pour chaque bien des Systèmes d Information Une classification qui attribue les besoins et priorités de protection est établie. Cette classification repose sur les 4 axes correspondant aux besoins en termes de Disponibilité, d Intégrité, de Confidentialité et de Traçabilité (DICT). La classification des biens s appuie sur la procédure opérationnelle de classification des biens Il convient de classifier les biens sensibles pour indiquer le besoin, les priorités et le degré souhaité de protection lors de leur usage A tout bien, et en particulier toute information sensible, doit être associé sa classification de sécurité (sur les 4 axes DICT) La sensibilité d un bien évolue dans le temps. Chaque responsable de biens des Systèmes d Information doit donc périodiquement revoir la classification des biens dont il a la responsabilité. 14

15 7.4 Sécurité liée aux ressources humaines OBJECTIFS : Garantir que les utilisateurs connaissent les responsabilités en terme de sécurité. Réduire les risques d accident, d erreur et/ou de malveillance en intégrant les principes de sécurité dans la gestion des ressources humaines, du recrutement à la fin de collaboration, Veiller à ce que les agents, contractants et utilisateurs tiers quittent le CdE ou changent de poste selon une procédure définie et diffusée Un rappel sur les obligations en matière de respect du secret professionnel et sur les clauses de confidentialité est inscrit dans le contrat des agents du CdE L «Instruction 47», présentant les limitations générales à l utilisation des Systèmes d Information du CdE, les droits et obligations des utilisateurs, les contrôles réalisés par les entités informatiques et les conséquences en cas de non respect des règles, est transmise à chaque utilisateur lors de son arrivée. Ce document est porté à la connaissance de tout nouvel agent, qu il soit embauché à titre temporaire, à titre définitif ou en tant qu externe En cas de non-respect de la présente Politique de Sécurité des Systèmes d Information, des mesures disciplinaires seront, le cas échéant, prises conformément aux règles contenues dans le Statut du Personnel Lors de son arrivée, chaque utilisateur est sensibilisé à la sécurité par l entité lui fournissant l accès aux SI. Cette sensibilisation présente le CdE et les grands principes de la PSSI. Elle est effectuée avant que l'accès à l'information ou au service ne soit donné. L utilisateur est également averti des conséquences pénales de toute utilisation de moyens de traitement de l'information à des fins illégales Au cours de séances de sensibilisation à la sécurité, les utilisateurs sont sensibilisés à leurs responsabilités et aux bonnes pratiques sécuritaires concernant l utilisation des Systèmes d Information Des actions régulières de sensibilisation sont menées au niveau local et européen par les référents et le RSSI par le biais de lettres de communication, de news via l intranet ou d événements spécifiques (séminaire, petit déjeuner thématique, etc) La procédure de départ ou de changement de poste mise en place comprend : la suppression des droits d'accès, la reprise des matériels, la suppression des données stockées sur le réseau. 15

16 7.5 Sécurité physique et environnementale Protection des zones sécurisées OBJECTIF : Veiller que seules les personnes habilitées aient accès aux bâtiments, aux locaux techniques et locaux d archives du CdE et que les accès soient tracés Seules les personnes habilitées, enregistrées ou inscrites dans un registre des visites peuvent accéder aux sites. Un contrôle d accès est mis en place à l entrée de chaque site. L ensemble des personnes accédant aux sites du CdE (visiteurs, résidents, internes) se voient attribuer un badge permettant de les identifier Les intervenants tiers non habilités par contrat et les visiteurs sont accompagnés par une personne habilitée, qui assume la responsabilité de leurs actions L'accès aux locaux techniques et d archives est nominatif et n est autorisé qu'aux personnes habilitées par le RSSI à la DIT ou le référent sécurité des autres entités. Les personnes habilitées sont enregistrées et les accès journalisés La liste des personnels autorisés est régulièrement vérifiée par le RSSI à la DIT ou le référent sécurité de chaque entité en collaboration avec les responsables de la sécurité des sites du CdE Certaines zones de travail peuvent faire l'objet de conditions d'accès particulières. Ces règles sont affichées à l'entrée de la zone de l entité manipulant des données sensibles Les textes règlementaires sur l'accès et les règles d utilisation des archives physiques sont régulièrement maintenus à jour par les archives centrales du CdE Protection des matériels et supports papier OBJECTIFS : 16

17 Assurer la protection et la disponibilité des équipements sensibles. Assurer une sécurité environnementale homogène (incendie, climatisation, inondation) des salles serveurs Les éléments non dématérialisés, comme les vidéos ou les archives, doivent être stockés dans des locaux adéquats, afin de les protéger contre le vol, les incendies, l humidité et les inondations Tous les équipements informatiques qui sont répertoriés comme importants ou vitaux pour le CdE sont installés dans des locaux sûrs, appelés salle blanche ou locaux techniques La protection des équipements sensibles est réalisée par des mesures de prévention et/ou de protection en fonction de leur sensibilité (protection incendie, climatisation, secours électrique par onduleur) Le matériel sensible (serveurs, équipements réseaux) doit être protégé contre les perturbations de l'alimentation électrique (surtension par exemple) et disposer d'une alimentation électrique de secours lui permettant de garantir la disponibilité du service attendu Des visites et des tests réguliers des solutions de protection physique des salles informatiques sont réalisés par le RSSI à la DIT ou le référent sécurité de chaque entité. Ils travaillent en collaboration avec les experts internes et des sociétés tierces, afin de garantir l homogénéité et l efficacité des solutions Pour les biens classifiés sensibles, un contrat de maintenance est conclu avec un délai d'intervention ou de remplacement garanti, compatible avec les exigences de disponibilité et d'intégrité du bien S agissant des matériels nomades propriétés du CdE, personnels ou en libre service, accédant aux SI ou stockant des informations du CdE, un guide de bonnes pratiques d utilisation (suppression des traces, sauvegarde des données, suppression des données au retour, etc.) est formalisé et communiqué à l ensemble des utilisateurs susceptibles d utiliser ce type d accès. Ce référentiel est validé par le COSI. 17

18 7.6 Gestion de l exploitation et des télécommunications Procédures et responsabilités liées à l exploitation OBJECTIF : Assurer l exploitation correcte et sécurisée des moyens de traitement de l information Les procédures d exploitation (système, réseau, poste de travail, application) sont formalisées, partagées et les responsabilités associées (suivi, approbation, mise à jour) sont définies La documentation des Systèmes d Information (architecture, fonctionnement, procédures) est sauvegardée et son accès est réservé au personnel habilité Pour chaque système sensible, des cahiers d'exploitation doivent être formalisés et doivent comprendre : le suivi des mises à jour de logiciels, la modification de paramètres, Les erreurs systèmes et actions correctives prises Les cahiers d'exploitation doivent faire l'objet de contrôles réguliers par rapport aux procédures d'exploitation Le processus de modifications majeures des Systèmes d Information (ouverture vers l extérieur, modification de l architecture, ajout d une application critique) doit faire l objet d une analyse des risques et d une validation du référent sécurité associé Sécurité liée à l exploitation OBJECTIFS : Suivre les événements systèmes. Assurer le bon fonctionnement des SI. Détecter et analyser un dysfonctionnement. 18

19 Les équipements des Systèmes d Information sont surveillés en temps réel. Les principales informations concernant la disponibilité des services, la charge système et les espaces disques sont consolidées. En cas de dysfonctionnement, une alerte est remontée au référent sécurité adéquat, puis, en fonction de la criticité, au RSSI à la DIT ou au référent sécurité de chaque entité Le traçage des évènements (ou logs) sur les systèmes doit être activé partout où il est disponible et pertinent Une norme concernant la mise en place des logs sur l ensemble des systèmes est définie, elle permet de garantir leur exploitation dans le temps La collecte et la conservation des traces doivent être faites de manière à permettre leur utilisation comme élément de preuve aussi probant que possible Le processus de gestion des changements (mise à jour des correctifs et mise à jour de sécurité) est formalisé et mis en production sur l ensemble des équipements systèmes, réseaux, des postes de travail et des logiciels Les délais d applications des changements / mises à jour mineurs et majeurs applicatifs et systèmes sont définis par le référent sécurité associé Les matériels et systèmes obsolètes doivent être clairement identifiés et doivent faire l objet d une analyse des risques par le référent sécurité associé Protection contre les malveillances OBJECTIFS : Protéger l intégrité des logiciels et de l information. Contrôler et filtrer l accès internet. 19

20 Tous les serveurs et postes de travail doivent être protégés et supervisés afin de garantir l intégrité des informations (données, configuration, etc.) Chaque entité informatique possède un processus de traitement des infections. Elle réalise un reporting centralisant les statistiques d infection, dont la fréquence est définie par le COSI, à destination du RSSI à la DIT ou du référent sécurité de chaque entité Les protocoles réseaux autorisés et non autorisés doivent être identifiés et mis en production sur les équipements de sécurité périmétrique et de réseaux internes permettant leur cloisonnement Toute connexion distante (sites distants, bureaux extérieurs, OWA, tiers, etc.) doit être réalisée en utilisant une solution permettant le chiffrement des flux La liste des flux réseaux entrant et sortant autorisés est formalisée. Tous les flux n étant pas décrits dans ce référentiel sont interdits Les connexions internet des utilisateurs sont filtrées et journalisées. Une liste des sites non autorisés est établie et remise à jour régulièrement par le référent sécurité en charge de ces aspects Sauvegarde OBJECTIF : Maintenir l intégrité et la disponibilité des informations et garantir leur restauration Une politique de sauvegarde est formalisée et validée par les référents sécurité en charge de ces aspects. Elle prend en compte : le responsable de la sauvegarde, la fréquence, Le type (complète, incrémentale, différentielle), le support (bande, disque), la durée de rétention, des tests réguliers de restauration d une sauvegarde / contrôle de l intégrité des données sauvegardées. 20

21 Les données sauvegardées doivent être délocalisées dans un local sécurisé (cf. 7.5) distant de l environnement de production La politique de sauvegarde est régulièrement revue et mise à jour par le RSSI à la DIT ou le référent sécurité de chaque entité et les responsables des sauvegardes La politique de sauvegarde est communiquée de manière synthétique aux agents du CdE Sécurité de l information et des supports OBJECTIFS : Garantir la confidentialité des données stockées et échangées au sein du CdE et avec des tiers. Empêcher la divulgation, la modification, le retrait ou la destruction non autorisés de biens Les propriétaires d'information doivent définir les profils d'accès aux informations. Ces profils doivent distinguer les droits en lecture seule ou en lecture/écriture Les utilisateurs doivent être sensibilisés à la mise en œuvre d un ensemble de bonnes pratiques concernant les protections des documents physiques sensibles, par exemple : ne doivent être sortis que les documents utiles, quand ils ne sont plus utilisés, ils sont enfermés dans des armoires ou des coffresforts adaptés au niveau de sécurité requis, la destruction est réalisée au moyen de destructeurs de documents / broyeurs, les documents sensibles ne sont pas laissés sur les imprimantes réseau sans surveillance, les faxs sont immédiatement récupérés Le processus de restitution des biens est formalisé, il prévoit la remise de l ensemble des biens appartenant au CdE et, sauf en cas de demande de sa hiérarchie, la suppression des données présentes sur l ensemble des supports Lors du remplacement ou de la mise à la réforme des appareils de type fax, copieur, etc., les supports de stockage qu ils contiennent doivent faire l objet d une gestion particulière, notamment pour ce qui concerne l effacement sécurisé des données. 21

Directive de sécurité sur la sauvegarde des données en ligne

Directive de sécurité sur la sauvegarde des données en ligne Directive de sécurité sur la sauvegarde des données en ligne Entrée en vigueur le 18 juin 2010 Préparé et sous la responsabilité de la Direction des services juridiques Section affaires juridiques Approuvé

Plus en détail

Prestations d audit et de conseil 2015

Prestations d audit et de conseil 2015 M. Denis VIROLE Directeur des Services +33 (0) 6 11 37 47 56 denis.virole@ageris-group.com Mme Sandrine BEURTHE Responsable Administrative +33 (0) 3 87 62 06 00 sandrine.beurthe@ageris-group.com Prestations

Plus en détail

La sécurité informatique d'un centre d imagerie médicale Les conseils de la CNIL. Dr Hervé LECLET. Santopta

La sécurité informatique d'un centre d imagerie médicale Les conseils de la CNIL. Dr Hervé LECLET. Santopta La sécurité informatique d'un centre d imagerie médicale Les conseils de la CNIL Dr Hervé LECLET Tous les centres d'imagerie médicale doivent assurer la sécurité informatique de leur système d'information

Plus en détail

Référentiel de qualification de prestataires de services sécurisés d informatique en nuage (cloud computing) - référentiel d'exigences

Référentiel de qualification de prestataires de services sécurisés d informatique en nuage (cloud computing) - référentiel d'exigences Premier ministre Agence nationale de la sécurité des systèmes d information Référentiel de qualification de prestataires de services sécurisés d informatique en nuage (cloud computing) - référentiel d'exigences

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES informatiques d Inria CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES Table des matières 1. Préambule...3 2. Définitions...3 3. Domaine d application...4 4. Autorisation d accès aux ressources informatiques...5

Plus en détail

L utilisation du genre masculin dans ce document sert uniquement à alléger le texte et désigne autant les hommes que les femmes

L utilisation du genre masculin dans ce document sert uniquement à alléger le texte et désigne autant les hommes que les femmes L utilisation du genre masculin dans ce document sert uniquement à alléger le texte et désigne autant les hommes que les femmes Table des matières 1. Objet de la politique... 4 2. Cadre légal et règlementaire...

Plus en détail

Politique de sécurité de l actif informationnel

Politique de sécurité de l actif informationnel TITRE : Politique de sécurité de l actif informationnel Adoption par le conseil d administration : Résolution : CARL-130924-11 Date : 24 septembre 2013 Révisions : Résolution : Date : Politique de sécurité

Plus en détail

L'AUDIT DES SYSTEMES D'INFORMATION

L'AUDIT DES SYSTEMES D'INFORMATION L'AUDIT DES SYSTEMES D'INFORMATION ESCI - Bourg en Bresse (2005 2006) Audit s Système d'information - P2 1 lan d'ensemble Audit s Systèmes d'information GENERALITES SUR L'AUDIT AUDIT FONCTIONNEL OU D'APPLICATION

Plus en détail

Fiches micro-informatique SECURITE LOGIQUE LOGIxx

Fiches micro-informatique SECURITE LOGIQUE LOGIxx Objectif Fiches micro-informatique SECURITE LOGIQUE LOGIxx Présenter des préconisations pour sécuriser le poste de travail informatique et son environnement sous forme de fiches pratiques. Public concerné

Plus en détail

PLAN. Industrialisateur Open Source LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES

PLAN. Industrialisateur Open Source LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES PLAN LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX & ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES Copyright BV Associates 2013 IMEPSIA TM est une marque déposée par BV Associates Page 1 SOMMAIRE 1 PRINCIPES GENERAUX

Plus en détail

Sécurité des Systèmes d Information Une politique simple pour parler à la Direction Générale De la théorie à la pratique

Sécurité des Systèmes d Information Une politique simple pour parler à la Direction Générale De la théorie à la pratique Sécurité des Systèmes d Information Une politique simple pour parler à la Direction Générale De la théorie à la pratique Sommaire Fondements d une politique de sécurité Les 9 axes parallèles d une politique

Plus en détail

2 ASIP Santé/DSSIS : Guide Pratique - Règles de sauvegarde des Systèmes d Information de Santé (SIS) Juillet 2014 V0.3

2 ASIP Santé/DSSIS : Guide Pratique - Règles de sauvegarde des Systèmes d Information de Santé (SIS) Juillet 2014 V0.3 VERSION V0.3 Guide Pratique Règles de sauvegarde des Systèmes d Information de Santé (SIS) Politique Générale de Sécurité des Systèmes d Information de Santé (PGSSI-S) - Juillet 2014 MINISTÈRE DES AFFAIRES

Plus en détail

Charte de bon Usage des Ressources Informatiques, de la Messagerie et de l Internet

Charte de bon Usage des Ressources Informatiques, de la Messagerie et de l Internet Page : 1/9 de bon Usage des Ressources Informatiques, de la Messagerie et de l Internet Note Importante : La charte de bon usage des ressources informatiques, de la messagerie et de l internet est une

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

CHARTE INFORMATIQUE LGL

CHARTE INFORMATIQUE LGL CHARTE INFORMATIQUE LGL Selon la réglementation indiquée dans la charte informatique du CNRS, tout accès aux ressources informatiques du LGLTPE nécessite une authentification des personnels. Cette authentification

Plus en détail

ITIL Gestion de la continuité des services informatiques

ITIL Gestion de la continuité des services informatiques ITIL Gestion de la continuité des services informatiques Sommaire 1 GENERALITES 3 2 PRESENTATION DE LA PRESTATION 3 3 MODALITES DE LA PRESTATION 6 Page 2 1 Généralités Nous utilisons les meilleures pratiques

Plus en détail

VIGIPIRATE PARTIE PUBLIQUE OBJECTIFS DE CYBERSÉCURITÉ

VIGIPIRATE PARTIE PUBLIQUE OBJECTIFS DE CYBERSÉCURITÉ VIGIPIRATE PARTIE PUBLIQUE OBJECTIFS DE CYBERSÉCURITÉ Édition du 27 février 2014 INTRODUCTION 5 1 / PILOTER LA GOUVERNANCE DE LA CYBERSÉCURITÉ 7 1.1 / Définir une stratégie de la cybersécurité 8 1.1.1

Plus en détail

Qu est-ce qu un système d Information? 1

Qu est-ce qu un système d Information? 1 Qu est-ce qu un système d Information? 1 Une définition du système d information «Tout moyen dont le fonctionnement fait appel à l électricité et qui est destiné à élaborer, traiter, stocker, acheminer,

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

I partie : diagnostic et proposition de solutions

I partie : diagnostic et proposition de solutions Session 2011 BTS assistant de manager Cas Arméria: barème et corrigé Remarque: la 1 ère partie doit être cohérente avec les éléments déterminants du contexte décrit dans cet encadré, qui n est pas attendu

Plus en détail

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة Phase 3 Planification de la solution retenue et stratégie de changement Elaboration du Schéma Directeur du Système d Information des agences urbaines 2013 Sommaire

Plus en détail

ISO 17799 la norme de la sécurité de l'information

ISO 17799 la norme de la sécurité de l'information ISO 17799 la norme de la sécurité de l'information Maury Infosec Conseils en sécurité de l'information La sécurité de l information L information constitue le capital intellectuel de chaque organisation.

Plus en détail

Règles pour les interventions à distance sur les systèmes d information de santé

Règles pour les interventions à distance sur les systèmes d information de santé VERSION V0.3 Règles pour les interventions à distance sur les systèmes d information de santé Politique Générale de Sécurité des Systèmes d Information de Santé (PGSSI-S) - Avril 2014 MINISTÈRE DES AFFAIRES

Plus en détail

27 mars 2014. Sécurité ECNi. Présentation de la démarche sécurité

27 mars 2014. Sécurité ECNi. Présentation de la démarche sécurité Sécurité ECNi Présentation de la démarche sécurité Présentation du cabinet Solucom Cabinet de conseil indépendant en management et système d information Fondé en 1990 / Plus de 1 400 collaborateurs / 2

Plus en détail

Montrer que la gestion des risques en sécurité de l information est liée au métier

Montrer que la gestion des risques en sécurité de l information est liée au métier Montrer que la gestion des risques en sécurité de l information est liée au métier Missions de l entreprise Risques métier Solutions pragmatiques et adaptées Savoir gérer la différence Adapter à la norme

Plus en détail

Les normes minimales de sécurité

Les normes minimales de sécurité Les normes minimales de sécurité Patrick BOCHART Conseiller en sécurité de l information Quai de Willebroeck, 38 B-1000 Bruxelles E-mail: security@ksz-bcss.fgov.be Site web BCSS: www.bcss.fgov.be 11/7/2014

Plus en détail

Etude du cas ASSURAL. Mise en conformité du système d'information avec la norme ISO 17799

Etude du cas ASSURAL. Mise en conformité du système d'information avec la norme ISO 17799 David BIGOT Julien VEHENT Etude du cas ASSURAL Mise en conformité du système d'information avec la norme ISO 17799 Master Management de la Sécurité des Systèmes Industriels et des Systèmes d'information

Plus en détail

Dossier d implantation technique de l offre de services SIHAM-PMS

Dossier d implantation technique de l offre de services SIHAM-PMS Dossier d implantation technique de l offre de services SIHAM-PMS DCSI/SIHAM-PMS AVERTISSEMENT Toute utilisation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l Amue est illicite.

Plus en détail

POLITIQUE DE SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D INFORMATION DE L ÉTAT. Version 1.0

POLITIQUE DE SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D INFORMATION DE L ÉTAT. Version 1.0 POLITIQUE DE SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D INFORMATION DE L ÉTAT Version 1.0 HISTORIQUE DES VERSIONS DATE VERSION ÉVOLUTION DU DOCUMENT 17/07/2014 1.0 Publication de la première version de la Politique de sécurité

Plus en détail

L analyse de risques avec MEHARI

L analyse de risques avec MEHARI L analyse de risques avec MEHARI Conférence Clusif : MEHARI 2010 Marc Touboul - marc.touboul@bull.net Responsable du Pôle Conseil Organisation SSI Bull, 2010 agenda Bull Pôle Conseil SSI Un exemple de

Plus en détail

Présentation du référentiel PCI-DSS

Présentation du référentiel PCI-DSS Présentation du référentiel PCI-DSS Hervé Hosy herve.hosy@oppida.fr 06.03.51.96.66 Page 1 Agenda Référentiel PCI-DSS Contexte Structure du référentiel Lien avec les normes ISO 270xx 2 Contexte Page 3 Contexte

Plus en détail

MV Consulting. ITIL & IS02700x. Club - 27001- Toulouse Sébastien Rabaud Michel Viala. Michel Viala

MV Consulting. ITIL & IS02700x. Club - 27001- Toulouse Sébastien Rabaud Michel Viala. Michel Viala MV Consulting Michel Viala ITIL & IS02700x Club - 27001- Toulouse Sébastien Rabaud Michel Viala ITIL & ISO2700x : Présentation Intervenants Michel VIALA : Consultant ITIL confronté à la prise en compte

Plus en détail

Panorama général des normes et outils d audit. François VERGEZ AFAI

Panorama général des normes et outils d audit. François VERGEZ AFAI Panorama général des normes et outils d audit. François VERGEZ AFAI 3 Système d information, une tentative de définition (1/2) Un système d information peut être défini comme l ensemble des moyens matériels,

Plus en détail

A P P L I C A T I O N D E L A M É T H O D E E B I O S À L E N T R E P R I S E O L D R H U M. Étude de cas M A S T E R

A P P L I C A T I O N D E L A M É T H O D E E B I O S À L E N T R E P R I S E O L D R H U M. Étude de cas M A S T E R A P P L I C A T I O N D E L A M É T H O D E E B I O S À L E N T R E P R I S E O L D R H U M Étude de cas M A S T E R S É C U R I T É D E S S Y S T È M E S D I N F O R M A T I O N Novembre 2006 Version

Plus en détail

Plan de Continuité d'activité Concepts et démarche pour passer du besoin à la mise en oeuvre du PCA

Plan de Continuité d'activité Concepts et démarche pour passer du besoin à la mise en oeuvre du PCA Qu est-ce que la Continuité d'activité? 1. Définition 11 2. Les objectifs et enjeux du PCA 12 2.1 Les objectifs 12 2.2 Les enjeux 13 3. Les contraintes et réglementations 14 3.1 Les contraintes légales

Plus en détail

Politique de gestion documentaire

Politique de gestion documentaire Politique de gestion documentaire Responsabilité de gestion : Secrétariat général Date d approbation : 24 avril 1979 C.A. C.E. Direction générale Direction Date d'entrée en vigueur : 24 avril 1995 Date

Plus en détail

Recommandations pour les entreprises qui envisagent de souscrire à des services de Cloud computing

Recommandations pour les entreprises qui envisagent de souscrire à des services de Cloud computing Recommandations pour les entreprises qui envisagent de souscrire à des services de Cloud computing D un point de vue juridique, la CNIL constate que le Cloud computing soulève un certain nombre de difficultés

Plus en détail

FAIRE FACE A UN SINISTRE INFORMATIQUE

FAIRE FACE A UN SINISTRE INFORMATIQUE FAIRE FACE A UN SINISTRE INFORMATIQUE Lorraine Protéger son système d information 1 avec des solutions techniques ne suffit pas toujours pour faire face à un sinistre. En cas de perte, de vol ou de dégradation

Plus en détail

FICHE N 10 SÉCURITÉ DES DONNÉES

FICHE N 10 SÉCURITÉ DES DONNÉES L article 34 de la loi «Informatique et Libertés» impose à un responsable de traitement de prendre toutes les précautions utiles pour préserver la sécurité des données dont il est responsable, en fonction

Plus en détail

Charte régissant l'usage du système d information par les personnels du ministère de l éducation nationale

Charte régissant l'usage du système d information par les personnels du ministère de l éducation nationale Charte régissant l'usage du système d information par les personnels du ministère de l éducation nationale DGRH Version du 21/08/2008 1/ 9 Sommaire Article I. Champ d'application...4 Article II. Conditions

Plus en détail

CHARTE DU BON USAGE DES RESSOURCES INFORMATIQUES et NOTE «INFOS SECURITE» Les informations qui suivent sont très importantes.

CHARTE DU BON USAGE DES RESSOURCES INFORMATIQUES et NOTE «INFOS SECURITE» Les informations qui suivent sont très importantes. Infos sécurité Charte d usage des TIC au sein de l Université de Bourgogne CHARTE DU BON USAGE DES RESSOURCES INFORMATIQUES et NOTE «INFOS SECURITE» Les informations qui suivent sont très importantes.

Plus en détail

L outillage du Plan de Continuité d Activité, de sa conception à sa mise en œuvre en situation de crise

L outillage du Plan de Continuité d Activité, de sa conception à sa mise en œuvre en situation de crise Auteur : Robert BERGERON Consultant en Sécurité des Systèmes d Information et Management de la Continuité d Activité Quel outil pour le PCA? de sa conception à sa mise en œuvre en situation de crise Introduction

Plus en détail

Sécurité de l Information Expérience de Maroc Telecom

Sécurité de l Information Expérience de Maroc Telecom Sécurité de l Information Expérience de Maroc Telecom Fouad Echaouni Responsable Adjoint Sécurité de l Information Lead Auditor ISO 27001 CLUSIF / Conférence du 23 octobre 2008 Propriété Maroc Telecom

Plus en détail

La sécurité informatique dans la petite entreprise Etat de l'art et Bonnes Pratiques (2ième édition)

La sécurité informatique dans la petite entreprise Etat de l'art et Bonnes Pratiques (2ième édition) Généralités sur la sécurité informatique 1. Introduction 13 2. Les domaines et normes associés 16 2.1 Les bonnes pratiques ITIL V3 16 2.1.1 Stratégie des services - Service Strategy 17 2.1.2 Conception

Plus en détail

LA SÉCURITÉ ÉCONOMIQUE, UN ENJEU-CLÉ POUR LES ENTREPRISES

LA SÉCURITÉ ÉCONOMIQUE, UN ENJEU-CLÉ POUR LES ENTREPRISES LA SÉCURITÉ ÉCONOMIQUE, UN ENJEU-CLÉ POUR LES ENTREPRISES DÉFINIR UNE POLITIQUE INTERNE DE SÉCURITÉ RELATIVE À L INFORMATION STRATÉGIQUE DE VOTRE ENTREPRISE Vous n avez pas effectué de diagnostic interne

Plus en détail

Gestion des Incidents SSI

Gestion des Incidents SSI Gestion des Incidents SSI S. Choplin D. Lazure Architectures Sécurisées Master 2 ISRI/MIAGE/2IBS Université de Picardie J. Verne Références CLUSIF Gestion des incidents de sécurité du système d information

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques de sécurisation du système d information des cliniques

Guide de bonnes pratiques de sécurisation du système d information des cliniques Guide de bonnes pratiques de sécurisation du système d information des cliniques Le CNA a diligenté un audit de sécurité du système de facturation des cliniques et de transmission à l Assurance Maladie,

Plus en détail

PGSSI-S : Politique générale de sécurité des systèmes d information de santé Guide Pratique Plan de Continuité Informatique Principes de base V 0.

PGSSI-S : Politique générale de sécurité des systèmes d information de santé Guide Pratique Plan de Continuité Informatique Principes de base V 0. PGSSI-S : Politique générale de sécurité des systèmes d information de santé Guide Pratique Plan de Continuité Informatique Principes de base V 0.3 Classification : Public 2 / 43 Sommaire 1 INTRODUCTION...

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies - - - 1 - MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies Novembre 2011 1 - - - 2 - Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 4 Domaine

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

DDN/RSSI. Engagement éthique et déontologique de l'administrateur systèmes, réseaux et de système d'informations

DDN/RSSI. Engagement éthique et déontologique de l'administrateur systèmes, réseaux et de système d'informations DDN/RSSI Engagement éthique et déontologique de l'administrateur systèmes, réseaux et de système d'informations Page 1 10/03/2015 SOMMAIRE. Article I. Définitions...3 Section I.1 Administrateur...3 Section

Plus en détail

Politique de sécurité de l information

Politique de sécurité de l information 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de sécurité de l information Émise par la Direction, Gestion des

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

Exigences de contrôle pour les fournisseurs externes

Exigences de contrôle pour les fournisseurs externes Exigences de contrôle pour les fournisseurs externes Cybersécurité Pour les fournisseurs à cyber-risque faible Exigences de cybersécurité 1. Protection des actifs et configuration des systèmes Les données

Plus en détail

L hygiène informatique en entreprise Quelques recommandations simples

L hygiène informatique en entreprise Quelques recommandations simples L hygiène informatique en entreprise Quelques recommandations simples Avant-propos à destination des décideurs Les formidables développements de l informatique et d Internet ont révolutionné nos manières

Plus en détail

RESUME DES CONCLUSIONS SUR LE RISQUE OPERATIONNEL. No Objet Remarques et Conclusions du superviseur. Observations après un entretien

RESUME DES CONCLUSIONS SUR LE RISQUE OPERATIONNEL. No Objet Remarques et Conclusions du superviseur. Observations après un entretien BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET STABILITE FINANCIERE INSTITUTION: DATE DE CONTROLE: SUPERVISEUR : PERSONNES INTERROGEES : RESUME DES CONCLUSIONS SUR

Plus en détail

Réussir la Démarche de Management

Réussir la Démarche de Management Formation à la norme ISO 9001, V 2008 Formateur Dr Mohammed Yousfi Formateur Auditeur Consultant QSE Réussir la Démarche de Management Réussir le Projet ISO 9001, Version 2008 1 Programme Introduction

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Bureau du surintendant des institutions financières Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Avril 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. Objectif, délimitation

Plus en détail

La sécurité des systèmes d information

La sécurité des systèmes d information Ntic consultant contact@ntic-consultant.fr 02 98 89 04 89 www.ntic-consultant.fr La sécurité des systèmes d information Ce document intitulé «La sécurité des systèmes d information» est soumis à la licence

Plus en détail

Politique de sécurité de l information et des technologies. Direction des systèmes et technologies de l information

Politique de sécurité de l information et des technologies. Direction des systèmes et technologies de l information Politique de sécurité de l information et des technologies Direction des systèmes et technologies de l information Adoptée par le conseil d administration le 17 février 2015 Responsable Document préparé

Plus en détail

Release Status Date Written by Edited by Approved by FR_1.00 Final 19/03/2014

Release Status Date Written by Edited by Approved by FR_1.00 Final 19/03/2014 ISMS (Information Security Management System) Politique de sécurité relative à des services de Cloud Version control please always check if you are using the latest version. Doc. Ref. :isms.050.cloud computing

Plus en détail

dans un contexte d infogérance J-François MAHE Gie GIPS

dans un contexte d infogérance J-François MAHE Gie GIPS Management de la sécurité dans un contexte d infogérance J-François MAHE Gie GIPS Mise en place d une convention de service Traitant les points suivants : L organisation de la sécurité du SI La gestion

Plus en détail

REGLES INTERNES AU TRANSFERT DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL

REGLES INTERNES AU TRANSFERT DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL REGLES INTERNES AU TRANSFERT DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL L important développement à l international du groupe OVH et de ses filiales, conduit à l adoption des présentes règles internes en matière

Plus en détail

Le contrat Cloud : plus simple et plus dangereux

Le contrat Cloud : plus simple et plus dangereux 11 février 2010 CONFERENCE IDC CLOUD COMPUTING Le Cloud dans tous ses états Le contrat Cloud : plus simple et plus dangereux Les bons réflexes pour entrer dans un contrat Cloud en toute sécurité Benjamin

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

Gouvernance des mesures de sécurité avec DCM-Manager. Présentation du 22 mai 2014

Gouvernance des mesures de sécurité avec DCM-Manager. Présentation du 22 mai 2014 Gouvernance des mesures de sécurité avec DCM-Manager Présentation du 22 mai 2014 Gérer les actifs logiciels et leur répartition Maîtriser le durcissement des configurations Suivre l application des correctifs

Plus en détail

MAIRIE DE LA WANTZENAU MARCHE DE FOURNITURES PROCEDURE ADAPTEE CAHIER DES CHARGES

MAIRIE DE LA WANTZENAU MARCHE DE FOURNITURES PROCEDURE ADAPTEE CAHIER DES CHARGES MAIRIE DE LA WANTZENAU MARCHE DE FOURNITURES PROCEDURE ADAPTEE CAHIER DES CHARGES LOT 2 Fourniture et installation d un système de GED pour la Mairie de La Wantzenau. Fiche technique Cahier des Charges

Plus en détail

Charte informatique. Ce document n est qu un exemple. Il doit être adapté à chaque entreprise selon ses moyens et ses nécessités.

Charte informatique. Ce document n est qu un exemple. Il doit être adapté à chaque entreprise selon ses moyens et ses nécessités. Charte informatique Ce document n est qu un exemple. Il doit être adapté à chaque entreprise selon ses moyens et ses nécessités. Préambule L'entreprise < NOM > met en œuvre un système d'information et

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

Menaces informatiques et Pratiques de sécurité en France Édition 2014. Paris, 25 juin 2014

Menaces informatiques et Pratiques de sécurité en France Édition 2014. Paris, 25 juin 2014 Menaces informatiques et Pratiques de sécurité en France Édition 2014 Paris, Enquête 2014 Les Hôpitaux publics de + de 200 lits Mme Hélène COURTECUISSE Astrid LANG Fondatrice Responsable Sécurité SI Patient

Plus en détail

Chapitre 5 La sécurité des données

Chapitre 5 La sécurité des données 187 Chapitre 5 La sécurité des données 1. Les risques de perte des données La sécurité des données La sauvegarde des données est essentielle pour une entreprise, quelle que soit sa taille, à partir du

Plus en détail

Politique numéro 42 POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE

Politique numéro 42 POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN Politique numéro 42 POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE Adoptée le 24-avril 2013 CA-13-184-1536 L usage du genre masculin inclut le genre féminin;

Plus en détail

Société Centrale de Réassurance. Avis de recrutement

Société Centrale de Réassurance. Avis de recrutement Société Centrale de Réassurance Avis de recrutement Date : 27 Février 2015 La société Centrale de Réassurance, filiale du Groupe Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG) lance un appel à candidature pour pourvoir

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION ET DE CONSERVATION DES DOCUMENTS (Adoptée le 12 juin 2013)

POLITIQUE DE GESTION ET DE CONSERVATION DES DOCUMENTS (Adoptée le 12 juin 2013) POLITIQUE DE GESTION ET DE CONSERVATION DES DOCUMENTS (Adoptée le 12 juin 2013) Le générique masculin est utilisé sans discrimination uniquement dans le but d alléger le texte. 1. OBJECTIFS Gérer efficacement

Plus en détail

Quadra Entreprise On Demand

Quadra Entreprise On Demand Quadra Entreprise On Demand LS -Quadra Entrepriset OD- 11/2013 ARTICLE 1 : DEFINITIONS LIVRET SERVICE QUADRA ENTREPRISE ON DEMAND Les termes définis ci-après ont la signification suivante au singulier

Plus en détail

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif NEBEF 1): synthèse des propositions de Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de RTE 16 octobre 2013 Expérimentation sur la valorisation

Plus en détail

État Réalisé En cours Planifié

État Réalisé En cours Planifié 1) Disposer d'une cartographie précise de l installation informatique et la maintenir à jour. 1.1) Établir la liste des briques matérielles et logicielles utilisées. 1.2) Établir un schéma d'architecture

Plus en détail

Intégration de la cybersécurité aux systèmes de conduite industriels. Méthodes et pratiques

Intégration de la cybersécurité aux systèmes de conduite industriels. Méthodes et pratiques Intégration de la cybersécurité aux systèmes de conduite industriels Méthodes et pratiques Les Infrastructures critiques utilisant des Systèmes de Contrôle Industriels Industrie nucléaire Industrie pétrolière,

Plus en détail

Mini-Rapport d Audit basé sur la méthode d analyse MEHARI

Mini-Rapport d Audit basé sur la méthode d analyse MEHARI Projet Réseau Sécurité Mini-Rapport d Audit basé sur la méthode d analyse MEHARI Equipe Analyse 15/12/07 Sommaire II/ Présentation de la méthode MEHARI...4 III/ Définition et classification des éléments

Plus en détail

Contrat d'hébergement application ERP/CRM - Dolihosting

Contrat d'hébergement application ERP/CRM - Dolihosting Date 30/10/13 Page 1/6 Contrat d'hébergement application ERP/CRM - Dolihosting Le présent contrat est conclu entre vous, personne physique ou morale désignée ci-après le client et ATERNATIK dont le numéro

Plus en détail

ISO 27001 conformité, oui. Certification?

ISO 27001 conformité, oui. Certification? ISO 27001 conformité, oui. Certification? Eric Wiatrowski CSO Orange Business Services Lead Auditor ISMS Conférences normes ISO 27001 21 Novembre 2007 1 sommaire Conformité vs certification La démarche

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE LA LICENCE SERVEUR

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE LA LICENCE SERVEUR CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE LA LICENCE SERVEUR Article 1. Objet Du Contrat : La société CapiTechnic a pour activité l ingénierie en méthodes et maintenance et plus particulièrement la location d un

Plus en détail

APX Solution de Consolidation de Sauvegarde, restauration et Archivage

APX Solution de Consolidation de Sauvegarde, restauration et Archivage APX Solution de Consolidation de Sauvegarde, restauration et Archivage APX vous accompagne de la Conception à l Exploitation de votre Système d Information. Ce savoir faire est décliné dans les 3 pôles

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2007 PFA/ICTS POUR DÉCISION. Stratégie en matière de technologies de l information (2007-2009) Liens

Conseil d administration Genève, mars 2007 PFA/ICTS POUR DÉCISION. Stratégie en matière de technologies de l information (2007-2009) Liens BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.298/PFA/ICTS/1 298 e session Conseil d administration Genève, mars 2007 Sous-comité des technologies de l'information et de la communication PFA/ICTS POUR DÉCISION PREMIÈRE

Plus en détail

Les principes de la sécurité

Les principes de la sécurité Les principes de la sécurité Critères fondamentaux Master 2 Professionnel Informatique 1 Introduction La sécurité informatique est un domaine vaste qui peut appréhender dans plusieurs domaines Les systèmes

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES AGENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU TRAVAIL DEPARTEMENT COMMUNICATION INFORMATION ET DEBAT PUBLIC UNITE INFORMATION EDITION

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de sécurité

Vers un nouveau modèle de sécurité 1er décembre 2009 GS Days Vers un nouveau modèle de sécurité Gérôme BILLOIS - Manager sécurité gerome.billois@solucom.fr Qui sommes-nous? Solucom est un cabinet indépendant de conseil en management et

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

S U P E R V I S É PA R N. A B R I O U X

S U P E R V I S É PA R N. A B R I O U X Tableau de bord SSI S U P E R V I S É PA R N. A B R I O U X S. B A L S S A L. B O B E T M. H A L L O U M I J. M A N O H A R A N 1 Plan Présentation Méthodologie d élaboration Cas pratique Conclusion Nom

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Management de la sécurité des technologies de l information

Management de la sécurité des technologies de l information Question 1 : Identifiez les causes d expansion de la cybercriminalité Internet est un facteur de performance pour le monde criminel. Par sa nature même et ses caractéristiques, le monde virtuel procure

Plus en détail

Politique de gestion documentaire

Politique de gestion documentaire Politique de gestion documentaire L application de cette politique est sous la responsabilité du cadre de direction qui remplit les fonctions de secrétaire général Adopté par le conseil d administration

Plus en détail

Politique de sécurité

Politique de sécurité Politique de sécurité 1. Environnement Un CPAS dépend pour son bon fonctionnement d'un ensemble d'éléments: - de son personnel et son savoir-faire (expérience); - de ses informations (données sociales,

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE 22.05.08 RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE Le Conseil d administration de la Société Générale a pris connaissance du rapport ci-joint du Comité spécial qu il a constitué le 30

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

Indicateur et tableau de bord

Indicateur et tableau de bord Agenda Indicateur et tableau de bord «La sécurité n est pas une destination mais un voyage» 1. Jean-François DECHANT & Philippe CONCHONNET jfdechant@exaprobe.com & pconchonnet@exaprobe.com +33 (0) 4 72

Plus en détail

Connaître les Menaces d Insécurité du Système d Information

Connaître les Menaces d Insécurité du Système d Information Connaître les Menaces d Insécurité du Système d Information 1. LES MENACES EXTERIEURES VIA L INTERNET ET INFORMATIQUE LES PROGRAMMES MALVEILLANTS : VIRUS / MALWARES LES SPYWARES (LOGICIELS-ESPIONS) : LOGICIEL

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail