Où en est-on de la préservation de la santé des marins vis à vis de l amiante?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Où en est-on de la préservation de la santé des marins vis à vis de l amiante?"

Transcription

1 Où en est-on de la préservation de la santé des marins vis à vis de l amiante? Dr Thierry SAUVAGE, Dr Chistophe DUPORT et Dr Gwendoline De FLEURIAN Service de Santé des Gens de Mer de Marseille En 2000, un décret précisait les modalités de la protection des marins vis à vis des risques pour leur santé après une exposition à l amiante. 7 ans après ce décret et devant de multiples difficultés rencontrées dans son application, il a semblé intéressant, à la demande de la direction du service de santé des gens de mer, de faire le point sur cette démarche de prévention au service médical de Marseille. Dans notre rôle de préservation de la santé des marins au travail, nous sommes amenés à surveiller l apparition de maladies d origine professionnelles chez des personnes ayant été exposé très régulièrement et / ou étant encore exposé occasionnellement à l amiante. L amiante a été utilisée de manière massive jusqu en 1977 dans la construction navale. L évaluation des expositions des marins à l amiante n est devenue une obligation que depuis Cette évaluation et cette surveillance devraient découler de la connaissance de la présence d amiante sur les navires et des postes de travail où les personnels peuvent être en contact avec ce produit. Or, actuellement, la connaissance de ces expositions est défaillante. De facto, les personnels des services médicaux des gens de mer suspectent fortement que certaines catégories de marins ont été exposées soit du fait de leur métier (essentiellement les métiers de la machine) soit du type de navire sur lequel ils ont été amenés à naviguer (vapeurs, vraquiers transportant de l amiante). La surveillance va alors être mise en route sur des présomptions alors qu elle devrait découler d une étude des risques professionnels et d une déclaration de la part de l armateur. C est une situation où la démarche d évaluation a été inversée. Ce faisant, l approche actuelle ne permet pas une connaissance satisfaisante de la situation réelle et un certain nombre de personnes ayant été en contact avec l amiante ne bénéficient d aucune surveillance particulière. La tentation serait grande de suivre tous les marins de commerce, de la grande plaisance et des grosses unités de pêche dans une démarche systématique, au faible rendement, consommatrice d énergie et de temps, onéreuse et à la finalité douteuse. Il a donc paru intéressant d évaluer les différents moyens qui permettraient de mieux connaître la réalité de l exposition à l amiante parmi les marins. Pour cela, deux méthodes d évaluation ont été utilisées : D une part, une analyse statistique des dossiers de reconnaissance de maladies professionnelles liées à cette exposition. D autre part, une évaluation de la protection des marins contre le risque ォ amiante サ mise en? uvre par les compagnies maritimes à bord des navires français. I. La connaissance des marins malades de l amiante : L étude consiste en une exploitation statistique des dossiers des marins pour lesquels une maladie professionnelle en relation avec une exposition à l amiante a été reconnue par les services compétents de l ENIM. Cette étude a porté sur 308 dossiers. Les critères d inclusion ont été : Les marins inscrits dans les quartiers de France métropolitaine. les noms de famille commençant par une lettre comprise entre A et M. 1

2 La reconnaissance d une maladie professionnelle en relation avec l amiante. Les dossiers instruits depuis Seul 277 dossiers ont été retenus. Les critères d exclusion ont été : L absence de reconnaissance de maladie professionnelle et en particulier certains dossiers dont l instruction est toujours en cours. L absence de relevé de navigation (antérieur à 1972) Les auteurs remercient les services de l ENIM pour leur coopération. 1. Répartition par types de maladies : cf. schéma 1 Tableau 30 B Lésions pleurales bénignes 69.3 % 30 A Asbestose 1.4 % 30 A et B 8 % 30 D Mésothéliome 2.5 % 30 B et E Tumeurs pleurales primitives 0.3 % 30 bis Cancers broncho-pulmonaires 18 % 2. Répartition par quartier d inscription : cf. schéma 2 3.Fonctions prédominantes exercées par ces marins 3.a Tableaux 30 et 30 bis : cf. schéma 3 Un pourcentage significatif (40%) de personnes ont exercé au pont ou au service général et présentent des maladies liées à l amiante. L exposition professionnelle de marins autres que du service machine est avérée. Cela est sans doute du : à l utilisation massive et à la présence ubiquitaire de l amiante sur les navires les plus anciens, au fait que le lieu de travail soit aussi le lieu de vie. 3.b Tableaux 30 : cf. schéma 4 Lorsque l on ne tient compte que des pathologies du tableau 30 plus en rapport avec une exposition à l amiante (en excluant les cancers broncho-pulmonaires où d autres expositions notamment le tabagisme, peuvent être incriminées), on ne retrouve pas de différence statistique significative quant aux professions exercées. De nouveau, il existe un pourcentage de personnel pont et ADSG malades. Dès lors l extension de l ensemble des avantages du dispositif de cessation anticipée d activité ォ amiante サ à ces catégories de marins devraient être étudiée. 4. Répartition par les circonstances de découverte : cf. schéma 5 Le suivi systématique n est à l origine que de la découverte de 40% des malades. Cela montre : La prévalence importante des lésions pleurales asymptomatiques, Le manque de rendement du dépistage systématique tel que pratiqué en 1998 auprès des marins actifs. Manifestement, le dépistage ne s adresse à la bonne population. 2

3 5. Moyennes d âge et intervalles de survenue de la maladie : cf. schémas 6 et 7 La moyenne d âge des marins au moment du diagnostic est de 67 ans. L intervalle moyen entre le départ à la retraite et le diagnostic est de 15 ans. Sur les 277 marins de l étude, seuls trois étaient actifs au moment du diagnostic. L intervalle moyen entre le début de carrière et le diagnostic est de 48 ans. Il n y a pas de différence statistiquement significative entre le taux d invalidité permanente partielle et l âge au moment de la reconnaissance. IPP entre 1 et 10% 168 patients 67 ans IPP entre 11 et 70% 28 patients 69.3 ans IPP entre 71 et 100% 41 patients 65.3 ans Le diagnostic des cancers ne se fait pas plus tôt que la découverte des lésions pleurales bénignes. Le dépistage actuel s adressant aux actifs, intervient trop tôt dans la carrière des marins. Par contre, le suivi post-professionnel est tout à fait nécessaire. Celui-ci, actuellement réalisé de manière informelle, devrait devenir une priorité. 6. Le tabagisme des marins malades : La consommation cumulée de tabac au moment de l expertise est connue pour 237 de ces marins. Il n y a pas de différence significative (p=0.27) pour la consommation de tabac selon le type de navigation. Pêche 52 marins 24 paquets-années Long cours 89 marins 20 paquets-années Cabotage 61 marins 25 paquets-années Navigation portuaire et côtière 35 marins 27 paquets-années Cela corrobore les données sur le tabagisme de l étude sur ォ les risques cardio-vasculaires chez les gens de mer サ réalisée en par le Dr Caillard. Cependant il existe une différence significative (p<0.001) en fonction du diagnostic. Les fumeurs les plus importants sont les plus exposés à la survenue d un cancer broncho-pulmonaire : 21 paquets-années (198 marins) pour la présence de plaques pleurales, la fibrose et le mésothéliome, diagnostics les plus spécifiques de l exposition à l amiante. 36 paquets-années pour les cancers broncho-pulmonaires. Il n est pas possible de savoir si les patients présentant un cancer broncho-pulmonaire associé à des plaques pleurales (effectif trop faible : cinq marins) ont une consommation tabagique différente des patients souffrant d un cancer isolé. 3

4 De même, il existe un rapport entre le taux d invalidité permanente partielle et l importance du tabagisme (différence statistiquement significative avec p<0.0001). cf. schéma 8 IPP entre 1 et 10% 168 patients 20.8 paquets-années IPP entre 11 et 70% 28 patients 20 paquets-années IPP entre 71 et 100% 41 patients 37 paquets-années On retrouve ici l importance du tabagisme dans la genèse des cancers broncho-pulmonaires. Simplement son rôle comme facteur principal ou comme co-facteur de l amiante reste à déterminer. II. L évaluation de la présence d amiante à bord des navires : Les décrets n ー du 29 avril 1998 et du 16 juin 2000 mettent en?uvre les différents aspects de la prévention vis à vis du risque professionnel lié à l amiante. Le décret du 30 juin 2006 en transcrivant une directive européenne reprend et étend cette protection. Parmi d autres points, sont obligatoires : la recherche et la cartographie de l amiante à bord, le dossier technique du navire, le mesurage du degré d exposition des marins, l établissement de fiches individuelles d exposition. De nombreuses compagnies ont procédées au désamiantage ou au remplacement de leurs navires les plus anciens. La suite de l exposé ne les concerne que de manière partielle. Pour les autres, l application de ces décrets se heurte à de nombreux obstacles, ne permettant pas in fine d effectuer cette protection de manière efficace. 1. La répartition des marins malades de l amiante en fonction du type de navigation : cf. schéma 9 Pêche 65 marins 23.5 % Long cours 98 marins 35.3 % Cabotage 72 marins 26 % Navigation portuaire et côtière 42 marins 15.2 % Certains navires du fait de présence massive d amiante à bord, auraient-ils exposés davantage leurs équipages? Les navires à vapeur sont connus pour avoir contenus de l amiante en grande quantité du fait des techniques de construction navale. Or il n y a pas de relation directe entre type de navire et exposition à l amiante. 25 % des malades ont été exposé sur des navires de pêche (exclusivement en Atlantique et en mer du Nord). 15 % l ont été en navigation portuaire en ayant navigué sur des vedettes pourtant réputées pour ne pas contenir d amiante. Des vedettes à passagers pratiquant la navigation côtière, construites en bois avant 1983, se sont révélées posséder des cloisons contenant de l amiante. 2. L évaluation individuelle d exposition à l amiante : L armateur a obligation d établir une fiche individuelle d exposition pour tous ses marins exposés à l amiante même de manière ponctuelle. Ces déclarations semblent largement sous-évaluées : 35 déclarations ont été reçues depuis 2002 par le service médical pour 3045 marins au commerce à Marseille. Toutes les déclarations viennent d une seule compagnie. 4

5 Certaines sont la conséquence d une intervention sur des matériaux qui ont fait l objet d une analyse révélant la présence d amiante dans leur composition. D autres l ont été au nom du principe de précaution : les marins étant à bord au moment d une intervention sur des matériaux contenant de l amiante. 3. La cartographie de l amiante à bord : Le décret n ー du 29 avril1998 impose une recherche de l amiante dans les calorifugeages, les flocages et les faux-plafonds. Or à l usage, l amiante se retrouve dans de nombreux autres endroits du navire : Parfois de manière systématique : les filtres et joints de la machine. Parfois dans des zones insoupçonnées : les isolations des fours et les filtres des aspirations en cuisine Parfois sur des zones très étendues du navire rendant toute tentative de désamiantage illusoire : végrages, cloisons et revêtement de sols sur les car-ferries. Les matériaux les plus anodins ont pu incorporer de l amiante comme, par exemple, les colles des dalles de sols. L obligation du décret du 29 avril 1998 est donc un minimum insuffisant. Il est en voie d être complété par le décret n ー du 30 juin 2006 qui impose une recherche plus générale de présence d amiante à bord. 4. Le dossier technique du navire : Le décret du 29 avril 1998 impose l établissement d un dossier technique pour chaque navire. La recherche d amiante a pu montrer la nécessité de pratiquer des opérations d enlèvement ou de confinement qui en règle générale ont été réalisées. Un revêtement de l amiante en bon état a pu conduire à de simples mesures de surveillance avec une périodicité maximum de trois ans. Les compagnies concernées ont oublié le caractère périodique de cette surveillance et l obligation d établir un dossier technique exhaustif avec les résultats des diverses inspections, mesurages et prélèvements. Cette obligation est pourtant la base de la prévention lorsqu il est nécessaire d intervenir sur ces bords. En effet, ce dossier devient un élément de référence lorsqu il faut programmer les opérations d entretien. Son absence et l omission de sa mise à disposition auprès des personnels concernés peuvent conduire à mettre en danger les personnes qui sont amenés à réaliser les interventions techniques. Pour exemple, ce calorifugeage de car-ferries pour lequel une composition à base d amiante et un mauvais état conduisent à une mesure de confinement et d ensachement en Le dossier technique du navire n est pas établi. L état major du navire est renouvelé et le souvenir de l intervention est oublié. En 2005, une nouvelle intervention est menée sur ce calorifugeage sans précaution particulière puisque le revêtement en bon état faisait penser que ce matériau était de pose récente et ne devait donc pas contenir d amiante. Les personnels ont été mis en contact avec le toxique lors des opérations de démontage et de perçage de ce matériau. 5. L entretien technique et les pièces détachées : Les opérations d entretien peuvent introduire des pièces contenant de l amiante à bord de navires certifiés sans amiante. C est ce qui est survenu par deux fois à notre connaissance. Des analyses fortuites ont montré récemment que des joints introduits lors d opérations de maintenance sur deux navires sous pavillon français, contenaient de l amiante. Un des arrêts techniques avait eu lieu en Chine, pays ou l utilisation de l amiante est autorisée et réglementée. 5

6 L autre concernait un joint originaire d un pays de l union européenne, fourni par le sous-traitant d une société leader sur son marché et certifié comme ne contenant pas de l amiante. 6. Les navires sortis de flotte : L état actuel des connaissances en matière d amiante à bord des bâtiments construits avant 1998 est inexistant. Les archives et parfois les compagnies maritimes ont disparu et la connaissance et la mémoire de la présence d amiante sur ces navires se sont aussi dissipées. Plus grave, le diagnostic amiante n ayant pas été réalisés de manière correcte en première intention dans de nombreuses compagnies, la réalité de la présence d amiante n est pas non plus connue sur certains navires sortis de flotte depuis Il y a parfois simplement une absence de communication voire une rétention de l information concernant les archives de ces compagnies en matière de recherche d amiante sur leurs navires. 7. Une protection dans quel but? : Ce constat peu satisfaisant, amène à s interroger sur le rôle exercé par les services compétents de l état devant ce qui se révèle un problème majeur de santé au travail mais aussi de santé publique en rapport avec une exposition professionnelle. Pour les marins, l action de l état dans ce domaine, se repartit sur trois services des Affaires Maritimes : les centres de sécurité des navires qui a la tâche du contrôle préventif en ce qui concerne la sécurité, l inspection du travail maritime qui fait mettre en?uvre si nécessaire la protection du marin vis à vis des risques professionnels, le service de santé des gens de mer qui outre son rôle de conseiller technique auprès des autres services, réalise la surveillance médicale des marins et le dépistage de ces maladies. Cependant il ne faut pas se tromper de finalité : L ensemble de la réglementation nationale et internationale a pour but de préserver la sécurité de la navigation et du navire, et en empêchant la survenue des événements de mer, de sauvegarder la vie humaine. Le risque pour la santé lié à des expositions chroniques à des nuisances physiques ou chimiques à petites doses au long d une carrière de marin, est peu ou prou pris en compte par cet ensemble réglementaire. Il y a confusion entre sécurité des navires et protection du travailleur maritime vis à vis des expositions professionnelles. Cette manière d appréhender la sécurité du travail en mer est aussi bien souvent celle des responsables ォ hygiène et sécurité サ des entreprises maritimes. Le document unique d évaluation des risques est devenu un instrument d analyse du risque de l activité maritime et de prévention des accidents. La réglementation a prévu qu il s agissait aussi d un moyen de prévention des expositions et des maladies professionnelles. Mais cet aspect est le plus souvent méconnu ou omis. Lorsque le document unique de prévention a été établi dans les entreprises maritimes en Méditerranée, il ne prend pas en compte le risque amiante. La protection des marins vis à vis de l amiante passe par la bonne application de la réglementation existante. Le centre de sécurité des navires, l inspection du travail maritime et le service de santé des gens de mer ont chacun une partie des prérogatives que donne cette réglementation. Pour pouvoir la mettre en?uvre de manière efficace, il faut que les trois services travaillent de concert. III. Conclusion : Ce tour d horizon montre qu il est malaisé de connaître à titre individuel les expositions à l amiante auxquelles ont été soumis les marins. De nombreuses raisons font aussi qu il est difficile d évaluer l étendue 6

7 de la présence d amiante sur les navires français. Or, la protection de leurs marins vis à vis des expositions professionnelles est une obligation des armateurs, toujours réaffirmée par l évolution de la réglementation. Quelques actions pourraient cependant faire évoluer favorablement cette situation : 1. La création d une banque de données recueillant les résultats des recherches d amiante sur les navires français Un suivi post-professionnel renforcé et un dépistage qui s adresse aux pensionnés L amiante est un cancérogène parmi d autres auxquels peuvent être exposés les marins du fait de leur métier. La réglementation terrestre concernant l exposition aux produits cancérogènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction n a pas été retranscrite dans le code du travail maritime. Les études de postes, la surveillance médicale renforcée des personnels exposés et le financement restent à organiser. La préservation de la santé des marins étant ou ayant été exposé à l amiante est pourtant un sujet fédérateur pour une démarche novatrice. 7

8 Annexe : L évolution de la réglementation : 1. Dépistage et prévention : Décret n ー du 29 avril 1998 relatif à la prévention des risques dus à l amiante à bord des navires de commerce et de pêche de plus de 12 mètres: Interdiction d utiliser de l amiante dans les constructions neuves Interdiction d embarquer de l amiante. Recherche de présence d amiante dans les calorifugeages, les flocages et les faux-plafonds. Contrôle par un expert agréé de l état de conservation suivant une grille d évaluation définie par un arrêté conjoint des ministres chargés de la marine, de la santé et de l environnement. Désamiantage ou contrôle périodique au moins tous les trois ans. Mesures d empoussièrement avec définition de normes. L armateur a obligation de constituer un dossier technique concernant la recherche et l enlèvement de l amiante sur son navire. Instruction ENIM n ー 5/98 du 19 janvier 1998 sur les modalités de prise en charge des examens de dépistage des maladies liées à l amiante. Décret n ー du 16 juin 2000 relatif à la protection des marins contre les risques liés à l inhalation des poussières d amiante : Article 2 : évaluation du risque sur le navire afin de déterminer la nature, la durée et le niveau d exposition. Article 3 : information des marins vis à vis de ce risque et en fonction du poste de travail. Article 4 : formation à la prévention et à la sécurité des personnels organisée par l armateur ; Article 5 : mise en place de moyens de protection individuelle si nécessaire et adaptation des temps de travail ; Articles 11 et 25 : fiches individuelles d exposition établies par l armateur ; Article 13 : projet d arrêté fixant les modalités de la surveillance médicale renforcée ; Article 16 : attestation d exposition délivrée par l armateur ; Article 17 : plan de retrait ; Intervention sur des matériaux ou appareils susceptibles d émettre des fibres d amiante : Article 24 : concentration moyenne dans l air inhalé ne doit pas dépasser 0.1 fibre/cm 3 /h ; Article 26 : surveillance médicale renforcée. Directive 2003/18/CE du parlement européen et du conseil du 27 mars 2003 modifiant la directive 83/477/CEE du conseil concernant la protection des travailleurs contre les risques liés à l amiante pendant le travail (non retranscrit en droit français pour le moment) : Préambule : Tous les travailleurs devraient être protégés contre les risques liés à l exposition à l amiante et, par conséquent, les exceptions prévues pour les secteurs maritime et aérien devraient être supprimées. Art 8 : Les employeurs veillent à ce qu aucun travailleur ne soit exposé à une concentration d amiante en suspension dans l air supérieure à 0.1 fibre par cm 3 mesurée par rapport à une moyenne pondérée dans le temps sur 8 heures (TWA) Décret n ー du 30 juin 2006 : Sous-section 3 (interventions sur des matériaux ou appareils susceptibles d émettre de l amiante) : Art R : L armateur et le chef d établissement sont tenus d évaluer le risque éventuel de présence d amiante, de s informer mutuellement des résultats des recherches des matériaux contenant de l amiante. Sous-section 1 (dispositions communes) : Art R La concentration en fibres d amiante inhalé par un travailleur ne doit pas dépasser 0.1 fibre/cm 3 /h (soit une fibre/l) 2. Réparation : Circulaires ENIM n ー 12 et 13 du 22 octobre 2002 et n ー 19/03 du 4 avril 2003sur le dispositif de cessation anticipée d activité ォ amiante サ. 8

9 MP 30 BIS 18,05% n=50 MP 30 A 1,44% n=4 MP 30 D 2,53% n=7 MP 30 B-E 0,36% n=1 MP 30 A-B 8,30% n=23 MP 30 B 69,31% n=192 Schéma 1 : Répartition par type de Maladies BRETAGNE 33,57% n=93 MER DU NORD 37,91% n=105 ATLANTIQUE 14,08% n=39 MEDITERRANEE 14,44% n=40 Schéma 2 : Répartition des marins par quartier d'inscription

10 PONT 35,40% n=80 - matelot : 64 % - patron : 23 % - officier : 13 % ELECTRICIEN 3,98% ADSG n=9 - m. hôtel : 33 % - garçon : 22 % - cuisinier : 22 % - commissaire : 22 % 2,65% n=6 57,96% MECA n=131 - ouvrier : 66 % - officier : 34 % Schéma 4 : Fonctions prédominantes exercées par les marins (Tableau 30) Douleur 2,17% n=6 Asthénie 3,25% n=9 Dyspnee 13,72% n=38 Hemoptysie 2,53% n=7 Epanchement 8,30% n=23 Toux/bronchite 14,80% n=41 Hasard 9,39% n=26 Non communiqué 5,78% n=16 Suivi systématique 40,07% n=111 Schéma 5 : Répartition par les circonstances de découverte

11 Schéma 6 : Intervalle moyen entre le départ à la retraite et le diagnostic de MP n 30 et 30 BIS Fréquence 10 0 Sigma = 7,73 Moyenne = 15 N = 274, Schéma 7 : Intervalle moyen entre le diagnostic de MP n 30 et 30 BIS et le début de carrière des marins Fréquence 20 0 Sigma = 9,43 Moyenne = 48 N = 277,

12 IPP 5% n= IPP 10% n=66 Effectif IPP 100% n=32 IPP 90% n= Taux d'ipp Schéma 8 : Taux d'ipp en fonction de la reconnaissance (Tableaux n 30 et 30 BIS) 15,16% n=42 25,99% n=72 NAVIGATION CÔTIERE CABOTAGE - International 96% - National 4% PÊCHE 23,47% n=65 - PL 45% - PP 35 % - PC 12 % - GP 8 % LONG COURT 35,38% n=98 Schéma 9 : Répartition du type de navigation des marins (Tableaux 30 et 30 BIS)

Direction générale de la Santé

Direction générale de la Santé Présentation du décret d n n 2011-629 du 3 juin 2011 relatif à la protection de la population contre les risques sanitaires liés à une exposition à l'amiante dans les immeubles bâtis Commission de l hygiène,

Plus en détail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Destiné aux entreprises réalisant des travaux susceptibles d'être en présence d'amiante

Plus en détail

de la formation des travailleurs à la prévention des risques liés à l amiante s applique.

de la formation des travailleurs à la prévention des risques liés à l amiante s applique. FORMATION DES TRAVAILLEURS A LA PREVENTION DES RISQUES LIES A L AMIANTE POUR LES INTERVENTIONS SUSCEPTIBLE DE PROVOQUER L EMISSION DE FIBRES D AMIANTE DES ACTIVITES DEFINIES A L ARTICLE R.4412-139 DU CODE

Plus en détail

exigences et RôLes de ChACUn des ACteURs A destination des : MAÎtRes d ouvrage MAÎtRes d ŒUVRe CooRdonnAteURs entreprises travailleurs intervenants

exigences et RôLes de ChACUn des ACteURs A destination des : MAÎtRes d ouvrage MAÎtRes d ŒUVRe CooRdonnAteURs entreprises travailleurs intervenants A destination des : MAÎtRes d ouvrage MAÎtRes d ŒUVRe CooRdonnAteURs entreprises travailleurs intervenants a exigences et RôLes de ChACUn des ACteURs Services de santé au travail que doivent faire Les

Plus en détail

Dossier Technique Amiante

Dossier Technique Amiante Dossier Technique Amiante Depuis 1998 un DTA (Dostier Technique Amiante) est suivi sur le site. Il est revu tous les trois ans. Il consiste à faire un état des lieux des différentes structures composant

Plus en détail

Pôle partenariats Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) AMIANTE

Pôle partenariats Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) AMIANTE Pôle partenariats Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Introduction AMIANTE Le rôle cancérigène de l'amiante a été établi au cours des années 1960 chez les populations

Plus en détail

Le risque amiante dans les écoles

Le risque amiante dans les écoles Le risque amiante dans les écoles Robert Flamia, Inspecteur santé et sécurité au travail Karen Salibur, Conseillère de prévention académique isst@ac-creteil.fr Tél : 01 57 02 60 09 Février 2015 1 Cadre

Plus en détail

AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER

AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER Où trouve-t-on de l amiante? Interdit en France depuis 1997, l'amiante est toujours présente dans les bâtiments construits avant cette date. Des dizaines de millions de mètres

Plus en détail

AMIANTE. - à propos d un cas clinique (dans le cadre de l évaluation des pratiques professionnelles)

AMIANTE. - à propos d un cas clinique (dans le cadre de l évaluation des pratiques professionnelles) AMIANTE - à propos d un cas clinique (dans le cadre de l évaluation des pratiques professionnelles) - le point sur les réglementations et recommandations amiante Dr POMMIER de SANTI (Pneumologue) Julien

Plus en détail

JOURNEES TECHNIQUES 2014 AVIGNON La prévention du risque Amiante

JOURNEES TECHNIQUES 2014 AVIGNON La prévention du risque Amiante JOURNEES TECHNIQUES 2014 AVIGNON La prévention du risque Amiante 1 La prévention du risque amiante 1. Généralités 1.1 Qu est-ce que l amiante 1.2 Où trouve-t-on de l amiante 1.3 Histoire de l amiante 2.

Plus en détail

ENJEUX ET METHODOLOGIE

ENJEUX ET METHODOLOGIE REPERAGE AMIANTE AVANT TRAVAUX ENJEUX ET METHODOLOGIE Intervenant : Hugues HARTMANN Gérant de la société Diagnostics, repérage et conseils en gestion de polluants 19, rue de la Victoire 68490 CHALAMPE

Plus en détail

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au code de la Santé Publique

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au code de la Santé Publique La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au code de la Santé Publique Colloque Amiante mars 2015 Cadre réglementaire Décret du 3 juin 2011 relatif à la protection de la population

Plus en détail

Chapitre IV. Le cadre législatif.

Chapitre IV. Le cadre législatif. Chapitre IV Le cadre législatif. Introduction : Les impositions légales et réglementaires en matière de désamiantage sont plutôt strictes et ce avec raison car il ne s agit pas seulement de se protéger

Plus en détail

1. Risques liés aux situations de co-activité

1. Risques liés aux situations de co-activité A LA CHARGE DE L EMPLOYEUR EN Annexe 1 MATIERE D EVALUATION DES RISQUES 1. Risques liés aux situations de co-activité Il s agit d articuler le document unique avec les instruments prévus par : - le décret

Plus en détail

Législation française relative aux maladies professionnelles et leur prise en charge par la Société

Législation française relative aux maladies professionnelles et leur prise en charge par la Société Législation française relative aux maladies professionnelles et leur prise en charge par la Société JC PAIRON Service de pneumologie et pathologie professionnelle, CHI Créteil, France INSERM U955, Faculté

Plus en détail

L amiante: une réglementation renforcée pour un danger toujours actuel. CNC ETGC 3 décembre 2014

L amiante: une réglementation renforcée pour un danger toujours actuel. CNC ETGC 3 décembre 2014 L amiante: une réglementation renforcée pour un danger toujours actuel CNC ETGC 3 décembre 2014 Le contexte Plus de 15 ans après l interdiction de son exploitation et de son utilisation, l amiante est

