L essentiel du cours 2014/2015 Terminale S Spécialité Maths, Lycée Français de Valence

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L essentiel du cours 2014/2015 Terminale S Spécialité Maths, Lycée Français de Valence"

Transcription

1 L essentiel du cours 2014/2015 Terminale S Spécialité Maths, Lycée Français de Valence Sommaire 1. Arithmétique Division euclidienne Congruences PGCD, Bézout, Gauss Équations diophantiennes Chiffrements Nombres premiers Matrices Opérations Systèmes linéaires Puissances de matrices carrées Suites et matrices Marches aléatoires Logique et raisonnement Démontrer qu une proposition est fausse Implication Équivalence Unicité Double inclusion Disjonction de cas Raisonnement par récurrence Par l absurde /11

2 1. Arithmétique Division euclidienne Théorème 1. Soit a un entier relatif et b un entier naturel non nul. Il existe un unique couple d entiers (q,r) tels que a = bq +r avec 0 r < b C est le théorème central de l arithmétique. À connaître par cœur Congruences À retenir : a b[n] lorsque a et b ont le même reste dans la division euclidienne par n. a b[n] si et seulement si a b est divisible par n. a b[n] si et seulement si il existe un entier k tel que a = b+kn. Les congruences sont stables par addition, soustraction et multiplication. En d autres termes, Si a b[n] et a b [n], alors : a + a b + b [n]; a a b b [n]; aa bb [n] et, pour tout k N, a k b k [n] Par contre, pas de division! Par exemple, si 2n 2[4], on ne peut pas écrire que n 1[4]. Il suffit de prendre n = 3 pour s en convaincre... Mais, lorsque an k[b] et a et b sont premiers entre eux, le théorème de Bézout nous assure l existence de u et v tels que au+bv = 1 et on a donc au 1[b]. On dit que a et u sont inverses modulo b. On peut donc écrire an k[b] uan uk[b] n uk[b]. Par exemple, 2n 2[5] 6n 6[5] n 1[5]. Ce principe est utilisé, entre autres, pour le décodage d un chiffrement affine. Il peut se généraliser aux systèmes de congruences (cf chiffrement de Hill). 2/11

3 Quelques applications des congruences : Montrer que a est divisible par b revient à montrer que a 0[b]. Déterminer le chiffre des unités d un nombre n revient à déterminer le reste de n modulo 10. (chiffre des unités de ?) Démontrer des critères de divisibilité en écrivant des entiers en base 10. (abc = a b c 10 0 ). Étudier par exemple les restes de 2 n modulo 7 pour tout n, à l aide d un tableau. Une relation de congruence permet de partitionner l ensemble des entiers relatifs, ce qui est utile pour raisonner par disjonction de cas. Par exemple, la relation de congruence modulo 2 partage les entiers en deux familles disjointes : les pairs et les impairs PGCD, Bézout, Gauss Le PGCD de deux entiers peut se déterminer à l aide de l algorithme d Euclide. C est le dernier reste non nul de la suite des divisions successives. À retenir : Si D = PGCD(a;b) alors il existe u et v tels que au+bv = D (égalité de Bézout). a et b sont premiers entre eux si et seulement si il existe u et v tels que au + bv = 1 (théorème de Bézout). On peut déterminer un tel couple en remontant l algorithme d Euclide. Exemple 1. Déterminer un couple d entiers (u,v) tel que 21u+26v = 1 Algorithme d Euclide : 26 = = = D où : 1 = = 21 ( ) 4 = ( 4). On a donc (u,v) = (5, 4) On peut aussi utiliser l algorithme d Euclide étendu que nous avons programmé sur la calculatrice Équations diophantiennes Ce sont des équations dans Z. Il faut connaître la méthode de résolution d une équation diophantienne du type ax + by = c. Celle-ci ne peut avoir de solution que si PGCD(a;b) c. 3/11

4 Résolution de l équation (E) : ax+by = d où d = PGCD(a;b). 1 Recherche d une solution particulière : On détermine une relation de Bézout. On trouve donc deux entiers x 0 et y 0 tels que ax 0 +by 0 = d. 2 On écrit : { ax+by =d ax 0 +by 0 =d Si (x,y) solution de (E) alors a(x x 0 )+b(y y 0 ) = 0 (*) soit a b(y y 0 ). 3 On utilise le théorème de Gauss : Puisque a et b sont premiers entre eux, alors a y y 0 donc y s écrit y = y 0 +ka avec k Z. 4 On injecte cette valeur dans (*) et on trouve a(x x0 )+bka = 0 x = x 0 kb. 5 On vérifie que de tels couples (x;y) sont solutions de (E) 6 On écrit S = {(x0 kb;y 0 +ka);k Z} Chiffrements Chiffrement de César : f : x x+b 1 On code la lettre par un entier 0 x 25 suivant le principe : A 0;B 1;...;Z On calcule f(x) = x+b modulo 26 (on ajoute la clef b à x puis on prend le reste modulo 26). 3 On associe une lettre à f(x) Faiblesse : Ce chiffrement peut être décodé facilement à l aide d une analyse de fréquence : on repère la lettre qui apparaît le plus dans le message codé, elle correspond au E. Cela permet de trouver la clef b puis on décode en appliquant la fonction g(x) = x b x+(26 b)[26]. Le chiffrement de Vigenère rend l analyse de fréquences bien plus difficile. Chiffrement affine : f : x ax+b avec PGCD(a;26) = 1 1 On code la lettre par un entier 0 x 25 suivant le principe : A 0;B 1;...;Z On calcule f(x) modulo On associe une lettre à f(x) Pour décoder, (c est-à-dire trouver la fonction de décodage connaissant la fonction de codage)on détermine l inverse de a modulo 26 grâce au théorème de Bézout (voir plus haut). On peut aussi résoudre un système de deux équations avec congruences 4/11

