ASSOCIATION TUNISIENNE DU CAPITAL INVESTISSEMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ASSOCIATION TUNISIENNE DU CAPITAL INVESTISSEMENT"

Transcription

1 ASSOCIATION TUNISIENNE DU CAPITAL INVESTISSEMENT Juin 2011

2 PLAN Les Chiffres clés des acteurs Tunisiens Du Capital Investissement Approbations: Participations libérées: Participations libérées par cadre juridique Participations libérées par cadre de financement Levée de Fonds Évolution des désinvestissements Évolution des Tickets Moyens ANNEXES Liste des répondants 2

3 Pé Préambule La présente enquête sur les statistiques d'activité des années 2007, 2008, 2009 et 2010 a été conduite par l'atic qui a recueilli et traité les données transmises par les sociétés de Capital Investissement ayant répondu de manière strictement confidentielle fd aux questionnaires d enquête. Le taux de réponse était de 72% (28 réponses /42 membres dont 39 actifs) représentant plus de 94% des ressources des opérateurs membres de l association, permettant ainsi de cerner d une façon précise l activité du capital investissement. Aucune vérification spécifique n a été effectuée en matière d exhaustivité ou d exactitude des informations et données communiquées par les membres. Dans ces conditions, l'atic ne pourra être tenue responsable de l'usage qui pourrait être fait par un tiers des données du rapport ci après. Plusieurs axes d analyse ont été retenus, à savoir: Les approbations et les investissements par année et en cumulé; Une analyse par type d opérateur et par stade d investissement; Un focus sur les zones de développement régionales; Une analyse des ressources cumulées par type d opérateur; L évolution des désinvestissements; Une analyse du ticket moyen aussi bien en termes d évolution dévolution que par type d opérateur. 3

4 PLAN Les Chiffres clés des acteurs Tunisiens Du Capital Investissement Approbations: Participations libérées: Participations libérées par cadre juridique Participations libérées par cadre de financement Levée de Fonds Évolution des désinvestissements Évolution des Tickets Moyens ANNEXES Liste des répondants 4

5 Une légère régression des approbations malgré une évolution positive des indicateurs économiques Nombre de de projets approuvés* Montants Approbations des projets en montant approuvés (Mn DT)* en M.D % 4% 3% 5% ,6 189,2 179,5 Cumul Cumul Une légère régression du nombre de projets approuvés, en nombre et en montant, sur les trois dernières années. Ceci contraste avec le taux de croissance du PIB à prix constant (+4.6% en 2008; +3.1% en 2009 et +3.7% en 2010) et la croissance des investissement en volume dans le pays (+14.8% en 2008; +9.3% en 2009 et +8.3% en 2010). * Cumul au 31/12/2007 versus des additions brutes pour les années ultérieures. 5

6 Prépondérance des SICAR, surtout bancaires, dans le financement des projets de capital risque et de développement Analyse des approbations cumulées à fin 2010 Cumul % 2% 49% Répartition 6% 9% 6% 79% En termes d approbations, jusqu au 31/12/2010, le capital risque et le capital Développement (extensions) ont représenté 91% de l activité des opérateurs du capital investissement. SICAR Régionales SICAR de Groupes SICAR Bancaires FONDS Les SICAR Bancaires ont représenté, en cumulé, 56% de l activité capital risque et 79% de l activité capital développement. 42% Répartition 56% 6% 7% 31% LesSICAR régionales ont représenté31% de l activité capital risque et 6% de l activité capital développement. Les FCPR et Fonds d amorçage ont représenté7% de l activitécapital capital risque et 9% de l activité développement. Capital Risque (Création/Amorçage) Capital Transmission (LBO) Capital Développement (Extension) Capital Retournement SICAR Régionales SICAR de Groupes SICAR Bancaires FONDS Autres 6

7 Perte de terrain du capital risque à la faveur du capital développement Analyse des approbations brutes par année (Mn DT) 101,6 92,8 90, ,3 81,1 0,15 0,7 0,4 0 0, Capital Risque (Création/Amorçage) Capital Développement (Extension) Capital Retournement Autres Quasiment aucune opération de retournement et de transmission approuvée en 2009 et 2010, malgré un amendement de la législation (loi de finances pour l exercice 2009). Accroissement relatif entre 2008 et 2010 des approbations du capital développement en montant versus un décroissement en termes de capital risque. 52,5% Répartition des approbations brutes en 2009 et ,5% 55% 45% Malgré les efforts du gouvernement pour la création des entreprises, les approbations en termes de capital risque perdent 2.5 pts en 2010 au profit des approbation des opération de capital développement. Capital Risque Capital Développement Capital Risque Capital Développement 7

8 PLAN Les Chiffres clés des acteurs Tunisiens Du Capital Investissement Approbations: Participations libérées: Participations libérées par cadre juridique Participations libérées par cadre de financement Levée de Fonds Évolution des désinvestissements Évolution des Tickets Moyens ANNEXES Liste des répondants 8

9 Une régression du montant des investissements en 2010 malgré une légère augmentation du nombre de projets financés. Nombre de projets en M.D Investissements en nombre de lignes de participation* Investissements Montants en investis montant en (Mn M.D DT)* ,1 +36% +2% +71% 208,6 18% Cumul Cumul Une croissance du nombre des investissements réalisés en 2009 et Une importante évolution des investissements en montant en 2009 suivie d une régression observée en Le ticket moyen passe ainsi de 0.831mn DT en 2009 à 0.665mn DT en La régression des investissements réalisés par les opérateurs de Capital Investissement contraste avec le taux de croissance du PIB à prix constant (+4.6% en 2008; +3.1% en 2009 et +3.7% en 2010) et la croissance des investissement dans le pays en volume (+14.8% en 2008; +9.3% en 2009 et +8.3% en 2010). 9 * Cumul au 31/12/2007 versus des additions brutes pour les années ultérieures.

10 Les SICAR bancaires comptent pour environ 2/3 des investissements réalisés Structure des investissements par opérateur entre 2008 et % 6% 10% 58% 14% 9% 6% 71% 16% 5% 12% 67% 5% 12% 16% 67% SICAR Régionales SICAR Bancaires SICAR de Groupes FONDS A partir de 2009, les SICAR Bancaires représentent, en brut, plus de 2/3 de l activité du capital investissement. Les SICAR de groupe ont perdu environ 10 points de part de marché durant les deux dernières années. Les SICAR Régionales ont regagné 6 points en 2010 pour atteindre une part de marché de 12%. Une part de marché en baisse des FCPR et Fonds d amorçage qui s établit à 5% en

11 A fin 2010 en cumulé, les SICAR bancaires ont financé plus de 60% des projets de Capital Risque et Capital Développement Analyse des investissements cumulés par cadre juridique à fin % 6% 8% 4% 2% 7% Répartition Capital Développ. 49% 81% Autres Capital Retournement SICAR Régionales SICAR de Groupes SICAR Bancaires FONDS Capital Transmission (LBO) 5% 16% Capital Développement (Extension) Capital Risque (Création/Amorçage) 42% Répartition Capital Risque 29% 50% SICAR Régionales SICAR de Groupes SICAR Bancaires FONDS En termes d investissements cumulés à fin 2010, le capital risque et le capital Développement ont représenté 91% de l activité des opérateurs du CI. Les SICAR Bancaires ont investi davantage en Développement qu en création: Elles ont représenté, en cumulé, 50% de l activité capital risque et 81% de l activité capital développement. La focalisation des SICARRé Régionales sur le capital risque en termes d investissement: t Elles ont représenté té16% de l activité ité capital risque versus 4% seulement de l activité capital développement. Les FCPR et Fonds d amorçage ont représenté 5% de l activité capital risque et 8% de l activité développement. Les SICAR de groupe ont financé 29% des investissements en capital risque versus 7% en termes de développement. 11

12 89% des investissements dans les ZDR en 2010 sont réalisés par les SICAR bancaires Investissements annuels en ZDR entre 2008 et 2010 Investissements annuels en NTIC entre 2008 et ,8 48,3 +23% 59,5 +53% 91,2 7,4 +113% 64% 5, Structure des montants investis en ZDR par opérateur en Structure des montants investis en NTIC par opérateur en % 1% 8% 14% 1% 3% 82% 89% SICAR Régionales SICAR Bancaires SICAR Régionales SICAR Bancaires SICAR de Groupes FONDS SICAR de Groupes FONDS Une nette évolution des montants investis en ZDR entre 2008 et 2010 (23% en 2009 et 53% en 2010). Une évolution des montants investis en NTIC de 114% en 2009 puis une régression de 64% en Les participations des SICAR bancaires sont prépondérantes avec 89% dans les ZDR et 82% dans les NTIC 12

13 Plus de 80% des investissements cumulés au 31/12/2010 réalisés dans les ZDR ont été financés par les SICAR Bancaires Analyse des investissements cumulés par cadre de financement à fin 2010 Cumul % 2% 4% Autres (Libres) 10% Difficulté 18% NTIC Mise à Niveau PME FOPRODI ZDR 7% 35% Répartition des Participations dans les ZDR 3%1% 83% SICAR Régionales SICAR de Groupes 13% SICAR Bancaires FONDS Les investissements dans les ZDR, affichant une allure ascendante entre 2008 et 2010, ont représenté 35% du total investissement cumulé à fin Une faible participation dans les NTIC avec seulement 4% du total investi. Les investissements dans les PME et FOPRODI représentent ensemble 25% du total investi. La répartition des investissements cumulés au 31/12/2010, affiche une nette prépondérance des SICAR bancaires avec 83%. 13

14 PLAN Les Chiffres clés des acteurs Tunisiens Du Capital Investissement Approbations: Participations libérées: Participations libérées par cadre juridique Participations libérées par cadre de financement Levée de Fonds Évolution des désinvestissements Évolution des Tickets Moyens ANNEXES Liste des répondants 14

15 58% d évolution des ressources entre 2008 et 2010, avec un cumul de MD Évolution des Ressources des opérateurs (MD) Analyse du cumul des Ressources brutes par opérateur % 9% 704 6% 66% Cumul l Cumul l2010 SICAR Régionales SICAR de Groupes SICAR Bancaires FONDS Ressources des opérateurs (Capital+Fonds) en MD Dotation nette en MD Une progression nette du total des ressources des opérateurs du CI, avec un total cumulé qui dépasse les 1.1 MD en Les SICAR bancaires détiennent 66% du total des fonds cumulés à fin 2010, suivies des FONDS/FCPR avec 19% du total des fonds. 15

16 PLAN Les Chiffres clés des acteurs Tunisiens Du Capital Investissement Approbations: Participations libérées: Participations libérées par cadre juridique Participations libérées par cadre de financement Levée de Fonds Évolution des désinvestissements Évolution des Tickets Moyens ANNEXES Liste des répondants 16

17 Malgré une amélioration en 2010, la part des désinvestissements en % des investissements bruts reste limitée à 25% Évolution annuelle des désinvestissements (MD) Évolution des Investissements bruts (MD) ,6 58,4 32% +91% +12% 39 43, Désinvestissements/Investissements bruts cumulés Cumul Cumul 2010 Investissements (MD) Dotation nette (MD) ) lais de récupération (an ,40 11,74 23,25 24,30 Dé Le TCMA des désinvestissements t sur les 3 dernières années est de 11% largement tinférieur i à celui ides investissements t qui est de 20%. Le délais de récupération (désinvestissements/investissements bruts cumulés) a été ramené à ans (soit une amélioration de 7 ans) en 2008, il a augmenté ensuite à 24.7 en

18 PLAN Les Chiffres clés des acteurs Tunisiens Du Capital Investissement Approbations: Participations libérées: Participations libérées par cadre juridique Participations libérées par cadre de financement Levée de Fonds Évolution des désinvestissements Évolution des Tickets Moyens ANNEXES Liste des répondants 18

19 Un ticket moyen sur les trois dernières années avoisinant les 700md Évolution du nombre des investissements par opérateur entre 2008 et Total: Total:257 Total: Analyse des Tickets moyens par opérateur (en MD) Ticket moyen 2009: 831 m.d Ticket moyen 2010: 665 m.d Ticket moyen 2008: 660 m.d , , , ,3 995,6 1052, , ,5 157,2 578,2 SICAR Régionales SICAR Bancaires SICAR de Groupes FONDS 0 SICAR Régionales SICAR Bancaires SICAR de Groupes FONDS Les SICAR Régionales représentent de loin les tickets moyens les moins élevés. Le ticket moyen passe ainsi de 0.831mn DT en 2009 à 0.665mn DT en 2010, soit à peu près le même niveau que de

20 Pi Principaux i enseignements Les ressources mobilisées (fonds et capital) continuent de progresser selon un taux soutenu (TCMA sur les trois dernières années de 15%) pour atteindre 1, milliards TND environ en 2010; les SICAR bancaires comptent pour environ 66% des ressources cumulées à fin Le Capital Investissement en Tunisie a financé jusqu à fin 2010 plus de 1700 entreprises pour un volume cumulé de participations brutes de plus de 1 Milliard de dinars. Si le nombre d entreprises soutenues est en progression, les montants investis sont en recul en 2010; Ceci contraste avec le taux de croissance du PIB et la croissance des investissement dans le pays. Un recul dans le volume des investissements en 2010 lié à la rigidité de la réglementation entourant le capital investissement et à la détérioration du climat des affaires. L effort d investissement t se concentre toujours sur la création éti et le développement des entreprises (91% des investissements). A l inverse, les opérations de transmission et de retournement sont quasi absentes. Les SICAR bancaires comptent pour environ 67% des investissements réalisés en 2010 pour atteindre un niveau d investissements cumulés d environ 60% à la même date. 20

21 Pi Principaux i enseignements La part des investissements en capital risque en montant a perdu du terrain en 2010 à la faveur du capital développement ( 2.5%): 55% pour le capital développement en 2010 versus 45% pour le capital risque. Les investissements dans les ZDR représentent environ 35% des investissements cumulés à fin 2010; Les SICAR bancaires comptent pour plus de 80% de ce montant. Les investissements dans les nouvelles technologies ne représentent que 4% des investissements cumulés à fin Les opérations de désinvestissements, en termes relatifs (par rapport au cumul des participations) après une amélioration en 2008, sont en repli de près de 4.3 points jusqu à Ainsi, le délai de récupération des investissements est passé de 18.4 ans en 2007 à 23.3 ans en 2010 (très supérieur à la moyenne théorique qui est de 8 ans); Ceci implique que les conditions de sortie demeurent très difficiles. Le ticket moyen sur les trois dernières années tourne autour de 700mD; les SICAR régionales présentent les tickets les plus faibles (environ 220mD). 21

22 PLAN Les Chiffres clés des acteurs Tunisiens Du Capital Investissement Approbations: Participations libérées: Participations libérées par cadre juridique Participations libérées par cadre de financement Levée de Fonds Évolution des désinvestissements Évolution des Tickets Moyens ANNEXES Liste des répondants 22

23 Liste des répondants Membres ayant répondu à l étude: SICAR Régionales: SIDCO SICAR SODINO SICAR FRDCM SODIS SICAR SICAR Bancaires: ATD SICAR STB SICAR SICAR AVENIR SICAR INVEST INTERNATIONAL SICAR ATTIJARI SICAR SIM SICAR SIP SICAR UNIVERS INVEST SICAR SICAR Amen SICAR de Groupes: TUNINVEST SICAR TUNISIE SICAR TUNINVEST INTERNATIONAL SICAR TUNINVEST INNOVATION SICAR SPPI DIVA SICAR SODICAB SICAR COTIF SICAR HERMES CONSEIL FONDS/FCPR: UGFS NORTH AFRICA ACP SAGES CAPITAL TUNINVEST INTERNATIONAL LIMITED MPEF I, MPEF II & AFRICINVEST L ATIC remercie vivement l ensemble lensemble des membres ayant participé à l enquête pour le temps consacré et les efforts fournis pour la communication des informations constituant la base des analyses développées é dans le cadre de ce rapport 23

Atelier sur la stratégie de compétitivité et du Développement du Secteur Privé. Mécanismes de financement de l entreprise en Tunisie

Atelier sur la stratégie de compétitivité et du Développement du Secteur Privé. Mécanismes de financement de l entreprise en Tunisie République Tunisienne Ministère des Finances Atelier sur la stratégie de compétitivité et du Développement du Secteur Privé Mécanismes de financement de l entreprise en Tunisie Zouari Maher Directeur de

Plus en détail

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne»

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne» «accelerateur de croissance de l economie tunisienne» Note conceptuelle LE MOT DU PRESIDENT Le Capital-Investissement - ou Private Equity - est un des moteurs du financement de l économie réelle et du

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

Le capital-investissement et son développement en France. Réunion Union des Banques Maghrébines Alger 14 & 15 novembre 2007

Le capital-investissement et son développement en France. Réunion Union des Banques Maghrébines Alger 14 & 15 novembre 2007 Le capital-investissement et son développement en France Réunion Union des Banques Maghrébines Alger 14 & 15 novembre 2007 Paul THOLLY Paul THOLLY SIGEFI P.E. (Groupe Siparex) Managing Partner Agenda 1/

Plus en détail

sofipaca UNIVERSITE D ORAN ES SENIA Michel POURCELOT 17-18 FEVRIER 2007 1

sofipaca UNIVERSITE D ORAN ES SENIA Michel POURCELOT 17-18 FEVRIER 2007 1 sofipaca UNIVERSITE D ORAN ES SENIA Michel POURCELOT 17-18 FEVRIER 2007 1 1 GENERALITES SUR LE CAPITAL INVESTISSEMENT LE CAPITAL DEVELOPPEMENT ET LE CAPITAL TRANSMISSION 17-18 FEVRIER 2007 2 2 DEFINITIONS

Plus en détail

CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013

CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013 CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013 1 SOMMAIRE 00. CONJONCTURE ÉCONOMIQUE 2012 : RAPPEL DES FAITS MARQUANTS 01. LE MARCHÉ DU CAPITAL INVESTISSEMENT L organisation du marché : les principaux acteurs Les grands

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Comment ouvrir son capital à. investisseurs.

Comment ouvrir son capital à. investisseurs. Comment ouvrir son capital à des investisseurs? Introduction La vie d une entreprise et son développement connaîtront de nombreuses étapes qui constitueront pour son actionnaire dirigeant autant d occasions

Plus en détail

LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE?

LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE? LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE? Anne CHATAURET Volet Interfaçage QU EST-CE QU UNE PLATEFORME INITIATIVE? 2 Les «Plateformes

Plus en détail

Création de Fonds Communs de Placement à Risque

Création de Fonds Communs de Placement à Risque LA RÉGION SOUTIENT LES ENTREPRISES LOCALES Création de Fonds Communs de Placement à Risque Pour mieux accompagner la création d entreprise, pour soutenir sa croissance et faciliter sa reprise DOSSIER DE

Plus en détail

Performance nette du Capital Investissement en France à fin 2007. Le 16 septembre 2008

Performance nette du Capital Investissement en France à fin 2007. Le 16 septembre 2008 Performance nette du Capital Investissement en France à fin 2007 1 Le 1 septembre 2008 Définition du TRI Net Définition du Taux de Rendement Interne (TRI) Le TRI est le taux d actualisation qui annule

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

En collaboration avec :

En collaboration avec : 2 ème Edition des Journées Comment Entreprendre au Cameroun? Organisée par : & Strategie de financement des PME par le Capital Investissement Aurore Bahounoui Vice president - ECP Bureau de Douala En collaboration

Plus en détail

Présentation d Helix international

Présentation d Helix international 31 ème Congrès international de l Ordre des Experts Comptable de Tunisie En partenariat avec «Développement économique : modèle et gouvernance de la décentralisation» Sfax, les 17 et 18 septembre 2014

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Le Capital Investissement au Maroc : AtiitéC Activité, Croissance et tperformance Année 2012

Le Capital Investissement au Maroc : AtiitéC Activité, Croissance et tperformance Année 2012 Le Capital Investissement au Maroc : AtiitéC Activité, Croissance et tperformance Année 2012 Mars 2013 1 Sommaire Environnement économique international et national Caractéristiques des sociétés de gestion

Plus en détail

DELIBERATION N CR 31-14

DELIBERATION N CR 31-14 1 CR 31-14 DELIBERATION N CR 31-14 DU 20 JUIN 2014 RENFORCER ET SPÉCIALISER LA GAMME RÉGIONALE D'INVESTISSEMENT EN FONDS PROPRES : FONDS NUMERIQUE, SILVER ECONOMIE ET ILE-DE- FRANCE CAPITAL 2 LE CONSEIL

Plus en détail

CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013 CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013. 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél.

CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013 CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013. 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013 CAPITAL INVESTISSEMENT ÉTUDE 2013 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 Le périmètre de cette étude comprend : tous les fonds

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

http://www.sage.fr/documents/bdc/fiches/05/8/kb16772.html

http://www.sage.fr/documents/bdc/fiches/05/8/kb16772.html Page 1 of 6 Gestion de la Prévoyance pour la DADS-U La gestion de la prévoyance pour la DADS-U Introduction En DADS-U, la notion de prévoyance regroupe les institutions de prévoyance, les mutuelles affiliés

Plus en détail

Banque Européenne. pour la Reconstruction et le Développement. Tunisie

Banque Européenne. pour la Reconstruction et le Développement. Tunisie Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement Tunisie Marie-Alexandra Veilleux Chef du Bureau de la BERD en Tunisie Sommaire 1. à la BERD 2. Les opérations de la BERD 3. 25 avril 2014 Banque

Plus en détail

CONVENTION REGISTRE - BUREAU D ENREGISTREMENT

CONVENTION REGISTRE - BUREAU D ENREGISTREMENT CONVENTION REGISTRE - BUREAU D ENREGISTREMENT Entre les soussignés : L Agence Tunisienne d Internet, sise à 13, avenue Jugurtha 1002 Tunis, Tunisie, Matricule Fiscal n 539698L/A/M000 et représentée par

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

L acteur incontournable du Capital Investissement. Dynamics le 5/12/2013

L acteur incontournable du Capital Investissement. Dynamics le 5/12/2013 L acteur incontournable du Capital Investissement Dynamics le 5/12/2013 4 1. Les métiers 2. Le Capital Investissement points clés 3. Les éléments clés 4. Les points de contact 2 1. Les métiers (1/4) Branches

Plus en détail

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires Statistiques arrêtées à fin 2013 SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 Partie I : Evolution des paiements de masse 6 I. Echanges EN INTERbancaire 7 1.

Plus en détail

LE PMI, LEVIER DE DEVELOPPEMENT DES PÔLES DE COMPETITIVITE

LE PMI, LEVIER DE DEVELOPPEMENT DES PÔLES DE COMPETITIVITE PROGRAMME DE MODERNISATION INDUSTRIELLE LE PMI, LEVIER DE DEVELOPPEMENT DES PÔLES DE COMPETITIVITE TERRITOIRES MÉTROPOLITAINS INNOVANTS : Technopoles et pôles de compétitivité Tunis 19 et 20 juin 2007

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D INTERVENTION (FONDS FEDER)

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D INTERVENTION (FONDS FEDER) Axe 2 La compétitivité de l économie : développer l économie réunionnaise dans l environnement international Service instructeur Conseil Régional Direction des Affaires Economiques Dates agréments CLS

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 Tunis, le 6 Mai 19861 CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 OBJET : Activité des banques non-résidentes. La loi n 85-108 du 6 Décembre 1985, portant encouragement d'organismes financiers et bancaires

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

Synthèse du marché 2 Marchés Internationaux 2 Infos marchés et secteurs 3

Synthèse du marché 2 Marchés Internationaux 2 Infos marchés et secteurs 3 Semaine du 20/04/2015 au 24/04/2015 Synthèse du marché 2 Marchés Internationaux 2 Infos marchés et secteurs 3 Sur le plan international - Etats-Unis : Croissance de 2,7% attendue Sur le plan national -

Plus en détail

AQUI-INVEST : un outil financier de la Région Aquitaine Présentation Conférence de Presse

AQUI-INVEST : un outil financier de la Région Aquitaine Présentation Conférence de Presse AQUI-INVEST : un outil financier de la Région Aquitaine Présentation Conférence de Presse 2 décembre 2010 Un constat national et communautaire L accès déficient aux formes appropriées de financement obstacle

Plus en détail

Plaquette de présentation du Cabinet Business Advice & Assurance B2A

Plaquette de présentation du Cabinet Business Advice & Assurance B2A Business Advice & Assurance Plaquette de présentation du Cabinet Business Advice & Assurance B2A EXPERTISE LOCALE ET INTERNATIONALE CREATION DE LA VALEUR page 1 SOMMAIRE PRESENTATION.3 SERVICES 4 MISSIONS

Plus en détail

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre établi à partir des sources suivantes: 2010 - Données transmises par la Direction

Plus en détail

AVIS D OUVERTURE DE L OFFRE SUR LES ACTIONS DE LA SOCIETE DELICE HOLDING

AVIS D OUVERTURE DE L OFFRE SUR LES ACTIONS DE LA SOCIETE DELICE HOLDING AVIS D OUVERTURE DE L OFFRE SUR LES ACTIONS DE LA SOCIETE DELICE HOLDING ADMISSION DES ACTIONS DE LA SOCIETE «DELICE HOLDING» AU MARCHE PRINCIPAL DE LA COTE DE LA BOURSE : La Bourse a donné, en date du

Plus en détail

Analyse Financière. Tunis Re en Bourse. En toute Ré Assurance. Souscrire à l OPF

Analyse Financière. Tunis Re en Bourse. En toute Ré Assurance. Souscrire à l OPF Analyse Financière Tunis Re en Bourse En toute Ré Assurance Souscrire à l OPF Mars 2010 2A n a l y s e F i n a n c i è r e I n t r o d u c t i o n e n b o u r s e : O f f r e à p r i x f e r m e Secteur

Plus en détail

PARTICIPEX II. Faire grandir les PME de notre région. Fonds Professionnel de Capital Investissement géré par Participex Gestion

PARTICIPEX II. Faire grandir les PME de notre région. Fonds Professionnel de Capital Investissement géré par Participex Gestion PARTICIPEX II Faire grandir les PME de notre région Fonds Professionnel de Capital Investissement géré par Participex Gestion 2015 Paysage La Grande Région Nord et le Capital Investissement Un territoire

Plus en détail

SERVICOM mise sur l internationalisation. Analyste chargé de l étude. Naira KAOUACH neira.kaouach@ameninvest.com.tn

SERVICOM mise sur l internationalisation. Analyste chargé de l étude. Naira KAOUACH neira.kaouach@ameninvest.com.tn Analyste chargé de l étude Naira KAOUACH neira.kaouach@ameninvest.com.tn SERVICOM mise sur l internationalisation Contact: Tel: (+216) 71 965 400 Fax: (+216) 71 965 426 E-mail: analyse@ameninvest.com.tn

Plus en détail

Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover.

Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover. Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover. -- Rapport d étape à l attention du Ministre délégué auprès du ministre de l

Plus en détail

Le Capital Investissement au Maroc : Activité, Croissance et Performance Année 2013. Mars 2014

Le Capital Investissement au Maroc : Activité, Croissance et Performance Année 2013. Mars 2014 Le Capital Investissement au Maroc : Activité, Croissance et Performance Année 2013 Mars 2014 1 Sommaire Périmètre et Méthodologie de l étude Environnement économique national et international Caractéristiques

Plus en détail

Le leasing en Tunisie : Les clefs du succés. Fethi MESTIRI Rabat - 22-25 September, 2014 -Session n.

Le leasing en Tunisie : Les clefs du succés. Fethi MESTIRI Rabat - 22-25 September, 2014 -Session n. Le leasing en Tunisie : Les clefs du succés Fethi MESTIRI Rabat - 22-25 September, 2014 -Session n. Présentation de Tunisie Leasing Nos métiers: 1/ Crédit Bail : Tunisie : Tunisie Leasing (TL) (1984) Algérie

Plus en détail

Un holding d'investissement dans les PME

Un holding d'investissement dans les PME Un holding d'investissement dans les PME La Financière Viveris Diversifier Optimiser Capitaliser L objet de la Financière Viveris est de prendre des participations dans les petites et moyennes entreprises

Plus en détail

T 2.2. Autres TMM+1,25 TMM + 5. T 2 -Escompte d effets de transaction à 180 jours maximum T 2.1. Avalisés par une Banque..

T 2.2. Autres TMM+1,25 TMM + 5. T 2 -Escompte d effets de transaction à 180 jours maximum T 2.1. Avalisés par une Banque.. BAREME DES CONDITIONS DE BANQUE Banque Internationale Arabe de Tunisie Mars 2008 TAUX D INTERET A- TAUX DEBITEURS APPLICABLES AUX SECTEURS DONT LES TAUX D INTERET SONT LIBRES CATEGORIES DE CREDITS TAUX

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

CHAPITRE VI : INTERMEDIATION DU SECTEUR BANCAIRE

CHAPITRE VI : INTERMEDIATION DU SECTEUR BANCAIRE CHAPITRE VI : INTERMEDIATION DU SECTEUR BANCAIRE L ordonnance n 10-04 du 26 août 2010, modifiant et complétant l ordonnance n 03-11 relative à la monnaie et au crédit, stipule que la Banque d Algérie est

Plus en détail

ETUDE DU SECTEUR BANCAIRE EN TUNISIE

ETUDE DU SECTEUR BANCAIRE EN TUNISIE j MAC SA Intermédiaire en Bourse Green Center, Bloc C, 2 éme étage Rue du lac Constance 1053 Les Berges du Lac - Tunisie Tel: (216) 71 964 102 / 962 472 Fax: (216) 71 960 903/ 962 363 E-mail: macsa@gnet.tn

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

- Pendant les mois de janvier et février 2013.

- Pendant les mois de janvier et février 2013. 8ème Challenge Business Plan Master Entrepreneuriat Dauphine C ESTQUOI? Le Master Entrepreneuriat et Projets Innovants de l Université ParisDauphine lance son 8ème Challenge Business Plan, en association

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. (Durée 2H)

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. (Durée 2H) UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE Matière : Fiscalité I Corrigé Auditoire : 2 ème année Sciences Comptables Année universitaire 1997/1998 Session de contrôle (Durée 2H) Question de cours

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

Rapport. Examen des méthodes de paiement et des tendances des paiements au Canada Octobre 2012

Rapport. Examen des méthodes de paiement et des tendances des paiements au Canada Octobre 2012 Rapport Examen des méthodes de paiement et des tendances des paiements au Canada Octobre 2012 Remerciements Plusieurs organismes ont fourni des données et de l information à l ACP, l ont aidée à formuler

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

RAPPORT SUR L ACTIVITÉ DU CAPITAL INVESTISSEMENT EN TUNISIE ANNÉE 2012

RAPPORT SUR L ACTIVITÉ DU CAPITAL INVESTISSEMENT EN TUNISIE ANNÉE 2012 Partenaire de l ATIC RAPPORT SUR L ACTIVITÉ DU CAPITAL INVESTISSEMENT EN TUNISIE ANNÉE 2012 Mot de l ATIC Tunis, décembre 2013, Un développement économique équilibré requiert nécessairement la création

Plus en détail

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Depuis maintenant plusieurs années, les collectivités locales s'efforcent d'augmenter leur épargne afin d'autofinancer

Plus en détail

Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI

Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI Jiawei Ye Pramex International Université Paris-Dauphine - 1 - - 2 - Pramex International (cabinet

Plus en détail

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Patrimoine Sélection PME Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Dans un contexte économique et financier difficile, les investisseurs doivent plus que jamais s'entourer de professionnels aguerris,

Plus en détail

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires La fiscalité en France Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires Les types d impôts On distingue deux types d impôts. Les impôts progressifs : leur taux s'élève avec la base d'imposition (le revenu

Plus en détail

La Banque Attijari de Tunisie. Une banque en plein essor. Mai 2009 www.macsa.com.tn - 1 Mai 2009

La Banque Attijari de Tunisie. Une banque en plein essor. Mai 2009 www.macsa.com.tn - 1 Mai 2009 MAC SA Intermédiaire en Bourse Green Center Bloc C, 2éme étage, 1053 Les Berges du Lac- Tunis Tunisie Tél.: + 216 71 964 102 / + 216 71 962 472 Fax: + 216 71 960 903 Email: macsa@gnet.tn www.macsa.com.tn

Plus en détail

Les dispositifs financiers d innovation en faveur des PME. CISIT 6 novembre 2014

Les dispositifs financiers d innovation en faveur des PME. CISIT 6 novembre 2014 Les dispositifs financiers d innovation en faveur des PME CISIT 6 novembre 2014 01. Qui sommes-nous? Bpifrance plus près des entrepreneurs 42 implantations régionales 90% des décisions prises dans les

Plus en détail

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20)

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) I. Définition des entreprises totalement exportatrices (art 10) : L article 10 du code d incitation aux investissements a défini les entreprises

Plus en détail

L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010

L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010 L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010 Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Plus en détail

Conditions de Banque JUIN 2015

Conditions de Banque JUIN 2015 Conditions de Banque JUIN 2015 I : Taux d'intérêt A. Taux débiteurs applicables aux secteurs dont les taux d intérêt sont libres I- Financement à court terme Catégories de crédit Taux en % L'An Min Max

Plus en détail

Prospectus d émission du Fonds Commun de Placement à Risque «FCPR-F.P.PME»

Prospectus d émission du Fonds Commun de Placement à Risque «FCPR-F.P.PME» Le présent document contient des informations importantes et devra être lu avec soin avant de souscrire à tout investissement. Prospectus d émission du Fonds Commun de Placement à Risque «FCPR-F.P.PME»

Plus en détail

LES OBJECTIFS DU LIVRE

LES OBJECTIFS DU LIVRE LES OBJECTIFS DU LIVRE 1- INFORMER 2- SENSIBILISER MOBILISER 3- DEBATTRE - RECONSTRUIRE 1 LES OBJECTIFS DU LIVRE 1- INFORMER 2- SENSIBILISER MOBILISER 3- DEBATTRE - RECONSTRUIRE LES OBJECTIFS DU LIVRE

Plus en détail

Présentation des résultats 2008 de la Banque de Tunisie

Présentation des résultats 2008 de la Banque de Tunisie Présentation des résultats 2008 de la Banque de Tunisie Mai 2009 Rencontre avec les Intermédiaires en Bourse Plan de la rencontre Composition du groupe Banque de Tunisie Faits marquants de l année 2008

Plus en détail

CONVOCATION A L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DES ACTIONNAIRES

CONVOCATION A L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DES ACTIONNAIRES CONVOCATION A L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DES ACTIONNAIRES Le Conseil d Administration a l honneur de convoquer les actionnaires de la Société à l Assemblée Générale Ordinaire annuelle le lundi 07 Juillet

Plus en détail

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale Serge Bayard Président du conseil d administration La Banque Postale Collectivités Locales Jean-Pierre Balligand Président du Comité d orientation des finances locales La Banque Postale Thomas Rougier

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Conditions de Banque Avril 2010

Conditions de Banque Avril 2010 I : Taux d'intérêt A. Taux débiteurs applicables aux secteurs dont les taux d intérêt sont libres I- Financement à court terme Catégories de crédit Taux en % L'An Min Max T.1 Escompte d'effets de transaction

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source. 1 TABLE

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 La présente note doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds d Investissement de Proximité («FIP») dénommé «FIP ARKEON Pré-cotation

Plus en détail

PROCÉDURE ÉLECTRONIQUE DE REMISE DE NOTES

PROCÉDURE ÉLECTRONIQUE DE REMISE DE NOTES PROCÉDURE ÉLECTRONIQUE DE REMISE DE NOTES - Entrer dans votre compte symbiose/mes outils/dossier étudiants (GESTA II). - Écran login (même compte utilisateur et même mot de passe). - Cliquer sur Menu Navigation

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012

CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012 CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012 Le AFIC Etudes 2014 www.afic.asso.fr MÉTHODOLOGIE Étude d impact économique et social (2013) Les statistiques sont établies

Plus en détail

CONDITIONS DE BANQUE SEPTEMBRE 2011. I : Taux d'intérêt A. Taux débiteurs applicables aux secteurs dont les taux d intérêt sont libres

CONDITIONS DE BANQUE SEPTEMBRE 2011. I : Taux d'intérêt A. Taux débiteurs applicables aux secteurs dont les taux d intérêt sont libres CONDITIONS DE BANQUE SEPTEMBRE 2011 BIAT I : Taux d'intérêt A. Taux débiteurs applicables aux secteurs dont les taux d intérêt sont libres I Financement à court terme Catégories de crédit Taux en % L'An

Plus en détail

PLUS PROCHE POUR ALLER PLUs LOIN

PLUS PROCHE POUR ALLER PLUs LOIN PLUS PROCHE POUR ALLER PLUs LOIN RAPPORT Annuel 2009 rapport AnnUeL 2009 TUNISIE LEASING TUNISIE FACTORING MAGHREB LEASING ALGÉRIE TUNISIE LOCATION LONGUE DURÉE Sont membres de TLG LEASING-FACTORING-LLD

Plus en détail

FAQ. Foire aux questions. Inscription. Que propose Ethis Foundation à travers ses filiales?

FAQ. Foire aux questions. Inscription. Que propose Ethis Foundation à travers ses filiales? Inscription Que propose Ethis Foundation à travers ses filiales? Ethis Foundation est une plateforme d investissement de Crowdfunding en ligne qui permet aux investisseurs particuliers d'investir au capital

Plus en détail

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 Orientations Budgétaires 2015 ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES 2015 AVIS SUR LE RAPPORT GÉNÉRAL DU PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL Président : Patrick TASSIN Séance

Plus en détail

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif?

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Kim McPhail et Anastasia Vakos* L e système canadien de transfert des paiements de grande valeur (STPGV) sert à effectuer les paiements

Plus en détail

Construction de logements

Construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 640 Mai 2015 Construction de logements Résultats à fin avril 2015 (France entière) OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Rappel À compter des

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du premier semestre 2014 en zone CEMAC

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du premier semestre 2014 en zone CEMAC Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du premier semestre 2014 en zone CEMAC Commission de la CEMAC Département des Politiques Economique, Monétaire et Financière Direction des

Plus en détail

point sur l assurance française

point sur l assurance française le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / jeudi 29 janvier le point sur l assurance française ce qu il faut pour 2 Loi ALUR Publication Omnibus 2 L année

Plus en détail

Prix de souscription : 20 DT. Aperçu sur la Société. Flash sur l opération. Recommandation

Prix de souscription : 20 DT. Aperçu sur la Société. Flash sur l opération. Recommandation M a i 2 1 4 Prix de souscription : 2 DT Recommandation Valeur Secteur Montant de l offre Prix de l émission Flash sur l opération Souscrire AMI Assurances Assurances 31 4 DT 2 DT Nombre de titres offerts

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 البنك المركزي التونسي BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 SOMMAIRE Pages Introduction... 5 Endettement extérieur

Plus en détail

REUNION PRESSE JEUDI 13 FEVRIER 2014. Contact presse CAPmedias / Anne COPEY 01 83 62 55 49 / 06 80 48 57 04 anne.copey@capmedias.

REUNION PRESSE JEUDI 13 FEVRIER 2014. Contact presse CAPmedias / Anne COPEY 01 83 62 55 49 / 06 80 48 57 04 anne.copey@capmedias. REUNION PRESSE JEUDI 13 FEVRIER 2014 Contact presse CAPmedias / Anne COPEY 01 83 62 55 49 / 06 80 48 57 04 anne.copey@capmedias.fr SOMMAIRE LE MARCHE DU PNEUMATIQUE EN FRANCE EN 2013 (Sources : ventes

Plus en détail