Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 1"

Transcription

1 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 1 L initiative socialiste pour des impôts équitables soulève des discussions souvent quérulentes entre défenseurs de l initiative et opposants. Tentons d y voir clair en analysant la situation de l impôt sur le revenu dans le canton de Fribourg. Rappelons d abord les caractéristiques de l impôt sur le revenu, la distinction entre taux moyen et taux marginal d impôt et le contenu de l initiative. L impôt sur le revenu L impôt sur le revenu que chacun paie (T) repose sur la formule simplifiée: T = t [R (D 1, D 2, D 3, )] (K canton + K commune + K paroisse ). Cette formule correspond à la déclaration d impôt: R est la somme des revenus soumis à l impôt (salaire, intérêt de l épargne, dividendes, etc) ; D sont les déductions possibles selon la situation de chaque contribuable ; t est le taux légal de l impôt (selon que le contribuable est célibataire ou marié). Le tout est multiplié par le coefficient d impôt du canton (100% en 2010 pour l impôt cantonal), de la commune de domicile et de la paroisse de référence. Le coefficient communal se calcule en franc d impôt communal par franc payé au canton : par exemple 0.85 signifie que l impôt communal sera égal au 85% du montant de l impôt cantonal. Le taux marginal et le taux moyen Le taux moyen de l impôt met en relation l impôt total payé et le revenu imposable. Par exemple, pour un revenu imposable de 60'000 francs, un contribuable célibataire paie 5'335 francs d impôt cantonal avec un coefficient de 100%. Le taux moyen du barème est ainsi de 5'335 : 60'000 francs = ou 8.892%. Bien entendu, il faut aussi tenir compte du coefficient communal et paroissial. Si le coefficient communal est de 0.85 et le coefficient paroissial de 0.05, il faut ajouter 0.90 (ou 90%) pour trouver le taux moyen. Il sera de (canton) + (0.892 x 0.85 pour la commune) + (0.892 x 0.05 pour la paroisse) = 16.89%. Le taux marginal correspond à l impôt supplémentaire à payer si le revenu imposable change d un montant, en plus ou en moins. Ainsi, dans l exemple : que se passe t il si le salaire augmente de 60 à 70'000 francs. Le nouvel impôt à payer est de 6'687 francs pour le canton. On peut donc calculer le taux marginal : pour 10'000 francs de revenu supplémentaire, l impôt à payer en plus est de 6'687 (le nouvel impôt) 5'335 (le montant payé avant) = 1'352 francs. Le taux marginal est calculé ainsi : augmentation de l impôt sur augmentation du revenu = 1'362 francs divisé par 10'000 = 13,52%. On peut le comparer au taux moyen, calculé comme avant : francs d impôt cantonal pour 70'000 francs de revenu = 9.55%. Pour avoir un barème progressif, le taux marginal doit être supérieur au taux moyen. L encadré 1 montre la situation du barème fribourgeois. Le coefficient de référence est de 1.0 ou 100%. Le taux moyen est de 13,50% dès francs ; c est aussi le taux marginal dès ce seuil. En d autres termes, dès 204'000 francs, l impôt fribourgeois sur le revenu est proportionnel. Le schéma compare les deux taux dans le système actuel.

2 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 2 Encadré 1 Barème légal des taux Fribourg 2009 revenu impôt Coefficient imposable taux taux personne cantonal en 1000 moyen marginal seule = 1 francs '330 1' '819 1' '327 2' '880 2' '487 3' '101 4' '335 5' '687 6' '084 8' '418 9' '825 10' '273 12' '784 13' '351 15' '952 16' '613 18' '268 20' '614 23' '230 25' '878 26' '750 33' '500 40' '250 47' '000 54' '750 60' '500 67'

3 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 3 Figure 1 Comparaison du taux moyen et du taux marginal dans le barème légal FR 2009

4 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 4 Comme l initiative parle également de «concurrence fiscale», la figure 2 donne une simple comparaison des barèmes légaux des taux dans quatre cantons : Fribourg, Tessin, Schwyz et Nidwald. La Figure 2 rend apparent la question au cœur de l initiative, celle des disparités dans les barèmes cantonaux des taux de l impôt sur le revenu. Deux remarques cependant : (1) il s agit ici du barème du contribuable seul, célibataire (et non celui du couple marié ou de la personne seule vivant avec un enfant ou une autre personne à charge) ; (ii) le barème légal donne une image formelle de la fiscalité : il faut encore le multiplier par le coefficient cantonal (actuellement 1.00 à FR et TI ; 1.2 à SZ et 2.63 à NW). Figure 2 Comparaison du taux moyen et du taux marginal dans 4 barèmes cantonaux 2009

5 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 5 L initiative socialiste pour des impôts équitables En ce qui concerne l impôt sur le revenu, l initiative demande (Cst art. 129 titre, et al. 2 bis nouveau) : a) pour les personnes seules, le taux marginal des impôts cantonaux et communaux sur le revenu grevant la part du revenu imposable dépassant 250'000 francs doit se monter globalement à 22% au moins (ligne rouge dans la Figure 1); b) pour les couples imposés conjointement et les personnes seules qui vivent en ménage commun avec des enfants ou des personnes nécessiteuses, les montants valables pour les personnes seules peuvent être augmentés ; c) le taux moyen de tout impôt direct prélevé par la Confédération, les cantons et les communes ne doit pas diminuer avec l augmentation du revenu imposable. Dans la logique de l initiative, ces règles devraient produire des revenus fiscaux supplémentaires. Ainsi, dans les dispositions transitoires, l initiative prévoit qu après le délai de 3 ans donné aux cantons pour adapter leur législation, «les cantons qui on dû adapter leurs barèmes et leurs taux sur la base de cet article versent, en prélevant sur les recettes fiscales supplémentaires qui résultent de cette adaptation, des contributions supplémentaires à la péréquation financière entre les cantons pendant une durée fixée par une loi fédérale». Solutions et difficultés en cas d acceptation de l initiative Contrairement à l argument souvent entendu que le canton de Fribourg ne serait pas touché, l initiative, créerait des problèmes de mise en œuvre. Selon le barème contenu à l article 37 de la loi du 6 juin 2000 sur les impôts cantonaux directs, le taux marginal est de 13,5% dès 203'900 francs. C est donc insuffisant pour respecter la règle de 22% à la marge dès un revenu de 250'000 francs ; une adaptation est nécessaire. Il y a trois possibilités de se conformer à l initiative : (1) ajuster le coefficient communal (K commune ), (2) ajuster le coefficient cantonal (K canton ) et (3) modifier le barème «t» dans la formule de l impôt. Solution 1 : l ajustement des coefficients communaux En admettant le barème légal des taux inchangé (avec la limite du13.5%) et le coefficient d impôt cantonal à 1.0 ou 100%, l ajustement devrait se faire par le coefficient communal pour combler la différence du taux marginal entre 22% et 13,5%, soit 8.5%. Pour cela, il faudrait que le coefficient communal soit égal à [(100 : 13.5)x 8.5] = 63 (arrondi), soit 0.63 franc par franc d impôt selon le barème légal. Dans ce cas, les 12 communes qui appliquent actuellement un coefficient d impôt inférieur à 0.63 par franc payé à l Etat devraient corriger leur coefficient à la hausse Greng Ferpicloz Muntelier Delley Portalban Chésopelloz Meyriez Büchsel Haut Vully Gletterens Kleinbösingen Bas Vully Courgevaux

6 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 6 Cette solution a trois conséquences. Premièrement, la législation cantonale devrait introduire une tutelle fiscale sur les communes. Actuellement ces dernières décident souverainement leur coefficient avec comme seul objectif d équilibrer le budget et le compte de fonctionnement (loi sur les communes). Demain, elles devraient respecter un coefficient minimal pour atteindre le 22% taux marginal pour un motif qui ne concerne pas leur budget mais pour un objectif d équité. Dans le système actuel, l équité est obtenue pas le barème des taux et les montants des déductions. Deuxièmement, le coefficient minimal ainsi introduit n est pas fixe, mais varie selon la décision cantonale : ainsi, avec K canton = 1.05, le coefficient communal minimal serait de 0.58 au lieu de 0.63 ; avec 1.10, il serait de Comme on le verra dans la solution 2, le coefficient cantonal a varié durant ces dernières années. On introduit ainsi une externalité verticale dans le système : la décision du canton influence la décision communale pour une raison autre que les options de gestion décidées par la commune. Enfin troisièmement, une commune ne peut pas relever son coefficient d impôt seulement pour des revenus à partir de 250'000 francs. Cela signifie que tous les contribuables, y compris ceux qui ont des revenus plus modestes, seraient touchés par la hausse de l impôt. Or, on ne peut pas confondre la capacité financière de la commune comme entité de droit public (prise en compte dans la péréquation des ressources) et les capacités contributives individuelles de leurs habitants. On peut être riche dans une commune pauvre et pauvre dans une commune riche. Politique péréquative et politique redistributive ne se résolvent pas par les mêmes instruments. Se pose également la question de l utilisation des ressources supplémentaires ainsi obtenues : sont elles redistribuées intra muros, mais selon quels critères ; vont elles, dans l esprit de l initiative, s ajouter aux moyens péréquatifs dans la péréquation entre les communes du canton? Solution 2 : l ajustement du coefficient cantonal Le coefficient est le multiplicateur du barème des taux inscrit dans la loi : pour le canton, il est actuellement de 1.00 et correspond à l application directe du barème légal sans surplus ni réduction. En relevant le coefficient cantonal à 1.05, par exemple, le taux marginal pour 250'000 francs passerait de 13.5% à (13.5% x 1.05) = %. Cette solution comporte deux conséquences. Premièrement, comme pour les communes, il ne peut y avoir qu un seul coefficient pour tous les revenus. Augmenter le coefficient cantonal correspond à une hausse générale de l impôt pour tous et pas seulement les revenus supérieurs à 250'000 francs, dans toutes les communes, et pas seulement dans celles qui seraient concernées parce que leur coefficient communal est trop bas. Cette solution n est probablement pas réalisable politiquement : on voit mal le canton infliger une hausse d impôt à tous les contribuables et toutes les communes non concernées. D autre part, deuxième conséquence, en relevant le coefficient d impôt, le canton se trouverait dans une position fiscale défavorable en comparaison aux autres cantons. Or, ce n est pas Fribourg qui est visé par l initiative. De plus, durant ces dernières années, Fribourg a fait un effort considérable pour réduire la charge d impôt des contribuables (voir l encadré 2). Cette solution entraînerait un recul de la politique fiscale suivie par le canton.

7 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 7 Encadré 2 Modifications de l impôt sur le revenu intervenues depuis 2001 Modification de l impôt sur le revenu Déductions pour enfants (8,7 mios), pour frais de garde (2,8 mios), pour double activité des 2001 couples mariés (1,4 mio), pour assurance et épargne (1 mio); Splitting monoparental (0,5 mio) Réduction pour les couples mariés et les familles 2004 Modification des déductions sociales pour enfants et suppression de l impôt minimal ( mios); Modification des paliers du barème (10 mios) Correction de la progression à froid (ajustement de 2,6 %) 2009 Impôt sur les personnes physiques (ajustement suppl. de 2,6 à 4%) 2009 Déductions pour enfants et frais de garde francs chacun 2009 Seuil pour le contribuable de revenu modeste + 16,5 % 2009 Augmentation des déductions fiscales pour enfants (+1000 francs) et des frais de garde ( francs) Allégement de l'imposition des prestations en capital provenant de la prévoyance (paliers 2010 augmentés de 10'000 francs) Abrogation de la pratique Dumont ("l'acquéreur d'un immeuble ne peut pas déduire les frais 2010 d'entretien de son immeuble dans les 5 ans suivant l'achat si ces frais sont engagés pour un immeuble dont l'entretien a été négligé par l'ancien propriétaire) Amélioration du splitting pour les couples mariés (baisse du taux de 56% à 50%) 2011 Ajustement du barème des taux Étirement de 3 % des paliers du barème (6 mios); 2001 Modification de 2 % des paliers du barème (prévue pour 2003, mais repoussée à 2005) 2005 Mise en place du réseau hospitalier fribourgeois, le coefficient d'impôt passe à 108,90 points 2007 Diminution de la charge fiscale: coefficient % ramené à 106,6 % 2007 Réduction de la cote cantonale de 106,6 % à 103 % 2008 Réduction de la cote cantonale de 103 % à 100 % 2009 Solution 3 : la correction (partielle?) du barème des taux La troisième solution possible touche au barème des taux contenu à l article 37 de la loi cantonale sur les impôts directs. Dans ce cas, il faut faire une hypothèse concernant les coefficients d impôts. Admettons que le canton garde un coefficient de 1.00 et prenons le coefficient moyen de l ensemble des communes, arrondi à Avec ces coefficients et le barème actuel, le taux moyen et marginal à 250'000 francs est de % (13,50% pour le canton et 13,50x 0.90= 12.15% pour une commune). Dans ce cas, il faut un coefficient communal de 0.63 permettrait d obtenir un taux marginal de 22% à 250'000 francs. Dans la solution 1, douze communes sont touchées. Toutes les autres communes dépasseraient le seuil de 22%, comme on le voit : de 3.65% en moyenne. A partir de ce point, deux réflexions sont possibles. [1] Premièrement, laisser le barème en l état. Mais alors, il faut résoudre la question des douze communes avec un coefficient inférieur à [2] L autre piste consisterait à admettre que le 22% deviennent la norme. On peut émettre l hypothèse que les cantons avec une charge fiscale inférieure actuellement ceux visés directement par l initiative ne vont pas aller au delà de cette norme. Si les autres cantons veulent rester concurrentiels, le scénario pourrait être qu ils veulent baisser leur taux marginal à 22%. Or ce scénario est impossible pour Fribourg: en effet, l ajustement du taux

8 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 8 marginal à 22% entraînerait une baisse du taux moyen ce que l initiative interdit (lettre c ci dessus). Cela signifie clairement que Fribourg devrait revoir totalement le barème des taux bien avant 250'000 francs pour éviter cet écueil. La figure 3 illustre cette situation. Notons que la correction du barème pour aboutir à un taux marginal de 22% à 250'000 francs devrait tenir compte des coefficients cantonal et communaux. En effet, si la correction ne portait que sur le barème légal, on aboutirait à une situation fiscale intenable : avec 22% dans le barème légale, un coefficient de 1.00 pour le canton et de 0.90 en moyenne pour les communes, la charge marginale serait de [22% x ( )] = 41.8% ce qui serait inacceptable au regard de la charge actuelle. En ne corrigeant que partiellement le barème légal des taux, on revient sur les questions soulevées par les solutions 1 (coefficients communaux) et 2 (coefficient cantonal). Figure 3 Adaptation du barème des taux à 22% dès 250'000 francs en partant du barème actuel [3] On peut bien évidemment élaborer une solution intermédiaire, qui consisterait à n élever les taux moyen et marginal actuels de 13.5% à un taux plus élevé. La figure 3 illustre le résultat pour un ajustement à 15%, respectivement à 17%. Ces deux scénarii à 15 et 17% taux marginal sont destinés à voir ce qui se passerait en cas d ajustement à ces niveaux, d une part par rapport à la règle de l initiative concernant le

9 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 9 taux moyen (qui ne doit pas baisser) et d autre part par rapport à la charge fiscale nouvelle qui s ensuivrait, étant entendu que ces nouveaux taux ne suffiraient pas et qu il faudrait alors aussi tenir compte du coefficient communal. Dans ces deux cas, on constate qu il est possible d éviter la baisse du taux moyen ce qui respecte la condition c) de l initiative (Figure 4). Par contre, les taux de 15, respectivement de 17% ne suffisent pas pour atteindre le seuil minimal de 22% dès 250'000 francs. Il faut donc ajuster le coefficient communal : il devrait être au minimum de respectivement de Dans le premier cas (15%) seules les communes de Greng et de Ferpicloz seraient concernées ; dans le second cas (17%), ne resterait que Greng. Figure 4 Ajustement du taux marginal actuel à 15%, respectivement 17% dès 250'000 francs, Fribourg, 2009

