Faut-il encourager les ménages à épargner?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Faut-il encourager les ménages à épargner?"

Transcription

1 Faut-il encourager les ménages à épargner? Analyse du sujet : Nature du sujet : Sujet de type «discussion». Problématique explicite. Mots-clés : Ménages ; épargner épargne des ménages Encourager Epargne des ménages : - Dans la comptabilité nationale, l épargne d un secteur institutionnel est la partie du Revenu disponible brut non consommée : Epargne brute = RDB consommation finale. - Par convention, le SI des ménages est, avec les APU, le seul à «consommer à titre final» ( les entreprises ne consommant pas à titre final, leur épargne est équivalente à leur RDB). - L épargne brute des ménages est utilisable pour la FBCF (= achat de logements, ). C est l épargne non financière. Le reste sera placé dans des actifs monétaires (dépôts à vue dans les banques et monnaie fiduciaire) et financiers (dépôts bancaires non monétaires, dont le degré de liquidité peut varier, titres : actions obligations, parts de placements collectifs (OPCVM, FCP, fonds de pension, souscription d assurances). C est l épargne financière. - Individuellement, les ménages peuvent être emprunteurs nets (épargne nette négative) ou prêteurs nets (épargne nette positive). Idem pour les autres agents composant les autres SI. Toutefois, au niveau macroéconomique, le SI des ménages est généralement prêteur net. L épargne dégagée servant à financer les autres SI : entreprises, et APU dans le cas d un déficit budgétaire. - Déterminants de l épargne : niveau / structure o Keynes : le comportement économique essentiel est «la consommation» des ménages : fonction stable du revenu courant disponible (déterminé par : salaires, revenus sociaux, revenus des placements, fiscalité). L épargne n est que le solde du revenu disponible une fois les décisions de consommation réalisées. Dans ce cadre, l épargne est aussi une fonction stable (propension marginale à épargner constante) du revenu courant. Le taux d épargne est une fonction croissante du revenu courant : 07/07/2007 1

2 C = c.y + C 0 avec 0 < c = pmc < 1 constante et C 0 > 0 PMC = C / Y = c + (C 0 / Y) fonction décroissante de Y S = Y C = (1-c).Y C 0 PMS = S / Y = (1-c) (C 0 / Y) fonction croissante de Y Des anticipations pessimistes des consommateurs peuvent conduire à une «sous-consommation», qui se traduit par une épargne de précaution. Cette épargne reste improductive car elle n est pas utilisable pour le financement des investissements ( thésaurisation). o Comme les études empiriques suggèrent un lien plus complexe entre évolution du revenu courant disponible et consommation, des théories ultérieures prennent en compte l incidence des revenus passés et des habitudes de consommation (Duesenberry, Brown). Les fluctuations de l épargne lissent alors l évolution de la consommation à la suite d un choc sur le revenu courant. Mais ces adaptations de la fonction keynésienne sont peu satisfaisantes sur le plan théorique. o Vision néo-classique : arbitrage consommation / épargne = arbitrage intertemporel, sous contrainte de richesse (= somme des flux de revenu actualisés) en fonction du niveau du taux d intérêt. L épargne est une consommation différée, le taux d intérêt est donc le prix de la renonciation à la consommation chez Keynes, le taux d intérêt est le prix de la renonciation à la liquidité o Friedman (1957) : Bases néo-classiques Théorie du revenu permanent (# richesse). La consommation est une fonction stable du revenu permanent, mais instable du revenu courant. La consommation ne s adapte qu en cas de choc permanent. En revanche, tout choc temporaire sur le revenu courant est absorbé par l épargne rôle contracyclique de l épargne. Dans les faits, l épargne devient parfois «procyclique» : en période de récession, les ménages ne puisent pas dans leur épargne pour maintenir leur consommation, mais augmentent au contraire leur effort d épargne, déprimant encore plus la demande globale et amplifiant donc la récession (cf. France dans les années 1990 et début 2000). Anticipations adaptatives biais systématique critiquable Intégration des anticipations rationnelles dans la fonction de consommation friedmanienne (Hall, 1978) la consommation devient une «marche aléatoire» la meilleure prévision de la consommation demain est la consommation aujourd hui, aux chocs aléatoires près (non prévisibles, même par des agents rationnels), puisque toute l information disponible est déjà incorporée dans le revenu permanent (tel que l anticipent les agents rationnels). Incorporer les revenus courants passés dans l équation de consommation n améliorerait pas la prévision de la consommation. Etudes empiriques «excès de sensibilité» de la consommation aux fluctuations présentes et passées du revenu. Les contraintes de liquidité peuvent contribuer à expliquer cet «excès de sensibilité». Elles apparaissent lorsque les imperfections sur les marchés financiers (asymétries d information notamment) empêchent les agents 07/07/2007 2

3 économiques d emprunter librement. Ainsi, un ménage dont les banques ne peuvent facilement évaluer le risque, ne peut emprunter autant qu il le souhaite pour régler sa consommation sur l idée qu il se fait de son revenu permanent. Sa consommation est donc contrainte par son revenu courant, qui finance directement la consommation et sert (flux de revenus passés) à la banque pour évaluer la solvabilité de son client. o Dans la même lignée théorie du cycle de vie. o Globalement, les déterminants du niveau d épargne au niveau macroéconomique (taux d épargne) sont : le revenu courant des ménages (donc salaires, emploi, revenus sociaux, dividendes, intérêts, fiscalité) ; l inflation (hors valeurs extrêmes, une accélération de l inflation pousse les ménages à épargner et inversement. L objectif est de maintenir le pouvoir d achat des fonds épargnés) ; la richesse (valorisation patrimoine immobilier et financier) ; les taux d intérêt ; les contraintes d endettement ; l incertitude, qui incite à la constitution d une épargne de précaution (à cet égard, des études économétriques récentes ont mis en évidence un lien entre la situation sur le marché du travail et le taux d épargne). Enfin, le fait que l Etat ait un déficit et une dette importants peut encourager des ménages «ricardiens» à épargner davantage (en prévision d un relèvement des impôts). La structure de l épargne sera déterminée par les taux d intérêt relatifs, nets de la fiscalité sur l épargne (donc le régime fiscal joue un rôle important). A long terme, la situation démographique et l organisation du système de financement des retraites pèsent à la fois sur le niveau et la composition de l épargne. - Epargne, équilibre interne et équilibre externe L équilibre emplois ressources en produits s écrit : Y = C + I + G + (X IM) (1) L équilibre en termes de revenus s écrit : Y = C + T + S (2) (1) = (2) implique : C + I + G + (X IM) = C + T + S (T G) + S I = (X IM) (3) Epargne publique + épargne privée investissement = solde extérieur Un déficit extérieur traduit une insuffisance d épargne nationale privée et/ou publique par rapport à l investissement domestique. Et inversement en cas d excédent. Or, l équilibre de la balance des paiements courants implique : (X IM) = (Ks Ke) (4) D où : (T G) + S I = (X IM) = (Ks Ke) Une insuffisance d épargne domestique par rapport à l investissement national se résout par des entrées nettes des capitaux ( importance de «l attractivité» de l économie nationale). Celles-ci prennent la forme d IDE (financements stables) ou d investissements de portefeuille (financements plus facilement réversibles). Un excès d épargne domestique induit des sorties nettes de capitaux. 07/07/2007 3

