Prévenir et guérir les difficultés des entreprises Des outils pour maintenir l activité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prévenir et guérir les difficultés des entreprises Des outils pour maintenir l activité"

Transcription

1 Prévenir et guérir les difficultés des entreprises Des outils pour maintenir l activité édition 2012

2 Prévenir et guérir les difficultés des entreprises Des outils pour maintenir l'activité Une entreprise peut à tout moment de sa vie rencontrer des difficultés. Les raisons sont multiples, mais cela peut être dû à des causes endogènes (problème structurel de rentabilité, mauvaise gestion des créances clients ) ou exogènes (défaillance d un gros client, perte de chantiers, crise économique ). Dans ces situations, deux mots d ordre doivent primer : anticiper et ne pas rester seul. Ce guide «anticrise» est l illustration que de nombreux outils existent et permettent d accompagner le chef d entreprise vers l assainissement de la situation, à condition qu'il parle suffisamment tôt de ses difficultés. Attention : Ce document ne mentionne pas les mesures pouvant être mises en œuvre en matière de gestion du personnel, telles que : réduction de la durée du travail ; prêt de main-d œuvre ; départ en formation ; chômage partiel Ces mesures font en effet l objet d un guide spécifique élaboré par la FFB, Difficultés économiques : les outils pour faire face en matière sociale, téléchargeable sur le site Internet, espace Piloter son entreprise. Octobre

3 La FFB remercie la FFB Grand Paris dont le «Guide des mesures anticrise» a servi de base au présent document. Octobre

4 Sommaire thématique pages APPRÉHENDEZ LE NIVEAU DE DIFFICULTÉ DE VOTRE ENTREPRISE ET ORIENTEZ-VOUS VERS DES SOLUTIONS ADAPTÉES Fiche 1 Autodiagnostic de la situation de votre entreprise 4-7 TROUVEZ DES AIDES À VOS PROBLÈMES DE FINANCEMENT ET/OU DE TRÉSORERIE Vous souhaitez échelonner le paiement de vos dettes sociales et fiscales, négocier des délais de paiement, obtenir la remise de majorations de retard. Fiche 2 Délais de paiement des échéances fiscales et sociales 8-11 Pour soulager votre trésorerie, payez vos impôts avec une créance fiscale. Fiche 2 bis Payer avec une créance fiscale Vos relations avec votre banque sont bloquées ou sur le point de l être. Fiche 3 Le médiateur du crédit L assureur-crédit de votre fournisseur réduit ou suspend sa garantie sur votre entreprise. Fiche 4 Les interventions auprès des assureurs-crédit Votre banque vous refuse un prêt pour renforcer votre trésorerie. ou Vous voulez mobiliser vos créances sur des maîtres d ouvrage publics ou grands donneurs d ordre privés. Fiche 5 Oséo : garanties et cofinancement ENGAGEZ DES ACTIONS POUR LA SAUVEGARDE DE VOTRE ENTREPRISE Adressez-vous à l interlocuteur approprié pour trouver écoute, conseils et accompagnement Fiche 6 Le CIP 25 Fiche 7 Le Codefi 26 Fiche 8 La prévention-détection au tribunal de commerce 27 Faites le choix de la procédure la plus appropriée à la situation de votre entreprise Fiche 9 Le mandat ad hoc Fiche 10 La conciliation Fiche 11 Remise de dettes par les créanciers publics Fiche 12 La procédure de sauvegarde CAS PARTICULIER Fiche 13 La mise en sommeil de l entreprise Octobre

5 1 Autodiagnostic de la situation de votre entreprise Qu est-ce que c est? Le réseau «Bercy au service des entreprises et de l emploi» propose un outil d autodiagnostic rapide et anonyme permettant au dirigeant de mieux appréhender le niveau de difficulté de son entreprise et de trouver des solutions adaptées. Cet outil qui se présente sous la forme d un tableau est sans éléments chiffrés et n est basé que sur les seules relations de l entreprise avec les tiers. Il a été réalisé par les centres d information sur la prévention (CIP), en partenariat avec les experts-comptables, les avocats et les magistrats consulaires honoraires. Il constitue un outil de prédétection des difficultés à l usage des PME. L intégralité de cet outil est consultable et réactif en ligne sur le site Pourquoi cet outil? Le chef d entreprise d une PME est souvent peu doté d outils d appréciation, hormis ses tableaux de bord, quand il en dispose. Les tiers, banquiers, salariés, clients, fournisseurs, créanciers privilégiés, lui envoient régulièrement des signaux sur leur perception de son entreprise. L expert-comptable n a qu une connaissance «imparfaite» de l état réel des relations du chef d entreprise avec ses tiers, puisque cet état ne ressort pas toujours de la seule comptabilité. Autodiagnostic de la situation de votre entreprise - 1/4 Outil d autodiagnostic pour les PME Cet outil d autodiagnostic proposé par les CIP est basé sur les seules relations avec les tiers. Cotation générale proposée à titre indicatif Mettre une croix dans l une des cases >>>> Préoccupant Grave Très grave Relations avec l environnement (sans élément chiffré) 1 - Relations avec les banquiers : souvent premier révélateur Appels journaliers pour faire le point avant d accepter de payer les chèques qui se présentent Refus de payer les échéances (traites) Refus de payer les chèques Suppression des concours bancaires : détonateur Questions à se poser : ces problèmes de trésorerie résultent-ils : de «réels problèmes» dans l entreprise, à résoudre en engageant des restructurations? d une simple désorganisation : absence de suivi journalier de la trésorerie, mauvais recouvrement des créances clients...? d une mauvaise structure financière du bilan qui peut entraîner une «frilosité» du banquier? Octobre

6 1 Autodiagnostic de la situation de votre entreprise Mettre une croix dans l une des cases >>>> Préoccupant Grave Très grave Règlement des salaires en retard 2 - Relations avec les salariés Démission de salariés «clés» pouvant s expliquer par une perte de confiance Fort absentéisme Retard dans les livraisons des clients Augmentation du délai moyen de règlement des clients ou du nombre de litiges traduisant : soit la mauvaise qualité du travail ; soit la mauvaise qualité du poste clients Annulation anormale de commandes 3 - Relations avec les clients (si répétitif) Autodiagnostic de la situation de votre entreprise - 2/4 Perte de clients importants 4 - Relations avec les fournisseurs Allongement des délais de règlement Suppression des délais de règlement Refus de livraison Exercice du droit de revendication (clause de réserve de propriété) Injonction de payer (si répétitif) Assignations pour créances non contestées Non-dépôt des déclarations 5 - Relations avec le Trésor public (administration fiscale) et les organismes sociaux, dits «créanciers privilégiés» Inexactitude dans les bases de cotisations sociales et/ou de TVA Non-règlement des cotisations ou de la TVA (si répétitif) Non-paiement des précomptes Inscription de privilèges Urssaf/Trésor (*) (*) (*) Octobre

7 1 Autodiagnostic de la situation de votre entreprise Mettre une croix dans l une des cases >>>> Préoccupant Grave Très grave Avis à tiers détenteur (*) (*) Redressements significatifs à la suite de contrôles (*) (*) (*) Assignation en redressement judiciaire devant le tribunal de commerce (*) En fonction du nombre et des montants Prud hommes (selon possibilité de perte) Clients 6 - Procès importants Dénonciation du bail avec offre de renouvellement à des conditions financières impossibles Cotation Banque de France (selon degré) 7 - Cotations diverses Autodiagnostic de la situation de votre entreprise - 3/4 Assurance-crédit : Coface, Euler Hermes (selon degré) Cotation renseignements commerciaux : Dun, Groupe Coface, Bil... (selon degré) 8 - Relations avec les conseils extérieurs et autres Risque de suspension de la tenue des comptes ou d autres prestations du fait du non-règlement des honoraires Risques de suspension des assurances de l'entreprise Commissaire aux comptes procédure d alerte : apprécier le niveau Comité d entreprise droit d alerte : voir les conclusions 9 - Procédures d alertes «existantes» Tribunal de commerce convocation par le président du tribunal de commerce (art. L du Code de commerce) : selon problèmes Les dettes à moins d un an sont supérieures aux stocks et valeurs réalisables et disponibles à moins d un an (clients principalement) Quelques éléments chiffrés «en complément» Analyse de la structure du bilan (exemples) Octobre