5 en écrivant les relations de congruences obtenues en codant deux lettres distinctes. Chiffrement de Hill : On code les lettres par blocs de 2 (ou plus). Le bloc ( ) x sera codé en y ( ) x selon le principe suivant : { ax+by x [26] cx+dy y [26] ( )( ) ( a b x x Ce système peut aussi s écrire sous forme matricielle c d y y ( ) a b Le cas favorable est lorsque la matrice A = a une inverse dans Z, c d c est-à-dire lorsqu elle ( ) est de déterminant ( ) ±1. x x On obtient alors A y 1 y [26] ce qui permet de décoder. En effet, multiplier par une matrice à coefficients dans Z est stable avec les congruences puisqu on n effectue que des multiplications et des additions Nombres premiers À retenir : Un nombre est premier s il admet exactement deux diviseurs : 1 et luimême. Tout entier non premier n admet un diviseur premier p tel que p n. Si p premier divise un produit de facteurs, alors il divise l un de ces facteurs. Si p premier divise un produit de facteurs premiers, alors p est l un de ces facteurs premiers. Tout entier se décompose de manière unique en produit de facteurs premiers. Ne pas confondre "premiers entre eux" et premier. Deux nombres premiers distincts sont premiers entre eux, alors que la réciproque est évidemment fausse (4 et 9). La décomposition en produit de facteurs premiers d un entier permet de connaître les diviseurs de ce nombre et donc le nombre de diviseurs de ce nombre. Par exemple, 300 = Les diviseurs de 300 sont donc de la forme 2 i 3 j 5 k avec i = 0;1;2, j = 0;1 et k = 0;1;2. Il y en a donc a 18 diviseurs. y ) [26]. 5/11

6 2. Matrices Opérations On définit une addition sur les matrices de même dimension. Cette addition vérifie les mêmes propriétés que l addition des réels. On définit la multiplication par un réel en multipliant tous les cœfficients de la matrice par ce réel. On définit ensuite la soustraction en posant A B = A +( 1) B. Il s ensuit que toute matrice a une matrice opposée et que l élément neutre (le zéro des matrices) est la matrice dont tous les cœfficients sont nuls. On définit également une multiplication qui est plus subtile : On ne peut multiplier deux matrices que si le nombre de colonnes de la première matrice est égal au nombres de lignes de la seconde. ("(n,p) (p,m) = (n,m)") Le cas où les matrices sont carrés est le plus courant. Cette multiplication n est pas commutative c est-à-dire que AB BA en général. Ceci implique que certaines propriétés de la multiplication des réels ne sont plus valables (identités remarquables etc...). Soyons vigilants! Certaines matrices carrées sont inversibles. Dans ce cas, l inverse de A est notée A 1. C est l unique matrice vérifiant A A 1 = A 1 A = I. (Dans la pratique pour vérifier que B est l inverse de A, il suffit de vérifier l une des égalités AB = I ou BA = I. La matrice identité (ou unité) d ordre n, notée I n, est la matrice dont tous les( termes ) diagonaux sont égaux à 1 et les autres sont nuls. a b Si A =, alors A est inversible si et seulement si ad bc 0. c d ( ) Le réelad bc s appelle le déterminant dea. De plus,a 1 1 d b =. ad bc c a Pour les dimensions supérieures, on a recours à la calculatrice pour calculer l inverse Systèmes linéaires On peut écrire tout système linéaire denéquations àninconnues sous la forme AX = B où A est une matrice carrée d ordre n, X une matrice colonne d ordre n (matrice des inconnues x 1,x 2,...x n ) et B une matrice colonne d ordre n. Le systèmeax = B admet une solution unique si et seulement siaest inversible. Dans ce cas, la solution est X = A 1 B. 6/11

7 2. 3. Puissances de matrices carrées Par convention A 0 = I, pour toute matrice carrée A. Voici deux méthodes rencontrées pour déterminer A n pour tout n N : On calcule à la main les premières puissances de A puis on conjecture une expression pour A n. On démontre ensuite cette conjecture par récurrence. On nous donne deux matrices P (inversible) et D (diagonale) telles que A = PDP 1 (on dit que A est diagonalisable). Dans ce cas, une récurrence immédiate nous donne : A n = PD n P 1 Remarque : Le calcul de P et D n est pas au programme. Ces matrices seront donc données dans l énoncé. Le logiciel Xcas permet de calculer ces matrices, si elles existent, à l aide de la commande jordan(a) Suites et matrices Les matrices permettent d étudier des suites définies par des relations de récurrence plus complexes que celles vues dans le tronc commun. Soit (u n ) la suite de Fibonacci définie par u 0 = 1, u 1 = 1 et u n+2 = u n+1 +u n, pour tout n N. ( ) ( ) un 1 On pose pour tout entier n, U n =. On a donc : U u 0 =. n+1 1 ( ) 0 1 En posant A =, on peut écrire U 1 1 n+1 = AU n. Soient deux suites numériques { couplées(u n ) et(v n ) définies pour toutn N un+1 = 2u par : u 0 = 2, v 0 = 4 et n 3v n + 1 v n+1 = u n + 5v n 4 ( ) ( ) ( ) un En posant A =, B =, U n =, on peut écrire : v n U n+1 = AU n +B. 1 Suites du type Un+1 = AU n : La relation U n = A n U 0 permet, comme dans le cas des suites géométriques réelles, d obtenir une définition explicite de (U n ). On est donc ramené à déterminera n (voir précédemment) et ceci permet aussi d étudier la convergence. 2 Suites du type Un+1 = AU n +B : On peut écrire un algorithme pour calculer les termes successifs d une telle suite. Par exemple, pour calculer U 10 : 7/11

8 U_0 reçoit...(initialisation) Pour i allant de 1 à 10: U reçoit AU_0+B U_0 reçoit U FinPour Afficher U Pour étudier la convergence, on introduit une suite auxiliaire (comme pour les suites arithmético-géométriques réelles). Pour cela, on détermine une matrice L telle que L = AL+B (seul candidat pour la limite) puis on pose V n = U n L. Ces calculs sont guidés dans les exercices! On montre alors que V n+1 = AV n ce qui permet de "remonter" à U n Marches aléatoires L étude des marches aléatoires fait intervenir des graphes, des probabilités, des suites, des matrices. Exemple d une marche aléatoire à deux états : 1 p A p q ( ) 1 p q On définit la matrice de transition par : M =. p 1 q C est la matrice carrée M = (m ij ) dont le coefficient m ij est la probabilité de transition du sommet j vers le sommet i. ("départ en colonne, arrivée en ligne"). Tous les coefficients appartiennent à[0; 1] et, pour chaque colonne, la somme des coefficients est 1. Pour n N, on note a n et b n les probabilités que le système soit respectivement dans l état A et dans ( l état ) B après n pas. On a alors a n +b n = 1. an La matrice colonnep n = est appelée état de la marche aléatoire b n après n pas. P 0 est appelé état initial. Pour n N,P n+1 = MP n et P n = M n P 0. On dit que la marche aléatoire converge si la suite (P n ) est convergente. Dans ce cas, elle converge nécessairement vers un état stable P vérifiant P = MP. On peut déterminer l état stable en résolvant le système P = MP d inconnues a n,b n avec la condition a n +b n = 1. 1 q B 8/11

9 L existence d un état stable n entraîne pas nécessairement la convergence de la marche aléatoire. Cela peut dépendre de l état initial P 0. Cependant, pour une marche aléatoire à deux états, il y a toujours convergence et cela indépendamment de l état initial. Dans la plupart des exercices, la matrice P n est une matrice colonne. Cependant, on peut aussi la définir comme une matrice ligne. Dans ce cas, la matrice de transition est la matrice M = (m ij ) dont le coefficient m ij est la probabilité de transition du sommet i vers le sommet j. ("départ en ligne, arrivée en colonne") et l on a P n+1 = P n M. 3. Logique et raisonnement Voici un récapitulatif des différents types de raisonnement que nous avons rencontrés cette année : 3.1. Démontrer qu une proposition est fausse On trouve un contre-exemple. Exemple : Toute suite strictement croissante tend vers +. C est faux car la suite (1 1 ) tend vers 1. n Implication A = B veut dire "A implique B" ou encore "si A alors B". On dit aussi que B est une condition nécessaire pour A : pour que A soit réalisée, il faut que B le soit aussi. Par exemple, une condition nécessaire pour qu il pleuve est qu il y ait des nuages (Il pleut = il y a des nuages). Mais cette condition n est pas suffisante (Il peut y avoir des nuages sans qu il ne pleuve). Pour démontrer que A implique B on peut aussi raisonner par contraposée c est-à-dire démontrer que nonb implique nona. Par exemple, pour démontrer que si le produit de deux entiers naturels est impair alors ces deux entiers sont impairs, on peut démontrer que si l un des deux entiers est pair alors leur produit est pair Équivalence A B veut dire "A est équivalent à B" ou encore "A si et seulement si B". On dit aussi que B est une condition nécessaire et suffisante pour A : pour que A soit réalisée, il faut et il suffit que B le soit. Pour démontrer une équivalence, on peut démontrer deux implications. Par exemple, pour démontrer A B, on doit démontrer A = B et B = A. 9/11

10 Dans certains cas, on peut aussi raisonner par équivalence. C est ce que l on fait en général lorsqu on résout des équations. (3x+2 = 0 x = 2 3 ). Lorsque l on résout des équations avec des congruences, c est plus délicat : Exemple : Résoudre dans Z, 2x 0[3] : Si 2x 0[3], alors il existe k Z tel que 2x = 3k. On a donc 2 3k et, d après le théorème de Gauss, 2 k. Donc, il existe m Z tel que k = 2m. D où 2x = 6m et x = 3m. On a raisonné par implication et montré que si 2x 0[3] alors x 0[3]. Réciproquement, si x 0[3] alors 2x 0[3]. On peut donc écrire 2x 0[3] x 0[3]. D une manière générale, il est conseillé d utiliser le symbole à bon escient, c est-à-dire de s assurer que l on peut bien "aller dans les deux sens" à chaque fois qu on l écrit Unicité Pour démontrer l unicité d un objet vérifiant certaines conditions, la méthode générale consiste à supposer qu il existe un autre objet satisfaisant les mêmes conditions. On parvient à montrer que ce dernier objet est égal au précédent. Exemple : Démontrons que l inverse d une matrice A inversible est unique. Supposons qu il existe B telle que AB = I. En multipliant les deux membres par A 1, on a : A 1 AB = A 1 I soit B = A Double inclusion Pour démontrer que deux ensembles E et F sont égaux, on peut raisonner par double inclusion c est-à-dire monter que E F puis F E. Pour démontrer que E F, on prend un élément quelconque de E et on montre qu il est dans F Disjonction de cas On utilise le raisonnement par disjonction de cas lorsqu on dispose d une partition d un ensemble qui permet de balayer tous les cas possibles. Ce raisonnement est souvent utilisé avec les congruences. Par exemple, si n désigne un entier naturel, démontrer que n(n+2)(n+4) est divisible par 3. On considère les trois cas : n 0[3], n 1[3], n 2[3]. 10/11

11 3.7. Raisonnement par récurrence Il est utilisé pour démontrer des propriétés vérifiées par tout entier naturel n. Il faut raisonner en trois étapes (Initialisation, Hérédité, Conclusion). Exemple : Si A = PDP 1 avec D diagonale alors A n = PD n P 1, n N. Initialisation : Il s agit ici de démontrer une égalité. Attention à la présentation! Pour n = 0, on a A 0 = I et PD 0 P 1 = PIP 1 = I donc A 0 = PD 0 P 1 (On calcule séparément les deux membres). Hérédité : Il peut être utile d écrire la proposition à démontrer : P(n) : A n = PD n P 1. On suppose que P(k) est vraie pour un entier k et on montre qu alors P(k +1) est vraie. A k+1 = A A k = PDP 1 PD k P 1 = PDD k P 1 = PD k+1 P 1 (Bien noter où l hypothèse de récurrence intervient). Conclusion : D après le principe de récurrence, la propriété est vraie pour tout entier naturel n. Attention à ne pas utiliser à outrance le raisonnement par récurrence et envisager parfois un raisonnement direct Par l absurde Le raisonnement par l absurde consiste à supposer que la propriété à démontrer est fausse et à aboutir à une absurdité. Voir par exemple la démonstration de l infinitude des nombres premiers. Exemple : Démontrer que 2 est irrationnel. On suppose que 2 = p q avec p q irréductible c est-à-dire p et q premiers entre eux. Si 2 = p p2 q alors 2 = q et 2q 2 = p 2. p 2 est donc pair et donc p aussi (car le carré 2 d un impair est impair (2k +1) 2 =...). Il existe donc a N tel que p = 2a. On a alors : 2q 2 = p 2 = 4a 2 soit q 2 = 2a 2. Ceci prouve que q 2 est aussi pair donc q aussi. On a donc montré que p et q sont pairs. C est absurde puisqu on a supposé p et q premiers entre eux. Notre hypothèse de départ était donc fausse ce qui prouve que 2 est irrationnel. Ce document a été élaboré pour les élèves de TS spécialité maths du lycée français de Valence. Pour toute erreur ou omission, ou pour obtenir le code source L A TEX, merci de me contacter à l adresse dufourg. ent-lfval. net. 11/11

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

1 Définition et premières propriétés des congruences

1 Définition et premières propriétés des congruences Université Paris 13, Institut Galilée Département de Mathématiques Licence 2ème année Informatique 2013-2014 Cours de Mathématiques pour l Informatique Des nombres aux structures Sylviane R. Schwer Leçon

Plus en détail

Cours d arithmétique Première partie

Cours d arithmétique Première partie Cours d arithmétique Première partie Pierre Bornsztein Xavier Caruso Pierre Nolin Mehdi Tibouchi Décembre 2004 Ce document est la première partie d un cours d arithmétique écrit pour les élèves préparant

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Raisonnement par récurrence Suites numériques

Raisonnement par récurrence Suites numériques Chapitre 1 Raisonnement par récurrence Suites numériques Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Raisonnement par récurrence. Limite finie ou infinie d une suite.

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

avec des nombres entiers

avec des nombres entiers Calculer avec des nombres entiers Effectuez les calculs suivants.. + 9 + 9. Calculez. 9 9 Calculez le quotient et le rest. : : : : 0 :. : : 9 : : 9 0 : 0. 9 9 0 9. Calculez. 9 0 9. : : 0 : 9 : :. : : 0

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

Logique. Plan du chapitre

Logique. Plan du chapitre Logique Ce chapitre est assez abstrait en première lecture, mais est (avec le chapitre suivant «Ensembles») probablement le plus important de l année car il est à la base de tous les raisonnements usuels

Plus en détail

Chapitre 2. Matrices

Chapitre 2. Matrices Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Chapitre 2 Matrices Emmanuel Royer emmanuelroyer@mathuniv-bpclermontfr Ce texte mis gratuitement à votre disposition a été rédigé grâce

Plus en détail

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé Chapitre 2 Eléments pour comprendre un énoncé Ce chapitre est consacré à la compréhension d un énoncé. Pour démontrer un énoncé donné, il faut se reporter au chapitre suivant. Les tables de vérité données

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 7 août 204 Enoncés Probabilités sur un univers fini Evènements et langage ensembliste A quelle condition sur (a, b, c, d) ]0, [ 4 existe-t-il une probabilité P sur

Plus en détail

Exo7. Calculs de déterminants. Fiche corrigée par Arnaud Bodin. Exercice 1 Calculer les déterminants des matrices suivantes : Exercice 2.

Exo7. Calculs de déterminants. Fiche corrigée par Arnaud Bodin. Exercice 1 Calculer les déterminants des matrices suivantes : Exercice 2. Eo7 Calculs de déterminants Fiche corrigée par Arnaud Bodin Eercice Calculer les déterminants des matrices suivantes : Correction Vidéo ( ) 0 6 7 3 4 5 8 4 5 6 0 3 4 5 5 6 7 0 3 5 4 3 0 3 0 0 3 0 0 0 3

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

Résolution de systèmes linéaires par des méthodes directes

Résolution de systèmes linéaires par des méthodes directes Résolution de systèmes linéaires par des méthodes directes J. Erhel Janvier 2014 1 Inverse d une matrice carrée et systèmes linéaires Ce paragraphe a pour objet les matrices carrées et les systèmes linéaires.

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques DEUG MIAS premier niveau Cours de mathématiques année 2003/2004 Guillaume Legendre (version révisée du 3 avril 2015) Table des matières 1 Éléments de logique 1 1.1 Assertions...............................................

Plus en détail

Baccalauréat ES Polynésie (spécialité) 10 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat ES Polynésie (spécialité) 10 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat ES Polynésie (spécialité) 10 septembre 2014 Corrigé A. P. M. E. P. Exercice 1 5 points 1. Réponse d. : 1 e Le coefficient directeur de la tangente est négatif et n est manifestement pas 2e

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Triangle de Pascal dans Z/pZ avec p premier

Triangle de Pascal dans Z/pZ avec p premier Triangle de Pascal dans Z/pZ avec p premier Vincent Lefèvre (Lycée P. de Fermat, Toulouse) 1990, 1991 1 Introduction Nous allons étudier des propriétés du triangle de Pascal dans Z/pZ, p étant un nombre

Plus en détail

UNIVERSITE IBN ZOHR Faculté des sciences Agadir. Filière SMA & SMI. Semestre 1. Module : Algèbre 1

UNIVERSITE IBN ZOHR Faculté des sciences Agadir. Filière SMA & SMI. Semestre 1. Module : Algèbre 1 UNIVERSITE IBN ZOHR Faculté des sciences Agadir Filière SMA & SMI Semestre 1 Module : Algèbre 1 Année universitaire : 011-01 A. Redouani & E. Elqorachi 1 Contenu du Module : Chapitre 1 : Introduction Logique

Plus en détail

6. Les différents types de démonstrations

6. Les différents types de démonstrations LES DIFFÉRENTS TYPES DE DÉMONSTRATIONS 33 6. Les différents types de démonstrations 6.1. Un peu de logique En mathématiques, une démonstration est un raisonnement qui permet, à partir de certains axiomes,

Plus en détail

Correction du baccalauréat S Liban juin 2007

Correction du baccalauréat S Liban juin 2007 Correction du baccalauréat S Liban juin 07 Exercice. a. Signe de lnx lnx) : on fait un tableau de signes : x 0 e + ln x 0 + + lnx + + 0 lnx lnx) 0 + 0 b. On afx) gx) lnx lnx) lnx lnx). On déduit du tableau

Plus en détail

Baccalauréat L spécialité, Métropole et Réunion, 19 juin 2009 Corrigé.

Baccalauréat L spécialité, Métropole et Réunion, 19 juin 2009 Corrigé. Baccalauréat L spécialité, Métropole et Réunion, 19 juin 2009 Corrigé. L usage d une calculatrice est autorisé Durée : 3heures Deux annexes sont à rendre avec la copie. Exercice 1 5 points 1_ Soit f la

Plus en détail

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée.

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée. ANALYSE 5 points Exercice 1 : Léonie souhaite acheter un lecteur MP3. Le prix affiché (49 ) dépasse largement la somme dont elle dispose. Elle décide donc d économiser régulièrement. Elle a relevé qu elle

Plus en détail

Baccalauréat ES/L Métropole La Réunion 13 septembre 2013 Corrigé

Baccalauréat ES/L Métropole La Réunion 13 septembre 2013 Corrigé Baccalauréat S/L Métropole La Réunion 13 septembre 2013 Corrigé A. P. M.. P. XRCIC 1 Commun à tous les candidats Partie A 1. L arbre de probabilité correspondant aux données du problème est : 0,3 0,6 H

Plus en détail

Eteindre. les. lumières MATH EN JEAN 2013-2014. Mme BACHOC. Elèves de seconde, première et terminale scientifiques :

Eteindre. les. lumières MATH EN JEAN 2013-2014. Mme BACHOC. Elèves de seconde, première et terminale scientifiques : MTH EN JEN 2013-2014 Elèves de seconde, première et terminale scientifiques : Lycée Michel Montaigne : HERITEL ôme T S POLLOZE Hélène 1 S SOK Sophie 1 S Eteindre Lycée Sud Médoc : ROSIO Gauthier 2 nd PELGE

Plus en détail

FONDEMENTS DES MATHÉMATIQUES

FONDEMENTS DES MATHÉMATIQUES FONDEMENTS DES MATHÉMATIQUES AYBERK ZEYTİN 1. DIVISIBILITÉ Comment on peut écrire un entier naturel comme un produit des petits entiers? Cette question a une infinitude d interconnexions entre les nombres

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET TOUT E QU IL FUT SVOIR POUR LE REVET NUMERIQUE / FONTIONS eci n est qu un rappel de tout ce qu il faut savoir en maths pour le brevet. I- Opérations sur les nombres et les fractions : Les priorités par

Plus en détail

108y= 1 où x et y sont des entiers

108y= 1 où x et y sont des entiers Polynésie Juin 202 Série S Exercice Partie A On considère l équation ( ) relatifs E :x y= où x et y sont des entiers Vérifier que le couple ( ;3 ) est solution de cette équation 2 Déterminer l ensemble

Plus en détail

Mathématiques Algèbre et géométrie

Mathématiques Algèbre et géométrie Daniel FREDON Myriam MAUMY-BERTRAND Frédéric BERTRAND Mathématiques Algèbre et géométrie en 30 fiches Daniel FREDON Myriam MAUMY-BERTRAND Frédéric BERTRAND Mathématiques Algèbre et géométrie en 30 fiches

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

Nombres premiers. Comment reconnaître un nombre premier? Mais...

Nombres premiers. Comment reconnaître un nombre premier? Mais... Introduction Nombres premiers Nombres premiers Rutger Noot IRMA Université de Strasbourg et CNRS Le 19 janvier 2011 IREM Strasbourg Definition Un nombre premier est un entier naturel p > 1 ayant exactement

Plus en détail

Chapitre 3. Mesures stationnaires. et théorèmes de convergence

Chapitre 3. Mesures stationnaires. et théorèmes de convergence Chapitre 3 Mesures stationnaires et théorèmes de convergence Christiane Cocozza-Thivent, Université de Marne-la-Vallée p.1 I. Mesures stationnaires Christiane Cocozza-Thivent, Université de Marne-la-Vallée

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe le nombre ax + b

a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe le nombre ax + b I Définition d une fonction affine Faire l activité 1 «une nouvelle fonction» 1. définition générale a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la Programmation Linéaire. 5 . Introduction Un programme linéaire s'écrit sous la forme suivante. MinZ(ou maxw) =

Plus en détail

Rappels sur les suites - Algorithme

Rappels sur les suites - Algorithme DERNIÈRE IMPRESSION LE 14 septembre 2015 à 12:36 Rappels sur les suites - Algorithme Table des matières 1 Suite : généralités 2 1.1 Déition................................. 2 1.2 Exemples de suites............................

Plus en détail

Quelques tests de primalité

Quelques tests de primalité Quelques tests de primalité J.-M. Couveignes (merci à T. Ezome et R. Lercier) Institut de Mathématiques de Bordeaux & INRIA Bordeaux Sud-Ouest Jean-Marc.Couveignes@u-bordeaux.fr École de printemps C2 Mars

Plus en détail

Baccalauréat ES Pondichéry 7 avril 2014 Corrigé

Baccalauréat ES Pondichéry 7 avril 2014 Corrigé Baccalauréat ES Pondichéry 7 avril 204 Corrigé EXERCICE 4 points Commun à tous les candidats. Proposition fausse. La tangente T, passant par les points A et B d abscisses distinctes, a pour coefficient

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre :

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre : Terminale STSS 2 012 2 013 Pourcentages Synthèse 1) Définition : Calculer t % d'un nombre, c'est multiplier ce nombre par t 100. 2) Exemples de calcul : a) Calcul d un pourcentage : Un article coûtant

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Extrait du poly de Stage de Grésillon 1, août 2010

Extrait du poly de Stage de Grésillon 1, août 2010 MINI-COURS SUR LES POLYNÔMES À UNE VARIABLE Extrait du poly de Stage de Grésillon 1, août 2010 Table des matières I Opérations sur les polynômes 3 II Division euclidienne et racines 5 1 Division euclidienne

Plus en détail

Petit lexique de calcul à l usage des élèves de sixième et de cinquième par M. PARCABE, professeur au collège Alain FOURNIER de BORDEAUX, mars 2007

Petit lexique de calcul à l usage des élèves de sixième et de cinquième par M. PARCABE, professeur au collège Alain FOURNIER de BORDEAUX, mars 2007 Petit lexique de calcul à l usage des élèves de sixième et de cinquième par M. PARCABE, professeur au collège Alain FOURNIER de BORDEAUX, mars 2007 page 1 / 10 abscisse addition additionner ajouter appliquer

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites. Les pages qui suivent comportent, à titre d exemples, les questions d algèbre depuis juillet 003 jusqu à juillet 015, avec leurs solutions. Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 août 2015 Enoncés 1 Proailités sur un univers fini Evènements et langage ensemliste A quelle condition sur (a,, c, d) ]0, 1[ 4 existe-t-il une proailité P sur

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE

COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE Le cours de la première année concerne les sujets de 9ème et 10ème années scolaires. Il y a bien sûr des différences puisque nous commençons par exemple par

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions Formes quadratiques Imen BHOURI 1 Ce cours s adresse aux étudiants de niveau deuxième année de Licence et à ceux qui préparent le capes. Il combine d une façon indissociable l étude des concepts bilinéaires

Plus en détail

Angles orientés et trigonométrie

Angles orientés et trigonométrie Chapitre Angles orientés et trigonométrie Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Trigonométrie Cercle trigonométrique. Radian. Mesure d un angle orienté, mesure principale.

Plus en détail

Premiers exercices d Algèbre. Anne-Marie Simon

Premiers exercices d Algèbre. Anne-Marie Simon Premiers exercices d Algèbre Anne-Marie Simon première version: 17 août 2005 version corrigée et complétée le 12 octobre 2010 ii Table des matières 1 Quelques structures ensemblistes 1 1.0 Ensembles, relations,

Plus en détail

Cours d analyse numérique SMI-S4

Cours d analyse numérique SMI-S4 ours d analyse numérique SMI-S4 Introduction L objet de l analyse numérique est de concevoir et d étudier des méthodes de résolution de certains problèmes mathématiques, en général issus de problèmes réels,

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercice 1 On considére le sous-espace vectoriel F de R formé des solutions du système suivant : x1 x 2 x 3 + 2x = 0 E 1 x 1 + 2x 2 + x 3

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

Le théorème de Perron-Frobenius, les chaines de Markov et un célèbre moteur de recherche

Le théorème de Perron-Frobenius, les chaines de Markov et un célèbre moteur de recherche Le théorème de Perron-Frobenius, les chaines de Markov et un célèbre moteur de recherche Bachir Bekka Février 2007 Le théorème de Perron-Frobenius a d importantes applications en probabilités (chaines

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010

Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010 Université de Provence Introduction à l Informatique Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010 Année 2009-10 Aucun document n est autorisé Les exercices peuvent être traités dans le désordre.

Plus en détail

Simulation de variables aléatoires

Simulation de variables aléatoires Chapter 1 Simulation de variables aléatoires Références: [F] Fishman, A first course in Monte Carlo, chap 3. [B] Bouleau, Probabilités de l ingénieur, chap 4. [R] Rubinstein, Simulation and Monte Carlo

Plus en détail

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Recherche opérationnelle Les démonstrations et les exemples seront traités en cours Souad EL Bernoussi Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Table des matières 1 Programmation

Plus en détail

Définition : On obtient les nombres entiers en ajoutant ou retranchant des unités à zéro.

Définition : On obtient les nombres entiers en ajoutant ou retranchant des unités à zéro. Chapitre : Les nombres rationnels Programme officiel BO du 8/08/08 Connaissances : Diviseurs communs à deux entiers, PGCD. Fractions irréductibles. Opérations sur les nombres relatifs en écriture fractionnaire.

Plus en détail

Programmation linéaire et Optimisation. Didier Smets

Programmation linéaire et Optimisation. Didier Smets Programmation linéaire et Optimisation Didier Smets Chapitre 1 Un problème d optimisation linéaire en dimension 2 On considère le cas d un fabricant d automobiles qui propose deux modèles à la vente, des

Plus en détail

Correction du baccalauréat ES/L Métropole 20 juin 2014

Correction du baccalauréat ES/L Métropole 20 juin 2014 Correction du baccalauréat ES/L Métropole 0 juin 014 Exercice 1 1. c.. c. 3. c. 4. d. 5. a. P A (B)=1 P A (B)=1 0,3=0,7 D après la formule des probabilités totales : P(B)=P(A B)+P(A B)=0,6 0,3+(1 0,6)

Plus en détail

Problème 1 : applications du plan affine

Problème 1 : applications du plan affine Problème 1 : applications du plan affine Notations On désigne par GL 2 (R) l ensemble des matrices 2 2 inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O, I, J). Les coordonnées

Plus en détail

III- Raisonnement par récurrence

III- Raisonnement par récurrence III- Raisonnement par récurrence Les raisonnements en mathématiques se font en général par une suite de déductions, du style : si alors, ou mieux encore si c est possible, par une suite d équivalences,

Plus en détail

Représentation d un entier en base b

Représentation d un entier en base b Représentation d un entier en base b 13 octobre 2012 1 Prérequis Les bases de la programmation en langage sont supposées avoir été travaillées L écriture en base b d un entier est ainsi défini à partir

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

INTRODUCTION À L ANALYSE FACTORIELLE DES CORRESPONDANCES

INTRODUCTION À L ANALYSE FACTORIELLE DES CORRESPONDANCES INTRODUCTION À L ANALYSE FACTORIELLE DES CORRESPONDANCES Dominique LAFFLY Maître de Conférences, Université de Pau Laboratoire Société Environnement Territoire UMR 5603 du CNRS et Université de Pau Domaine

Plus en détail

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10.

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. A1 Trouvez l entier positif n qui satisfait l équation suivante: Solution 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. En additionnant les termes du côté gauche de l équation en les mettant sur le même dénominateur

Plus en détail

MATHÉMATIQUES DISCRÈTES (4) CRYPTOGRAPHIE CLASSIQUE

MATHÉMATIQUES DISCRÈTES (4) CRYPTOGRAPHIE CLASSIQUE MATHÉMATIQUES DISCRÈTES (4) CRYPTOGRAPHIE CLASSIQUE Michel Rigo http://www.discmath.ulg.ac.be/ Année 2007 2008 CRYPTOGRAPHIE. N. F. Art d écrire en chiffres ou d une façon secrète quelconque. Ensemble

Plus en détail

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats)

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) On cherche à modéliser de deux façons différentes l évolution du nombre, exprimé en millions, de foyers français possédant un téléviseur à écran plat

Plus en détail

Chapitre VI - Méthodes de factorisation

Chapitre VI - Méthodes de factorisation Université Pierre et Marie Curie Cours de cryptographie MM067-2012/13 Alain Kraus Chapitre VI - Méthodes de factorisation Le problème de la factorisation des grands entiers est a priori très difficile.

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE. EQUATIONS DIFFERENTIELLES.

CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE. EQUATIONS DIFFERENTIELLES. CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE EQUATIONS DIFFERENTIELLES Le but de ce chapitre est la résolution des deux types de systèmes différentiels linéaires

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2012 OBLIGATOIRE MATHÉMATIQUES. Série S. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2012 OBLIGATOIRE MATHÉMATIQUES. Série S. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2012 MATHÉMATIQUES Série S Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE Les calculatrices électroniques de poche sont autorisées, conformément à la

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

CORRIGE LES NOMBRES DECIMAUX RELATIFS. «Réfléchir avant d agir!»

CORRIGE LES NOMBRES DECIMAUX RELATIFS. «Réfléchir avant d agir!» Corrigé Cours de Mr JULES v3.3 Classe de Quatrième Contrat 1 Page 1 sur 13 CORRIGE LES NOMBRES DECIMAUX RELATIFS. «Réfléchir avant d agir!» «Correction en rouge et italique.» I. Les nombres décimaux relatifs.

Plus en détail

Compter à Babylone. L écriture des nombres

Compter à Babylone. L écriture des nombres Compter à Babylone d après l article de Christine Proust «Le calcul sexagésimal en Mésopotamie : enseignement dans les écoles de scribes» disponible sur http://www.dma.ens.fr/culturemath/ Les mathématiciens

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La licence Mathématiques et Economie-MASS de l Université des Sciences Sociales de Toulouse propose sur les trois

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Feuille TD n 1 Exercices d algorithmique éléments de correction

Feuille TD n 1 Exercices d algorithmique éléments de correction Master Sciences, Technologies, Santé Mention Mathématiques, spécialité Enseignement des mathématiques Algorithmique et graphes, thèmes du second degré Feuille TD n 1 Exercices d algorithmique éléments

Plus en détail

Fibonacci et les paquerettes

Fibonacci et les paquerettes Fibonacci et les paquerettes JOLY Romain & RIVOAL Tanguy Introduction Quand on entend dire que l on peut trouver le nombre d or et la suite de Fibonacci dans les fleurs et les pommes de pin, on est au

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

Exercices types Algorithmique et simulation numérique Oral Mathématiques et algorithmique Banque PT

Exercices types Algorithmique et simulation numérique Oral Mathématiques et algorithmique Banque PT Exercices types Algorithmique et simulation numérique Oral Mathématiques et algorithmique Banque PT Ces exercices portent sur les items 2, 3 et 5 du programme d informatique des classes préparatoires,

Plus en détail

Exercices sur le chapitre «Probabilités»

Exercices sur le chapitre «Probabilités» Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Pour démarrer Exercices sur le chapitre «Probabilités» Exercice 1 (Modélisation d un dé non cubique) On considère un parallélépipède rectangle de

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé.

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. I- ACTIVITES NUMERIQUES (12 points) Exercice 1 (3 points) On considère

Plus en détail