10 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 10 Il faut cependant voir quelle serait la conséquence des ces scénarii sur l impôt effectivement payé, c est à dire en tenant compte du coefficient communal. Comparé à la situation actuelle de [ 13.5% x ( )]= 24,975%, avec un coefficient communal oscillant en moyenne entre 0.85 et 0.90, un taux marginal du barème à 15%, le taux marginal appliqué correspondrait à [15% x (1.0 le coefficient cantonal le coefficient communal)]= 27.75%. On a un saut à la marge de presque 3 points ; il serait de 6.5 points avec le taux de 17%. Il y aurait donc bel est bien un effet de seuil qui va en s amplifiant lorsque l on passe de 15% à 17% et ainsi de suite : dans le graphique la ligne verte du taux moyen (forcé par le taux marginal à 17%) s infléchit vers le haut dès le seuil de 250'000 francs. Le tableau cidessous donne les combinaisons possibles : Barème légale Coefficient d impôt = taux marginal à 250'000 francs canton commune 13.5% % % Taux marginal effectif Taux moyen La seconde remarque est de se demander si un changement de barème est réalisable? En analysant l économie politique de l impôt sur le revenu dans le canton de Fribourg, deux points de vue sont possibles. (i) D une part, dans la comparaison des barèmes actuels de FR, TI, SZ et NW (Figure 2), on voit très nettement que celui de FR est déjà plus élevé que celui des cantons visés par l initiative. On peut donc douter que le canton relève à la marge ce barème de 13.5% à 15 ou 17% comme dans les scénarii. (ii) D autre part, l encadré 2 montre que dès 2001 le canton de FR a choisi de baisser l impôt sur le revenu, tant par les déductions que par l ajustement à la baisse du coefficient cantonal, mais sans toucher au barème. Cela afin d aboutir à une fiscalité qui sorte Fribourg du groupe de cantons connaissant une charge fiscale lourde relativement à la moyenne suisse. Enfin, ces scénarii soulèvent une dernière question. Avec l augmentation du taux marginal à 15 ou 17%, le canton obtiendrait des ressources supplémentaires. Mais, intervient à ce moment la clause complémentaire de l initiative: les montants supplémentaires obtenus seraient (en partie?) versés à la péréquation entre les cantons. Fribourg deviendrait contributeur pour cette part, ce qui réduirait le gain net actuel de la péréquation reçue. Ainsi, notre analyse montre bien qu en cas d acceptation de l initiative, le système fiscal du canton de Fribourg devrait être adapté. Ce faisant le régime fiscal des communes serait en partie mis sous tutelle (solution 1), ou bien tous les contribuables subiraient une hausse de l impôt (solution 2). Avec la solution 3, le système fiscal (barème des taux et déductions) devraient être revus. Ce sont les effets collatéraux de l initiative. Quel que soit le choix individuel en regard de l objectif d équité, ces éléments doivent aussi être pris en compte.

Argumentaire du PS Suisse en faveur de son initiative pour des impôts équitables

Argumentaire du PS Suisse en faveur de son initiative pour des impôts équitables Argumentaire du PS Suisse en faveur de son initiative pour des impôts équitables 2 1. Texte de l initiative Initiative populaire fédérale "Pour des impôts équitables. Stop aux abus de la concurrence fiscale

Plus en détail

Le calcul du barème d impôt à Genève

Le calcul du barème d impôt à Genève Le calcul du barème d impôt à Genève Plan : 1. Historique Passage d un système en escalier à une formule mathématique 2. Principe de l imposition Progressivité, impôt marginal / moyen ; barème couple/marié

Plus en détail

Les déductions fiscales. Déclaration Déclaration d impôt d impôt 2009 2009

Les déductions fiscales. Déclaration Déclaration d impôt d impôt 2009 2009 Les déductions fiscales Déclaration Déclaration d impôt d impôt 2009 2009 1 2 lois modifiées En 2007, le Grand Conseil s est prononcé en faveur des baisses fiscales inscrites dans : la Loi sur les impôts

Plus en détail

Good practice: réduction individuelle des primes d assurance-maladie

Good practice: réduction individuelle des primes d assurance-maladie Good practice: réduction individuelle des primes d assurance-maladie Extrait du rapport: Ehrler, Franziska, Caroline Knupfer et Yann Bochsler (2012) Effets de seuil et effets pervers sur l activité. Une

Plus en détail

Instructions générales

Instructions générales 2015 Impôt cantonal et communal Impôt fédéral direct Instructions générales pour remplir la déclaration d impôt des personnes physiques : - lors d un départ à l étranger - en cas de décès SCCOI759V5 SERVICE

Plus en détail

en savoir plus sur les nouveaux barèmes C, H et A1 à A5

en savoir plus sur les nouveaux barèmes C, H et A1 à A5 en savoir plus sur les nouveaux barèmes C, H et A1 à A5 Exemples Vous trouverez, dans l'aide au remplissage du formulaire "Déclaration pour le prélèvement de l'impôt à la source", plusieurs exemples avec

Plus en détail

Préavis No 22-2006 au Conseil communal

Préavis No 22-2006 au Conseil communal VILLE DE PULLY Municipalité Direction Administration générale, finances et affaires culturelles Préavis No 22-2006 au Conseil communal Fixation du plafond d endettement et du plafond pour les cautionnements

Plus en détail

Compte bancaire ou assurance vie? 5. Amortissement direct ou indirect?