8 1 Autodiagnostic de la situation de votre entreprise Mettre une croix dans l une des cases >>>> Préoccupant Grave Très grave Augmentation des stocks non justifiés par un développement de l activité, traduisant l existence de stocks morts Baisse significative des marges Retards significatifs dans la comptabilité Non-dépôt des comptes annuels au greffe du tribunal de commerce TOTAUX (**) Divers Déstockage à faire si possible Pertes potentielles (**) Totaliser le nombre de croix dans chacune des colonnes «Préoccupant», «Grave» et «Très grave». Analyse du résultat : Majorité de «préoccupant» Prendre rendez-vous avec le CIP (centre d information sur la prévention). Le chef d entreprise y trouvera une écoute, une information et une orientation vers les solutions existantes : restructuration ; négociations individuelles et/ou collectives ; procédure amiable : mandat ad hoc, voire procédure de conciliation. Autodiagnostic de la situation de votre entreprise - 4/4 Majorité de «grave» Prendre rendez-vous avec le président du tribunal de commerce pour la mise en place d une procédure amiable : mandat ad hoc ; conciliation. Majorité de «très grave» Vous devez vous résoudre à établir une déclaration de cessation des paiements (DCP) et à la déposer au greffe du tribunal de commerce pour l ouverture d une procédure collective. Autre outil d autodiagnostic à disposition des TPE Il existe une version simplifiée de ce tableau adaptée aux TPE, qui est combinée avec un tableau basé sur quelques éléments chiffrés : Octobre

9 2 Délais Objectif de paiement des échéances fiscales et sociales Permettre à toute entreprise (personne morale ou personne physique) qui rencontre des difficultés de trésorerie conjoncturelles, pour des raisons diverses et propres à chacune, de solliciter des délais de paiement des dettes fiscales et sociales. À qui s adresser? Deux possibilités sont offertes à l entreprise : une négociation auprès de chaque organisme collecteur ; une démarche pour l ensemble des dettes auprès d un interlocuteur unique : la commission des chefs des services financiers (CCSF). Négociation auprès de chaque organisme collecteur À propos du Trésor public Principe Dès qu un défaut de paiement (partiel ou total) d impôts, taxes ou redevances est constaté, une action en recouvrement est engagée par les comptables du Trésor. Délais de paiement des échéances fiscales et sociales - 1/4 À titre exceptionnel, en cette période de difficultés économiques, des délais de paiement sur demande expresse du redevable peuvent être accordés et sous certaines conditions. L entreprise concernée peut adresser une proposition de demande de «plan d apurement échelonné (ou plan de règlement)» auprès du comptable. La demande de délais de paiement ne peut concerner que des créances pour défaut de paiement à l échéance. En conséquence, les créances à échoir sont exclues du dispositif. Les dettes fiscales nées à compter du 1 er juillet 2008 qui font l objet d un plan d apurement ne sont plus soumises à la publicité du Trésor. Forme La proposition de demande de plan d apurement échelonné doit être formulée par écrit ou oralement par le redevable. Si le comptable public accepte la demande, le plan d apurement doit être formalisé, par écrit et en double exemplaire, sur l un des modèles fournis par l Administration. Le plan désigne le redevable, les créances sur lesquelles porte son engagement, les modalités d apurement et la durée de l échéancier. Conditions L entreprise doit être à jour de ses obligations déclaratives et respecter habituellement ses échéances fiscales. Durée Le plan d apurement ne peut pas dépasser deux ans. Octobre

10 2 Délais de paiement des échéances fiscales et sociales Conséquences La souscription et la formalisation du plan d apurement ont pour conséquences : la suspension gracieuse des poursuites pour celles des créances objet du plan ; l absence d inscription de privilège. Ces deux conséquences sont subordonnées au respect, par l entreprise redevable, de ses obligations fiscales courantes et de l ensemble des échéances convenues dans le plan. En cas de non-respect de plan d apurement et/ou de ses obligations fiscales courantes, le plan sera dénoncé par lettre recommandée avec AR à l entreprise par le comptable public. Une inscription de privilège intervient alors dans les deux mois. À propos de l Urssaf Conditions préalables 1. Être à jour de ses déclarations sociales. 2. Avoir versé les cotisations correspondant à la part salariale ou s engager à régulariser ce versement dès que possible et au plus tard dans le mois qui suit l échéance impayée. Exemple : Échéance du versement des cotisations fixée au 15 avril ; le versement de la part salariale devra intervenir au plus tard le 15 mai. Délais de paiement des échéances fiscales et sociales - 2/4 Délais de traitement des demandes 1. Délais de paiement formulés par courriel traités dans un délai maximal de 3 jours ouvrables. 2. Délais de paiement formulés par téléphone traités dans un délai maximal de 5 jours ouvrables. 3. Cas complexes traités dans un délai maximal de 10 jours ouvrables, à charge pour l Urssaf de solliciter dans les délais 1 et 2 les pièces nécessaires au traitement du dossier. Sort des majorations de retard 1. Majoration de 5 %. Depuis 2009, remise automatique en cas de cotisant primo-défaillant et de respect du plan d étalement de la dette. À défaut, demande de remise des majorations présentées à la fin du plan d étalement. 2. Majoration complémentaire de 0,4 % par mois de retard. Remise en cas de paiement intervenant dans le délai de 30 jours qui suit la date d exigibilité ou en cas de circonstances exceptionnelles ou de force majeure ayant rendu impossible le paiement des cotisations à la date d exigibilité. Attention : Absence d inscription de privilège en cas de respect du plan d étalement de la dette, une mise en demeure sera cependant adressée à l entreprise. Octobre

11 2 Délais de paiement des échéances fiscales et sociales Dossier à constituer 1. Nom, coordonnées de la société, numéro Siret ou numéro Urssaf. 2. Origine des difficultés et contexte de la demande. 3. Actions mises en œuvre pour rétablir la situation financière et proposition de plan d étalement de la dette. 4. Toutes pièces utiles justifiant et soutenant la demande de l entreprise. Contact Urssaf À propos de la Caisse des congés payés du bâtiment Par téléphone au (0,118 TTC la minute) du lundi au vendredi de 8 h 00 à 18 h 30 Par Internet : _difficulte/entreprises_en_difficulte_01.html Les demandes de délais de paiement sont examinées par le gestionnaire auquel l entreprise est rattachée. Délais de paiement des échéances fiscales et sociales - 3/4 Attention : La Caisse verse les indemnités de congés payés aux salariés uniquement lorsque les cotisations afférentes à la période indemnisée ont été acquittées par l entreprise. Démarche pour l ensemble des dettes fiscales et sociales auprès de la CCSF Composition et compétence La CCSF (commission des chefs des services financiers) est composée des représentants des administrations fiscales et sociales du département. Sa mission est d examiner la situation financière de tout débiteur retardataire en vue de l éventuelle élaboration d un plan de règlement global des dettes fiscales et sociales. Sa compétence couvre les impôts directs ou indirects, les taxes, les cotisations de sécurité sociale et des divers régimes obligatoires des non-salariés, à l exception de la part salariale des cotisations retraite des salariés. Octobre

12 2 Délais Saisine de paiement des échéances fiscales et sociales La saisine de la CCSF n est possible que si : les dettes sont échues et l une d entre elles au moins n est pas payée ; la société est à jour du dépôt de ses déclarations fiscales et sociales ; la part salariale due à l Urssaf a été intégralement payée. L entreprise débitrice doit saisir la CCSF du département du siège social de sa société ou de son établissement principal. La CCSF peut être saisie directement par le chef d entreprise ou par son conseil chargé de le représenter (expert-comptable, avocat ). Le dépôt du dossier complet entraîne la suspension des poursuites par les créanciers concernés, dans l attente de la décision de la CCSF. Mais attention! Les charges sociales et fiscales courantes postérieures au dépôt de la demande devront être réglées régulièrement. Déroulement de la procédure Dans un délai de deux mois courant à partir de la remise du dossier complet, la CCSF analyse la situation financière à partir des documents remis par l entreprise. Délais de paiement des échéances fiscales et sociales - 4/4 La confidentialité de la procédure est assurée et ne fait l objet d aucune publication auprès du greffe du tribunal. Si un plan de remboursement est accordé, il intervient sur décision collégiale de tous les membres de la CCSF et sa durée est unique pour l ensemble des dettes concernées. Le plan de remboursement est alors signifié à l entreprise et aux créanciers concernés, sa durée pouvant aller jusqu à 36 mois maximum. Les paiements sont faits par virement mensuel unique à la trésorerie générale, qui se charge d effectuer la répartition entre les différents créanciers (quand le plan est accordé). Le plan de remboursement est conditionné au respect par l entreprise des échéances courantes et peut être assorti de la production par le débiteur de garanties spéciales ou de la caution personnelle du dirigeant. Octobre

13 2 Payer bis avec une créance fiscale Quel est le principe? Si vous détenez des créances fiscales sur le Trésor, elles peuvent vous servir à payer vos impôts et ainsi venir soulager votre trésorerie en évitant un décaissement. C est le cas lorsque vous disposez d un crédit de TVA ou d un excédent d impôt sur les sociétés. Lors de votre demande de remboursement, il vous suffit d indiquer que vous souhaitez utiliser cette somme pour le paiement d une prochaine échéance. Qui peut bénéficier de ce service? Tout professionnel disposant d une créance fiscale sur le Trésor, qu il s agisse : d un crédit de TVA ; d un excédent d impôt sur les sociétés ou de taxe sur les salaires ; d un crédit d impôt devenu restituable : recherche, formation, report en arrière de déficit, apprentissage, rachat d une entreprise par ses salariés ; d une restitution consécutive à une réclamation et à un dégrèvement. Payer avec une créance fiscale - 1/4 Quels sont les impôts ou taxes payables à l aide d une créance? Le paiement à l aide d une créance fiscale est possible pour tous les impôts professionnels encaissés par le service des impôts des entreprises : TVA ; impôt sur les sociétés et contributions assimilées ; taxe sur les salaires ; taxe d apprentissage ; participation des employeurs au développement de la formation professionnelle continue ; cotisation perçue au titre de la participation de l employeur à l effort de construction ; taxe sur les voitures particulières de société ; contribution annuelle sur les revenus locatifs. Comment procéder? Le paiement à l aide d une créance fiscale s effectue au moyen du formulaire de «demande d imputation d une créance fiscale sur une échéance à venir» (n 3516-SD) téléchargeable sur le site ou disponible auprès des services des impôts. Octobre

14 2 Payer bis avec une créance fiscale Ce formulaire comporte deux volets : Le premier volet doit être joint à votre demande de remboursement ou de restitution et déposé au plus tard 30 jours avant l échéance que vous souhaitez régler avec votre créance. À noter : S il n accompagne pas directement votre demande de remboursement ou de restitution, ce premier volet doit être fourni avant toute mise en paiement du remboursement : si votre créance vous a déjà été remboursée, elle ne peut évidemment plus être utilisée comme moyen de paiement. Payer avec une créance fiscale - 2/4 Le second volet doit accompagner l échéance en question (exemple : déclaration de TVA, acompte d IS...). Si vous payez en ligne vos impôts (par TéléTVA ou à partir de votre compte fiscal professionnel), adressez ce second volet à votre service des impôts avant la date limite de paiement. Comment l Administration prend-elle en compte la demande? Après avoir vérifié que vous disposez bien d une créance utilisable, votre service des impôts vous informera par courrier de la suite donnée : acceptation ou rejet de l imputation demandée. Si l utilisation de votre créance est acceptée, l échéance à payer est diminuée d autant : lorsque la créance est égale ou supérieure à l échéance choisie, l intégralité du paiement est assuré. Le surplus éventuel de créance vous est automatiquement remboursé ; lorsque la créance est inférieure au montant de l échéance, vous devez simplement effectuer un paiement complémentaire lors de l envoi du second volet. Votre demande d imputation est rejetée : Ce peut être le cas si le premier volet du formulaire de «demande d imputation d une créance fiscale sur une échéance à venir» (n 3516-SD) n est pas parvenu à temps. Votre créance vous est alors remboursée (ou éventuellement reportée et utilisable pour une autre échéance). En revanche, si votre créance est remise en cause (exemple : erreur de calcul de votre crédit d impôt), la part contestée n est ni remboursable ni utilisable pour un prochain paiement. N hésitez pas à contacter votre service des impôts des entreprises pour obtenir des informations ou pour déterminer ensemble si votre situation vous permet de bénéficier de ce service. Octobre

15 2 Payer bis avec une créance fiscale Payer avec une créance fiscale - 3/4 Octobre

16 2 Payer bis avec une créance fiscale Payer avec une créance fiscale - 4/4 Octobre

17 3 Le médiateur du crédit Quelle est la mission de la médiation du crédit? La mission de la médiation du crédit est de tenter de résoudre les problèmes liés au financement des entreprises et à leurs relations avec : les banques ; les assureurs-crédit. Le médiateur du crédit - 1/3 Cette démarche intervient dans le strict respect des règles de confidentialité et de secret bancaire. En 2011, le médiateur du crédit a traité dossiers au niveau national avec un taux de réussite de 59 %, soit plus de 410 millions d euros débloqués et plus de emplois sauvés. 96 % des dossiers concernent des entreprises de moins de 50 salariés. Au printemps 2009, le médiateur du crédit a signé différents protocoles d accord avec les banques, les assureurs-crédit et les acteurs du capital-investissement afin de renforcer son action : le 24 mars 2009, la médiation du crédit et les réseaux bancaires décident de renforcer leur coopération pour améliorer les modalités de traitement des dossiers en médiation, mieux répondre aux besoins d investissement en fonds propres et engager une réflexion commune sur l avenir du dispositif ; le 22 janvier 2009, le médiateur du crédit signe un accord de partenariat avec les principaux acteurs de l assurance-crédit pour faciliter l accès des entreprises à l assurance-crédit et garantir le traitement rapide et concerté des dossiers des entreprises en médiation en raison d une décote d assurance-crédit ; le 6 avril 2009, la médiation du crédit et les principaux acteurs du capital-investissement signent une convention de partenariat pour répondre aux besoins de financement en fonds propres des entreprises par une mobilisation des fonds, en particulier ceux résultant de la collecte ISF, et accélérer les procédures d investissement dans les entreprises en médiation avec un potentiel de croissance et d emploi. Mon entreprise peut-elle faire appel au médiateur du crédit? Oui. La mission du médiateur du crédit est ouverte à tout chef d entreprise, artisan, entrepreneur individuel qui rencontre avec sa ou ses banques des difficultés pour résoudre ses problèmes de financement. L objectif est qu aucune entreprise ne reste seule face à ses difficultés. Une entreprise peut, par exemple, faire appel au médiateur du crédit dès qu elle essuie un refus de crédit de l une de ses banques. Qui sont les acteurs de la médiation de crédit? Sur le plan national, la mission de médiation est pilotée par un comité exécutif de la médiation, présidé par Gérard Rameix, médiateur du crédit, qui est chargé de veiller au respect des engagements pris par les banques, au bon déroulement du traitement des dossiers de médiation ainsi qu à la mobilisation des acteurs sur le terrain. Octobre

18 3 Le médiateur du crédit Dans chaque département, la médiation du crédit est conduite dans le respect des règles de confidentialité et de secret bancaire par les médiateurs départementaux, qui sont les directeurs de la Banque de France. Aux côtés du médiateur du crédit, sont réunis : 6 médiateurs délégués, qui sont en charge des dossiers spéciaux, des dossiers en révision, de la coordination avec la Banque de France et des réseaux socio-professionnels ; 105 médiateurs départementaux, qui sont les directeurs départementaux de la Banque de France ; dans chaque département, les directeurs de la Banque de France, en leur qualité de médiateurs départementaux, et les trésoriers-payeurs généraux, constituent un binôme opérationnel ; ils sont membres de la cellule départementale de suivi mise en place dans chaque département dans le cadre du plan de soutien à l activité et aux PME et présidée par le préfet ; des tiers de confiance de la médiation, désignés dans chaque département au sein des réseaux professionnels (chambres de commerce et d industrie, chambres des métiers et de l artisanat, Medef, CGPME, UPA, APCE et réseaux professionnels d accompagnement à la création/reprise d entreprise) ; ils sont à votre disposition pour vous accompagner gratuitement dans vos démarches vers la médiation. Le médiateur du crédit - 2/3 Comment saisir le médiateur du crédit? Si l entreprise rencontre des difficultés de financement ou de trésorerie, le médiateur du crédit et ses équipes sont en mesure d intervenir pour elle si elle ne parvient pas à trouver des solutions avec ses banques ou assureurs-crédit. Pour ouvrir la procédure, il faut constituer un «dossier de médiation» : le plus simple et le plus rapide est de remplir le dossier de médiation sur le site Internet thème «Dossier de médiation», il sera immédiatement pris en charge ; si l entreprise n a pas de connexion Internet, il faut appeler les services du médiateur du crédit au , qui lui communiqueront les coordonnées d un «tiers de confiance» qui l aidera à établir le dossier de saisine et à le transmettre au médiateur du crédit. Quelles sont les étapes et les délais de la médiation du crédit? Les dossiers de médiation adressés au médiateur du crédit sont traités, au plus près de l entreprise, par le médiateur départemental, qui est le directeur de la Banque de France. 1. La procédure de médiation débute dès l envoi d un accusé de réception du «dossier de médiation» à l entreprise. 2. À réception du dossier de médiation et au plus tard dans les 48 heures suivant la saisine, le médiateur départemental ou un membre de son équipe contacte le chef d entreprise pour qualifier ses besoins de financement. Accepté, le dossier est adressé à la ou aux banques de l entreprise. Elles ont 5 jours ouvrés pour revenir vers l entreprise, confirmer leur position ou décider de la réviser. 3. Passé ce délai, le médiateur départemental reprend contact avec l entreprise pour connaître l évolution de la situation. La procédure s arrête si les nouvelles propositions des banques de l entreprises sont satisfaisantes et qu elle les accepte. Si la ou les banques n ont pas revu leur position ou si l entreprise n est pas satisfaite, le médiateur intervient et prend en charge le dossier. Octobre

19 3 Le médiateur du crédit Si les difficultés sont purement financières : le médiateur départemental prendra contact avec les banques de l entreprise afin d'étudier les points de blocage. Il peut également, avec l accord de l entreprise, prendre contact avec de nouveaux partenaires financiers. Les coordonnées d un chargé de dossier lui sont alors communiquées ainsi qu un planning de traitement. Si les difficultés de trésorerie ou de financement dépassent le cadre de la médiation bancaire : le médiateur départemental peut demander l intervention du trésorier-payeur général (TPG). Avec l accord de l entreprise, ils interviendront conjointement. Les coordonnées d un chargé de dossier lui sont communiquées ainsi qu un planning de traitement. 4. Le médiateur départemental revient vers l entreprise. Le médiateur départemental a identifié des solutions aux difficultés de l entreprise avec sa ou ses banques ou d autres acteurs du financement (Oséo, fonds d investissement, assureurs-crédit). Ces solutions lui sont communiquées par courriel et détaillées. Ces solutions lui conviennent : la médiation a réussi. Ces solutions ne lui conviennent pas : elle peut demander la révision de son dossier en saisissant le médiateur national. La médiation se poursuit. Le médiateur départemental n identifie pas de solution au niveau départemental. Il saisit, avec l accord de l entreprise, le médiateur national ou son médiateur délégué. 5. Le médiateur du crédit ou ses médiateurs délégués interviennent directement en révision sur les dossiers de médiation si l entreprise refuse les solutions identifiées par le médiateur départemental. Lorsque les solutions proposées par le médiateur départemental ne conviennent pas à l entreprise, le médiateur national en est saisi. Celui-ci ou son délégué a 8 jours pour statuer sur l ouverture d une procédure en révision. Il prendra l avis de son correspondant départemental. Dans tous les cas, sa décision est motivée. Le médiateur du crédit - 3/3 Les coordonnées de la médiation du crédit Tél. : (coût : 0,078 par appel puis 0,028 /min en heure pleine ou 0,014 /min en heure creuse, depuis les réseaux fixes) Guadeloupe : numéro vert Martinique : numéro vert La Réunion : numéro vert Guyane : numéro vert Site Internet : Octobre

20 4 Les interventions auprès des assureurs-crédit Qu est-ce que l assurance-crédit? Le principe La première forme de crédit à court terme est le crédit commercial interentreprises, qui résulte des délais de paiement accordés par les fournisseurs à leurs entreprises clientes. Compte tenu de son importance, le fournisseur qui accorde ce crédit peut être tenté de sécuriser ses créances, c est-à-dire de trouver une garantie pour couvrir le risque d impayés. C est là qu intervient l assureur-crédit en offrant à son client (le fournisseur) une garantie de paiement en cas de défaillance de ses propres clients (les entreprises acheteuses). L assurance-crédit fait donc intervenir trois acteurs : le fournisseur, qui s assure auprès de l assureur-crédit et qui a seul un lien contractuel avec celui-ci ; cela explique pourquoi, en cas de baisse ou de retrait de garantie sur une entreprise, celle-ci n en est pas informée directement par l assureur-crédit, qui ne notifie sa décision qu à son client assuré, le fournisseur ; l assureur-crédit qui, à partir d éléments d analyse, va évaluer le risque et accorder une certaine couverture du crédit consenti par le fournisseur à l entreprise acheteuse ; l entreprise acheteuse, cliente du fournisseur, dont la ligne de crédit fait l objet d une demande de garantie auprès de l assureur-crédit. En France, les trois principaux assureurs-crédit sont Euler Hermes, Atradius et Coface. Les interventions auprès des assureurs-crédit - 1/3 La notation des entreprises acheteuses et ses effets Chaque assureur-crédit appréhende son risque en analysant les bilans des entreprises acheteuses, en collectant un ensemble d informations provenant de sources diverses (inscriptions au RCS, publicités légales...) et au travers de contacts moins formels dans les banques, établissements de crédit... Compte tenu du fait que l'encours garanti est à court terme, ces analyses sont fréquemment renouvelées. Pour bénéficier des facilités de paiement de leurs fournisseurs via l assureur-crédit, les entreprises de bâtiment doivent entrer dans les critères que se fixe celui-ci dans sa sélection des risques. L assureur-crédit attribue à chacune des entreprises acheteuses de son assuré (le fournisseur) un score ou une note. Celle-ci évolue selon l aggravation ou la diminution du risque. Dans certains cas, la note peut être ramenée à zéro. En cas de diminution de la note attribuée à l entreprise acheteuse, cela signifie pour son fournisseur, assuré-crédit, que l encours qui lui est garanti par son assureur-crédit se trouve réduit et/ou que le prix de cette assurance s accroît. Le fournisseur est tenté dans ce cas de durcir ses conditions de paiement. En cas de note ramenée à zéro, cela signifie que l assureur-crédit anticipe un risque fort de défaillance à court terme de l entreprise acheteuse. Pour le fournisseur, cela signifie qu il ne sera plus garanti s il maintient ses facilités de paiement à l entreprise, ce qui le conduit en pratique, le plus souvent, à exiger de celle-ci un paiement comptant des commandes qui lui sont passées et, plus rarement, à maintenir les conditions de paiement en prenant seul le risque d un impayé en cas de défaillance de l entreprise. Octobre

L Urssaf accompagne. les entreprises en difficulté

L Urssaf accompagne. les entreprises en difficulté L Urssaf accompagne les entreprises en difficulté Édition 2009 Le réseau Urssaf à l écoute des entreprises en difficulté Garant des ressources de la Sécurité sociale et des institutions qui lui confient

Plus en détail

La Médiation du crédit aux entreprises DOSSIER DE PRESSE. Juin 2014

La Médiation du crédit aux entreprises DOSSIER DE PRESSE. Juin 2014 La Médiation du crédit aux entreprises DOSSIER DE PRESSE Juin 2014 Sommaire 1. La mission de la Médiation du crédit aux entreprises 3 2. Comment saisir le Médiateur du crédit?.4 3. Les Tiers de confiance

Plus en détail

L assurance Santé Entreprise

L assurance Santé Entreprise L assurance Santé Entreprise Rendre la prévention accessible! Extrait du Sic n 306 d avril 2012 Le magazine de l Ordre des Experts-Comptables AVRIL 2012 Sic 306 17 Le dirigeant lui-même peut être le déclencheur

Plus en détail

REQUETE AUX FINS D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE CONCILIATION (Articles L. 611-6 et R. 611-22 du code de commerce)

REQUETE AUX FINS D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE CONCILIATION (Articles L. 611-6 et R. 611-22 du code de commerce) REQUETE AUX FINS D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE CONCILIATION (Articles L. 611-6 et R. 611-22 du code de commerce) Identification de la personne déposant la demande Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms

Plus en détail

Demande d'ouverture de sauvegarde

Demande d'ouverture de sauvegarde Demande d'ouverture de sauvegarde Identification de la personne déposant la demande Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms : Né(e) le à Nationalité : Situation matrimoniale (en cas de mariage, préciser

Plus en détail

ET AU RENFORCEMENT DE LA TRESORERIE DES ENTREPRISES

ET AU RENFORCEMENT DE LA TRESORERIE DES ENTREPRISES CONVENTION DU MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES, DE LA MEDIATION DU CREDIT ET DES ASSUREURS-CREDIT POUR PARTICIPER AU SOUTIEN DE L'ACTIVITE ECONOMIQUE ET AU RENFORCEMENT DE LA TRESORERIE DES ENTREPRISES

Plus en détail

L assurance Santé des entreprises Des garanties innovantes à moindre coût

L assurance Santé des entreprises Des garanties innovantes à moindre coût L assurance Santé des entreprises Des garanties innovantes à moindre coût L assurance Santé de l entreprise consiste en une garantie financière destinée à accompagner et assister les entreprises en difficulté.

Plus en détail

Plan de soutien à l élevage français

Plan de soutien à l élevage français Plan de soutien à l élevage français MEMENTO Entreprises fragilisées dans le secteur agricole : quels outils pour quelles problématiques? Ce mémento récapitule de façon synthétique les outils existants

Plus en détail

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PROFESSIONNELS

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PROFESSIONNELS Guide PROFESSIONNELS tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 1 La Société financière de la Nef est une société anonyme coopérative à capital variable, à directoire et à conseil de surveillance - Agréée par

Plus en détail

«Pensez REPI pour pérenniser votre entreprise»

«Pensez REPI pour pérenniser votre entreprise» CHEFS D ENTREPRISES «Pensez REPI pour pérenniser votre entreprise» PROGRAMME ACTION PRÉVENTION REPI ENTREPRENEURIAT Emmanuel Imberton, Imberton, Président Président la de CCI la de CCI Lyon de Lyon 02

Plus en détail

Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms : Né(e) le à Nationalité : Domicile : Fonction du dirigeant : Assisté(e) ou représenté(e) 1 par :

Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms : Né(e) le à Nationalité : Domicile : Fonction du dirigeant : Assisté(e) ou représenté(e) 1 par : Demande d'ouverture de sauvegarde accélérée ou de sauvegarde financière accélérée (L. 628-1, R. 628-2, D. 628-3, R. 621-1 et le cas échéant L. 628-9 et R. 628-13 du code de commerce) Identification du

Plus en détail

ENTREPRISES EN DIFFICULTE. Gestion de la crise

ENTREPRISES EN DIFFICULTE. Gestion de la crise ENTREPRISES EN DIFFICULTE Gestion de la crise Gestion de la crise Faire face à la crise. S entourer: sortir de son environnement habituel pour s entourer de professionnels spécialisés: avocats, experts-comptables,

Plus en détail

Pérennité Entreprise I. Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable.

Pérennité Entreprise I. Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable. 1 Pérennité Entreprise I Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable. 2 PERENNITE ENTREPRISE I : Être acteur au moment critique Pour

Plus en détail

La procédure de sauvegarde

La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde est une procédure préventive, dont l objet principal est la prévention et l anticipation de la cessation des paiements d une entreprise. Elle est ouverte

Plus en détail

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011 LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents Mardi 29 novembre 2011 SOMMAIRE Introduction : pourquoi la gestion de la trésorerie est-elle indispensable?

Plus en détail

Fiche pratique : CIDUNATI

Fiche pratique : CIDUNATI CIDUNATI. Fiche pratique : CIDUNATI Titre I : Tribunal de Commerce La procédure de conciliation Une procédure trop méconnue En France une entreprise sur 2 disparaît moins de 5 ans après sa création, les

Plus en détail

Médiation du crédit aux entreprises

Médiation du crédit aux entreprises Médiation du crédit aux entreprises DOSSIER DE PRESSE mai 2015 Sommaire 1. La mission de la Médiation du crédit aux entreprises 3 2. Comment saisir le Médiateur du crédit?.4 3. Les Tiers de confiance de

Plus en détail

Entreprises. Extrait des Conditions Générales de Banque. Tarifs nets en vigueur au 1 er mai 2014 BANQUE ET ASSURANCES

Entreprises. Extrait des Conditions Générales de Banque. Tarifs nets en vigueur au 1 er mai 2014 BANQUE ET ASSURANCES Entreprises Extrait des Conditions Générales de Banque Tarifs nets en vigueur au 1 er mai 2014 BANQUE ET ASSURANCES Le FONCTIONNEMENT DU COMPTE FRAIS DE TENUE DE COMPTE - Commission de tenue de compte

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 ACTUALISÉE : FICHE TECHNIQUE PROCÉDURE DE SAUVEGARDE

LA PRIME. Date FICHE N 10 ACTUALISÉE : FICHE TECHNIQUE PROCÉDURE DE SAUVEGARDE Date 2009 FICHE N 10 ACTUALISÉE : FICHE TECHNIQUE PROCÉDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCÉDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTÉ? LA PRIME La procédure de sauvegarde

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice,

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, PROTOCOLE Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, Le Tribunal de commerce de Paris, représenté par son Président en

Plus en détail

Déclaration de cessation des paiements d une société Demande d'ouverture de redressement judiciaire / liquidation judiciaire

Déclaration de cessation des paiements d une société Demande d'ouverture de redressement judiciaire / liquidation judiciaire Déclaration de cessation des paiements d une société Demande d'ouverture de redressement judiciaire / liquidation judiciaire Société : forme : Lieu du siège social : Numéro SIREN : Activité : Code APE/NAF

Plus en détail

La lettre. La Gestion des comptes clients : les mesures à adopter très vite. Le poste client : l investissement le plus important à l actif du bilan

La lettre. La Gestion des comptes clients : les mesures à adopter très vite. Le poste client : l investissement le plus important à l actif du bilan Dossier : Gestion d entreprise 43 Direction financière à la demande La Gestion des comptes clients : les mesures à adopter très vite La gestion des comptes clients, est-ce seulement le boulot de la compta?

Plus en détail

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS «OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS 18/06/2015 CONTRACTANTS Entre d une part, RESSOURCES, Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 modifiée et ses textes d

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES

CONDITIONS TARIFAIRES CONDITIONS TARIFAIRES Des produits et services proposés par Groupama Banque Applicables au 1 er JANVIER 2015 Clientèle DES PROFESSIONNELS AGRICOLES Des artisans, commerçants et prestataires de services

Plus en détail

S informer sur. Le médiateur de l AMF

S informer sur. Le médiateur de l AMF S informer sur Le médiateur de l AMF 04 Autorité des marchés financiers Le médiateur de l AMF Sommaire Quelle est la mission du médiateur de l AMF? 03 Quelles situations peuvent donner lieu à médiation?

Plus en détail

votre contrat globalliance la notation @rating demander la garantie sur vos clients les réponses à vos demandes de garantie

votre contrat globalliance la notation @rating demander la garantie sur vos clients les réponses à vos demandes de garantie GLOBALLIANCE votre contrat globalliance la notation @rating demander la garantie sur vos clients les réponses à vos demandes de garantie demander la modification de la garantie les modifications de la

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

Une solution de gestion financière de la crise

Une solution de gestion financière de la crise 64EME CONGRES DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES /// NANTES 2009 FICHE PRATIQUE : FACTOR Une solution de gestion financière de la crise Les fiches pratiques de l'ordre des experts-comptables vous donnent

Plus en détail

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ASSURANCE CHANGE EXPORT OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ENVI TYPE 15-01 CONTRAT CONDITIONS GÉNÉRALES SOMMAIRE Préambule page 04 Chapitre I - Définitions page 05 Chapitre II - Principes généraux

Plus en détail

La Médiation du crédit aux entreprises : résultats, tendances, perspectives. Mercredi 9 juin 2010

La Médiation du crédit aux entreprises : résultats, tendances, perspectives. Mercredi 9 juin 2010 La Médiation du crédit aux entreprises : résultats, tendances, perspectives Mercredi 9 juin 2010 1 SOMMAIRE 1. Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises 2. Chiffres clefs 3. Témoignages d

Plus en détail

Insuffisance de fonds propres Mesures fiscales incitatives

Insuffisance de fonds propres Mesures fiscales incitatives Note 1.1 Insuffisance de fonds propres Mesures fiscales incitatives 1) Dispositif Loi TEPA ISF : réduction de 75 % de l investissement au titre de l ISF On peut réduire son ISF au 15 juin 2009 en investissant

Plus en détail

LES OUTILS DE LA RELANCE

LES OUTILS DE LA RELANCE LES OUTILS DE LA RELANCE Dans ce contexte économique difficile, les pouvoirs publics ont mis en place de nombreuses mesures pour soutenir les entreprises et les aider à traverser cette période. Lors des

Plus en détail

REGLEMENT FINANCIER ET CONTRAT DE PRELEVEMENT MENSUEL AUTOMATIQUE. relatif au paiement de la facture d eau et d assainissement. Entre..

REGLEMENT FINANCIER ET CONTRAT DE PRELEVEMENT MENSUEL AUTOMATIQUE. relatif au paiement de la facture d eau et d assainissement. Entre.. DEPARTEMENT D EURE ET LOIR ARRONDISSEMENT DE NOGENT LE ROTROU CANTON DE LA LOUPE REGLEMENT FINANCIER ET CONTRAT DE PRELEVEMENT MENSUEL AUTOMATIQUE relatif au paiement de la facture d eau et d assainissement

Plus en détail

Convention de Portage d Entrepreneurs

Convention de Portage d Entrepreneurs Groupe LABELVIE Siège social : 8, rue de la Justice, 68100, Mulhouse R.C.S. Mulhouse 420 137 747 Convention de Portage d Entrepreneurs ENTRE LES SOUSIGNES : La société Labelvie, Sarl au capital de 50 000,

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration joint au rapport de gestion rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE Le traducteur ou l interprète non salarié doit en permanence veiller à la préservation de ses droits tant dans l établissement de sa relation avec

Plus en détail

DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE SAUVEGARDE

DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE SAUVEGARDE DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE SAUVEGARDE Votre dossier doit être déposé par vous-même au Greffe ou par un avocat ou un mandataire muni d un pouvoir. Un dossier reçu par voie postale n est pas

Plus en détail

Assurez votre créance. Guide de Gestion. En partenariat avec :

Assurez votre créance. Guide de Gestion. En partenariat avec : Assurez votre créance Guide de Gestion En partenariat avec : 1 Préambule Vous venez de souscrire notre contrat "Assurez votre créance" pour assurer une ou plusieurs de vos factures et nous vous remercions

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION

DOSSIER D INFORMATION DOSSIER D INFORMATION PRÉSENTATION DU PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPÉTITIVITÉ ET L EMPLOI Mardi 5 mars 2013, à 9 heures 30 Préfecture de l Ardèche - Salle Jean Moulin CONTACTS PRESSE : Cabinet

Plus en détail

Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur

Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur Ces dispositions ne concernent pas les renouvellements à l identique des mesures de tutelle. Par contre, si

Plus en détail

D) Un pouvoir spécial si le déclarant n est pas le responsable légal de l entreprise (Cf. modèle en annexe 7)

D) Un pouvoir spécial si le déclarant n est pas le responsable légal de l entreprise (Cf. modèle en annexe 7) DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE REDRESSEMENT JUDICIAIRE ou de LIQUIDATION JUDICIAIRE (anciennement dénomée «dépôt de bilan» ou «déclaration de cessation des paiements») Votre dossier doit être déposé

Plus en détail

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Note d information Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Face à l augmentation des difficultés que rencontraient les emprunteurs dans le remboursement de leurs

Plus en détail

Demande d'ouverture d une procédure de sauvegarde pour un commerçant

Demande d'ouverture d une procédure de sauvegarde pour un commerçant Demande d'ouverture d une procédure de sauvegarde pour un commerçant M Né(e) le à Nationalité : Situation matrimoniale : Demeurant : Lieu de l établissement principal : Numéro SIREN : Activité : Code APE/NAF

Plus en détail

Plan comptable des associations et fondations

Plan comptable des associations et fondations Plan comptable des associations et fondations Classe 1 - Comptes de capitaux Classe 2 Comptes d immobilisations Classe 3 Comptes de stocks Classe 4 Comptes de tiers Classe 5 Comptes financiers Classe 6

Plus en détail

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES 1. Le constat : la trésorerie est l une des premières préoccupations des

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2005-1677 du 28 décembre 2005 pris en application de la loi n o 2005-845 du 26 juillet 2005 de sauvegarde des entreprises

Plus en détail

LE référentiel des métiers

LE référentiel des métiers LE référentiel des métiers 2 Le référentiel des métiers de Pôle emploi FILIÈRE RELATION DE SERVICES Métiers MISSIONS ACTIVITÉS COMPÉTENCES Le référentiel des métiers de Pôle emploi 3 4 Le référentiel des

Plus en détail

06/04/2009 ASSURANCE CREDIT CGPME. CGPME Direction des affaires économiques

06/04/2009 ASSURANCE CREDIT CGPME. CGPME Direction des affaires économiques 06/04/2009 CGPME ASSURANCE CREDIT CGPME Direction des affaires économiques SOMMAIRE - Chronologie des actions CGPME - Propositions CGPME - Présentation des dispositifs CAP et CAP+ - Propositions faites

Plus en détail

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé Loi1901.com présente : Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé (Prenant en compte les nouvelles dispositions du règlement N 99-01 du 16 février 1999 relatif aux modalités d établissement des comptes

Plus en détail

ne restez pas seuls face à vos difficultés!

ne restez pas seuls face à vos difficultés! Pour plus d informations : www.tribunauxdecommerce.fr www.cngtc.fr www.infogreffe.fr www.service-public.fr www.redressement-productif.gouv.fr www.cip-national.fr ENTREPRENEURS ne restez pas seuls face

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS Un bien meuble incorporel est un bien qui n a pas d existence matérielle. C est un bien impalpable (ex : une somme d argent, les parts d une société). En France, il existe différents types de saisies de

Plus en détail

Direction générale des entreprises

Direction générale des entreprises Direction générale des entreprises Service de l'action territoriale, européenne et internationale S-D de la réindustrialisation et des restructurations d'entreprises MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES

Plus en détail

D)- un pouvoir spécial si le déclarant n'est pas le responsable légale de l'entreprise (Cf. modèle en annexe 7)

D)- un pouvoir spécial si le déclarant n'est pas le responsable légale de l'entreprise (Cf. modèle en annexe 7) DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE REDRESSEMENT JUDICIAIRE ou DE LIQUIDATION JUDICIAIRE (anciennement dénommée «dépôt de bilan» ou «déclaration de cessation des paiements») Votre dossier doit être

Plus en détail

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers?

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Elsa Aubert Direction des relations avec les épargnants Le 16 novembre 2011 2 Plan de la présentation I Auprès de qui réclamer? 1. L interlocuteur

Plus en détail

OFFRE DE FINANCEMENT

OFFRE DE FINANCEMENT OFFRE DE FINANCEMENT ENTREPRISES EN DEVELOPPEMENT P.3 Financement de la Balance Clients (en TTC) P.3 Financement en Invoice Discounting (en TTC) P.4 Financement des Créances Commerciales (en TTC) P.5 Financement

Plus en détail

Professionnels Extrait des Conditions Générales de Banque

Professionnels Extrait des Conditions Générales de Banque Professionnels Extrait des Conditions Générales de Banque Tarifs nets en vigueur au 1 er mai 2014 LA BANQUE AU QUOTIDIEN OFFRES GROUPÉES DE SERVICES Offres de services groupés qui peuvent être achetés

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps GENERALI assurances Société Anonyme d Assurances Au capital de 53 193 775 EUR Entièrement versé. Entreprise régie par le code des Assurances Siège social : 7, boulevard Haussmann 75456 Paris Cedex 09 552

Plus en détail

CONTRAT DE DOMICILIATION

CONTRAT DE DOMICILIATION Entre les soussignés OPSI INFORMATIQUE 31-33, Rue Etienne RICHERAND 69003 Lyon Désignée ci-après sous la dénomination «CENTRAL OFFICE» et représenté par Monsieur Philippe SCHEIN. d une part, Et, Forme

Plus en détail

LIVRET D ÉPARGNE SALARIALE

LIVRET D ÉPARGNE SALARIALE LIVRET D ÉPARGNE SALARIALE Tout ce que vous devez savoir sur les dispositifs d épargne salariale 2 - Tout ce que vous devez savoir sur les dispositifs d épargne salariale Sommaire Les dispositifs de participation

Plus en détail

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Le Comité Consultatif du Secteur Financier L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Lucien Bernadine Secrétariat général du Comité consultatif du secteur financier Vendredi 21 mars

Plus en détail

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) SEPTEMBRE 2014 ENTREPRENEURS N 16 FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Plus en détail

Dossier. Formalités et Procédures judiciaires. Déposer une déclaration de cessation des paiements. Contient :

Dossier. Formalités et Procédures judiciaires. Déposer une déclaration de cessation des paiements. Contient : Dossier Formalités et Procédures judiciaires Contient : Notice «demande d ouverture d une procédure de redressement ou de liquidation judiciaires» Note succincte «redressement judiciaire» Note succincte

Plus en détail

TARIFS CLIENTS PARTICULIERS Au 15 avril 2015

TARIFS CLIENTS PARTICULIERS Au 15 avril 2015 TARIFS CLIENTS PARTICULIERS Au 15 avril 2015 EXTRAIT STANDARD DES TARIFS Les tarifs ci-dessous sont hors offre groupée de services (package) et hors promotion ou tarif spécifique à une partie de la clientèle.

Plus en détail

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT 5 CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS Les comptes financiers enregistrent les mouvements de valeurs en espèces, chèques, ainsi que les opérations faites avec le Trésor, les banques et les établissements financiers.

Plus en détail

Gwendoline Aubourg Les droits du locataire

Gwendoline Aubourg Les droits du locataire Gwendoline Aubourg Les droits du locataire Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3538-4 Chapitre 6 Les litiges De nombreux litiges peuvent vous opposer à votre propriétaire. Le principal d entre eux concerne

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2014-736 du 30 juin 2014 pris pour l application de l ordonnance n o 2014-326 du 12 mars 2014 portant réforme de la prévention

Plus en détail

CONDITIONS & TARIFS des opérations et services bancaires aux Particuliers et Associations de Proximité applicables à compter du 1 er AVRIL 2015

CONDITIONS & TARIFS des opérations et services bancaires aux Particuliers et Associations de Proximité applicables à compter du 1 er AVRIL 2015 CONDITIONS & TARIFS des opérations et services bancaires aux Particuliers et Associations de Proximité applicables à compter du 1 er AVRIL 2015 EXTRAIT STANDARD DES TARIFS Les tarifs ci-dessous s entendent

Plus en détail

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER REMARQUES PRELIMINAIRES Les ménages n ont pas d obligation de tenir une comptabilité. En revanche, d une part, certaines situations liées à un état de dépendance

Plus en détail

PROTOCOLE DE COLLABORATION COMMERCIALE TOUTES BRANCHES

PROTOCOLE DE COLLABORATION COMMERCIALE TOUTES BRANCHES PROTOCOLE DE COLLABORATION COMMERCIALE TOUTES BRANCHES Entre la société FLEXITRANS, ayant tous pouvoirs à cet effet. 6 rue blaise pascal 66000 PERPIGNAN RCS PERPIGNAN 499 808 566 Ci après dénommé la Société,

Plus en détail

Formation 12. Lutter contre les impayés. Formation + modèle de contrat. Module 1 : LES OUTILS POUR CONNAITRE LA SOLVABILITE DES CLIENTS

Formation 12. Lutter contre les impayés. Formation + modèle de contrat. Module 1 : LES OUTILS POUR CONNAITRE LA SOLVABILITE DES CLIENTS Formation 12 Lutter contre les impayés. Formation + modèle de contrat. Module 1 : LES OUTILS POUR CONNAITRE LA SOLVABILITE DES CLIENTS A - LES OUTILS INTERNES DE L'ENTREPRISE 1 - Le service commercial

Plus en détail

REGLEMENT FINANCIER ET CONTRAT DE PRELEVEMENT AUTOMATIQUE (POUR LE REGLEMENT DES FACTURES D'EAU)

REGLEMENT FINANCIER ET CONTRAT DE PRELEVEMENT AUTOMATIQUE (POUR LE REGLEMENT DES FACTURES D'EAU) M A I R I E D E REPUBLIQUE FRANCAISE Seyne-les-Alpes ALPES DE HAUTE PROVENCE : 04.92.35.00.42 : 04.92.35.18.98 : mairie@seynelesalpes.fr EXEMPLAIRE CLIENT (à conserver) REGLEMENT FINANCIER ET CONTRAT DE

Plus en détail

Procédures Questionnement Réponses apportées Recommandations et avis de l IT CCAPEX

Procédures Questionnement Réponses apportées Recommandations et avis de l IT CCAPEX En association avec PREFET DU RHÔNE Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées du Rhône 2012 2015 Commission de coordination des actions de prévention des expulsions locatives

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE. Les présentes conditions visent à répondre aux impératifs de l article L441-6 du Code de Commerce.

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE. Les présentes conditions visent à répondre aux impératifs de l article L441-6 du Code de Commerce. CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE Les présentes conditions visent à répondre aux impératifs de l article L441-6 du Code de Commerce. Elles se conforment aux obligations faites par la Loi du 4 août 2008 sur

Plus en détail

Le suivi des règlements clients. Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009

Le suivi des règlements clients. Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009 Le suivi des règlements clients Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009 SOMMAIRE La mise en relation des parties La facturation Les délais de règlement Le paiement

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES La convention de compte de dépôt en devise, ci-après dénommée la «Convention», se compose des présentes Conditions Générales, des Conditions Particulières et des Conditions tarifaires applicables à la

Plus en détail

Délibération n 2008-35 Conseil d administration de la CGLLS 33 ème séance du 17 décembre 2008

Délibération n 2008-35 Conseil d administration de la CGLLS 33 ème séance du 17 décembre 2008 Délibération n 2008-35 Conseil d administration de la CGLLS 33 ème séance du 17 décembre 2008 relative aux modalités d octroi des garanties accordées par la CGLLS Le conseil d'administration, Vu les articles

Plus en détail

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS RECLAMATION & MEDIATION «BNP Paribas Personal Finance» veille à apporter à ses clients la meilleure qualité de service. Toutefois,

Plus en détail

Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté. 1 er juillet 2014

Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté. 1 er juillet 2014 Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté 1 er juillet 2014 Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté 2 S O M M A I R E PAGES Contexte 3 Rappel des différentes procédures existantes

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD Adresse : 1 bis place de la Banque 21042 DIJON CEDEX Tél : 03 80 59 26 00 Fax : 03 80 50 14 75 Mail : tg21.contact@cp.finances.gouv.fr

Plus en détail

Entre : - Le Professionnel (raison sociale) [ ] numéro SIREN adresse du siège social numéro d habilitation numéro d agrément

Entre : - Le Professionnel (raison sociale) [ ] numéro SIREN adresse du siège social numéro d habilitation numéro d agrément MINISTERE DE L'INTÉRIEUR MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE ET DES FINANCES CONVENTION D AGRÉMENT EN VUE DE LA PERCEPTION DES TAXES ET DE LA REDEVANCE DUES SUR LES CERTIFICATS D IMMATRICULATION DES VÉHICULES À MOTEUR

Plus en détail

OTRT : Office Tchadien de Régulation des Télécommunications. Contrat de Bureau d enregistrement

OTRT : Office Tchadien de Régulation des Télécommunications. Contrat de Bureau d enregistrement REPUBLIQUE DU TCHAD Unité - Travail - Progrès REPUBLIQUE DU TCHAD Unité - Travail - Progrès OTRT : Office Tchadien de Régulation des Télécommunications Contrat de Bureau d enregistrement Contrat de Bureau

Plus en détail

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation La référence pour maîtriser votre risque Guide de référence de la cotation MARS 2015 Sommaire 1. LA COTATION : UN PROCESSUS D APPRÉCIATION DE LA SITUATION FINANCIÈRE DES ENTREPRISES 1 1.1. POURQUOI LA

Plus en détail

Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002. Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes

Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002. Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes Tribunal de première instance de Bruxelles Jugement du 8 juin 2005 Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002 Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes Arrêt

Plus en détail

CONDITIONS SPECIFIQUES DE VENTE POUR LES PROFESSIONNELS

CONDITIONS SPECIFIQUES DE VENTE POUR LES PROFESSIONNELS 1/6 CONDITIONS SPECIFIQUES DE VENTE POUR LES PROFESSIONNELS Les présentes conditions spécifiques dérogent aux conditions générales de vente des prestations Courrier-Colis de La Poste 1, lesquelles restent

Plus en détail

Conditions Tarifaires Février 2015

Conditions Tarifaires Février 2015 Conditions Tarifaires Février 2015-1- Le présent document contractuel détaille les Conditions Tarifaires applicables aux opérations et aux services les plus courants de la clientèle, dont notamment les

Plus en détail

Crédits. Trésorerie, Financement, Création et Rachat d entreprise... Des solutions de crédit pointues et adaptées à vos besoins!

Crédits. Trésorerie, Financement, Création et Rachat d entreprise... Des solutions de crédit pointues et adaptées à vos besoins! Pour en savoir plus sur les solutions CRÉDITS du Crédit Mutuel, appelez votre conseiller au : Connaissez-vous Bail-Immo-Nord? Filiale spécialisée dans le Crédit Bail Immobilier, Bail Immo Nord vous apporte

Plus en détail

Avec mes fournisseurs, je préfère être bien accompagné et régler mes litiges à l amiable.

Avec mes fournisseurs, je préfère être bien accompagné et régler mes litiges à l amiable. Avec mes fournisseurs, je préfère être bien accompagné et régler mes litiges à l amiable. Avec les juristes d Allianz 70 % des litiges trouvent une solution à l amiable. Protection Juridique Une assurance

Plus en détail

GUIDE DE TARIFICATION. Tarifs en vigueur au 2 janvier 2014

GUIDE DE TARIFICATION. Tarifs en vigueur au 2 janvier 2014 GUIDE DE TARIFICATION Tarifs en vigueur au 2 janvier 2014 monabanq. est l un des leaders français de la banque en ligne depuis 15 ans. Elle a été la première banque 100% en ligne à proposer une gamme bancaire

Plus en détail

APRE Aide Personnalisée de Retour à l Emploi

APRE Aide Personnalisée de Retour à l Emploi . APRE Aide Personnalisée de Retour à l Emploi Règlement d attribution & Mode d emploi Seine-Maritime page 1 Préambule Considérant que les bénéficiaires du RMI avaient parfois besoin d être soutenus financièrement

Plus en détail

sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE

sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE Ouverture, transformation, clôture 4 Relevés de compte 4 Tenue de compte 4 Services en agence 4-5 BANQUE À DISTANCE

Plus en détail