Plus en détail

GUIDE EXPOSITION ENVIRONNEMENTALE À L AMIANTE

GUIDE EXPOSITION ENVIRONNEMENTALE À L AMIANTE GUIDE EXPOSITION ENVIRONNEMENTALE À L AMIANTE Guide de prise en charge et suivi de personnes ayant été scolarisées à proximité du «Comptoir des Minéraux et Matières Premières» à Aulnay-Sous-Bois (Seine-Saint-Denis)

Plus en détail

Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) AMIANTE

Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) AMIANTE Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Introduction AMIANTE Le rôle cancérigène de l'amiante a été établi au cours des années 1960 chez les populations

Plus en détail

Circulaire du 28 juillet 2015 relative aux dispositions applicables en matière de la fonction publique NOR : RDFF1503959C

Circulaire du 28 juillet 2015 relative aux dispositions applicables en matière de la fonction publique NOR : RDFF1503959C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 28 juillet 2015 relative aux dispositions applicables en matière de la fonction publique NOR : RDFF1503959C

Plus en détail

FORMATION AUX RISQUES LIES A L AMIANTE (sous-section 4)

FORMATION AUX RISQUES LIES A L AMIANTE (sous-section 4) AMIANTE N de déclaration d activité : 22 600 288 660 // Téléphone : 09 81 78 92 25 // directeur.groupemab@gmail.com 74 FORMATION AUX RISQUES LIES A L AMIANTE (sous-section 4) Durée de formation et recyclage

Plus en détail

AMIANTE Eléments de contextes Etat des lieux. CARSAT Nord-Est Marc BURY, ingénieur-conseil

AMIANTE Eléments de contextes Etat des lieux. CARSAT Nord-Est Marc BURY, ingénieur-conseil AMIANTE Eléments de contextes Etat des lieux CARSAT Nord-Est Marc BURY, ingénieur-conseil AMIANTE Effets sur la santé CARSAT Nord-Est L amiante, c est quoi? L amiante est un matériau - Naturel - Minéral

Plus en détail

Risque amiante. La Sécurité sociale au service de la prévention R 387

Risque amiante. La Sécurité sociale au service de la prévention R 387 La Sécurité sociale au service de la prévention R 387 Risque amiante Caisse nationale de l assurance maladie des travailleurs salariés - Département prévention des accidents du travail - Tour Maine Montparnasse

Plus en détail

Février Mars 2012. Repérage avant travaux

Février Mars 2012. Repérage avant travaux Repérage avant travaux Repérage avant travaux (de rénovation, de réhabilitation et d entretien/maintenance) Il n y a pas encore de règlementation spécifique (code du travail ou code de la santé publique)

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

LOMBALGIES CHRONIQUES & MALADIES PROFESSIONNELLES

LOMBALGIES CHRONIQUES & MALADIES PROFESSIONNELLES LOMBALGIES CHRONIQUES & MALADIES PROFESSIONNELLES CODE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE : «Toute personne salariée ou travaillant à quelque titre ou en quelque lieu que ce soit, pour un ou plusieurs employeurs ou

Plus en détail

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise)

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise) (fiche d entreprise) Tampon Médical Tampon de la collectivité Signature Signature Art. 14-1 du Décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié Dans chaque service d une collectivité territoriale et dans chaque

Plus en détail

Matinée de la prévention AMIANTE. Intervention sur des matériaux contenant de l amiante : Quelle prévention à mettre en œuvre?

Matinée de la prévention AMIANTE. Intervention sur des matériaux contenant de l amiante : Quelle prévention à mettre en œuvre? Matinée de la prévention AMIANTE Intervention sur des matériaux contenant de l amiante : Quelle prévention à mettre en œuvre? Matinées de la prévention 2015 Programme Les conséquences pour la santé Quelques

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 21 novembre 2006 définissant les critères de certification des compétences des personnes

Plus en détail

NOR : RDFF1503959C. La ministre de la décentralisation et de la fonction publique

NOR : RDFF1503959C. La ministre de la décentralisation et de la fonction publique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 28 juillet 2015 relative aux dispositions applicables en matière de prévention du risque d exposition à l

Plus en détail

ENTRE : ET : Organisations Syndicales CFE-CGC CFDT INTERCO ETANT EXPOSE :

ENTRE : ET : Organisations Syndicales CFE-CGC CFDT INTERCO ETANT EXPOSE : ACCORD DE BRANCHE relatif à la formation des travailleurs à la prévention des risques liés à l amiante Branche des entreprises de services d Eau et d Assainissement ENTRE : La Fédération Professionnelle

Plus en détail

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT

Ils sont soumis aux mêmes obligations (article L4611-3). Le CHSCT : CQFS En + Le CHSCT Le CHSCT Un comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) doit être constitué dans tout établissement de cinquante salariés et plus (art. L4611-1 du code du travail). A défaut de CHSCT

Plus en détail

85 Bd de la République CS50002-17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Mise à jour le 17/02/2015

85 Bd de la République CS50002-17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Mise à jour le 17/02/2015 L amiante 85 Bd de la République CS50002-17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Mise à jour le 17/02/2015 I. Définition L amiante est un composé d origine

Plus en détail

Amiante Protection des travailleurs

Amiante Protection des travailleurs P/DN/IJ 7/7/2006 Amiante Protection des travailleurs Le décret n 2006-761 du 30 juin 2006 modifie le Code du travail et introduit de nouvelles règles pour la protection des travailleurs contre les risques

Plus en détail

Le ministre auprès de la ministre de l écologie, du développement durable, des transports et du logement, chargé des transports,

Le ministre auprès de la ministre de l écologie, du développement durable, des transports et du logement, chargé des transports, Arrêté du 21 juillet 2011 relatif à l obtention d un titre de conduite des bateaux de plaisance à moteur par équivalence avec un titre ou une qualification professionnelle Le ministre auprès de la ministre

Plus en détail

REPERAGES AMIANTE EVALUATION DES RISQUES. Laurent ROUBIN Contrôleur de Sécurité Expert Amiante Colloque Amiante GIPHISE du 17 décembre 2015

REPERAGES AMIANTE EVALUATION DES RISQUES. Laurent ROUBIN Contrôleur de Sécurité Expert Amiante Colloque Amiante GIPHISE du 17 décembre 2015 REPERAGES AMIANTE & EVALUATION DES RISQUES Laurent ROUBIN Contrôleur de Sécurité Expert Amiante Colloque Amiante GIPHISE du 17 décembre 2015 Amiante et Travail Ce qu il faut retenir. MPCA SUPPORT du MPCA

Plus en détail

En complément des mesures

En complément des mesures La Sécurité sociale au service de la prévention R381 Le risque amiante dans les industries chimiques Recommandations adoptées par le Comité technique national des Industries chimiques le 10 juin 1998.

Plus en détail

L amiante AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT

L amiante AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT L amiante De quoi s agit-il? De quoi parle-t-on? Où le trouve-t-on? Quelles sont les causes d apparition des risques? Quels sont les effets néfastes de l amiante sur la santé? La réglementation Comment

Plus en détail

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments. Présentation aux CHSCT Septembre 2014

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments. Présentation aux CHSCT Septembre 2014 Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments Présentation aux CHSCT Septembre 2014 PLAN I - HISTORIQUE II - GESTION COURANTE DES BÂTIMENTS III - GESTION DES OPERATIONS DE TRAVAUX

Plus en détail

La réglementation sur la gestion sécuritaire de l amiante

La réglementation sur la gestion sécuritaire de l amiante La réglementation sur la gestion sécuritaire de l amiante GRAND RENDEZ-VOUS 2013 MONTRÉAL, 5 NOVEMBRE 2013 par : Alain L Épicier, B.Sc., D.E.S.S., conseiller expert en prévention-inspection, Direction

Plus en détail

Suivi des personnels exposés à l amiante dans les établissements de santé

Suivi des personnels exposés à l amiante dans les établissements de santé Suivi des personnels exposés à l amiante dans les établissements de santé Dr. Jean-Luc MARANDE Service de santé au travail AP-HP ANMTEPH La Baule le 9 octobre 2009 Plan 1. Le danger de l amiante 2. Les

Plus en détail

Pathologies pleuro-pulmonaires liées à l amiante

Pathologies pleuro-pulmonaires liées à l amiante Pathologies pleuro-pulmonaires liées à l amiante Pathologies pulmonaires Non cancéreuses Asbestose Fibrose pulmonaire Cancéreuses Carcinome broncho-pulmonaire Eric VAN AERDE 2 Pathologies pleurales Non

Plus en détail

AIDE MEMOIRE SUR LES OBLIGATIONS DES CHEFS DE SERVICES A L'EGARD DE L'AMIANTE

AIDE MEMOIRE SUR LES OBLIGATIONS DES CHEFS DE SERVICES A L'EGARD DE L'AMIANTE DIRECTION DES PERSONNELS ET DE L ADAPTATION DE L ENVIRONNEMENT PROFESSIONNEL Paris, le 8 février 2007 SOUS-DIRECTION DE L IMMOBILIER BUREAU 5A SOUS-DIRECTION DES POLITIQUES SOCIALES ET DES CONDITIONS DE

Plus en détail

N 2091 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE RÉSOLUTION

N 2091 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE RÉSOLUTION N 2091 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 9 février 2005. PROPOSITION DE RÉSOLUTION tendant à la création d une

Plus en détail

ACCORD DU 10 MARS 2010

ACCORD DU 10 MARS 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel DIAGNOSTIC TECHNIQUE DU BÂTI ACCORD DU 10 MARS 2010 RELATIF AU CHAMP D APPLICATION DE LA CONVENTION

Plus en détail

CIRCULAIRE N 13 du 22 octobre 2002

CIRCULAIRE N 13 du 22 octobre 2002 ministère de l Équipement des Transports du Logement du Tourisme et de la Mer Paris, le 22 octobre 2002 direction de l établissement national des invalides de la marine sous-direction des affaires juridiques

Plus en détail

La réglementation sur la gestion sécuritaire de l amiante

La réglementation sur la gestion sécuritaire de l amiante La réglementation sur la gestion sécuritaire de l amiante COLLOQUE ASP MINES SEPT-ÎLES 22 OCTOBRE 2013 par: Guy Chénard, inspecteur CSST Plan de la présentation Généralités sur le nouveau règlement Section

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail

Alerte amiante : Tous concernés (1/7)

Alerte amiante : Tous concernés (1/7) Alerte amiante : Tous concernés (1/7) Un nouvel arrêté du 23 février 2012 (entré en vigueur le 8 mars) fixe de nouvelles et plus nombreuses obligations de formation des salariés susceptibles d être exposés

Plus en détail

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments INTRODUCTION Nécessité d'une vigilance particulière dans la gestions des bâtiment depuis 1997, date de l'interdiction de l'amiante en

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Circulaire d'informations n 2009/17 du 15 septembre 2009 LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Références : - Loi n 84-594 du 12 juillet 1984 modifiée relative à la formation des agents de

Plus en détail

L Amiante. Journée des CLHS 13 décembre 2010. Service Hygiène Sécurité. Service Hygiène et Sécurité Bureau 51-12, place du panthéon 75005 Paris

L Amiante. Journée des CLHS 13 décembre 2010. Service Hygiène Sécurité. Service Hygiène et Sécurité Bureau 51-12, place du panthéon 75005 Paris Service Hygiène Sécurité Affaire suivie par : Guy BONNET Abed MAKOUR Téléphone 01.44.07.80.51 Télécopie 01.44.07.75.19 Courriel rachysec@univ-paris1.fr L Amiante Journée des CLHS 13 décembre 2010 Introduction

Plus en détail

Direction Générale du Travail

Direction Générale du Travail Circulaire DGT/ASN n 4 du 21 avril 2010 relative aux mesures de prévention des risques d exposition aux rayonnements ionisants Thierry LAHAYE Chef du pôle risques physiques en milieu de travail au Ministère

Plus en détail

Actualités sur l amiante et les fibres minérales artificielles

Actualités sur l amiante et les fibres minérales artificielles Actualités sur l amiante et les fibres minérales artificielles P Brochard Laboratoire Santé Travail Environnement Université Victor Segalen Bordeaux 2 1 Amiante Reconnaissance du danger : classement par

Plus en détail

LES OBLIGATIONS SST DECLINÉES SELON LE CONTEXTE. 1 Conférence EXPOPROTECTION - 05 novembre 2014 www.prevention-risquespro.fr

LES OBLIGATIONS SST DECLINÉES SELON LE CONTEXTE. 1 Conférence EXPOPROTECTION - 05 novembre 2014 www.prevention-risquespro.fr Intitulé Conférence Philippe de FAUCAMBERGE au salon EXPOPROTECTION PARIS 05 11 2014 Manager la Sécurité et la Santé au Travail et améliorer les performances de l Entreprise en utilisant le Document Unique

Plus en détail

1. Les outils de la prévention (documents et registres obligatoires) 1.1. Document Unique d Évaluation des Risques professionnels (D.U.E.R.

1. Les outils de la prévention (documents et registres obligatoires) 1.1. Document Unique d Évaluation des Risques professionnels (D.U.E.R. PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION ACADEMIQUE Année 2014 Le programme annuel de prévention académique 2014 a été rédigé en s appuyant sur les orientations stratégiques ministérielles de l éducation nationale,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Arrêté du 18 février 2008 relatif à l obtention d un titre de conduite des bateaux de

Plus en détail

amiante Guide à l attention des agents des établissements d enseignement supérieur et de recherche prévenir identifier surveiller évaluer

amiante Guide à l attention des agents des établissements d enseignement supérieur et de recherche prévenir identifier surveiller évaluer amiante identifier évaluer prévenir surveiller Guide à l attention des agents des établissements d enseignement supérieur et de recherche 2014 ce qu il faut savoir Revue et enrichie par rapport à l édition

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE AMIANTE

DOSSIER TECHNIQUE AMIANTE Site 0 : BEAULIEU Bâtiments 3-4 35000 Rennes DOSSIER TECHNIQUE AMIANTE Objet du présent document : Le présent document a pour objet de permettre au propriétaire d un immeuble de remplir ses obligations

Plus en détail

Extraits du Code du Travail

Extraits du Code du Travail Extraits du Code du Travail Bruit au travail - Santé auditive QUATRIÈME PARTIE : SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LIVRE IV : PRÉVENTION DE CERTAINS RISQUES D EXPOSITION TITRE III : PRÉVENTION DES RISQUES D

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Décret n o 2008-321 du 4 avril 2008 relatif à l examen des caractéristiques génétiques

Plus en détail

DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES

DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES Fiche pratique DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE - ordonnance n 2005-655 du 8 juin 2005 : mise en place du dossier de diagnostic technique - décret n 2006-1114

Plus en détail

Intervention du 15 au 19/09/08 et le 26/11/08. Lieu d intervention : En présence de : Opérateur de repérage :

Intervention du 15 au 19/09/08 et le 26/11/08. Lieu d intervention : En présence de : Opérateur de repérage : AGENCE SPECIALISEE MEDITERRANEE 37-39 Parc du Golf BP CS 20512 13593 AIX EN PROVENCE CEDEX 3 Téléphone : 04 42 37.25.00 Télécopie : 04 42 37 25 87 AREA 29 boulevard Charles Nédélec 13331 MARSEILLE CEDEX

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

Flash Info N 3. Le risque amiante

Flash Info N 3. Le risque amiante Page1 Flash Info N 3 Juillet 2014 Service Hygiène & Sécurité Le risque amiante Introduction Interdit en France depuis 1997, l'amiante reste présent dans de nombreux bâtiments et équipements. Cependant,

Plus en détail

Réunion d information amiante DIRECCTE/CARSAT/DREAL/OPPBTP

Réunion d information amiante DIRECCTE/CARSAT/DREAL/OPPBTP Réunion d information amiante DIRECCTE/CARSAT/DREAL/OPPBTP DIRECCTE Bretagne L actualité réglementaire amiante 3 3 DEFINITIONS Sous-section 3 Dispositions spécifiques aux activités d encapsulage et de

Plus en détail

SYNTHESE D INSPECTIONS

SYNTHESE D INSPECTIONS Direction de l Inspection et des Etablissements Département Inspection en Contrôle du Marché Unité Inspection des dispositifs médicaux SYNTHESE D INSPECTIONS THEME : Prothèses Dentaires Il importe de souligner

Plus en détail

Interventions dans les immeubles: -Quels enjeux face à l amiante? - Donneur d Ordre, diagnostiqueur, entreprise, quel est votre rôle?

Interventions dans les immeubles: -Quels enjeux face à l amiante? - Donneur d Ordre, diagnostiqueur, entreprise, quel est votre rôle? Conférence 2014 Interventions dans les immeubles: -Quels enjeux face à l amiante? - Donneur d Ordre, diagnostiqueur, entreprise, quel est votre rôle? Page 1 Introduction Jardinière en fibrociment Page

Plus en détail

CSSS/04/49. Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour du 17 mars 2004; Vu le rapport de Monsieur Michel Parisse. A. OBJET DE LA DEMANDE

CSSS/04/49. Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour du 17 mars 2004; Vu le rapport de Monsieur Michel Parisse. A. OBJET DE LA DEMANDE CSSS/04/49 DÉLIBERATION N 04/009 DU 6 AVRIL 2004 RELATIVE A UN ECHANGE DE DONNEES SOCIALES À CARACTÈRE PERSONNEL ENTRE LE FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL ET LES ORGANISMES ASSUREURS EN VUE DE L EXÉCUTION

Plus en détail

CONVENTION GENERALE DE STAGE relative à la formation des élèves du Lycée Professionnel Maritime du Guilvinec en milieu professionnel

CONVENTION GENERALE DE STAGE relative à la formation des élèves du Lycée Professionnel Maritime du Guilvinec en milieu professionnel Lycée Professionnel Maritime du GUILVINEC Aue Jos QUINIOU B.P 32 29730 TREFFIAGAT tél : 02.98.58.96.00 fax : 02.98.58..32.16 mél : LPM-Le-Guilvinec @equipement.gouv.fr Internet :www.lycee-maritimeguilvinec.com

Plus en détail

INFORMATION AMIANTE. 8. Synthèse. Unité HSE - Olivier Prouteau - 160883. EDMS n.848384

INFORMATION AMIANTE. 8. Synthèse. Unité HSE - Olivier Prouteau - 160883. EDMS n.848384 INFORMATION AMIANTE 1. Généralités, 2. Les Matériaux, 3. Les Risques, 4. Les Effets sur la Santé, 5. La Prévention au CERN, 6. La Gestion des Travaux, 7. Votre rôle de TSO, Unité HSE - Olivier Prouteau

Plus en détail

L amiante, en prévenir les risques

L amiante, en prévenir les risques L amiante, en prévenir les risques L amiante, en prévenir les risques Afin de sensibiliser les personnels sur les dangers d une exposition à l amiante, lors de leur activité professionnelle, le ministère

Plus en détail

Direction Générale du Travail. Décret n 2012-639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d exposition à l amiante

Direction Générale du Travail. Décret n 2012-639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d exposition à l amiante Direction Générale du Travail Décret n 2012-639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d exposition à l amiante 21juin 2012 Bureau des risques chimiques, physiques et biologiques Comparaison des structures

Plus en détail

Décret n 2003-296 du 31 mars 2003 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants

Décret n 2003-296 du 31 mars 2003 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants Institut National de Physique Nucléaire et de Physique des Particules Décret n 2003-296 du 31 mars 2003 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants Principaux

Plus en détail

ACCORD DU 7 AVRIL 2010

ACCORD DU 7 AVRIL 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel ENTREPRISES DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE IMMOBILIER ACCORD DU 7 AVRIL 2010 RELATIF AUX DISPOSITIONS

Plus en détail

Décret n o 2012-639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d exposition à l amiante

Décret n o 2012-639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d exposition à l amiante Dr CROUZET Amiante decret 040512.doc Page 1 sur 8 Décret n o 2012-639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d exposition à l amiante Publics concernés : employeurs et travailleurs qui réalisent des travaux

Plus en détail

Pollution du bâti - Amiante

Pollution du bâti - Amiante FEVRIER 2013 FICHE PRATIQUE Pollution du bâti - Amiante 1. Définition 2. Obligations réglementaires Gestion des ERP 3. Obligations réglementaires Cas des opérations de travaux & démolitions 4. Obligations

Plus en détail

une nouvelle obligation pour l'employeur

une nouvelle obligation pour l'employeur Fiches individuelles de prévention des expositions à la pénibilité : une nouvelle obligation pour l'employeur Tous les employeurs doivent désormais remplir des fiches individuelles deprévention des expositions

Plus en détail

AMIANTE Questions-réponses

AMIANTE Questions-réponses AMIANTE Questions-réponses Questions générales 1. Qu est-ce que l amiante? C est une fibre minérale naturelle au pouvoir isolant contre la chaleur, le bruit et le feu. Elle se présente sous la forme de

Plus en détail

L amiante, un polluant fortement réglementé

L amiante, un polluant fortement réglementé L amiante, un polluant fortement réglementé Journée technique CoTITA «Prise en compte de la qualité sanitaire dans les 28/03/2014 bâtiments» 27 mars 2014 3 codes principaux Code de la santé publique Code

Plus en détail

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au Code de la Santé Publique

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au Code de la Santé Publique ½ journée amiante Dreal Bourgogne Dijon, le 20 novembre 2014 La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au Code de la Santé Publique Énora PARENT, Cerema Ministère de l'écologie,

Plus en détail

- Référentiel de formation CHSCT -

- Référentiel de formation CHSCT - - Référentiel de formation CHSCT - On peut distinguer quatre grands types de fonctions assurées par les membres des CHSCT : 1) Implication dans la démarche globale de prévention des risques : a) Comprendre

Plus en détail

TEXTES RÉGLEMENTAIRES "AMIANTE"

TEXTES RÉGLEMENTAIRES AMIANTE TEXTES RÉGLEMENTAIRES "AMIANTE" Ordonnance n 45-1724 du 2 août 1945 relative aux réparations dues aux victimes de la silicose considérée comme maladie professionnelle - J.O. du 3 août 1945. Décret 1082

Plus en détail

amiante RISQUES POUR LA SANTE Informations à destination des Mairies de l Ain Dr P. POROT ASTBTP DE L AIN

amiante RISQUES POUR LA SANTE Informations à destination des Mairies de l Ain Dr P. POROT ASTBTP DE L AIN amiante RISQUES POUR LA SANTE Informations à destination des Mairies de l Ain Dr P. POROT ASTBTP DE L AIN L amiante, roche fibreuse, comprend 2 groupes: -Les serpentines, dont la chrysotile («amiante blanc»),

Plus en détail

La réglementation. Conférence amiante CDG 87 20 janvier 2015. 20 janvier 2015 DIRECCTE Limousin - Pôle Travail Maud MALEK DEDIEU

La réglementation. Conférence amiante CDG 87 20 janvier 2015. 20 janvier 2015 DIRECCTE Limousin - Pôle Travail Maud MALEK DEDIEU La réglementation MIANTE Conférence amiante CDG 87 20 janvier 2015 20 janvier 2015 DIRECCTE Limousin - Pôle Travail Maud 1 Collectivité territoriale = 2 rôles Première étape indispensable EMPLOYEUR UNE

Plus en détail

Obligations du maître d ouvrage

Obligations du maître d ouvrage Obligations du maître d ouvrage Formation Amiante sous section 4 Amian nte sou us sectio on 4 mation Form OBLIGATIONS DU MAITRE D OUVRAGE Pour réaliser son projet le maître d ouvrage nomme : Un maître

Plus en détail

Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique

Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique Septembre 2010 Sommaire Réalisé par : Les Médecins du Travail Et Les IPRP du SMTI Comprendre ce qu est la démarche de prévention ainsi que l évaluation

Plus en détail

Pathologies respiratoires bénignes b. à l amiante. JC Pairon. Service de pneumologie et de pathologie professionnelle, CHI Créteil

Pathologies respiratoires bénignes b. à l amiante. JC Pairon. Service de pneumologie et de pathologie professionnelle, CHI Créteil Pathologies respiratoires bénignes b liées à l amiante JC Pairon Service de pneumologie et de pathologie professionnelle, CHI Créteil INSERM U955, Faculté de médecine Paris 12, Créteil Les types d amiante

Plus en détail

SANTE, HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

SANTE, HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE SAFPT INFO SANTE, HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Définition des organismes compétents : Les organismes compétents en matière d hygiène, de sécurité et

Plus en détail

INFORMATIONS RISQUE CHIMIQUE

INFORMATIONS RISQUE CHIMIQUE INFORMATIONS RISQUE CHIMIQUE 1. GENERALITES SUR LES AGENTS CHIMIQUES 2. NOTIONS DE BASE : Agent chimique Danger Risque Exposition professionnelle à un agent chimique Voies d exposition Agent chimique :

Plus en détail

par Bernard Estivals

par Bernard Estivals Fiches de médecine nucléaire n 9-1- Médecine nucléaire par Bernard Estivals Fiche n 9 : L évaluation des risques professionnels en médecine nucléaire Le document unique. L évaluation des risques professionnels

Plus en détail

Conditions d intervention sur l amiante pour les professionnels du bâtiment

Conditions d intervention sur l amiante pour les professionnels du bâtiment SERVICE ENVIRONNEMENT - NOTE DE VEILLE REGLEMENTAIRE N 3 2009 Conditions d intervention sur l amiante pour les professionnels du bâtiment Rédacteur : A.CHEVILLARD Date : 08/12/2009 PREAMBULE : Cette note

Plus en détail

RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES MATERIAUX ET PRODUITS CONTENANT DE L AMIANTE AVANT REALISATION DE TRAVAUX

RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES MATERIAUX ET PRODUITS CONTENANT DE L AMIANTE AVANT REALISATION DE TRAVAUX 1 er réseau national ACCESS DIAGNOSTICS 30 Bis Rue du Vieil Abreuvoir 78100 SAINT GERMAIN EN LAYE Tél. : 01 30 64 68 54 Fax : 01 30 64 02 71 Email : agenda78@orange.fr RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES

Plus en détail

Fibres courtes et fines

Fibres courtes et fines Fibres courtes et fines d amiante: quels risques? 30 EME JOURNÉES NATIONALES DE SANTE AU TRAVAIL DANS LE BÂTIMENT & LES TRAVAUX PUBLICS BLOIS, JEUDI 11 JUIN 2009 Pr Ch PARIS U954 Nutrition, génétique et

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

Journée Régionale d accueil des nouveaux entrants Jeudi 8 Janvier 2015

Journée Régionale d accueil des nouveaux entrants Jeudi 8 Janvier 2015 Journée Régionale d accueil des nouveaux entrants Jeudi 8 Janvier 2015 1 La Médecine de Prévention dans la fonction publique 2 TEXTES REGLEMENTAIRES Décret 2000-610 du 28/06/2000 modifie D 86442 du 14/03/1986

Plus en détail

Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels

Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels Charte Prévention Artisans et Entreprises du Bâtiment La démarche V.A.L.E.U.R. Bien sûr... Boîte à outils Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels État des lieux du risque Statistiques

Plus en détail

Le Directeur de Cabinet, Michel CADOT

Le Directeur de Cabinet, Michel CADOT MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DE LA RURALITE Direction générale de l administration Sous-direction de la logistique et du patrimoine Bureau du patrimoine immobilier Adresse

Plus en détail

ASPECTS REGLEMENTAIRES Dr Philippe PODEVIN 15 Décembre 2007.

ASPECTS REGLEMENTAIRES Dr Philippe PODEVIN 15 Décembre 2007. ASPECTS REGLEMENTAIRES Dr Philippe PODEVIN 15 Décembre 2007. 1) QU EST-CE QUE L AMIANTE? L amiante est un silicate fibreux naturel. Dont il existe deux groupes minéralogiques: Les serpentines : représentées

Plus en détail