Compte bancaire ou assurance vie? 5. Amortissement direct ou indirect? 92 LE GUIDE FINANCIER DU PROPRIÉTAIRE Compte bancaire ou assurance vie? La décision de prendre un compte bancaire dépendra du profil du client et de ses besoins. Par exemple, si l emprunteur est célibataire

Plus en détail

Administration cantonale des impôts Division administrative Section impôt à la source

Administration cantonale des impôts Division administrative Section impôt à la source ADMINISTRATION CANTONALE DES IMPÔTS Section impôt à la source Rue Caroline 9bis 1014 Lausanne Lausanne, septembre 2013 Barèmes et instructions concernant l imposition à la source Nouveautés pour l'année

Plus en détail

Caisse de pension et propriété du logement/

Caisse de pension et propriété du logement/ Encouragement à la propriété du logement (EPL) Caisse de pension et propriété du logement/ Versement anticipé et mise en gage des avoirs issus du 2 e pilier Table des matières Mobilisation des capitaux

Plus en détail

LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU

LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU RÉSUMÉ Une étude de Tristat Resources commandée par l Institut Broadbent démontre que la majorité des

Plus en détail

4.04 Etat au 1 er janvier 2013

4.04 Etat au 1 er janvier 2013 4.04 Etat au 1 er janvier 2013 Rentes d invalidité de l'ai Généralités 1 Les personnes assurées qui, du fait d une atteinte à la santé, sont totalement ou partiellement empêchées de travailler ou d accomplir

Plus en détail

(LIPP-V), 22 2000 18 2004 (D

(LIPP-V), 22 2000 18 2004 (D objet 4 Loi modifiant la loi du 22 septembre 2000 sur l imposition des personnes physiques Détermination du revenu net Calcul de l impôt et rabais d impôt Compensation des effets de la progression à froid

Plus en détail

Compte bancaire ou assurance vie?

Compte bancaire ou assurance vie? 92 LE GUIDE FINANCIER DU PROPRIÉTAIRE Compte bancaire ou assurance vie? La décision de prendre un compte bancaire ou une assurance vie mixte dépendra du profil du client et de ses besoins en couverture

Plus en détail

3.01 Prestations de l AVS Rentes de vieillesse et allocations pour impotent de l AVS

3.01 Prestations de l AVS Rentes de vieillesse et allocations pour impotent de l AVS 3.01 Prestations de l AVS Rentes de vieillesse et allocations pour impotent de l AVS Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref Lorsque vous atteignez l âge ordinaire de la retraite, vous avez droit à une rente

Plus en détail

FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT

FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT LA LECTURE DE CE DOCUMENT VOUS PERMETTRA : De connaître les différentes sources de revenus de placement et leur imposition; De connaître des stratégies afin de réduire

Plus en détail

Les assurances sociales et le travail à temps partiel

Les assurances sociales et le travail à temps partiel Les assurances sociales et le travail à temps partiel Informations utiles à toutes les personnes qui travaillent à temps partiel et assument la garde d enfants ou l assistance de parents. Informations

Plus en détail

Séminaire du 26 Mars 2013

Séminaire du 26 Mars 2013 Séminaire du 26 Mars 2013 Les opportunités fiscales de la prévoyance professionnelle pour l entreprise et son entrepreneur Tél. +41 26 425 84 84 Fax +41 26 425 84 86 E-mail office@fidutrust.ch Présentation

Plus en détail

5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital

5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital 217 5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital Les assurances vie constitutives de capital couvrent principalement l assurance mixte et ses différentes variantes. Il y a donc

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

Résumé abrégé. des applications de. Tribut TAX et TAXEasy

Résumé abrégé. des applications de. Tribut TAX et TAXEasy Résumé abrégé des applications de Tribut TAX et TAXEasy TRIBUT SA, 3172 Niederwangen Tel 031 980 16 16 / FAX 031 980 16 19 Hotline: 08:00 12:00 031 980 16 17 Homepage: http://www.tribut.ch E-Mail: mailto:tribut@tribut.ch

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs En moyenne, chaque personne au Québec reçoit (de tous les paliers gouvernementaux) l équivalent de près

Plus en détail

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques DIRECTION DE LA LEGISLATION FISCALE Sous-Direction E - Bureau E 2 139, RUE DE BERCY - TELEDOC 568 75572 PARIS CEDEX 12 DLF/E/DO/2006000762 Fiscalités étrangères FE n 11/06 Anne Galmace 01 53 18 92 24 Fax

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux (OCRC) 823.331 du 9 août 1988 (Etat le 1 er janvier 2009) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 22 de la loi

Plus en détail

Flash fiscal. Impôts 2014 sur revenus 2013

Flash fiscal. Impôts 2014 sur revenus 2013 Flash fiscal Impôts 2014 sur revenus 2013 France Angels Mars 2014 Déclaration impôts sur le revenu (impôts payé en 2014 sur revenus 2013) Dates de limite d envoi de la déclaration : Le 20 mai si vous l

Plus en détail

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux (OCRC) 823.331 du 9 août 1988 (Etat le 20 juillet 2004) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 22 de la loi fédérale

Plus en détail

La retraite en Suisse : le 2 ème pilier

La retraite en Suisse : le 2 ème pilier La retraite en Suisse : le 2 ème pilier Conférence du Vendredi 27 mars 2015 présentée par le Service Juridique du GTE Suzanne Ruiz-Berthet LA PLACE DU 2EME PILIER DANS LE SYSTÈME DE RETRAITE SUISSE 1 er

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

IMPACT DE LA FISCALITÉ ET DES FRAIS DE GARDE DES ENFANTS SUR LE REVENU DISPONIBLE DES PARENTS EXERÇANT UNE ACTIVITÉ LUCRATIVE

IMPACT DE LA FISCALITÉ ET DES FRAIS DE GARDE DES ENFANTS SUR LE REVENU DISPONIBLE DES PARENTS EXERÇANT UNE ACTIVITÉ LUCRATIVE Zurich, le 8 janvier 2014 Dr. Regina Schwegler, Andrea Schultheiss IMPACT DE LA FISCALITÉ ET DES FRAIS DE GARDE DES ENFANTS SUR LE REVENU DISPONIBLE DES PARENTS EXERÇANT UNE ACTIVITÉ LUCRATIVE Sur mandat

Plus en détail

UniversitéClients CA 23 février 2012. Quels placements privilégier en 2012?

UniversitéClients CA 23 février 2012. Quels placements privilégier en 2012? UniversitéClients CA 23 février 2012 Quels placements privilégier en 2012? 2012, quels placements privilégier? Quel contexte économique et financier? Les principales nouveautés fiscales sur les revenus

Plus en détail

Aperçu de la prévoyance professionnelle.

Aperçu de la prévoyance professionnelle. Aperçu de la prévoyance professionnelle. Tour d horizon de la loi fédérale sur la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité (LPP). Sous le signe de la modernisation. 20 ans après

Plus en détail

La crèche est rentable, c est son absence qui coûte

La crèche est rentable, c est son absence qui coûte La crèche est rentable, c est son absence qui coûte Une analyse réalisée en Suisse romande qui confirme les résultats d une étude zurichoise en ce qui concerne le rendement élevé des structures d accueil

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

Budget Fédéral 2015. Mesures fiscales proposées. dans le budget fédéral 2015. Services de gestion de patrimoine RBC

Budget Fédéral 2015. Mesures fiscales proposées. dans le budget fédéral 2015. Services de gestion de patrimoine RBC Services de gestion de patrimoine RBC Budget Fédéral 2015 Mesures fiscales proposées dans le budget fédéral 2015 Résumé des principales mesures fiscales pouvant avoir une incidence sur vous Le ministre

Plus en détail

Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE

Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE sozialversicherungen der Schweiz ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) Prestations Assurance-vieillesse et

Plus en détail

Retraite. Date de la retraite

Retraite. Date de la retraite Retraite A quelle date vais-je prendre ma retraite? Vaut-il mieux percevoir une rente ou un capital? Dois-je annoncer mon départ à la retraite? A la fin de la vie professionnelle, tout le monde est confronté

Plus en détail

---------------------------

--------------------------- F I S C A L I T E A P P L I C A B L E A U X D I V I D E N D E S P A Y E S P A R D E X I A Principe général : Les dividendes d actions payés par des sociétés belges à leurs actionnaires, quelque soit leur

Plus en détail

Département fédéral de l intérieur DFI Département fédéral de l économie DFE

Département fédéral de l intérieur DFI Département fédéral de l économie DFE Département fédéral de l intérieur DFI Département fédéral de l économie DFE Rapport explicatif sur le contre-projet indirect du Conseil fédéral à l initiative populaire sur les bourses d études déposée

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

Frontaliers français. Je travaille. au Grand-Duché de Luxembourg. Mes impôts? LE SYNDICAT N 1 AU LUXEMBOURG

Frontaliers français. Je travaille. au Grand-Duché de Luxembourg. Mes impôts? LE SYNDICAT N 1 AU LUXEMBOURG Frontaliers français Je travaille au Grand-Duché de Luxembourg. Mes impôts? LE SYNDICAT N 1 AU LUXEMBOURG 1 Les impôts sont un mal nécessaire: c est grâce aux impôts que l Etat peut faire fonctionner ses

Plus en détail

Cordiale bienvenue au

Cordiale bienvenue au Cordiale bienvenue au Pascal Broulis, Chef du Département des finances et des relations extérieures (DFIRE) Président de la Conférence des gouvernements cantonaux (CdC) Page 1 CGN, Le Lausanne, 2 septembre

Plus en détail

Composition Président: Roland Henninger Hubert Bugnon, Jérôme Delabays

Composition Président: Roland Henninger Hubert Bugnon, Jérôme Delabays Kantonsgericht KG Rue des Augustins 3, case postale 1654, 1701 Fribourg T +41 26 304 15 00, F +41 26 304 15 01 www.fr.ch/tc 502 2014 233 Arrêt du 23 décembre 2014 Chambre pénale Composition Président:

Plus en détail

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier N o 63-238-X au catalogue. Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier 2012. Faits saillants Le revenu

Plus en détail

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Depuis le 1er janvier 2005, de nouvelles modalités de taxation s appliquent aux dividendes distribués par les sociétés

Plus en détail

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Les premières mesures gouvernementales en matière d imposition des revenus (IR) et d impôt de solidarité sur la fortune (ISF) sont désormais connues.

Plus en détail

150 conseils pour payer moins d impôts

150 conseils pour payer moins d impôts m a r i e l a m b e r t Illustrations d Anna Daffos 150 conseils pour payer moins d impôts, 2010, 2011 ISBN : 978-2-212-54880-8 Chapitre 3 Enfants : les pépites fiscales «Pourquoi est-ce qu en matière

Plus en détail

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires La fiscalité en France Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires Les types d impôts On distingue deux types d impôts. Les impôts progressifs : leur taux s'élève avec la base d'imposition (le revenu

Plus en détail

REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE

REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE DES PERSONNES AGEES ADRESSE AUX GOUVERNEMENTS PAR L'EXPERTE INDEPENDANTE SUR LA QUESTION DES DROITS DE L'HOMME ET L'EXTREME PAUVRETE (i)

Plus en détail

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL mc14 036 Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal Prise de position du SYVICOL Suite à la réunion du Conseil supérieur des finances communales du 20 mai 2014, le SYVICOL souhaite

Plus en détail

LE PERP retraite et protection

LE PERP retraite et protection LE PERP retraite et protection Benoit Rama http://www.imaf.fr Le PERP (Plan d Épargne Retraite Populaire) est une mesure d encouragement à la préparation de la retraite destinée aux salariés. Il copie

Plus en détail

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 Amt für Gemeinden GemA Rue de Zaehringen 1, 1701 Fribourg T +41 26 305 22 42, F +41 26 305 22 44 scom@fr.ch, www.fr.ch/scom Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 1. Comptes de fonctionnement

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N O 11 Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre De nombreux propriétaires d entreprise ont accumulé des sommes

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES FR 52-09 LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES GROUPE DE SOCIÉTÉS : RÉGIME DES SOCIÉTÉS MÈRES ET FILIALES Suppression de la possibilité de

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 OCTOBRE 2011 5 B-13-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 OCTOBRE 2011 5 B-13-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 4 OCTOBRE 2011 5 B-13-11 IMPOT SUR LE REVENU. REDUCTION D IMPOT SUR LE REVENU. CONSEQUENCES DE L ABROGATION DU COMPTE EPARGNE CODEVELOPPEMENT. COMMENTAIRES

Plus en détail

Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt

Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt Le gouvernement du Canada a annoncé la création du compte d épargne libre d impôt (CELI) à l occasion de son budget de 2008, puis a procédé à son

Plus en détail

2.09 Etat au 1 er janvier 2013

2.09 Etat au 1 er janvier 2013 2.09 Etat au 1 er janvier 2013 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

Aide-mémoire Retraite et prestations de vieillesse. Pour votre sécurité sociale

Aide-mémoire Retraite et prestations de vieillesse. Pour votre sécurité sociale Aide-mémoire Retraite et prestations de vieillesse Pour votre sécurité sociale Retraite ordinaire Dans son règlement, la SVE fixe, d une manière générale, l âge de la retraite à 65 ans. L obligation d

Plus en détail

Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses

Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses 2.09 Cotisations Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances

Plus en détail

Accompagnement et aides financières de Pôle Emploi

Accompagnement et aides financières de Pôle Emploi Découvrez tous les leviers fiscaux pour votre entreprise Maître Guillaume PAINSAR, Notaire associé à RENNES Président association "Ouest Notaires Entreprise" Membre association "Notaires Conseils d'entrepreneurs"

Plus en détail

Fiscalité patrimoniale

Fiscalité patrimoniale Fiscalité patrimoniale Suggestions pour une future réforme fiscale Commission parlementaire mixte sur la réforme fiscale 18 novembre 2013 François Parisis Maître de conférences Plan Préambule : quel pourrait

Plus en détail

DEPARTEMENT DES INSTITUTIONS ET DES RELATIONS EXTERIEURES

DEPARTEMENT DES INSTITUTIONS ET DES RELATIONS EXTERIEURES DEPARTEMENT DES INSTITUTIONS ET DES RELATIONS EXTERIEURES Service des communes et des relations institutionnelles Autorité cantonale de surveillance des finances communales (ASFICO) RECOMMANDATIONS EN

Plus en détail

CEM: les comptes d épargne médicale

CEM: les comptes d épargne médicale CEM: les comptes d épargne médicale 1. Situation Le financement du système suisse de santé est à l évidence en passe de devenir un des sujets les plus discutés au cours du siècle. Comme dans la plupart

Plus en détail

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Déductions et crédits d impôt Réductions d impôts Imposition des plus-values Imposition des revenus financiers Régimes spéciaux concernant les expatriés L impôt

Plus en détail

crédit privé Transparent et avantageux

crédit privé Transparent et avantageux crédit privé Transparent et avantageux La pièce d identité doit impérativement contenir les informations suivantes: nom et prénom date de naissance nationalité et lieu d origine photo nº de la pièce d

Plus en détail

Informations détaillées pour l emploi du calculateur TCF sur le 2 e pilier

Informations détaillées pour l emploi du calculateur TCF sur le 2 e pilier Informations détaillées pour l emploi du calculateur TCF sur le 2 e pilier 1 er secteur: informations tirée de votre certificat d assurance Vous recevez chaque année, entre février et mars, un certificat

Plus en détail

Renforçons la classe moyenne!

Renforçons la classe moyenne! Renforçons la classe moyenne! Précisions sur la résolution du PDC suisse pour une classe moyenne forte. Introduction La classe moyenne est le cœur de notre société : elle inclut les familles, les retraités

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LES PRINCIPALES MESURES PATRIMONIALES DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 ET DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 La présente lettre a pour

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

Quelques aspects fiscaux du financement

Quelques aspects fiscaux du financement Petit-déjeuner des PME 28 septembre 2012 Quelques aspects fiscaux du financement Vincent Thalmann Agenda Capital propre dissimulé (I à V) Structure simplifiée du bilan Exemple d endettement admis Détermination

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

É TA BL ISSE ME NT DE S É T RA NG E RS EN SUISSE

É TA BL ISSE ME NT DE S É T RA NG E RS EN SUISSE É TA BL ISSE ME NT DE S É T RA NG E RS EN SUISSE Mars 2012 Le présent document est un rapide survol de la fiscalité suisse applicable aux étrangers qui viennent s'établir en Suisse ainsi que des conditions

Plus en détail

RentaSafe La rente garantie à vie

RentaSafe La rente garantie à vie RentaSafe La rente garantie à vie Information des consommateurs et conditions contractuelles générales Edition 2011 Votre sécurité nous tient à cœur. 2 Information des consommateurs Information des consommateurs

Plus en détail

VI. travail et assurances sociales

VI. travail et assurances sociales VI. travail et assurances sociales A quelles règles êtes-vous soumis en tant qu employeur Ce chapitre vous fournit des indications sur les charges sociales obligatoires et sur certains aspects importants

Plus en détail

Déductibilité des cotisations «Madelin» pour les agents généraux d assurance aux traitements et salaires

Déductibilité des cotisations «Madelin» pour les agents généraux d assurance aux traitements et salaires Déductibilité des cotisations «Madelin» pour les agents généraux d assurance aux traitements et salaires La cour administrative d'appel de Lyon 1 a fait une lecture pénalisante des articles du Code général

Plus en détail

09.074. Initiative sur l'épargne-logement et Accéder à la propriété grâce à l'épargne-logement. Initiatives populaires (09.074) ARGUMENTAIRES CONTRE

09.074. Initiative sur l'épargne-logement et Accéder à la propriété grâce à l'épargne-logement. Initiatives populaires (09.074) ARGUMENTAIRES CONTRE 09.074 Initiative sur l'épargne-logement et Accéder à la propriété grâce à l'épargne-logement. Initiatives populaires (09.074) ARGUMENTAIRES CONTRE Argumentaire Initiative pour l'épargne-logement et initiative

Plus en détail

La pension de vieillesse au Luxembourg: réglementation et modalités de calcul. Florence Navarro

La pension de vieillesse au Luxembourg: réglementation et modalités de calcul. Florence Navarro La pension de vieillesse au Luxembourg: réglementation et modalités de calcul Déjeuner-débat ELSA Florence Navarro 2 juillet 2014 Le principe des 3 piliers en matière de pension 1 er pilier Sécurité sociale

Plus en détail

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER?

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Version fin mai 2012 Ce document est destiné aux personnes participantes du Régime et vise à les aider à déterminer si le rachat d une rente pour service

Plus en détail

DROITS ET MES OBLIGATIONS?

DROITS ET MES OBLIGATIONS? JE PARS À LA RETRAITE QUELS SONT MES DROITS ET MES OBLIGATIONS? PRÉSENTATION DE L AVS 1er pilier du système de sécurité sociale suisse sse Obligatoire Couvre les besoins vitaux Principe de la solidarité

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION. Septembre 2014 LA FISCALITÉ DES PARTICULIERS AU QUÉBEC

DOCUMENT D INFORMATION. Septembre 2014 LA FISCALITÉ DES PARTICULIERS AU QUÉBEC DOCUMENT D INFORMATION Septembre 2014 LA FISCALITÉ DES PARTICULIERS AU QUÉBEC document d information Septembre 2014 La fiscalité des particuliers au Québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte

Plus en détail

Introduction FISCALITÉ

Introduction FISCALITÉ Introduction 51 Impôt sur le revenu 53 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une filiale 54 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une succursale 56 Mesures de contrôle des

Plus en détail

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations 2.09 Etat au 1 er janvier 2009 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

M. BONUS Louis. mercredi 15 octobre 2014. Le 10/11/2014

M. BONUS Louis. mercredi 15 octobre 2014. Le 10/11/2014 M. BONUS Louis mercredi 15 octobre 2014 1 Sommaire Sommaire... 2 La méthode de raisonnement... 3 Le graphique... 4 Le tableau de synthèse... 4 Les données saisies... 19 Les tableaux intermédiaires de calcul...

Plus en détail

Un nouvel avantage fiscal : la déduction pour habitation unique

Un nouvel avantage fiscal : la déduction pour habitation unique Un nouvel avantage fiscal : la déduction pour habitation unique B. MARISCAL Lors du Conseil des ministres extraordinaire d Ostende des 20 et 21 mars 2004, le gouvernement avait pris la décision de réformer

Plus en détail

Information du jour La prévoyance sociale en Suisse

Information du jour La prévoyance sociale en Suisse Information du jour La prévoyance sociale en Suisse Prestations Assurés/Ayants droit Base de calcul pour le montant des prestations pour guérison, soins, réadaptation AVS/AI Sont obligatoirement assurées

Plus en détail

Source: Loi sur les prestations de pension, par. 21(13.1) et 31(4), Règlement, par. 18.1, 18.2 et 18.3.1

Source: Loi sur les prestations de pension, par. 21(13.1) et 31(4), Règlement, par. 18.1, 18.2 et 18.3.1 Mise à jour #30 Révisé Mai 2005 Fonds de Revenu de Retraite Immobilisé (FRRI) Source: Loi sur les prestations de pension, par. 21(13.1) et 31(4), Règlement, par. 18.1, 18.2 et 18.3.1 EFFET DU RÈGLEMENT

Plus en détail

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible?

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 32 LES FACTEURS ECONOMIQUES DE LA CONSOMMATION A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 1 De la production aux revenus primaires 1. Une fois la richesse produite dans les entreprises

Plus en détail

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes Projet de Loi de Finances 2014 Les principales réformes La fiscalité sur les plus-values immobilières C est inédit dans l histoire, la réforme sur les plus-values immobilières a été inscrite au BOFIP (donc

Plus en détail

DEDUCTION FRAIS REELS/FRAIS FORFAITAIRES TABLEAU COMPARATIF IMPOT A LA SOURCE/DECLARATION

DEDUCTION FRAIS REELS/FRAIS FORFAITAIRES TABLEAU COMPARATIF IMPOT A LA SOURCE/DECLARATION DEDUCTION FRAIS REELS/FRAIS FORFAITAIRES TABLEAU COMPARATIF IMPOT A LA SOURCE/DECLARATION 2012 Données indicatives. Se reporter au guide de l administration fiscale pour toutes précisions Catégorie de

Plus en détail

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER?

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Version janvier 2015 Ce document est destiné aux personnes participantes du Régime et vise à les aider à déterminer si le rachat d une rente pour service

Plus en détail

10. Aperçu du système fiscal suisse.

10. Aperçu du système fiscal suisse. 10. Aperçu du système fiscal suisse. Le système fiscal suisse reflète la structure fédérale du pays, qui se compose de 26 cantons autonomes regroupant environ 2 551 communes indépendantes. La constitution

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12 IMPOT SUR LE REVENU. REGLES PARTICULIERES APPLICABLES AUX PERSONNES NON DOMICILIEES EN FRANCE. RETENUE A LA SOURCE SUR LES

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail