Les Autorisations de Mise sur le Marché (AMM) délivrées au titre du Règlement (UE) n 528/2012 (dit BPR)

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Autorisations de Mise sur le Marché (AMM) délivrées au titre du Règlement (UE) n 528/2012 (dit BPR)"

Transcription

1 Les mardis de la DGPR 17/09/2013 Les Autorisations de Mise sur le Marché (AMM) délivrées au titre du Règlement (UE) n 528/2012 (dit BPR) Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances et de la qualité de l environnement Département produits chimiques, pollutions diffuses et agriculture Bureau des substances et préparations chimiques 1 Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie

2 1. Généralités 2. Les AMM nationales 3. Les AMM de l Union 4. Les AMM simplifiées 5. La famille de produits 6. Les modifications d AMM 7. Informations importantes 8. Conclusion 2

3 1. Généralités 3

4 Généralités - 1 Directive Règlement (directement applicable, harmonisation ) Les grands principes du système restent les mêmes : liste positive UE de substances actives autorisées pour 5/7/10/15 ans, sujet à renouvellement sur demande autorisations nationales des produits, principe de reconnaissance mutuelle sur demande, avec adaptations si justifiées (article 37) pour les AMM: maintien du niveau élevé d exigences en terme de données à soumettre sur dangers/risques/efficacité Grandes évolutions : autorisation de l UE possible progressivement selon les produits procédures de gestion des demandes harmonisées, clarifiées processus simplifié d AMM pour les produits contenant certaines substances ayant de faible niveau de préoccupation implication de l Agence européenne des produits chimiques (ECHA) partage obligatoire des données sur vertébrés rôle central du R4BP 4

5 Généralités - 2 Procédures disponibles Sous la directive (CE) n 98/8 Sous le règlement (UE) n 528/ ère AMM Reconnaissance mutuelle en séquentiel Formulation-cadre et produits relevant d une formulation-cadre AMM produits faibles risques Les autres demandes sont nationales (exemple: dérivées, modification majeure d une AMM, ) 1 ère AMM Reconnaissance mutuelle en séquentiel et en simultané Famille de produits AMM simplifiées AMM de l Union AMM même produit biocide (règlement (UE) 414/2013) Modification d AMM (règlement (UE) 354/2013) Les différentes demandes sont désormais communes à l ensemble des États Membres. NB: Bien que certains concepts de la BPD soient repris sous le BPR (exple: Formulationcadre Famille de produit), les procédures peuvent être totalement différentes. 5

6 Généralités - 3 Quand déposer son dossier d AMM?... (cf doc 4.2-PA&MRFG July 13-Open session: doc pas encore adopté et susceptible d être modifié) Fonction des TP auxquels appartient le PB et de ses SA Produit appartenant à un TP, plusieurs SA: Quand toutes les SA ont fait l objet d une approbation pour le TP du produit. Produit appartenant à plusieurs TP, une SA: Quand la SA a fait l objet d une approbation pour tous les TP du produit, Ou (au choix du demandeur) Dès l approbation d un couple SA/TP (séparation physique des produits) Produit appartenant à plusieurs TP, plusieurs SA: Quand toutes les SA ont fait l objet d une approbation pour tous les TP du produit Ou (au choix du demandeur) TP par TP dès que l ensemble des SA pour un TP a fait l objet d une approbation. NB: Les éléments présentés ci-dessus diffèrent des pratiques de la directive. Le document guide présente d autres scénarios et va évoluer avant son adoption prochaine. Rappel: un PB sur le marché en période transitoire et pour lequel aucun dossier d AMM pérenne ne serait soumis dans les délais devra être retiré du marché. 6

7 2. Les AMM nationales 7

8 Les AMM nationales La 1 ère AMM (articles 29-30): Soumission de la demande dans un EM via le R4BP+ paiement de la redevance à l EM dans les 30 jours acceptation de la demande Validation de la demande sous 30 jours (90 jours suppl. possibles pour compléter la demande + 30 jours pour juger les éléments complémentaires) 365 jours pour: o évaluer (Anses) (suspension possible de l évaluation pendant 180 jours max. si données complémentaires nécessaires) o consulter le demandeur sur le projet de rapport d évaluation (30 jours) o décider (DGPR) 8

9 Les AMM nationales La Reconnaissance Mutuelle séquentielle (Article 33): Pré-requis: 1 ère AMM déjà délivrée par un EMR (État Membre de Référence) Soumission d un dossier dans un ou plusieurs EMC (État Membre Concerné) via le R4BP + paiement de la redevance dans les 30 jours acceptation Validation de la demande 30 jours après l acceptation Evaluation de la demande + accord entre EMC en 90 jours 30 jours pour autoriser les produits conformément au Résumé des Caractéristiques du Produit qui a fait l objet d un accord En cas de désaccord entre certains EMC ou EMC/EMR: Les EMC qui sont d accord avec le projet de RCP peuvent autoriser le produit Les désaccords persistants sont réglés par la procédure prévue aux articles 35 et 36 (intervention du groupe de coordination et si nécessaire de la COM) 9

10 Les AMM nationales La Reconnaissance Mutuelle simultanée (Article 34): Soumission simultanée d un dossier dans plusieurs EM via le R4BP (désignation d un EMR, les autres sont EMC) + paiement de la redevance dans les 30 jours acceptation Validation de la demande sous 30 jours par l EMR(90 jours suppl. possibles pour compléter la demande + 30 jours pour juger les éléments complémentaires) 365 jours pour: o o o évaluer de la demande par l EMR consulter le demandeur sur le projet de rapport d évaluation (30 jours) transmettre le projet de rapport d évaluation + RCP aux EMC Evaluation de la demande + accord entre EMC en 90 jours EMR + EMC ont 30 jours pour autoriser simultanément les produits conformément au Résumé des Caractéristiques du Produit qui a fait l objet d un accord En cas de désaccord entre certains EMC ou EMC/EMR: Les EMC qui sont d accord avec le projet de RCP peuvent autoriser le produit Les désaccords persistants sont réglés par la procédure prévue aux articles 35 et 36 (intervention du groupe de coordination et si nécessaire de la COM) 10

11 Les AMM nationales AMM pour un même produit biocide (Règlement (UE) n 414/2013): Pré-requis: -2 produits doivent être identiques (à l exception des informations qui peuvent faire l objet de modification administrative en vertu du règlement (UE) n 354/2013). -Une AMM pour le produit de référence doit avoir été délivrée (ou être en cours d instruction) Soumission de la demande dans un EM via le R4BP+ paiement de la redevance à l EM dans les 30 jours acceptation de la demande Validation de la demande 30 jours après l acceptation Evaluation de la demande et autorisation du même produit biocide 60 jours après la validation NB: cette procédure est applicable aux familles de produits et aux AMM de l Union (cf Règlement (UE) n 414/2013 pour la procédure applicable aux AMM de l Union). 11

12 3. Les AMM de l Union 12

13 Les AMM de l Union 1 (Articles 41 à 46) But : faciliter l accès au marché des produits ayant des conditions d emploi similaires en UE, avec montée en puissance progressive. Possibilité (pas une obligation) donnée aux sociétés Interdit aux produits avec SA en exclusion (qui remplissait les dérogations), TP agissant sur des vertébrés (c est à dire TP14, 15, 17, TP20) et TP21. Ouverture progressive - 1er sept : 1, 3, 4, 5, 18, 19-1er janv : 2, 6, 13-1er janv : les TP restants Les dates présentées ci-dessus correspondent aux dates à partir desquelles la COM pourra délivrer des AMM de l Union (le dossier peuvent donc être déposer avant ces dates). Rapport de la Commission sur le fonctionnement du dispositif pour le 31 décembre 2017, afin de préparer l ouverture du champ prévu en 2020, et améliorer les procédures le cas échéant 13

14 Les AMM de l Union 2 (Articles 41 à 46) Procédure : Soumission de la demande à l ECHA via le R4BP + désignation d un État membre évaluateur par le demandeur + paiement de la redevance dans les 30 jours acceptation par l ECHA. Paiement de la redevance à l État membre évaluateur + validation de la demande 30 jours après l acceptation (90 jours suppl. possibles pour compléter la demande + 30 jours pour juger les éléments complémentaires) 365 jours pour: o évaluer la demande (suspension possible de l évaluation pendant 180 jours max. si données complémentaires nécessaires) o consulter le demandeur sur le projet de rapport d évaluation (30 jours) o transmettre un projet de rapport d évaluation à l ECHA 180 jours pour que l ECHA élabore un avis (consultation du Comité des produits biocides) et le transmette à la Commission Européenne. 30 jours après la transmission de son avis, l ECHA transmet à la COM un RCP dans toutes les langues de l UE. Décision d AMM par la COM 14

15 4. Les AMM simplifiées 15

16 LES AMM simplifiées 1 (Articles 25 à 28) But : inciter / favoriser la mise sur le marché de produits ayant un faible niveau de préoccupation Remplace le concept de «produits à faible risque» de la directive Produits éligibles : - contiennent uniquement des SA listées dans une annexe spécifique (nouvelle annexe I) - ne contiennent pas de substance préoccupante ni de nanomatériaux - suffisamment efficaces - ne doivent pas nécessiter d EPI pour manipuler le produit Quelques substances déjà inscrites à l annexe I du BPR dans une des 8 catégories: additif alimentaire (ex: acide lactique), «naturelle» ( huile de lavande) NB: travail en cours par la COM et les EM pour finaliser les procédures d inscription des SA à l annexe I du BPR. 16

17 LES AMM simplifiées 2 (Articles 25 à 28) Procédure : soumission de la demande à l ECHA via le R4BP + désignation d un État membre évaluateur par le demandeur Paiement de la redevance à l État membre évaluateur sous 30 jours acceptation de la demande. 90 jours pour: o évaluer la demande (délai supplémentaire de 90 jours max. si données complémentaires nécessaires + 90 jours pour évaluer les données complémentaires) o autoriser le produit Mise à disposition du produit biocides sur les autres marchés de l UE par notification 30 jours avant la mise sur le marché (pas de reconnaissance mutuelle nécessaire). 17

18 5. La famille de produits 18

19 La famille de produits - 1 (Articles 3.s, 17.6 et 19.6) Remplace le concept de la formulation-cadre Famille de produits : groupe de produits biocides ayant des utilisations similaires, dont les substances actives répondent aux mêmes spécifications et dont la composition varie de manière spécifiée, sans que ces variations n'aient d'incidence négative sur le niveau de risque associé à ces produits ou ne réduisent significativement leur efficacité. Variations autorisées: diminution du pourcentage d'une ou de plusieurs substances actives et/ou une variation en pourcentage d'une ou de plusieurs substances non actives et/ou le remplacement d'une ou de plusieurs substances non actives par d'autres substances présentant un niveau de risque identique ou inférieur. Les mentions de classification, les mentions de danger et les conseils de prudence concernant chaque produit de la famille de produits biocides sont identiques (à l'exception d'une famille de produits biocides comportant un concentré destiné à un usage professionnel et des produits prêts à l'emploi obtenus par dilution de ce concentré) 19

20 La famille de produits - 2 La famille de produit peut être autorisée selon différentes procédures: 1 ère AMM, Reconnaissance Mutuelle en séquentielle ou simultanée, AMM de l Union, «Même» famille. Les produits inclus dans la famille de produits ne sont plus autorisés individuellement, c est la famille de produit qui l est. Au plus tard 30 jours avant de mettre sur le marché un produit appartenant à une famille de produits, le titulaire de l AMM notifie le produit en question à chaque EM qui a accordé une autorisation nationale pour la famille de produits biocides (uniquement dans le pays où le produit sera mis sur le marché) sauf: si un produit donné est expressément répertorié dans l'autorisation si les variations de la composition ne concernent que des pigments, des parfums ou des teintures dans les limites des variations autorisées. Un produit appartenant à une famille sera référencé grâce au numéro d AMM de la famille + suffixe 20

21 6. Les modifications d AMM 21

22 Les modifications d AMM 1 (Règlement (UE) n 354/2013) But: Harmonisation des procédures Avoir une image en temps réel des produits biocides sur les marchés nationaux Capitaliser l expérience de la reconnaissance mutuelle Produits biocides admissibles à la procédure: PB autorisés ou enregistrés/notifiés selon la BPD ou le BPR: 1ère AMM/ Reconnaissance mutuelle / Même produit biocide Famille de produits Autorisation provisoire NB: Ne sont pas concernés les produits biocides autorisés selon les dispositions nationales de la période transitoire. Procédures nationales spécifiques à chaque État membre. Mardis Symposium de la AT, DGPR May 23rd, 17/09/

23 Les modifications d AMM - 2 Quelques généralités pour les AMM nationales: Si le même changement est demandé dans plusieurs États membres sur le même produit, l évaluation de la demande est basée sur la procédure de reconnaissance mutuelle (en séquence ou en simultané). Si un État membre concerné (CMS) ne rejette pas les conclusions de l évaluation conduites par l État membre de référence (RMS), les conclusions sont tacitement acceptées. Un CMS peut proposer de refuser la délivrance de l autorisation ou adapter les termes et conditions conformément à l article 37 du BPR. Si un CMS n arrive pas à un accord sur les conclusions émises par le RMS (autres que les dérogations de l article 37 du BPR), le désaccord doit être transmis au groupe de coordination. Quelques généralités pour les AMM de l Union Evaluation des changements administratifs et mineurs par l ECHA Evaluation des changements majeurs par un État membre évaluateur L avis de l ECHA (basé sur son évaluation ou sur l évaluation conduite par un État membre) est transmis à la Commission pour décision le cas échéant. Mardis Symposium de la AT, DGPR May 23rd, 17/09/

24 Les modifications d AMM - 3 Classification des changements 3 catégories de changements : o Modifications administratives : - Nécessitant une notification avant la mise en œuvre: modifications dont la connaissance est importante aux fins des contrôles et de l exécution. - Qui peuvent être notifiées après la mise en œuvre: changements dont la connaissance n est pas importante aux fins des contrôles et de l exécution o Modifications mineures : Requièrent seulement une ré-évaluation limitée des propriétés ou de l efficacité du produit biocide. La modification mineure du produit ne doit pas altérer les conclusions en ce qui concerne le respect des conditions des articles 19 et 25 du BPR. o Modifications majeures : Ni une modification administrative, ni une modification mineure. La modification est susceptible d avoir une incidence sur la conclusion relative au respect des conditions des articles 19 et 25 du BPR. Annexe du règlement (UE) n 354/2013= listes ouvertes Si un changement n est pas listé dans l annexe, le demandeur peut solliciter l ECHA pour obtenir un avis sur la modification envisagée. Après demande et paiement d une redevance, l ECHA rend un avis en 45 jours et le publie. Mardis Symposium de la AT, DGPR May 23rd, 17/09/

25 Les modifications d AMM - 4 Regroupement des modifications: Lorsque plusieurs modifications de produits sont demandées, une notification ou une demande distincte est déposée pour chaque modification souhaitée. Cependant, il est possible de grouper des demandes dans quelques cas (liste complète des différents cas à l article 4): o une notification unique peut couvrir une série de propositions de modifications administratives touchant différents produits de la même façon o une notification unique peut couvrir une série de propositions de modifications administratives touchant le même produit o l une des modifications proposées dans le groupe constitue une modification majeure du produit; toutes les autres modifications proposées dans le groupe sont une conséquence directe de cette modification o NB: Une regroupement de modifications est toujours évalué conformément à la procédure relative au changement le plus «élevé». 25

26 Les modifications d AMM - 5 Les modifications administratives Notification via the R4BP + paiement de la redevance: o 12 mois après la mise en oeuvre du changement (demandes listées à l annexe Titre 1 section 2) o Avant mise en oeuvre du changement (demandes listées à l annexe Titre 1 section 1) 30 jours suivant la réception de la notification, l état membre doit exprimer son désaccord et rejeter la demande. Dans le cas contraire, la demande est considérée comme acceptée. Chaque état membre qui a accepté le changement doit, si nécessaire, amender la décision. Exemple d un changement administratif qui peut être notifié après sa mise en oeuvre: Modifications des données administratives du titulaire de l autorisation autres que le nom et l adresse. 26

27 Les modifications d AMM - 6 Modifications mineures Etape 1: Acceptation de la demande Modifications majeures - Soumission de la demande via le R4BP - L état membre doit informer le demandeur de la redevance applicable - Le demandeur a 30 jours pour payer la redevance La demande est acceptée Etape 2: Validation de la demande Validation de la demande par le RMS sous 30 jours si les documents requis sont fournis. Si la demande est incomplète: -Informations additionnelles exigées sous 45 jours maximum. -Dès réception des informations additionnelles, 30 jours pour valider la demande -Informations additionnelles exigées sous 90 jours maximum. -Dès réception des informations additionnelles, 30 jours pour valider la demande 27

28 Les modifications d AMM - 7 Modifications mineures Etape 3: Evaluation par le RMS Modifications majeures Sous 90 jours après validation de la demande. Sous 180 jours après validation de la demande. 45 jours maximum pour fournir les informations additionnelles si elles sont requises Etape 4: la Reconnaissance Mutuelle du changement 90 jours maximum pour fournir les informations additionnelles si elles sont requises Rapport d évaluation + RCP sont transmis aux états membres concernés qui peuvent exprimer leur désaccord sous 45 jours. Dans le cas contraire, la demande est acceptée. Etape 5: Mise à jour du R4BP Rapport d évaluation + RCP sont transmis aux états membres concernés qui peuvent exprimer leur désaccord sous 90 jours. Dans le cas contraire, la demande est acceptée. Dans les 30 jours suivant la conclusion d un accord, le RMS doit en informer le demandeur et le publier dans le R4BP. RMS et CMS doivent, si nécessaire, amendent la décision. Etape 6: Mise en œuvre des changements A tout moment après que le RMS ait publié l accord dans le R4BP Après que les CMS aient accepté la modification et, si nécessaire, amendé la décision 28

29 7. Informations importantes 29

30 Informations importantes - 1 Indépendance des AMM: Les AMM délivrées sont indépendantes et évoluent donc indépendamment les unes des autres. Pour appliquer la même modification à plusieurs AMM, utilisez la procédure du regroupement. Noms des produits: Une AMM peut couvrir plusieurs noms de produit. Ces différents noms doivent être listés lors de la demande d AMM ou être demandés ultérieurement. Les changements sur produits parmi l ensemble des produits couverts par une même AMM ne sont pas possibles. Marque des produits: La marque commerciale (ou du distributeur) n est pas un élément de la décision d AMM. Aussi, un produit biocide peut être mis sur le marché sous le nom d un produit référencé dans l AMM, peut importe sa marque. Etiquetage des produits biocides: o conformément à l AMM et à l article 69 du BPR 30

31 Informations importantes - 2 Validité et Renouvellement des AMM: Sous la BPD: fin de validité de l AMM alignée sur la fin d inscription de la SA Sous le BPR: indépendant de la date de fin d approbation de la SA SA en exclusion approuvée pour 5 ans AMM accordée pour max. 5ans SA en substitution approuvée pour 7 ans AMM accordée pour max 5ans SA «classique» approuvée pour 10 ans AMM accordée pour max. 10ans Dossier de renouvellement d AMM à soumettre 550 jours avant la date d expiration de l AMM NB: les AMM simplifiées n ont pas de date de fin de validité pas de renouvellement nécessaire. Information du public Rapports d évaluation et décisions d autorisation rendus public (dans le respect de l article 66). Délais de mise en conformité avec une décision (article 55): o 180 jours max. après la décision pour la mise sur le marché o jours max. pour la fin d utilisation des stocks existants 31

32 Informations importantes - 3 Obligations du détenteur de l AMM o Connaissance de la composition intégrale du produit. Dans le cas contraire, ne peut pas détenir une AMM et en être responsable. o Tenue de registres et rapports (article 68): Les titulaires d'une autorisation tiennent des registres des produits biocides qu'ils mettent sur le marché, pendant au moins dix ans après la mise sur le marché ou dix ans après la date à laquelle l'autorisation a été annulée ou à expiré, la date retenue étant la plus précoce. Sur demande, ils communiquent les informations pertinentes contenues dans ces registres à l'autorité compétente. o Déclaration de la composition intégrale des produits à l INRS à des fins de toxicovigilance. o Déclaration annuelle sur Simmbad des quantités de produit mis sur le marché en France.

33 8. Conclusion 33

34 Conclusions Cette présentation ne liste pas toutes les combinaisons possibles et les procédures liées Exemple: Modification d une AMM de l union, Demande pour un même produit autorisé par l Union Pour plus d info, lire les réglements De nombreux sujets en discussion nationale ou européenne Exemple: Date de soumission des dossiers Les sociétés doivent assurer leur veille réglementaire Période d apprentissage nécessaire pour EM/ind pour se familiariser avec: Les nouvelles procédures: délais, acteurs Ce qui relève de la période transitoire, de la directive, du règlement Période intense pour les EM et/ou ind. car: De nombreux travaux en cours Mesures d applications à prendre Adaptation des textes nationaux La majorité des produits présents sur le marché UE seront autorisés au titre du règlement. A ce jour, + de 130 produits biocides autorisés en France (5 ème position) 34

35 Pour plus d information Site internet du MEDDE (Suivi du programme d examen, réglementation en période transitoire ou posttransitoire ) Les sites de la Commission Européenne (documents guides frontières, CAR, Manuel de décision ) Le site de l ECHA Le Helpdesk de l ECHA Le Helpdesk national (Formulaire de contact, procédure de dépôt des dossiers ) Vos représentants professionnels 35

36 Merci de votre attention 36

Les procédures de reconnaissance mutuelle

Les procédures de reconnaissance mutuelle Les Mardis de la DGPR _ 04/11/2014 Les procédures de reconnaissance mutuelle Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances et de la qualité de l environnement Département

Plus en détail

Produits biocides: Les différents types de demandes. Conférence «Biocides» MEDDTL - ANSES 10/04/2012

Produits biocides: Les différents types de demandes. Conférence «Biocides» MEDDTL - ANSES 10/04/2012 Produits biocides: Conférence «Biocides» MEDDTL - ANSES 10/04/2012 Les différents types de demandes Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances et de la qualité

Plus en détail

L approbation des. substances actives biocides. Les mardi de la DGPR 17/09/2013. Ministère de l'écologie, du Développement durable, et de l Énergie

L approbation des. substances actives biocides. Les mardi de la DGPR 17/09/2013. Ministère de l'écologie, du Développement durable, et de l Énergie L approbation des Les mardi de la DGPR 17/09/2013 substances actives biocides Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances et de la qualité de l environnement

Plus en détail

Evaluation des demandes d AMM pour les produits biocides à l Anses

Evaluation des demandes d AMM pour les produits biocides à l Anses Evaluation des demandes d AMM pour les produits biocides à l Anses Direction des produits réglementés Unité de Coordination Biocides 23 juin 2015 DPR - Circuit d un dossier Biocide Pétitionnaire Soumission

Plus en détail

Parasitec 14/11/2012. Ministère de l'écologie, du Développement Durable et de l'energie

Parasitec 14/11/2012. Ministère de l'écologie, du Développement Durable et de l'energie Points clés du Règlement - biocides Parasitec 14/11/2012 Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances et de la qualité de l environnement Département produits

Plus en détail

Les familles de produits biocides

Les familles de produits biocides Les Mardis de la DGPR _ 04/11/2014 Les familles de produits biocides Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances et de la qualité de l environnement Département

Plus en détail

Les articles traités : les nouvelles exigences du règlement n 528/2012

Les articles traités : les nouvelles exigences du règlement n 528/2012 Journée réglementation biocides FCBA 08/04/2014 Les articles traités : les nouvelles exigences du règlement n 528/2012 Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances

Plus en détail

Règlement sur les produits biocides

Règlement sur les produits biocides 1 Règlement sur les produits biocides quelques nouveaux concepts Forum 2014 Dumortier Kathelyn 2 Ordre du jour Nouvelle législation Génération in situ Famille de produits biocides Liste de l'article 95

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE 2.8.2013 Journal officiel de l Union européenne C 223/1 (Communications) COMMUNICATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Lignes directrices

Plus en détail

Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels

Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels F H/LD/WG/5/3 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 7 OCTOBRE 2015 Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

C O N V E N T I O N ENTRE LES SOUSSIGNES :

C O N V E N T I O N ENTRE LES SOUSSIGNES : C O N V E N T I O N ENTRE LES SOUSSIGNES : La Ville de Nantes, représentée par Madame Fabienne PADOVANI, Adjointe au Maire, agissant en cette qualité en vertu d une délibération du Conseil Municipal en

Plus en détail

Accord. (texte en vigueur à partir du 1 er mars 2014)*

Accord. (texte en vigueur à partir du 1 er mars 2014)* Accord entre l Institut national de la propriété industrielle du Brésil et le Bureau international de l Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle concernant les fonctions de l Institut national

Plus en détail

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PARTIE I INTERPRÉTATION 1. (1) Sauf indication contraire, les mots et expressions utilisés dans le présent règlement ont le sens qui leur est donné dans la Loi

Plus en détail

Pologne POLOGNE. I - Notion

Pologne POLOGNE. I - Notion POLOGNE Dans la Deuxième Partie du Code du travail polonais 1, «Relation du travail», un Chapitre supplémentaire IIb (Art. 67 5, Art. 67 17 ) a été ajouté et est intitulé : Emploi des travailleurs sous

Plus en détail

DISPOSITIONS FACULTAIRES FORMATION DOCTORALE ET DOCTORAT

DISPOSITIONS FACULTAIRES FORMATION DOCTORALE ET DOCTORAT DISPOSITIONS FACULTAIRES FORMATION DOCTORALE ET DOCTORAT Ce texte spécifie des dispositions propres à la Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education (FPSE). Ces dispositions ne dérogent en aucune

Plus en détail

SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME

SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME Pour obtenir des renseignements, veuillez communiquer avec : Service de l assurance

Plus en détail

GESTION DU PLAN D INTERVENTION

GESTION DU PLAN D INTERVENTION GESTION DU PLAN D INTERVENTION 1. ENCADREMENTS LÉGAUX ET CADRES DE RÉFÉRENCE - Loi sur l instruction publique (LIP) - Une école adaptée à tous ses élèves : Politique de l adaptation scolaire (MELS) - Organisation

Plus en détail

Avis de l AFMPS en fonction des procédures de demande d études cliniques ou les autorisations de mise sur le marché

Avis de l AFMPS en fonction des procédures de demande d études cliniques ou les autorisations de mise sur le marché DG Pre Autorisation Agence fédérale des médicaments et des produits de santé Eurostation II Place Victor Horta 40/40 1060 Bruxelles www.afmps.be Avis de l AFMPS en fonction des procédures de demande d

Plus en détail

La réglementation Mardi de la DGPR. sur les produits biocides 05/04/2011

La réglementation Mardi de la DGPR. sur les produits biocides 05/04/2011 La réglementation r Mardi de la DGPR 05/04/2011 sur les produits biocides Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances et de la qualité de l environnement Département

Plus en détail

LES IMPACTS DU REGLEMENT REACH DANS LE SECTEUR ALIMENTAIRE

LES IMPACTS DU REGLEMENT REACH DANS LE SECTEUR ALIMENTAIRE LES IMPACTS DU REGLEMENT REACH DANS LE SECTEUR ALIMENTAIRE : Fabrication de denrées alimentaires et de matériaux en contact avec les denrées alimentaires Le règlement REACH 1 («Registration, Evaluation

Plus en détail

REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI

REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI 1 REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL TABLE DES MATIERES REGLE SUJET PAGE 1 Membres 3 2-3 Réunions 3 4 Invitation aux observateurs 3 5-6 Délégations 3 7-10 Ordre du

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE DE LA FFVB. Application pour la saison 2015/2016 (AG Octobre 2014)

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE DE LA FFVB. Application pour la saison 2015/2016 (AG Octobre 2014) TABLE DES MATIERES Pour accéder directement aux chapitres, cliquez sur le chapitre puis Ctrl + clic PREAMBULE A LA MISE AUX VOIX DE L ASSEMBLE GENERALE ATTRIBUTIONS Article 1 : Organisme de contrôle Article

Plus en détail

FORMATION ET QUALITÉS REQUISES DES ADMINISTRATEURS ATTENTES ET MÉTHODOLOGIE D ÉVALUATION DE LA SOAD ET EXEMPLES DE STRATÉGIES DE MISE EN ŒUVRE

FORMATION ET QUALITÉS REQUISES DES ADMINISTRATEURS ATTENTES ET MÉTHODOLOGIE D ÉVALUATION DE LA SOAD ET EXEMPLES DE STRATÉGIES DE MISE EN ŒUVRE AVIS AU SECTEUR Novembre 2012 FORMATION ET QUALITÉS REQUISES DES ADMINISTRATEURS ATTENTES ET MÉTHODOLOGIE D ÉVALUATION DE LA SOAD ET EXEMPLES DE STRATÉGIES DE MISE EN ŒUVRE Objet La Société ontarienne

Plus en détail

NOR: EQUT0501281A. Le ministre des transports, de l équipement, du tourisme et de la mer et le ministre délégué à l industrie,

NOR: EQUT0501281A. Le ministre des transports, de l équipement, du tourisme et de la mer et le ministre délégué à l industrie, Arrêté du 14 octobre 2005 relatif aux organismes habilités à mettre en œuvre les procédures de vérification «CE» des sous-systèmes et d évaluation de la conformité ou de l aptitude à l emploi des constituants

Plus en détail

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation.

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Vous devez revoir votre rapport sur votre régime de capitalisation au moins une fois par année afin de vous assurer que celui-ci reflète

Plus en détail

PARTENAIRES EN PROTECTION (PEP) PROCESSUS DE PEP

PARTENAIRES EN PROTECTION (PEP) PROCESSUS DE PEP PARTENAIRES EN PROTECTION (PEP) PROCESSUS DE PEP ACCEPTATION / REJET o Les demandes sont reçues et révisées pour évaluer l admissibilité (voir l annexe A) et s assurer que les exigences minimales en matière

Plus en détail

Politique d approbation des mémoires internationaux

Politique d approbation des mémoires internationaux Contexte et objet Politique d approbation des mémoires internationaux Document 215033 Un «mémoire» est soit la réponse officielle de l Institut à un appel à commentaires, soit un ensemble de commentaires

Plus en détail

ANNEXE I. Modalités de mise en place de l entretien professionnel pour les agents relevant de la fonction publique territoriale

ANNEXE I. Modalités de mise en place de l entretien professionnel pour les agents relevant de la fonction publique territoriale ANNEXE I Modalités de mise en place de l entretien professionnel pour les agents relevant de la fonction publique territoriale Le Département des Hauts-de-Seine substitue, à titre expérimental, au titre

Plus en détail

Accord multilatéral entre autorités compétentes concernant l échange automatique de renseignements relatifs aux comptes financiers

Accord multilatéral entre autorités compétentes concernant l échange automatique de renseignements relatifs aux comptes financiers Texte original Accord multilatéral entre autorités compétentes concernant l échange automatique de renseignements relatifs aux comptes financiers Considérant que les juridictions des signataires de l Accord

Plus en détail

Règlement de la Faculté de médecine et des sciences de la santé. Reconnaissance des acquis

Règlement de la Faculté de médecine et des sciences de la santé. Reconnaissance des acquis Règlement de la Faculté de médecine et des sciences de la santé Mars 2014 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 2 1. CHAMPS D APPLICATION... 2 2. CADRE GÉNÉRAL... 2 3. RECONNAISSANCE D ACQUIS AUX FINS D ADMISSION

Plus en détail

DOCUMENT DE GESTION DES BANQUES DE DONNÉES CONSTITUÉES OU UTILISÉES POUR DES FINS DE RECHERCHE. 20 janvier 2006

DOCUMENT DE GESTION DES BANQUES DE DONNÉES CONSTITUÉES OU UTILISÉES POUR DES FINS DE RECHERCHE. 20 janvier 2006 DOCUMENT DE GESTION DES BANQUES DE DONNÉES CONSTITUÉES OU UTILISÉES POUR DES FINS DE RECHERCHE 20 janvier 2006 Approuvé par le Conseil de l Université de Montréal le 30 janvier 2006 Table des matières

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire

Plus en détail

PR02 Maîtrise des Dysfonctionnements Version G 160315 Page 1/10

PR02 Maîtrise des Dysfonctionnements Version G 160315 Page 1/10 PR02 Maîtrise des Dysfonctionnements Version G 160315 Page 1/10 Traçabilité des modifications Date Version Objet 13/04/2007 A Création du document. 18/05/2007 B Prise en compte des propositions d améliorations

Plus en détail

FEDERATION SYNTEC 3, rue Léon Bonnat - 75016 PARIS Tél : 01 44 30 49 00 - Fax : 01 42 88 26 84. Fiche de synthèse

FEDERATION SYNTEC 3, rue Léon Bonnat - 75016 PARIS Tél : 01 44 30 49 00 - Fax : 01 42 88 26 84. Fiche de synthèse Fiche de synthèse Accord national du 27 décembre 2004 sur la formation professionnelle. Le contrat de professionnalisation Titre 3, article 3-1 A quoi sert la professionnalisation? Destinée à remplacer

Plus en détail

Règlement relatif à la formation permanente Institut professionnel des Agents immobiliers

Règlement relatif à la formation permanente Institut professionnel des Agents immobiliers Règlement relatif à la formation permanente Institut professionnel des Agents immobiliers Ratio legis du règlement relatif à la formation professionnelle permanente: Le Conseil national plaide pour un

Plus en détail

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL Coopératives de services financiers Publication initiale : Décembre 2007 Mise à jour : TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes généraux...

Plus en détail

PARTIE 2. Gestion de votre candidature et de son instruction

PARTIE 2. Gestion de votre candidature et de son instruction «LABEL EGALITE» PARTIE 2 Gestion de votre candidature et de son instruction Gestion de votre candidature - version 1 du 15 septembre 2004 Page 1 sur 8 SOMMAIRE Gestion de votre candidature et de son instruction

Plus en détail

PRENANT APPUI sur les liens de coopération qui unissent le Québec et le Vietnam, particulièrement en matière d adoption internationale;

PRENANT APPUI sur les liens de coopération qui unissent le Québec et le Vietnam, particulièrement en matière d adoption internationale; ENTENTE DE COOPÉRATION ENTRE L AUTORITÉ CENTRALE VIETNAMIENNE ET L AUTORITÉ CENTRALE QUÉBÉCOISE CONCERNANT LES PROCÉDURES ADMINISTRATIVES APPLICABLES EN MATIÈRE D ADOPTION INTERNATIONALE Le ministère de

Plus en détail

POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION

POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION BUT POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION En vue de répondre à ses besoins et de développer les compétences particulières des salariés, le Collège fournit à tous ses salariés les possibilités réelles

Plus en détail

Centre de politique et d administration fiscales

Centre de politique et d administration fiscales Centre de politique et d administration fiscales Orientations en matière d impôts sur la consommation Orientations en matière d enregistrement simplifié Orientations en matière d enregistrement simplifié

Plus en détail

Info AO. La formation professionnelle, ai-je la tête de l emploi? Les tests de reconnaissances des. Pour qui? Pour quoi? Comment?

Info AO. La formation professionnelle, ai-je la tête de l emploi? Les tests de reconnaissances des. Pour qui? Pour quoi? Comment? L info AO se veut un moyen de fournir des outils pratiques en orientation La formation professionnelle, ai-je la tête de l emploi? Info AO Des réponses à vos questions en orientation pour le quotidien

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I PRESENTATION Article 1 Le CCAS de Bourg en Bresse, participe depuis juin 2003 à la coordination des aides

Plus en détail

«LABEL EGALITE PROFESSIONNELLE» PARTIE 2. Gestion de votre candidature et de son instruction

«LABEL EGALITE PROFESSIONNELLE» PARTIE 2. Gestion de votre candidature et de son instruction «LABEL EGALITE PROFESSIONNELLE» PARTIE 2 Gestion de votre candidature et de son instruction 11 rue Francis de Pressensé - 93751 La Plaine Saint-Denis Cedex - France -T. +33 (0)1 41 62 80 11 - F : +33 (0)1

Plus en détail

CONVENTION EUROPÉENNE

CONVENTION EUROPÉENNE CONVENTION EUROPÉENNE sur l exercice des droits des enfants, adoptée à Strasbourg le 25 janvier 1996 3 CONVENTION EUROPÉENNE sur l exercice des droits des enfants PRÉAMBULE Les Etats membres du Conseil

Plus en détail

ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE OBLIGATOIRE

ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE OBLIGATOIRE ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE OBLIGATOIRE Adoptée le 1 er avril 2008 Révisée le 27 janvier 2012 ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC POLITIQUE DE FORMATION

Plus en détail

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013 1 Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires Jeudi 6 juin 2013 2 L assemblée nationale a voté dans la nuit du 5 au 6 juin 2013 en seconde lecture le projet de loi

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL DEMANDE DE PROPOSITION RFP-CSAP-201302F SERVICES DE VÉRIFICATION ANNUELLE

CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL DEMANDE DE PROPOSITION RFP-CSAP-201302F SERVICES DE VÉRIFICATION ANNUELLE CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL DEMANDE DE PROPOSITION RFP-CSAP-201302F SERVICES DE VÉRIFICATION ANNUELLE Les soumissions devront être reçues au plus tard le jeudi 11 avril 2013 à 16h à l attention

Plus en détail

PROCEDURE CONCERNANT LES MODALITES D ENVOI DES LETTRES AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTE (DHPC s)

PROCEDURE CONCERNANT LES MODALITES D ENVOI DES LETTRES AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTE (DHPC s) PROCEDURE CONCERNANT LES MODALITES D ENVOI DES LETTRES AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTE (DHPC s) 8/10/2015 (v2) La présente procédure a été rédigée à l initiative des représentants de l industrie (pharma.be,

Plus en détail

Adoptés le 8 avril 2014 Date d entrée en vigueur : 8 avril 2014 TABLE DES MATIÈRES

Adoptés le 8 avril 2014 Date d entrée en vigueur : 8 avril 2014 TABLE DES MATIÈRES TARIFS DES SERVICES D ADRESSAGE FOURNIS PAR L OPÉRATEUR DU FCR AUX ADMINISTRATEURS DE COMPTE FCR Publiés par l OP3FT, l organisation à but non lucratif dont l objet est de détenir, promouvoir, protéger

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR LES ORGANISATEURS DU CHALLENGE INTERNATIONAL DES COURSES DE COTE DE LA FIA

CAHIER DES CHARGES POUR LES ORGANISATEURS DU CHALLENGE INTERNATIONAL DES COURSES DE COTE DE LA FIA CAHIER DES CHARGES POUR LES ORGANISATEURS DU CHALLENGE INTERNATIONAL DES COURSES DE COTE DE LA FIA 1. STATUT DES EPREUVES Les épreuves ont le statut International. 1.1 Les ASN désigneront les épreuves

Plus en détail

SOLLICITATION DE COMMENTAIRES

SOLLICITATION DE COMMENTAIRES SOLLICITATION DE COMMENTAIRES En vertu de l article 194 de la Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2), l Autorité publie le projet de Règlement sur la formation continue

Plus en détail

Questions/Réponses. 1. Système de pharmacovigilance

Questions/Réponses. 1. Système de pharmacovigilance Questions/Réponses Questions faisant suite à la publication du décret n 2012-1244 du 8 novembre 2012 relatif au renforcement des dispositions en matière de sécurité des médicaments à usage humain soumis

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.30/AC.2/2012/4 Distr. générale 30 novembre 2011 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de gestion de la Convention

Plus en détail

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 Auto-évaluation Chapitre 10 Auto-évaluation Section Sujet traité Page 10000 Résumé.. 10-2 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 10200 Lettre déclarative de responsabilité.. 10-4 10300 Résolution

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire et financier

Plus en détail

Accréditation des Bureaux d enregistrement

Accréditation des Bureaux d enregistrement 1 Accréditation des Bureaux d enregistrement Guide Pratique 2 Table des matières I. Préambule... 3 II. La procédure d accréditation... 3 A. Demande d accréditation... 3 B. Examen du dossier... 4 1. Analyse

Plus en détail

PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC. Termes et conditions et formulaires d inscription

PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC. Termes et conditions et formulaires d inscription PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC Termes et conditions et formulaires d inscription 1. APERÇU Le programme incitatif pour les firmes de négociation pour compte

Plus en détail

Enterprise Europe Network, CCI de Lyon Contact : Catherine Jamon-Servel Tél : 04 72 40 57 46 Mail : jamon@lyon.cci.fr www.lyon.cci.

Enterprise Europe Network, CCI de Lyon Contact : Catherine Jamon-Servel Tél : 04 72 40 57 46 Mail : jamon@lyon.cci.fr www.lyon.cci. FICHE PRATIQUE LES PRODUITS BIOCIDES Enterprise Europe Network, CCI de Lyon Contact : Catherine Jamon-Servel Tél : 04 72 40 57 46 Mail : jamon@lyon.cci.fr www.lyon.cci.fr/een La Chambre de commerce et

Plus en détail

Formulaire de demande

Formulaire de demande FORM01FRPUR Valable à partir du 2011-05-09 Formulaire de demande Données administratives du demandeur (voir Article 2) Le soussigné : En son nom propre Au nom de l entreprise : Entreprise à mentionner

Plus en détail

Note de présentation

Note de présentation Note de présentation Objet : Projet de décret d application de la loi n 24-09 relative à la sécurité des produits et des services et complétant le dahir du 9 ramadan 1331 (12 aout 1913) formant code des

Plus en détail

PROCESSUS DE CERTIFICATION DE SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE & DE L ENVIRONNEMENT ISO 9001 & ISO 14001

PROCESSUS DE CERTIFICATION DE SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE & DE L ENVIRONNEMENT ISO 9001 & ISO 14001 PROCESSUS DE CERTIFICATION DE SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE & DE L ENVIRONNEMENT ISO 9001 & ISO 14001 CONTROL UNION INSPECTIONS FRANCE 16 rue Pierre Brossolette 76600 Le Havre Tel : 02 35 42 77 22

Plus en détail

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Référence de la publication Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits

Plus en détail

Point 8 de l'ordre du jour CX/PR 04/6 Février 2004 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES

Point 8 de l'ordre du jour CX/PR 04/6 Février 2004 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES F Point 8 de l'ordre du jour CX/PR 04/6 Février 2004 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES RÉSIDUS DE PESTICIDES Trente-sixième session New Delhi (Inde), 19 24 avril

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE N 61 Ville de Genève Département des finances et du : Audit de légalité et de gestion de la rapport publié le 14 décembre 2012 La Cour a émis 11 recommandations, toutes acceptées spontanément par l audité.

Plus en détail

Interprétations Validées des Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème édition

Interprétations Validées des Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème édition Interprétations Validées des Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème édition Les Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème Édition, ont été publiées en 2008. Les Interprétations Validées suivantes

Plus en détail

pour le cursus MASTER de l'université Paul Sabatier

pour le cursus MASTER de l'université Paul Sabatier 1 Règles générales d admission, de progression et de validation pour le cursus MASTER de l'université Paul Sabatier Le cursus Master est structuré en quatre semestres sous la forme de parcours pédagogiques

Plus en détail

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec Présentation Présenté

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 865 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 22 février 2012 PROPOSITION DE LOI relative à l exploitation numérique

Plus en détail

Politique sur les critères et modalités d admission, d inscription et de transfert des élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire

Politique sur les critères et modalités d admission, d inscription et de transfert des élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire Politique sur les critères et modalités d admission, d inscription et de transfert des élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire ϖϖϖϖϖ ϖ Service : Services éducatifs jeunes Code d identification

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

Interface AFD de publication des annonces de marchés financés par l AFD

Interface AFD de publication des annonces de marchés financés par l AFD Interface AFD de publication des annonces de marchés financés par l AFD Guide utilisateurs Cette interface a été développée pour fournir un outil spécifique de publication des annonces relatives aux marchés

Plus en détail

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE Les versions actuelles des documents approuvés sont mises à jour en ligne. Les copies imprimées ne sont pas contrôlées. Page 1 de 5 DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE ADMINISTRATEURS, DIRIGEANTS,

Plus en détail

RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION. du 17.12.2014

RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION. du 17.12.2014 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17.12.2014 C(2014) 9656 final RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION du 17.12.2014 complétant la directive 2004/109/CE du Parlement européen et du Conseil en

Plus en détail

Consultation pour achats de travaux REGLEMENT DE LA CONSULTATION

Consultation pour achats de travaux REGLEMENT DE LA CONSULTATION RC Magasin central 1/5 CENTRE HOSPITALIER DE BLIGNY 91640 BRIIS sous Forge 01 69 26 30 41 Consultation pour achats de travaux REGLEMENT DE LA CONSULTATION Le présent marché est soumis au régime de l ordonnance

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES 1. Constitution MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES Est constitué un comité du conseil d administration appelé comité des ressources humaines. (art. 13.3) 2. Composition Le comité est composé des

Plus en détail

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Commission des finances Distr. GÉNÉRALE ISBA/5/FC/1 30 septembre 1999 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Cinquième session Kingston

Plus en détail

LA COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE,

LA COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE, DÉCISION N S10 du 19 décembre 2013 concernant la transition des règlements (CEE) n 1408/71 et (CEE) n 574/72 aux règlements (CE) n 883/2004 et (CE) n 987/2009 et l application des procédures de remboursement

Plus en détail

Politique pour les étudiants à besoins éducationnels spéciaux

Politique pour les étudiants à besoins éducationnels spéciaux Collège Jean-de-Brébeuf Niveau collégial Règlements et politiques Politique pour les étudiants à besoins éducationnels spéciaux Dans la présente politique, l utilisation du masculin est épicène. Table

Plus en détail

CONCOURS FINANCIER DE LA REGION BRETAGNE POUR

CONCOURS FINANCIER DE LA REGION BRETAGNE POUR Rennes, le 10 septembre 2004 Réf : A/P714/2004 Politique régionale CONCOURS FINANCIER DE LA REGION BRETAGNE POUR l'organisation de colloques, congrès ou symposiums en Bretagne et la réalisation de communications

Plus en détail

La directive 2010/45/UE vient réformer les règles de facturation applicables aux entreprises. Même si l'etat français n a pas encore pris les mesures

La directive 2010/45/UE vient réformer les règles de facturation applicables aux entreprises. Même si l'etat français n a pas encore pris les mesures La directive 2010/45/UE vient réformer les règles de facturation applicables aux entreprises. Même si l'etat français n a pas encore pris les mesures nécessaires pour sa transposition, il est indispensable

Plus en détail

DISPOSITIONS-CADRES POUR LE SYSTÈME D ACCÈS CENTRALISÉ AUX RESULTATS DE LA RECHERCHE ET DE L EXAMEN (CASE)

DISPOSITIONS-CADRES POUR LE SYSTÈME D ACCÈS CENTRALISÉ AUX RESULTATS DE LA RECHERCHE ET DE L EXAMEN (CASE) DISPOSITIONS-CADRES POUR LE SYSTÈME D ACCÈS CENTRALISÉ AUX RESULTATS DE LA RECHERCHE ET DE L EXAMEN (CASE) établies le 1 er mars 2013 Système d accès centralisé aux résultats de la recherche et de l examen

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. LIMITÉE TD/TIMBER.3/L.5 29 juin 2005 FRANÇAIS Original: ANGLAIS Conférence des Nations Unies pour la négociation

Plus en détail

POLITIQUE 5.7 PROGRAMMES DE VENTE OU D ACHAT LES PROPRIÉTAIRES DE PETITS LOTS D ACTIONS

POLITIQUE 5.7 PROGRAMMES DE VENTE OU D ACHAT LES PROPRIÉTAIRES DE PETITS LOTS D ACTIONS POLITIQUE 5.7 PROGRAMMES DE VENTE OU D ACHAT POUR Champ d application de la politique Les porteurs de moins qu un lot régulier (les «porteurs de lots irréguliers») qui désirent vendre leurs actions ou

Plus en détail

BOURSE INTRA-EUROPEENNE POUR L ÉVOLUTION DE CARRIÈRE MARIE CURIE

BOURSE INTRA-EUROPEENNE POUR L ÉVOLUTION DE CARRIÈRE MARIE CURIE ANNEXE III DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES BOURSE INTRA-EUROPEENNE POUR L ÉVOLUTION DE CARRIÈRE MARIE CURIE III.1 Définitions Outre les définitions figurant à l article II.1, les définitions suivantes s appliquent

Plus en détail

Accord tripartite. entre la Banque européenne d investissement, la Commission européenne et la Cour des comptes

Accord tripartite. entre la Banque européenne d investissement, la Commission européenne et la Cour des comptes Accord tripartite entre la Banque européenne d investissement, la Commission européenne et la Cour des comptes 1. Le présent accord a pour objet le renouvellement de l accord conclu le 19 mars 1999. relatjf

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION 1. Définition des termes Dans la présente charte, les termes suivants ont le sens que voici : «Charte» s entend de la charte du Comité, tel

Plus en détail

PROGRAMME D AUDIT ENERGETIQUE. Procédure d inscription sur la liste des expertsauditeurs

PROGRAMME D AUDIT ENERGETIQUE. Procédure d inscription sur la liste des expertsauditeurs Procédure d inscription sur la liste des expertsauditeurs en énergie Janvier 2013 1. Objet Le présent document a pour objet de décrire la procédure d inscription des ingénieurs sur la liste des experts-auditeurs

Plus en détail

Diaporama. présentation de la réforme

Diaporama. présentation de la réforme Diaporama présentation de la réforme Sommaire 1. Les réflexions qui ont précédé la réforme 2. Les textes de la réforme 3. Les objectifs de la réforme 3.1 Clarifier le rôle de l urbanisme 3.2 Améliorer

Plus en détail

Processus d accréditation

Processus d accréditation AGRI-STABILITÉ AGRI-QUÉBEC PLUS AGRI-INVESTISSEMENT AGRI-QUÉBEC Devis du préparateur accrédité de données Processus d accréditation Processus d accréditation, rôle et engagements du préparateur 2015 Avril

Plus en détail

FICHE N 14 Règles et bonnes pratiques de la sous-traitance dans les marchés publics

FICHE N 14 Règles et bonnes pratiques de la sous-traitance dans les marchés publics FICHE N 14 Règles et bonnes pratiques de la sous-traitance dans les marchés publics I. QU EST-CE QUE LA SOUS-TRAITANCE? 1.- Définition : la loi du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance L article

Plus en détail

Agrément des associations de protection de l environnement

Agrément des associations de protection de l environnement 1 Agrément des associations de protection de l environnement (Articles L 141-1 et R 141-1 à R 141-20 du code de l'environnement). Les conditions d attribution de l agrément des associations au titre de

Plus en détail

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE :

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE : CHARTE DE LA MEDIATION auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE CLIENTELE DES PARTICULIERS Mai 2016 La charte de la médiation du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE est rédigée conformément à la législation

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

La réforme de la protection juridique des majeurs. La formation complémentaire des intervenants tutélaires

La réforme de la protection juridique des majeurs. La formation complémentaire des intervenants tutélaires La réforme de la protection juridique des majeurs La formation complémentaire des intervenants tutélaires 1 I - Introduction 1.1. Le cadre (1) Volonté du législateur d harmoniser les qualifications et

Plus en détail

1. Objet. 2. Litiges applicables

1. Objet. 2. Litiges applicables Politique de résolution des litiges de la Période d'enregistrement limité relative aux marques supplémentaires et autres droits de PI français (LRPDRP) La présente Politique de résolution des litiges de

Plus en détail

REGLEMENT DES ETUDES ET DU CONTROLE DES CONNAISSANCES

REGLEMENT DES ETUDES ET DU CONTROLE DES CONNAISSANCES REGLEMENT DES ETUDES ET DU CONTROLE DES CONNAISSANCES I. ORGANISATION DES ENSEIGNEMENTS ET STAGE Article 1. Dispositions générales La licence comporte quatre mentions : Droit, Economie, Gestion et AES.

Plus en détail