4 Un déficit public doit être compensé par une épargne privée suffisante, afin de ne pas déboucher sur un déficit externe récurrent, qui induirait nécessairement l accumulation d un endettement externe rapidement insoutenable. notion de contrainte extérieure. Les Etats-Unis (twin deficit) échappent plus longtemps que les autres pays à cette contrainte, dans la mesure où, lorsqu ils s endettent auprès des autres pays, ils émettent une monnaie qui sert de liquidité internationale (donc conservée comme réserve par les pays étrangers). Le risque de reflux de capitaux et de vente de dollars, donc d effondrement de la monnaie et de crise financière, est donc beaucoup plus tardif à apparaître. Toutefois, ces menaces semblent peser négativement sur le cours de la monnaie américaine depuis quelques mois et devraient s intensifier, selon la plupart des analyses, si aucun effort n est réalisé pour réduire les déficits public et externe. - Conséquences de l épargne : niveau / structure o L épargne est nécessaire au financement de l économie (I = S en économie fermée ; en économie ouverte, c est l épargne étrangère qui réalise l ajustement). L investissement est au cœur du processus de croissance, à court terme comme à long terme. Court terme : l investissement est une composante de la demande globale et de l offre globale oscillateur de Samuelson (= combinaison de l effet «multiplicateur» et de l effet «accélérateur» pour expliquer les cycles d activité) Long terme : rôle de l investissement (formes diverses : capital physique, humain, public ) dans les théories de la croissance endogène (Romer, 1986 par exemple). Dans les théories de la croissance exogène (Solow, 1956), le taux d épargne n agit pas sur le rythme de croissance d équilibre, en revanche il agit sur la vitesse de convergence des économies vers le sentier d équilibre. Harrod-Domar (1949) : transposition de l analyse keynésienne en dynamique : taux d épargne valeur nécessaire pour croissance équilibrée. o L accumulation d épargne par les ménages permet aux entreprises de se financer à partir de ressources préexistantes, et non via des crédits bancaires assortis de création monétaire. Cela limite les risques inflationnistes. o L épargne permet un amortissement de la dynamique cyclique : évite surchauffe de l économie en phase d expansion (donc retarde survenue inflation qui oblige la Banque Centrale à augmenter son taux d intérêt pour refroidir l économie) ; et limite l ampleur et la durée de la récession (donc évite de recourir à des politiques d expansion budgétaires aux conséquences désastreuses : inflation, éviction, pb de soutenabilité de la dette ) o L épargne, quand elle est «forcée», peut déboucher sur un investissement, sinon excessif, du moins qui ne correspond pas aux besoins de l économie Hayek (Cassel) : théories de la surcapitalisation pour expliquer les cycles. o L épargne est la clé du financement des retraites dans des économies vieillissantes la capitalisation doit venir soutenir les régimes par répartition. o Mais l épargne déprime la demande globale demande effective insuffisante, «multiplicateur» keynésien. Elle peut devenir procyclique. 07/07/2007 4

5 La consommation représente # 60% du PIB dans les économies développées. Elle constitue (avec l investissement) la principale «contribution à la croissance». Etats-Unis la consommation des ménages tire la croissance. Elle est financée par le crédit, lui-même soutenu par effets richesse liés à la valorisation du marché immobilier taux d épargne des ménages négatif (ajouté au déficit de l Etat et au déficit extérieur, cela pose un problème de «soutenabilité» de la situation) o Consommation et taux d épargne peuvent progresser ensemble si des gains de productivité suffisamment élevés sont réalisés. Ils permettent alors à la fois une hausse des revenus salariaux et une élévation des profits des entreprises demande + investissement Cf «cercle vertueux» de la «croissance fordiste» des 30 Glorieuses» (Ecole de la Régulation). Ces mécanismes nécessitent cependant la diffusion d une norme de consommation de masse. D après les régulationnistes : gains de productivité + fin norme de consommation de masse = origine de la «crise» ayant débuté à la fin des années o La structure de l épargne n est sans doute pas neutre : les entreprises ont besoin de financements stables (fonds propres). Thésaurisation et placements financiers liquides dépriment la consommation, sans se recycler dans l économie, ni financer les retraites. De même, au niveau international, des financements stables (IDE tout particulièrement) limiteront la vulnérabilité des économies endettées vis-à-vis de l extérieur. o Il ne suffit pas de dégager des ressources d épargne dans une économie. Encore faut-il qu elles soient «allouées» efficacement rôle du système de financement (= marchés de capitaux + intermédiaires financiers, dont «investisseurs institutionnels» qui jouent un rôle important dans l amplification des crises financières). Son efficacité dépend de son aptitude à évaluer et à mutualiser les risques (réduction des asymétries d information), de la qualité de la réglementation pas d entrave à la concurrence (de manière à faire du taux d intérêt un «vrai» prix de marché reflétant l offre relativement à la demande de capitaux, ce qui devrait en outre réduire le coût des financements), mais une réglementation prudentielle adaptée peut inciter à une moindre prise de risque de la part des IF. Le développement des marchés financiers, la libéralisation et la progression de la concurrence, et la régulation des systèmes de financement vont dans ce sens. Les investisseurs institutionnels sont ainsi tout à fait essentiels pour le drainage de l épargne dans nos économies contemporaines. Mais leur activité n est pas sans risque (court-termisme, amplification des crises financières ) réflexion sur une «régulation». De même, l activité des banques a profondément évolué au cours des vingt dernières années. Aspects positifs : concurrence taux d intérêt débiteurs ; volumes de financements, etc. Mais aspects négatifs : pression sur marges et rentabilité prises de risques pour compenser ; non uniforme des taux débiteurs ; sophistication gestion des risques peut paradoxalement accroître le risque de système, etc. 07/07/2007 5

6 Encourager : - Politiques favorisant l effort d épargne des ménages (appréhendé par le taux d épargne) - Fiscalité des revenus du patrimoine rémunération (nette) de l épargne. En réalité, le niveau de l épargne y est peu sensible, au contraire de la structure de l épargne - Libéralisation et modernisation des systèmes financiers offrir des placements financiers attractifs (rémunération, liquidité, adéquation avec les besoins par exemple de financement des retraites) Le cadre spatio temporel n est pas précisé. Plutôt qu adopter une approche purement théorique, mieux vaut illustrer son propos avec des exemples concrets qui sont au premier plan des préoccupations actuelles. Etats-Unis : insuffisance chronique d épargne, double déficit. En 2005, taux d épargne des ménages = -0,4% du RDB ; déficit public = -3,8% du PIB ; déficit courant = -6,4% du PIB. La part du patrimoine financier net dans le total du patrimoine des ménages est de l ordre de 50% au Royaume-Uni, et 60% aux Etats-Unis. Patrimoine non financier < 50% du patrimoine total aux Etats-Unis (redressement de 35% à 45% ces dernières années) France : En 2005, taux d épargne des ménages = 14,9% du RDB ; déficit public = -2,9% du PIB. La baisse du taux d épargne des ménages permet de soutenir la consommation et de renforcer le mouvement de reprise qui se dessine depuis Donc effet procyclique, sans doute en partie lié à l amélioration du marché du travail qui réduit l incitation à l épargne de précaution. Le taux d épargne reste cependant élevé. Des mesures sont envisagées par le gouvernement pour encourager la consommation (notamment en facilitant l endettement à court terme. Flux de dettes/rdb # 2% entre 1995 et 1998, # 4% jusqu en 2003, puis augmente jusqu à 6% en 2005, c'est-à-dire un niveau équivalent à celui des années 1980 (encore loin des anglo-saxons. Par exemple : 24% au Royaume- Uni). Encours endettement/rdb passe ainsi de moins de 50% dans les années 1990 à plus de 65% en Part des actions et autres participations (détention directe de titres) dans le portefeuille (encours) des ménages est restreinte. Après un maximum de 14% en 1999, après l éclatement de la bulle internet, elle est revenue à 10% en 2005, soit une proportion équivalente à celle de En revanche, les français délèguent de plus en plus la diversification de leur patrimoine à des investisseurs institutionnels (détention indirecte de titres). La part du patrimoine financier net dans le total du patrimoine des ménages est de l ordre de 30% à 35% en France (comme en Italie et en Allemagne). Les écarts par rapport aux pays anglo-saxons s expliquent par des systèmes de retraites différents. Les ménages anglo-saxons possèdent en outre des portefeuilles d obligations et d actions beaucoup plus garnis que les européens. Patrimoine non financier # 70% du patrimoine total dans les pays d Europe continentale. 07/07/2007 6

7 Problématique : Par quels objectifs économiques peut-on justifier une politique visant à inciter les ménages à renforcer leur effort d épargne? Dans quelle mesure renforcer son efficacité en minimisant ses risques? Suggestion de plan : I L épargne : clé d une croissance stable, saine et équilibrée, donc durable A Epargne des ménages, équilibre interne et externe, et dynamique de court terme 1) Renforcer l épargne des ménages pour assurer la «soutenabilité» du solde courant. L épargne des ménages compense le déficit public, donc réduit le déficit externe assouplissement de la contrainte extérieure. Le déficit extérieur est financé par les capitaux étrangers. L attractivité de l économie domestique est soutenue par l amélioration des fondamentaux (solvabilité + croissance à terme, cf. IB) 2) Le rôle contracyclique de l épargne des ménages au cours du cycle d activité dispense de l utilisation dangereuse de politiques de régulation de la demande. Epargne et dynamique cyclique (surcapitalisation ) B L épargne source de croissance en longue période, via l accumulation du capital 1) Les modalités de financement de l investissement sur ressources d épargne : moindre inflation, baisse des taux d intérêt, etc. 2) Epargne et investissement dans l explication de la croissance (exogène / endogène) 3) Epargne et financement des retraites II Sous réserve d une allocation efficace des ressources d épargne collectées A Les risques attachés à une demande intérieure déprimée 1) Chute de la consommation effet d accélération (sur I) et multiplicateur récession 2) L excédent externe : signe que l épargne domestique fuit une économie dont les perspectives de croissance sont jugées insuffisantes (= gaspillage de ressources) B peuvent être circonscrits par une structure adaptée de l épargne 1) Une double distinction : épargne «thésaurisée» et épargne réinjectée dans le circuit économique / épargne stable et épargne liquide 2) Renforcer l efficacité des systèmes de financement (concurrence et régulation, investisseurs institutionnels, etc.) en termes d allocation des ressources 07/07/2007 7

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Epargne et investissement

Epargne et investissement Epargne et investissement Nature du sujet : Sujet de type «mise en relation». Mots-clés / Définitions : Tous! «Epargne» : Part du revenu qui n est pas consommée Epargne des ménages : - Concept le plus

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT PIB + M = CF+ FBCF + S + X Demande intérieure Valeur 2006 en milliard s d'euros ) Évolutions en volume au prix de l'année précédente Évolutions en volume au prix de l'année précédente

Plus en détail

Dans quelle mesure la baisse des taux d intérêt permet-elle de relancer la croissance?

Dans quelle mesure la baisse des taux d intérêt permet-elle de relancer la croissance? Dans quelle mesure la baisse des taux d intérêt permet-elle de relancer la croissance? BIEN COMPRENDRE LES DOCUMENTS Document 1 m Mots clés bandes centrales baisse des taux politique monétaire lutte contre

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Qu est-ce qu une banque?

Qu est-ce qu une banque? Qu est-ce qu une banque? Nathalie Janson 1 Financement de l Activité économique Développement des entreprises nécessite apport de fonds Les entreprises peuvent se financer de façon interne ou externe Les

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

QUESTIONS SUR L'ÉPARGNE

QUESTIONS SUR L'ÉPARGNE QUESTIONS SUR L'ÉPARGNE Christian BIALÈS Professeur de Chaire Supérieure en Économie et Gestion www.christian-biales.net Ce site se veut évolutif. Pour cela il fait l objet d un enrichissement documentaire

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

CHAPITRE «CROISSANCE, CAPITAL ET PROGRES TECHNIQUE»

CHAPITRE «CROISSANCE, CAPITAL ET PROGRES TECHNIQUE» CHAPITRE «CROISSANCE, CAPITAL ET PROGRES TECHNIQUE» I ) SOURCES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE : La croissance économique est d abord une réalité quantitative. Généralement, on mesure cette croissance avec

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

CHAPITRE 6. LES FONCTIONS MACROÉCONOMIQUES

CHAPITRE 6. LES FONCTIONS MACROÉCONOMIQUES CHAPITRE 6. LES FONCTIONS MACROÉCONOMIQUES PLAN ET RÉFÉRENCES Plan du chapitre I. Circuit et équilibre macro-économique II. La consommation et l épargne III. L investissement Références Généreux (2) Mankiw

Plus en détail

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Finances publiques et croissance : la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Piège de croissance et impuissance de la politique économique 2 Pourquoi la crise est-elle plus grave

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques 3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques Le calcul du PIB (1) PIB : Résultat final de l activité de production des unités productrices résidentes 3 façons de le mesurer : Par la production Par

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée Basé sur les notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables) Elle fait

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances L année 2002 est de nouveau marquée par une forte baisse des marchés financiers. Celle-ci entraîne une diminution des plus-values latentes et des produits

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE Cours de M. Di Roberto Université Victor Segalen Bordeaux 2 Bibliographie Ce cours s inspire largement des ouvrages essentiels suivants. Merci à leurs auteurs. BOSSERELLE

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Structure de l épargne et croissance Olivier Davanne

Structure de l épargne et croissance Olivier Davanne Structure de l épargne et croissance Olivier Davanne Introduction du débat organisé par l IEFP 5 décembre 2007 1 Plan de la présentation 1. Volume de l épargne et croissance en union monétaire. 2. Structure

Plus en détail

Banque nationale suisse

Banque nationale suisse IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle Combinaison des politiques budgétaires et monétaires 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et

Plus en détail

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Olivier GARNIER David THESMAR 2 juin 2009 Le champ du rapport Point de vue des ménages-épargnants, plutôt que celui du financement de l économie

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014 LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE N 3 juillet 2014 L Edito de Philippe Crevel L épargnant des temps nouveaux frappe à la porte En 2017, les «digital natives» auront pris le

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Synthèse n 16, Février 2012. Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire

Synthèse n 16, Février 2012. Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire Synthèse n 16, Février 2012 Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire ----------- 1. Les investissements nécessaires à la transition vers un modèle de croissance durable

Plus en détail

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I ENSIIE Macroéconomie - Chapitre I Le 13 avril 2013 Table des matières 1 Introduction 2 2 La théorie Keynésienne 3 2.1 Keynes......................................... 3 2.2 Quelques ordres de grandeur.............................

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

Partie 5 : La consommation et l investissement

Partie 5 : La consommation et l investissement Partie 5 : La consommation et l investissement Enseignant A. Direr Licence 2, 1er semestre 2008-9 Université Pierre Mendès France Cours de macroéconomie suite La troisième partie a exposé les théories

Plus en détail

ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique?

ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique? ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique? A_Que nous-dis le programme? NOTIONS : Fluctuations économiques, crise économique, désinflation, croissance potentielle, dépression,

Plus en détail

Peut on taxer les revenus du capital?

Peut on taxer les revenus du capital? Peut on taxer les revenus du capital? observatoire français des conjonctures économiques centre de recherche en économie de Sciences Po www.ofce.sciences po.fr xavier.timbeau@ofce.sciences po.fr 01 44

Plus en détail

Les ménages et le crédit

Les ménages et le crédit Les ménages et le crédit Marseille 16 novembre 2011 1 Tous droits réservés 2011 Objectif et plan PLAN DE LA PRÉSENTATION Etat des lieux : Endettement et surendettement Bien souscrire son crédit immobilier

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Incidence du bas niveau des taux d intérêt sur le comportement financier des ménages

Incidence du bas niveau des taux d intérêt sur le comportement financier des ménages Incidence du bas niveau des taux d intérêt sur le comportement financier des ménages P. Stinglhamber Ch. Van Nieuwenhuyze M.-D. Zachary Introduction Le présent article analyse, au moyen des comptes financiers

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet 1 Jeudi 25 Octobre 2007 Crises financières et Risques Bancaires Réforme de Bâle II I. Définitions des risques

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

Aux chapitres 14 et 15, nous avons vu

Aux chapitres 14 et 15, nous avons vu Chapitre 16 La monnaie et les marchés des biens et des services Sommaire Xxxxxxxx Les effets des variations monétaires sur le revenu national........ 519 Les effets sur la monnaie des variations sur le

Plus en détail

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS

CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS CHAPITRE 2 : L'INVESTISSEMENT ET SES DETERMINANTS Notions à connaître: Taux de rentabilité, taux d'intérêt, demande anticipée, investissement matériel, investissement immatériel, investissement public,

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Tendances sur le plan de l'épargne et du prêt net dans les comptes nationaux

Tendances sur le plan de l'épargne et du prêt net dans les comptes nationaux N o 13-604-MIF au catalogue N o 049 ISSN: 1707-1844 ISBN: 0-662-70787-7 Document de recherche Comptes des revenus et dépenses série technique Tendances sur le plan de l'épargne et du prêt net dans les

Plus en détail

Quels enseignements de l expérience française (1983-1990)

Quels enseignements de l expérience française (1983-1990) Développement des marchés de capitaux Quels enseignements de l expérience française (1983-1990) Séminaire de clôture Tunis, le 23 mai 2013 Françoise Drumetz Directeur de la coopération extérieure CONTEXTE

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

Gérard Huguenin Petit guide pour s enrichir au quotidien

Gérard Huguenin Petit guide pour s enrichir au quotidien Gérard Huguenin Petit guide pour s enrichir au quotidien Groupe Eyrolles, 2005, 2007 ISBN 10 : 2-7081-3782-4 ISBN 13 : 978-2-7081-3782-0 Table des matières Sommaire....................................................5

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

I. Le partage du revenu entre l épargne et la consommation

I. Le partage du revenu entre l épargne et la consommation LA CONSOMMATION ET L EPARGNE (10) 1 La consommation et l épargne sont les deux opérations économiques consistant à utiliser le revenu disponible. Les agents économiques affectent leur revenu à la consommation

Plus en détail

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité Université citoyenne d Attac Toulouse, 22 août 2008 Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon Les principes néolibéraux Théories de Hayek, Friedman

Plus en détail

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS Fabrice LENGLART INSEE Comptes nationaux Bruno LONGET - Banque de France - SESOF CNIS 22 juin 2009 Plan I Place des activités

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

La croissance des pays développés au cours des trente dernières

La croissance des pays développés au cours des trente dernières Éditions La Découverte, collection Repères, Paris, 213 II / Dette et croissance Benjamin Carton* La croissance des pays développés au cours des trente dernières années s est accompagnée d une hausse de

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

Monnaie, chômage et capitalisme

Monnaie, chômage et capitalisme Franck Van de Velde Monnaie, chômage et capitalisme Presses Universitaires du Septentrion internet : www.septentrion.com Sommaire Introduction Générale 7 1. Monnaie 7 2. Monnaie et capitalisme 10 3. Monnaie,

Plus en détail

Epargner en période de crise : le dilemme

Epargner en période de crise : le dilemme Epargner en période de crise : le dilemme L épargne tient souvent l actualité en ce début d été 2013. Plusieurs chiffres laissent interrogateurs en cette période de très faible croissance (rappel : - 0.2%

Plus en détail

CONSOMMATION FINALE. Matérialité de l usage. Productivité de l usage. Effet de l usage. Satisfaction. Usage d un bien SANS effet productif ultérieur

CONSOMMATION FINALE. Matérialité de l usage. Productivité de l usage. Effet de l usage. Satisfaction. Usage d un bien SANS effet productif ultérieur CONSOMMATION FINALE Matérialité de l usage Productivité de l usage Effet de l usage Usure d un bien Usage d un bien SANS effet productif ultérieur Satisfaction Gaspillage Champagne School of Management

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Contrôle. Consultation CDEC

Contrôle. Consultation CDEC Chapitre 1 : Monnaie et financement de l économie marocaine Financement de l activité économique Financement Direct Financement Indirect Marché financier Marché monétaire Marché hypothécaire Banques Stés.

Plus en détail

Compte rendu du 7 ème colloque organisé par Groupama Asset Management, CEPII-CIREM, le 22 octobre 2009

Compte rendu du 7 ème colloque organisé par Groupama Asset Management, CEPII-CIREM, le 22 octobre 2009 Compte rendu du 7 ème colloque organisé par Groupama Asset Management, CEPII-CIREM, le 22 octobre 2009 Politiques budgétaires et marchés obligataires européens : quel avenir? L ampleur des déficits publics

Plus en détail

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions Le 11 février 2013 Fiscalité de l épargne et financement des entreprises Eléments de constat et propositions Les lois de finances adoptées au cours de ces deux dernières années ont appréhendé les revenus

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE L INVESTISSEMENT DES ENTREPRISES

ECONOMIE GENERALE L INVESTISSEMENT DES ENTREPRISES IUFM AUVERGNE ECONOMIE - GESTION Cours de Mr DIEMER ECONOMIE GENERALE 3 ème PARTIE : LES MOTEURS DE LA CROISSANCE CHAPITRE 10 L INVESTISSEMENT DES ENTREPRISES Mots Clés - Anticipations - Contrainte financière

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux OCP Policy Center Seminar series La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux Pierre-Richard Agénor, Hallsworth Professor, University of Manchester and Senior Fellow, OCP

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Avec Gaël Callonnec (Ademe)

Avec Gaël Callonnec (Ademe) Séminaire Développement durable et économie de l'environnement Les conséquences des politiques énergétiques sur l activité et l emploi Avec Gaël Callonnec (Ademe) Mardi 24 janvier 2012 Présentation du

Plus en détail

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Ekkehard Ernst OCDE Ekkehard Ernst 1 Introduction et résumé du cours Objectifs Connaître et apprendre les concepts modernes d analyse monétaire

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Monnaie, Banque et Marchés Financiers

Monnaie, Banque et Marchés Financiers Collection FlNANCE dirigée par Yves Simon, Professeur à l'université Paris-Dauphine, et Delphine Lautier, Professeur à l'université Paris-Dauphine Monnaie, Banque et Marchés Financiers Didier MARTEAU C

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail